Gants sous surveillance

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gants sous surveillance"

Transcription

1 Gants sous surveillance Atelier «Rencontre avec l Expert» Monique Bourjault, Béatrice Croze, Christia Gheno XXIII e congrès national Société Française d Hygiène Hospitalière Lille 6 juin /06/2012 1

2 Contexte Sujet toujours d actualité Argumentation scientifique connue ou non des utilisateurs Réglementation, recommandations nationales Persistance de pratiques non conformes Nombreuses questions sur l usage des gants Ce qui n est pas abordé Aspects techniques (types de gants, normes ) Port de gants stériles en situation opératoire Port de gants vis-à-vis du risque chimique 20/06/2012 Congrès SF2H

3 Objectifs S interroger sur l usage des gants à partir de situations de soins Proposer aux EOH un outil clé en main, pragmatique et utilisable pour les correspondants en hygiène Proposer une trame reproductible pour d autres sujets 20/06/2012 Congrès SF2H

4 Méthodologie 1. Situations de soins / Usage des gants 2. Positionnement du public Vote 3. Réponses / argumentaire scientifique 4. Oui mais 5. Comment répondre à ces objections 6. Synthèse / Calendrier messages à retenir 7. Réserver les questions pour le temps d échange 20/06/2012 Congrès SF2H

5 Situation 1 Je dois toujours porter des gants pour poser un cathéter veineux périphérique 20/06/2012 Congrès SF2H

6 Vrai Prévention des AES / Précautions standard «Port de gants si risque de contact avec du sang, ou tout autre produit d'origine humaine, (.) notamment à l'occasion de soins à risque de piqûre (hémoculture, pose et dépose de voie veineuse, chambres implantables, prélèvements sanguins (...)» Circulaire DGS/DH - N 98/249 du 20 avril 1998 R 13 «Il est recommandé de porter des gants pour la prévention des accidents d exposition au sang (précautions standard) (A-Réglementaire)». Prévention des infections liées aux CVP, SFHH /06/2012 Congrès SF2H

7 Oui mais Je n ai pas appris à piquer avec des gants, je n ai pas l habitude 20/06/2012 Congrès SF2H

8 Comment répondre Effectivement, il est difficile de modifier son comportement, le professionnel peut se sentir en difficulté, moins compétent En fait, il s agit d acquérir une nouvelle gestuelle Avec l habitude, un gant adapté ne nuit pas à la dextérité (ex : chirurgien) donc à la réussite du geste 20/06/2012 Congrès SF2H

9 Oui mais Je ne «sens» rien avec des gants J ai peur de rater le patient et de le piquer plusieurs fois Je porte des gants sauf lorsque le patient est impiquable 20/06/2012 Congrès SF2H

10 Comment répondre La veine se repère à mains nues, pas avec les gants Il est judicieux de commencer auprès de patients «faciles à piquer» Le risque est identique quel que soit le patient, jeune ou âgé, facile ou difficile à piquer 20/06/2012 Congrès SF2H

11 Oui mais Personne ne porte de gant dans le service pour poser un cathéter 20/06/2012 Congrès SF2H

12 Comment répondre Le choix de se protéger relève d une décision individuelle Le changement de comportement d une seule personne peut déclencher l adhésion du groupe 20/06/2012 Congrès SF2H

13 Comment répondre Les IDE portent déjà majoritairement des gants pour poser un cathéter : le taux d observance au moment de l insertion du cathéter s élève à 63 % (46529 poses évaluées) Audit national CVP 2009 GREPHH En matière de respect des précautions standard, le taux de port de gants s est amélioré : 66,9 % en 2006 versus 70,1 % en 2009 RAISIN AES /06/2012 Congrès SF2H

14 Oui mais Je n ai jamais la bonne taille de gants Les gants sont nuls 20/06/2012 Congrès SF2H

15 Comment répondre Les gants existent en différentes tailles et qualités Vérifier les disponibilités auprès du responsable de la commande Renseigner une fiche de dysfonctionnement 20/06/2012 Congrès SF2H

16 Situation 2 Il est préférable de porter systématiquement des gants stériles pour poser un cathéter veineux périphérique 20/06/2012 Congrès SF2H

17 Faux R 13 «Il est recommandé de porter des gants pour la prévention des AES (PS) (A Réglementaire).» Prévention des infections liées aux CVP, SFHH 2005 R 112 «avant l insertion, l opérateur réalise une hygiène des mains puis enfile des gants (PS), qui peuvent être non stériles si le site d insertion n est pas touché après la phase d antisepsie». Surveiller et prévenir les IAS, SFHH / HCSP 2010 sauf si R 14 «Il est recommandé de porter des gants stériles si le site d insertion doit faire l objet d une palpation après l antisepsie cutanée (B3)». Prévention des infections liées aux CVP SFHH, /06/2012 Congrès SF2H

18 Oui mais Je prends des gants non stériles et je désinfecte les extrémités des gants avec un antiseptique pour retoucher le site de ponction 20/06/2012 Congrès SF2H

19 Comment répondre L efficacité des antiseptiques n est pas validée sur des gants Retoucher le site de ponction avec des gants non stériles dans ces conditions, après l antisepsie, contamine la zone désinfectée 20/06/2012 Congrès SF2H

