Évaluation de la campagne «Feel Your Power» 2002 Rapport succinct

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation de la campagne «Feel Your Power» 2002 Rapport succinct"

Transcription

1 Évaluation de la campagne «Feel Your Power» 2002 Rapport succinct Situation initiale La campagne «Feel Your Power» a été lancée au début de l année 2000 par Promotion Santé Suisse. Elle a pour objectif de motiver les personnes vivant en Suisse à mieux prendre soin de leur santé. La campagne courre sur une durée de cinq ans. La campagne «Feel Your Power» se compose de plusieurs éléments visant la promotion de la santé : le Docteur D. Moniack doit sensibiliser la population dans ce sens au moyen de ses messages publicitaires provocateurs (conseils maladie), alors que les diverses actions menées sur le terrain visent une application concrète en matière de mouvement ou de santé. L'effet et les retombées de la campagne «Feel Your Power» sont évalués périodiquement depuis son lancement. Il s agit en particulier de répondre aux questions relatives à la nécessité, à la qualité, à l acceptation, à l utilité et au succès de la campagne. Lors de la première année, tous les niveaux et activités de la campagne ont été analysés le plus précisément possible. Les deuxième et troisième années ont donné l occasion de se concentrer sur certains points précis. Les instruments de mesure et les principaux champs d analyse ont été conservés durant les trois années afin de pouvoir tirer des conclusions sur les changements et les évolutions. Chaque année, une enquête représentative a été menée auprès de la population. Le contenu des articles de presse ainsi que les questionnaires remplis suite aux actions santé ont été analysés en continu. Taux de perception et évaluation de la campagne «Feel Your Power» Alors que le taux de mémorisation (recall) n a que très faiblement évolué au cours de la campagne pour atteindre 3 pour cent à l heure actuelle, le taux de reconnaissance (recognition) au sein de la population suisse a poursuivi sa nette progression et se monte à 51 pour cent. Au milieu de l année 2000, nous étions partis du principe que la campagne avait atteint 1.3 million de personnes (ayant entendu parler de la campagne ou lu quelque chose à son sujet). Fin 2001, le chiffre est passé à 2 millions et il s élève aujourd hui à 2.8 millions. L&S SFB AG / Février

2 Les personnes avec un niveau de formation faible ont moins perçu la campagne que les personnes avec un niveau de formation plus élevé. Bien que le taux de perception ait doublé au sein de la population étrangère au cours d une année, seul un tiers des étrangères et de étrangers vivant en Suisse connaît la campagne, alors que pour les Suissesses et les Suisses ce chiffre dépasse 50 pour cent. Nous constatons toujours de grandes différences entre le taux de perception de «Feel Your Power» et le «Docteur D. Moniack». Bien que le taux de reconnaissance de «Feel Your Power» ait doublé au cours de l année dernière, celui-ci est encore nettement inférieur à celui du «Docteur D. Moniack». Alors que 46 pour cent de la population suisse connaissent le «Docteur D. Moniack», seuls 18 pour cent connaissent «Feel Your Power». Le «Docteur D. Moniack» n est plus aussi fortement rejeté que l'an dernier. Un certain effet d accoutumance explique que le sentiment de provocation s est affaibli chez certaines personnes. «Feel Your Power» est toujours mieux apprécié que le «Docteur D. Moniack». Le «Docteur D. Moniack» est en particulier rejeté par les personnes plus âgées et par les femmes (préoccupées par leur santé). Nous constatons encore une certaine contre-productivité de la campagne au cours de sa troisième année, mais elle ne pose pas problème et a largement régressé. Que les personnes interrogées ne comprennent pas ou mal la campagne n est pas un problème de compréhension, mais bien plus un problème de perception. Plus une campagne dure longtemps, plus les gens croient la connaître, même s ils ne peuvent reproduire son contenu que de façon vague ou erronée. Les conseils concrets en matière de santé n ont que très faiblement atteint leur public. Plus du double des personnes disent avoir reconsidéré leurs habitudes (2000 : 8% de la population; 2002 : 18%) en raison de la campagne, mais ceux qui ont concrètement modifié leur comportement sont très rares. Le nombre de personnes qui a changé ne serait-ce que partiellement son comportement en matière de santé et ses habitudes en raison de la campagne n a pas connu la même évolution que le taux de perception et s'élève également en 2002 à moins de 5%. Il n est pas possible de déceler des modifications significatives dans le comportement de la population en matière de santé entre les années 2000 et En clair, cela signifie que s'il y a eu des modifications au cours de l année dernière, celles-ci se situent à un niveau que les tailles d'échantillonnage ne permettent pas de déceler. L intérêt des médias pour la campagne «Feel Your Power» a fortement régressé depuis son lancement. L'écho de la campagne dans la presse écrite est faible de nos jours. Seule une poignée d articles parlait de la campagne en Il manque à la campagne un partenaire médiatique de poids pour assurer la publication régulière L&S SFB AG / Février

