Évaluation de la campagne «Feel Your Power» 2002 Rapport succinct

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation de la campagne «Feel Your Power» 2002 Rapport succinct"

Transcription

1 Évaluation de la campagne «Feel Your Power» 2002 Rapport succinct Situation initiale La campagne «Feel Your Power» a été lancée au début de l année 2000 par Promotion Santé Suisse. Elle a pour objectif de motiver les personnes vivant en Suisse à mieux prendre soin de leur santé. La campagne courre sur une durée de cinq ans. La campagne «Feel Your Power» se compose de plusieurs éléments visant la promotion de la santé : le Docteur D. Moniack doit sensibiliser la population dans ce sens au moyen de ses messages publicitaires provocateurs (conseils maladie), alors que les diverses actions menées sur le terrain visent une application concrète en matière de mouvement ou de santé. L'effet et les retombées de la campagne «Feel Your Power» sont évalués périodiquement depuis son lancement. Il s agit en particulier de répondre aux questions relatives à la nécessité, à la qualité, à l acceptation, à l utilité et au succès de la campagne. Lors de la première année, tous les niveaux et activités de la campagne ont été analysés le plus précisément possible. Les deuxième et troisième années ont donné l occasion de se concentrer sur certains points précis. Les instruments de mesure et les principaux champs d analyse ont été conservés durant les trois années afin de pouvoir tirer des conclusions sur les changements et les évolutions. Chaque année, une enquête représentative a été menée auprès de la population. Le contenu des articles de presse ainsi que les questionnaires remplis suite aux actions santé ont été analysés en continu. Taux de perception et évaluation de la campagne «Feel Your Power» Alors que le taux de mémorisation (recall) n a que très faiblement évolué au cours de la campagne pour atteindre 3 pour cent à l heure actuelle, le taux de reconnaissance (recognition) au sein de la population suisse a poursuivi sa nette progression et se monte à 51 pour cent. Au milieu de l année 2000, nous étions partis du principe que la campagne avait atteint 1.3 million de personnes (ayant entendu parler de la campagne ou lu quelque chose à son sujet). Fin 2001, le chiffre est passé à 2 millions et il s élève aujourd hui à 2.8 millions. L&S SFB AG / Février

2 Les personnes avec un niveau de formation faible ont moins perçu la campagne que les personnes avec un niveau de formation plus élevé. Bien que le taux de perception ait doublé au sein de la population étrangère au cours d une année, seul un tiers des étrangères et de étrangers vivant en Suisse connaît la campagne, alors que pour les Suissesses et les Suisses ce chiffre dépasse 50 pour cent. Nous constatons toujours de grandes différences entre le taux de perception de «Feel Your Power» et le «Docteur D. Moniack». Bien que le taux de reconnaissance de «Feel Your Power» ait doublé au cours de l année dernière, celui-ci est encore nettement inférieur à celui du «Docteur D. Moniack». Alors que 46 pour cent de la population suisse connaissent le «Docteur D. Moniack», seuls 18 pour cent connaissent «Feel Your Power». Le «Docteur D. Moniack» n est plus aussi fortement rejeté que l'an dernier. Un certain effet d accoutumance explique que le sentiment de provocation s est affaibli chez certaines personnes. «Feel Your Power» est toujours mieux apprécié que le «Docteur D. Moniack». Le «Docteur D. Moniack» est en particulier rejeté par les personnes plus âgées et par les femmes (préoccupées par leur santé). Nous constatons encore une certaine contre-productivité de la campagne au cours de sa troisième année, mais elle ne pose pas problème et a largement régressé. Que les personnes interrogées ne comprennent pas ou mal la campagne n est pas un problème de compréhension, mais bien plus un problème de perception. Plus une campagne dure longtemps, plus les gens croient la connaître, même s ils ne peuvent reproduire son contenu que de façon vague ou erronée. Les conseils concrets en matière de santé n ont que très faiblement atteint leur public. Plus du double des personnes disent avoir reconsidéré leurs habitudes (2000 : 8% de la population; 2002 : 18%) en raison de la campagne, mais ceux qui ont concrètement modifié leur comportement sont très rares. Le nombre de personnes qui a changé ne serait-ce que partiellement son comportement en matière de santé et ses habitudes en raison de la campagne n a pas connu la même évolution que le taux de perception et s'élève également en 2002 à moins de 5%. Il n est pas possible de déceler des modifications significatives dans le comportement de la population en matière de santé entre les années 2000 et En clair, cela signifie que s'il y a eu des modifications au cours de l année dernière, celles-ci se situent à un niveau que les tailles d'échantillonnage ne permettent pas de déceler. L intérêt des médias pour la campagne «Feel Your Power» a fortement régressé depuis son lancement. L'écho de la campagne dans la presse écrite est faible de nos jours. Seule une poignée d articles parlait de la campagne en Il manque à la campagne un partenaire médiatique de poids pour assurer la publication régulière L&S SFB AG / Février