20 Situation 3 Il n est pas nécessaire de porter des gants pour une injection sous cutanée 20/06/2012 Congrès SF2H

21 Faux Application des PS : prévention des AES, port de gants si risque de contact avec du sang, notamment à l occasion de soins à risque de piqûre Circulaire DGS/DH - N 98/249 du 20 avril

22 Oui mais La voie sous cutanée présente peu de risque de contamination 20/06/2012 Congrès SF2H

23 Comment répondre Les injections sous cutanées sont impliquées dans les AES Données nationales, RAISIN 2009 : 20,9 % des AES concernent les injections sous cutanées Donnés régionales, CCLIN Paris Nord 2010 : Sur 2915 AES par piqûres 43,7 % concernent les injections sous cutanées Données locales, Hôpitaux Civils Lyon 2011 : Sur 77 AES par piqûres, 22 % concernent les injections sous cutanées 20/06/2012 Congrès SF2H

24 Comment répondre Le risque viral est réel lors d une injection sous cutanée 65 Séroconversions professionnelles VHC Tâches en cours : 60 piqûres / 52 avec des aiguilles creuses Dont 8 aiguilles sous cutanées (ne contenant pas a priori de sang) Données nationales InVS au 31/12/09 20/06/2012 Congrès SF2H

25 Oui mais Porter des gants me prend du temps 20/06/2012 Congrès SF2H

26 Comment répondre L organisation rationnelle des soins doit Prendre en compte le respect des recommandations concernant le bon usage des gants Faire l objet d une réflexion globale en équipe Permettre la sécurité des soignants et des soignés Le taux de port de gants pour réaliser une injection s est amélioré : 42,7 % en 2006 versus 50,5 % en 2009 RAISIN AES /06/2012 Congrès SF2H

27 Situation 4 Je dois toujours porter des gants lors d une injection ou d un prélèvement y compris avec une aiguille sécurisée 20/06/2012 Congrès SF2H

28 Vrai «Le matériel sécurisé doit être considéré comme une protection complémentaire au port des gants pour prévenir les AES Il n apporte pas une réponse universelle au risque L observance des Précautions Standard représente le seuil de sécurité minimal» Guide GERES des matériels de sécurité /06/2012 Congrès SF2H

29 Oui mais Pourquoi porter des gants si le matériel est sécurisé? 20/06/2012 Congrès SF2H

30 Comment répondre L aiguille n est sécurisée qu à la fin du geste Le système peut être défaillant Les modalités d utilisation doivent être connues Le déclenchement du système de sécurité L activation de la sécurité à la fin du geste Données locales, Hôpitaux Civils Lyon 2011 Sur 77 AES par piqûres, 12 impliquaient du matériel sécurisé 3 système non enclenché 1 mal enclenché 8 au cours du soin 20/06/2012 Congrès SF2H

31 Comment répondre Efficacité démontrée d une interposition du gant entre peau et aiguille réduction significative du volume de l inoculum lors d une piqûre MASTet al en 1993 Cette réduction varie de 46 à 86 % selon le matériau composant le gant 20/06/2012 Congrès SF2H

32 Oui mais Moi, je ne mets pas de gants mais toi tu dois en mettre 20/06/2012 Congrès SF2H

33 Comment répondre Tout soignant pour tout soin Est responsable de son comportement professionnel Se doit d être cohérent avec les règles professionnelles, les actes et le discours notamment vis-à-vis des étudiants Participe à l image collective de son service 20/06/2012 Congrès SF2H

34 Situation 5 Je porte des gants à usage unique pendant toute la toilette du patient 20/06/2012 Congrès SF2H

35 Faux R 33 «Il n est pas recommandé de porter des gants lors des contacts avec la peau saine» Surveiller et prévenir les IAS, SFHH / HCSP 2010 R 94 «Il n est pas recommandé de mettre systématiquement des gants de soins non stériles avant de pratiquer un soin sur une peau saine» AF Prévention de la transmission croisée : PCC, SFHH 2009 Cadre des PCH 20/06/2012 Congrès SF2H

36 Oui mais Je porte tout le temps des gants, je suis sûr(e) d être protégé(e) pour tout patient 20/06/2012 Congrès SF2H

37 Comment répondre Le gant est une «mesure barrière» lors de la toilette, seulement si risque de contact avec Des liquides biologiques Pour la toilette ou le change d un patient souillé Pour l élimination du linge souillé et des déchets Une muqueuse Pour le soin de bouche, ou l entretien de la prothèse dentaire Pour les soins d yeux Pour la toilette génitale La peau lésée du patient du soignant (le gant complète le pansement qui couvre la plaie) Un produit médicamenteux 20/06/2012 Congrès SF2H

38 Comment répondre Le port de gants est donc à proscrire Dès l entrée dans la chambre Pour laver un visage, des pieds sains Pour un effleurage Pour l habillage Pour manipuler du linge propre 20/06/2012 Congrès SF2H

