Quel avenir pour le financement à long terme des entreprises non cotées?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quel avenir pour le financement à long terme des entreprises non cotées?"

Transcription

1 Quel avenir pour le financement à long terme des entreprises non cotées? Rapport de Cécile ANDRÉ-LERUSTE 6 octobre

2 Quel avenir pour le financement à long terme des entreprises non cotées? Rapport inter-commissions de Madame Cécile ANDRE-LERUSTE Présenté au nom de la Commission fiscale et de la Commission économique et financière et adopté par l'assemblée générale du 6 octobre 2011 Chambre de commerce et d'industrie de Paris 27, avenue de Friedland F Paris Cedex 8 Registre de transparence N

3 AVANT-PROPOS Dans le prolongement de ses travaux, la CCIP souhaite nourrir le débat sur le financement à long terme des entreprises non cotées dans un contexte qui connaît de profondes transformations. Cette question est depuis longtemps une source de préoccupation pour les pouvoirs publics. La faible appétence des épargnants français pour le risque, l insuffisante profitabilité des entreprises, en particulier des plus petites, l absence de fonds de pension ont concouru à créer une forte dépendance des entreprises aux financements bancaires. Bien que les réformes intervenues dans les années 1980 et 1990 aient constitué une étape importante dans la modernisation du système financier français, celui-ci reste caractérisé par l importance du financement intermédié (via les banques) au détriment d un financement direct (via les marchés financiers). La crise financière de 2008, par ses effets sur la santé du système bancaire, a suscité de fortes inquiétudes sur le financement de court terme des entreprises. Même si les craintes d un credit crunch ne se sont pas matérialisées, cette crise aura mis en évidence les inconvénients d une trop grande dépendance des entreprises aux crédits bancaires et de leur trop faible capacité à s autofinancer. Trois ans après la faillite de la banque Lehman Brothers, le système financier international s apprête à entrer dans une nouvelle phase avec l adoption de nouvelles règles prudentielles qui visent à éviter la répétition de crises financières de plus en plus coûteuses. La mise en œuvre progressive des normes Bâle III (pour le système bancaire) et Solvabilité II (pour les compagnies d assurance) vise à renforcer la solidité des acteurs financiers et la stabilité du système dans son ensemble. Elles sont donc les bienvenues. Pour autant, il ne faut pas que ces réformes conduisent les banques à réduire leurs engagements dans le financement des PME. Ce risque est à prendre avec d autant plus de considération que l investissement direct dans le capital des entreprises est faible et que la fiscalité de l épargne n incite pas les ménages à investir dans les entreprises. Aussi, l avenir du financement à long terme des entreprises ne saurait être envisagé sans une remise à plat de la fiscalité et du système public de soutien au financement des entreprises. Au-delà de ces réformes, la CCIP entend sensibiliser les chefs d entreprises à la nécessité de renforcer prioritairement leurs fonds propres et à considérer des sources alternatives de financement comme le recours aux marchés de la dette. C est pourquoi elle vient de mettre en place un programme de formation continue destiné aux dirigeants de TPE-PME sur les «techniques de financement des entreprises»

4 Les engagements de la CCIP en faveur du financement des entreprises Accès au crédit bancaire Études : Rapport de G. Soularue, «Restaurer des relations de confiance entre les réseaux bancaires et les TPE-PME» (juillet 2010). Trois axes d actions sont proposés par la CCIP : Améliorer la connaissance sur la situation du crédit aux TPE-PME. Renforcer la proximité entre les chargés d affaires bancaires et les TPE-PME. Renforcer les compétences des TPE-PME en matière financière en mobilisant les réseaux consulaires. Baromètre CCIP sur les relations banques-entreprises (publication annuelle). Mise en place en 2011 d un groupe de travail sur les conséquences de Bâle III sur le financement bancaire des entreprises. Actions : Engagement de la CCIP comme Tiers de confiance dans le cadre de la Médiation du crédit avec la mobilisation du centre de contact client au service du médiateur dès janvier Mise en place en 2010 d un programme de formation continue sur les «techniques de financement des entreprises», destiné aux dirigeants des TPE-PME. Organisation des Entretiens Friedland sur le thème : «Banques et entreprises : même combat?» avec la participation d universitaires, des représentants de la profession bancaire et des entreprises (juin 2010). Financement non bancaire Études : Rapport d A. d Hautefeuille, «Des PME aux ETI : quels financements alternatifs pour les entreprises?» (septembre 2009). Les propositions de la CCIP s articulent autour de trois grands axes : Faciliter l accès des entreprises aux marchés de titres. Favoriser l allocation de l épargne longue vers les placements en titres d entreprise. Encourager l entrée des investisseurs de long terme dans le capital des PME et des ETI. La CCIP est membre actif de l Observatoire du financement des entreprises et participe régulièrement aux travaux de cet organisme créé en mai 2010 suite aux États généraux de l industrie. La CCIP participe également aux travaux des autres instances de la Place (comité de suivi ETEBAC et SEPA ). 4

