Gestion des déchets à la SAMIR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion des déchets à la SAMIR"

Transcription

1 Gestion des déchets à la SAMIR COLLOQUE INTERNATIONAL : DÉCHETS INDUSTRIELS AU MAROC - 2 ÈME ÉDITION POTENTIEL DES 3R «RÉDUCTION, RÉUTILISATION ET RECYCLAGE» Décembre 2010 Présenté par Mr A. Arad Chef Département Energie & Environnement

2 Introduction Plan de la Présentation 1 ère Partie : Présentation de la SAMIR Historique Données techniques Traitement du pétrole Projet de modernisation 2 ème Partie : Gestion des déchets à la SAMIR Génération de déchets dans les raffineries Origines et types de déchets générés à la raffinerie SAMIR Procédure de gestion des déchets Minimisation de la génération des déchets Incinération des terres polluées

3 Introduction Depuis plusieurs années la SAMIR considère l environnement comme une priorité stratégique dans sa politique de gestion L engagement du Directeur Général en 2009 pour la mise en place d un système de management environnemental est un témoignage fort sur l importance accordée à la protection de l environnement La SAMIR est certifiée santé et sécurité OHSAS et Environnement ISO le 29 Novembre 2010 La certification Qualité ISO 9001 v2000 en Avril 2008 Les certificats sont délivrés par le MCI et le Bureau Veritas

4 1 ère Partie : Présentation de la SAMIR

5 Historique sur la SAMIR 1959: Création de la SAMIR par l'état Marocain et l'office Italien des Hydrocarbures ENI. Extension capacité en 1978 (2.25 à 6.5 millions tonnes par an) 1973: Marocanisation de la société: Société Anonyme Marocaine de l Industrie du Raffinage 1997: Privatisation et transfert de 67% du capital au Groupe Corral Petroleum AB 1999: Fusion avec la SCP (Société Chérifienne des Pétroles)

6 Données techniques sur la SAMIR Superficie de la Raffinerie Mohammedia: 200 hectares environ Emplois SAMIR : 1200 personnes Capacité de raffinage : 6.5 millions T/an de pétrole brut et passera à 8.2 avec le Top4. Capacité production huiles de bases: T/an Capacité de stockage : 2 millions m3 dont moitié pétrole brut Produits fabriqués: Propane, Butane, Essence Super sans plomb, Jet, Gasoil, Fuel oïl, Huiles de base, Bitumes et paraffines Produits exportés : Huiles de bases et Virgin naphta Chiffre d affaire de la Samir : 27 milliards DH en 2009

7 Traitement du pétrole la SAMIR Les principales opérations de traitement du pétrole sont: PRÉCHAUFFAGE (1 er stade : c) DESSALAGE PRÉCHAUFFAGE (2eme Stade :260 ) CHAUFFAGE (370 c) DISTILLATION ATMOSPHERIQUE SOUTIRAGE DES PRODUITS

8 Rendements du pétrole brut Les rendements obtenus sur le brut Arabian light sont: Gaz+pertes : 0.5 GPL (gaz de pétrole liquéfiés) : 0.9 Essences : 15 Naphta + kérosène : 13.5 Gasoil : 24.8 Fuel oil : 45.3 Total 100

9 Projet de Modernisation (Unités UPG) Ce projet de modernisation intègre la dimension développement durable visant à concilier le développement économique, le social et l écologie. Améliorations sur le plan stratégique & économique: Mise à niveau de l outil de raffinage à travers la modernisation et l automatisation des procédés de fabrication, Traitement des fractions pétrolières lourdes pour produire des produits finis de haute valeur ajoutée (GPL, essence, Jet et GO) Améliorations sur le plan environnement Amélioration considérable de la qualité du gasoil, la teneur en soufre est réduite de 99,5% (50 ppm au lieu de 10000ppm), Amélioration de la qualité de l air particulièrement dans les grandes villes du pays, Le projet respecte les normes de qualité de l air ambiant de l OMS (Qualité combustible, cheminée de 120m de hauteur donc bonne dispersion des fumées dans l air).

10 2 ème Partie : Gestion des déchets à la SAMIR

11 Génération des déchets dans les raffineries de pétrole Déchets générés dans les raffineries de pétrole: Les déchets solides et boues générés par les raffineries de pétrole : 0,01 à 2 kg par tonne de pétrole brut traité 80 % de ces déchets solides sont considérés comme déchets dangereux (présence de composés organiques et de métaux lourds ) Pour une raffinerie de 10 millions de tonnes : T/an (1kg/T) Source Selon la Banque Mondiale, [101, World Bank, 1998]. Composition des déchets générés : Boues (réservoirs de stockage, traitement des eaux usées, etc.) : 45% Autres déchets pollués (sols pollués, catalyseurs, déchets de goudron, etc.) : 20% Déchets hors raffinage (déchets domestiques, de construction ; métaux ; etc. : 35 % Source : rapport [82, Conservation of Clean Air and Water in Europe CONCAWE, 1995]

12 Génération des déchets à la raffinerie SAMIR Deux grands types de déchets : Les déchets non dangereux : tous les matériaux ou produits non pollués par les hydrocarbures ou autres substances dangereuses. Les déchets dangereux : tous les matériaux ou produits pollués par les hydrocarbures ou autres substances dangereuses. Les principaux déchets dangereux sont des «Terres Polluées» issues des: -Boues et sédiments des réservoirs de stockage et des équipements -Sols contaminés et boues de station de traitement des eaux usées, - Boue issue du curage des fosses et égouts - Quantité terre polluée générée annuellement : Tonnes par an soit environ 0.3 kg par tonne de brut traité.