39 Oui mais Pour changer un bébé, il n y a pas de risque, je ne mets pas de gant 20/06/2012 Congrès SF2H

40 Comment répondre Le change d un bébé comme celui d un adulte peut entraîner un risque de contamination virale et bactérienne voire de transmission 20/06/2012 Congrès SF2H

41 Situation 6 Je dois réaliser une friction hydro alcoolique des mains avant et après le port des gants 20/06/2012 Congrès SF2H

42 Vrai R 4 «Il est fortement recommandé d effectuer une FHA en remplacement du lavage des mains (au savon doux ou antiseptique ) en l absence de souillure visible des mains (AF)» Prévention de la transmission croisée : PCC, SFHH 2009 R 30 «Il est recommandé d effectuer une hygiène des mains Avant de mettre des gants pour un soin Immédiatement après avoir retiré des gants» Surveiller et prévenir les IAS, SFHH / HCSP /06/2012 Congrès SF2H

43 Oui mais Je préfère le lavage des mains à la friction hydro alcoolique après avoir porté des gants Au retrait des gants, les mains sont propres, il est inutile de les nettoyer 20/06/2012 Congrès SF2H

44 Comment répondre Le lavage des mains a surtout une action mécanique, il est insuffisant pour désinfecter Le port de gants limite la contamination des mains mais ne l élimine pas complètement Étude Pittet et al.,arch intern Med, 1999 Des germes pathogènes ont été décrits (ERG) Travail Tenorio Clin infect Dis 2001 Prévention de la transmission croisée : PCC, SFHH 2009 Au retrait des gants, la contamination des mains est fréquente par contact de la peau et des gants 20/06/2012 Congrès SF2H

45 Contamination de mains gantées après un soin Mains après retrait des gants Mains après retrait des gants et lavage simple des mains 20/06/2012 Congrès SF2H

46 Oui mais Après le port de gant d accord mais avant, on n a pas besoin de se laver les mains 20/06/2012 Congrès SF2H

47 Comment répondre La désinfection par friction est indispensable avant le port de gant Pour ne pas contaminer les gants et leur conditionnement d origine au moment de les prendre Pour abaisser le niveau initial de contamination des mains qui sous les gants sera majoré (chaleur et humidité) 20/06/2012 Congrès SF2H

48 Comment répondre L usage des gants en toute sécurité nécessite le respect des techniques D enfilage des gants pour prévenir la contamination des gants De retrait des gants pour prévenir la contamination des mains du personnel 20/06/2012 Congrès SF2H

49 Comment enfiler des gants 20/06/

50 Comment retirer des gants 4. Pratiquer une hygiène des mains 20/06/2012 Congrès SF2H

51 Situation 7 Pour prendre les constantes d un patient porteur d une bactérie multi résistante aux antibiotiques (BMR), je dois porter des gants non stériles 20/06/2012 Congrès SF2H

52 Faux R 94 «Il est recommandé de ne pas mettre systématiquement des gants En entrant dans la chambre (AF) Avant de pratiquer un soin sur peau saine (AF) Avant de toucher l environnement proche (AM) d un patient auquel s appliquent les PC de type Contact (hors ERG, Clostridium difficile )» Prévention de la transmission croisée : PCC, SFHH 2009 R 42 «Les indications du port de gants à usage unique ne sont pas différentes dans ces situations de PCC (elles restent restreintes aux expositions au liquides biologiques et au sang)» Surveiller et prévenir les IAS, SFHH / HCSP /06/2012 Congrès SF2H

53 Oui mais Le port de gants prévient la transmission des BMR 20/06/2012 Congrès SF2H

54 Comment répondre Pour éviter la dissémination des BMR, il faut privilégier la désinfection des mains qui détruit les bactéries (BMR ou non), Le gant au contraire peut empêcher cette désinfection, notamment au cours des enchaînements de soins chez le même patient La transmission manuportée devient «gantportée» 20/06/2012 Congrès SF2H

55 Comment répondre Les gants trop souvent portés, peuvent être responsables de transmission croisée entre patients SARS et SARM en réanimation, Hong-Kong, Réanimation «dédiée SARS», dépistage d entrée, puis 1/ semaine Gants et surblouses en continu Taux de SARM pour 100 admissions 20/06/2012 Congrès SF2H 2012 Temps 55

56 Oui mais Dans le cas de Clostridium difficile, gale, ERG, EPC, le port de gant est systématique 20/06/2012 Congrès SF2H

57 Comment répondre Contrairement aux BMR, Clostridium difficile, la gale sont connus pour leur risque de diffusion épidémique L usage des gants s accompagne d une diminution significative de l incidence des diarrhées à Clostridium difficile Etude JohnsonS,GerdingDN,Olson MM et AL: 1990 La gale est une maladie très contagieuse 20/06/2012 Congrès SF2H

58 Comment répondre Les bactéries hautement résistantes (BHR) présentent un risque majeur de transfert de résistance Enterococcus faecium résistant à la vancomycine ou aux glycopeptides (ERV- ERG) Entérobactéries productrices carbapénémases (EPC) 20/06/2012 Congrès SF2H

