La BPCO. L éducation thérapeutique du patient

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La BPCO. L éducation thérapeutique du patient"

Transcription

1 La BPCO L éducation thérapeutique du patient Expérience du service des Maladies Respiratoires CHU de Nancy Brabois Mmes Annick Louis et Evelyne Arias 1

2 Mise en place et organisation de l éducation thérapeutique 2

3 Identification Consultation de Pneumologie Hospitalisation M3R Autre Externe service M3R Prescription médicale Référent Infirmière Kiné Guide d entretien M3R Entretien Diagnostic éducatif Bilan kiné. Synthèse Synthèse Objectifs Programme éducatif personnalisé Programme kiné. Planification Objectifs patient/projet Évaluation Évaluation Objectifs pédagogiques Médecins Communication Courrier type Dossier ETP Prestataire Autres impliqués 3

4 Programme éducatif et thématiques 4

5 Thématiques communes M3R Connaissance de la BPCO Connaissance et gestion du traitement Mieux vivre avec la BPCO Kinésithérapie respiratoire Thèmes spécifiques 5

6 Thématiques et équipe pluridisciplinaire Sevrage tabagique Diététique Connaissance et gestion du traitement Connaissance de la BPCO Mieux vivre avec la BPCO Kinésithérapie Thèmes spécifiques Aide psycho. Gestion stress Associations de patients Aide sociale M3R Prestataire Entourage 6

7 Planification des séances 7

8 Séances collectives quand Le jeudi de 14 h à 16 h Calendrier des séances et thématiques Carnet de RV - ETP et permanence téléphonique Relance téléphonique où Salle dédiée à l éducation thérapeutique et spécialement aménagée qui Patients en ambulatoire et /ou patients hospitalisés +/- accompagnant(s) comment Thématique adaptée au groupe constitué Techniques et outils adaptés atelier Questionnaire de satisfaction 8

9 Connaissance de la BPCO Définition Symptômes Mécanismes Bilan Causes, facteurs aggravants 9

10 Connaissance et gestion du traitement Symptômes habituels Signes d aggravation Traitement Conduite à tenir Plan d action Intérêt Action Gestuelle 10

11 Mieux vivre avec la BPCO Le projet du patient «Concrètement comment vais-je m y prendre à domicile?» Difficultés de la vie quotidienne / Stress, tabac,diététique,traitement,problèmes sociaux Prévention et suivi AVJ Activité adaptée Domestique,récréative,sexuelle,culturelle,sportive Vivre et se déplacer avec de l oxygène et/ou une VNI Économiser son énergie et son souffle Atelier pratique 11

12 Évaluation 12

13 Évaluation des objectifs par items Évaluation des objectifs atteints par le patient par rapport à son projet, satisfaction Évaluation des objectifs pédagogiques: compétences cognitives, gestuelles, comportementales Grilles d évaluation du RIR Acquis En voie d acquisition Non acquis Fin de programme Renforcement collectif ou individuel Pourquoi? Les solutions Revoir le programme 13

14 Activité ETP - Service M3R 14

15 Activité ETP de janvier à août programmes en cours 41 prescriptions d ETP 2 abandons 4 refus 15

16 Analyse des résultats 16

17 Adhésion des patients 35 programmes en cours 41 prescriptions d ETP 2 abandons de programme 4 refus bonne adhésion des patients quand l ETP est prescrite (37/41) les abandons (2/37) sont liés à un manque de motivation 17

18 Non-adhésion Manque de motivation (2) Handicap physique (2) Causes de refus Autre comorbidité dominante (1) Éloignement géographique (1) Milieu hospitalier (1) 18

19 Accès des patients à l offre d ETP 41 prescriptions seulement pourquoi? Mise en place récente 1 an Les prescriptions Sensibiliser les équipes soignantes 19

20 Conclusion 20

21 L éducation thérapeutique est à présent formalisée dans le service pour les patients atteints de BPCO L organisation mise en place permet une continuité de prise en charge au-delà de l hospitalisation la prise en charge de patients externes au service L adhésion des patients à l offre éducative ne pose pas de difficulté dans la grande majorité des cas L accès des patients à l ETP est limitée par un défaut de prescription médicale La communication équipe éducative / équipe soignante est un moyen d améliorer le repérage des patients pour l ETP

22 Guide d entretien M3R DIAGNOSTIC EDUCATIF Date : Nom de l intervenant : Situation familiale : Célibataire marié(e) concubin(e) divorcé(e) séparé(e) veuf(ve) Nombre d enfant(s) Situation sociale : Actif retraité(e) demandeur(se) d emploi maladie invalidité autre Profession :. Capacités à : lire écrire difficultés à comprendre s exprimer I.VIE QUOTIDIENNE Environnement familial et social : vit seul(e) oui non Personne-ressource : Proches : famille : amis, voisinage : vie associative : Habitat : ville campagne étage(s) ascenseur oui non Activité physique : distance de marche estimée : Mobilité : se déplace en voiture transport en commun dépendant Loisirs : Tabagisme : actif sevré depuis : jamais PA :.. Hygiène de vie :. Facteurs de stress (hors maladie) : conflits familiaux difficultés financières professionnelles autres : II.MALADIE RESPIRATOIRE CHRONIQUE diagnostic : ancienneté : stade de gravité : traitement au long cours : Co-morbidités :...

