«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire»

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire»"

Transcription

1 «Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» Lyon ICAR 2009 Dr Patrick Georges Yavordios Association ARRES ASSPRO Accredit Clinique Convert 62 avenue de Jasseron Bourg en Bresse I Introduction Passé du 2 au 1 rang des évènements sentinelles de la JCAHO (1), l erreur de coté est un évènement médical indésirable (EI) inadmissible pour les patients qui justifie les efforts de préventions actuels. Les orthopédistes en font un des évènements porteurs de risque (EPR) à déclarer dans la démarche d accréditation La checklist préopératoire de la HAS qui sera obligatoire à partir de janvier 2010 a le même objectif. Le cas clinique suivant est une ALR péribulbaire (ALRPB), pour une chirurgie de la cataracte, réalisée du mauvais coté. Le patient n a pas de séquelle et l absence de dommage permet de parler d EPR. L analyse systémique utilise la méthode ALARM déclinées en 7 étapes qui recherchent les causes primaires et secondaires, immédiates ou latentes ayant favorisées la survenue de cet évènement. Le patient, le geste, les divers acteurs et l organisation interne et régionale sont analysés. Celle ci se fait en présence de tous les intervenants et peut être l objet d une revue de morbi mortalité (RMM).

2 II Tout commence par la reconstitution précise de l histoire et l élaboration d un chronogramme, horodatage à postériori, de ce qui est arrivé : Patient de 80 ans, ASA3, hypertendu traitée, porteur de stent actif depuis 2005 sous bétabloquant et aspirine non arrêtés. Consultation pré anesthésique (CPA) effectuée à distance par un anesthésiste réanimateur (AR) différent de celui qui réalisera la visite pré anesthésique (VPA) et l anesthésie. Une ALR PB est décidée avec le patient lors de la consultation Le compte rendu de la CPA est peu lisible, un «G»? signale le coté à opérer. Cette intervention est programmée en ambulatoire et la VPA sera réalisée à l arrivée au bloc Electrocardiogramme et consultation cardiologique sont prévus à l arriver à la clinique. Entrée du patient à 8h00. Programmé au bloc en 2 à 8h30 mais décalé en raison de l attente de l ECG. Prémédiqué dès son arrivée, mais la préparation oculaire a été tardive. Le patient est préparé à 9h30 pour une ALR PB par l AR qui gère simultanément une salle d orthopédie membre supérieur avec une IADE. On note que l AR était d astreinte d anesthésie la nuit précédente et a travaillé jusqu à 2 H du matin. L interrogatoire est peu informatif car le patient présente une surdité partielle et est prémédiqué par 100 mg d hydroxyzine per os. Le chariot avec le matériel nécessaire est à droite du patient ; les 2 précédents avaient été opérés de l œil droit. L œil gauche n est pas encore bien dilaté car les IDE d étage ont préparé l œil tardivement en raison du retard lié à l ECG. Alors qu il se prépare à injecter 70 mg de propofol et à piquer le patient à gauche l AR est appelé par l IADE car le bloc axillaire dans la salle d orthopédie ne fonctionne pas bien. Il revient 5 minutes plus tard, inquiet pour le devenir de son bloc, injecte le propofol et pratique l ALR du coté du chariot, comme les 2 patients précédents, c est a dire à droite.

3 Le patient, qui n a rien dit, est amené en salle d intervention et le chirurgien signal que l ALR est du mauvais coté. Une autre ALRPB sera immédiatement pratiquée et l intervention se déroulera sans problème. Un hématome sous orbitaire minime (patient sous aspirine) sera la seule séquelle. Toutes les explications seront fournies au patient qui ne donnera pas de suite à cette erreur et reviendra se faire opérer de l autre œil un mois plus tard. III l analyse systémique IL s agit d une véritable enquête qui se doit de rester totalement factuelle. Afin d éclairer les zones d ombre tous les intervenants doivent être interrogés et une synthèse objective doit être faite. Le principe de la culture positive de l erreur doit guider la démarche et l évènement doit être considéré comme une fenêtre qui s ouvre sur une organisation défaillante. Chaque étapes génère des interrogations : pourquoi, comment, qui Les réponses permettent d envisager des actions correctives. La 1 étape concerne le patient Patient de 80 ans qui présente une surdité partielle, ASA 3, porteur d un stent coronaire actif, qui doit bénéficier d une chirurgie de la cataracte de l œil gauche sous ALR PB Ce qui est spécifique au patient et peut avoir favorisé l EI : Difficulté de compréhension en raison de la surdité Antécédents coronariens justifiant un examen cardiologique La 2 étape concerne l acte réalisé :ALR péribulbaire Apres la CPA, le mode d anesthésie tient il compte du choix du patient et de son traitement? Analyse: Oui, ALRPB versus AG correctement expliquées lors de la CPA La préparation était elle correcte ( ECG, dilatation )? Analyse: Non, dilatation incomplète, ECG tardif?

