La consommation des ménages icaunais

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La consommation des ménages icaunais"

Transcription

1 Observatoire du commerce 2011 La consommation des ménages icaunais La volonté d entreprendre

2 Lesobjectifsdel étude sur les comportements d achat des Icaunais : Appui à la réalisation d études de marchés pour les créateurs de commerce Aide à la décision concernant l évolution des équipements commerciaux dans les territoires (FISAC, SDEC, SCOT,...) Outils de réflexion sur l évolution du comportement des consommateurs Le commerce façonne notre environnement quotidien. Il anime nos villes, nos communes, nos quartiers. Dynamique, il s adapte à l évolution de la société. Facteur majeur en termes d aménagements du territoire, il engendre des flux conséquents. Les étudier, c est observer comment nous consommons, quels types de produits nous achetons et à quelle distance de notre domicile. En 2001 puis 2005, les Chambres de Commerce et d Industrie de Bourgogne ont souhaité disposer d outils permettant de décrire les comportements de consommation des ménages résidant sur la région. Les résultats de l enquête actualisée en 2010 viennent d être rendus publics. Le commerce dans l Yonne : 1,644 Mds de CA 19.6 % du commerce régional 1644 M 19.6 % Yonne 2 789M 33.2 % 1187 M 14.2 % Côte d Or Nièvre Saône et Loire 2763M 33.0 % Chiffre d affaires généré par le commerce % du chiffre d affaires par rapport à la Bourgogne

3 Les principaux pôles commerciaux bourguignons L activité commerciale de l ensemble des pôles majeurs de la région Bourgogne a progressé entre 2005 et 2010 : Le pôle d Auxerre a évolué dans des proportions identiques à la moyenne régionale (+ 11%) ; celui de Sens plus faiblement (+ 8%). C est le pôle beaunois qui a enregistré la progression la plus importante (+ 20%). La majeure partie des progressions de chiffre d affaires est mécanique : elle est directement liée à l augmentation du nombre de ménages (tendance qu on retrouve sur presque l ensemble de la Bourgogne) et à l inflation. L installation de nouvelles surfaces de vente contribue à limiter l évasion (le cas beaunois en est une illustration) et vient compléter l explication du phénomène. Chiffre d affaires des principaux pôles commerciaux de Bourgogne en M L agglomération de Dijon représente la plus importante zone commerciale de Bourgogne avec une activité de près de 2 milliards d euros (22 % de l activité de la région). A l inverse, l organisation commerciale de la Saône-et-Loire est mieux répartie sur l ensemble du département, avec 8 pôles réalisant plus de 100M de chiffre d affaires annuel. Dijon : Chiffre d'affaires du Pôle Commercial : M Chalon Nevers 584 Auxerre 503 Macon Mâcon 413 Sens 383 Montceau-les-M. Montceau-les-Mines 267 Beaune 214 Le Creusot Le 210 Autun 172 Cosne/Loire Cosne-sur-Loire 157 Avallon 123 Paray-le-Monial Paray-le-monial 119 Louhans 114 Migennes 90 Chiffre d'affaires en M Pôles commerciaux

4 Les Grandes et Moyennes Surfaces (GMS ) se taillent la part du lion Bénéficiant d une part de marché de 76% des dépenses des ménages bourguignons en produits courants, les grandes et moyennes surfaces continuent d être incontournables. Leur part de marché a même progressé de 4 points en 5 ans, au détriment des petits commerces. La situation icaunaise est différente : les parts de marchés des différentes formes de vente sont restées inchangées. Seul changement : au sein des GMS, la part relative des hypermarchés a progressé au détriment de celle des supermarchés. Emprise des formes de vente par département Tous produits en % Côte d Or Nièvre Saône-et-Loire Yonne Bourgogne France Commerces <300m 2 Grandes surfaces Commerce non sédentaire vente à distance Autre 0% 20% 40% 60% 80% 100% Les principaux pôles commerciaux icaunais L Yonne a une organisation très concentrée autour des deux pôles, Auxerre et Sens, plaçant les deux agglomérations parmi les six plus importantes de la région. En 2010, les ménages icaunais ont dépensé 1,644 Mds d (hors restauration du midi). Les achats alimentaires représentent le poste de dépense le plus important (48%) ce qui correspond à une dépense annuelle moyenne de pour un ménage icaunais. Si les dépenses moyennes en équipement de la maison sont identiques au ménage français type, les dépenses en culture-loisirs ou en équipements de la personne sont plus faibles. Typologie de la population Le département enregistre une croissance démographique depuis de nombreuses années, essentiellement due à un solde migratoire largement positif. Le taux de natalité reste stable et fait de l Yonne le deuxième plus jeune département de la région, derrière la Côte-d Or. Malgré tout, la part des plus de 60 ans reste plus élevée que celle des moins de 20 ans (26% contre 24%).

5 Des circuits de distribution en mutation Foires, marchés, tournées 4.2% Hard discount 11.4% Commerce de moins de 300 m % FORMES DE VENTES DANS L ALIMENTAIRE ( PARTS DE MARCHÉ ) FORMES DE VENTE DANS LE NON-ALIMENTAIRE ( PARTS DE MARCHÉ ) Autres 2.4 % Vente à distance 1.1 % Grandes surfaces spécialisées 0.9% Hypermarché 45.7% Supermarché 3.7% Vente à distance 6.2 % Hypermarché 22.4 % Autres 3.1 % Foires, marchés, tournées 1.3% Hard discount 1.1 % Grandes surfaces spécialisées 37.2 % Supermarché 21.7% Commerce de moins de 300 m % Le marché alimentaire Les dépenses des ménages icaunais en produits alimentaire représentent 870 M. Elles sont à 79% réalisées dans la grande distribution (hypermarché, supermarché et hard discount). Avec 12,7% des dépenses, le petit commerce (moins de 300 m²) résiste relativement bien en restant devant le hard discount. Il est la troisième forme de vente privilégiée par les ménages. Hormis les foires et marchés qui arrivent à capter 4,2% des dépenses, les autres formes de vente restent marginales. La vente à distance, notamment par internet, n a pas encore le même impact que sur le non-alimentaire, malgré l émergence de nouvelles pratiques (achat sur le site internet et livraison à domicile). Pour faire leurs achats dans l alimentaire, les ménages privilégient les centres commerciaux situés en périphérie des villes. Le marché non alimentaire Les pratiques dans le non-alimentaire (924 M de dépenses annuelles) sont totalement différentes. Si les grandes surfaces spécialisées sont logiquement en tête (37,2%) des formes de vente où les ménages vont faire leurs dépenses, le commerce traditionnel garde une place importante (24,9%) dans les comportements de consommation. Dans la grande distribution, les Hypermarchés (22,4%) sont privilégiés pour la simple raison qu ils offrent une palette de produits plus importante. Dans l offre de bien non-alimentaire, les centres-villes sont beaucoup plus présents dans les habitudes de consommation des ménages. La vente à distance La vente à distance prend une part de plus en plus importante dans les habitudes de consommation des ménages du fait de l intensification des achats réalisés sur internet. Si la part des dépenses réalisées sous cette forme reste encore loin des formes de vente traditionnelles, elle a vocation à se développer de manière exponentielle. En France, le nombre de consommateur sur internet a été multiplié par six en 10 ans. Dans l Yonne, cette pratique représente 33 M de chiffre d affaires et se concentre essentiellement sur le non-alimentaire. Les principaux produits consommés sur internet sont l électronique (12,8%), le mobilier (10,7%) et le prêt-à-porterféminin (8,8%)