23 III.CONNAISSANCE DE LA MALADIE Comment s appelle votre maladie?... Selon vous, quelle(s) est(sont) la (les ) causes de votre maladie? tabagisme actif tabagisme passif exposition professionnelle ATCD familiaux infections ds enfance infections à répétition allergie médicament excès de poids Autres (croyances) : Connaissances : satisfaisantes A consolider Insuffisantes... Quels symptômes avez-vous? dyspnée : de repos d effort stade : toux crachats douleurs thoraciques cyanose palpitations fatigue oedèmes Autres : Symptôme(s) prédominant(s) : Qu est-ce qui d après vous explique ces symptômes? obstruction bronchique inflammation bronchique encombrement bronchique hypoxémie retentissement cardiaque défaillance neuro-musculaire obstruction vasculaire pulmonaire obésité autres (croyances) : Compréhension : Satisfaisante A consolider Insuffisante Connaissance des signes d aggravations : Majoration de : la toux des crachats la dyspnée : à l effort au repos fièvre fatigue oedèmes palpitations cyanose douleurs siège : malaise prise de poids

24 24

25 FICHE DE SYNTHESE DIAGNOSTIC EDUCATIF DATE : PATIENT MEDECIN PRESCRIPTEUR Médecin traitant Pneumologue AUTRES MEDECINS Médecin traitant Pneumologue SOIGNANT REFERENT POUR L ETP IMPACT DE LA MALADIE SUR LA QUALITE DE VIE Physique Social Emotionnel Familial Economique Commentaires COMPETENCES A DEVELOPPER objecti prioritair COMPETENCES Connaissances de la maladie et des traitements Communication avec l entourage et les soignants Autosurveillance des symptômes et des mesures (DEP, SatO2) Pratiques des gestes techniques (kinésithérapie respiratoire, prises de sprays, maîtrise des appareillages ) Aménagement de l environnement et du mode de vie Stratégie en cas d aggravation Adaptation aux changements (déménagement, voyage, autre contexte de vie) Utilisation du système de santé organisation du recours aux soins Commentaires Points forts pour l éducation Points faibles pour l éducation 25

26 EDUCATION THERAPEUTIQUE SYNTHESE DU PROGRAMME PATIENT MEDECIN PRESCRIPTEUR Médecin traitant Pneumologue AUTRES MEDECINS Médecin traitant Pneumologue SOIGNANT REFERENT POUR L ETP PROGRAMME initial renforcement reprise DIAGNOSTIC EDUCATIF Nom Intervenant: Date : SEANCES EDUCATIVES Date Intervenant Thématique Format (C ou I) EVALUATION DU PROGRAMME Nom Intervenant : Date : C : séance collective I :séance individuelle Programme terminé : oui non cause de l arrêt : abandon du patient patient perdu de vue Satisfaction du patient : questionnaire Atteintes des objectifs : Commentaire : 26

27 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES PAR THEME Evaluation pré/post ETP THEME : CONNAISSANCE DE LA BPCO Pré ETP DATE : Post ETP DATE : A V N A V N DEFINIR LA BRONCHITE CHRONIQUE (BC) toux et expectoration quotidienne plus de 3 mois/an et durant au moins 2 ans ENONCER LE NOM COMPLET DE LA «BPCO» ET EXPLICITER CHACUN DES TERMES Maladie des bronches et des poumons, chronique (insidieuse et progressive), entraînant une obstruction des bronches mesurable) CITER LES ORGANES ATTEINTS DANS LA BPCO ENUMERER LES SYMPTÔMES DE LA BC ENUMERER LES SYMPTÔMES DE LA BPCO FAIRE LE LIEN ENTRE LES SYMPTOMES ET LES LESIONS (toux, expectoration, encombrement, dyspnée) DEFINIR L EMPHYSEME Destruction des alvéoles pulmonaires DEFINIR UNE EXACERBATION augmentation de la dyspnée modification de l aspect ou de l abondance de l expectoration DEFINIR LES SIGNES DE GRAVITE D UNE EXACERBATION dyspnée de repos, malaise, angoisse, sueurs froides, cyanose, oedèmes, palpitations CITER LA CAUSE PRINCIPALE DES EXACERBATIONS infection 27