5 SOMMAIRE GLOSSAIRE...6 INTRODUCTION...8 PARTIE 1 : REPENSER UNE FISCALITÉ COHÉRENTE ET STABLE AU SERVICE DU FINANCEMENT DES ENTREPRISES...11 Proposition 1 : Inciter les PME à réinvestir leurs bénéfices dans les fonds propres...13 Proposition 2 : Ne pas obérer les fonds propres de l entreprise à l occasion de la transmission...13 Proposition 3 : Doubler le plafond du dispositif Madelin...15 Proposition 4 : Repenser la cohérence de la fiscalité de l assurance-vie selon la durée et le risque...17 Proposition 5 : Encourager l épargne salariale investie en titres d entreprises...17 PARTIE 2 : CONFORTER LE RÔLE DES INTERMÉDIAIRES FINANCIERS TRADITIONNELS...18 Proposition 6 : Développer le cautionnement mutuel pour faciliter l accès des PME au crédit...20 Proposition 7 : Relever le plafond du Livret de développement durable destiné au financement des PME...20 Proposition 8 : Solliciter un engagement des assureurs à hauteur de 40 Md de leurs actifs dans les titres de PME-ETI non cotées...22 PARTIE 3 : FAVORISER L ACCÈS DES PME-ETI AUX MARCHÉS DE LA DETTE...23 Proposition 9 : Sensibiliser via le réseau des CCI les PME-ETI à se financer sur les marchés de la dette...25 Proposition 10 : Développer un marché de la dette PME en créant une plateforme de place d émission d obligations sécurisées adossées aux prêts PME...25 PARTIE 4 : SIMPLIFIER LES DISPOSITIFS PUBLICS DE SOUTIEN AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES...26 Proposition 11 : Rationaliser le système public de soutien au financement des entreprises et mieux coordonner ses interventions...28 FAITS ET CHIFFRES...29 Fiche 1 : Une faible présence du capital-investissement dans les premiers stades de la vie de l entreprise...30 Fiche 2 : Y a-t-il une pénurie d épargne en France?...31 Fiche 3 : Tableau sur les principaux dispositifs d épargne...33 Fiche 4 : Bâle III : les nouvelles normes prudentielles des banques...36 Fiche 5 : Le cautionnement mutuel en Europe...37 LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES

6 GLOSSAIRE Assurance-vie : contrat par lequel l assureur prend l engagement, en contrepartie du versement de primes (ou cotisations), de verser à l assuré ou aux bénéficiaires que celui-ci aura désignés, un capital ou une rente, soit en cas de décès, soit en cas de survie de l assuré (ou dans les deux cas pour certains contrats), selon des modalités définies dans le contrat. Les contrats d assurance-vie sont soumis à un régime fiscal spécifique (exonération, à la sortie et dans certaines limites, des droits de succession et de l impôt sur le revenu). On distingue divers types de contrats : Contrat en unités de compte : contrat dont les garanties (les sommes assurées) sont exprimées par référence à un ou plusieurs supports (actions, obligations, parts ou actions d OPCVM, parts ou actions de sociétés immobilières, etc.). Ainsi, l épargne investie évolue en fonction des valeurs qui servent de référence. Dans ce type de contrat, le risque est assumé par l assuré car l assureur s engage uniquement sur le nombre d unités de compte et non sur leurs valeurs qui sont soumises aux fluctuations des marchés financiers. Contrat en euros : contrat dont les sommes assurées sont exprimées en euros. Le versement d un capital ou d une rente est garanti au terme du contrat et dans les conditions fixées par le contrat. Dans un contrat en euros, le risque financier est assumé par l assureur. Contrat multisupport : contrat proposant plusieurs supports d investissement appelés supports à capital variable (OPCVM, épargne immobilière) sur lesquels le souscripteur répartit son épargne en fonction de ses objectifs (rendement, durée de l épargne notamment). Ce type de contrat peut contenir également un support à taux garanti (support exprimé en euros) qui permet de sécuriser une partie de l épargne. BCE : Banque centrale européenne. BEI : Banque européenne d investissement. Business angels : particuliers investisseurs, généralement issus du monde des affaires, qui apportent, outre une mise de fonds dans le capital de nouvelles entreprises à potentiel, leurs compétences et leur tissu relationnel. Capacité d autofinancement : aussi appelée «cash-flow», elle correspond à l ensemble des ressources financières dégagées par une entreprise sur un exercice (bénéfices + amortissement et provisions). Crédit d investissement : les crédits d investissement sont des crédits à moyen terme (2 à 7 ans) ou à long terme (au-delà de 7 ans) destinés à financer les nouvelles immobilisations des entreprises. Crédit de trésorerie : les crédits de trésorerie sont des crédits bancaires à court terme (moins de 2 ans). Il s agit : - de la «facilité de caisse» : autorisation d être débiteur pendant des périodes très courtes ; - du «découvert» : autorisation d être débiteur pendant des durées de quelques semaines à quelques mois ; - et du «crédit de campagne» : pour les besoins financiers des productions à forte saisonnalité. Dette mezzanine : il s agit d une forme de dette subordonnée qui s interpose entre la dette senior (qui peut elle-même avoir plusieurs niveaux de subordination) et les capitaux propres. L investisseur en dette mezzanine ne sera donc remboursé qu après le remboursement complet de toutes les tranches de la dette senior. Compte tenu du niveau de risque encouru, il exigera une rémunération élevée généralement assortie de bons de souscription d actions qui pourront améliorer la rentabilité de son crédit. Dette senior : la dette senior est une dette bénéficiant de garanties spécifiques et dont le remboursement se fait prioritairement par rapport aux autres dettes, dites dettes subordonnées. Il s agit donc d une dette privilégiée. Dette subordonnée : une dette est dite subordonnée lorsque son remboursement dépend du remboursement initial des autres créanciers (créanciers privilégiés, créanciers chirographaires). En contrepartie du risque supplémentaire accepté, les créanciers subordonnés exigent un taux d intérêt plus élevé que les autres créanciers. ETI : entreprise de taille intermédiaire. Il s agit d entreprises qui, d une part, ont un effectif compris entre 250 et personnes et, d autre part, ont un chiffre d affaires annuel n excédant pas 1,5 milliard d euros ou un total de bilan n excédant pas 2 milliards d euros. FCPI : les fonds commun de placement dans l innovation sont une sous-catégorie des FCPR. En contrepartie de parts attribuées aux épargnants apportant leurs capitaux, les gérants de FCPI réalisent des opérations de capital-risque à concurrence au moins de 60 % de l actif du fonds dans des entreprises qualifiées d innovantes. FCPR : ce sont des fonds communs de placement à risques collectant des capitaux auprès d épargnants et les employant en opérations de capital-risque. À la différence des SCR, les FCPR n ont pas de personnalité juridique. Ce sont des copropriétés de valeurs mobilières gérées par des sociétés ad hoc (banques, entreprises d investissements agréées). FEI : Fonds européen d investissement. FIP : les fonds d investissement de proximité sont des FCPR dont l actif doit être constitué pour 60 % au moins de titres de PME non cotées (dont au moins 10% de titres d entreprises de moins de 5 ans) qui sont implantées dans des régions limitrophes. 6