6 L attraction commerciale dans l Yonne Des disparités dans la capacité à retenir les dépenses de ses habitants Le département retient 89% des dépenses des ménages icaunais sur son territoire (95% pour l alimentaire, 83% pour le non alimentaire). Si globalement, la capacité de l Yonne à conserver sur son territoire les dépenses de ses habitants est assez bonne, il existe des disparités fortes entre territoires et types de marché. Pour l alimentaire, l offre commerciale répond de manière satisfaisante à la demande des ménages avec une répartition des dépenses dans les principaux pôles commerciaux équivalente à leur poids (en termes d habitants) dans le département. Et l évasion hors département y est très faible. En revanche, les dépenses en non-alimentaire sont plus fortement concentrées sur l agglomération auxerroise et sénonaise (56% à elles deux contre 47% pour l alimentaire). L évasion y est élevée (17%) mais elle se caractérise à 36% par de la vente à distance. L Île-de-France est la première destination des achats hors Yonne et concentre l évasion commerciale du nord du département. 58 M dépensés dans l Yonne par des non-résidents La Nièvre est le territoire le plus attiré par l Yonne, aussi bien en Chiffre d Affaires réalisé sur le territoire qu en taux d emprise. En particulier le secteur de Lormes et dans une moindre mesure Clamecy (notamment pour les achats non-alimentaires) qui ont respectivement une attirance pour Avallon et d Auxerre. En revanche, si le taux d emprise sur le secteur de Bray-sur-Seine (Seine-et-Marne) est assez faible, il n en est pas moins le plus important en termes de chiffre d affaire (7,6 M ). Les habitants de ce secteur, à la frontière du Sénonais, entrent sur le territoire principalement pour faire des achats alimentaires. Ce phénomène est quasiment inexistant pour le non-alimentaire, l offre commerciale étant bien plus importante en région parisienne. Les habitants du secteur de Précy / Saulieu en Côte d Or réalisent 10% de leurs achats dans l Avallonnais tandis que le sud de l Aube (19%) se tourne vers le Tonnerrois. L évasion concentrée dans le nord du département Parmi les achats réalisés hors du territoire, 50 M sont dépensés sur la seule région parisienne et principalement en Seine-et- Marne, pour des achats non-alimentaire. Malgré tout, le phénomène est très localisé. La Communauté de Commune Yonne Nord est la plus concernée puisque 35% des dépenses en non-alimentaire de ses habitants sont réalisées en Île-de-France. Par comparaison la Communauté de Communes du Sénonais n est touchée qu à 12% par l évasion. Les ménages profitent principalement de la proximité des pôles commerciaux de Montereau-Fault-Yonne et de Melun et sont attirés, en premier lieu, par l offre commerciale de produits d équipement de la maison. Relation équilibrée avec le reste de la région L attraction que peut avoir l Yonne sur ses voisins régionaux (Nièvre et Côte d Or) est globalement compensée par l attraction qu exercent les deux départements sur l Yonne. Si l offre commerciale icaunaise permet globalement d assurer une bonne couverture des besoins de ses habitants, ses relations avec les autres territoires limitrophes montrent la faible attractivité commerciale de l Yonne, en dehors de ses frontières. Interview... Marc MANDRAY Que vous inspirent les premiers résultats de cette enquête? Pendant trente ans, la Grande Distribution a modelé le comportement d achat des consommateurs. L étude que nous venons de réaliser l illustre parfaitement : 73% des achats de consommation courante des icaunais sont réalisés dans les Grandes et Moyennes Surfaces - Hard Discount inclus. Malgré tout, plusieurs nouvelles tendances de consommation émergent. Elles seront autant d opportunités à saisir pour nos commerces de proximité. Quelles sont les nouvelles tendances? La recherche de davantage de proximité et de simplicité ; les consommateurs privilégieront les situations d achat rationnelles Le gain de temps, qui bénéficiera à la vente en ligne ou encore à l émergence de nouveaux concepts de distribution (drive-in, automates, commerces d itinéraires : gares, stations services ) La consommation au meilleur prix ; la vente directe, la vente d occasions ou encore la location de produits (notamment pour le bricolage) Une consommation responsable privilégiant la qualité des produits (développement du bio ), les filières locales et les circuits courts Producteur/Consommateur Un «consomm acteur». Le consommateur est de plus en plus informé, en particulier grâce à Internet, et compare les produits, les prix La recherche de la qualité de service : livraison, montage, accompagnement à l utilisation Quels en seront les effets sur la distribution en France? Les effets dans la grande distribution commencent à s observer avec la mise en place d univers spécifiques au sein des hypermarchés (de type Carrefour Planet), les ouvertures de supermarchés urbains (Daily Monop, U Express, Carrefour City ) ou encore de magasins alimentaires de proximité (Petit Casino, Vival, Carrefour Contact ) Les petits commerces, notamment en centre-ville, y trouveront des opportunités de développement. Ils devront peutêtre, pour cela, se remettre en question et mettre l accent sur la qualité de service et la proximité avec la clientèle. Marc MANDRAY Vice-Président Commerce de la CCI de l Yonne, Trésorier de l Union commerciale Van Action Et dans l Yonne? Nous devons trouver un équilibre entre les projets actuels de développement des commerces en périphérie urbaine (je pense notamment à la zone sud de Sens) et le maintien d un commerce dynamique et attractif en centre ville et dans les principales communes du département. La CCI de l Yonne apporte pour cela son soutien aux 24 unions commerciales réparties sur l ensemble du territoire et participe activement aux FISAC d Auxerre, Sens, Tonnerre et Saint- Florentin.