28 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES PAR THEME Evaluation pré/post ETP THEME : KINESITHERAPIE RESPIRATOIRE Pré ETP DATE : Post ETP DATE : A V N A V N EXPLIQUER LA VENTILATION DIRIGEE (VD) : - rôle du diaphragme - action de la VD RECONNAITRE LES SIGNES D ENCOMBREMENT BRONCHIQUE : - toux grasse - majoration de la dyspnée - expectoration (surveillance modification aspect, couleur, consistance, quantité) FAIRE DE LA VENTILATION DIRIGEE : 1 ventilation thoraco-abdominale 2- ventilation abdomino-diaphragmatique 3- ventilation à lèvres pincées 4 ventilation à basse fréquence-grand volume ADAPTER SA VENTILATION AUX CIRCONSTANCES (effort, stress, encombrement..) SE DESENCOMBRER : - démonstration des techniques apprises : AFE, ELTGOL, drainage bronchique, toux volontaire - mise en pratique selon les circonstances (avant effort, exacerbation, drainage quotidien) 28

29 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES PAR THEME Evaluation pré/post ETP THEME : STRATEGIE EN CAS D EXACERBATION DE BPCO Pré ETP DATE : Post ETP DATE : A V N A V N REPERER LES SYMPTOMES DE L ETAT STABLE : - intensité de la dyspnée d effort - aspect habituel de l expectoration CONNAITRE LES FACTEURS AGGRAVANTS : tabac (actif, passif), polluants, infection, sédentarité, toxiques, médicaments ENUMERER LES PRINCIPAUX SIGNES D UNE EXACERBATION CONNAITRE LES SIGNES DE LA GRAVITE D UNE EXACERBATION : dyspnée de repos, malaise, angoisse, sueurs, cyanose, oedèmes, palpitations METTRE EN PLACE LES MOYENS D EVICTION DES FACTEURS AGGRAVANTS REPERES : - lutte contre le tabagisme passif - respect des conseils de prudence en cas d alerte pollution - éviction des toxiques et médicaments à risques - respect des échéances de vaccinations - activité physique quotidienne adaptée METTRE EN OEUVRE UN PLAN D ACTION DECLENCHER L INTERVENTION D UNE AIDE EXTERIEURE EN CAS DE GRAVITE : - appel d une personne-ressource informée de la conduite à tenir et capable de la mettre en œ uvre - appel médecin traitant, prestataire, SAMU (selon situation) SAVOIR QUAND ET COMMENT REEVALUER LA SITUATION AU COURS D UNE AGGRAVATION : - quand faire appel au médecin traitant - gérer les émotions et le stress (si augmentation des symptômes) - connaître et afficher les numéros d urgence 29

30 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES PAR THEME Evaluation pré/post ETP THEME : MAITRISE D UN TRAITEMENT INHALE Pré ETP DATE : Post ETP DATE : A V N A V N EXPLIQUER L INTERET D INHALER UN TRAITEMENT: CITER SON TRAITEMENT INHALE : - nom - posologie - forme (spray, poudre, nébulisation ) - mode d action - durée d action - traitement de fond / traitement de «crise» MAITRISER LA TECHNIQUE D INHALATION (démonstration) SURVEILLER LE FONCTIONNEMENT DU DISPOSITIF (doses restantes, gélules vides.) CONNAITRE ET APPLIQUER LES REGLES D HYGIENE DE SON MATERIEL (aérosol) 30

31 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES PAR THEME Evaluation pré/post ETP THEME : OXYGENOTHERAPIE Pré ETP DATE : Post ETP DATE : Compétences cognitives A V N A V N EXPLIQUER L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE - Définir l hypoxémie et citer ses conséquences pour l organisme - Définir l hypercapnie, citer les signes cliniques de l hypercapnie NOMMER LES EXAMENS QUI PERMETTENT LE DIAGNOSTIC DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE : - Gaz du sang : mesure de la «quantité» d O2 et de CO2 dans le sang artériel valeurs normales/seuils de risque - Oxymétrie : mesure de la saturation en oxygène transporté par les globules rouges valeurs normales/seuils de risque COMPRENDRE L UTILITE DE L OXYGENOTHERAPIE : - Correction de l hypoxémie - Prévention des complications générales secondaires - Amélioration du pronostic CONNAITRE LES MODALITES DE PRESCRIPTION DE L OXYGENOTHERAPIE : - O2 : médicament relevant d une prescription médicale avec une posologie et une durée (débit) - Indication cadrée par des critères gazométriques et cliniques CONNAITRE LES EFFETS SECONDAIRES DE L OXYGENOTHERAPIE : - Effets locaux (sécheresse muqueuse), moyens pratiques d y remédier - Signes cliniques et risques du surdosage COMPRENDRE LA PRESCRIPTION : - Débit, durée, variations éventuelles en fonction des conditions : repos effort ventilation sommeil - Citer le prestataire choisi et son rôle - comprendre l importance du respect de la durée prescrite CONNAITRE LE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DE LA SOURCE D OXYGENE : EXTRACTEUR OXYGENE LIQUIDE OBUS 31

ETP Séance collective

ETP Séance collective ETP Séance collective Technique et outils RIR Lorraine Mmes Evelyne Arias et Annick Louis e.arias 1 Organisation d une séance collective quand Convenir d un rendez-vous avec le patient, choisir le moment