59 Comment répondre Pour certains de ces micro-organismes spécifiques le port de gants dès l entrée dans la chambre est recommandé Le port de gants est toujours associé à une hygiène des mains rigoureuse Des mesures spécifiques sont exigées Des textes existent 20/06/2012 Congrès SF2H

60 Situation 8 Je mets des gants dès l entrée dans la chambre d un patient porteur d une trachéotomie Je relève les constantes J aspire le patient Je branche l aérosol 20/06/2012 Congrès SF2H

61 Prévention des AES Faux «Port de gants si risque de contact avec du sang, ou tout autre produit d'origine humaine ( ) et matériels souillés.» Circulaire DGS/DH - N 98/249 du 20 avril 1998 R 34 «Les gants sont changés entre 2 patients ou 2 activités (y compris pour le même patient). Ils sont mis juste avant le contact, le soin ou le traitement. Ils sont retirés dès la fin du soin pour être jetés avant de toucher l environnement.» Surveiller et prévenir les IAS, SFHH / HCSP 2010 Cadre des PS 20/06/2012 Congrès SF2H

62 Oui mais Je lave ou frictionne mes mains gantées entre 2 soins Je porte 2 paires de gants l une sur l autre, ainsi je change de gant pour un soin, c est pratique 20/06/2012 Congrès SF2H

63 Comment répondre Réutiliser et/ou désinfecter des gants à usage unique n est validée par aucune procédure L efficacité des produits d hygiène des mains est validée sur la peau et non sur des produits inertes comme les gants R15 «Il est fortement recommandé de ne pas réaliser de frictions des gants, ni de lavage des gants» (AF) Prévention de la transmission croisée : PCC, SFHH /06/2012 Congrès SF2H

64 Comment répondre L utilisation prolongée de gant, leur non changement entre 2 soins, 2 actes peuvent entraîner Une absence d hygiène des mains dans 1 cas sur 2 La transmission d une flore d un site corporel à un autre site ces germes sur un site inapproprié peuvent devenir pathogènes La transmission de germes à un dispositif médical ou à l environnement Une altération du matériau du gant Un risque accru d irritation cutanée 20/06/2012 Congrès SF2H

65 Oui mais J ai toujours une paire de gants dans ma poche «identifiée propre» 20/06/2012 Congrès SF2H

66 Comment répondre Seul le conditionnement d origine préserve la propreté des gants 20/06/2012 Congrès SF2H

67 Situation 9 Je porte des gants, dès l entrée dans la chambre d un patient en isolement protecteur 20/06/2012 Congrès SF2H

68 Faux Prévention des AES Circulaire DGS/DH - N 98/249 du 20 avril 1998 L usage des gants contaminés en raison d un stockage inapproprié, d usage à des moments inopportuns et de techniques d enfilage et de retrait inappropriées, peut également être à l origine de la transmission de germes Usage des gants : fiche d information avril 2010 Organisation Mondiale de la Santé 20/06/2012 Congrès SF2H

69 Oui mais Je mets des gants avant d entrer dans la chambre, je suis sûr(e) de protéger le patient 20/06/2012 Congrès SF2H

70 Comment répondre Le port de gants = PS pour tout patient Le gant porté en permanence comporte plus de risques que le bénéfice attendu C est l association d une désinfection des mains au bon moment et d une gestuelle gantée appropriée qui prévient la transmission des germes au patient fragile et à son environnement 20/06/2012 Congrès SF2H

71 Gants sous surveillance pour une sécurité «soignant soigné»partagée

72 2013, L année du gant Gants bien portés, soignants/soignés, on a tous à y gagner

Gants sous surveillance

Gants sous surveillance Gants sous surveillance Béatrice Croze, Christia Gheno Réseau Interrégional des professionnels en hygiène hospitalière Avignon le 9 novembre 2012 12/11/2012 1 Contexte Sujet toujours d actualité Argumentation

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

Respect des précautions standard

Respect des précautions standard Respect des précautions standard 11 e journée régionale de prévention des infections associées aux soins Jeudi 11 avril 2013 Denis THILLARD Circulaire DGS/DH n 98-249 du 20 avril 1998 : «Des précautions

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE 1 Introduction 822 000 naissances en 2012 14 124 à la Réunion (2011) Infections nosocomiales en maternité Mères bébés Fréquence variable selon le mode d accouchement et le

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

mentaires en EHPAD : Quand les lever?

mentaires en EHPAD : Quand les lever? Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Réseau CEN T RE HO S PIT AL IE R LE MANS Les Précautions Complémentaires mentaires en EHPAD : Quand les lever? 2 ème Journée inter-régionale Prévention

Plus en détail

Quizz Hygiène des mains

Quizz Hygiène des mains Quizz Hygiène des mains Question 1 En dehors des professionnels de santé, l hygiène des mains concerne : 1. le grand public 2. les résidents 3. les visiteurs 4. les intervenants externes 5. les bénévoles

Plus en détail

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile.

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Frédérique SIESSE,infirmière libérale, Perpignan, Référente RVPCLR pôle Perpignan 1 La responsabilité de l infirmière

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD?