7 Fonds propres : appellation générique évoquant dans une entreprise les ressources financières durables qui «appartiennent» directement ou indirectement à celle-ci : capital, réserves, bénéfice, report à nouveau, subvention d investissement, provisions réglementées, par opposition aux financements externes (provenant de tiers). En création d entreprise, les fonds propres évoquent l apport personnel ou le capital social de l entreprise. LBO (Leveraged buy-out) : montage financier de rachat d entreprise faisant intervenir un effet de levier, c est-à-dire par recours à un fort endettement bancaire. Ligne de crédit : une ligne de crédit est une forme de crédit dans lequel la banque met à disposition de son client un montant maximum sous forme de prêt, et sert à financer différentes opérations ou contrats que le client conclura ultérieurement. Livret de développement durable (LDD) : anciennement «compte pour le développement industriel» (CODEVI), c est un des produits d épargne réglementée dont le montant des dépôts est plafonné (6000 euros) et dont les intérêts sont exonérés d impôts. Marchés de la dette : par opposition aux marchés des actions, les marchés de la dette regroupent les marchés financiers où se négocient les titres de dette (obligations, titres de créances négociables) : marché monétaire pour les titres de court terme et le marché obligataire pour les dettes émises à moyen et long terme. PEC : petites entreprises communautaires de moins de 50 salariés et de moins de 10 millions de total bilan. PME : petites et moyennes entreprises. Il s agit d entreprises qui, d une part, ont un effectif inférieur à 250 personnes et, d autre part, ont un chiffre d affaires annuel n excédant pas 50 millions d euros ou un total de bilan n excédant pas 43 millions d euros. PMI : petites et moyennes entreprises industrielles. Prêt d honneur : crédit à moyen terme, généralement de 2 à 5 ans, accordé à un créateur ou repreneur d'entreprise, par une association ad hoc (organisme extra-bancaire), accordé sans prise de garantie personnelle et assorti, en règle générale, d'un taux d intérêt nul. Ratio de liquidité : il a pour objectif de rendre les établissements de crédit aptes à faire face aux demandes de remboursement des déposants. Cet objectif est atteint lorsque les liquidités (numérateur) sont égales aux exigibilités (dénominateur) ; soit un ratio de liquidité de 100% qui doit être respecté en permanence. Ratio de solvabilité : le ratio de solvabilité a pour objectif de renforcer la solidité et la stabilité du système bancaire et d atténuer les inégalités concurrentielles entre les banques. Ces objectifs sont atteints par une adéquation des fonds propres par rapport aux risques. Le ratio est donc un rapport entre un numérateur représentatif des fonds propres et un dénominateur représentatif de l ensemble des risques pondérés (risque de crédit, risque de marché et risque opérationnel). Il doit être supérieur ou égal à 8% actuellement (10,5% sous les règles de Bâle III). Quasi-fonds propres : appellation générique couvrant une palette de titres (obligations convertibles, obligations à bon de souscription d actions, obligations remboursables en actions ) qui n ont pas la nature comptable des fonds propres mais s en approchent. Ce sont des ressources stables qui peuvent, pour certains titres, être transformés en fonds propres. Société de capital-risque (SCR) : c est une société qui a pour objet social de prendre des participations minoritaires dans les sociétés non cotées au moment de leur création et pendant leur tout premier développement, dans le but de dégager à moyen terme (environ 5 ans) une plus-value substantielle en revendant ces participations. Société de caution mutuelle (SCM) : établissement de crédit spécialisé dans l octroi de garantie à l occasion d opérations engagées par un de ses membres (commerçants, industriels, artisans, sociétés commerciales et membres de professions libérales). Les SCM apportent leur caution lorsqu un cautionnement est exigé par la loi, ou en dehors de toute obligation légale pour garantir le remboursement d un emprunt bancaire pour le financement d investissements professionnels. Titre hybride : les titres hybrides sont des instruments financiers qui combinent les caractéristiques des capitaux propres et des titres de dettes : obligations convertibles en actions, obligations remboursables en actions, obligations à bons de souscription d actions TPE : très petite entreprise. Il n existe pas de définition européenne de la TPE. On l assimile généralement à la microentreprise (entreprises occupant moins de 10 salariés). La DGCIS la définit, quant à elle, comme une entreprise dont l effectif est inférieur à 20 salariés. Ce rapport exclut de son champ d étude les grandes entreprises qui ont, a priori, une plus grande latitude pour diversifier leurs sources de financement (intermédié ou non) et peuvent jouer de leur taille pour obtenir les meilleures conditions de financement aussi bien auprès des banques que sur les marchés. Cette capacité de substitution des sources de financement au gré du contexte n est pas à la portée de l immense majorité des PME-ETI non cotées, ciblées dans ce rapport. 7

8 INTRODUCTION Une baisse structurelle du taux d autofinancement des entreprises Depuis la fin des années 90, l investissement des entreprises françaises est de plus en plus financé sur ressources externes (crédits bancaires ou capitaux longs) et de moins en moins par autofinancement. Ce partage entre financement interne et financement externe a varié au gré de l évolution de la situation financière des entreprises. Mais, au-delà de ces fluctuations, la dépendance des entreprises françaises aux financements externes est de nature largement structurelle. Taux d autofinancement des entreprises non financières françaises (Epargne brute/investissement en %) Source : INSEE. Il en découle, en particulier pour les PME-ETI, une très grande sensibilité à la situation du système financier, à sa bonne santé comme aux évolutions de son environnement réglementaire. Une sous-capitalisation chronique des entreprises françaises Selon l INSEE 2, 21% des entreprises démarrent avec moins de euros de capital, et seulement 14% avec plus de euros. Or, quel que soit le secteur d activité, la pérennité de l entreprise et son développement dépendent du montant de l investissement initial du créateur. Cette sous-capitalisation de départ des PME françaises a, d une part, pour effet immédiat une moindre capacité à résister aux chocs conjoncturels, d où une mortalité importante dans les premières années. D autre part, pour les entreprises restantes, la souscapitalisation a des conséquences non négligeables sur leurs modalités de financement (recours à une palette d outils de financement plus orientés vers l endettement à court terme pénalisant à long terme leur croissance et leur pérennité). Création d entreprises et création d emplois : comparaison internationale Année 2008 France Allemagne Grande-Bretagne Etats-Unis Nombre d entreprises créées avec au moins 1 salarié Nombre d emplois créés Nombre d entreprises créées avec au moins 1 salarié (à population égale) Nombre moyen de salariés par entreprise la première année 2,7 4,3 5,6 6,6 Création d emplois par les entreprises employeuses (à population égale) Source : Fondation IFRAP & Réformateurs Libéraux, «Rapport commun sur le financement du démarrage des entreprises, pour l emploi et la justice sociale», mai INSEE PREMIERE, «Nouvelles entreprises cinq ans après : plus d une sur deux est toujours active en 2007», N Janvier