13 Déchets non dangereux Désignation du déchet Origine Filière de traitement Déchets de métaux Travaux d'entretien Vente comme ferraille Chute de bois d'emballage Emballage équipements, etc. Vente comme ferraille Bitume issus de l'assainissement Fonds de bacs et capacités Recyclage et valorisation Laine de verre usée Substitution du calorifuge Reprise par le sous-traitant Piles alcalines usées Usage pour torche d'éclairage Mélange avec les déchets de bureau Catalyseur usé à base de platine Substitution de catalyseur Reprise par le fournisseur Déchets de cantine Restauration Décharge publique Déchets de bureau Nettoyage bureaux Décharge publique Déchets divers (papier, carton, plastique ) Ateliers, Magasin, Bureaux etc. Décharge publique Déchets de jardinage Jardinage Décharge publique Déchets de construction Travaux génie civil Décharge publique Réfractaires des fours et chaudières Substitution réfractaires Décharge publique Résidu d'incinération Incinération terres polluées Décharge publique

14 Déchets dangereux Désignation du déchet Origine Filière de traitement Elimination par incinération pour les Utilisation des produits chimiques et Fûts vides PEHD huiles de lubrification Sols contaminés Boues issues de traitement des eaux usées Terre usée issue du traitement process Sédiments et boues Assainissement suite à des déversements Traitement des eaux usées Traitement de paraffine Assainissement des bacs, capacités et fosses Elimination de la pollution organique par l'incinérateur de la SAMIR Huiles de lubrification usées Vidange huiles usées Huiles usées recyclées en interne Huiles des transformateurs Huiles des transformateurs Régénération en interne par des sociétés spécialisées Batteries & accumulateurs usées Groupes électrogènes, véhicules, etc. Reprise par les fournisseurs & soustraitants Cartouches d'imprimante usées Bureaux Reprise par les fournisseurs Seaux de peinture vides Travaux de peinture Reprise par les sous-traitants Chiffons et vêtements souillés par les Brulage pendant les exercices Travaux d entretien & laboratoire hydrocarbures d incendie Récupération par les sociétés Catalyseurs usés Co Mo Substitution de catalyseur spécialisées

15 Gestion des déchets Solides et Liquides La priorité est donnée à la valorisation, recyclage et récupération des déchets solides ou liquides, Le respect de la loi relative à la gestion des déchets et à leur élimination et le décret sur la classification des déchets Les déchets générés sont collectés et gérés par un permis vert, Les déchets contaminés sont soit récupérés soit éliminés par incinération localement ou dans des centres spécialisés,

16 Gestion des déchets Solides et Liquides Récupération au maximum des fonds de bacs riches en HC Elimination rapide des fuites d hydrocarbures pour réduire au maximum la génération de terres polluées, Travail en toute propreté en évitant les déversements, les fuites et la pollution du sol Tri et conditionnement adéquat par type de déchet

17 Procédures pour la Gestion des déchets solides Procédure de gestion des déchets solides Cette procédure définit le mode de gestion des déchets en précisant en particulier: la nature du déchet, le conditionnement,le stockage, la manipulation, la destination et les responsabilités Prévention sur les fuites et déversements d hydrocarbures et Plan d intervention Cette procédure identifie les sources et les causes des fuites et déversements et les actions de prévention contre ces fuites et déversements

18 Installation d Incinération des Déchets Cette installation est conçue pour l incinération des déchets pollués par les hydrocarbures. Ces déchets proviennent des: Boues fonds bacs, Boues STEP, Terres issues d assainissement (fuites ou déversement HC), Terre usée avec présence de paraffine etc., Ce mélange de déchets appelé terres polluées contient 2-10%P HC et % de matières organiques La quantité à incinérer générée annuellement est de 2000 T/an L incinérateur permet l élimination de 99,99% les hydrocarbures présents dans les déchets.

19 Caractéristiques de l installation Capacité de traitement: 2 m3/h (4-5 T/h), Emission à l atmosphère de MPS <100 g/nm3 Source de chaleur: fuel ou fuel gaz Combustion : 800 C (design) Température de Postcombustion gaz: 800 C mini. et 900 C maxi.

20 PHOTOS

21 Vue d ensemble de l incinérateur

22 Cheminée de l incinérateur

23 Équipement de collecte et de récupération des poussières par cyclonage

24 Bennes de ségrégation terres polluées et déchets non contaminés

25 Bennes de ségrégation terres polluées et déchets non contaminés

26 Bennes de ségrégation terres polluées et déchets non contaminés

27 Boues dans les lits de séchage

28 Boues dans les lits de séchage

29 Boues dans les lits de séchage

30 Installation traitement fonds de bacs

31 Installation traitement fonds de bacs

32 Epuration des eaux résiduaires Notre raffinerie est dotée d une Station d épuration des eaux usées performante Permet de répondre aux spécifications Marocaines, Teneur en hydrocarbures très faible <1 mg/l contre 20 mg/l pour la norme Marocaine, Teneurs faibles aussi des autres polluants

33 MERCI POUR VOTRE ATTENTION

ROYAUME ROY DU MAROC

ROYAUME ROY DU MAROC ROYAUME DU MAROC Ministère de l Énergie, des Mines, de l Eau et de l Environnement CARBURANTS PROPRES AU MAROC Avril, 2010 Caractéristiques du secteur énergétique marocain. Secteur Pétrolier au Maroc:

Plus en détail

«Monographie de la Direction Provinciale de Mohammedia»

«Monographie de la Direction Provinciale de Mohammedia» Ministère de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Département de l Énergie et des Mines Direction Provinciale de Mohammedia «Monographie de la Direction Provinciale de Mohammedia» Monsieur

Plus en détail

'()*++*,-.%./;0++D.%&%

'()*++*,-.%./;0++D.%&% '()*++*,-.%./;0++D.%&% Code : 15 01 10* Nomenclature : Emballages contenant des résidus de substances dangereuses Les emballages souillés sont considérés comme tant qu ils n ont pas fait l objet d un nettoyage

Plus en détail

Valorisation de déchets en cimenterie : Quel apport pour un développement durable? Conférence REME

Valorisation de déchets en cimenterie : Quel apport pour un développement durable? Conférence REME Valorisation de déchets en cimenterie : Quel apport pour un développement durable? Conférence REME Casablanca, 17 & 18 Mai 2010 Présentation d Ecoval Maroc Filiale 100% du Groupe Holcim Maroc Sommaire

Plus en détail

LE FIOUL DOMESTIQUE Une énergie en évolution. Fiche technique

LE FIOUL DOMESTIQUE Une énergie en évolution. Fiche technique Une énergie en évolution Fiche technique Edition mars 2011 sommaire Un fioul domestique p.2-3 plus respectueux de l environnement L élaboration p.4 La combustion p.5 Les caractéristiques p.6 La qualité

Plus en détail

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech 1 Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech La politique environnementale 2 Chaque année, la Direction s engage sur une politique environnementale en choisissant quelques objectifs prioritaires.