Plus en détail

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO)

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Dr Brès 09 octobre 2013 jacques.bres@chi-eureseine.fr 1 Plan Définitions, épidémiologie Causes Obstruction bronchique Clinique Examens complémentaires

Plus en détail

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME L asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies aériennes, caractérisée par une obstruction bronchique variable dans le temps. Sous-diagnostiqué et insuffisamment pris en charge dans la population

Plus en détail

14/05/2010. Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009. Mortalité. Définition de la BPCO. Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive

14/05/2010. Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009. Mortalité. Définition de la BPCO. Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive 5éme Journées Aurassiennes de Pneumo-phtisiologie Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009 Définition de la BPCO Maladie respiratoire chronique définie par une obstruction permanente

Plus en détail

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009 Plan Les BPCO Cours du 23/11/2009 Diagnostic positif et différentiel Epidémiologie Prise en charge à l état stable Prise en charge en urgence Les traitements "préventifs " Place de la chirurgie dans le

Plus en détail

(Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant)

(Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant) CONSULTATION D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR AUTO-QUESTIONNAIRE (vaut courrier du médecin traitant) (Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant)

Plus en détail

Education à la santé et prévention

Education à la santé et prévention Education à la santé et prévention Fédération Française des Associations et Amicales de malades, Insuffisants ou handicapés Respiratoires. www.ffaair.org 66 Boulevard Saint-Michel - 75006 PARIS Tél. :

Plus en détail

L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de

L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de l épilepsie M.Generet Pharmacien Hospitalier Clinicien Hôpital Civil Marie curie Bruxelles 13 novembre 2015- Réseau CMP 1 Plan 1. L éducation

Plus en détail

La rééducation dans la BPCO

La rééducation dans la BPCO DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Pathologie respiratoire Rennes: 2009 Coordonnateurs : Pr R Brissot, Pr O. Remy-Neris, Pr F Boyer, Pr B Desrues,

Plus en détail

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO INTERET D UN CARNET SIDIIEF DE MONTREAL SUIVI 2015 EN ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO l di bi Claudine BUSSET Fabienne GRAVERON infirmières cadres de santé Etablissement MGEN

Plus en détail

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON Mlle D. est essoufflée Pierre-Antoine ODDON ses études. Elle vient vous consulter car, depuis son arrivée, elle se sent parfois essoufflée et elle voudrait bien que vous calmiez cette maudite toux qui

Plus en détail

Thèses : Productions 2000/2005

Thèses : Productions 2000/2005 Thèses : Productions 2000/2005 Syndrome d apnées du sommeil : de la clinique au diagnostic polysomnographique Approche de la déontologie médicale par l étude de la liberté thérapeutique Appropriation de

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EDUCATION THERAPEUTIQUE Qu est ce que la santé? Définition OMS 1948: absence de maladie et bien être physique mental et social complet Définition refusée par le ministère de la santé 13 millions de malades

Plus en détail

Dépliant Patient. Respirez. vous êtes à l URPA! www.bordeauxnord.com

Dépliant Patient. Respirez. vous êtes à l URPA! www.bordeauxnord.com Dépliant Patient Respirez vous êtes à l URPA! www.bordeauxnord.com LA POLYCLINIQUE BORDEAUX NORD AQUITAINE En ouvrant une Unité de Réadaptation Pulmonaire Ambulatoire, la Polyclinique Bordeaux Nord Aquitaine

Plus en détail

L AIR DE RIEN. En France, la BPCO* c est. Pourquoi a-t-on une BPCO? 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent 16 000 morts chaque année

L AIR DE RIEN. En France, la BPCO* c est. Pourquoi a-t-on une BPCO? 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent 16 000 morts chaque année Pourquoi a-t-on une BPCO? La BPCO est une maladie des poumons et des bronches, dont la principale cause est le tabac. Des expositions professionnelles peuvent aussi être en cause. La maladie apparaît généralement

Plus en détail

www.stop-copd.ch Avec le précieux soutien de

www.stop-copd.ch Avec le précieux soutien de www.stop-copd.ch Avec le précieux soutien de Un projet de Testez VOTRE RISQUE DE BPCO AVANT DE PERDRE LE SOUFFLE. Apprenez l essentiel sur cette affection pulmonaire incurable qu est la bpco. Editorial

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

Education à la santé et prévention

Education à la santé et prévention Education à la santé et prévention Le Groupe LOURMEL soutient la FFAAIR Depuis sa création en 1953, notre groupe assure la protection sociale du secteur des industries graphiques. En complément de nos

Plus en détail

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON Conférence du 11 janvier 2006 avec : - Dr Michel RUDELIN, pédiatre en cabinet libéral et attaché au CHRO, - Christophe MILLET, kinésithérapeute en service pédiatrie au CHRO,

Plus en détail

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie 1. objectifs du programme : Les finalités spécifiques