9 Les comparaisons internationales démontrent une capacité des entreprises américaines ou britanniques à croître beaucoup plus rapidement que nos entreprises françaises. Une dépendance au financement bancaire à défaut d autres ressources Contrairement aux grandes entreprises qui peuvent jouer de leur taille pour diversifier leurs sources de financement et accéder plus facilement aux financements de marché, les entreprises petites et moyennes restent très dépendantes du crédit bancaire. Le poids des dettes bancaires atteint ainsi près des deux tiers de l endettement financier des PME en général et plus des trois quarts pour les PMI en Poids des dettes bancaires dans le financement des PME/PMI Source : Banque de France, base FIBEN. Entreprises hors holdings. Cette dépendance est accentuée par la prépondérance des relations monobancaires qui limite le champ des possibles, notamment pour les petites entreprises : 86% des TPE n ont qu une seule banque, contre 43% des PME indépendantes et seulement 21% des grandes entreprises. Elle s explique également par un accès limité des petites et moyennes entreprises à des sources alternatives de financement en fonds propres ou quasi-fonds propres comme le capital-risque, le capital-développement ou le marché de la dette (obligations, titres de créances négociables ) réservé quasi-exclusivement aux entreprises d un chiffre d affaires supérieur à M. Enfin, le souci d indépendance du dirigeant qu il soit d ordre managérial ou d origine patrimoniale peut aussi être un obstacle à l ouverture du capital à des investisseurs extérieurs. Ce recours à l endettement bancaire fait ressortir la faiblesse des fonds propres des entreprises et engendre des cycles d endettement/désendettement peu adaptés aux besoins de développement des PME. Les banques sont néanmoins un partenaire incontournable du financement de long terme des entreprises. Dans ces conditions, il ne faudrait pas que la perspective d une réduction de l effet de levier et de la mise en place de ratios de liquidité dans le cadre de Bâle III ait un impact négatif sur le financement à long terme des entreprises et plus particulièrement les PME-ETI (cf. fiche 4). Des dispositifs fiscaux en faveur du financement dans les PME, instables et mal ciblés A cette problématique de règles prudentielles des banques commune à tous les pays, s ajoute une dimension spécifiquement française liée à la fiscalité. Les dispositifs de soutien au financement des entreprises sont dispersés, souvent mal ciblés et sans cohérence avec l objectif recherché. Le dispositif ISF-PME créé par la loi TEPA en 2007 a permis de drainer plus de 1 milliard d euros dans les fonds propres des entreprises. Mais la dernière réforme de la fiscalité du patrimoine portant sur l ISF a encore une fois modifié les règles du jeu. La grande instabilité de la fiscalité du patrimoine et sa complexité sont d autant plus regrettables que les entreprises françaises parviennent difficilement à attirer l épargne abondante des ménages qui demeure majoritairement 9

10 constituée d actifs très peu risqués. En 2010, plus de 81% de l encours total de placements financiers des particuliers sont placés en livrets d épargne liquides et en contrats d assurance-vie en euros, encouragés par une fiscalité quasi-nulle sur ce type de produits. Répartition du patrimoine financier des ménages par actifs de risque (Poids en % et écarts en points) (*) via l ensemble des canaux de distribution. (**) y compris celles détenues en direct dans le cadre de l épargne salariale. Source : AFG, AMF, Banque de France. Attirer l épargne des ménages français vers le financement de long terme des entreprises suppose une remise à plat de la fiscalité des produits d épargne d autant que la concurrence pour capter les capitaux disponibles s annonce sévère entre d un côté l État pour financer la dette publique et de l autre les acteurs de la finance pour satisfaire les nouvelles exigences prudentielles (Bâle III, Solvabilité II). S il est encore trop tôt pour évaluer les conséquences de ces évolutions majeures, on peut craindre que le maillon faible du financement à long terme soit de nouveau le segment des entreprises de petite taille et de taille moyenne et intermédiaire qui n ont pas les mêmes latitudes que les grandes entreprises pour accéder aux marchés financiers nationaux et internationaux. Dans ce contexte en profond changement, la CCIP avance des propositions pour pallier les risques pesant sur le financement à long terme de l économie française et, plus particulièrement, de ses entreprises. Indépendamment des mesures à prendre pour conforter le rôle des banques et des compagnies d assurance dans le financement des entreprises, la priorité doit donc être donnée à : - une redéfinition d un cadre fiscal stable et cohérent, favorable au financement direct et indirect des entreprises non cotées ; - une facilitation de l accès des PME-ETI aux marchés de la dette ; - et une rationalisation du système public de soutien au financement des entreprises. 10

