Manuel des normes applicables à l Immeuble Type

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Manuel des normes applicables à l Immeuble Type"

Transcription

1 Orig.: FR COMMISSION EUROPÉENNE OFFICE POUR LES INFRASTRUCTURES ET LA LOGISTIQUE A BRUXELLES Manuel des normes applicables à l Immeuble Type Version 12 décembre 2011

2

3 TABLE DES MATIERES PREFACE A. GENERALITES... 1 A.I. LE DOCUMENT "MANUEL DES NORMES APPLICABLES A L IMMEUBLE TYPE"1 A.I.1. DESCRIPTION...1 A.I.2. EVALUATION DE LA CONFORMITE...1 A.II. LES ASPECTS LEGISLATIFS ET NORMATIFS...2 A.II.1. GENERALITES...2 A.II.2. ASPECTS LEGISLATIFS...2 A.II.3. ASPECTS NORMATIFS...3 A.III. LA DOCUMENTATION ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE...4 A.III.1. DOCUMENTATION ADMINISTRATIVE...4 A.III.2. DOCUMENTATION TECHNIQUE...6 B. DESCRIPTIFS TECHNIQUES... 9 B.I. ARCHITECTURE...9 B.I.1. ASPECTS URBANISTIQUES...9 B.I.2. ASPECTS ARCHITECTURAUX GENERALITES LE "BÂTIMENT INTELLIGENT" MODULARITE DES ESPACES DE BUREAUX REPARTITION DES SURFACES À L'INTERIEUR DE L'IMMEUBLE ACCESSIBILITE DE L IMMEUBLE AUX MARCHANDISES MOBILIER EMBELLISSEMENT DE L'IMMEUBLE MATERIAUX PROSCRITS...13 B.I.3. ASPECTS STRUCTURELS GENERALITES CHARGES D EXPLOITATION ISOLATION ACOUSTIQUE ISOLATION THERMIQUE ET EFFICACITE ENERGETIQUE MURS INTERIEURS DE COMPARTIMENTAGE FACADES, CHÂSSIS ET VITRAGES ESCALIERS...24 B.I.4. QUALITE ENVIRONNEMENTALE GENERALITES QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA CONSTRUCTION, DE LA GESTION ET DE LA MAINTENANCE 25 B.I.5. PARACHEVEMENTS CLOISONS AMOVIBLES PORTES DE BUREAUX FAUX-PLAFONDS SERRURERIE FERRONNERIE REVÊTEMENTS REVÊTEMENTS MURAUX PEINTURES ACCESSOIRES PORTE-NOM...47 B.I.6. LOCAUX A DESTINATION SPECIFIQUE SALLES DE REUNION/CONFERENCE LOCAUX A USAGE COLLECTIF HALLS D'ENTREE ET CAGES D ESCALIERS PARKINGS LOCAUX DESTINES AUX SERVICES DE DOCUMENTATION...52

4 6. LOCAUX DESTINES AUX SERVICES DE REPRODUCTION DE DOCUMENTS LOCAUX DESTINES A DES SERVICES DIVERS LOCAUX A USAGE DE SECOURS MEDICAL LOCAUX A USAGE DE SERVICE DE RESTAURATION LOCAUX DESTINES AUX SERVICES SOCIAUX LOCAUX A USAGE DE SERVICE PUBLIC...74 B.II. TECHNIQUES SPECIALES...76 B.II.1. TELEGESTION GENERALITES ARCHITECTURE DU SYSTEME ET TRANSMISSION CAPTEURS ET FONCTIONNEMENT DE BASE DES INSTALLATIONS UNITE LOCALE D'ACQUISITION ET DE TRAITEMENT DE DONNEES GESTION TECHNIQUE CENTRALISEE (GTC) POINTS A RACCORDER PROGRAMMES INTERRUPTION DE COMMUNICATIONS, COUPURE DE COURANT ET ALIMENTATION NO-BREAK APPAREILLAGE AUXILIAIRE ET DISPOSITIONS DIVERSES ACCES AU SYSTEME EXTENSIONS ET RESERVE ESSAIS FORMATION DOCUMENTATION B.II.2. CHAUFFAGE, VENTILATION, CLIMATISATION (CVC) GENERALITES LOCAUX TECHNIQUES CONTENANT LES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE, DE VENTILATION ET DE CLIMATISATION BASES DE CALCUL ET OBJECTIFS DE QUALITE DE CONFORT MODE DE TRAITEMENT DES LOCAUX DESCRIPTIF DES ÉQUIPEMENTS ASPECT ENVIRONNEMENTAL DU CVC GESTION DES ENERGIES B.II.3. ELECTRICITE GENERALITES BASES DE CALCUL DESCRIPTIF DES EQUIPEMENTS B.II.4. HYDROSANITAIRE GENERALITES BASES DE CALCUL DESCRIPTIF DES EQUIPEMENTS CRITERES DE CONSOMMATION REDUITE D EAU B.II.5. APPAREILS DE LEVAGE GENERALITES BASES DE CALCUL DESCRIPTIF DES EQUIPEMENTS ASCENSEURS DE CHARGE ASCENSEURS HYDRAULIQUES ANTI-INTRUSION PRESCRIPTIONS EN MATIERE DE PROTECTION CONTRE L INCENDIE FONCTIONNEMENT DES ASCENSEURS EN CAS DE COUPURE DE COURANT GRILLE DES ASSERVISSEMENTS ASCENSEURS TABLE ELEVATRICE ESCALIERS MECANIQUES PLATES-FORMES ET ELEVATEURS POUR PERSONNES A MOBILITE REDUITE DOSSIER "AS-BUILT" B.II.6. TELECOMMUNICATION GENERALITES INFRASTRUCTURE CABLAGE MATERIEL ACTIF RESEAU DE TELEPHONIE TELEDISTRIBUTION B.II.7. SALLES SPECIALISEES SALLES INFORMATIQUES LOCAL DE TELECOMMUNICATION GENERALE (LTG) LOCAL DE RECONFIGURATION (LR) ALIMENTATION STATIQUE SANS INTERRUPTION (UPS) CENTRALE DE PRODUCTION D EAU REFRIGEREE (CHILLER) B.II.8. DETECTION INCENDIE GENERALITES TERMINOLOGIE FONCTIONNALITE ELEMENTS CONSTITUTIFS COMMANDES D ASSERVISSEMENTS A ASSURER PAR LE CENTRAL ALARME (SIGNAL D EVACUATION)...226