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? 2 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD ARLIN Haute-Normandie - CCLIN Paris Nord 18 novembre

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III. Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains

Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III. Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains 1 INTRODUCTION Compliance à l hygiène des mains et sa qualité = largement tributaires : De la présence

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG F I C H E P R E V E N T I O N N 1 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG DEFINITION STATISTIQUES Chaque année dans les collectivités et établissements publics de la Manche,

Plus en détail

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 L hygiène des mains N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 Un peu d histoire I. Introduction La première pratique remonte au milieu du XIXème siècle, lorsque le Dr Semmelweiss le demande aux étudiants en médecine

Plus en détail

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits)

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits) Infections liées aux soins Guide de prévention (extraits) Technique du lavage des mains Mouiller Savonner Rincer Sécher par tamponnement Fermer le robinet avec l essuie-mains Indications du lavage des

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

Accidents d exposition au risque viral Albert Albert Sotto Sotto février 2013

Accidents d exposition au risque viral Albert Albert Sotto Sotto février 2013 ECN n 202 Une jeune élève infirmière, vient de se piquer avec une aiguille alors qu elle venait de faire un prélèvement péè e tdesa sang veineux. eu Accidents d exposition au risque viral Albert Sotto

Plus en détail

Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais.

Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais. Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais Méthodologie Enquête déclarative faite en février 2010 auprès des IDE hygiéniste et/ou

Plus en détail

C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002. 1. Hygiène du personnel

C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002. 1. Hygiène du personnel 1. Hygiène du personnel 11 C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002 1. HYGIÈNE DU PERSONNEL 1.1 Précautions standard 1.2 Vestiaires du personnel 1.3 Tenue du personnel

Plus en détail

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS 1. OBJECTIF Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des micro-organismes. 2. DOMAINE D APPLICATION L ensemble des professionnels de,

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte PROPIN (programme national de prévention des infections nosocomiales) 2009-2013 Objectif Renforcer la prévention du risque infectieux soignants/soignés

Plus en détail

Protocole Hémoculture

Protocole Hémoculture Hôpital Local Intercommunal Soultz-Issenheim N : S.PT.S.042.1 Protocole Hémoculture SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 11 : SERVICE DE SOINS

Plus en détail

PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE»

PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE» PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE» Josée e Allard et Sandra Hulmann Enseignantes à l École des métiers des Faubourgs-de-Montréal de la Commission scolaire de Montréal

Plus en détail

Les accidents percutanés. Résultats 2005, inter-région Nord. Les établissements participant Inter-région Nord 2005. Fonction des victimes d AES (%)

Les accidents percutanés. Résultats 2005, inter-région Nord. Les établissements participant Inter-région Nord 2005. Fonction des victimes d AES (%) Les établissements participant Inter-région ord 200 Résultats 200, inter-région ord 4 AES dans 9 établissements ord Pas de Calais 2 Régions Hte orm. Pic. 8 Ile de France 9 Statut de l'établissement Privé

Plus en détail

EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste ULIN-janvier 2015-FDP08

EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste ULIN-janvier 2015-FDP08 EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste 1 Sommaire 1. Planter le décor : CH Valenciennes 2. Flash back sur le contexte national et les recommandations des instances

Plus en détail

La vie d un résident porteur d une BMR que faire?

La vie d un résident porteur d une BMR que faire? «L hygiène dans tous ses états» CHI de CLERMONT de l OISE Mardi 31 Mars 2015 La vie d un résident porteur d une BMR que faire? Auteur: Ivana NOVAKOVA Infirmière Hygiéniste ARLIN Ile-de-France CCLIN Paris

Plus en détail

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PROCÉDURE METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PG INF 011 v4 03/2014 1/7 MODIFICATIONS APPORTÉES Application des précautions complémentaires air ou gouttelettes, mars 2013 En cas de transfert

Plus en détail

Quelles sont les professions les plus à risque d accident du travail?

Quelles sont les professions les plus à risque d accident du travail? Parlons des AES Quelles sont les professions les plus à risque d accident du travail? Les professions exposées BTP Infirmières AES 6,84% 10,3% Bois Alimentation 6,1% 5,9% Transport 4,9% Métallurgie 4,9%

Plus en détail

Précautions complémentaires et bloc opératoire

Précautions complémentaires et bloc opératoire Précautions complémentaires et bloc opératoire Dr S LELIMOUZIN CHBA Vannes-Auray 1 Contexte Le bloc opératoire : un secteur «protégé» Un accès réglementé Tenue de bloc : pyjama, coiffe, masque chirurgical,

Plus en détail

Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA)

Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA) Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA) SOMMAIRE Points essentiels...3 Pose du KTA, contexte urgent...4 Pose du KTA, contexte non urgent...7 Pansement du

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 30 janvier 2014 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Corinne DENIS praticien

Plus en détail

Philippe Berthelot et Joseph Hajjar Journée des correspondants Tain l Hermitage 21 octobre 2010

Philippe Berthelot et Joseph Hajjar Journée des correspondants Tain l Hermitage 21 octobre 2010 Philippe Berthelot et Joseph Hajjar Journée des correspondants Tain l Hermitage 21 octobre 2010 Historique CTIN, CCLIN - 1992 100 Recommandations pour la surveillance et la prévention des IN (1 ère édition)