3 d articles. Ce constat se retrouve dans le sondage effectué auprès de la population : le nombre de personnes ayant lu un article de journal concernant la campagne a continuellement régressé depuis l an 2000 et est passé de 15 à 7 pour cent. Nous avions déjà constaté au cours des années 2000 et 2001 que les initiateurs de la campagne sont à peine connus. Cet état de fait n a pas changé depuis, bien au contraire. Malgré une référence plus fréquente et plus visible du nom de la fondation et d'une augmentation massive du taux de reconnaissance, le nombre de personnes qui savent que Promotion Santé Suisse a lancé la campagne est toujours aussi faible (à savoir 1.4% de la population). La campagne est de plus en plus fréquemment attribuée à l'office fédéral de la santé publique. La comparaison avec d autres campagnes de santé (par ex. programme alcool) montre que les taux de reconnaissance et la compréhension du message de «Feel Your Power» sont bons et que les résultats concernant l'évaluation, l'acceptation et l'efficacité sont acceptables. En ce qui concerne la notoriété de l'émetteur, «Feel Your Power» reste clairement en dessous des attentes. Actions santé Les actions santé ont fait évoluer les choses et ont procuré beaucoup de plaisir aux participants. L organisation était réussie et les objectifs fixés ont en grande partie pu être atteints. L activation de personnes inactives et peu conscientes de leur santé ainsi que l apport de preuves concernant une modification durable du comportement restent difficiles. Cependant, les actions ont nettement gagné en caractère au cours des trois dernières années et révèlent du potentiel pour l avenir. Les médias se montrent également presque entièrement positifs dans leur évaluation des actions santé. En tout, ce sont plus de personnes qui ont participé activement aux manifestations. Les deux «SlowUps» ont enregistré le plus grand nombre de participants. Les différentes actions ont touché des tranches d âge différentes. Dans l ensemble, le résultat est équilibré. Les enfants et les familles prennent surtout part aux «SlowUps» et aux deux événements organisés en collaboration avec la CSS («Journées forestières pour les familles Silviva» et «SAC Vols en altitude»). Nous trouvons de nombreuses personnes âgées dans les «SlowUps» et au «Swiss Walking Event». La plupart des actions s'adressent de façon à peu près équilibrée aux deux sexes. Le «Swiss Walking Event» fait toutefois exception, car la participation des femmes y est majoritaire. Parmi les actions organisées au cours de l an 2002 dans le cadre de «Feel Your Power», le «Swiss Walking Event» et les «journées forestières pour les familles L&S SFB AG / Février

4 Silviva» ont le meilleur taux de notoriété (15% resp. 13%). Entre 5 et 10 pour cent de la population suisse connaissent les deux «SlowUps», les «SAC Vols en altitude» et le «Swissnordicday». 43% de la population suisse ont entendu parler d au moins une des actions soutenues par Promotion Santé Suisse (y compris «Allez Hop!») ou lu un texte à leur sujet. Le taux de notoriété a tendance à grimper en fonction de l'âge, du niveau de formation et du revenu du ménage. La majorité des organisateurs trouvent que la collaboration avec «Feel Your Power» est bonne, même qu elle pourrait être développée et que la présence de «Feel Your Power» (en particulier par rapport aux autres sponsors) pourrait être accentuée. Les médias et la population ne savent toujours pas que les actions réussies sont des manifestations «Feel Your Power». Seul un article sur trois relatant les actions santé mentionne le soutien de la fondation et seul un article sur quatre fait référence à «Feel Your Power». Lors des grandes manifestations («SlowUps» et «Swiss Walking Event»), la référence à la fondation et à la campagne est plus rare lors des plus petites actions. Pour ces dernières, l écho médiatique est toutefois faible. Malgré un taux de notoriété impressionnant, seule une fraction de la population connaît la campagne «Feel Your Power» grâce aux actions santé. Les actions santé renforcent toutefois l efficacité de la campagne. Les personnes qui connaissent au moins une action santé se sentent plus interpellées par la campagne et ont plus réfléchi à leur comportement en matière de santé que les personnes qui ne connaissent pas les actions santé. Le taux de perception d une action santé ne dépend pas en premier lieu de la taille de la manifestation. Les deux «SlowUps» ont un taux de notoriété faible malgré un nombre de participants élevé, alors que les «journées forestières pour les familles» sont connues d un grand nombre de personnes bien que le nombre de participants soit faible. L écho dans les médias n a qu une influence limitée sur le taux de perception. La relation entre le nombre d articles publiés dans la presse écrite (par rapport au nombre d'articles) et le taux de perception est très faible. Une présence médiatique marquée lors des «SlowUps» ne se traduit pas directement par un taux de notoriété élevé auprès de la population. Pour influencer le taux de perception, il convient de disposer d un partenaire médiatique important (tel que le Journal Coop ou une émission télévisée) qui commente intensément et en continu les manifestions organisées. Il s avère que l'orientation des médias par la préparation et la communication de contenus et d'articles de presse est un facteur important pour que la fondation et la campagne soient mentionnées en tant qu'initiatrice ou sponsor. L&S SFB AG / Février