5 7. CENTRAL DE DETECTION ASSISTE PAR ORDINATEUR MISE EN SERVICE DE L INSTALLATION DOSSIER TECHNIQUE B.II.9. INSTALLATIONS DE SPRINKLAGE GENERALITES MATERIEL ROBINETTERIE SUR LES CONDUITES AERIENNES SPRINKLERS DOSSIER "AS-BUILT" B.II.10. DETECTION GAZ LPG GENERALITES DESCRIPTION DU MATERIEL LOCALISATION DES DETECTEURS DESCRIPTION DU CENTRAL DE DETECTION ASSERVISSEMENTS CARACTERISTIQUES DES DETECTEURS DE GAZ LPG MISE EN SERVICE DOSSIER TECHNIQUE B.II.11. INSTALLATION DE DETECTION DE GAZ CO (monoxyde de carbone) GENERALITES DESCRIPTION DU MATERIEL LOCALISATION DES DETECTEURS DESCRIPTION DU CENTRAL DE DETECTION ASSERVISSEMENTS CARACTERISTIQUES DES DETECTEURS DE GAZ MISE EN SERVICE DOSSIER TECHNIQUE B.II.12. INSTALLATIONS DE DETECTION DE GAZ CH GENERALITES DESCRIPTION DU MATERIEL LOCALISATION DES DETECTEURS DESCRIPTION DU CENTRAL DE DETECTION ASSERVISSEMENTS CARACTERISTIQUES DES DETECTEURS DE GAZ MISE EN SERVICE DOSSIER TECHNIQUE B.III. SECURITE ET HYGIENE B.III.1. COMPARTIMENTAGE COUPE-FEU. RESISTANCE ET REACTION AU FEU GENERALITES COMPARTIMENTAGE COUPE-FEU RESISTANCE AU FEU REACTION AU FEU DES MATERIAUX B.III.2. MOYENS DE LUTTE CONTRE LE FEU EQUIPEMENTS MOBILES ET FIXES INSTALLATION ET PROTECTION INSTALLATIONS D'EXTINCTION AUTOMATIQUE B.III.3. DIRECTIVES EN MATIERE D'ALERTE, D'ALARME ET DE DETECTION INCENDIE B.III.4. SIGNALISATION. ECLAIRAGE DE SECURITE GENERALITES BASE LEGALE SIGNALISATION GENERALE SIGNALISATION DE SECURITE PICTURALE REGLES DE COMPOSITION DES DIFFERENTS TYPES DE PANNEAUX SIGNALISATION DES VOIES D'EVACUATION SIGNALISATION DES BAIES ET PORTES VITREES SIGNALISATION DU MATERIEL DE LUTTE CONTRE LE FEU SIGNALISATION DANS LES PARKINGS SIGNALISATION DE SECURITE DES LOCAUX TECHNIQUES B.III.5. VOIES D'EVACUATION ET ISSUES DE SECOURS VOIES D'EVACUATION ISSUES DE SECOURS SENS D'OUVERTURE DES PORTES ET SIGNALISATION B.III.6. EVACUATION DES FUMEES ET DES GAZ GENERALITES MOYENS D'EVACUATION DES FUMEES ET DES GAZ APPLICATION DES MOYENS D'EVACUATION DES FUMEES ET DES GAZ AUX DIFFERENTS TYPES DE LOCAUX B.III.7. RECOMMANDATIONS D'HYGIENE GENERALITES RECOMMANDATIONS D'HYGIENE DANS LES BUREAUX RECOMMANDATIONS D'HYGIENE DANS LES LOCAUX SANITAIRES...279

6 B.III.8. DISPOSITIONS SPECIFIQUES DE SECURITE ET D'HYGIENE SECURITE DES APPAREILS DE LEVAGE SECURITE DES SALLES INFORMATIQUES SECURITE, HYGIENE ET AMENAGEMENTS PARTICULIERS DES SALLES DE CONFERENCE SECURITE ET HYGIENE DES PARKINGS SOUTERRAINS SECURITE DES LOCAUX A RISQUE SECURITE ET HYGIENE DANS LES CUISINES SECURITE ET HYGIENE DES LOCAUX POUR ACTIVITES CULTURELLES OU RECREATIVES ET FOYERS SECURITE ET HYGIENE POUR LOCAUX DE PREMIERS SOINS ET DE REPOS SECURITE DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DE VITRE OU DE FAÇADE SECURITE DES TERRASSES ET TOITURES B.III.9. AMENAGEMENTS POUR PMR GENERALITES AMENAGEMENTS POUR L ACCESSIBILITE AMENAGEMENTS POUR L'EVACUATION AMENAGEMENTS POUR LA CIRCULATION INTERNE AMENAGEMENTS DES TOILETTES B.IV. SECURITE ET PROTECTION DES BIENS B.IV.1. EVALUATION ET IDENTIFICATION DES RISQUES B.IV.2. SECURITE PHYSIQUE CARACTERE GENERAL ASPECTS EXTERIEURS ASPECTS INTERIEURS B.IV.3. SECURITE ELECTRONIQUE B.IV.4. CONFIGURATION DES ZONES INTERNES PARKINGS LOCAUX SENSIBLES (LOCAUX INFORMATIQUES, LTG, LR, ZONES DE CATEGORIE I ET II) LOCAUX POUR LE GARDIENNAGE ET/OU RECEPTIONNISTES C. LOCAUX PETITE ENFANCE C.I. CRECHE C.I.1. LOCALISATION C.I.2. SURFACES CONSTRUITES C.I.3. MATERIAUX C.I.4. ACCES ACCES DES PERSONNES ACCES DES MARCHANDISES C.I.5. SECURITE D'ACCES C.I.6. LOCAUX LOCAUX POUR LES ENFANTS LES "UNITES" SALLES DE JEUX A L USAGE DE TOUS LES ENFANTS JARDIN(S)/COUR(S) PREAU(X) COUVERT(S) LOCAUX DE SERVICE OU DE LOGISTIQUE HALL D ENTREE, ESPACE D ACCUEIL ET DE RENCONTRE CUISINE ET DEPENDANCES LOCAL POUBELLES LOCAL HUILES USAGEES LINGERIE ATELIER LOCAL LTG, LR ET INTERPHONIE LOCAL GTC/CENTRALE DE DETECTION INCENDIE VIDOIR LOCAUX COMMUNS POUR LE PERSONNEL LOCAUX POUR LE PERSONNEL PSYCHOPEDAGOGIQUE SALLES DE REUNION LOCAUX POUR LE PERSONNEL ADMINISTRATIF LOCAL HUISSIER ET LOCAL CHEF D IMMEUBLE LOCAUX POUR LE PERSONNEL MEDICAL SALLE D ATTENTE + WC ADULTES ET ENFANTS LOCAUX DE STOCKAGE LOCAL DE DEPOT DES POUSSETTES ET LANDAUS STOCK NON-FOOD STOCK JEUX/MATERIEL PEDAGOGIQUE STOCK DE MOBILIER ENFANTS STOCK FOOD STOCK PRODUITS DE NETTOYAGE...338

7 30. LOCAL D ENTREPOSAGE DES CHARIOTS DE NETTOYAGE DEPOT(S) DES LITS D EVACUATION ARCHIVES LOCAL DE STOCKAGE POUR LE MATERIEL MEDICAL C.I.7. SECURITE INCENDIE DISPOSITIONS RELATIVES A L'EVACUATION MOYENS DE LUTTE CONTRE LE FEU DETECTION SYSTEME D'ALARME SIGNALISATION ELECTRICITE TELEPHONIE/DATA CVC C.I.8. SECURITE "ANTIACCIDENTS" PREVENTION DES CHUTES SECURITE ANTICOINCEMENT PREVENTION DES CHOCS ET DES ACCROCHAGES PREVENTION CONTRE L'INGESTION DES PRODUITS NOCIFS PREVENTION DES ELECTROCUTIONS VITRAGES/CLOISONS C.I.9. ASCENCEURS DIMENSIONS INTERIEURES AMENAGEMENT C.I.10. MOBILIER C.II. GARDERIE C.II.1. SALLES D ACTIVITES C.II.2. SALLE D ETUDES C.II.3. SANITAIRES ENFANTS D. ANNEXES TECHNIQUES D.I. SALLES DE REUNION/CONFERENCE D.I.1. SALLES DE REUNION/CONFERENCE SALLES DE REUNION/CONFERENCE CABINES D'INTERPRETATION MOBILIER FIXE ECLAIRAGE ECLAIRAGE SPECIFIQUE POUR PRISE DE VUE "BROADCAST" EQUIPEMENTS AUDIOVISUELS ACCES POUR PMR LES LUTRINS D.I.2. SALLE DE VIDEOCONFERENCE AVEC CABINES D INTERPRETATION GENERALITES INSTALLATION D'INTERPRETATION D.I.3. FOYERS ECLAIRAGE EQUIPEMENTS ELECTRIQUES DES FOYERS TELEPHONES EQUIPEMENT DE SONORISATION D.I.4. SPECIFICITES DG SCIC SALLES POUR INTERPRETES SALLES POUR TECHNICIENS ET ASSISTANCE LOGISTIQUE CABINES D'INTERPRETATION INSTALLATIONS D'INTERPRETATION SYSTEME DE PRISE DE VUES SYSTEMES DE PROJECTION ET DE DIFFUSION D'IMAGES RMS (Room Management System) SIGNALETIQUE REGIE CENTRALE RESEAUX DE LIAISONS INSTALLATIONS DE VIDEOCONFERENCE DOCUMENTS "AS-BUILT" EQUIPEMENTS A EVOLUTION TECHNOLOGIQUE RAPIDE MATERIEL DE RESERVE...369