3 d articles. Ce constat se retrouve dans le sondage effectué auprès de la population : le nombre de personnes ayant lu un article de journal concernant la campagne a continuellement régressé depuis l an 2000 et est passé de 15 à 7 pour cent. Nous avions déjà constaté au cours des années 2000 et 2001 que les initiateurs de la campagne sont à peine connus. Cet état de fait n a pas changé depuis, bien au contraire. Malgré une référence plus fréquente et plus visible du nom de la fondation et d'une augmentation massive du taux de reconnaissance, le nombre de personnes qui savent que Promotion Santé Suisse a lancé la campagne est toujours aussi faible (à savoir 1.4% de la population). La campagne est de plus en plus fréquemment attribuée à l'office fédéral de la santé publique. La comparaison avec d autres campagnes de santé (par ex. programme alcool) montre que les taux de reconnaissance et la compréhension du message de «Feel Your Power» sont bons et que les résultats concernant l'évaluation, l'acceptation et l'efficacité sont acceptables. En ce qui concerne la notoriété de l'émetteur, «Feel Your Power» reste clairement en dessous des attentes. Actions santé Les actions santé ont fait évoluer les choses et ont procuré beaucoup de plaisir aux participants. L organisation était réussie et les objectifs fixés ont en grande partie pu être atteints. L activation de personnes inactives et peu conscientes de leur santé ainsi que l apport de preuves concernant une modification durable du comportement restent difficiles. Cependant, les actions ont nettement gagné en caractère au cours des trois dernières années et révèlent du potentiel pour l avenir. Les médias se montrent également presque entièrement positifs dans leur évaluation des actions santé. En tout, ce sont plus de personnes qui ont participé activement aux manifestations. Les deux «SlowUps» ont enregistré le plus grand nombre de participants. Les différentes actions ont touché des tranches d âge différentes. Dans l ensemble, le résultat est équilibré. Les enfants et les familles prennent surtout part aux «SlowUps» et aux deux événements organisés en collaboration avec la CSS («Journées forestières pour les familles Silviva» et «SAC Vols en altitude»). Nous trouvons de nombreuses personnes âgées dans les «SlowUps» et au «Swiss Walking Event». La plupart des actions s'adressent de façon à peu près équilibrée aux deux sexes. Le «Swiss Walking Event» fait toutefois exception, car la participation des femmes y est majoritaire. Parmi les actions organisées au cours de l an 2002 dans le cadre de «Feel Your Power», le «Swiss Walking Event» et les «journées forestières pour les familles L&S SFB AG / Février

4 Silviva» ont le meilleur taux de notoriété (15% resp. 13%). Entre 5 et 10 pour cent de la population suisse connaissent les deux «SlowUps», les «SAC Vols en altitude» et le «Swissnordicday». 43% de la population suisse ont entendu parler d au moins une des actions soutenues par Promotion Santé Suisse (y compris «Allez Hop!») ou lu un texte à leur sujet. Le taux de notoriété a tendance à grimper en fonction de l'âge, du niveau de formation et du revenu du ménage. La majorité des organisateurs trouvent que la collaboration avec «Feel Your Power» est bonne, même qu elle pourrait être développée et que la présence de «Feel Your Power» (en particulier par rapport aux autres sponsors) pourrait être accentuée. Les médias et la population ne savent toujours pas que les actions réussies sont des manifestations «Feel Your Power». Seul un article sur trois relatant les actions santé mentionne le soutien de la fondation et seul un article sur quatre fait référence à «Feel Your Power». Lors des grandes manifestations («SlowUps» et «Swiss Walking Event»), la référence à la fondation et à la campagne est plus rare lors des plus petites actions. Pour ces dernières, l écho médiatique est toutefois faible. Malgré un taux de notoriété impressionnant, seule une fraction de la population connaît la campagne «Feel Your Power» grâce aux actions santé. Les actions santé renforcent toutefois l efficacité de la campagne. Les personnes qui connaissent au moins une action santé se sentent plus interpellées par la campagne et ont plus réfléchi à leur comportement en matière de santé que les personnes qui ne connaissent pas les actions santé. Le taux de perception d une action santé ne dépend pas en premier lieu de la taille de la manifestation. Les deux «SlowUps» ont un taux de notoriété faible malgré un nombre de participants élevé, alors que les «journées forestières pour les familles» sont connues d un grand nombre de personnes bien que le nombre de participants soit faible. L écho dans les médias n a qu une influence limitée sur le taux de perception. La relation entre le nombre d articles publiés dans la presse écrite (par rapport au nombre d'articles) et le taux de perception est très faible. Une présence médiatique marquée lors des «SlowUps» ne se traduit pas directement par un taux de notoriété élevé auprès de la population. Pour influencer le taux de perception, il convient de disposer d un partenaire médiatique important (tel que le Journal Coop ou une émission télévisée) qui commente intensément et en continu les manifestions organisées. Il s avère que l'orientation des médias par la préparation et la communication de contenus et d'articles de presse est un facteur important pour que la fondation et la campagne soient mentionnées en tant qu'initiatrice ou sponsor. L&S SFB AG / Février