5 Notoriété et image de Promotion Santé Suisse Le fait que seul un pour cent des personnes interrogées savent que «Feel Your Power» et le «Docteur D. Moniack» ont été lancé par Promotion Santé Suisse, laisse supposer que la population connaît à peine Promotion Santé Suisse. Mais cela n est que partiellement vrai. En effet, 29 pour cent de la population suisse ont déjà entendu parler de Promotion Santé Suisse. Un nombre très restreint de personnes savent concrètement ce que fait Promotion Santé Suisse. Les personnes plus actives et plus concernées par leur santé que la moyenne ainsi que les personnes âgées connaissent plus souvent Promotion Santé Suisse que les personnes (plus jeunes) qui ne se préoccupent que peu de leur santé. Les personnes qui ont déjà entendu parler de Promotion Santé Suisse apprécient ses activités de façon positive mais retenue. La légitimité de Promotion Santé Suisse augmente cependant clairement si l on explique aux gens le but poursuivi par la création de cette organisation et ce qu elle fait réellement. Plus de 80% de la population suisse pensent qu il est (très) important que Promotion Santé Suisse prenne au sérieux les tâches assignées. La cotisation de CHF 2.40 est largement acceptée et est plutôt considérée comme trop faible. La campagne «Feel Your Power» n a contribué ni à augmenter la notoriété ni à améliorer l image de Promotion Santé Suisse. Les personnes qui connaissent la campagne apprécient les activités de la fondation, sa légitimité et l adéquation du montant de CHF 2.40 dans la même mesure que les personnes qui ne connaissent pas la campagne. De manière générale, il n est pas possible de déceler un transfert d'image tant positif que négatif de la campagne vers la fondation. Il n en va pas de même pour les actions santé. En effet, les personnes qui ont entendu parler des actions santé connaissent plutôt la fondation et ont une attitude plus positive à son sujet et par rapport à ses activités que les personnes qui ne connaissent pas les actions santé. En clair, cela signifie que les actions santé influencent positivement l image de Promotion Santé Suisse, alors que la campagne ne le fait pas. Promotion Suisse Santé est également mentionnée dans la presse suisse en relation avec d autres activités qu elle a initiées ou qu'elle soutient. Cependant, ces articles ne mentionnent presque jamais les tâches et les objectifs de la fondation. Les médias présentent Promotion Santé Suisse en tant que sponsor et organisateur, mais pas en tant qu initiateur ou centre de compétence. Promotion Santé Suisse est plus un fournisseur de fonds que d idées. L&S SFB AG / Février

6 Différences entre les régions linguistiques La campagne «Feel Your Power» est peut-être moins connue au Tessin que dans le reste de la Suisse, mais il s avère que le nombre de personnes ayant réfléchi et modifié leur comportement en matière de santé sur la base de la campagne y est plus élevé qu'en Suisse allemande et en Romandie. En résumé, il est possible d affirmer que la campagne «Feel Your Power» a provoqué plus de changements malgré un écho plus faible dans l ensemble de la population que dans les autres régions de Suisse. L efficacité élevée de la campagne «Feel Your Power» au Tessin s explique par les mesures spécifiques appliquées dans ce canton, à savoir le guide dédié au mouvement intitulé Guia al movimento in Ticino. Le guide se distingue par un taux de perception relativement faible mais d une efficacité exceptionnellement élevée. Le guide n était cependant pas à même d interpeller tous les groupes de population de la même manière. Les personnes de 25 à 50 ans de la couche moyenne, dont la prise de conscience en matière de santé était moyenne, sont celles qui se sont le plus laissé motiver par le guide, alors que les personnes âgées, sans emploi et celles des couches inférieures ainsi que les personnes faiblement intéressées par leur santé n'ont que faiblement été touchées par le document. A l exception des «journées forestières pour les familles» (qui sont très connues au Tessin), le meilleur taux de notoriété de l ensemble des actions santé s enregistre en Suisse alémanique. Alors que près de la moitié de la population suisse allemande a pris connaissance d une manifestation «Feel Your Power», ce chiffre n'atteint qu'un quart en Suisse romande. La Suisse italophone occupe une position médiane, puisque 40% des Tessinoises et des Tessinois ont déjà entendu parler d une des manifestations organisées. Promotion Santé Suisse est connu à parts égales dans toutes les régions linguistiques. L image de la fondation est nettement meilleure au Tessin qu'en Suisse allemande et romande. L acceptation et l appréciation élevées de Promotion Santé Suisse en Suisse italienne ne peuvent pas être attribuées à un seul facteur (par ex. le guide). L&S SFB AG / Février

7 Recommandations La campagne doit avoir une orientation univoque et des objectifs précis. Dans un concept global, il s agit de définir avec précision les cibles, les thèmes, les contenus, les phases de la campagne, les canaux, les méthodes et les stratégies de communication. Il s'est avéré juste de ne pas miser sur une campagne moralisatrice accompagnée d un index levé. L ironie ne convient pas à tout le monde, mais elle a été particulièrement bien reçue par le groupe cible primaire (personnes peu préoccupées par leur santé). Les lieux communs tels que «L activité physique est bonne pour la santé» n ont aucun effet ou provoquent même un réflexe de rejet dans le groupe cible visé. La campagne doit donc être fortement intensifiée ou alors simplifiée. La relation entre le «Docteur D. Moniack» et «Feel Your Power» s est avérée être trop complexe dans sa forme présente (avec les moyens disponibles). La multiplicité des sujets ne fait toutefois sens que si l on a tous les éléments devant soi. Au vu des circonstances, il s'agit de se concentrer sur un slogan, une figure, une «marque». Sans «Feel Your Power», le «Docteur D. Moniack» n a toutefois pas de sens. Attirer l attention par la provocation et l irritation ne peut et ne doit pas être le seul et unique objectif d une campagne de promotion de la santé. Aujourd hui, de nombreuses personnes connaissent le «Docteur D. Moniack», mais elles ne savent pas toujours pour qui ou quoi (institution, idée, contenu) il milite. La campagne Feel Your Power doit à l avenir se présenter avec plus de contenus concrets. La campagne a besoin de messages plus clairs, plus évidents, plus cohérents, plus vraisemblables, plus fondés et (dans la mesure du possible) plus spécifiques aux groupes visés. Il s'agit de se focaliser sur des messages positifs. Il est conseillé de présenter plus de «solutions», c est-à-dire de présenter des comportements sains qui se laissent facilement intégrer dans le quotidien et qui ont des effets (récompenses) immédiats (comme par ex. les conseils de détente de «Déconnecter et se relaxer»). Il est tout particulièrement recommandé de partir de l environnement professionnel et personnel quotidien pour donner des conseils de santé aux personnes inactives, peu préoccupées par leur santé. Le besoin de disposer de conseils simples mais fondés est élevé. Ce faisant, il s'agit également d'aborder les réticences et les obstacles. L&S SFB AG / Février