Plus en détail

Référentiel d activités professionnelles

Référentiel d activités professionnelles Bac pro de la 20éme CPC Référentiel d activités professionnelles Les titulaires de ce baccalauréat professionnel 20 ème CPC exercent leurs activités : - dans le souci constant de la bientraitance des personnes,

Plus en détail

PROPOSITION D'UN PROGRAMME D'EDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT TUBERCULEUX : Réseau National des CLAT Créteil 15/11/2012

PROPOSITION D'UN PROGRAMME D'EDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT TUBERCULEUX : Réseau National des CLAT Créteil 15/11/2012 PROPOSITION D'UN PROGRAMME D'EDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT TUBERCULEUX : Réseau National des CLAT Créteil 15/11/2012 1 Les pré requis 1 Contexte (file active/an), argumentaire

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

Guide Pratique du Souffle

Guide Pratique du Souffle Programme d information sur les maladies respiratoires chroniques : asthme, broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO)... Guide Pratique du Souffle Ce guide appartient à : Nom :......... Prénom

Plus en détail

bpco La questiondu jo ur de plus en plus nombreux Existe-t-il un lien entre anxiété, dépression et BPCO? (9) Comment les poumons en fumée?...

bpco La questiondu jo ur de plus en plus nombreux Existe-t-il un lien entre anxiété, dépression et BPCO? (9) Comment les poumons en fumée?... 4 N Le magazine de votre souffle Comment les poumons partent-ils (2,3) en fumée?... p3 bpco Prise en charge de quoi s agit-il exactement? (2)...... p 4 BPCO et poids : une relation étroite (4,5,6,7)...

Plus en détail

Education à la santé et prévention

Education à la santé et prévention Education à la santé et prévention www.ffaair.org www.chepe.fr 148, bld Yves Farge - 69190 Saint-Fons Tél.: (33) 4 78 70 92 86 - Fax: (33) 4 78 70 92 35 e-mail : chepe@chepe.fr 2013 - CHEPE / Carole production

Plus en détail

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Claire Savary: Sandrine Dias: CI IDE JFIC La Baule 15 et 16 sept 2011 Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du

Plus en détail

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments?

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments? Dossier 1 Un patient de 32 ans, en état de précarité, est admis pour toux chronique dans un contexte de perte de poids récente. Son principal antécédent connu est une intoxication alcoolique. La radiographie

Plus en détail

Journée d éducation thérapeutique des adolescents suivis pour une cardiopathie congénitale complexe en transition vers l âge adulte

Journée d éducation thérapeutique des adolescents suivis pour une cardiopathie congénitale complexe en transition vers l âge adulte Journée d éducation thérapeutique des adolescents suivis pour une cardiopathie congénitale complexe en transition vers l âge adulte Atrésie pulmonaire Programme 1. Table ronde «cérébrale» Consentement

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Définitions Définitions Bronchite chronique Toux + expectoration 3 mois/an 2 ans Emphysème

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

Programme personnalisé de soins (PPS)

Programme personnalisé de soins (PPS) Programme personnalisé de soins (PPS) Définition et objectifs - Le PPS est un outil opérationnel proposé aux professionnels de santé pour organiser et planifier le parcours de soins des personnes ayant

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15

INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15 Par Denis Bérubé Une maladie très fréquente...15 Physiopathologie et

Plus en détail

Ana Pereira Service physiothérapie GHOL Site Rolle

Ana Pereira Service physiothérapie GHOL Site Rolle Ana Pereira Service physiothérapie GHOL Site Rolle 1. Présentation du service 2. Programme de réhabilitation 3. Maladie respiratoire chronique 4. Objectifs de la prise en charge 5. Réhabilitation respiratoire

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SFT-Paris 6-11-2014 Dr Voyer Cardiologue et tabacologue Centre de réadaptation cardiovasculaire Bois Gibert Tabacologue CHU Tours La réadaptation

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE MINISTÈRE CHARGÉ DE LA SANTÉ DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE PORTFOLIO DE L ÉTUDIANT (document à tenir

Plus en détail

IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC

IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC Mme ZERTAL CHERIFA Mme DJENNA. D Mr KAABOUCHE. A Bureau d Accueil, Orientation et Activités Socio-thérapeutiques Unité d Aide Psychologique CHU BENBADIS DE CONSTANTINE I)

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE. Campagne de sensibilisation à la BPCO

CONFÉRENCE DE PRESSE. Campagne de sensibilisation à la BPCO CONFÉRENCE DE PRESSE Campagne de sensibilisation à la BPCO Sion, jeudi 18 novembre 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 18 NOVEMBRE 2010 Ensemble contre la BPCO : des partenaires valaisans unissent leur force

Plus en détail

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Toux Caractéristiques Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Se méfier Présence de sang dans les expectorations Altération marquée de l état général Apparition

Plus en détail

Comprendre un geste de premiers secours le «bouche à bouche».