5 Notoriété et image de Promotion Santé Suisse Le fait que seul un pour cent des personnes interrogées savent que «Feel Your Power» et le «Docteur D. Moniack» ont été lancé par Promotion Santé Suisse, laisse supposer que la population connaît à peine Promotion Santé Suisse. Mais cela n est que partiellement vrai. En effet, 29 pour cent de la population suisse ont déjà entendu parler de Promotion Santé Suisse. Un nombre très restreint de personnes savent concrètement ce que fait Promotion Santé Suisse. Les personnes plus actives et plus concernées par leur santé que la moyenne ainsi que les personnes âgées connaissent plus souvent Promotion Santé Suisse que les personnes (plus jeunes) qui ne se préoccupent que peu de leur santé. Les personnes qui ont déjà entendu parler de Promotion Santé Suisse apprécient ses activités de façon positive mais retenue. La légitimité de Promotion Santé Suisse augmente cependant clairement si l on explique aux gens le but poursuivi par la création de cette organisation et ce qu elle fait réellement. Plus de 80% de la population suisse pensent qu il est (très) important que Promotion Santé Suisse prenne au sérieux les tâches assignées. La cotisation de CHF 2.40 est largement acceptée et est plutôt considérée comme trop faible. La campagne «Feel Your Power» n a contribué ni à augmenter la notoriété ni à améliorer l image de Promotion Santé Suisse. Les personnes qui connaissent la campagne apprécient les activités de la fondation, sa légitimité et l adéquation du montant de CHF 2.40 dans la même mesure que les personnes qui ne connaissent pas la campagne. De manière générale, il n est pas possible de déceler un transfert d'image tant positif que négatif de la campagne vers la fondation. Il n en va pas de même pour les actions santé. En effet, les personnes qui ont entendu parler des actions santé connaissent plutôt la fondation et ont une attitude plus positive à son sujet et par rapport à ses activités que les personnes qui ne connaissent pas les actions santé. En clair, cela signifie que les actions santé influencent positivement l image de Promotion Santé Suisse, alors que la campagne ne le fait pas. Promotion Suisse Santé est également mentionnée dans la presse suisse en relation avec d autres activités qu elle a initiées ou qu'elle soutient. Cependant, ces articles ne mentionnent presque jamais les tâches et les objectifs de la fondation. Les médias présentent Promotion Santé Suisse en tant que sponsor et organisateur, mais pas en tant qu initiateur ou centre de compétence. Promotion Santé Suisse est plus un fournisseur de fonds que d idées. L&S SFB AG / Février

6 Différences entre les régions linguistiques La campagne «Feel Your Power» est peut-être moins connue au Tessin que dans le reste de la Suisse, mais il s avère que le nombre de personnes ayant réfléchi et modifié leur comportement en matière de santé sur la base de la campagne y est plus élevé qu'en Suisse allemande et en Romandie. En résumé, il est possible d affirmer que la campagne «Feel Your Power» a provoqué plus de changements malgré un écho plus faible dans l ensemble de la population que dans les autres régions de Suisse. L efficacité élevée de la campagne «Feel Your Power» au Tessin s explique par les mesures spécifiques appliquées dans ce canton, à savoir le guide dédié au mouvement intitulé Guia al movimento in Ticino. Le guide se distingue par un taux de perception relativement faible mais d une efficacité exceptionnellement élevée. Le guide n était cependant pas à même d interpeller tous les groupes de population de la même manière. Les personnes de 25 à 50 ans de la couche moyenne, dont la prise de conscience en matière de santé était moyenne, sont celles qui se sont le plus laissé motiver par le guide, alors que les personnes âgées, sans emploi et celles des couches inférieures ainsi que les personnes faiblement intéressées par leur santé n'ont que faiblement été touchées par le document. A l exception des «journées forestières pour les familles» (qui sont très connues au Tessin), le meilleur taux de notoriété de l ensemble des actions santé s enregistre en Suisse alémanique. Alors que près de la moitié de la population suisse allemande a pris connaissance d une manifestation «Feel Your Power», ce chiffre n'atteint qu'un quart en Suisse romande. La Suisse italophone occupe une position médiane, puisque 40% des Tessinoises et des Tessinois ont déjà entendu parler d une des manifestations organisées. Promotion Santé Suisse est connu à parts égales dans toutes les régions linguistiques. L image de la fondation est nettement meilleure au Tessin qu'en Suisse allemande et romande. L acceptation et l appréciation élevées de Promotion Santé Suisse en Suisse italienne ne peuvent pas être attribuées à un seul facteur (par ex. le guide). L&S SFB AG / Février

7 Recommandations La campagne doit avoir une orientation univoque et des objectifs précis. Dans un concept global, il s agit de définir avec précision les cibles, les thèmes, les contenus, les phases de la campagne, les canaux, les méthodes et les stratégies de communication. Il s'est avéré juste de ne pas miser sur une campagne moralisatrice accompagnée d un index levé. L ironie ne convient pas à tout le monde, mais elle a été particulièrement bien reçue par le groupe cible primaire (personnes peu préoccupées par leur santé). Les lieux communs tels que «L activité physique est bonne pour la santé» n ont aucun effet ou provoquent même un réflexe de rejet dans le groupe cible visé. La campagne doit donc être fortement intensifiée ou alors simplifiée. La relation entre le «Docteur D. Moniack» et «Feel Your Power» s est avérée être trop complexe dans sa forme présente (avec les moyens disponibles). La multiplicité des sujets ne fait toutefois sens que si l on a tous les éléments devant soi. Au vu des circonstances, il s'agit de se concentrer sur un slogan, une figure, une «marque». Sans «Feel Your Power», le «Docteur D. Moniack» n a toutefois pas de sens. Attirer l attention par la provocation et l irritation ne peut et ne doit pas être le seul et unique objectif d une campagne de promotion de la santé. Aujourd hui, de nombreuses personnes connaissent le «Docteur D. Moniack», mais elles ne savent pas toujours pour qui ou quoi (institution, idée, contenu) il milite. La campagne Feel Your Power doit à l avenir se présenter avec plus de contenus concrets. La campagne a besoin de messages plus clairs, plus évidents, plus cohérents, plus vraisemblables, plus fondés et (dans la mesure du possible) plus spécifiques aux groupes visés. Il s'agit de se focaliser sur des messages positifs. Il est conseillé de présenter plus de «solutions», c est-à-dire de présenter des comportements sains qui se laissent facilement intégrer dans le quotidien et qui ont des effets (récompenses) immédiats (comme par ex. les conseils de détente de «Déconnecter et se relaxer»). Il est tout particulièrement recommandé de partir de l environnement professionnel et personnel quotidien pour donner des conseils de santé aux personnes inactives, peu préoccupées par leur santé. Le besoin de disposer de conseils simples mais fondés est élevé. Ce faisant, il s'agit également d'aborder les réticences et les obstacles. L&S SFB AG / Février