4 La prémédication était elle adaptée? Analyse : Oui, mais dose d hydroxyzine discutable Le déroulement de l ALR est il correct (sédation, réalisation )? Analyse : Non, erreur de coté et dose de propofol discutable La 3 étape concerne la personne qui à effectué l acte : l anesthésiste réanimateur La préparation et la réalisation de l ALR ont elles été effectuées comme décidé lors de la CPA et de la VPA? Analyse : Oui, sauf pour le coté Le MAR qui a effectué l anesthésie disposait il de tout le dossier avec notamment une indication précise du coté? Analyse : Oui mais illisible? La vigilance du MAR était elle optimale? Analyse : Non, 2 salles d ALR à séquence rapide simultanées et astreinte nuit précédente La 4 étape concerne l équipe d anesthésie réanimation Le support de la CPA (AR 1) qui assurait la traçabilité de l information et de l indication est elle correcte? Analyse : Non, illisible La séquence 1 AR et 1 IADE pour 2 salles est elle conforme aux bonnes pratiques professionnelles? Analyse : Oui mais un professionnel de l anesthésie doit être présent en permanence en salle, ce qui est difficile pour un programme d ALR à séquence rapide L AR 2 et l IADE étaient ils dans les meilleures conditions pour la gestion des 2 programmes à séquence rapide simultanés? Analyse : Non La 5 étape concerne l environnement au bloc opératoire L identification du patient et du coté à opérer est elle collective? Analyse : Non, mais il existe de nombreuses initiatives individuelles Qui décide de l ordre de passage?

5 Analyse : Ordre d arrivée, réalisation de l ECG et de la consultation de cardiologie, matériel, brancardier Le lieu où se déroule l ALR (patient, chariot d ALR) est il correct? Analyse : Oui, mais ergonomie discutable,exiguïté, chariot placé systématiquement à droite du patient. La 6 étape concerne l organisation locale au sein de l établissement ECG et ambulatoire? Analyse : Organisation à revoir, implique les cardiologues Le coté à opérer est il précisé sur le programme de bloc? Analyse : Pas systématiquement, communication chirurgien bloc à revoir La préparation dans le service d ambulatoire est elle correcte? Analyse : dilatation incomplète car trop tardive, surcharge des entrées en ambulatoire à 8H La 7 étape concerne le contexte institutionnel et régional Ambulatoire imposé par les tutelles pour la cataracte Analyse : Possibilité d hospitaliser la veille les patients ASA 3 très âgés, peu autonomes et nécessitant des examens complémentaires. Cette décision est à prendre lors de la CPA IV conclusions de l analyse Un certains nombres de causes multifactorielles sont clairement identifiées Cause primaire: défaut de vigilance de l AR, facteur humain Cause secondaire 1:nuit d astreinte précédente, facteur organisationnel Cause secondaire 2: feuille d anesthésie illisible, facteur humain Cause secondaire 3 : 2 programmes d ALR à séquence rapide simultanés avec 1 seul IADE, facteur organisationnel

6 Cause secondaire 4 : surcharge en ambulatoire aggravée par les demandes d ECG, facteur organisationnel Cause secondaire 5 : protocoles médicaux à voir ou revoir (prémedication, sédation) Cause secondaire 6: ergonomie de la zone d ALR, facteur technique Cause secondaire 7: renseignement du programme opératoire, facteur humain V Propositions d actions d amélioration La mise en place de barrières supplémentaires et la correction des dysfonctionnements permettront de limiter la récidive de cette erreur. 1. Limiter ou effectuer en pré hospitalier les ECG en ambulatoire 2. Informatiser la feuille d anesthésie 3. Indiquer le coté sur le programme opératoire 4. Revoir l utilisation du propofol et les modalités de la prémédication lors de la réalisation de l ALR chez les patients âgés 5. Ne pas avoir une activité de bloc opératoire dans les suites d une nuit d astreinte opérationnelle 6. Evaluer la séquence de travail imposée par 1 AR + 1 IADE pour 2 salles avec chirurgie courte et ALR 7. Revoir l ergonomie des lieux pour la réalisation des ALR en ophtalmologie 8. Mettre en place la checklist qui sera obligatoire à partir du 1/1/2010 VI Prévoir l évaluation des actions d amélioration Il est nécessaire de prévoir l évaluation future des mesures d amélioration proposées. Un registre pourrait permettre le recueil des analyses des erreurs de patient ou de coté Un recueil de la traçabilité des check list permettrait de vérifier l impact de cette mesure VII Conclusion