11 PARTIE 1 Repenser une fiscalité cohérente et stable au service du financement des entreprises 11

12 La création et la transmission : des étapes de la vie d une PME particulièrement difficiles à financer Le cycle de la vie d une entreprise est composé de trois grandes étapes : la création, le développement et la transmission. Dans la phase de développement, la rentabilité de l entreprise ainsi que son potentiel de croissance peuvent être analysés objectivement grâce aux comptes annuels, à la connaissance du secteur dans lequel évolue l entreprise et aux capacités des dirigeants de l entreprise. Ainsi, investir dans une telle entreprise, ou simplement lui faire un prêt, représente généralement un risque rationnel que les banques, les assureurs et les investisseurs privés hésitent moins à prendre. En revanche, peu d éléments permettent d évaluer le risque encouru lors d un investissement ou d un prêt à une entreprise en création. Compte tenu de l absence d historique de leur situation financière, les jeunes entreprises de moins de trois ans sont quasiment exclues du financement bancaire. Leur capacité à financer de nouveaux projets d investissement et de développement implique de compter sur leurs propres forces et de gérer l affectation de leurs résultats dans une logique de renforcement des fonds propres. Ce problème de financement est aussi saillant au moment de la transmission à titre gratuit des PME familiales. En présence d héritiers qui n ont pas encore fait leurs preuves, les investisseurs externes refusent généralement de financer cette période de passage de relais alors que l entreprise a des besoins vitaux de fonds propres. Elles doivent en particulier se restructurer suite au changement de direction et distribuer des dividendes aux associés qui doivent s acquitter de droits de mutation très lourds. Si la mise en place du pacte Dutreil pallie en partie ces difficultés, des efforts doivent être poursuivis, notamment en matière de paiement différé et fractionné. Cette possibilité n est pas offerte aux holdings «passives» et ne peut s obtenir qu à la condition que la société octroie une garantie à l administration fiscale. Or, cette dernière refuse généralement le nantissement des titres au motif qu une telle garantie est soumise aux aléas futurs de l évolution de la valeur de la société, valeur pourtant admise pour les droits de mutation. Un taux implicite 3 d imposition sur les bénéfices en France supérieur à la moyenne européenne L impôt sur les sociétés, en taxant à l identique les bénéfices réinvestis dans l entreprise et les dividendes distribués aux actionnaires, alourdit le coût des capitaux propres et réduit la capacité d autofinancement. Selon une étude du Trésor 4, le taux implicite des sociétés non financières françaises (27,5% en 2008) est supérieur à la moyenne européenne. Les comparaisons entre entreprises au niveau national montrent, par ailleurs, des différences de taux implicites au profit des plus grandes, sur Taux implicite d imposition en Europe en 2008 Taux implicite des sociétés non financières en 2007 Source : Eurostat, Taxation trends in the European Union, Source : Liasses fiscales DGFIP ; calculs DG Trésor. Le poids de l IS explique sans doute en partie la difficulté des TPE et PME françaises indépendantes à grandir et devenir des ETI. Reconsidérer les règles de l IS est un axe prioritaire pour consolider les capitaux propres des TPE et des PME et les inciter à réinvestir leurs bénéfices. Ainsi la qualité de la structure de leur bilan en serait améliorée aux yeux des banquiers. 3 Ratio entre les recettes d impôt sur les sociétés et son assiette économique mesurée par l excédent net d exploitation. 4 Trésor-Eco, «Le taux de taxation implicite des bénéfices en France», n 88 Juin

13 PROPOSITION 1 : INCITER LES PME A REINVESTIR LEURS BENEFICES DANS LES FONDS PROPRES Devant l insuffisance des moyens de financement qui s offrent aux entreprises lors de leurs premières années de croissance, les réseaux consulaires ont naturellement vocation à jouer un rôle éminent en matière pédagogique pour sensibiliser les chefs d entreprises aux enjeux liés au renforcement des fonds propres notamment en termes d accessibilité du crédit. Dans ce cadre, ils peuvent s inspirer du programme de formation continue sur les «techniques de financement des entreprises» mis en place par la CCIP. Pour la CCIP, il est nécessaire de favoriser l investissement par autofinancement. Actuellement, seules les jeunes entreprises innovantes et certaines sociétés en raison de leur statut, de leur activité ou de leur implantation 5 bénéficient d un régime fiscal d IS avantageux. Dans un souci de simplification, la CCIP propose de rationaliser ces dispositifs et de mettre en place un seul régime fiscal cohérent et attractif dont le taux d imposition varierait selon le cycle de croissance et les besoins de financement de toute nouvelle PME juridiquement indépendante. Ce régime reviendrait à : - Exonérer d IS les bénéfices réinvestis dans le capital de l entreprise pendant les trois années suivant sa création. - Appliquer un taux réduit d IS de 15% aux bénéfices réalisés les cinq années suivantes à condition qu ils soient réinvestis dans le capital de l entreprise. A défaut de réinvestissement des bénéfices réalisés et au-delà de la 9 ème année, le taux de droit commun s appliquerait. Toutefois, pour les entreprises ayant moins de 50 salariés et un chiffre d affaires inférieur à 7,6 millions d euros, la part de bénéfice ne dépassant pas euros resterait taxée au taux réduit d IS de 15% sans aucune condition. 0 à 3 ans 4 à 8 ans 9 ans et plus Bénéfices réinvestis dans les fonds propres Exonération totale d IS Taux réduit d IS : 15% Taux d IS de droit commun Bénéfices non réinvestis Taux d IS de droit commun Taux d IS de droit commun PROPOSITION 2 : NE PAS OBERER LES FONDS PROPRES DE L ENTREPRISE A L OCCASION DE LA TRANSMISSION Forte de son expérience dans l accompagnement de l entreprise au moment de la transmission, la CCIP insiste sur la nécessité de préserver les fonds propres dans cette phase et propose de : - Élargir la possibilité d un paiement différé de 5 ans puis fractionné de 10 ans des droits de mutation aux transmissions de sociétés holdings dites «passives». - Exiger de l administration fiscale qu elle accepte systématiquement comme garantie du paiement le nantissement des titres transmis si le chef d entreprise le propose. 5 Entreprises nouvelles créées dans certaines zones du territoire (art. 44 sexies CGI), entreprises implantées ou créées dans les zones franches urbaines (art. 44 octies CGI). 13