Plus en détail

Patients porteurs de BMR en EHPAD

Patients porteurs de BMR en EHPAD Patients porteurs de BMR en EHPAD Formation hygiène en Gériatrie ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr La colonisation par les BMR (bactéries multirésistantes aux antibiotiques) Simple portage Aucun symptôme

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre)

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) actualisation 2013 des recommandations ERG/EPC du HCSP Dr Karine Blanckaert

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013

RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013 RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013 Programme d actions 2013 - Poursuivre la démarche qualité : amélioration continue de la qualité et de la - sécurité des soins - Prévention, gestion des risques associés

Plus en détail

LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX

LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX Daniel BLOC PH hygiéniste CHU de Tours Tout soin délivré est à risque de complication infectieuse mais la fréquence

Plus en détail

Hygiène hospitalière. Alexandre QUILLET Interne de Santé Publique Staff du 15 mai 2013

Hygiène hospitalière. Alexandre QUILLET Interne de Santé Publique Staff du 15 mai 2013 Hygiène hospitalière QUIZZ Alexandre QUILLET Interne de Santé Publique Staff du 15 mai 2013 QUIZZ 1 Un patient revient 10 mois après une intervention pour une prothèse de genou dans le cadre d une infection

Plus en détail

Guide pour la formation de nouveaux professionnels en établissements de soins CCLIN Sud Ouest

Guide pour la formation de nouveaux professionnels en établissements de soins CCLIN Sud Ouest V / LES BASES DE LA PREVENTION 35 Les règles d hygiène de base s appliquent aux patients et également à tout le personnel. Elles visent à limiter le risque de transmission croisée de micro-organismes responsables

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

LES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG AES. Service hygiène - Centre Hospitalier de Saint- Quentin - Septembre 2015

LES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG AES. Service hygiène - Centre Hospitalier de Saint- Quentin - Septembre 2015 LES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG Service hygiène - Centre Hospitalier de Saint- Quentin - Septembre 2015 AES Définition d un Accident par Exposition au sang CONTACT DIRECT AVEC DES LIQUIDES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Bonne pratique de soins en maternité

Bonne pratique de soins en maternité Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Bonne pratique de soins en maternité de la salle d accouchement à la pouponnière Prévention du risque

Plus en détail

Cathéters veineux périphériques : Gestion du risque infectieux

Cathéters veineux périphériques : Gestion du risque infectieux Cathéters veineux périphériques : Gestion du risque infectieux Monica Attinger- Claire-Lyse Dumas - Corinne Vandenbulcke Forum HH - 8 avril 2008 I - Généralités Dispositifs à disposition Pré requis : matériel

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG Généralités Epidémiologie Facteurs de risque des Contaminations Professionnelles Généralités et définitions Objectif : éviter la transmission au personnel soignant d infections

Plus en détail

HUG - Direction des Soins - 2008-2009. Principes de base de la préparation d injectables. Les dispositifs.

HUG - Direction des Soins - 2008-2009. Principes de base de la préparation d injectables. Les dispositifs. Direction des Soins Faculté de Médecine SEMINAIRE INTERACTIF - GESTES TECHNIQUES 3 Principes de base de préparation d injections, Injections intra dermiques (ID) et sous cutanées (SC) chez l adulte et

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

Journée de printemps 12 mars 2012

Journée de printemps 12 mars 2012 Journée de printemps 12 mars 2012 EHPAD 2 Il n est plus obligatoire pour fin déc. 2012. Action à inscrire dans le cadre de l évaluation interne. Document d Analyse du Risque Infectieux (DARI) Manuel national

Plus en détail

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D.

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. DAURIAC MARIE-CHRISTINE INFIRMIERE EQUIPE MOBILE DE GERIATRIE CH AUCH 9 JUIN 2011 Projet de vie / projet de soins Les deux projets,

Plus en détail

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical Note technique de la commission Désinfection de la SF2H Novembre 2013 Rédacteurs : R. Baron, H. Boulestreau, P. Chaize, B. Croze, F. Karnycheff, L. Simon, X. Verdeil, D. Verjat-Trannoy Indications des

Plus en détail

Comment intégrer les établissements de long séjour? Forum HH avril 2006 Monica Attinger Infirmière PCI UHPCI/Vaud

Comment intégrer les établissements de long séjour? Forum HH avril 2006 Monica Attinger Infirmière PCI UHPCI/Vaud Comment intégrer les établissements de long séjour? Forum HH avril 2006 Monica Attinger Infirmière PCI UHPCI/Vaud BUT 1 MOYEN Amélioration de la pratique de l hygiène des mains Campagne Participants: 116

Plus en détail

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Véronique Bussy-Malgrange Martine Blassiau Journée interrégionale de formation CClin-Est-Resclin,

Plus en détail

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR 1 «Au lieu de s ingénier àtuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire»? PASTEUR Béatrice Allain-Cadre

Plus en détail

Gestion des patients contagieux. Les maladies infectieuses ne vont pas disparaître. Isolement des patients contagieux. Pourquoi?