7 Cet évènement médical indésirable est un évènement porteur de risque du type presque accident sans conséquence dommageable pour le patient. Mais un dommage était tout à fait possible : prise d anti agrégant plaquettaire, diamètre axial de l œil droit non mesuré Un certain nombre de dysfonctionnement concerne l organisation des anesthésistes (support CPA, activité après astreinte, couple AR/IADE selon le programme, protocole prémédication et sédation) L organisation des entrées en ambulatoire et les demandes d examen cardiologique doivent être revues La communication des informations chirurgiens bloc doit être améliorée La réponse aux propositions d actions correctives et surtout la checklist bientôt obligatoire devrait permettre de limiter la récidive. Bibliographie de Gaudemar I, Estève C, Sfez M, Hamza J. Hémorragie post adénoidectomie : analyse des incidents. Risques et qualité ; 2 : Reason J. Human error : models and management BMJ 2000 ; 320 : Sfez Michel, Analyse d un presque accident : une erreur de coté à anesthésier. Conférence ARRES ASSPRO Sfez M. Approche systémique du risque. In : MAPAR 2003 Mises au point en anesthésie réanimation. Paris. Juin 2003 (1) The Joint Commission on the Accreditation of Healthcare Organizations (JCAHO)

8

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD)

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Enquête nationale sur les événements indésirables associés aux soins (ENEIS) Incidence des événements indésirables

Plus en détail

1. Pourquoi organiser une réunion de concertation?

1. Pourquoi organiser une réunion de concertation? MODALITÉS D ÉCHANGES AVEC LES PARTIES PRENANTES : LES RÉUNIONS DE CONCERTATION FICHE N 3 Informer préalablement les parties prenantes sur l objet, les caractéristiques, les enjeux et objectifs, les plusvalues

Plus en détail

Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC

Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC Les missions du coordonnateur local du 3 ème cycle se sont diversifiées au cours de ces dernières années, de sorte qu il est apparu nécessaire de clarifier

Plus en détail

Atrésie pulmonaire avec communication interventriculaire APSO. Livret d accueil et d information

Atrésie pulmonaire avec communication interventriculaire APSO. Livret d accueil et d information Atrésie pulmonaire avec communication interventriculaire APSO Livret d accueil et d information Unité Médicochirurgicale de Cardiologie Pédiatrique et Congénitale Centre de Référence des Malformations

Plus en détail

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.)

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) Introduction L aboutissement à un usage rationnel des médicaments est le résultat d un programme exécuté par une chaîne

Plus en détail

Gestion des risques Vigilances sanitaires

Gestion des risques Vigilances sanitaires Gestion des risques Vigilances sanitaires Dr François L Hériteau Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Paris-Nord Le risque Un DANGER, plus ou moins prévisible Ne pas confondre:

Plus en détail

15eme Réunion Morbi Mortalité en Anesthésie. Département d Anesthésie Réanimation Lapeyronie 04 juin 2015

15eme Réunion Morbi Mortalité en Anesthésie. Département d Anesthésie Réanimation Lapeyronie 04 juin 2015 15eme Réunion Morbi Mortalité en Anesthésie Département d Anesthésie Réanimation Lapeyronie 04 juin 2015 Commission Médicale d Établissement Méthodologie 1- Choix d un thème basé sur un cas clinique 2-

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil Coopérations professionnelles Ophtalmologie Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil 1 Présentation générale Intitulé du Protocole de coopération (PC) Réalisation

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations Catalogue des Formations 2016 PREFACE Former, notre métier, DAVRIL FORMATION organisme référencé par l INRS et participe à l animation de réseau de la CARSAT Midi-Pyrénées. Ses formateurs, spécialisés,

Plus en détail

INSTITUT OPHTALMOLOGIQUE DE PICARDIE

INSTITUT OPHTALMOLOGIQUE DE PICARDIE INSTITUT OPHTALMOLOGIQUE DE PICARDIE POSE DE LA PREMIERE PIERRE 9 SEPTEMBRE 2011 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr COMMUNIQUE DE SYNTHESE

Plus en détail

L enseignement intensif de l anglais, langue seconde Faits saillants du sondage de la FCPQ Enseignement intensif de l anglais, langue seconde

L enseignement intensif de l anglais, langue seconde Faits saillants du sondage de la FCPQ Enseignement intensif de l anglais, langue seconde L enseignement intensif de l anglais, langue seconde Faits saillants du sondage de la FCPQ Enseignement intensif de l anglais, langue seconde Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ) Février

Plus en détail

Une salle plus adaptée pour les équipes

Une salle plus adaptée pour les équipes Depuis quelques semaines, le service de chirurgie vasculaire et cardiaque de la Clinique du Tonkin de Villeurbanne pratique ses interventions dans une toute nouvelle salle, pourvue d un équipement d imagerie