Comprendre un geste de premiers secours le «bouche à bouche». Niveau 6e Niveau 5e Niveau 4e Niveau 3e Comprendre un geste de premiers secours le «bouche à bouche». Intervenants établissement Enseignants SVT, Physique, moniteur PSC1. Socle commun PILIER 6- Connaître

Plus en détail

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA Maladies respiratoires chroniques en milieu de travail : quels enjeux, quelles actions? Le vendredi 22 avril 2011 à 9h30 à l Observatoire régional de la santé

Plus en détail

Projet d éducation thérapeutique

Projet d éducation thérapeutique Diplôme de formation continue Education Thérapeutique Projet d éducation thérapeutique La prévention des lésions du pied diabétique Dr Samir AOUICHE Mme Fatma zohra DIAF Service Diabétologie CHU MUSTAPHA.

Plus en détail

Référentiel de certification

Référentiel de certification Référentiel de certification Diplôme d Ambulancier 1/14 1. CARACTERISTIQUES DE LA SPECIALITE 2. CERTIFICATS PROFESSIONNELS UNITAIRES (CPU) 3. VOIES D ACCES A LA CERTIFICATION 4. DISPOSITIF D EVALUATION

Plus en détail

Programme de formation de base en MPOC

Programme de formation de base en MPOC Programme de formation de base en MPOC et spécifiques Développé en 2009 Valérie Chabot, inhalothérapeute, conseillère aux programmes, RQAM Patricia Côté, inf., M. A., directrice générale adjointe, RQAM

Plus en détail

Actualités dans la prise en charge de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite

Actualités dans la prise en charge de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Actualités dans la prise en charge de la BPCO Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Rappels épidémiologiques 5 10% de la population adulte 3,5 milliards d euros/an

Plus en détail

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC Pourquoi les TCC en tabacologie? «Chez environ la moitié des fumeurs les plus dépendants on retrouve des antécédents d

Plus en détail

INFIRMIER(E) EN MEDECINE D URGENCE

INFIRMIER(E) EN MEDECINE D URGENCE Yvon CROGUENNEC IADE / ENSEIGNANT SAMU 29 / CESU 29 Référentiel de Compétences Commission Infirmière Commission Soins d Urgence & Sous - Commission d Élaboration des Manifestations Scientifiques INFIRMIER(E)

Plus en détail

PSE1 Premiers Secours en Equipe Niveau 1

PSE1 Premiers Secours en Equipe Niveau 1 PSE1 Premiers Secours en Equipe Niveau 1 Objectif : La formation a pour objet l'acquisition des connaissances nécessaires à la bonne exécution des gestes de secours seul ou au côté d'un équipier secouriste,

Plus en détail

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE EN ALLERGIE ALIMENTAIRE: CRITÈRES ET OUTILS D EVALUATION PROPOSITIONS DU GRETAA

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE EN ALLERGIE ALIMENTAIRE: CRITÈRES ET OUTILS D EVALUATION PROPOSITIONS DU GRETAA EDUCATION THÉRAPEUTIQUE EN 8e Congrès Francophone d'allergologie ALLERGIE ALIMENTAIRE: CRITÈRES ET OUTILS D EVALUATION PROPOSITIONS DU GRETAA V. Cordebar, M. Anton, N. Bocquel, C. Castelain, A. Hoppé,

Plus en détail

Mieux vivre avec votre asthme

Mieux vivre avec votre asthme Mieux vivre avec votre asthme L éducation thérapeutique pour bien gérer votre asthme au quotidien Bien gérer sa maladie permet de reconnaître et maîtriser les symptômes afin de limiter la gêne respiratoire.

Plus en détail

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée PREAMBULE. La prévalence des maladies chroniques est en progression constante. 15 millions de personnes présenteraient une affection

Plus en détail

CŒUR ET TRAVAIL URGENCES CARDIOVASCULAIRES EN ENTREPRISE. Méthodologie du programme de DPC

CŒUR ET TRAVAIL URGENCES CARDIOVASCULAIRES EN ENTREPRISE. Méthodologie du programme de DPC Méthodologie du programme de DPC L objectif est - La mise à jour des connaissances quant aux principales urgences cardiovasculaires, - La prise en charge sur le lieu de travail, - La rédaction des protocoles,

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

La réhabilitation respiratoire

La réhabilitation respiratoire La réhabilitation respiratoire Une expérience Rémoise Dr G.Bonnaud - Pneumologue Groupe Courlancy - Reims Bénéfices de la réhabilitation La prise en charge des patients BPCO dans un programme de Réhabilitation

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir!