8 D.II. RESTAURATION D.II.1. RESTAURANT "SELF-SERVICE" EQUIPEMENT DE LA ZONE DE LIBRE CIRCULATION EQUIPEMENT DE LA CUISINE CHARIOTS LAVERIE D.II.2. CAFETERIAS COMPTOIR OFFICE LAVERIE STOCK D.II.3. CAFETERIA "PETITE RESTAURATION" COMPTOIR OFFICES D.II.4. COFFEE-SHOP COMPTOIR OFFICES LAVERIE STOCK D.III. LISTE DES MATERIAUX PROSCRITS GLOSSAIRE NOTES

9 PREFACE Le Manuel des normes applicables à l Immeuble Type (MIT) constitue depuis 1992 un document de référence en matière immobilière aussi bien à l usage interne des services de la Commission qu à l usage de ses interlocuteurs externes actifs sur le marché immobilier bruxellois. Conformément à la Décision de la Commission établissant les règles administratives applicables à l'office pour les infrastructures et la logistique à Bruxelles 1 et plus particulièrement l'article 6 3 et 4, les conditions techniques auxquelles doivent satisfaire les bâtiments de la Commission sont définies dans le MIT par le Directeur de l'oib et approuvées par son Comité de Direction. Outre une actualisation réglementaire, la présente édition, qui remplace l'édition 2004, met l'accent sur la qualité environnementale des bâtiments et la qualité d'usage pour tous les utilisateurs. Elles s'appuient en particulier sur une meilleure maîtrise des consommations énergétiques et l'utilisation de matériaux respectueux de l'environnement. Pour certaines problématiques, le MIT n'impose pas une solution technique unique car les projets doivent être développés dans le cadre d'une analyse en coût global. Le MIT définit les performances techniques à atteindre et les caractéristiques que devrait présenter idéalement un immeuble hébergeant des services de la Commission à Bruxelles. Chaque immeuble existant dispose cependant de ses caractéristiques propres. Une évaluation de la conformité par rapport au MIT permet de définir au cas par cas le programme de travaux à réaliser pour qu'il réponde au mieux aux attentes. Tous les immeubles neufs ou faisant l'objet d'une rénovation lourde doivent avoir un taux de conformité par rapport au MIT le plus élevé possible. Pour les bâtiments existants, le MIT n'est pas d'application en l'état. Pour ces bâtiments, il convient en effet de se référer aux versions en vigueur au moment de leur construction ou de leur rénovation lourde. Le document est subdivisé en quatre parties. La partie A traite des aspects généraux, la partie B reprend les descriptifs techniques des quatre domaines qui interviennent dans l'aménagement des immeubles à savoir l'architecture, les techniques spéciales, la sécurité et l'hygiène et la sécurité des biens et des personnes, la partie C traite des locaux destinés à la petite enfance et la partie D contient des annexes techniques. Le document permet de distinguer les obligations réglementaires ou les règles de l'art qui sont mises en évidence typographiquement 2 dans le Manuel, et les éléments de programme, qui sont repris autant que de besoin dans chaque projet. Ce document a été approuvé par le Comité Directeur de l'oib en date du 2 décembre Gábor Zupkó, Directeur de l'oib 1 C(2003)570 du 22 juillet Les obligations réglementaires sont mises en gras dans le texte

10 A - Généralités A. GENERALITES A.I. LE DOCUMENT "MANUEL DES NORMES APPLICABLES A L IMMEUBLE TYPE" A.I.1. DESCRIPTION La description d'un immeuble qui répond au mieux aux besoins des services de la Commission a toujours été un des objectifs de l administration et de la représentation du personnel. Ce document est le fruit de ces besoins. Il est complexe et a des fonctions variées, à savoir : un manuel à l'usage des services de la Commission, un répertoire d'usage général, un document de référence pour l'établissement des cahiers des charges. Le document a pour objectif de déterminer le niveau de performances techniques à atteindre et de définir la notion de confort minimal des immeubles destinés à accueillir les services de la Commission. Les solutions techniques susceptibles de réaliser ces objectifs sont libres, mais les exigences proprement dites sont contraignantes. La complexité du domaine immobilier résulte de l'interaction de quatre facteurs différents: 1. l'exigence économique, prérogative des administrateurs et gestionnaires qui doivent sauvegarder le respect des procédures et du budget, 2. l'exigence technique, prérogative des professionnels du bâtiment qui doivent analyser correctement la qualité des prestations techniques et la conformité aux normes techniques et de sécurité, 3. l'intérêt des utilisateurs, destinataires de l'immeuble produit, qui ont droit à un niveau convenable de confort et de sécurité, 4. l exigence environnementale. Ce document veut aider à résoudre les conflits qui découlent de cette complexité. A.I.2. EVALUATION DE LA CONFORMITE Sur la base de ce document, une grille d'analyse de conformité a été développée. Elle permet de juger la capacité de l'immeuble à répondre aux besoins des services de la Commission. 1

11 A - Généralités A.II. LES ASPECTS LEGISLATIFS ET NORMATIFS A.II.1. GENERALITES L'immeuble destiné à héberger les services de la Commission est conforme à tous égards à la législation en vigueur dans le pays d'établissement. Lorsque cette législation est moins contraignante qu'une directive européenne, cette dernière prévaut. La législation en matière immobilière peut être classée en fonction des différents aspects rencontrés de la phase de conception à la phase d'exploitation d'un immeuble, à savoir : les prescriptions urbanistiques (permis d urbanisme et permis d environnement), les prescriptions architecturales (conception architecturale, calculs structurels du gros-œuvre), la législation relative aux installations techniques (dimensions, consommations énergétiques), la législation en matière de sécurité et d'hygiène au travail, la législation en matière environnementale. Les normes sont classées en fonction de l'organisme émetteur et du domaine technique auquel elles appartiennent. Aux fins de la législation en matière de sécurité, l immeuble occupé par les services de la Commission est considéré comme étant un bâtiment à usage privatif. Par contre, les locaux spécifiquement destinés à l accueil du public, comme les info-points, bureaux d accueil et similaires, sont considérés comme locaux publics. Chaque chantier ouvert à l intérieur d un immeuble répond à la réglementation en vigueur en matière de sécurité. A.II.2. ASPECTS LEGISLATIFS Législation belge La législation belge est publiée au Moniteur belge. Celle qui concerne les domaines de la sécurité et de la santé au travail ainsi que la protection de l'environnement est accessible en consultant : le site du Moniteur belge (http://wwwejustice.just.fgov.be/cgi/welcome.pl), le site Prevent (http://fr.prevent.be/net/net01.nsf/p/mm00-03), le site de la Communauté française (http://www.espace.cfwb.be/sippt/). 2

12 A - Généralités Législation communautaire La législation communautaire est publiée au Journal officiel de l Union européenne. Celle qui concerne le secteur immobilier ainsi que la sécurité et la santé au travail et la protection de l'environnement est accessible en ligne dans la banque de données CELEX/EUR-LEX (http://eur-lex.europa.eu/fr/index.htm). A.II.3. ASPECTS NORMATIFS Normes belges NBN Les normes belges sont reconnues comme des règles de l'art ou de savoir-faire. Toutefois, elles peuvent devenir obligatoires lorsqu'elles sont mentionnées explicitement dans des arrêtés officiels. Les règles de l'art s'étendent aussi aux spécifications techniques contenues dans les prescriptions des assureurs (CEA, VdS, FM, ), dans les cours spécifiques, dans les revues professionnelles, etc. Elles doivent être appliquées dans leur intégralité sans mélanger leurs spécifications entre elles. Normes des autres États membres Les normes des autres États membres sont les normes publiées par les divers organismes nationaux de normalisation. Elles peuvent figurer ou non parmi les normes enregistrées de l'institut belge de normalisation (IBN). Normes européennes Les normes européennes émanent de trois organismes : le Comité européen de normalisation du fer et de l'acier (ECISS), qui remplace progressivement les Euronormes (EU) de la CECA, le Comité européen de normalisation (CEN) qui regroupe les instituts de normalisation des pays de l'union européenne et de l'aele, le Comité européen de normalisation électrotechnique (CENELEC) qui est l'homologue du CEN pour tout ce qui concerne l'électrotechnique. Normes mondiales Les normes mondiales sont publiées par trois organismes: l'organisation internationale de normalisation (ISO) qui regroupe les instituts de normalisation du monde entier, la Commission électrotechnique internationale (CEI), la Commission internationale de conformité de l'équipement électrique (CEE-El). 3