7 Méthodologie de l enquête : interview... Jérôme Mayel Jérôme MAYEL Directeur de l Information économique à la CCI de l Yonne. Quels étaient les objectifs de cette étude? Nous souhaitions réaliser une mesure de la consommation actuelle des ménages bourguignons ; et par la même occasion, mettre à jour les données dont nous disposions déjà pour 2001 et Cette actualisation nous permettra d observer les évolutions des comportements d achats, des formes de vente, de l attractivité des différents pôles commerciaux L enquête est donc régionale? C est effectivement une action consulaire régionale, pilotée par la Chambre de Commerce et d Industrie de région Bourgogne. Elle a été confiée au cabinet d études AID, spécialiste des problématiques d urbanisme commercial et d habitudes de consommation. L ampleur de l enquête nous permet de conjuguer vision régionale et analyse fine des bassins de vie de chacun des départements. Concernant l Yonne, nous sommes en mesure d observer les comportements de consommation dans 39 zones géographiques différentes. Concrètement, quelle méthodologie avez-vous employée? Nous avons réalisé des enquêtes téléphoniques auprès de ménages bourguignons (dont icaunais) en avril Nous leur avons demandé d identifier les lieux d achats de 39 produits et services différents, essentiellement de consommation courante. Les données ainsi obtenues nous permettent, dans l Yonne, d analyser actes d achats différents Nous avons élargi l enquête aux habitants de la zone de Montereau-Fault-Yonne (Seine et Marne) et du sud de l Aube (à proximité du Tonnerrois) pour être encore plus complet. Comment exploiter l étude?... 3 approches possibles une approche géographique : comportements d achats des habitants d un ou plusieurs des secteurs géographiques définis. une approche sectorielle : comportements d achats d un ou plusieurs des 39 produits étudiés avec actes d achat et 39 zones géographiques une approche «sur-mesure» : un ou plusieurs produits, sur un ou plusieurs secteurs. Sous réserve de représentativité de l échantillon. Les thèmes abordés : Part de marchés des différentes formes de vente Destination des dépenses des ménages Dépense commercialisable Chiffre d affaires estimé Emprise / Evasion Zone de chalandise

8 Petit lexique pour bien comprendre l enquête de consommation FORMES DE VENTE OU DE DISTRIBUTION Les commerces de moins de 300 m 2 : il s'agit de tous les magasins qui vendent des produits au détail et dont la surface de vente est inférieure à 300 m². Les grandes surfaces : il s'agit de tous les magasins qui vendent des produits au détail et dont la surface de vente est supérieure ou égale à 300 m 2. On y distingue en particulier : Les hypermarchés (magasins de détail à rayons multiples d'au moins m 2 de surface de vente en libre service), Les supermarchés (magasins de détail essentiellement alimentaire, ayant entre 300 et m 2 de surface de vente en libre service), Les hard-discount (catégorie de supermarchés caractérisé par des prix bas et par un assortiment restreint présenté sommairement). Les hard-discount présentant une surface légèrement en deçà des 300 m 2 (299 m 2 ) sont intégrés à cette catégorie. Les grandes surfaces spécialisées (magasins de détail alimentaire ou non alimentaire de plus de 300 m 2 offrant un grand choix sur une même famille de produits), Les autres grandes surfaces de plus de 300 m 2 peuvent être des grands magasins, magasins populaires, des grossistes ou tout autre magasin non défini ci-dessus. Les commerces non sédentaires : vente au détail sur les foires et marchés ainsi que par tournées. La vente à distance : vente par correspondance, Internet, téléachat. Les autres formes de vente peuvent être des producteurs (artisans, industriels, fermiers...), des grossistes, un particulier, ou tout autre fournisseur n'ayant pas été identifié ci-dessus. ATTRACTION D'UN SECTEUR Ce sont les dépenses des ménages consommées dans leur zone de résidence. EVASION D'UN SECTEUR Ce sont les dépenses des ménages consommées hors de leur zone de résidence. Le taux d évasion est la part des dépenses des ménages consommées hors de leur zone de résidence. POLE COMMERCIAL Regroupement de points de vente proches les uns des autres : Agglomération, Centre commercial, Centre-ville Le critère déterminant, dans la définition d un pôle commercial, est la cohérence physique et la concentration géographique qui confèrent une image d unité pour le consommateur. DEPENSES COMMERCIALISABLES (DC) = POTENTIEL DE CONSOMMATION Elles correspondent à l'argent dépensé par les ménages. Elles sont estimées pour l ensemble des produits de l'enquête et pour chaque secteur géographique grâce à l'application d'un modèle tenant compte de trois facteurs : le nombre de ménages de chaque secteur (source INSEE), la consommation moyenne par ménage pour chaque famille de produits (source INSEE et comptabilité nationale) et des Indices de Disparité de la Consommation prenant en compte la taille des ménages de chaque secteur, l'âge du chef de famille et la profession des actifs. DC (secteur, produit) = moyenne nationale par ménage (produit) x indice de disparité (produit, secteur) x nombre de ménages (secteur). ZONE DE CHALANDISE - EMPRISE Une zone de chalandise correspond à l'ensemble des secteurs d'habitation de la clientèle d'un lieu donné ou d'une zone. On considère qu une zone de chalandise est délimitée lorsque les secteurs sélectionnés permettent de reconstituer environ 80 % du chiffre d affaires du pôle. L'emprise correspond à la part de marché théorique captée par les points de vente de la zone étudiée. Taux d emprise du pôle commercial sur le secteur de résidence = Elle est généralement exprimée en pourcentage de la DC, d'où l'expression de "taux d'emprise". Les sous-zones d'attraction (primaire, secondaire...) sont tracées en fonction des taux d'emprise (présentant généralement des points de ruptures entre les sous zones) et du niveau de contribution des secteurs d habitation au chiffre d affaires d un lieu donné. ESTIMATION DU CHIFFRE D AFFAIRES L enquête ne permet pas de restituer avec exactitude les chiffres d affaires de l ensemble des commerces. Elle se limite à les estimer, ceci pour 3 raisons : aléas dus à la méthode de l'enquête par sondage, enquête réalisée auprès des seuls particuliers, à l'exclusion des professionnels et des collectivités, enquête réalisée auprès de consommateurs ne résidant que sur le périmètre d'étude (pas de flux touristiques). ZONE DE RESIDENCE Pour les besoins de l étude, le département de l Yonne a été découpé en 39 zones distinctes. Une volonté de suivre autant que possible les périmètres actuels des intercommunalités, ou à défaut les cantons. Dans les zones urbaines à forte densité de population, le zonage a été affiné en privilégiant une approche «quartiers». CCI de l Yonne Octobre 2011 Information économique Contacts Jérôme MAYEL Tél Service Commerce Site d Auxerre Site de Sens Joseph KEMLIN Nathalie GUILLON Tél Tél

Ce document a été élaboré à partir de l étude réalisée par le Cabinet AID, en 2010, dans le cadre de l Observatoire du Commerce en Bourgogne.