Plus en détail

Oh les Déchets : passons au vert! tri sélectif. Les déchets. ménagers

Oh les Déchets : passons au vert! tri sélectif. Les déchets. ménagers Oh les Déchets : passons au vert! tri sélectif Les déchets ménagers QUADRI QUADRI Qui sommes nous? Pourquoi recycler? Le pôle Environnement du Groupe des Eaux de Marseille s engage depuis 30 ans dans les

Plus en détail

GESTION DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES

GESTION DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES GESTION DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Pascale LHOEST, Conseillère en prévention, Fédération Wallonie Bruxelles pascale.lhoest@cfwb.be 0486/09 04 25 Ixelles, le 26 novembre 2015 1 DECHETS

Plus en détail

Guide de gestion des déchets de la route PÔLE AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE - QHSE - 2011

Guide de gestion des déchets de la route PÔLE AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE - QHSE - 2011 Guide de gestion des déchets de la route PÔLE AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE - QHSE - 0 Sommaire Le mot du Président du Conseil Général Les grands principes du guide DES BÂTIMENTS ET BUREAUX Papiers, cartons

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Nettoyage Cette fiche concerne les activités de nettoyage industriel, de nettoyage de bureau et le lavage des vitres. L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de nettoyage

Plus en détail

Atelier National Projet d amélioration de la qualité de l air à travers la diminution du taux de soufre dans le gasoil

Atelier National Projet d amélioration de la qualité de l air à travers la diminution du taux de soufre dans le gasoil Atelier National Projet d amélioration de la qualité de l air à travers la diminution du taux de soufre dans le gasoil Amaka David GUINDO Responsible HSEQ, Total Mali Sommaire Gasoil : Généralités Spécifications

Plus en détail

S O M M A I R E SYNTHESE DE L ACTIVITE PORTUAIRE...1 TRAFICS GLOBAUX...3 STATISTIQUES PAR PORT.. 7 TRAFIC PAR MODE DE CONDITIONNEMENT...

S O M M A I R E SYNTHESE DE L ACTIVITE PORTUAIRE...1 TRAFICS GLOBAUX...3 STATISTIQUES PAR PORT.. 7 TRAFIC PAR MODE DE CONDITIONNEMENT... S O M M A I R E SYNTHESE DE L ACTIVITE PORTUAIRE...1 TRAFICS GLOBAUX.....3 STATISTIQUES PAR PORT.. 7 TRAFIC PAR MODE DE CONDITIONNEMENT...... 11 TRAFICS SPECIFIQUES....19 PRINCIPAUX PRODUITS PAR PORT...33

Plus en détail

L'industrie pétrolière : du produit naturel au carburant avancé

L'industrie pétrolière : du produit naturel au carburant avancé Laurent Zorzi et Georges eyen Chimie Industrielle et LASSC L'industrie pétrolière : du produit naturel au carburant avancé Le pétrole Tout comme le charbon, le pétrole brut est un produit naturel qui résulte

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Maçonnerie L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de maçonnerie-plâtrerie-carreleur peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui ne présentent

Plus en détail

Les plastiques : bousculons nos idées reçues. Il y a des choses tellement familières qu on ne les voit plus.

Les plastiques : bousculons nos idées reçues. Il y a des choses tellement familières qu on ne les voit plus. Il y a des choses tellement familières qu on ne les voit plus. 1 Des sujets tellement communs qu on croit bien les connaître. 2 Les plastiques, qu en savons-nous? 3 Les plastiques au quotidien 4 Saviez-vous

Plus en détail

Démolisseur automobile

Démolisseur automobile 1 Les déchets Les déchets issus des activités de démolition automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux, mais qui peuvent dégrader l environnement s ils

Plus en détail

N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS GENERALES

N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS GENERALES N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS ENERALES PAE 1 / 15 REVISION : 0 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des

Plus en détail

ARRETE. Arrêté du 02 septembre 2011 Concernant la collecte de données relatives au secteur de l énergie

ARRETE. Arrêté du 02 septembre 2011 Concernant la collecte de données relatives au secteur de l énergie Direction de l Observation et de la Programmation ARRETE Arrêté du 02 septembre 2011 Concernant la collecte de données relatives au secteur de l énergie La ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et

Plus en détail

Département de l Energie et des Mines Secteur de l énergie Chiffres clés Année 2012 Données provisoires

Département de l Energie et des Mines Secteur de l énergie Chiffres clés Année 2012 Données provisoires Département de l Energie et des Mines Secteur de l énergie Chiffres clés Année 2012 Données provisoires CHIFFRES DU SECTEUR DE L ENERGIE EDITION2013 1 SOMMAIRE I- DONNEES GENERALES I-1 Contribution à l

Plus en détail

Les Procédés de valorisation énergétique par Pyrolyse & Gazéification

Les Procédés de valorisation énergétique par Pyrolyse & Gazéification Les Procédés de valorisation énergétique par Pyrolyse & Gazéification par Gérard ANTONINI, Professeur des Universités (UTC) Congrès Européen ECO-TECHNOLOGIES pour le futur, Lille, Grand Palais, le 9 juin