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! Dr Anne Guinard, Cire Midi-Pyrénées Rencontre des représentants des usagers et des professionnels de santé de Midi-Pyrénées

Plus en détail

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat Diplôme professionnel d aide-soignant Guide d évaluation par candidat Prénom et nom du candidat (ou identification du candidat) : Date : Dossier n Page 1 / 23 Evaluation de l unité de compétence 1 du DPAS

Plus en détail

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Définitions IRC-IRA Capacité de gérontologie Cours du 6 fevrier 2007 E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Insuffisance respiratoire chronique(irc): incapacité du système respiratoire à assurer l oxygénation

Plus en détail

BPCO: 2è partie. Etre sûr du diagnostic. Enseignement thérapeutique. Réhabilitation respiratoire: quand? comment? pour qui?

BPCO: 2è partie. Etre sûr du diagnostic. Enseignement thérapeutique. Réhabilitation respiratoire: quand? comment? pour qui? BPCO: 2è partie Idées à discuter Etre sûr du diagnostic Prof. JP Janssens Service de Pneumologie, HUG Jean-Paul.Janssens@hcuge.ch J h Quelques cas cliniques Enseignement thérapeutique Réhabilitation respiratoire:

Plus en détail

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Nous vivons dans des sociétés vieillissantes Les démences un réel problème de santé mondial. le

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

ASTHME du SUJET AGE. Capacité de Gérontologie - Année 2011/2012 - Pr Vincent Jounieaux

ASTHME du SUJET AGE. Capacité de Gérontologie - Année 2011/2012 - Pr Vincent Jounieaux ASTHME du SUJET AGE GENERALITES Deux tableaux : asthme ancien vieilli, asthme d apparition d tardive (souvent sous- diagnostiqué). EPIDEMIOLOGIE 1/ Prévalence : Plusieurs études épidémiologiques américaines

Plus en détail

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Le programme OMAGE dans une logique de parcours Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Quelques chiffres Les 75+ : 57% ont une ALD 33% sont hospitalisés dans l année, dont 40% en

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Ministère chargé de la santé. Diplôme d État d Infirmier. Portfolio de l étudiant

Ministère chargé de la santé. Diplôme d État d Infirmier. Portfolio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d État d Infirmier Portfolio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : «TITRE2» «NOM» «PRENOM» Institut de formation en soins : IFSI ESQUIROL 5 Avenue Esquirol 69424

Plus en détail

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr Corinne PLESSIS EHPAD «Les Pommeris» VALLIERES LES GRANDES et MDPH Dr Séverine DURIN EHPAD du Pays Vendômois et CH VENDOME Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr PLESSIS - Dr DURIN Journée

Plus en détail

Qu est-ce que l hyperréactivité bronchique? Quelle importance pour le clinicien?

Qu est-ce que l hyperréactivité bronchique? Quelle importance pour le clinicien? Qu est-ce que l hyperréactivité bronchique? Quelle importance pour le clinicien? Prof. Jean-William Fitting Colloque du 6 février 2014 Service de pneumologie Centre Hospitalier Universitaire Vaudois Lausanne,

Plus en détail

9 ème Colloque inter 3C

9 ème Colloque inter 3C 9 ème Colloque inter 3C L éducation thérapeutique du patient pour qui pourquoi? «Bien gérer sa thérapie orale au quotidien». Programme d éducation thérapeutique inter hospitaliers pour les patients recevant

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

IDE Unité de Psychiatrie Générale

IDE Unité de Psychiatrie Générale IDE Unité de Psychiatrie Générale CONTEXTE : Centre Hospitalier de Dax Côte d Argent Directeur d établissement : Mr CAZENAVE Direction fonctionnelle : Mme FRECON Site : Yves du MANOIR Pôle d activité :

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE Septembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 CHRONIQUE GRAVE DE L ADULTE SECONDAIRE

Plus en détail

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE DÉSIR DES FUMEURS ET Les faits : SEVRAGE 20 à 30 % veulent continuer à fumer 70 à 80 % veulent changer : 56 % réduire leur consommation 28 % arrêter 14 % changer de cigarettes

Plus en détail

Haute Autorité de Santé 2007

Haute Autorité de Santé 2007 Recommandations professionnelles pour la prise en charge en cas de mort inattendue du nourrisson ( 2ans) Haute Autorité de Santé 2007 www.has-sante.fr Montpellier, 21 novembre 2008 E. Briand-Huchet, centre

Plus en détail

Rachel Parmentier Hes-soins infirmiers Sion, décembre 2014

Rachel Parmentier Hes-soins infirmiers Sion, décembre 2014 Rachel Parmentier Hes-soins infirmiers Sion, décembre 2014 Objectifs A la fin de l atelier les étudiants infirmiers pourront: se rendre compte des différents impacts que l adhésion à l oxygène entraine

Plus en détail

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 PLAN DE L INTERVENTION Définition d une CPP Moyens de contention Les risques Problèmes éthiques et juridiques

Plus en détail

Dr.Gobin M., Mr Froger A (IDE), Service de Médecine Polyvalente d Urgence CHU de Nantes

Dr.Gobin M., Mr Froger A (IDE), Service de Médecine Polyvalente d Urgence CHU de Nantes Dr.Gobin M., Mr Froger A (IDE), Mmes Barrat N N. et Mballa C.(AS) C (AS) Service de Médecine Polyvalente d Urgence CHU de Nantes Journée Régionale de Soins Palliatifs, Angers, le 2 avril 2015 ATELIER A4

Plus en détail

Motif de consultation «Je viens vous voir parce que cela fait déjà deux fois que j ai eu une douleur dans la poitrine.»