Gestion des patients contagieux. Les maladies infectieuses ne vont pas disparaître. Isolement des patients contagieux. Pourquoi? Gestion des patients contagieux C est un fait : nous vivons au milieu des microbes Dr Laurent HOCQUELOUX CHR d Orléans La Source les nôtres ceux des autres ceux de notre environnement Bilan depuis 20 ans

Plus en détail

Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte

Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte Des BMR aux BHR Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte Les enjeux Pas de nouvelles molécules antibiotiques Des malades de plus en plus fragiles Des actes de plus en plus invasifs

Plus en détail

Pathologie infectieuse

Pathologie infectieuse Infections nosocomiales Prévention des risques Infection Pénétration dans un organisme d'un agent étranger (bactérie, virus, champignon, parasite) capable de s'y multiplier et d'y induire des lésions pathologiques.

Plus en détail

Surveillance. REPH Rhône-Alpes 15 Mars 2012 Chambéry

Surveillance. REPH Rhône-Alpes 15 Mars 2012 Chambéry http://nosobase.chulyon.fr/recommandations/2011_ehpad_cclin_version2_13_12_11.pdf REPH Rhône-Alpes 15 Mars 2012 Chambéry E P H R Les EHPAD, MAS et FAM ne seront pas obligés de réaliser leur DARI avant

Plus en détail

Audit de pratiques professionnelles. La ponction du liquide amniotique

Audit de pratiques professionnelles. La ponction du liquide amniotique Audit de pratiques professionnelles La ponction du liquide amniotique Journée réseau MATER 17 novembre 2011 C. Chapuis/P.Battagliotti/ ESPRI/ HCL PLA : quels sont les risques? Risque de fausse couche :

Plus en détail

19/06/2014. LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE

19/06/2014. LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2014 1 L incontinence fréquente, de grave conséquence chez le sujet âgé. L incontinence

Plus en détail

Contexte. Partenariats. Méthodologie RPC (HAS 2010) Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Contexte. Partenariats. Méthodologie RPC (HAS 2010) Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Contexte 22e Journée annuelle du GERES Vendredi 7 Décembre 2012 Dr Anne Berger-Carbonne pour le groupe de travail 2004

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

AVIS 14 décembre 2011

AVIS 14 décembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2011 BIORGASEPT 0,5%, solution pour application cutanée Flacon de 250 ml (CIP : 360 430-7) Laboratoires BAILLEUL-BIORGA DCI Code ATC (libellé) Conditions

Plus en détail

Contexte. Partenariats. Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Contexte. Partenariats. Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Contexte Réunion des infirmières hygiénistes de l Inter-région Paris- Nord Paris 15 mai 2013 Béatrice CROZE Infirmière

Plus en détail

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les équipements de protection individuels Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les E.P.I (équipements de protection individuels) Le bon usage des gants

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

Un autre regard sur les Gants. CH Villefranche S/S. 34 èmes Journées Régionales en Hygiène Hospitalière BRON 2011

Un autre regard sur les Gants. CH Villefranche S/S. 34 èmes Journées Régionales en Hygiène Hospitalière BRON 2011 CH Villefranche S/S 34 èmes Journées Régionales en Hygiène Hospitalière BRON 2011 Katherine SIMIAN, Franck MAGNIN référents en hygiène à l Unité de Consultations et de Soins Ambulatoires Dr Béatrice GRISI

Plus en détail

Fièvre EBOLA: Accueil d un patient dans un service d urgence, de maternité ou de maladies infectieuses

Fièvre EBOLA: Accueil d un patient dans un service d urgence, de maternité ou de maladies infectieuses Fièvre EBOLA: Accueil d un patient dans un service d urgence, de maternité ou de maladies infectieuses Equipe Opérationnelle d Hygiène/DOMU Les CESU de l APHP 26/11/2014 D où vient le virus EBOLA? 2 Fièvre

Plus en détail

QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE

QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE ARLIN Aquitaine Journée des Correspondants en Hygiène 28 mai 2015 Recommandations pour la prévention des infections dans les

Plus en détail

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE Infection VINCENT A, Saint Genis Laval LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Octobre 2008 Objectif Pour mettre en place une surveillance

Plus en détail

La qualité du diagnostic des bactériémies

La qualité du diagnostic des bactériémies La qualité du diagnostic des bactériémies Aout 2014 Rappels préalables Le sang est un milieu normalement stérile Un état bactériémique se caractérise par le passage répété de micro organismes dans le sang

Plus en détail

Médicaments. cytotoxiques. et soignants. Manipuler avec précaution!