Plus en détail

Aperçu sur la filière du biogaz au Maroc. Casablanca, le 25 juin 2013

Aperçu sur la filière du biogaz au Maroc. Casablanca, le 25 juin 2013 Aperçu sur la filière du biogaz au Maroc Casablanca, le 25 juin 2013 1 1 Définition du biogaz Le biogaz est le gaz produit par la fermentation de matières organiques animales ou végétales en l'absence

Plus en détail

Présentation de la Société NAFTAL

Présentation de la Société NAFTAL SOCIETE NATIONALE DE COMMERCIALISATION ET DE DISTRIBUTION DE PRODUITS PETROLIERS Filiale de SONATRACH, spa au capital social de 15 650 000 000 DA Présentation de la Société NAFTAL Mai 2014 Historique &

Plus en détail

[ Plateforme de regroupement et de prétraitement des déchets dangereux pour l'environnement ] Recycler et valoriser. Faciliter et réorienter

[ Plateforme de regroupement et de prétraitement des déchets dangereux pour l'environnement ] Recycler et valoriser. Faciliter et réorienter [ Plateforme de regroupement et de prétraitement des déchets dangereux pour l'environnement ] Recycler et valoriser Faciliter et réorienter Regrouper et prétraiter Optimiser et traiter www.ortec.fr Services

Plus en détail

Auto-diagnostiquer et améliorer la gestion des déchets dans son entreprise

Auto-diagnostiquer et améliorer la gestion des déchets dans son entreprise Auto-diagnostiquer et améliorer la gestion des déchets dans son entreprise Mons, le 15 septembre 2015 Marjorie BOUGELET Conseillère environnement CCE marjorie.bougelet@uwe.be 010/47.19.43 15 septembre

Plus en détail

Les déchets d entreprises: cadre législatif et gestion durable Nivelles Industrie - 15 avril 2008

Les déchets d entreprises: cadre législatif et gestion durable Nivelles Industrie - 15 avril 2008 Les déchets d entreprises: cadre législatif et gestion durable Nivelles Industrie - 15 avril 2008 Olivier CAPPELLIN Cellule des Conseillers en Environnement Chemin du Stockoy 3 B-1300 WAVRE Tél: 010/47.19.43

Plus en détail

Fiche Bilan Final PURE IMPRESSION. Reportage photo sur l'entreprise : pages 5 & 6. Année 1 Année 2 Année 3 Variation 1,49

Fiche Bilan Final PURE IMPRESSION. Reportage photo sur l'entreprise : pages 5 & 6. Année 1 Année 2 Année 3 Variation 1,49 PURE IMPRESSION LANGUEDOC-ROUSSILLON (34) Activité : Industrie du papier et du carton, édition et imprimerie (Pré-presse, édition professionnelle, impression numérique) Effectif 2006 : 50 Chiffres d affaires

Plus en détail

CHAPITRE 4. Les énergies mise en oeuvre

CHAPITRE 4. Les énergies mise en oeuvre CHAPITRE 4 Les énergies mise en oeuvre 1/ LES SOURCES D ÉNERGIES Les sources d'énergie non renouvelables Les matières fossiles (charbon, pétrole, gaz) et les matières fissiles (uranium) permettent de fournir

Plus en détail

La société Tunisienne de Lubrifiants. Trente six ans au service de l environnement et de l économie en Tunisie

La société Tunisienne de Lubrifiants. Trente six ans au service de l environnement et de l économie en Tunisie La société Tunisienne de Lubrifiants Trente six ans au service de l environnement et de l économie en Tunisie PLAN DE LA PRESENTATION 1/ LA SOTULUB : Présentation de la Société, historique 2/ La technologie

Plus en détail

Présentation technique de l incinérateur

Présentation technique de l incinérateur Présentation technique de l incinérateur Janvier 2007 Travaux publics Gestion des matières résiduelles 2 L INCINÉRATEUR PLACE DE L INCINÉRATION Réduction Réutilisation Récupération, recyclage, compostage

Plus en détail

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme Ecologie des déchet chets Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme Galilée médita cette pensée en 1588. Quatre siècles plus tard, cette notion de recyclage est au centre des préoccupations

Plus en détail

ORGANISATION D UNE COLLECTE DE DÉCHETS

ORGANISATION D UNE COLLECTE DE DÉCHETS ORGANISATION D UNE COLLECTE DE DÉCHETS DE LABORATOIRE «ÉTAPE PAR ÉTAPE» FORMATION DU JEUDI 26 NOVEMBRE 2015 BRUXELLES ENVIRONNEMENT SOMMAIRE 1. Retour d expériences 2. Bonnes pratiques pour une gestion

Plus en détail

LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE)

LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE) LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE) Afin de faciliter la lecture, les références aux textes législatifs mentionnent simultanément l article concerné dans le Code

Plus en détail

Point d avancement sur l élaboration d un plan de prévention 2010-2014 : Axe 2 LA NOCIVITE. 14 octobre 2010

Point d avancement sur l élaboration d un plan de prévention 2010-2014 : Axe 2 LA NOCIVITE. 14 octobre 2010 Point d avancement sur l élaboration d un plan de prévention 2010-2014 : Axe 2 LA NOCIVITE 14 octobre 2010 Rappels: Pourquoi un volet sur la nocivité? Contexte : La légitimité du SYCTOM : Risques et impacts

Plus en détail

Lille Métropole Communauté urbaine :

Lille Métropole Communauté urbaine : Lille Métropole Communauté urbaine : Etablissement Public créé par la loi de 1966, la Communauté Urbaine de Lille est née en 1968. Regroupe 85 communes et 1,1 millions d habitants. Une particularité :

Plus en détail

GESTION DES DECHETS. Des déchets d activités aux déchets ménagers

GESTION DES DECHETS. Des déchets d activités aux déchets ménagers GESTION DES DECHETS Des déchets d activités aux déchets ménagers Un déchet Qu est-ce que c est? Tout résidu d un processus de production, de transformation ou d utilisation; toute substance, matériau,

Plus en détail

INCINÉRATEURS DE DÉCHETS SPÉCIAUX

INCINÉRATEURS DE DÉCHETS SPÉCIAUX INCINÉRATEURS DE DÉCHETS SPÉCIAUX Des unités efficaces d élimination des polluants et de valorisation énergétique Une entreprise de Bayer et LANXESS DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PROPRES Prestataire compétent,

Plus en détail

Contexte européen en et national

Contexte européen en et national Contexte européen en et national La gestion des déchets d ménagersm : Politique européenne et nationale Comparaison internationale Enjeux de la gestion des déchets Etat des lieux & perspectives Laure Fontaine

Plus en détail

AVIS. Demande de permis unique relatif à des installations de stockage et de distribution de mazout de chauffage à SAINT-GHISLAIN.