8 Le groupe hétérogène des inactifs a besoin de nombreuses portes d entrée et de systèmes de motivation ciblés. La durabilité de l impact ne peut être garantie que si l on conçoit une intégration et un accompagnement à long terme. Les actions santé doivent proposer une vaste palette de variantes pour y participer. Les grandes manifestations tout comme les offres décentralisées proposées pendant une plus longue période, qui sont utilisées par de plus petits groupes, font partie de cette palette d'offres. Les actions santé, les grandes manifestations et les offres décentralisées devraient être réparties plus équitablement entre les régions linguistiques. Alors que l on a enregistré de grands progrès au Tessin au cours de l année 2002, il s est avéré que la palette d'offres concrètes (actions santé) était très limitée en Suisse romande. Les actions santé doivent devenir des événements «Feel Your Power» (pour autant que «Feel Your Power» soit toujours le thème central). Le nom de l initiateur de la campagne doit être communiqué haut et fort. En tant qu organisation à but non lucratif Promotion Santé Suisse jouit d une grande crédibilité. Les gens doivent remarquer que l on ne souhaite pas leur vendre un produit commercial. Promotion Santé Suisse doit se présenter de façon plus offensive en tant que partenaire, sponsor et/ou initiateur. Ce faisant, la fondation ne doit pas seulement apparaître comme fournisseur de fonds, mais aussi comme fournisseur d'idées et ainsi asseoir sa réputation de centre de compétence. Lors de l établissement de contacts avec les médias, la fondation peut jouer un rôle plus marqué en profitant des contacts existants et de l utilité publique de la fondation. L utilisation de canaux de communication innovateurs et spécifiques aux groupes cibles (comme ceux utilisés pour «Déconnecter et se relaxer») peut être étendue et conduit en fin de compte également à un grand écho médiatique. La campagne doit en elle-même devenir un thème de campagne. La combinaison de canaux publicitaires et d'articles dans les médias conventionnels n augmente pas seulement l attention, mais fait ressortir les connaissances sur les contenus et l'expéditeur de la campagne. L&S SFB AG / Février

Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire québécoise : les grands constats

Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire québécoise : les grands constats Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire québécoise : les grands constats Québec, le 27 avril 2012 La première enquête de la Fondation CAA-Québec, vouée au développement de la connaissance

Plus en détail

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins Synthèse Ipsos / CNOM Jeudi 30 mars 2006 Ipsos Public Affairs Ipsos a interrogé, en parallèle, 949 personnes constituant un échantillon

Plus en détail

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Cette étude visait à dresser un état des lieux précis qui prenne en compte la diversité (âge, situation géographique,

Plus en détail

Carte de crédit : près de 40% des Suisses l utilisent pour acheter online

Carte de crédit : près de 40% des Suisses l utilisent pour acheter online Carte de crédit : près de 4 des Suisses l utilisent pour acheter online L utilisation d une carte de crédit doit être avant tout pratique et simple. C est ce qui ressort de l étude comportementale de bonus.ch

Plus en détail

La nouvelle conception de l USS de la formation continue

La nouvelle conception de l USS de la formation continue CONFÉRENCE DE PRESSE DU 8 SEPTEMBRE 2008 Peter Sigerist, secrétaire central, responsable de la formation Une formation, ça se continue Encourager la formation professionnelle La nouvelle conception de

Plus en détail

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants?

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants? assurés à la RAM La RAM est spécialisée dans la gestion du régime obligatoire d assurance maladie des indépendants - artisans, commerçants et professions libérales, pour le compte du Régime Social des

Plus en détail

INFO FLASH Conseils d établissement

INFO FLASH Conseils d établissement INFO FLASH Conseils d établissement Numéro 1 Novembre 2011 Les conditions gagnantes d un conseil d établissement Les conseils d établissement tel que nous les connaissons aujourd hui existent depuis 1998,

Plus en détail

Statistique des pratiques culturelles Enquête sur la langue, la religion et la culture 2014

Statistique des pratiques culturelles Enquête sur la langue, la religion et la culture 2014 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 15.04.2016, 9:15 16 Culture, médias, société de l'information, sport N 0351-1605-10 Statistique

Plus en détail

Cas pratique ETRE ET RESTER MOBILE

Cas pratique ETRE ET RESTER MOBILE Cas pratique ETRE ET RESTER MOBILE Etabli le : 15.03.2004 Actualisé le : 24.01.2007 Soutenu par: Mobilservice Pratique c/o beco Economie bernoise Protection contre les immissions Laupenstrasse 22, 3011