13 A - Généralités A.III. LA DOCUMENTATION ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE A.III.1. DOCUMENTATION ADMINISTRATIVE Chaque immeuble occupé par les services de la Commission fait l'objet d'un dossier administratif complet qui reprend toutes les autorisations légales relatives à l'immeuble. Cette documentation est établie par le promoteur ou le propriétaire de l'immeuble et remise en deux exemplaires aux services compétents de la Commission. Liste des documents à fournir : 1. Nombre de personnes pouvant occuper le bâtiment et nombre de places de parking disponibles. 2. Certificat "Asbestos-free" pour les constructions neuves ou attestation "Asbestos safe" pour les immeubles existants voir aussi B.I Permis d urbanisme comprenant : la décision communale (Collège des bourgmestres et échevins) ou régionale, les prescriptions du service d'incendie compétent, les plans du permis signés et approuvés. 4. Attestations de conformité au permis d urbanisme et au permis d environnement comprenant notamment : l'attestation de conformité aux permis, délivrée par un SECT (Service Externe pour les Contrôles Techniques - Organisme agréé), l'attestation de conformité aux prescriptions de sécurité incendie. 5. Permis d'environnement, notamment pour : les parkings, les stockages de produits combustibles (plus de 3000 l), les moteurs de plus de 10 kw, les transformateurs électriques de forte puissance. 6. Etude de Performance Energétique du Bâtiment (PEB). 7. Liste des entreprises ayant participé aux travaux avec leurs coordonnées et des indications sur les travaux réalisés. 8. Rapports, délivrés par un SECT, attestant la conformité du bâtiment et de ses équipements y compris les aménagements pour les personnes handicapées avec les prescriptions des LOI/CODE/RGPT et les autres obligations légales. 4

14 A - Généralités 9. Rapport de conformité des installations de gaz (canalisations, local de détente, chaufferie) avec les règles et normes de sécurité, y compris l'étanchéité des installations. 10. Rapport de conformité des installations de production de vapeur. 11. Rapport de conformité des cuves de combustibles. 12. Rapport de conformité, délivré par un SECT, des installations électriques du bâtiment avec les normes et règles en vigueur (RGIE), y compris les installations électriques liées aux autres installations techniques (CVC, ascenseurs, etc.). 13. Rapports de première mise en service des ascenseurs et autres appareils de levage, délivrés par un SECT, dans le cas d'appareils neufs ou rénovés, ou/et rapports annuels et trimestriels de contrôle des appareils de levage de l'année précédant le début d'occupation du bâtiment par la Commission, délivrés par un SECT, dans le cas d'une location d'un bâtiment ancien. 14. Rapport de contrôle, délivré par un SECT, des dispositifs parafoudre et/ou des liaisons à la terre des structures métalliques (charpentes, toitures). 15. Rapport de contrôle, délivré par un SECT, des installations techniques suivantes: appareils de climatisation, ventilation des parkings, chauffage, compris les canalisations de gaz. 16. Rapports de contrôle, délivrés par un SECT, des installations relatives à la sécurité incendie telles que : exutoires de fumée, système d'alarme, système d'audiophonie, système de détection incendie, système d'extinction automatique d'incendie (sprinklers, à eau pulvérisée, à poudre, etc.), fonctionnement des clapets coupe-feu, moyens de lutte contre le feu : dévidoirs, hydrants, etc., éclairage de secours. 17. Rapport de bon fonctionnement, délivré par un SECT, des groupes électrogènes. 5

15 A - Généralités 18. Rapports d'essais au feu, délivrés par un laboratoire agréé, des éléments coupefeu tels que : portes coupe-feu, portillons pour gaines techniques, caissons, clapets coupe-feu, cloisons coupe-feu, planchers (vue en coupe), caractéristiques de réaction au feu des revêtements de sol et des faux-plafonds. 19. Rapport d'agréation des potences, des dispositifs d'accrochage pour les nacelles destinées au nettoyage des vitres et des nacelles (délivré par un SECT). 20. Rapport de conformité des équipements de retenue ou de protection contre les chutes en hauteur. 21. Rapport, délivré par un SECT, concernant la sécurité des portails de garage à commande motorisée. Les rapports délivrés par les SECT, devront être remis dans leur version définitive lors des opérations d'agréation/réception. Ces rapports devront mentionner de façon explicite les installations contrôlées. Des versions provisoires pourront exceptionnellement être acceptées mais l'historique desdits rapports devra être documenté. A.III.2. DOCUMENTATION TECHNIQUE Chaque immeuble occupé par les services de la Commission fait l'objet d'un dossier d'interventions ultérieures (DIU au sens de l'a.r. du 25 janvier 2001 modifié par l'a.r. du 19 janvier 2005 concernant les chantiers temporaires ou mobiles) qui reprend tous les plans d'exécution "As-built" (conformes à l'exécution) ainsi que la documentation relative aux matériaux et aux installations (fiches techniques, modes d emploi, instructions d entretien) de l'immeuble. Cette documentation est établie par le promoteur ou le propriétaire de l'immeuble et est remise aux services compétents de la Commission. Les plans conformes à l'exécution sont remis en format électronique AutoCAD (la version AutoCAD dans laquelle les plans devront être fournis devra être demandée à l'oib). Chaque domaine (architecture, cloisons, câblage, électricité, CVC, etc.) fait l objet d un fichier distinct. Les conventions de dessins, telles que les couches, les couleurs et les types de lignes, doivent être conformes à la charte graphique de l'oib. Pour un bâtiment existant, les plans fournis devront être facilement exploitables et conformes aux règles de l'art. Les conventions utilisées seront soumises à l'approbation de l'oib. 6

16 A - Généralités Liste des plans à fournir : 1. Plans d'architecture "As-built" (étages, façades, vues en coupe), établis conformément à la Charte graphique de l'oib. 2. Plans de stabilité. 3. Plans électriques, aérauliques et hydrauliques, y compris les tableaux électriques. 4. Plans avec la position des clapets "coupe-feu" et le mode de fonctionnement. 5. Plans des conduites de cheminées. 6. Limite de charge nominale des planchers des différents types de locaux : bureaux, archives, locaux techniques, parkings, autres locaux. La documentation relative à chaque matériel ou installation faisant partie de l'immeuble se compose : d'un descriptif technique du matériel ou de l'installation, d'un jeu de plans, du manuel d'entretien ou du mode d'emploi, des certificats de conformité CE, de la liste des fournisseurs et ateliers de réparation agréés. La documentation et les plans seront repris dans des dossiers organisés suivant le classement ci-après : Architecture, Ascenseurs, GTC (Télégestion), Câblage, Charges de sol, Cloisons, Cuisine/Restaurant/Cafétéria, 7

17 A - Généralités Détection Incendie, Electricité, Façades, Gros-œuvre, CVC, (HVAC) Hydro-sanitaire, Lavage de vitre, Menuiserie intérieure, Parachèvements, Protection antichute, Signalisation, Téléphonie-Data. Identification des équipements : Une identification de tous les équipements de l immeuble est à réaliser en concertation et avec l accord de la Commission. Le système d identification choisi sera compatible avec celui utilisé par la Commission pour la GMAO. 8