AVIS. Demande de permis unique relatif à des installations de stockage et de distribution de mazout de chauffage à SAINT-GHISLAIN. AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.1018 Liège, le 10 juillet 2006 Objet : Demande de permis unique relatif à des installations de stockage et de distribution de mazout de chauffage à SAINT-GHISLAIN Avis du CWEDD

Plus en détail

Partie C1 «Déchets non dangereux non mélangés produits en 2006»

Partie C1 «Déchets non dangereux non mélangés produits en 2006» - Centre de tri ou déchèterie : catégorie à utiliser seulement si la destination finale n'est pas connue. Il s'agit en pratique d'une collecte intermédiaire de. Cette catégorie comprend aussi les centres

Plus en détail

Mieux gérer les déchets de chantiers de bâtiment Le tri des déchets : un acte majeur pour la maîtrise des coûts d élimination

Mieux gérer les déchets de chantiers de bâtiment Le tri des déchets : un acte majeur pour la maîtrise des coûts d élimination Mieux gérer les déchets de chantiers de bâtiment Le tri des déchets : un acte majeur pour la maîtrise des coûts d élimination 31 millions de tonnes de déchets par an * Répartition des déchets du Bâtiment

Plus en détail

Stockage et Manipulation des Produits dangereux. Quelques conseils de gestion et règles de bonne pratique

Stockage et Manipulation des Produits dangereux. Quelques conseils de gestion et règles de bonne pratique Stockage et Manipulation des Produits dangereux Quelques conseils de gestion et règles de bonne pratique Maîtrise du risque et gestion des Produits dangereux Maîtrise du risque principes de base Identification

Plus en détail

Les engagements de la société URA dans le domaine de l environnement

Les engagements de la société URA dans le domaine de l environnement BAES IP67 Plastinox Ambiance Super SATI 5 rue Jean Nicot 93691 Pantin Cedex France Tél. : 01 48 10 56 00 Fax. : 01 48 10 56 01 www. Ura.fr Ce document s appuie sur la norme ISO 14020 relative aux principes

Plus en détail

Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France)

Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France) Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France) 2007 Holcim/Switzerland Les Avantages du Process Cimentier: le Co-processing Nous réalisons

Plus en détail

TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00

TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00 TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00 L entreprise Professionnel dans la collecte, le traitement et la valorisation de déchets industriels depuis plus de 80 ans

Plus en détail

DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination

DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination INERTES Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : Filières d élimination ou

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur

Diagnostic Energie GES du secteur Constr. Électrique&électronique Diagnostic Energie GES du secteur industriel Répartition sur par secteur la des Communauté effectifs de l'industrie Constr. navale d Agglomération du Bocage Bressuirais

Plus en détail

Les économies d énergie dans la Plasturgie

Les économies d énergie dans la Plasturgie Les économies d énergie dans la Plasturgie Bonnes pratiques et retour d expériences 29 Novembre 2011 PLASTURGIE SERVICES Le pôle de services et d expertise de la plasturgie Veille réglementaire formation,

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Mécanique automobile Si vous réalisez également des activités de démontage des voitures ou des travaux sur la carrosserie, reportez-vous également aux fiches correspondantes. L environnement dans l Artisanat

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Carrosserie automobile L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux,

Plus en détail

Les activités ayant des «eaux usées non domestique» et leurs prescriptions techniques spécifiques :

Les activités ayant des «eaux usées non domestique» et leurs prescriptions techniques spécifiques : Les activités ayant des «eaux usées non domestique» et leurs prescriptions techniques s : (L arrêté du 21 décembre 2007 relatif aux modalités d établissement des redevances pour pollution de l eau et pour

Plus en détail

Usure et. entretien du matériel

Usure et. entretien du matériel Usure et entretien du matériel 23 Usure et entretien du matériel Un pneumatique est constitué de caoutchouc (naturel et artificiel), d adjuvants chimiques (soufre, noir de carbone, huiles, etc.) et de

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Electricité L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus de l activité d électricien peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui représentent des volumes importants.

Plus en détail

MGS et Imprim Vert. Nous sommes tous acteurs de notre environnement!

MGS et Imprim Vert. Nous sommes tous acteurs de notre environnement! MGS et Imprim Vert Pourquoi Imprim Vert? Nécessité de préserver l environnement afin de maintenir notre cadre de vie et celui des générations futures. Volonté de réduire les impacts environnementaux liés

Plus en détail

Prodhag Plastiques 38

Prodhag Plastiques 38 Prodhag Plastiques 38 Présentation du site de Colombe Présentation de Paprec Group Paprec Group, dont le siège historique est situé à La Courneuve (93), a été fondé en 1995 et est toujours dirigé par Jean-Luc

Plus en détail

TARIF DES DOUANES - ANNEXE V - 1

TARIF DES DOUANES - ANNEXE V - 1 TARIF DES DOUANES - ANNEXE V - 1 Section V PRODUITS MINÉRAUX TARIF DES DOUANES - ANNEXE 27 - i Chapitre 27 COMBUSTIBLES MINÉRAUX, HUILES MINÉRALES ET PRODUITS DE LEUR DISTILLATION; MATIÈRES BITUMINEUSES;