Plus en détail

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR :

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : a. Consultation avec le Chirurgien Cardiaque Elle s effectue au centre de consultation de cardiologie médico-chirurgicale (bat H ou G). Cette consultation

Plus en détail

La formation des IDE de réanimation. Dr Alain LEPAPE Soins critiques (Réa chirurgicale + Réa Médicale + USC) CHU Lyon Sud

La formation des IDE de réanimation. Dr Alain LEPAPE Soins critiques (Réa chirurgicale + Réa Médicale + USC) CHU Lyon Sud La formation des IDE de réanimation Dr Alain LEPAPE Soins critiques (Réa chirurgicale + Réa Médicale + USC) CHU Lyon Sud Pas de conflit d intérêt pour cette présentation Pourquoi une formation spécifique?

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire Cette étude rétrospective est la première de grande ampleur réalisée en France, chez 38 sujets connus des services de médecine

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

ACCORD PRISE EN COMPTE ET PREVENTION DE LA PENIBILITE DANS LES PARCOURS PROFESSIONNELS

ACCORD PRISE EN COMPTE ET PREVENTION DE LA PENIBILITE DANS LES PARCOURS PROFESSIONNELS ACCORD PRISE EN COMPTE ET PREVENTION DE LA PENIBILITE DANS LES PARCOURS PROFESSIONNELS PREAMBULE La loi du 9 Novembre 2010 sur la réforme des retraites prévoit que les entreprises d au moins 50 salariés,

Plus en détail

FRUSES 2013. AMIENS 1 er octobre 2013

FRUSES 2013. AMIENS 1 er octobre 2013 FRUSES 2013 AMIENS 1 er octobre 2013 C R C I : démarche de lexpert l expert Docteur Daniel VALET Centre Hospitalier de BEAUVAIS Praticien Hospitalier Chef de Service Anesthésie Réanimation Médecine Légale

Plus en détail

Résidences étudiantes

Résidences étudiantes SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Résidences étudiantes Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment gérer les activités festives dans nos résidences? Comment gérer les nuisances autour? Quelles solutions

Plus en détail

Cahier 2. Guide d évaluation de la viabilité d un service de rééducation et d appareillage. Travail réalisé par Emmanuelle Tricot

Cahier 2. Guide d évaluation de la viabilité d un service de rééducation et d appareillage. Travail réalisé par Emmanuelle Tricot Cahier 2 Guide d évaluation de la viabilité d un service de rééducation et d appareillage Travail réalisé par Emmanuelle Tricot Domaine Ressources Méthodologiques et Documentaires Handicap International

Plus en détail

Appel à projet FACT n 2016-01 «QVT et Numérique»

Appel à projet FACT n 2016-01 «QVT et Numérique» Appel à projet FACT n 2016-01 «QVT et Numérique» Date de communication : 24 février 2016 Date limite de dépôt des dossiers : 25 avril 2016 Le dossier de demande d aide, téléchargeable sur le site de l

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE Décembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

Compte-rendu de l atelier 3 «Compétences et pratiques pédagogiques innovantes» Animé par Marianne Poumay, Université de Liège (Belgique)

Compte-rendu de l atelier 3 «Compétences et pratiques pédagogiques innovantes» Animé par Marianne Poumay, Université de Liège (Belgique) 1 Compte-rendu de l atelier 3 «Compétences et pratiques pédagogiques innovantes» Animé par Marianne Poumay, Université de Liège (Belgique) INTRODUCTION Le développement des compétences nécessité des situations

Plus en détail

1 Le contexte. Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Sommaire

1 Le contexte. Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Sommaire Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Dr Luc BESANÇON Sommaire 1. Le contexte 2. Les nouveaux champs d activités des pharmaciens 3. Vers de nouveaux métiers

Plus en détail

Pôle sanitaire privé mulhousien du Diaconat Clinique du Diaconat Fonderie 1 rue Saint Sauveur BP 1237 68054 MULHOUSE CEDEX

Pôle sanitaire privé mulhousien du Diaconat Clinique du Diaconat Fonderie 1 rue Saint Sauveur BP 1237 68054 MULHOUSE CEDEX RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 22 décembre 2014 N/Réf. : CODEP-STR- 2014-057642 Monsieur le directeur Pôle sanitaire privé mulhousien du Diaconat Clinique du Diaconat Fonderie

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE Septembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

Coopérations professionnelles Ophtalmologie

Coopérations professionnelles Ophtalmologie Coopérations professionnelles Ophtalmologie Bilan visuel réalisé par un orthoptiste dans le cadre du renouvellement/adaptation des corrections optiques chez les adultes de 16 à 50 ans Promoteur: Jean-Bernard

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC Guide du contrôlé version 2015 PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est