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 7 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Le Conseil d Etat du Canton du Valais au Grand Conseil Monsieur le Président, Mesdames et

Plus en détail

Les arrêts maladie représentent en moyenne l équivalent de 40 emplois à temps plein dans une entreprise de 1 000 salariés

Les arrêts maladie représentent en moyenne l équivalent de 40 emplois à temps plein dans une entreprise de 1 000 salariés Communiqué de presse Paris, le 7 avril 2014 Les arrêts maladie représentent en moyenne l équivalent de 40 emplois à temps plein dans une entreprise de 1 000 salariés Malakoff Médéric qui assure la santé

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013)

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1 Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1. Statut sur le marché de l'emploi de la population de 15 ans et plus en 1983 et en 2013 La

Plus en détail

Prévoyance collective

Prévoyance collective Prévoyance collective Résultats de l étude CTIP / Crédoc sur la perception de la gestion paritaire des institutions de prévoyance par les employeurs Dossier de presse Jeudi 7 avril 2011 Contact Presse

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne LES JEUNES ADULTES QUÉBÉCOIS ET LE CRÉDIT Résultats préliminaires 1 Présentés en conférence de presse, à Montréal, le 22 novembre 2004 à l occasion du lancement de la campagne «Je suis dans la marge jusqu

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU PROGRAMME DU TRAVAIL DE RESSOURCES HUMAINES ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL CANADA

MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU PROGRAMME DU TRAVAIL DE RESSOURCES HUMAINES ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU PROGRAMME DU TRAVAIL DE RESSOURCES HUMAINES ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL CANADA Examen de la Loi sur l équité en matière d emploi : Regard vers l avenir Octobre 2006 Fédération canadienne

Plus en détail

"Un regard sur la politique de formation en Suisse"

Un regard sur la politique de formation en Suisse "Un regard sur la politique de formation en Suisse" Jacques-André Maire Conseiller national, membre de la CSEC-WBK et de la CER-WAK Président du Groupe parlementaire pour la formation professionnelle Président

Plus en détail

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec)

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec) La représentation des femmes dans les postes décisionnels; dans la haute direction des sociétés d État et de la fonction publique, et dans les entreprises privées Contribution présentée par Madame Lise

Plus en détail

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main Aidez vos employés à prendre leur santé en main Programme contre le diabète CibleSANTÉ Financière Sun Life Si la tendance se maintient, un Canadien sur trois sera diabétique ou prédiabétique d ici 2020

Plus en détail

AFFICHES À CARACTÈRE SOCIAL

AFFICHES À CARACTÈRE SOCIAL AFFICHES À CARACTÈRE SOCIAL TYPES D IMAGES LES PLUS EFFICACES - SANTÉ/SÉCURITÉ AU TRAVAIL ÉTUDE PAR CAROLINE DESPATIE ET CATHERINE CABALLERO SOUS LA DIRECTION DE LUC SAINT-HILAIRE, CHARGÉ DE COURS DES-

Plus en détail

Approche de la négociation commerciale et objet du livre

Approche de la négociation commerciale et objet du livre I N T R O D U C T I O N Approche de la négociation commerciale et objet du livre Depuis l achèvement de la première édition de cet ouvrage en décembre 1997, le monde a changé sous plusieurs angles et a

Plus en détail

centre de connaissance sécurite routière

centre de connaissance sécurite routière centre de connaissance sécurite routière MESURE D ATTITUDES SECURITE ROUTIERE 2009 RESUME DE PARTIE 3 : NORMES SOCIALES, PERCEPTION DES RISQUES ET NOUVEAUX THÈMES MESURE D ATTITUDES SECURITE ROUTIERE 2009

Plus en détail

Mobilité linguistique dans la formation commerciale de base

Mobilité linguistique dans la formation commerciale de base Société suisse des employés de commerce Hans-Huber-Strasse 4 Case postale 1853 CH 8027 Zurich Téléphone +41 44 283 45 45 Fax +41 44 283 45 65 info@kfmv.ch secsuisse.ch Mobilité linguistique dans la formation

Plus en détail

Handicap et emploi : qu en pensent les Français?

Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Etude CSA pour CED* Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Plus de 4 Français sur 5 se disent à l aise à l idée de travailler aux côtés d une personne en situation de handicap Le 25 septembre

Plus en détail

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009»

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» Au départ, les participants du programme devaient remplir un questionnaire d entrée afin de nous faire part de leurs habitudes de vie

Plus en détail

Les Français et la perception du respect de l interdiction de fumer dans les cafés, bars et restaurants...p.3

Les Français et la perception du respect de l interdiction de fumer dans les cafés, bars et restaurants...p.3 Perception des Français du respect de l interdiction de fumer dans les cafés et bars, et dans les restaurants, un an après son application Résultats de deux enquêtes Dossier de presse 7 janvier 2009 1

Plus en détail

Les Français et leur retraite

Les Français et leur retraite Département Consommation Marketing 142, rue du Chevaleret 75013 Paris 01 40 77 85 60 Les Français et leur retraite Rapport d étude réalisé pour Décembre 2002 Franck LEHUEDE Sous la Direction de Jean-Pierre

Plus en détail

LA SCIENCE DE LA RICHESSE

LA SCIENCE DE LA RICHESSE LA SCIENCE DE LA RICHESSE Leçon 15 2009 SOPODIVA, Faisant usage des droits de réimpression. 1 Préface Ce programme est composé de 17 leçons qui ont été scindées en 17 ebooks faciles à comprendre et à mettre