Plus en détail

Bureau d études Fluides Marc MISIURNY

Bureau d études Fluides Marc MISIURNY CLIMTHERM Bureau d études Fluides Marc MISIURNY MAIRIE DE SALOUEL 10, RUE FERDINAND BUISSON 80480 SALOUEL CONSTRUCTION D'UN CENTRE D'ACCUEIL ET DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT CHARTE "CHANTIER PROPRE" JANVIER

Plus en détail

La gestion des d chets de lõexploitation foresti re

La gestion des d chets de lõexploitation foresti re La gestion des d chets de lõexploitation foresti re Avril 2011 I Fiche technique n 3 L exploitation forestière comme toute activité génère des déchets. Selon leur type et leur quantité, ils présentent

Plus en détail

Commission de suivi des sites

Commission de suivi des sites Commission de suivi des sites 8 octobre 2013 PARTENAIRE PRIVILEGIE DE L INDUSTRIE L AUTOMOBILE Sommaire 1) Présentation du Groupe Arche et de S.A.M Technologies 2) Bilan des actions pour l amélioration

Plus en détail

CHAPITRE 27 COMBUSTIBLES MINERAUX, HUILES MINERALES ET PRODUITS DE LEUR DISTILLATION ; MATIERES BITUMINEUSES ; CIRES MINERALES

CHAPITRE 27 COMBUSTIBLES MINERAUX, HUILES MINERALES ET PRODUITS DE LEUR DISTILLATION ; MATIERES BITUMINEUSES ; CIRES MINERALES C27/1 CHAPITRE 27 COMBUSTIBLES MINERAUX, HUILES MINERALES ET PRODUITS DE LEUR DISTILLATION ; MATIERES BITUMINEUSES ; CIRES MINERALES Notes : 1. Le présent chapitre ne comprend pas : a) les produits organiques

Plus en détail

BAC BLANC n 1. PARTIE 1 : Défi énergétique (45min)

BAC BLANC n 1. PARTIE 1 : Défi énergétique (45min) 90 min 4 décembre 2015 BAC BLANC n 1 Nom :. Note : /20 Remarque : la calculatrice est interdite. Vous avez le droit à votre feuille de résumé pour le commentaire argumenté sans annotation. PARTIE 1 : Défi

Plus en détail

AUTO- DIAGNOSTIC. Pour juger par vous-même ECO-GESTES. Fiche auto-diagnostic. Les

AUTO- DIAGNOSTIC. Pour juger par vous-même ECO-GESTES. Fiche auto-diagnostic. Les Fiche auto-diagnostic É C O - G u i d e M É T I E R S D U B O I S AUTO- DIAGNOSTIC Pour juger par vous-même Cette fiche vous permet d évaluer rapidement la situation de votre entreprise en matière de prise

Plus en détail

Le parc éolien de la cimenterie de Tétouan. Courtesy of Patrick Rimoux (architecte)

Le parc éolien de la cimenterie de Tétouan. Courtesy of Patrick Rimoux (architecte) Le parc éolien de la cimenterie de Tétouan Courtesy of Patrick Rimoux (architecte) Sommaire 1 2 3 4 5 Lafarge Maroc en bref Choix de l électricité éolienne Parc éolien de Tétouan Exploitation du parc éolien

Plus en détail

Liste des douze établissements pilotes... 2 Quelques logos et pictogrammes à connaître... 3 Quelques chiffres... 4

Liste des douze établissements pilotes... 2 Quelques logos et pictogrammes à connaître... 3 Quelques chiffres... 4 Gestion éco-responsable des déchets dans les collèges des Bouches-du-Rhône Annexes Liste des douze établissements pilotes............................... 2 Quelques logos et pictogrammes à connaître..........................

Plus en détail

DÉMÉNAGEMENT RANGEMENT MANUTENTION. LOCATION et VENTE de matériel écologique. - Catalogue 2010 TTC CONDITIONNEMENT, ARCHIVAGE, STOCKAGE, RÉCEPTIONS

DÉMÉNAGEMENT RANGEMENT MANUTENTION. LOCATION et VENTE de matériel écologique. - Catalogue 2010 TTC CONDITIONNEMENT, ARCHIVAGE, STOCKAGE, RÉCEPTIONS LOCATION et VENTE de matériel écologique DÉMÉNAGEMENT RANGEMENT MANUTENTION CONDITIONNEMENT, ARCHIVAGE, STOCKAGE, RÉCEPTIONS - Catalogue 2010 TTC SARL BAC ECO Services au capital de 10 000. RCS Nantes

Plus en détail

Pourquoi recycler les déchets informatiques?

Pourquoi recycler les déchets informatiques? Pourquoi recycler les déchets informatiques? Pour construire un seul ordinateur (PC standard de 24kg), il faut 240 kg de combustible, 22 kg de produits chimiques,1,5 tonne d eau. Une fois construit, un

Plus en détail

Carrosserie automobile

Carrosserie automobile 1 Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux, mais qui peuvent dégrader l environnement s ils

Plus en détail

24 janvier 2014. Nicolas Scherrier, Bruxelles Environnement nscherrier@environnement.irisnet.be 02/775 78 66

24 janvier 2014. Nicolas Scherrier, Bruxelles Environnement nscherrier@environnement.irisnet.be 02/775 78 66 1 Séminaire Bâtiment Durable Les déchets de chantier dans le contexte bruxellois Quelle est la situation réglementaire à Bruxelles et quels sont les initiatives et projets en cours en la matière? 24 janvier

Plus en détail

Imaginez un Québec sans déchets enfouis; la solution passe-t-elle par la valorisation énergétique?

Imaginez un Québec sans déchets enfouis; la solution passe-t-elle par la valorisation énergétique? Imaginez un Québec sans déchets enfouis; la solution passe-t-elle par la valorisation énergétique? 5 e rencontre municipale de l énergie Association québécoise de la maîtrise de l énergie Gérard Gosselin,

Plus en détail

ARTEPRINT. Nous sommes tous acteurs de notre environnement! Pour rejoindre le site Digital cliquez ici.