Plus en détail

La migration d'un Core Banking

La migration d'un Core Banking La migration d'un Core Banking Par Florent WATRIN Le 02/10/2014 CALIS CONSEIL - 110, rue Réaumur - 75002 PARIS - Tél.: 01.42.86.03.47 Site internet : http://www.calis-conseil.com - Courriel : infos@calis-conseil.com

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE. Pour la Maison de l Emploi et de la Formation de Sénart, porteur du Groupement de Créateurs de Sénart

APPEL A CANDIDATURE. Pour la Maison de l Emploi et de la Formation de Sénart, porteur du Groupement de Créateurs de Sénart APPEL A CANDIDATURE Pour la Maison de l Emploi et de la Formation de Sénart, porteur du Groupement de Créateurs de Sénart Sélection du prestataire pour la préparation orale des entrepreneurs dans le cadre

Plus en détail

Remerciements aux participants!

Remerciements aux participants! Remerciements aux participants! Enquête sur les pratiques et les relations entre les pharmacies des ETS et les pharmacies d officine auprès des pharmaciens hospitaliers de la région Bretagne 30 ETS répondeurs

Plus en détail

Gestion différenciée et 0 phyto

Gestion différenciée et 0 phyto Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr R3 Gestion différenciée et 0 phyto DESCRIPTION DE L ACTION La gestion différenciée des espaces verts consiste à ne pas gérer et entretenir de

Plus en détail

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office Livre Blanc Bureau de Gestion de Projet PMO Project Management Office Rédacteur en chef : Sébastien ROUX 2015 Sommaire Introduction... 3 Définition et contexte... 4 Les généralités des PMO... 7 PMO Dédié

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

Mesures pour améliorer l efficacité de l enseignement de l allemand. 1) Propositions concernant les contenus d enseignement :

Mesures pour améliorer l efficacité de l enseignement de l allemand. 1) Propositions concernant les contenus d enseignement : Inspection générale d allemand Mesures pour améliorer l efficacité de l enseignement de l allemand. Les décisions prises lors du Conseil des ministres franco-allemand de Berlin d octobre 2004 offrent de

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

MASTER MENTION SANTÉ PUBLIQUE SPÉCIALITÉ QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES PARCOURS DE SOINS

MASTER MENTION SANTÉ PUBLIQUE SPÉCIALITÉ QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES PARCOURS DE SOINS MASTER MENTION SANTÉ PUBLIQUE SPÉCIALITÉ QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES PARCOURS DE SOINS RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Sciences, Technologies, Santé Mention : SANTÉ PUBLIQUE

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

Prise en charge en ambulatoire en Imagerie Interventionnelle

Prise en charge en ambulatoire en Imagerie Interventionnelle «Analyse de parcours patient selon la méthode du patient-traceur» Prise en charge en ambulatoire en Imagerie Interventionnelle Soazig BOHUON Dr Isabelle ROGER 26 Avril 2016 OBJECTIFS Décrire la réalisation

Plus en détail

Passage de la Radiodiffusion analogique à la Radiodiffusion numérique (Banjul, 14-16 16 Juillet 2010)

Passage de la Radiodiffusion analogique à la Radiodiffusion numérique (Banjul, 14-16 16 Juillet 2010) Abossé AKUE-KPAKPO Telecom Manager +226 75 27 77 54 AGENDA I - Introduction Passage de la Radiodiffusion analogique II Management de la transition vers le numérique III Conclusion Introduction Passage

Plus en détail

Septicémie sur chambre implantable : analyse approfondie des causes

Septicémie sur chambre implantable : analyse approfondie des causes Emilie Teyssières Praticien hygiène Figeac / Villefranche de Rouergue / Decazeville Septicémie sur chambre implantable : analyse approfondie des causes Contexte de la RMM Ouverture de la médecine ambulatoire

Plus en détail

FORMATION POUR LES MÉTIERS DE LA RESTAURATION DE L HÔTELLERIE ET DE LA PARA-HÔTELLERIE

FORMATION POUR LES MÉTIERS DE LA RESTAURATION DE L HÔTELLERIE ET DE LA PARA-HÔTELLERIE FORMATION POUR LES MÉTIERS DE LA RESTAURATION DE L HÔTELLERIE ET DE LA PARA-HÔTELLERIE NOTRE PASSION: LA FORMATION Hotelis SA est une société active dans le domaine des ressources humaines pour les métiers

Plus en détail

Dispositif de soutien aux dynamiques de conversion en agriculture biologique en Picardie

Dispositif de soutien aux dynamiques de conversion en agriculture biologique en Picardie Dispositif de soutien aux dynamiques de conversion en agriculture biologique en Picardie 2013 1 1. Contexte et enjeux, d un dispositif complémentaire aux mesures d aide en faveur de l agriculture biologique