Plus en détail

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 26 avril 2007 L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 Ces 20 dernières années, 740.000 travailleurs sont venus grossir

Plus en détail

Evaluation de la semaine alcool 2013

Evaluation de la semaine alcool 2013 Evaluation de la semaine alcool 2013 Conclusions et recommandations 1.1 Conclusions Les conclusions portent sur l acceptation par la population du travail de prévention dans le domaine de l alcool et sur

Plus en détail

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Ministère du Tourisme, de la Culture et des Loisirs de l Ontario Le 23 octobre 2001 TABLE DES

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Baromètre santé nutrition 2008 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité

Plus en détail

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ;

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ; Association reconnue d Intérêt général et agréée au niveau national par le Ministère de la Santé et des Solidarités agrément n N2006AGD43 - Siret : 50880038000026 Association Loi 1901 n W 751190228 site

Plus en détail

ATTENTES ET DEMANDES DU GRAND PUBLIC VIS A VIS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN REGION CENTRE

ATTENTES ET DEMANDES DU GRAND PUBLIC VIS A VIS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN REGION CENTRE ATTENTES ET DEMANDES DU GRAND PUBLIC VIS A VIS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN REGION CENTRE Synthèse des principaux résultats Conseil Régional du Centre Septembre 2003 BVA OPINION 191 avenue du Général

Plus en détail

Etude de consommation d alcool chez les jeunes de 16 à 34 ans

Etude de consommation d alcool chez les jeunes de 16 à 34 ans Département fédéral des finances DFF Régie fédérale des alcools RFA RCP Etude de consommation d alcool chez les jeunes de 16 à 34 ans Rapport final synthétisé Basé sur : Institut LINK, Comportements de

Plus en détail

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Juin 2012 Tazim Virani Rapport commandé par l Association des infirmières et infirmiers du Canada fcrss.ca Ce document est disponible à www.fcrss.ca. Le présent

Plus en détail

Exercices programmés:

Exercices programmés: Franz Blum Collaborateur scientifique à l Institut für Test- und Begabungsforschung Anne Hensgen für Bildungsforschung Carmen Kloft für Bildungsforschung Ulla Maichle für Test- und Begabungsforschung et

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Psychologie de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Enquête auprès des Adhérents de l AIST89 réalisée par l'ecole de Gestion et de Commerce de Sens. Synthèse des résultats

Enquête auprès des Adhérents de l AIST89 réalisée par l'ecole de Gestion et de Commerce de Sens. Synthèse des résultats 17 juin 2013 Enquête auprès des Adhérents de l AIST89 réalisée par l'ecole de Gestion et de Commerce de Sens Synthèse des résultats AIST89 17 bis avenue de la Puisaye CS 315 89005 AUXERRE - Tél. : 03 86

Plus en détail

Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Conférence romande de la formation continue (CRFC)

Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Conférence romande de la formation continue (CRFC) CONFÉRENCE ROMANDE DE LA FORMATION CONTINUE Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Conférence romande de la formation continue (CRFC) Nyon, le 1 er octobre 2015 Monsieur le Conseiller

Plus en détail

Chapitre 5. Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias

Chapitre 5. Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias Chapitre 5 Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias Depuis l introduction de la télédiffusion des débats parlementaires, Internet est l innovation technologique

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

SYNTHÈSE D ÉTUDE. Les stéréotypes sur le genre

SYNTHÈSE D ÉTUDE. Les stéréotypes sur le genre SYNTHÈSE D ÉTUDE Les stéréotypes sur le genre Diversité Mai 2012 IMS-Entreprendre pour la Cité a mené une étude avec Patrick Scharnitzky, Docteur en psychologie sociale, pour identifier les stéréotypes

Plus en détail

Guide d utilisation de l employeur Sondage sur la rétroaction des employés

Guide d utilisation de l employeur Sondage sur la rétroaction des employés Madame, Monsieur, Guide d utilisation de l employeur Sondage sur la rétroaction des employés Nous vous félicitons de votre décision de mener ce Sondage sur la rétroaction des employés. Le sondage vous

Plus en détail

Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois

Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois Observatoire bruxellois de l Emploi 2011 De par sa position de capitale de la

Plus en détail

Deuxième Monitoring de l état de santé de la population migrante en Suisse (GMM II)

Deuxième Monitoring de l état de santé de la population migrante en Suisse (GMM II) Büro für arbeits- und sozialpolitische Studien BASS AG Konsumstrasse 20. CH-3007 Bern Tel. +41 (0)31 380 60 80. Fax +41 (0)31 398 33 63 info@buerobass.ch. www.buerobass.ch Departement Gesundheit Technikumstrasse

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016.

Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016. Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016. La prévention de la santé en entreprise comprend différentes facettes. Découvrez neuf de nos prestations actuelles. Bienvenue! La santé en entreprise

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Comment les Français se soignent-ils? Opinions, comportements et attitudes. Résultats d enquête. Décembre 2015

Comment les Français se soignent-ils? Opinions, comportements et attitudes. Résultats d enquête. Décembre 2015 Comment les Français se soignent-ils? Opinions, comportements et attitudes Résultats d enquête Mediaprism Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism.com Décembre

Plus en détail

Observatoire Européen de l infidélité

Observatoire Européen de l infidélité Communiqué de Presse Observatoire Européen de l infidélité Enquête sur les perceptions et les comportements des Européens en matière d aventures extra-conjugales Paris, le 26 février 2014. La France est-elle

Plus en détail

Communiqué de presse Paris le 27 juin 2013

Communiqué de presse Paris le 27 juin 2013 Communiqué de presse Paris le 27 juin 2013 Sondage Agefa PME / Ifop auprès des dirigeants de PME et des enseignants du secondaire et du supérieur L image de l apprentissage progresse tandis que 93% des

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

Destination entreprise numérique. Enquête sur les équipements et usages des entreprises dans le domaine des TIC dans les Alpes de Haute-Provence

Destination entreprise numérique. Enquête sur les équipements et usages des entreprises dans le domaine des TIC dans les Alpes de Haute-Provence Destination entreprise numérique Enquête sur les équipements et usages des entreprises dans le domaine des TIC dans les Alpes de Haute-Provence La maîtrise des Technologies de l Information et de la Communication

Plus en détail

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer Vivre au quotidien avec la maladie Synthèse des résultats Septembre 2012 TNS Sofres Rozenn BOUVIER - 01 40 92 33 20 Zein SAWAYA - 01 40 92 27 61 Espace éthique Alzheimer Grégory EMERY - 01 44 84 17 54

Plus en détail

Laboratoire Sciences et Pratiques des Activités Physiques Sportives et Artistiques SPAPSA. Institut de l EPS., Université d Alger 3.

Laboratoire Sciences et Pratiques des Activités Physiques Sportives et Artistiques SPAPSA. Institut de l EPS., Université d Alger 3. Place de l EPS dans la hiérarchie des matières scolaires selon leur importance pour le développement intellectuel des élèves en Algérie. Linda Rachida Benbakhta-Fetouhi Institut d Éducation Physique et

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Le diabète de type 2. 1. Contexte

Le diabète de type 2. 1. Contexte Le diabète de type 2 1. Contexte Le diabète de type 2 est une maladie caractérisée par une hyperglycémie chronique, c est-à-dire par un taux trop élevé de sucre dans le sang. Cette maladie survient généralement

Plus en détail

Premier crédit et fidélité du client

Premier crédit et fidélité du client Premier crédit et fidélité du client Mardi 26 octobre 2004 Marc Roesch Dans les rapports d activités des IMF on trouve presque toujours un graphique présentant l évolution du nombre d adhérents ou du nombre

Plus en détail

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels Texte de la communication présentée par la secrétaire générale du SIDIIEF à l occasion de la VII e conférence des ONG et OSC, 24 juin 2010, Genève, Suisse Atelier Promotion et diffusion des droits économiques,

Plus en détail

Point de vue des parents et des fournisseurs de services

Point de vue des parents et des fournisseurs de services Éducation prénatale en Ontario Point de vue des parents et des fournisseurs de services En 2014, le Centre de ressources Meilleur départ a entrepris de consulter des femmes et leur partenaire établis en

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Fondation Roi Baudouin

Fondation Roi Baudouin RAPPORT D EVALUATION SUR LES SERVICES DE PROXIMITE ATTEINDRE CEUX QUI PARAISSENT INACCESSIBLES SYNTHESE Fondation Roi Baudouin Le présent rapport consiste en une analyse des projets qui ont été soutenus

Plus en détail

Le nouveau financement de la formation professionnelle supérieure en Suisse : effets attendus en termes d efficacité, d efficience et d équité

Le nouveau financement de la formation professionnelle supérieure en Suisse : effets attendus en termes d efficacité, d efficience et d équité Le nouveau financement de la formation professionnelle supérieure en Suisse : effets attendus en termes d efficacité, d efficience et d équité Cette séance a pour objectif de présenter un nouveau mode

Plus en détail

Mobilités professionnelles

Mobilités professionnelles Mobilités professionnelles Note de synthèse Mai 2009 CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI Laurence GAUNE Contact TNS Sofres : Département Stratégies d opinion Eric CHAUVET / Raphaël RAYNAUD : 01 40 92 45

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

Gérer les talents en temps de crise

Gérer les talents en temps de crise le In People In Aid Mai 2009 People In Aid Mai 2009 Gérer les talents en temps de crise De récents échanges avec des DRH de grandes organisations humanitaires et de développement ont mis en lumière l importance

Plus en détail

Les Français et l arrêt cardiaque

Les Français et l arrêt cardiaque pour Les Français et l arrêt cardiaque Novembre 2010 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Fédération Française de Cardiologie Echantillon : Echantillon de 1007 personnes, représentatif

Plus en détail

Concept "qualité" Forum/KSK

Concept qualité Forum/KSK Concept "qualité" Forum/KSK Concept pour l'introduction d'une gestion institutionnalisée de la qualité, au sens de la LAMal dans les EMS suisses Répertoire 1. Introduction 1.1. Situation initiale 1.2.