8 Le groupe hétérogène des inactifs a besoin de nombreuses portes d entrée et de systèmes de motivation ciblés. La durabilité de l impact ne peut être garantie que si l on conçoit une intégration et un accompagnement à long terme. Les actions santé doivent proposer une vaste palette de variantes pour y participer. Les grandes manifestations tout comme les offres décentralisées proposées pendant une plus longue période, qui sont utilisées par de plus petits groupes, font partie de cette palette d'offres. Les actions santé, les grandes manifestations et les offres décentralisées devraient être réparties plus équitablement entre les régions linguistiques. Alors que l on a enregistré de grands progrès au Tessin au cours de l année 2002, il s est avéré que la palette d'offres concrètes (actions santé) était très limitée en Suisse romande. Les actions santé doivent devenir des événements «Feel Your Power» (pour autant que «Feel Your Power» soit toujours le thème central). Le nom de l initiateur de la campagne doit être communiqué haut et fort. En tant qu organisation à but non lucratif Promotion Santé Suisse jouit d une grande crédibilité. Les gens doivent remarquer que l on ne souhaite pas leur vendre un produit commercial. Promotion Santé Suisse doit se présenter de façon plus offensive en tant que partenaire, sponsor et/ou initiateur. Ce faisant, la fondation ne doit pas seulement apparaître comme fournisseur de fonds, mais aussi comme fournisseur d'idées et ainsi asseoir sa réputation de centre de compétence. Lors de l établissement de contacts avec les médias, la fondation peut jouer un rôle plus marqué en profitant des contacts existants et de l utilité publique de la fondation. L utilisation de canaux de communication innovateurs et spécifiques aux groupes cibles (comme ceux utilisés pour «Déconnecter et se relaxer») peut être étendue et conduit en fin de compte également à un grand écho médiatique. La campagne doit en elle-même devenir un thème de campagne. La combinaison de canaux publicitaires et d'articles dans les médias conventionnels n augmente pas seulement l attention, mais fait ressortir les connaissances sur les contenus et l'expéditeur de la campagne. L&S SFB AG / Février

Statistique de la prévoyance vieillesse L essentiel en bref

Statistique de la prévoyance vieillesse L essentiel en bref BÜRO FÜR ARBEITS- UND SOZIALPOLITISCHE STUDIEN AG KONSUMSTRASSE 20. CH-3007 BERN. TEL +41 (0)31 380 60 80. FAX +41 (0)31 398 33 63 INFO@BUERO.CH. WWW.BUERO.CH Statistique de la prévoyance vieillesse L

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse.

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse. Résumé de l étude Les seniors et Internet Pro Senectute Suisse L utilisation des technologies de la communication et de l information (TIC) par les personnes de 65 ans et plus en Suisse en 2015 Institut

Plus en détail

Sport et études Enquête auprès des étudiants des Universités suisses Résumé

Sport et études Enquête auprès des étudiants des Universités suisses Résumé Conférence des directeurs du Sport Universitaire suisse Sport et études Enquête auprès des étudiants des Universités suisses Résumé Traduit de l Allemand, Genève, Octobre Markus Lamprecht, Doris Wiegand,

Plus en détail

Le Stress-Tool pour les entreprises

Le Stress-Tool pour les entreprises En collaboration avec 03.0018. FR 10.2013 Le Stress-Tool pour les entreprises Reconnaître le stress diminuer les charges renforcer l organisation et le bien-être du personnel Informations sur S-Tool: www.s-tool.ch/fr

Plus en détail

ÉTUDE JUVENIR 3.0 1 ÉTUDE JUVENIR 3.0. L argent, un sujet sans importance? Les jeunes Suisses et leurs moyens financiers.

ÉTUDE JUVENIR 3.0 1 ÉTUDE JUVENIR 3.0. L argent, un sujet sans importance? Les jeunes Suisses et leurs moyens financiers. ÉTUDE JUVENIR 3.0 1 ÉTUDE JUVENIR 3.0 L argent, un sujet sans importance? Les jeunes Suisses et leurs moyens financiers. 2 ÉTUDE JUVENIR 3.0 Table des matières Qu est-ce que Juvenir? 3 Pourquoi Juvenir?

Plus en détail

Management Summary Synthèse de l étude «Gestion des risques cliniques dans les hôpitaux suisses»

Management Summary Synthèse de l étude «Gestion des risques cliniques dans les hôpitaux suisses» Management Summary Synthèse de l étude «Gestion des risques cliniques dans les hôpitaux suisses» Ce Management Summary offre un aperçu des résultats de la première étude nationale sur la gestion des risques

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

Sondage bonus.ch sur l assurance maladie : oser le changement permet d économiser

Sondage bonus.ch sur l assurance maladie : oser le changement permet d économiser Sondage bonus.ch sur l assurance maladie : oser le changement permet d économiser Cette année encore, les primes pour l assurance maladie vont grimper. Vaut-il vraiment la peine de changer de caisse-maladie?