18 B Descriptifs Techniques Architecture B. DESCRIPTIFS TECHNIQUES B.I. ARCHITECTURE B.I.1. ASPECTS URBANISTIQUES L'immeuble qui abrite les services de la Commission est conforme à la réglementation urbanistique en vigueur à la date de sa première occupation. Dans la région de Bruxelles-Capitale, le Code Bruxellois de l'aménagement du Territoire (CoBAT) définit une série de mécanismes et de procédures administratives dont : RRU Règlement Régional d Urbanisme, PRD Plan Régional de Développement, PRAS Plan Régional d Affectation du Sol, RCU Règlements Communaux d'urbanisme, PCD Plans Communaux de Développement, PPAS Plans Particuliers d Affectation du Sol, Arrêté du Gouvernement de la Région Bruxelles-Capitale du 21 décembre 2007 déterminant des exigences en matière de performance énergétique et de climat intérieur des bâtiments, Ordonnance du 07 juin 2007 relative à la performance énergétique et au climat intérieur des bâtiments. Les immeubles situés sur les autres sites (hors Région de Bruxelles-Capitale) respectent, pour leur part, les réglementations locales. B.I.2. ASPECTS ARCHITECTURAUX 1. GENERALITES La conception globale de l'immeuble et de chacun de ses composants autorise une maîtrise parfaite et efficiente des conditions ambiantes (CVC, éclairage, acoustique, etc.). L'immeuble offre différentes variantes d'utilisation afin de permettre, à l'avenir, une adaptation à d'éventuels nouveaux besoins de la Commission, et ce, sans coûts excessifs. Sous cet angle, la modularisation des principaux éléments architecturaux (structure et façade) facilite une réaffectation éventuelle de l'immeuble. L immeuble allie fonctionnalité et rentabilité dans le respect des principes incontournables de sa conception : sobriété, efficacité, règles de l art. Tous les immeubles de la Commission sont des zones non-fumeurs. 9

19 B Descriptifs Techniques Architecture 2. LE "BÂTIMENT INTELLIGENT" L'immeuble est construit conformément aux derniers développements du concept de "bâtiment intelligent". Cette théorie prévoit l'intégration de la structure architecturale, de l'ensemble des installations techniques, des services internes et des modalités de gestion de manière à créer pour les occupants une ambiance de travail qui répond aux objectifs individuels de convenance, coût, sécurité, confort et efficacité tout en minimisant l'impact sur l'environnement. L'immeuble est donc appréhendé, de la phase de projet à la remise des clés, comme un ensemble organique d'éléments conçus dans l'optique de l'usage final et des activités accomplies dans le bâtiment. 3. MODULARITE DES ESPACES DE BUREAUX Le module architectural des espaces de bureaux privilégié est de 1,20 m. Il pourra cependant se situer entre 1,20 m et 1,40 m. 4. REPARTITION DES SURFACES À L'INTERIEUR DE L'IMMEUBLE La conception architecturale de l'immeuble est telle qu'elle minimise, voire exclut tout gaspillage de surface couverte par une répartition équitable des surfaces affectées aux différentes fonctions du bâtiment. La modularité d'un bâtiment permet de connaître aisément son efficacité en tenant compte de la répartition des différents types de surface selon la classification suivante : (1) Aire active des bureaux Bureaux nets. (2) Aire auxiliaire des bureaux Archives et locaux informatiques ou assimilés. (3) Aires spéciales Kitchenettes, cuisines, cafétérias, stockage. (4) Espaces auxiliaires Garages, parkings. (5) Espaces de circulation Ascenseurs, escaliers, couloirs, sas, halls. (6) Sanitaires Toilettes, douches, saunas, dévidoirs. (7) Espaces techniques Gaines, espace des techniques spéciales (CVC, machinerie ascenseurs, autocommutateurs privés, électricité, hydro-sanitaire). (8) Divisions internes Piliers, voiles, murs, cloisons amovibles. (9) Aires structurelles Murs extérieurs, façades, installations techniques. (10) Autres aires Espaces commerciaux. 10

20 B Descriptifs Techniques Architecture (11) Espaces non couverts Patios, jardins, accès toiture. (12) Aire d'implantation La parcelle cadastrale. (13) Aire d'occupation La surface de la construction stricto sensu. (14) Aire construite Le total cumulé des surfaces construites. L'adéquation des dimensions des locaux suivants est notamment garantie : hall d'entrée, couloirs, cages d'escaliers, locaux techniques, parkings et voies d'accès, archives aveugles et autres locaux à destination spécifique. En ce qui concerne le pourcentage des surfaces à usage de bureaux ou de salles de réunion, celui-ci n est pas inférieur à 65 % de la surface totale de l'immeuble. Les hauteurs sous plafond minimales suivantes sont jugées optimales : Etages techniques en toiture : h = 3,0 m. Etages de bureaux : h = 2,6 m. Les surfaces dont la hauteur sous plafond est inférieure à 2,5 m ne sont pas prises en compte pour définir un poste de travail. Circulation horizontale : h =2,4 m. Rez-de-chaussée : h = 3,5 m. Etages en sous-sol : h = 2,2 m. Aire de manœuvre sur les parkings : h = 4,0 m. 5. ACCESSIBILITE DE L IMMEUBLE AUX MARCHANDISES L architecture de l immeuble répond convenablement aux nécessités des opérations de service, telles que les livraisons de fournitures, de publications, les déménagements et l enlèvement des conteneurs poubelles. Dans la mesure du possible, l immeuble dispose d un quai de déchargement pour camion, ou d un lieu de déchargement privatif (allée, esplanade, etc.) situé en dehors des voies de circulation extérieures ou intérieures, ou encore d un accès de garage qui autorise l entrée d un camion. L immeuble dispose d un ascenseur de charges qui dessert le niveau du déchargement, tous les étages administratifs et le niveau des locaux de stockage 11

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements Attention: les informations relatives au Code du logement seront mises à jour très prochainement;

Plus en détail

Principe de ventilation

Principe de ventilation Principe de ventilation Cadre législatif et normatif Christophe Delmotte, Ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 15/11/2013 - Page 1 Pourquoi

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D un projet de construction d un ÉTABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Soumis : Aux dispositions générales des articles R 123-1 à R 123-55 du code de la construction et de l habitation

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) Dernière révision du document : juillet 2012 CONTEXTE La directive européenne 2002/91/CE sur la performance énergétique des bâtiments vise la réduction de

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) Nouvelle ordonnance adoptée le 07 juin 2007,publiée au Moniteur belge le 11 juillet 2007 entrée en vigueur prévue juillet 2008 1. POURQUOI

Plus en détail

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil EXEMPLE DE NOTICE DE SECURITE INCENDIE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil NOTA : Cet exemple de notice est un document simplifié. Des renseignements complémentaires

Plus en détail

OCF / KAF 01.06.2011

OCF / KAF 01.06.2011 01.06.2011 Détecteurs Lampe témoin Centrale, tableau de rappel Feu flash Signal acoustique Dispositif manuel de déclanchement Arrêt du signal acoustique et activation de la 2ème temporisation Détection

Plus en détail

CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE

CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE Maître d ouvrage : SIVU DE LA CRECHE INTERCOMMUNALE THOIRY 3 place de la Fontaine 78 770 THOIRY Adresse des travaux : Rue de la Mare Agrad 78 770 THOIRY

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS DIVERS

RENSEIGNEMENTS DIVERS NOTICE DE SECURITE Références: A joindre obligatoirement à tout dossier de permis de construire ou déclaration de travaux exemptés de permis de construire relatifs à un établissement recevant du public

Plus en détail

Bâtiment à transformer - Formulaire 2 Travaux de rénovation simple (selon l'art. 548) Changement d'affectation (non visé à l'art.

Bâtiment à transformer - Formulaire 2 Travaux de rénovation simple (selon l'art. 548) Changement d'affectation (non visé à l'art. Travaux de rénovation simple (selon l'art. 548) Changement d'affectation (non visé l'art. 549) 1. Données administratives Cadre réservé l'administration 1.1 Contexte du formulaire QUI doit introduire un

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Préambule : Cette notice concerne les dispositions essentielles de sécurité à prévoir en fonction du classement de l'établissement

Plus en détail

A. BRUIT AERIEN... 4 B. BRUIT DE CHOC OU BRUIT D IMPACT... 5 C. BRUIT D EQUIPEMENT... 5 D. REVERBERATION... 6 E. REGLEMENTATION EN VIGUEUR...