ARTEPRINT. Nous sommes tous acteurs de notre environnement! Pour rejoindre le site Digital cliquez ici. ARTEPRINT Pour rejoindre le site Digital cliquez ici. Pourquoi Imprim Vert? La nécessité de préserver l environnement afin de maintenirnotrecadredevieetceluidesgénérations futures. Lavolontéderéduirelesimpactsenvironnementaux

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE DE LA REGLEMENTATION SUR LE STOCKAGE ET LE CHARGEMENT/ DECHARGEMENT DE LIQUIDES INFLAMMABLES

GUIDE DE LECTURE DE LA REGLEMENTATION SUR LE STOCKAGE ET LE CHARGEMENT/ DECHARGEMENT DE LIQUIDES INFLAMMABLES Page 1/9 RAPPORT 2011/01 - GUIDE DE LECTURE DE LA REGLEMENTATION 21/09/2011 Groupe d Étude de Sécurité des Industries Pétrolières et Chimiques GUIDE DE LECTURE DE LA REGLEMENTATION SUR LE STOCKAGE ET LE

Plus en détail

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences Nouvelles exigences Entretien annuel des chaudières dont la puissance est comprise entre 4 et 400 kw 2009 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie, en premier lieu, à partir

Plus en détail

ENVIRONNEMENTALE BMCE BANK -SME-

ENVIRONNEMENTALE BMCE BANK -SME- LE GROUPE BMCE BANK REDUction de l EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE BMCE BANK -SME- Une Démarche Systémique pour une Performance Ecologique LA PREVENTION DE LA POLLUTION GESTION DES SITUATIONS D URGENCE A IMPACT

Plus en détail

1 Quel est le principe d une centrale thermique?

1 Quel est le principe d une centrale thermique? Physique-Chimie Deuxième partie Le défi énergétique Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) Séance 9 Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) (correspond au chapitre 10 du

Plus en détail

Photographie. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS)

Photographie. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS) 1 Les déchets Les déchets issus des activités de photographie peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux, mais qui peuvent dégrader l environnement s ils ne sont pas

Plus en détail

Les déchèteries du Grand Lyon. www.grandlyon.com

Les déchèteries du Grand Lyon. www.grandlyon.com Les déchèteries du Grand Lyon www.grandlyon.com Le saviez-vous? Chaque Français produit environ 1,2 kg de déchets par jour, ce qui à l échelle du Grand Lyon, représente chaque année un volume de près de

Plus en détail

BILAN D ACTIVITES 2009

BILAN D ACTIVITES 2009 BILAN D ACTIVITES 2009 SOMMAIRE 1) Glossaire 2) Généralités Activités Faits marquants de l année 2009 3) Risques liés aux installations 4) La prévention des risques Systèmes de management Gestion des Entreprises

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 17 octobre 2007 modifiant l arrêté du 2 mai 2002 modifié relatif aux prescriptions

Plus en détail

Afth. Rejets des boues DÉCHET : DISTINCTION DES DÉCHETS :

Afth. Rejets des boues DÉCHET : DISTINCTION DES DÉCHETS : Réglementation sur le rejet des boues Argicur, Thierry FERRAND Installation de traitement des boues Aix les Bains, M. BIENVENU Installation de recyclage des boues Neris, M. JEANNOT Codef, J.B. BARDET DÉCHET

Plus en détail

Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910

Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910 Christophe MERLIN DREAL Auvergne, unité territoriale 63 Sophie SEYTRE DREAL Auvergne, service risques Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910 Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement

Plus en détail

Plateformes logistique & maintenance

Plateformes logistique & maintenance Administratif 1 Accueil - Bureaux 2 Laboratoire de contrôle & gestion des flux 3 Locaux sociaux & salle pédagogique Plateformes logistique & maintenance 4a Parc matériels (bennes, camions, BOM) 4b Garage

Plus en détail

Déchets ménagers Le guide du tri

Déchets ménagers Le guide du tri Déchets ménagers Le guide du tri www.agglo-montvalerien.fr La ville de Nanterre met ce guide à la disposition de tous les habitants désireux de s informer sur les consignes de tri et de faciliter le recyclage

Plus en détail

LA LIBERALISATION DU SECTEUR PETROLIER AU MAROC FACE AUX RETICENCES DE LA SAMIR. Réalisé par: Khalid OUHSSAINE & Yassir BELLAHCEN

LA LIBERALISATION DU SECTEUR PETROLIER AU MAROC FACE AUX RETICENCES DE LA SAMIR. Réalisé par: Khalid OUHSSAINE & Yassir BELLAHCEN LA LIBERALISATION DU SECTEUR PETROLIER AU MAROC FACE AUX RETICENCES DE LA SAMIR Réalisé par: Khalid OUHSSAINE & Yassir BELLAHCEN PLAN DU THÈME INTRODUCTION CHAPITRE I: Présentation du secteur pétrolier

Plus en détail

et d économies d énergies

et d économies d énergies Réduire l empreinte déchet et réaliser des économies et d économies d énergies La mise en place d un management environnemental La gestion des déchets est l une des composantes majeures des enjeux environnementaux.

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Date Fédéral Provincial Municipal

Date Fédéral Provincial Municipal La pollution atmosphérique au Québec : quelques événements marquants Date Fédéral Provincial Municipal 1832 En vertu de sa charte, la Ville de Montréal obtient les pouvoirs de réglementer la pollution

Plus en détail

Colonne pour montage entre sol et plafond destinée à recevoir une ou plusieurs nourrices d appareillages sur une de ses faces.