Plus en détail

Tarification dans le domaine du sauvetage

Tarification dans le domaine du sauvetage Tarification dans le domaine du sauvetage Décision du Conseil fédéral du 26 mai 2004 (santésuisse Ticino contre le Conseil d Etat du canton du Tessin et la Federazione Cantonale Ticinese Servizi Ambulanze,

Plus en détail

Le nu dans la publicité : le regard des femmes

Le nu dans la publicité : le regard des femmes Le nu dans la publicité : le regard des femmes ARNAUD Lucile, BALL Lucille, BATTAGLIA Lydie, BOILEAU Clément, BOMPART Mario Université Michel de Montaigne, Bordeaux3, ISIC, L3, 2010 Mots clés : Femmes,

Plus en détail

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques (Ordonnance sur les langues, OLang) 441.11 du 4 juin 2010 (Etat le 1 er juillet 2010) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Sujet «Manger rapidement et sainement» juin 2009 Coop Thiersteinerallee

Plus en détail

Nous luttons concrètement contre les abus, les violences physiques et psychiques impliquant les enfants et les adolescents.

Nous luttons concrètement contre les abus, les violences physiques et psychiques impliquant les enfants et les adolescents. Association Romande pour la Prévention de la Violence Nous luttons concrètement contre les abus, les violences physiques et psychiques impliquant les enfants et les adolescents. Association Patouch, Ch.

Plus en détail

l argent et le crédit Étude sur les femmes,

l argent et le crédit Étude sur les femmes, Étude sur les femmes, l argent Ally McBeal,, Alice Nevers, Carrie Bradshaw, Clara Sheller qu ont donc en commun toutes ces femmes? Ces nouvelles héroïnes sont célibataires! Les femmes célibataires représentent

Plus en détail

Que pensent les Québécois de l'épicerie en ligne?

Que pensent les Québécois de l'épicerie en ligne? Que pensent les Québécois de l'épicerie en ligne? Livre blanc distribué gracieusement par l'entreprise de Services-Conseils kébxl Contact : Jérôme Claveau kebxl@oricom.ca 418-353-2633 Table des matières

Plus en détail

Résultats de l'enquête sociale 2014-2015 au sein de l'iep de Lille

Résultats de l'enquête sociale 2014-2015 au sein de l'iep de Lille Résultats de l'enquête sociale 2014-2015 au sein de l'iep de Lille Avant propos...1 I ANALYSE GÉNÉRALE...1 II LOGEMENT ET LOYER...2 III FRAIS D'INSCRIPTION...3 IV BOURSIER-E-S, BOURSES ET AIDES...4 V SANTÉ

Plus en détail

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS Service Education des Epargnants &Habilitation des Intervenants Sondage sur la culture financière d une population d internautes

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

80 est le nouveau. Une étude sur le comportement de prévoyance en Suisse

80 est le nouveau. Une étude sur le comportement de prévoyance en Suisse 80 est le nouveau 60 Une étude sur le comportement de prévoyance en Suisse A partir de quand sommes-nous considérés comme «âgés»? Comment vivons-nous à la retraite? Qu attendons-nous de notre prévoyance?

Plus en détail

CHIFFRES CLÉ Étude quantitative sur le tourisme responsable

CHIFFRES CLÉ Étude quantitative sur le tourisme responsable CHIFFRES CLÉ Étude quantitative sur le tourisme responsable Informations générales : Les résultats présentés sont les conclusions d une étude réalisée par Dedicated Research et commandée par le Trade for

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Indice canadien de report de la retraite Sun Life

Indice canadien de report de la retraite Sun Life Indice canadien de report de la retraite Sun Life Rapport sur l Indice canadien de report de la retraite Sun Life 2014 La vie est plus radieuse sous le soleil Table des matières À propos de l Indice canadien

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

Ce que les Suisses pensent des banques

Ce que les Suisses pensent des banques Novembre 2015 Ce que les Suisses pensent des banques Résultats des échanges au sein des groupes de réflexion et de l enquête d opinion de l Association suisse des banquiers (ASB) Introduction Quels avantages

Plus en détail

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Sondage réalisé par pour LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Objectifs et méthodologie Objectifs La Fondation BMW a mandaté l institut d études BVA

Plus en détail

d'orientation Implémentation et expérimentation du Cadre Vision, objectifs, stratégies et mesures concrètes 25 octobre 2012, version publique

d'orientation Implémentation et expérimentation du Cadre Vision, objectifs, stratégies et mesures concrètes 25 octobre 2012, version publique 25 octobre 2012, version publique Implémentation et expérimentation du Cadre d'orientation 2012 2014 Vision, objectifs, stratégies et mesures concrètes Un projet commun de : Vision Tous les acteurs de

Plus en détail

Observatoire de l Auto-Entrepreneur

Observatoire de l Auto-Entrepreneur Observatoire de l Auto-Entrepreneur La vision des Français sur l Auto-Entreprise 5 ème édition - Mai 2011 Nouveau Dispositif 2011/ 2012 Comprendre les auto-entrepreneurs comme un groupe social à part entière

Plus en détail

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Evaluation de la campagne 2012 1 Sommaire Introduction p.3 Méthodologie p.4 Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Pratiques d écoute - du public - fréquentation des lieux de musique

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010 Baromètre annuel vague 6-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich Promotion Santé Suisse Editorial Feuille d information 1 Les données de poids de plus de 13 000 enfants et adolescents dans les villes suisses de, et ont été collectées pour l année scolaire 2012/2013

Plus en détail

Rapport annuel sur «l école bouge» année scolaire 2012/13

Rapport annuel sur «l école bouge» année scolaire 2012/13 «l école bouge»: rapport annuel de l année scolaire 2012/13 20/03/2014 Rapport annuel sur «l école bouge» année scolaire 2012/13 Structures d accueil de jour 1. Aperçu de l année scolaire 2012/13 Contexte

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

LA PRESSE. Rapport. Sondage : Ce que les femmes du Québec pensent du féminisme, de leur vie personnelle et professionnelle. 5 mars 2009.