Plus en détail

Marche à suivre en cas d accident

Marche à suivre en cas d accident Ce document permet de rencontrer les obligations légales relatives aux premiers secours ainsi qu à l enquête d accident. En combinant ces deux registres, on facilite le suivi des accidents de travail et

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE ENQUÊTE REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT PERSONNEL EN CHIRURGIE

NOTE DE SYNTHESE ENQUÊTE REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT PERSONNEL EN CHIRURGIE NOTE DE SYNTHESE ENQUÊTE REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT PERSONNEL EN CHIRURGIE Contexte : Le traitement personnel est défini comme l ensemble des traitements médicamenteux en cours au moment

Plus en détail

SIX FICHES ATELIER POUR LES PÈRES POUR LES ACCOMPAGNER DANS LES COURS PRÉNATALS

SIX FICHES ATELIER POUR LES PÈRES POUR LES ACCOMPAGNER DANS LES COURS PRÉNATALS SIX FICHES ATELIER POUR LES PÈRES POUR LES ACCOMPAGNER DANS LES COURS PRÉNATALS Préparées par Raymond Villeneuve Formateur au C.R.E.P. de la C.S.D.M. Animateur au CLSC St Henri Collaboratrice : Linda Mc

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche

PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche DIRECTION DE L ACTION EDUCATIVE ET DE L ENFANCE MCPS/VM 2000/191.11 PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche Préambule MCPS/VM 2000/259.12 La circulaire du 30 novembre 2000 (Bulletin Officiel de

Plus en détail

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG

UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG UTILISATION DE LA METHODE ALARM POUR L ANALYSE D UN EIG MAGALI BERNARD Réseau des PH en hygiène 26.06.13 DEFINITION D UN EIG Evénement Indésirable Grave : Tout évènement indésirable à l origine du décès,

Plus en détail

LE POINT SUR LES DOSSIERS IBODE. Journées ALIBODE 2014

LE POINT SUR LES DOSSIERS IBODE. Journées ALIBODE 2014 LE POINT SUR LES DOSSIERS IBODE Brigitte LUDWIG Présidente UNAIBODE Journées ALIBODE 2014 Le point sur les dossiers IBODE o A ce jour : 4 dossiers sont en cours 1. Suppression des 2 années d expérience

Plus en détail

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) :

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : un indicateur de la politique d hygiène des établissements de santé? Pourquoi les ISO? Complication fréquente Complication grave (surtout si ISO

Plus en détail

PROJET DE SERVICE. association d aide à domicile

PROJET DE SERVICE. association d aide à domicile PROJET DE SERVICE Adhérent labellisé par réseau d'aide à domicile le 1 association d aide à domicile Adhérent labellisé par réseau d'aide à domicile le Conformément à la loi du 02 janvier 2002 rénovant

Plus en détail

Enquête sur la mise en place de la check-list opératoire en chirurgie orthopédique

Enquête sur la mise en place de la check-list opératoire en chirurgie orthopédique Enquête sur la mise en place de la check-list opératoire en chirurgie orthopédique Emmanuel de Thomasson, Henri Bonfait, Christian Delaunay et Orthorisq Matériel et méthode 1971 formulaires envoyés entre

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE 139 139 DÉFINITIONS 139 Le suivi 140 L évaluation 143

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

12 engagements pour lutter contre les déserts médicaux

12 engagements pour lutter contre les déserts médicaux 12 engagements g g pour lutter contre les déserts médicaux 1 pacte, 3 objectifs, 12 engagements Changer la formation et faciliter l installation des jeunes médecins engagement 1 Un stage en médecine générale

Plus en détail

Contenu et Exercice du Métier de Cardiologue Perspectives-Propositions

Contenu et Exercice du Métier de Cardiologue Perspectives-Propositions Contenu et Exercice du Métier de Cardiologue Perspectives-Propositions JC Daubert, G Derumeaux, JJ Dujardin, R Isnard, C Ziccarelli Avec la participation de: JY Artigou, C Champion, F Fellinger, F Fossatti,

Plus en détail

Guide de la personne déléguée. Déclaration des accidents de travail

Guide de la personne déléguée. Déclaration des accidents de travail Guide de la personne déléguée Déclaration des accidents de travail Décembre 2007 Introduction Toute enseignante ou tout enseignant peut être victime d un accident de travail. Le présent document se veut

Plus en détail

Document de présentation de la plateforme de travail des instances de la Francophonie

Document de présentation de la plateforme de travail des instances de la Francophonie Document de présentation de la plateforme de travail des instances de la Francophonie Rappel du contexte Le cadre PGS Initié en 2008, le Plan de gestion stratégique est un projet structurant pour la modernisation

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 décembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Des musées gratuits : une mesure controversée

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Des musées gratuits : une mesure controversée ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Des musées gratuits : une mesure controversée Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle

Plus en détail

Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau. Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau

Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau. Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau Chirurgie Ambulatoire Quelle organisation? Quel enjeu pour

Plus en détail

Un règlement intérieur précise les modalités pratiques de chaque CARPA dont à Paris le Président est le Bâtonnier en exercice.