14 Des faiblesses du capital-investissement sur les segments amont de la chaîne de financement Bien que le marché français du capital-investissement soit le deuxième marché en Europe (derrière le Royaume- Uni), les segments du capital-risque et du capital-développement sont encore peu développés. Sur la période , ces segments ont représenté respectivement 6% et 12% de l activité du secteur, contre 79% pour les opérations de LBO. Les difficultés d accompagnement en fonds propres se concentrent généralement sur les stades les plus amont du développement des TPE-PME (en phase d amorçage et premiers développements) qui mettent en jeu des petits tickets d investissement de l ordre de quelques centaines de milliers d euros. En deçà d une certaine taille d entreprise, l intervention des capitaux-investisseurs est difficile, en raison notamment du coût élevé d examen et de montage des petits dossiers et d une moindre incitation fiscale à la prise de risque dans le capital des PME pour les investisseurs externes. Investissements dans l année par le capital-risque et part des premiers stades (amorçage et création) en Europe En millions d'euros Allemagne (38,8%) 965 (36,6%) (40,0%) Espagne 481 (19,3%) (5,5%) 990 (11,3%) France (32,7%) (26,2%) (23,6%) Italie 541 (27,2%) 481 (4,7%) 294 (7,7%) Royaume-Uni (10,0%) (22,7%) (13,0%) Suède 414 (58,3%) 632 (36,7%) 738 (38,6%) Source : European Venture Capital Association. La loi de finances pour 2011 qui a modifié les règles du jeu du dispositif ISF-PME 6, ouvrant aux contribuables la possibilité d investir dans les PME et de réduire leur ISF, va à contre-courant de ce qui se pratique actuellement, notamment au Royaume-Uni. Le plafond du dispositif britannique «Enterprise Investment Scheme» permettant aux investisseurs privés d injecter des fonds dans les entreprises nouvellement créées, vient récemment d être relevé à des niveaux bien supérieurs aux plafonds français : il passe de actuellement à 1 million par personne à partir d avril Par ce dispositif, les investisseurs privés anglais contribuent au financement des entreprises à hauteur de 1 Md par an pour les 2/3 avec un investissement moyen supérieur à Par comparaison, les plafonds du dispositif Madelin sont beaucoup plus faibles ( pour une personne seule et pour un couple). 6 Les assujettis à l ISF ne peuvent plus déduire que 50% de leur dépense d investissement dans une PME, contre 75 % auparavant. La réduction d ISF en cas d investissements directs ou au travers de holdings dans une PME est ramenée de 75% à 67,5% dans la limite de euros. L avantage associé aux investissements au travers de fonds est lui ramené de 50 à 45%, dans la limite de euros. 14

15 PROPOSITION 3 : DOUBLER LE PLAFOND DU DISPOSITIF MADELIN POUR LES SOUSCRIPTIONS AU CAPITAL DES PETITES ENTREPRISES EN PHASE D AMORÇAGE, DE DEMARRAGE OU D EXPANSION La CCIP propose de doubler les plafonds des versements effectués au titre de souscription au capital de PEC (Petites Entreprises Communautaires : moins de 50 salariés et moins de 10 millions de total bilan) non cotées, sous condition de conservation des titres pendant 5 ans. Le plafond de la réduction d impôt sur le revenu de 22% serait relevé dans la limite de pour un célibataire et de pour un couple. Cette mesure favoriserait une plus grande participation des business angels au capital des PME en limitant le nombre des nouveaux entrants. L'entrepreneur qui veut créer ou développer son entreprise préfère bien souvent lever euros auprès de 2 ou 3 actionnaires plutôt qu auprès de 20 ou

16 Une préférence marquée des ménages pour des actifs financiers liquides, renforcée par un cadre fiscal incohérent Les entreprises françaises parviennent difficilement à drainer vers elles l'épargne abondante des ménages. Ces derniers ressentent une aversion marquée pour les placements en titres d entreprises jugés trop risqués. Alors même qu'ils bénéficient d'une certaine forme d'assurance en cas de perte sur l investissement (possibilité de déduire du revenu imposable le montant des pertes supportées, article 163 octodecies A du CGI, cf. infra), les investisseurs particuliers privilégient toujours les placements liquides et peu risqués (livrets d épargne disponible, contrats d assurance-vie en euros ). Patrimoine financier des ménages : Md en 2010 Source : INSEE, Banque de France, AMF. Actifs des ménages Patrimoine brut Patrimoine immobilier Patrimoine financier dont dépôts et livrets fiscalisés dont livrets défiscalisés dont épargne contractuelle (PEL) dont valeurs mobilières dont assurance-vie et épargne retraite Autres actifs Md en Poids 100% 61% 33% 5% Cette faible appétence pour les investissements risqués se trouve renforcée par un cadre réglementaire qui, quoique se voulant incitatif, s'appuie sur une multiplicité de dispositifs d épargne 7, dotés de régimes fiscaux propres ne répondant pas à une même stratégie fiscale. Ainsi, le court terme est parfois avantagé (pas de taxation du livret A), parfois pénalisé (assurance-vie retirée avant 4 ans taxée à 35 %) et la détention d actions n est pas toujours encouragée (traitement fiscal indifférencié de l assurance-vie quel que soit le support, contrats en unités de compte ou en euros). Un intérêt croissant des salariés pour les dispositifs d épargne salariale Selon l Association française de la gestion financière (AFG), les encours d épargne salariale sous gestion atteignent, en 2010, près de 90 Md (+ 4,5%), confirmant ainsi l intérêt croissant porté à ces dispositifs par les entreprises et leurs salariés notamment au sein des PME. Ils se répartissent entre les fonds d actionnariat salarié 8 à hauteur de 35,6 Md et les fonds «diversifiés» 9, eux même investis largement en actions, pour 53 Md. Au total, les fonds investis principalement en actions représentent 44,5 Md, contribuant ainsi de manière significative au financement en fonds propres des entreprises. Évolution des actifs sous gestion en épargne salariale 3% 2% 9% 13% 6% Source : AFG. 7 Cf. fiche 3 sur les principaux produits d épargne. 8 Principalement FCPE de l article L du code monétaire et financier et SICAV AS. 9 Principalement FCPE de l article L du code monétaire et financier. 16