A. BRUIT AERIEN... 4 B. BRUIT DE CHOC OU BRUIT D IMPACT... 5 C. BRUIT D EQUIPEMENT... 5 D. REVERBERATION... 6 E. REGLEMENTATION EN VIGUEUR... COUSTIQUE SOMMAIRE 1. SOURCES DE BRUIT... 2 A. BRUIT AERIEN EXTERIEUR... 2 B. BRUIT AERIEN INTERIEUR... 2 C. TRANSMISSIONS LATERALES OU INDIRECTES... 3 D. BRUIT DE CHOC OU BRUIT D IMPACT... 3 E. BRUIT

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Notice obligatoire en application de l Art. R 123-24 du Code de la Construction et de l Habitation pour les demandes de Permis de Construire dans les Etablissements Recevant

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL 1 NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL NOM DE L ETABLISSEMENT : Atelier 1 menuiserie, Ateliers 2, 3 et 4 non connu à ce jour NATURE DE L EXPLOITATION : Ateliers

Plus en détail

La ventilation de la salle de gymnastique et des locaux vestiaires et sanitaires sera également assainie.

La ventilation de la salle de gymnastique et des locaux vestiaires et sanitaires sera également assainie. 2 plans d exécution a été adjugée au bureau LZ&A Architectes SA. Ce dernier a établi un devis général, effectué un relevé précis et préparé les plans pour les appels d offres. La mise à l enquête pour

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP A joindre à la demande de permis de construire, déclaration de travaux ou d aménagement Cette notice n est pas exhaustive ; tous renseignements complémentaires doivent

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP Mairie de BRAILLANS 9 rue de la mairie 25640 BRAILLANS 03 81 57 93 30 Email : mairie.braillans@orange.fr MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE POUR LES ERP DE 5 E CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE ;

LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE ; Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale déterminant les exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d équipement des logements. LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Chauffage central à eau chaude

Chauffage central à eau chaude Chauffage central à eau chaude Le point sur la normalisation en Belgique (2012) Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES NOUVELLES RÈGLES SOMMAIRES POUR LE STOCKAGE DES PRODUITS PÉTROLIERS Depuis septembre 2006, suivant le décret de Juillet 2004 STOCKAGE AU REZ-DE-CHAUSSEE OU EN SOUS-SOL D'UN BATIMENT Les réservoirs et équipements

Plus en détail

Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter.

Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter. Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter. Cependant si vous désirez un audit sécurité complet, il

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE pour les ERP de 5 ème catégorie SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE pour les ERP de 5 ème catégorie SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE pour les ERP de 5 ème catégorie SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE COMPLEXE CINEMATOGRAPHIQUE DU PLATEAU DE LA BRIE PROJET DE CINEMA SUR LE TERRITOIRE DE COULOMMIERS NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE: COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA BRIE DES

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (Code de la construction et de l habitation Art. R123 à R123.55 arrêté du 22 juin 1990) S agissant d une opération en site existant, en application

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS TEXTES REGLEMENTAIRES APPLICABLES ERP DU 1 er GROUPE ET DE 5 ème CATEGORIE Code de la construction et de l habitation

Plus en détail

DISPOSITIONS SPECIFIQUES. Bâtiments administratifs

DISPOSITIONS SPECIFIQUES. Bâtiments administratifs GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. ITM-SST 1504.1 Prescriptions

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH)

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) 1 Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) Conformément à Article R*111-19-17 du CCH, la présente notice fait partie du dossier permettant de vérifier la conformité

Plus en détail

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES Introduction Les réglementations PEB régionales prennent en compte des consommations énergétiques pour le refroidissement. En outre, les réglementations d

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE PREFECTURE DE LA HAUTE-GARONNE Service Départemental d Incendie et de Secours de la Haute-Garonne Bureau Prévention 49 Chemin de l Armurié BP 123 31776 COLOMIERS CEDEX Tél.: 05.61.06.37.60 Fax : 05.61.06.37.64

Plus en détail

DOSSIER D'ETUDE D'UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC BASE REGLEMENTAIRE

DOSSIER D'ETUDE D'UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC BASE REGLEMENTAIRE DOSSIER D'ETUDE D'UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Une notice de sécurité est à joindre obligatoirement à tout dossier concernant la construction d'un établissement recevant du public. BASE REGLEMENTAIRE

Plus en détail

Fiche Préconisation Création d ascenseur

Fiche Préconisation Création d ascenseur Page : 1 1- Constat Impossibilité d accéder à un ou plusieurs niveaux du bâtiment par un moyen de transport vertical Rappel réglementaire : Un ascenseur est obligatoire 1- Si l effectif admis aux étages

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. 54530 MONT ST MARTIN Rue de Lille CONSTRUCTION D'UN EHPAD PC 40

NOTICE DE SECURITE. 54530 MONT ST MARTIN Rue de Lille CONSTRUCTION D'UN EHPAD PC 40 NOTICE DE SECURITE 54530 MONT ST MARTIN Rue de Lille CONSTRUCTION D'UN EHPAD Notice de sécurité établie avec M. FOURMONT Bureau de contrôle VERITAS PC 40 SOMMAIRE 1. GENERALITES 2. DESCRIPTION DU PROJET

Plus en détail

Avenue des Frênes 77 411 MONTEVRAIN NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE IMMOBILIER

Avenue des Frênes 77 411 MONTEVRAIN NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE IMMOBILIER Avenue des Frênes 77 411 MONTEVRAIN NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE IMMOBILIER 1/6 LE NEST PARTIES COMMUNES CLOS COUVERT GROS OEUVRE : Fondations suivant étude géotechnique, Dallage béton armé, Réalisation

Plus en détail

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS RESTAURANT SCOLAIRE ET HALL DE SPORTS CONFERENCE DE PRESSE 20 mai

Plus en détail

Règlement Glossaire GLOSSAIRE. Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133

Règlement Glossaire GLOSSAIRE. Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133 GLOSSAIRE Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133 Abri de jardin Accès Alignement Alignement spécifique Annexe Attique Baie Bardage Bateau d'accès Chien assis Coefficient d occupation du

Plus en détail

Location ou acquisition d immeubles destinés à accueillir du personnel de la Communauté française et leurs hôtes.

Location ou acquisition d immeubles destinés à accueillir du personnel de la Communauté française et leurs hôtes. Note à Monsieur Léon ZAKS, Administrateur général. Administration générale de l Infrastructure. Votre lettre du Vos références Nos références Annexes MT/MT/SIPPT/200802444RA.9980 Objet : Sécurité: Location

Plus en détail

AVIS DE PRE-INFORMATION

AVIS DE PRE-INFORMATION AVIS DE PRE-INFORMATION SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR 1.1 : Nom, adresses et point(s) de contact Nom officiel : UNION IMMOBILIERE DES ORGANISMES DE S2CURITE SOCIAL 68 Adresse : 26 avenue Robert Schuman

Plus en détail

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPECIFIQUES Bâtiments administratifs

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPECIFIQUES Bâtiments administratifs GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, septembre 2012 Le présent texte a été établi par l Inspection du travail et des mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. ITM-SST 1504.2 Prescriptions

Plus en détail

1. Données administratives. 1.1 Contexte du formulaire. 1.2 Localisation des travaux. Cadre réservé à l'administration

1. Données administratives. 1.1 Contexte du formulaire. 1.2 Localisation des travaux. Cadre réservé à l'administration Travaux de rénovation simple (selon l'art. 548) Changement d'affectation (visé à l'art. 549) (Formulaire relatif aux renforcements d'exigences du 1er juin 2012) 1. Données administratives Cadre réservé

Plus en détail

L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 10 L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 10.1 ESPACE D ATTENTE SÉCURISÉ FOCUS 1 : L'IMPLANTATION PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ L ensemble des usagers doit pouvoir être évacué du bâtiment.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006 relatif au