Un règlement intérieur précise les modalités pratiques de chaque CARPA dont à Paris le Président est le Bâtonnier en exercice. AuAu-delà de vos attentes La gestion de la vente du fonds de commerce : de l'ouverture du dossier à la gestion du compte séquestre PROPOSITION de PRESTATIONS DE FORMATION CONTINUE à l attention de : V

Plus en détail

L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation

L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation Chapitre 8 L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation Notions Processus : nature et présentation Progiciels de gestion dans les métiers de l organisation : approche

Plus en détail

L unité U5 est validée par le contrôle de l acquisition des compétences relevant des fonctions suivantes issues du référentiel de certification :

L unité U5 est validée par le contrôle de l acquisition des compétences relevant des fonctions suivantes issues du référentiel de certification : CAHIER DES CHARGES POUR LES AUTEURS DE SUJET EPREUVE E5 BTS TECHNICO-COMMERCIAL 1. RAPPEL DE LA DEFINITION DE L'EPREUVE E5 - MANAGEMENT ET GESTION D ACTIVITÉS TECHNICO-COMMERCIALES (COEF. 4) U5 1. Finalités

Plus en détail

APPEL À COMMUNICATIONS

APPEL À COMMUNICATIONS APPEL À COMMUNICATIONS 2ÈME EDITION DES RENCONTRES EUROPÉENNES DE L EDUCATION PAR LE SPORT «Vivre ensemble par le sport en Europe» 2 ème journée : Conférence européenne «Développer le sport comme outil

Plus en détail

LE CISS NORD-PAS-DE-CALAIS PREND A

LE CISS NORD-PAS-DE-CALAIS PREND A LE CISS NORD-PAS-DE-CALAIS PREND A NOUVEAU POSITION SUR LA PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES EN REGION (SYSTEME DES GARDES LIBERALES-PDSA) MARS 2013 HISTORIQUE Depuis quelques années les associations du

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

PRESENTATION DE LA FORMATION

PRESENTATION DE LA FORMATION PRESENTATION DE LA FORMATION Centre de formation aux métiers de la santé : Allée Jacques Monod BP 609 62321 BOULOGNE SUR MER CEDEX Tél : 03.21.99.30.61 Fax : 03.21.99.38.92 Mail : sec_ifsi@ch-boulogne.fr

Plus en détail

Comment intégrer l Innovation via les Commissions les COMEDIMS?

Comment intégrer l Innovation via les Commissions les COMEDIMS? Comment intégrer l Innovation via les Commissions les COMEDIMS? Gaël Grimandi Vice-Président COMEDIMS CHU de Nantes Définitions «L innovation est la capacité à créer de la valeur en apportant quelque chose

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

COFOR SANTE. Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes)

COFOR SANTE. Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes) COFOR SANTE Des interventions* en : - Communication - Management - Relation client - Qualité - Gestion Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes) * cf. nos programmes

Plus en détail

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS Pages I - L ASSOCIATION ARCADES... 3 II - SA MISSION... 4 a) Au regard de l organisation du dépistage b) Au regard de la

Plus en détail

Cérémonie de remise de prix

Cérémonie de remise de prix DOSSIER DE PRESSE 2011 30 mars 2011 au Salon Entreprendre @ Tour & Taxis Cérémonie de remise de prix Précédée de la conférence- débat : L économie positive dans les business schools belges où en est- on?

Plus en détail

Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques

Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques Organisme : Université Claude Bernard Lyon1 Dates : février 2013- septembre 2013 Présentation

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Action Collective Régionale 2015

CAHIER DES CHARGES Action Collective Régionale 2015 CAHIER DES CHARGES Action Collective Régionale 2015 " Prévention du risque infectieux " Depuis leur création, Uniformation et Unifaf accompagnent les employeurs et les salariés dans leur démarche de professionnalisation.

Plus en détail

Etat des travaux en cours

Etat des travaux en cours Structure Multipartite Séance plénière du 21 avril GROUPE DE TRAVAIL «ADMISSIONS JUSTIFIEES» Etat des travaux en cours Le groupe de travail s est réuni 6 fois jusqu à ce jour, depuis le début de ses travaux

Plus en détail

Révisé pour janvier 2014

Révisé pour janvier 2014 SERVICES DE L AGRÉMENT Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation du Profil national des compétences professionnelles (PNCP) 2011 de l Association des paramédics

Plus en détail

Gestion de Projets PeiP2 partie 2

Gestion de Projets PeiP2 partie 2 Gestion de Projets PeiP2 partie 2 Jean-Louis Lefèvre jean-louis.lefevre@univ-lyon1.fr Polytech Lyon 2015 GESPRO 2 PeiP2 JL Lefèvre p1/40 La gestion de Projets La planification consiste à définir l enchaînement

Plus en détail

La rééducation. Quel est le rôle de la rééducation?