Ce document a été élaboré à partir de l étude réalisée par le Cabinet AID, en 2010, dans le cadre de l Observatoire du Commerce en Bourgogne. Ce document a été élaboré à partir de l étude réalisée par le Cabinet AID, en 2010, dans le cadre de l Observatoire du Commerce en Bourgogne. Les résultats qui ont servi à la réalisation de ce document

Plus en détail

Analyses commerciales. Le commerce de détail du bricolage et de la quincaillerie

Analyses commerciales. Le commerce de détail du bricolage et de la quincaillerie Analyses commerciales Le commerce de détail du bricolage et de la quincaillerie Avril 2012 Le commerce de détail de bricolage et de quincaillerie Définition et méthodologie Cette monographie sectorielle

Plus en détail

En Bourgogne, en 2005, 55 700 entreprises

En Bourgogne, en 2005, 55 700 entreprises Les Très Petites Entreprises en Bourgogne un rôle économique à conforter Le profil des 55 700 TPE (Très Petites Entreprises comptant moins de 20 salariés) de Bourgogne est très diversifié : commerce, médecin,

Plus en détail

Grande distribution dans le Beaujolais

Grande distribution dans le Beaujolais Grande distribution dans le Beaujolais Observatoire du Commerce du Beaujolais Juillet 2013 1 Commerce et grande distribution Répartition de l offre commerciale Les 91 communes du territoire Beaujolais

Plus en détail

Schéma de Développement Commercial - aire urbaine de Toulouse

Schéma de Développement Commercial - aire urbaine de Toulouse Observatoire Départemental de l'équipement Commercial de la Haute-Garonne Schéma de Développement Commercial aire urbaine de Toulouse Pour un commerce durable dans la Ville Un document de référence pour

Plus en détail

Direction de l Economie du Commerce et de l Artisanat StS

Direction de l Economie du Commerce et de l Artisanat StS Réunion du 29 avril 2010 Salle du Conseil - Mairie du 3 ème arrondissement 1 SOMMAIRE Présentation du Schéma Directeur d Urbanisme Commercial Principes du SDUC 2009-2015 Définition des différents types

Plus en détail

CHARTE D URBANISME COMMERCIAL ENTRE BREST METROPOLE OCEANE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE BREST

CHARTE D URBANISME COMMERCIAL ENTRE BREST METROPOLE OCEANE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE BREST CHARTE D URBANISME COMMERCIAL ENTRE BREST METROPOLE OCEANE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE BREST LA CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DU FINISTERE REVISION DE JUIN 2006 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION...

Plus en détail

mobilité et accessibilité dans les zones d'activités

mobilité et accessibilité dans les zones d'activités DE L ADEUS mobilité et accessibilité dans les zones d'activités 83 NOVEMBRE 2012 DéPLACEMENT De par leurs aménagements initiaux, les zones d activités restent souvent mal desservies en transport en commun

Plus en détail

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008 Au 1 er janvier 2008, 600 000 commerces, sur un total de 830 000, peuvent être qualifiés de «commerces de proximité». Leur nombre a légèrement augmenté depuis 2002. Ces points de vente emploient la moitié

Plus en détail

Le commerce alimentaire de proximité Analyse de marché et évolution des plaintes de consommateurs

Le commerce alimentaire de proximité Analyse de marché et évolution des plaintes de consommateurs N 17 Août 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Le commerce alimentaire de proximité Analyse

Plus en détail

Le commerce de proximité dans l Intra Muros Eléments de diagnostic

Le commerce de proximité dans l Intra Muros Eléments de diagnostic Le commerce de proximité dans l Intra Muros Eléments de diagnostic Problématique : Depuis 2004, on observe une perte de dynamisme commercial sur le secteur de l Intra-Muros avec une augmentation du nombre

Plus en détail

- Communauté d Agglomération Royan Atlantique -

- Communauté d Agglomération Royan Atlantique - 3 avenue Condorcet. 69100 Villeurbanne. Tél : 04 78 93 12 81 2 rue Crucy. 44005 Nantes Cedex 1. Tél : 02 40 12 75 83 24 rue Louis Blanc. 75010 Paris. Tél : 01 77 75 97 46 www.aidobservatoire.fr Elaboration

Plus en détail

SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON D OULCHY-LE-CHATEAU

SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON D OULCHY-LE-CHATEAU SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON D OULCHY-LE-CHATEAU Diagnostic préalable au Document d Aménagement Commercial Décembre 2012 1 SOMMAIRE INTRODUCTION.........3 1. ENJEUX

Plus en détail

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S8 et 9 : politique de distribution

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S8 et 9 : politique de distribution STRATEGIES MARKETING Licence 3 2010-2011 S8 et 9 : politique de distribution Professeur : Alain Debenedetti Alain.debenedetti@univ-mlv.fr Introduction L importance de la distribution Pour le fabricant

Plus en détail

Décision n 14-DCC-83 du 17 juin 2014 relative à la prise de contrôle exclusif par Casino Guichard-Perrachon de la société PLMP

Décision n 14-DCC-83 du 17 juin 2014 relative à la prise de contrôle exclusif par Casino Guichard-Perrachon de la société PLMP RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-83 du 17 juin 2014 relative à la prise de contrôle exclusif par Casino Guichard-Perrachon de la société PLMP L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

BAC PRO Gep éditions, 2009 ISBN : 978-2-84425-687-4

BAC PRO Gep éditions, 2009 ISBN : 978-2-84425-687-4 BAC PRO Rôle, objectifs et moyens d action d un point de vente 1 FICHE Être capable de Définir et comprendre le rôle et les objectifs d un point de vente. Identifier comment le magasin peut atteindre ses

Plus en détail

Comment procéder pour délimiter la zone de chalandise?