Médicaments. cytotoxiques. et soignants. Manipuler avec précaution! Médicaments cytotoxiques et soignants Manipuler avec précaution! Les médicaments cytotoxiques : de quoi parle-t-on? Les médicaments cytotoxiques sont largement utilisés dans les services d oncologie dans

Plus en détail

Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale

Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale Docteur Fabien Squinazi Médecin biologiste Ancien Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Membre du comité

Plus en détail

PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique»

PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique» PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique» Anne-Marie Béduchaud Responsable Hygiène gestion du risque Polyclinique de Poitiers/Clinique Saint Charles/HAD 18032015 Qu est ce

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES V Morange PH hygiéniste CHRU Tours 14 juin 2012-13 JNI Les bactéries Des BMR aux BHR émergentes Des BMR Les bactéries Bactéries S. aureus Entérobactéries

Plus en détail

Informations express sur la prévention du VIH

Informations express sur la prévention du VIH Informations express sur la prévention du VIH Où se trouve le VIH? On peut trouver le VIH dans de nombreux fluides corporels tels que le sang, le sperme, les fluides vaginaux et le lait maternel. Comment

Plus en détail

Le port de gants à usage unique lors des activités de soins en CTR

Le port de gants à usage unique lors des activités de soins en CTR Le port de gants à usage unique lors des activités de soins en CTR état des lieux Forum d'hygiène Hospitalière Septembre 213 Firmino Battistella Infirmier régional HPCI Est-vaudois Hygiène Prévention et

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance?

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Journée d échanges des réseaux ATB & BMR Sud Est Pr Jean-Philippe Lavigne (CHU Nîmes, INSERM U1047) Questions

Plus en détail

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients LES GANTS Pour la protection de tous, personnel et patients Mettre des gants, pourquoi? L efficacité de la désinfection des mains par lavage ou par friction est limitée : Avant un geste nécessitant une

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact :

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Un nouvel outil pour les équipes d hygiène Xe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Yann Ollivier 1 Contexte /

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION OBJECTIFS SPECIFIQUES : EXPLIQUER L IMPORTANCE DE LA PREVENTION DE L INFECTION DANS LES SERVICES DE SOINS. DECRIRE LE CYCLE DE L INFECTION IDENTIFIER LES MOYENS

Plus en détail

Prévention de l infection urinaire. Chantal Léger

Prévention de l infection urinaire. Chantal Léger Prévention de l infection urinaire Chantal Léger Enquête PRIAM : Résultats Infections urinaires 24% Infections respiratoires hautes et basses confondues : 41% Répartition proportionnelle des infections

Plus en détail

Notion de risques professionnels chez les soignants AP 1314 MOD 6

Notion de risques professionnels chez les soignants AP 1314 MOD 6 Notion de risques professionnels chez les soignants AP 1314 MOD 6 1 Risques infectieux ++++ Risques chimiques, allergiques. Risques physiques : TMS (cf.mod 4) Risques psychiques : charge mentale, charge

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Poste de travail étudié Type de Risque Description et Nature du risque Évaluation du risque G F NR Moyens de prévention /protection en place Actions retenues à mettre en oeuvre Unité de travail n 1: la

Plus en détail

Utilisation d'une chambre implantable

Utilisation d'une chambre implantable Utilisation d'une chambre implantable Prévention des infections associées aux soins Référence BM : Ref. Service : Version : 1 Centre Hospitalier de Hyères SERVICE HYGIENE Nombre de page : 11 1. OBJET Eviter

Plus en détail

Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT

Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT CYCLES 2 et 3 Reconnaître une situation d urgence Connaître les règles de base pour porter secours Minimum à savoir (enseignant) Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT Définition : On observe une

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

Philippe BLANCO Cadre Hygiéniste CH de Saint Nazaire. Thierry JOUTARD Directeur d IFSI/IFAS CRF de Rezé

Philippe BLANCO Cadre Hygiéniste CH de Saint Nazaire. Thierry JOUTARD Directeur d IFSI/IFAS CRF de Rezé Philippe BLANCO Cadre Hygiéniste CH de Saint Nazaire Thierry JOUTARD Directeur d IFSI/IFAS CRF de Rezé Congrès SF2H Marseille 6 juin 2014 1 Réseau COLINES 2 3 Représentation des soignants à travers le

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 22 novembre 2012 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Prévention primo-secondaire

Plus en détail

PREVENTION DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE ET INFORMATION DU PATIENT

PREVENTION DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE ET INFORMATION DU PATIENT PREVENTION DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE ET INFORMATION DU PATIENT Sylvie PAGET UE 2.10 S1 2015-2016 2016 PLAN INTRODUCTION 1- Les Infections du Site Opératoire (ISO) 1-11 Epidémiologie 1-22 DéfinitionD

Plus en détail

Signalement des infections nosocomiales *

Signalement des infections nosocomiales * Signalement des infections nosocomiales * Le signalement externe E.Laprugne-Garcia FF cadre supérieur de santé en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Est XXIIème Congrès SF2H, 8 juin 2011 Un cadre réglementaire.

Plus en détail

GESTES TECHNIQUES CHEZ LE PATIENT DIABETIQUE

GESTES TECHNIQUES CHEZ LE PATIENT DIABETIQUE Page 1/6 Versio n Nom et fonction 00 ME BRASSART Cadre de Santé MC BEAUFILS Pharmacien 01 02 03 MEBRASSART MC.BEAUFILS Le Groupe hygiène-soins Rédaction Vérification Approbation Date Visa Nom et fonction

Plus en détail

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger Prévention de l infection et sondage urinaire Chantal Léger Enquête PRIAM : Résultats Conjonctivites infectieuses 5% Gastro-entérites 7% Zona 1% Autres 7% Infections urinaires 24% Infections d escarres

Plus en détail