Plus en détail

Baromètre des préoccupations des Français

Baromètre des préoccupations des Français Baromètre des préoccupations des Français Comparaison octobre 006 / octobre 0 Réalisé par TNS Sofres pour et Un sondage réalisé pour FICHE TECHNIQUE : Échantillon Échantillon national de 00 personnes représentatif

Plus en détail

Davantage de risques d accidents chez les intérimaires

Davantage de risques d accidents chez les intérimaires Davantage de risques d accidents chez les intérimaires Une meilleure prévention s impose grâce à une analyse des risques Bruxelles, le - Securex, acteur international dans le domaine des services RH, attire

Plus en détail

Caisse de pensions de Tamedia SA. Règlement sur l exercice des droits des actionnaires

Caisse de pensions de Tamedia SA. Règlement sur l exercice des droits des actionnaires Caisse de pensions de Tamedia SA Règlement sur l exercice des droits des actionnaires Zurich, le 24 octobre 2014 1. Champs d application Le présent règlement vise à régler les principes régissant l exercice

Plus en détail

L impact des accidents de la route dans la population

L impact des accidents de la route dans la population L impact des accidents de la route dans la population Sondage Ifop pour la Délégation à la sécurité et à la circulation routières Etude n 113595 Contacts Ifop : Jérôme Fourquet / Jean-Philippe Dubrulle

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE

FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE ENQUÊTE DE SATISFACTION DES STAGIAIRES DU SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SORTIS EN 2014 DANS L AUDE, LE GARD, L HÉRAULT, LA LOZÈRE ET LES PYRÉNÉES-ORIENTALES Selon

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une

Plus en détail

Loi sur le dossier électronique du patient

Loi sur le dossier électronique du patient Berne, le 4. septembre 2014 Loi sur le dossier électronique du patient Prise de position de CURAVIVA Suisse En tant qu association de branche et d institutions orientée vers la politique des employeurs,

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Résumé de l étude du comportement des PME/PMI suisses en matière d adoption de système de gestion intégré. Entre méconnaissance et satisfaction.

Résumé de l étude du comportement des PME/PMI suisses en matière d adoption de système de gestion intégré. Entre méconnaissance et satisfaction. Haute école de gestion de Genève CRAG - Centre de Recherche Appliquée en Gestion Cahier de recherche (résumé) Résumé de l étude du comportement des PME/PMI suisses en matière d adoption de système de gestion

Plus en détail

Observatoire des technologies de l information. Enquête TIC auprès des Ménages et des Individus, 2013

Observatoire des technologies de l information. Enquête TIC auprès des Ménages et des Individus, 2013 Observatoire des technologies de l information Enquête TIC auprès des Ménages et des Individus, 2013 Juin 2014 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 2 2 METHODOLOGIE... 3 2.1 Type d enquête et taille de l échantillon...

Plus en détail

Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955, rue Saint-Laurent, bureau 201, Lévis (Québec) G6V 3P5 Tél. 418 838-4747 Téléc.

Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955, rue Saint-Laurent, bureau 201, Lévis (Québec) G6V 3P5 Tél. 418 838-4747 Téléc. Analyse du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Filière biologique du Québec Groupe PGP Avril 2013 Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955,

Plus en détail

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre «Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l'épée nation contre nation, on n'apprendra plus à faire la guerre» Isaïe 2,4 Commission nationale

Plus en détail

Notre santé demain avec les nouvelles technologies

Notre santé demain avec les nouvelles technologies Champagne- Ardenne Etude sur les usagers et la télésanté dans la Marne MARNE Novembre 2012 Notre santé demain avec les nouvelles technologies Depuis 2004, les pouvoirs publics veulent faire bénéficier

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie-Gestion de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Rapport final de l'école bouge 2006/07

Rapport final de l'école bouge 2006/07 Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS Office fédéral du sport OFSPO Politique et promotion du sport Rapport final de l'école bouge 2006/07 1. Le projet

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats LE FINANCEMENT DES PME ET TPE Synthèse des résultats Le 17 décembre 2007 I- Les besoins de financement des PME et TPE Les besoins de financement des PME et TPE varient fortement en fonction de la taille

Plus en détail

Catalogue de formations Tapania Consulting

Catalogue de formations Tapania Consulting Catalogue de formations Tapania Consulting La fantaisie et l imagination sont plus importantes que les connaissances Einstein Thèmes principaux 1. communication interne 2. communication et management 3.

Plus en détail

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE Adopté par le conseil associatif de l Agence universitaire de la Francophonie

Plus en détail

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 1 RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 2 Le présent rapport constitue le rapport final des résultats provenant

Plus en détail

PROJET DE LOI C-23 LOI SUR L INTÉGRITÉ DES ÉLECTIONS MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DE LA PROCÉDURE ET DES AFFAIRES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES

PROJET DE LOI C-23 LOI SUR L INTÉGRITÉ DES ÉLECTIONS MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DE LA PROCÉDURE ET DES AFFAIRES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES PROJET DE LOI C-23 LOI SUR L INTÉGRITÉ DES ÉLECTIONS MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DE LA PROCÉDURE ET DES AFFAIRES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Mémoire de la Fédération canadienne des enseignantes

Plus en détail

Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion. Synthèse

Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion. Synthèse Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion Synthèse Décembre 2015 Johannes Fark Beatrice Meyer Daniel Zöbeli Résumé des résultats de l étude, synthèse Contexte et démarche

Plus en détail

Première Matinale de la CDFA Fidéliser Conquérir de nouveaux clients

Première Matinale de la CDFA Fidéliser Conquérir de nouveaux clients Première Matinale de la CDFA Fidéliser Conquérir de nouveaux clients Michèle GUIGNARD 7 MAI 2009 Développement & Moyens Commerciaux 16 Chemin du Bougeng 31 Les objectifs Prendre conscience et trouver une

Plus en détail