Comment procéder pour délimiter la zone de chalandise? Zone de chalandise & Estimation du chiffre d'affaires Pour illustrer les différents aspects théoriques de ce billet, j ai délimité la zone de chalandise d un local commercial choisi au hasard dans une

Plus en détail

ETUDE PREALABLE A LA REDYNAMISATION DU COMMERCE DE MAROMME DANS LE CADRE DU DISPOSITIF FISAC CAHIER DES CHARGES

ETUDE PREALABLE A LA REDYNAMISATION DU COMMERCE DE MAROMME DANS LE CADRE DU DISPOSITIF FISAC CAHIER DES CHARGES ETUDE PREALABLE A LA REDYNAMISATION DU COMMERCE DE MAROMME DANS LE CADRE DU DISPOSITIF FISAC CAHIER DES CHARGES Marché à procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics) Ville de Maromme Place

Plus en détail

Icode en pratique. Mars 2015

Icode en pratique. Mars 2015 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE SECRÉTARIAT D'ÉTAT AU COMMERCE, À L'ARTISANAT, À LA CONSOMMATION ET À L'ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Mars 2015 Icode en pratique «La base de données

Plus en détail

ETUDE POUR UNE STRATEGIE COMMERCIALE

ETUDE POUR UNE STRATEGIE COMMERCIALE ETUDE POUR UNE STRATEGIE COMMERCIALE SUR LA COMMUNE DE THIVIERS (Janvier 2009) Chambre Economique de la Dordogne 32 boulevard Lakanal BP 5081 24005 PERIGUEUX CEDEX 05 53 35 87 29 c.caro@chambre-economique-dordogne.fr

Plus en détail

La consommation des produits biologiques

La consommation des produits biologiques La Bio en France La consommation des produits biologiques Un marché de l ordre de 4 milliards d euros avec : 3,75 milliards d euros d achats de produits bio pour la consommation à domicile en 2011 158

Plus en détail

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle N 18 Septembre 20 Les grandes aires urbaines d ACAL : la croissance démographique tirée par les couronnes des grands pôles La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines

Plus en détail

Portrait du commerce. en région Centre CCI CENTRE

Portrait du commerce. en région Centre CCI CENTRE CCI CENTRE Portrait du commerce en région Centre 2014 Projet cofinancé par l Union européenne. L Europe s engage en région Centre avec le fonds européen de développement régional. L équipement commercial

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

Présentation àla Matinale des Réseaux

Présentation àla Matinale des Réseaux Présentation àla Matinale des Réseaux Mars 2011 www.asterop.com Sommaire Rapide Présentation du Géomarketing Les solutions de développement de réseau Les études d implantation : DIP, potentiel théorique

Plus en détail

Étude sur la distribution de viande en Aveyron

Étude sur la distribution de viande en Aveyron Commercialisation: Étude sur la distribution de viande en Aveyron Une enquête a été réalisée en 2012 sur le fonctionnement de l aval de la filière viande aveyronnaise afin de mieux comprendre les attentes

Plus en détail

Analyse des comportements d'achat des ménages de l'ain

Analyse des comportements d'achat des ménages de l'ain Analyse des comportements d'achat des ménages de l'ain Pôle commercial de Chalamont 23 Janvier 2014 CCI de l'ain Observatoire du Commerce Page 1 sur 18 Objectifs de l'enquête Depuis 1988, l'observatoire

Plus en détail

VETEMENTS, CHAUSSURES ET ARTICLES DE SPORT

VETEMENTS, CHAUSSURES ET ARTICLES DE SPORT - PRODUIT N 1, 2 & 26 VETEMENTS, CHAUSSURES ET ARTICLES DE SPORT Observatoire du commerce Chambre de commerce et d industrie Nouvelle-Calédonie Fiche produit Données Novembre 2007 - mise à jour selon données

Plus en détail

La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux

La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux FÉDÉRATION POUR L URBANISME ET LE DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE SPÉCIALISÉ Paris - 5 novembre 2014 La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux La vacance commerciale a augmenté de 50 % dans

Plus en détail

RÉVISION DU SCOT DU PAYS DE BREST DIAGNOSTIC COMMERCE. Co-construction SCoT 7 juillet 2015. Nadine LE HIR Réf. 15/117

RÉVISION DU SCOT DU PAYS DE BREST DIAGNOSTIC COMMERCE. Co-construction SCoT 7 juillet 2015. Nadine LE HIR Réf. 15/117 RÉVISION DU SCOT DU PAYS DE BREST DIAGNOSTIC COMMERCE Co-construction SCoT 7 juillet 2015 Nadine LE HIR Réf. 15/117 RÔLE DU DIAGNOSTIC COMMERCE Rappel des objectifs de la délibération : «Adapter le volet

Plus en détail

L ATTRACTIVITÉ & LA QUALITÉ URBAINE

L ATTRACTIVITÉ & LA QUALITÉ URBAINE NANTES, LA LOIRE : USAGES ET PROJETS LES USAGES LES PRATIQUES & LES USAGES UN ESPACE ÉCONOMIQUE & ÉCOLOGIQUE LA MOBILITÉ & LES FRANCHISSEMENTS L ATTRACTIVITÉ & LA QUALITÉ URBAINE 02 En apportant les marchandises

Plus en détail

Organisation et tendances. de la distribution des produits bio

Organisation et tendances. de la distribution des produits bio Organisation et tendances de la distribution des produits bio 1-Quelques généralités sur la distribution La fonction économique principale de la distribution est de rendre un produit accessible au consommateur

Plus en détail

REALISATION D UN DIAGNOSTIC TERRITORIAL SYNTHETIQUE DE LA COMMUNE D AUXONNE DANS LE CADRE DE L APPEL A MANIFESTATIONS D INTERET "CENTRE-BOURG"

REALISATION D UN DIAGNOSTIC TERRITORIAL SYNTHETIQUE DE LA COMMUNE D AUXONNE DANS LE CADRE DE L APPEL A MANIFESTATIONS D INTERET CENTRE-BOURG REALISATION D UN DIAGNOSTIC TERRITORIAL SYNTHETIQUE DE LA COMMUNE D AUXONNE DANS LE CADRE DE L APPEL A MANIFESTATIONS D INTERET "CENTRE-BOURG" 25 août 2014 Contexte et objet de la demande Lors d une rencontre

Plus en détail

Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think Consulting)

Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think Consulting) الشراكة المؤسسة الا نتاجیة وقطاع التوزیع الواسع( بین التجزي ة) تجارة Partenariat Producteur Grande Distribution Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think

Plus en détail

et de l Artisanat de Saint-André

et de l Artisanat de Saint-André Ville de Saint-André-Lez-Lille U n i on C o mmerc i a l e & A rt i s a n a l e D e S a i n t - An d ré Charte de Développement du Commerce et de l Artisanat de Saint-André CHARTE DE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

ETAT DES LIEUX ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL

ETAT DES LIEUX ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL ETAT DES LIEUX ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL GARE DE CHAMPIGNY CENTRE - Périmètre de 400m ÉLÉMENTS CLÉS > LES ETABLISSEMENTS La gare Champigny Centre est localisée avenue Roger Salengro, axe à double sens qui

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service R0Z-Caissiers, employés de libre service Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 207 000 personnes occupent un emploi de caissier et 103 000 sont employés de libre-service. Alors que les premiers