LA PRESSE. Rapport. Sondage : Ce que les femmes du Québec pensent du féminisme, de leur vie personnelle et professionnelle. 5 mars 2009. LA PRESSE Rapport Sondage : Ce que les femmes du Québec pensent du féminisme, de leur vie personnelle et professionnelle 5 mars 2009 P a g e 1 TABLE DES MATIÈRES 1. MÉTHODOLOGIE... 3 2. FAITS SAILLANTS...

Plus en détail

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français Résultats d enquête Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris 23 octobre 2014 Quelques mots sur la méthodologie de l enquête

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

Étude de NCP. Perceptions des consommateurs sur la publicité 2015

Étude de NCP. Perceptions des consommateurs sur la publicité 2015 Étude de NCP Perceptions des consommateurs sur la publicité 2015 2 Étude de NCP Étude de NCP 3 Table des matières Aperçu 4 Faits saillants 5 1 2 3 Les Canadiens perçoivent la publicité de manière favorable

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est STATUTS DE L ASSOCIATION DES OFFICES SUISSES DU TRAVAIL (AOST) 1. Nom, siège et but Art. 1 L'association des offices suisses du travail (AOST) est une association constituée au sens des articles 60 et

Plus en détail

Sondage sur la satisfaction de la clientèle qui communique avec la Régie par téléphone. Service des statistiques et des sondages

Sondage sur la satisfaction de la clientèle qui communique avec la Régie par téléphone. Service des statistiques et des sondages 2010 Sondage sur la satisfaction de la clientèle qui communique avec la Régie par téléphone Service des statistiques et des sondages Rédaction Mise en page Révision linguistique Graphisme Martine Pelletier

Plus en détail

Programme pour la promotion de la gestion de la mobilité dans les entreprises

Programme pour la promotion de la gestion de la mobilité dans les entreprises octobre 2008 Programme pour la promotion de la gestion de la mobilité dans les entreprises Concept Document public pour partenaires et intéressés Kurt Egger, Monika Tschannen, Hermann Scherrer, Domaine

Plus en détail

bonus.ch : enquête de satisfaction sur les assurances ménage et RC

bonus.ch : enquête de satisfaction sur les assurances ménage et RC bonus.ch : enquête de satisfaction sur les assurances ménage et RC Les Suisses sont satisfaits de leur assurance ménage et responsabilité civile : à l'issue de l'enquête menée par bonus.ch, la note moyenne

Plus en détail

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques (Ordonnance sur les langues, OLang) 441.11 du 4 juin 2010 (Etat le 1 er octobre 2014) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

Carte de crédit : 37% des Suisses détiennent deux cartes de crédit

Carte de crédit : 37% des Suisses détiennent deux cartes de crédit Carte de crédit : 37% des Suisses détiennent deux cartes de crédit En Suisse, la majorité des détenteurs de cartes de crédit utilise au moins une fois par semaine ce moyen de paiement. Comment les consommateurs

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois 2009 Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois Service des statistiques et des sondages Rédaction Mise en page Francis

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

La Clé de notre succès est "r + a + r = rr" ( Relevanz + aléatoire + rotation = résultat de la recherche)

La Clé de notre succès est r + a + r = rr ( Relevanz + aléatoire + rotation = résultat de la recherche) Nous avons un rêve... Un jour, des moteurs de recherche travailleraient de façon démocratique! Un jour, les résultats de recherche ne seraient pas manipulés! Un jour, on n'obtiendrait pas 1.000.000 de

Plus en détail

Offres du secteur Prévention d Addiction Suisse: exemples de projets en cours et de nouvelles idées de projets Etat en juin 2013

Offres du secteur Prévention d Addiction Suisse: exemples de projets en cours et de nouvelles idées de projets Etat en juin 2013 Offres du secteur Prévention d Addiction Suisse: exemples de projets en cours et de nouvelles idées de projets Etat en juin 2013 PROJETS EN COURS Enfants de familles touchées par l alcool Formation des

Plus en détail

Sondage SEMO 2011/2012 : Résultats

Sondage SEMO 2011/2012 : Résultats Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d'etat à l'économie SECO Marché du travail / Assurance-chômage Mesures du marché du travail Markus Weber 07.06.2013

Plus en détail

PREMIÈRE LANGUE ÉTRANGÈRE AU NIVEAU PRIMAIRE : LANGUE NATIONALE OU ANGLAIS?

PREMIÈRE LANGUE ÉTRANGÈRE AU NIVEAU PRIMAIRE : LANGUE NATIONALE OU ANGLAIS? THÈME : ENSEIGNEMENT DES LANGUES ÉTRANGÈRES PREMIÈRE LANGUE ÉTRANGÈRE AU NIVEAU PRIMAIRE : LANGUE NATIONALE OU ANGLAIS? La Suisse ne connaît pas de réglementation uniforme en matière d enseignement des

Plus en détail

L'INFORMATIQUE À L'ÉCOLE MATERNELLE. Premier compte-rendu d étude exploratoire

L'INFORMATIQUE À L'ÉCOLE MATERNELLE. Premier compte-rendu d étude exploratoire 129 L USAGE DE L INFORMATIQUE À L ÉCOLE MATERNELLE Premier compte-rendu d étude exploratoire Théo PRINIOTAKIS, Sandrine COURTOIS Contexte C est une recherche en didactique de l informatique en milieu préélémentaire

Plus en détail

bonus.ch : enquête de satisfaction 2014 sur les caisses-maladie les assurés sont satisfaits

bonus.ch : enquête de satisfaction 2014 sur les caisses-maladie les assurés sont satisfaits bonus.ch : enquête de satisfaction 2014 sur les caisses-maladie les assurés sont satisfaits Tout comme l'an passé, les Suisses sont, de manière générale, satisfaits de leur caisse-maladie : la note moyenne