17 PROPOSITION 4 : REPENSER LA COHERENCE DE LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE SELON LA DUREE ET LE RISQUE Orienter l épargne longue des ménages vers le renforcement des fonds propres des entreprises suppose de gagner la confiance de l investisseur au moyen d une fiscalité lisible et pérenne. Celle-ci devrait accorder aux épargnants des avantages fiscaux en fonction du risque des placements et de la durée de détention des titres. Ainsi, la CCIP propose de moduler la fiscalité des contrats d assurance-vie pour bien distinguer les contrats en euros de ceux en unités de compte, constitués essentiellement de titres d entreprises. Une telle politique encouragerait l investissement dans les PME-ETI, et particulièrement celles non cotées jugées plus risquées. PROPOSITION 5 : ENCOURAGER L EPARGNE SALARIALE INVESTIE EN TITRES D ENTREPRISES Plutôt que d envisager une "prime sur les dividendes", le développement des mécanismes d épargne salariale notamment dans les entreprises de moins de 50 salariés où ils ne sont pas obligatoires peut œuvrer au partage des fruits de la croissance de l entreprise, et au financement des entreprises. Par conséquent, il convient de mettre en place des outils simplifiés et incitatifs au niveau de entreprises comme des salariés : - Fusionner les dispositifs de participation et d intéressement en créant un dispositif unique d épargne salariale basé sur l intéressement qui se caractérise par une grande simplicité et une large souplesse dans les critères et les modalités de calcul. - Stabiliser le cadre de l épargne salariale, par exemple en évitant de modifier, à chaque loi de finances, le champ d application de ces dispositifs et le taux du forfait social Le taux est passé de 2% en 2009, 4% en 2010, à 6% puis 8% en

18 PARTIE 2 Conforter le rôle des intermédiaires financiers traditionnels 18

19 Des exigences bancaires en matière de garanties qui peuvent limiter l accès des entreprises au crédit Pour limiter le risque de crédit et diminuer sa couverture en fonds propres, les banques peuvent parfois effectuer des demandes de garanties (nantissement du fonds de commerce, hypothèque de biens immobiliers, caution personnelle ), ce qui décourage souvent les entrepreneurs et pénalise le financement de leurs projets. Face à cette situation, des systèmes de mutualisation du risque se sont développés pour faciliter l accès des PME au crédit. C est le cas d OSEO qui joue un rôle majeur dans le domaine de la garantie des financements bancaires, soutenu par les fonds régionaux et européens. Au-delà d OSEO, il existe des sociétés de caution mutuelle, comme la SIAGI ou les SOCAMA, qui gèrent des fonds de garantie mutuels alimentés par les versements des emprunteurs, dans le cadre de conventions signées avec les banques. L action de ces acteurs est soutenue par le Fonds européen d investissement, notamment à travers le «Programme cadre pour la compétitivité et l innovation (CIP)». Le champ d intervention de ces acteurs reste toutefois limité, dans la plupart des cas, à des catégories d entreprises ou des secteurs spécifiques (artisanat, commerce, professions libérales, associations, agriculture ) avec certains critères en termes de taille (TPE) et de chiffres d affaires (jusqu à 20 M pour la SIAGI). Des évolutions réglementaires porteuses de risques pour l offre de crédit aux PME-ETI Les effets des futures règles de Bâle III, dont la mise en œuvre s étalera jusqu en 2019, commencent à transformer en profondeur la gestion actif-passif des bilans des établissements de crédit et leurs choix stratégiques en matière d allocation de fonds propres aux différentes lignes de métiers. Même si l accroissement des exigences prudentielles concerne surtout la couverture des risques de marché, les contraintes de liquidité 11 imposées par les nouveaux ratios 12 vont, selon les banques, peser sur l activité de crédit, notamment aux PME- ETI. En particulier, ces nouveaux ratios risquent d amoindrir leur capacité de transformation des ressources de court terme (dépôts à vue, épargne disponible) en emplois de longue durée (prêts de long terme). Autrement dit, la mise en œuvre de ces ratios les obligerait à réduire la maturité des prêts qu elles accordent à leurs clients et/ou à rechercher des ressources longues et donc coûteuses (dépôts à terme, rapatriement de l épargne non bilantielle comme l assurance-vie ), ce qui se traduirait, en fin de compte, par une hausse du coût du crédit (effet prix) et/ou une contraction de l offre de crédit aux entreprises (effet volume). Les études du FMI ou encore de l OCDE 13 s attachent à estimer l impact à moyen terme de la mise en conformité avec les règles de Bâle III sur la croissance du PIB par grandes zones géographiques sans analyser l impact microéconomique en matière de distribution de crédit aux entreprises. Il est difficile, à ce stade, d en mesurer avec précision la portée sur le financement des PME et des ETI. Selon la CCIP, le régulateur doit veiller à une transposition des nouvelles normes dans un esprit qui préserve l accès des entreprises aux financements bancaires. Des études d impact de Bâle III sur l offre de crédit aux PME devraient être réalisées par des organismes indépendants. Par ailleurs, il conviendrait de prévenir toute éventuelle distorsion de concurrence liée à Bâle III entre l Europe et les États-Unis où seule une minorité de banques seront soumises aux règles. Il est vraisemblable que le paysage bancaire va évoluer dans les mois à venir. Certains réseaux, notamment les réseaux mutualistes et la Banque postale, vont accentuer leur positionnement sur le segment des TPE-PME qui redeviendra leur cœur de métier. 11 Bâle III introduit deux nouveaux ratios de liquidité, l un à court terme et l autre à long terme, dont l objectif est de prémunir les banques contre une nouvelle crise de liquidité comme celle de % pour les fonds propres «durs» ou core tier 1 composés des actions ordinaires et des résultats mis en réserve soit plus que le triple des exigences actuelles de 2%. 13 FMI, «Bank behavior in response to Basel III: a cross-country analysis», WP/11/119, May OCDE, «Macroeconomic impact of Basel III», Economics department working paper No.844, February