Plus en détail

La proximité des magasins Hard. Discount : possible avantage

La proximité des magasins Hard. Discount : possible avantage CHAPITRE La proximité des magasins Hard Discount : possible avantage concurrentiel 3.1. Le consommateur recherche toujours plus de proximité 90 3.2. L évolution des implantations des magasins Hard Discount

Plus en détail

Synthèse de la première étude structurelle sur le marché des Arts de la Table en France

Synthèse de la première étude structurelle sur le marché des Arts de la Table en France Institut d Informations et de Conjoncture Professionnelles Synthèse de la première étude structurelle sur le marché des Arts de la Table en France Contacts presse : Samantha Guanine / Isabelle Lebaupain

Plus en détail

34. Les activités commerciales

34. Les activités commerciales 66 34. Les activités commerciales Eléments de méthodologie La notion d offre commerciale (nombre, surfaces commerciales, emplois) Depuis 1995, la Chambre de Commerce et d Industrie de Morlaix dispose d

Plus en détail

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important Direction du Tourisme Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques N 2008-6 Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important En 2007,

Plus en détail

Analyses commerciales. Le commerce de détail de la chaussure et de la maroquinerie

Analyses commerciales. Le commerce de détail de la chaussure et de la maroquinerie Analyses commerciales Le commerce de détail de la chaussure et de la maroquinerie Avril 2012 Le commerce de détail de la chaussure et de la maroquinerie Définition et méthodologie Cette monographie sectorielle

Plus en détail

L approche territoriale pour répondre à la demande et à l organisation des soins de premier recours

L approche territoriale pour répondre à la demande et à l organisation des soins de premier recours Direction adjointe de l'offre ambulatoire et de la coordination des acteurs Pôle organisation des soins Juin 2012 Affaire suivie par : Arnaud GANNE L approche territoriale pour répondre à la demande et

Plus en détail

DIAGNOSTIC ECONOMIQUE ET STRATEGIE COMMERCIALE DU SCOT DU BLAISOIS TERRITOIRE DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE L AGGLOMERATION BLESOISE

DIAGNOSTIC ECONOMIQUE ET STRATEGIE COMMERCIALE DU SCOT DU BLAISOIS TERRITOIRE DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE L AGGLOMERATION BLESOISE DIAGNOSTIC ECONOMIQUE ET STRATEGIE COMMERCIALE DU SCOT DU BLAISOIS TERRITOIRE DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE L AGGLOMERATION BLESOISE Rappel méthodologique Une exploitation des données INSEE et DGI disponibles:

Plus en détail

SCOT de l'arc Comtat Ventoux annexes. Version arrêtée du 20 juin 2012 1

SCOT de l'arc Comtat Ventoux annexes. Version arrêtée du 20 juin 2012 1 ANNEXES DU SCOT DE L ARC COMTAT VENTOUX Version arrêtée du 20 juin 2012 1 SOMMAIRE 1. ANNEXE 1 METHODOLOGIE DE DEFINITION DE LA TACHE URBAINE ET DE LA CONSOMMATION FONCIERE SUR LE TERRITOIRE 2. ANNEXE

Plus en détail

COMMENT. renforce votre enseigne? 2 utilisations possibles

COMMENT. renforce votre enseigne? 2 utilisations possibles COMMENT renforce votre enseigne? 2 utilisations possibles Poitiers, une stratégie de développement, un schéma commercial d agglomération : affirmée Quatre objectifs : Définir les perspectives d évolution

Plus en détail

La diversité des modes d organisation des enseignes

La diversité des modes d organisation des enseignes Numéro 4 / février 2014 L évaluation des coûts et des marges dans les rayons alimentaires de la grande distribution en 2012 Contributeurs : Philippe Boyer, Amandine Hourt Les travaux de l observatoire

Plus en détail

Les communes de des quartiers aux profils

Les communes de des quartiers aux profils Les communes de des quartiers aux profils Les quartiers qui composent les cinq communes de l Ouest présentent des caractéristiques très contrastées : des zones denses d habitat social quasiment saturées,

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-40 du 27 mars 2013 relative à la prise de contrôle conjoint de deux fonds de commerce d articles de bricolage par les sociétés La Boîte à Outils SAS et Mr. Bricolage

Plus en détail

DIAGNOSTIC COMMERCIAL DU BASSIN D ARCACHON VAL DE L EYRE. En vue de la mise en place d un Document d Aménagement Commercial.

DIAGNOSTIC COMMERCIAL DU BASSIN D ARCACHON VAL DE L EYRE. En vue de la mise en place d un Document d Aménagement Commercial. DIAGNOSTIC COMMERCIAL DU BASSIN D ARCACHON VAL DE L EYRE En vue de la mise en place d un Document d Aménagement Commercial Septembre 2011 1 Partie 1 - Profil et évolution des ménages 2 1.1 Taille et CSP

Plus en détail

RENCONTRES EPCI DAC MAI 2012

RENCONTRES EPCI DAC MAI 2012 RENCONTRES EPCI DAC MAI 2012 Partie 1 : diagnostic croisé de l offre et de la demande commerciale Offre commerciale existante par commune : des rayonnements très différents Augmentation dynamique du nombre

Plus en détail

Module CTXT : Le contexte du management de l unité commerciale

Module CTXT : Le contexte du management de l unité commerciale Module CTXT : Le contexte du management de l unité commerciale DOSSIER MERCATIQUE BTS MUC CTXT 3 : LES UNITES COMMERCIALES G.R.C. Au préalable Ressources nécessaires : - Manuel Nathan G.R.C. p. 7 à 20

Plus en détail

ELABORATION DU DOCUMENT D AMENAGEMENT COMMERCIAL A L ECHELLE DU SCOT DU HAUT-JURA

ELABORATION DU DOCUMENT D AMENAGEMENT COMMERCIAL A L ECHELLE DU SCOT DU HAUT-JURA ELABORATION DU DOCUMENT D AMENAGEMENT COMMERCIAL A L ECHELLE DU SCOT DU HAUT-JURA Comité de pilotage de lancement de la démarche Réalisation: PIVADIS 24, rue de la Bredauche 45380 LA CHAPELLE ST MESMIN

Plus en détail

L OIN et la zone commerciale d Orgeval

L OIN et la zone commerciale d Orgeval L OIN et la zone commerciale d Orgeval En 2007, Orgeval a choisi d adhérer à l Opération d Intérêt National (qui regroupe 51 communes), pour sa zone commerciale. L OIN Seine Aval n intervient donc que

Plus en détail

Enquête : les sous-traitants bourguignons

Enquête : les sous-traitants bourguignons Enquête : les sous-traitants bourguignons Octobre 2014 707 établissements bourguignons ont été identifiés comme travaillant en sous-traitance en mécanique générale, assemblage-soudage, chaudronnerie-tôlerie,