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Dénomination de l'établissement : Gymnase des Closeaux Adresse principale : Petite voie des Fontaines 94.150 RUNGIS Maîtrise d ouvrage (Nom ou raison sociale) : Ville de

Plus en détail

DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES Immeubles mixtes

DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES Immeubles mixtes Luxembourg, mars 2009 Le présent document a été établi par le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg et la Commission de Sécurité, de Prévention et de Prévision Incendie de la «Fédération

Plus en détail

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012 NOTICE DE SÉCURITÉ concernant les ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du (5 ème catégorie) conformément au Code de l'aménagement de la Polynésie Française Document mis à jour le 10.05.2012 01 - PRÉSENTATION

Plus en détail

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-F et P4-F 185 (Modèle standard) P2-F et P4-F 170 MODELE P2/4-F 170 P2/4-F 185 (Standard) P2/4-F 195 P2-F et P4-F 195 H 325 340 350 DH 156 171 181

Plus en détail

Descriptif quantitatif second œuvre

Descriptif quantitatif second œuvre GENERAUX ARTISTIQUES Descriptif quantitatif second œuvre La mise en œuvre de menuiserie intérieure Maintien des blocs portes en attente de la pose de la cloison (mise en place, réglage et calage) ES S

Plus en détail

SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS

SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS Le système de chauffage et de production de chaleur fait partie des postes à contrôler pour assurer la rationalisation des

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Fiche juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Fiche juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Fiche juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 Le diagnostic de performance énergétique / Page 2 L état d installation intérieure de gaz et d électricité / Page 4 1 ANALYSE

Plus en détail

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Ce dispositif s applique aux dossiers de demande d aide déposés auprès des services du Conseil régional. Les critères d éco-conditionnalité

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR

SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Publié le : 2003-05-05 SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR 4 AVRIL 2003. - Arrêté royal modifiant l'arrêté royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l'incendie et l'explosion,

Plus en détail

Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio)

Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio) Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio) Votre construction devra respecter au minimum les performances énoncées ci-dessous. En cas de non-respect de ces points Les sanctions pourront être civiles

Plus en détail

Bâtiments à façades double-peau

Bâtiments à façades double-peau Vereinigung Kantonaler Feuerversicherungen Association des établissements cantonaux d assurance incendie Associazione degli istituti cantonali di assicurazione antincendio NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION

Plus en détail

LOCATION MURS BATIMENT IDEAL ACTIVITE LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 5 390 M 2 SUR TERRAIN 2,39 Ha (Construction extension possible)

LOCATION MURS BATIMENT IDEAL ACTIVITE LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 5 390 M 2 SUR TERRAIN 2,39 Ha (Construction extension possible) LOCATION MURS BATIMENT IDEAL ACTIVITE LOGISTIQUE ET TRANSPORT 5 390 M 2 SUR TERRAIN 2,39 Ha (Construction extension possible) Route de Marolles FOSSE 41330 Situation géographique et environnement p.4 Description

Plus en détail

A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente

A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente Mise à jour : Septembre 201 2 I Etablissements recevant du public (ERP) Références réglementaires : Code de la construction et de l habitation

Plus en détail

TITRE Ier : STRUCTURES DE LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

TITRE Ier : STRUCTURES DE LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE Convention collective nationale des ouvriers employés par les entreprises du bâtiment non visées par le décret du 1er mars 1962 (c'est-à-dire occupant plus de dix salariés) du 8 octobre 1990. Etendue par

Plus en détail

F I C H E T E C H N I Q U E N 2 0 1 0 / 2. Préconisations pour la mise en place de panneaux photovoltaïques

F I C H E T E C H N I Q U E N 2 0 1 0 / 2. Préconisations pour la mise en place de panneaux photovoltaïques F I C H E T E C H N I Q U E N 2 0 1 0 / 2 Préconisations pour la mise en place de panneaux Service PréveNTiON edition mars 2010 En l absence de réglementation applicable à l installation de panneaux,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 18 avril 2012 relatif au diagnostic de performance énergétique pour

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DURABLE. Le crédit d impôt dédié au développement durable. Quelles sont les dépenses concernées par cette mesure?

DEVELOPPEMENT DURABLE. Le crédit d impôt dédié au développement durable. Quelles sont les dépenses concernées par cette mesure? CREDIT D IMPOT DEDIE AU DEVELOPPEMENT DURABLE Le crédit d impôt dédié au développement durable Avertissement : le document ci après a été rédigé pour apporter une aide aux lecteurs pour une meilleure compréhension

Plus en détail

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB La réglementation climatisation PEB en Région Bruxelles-Capitale Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB SOMMAIRE LE CONTEXTE CHIFFRES CLES DE LA CLIMATISATION A BRUXELLES

Plus en détail

Sommaire général détaillé

Sommaire général détaillé Sommaire général détaillé 1 - Les établissements accueillant des personnes âgées (MR.1) Chap. 1 Les maisons de retraite : une réalité complexe (MR.11)... 31 1/1 Généralités (MR.111)... 31 1/2 La typologie

Plus en détail

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 CIRCULATIONS VERTICALES INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 1 PROGRAMME LECONS LECON_001 [T] Présentation Notions de Technobat LECON_002 [T] Technobat Tropicale Les classes énergétiques LECON_003 [T] Les matériaux

Plus en détail

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» 2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE SP2-F et SP4-F 295/310 SP2-F et SP4-F 295/310 MODELE H DH SP2/4-F 295 295 163 SP2/4-F 310* 310 163 *Standard Garage avec porte frontale devant parking mécanique

Plus en détail

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 08h. 12h. 13h. 17h. 18h. 22h. lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche École École École École École Clubs Manifestation École École Clubs École

Plus en détail

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-f & P4-f - 185/180 - Standard P2-f & P4-f - 170/165 - Compact P2-f & P4-f - 200/195 - Confort MODELE H DH P2f-4f - 185/180 - Standard 340 171 P2f-4f - 170/165 - Compact

Plus en détail

ÉQUIPEMENTS ET PRESTATIONS ELIGIBLES

ÉQUIPEMENTS ET PRESTATIONS ELIGIBLES ÉQUIPEMENTS ET PRESTATIONS ELIGIBLES AU TAUX REDUIT DE 5,5 % Les travaux d'amélioration de la qualité énergétique portent sur la pose, l'installation, l'entretien et la fourniture des matériaux, appareils

Plus en détail

Tableau des services de l'ingénieur et des documents à soumettre GÉNIE MÉCANIQUE et ÉLECTRIQUE

Tableau des services de l'ingénieur et des documents à soumettre GÉNIE MÉCANIQUE et ÉLECTRIQUE Tableau des services de l'ingénieur et des documents à soumettre GÉNIE MÉCANIQUE et ÉLECTRIQUE ÉLÉMENT DE L INGÉNIEUR Déterminer les objectifs du projet avec l'architecte et le client Participer à une

Plus en détail

> Opérations de construction ou d acquisition, suivies ou non de travaux d amélioration, ou d amélioration de logements locatifs ;

> Opérations de construction ou d acquisition, suivies ou non de travaux d amélioration, ou d amélioration de logements locatifs ; Mise à jour au 1 er avril 2011 Aides aux personnes morales - Bailleur Personnes morales Bénéficiaires > Toute personne morale. Opérations finançables > Opérations de construction ou d acquisition, suivies

Plus en détail

Rafraîchissement par ventilation

Rafraîchissement par ventilation NOUVEAU Rafraîchissement par ventilation Un rafraîchissement efficace d'une manière naturelle et peu énergivore De grands débits d'air extérieur permettent le rafraîchissement. Commande intelligente Pas

Plus en détail

Centre de gestion de la fonction publique de la Vienne

Centre de gestion de la fonction publique de la Vienne AMÉNAGEMENT D'UN LOCAL D'ARCHIVES NORMES ET CONSEILS RAPPEL RÈGLEMENTAIRE Code du Patrimoine,, art. R.212 212-54 : "Les collectivités territoriales informent le préfet [le directeur des Archives départementales]

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE d isolation thermique la totalité la toiture d isolation thermique s murs donnant sur l extérieur (au moins la moitié la surface