Plus en détail

LES QUESTIONS BANCAIRES

LES QUESTIONS BANCAIRES INSTITUT DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES INSTITUT FÜR WIRTSCHAFTS- UND SOZIALFORSCHUNG Pont Bessières 3 CH 1005 Lausanne Tél. +41 21 320 95 03 Fax + 41 21 312 88 46 - e-mail : info@mistrend.ch -

Plus en détail

Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour la gestion du personnel

Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour la gestion du personnel Communiqué de presse «Recruiting Trends Suisse 2012» Sondage effectué auprès des 500 plus grandes entreprises suisses Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

Présentation de l association Les ados Suisses romands et les petits jobs. Sondage Ados Job

Présentation de l association Les ados Suisses romands et les petits jobs. Sondage Ados Job Dossier Version de presse 1.0 Sondage Ados Job L enquête Quelles sont les habitudes des jeunes Suisses en matière de petits jobs. Sondage en ligne sur le site www.adosjob.ch Du 1 er au 30 septembre 2012

Plus en détail

Sondage des salaires 2009-2010 Résultats

Sondage des salaires 2009-2010 Résultats Responsable Domaine Employé Rue Bibracte 8b Tél. P. 026 675 11 79 arbeitnehmer@pro-geo.ch Isabelle Rey 1580 Avenches www.pro-geo.ch Table des matières 1 Commentaire sur le sondage des salaires 2009-2010...4

Plus en détail

UTILISATION DES SERVICES GOUVERNEMENTAUX DE LANGUE FRANÇAISE

UTILISATION DES SERVICES GOUVERNEMENTAUX DE LANGUE FRANÇAISE UTILISATION DES SERVICES GOUVERNEMENTAUX DE LANGUE FRANÇAISE Une étude auprès des Acadiens et francophones de la Nouvelle-Écosse sur les facteurs associés à l utilisation des services gouvernementaux en

Plus en détail

BIEN PLUS QU UN SIMPLE SUPPLÉMENT

BIEN PLUS QU UN SIMPLE SUPPLÉMENT BIEN PLUS QU UN SIMPLE SUPPLÉMENT Automne 2015 ENCARTS PUBLICITAIRES L étude confirme le fort impact publicitaire. AU FINAL, 90% DES UTILISATEURS ACHÈTENT Les encarts publicitaires dans les journaux et

Plus en détail

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES PERSONNES AGEES ADRESSE AUX GOUVERNEMENTS PAR L'EXPERTE INDEPENDANTE SUR LA QUESTION DES DROITS DE L'HOMME ET L'EXTREME PAUVRETE (i)

Plus en détail

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Etude réalisée par la FAGE entre mars et mai 2014 auprès de 3086 étudiants 1 Eléments de contexte

Plus en détail

Foire aux questions. : Campagne Savoir décider

Foire aux questions. : Campagne Savoir décider Mise à jour : 2009-12-08 Foire aux questions. : Campagne Savoir décider Voici la liste des questions auxquelles vous trouverez réponse dans les pages qui suivent. 1. Pourquoi lancer une nouvelle campagne

Plus en détail

Utilisation d Internet pour les approvisionnements dans les grandes entreprises suisses (situation 2000) Bilan des résultats

Utilisation d Internet pour les approvisionnements dans les grandes entreprises suisses (situation 2000) Bilan des résultats Université de Berne Institut d Informatique Economique Service de Gestion de l Information Prof. Dr. Joachim Griese Engehaldenstrasse 8, 3012 Berne Tél. +41 (0)31-631 47 85 Fax +41 (0)31-631 46 82 E-Mail:

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail

Pratiques préventives en cancer du sein : comparaison de trois milieux de pratique médicale

Pratiques préventives en cancer du sein : comparaison de trois milieux de pratique médicale Pratiques préventives en cancer du sein : comparaison de trois milieux de pratique médicale Claude Rossi Francine Borduas 2 Claude Gagnon Louise Moreault 2 Lucie Vaillancourt 3 Groupe de travail Actions-

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

PORTRAIT DU CONSOMMATEUR CHINOIS

PORTRAIT DU CONSOMMATEUR CHINOIS PORTRAIT DU CONSOMMATEUR CHINOIS SYNTHÈSE 2 SITUATION ÉCONOMIQUE ET PROPENSION À CONSOMMER EN CHINE AUJOURD HUI LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE en Chine poursuit son ralentissement (7,4% T1214, 9,3% 211) D'ici

Plus en détail

Le système d information hospitalier. exercice d équilibre entre innovation et activité quotidienne

Le système d information hospitalier. exercice d équilibre entre innovation et activité quotidienne Le système d information hospitalier exercice d équilibre entre innovation et activité quotidienne Résultats du sondage de septembre 2012 ch Table des matières Avant-propos 3 A propos de l étude 4 Institutions

Plus en détail

Affiliation comme personne sans activité lucrative

Affiliation comme personne sans activité lucrative Caisse de compensation PROMEA Ifangstrasse 8, case postale, 8952 Schlieren Tél. 044 738 53 53, 044 738 53 73 info@promea.ch, www.promea.ch Obligation de cotiser à l'avs Affiliation comme personne sans

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Communiqué de presse. Dépendance à l alcool et vie professionnelle: encore un sujet tabou

Communiqué de presse. Dépendance à l alcool et vie professionnelle: encore un sujet tabou Communiqué de presse Dépendance à l alcool et vie professionnelle: encore un sujet tabou De nombreuses personnes dépendantes de l alcool boivent pendant des années à leur place de travail sans que personne