La rééducation. Quel est le rôle de la rééducation? La rééducation Cette fiche complète le guide SOR SAVOIR PATIENT Comprendre l ostéosarcome Quel est le rôle de la rééducation? Quand, comment et où faire une rééducation avant une chirurgie conservatrice?

Plus en détail

A DES FINS DE SOLUTION DE CONFLITS AVEC LES CLIENTS OU TOUT APPELANT»

A DES FINS DE SOLUTION DE CONFLITS AVEC LES CLIENTS OU TOUT APPELANT» DELIBERATION N 2012-133 DU 24 SEPTEMBRE 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR CITI GLOBAL WEALTH MANAGEMENT SAM RELATIVE A LA

Plus en détail

Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention

Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr R4 Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention Pour rappel, les collèges sont de la compétence des conseils généraux,

Plus en détail

REGLEMENT D ATTRIBUTION DES PLACES EN ETABLISSEMENTS D ACCUEIL DE JEUNES ENFANTS

REGLEMENT D ATTRIBUTION DES PLACES EN ETABLISSEMENTS D ACCUEIL DE JEUNES ENFANTS REGLEMENT D ATTRIBUTION DES PLACES EN ETABLISSEMENTS D ACCUEIL DE JEUNES ENFANTS Délibération du 18 février 2013 Service Petite Enfance Année 2013 1 SOMMAIRE 1 LES CONDITIONS D ACCUEIL 2 LES CONDITIONS

Plus en détail

Analyse de risque a posteriori

Analyse de risque a posteriori Analyse de risque a posteriori Analyse de causes profondes Principes généraux Errare humanum est Perseverare diabolicum! Apprenons de nos erreurs pour progresser Introduction Évènement indésirable (EI)

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Droits et libertés des âgés - Lancement de l expérimentation de la Charte de géolocalisation

DOSSIER DE PRESSE. Droits et libertés des âgés - Lancement de l expérimentation de la Charte de géolocalisation DOSSIER DE PRESSE Droits et libertés des âgés - Lancement de l expérimentation de la Charte de géolocalisation Mars 2014 1 TEXTE DE LA CHARTE DE GÉOLOCALISATION Charte sur les bonnes pratiques relatives

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

LA METHODE CREX MEDICAMENT

LA METHODE CREX MEDICAMENT LA METHODE CREX MEDICAMENT Date Service Qualité Sécurité Hygiène LA CREX Analyse des risques appliquée au circuit du médicament Permet : De comprendre les causes de l D identifier des actions correctives

Plus en détail

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Sommaire Définition et objectifs de l épreuve.. p1 Compétences à évaluer.. p2 Conception du sujet..

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 SOMMAIRE I / Préambule II/ Remarques générales et préalables

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

Robert Schuman Centre for Advanced Studies - European University Institute. Codice SI332

Robert Schuman Centre for Advanced Studies - European University Institute. Codice SI332 Robert Schuman Centre for Advanced Studies - European University Institute Sistema di informazione interregionale (CRIS) sul Reinserimento dei Migranti nel loro paese di origine (2012) 2012 Codice SI332

Plus en détail

RYTHMES SCOLAIRES COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE PARTENARIAL

RYTHMES SCOLAIRES COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE PARTENARIAL RYTHMES SCOLAIRES COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE PARTENARIAL Date : Jeudi 30 Mai 2013, Salle du Conseil de l Hôtel de Ville Participants : annexe 1 Déroulement de la réunion 1. Accueil par Monsieur

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1 QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES «EXPERIMENTATION DE NOUVEAUX MODES D ORGANISATIONS DES SOINS DESTINES A OPTIMISER LES PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

Plus en détail

FORMATION A L ASSISTANCE DE PROXIMITE. Campagne d information du grand public Passage à la télé tout numérique PRESENTATION

FORMATION A L ASSISTANCE DE PROXIMITE. Campagne d information du grand public Passage à la télé tout numérique PRESENTATION FORMATION A L ASSISTANCE DE PROXIMITE Campagne d information du grand public Passage à la télé tout numérique PRESENTATION Sommaire Qui sommes-nous et pourquoi sommes-nous là? Qu est-ce que le passage

Plus en détail

LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble

LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble Schéma général d une délivrance et de sa réception

Plus en détail