Plus en détail

Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais

Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais Synthèse de l étude régionale

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie-restauration présente des particularités

Plus en détail

Cas M.7336 -CARREFOUR FRANCE / DIA FRANCE

Cas M.7336 -CARREFOUR FRANCE / DIA FRANCE FR Cas M.7336 -CARREFOUR FRANCE / DIA FRANCE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 4(4) date: 18.8.2014 COMMISSION

Plus en détail

ETUDE SUR LE COMPORTEMENT D ACHAT DES MENAGES sur le territoire du SCOT de l Agglomération MESSINE

ETUDE SUR LE COMPORTEMENT D ACHAT DES MENAGES sur le territoire du SCOT de l Agglomération MESSINE ETUDE SUR LE COMPORTEMENT D ACHAT DES MENAGES sur le territoire du SCOT de l Agglomération MESSINE États généraux du Commerce 21 février 2011 avec le soutien financier ETUDE SUR LE COMPORTEMENT D ACHAT

Plus en détail

Schéma de développement commercial sur le territoire de la Communauté d Agglomération Porte de l Isère. Dossier 1 : Etat des lieux Mai 2008

Schéma de développement commercial sur le territoire de la Communauté d Agglomération Porte de l Isère. Dossier 1 : Etat des lieux Mai 2008 Schéma de développement commercial sur le territoire de la Communauté d Agglomération Porte de l Isère Dossier 1 : Etat des lieux Mai 2008 Sommaire Préalable 3 PREMIERE PARTIE : LES ÉLÉMENTS D ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer

Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014. Service commerce Tel 04 75 75 70 34

Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014. Service commerce Tel 04 75 75 70 34 Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014 Service commerce Tel 04 75 75 70 34 L observatoire du commerce et de la consommation Objectifs : La connaissance de l offre commerciale

Plus en détail

Etude de marché local SPECIMEN. Implantation d un commerce alimentaire et d un restaurant bistrot Commune de B

Etude de marché local SPECIMEN. Implantation d un commerce alimentaire et d un restaurant bistrot Commune de B Etude de marché local SPECIMEN Implantation d un commerce alimentaire et d un restaurant bistrot Commune de B Etude n 1/01/2015 Avril 2015 Contenu LE CONTEXTE GEOGRAPHIQUE... 3 PARTIE 1 : ANALYSE DE L

Plus en détail

COMPARAISON DES PRIX IKEA-CUISINES ALLEMAGNE / FRANCE

COMPARAISON DES PRIX IKEA-CUISINES ALLEMAGNE / FRANCE COMPARAISON DES PRIX IKEA-CUISINES ALLEMAGNE / FRANCE menée par a comparé en juin 2009 les prix de 93 produits affichés dans le catalogue 2009 IKEA-cuisines, version allemande et française, afin de montrer

Plus en détail

udesté on it ecl Col 1 1

udesté on it ecl Col 1 1 Collection études 1 ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE Evolution démographique 1 550 000 1 434 661 1 450 000 1 350 000 1 287 535 1 250 000 1 213 499 1 150 000 1 127 546 1 050 000 950 000 1 009 390 1 061 480 850 000

Plus en détail

L automobile en Languedoc Roussillon

L automobile en Languedoc Roussillon Observatoire ANFA Jocelyn GOMBAULT Juillet 2011 L automobile en Languedoc Roussillon La filière automobile en Languedoc Roussillon : Services de l automobile : 17 155 salariés (Unedic 2008) Fabrication

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

Présentation économique des vins de Bourgogne

Présentation économique des vins de Bourgogne Présentation économique des vins de Bourgogne Le système Bourguignon : l exceptionnelle diversité 5 grands terroirs Chablis - Auxerrois Côte de Nuits Côte de Beaune Côte Chalonnaise Mâconnais B.I.V.B./Pôle

Plus en détail

Enquête Comportements d achats des ménages

Enquête Comportements d achats des ménages Enquête Comportements d achats des ménages Offre commerciale et consommation des ménages de la Communauté de Communes Vallée des Baux Alpilles et du secteur Est Alpilles - Enquête comportements d achat

Plus en détail

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas FERT / Chargé d études sénior 01 44 94 59 62 2 Sondage

Plus en détail

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on?

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on? Consommation alimentaire de produits biologiques : Juillet 2015 Où en est-on? En 2015, 88 % des Français ont consommé un produit bio (contre 75 % en 2013). 62 % déclarent en consommer au moins une fois

Plus en détail

Guide pratique pour le développement touristique sur le Pays Beaunois

Guide pratique pour le développement touristique sur le Pays Beaunois Guide pratique pour le développement touristique sur le Pays Beaunois 20082008-2013 Passer de l idée à l action pour notre Territoire! Le Pays Beaunois Le Pays Beaunois est un espace qui, depuis 2004,

Plus en détail

Presse Maison JUIN 2012

Presse Maison JUIN 2012 & La décoration est toujours en vogue en France et garantit la croissance du marché des GSS de bricolage. Presse Maison JUIN 2012 Le panorama du segment page 2 Les chiffres clés page 10 Les évolutions

Plus en détail

L information économique pour comprendre et décider. Bruno BOUTERIN CCI de Montpellier Direction Action Territoriale et Etudes Economiques

L information économique pour comprendre et décider. Bruno BOUTERIN CCI de Montpellier Direction Action Territoriale et Etudes Economiques L information économique pour comprendre et décider Bruno BOUTERIN CCI de Montpellier Direction Action Territoriale et Etudes Economiques S informer et mesurer le potentiel d un territoire pour décider

Plus en détail

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi Direction départementale des Territoires de la Analyse sociodémographique de la N 2 Juillet 2015 (version actualisée) C É A S Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs

Plus en détail

S implanter à l aéroport

S implanter à l aéroport S implanter à l aéroport 1 Sommaire I Conditions d occupation. 3 1- Domaine public.. 3 2- Investissements / travaux.. 4 3- Durée d autorisation 4 4- Conditions financières.. 5 II Exploitation du point

Plus en détail

Plateforme de la Filière Automobile. Club des Acteurs Régionaux de l Industrie Automobile. Associations Régionales de l Industrie Automobile

Plateforme de la Filière Automobile. Club des Acteurs Régionaux de l Industrie Automobile. Associations Régionales de l Industrie Automobile Plateforme de la Filière Automobile Club des Acteurs Régionaux de l Industrie Automobile Associations Régionales de l Industrie Automobile ENQUETE DE PERFORMANCE INDUSTRIELLE 2009/2010 Comme chaque année,

Plus en détail

ou même habitation, nous avons expertisé en 2012 près de 4 275 actifs pour une valeur cumulée de 84,6 milliards d euros.