Colonne pour montage entre sol et plafond destinée à recevoir une ou plusieurs nourrices d appareillages sur une de ses faces. Description des produits > Produits de référence pour ce profil environnemental Les valeurs fournies ont été obtenues sur la base des références suivantes. Fonction Colonne pour montage entre sol et plafond

Plus en détail

CONSULTATION DES ENTREPRISES CHARTE CHANTIER A FAIBLES NUISANCES

CONSULTATION DES ENTREPRISES CHARTE CHANTIER A FAIBLES NUISANCES CENTRE HOSPITALIER DE SAINT JUNIEN EHPAD CHANTEMERLE CONSULTATION DES ENTREPRISES CHARTE CHANTIER A FAIBLES NUISANCES EHPAD CHANTEMERLE HOPITAL DE SAINT JUNIEN Charte Chantier Faible nuisance Oct. 2014

Plus en détail

Formation Bâtiments Durables: DÉCHETS DE CONSTRUCTION

Formation Bâtiments Durables: DÉCHETS DE CONSTRUCTION Formation Bâtiments Durables: DÉCHETS DE CONSTRUCTION Bruxelles Environnement PRINTEMPS 2013 Législation en matière de déchets de construction en RBC Pierre Willem team@ecorce.be www.ecorce.be OBJECTIFS

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

Installations Classées pour la protection de l Environnement

Installations Classées pour la protection de l Environnement Installations Classées pour la protection de l Environnement 2006 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir : des données sur les Installations Classées pour la Protection

Plus en détail

DOSSIER 2 TRAITEMENT ET CONDITIONNEMENT DES DÉCHETS

DOSSIER 2 TRAITEMENT ET CONDITIONNEMENT DES DÉCHETS R A P P O R T D E S Y N T H È S E 2 0 1 5 C H A P I T R E 5 - L E S D O S S I E R S T H É M AT I Q U E S - D O S S I E R 2 DOSSIER 2 TRAITEMENT ET CONDITIONNEMENT DES DÉCHETS INVENTAIRE NATIONAL DES MATIÈRES

Plus en détail

L industrie pharmaceutique et l environnement au Maroc. 2èmes assises Nationales de l Industrie Pharmaceutique Vendredi 29 Mai 2009

L industrie pharmaceutique et l environnement au Maroc. 2èmes assises Nationales de l Industrie Pharmaceutique Vendredi 29 Mai 2009 L industrie pharmaceutique et l environnement au Maroc 2èmes assises Nationales de l Industrie Pharmaceutique Vendredi 29 Mai 2009 L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE EN GENERAL 55 ans au service de la santé au

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr

CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr Dossier Presse Univeg 8p V6_Mise en page 1 06/05/11 11:19 Page1 CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr Roger AZOULAY Tél. 01 49

Plus en détail

A R R Ê T É P R É F E C T O R A L DU.24 février 2016.

A R R Ê T É P R É F E C T O R A L DU.24 février 2016. PRÉFET DE L CÔTE-D OR R R Ê T É P R É F E C T O R L DU.24 février 2016. PORTNT PRESCRIPTIONS COMPLÉMENTIRES ---Société SETEO ---Commune de SINT-POLLINIRE (21850) ---L PRÉFÈTE DE L RÉGION BOURGOGNE FRHE-COMTÉ

Plus en détail

UWE 13 décembre 2013. De la problématique des déchets vers un processus de gestion intégré

UWE 13 décembre 2013. De la problématique des déchets vers un processus de gestion intégré UWE 13 décembre 2013 De la problématique des déchets vers un processus de gestion intégré BAILLIEN Jean-Marc Direction Industrielle CMI GROUPE Introduction : CMI CMI trouve son origine au 19 ème siècle.

Plus en détail

Dossier de presse. SITA en Guadeloupe, une approche globale de la gestion. octobre 2008

Dossier de presse. SITA en Guadeloupe, une approche globale de la gestion. octobre 2008 SITA en Guadeloupe, une approche globale de la gestion des déchets : dépollution - valorisation - élimination SOMMAIRE Sita et l Écopole de l Esperance, un nouveau départ pour une Guadeloupe exemplaire

Plus en détail

Sommaire. 1. Paprec Group et le recyclage. 2. Des projets innovants

Sommaire. 1. Paprec Group et le recyclage. 2. Des projets innovants Sommaire 1. Paprec Group et le recyclage 2. Des projets innovants 2 Les chiffres du recyclage en France 900 millions de tonnes déchets produits en France! Agriculture: 40% BTP: 40% Industrie et distribution:

Plus en détail

Les fiches Synteau. a EAUX USÉES n 6

Les fiches Synteau. a EAUX USÉES n 6 Les fiches Synteau a EAUX USÉES n 6 LA MÉTHANISATION DES BOUES D INSTALLATIONS DE TRAITEMENT DES EAUX RÉSIDUAIRES URBAINES OU INDUSTRIELLES JUIN 2014 La méthanisation connaît un développement important

Plus en détail

STATIONS MOBILES GASOIL 340 L 12 VOLTS STATIONS MOBILES GASOIL 340 L 12 VOLTS AVEC CAPOT STATIONS SERVICES MOBILES GASOIL 200 L HOMOLOGUÉ ADR

STATIONS MOBILES GASOIL 340 L 12 VOLTS STATIONS MOBILES GASOIL 340 L 12 VOLTS AVEC CAPOT STATIONS SERVICES MOBILES GASOIL 200 L HOMOLOGUÉ ADR TECALEMIT SÉLECTION CITERNES ET RÉTENTION STATIONS MOBILES GASOIL 340 L 12 VOLTS STATIONS MOBILES GASOIL 340 L 12 VOLTS AVEC CAPOT Citerne avec rétention intégrée, paroi interne P.E.H.D. Paroi externe

Plus en détail

1/6. Cycle de vie des matériaux: élimination-recyclage

1/6. Cycle de vie des matériaux: élimination-recyclage 1/6 Les matériaux Un matériau est une matière que l homme façonne pour en faire des objets. L usage des matériaux est extrêmement diversifié : construction, textile, objets techniques, décoration, emballages...

Plus en détail