Motif de consultation «Je viens vous voir parce que cela fait déjà deux fois que j ai eu une douleur dans la poitrine.» ECC CARDIOLOGIE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE : Savoir faire l anamnèse d un patient avec une affection cardio-vasculaire : o Caractériser une douleur rétrosternale o Rechercher les symptômes d une insuffisance

Plus en détail

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Action 1 : Améliorer l accessibilité à l offre de soins pour les personnes âgées et personnes en situation de handicap isolées notamment

Plus en détail

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Pierre Raphaël, Cédric Pariset Clinique Saint-Gatien, Tours La Baule, le 13 septembre 2012 Descriptif de notre pratique

Plus en détail

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001,

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, BC 05.03.02 Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, Spécialité(s) : Toutes concernées Disciplines concernées : Toutes spécialités Titre : Guide de lecture de la norme NF

Plus en détail

Formation des sauveteurs secouristes du travail. Aide-mémoire. Sauvetage secourisme du travail

Formation des sauveteurs secouristes du travail. Aide-mémoire. Sauvetage secourisme du travail Formation des sauveteurs secouristes du travail Aide-mémoire Sauvetage secourisme du travail Plan d intervention SST Protéger > Examiner > Moins de trois minutes 2 Faire alerter > Secourir pour agir Dans

Plus en détail

Formation. Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants

Formation. Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants Formation Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants A qui s adressent ces formations? Cours de sensibilisation Ces cours s adressent à vous, proches aidants, qui consacrez temps et énergie

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission qualité de vie Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

Dossier n 4 : questions

Dossier n 4 : questions Dossier n 4 : questions Dossier n 4 Énoncé Un homme de 65 ans, plombier à la retraite, est adressé aux urgences d un hôpital général, pour hémoptysie. Ses antécédents sont marques par un tabagisme estimé

Plus en détail

LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE EN BELGIQUE

LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE EN BELGIQUE Séminaire Européen SIDIIEF : LES MALADIES CHRONIQUES HENALLUX Namur -19 novembre 2015 LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE

Plus en détail

Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler»

Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler» Les urgences respiratoires au téléphone «des règles pour bien réguler» Dr Anna RIBERA CANO Pneumoallergologie pédiatrique SMUR pédiatrique Introduction Motif d appel fréquent 21% appels SMUR pédiatrique

Plus en détail

La démarche qualité. La spirométrie dans le diagnostic de la BPCO en médecine générale : où en sommes-nous?

La démarche qualité. La spirométrie dans le diagnostic de la BPCO en médecine générale : où en sommes-nous? La spirométrie dans le diagnostic de la BPCO en médecine générale : où en sommes-nous? La démarche qualité Dr Christophe Pinet Polyclinique les Fleurs Ollioules Le constat La BPCO est une maladie grave,

Plus en détail

Fiche action 52. Accompagnement à la parentalité. 7 Education 8 Habitat 9 Culture, loisirs 10 Emploi 11 Justice 12 Autre, précisez : SECTEUR SANITAIRE

Fiche action 52. Accompagnement à la parentalité. 7 Education 8 Habitat 9 Culture, loisirs 10 Emploi 11 Justice 12 Autre, précisez : SECTEUR SANITAIRE Intitulé de l action : Fiche action 52 Accompagnement à la parentalité Formation Petite Enfance "Maladies hivernales et Prévention" (Réseau bronchiolite du Nord) 1) Quel est votre secteur d intervention?

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT

INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. SOURCE Recommandations de pratique clinique de 1997 sur les «Indications de l adénoïdectomie

Plus en détail

Qu est-ce que la VNI?

Qu est-ce que la VNI? Qu est-ce que la VNI? Docteur Sandrine Pontier Service de Pneumologie, Unité de Soins Intensifs Hôpital Larrey CHU de Toulouse La Ventilation Non Invasive (VNI) est devenu au cours de ces dernières années,

Plus en détail

Comment prévenir les réhospitalisations d un patient diabétique avec plaie du pied?

Comment prévenir les réhospitalisations d un patient diabétique avec plaie du pied? Comment prévenir les réhospitalisations d un patient diabétique avec plaie du pied? En 2010, 15 458 personnes ayant un diabète ont été hospitalisées pour plaies du pied. Dans les 12 mois suivants, 44 %

Plus en détail

Explorations Fonctionnelles Respiratoires

Explorations Fonctionnelles Respiratoires Explorations Fonctionnelles Respiratoires Introduction : Regroupent l ensemble des mesures des volumes et débits respiratoires. Constituent un complément indispensable en pneumologie, avec la radio et

Plus en détail