ou même habitation, nous avons expertisé en 2012 près de 4 275 actifs pour une valeur cumulée de 84,6 milliards d euros. Le marché en toute transparence Juillet 2013 Edito Immobilier tertiaire : les Régions en valeur! Tour CMA CGM à Marseille Même si la demande placée des principales métropoles françaises (Lyon, Lille, Aix-Marseille,

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

SYBARVAL. ENQUÊTE PUBLIQUE relative au DAC. Document d Aménagement Commercial

SYBARVAL. ENQUÊTE PUBLIQUE relative au DAC. Document d Aménagement Commercial Département de la Gironde Préfecture de la Gironde Syndicat Intercommunal du Bassin d Arcachon et du Val de l Eyre SYBARVAL ENQUÊTE PUBLIQUE relative au DAC Document d Aménagement Commercial du 17 décembre

Plus en détail

République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement

République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement Cadre et objectifs La stratégie de la gestion du stationnement est un des éléments clé de la problématique

Plus en détail

Rôle d une association de commerçants

Rôle d une association de commerçants Rôle d une association de commerçants Dynamiser le commerce L association de commerçants, relais naturel et partenaire privilégié - Le commerce est un acteur naturel du développement des villes. - Le commerce

Plus en détail

Règlement d'intervention de la Région. Fonction n 9 : Action économique. Sous-fonction n 91 : Interventions économiques et transversales

Règlement d'intervention de la Région. Fonction n 9 : Action économique. Sous-fonction n 91 : Interventions économiques et transversales REÇU A LA PREFECTURE LE 20 Janvier 2015 Délibération n 2015-1-9102-73 2015 Règlement d'intervention de la Région Fonction n 9 : Action économique Sous-fonction n 91 : Interventions économiques et transversales

Plus en détail

Les lycées et lycéens ligériens

Les lycées et lycéens ligériens Près de 143 000 élèves scolarisés à dans les lycées ligériens Les lycées généraux sont de grands établissements qui scolarisent la moitié des élèves ligériens. Les lycées professionnels sont plus petits

Plus en détail

1 «L évolution du commerce», par Sophie Simonet, consultante, décembre 2008

1 «L évolution du commerce», par Sophie Simonet, consultante, décembre 2008 1 «L évolution du commerce», par Sophie Simonet, consultante, décembre 2008 «L évolution du commerce : vers des circuits plus courts en Île-de-France», par Sophie Simonet, consultante (CVL Urbanisme de

Plus en détail

La lettre de l'observatoire départemental de l'habitat

La lettre de l'observatoire départemental de l'habitat Plan Départemental de l Habitat - PDH Observatoire départemental Décembre 2014 N 1 La lettre de l'observatoire départemental de l'habitat Panorama de la demande en logement social dans la Loire O ffrir

Plus en détail

Le Géomarketing 1 - Généralités 2 Exemple d utilisation pratique 3 Outils et données du Géomarketing.

Le Géomarketing 1 - Généralités 2 Exemple d utilisation pratique 3 Outils et données du Géomarketing. Le Géomarketing 1 Le Géomarketing 1 - Généralités 2 Exemple d utilisation pratique Etude du maillage d un territoire Diagnostic qualité du maillage Principes de l étude Objectifs de l étude 3 Outils et

Plus en détail

THÈME 5 : DISTRIBUER L OFFRE. CHAPITRE 2 : Diversité et caractéristiques des unités commerciales.

THÈME 5 : DISTRIBUER L OFFRE. CHAPITRE 2 : Diversité et caractéristiques des unités commerciales. THÈME 5 : DISTRIBUER L OFFRE. CHAPITRE 2 : Diversité et caractéristiques des unités commerciales. I. Les unités commerciales physiques. Une unité commerciale physique nécessite le déplacement réel du client

Plus en détail

LES CHIFFRES DE LA CRÉATION D ENTREPRISE

LES CHIFFRES DE LA CRÉATION D ENTREPRISE La création d entreprise Quantitativement, l année 2009 pourrait donner le vertige, en matière d entrepreneuriat : 580 193 créations d entreprise (source INSEE), soit un bond de 75% par rapport à l année

Plus en détail

2 Scénario 2 : «Les polarités fonctionnelles organisent le territoire»

2 Scénario 2 : «Les polarités fonctionnelles organisent le territoire» 2 Scénario 2 : «Les polarités fonctionnelles organisent le territoire» Le scénario de polarités fonctionnelles demeure inscrit dans une perspective d évolution démographique soumise à l accueil d activités

Plus en détail

COMPTE RENDU DE L ATELIER «LE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNES : STRATEGIE ET POLITIQUE D IMPLANTATION»

COMPTE RENDU DE L ATELIER «LE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNES : STRATEGIE ET POLITIQUE D IMPLANTATION» COMPTE RENDU DE L ATELIER «LE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNES : STRATEGIE ET POLITIQUE D IMPLANTATION» Comment faire venir des enseignes nationales en préservant la diversité commerciale et artisanale? Participent

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS.

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS. Sommaire Définitions Les circuits Les données de prix utilisées Retraitements Limites 1 Prix au stade production Définitions - prix perçu par le producteur agricole, s applique au kg de carcasse ; - acheteur

Plus en détail

Ecole Polytechnique, 2ème Année, Eco-434 Economie Internationale PC 3 - Concurrence imparfaite

Ecole Polytechnique, 2ème Année, Eco-434 Economie Internationale PC 3 - Concurrence imparfaite Ecole Polytechnique, 2ème Année, Eco-434 Economie Internationale PC 3 - Concurrence imparfaite Intégration européenne et Effet-frontière Dans cet exercice, nous utilisons un cadre empirique pour étudier

Plus en détail

Boulangerie Pâtisserie

Boulangerie Pâtisserie Boulangerie Pâtisserie 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse

Plus en détail

L avenir du commerce est en ligne

L avenir du commerce est en ligne chapitre 1 L avenir du commerce est en ligne A llons-nous perdre l habitude «d aller» faire nos courses? Succomberons-nous plus facilement à l achat d impulsion au hasard de notre navigation sur le Web

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Deuxième pilier de la croissance

Deuxième pilier de la croissance Un potentiel de développement pour l économie résidentielle Commerce, construction, services financiers, services publics : l économie résidentielle est bien représentée au sein du SCoT du Pays du Mans.

Plus en détail

Décembre 2014 Observatoire Régional du Tourisme

Décembre 2014 Observatoire Régional du Tourisme Objectifs et principes méthodologiques de l étude 3 L offre d hébergements 5 La fréquentation des hébergements 6 La consommation touristique 7 La production des entreprises touristiques 8 L emploi lié

Plus en détail