Plus en détail

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR Rapport de sondage Présenté à : Monsieur André Lortie Service des communications Office de la protection du consommateur Évaluation de l impact de la brochure «Vos

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Etude nationale sur l audition Résultats

Etude nationale sur l audition Résultats Etude nationale sur l audition Résultats 18 février 2013 Partenaires de l étude: Contenu Résumé Introduction Objectif Méthodologie de l étude Raisons pour lesquelles aucun appareil auditif n a été porté

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 8827 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 27 septembre 2002 Messagerie Projet de loi ouvrant un crédit de fonctionnement au titre de subvention cantonale

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Affiliation comme personne sans activité lucrative

Affiliation comme personne sans activité lucrative Pour nous, la qualité est importante Obligation de cotiser à l'avs Affiliation comme personne sans activité lucrative Etes-vous inscrit(e) comme personne sans activité lucrative auprès d une autre caisse

Plus en détail

Banque de données d offres & carte web interactive d offres

Banque de données d offres & carte web interactive d offres Réseau des parcs suisses Monbijoustrasse 61, 3007 Bern Tel. +41 31 381 10 71; info@paerke.ch; www.paerke.ch Banque de données d offres: a.jordan@paerke.ch Carte web interactive: t.estermann@paerke.ch Feuille

Plus en détail

Licence Bi-disciplinaire anglais-allemand

Licence Bi-disciplinaire anglais-allemand Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Bi-disciplinaire anglais-allemand Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Questionnaire Profil d investisseur

Questionnaire Profil d investisseur SECTEUR : ASSET MANAGEMENT T +41 (0)21 634 30 88 F +41 (0)21 560 41 11 info@skm-sa.com Questionnaire Profil d investisseur Nom, Prénom du client Nom, Prénom du conseiller Lieu et date Question 1 Quand

Plus en détail

Cas pratique DOCTOUR PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LA MOBILITÉ DOUCE 01.02.2011

Cas pratique DOCTOUR PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LA MOBILITÉ DOUCE 01.02.2011 Cas pratique DOCTOUR PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LA MOBILITÉ DOUCE 01.02.2011 Mobilservice Rédaction PRATIQUE Uwe Schlosser Hirschengraben 2 CH-3011 Berne redaktion@mobilservice.ch www.mobilservice.ch Aperçu

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

Montréal Québec Toronto Ottawa Calgary Edmonton Philadelphie Denver Tampa. www.legermarketing.com

Montréal Québec Toronto Ottawa Calgary Edmonton Philadelphie Denver Tampa. www.legermarketing.com Montréal Québec Toronto Ottawa Calgary Edmonton Philadelphie Denver Tampa www.legermarketing.com Table des matières 3 4 6 7 8 9 10 11 12 14 17 18 21 Présentation et méthodologie Principaux constats Résultats

Plus en détail

Enquête d'accenture sur les Français et la santé numérique. Novembre 2013

Enquête d'accenture sur les Français et la santé numérique. Novembre 2013 Enquête d'accenture sur les Français et la santé numérique Novembre 2013 Principaux points de l'étude : Présentation Accenture a réalisé une enquête en ligne auprès de 9 015 adultes, âgés de 18 ans et

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

PRET DE LISEUSES EN BIBLIOTHEQUE Les principaux enseignements de l expérimentation

PRET DE LISEUSES EN BIBLIOTHEQUE Les principaux enseignements de l expérimentation PRET DE LISEUSES EN BIBLIOTHEQUE Les principaux enseignements de l expérimentation CARACTERISTIQUES DU PROJET DE PRET DE LISEUSES Les partenaires : la BDY, bibliothèques des Yvelines, le MOTif, observatoire

Plus en détail

Affiliation comme personne sans activité lucrative

Affiliation comme personne sans activité lucrative Ver#m Ifangstrasse 8?Postfach?8952 Schlieren Tel. 044 738 20 70? 044 738 20 77 ak043@verom.ch?www.verom.ch Ausgleichskasse Caisse de compensation Cassa di compensatione ABC Obligation de cotiser à l'avs

Plus en détail

Activité physique, sport et santé

Activité physique, sport et santé Résultats des statistiques suisses de la santé Activité physique, sport et santé Faits et tendances se dégageant des Enquêtes suisses sur la santé de 1992, 1997 et 2002 1/2006 La série «Statistique de

Plus en détail

Rapport sur le «sondage santé» 2006

Rapport sur le «sondage santé» 2006 Rapport sur le «sondage santé» 2006 Récompense pour les assurés menant une vie saine (Version de base pour les médias) Celui qui ne fume pas, qui exerce une activité physique suffisante et qui se nourrit

Plus en détail

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public 5R000-040048/001/CY Présenté à : L Agence de la consommation en matière financière du Canada 24 mars 2005 Table

Plus en détail

Agriculture biologique suisse : Statistiques

Agriculture biologique suisse : Statistiques Agriculture biologique suisse : Statistiques % bio 2013 édition juin2014 Josy Taramarcaz AGRIDEA Disponible sur : www.agridrea.ch Nombre d exploitations et surfaces Bio en Suisse (exploitation touchant

Plus en détail

Profiter d être un investisseur de la première heure. Swisscanto (LU) Bond Invest CoCo

Profiter d être un investisseur de la première heure. Swisscanto (LU) Bond Invest CoCo Profiter d être un investisseur de la première heure Swisscanto (LU) Bond Invest CoCo Le défi : les banques ont besoin de nouveaux fonds propres Les effets de la crise financière Le traitement de la crise

Plus en détail