Plus en détail

ETUDE DE SÉCURITÉ 1.RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 2 2.CARACTÉRISTIQUES DES UTILISATEURS PRINCIPAUX 4 3.CARACTÉRISTIQUES EXTÉRIEURES 4

ETUDE DE SÉCURITÉ 1.RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 2 2.CARACTÉRISTIQUES DES UTILISATEURS PRINCIPAUX 4 3.CARACTÉRISTIQUES EXTÉRIEURES 4 ETUDE RELATIVE À LA PRÉVENTION DES INCENDIES ET DES EXPLOSIONS À JOINDRE À TOUTE DEMANDE DE PERMIS D URBANISME OU UNIQUE RELATIVE AUX BÂTIMENTS VISÉS À L ARTICLE 1 DU RÈGLEMENT COMMUNAL DU 25/05/2010 ENTRÉ

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France RT 2012 OBJECTIF : La règlementation thermique RT 2012 a pour objectif de protéger l environnement en favorisant les économies d énergie. Inspirée du concept des bâtiments basse consommation (BBC), elle

Plus en détail

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection)

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection) LOI DU 10 JUIN 1999 RELATIVE AUX ETABLISSEMENTS CLASSES FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres

Plus en détail

CHAUFFAGE URBAIN CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES POUR LE RACCORDEMENT AU RESEAU DE CHALEUR SCDC. VERSION C du 03/07/2013 Rédaction : A.

CHAUFFAGE URBAIN CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES POUR LE RACCORDEMENT AU RESEAU DE CHALEUR SCDC. VERSION C du 03/07/2013 Rédaction : A. CHAUFFAGE URBAIN SOCIETE CHAMBERIENNE DE DISTRIBUTION DE CHALEUR SCDC CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES POUR LE RACCORDEMENT AU RESEAU DE CHALEUR VERSION C du 03/07/2013 Rédaction : A. SIEBENBOUR SOMMAIRE

Plus en détail

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment La certification énergétique de votre habitation se déroulera en 2 étapes : 1) la visite de votre habitation et le relevé de ses caractéristiques ;

Plus en détail

Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Edition janvier 2010

Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Edition janvier 2010 Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Contenu et but Cette aide à l application traite de la procédure à suivre et des exigences à respecter pour la conception,

Plus en détail

Le Projet Sémiramis à Fribourg

Le Projet Sémiramis à Fribourg Le Projet Sémiramis à Fribourg Dominique Chuard Architecte EPFZ, Sorane SA, Lausanne Situation initiale Cette note présente le processus d'optimisation énergétique menée lors du développement du projet

Plus en détail

NPI 8 Installations techniques de protection incendie réceptions et contrôles

NPI 8 Installations techniques de protection incendie réceptions et contrôles NPI 8 Installations techniques de protection incendie réceptions et contrôles Notice explicative de protection incendie de l Assurance immobilière Berne (AIB) Édition 09/2012 1 Champ d application 1 Les

Plus en détail

Justifier des choix réalisés pour les travaux au regard de la consommation et de la maîtrise de l énergie et de l eau, du choix des matériaux.

Justifier des choix réalisés pour les travaux au regard de la consommation et de la maîtrise de l énergie et de l eau, du choix des matériaux. Annexe Prise en compte de la démarche de développement durable et solidaire pour les opérations de moins de 15 logements Grille du référentiel départemental Justifier des choix réalisés pour les travaux

Plus en détail

Règlement régional d urbanisme Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 21 novembre 2006.

Règlement régional d urbanisme Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 21 novembre 2006. Règlement régional d urbanisme Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 2 novembre 2006. Titre V ISOLATION THERMIQUE DES BATIMENTS INTRODUCTION GÉNÉRALE CARACTERISTIQUES DES CONSTRUCTIONS

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

Aide au calcul de la surface de référence énergétique

Aide au calcul de la surface de référence énergétique REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'aménagement, du logement et de l'énergie Office cantonal de l'énergie Version N 3 23.01.2014 Aide au calcul de la surface de référence énergétique www.geneve.ch/ocen

Plus en détail

c/o Arnaud DESTEXHE Curateur

c/o Arnaud DESTEXHE Curateur N/Réf. ROVABAT 4 à la requête de : La Société ROVABAT SPRL en faillite c/o Arnaud DESTEXHE Curateur Désignation des biens immeubles Nature : Adresse : Cadastre : Complexe immobilier comprenant sur un ensemble

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES BUGEAT SORNAC MILLEVACHES AU COEUR

COMMUNAUTE DE COMMUNES BUGEAT SORNAC MILLEVACHES AU COEUR COMMUNAUTE DE COMMUNES BUGEAT SORNAC MILLEVACHES AU COEUR REAMENAGEMENT DE L'ANCIENNE MAIRIE DE SORNAC EN ACCUEIL DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT PROGRAMME DE L'OPERATION OPERATION La Communauté de Communes

Plus en détail

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40)

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40) Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim Dossier de demande de permis de construire Notice de Sécurité (PC40) NOTICE DE SECURITE E.R.P. Remarque : Cette notice de sécurité comprend

Plus en détail

Fiche d Information - Étude Thermique

Fiche d Information - Étude Thermique Fiche d Information - Étude Thermique 7, Grande Rue 84370 BEDARRIDES Tél. : 04.90.22.85.30 Fax : 04.90.22.85.31 e-mail : new-tec@orange.fr Site : www.new-tec.fr Références constructeur ou code avantage

Plus en détail

Réduire des déperditions thermiques de la

Réduire des déperditions thermiques de la Page 1 sur 6 Réduire des déperditions thermiques de la gaine d'ascenseur Création d'un zone "chaude" Création d'un sas intermédiaire Contrôler le débit de ventilation de la gaine En bref! La ventilation

Plus en détail

Le crédit d impôt développement durable

Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt dédié au développement durable en vigueur concerne les dépenses de travaux payées à compter du 1er janvier 2014 (dispositions issues de l article

Plus en détail

La petite salle des Halles de Schaerbeek est un espace de forme rectangulaire de 215M².

La petite salle des Halles de Schaerbeek est un espace de forme rectangulaire de 215M². FICHE TECHNIQUE 21.05.2011 Petite Halle INFORMATION / TECHNIQUE La petite salle des Halles de Schaerbeek est un espace de forme rectangulaire de 215M². Accès camions : Niveau rue : Entrée latérale : rue

Plus en détail

LE CREDIT D'IMPOT RELATIF AU DEVELOPPEMENT DURABLE, ECONOMIES D'ENERGIE, ENERGIES RENOUVELABLES)

LE CREDIT D'IMPOT RELATIF AU DEVELOPPEMENT DURABLE, ECONOMIES D'ENERGIE, ENERGIES RENOUVELABLES) Fiche Pratique LE CREDIT D'IMPOT RELATIF AU DEVELOPPEMENT DURABLE, ECONOMIES D'ENERGIE, ENERGIES RENOUVELABLES) * Avertissement : le document ci-après a été rédigé pour apporter une aide aux lecteurs pour

Plus en détail

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Référence: SIB10 CCLB 110 Date : 22/10/2010 Page 1/9 Table des matières 1 PRELIMINAIRES... 3 2 ABREVIATIONS... 3 3 ACCESSIBILITE

Plus en détail

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012 Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP Pilote : P Date : 03/2012 Généralités sur les ERP Définition de l ERP et généralités en sécurité contre l incendie Qu est-ce qu un E.R.P.? Art.

Plus en détail

Contenu de la présentation. 1. Historique et évolution future 2. Structure du projet d Annexe 6 3. Les exigences pour bâtiments industriels

Contenu de la présentation. 1. Historique et évolution future 2. Structure du projet d Annexe 6 3. Les exigences pour bâtiments industriels Contenu de la présentation Projet d Annexe 6 Bâtiments industriels Yves Martin, Chef de Laboratoire, CSTC Antenne Normes Prévention Incendie http://www.normes.be/feu 2. Structure du projet d Annexe 6 3.

Plus en détail