20 PROPOSITION 6 : DEVELOPPER LE CAUTIONNEMENT MUTUEL AU PROFIT DES PME Pour faciliter l accès au crédit des entreprises de taille petite et moyenne, il convient de soutenir le développement des structures de cautionnement mutuel. Certaines catégories d entreprises, notamment les jeunes entreprises en forte croissance ou les entreprises en transmission, pourraient ainsi accéder plus facilement aux concours bancaires pour financer leurs projets. Pour une plus grande efficacité, le champ des entreprises éligibles aux interventions des sociétés de caution mutuelle devra être élargi à toutes les PME financièrement saines mais sans actif à proposer en garantie. Pour ce faire, il est nécessaire de renforcer les moyens des acteurs du cautionnement mutuel : - en augmentant l enveloppe de soutien accordée par le Fonds européen d investissement dans le cadre du programme CIP 14 ; - en améliorant l articulation de leurs interventions avec celles d OSEO et des fonds régionaux de garantie pour couvrir tout le spectre des besoins des entreprises en matière de garanties. PROPOSITION 7 : RELEVER LE PLAFOND DU LIVRET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (LDD) SOUS RESERVE DE S ASSURER DU FLECHAGE DE LA COLLECTE ADDITIONNELLE VERS LE FINANCEMENT DES PME Face aux nouvelles exigences prudentielles en matière de liquidité, il est nécessaire que les banques puissent attirer dans leurs bilans une plus grande part de l épargne disponible des ménages. Le relèvement du plafond du LDD (ex-codevi), de à pourrait dynamiser ce livret d épargne réglementée destiné au financement des PME dans un contexte marqué par la baisse du rendement des autres placements financiers comme l assurance-vie. Son encours est presque trois fois inférieur à celui du livret A (69 Md contre 201 Md à fin mars 2011). Dans cette optique, l Observatoire de l épargne réglementée doit veiller au bon fléchage vers le financement des PME de la collecte additionnelle du LDD non centralisée au fonds d épargne de la Caisse des dépôts. 14 À titre d exemple, la SIAGI a bénéficié, en 2010, d un engagement du FEI d un montant de 75 M pour proposer une garantie sans caution personnelle dédiée aux opérations de transmission-reprise et de croissance d entreprise. 20

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance Des fiches pour mieux compren- dre l'actualité économique et les enjeux pour les PME Ce que la crise nous a appris, c est que le seul financement bancaire ne peut suffire pour assurer la pérennité des

Plus en détail

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Retour sur 2012 et premières tendances pour 2013 : l assurance française remplit ses deux missions, protéger et financer Les chiffres

Plus en détail

Un holding d'investissement dans les PME

Un holding d'investissement dans les PME Un holding d'investissement dans les PME La Financière Viveris Diversifier Optimiser Capitaliser L objet de la Financière Viveris est de prendre des participations dans les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Montage et Financement d une acquisition

Montage et Financement d une acquisition Montage et Financement d une acquisition Philippe GALLEGO Chargé d affaire au centre d affaire du CIC de Meaux Animateur : Jean-Baptiste DREVET-DUPRE CCI Seine et Marne Conseiller en reprise et transmission

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Un holding d investissement dans les PME

Un holding d investissement dans les PME Un holding d investissement dans les PME La Financière Viveris Diversifier Optimiser Capitaliser L objet de la Financière Viveris est de prendre des participations dans les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Groupement Centrale Business Angels

Groupement Centrale Business Angels Groupement Centrale Business Angels Conférence du 30 septembre 2014 Conférence Centrale BA 30/09/14 1 Agenda La fiscalité des Business Angels Témoignage de Centralien Business Angel o Franck Delorme, fondateur

Plus en détail

L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014

L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014 L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014 I II III IV V Introduction Les titres de capital A les différents types de titres de capital 1) Les actions ordinaires 2) Les actions à

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Financement des PME Outils de la période de crise Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Un besoin de financement face à une crise financière Plan de financement de l économie 320 Mds : plafond

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT ET AMELIORATION DE L OFFRE DE LOGEMENT» QUESTION N DL 21 Libellé de la

Plus en détail

Agence France Locale

Agence France Locale Agence France Locale BSI Economics Résumé : L Agence France Locale (AFL) a été créée afin de permettre aux collectivités locales, même les plus petites, d obtenir des conditions de financement avantageuses.

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

FIP FONCIEREMENT PME. www.sigmagestion.com

FIP FONCIEREMENT PME. www.sigmagestion.com FIP FONCIEREMENT PME www.sigmagestion.com 11 ème FIP géré par Sigma Gestion, FONCIEREMENT PME vise une allocation entre des PME françaises en croissance (minimum 60%) et des sociétés intervenant dans le

Plus en détail

«L investissement dans les PME»

«L investissement dans les PME» ESSEC BUSINESS SCHOOL «L investissement dans les PME» FING 31240- Gestion de Patrimoine Pauline LAVAUD (MS TF), Valère RAMES (MS TF), Antoine SELIGMANN (MS TF) 29/04/2011 1) Etat des lieux des PME en France

Plus en détail

Hébergements. Matériel médical. Crèches. FIP Fonds d Investissement de Proximité. 123Capitalisation II

Hébergements. Matériel médical. Crèches. FIP Fonds d Investissement de Proximité. 123Capitalisation II Hébergements Matériel médical Crèches FIP Fonds d Investissement de Proximité 123Capitalisation II PRéSENTATION D 123CAPITALISATION II DURÉE DE BLOCAGE & RISQUES DU PRODUIT / Les parts du FIP 123Capitalisation

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

123CAPITAL PME II. Fonds d Investissement de Proximité

123CAPITAL PME II. Fonds d Investissement de Proximité Fonds d Investissement de Proximité 123CAPITAL PME II 123CAPITAL PME II Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve d une durée de placement comprise entre 8 et 10

Plus en détail

www.cercledoutremanche.com

www.cercledoutremanche.com LE FINANCEMENT DES PME : LES BUSINESS ANGELS P our placer l entreprise et l emploi au cœur de l économie de marché, du processus de plein-emploi et de justice sociale, encore faut-il avoir les moyens de

Plus en détail

Fonds d Investissement pour le Développement des PME FIDE note technique décembre 2012

Fonds d Investissement pour le Développement des PME FIDE note technique décembre 2012 1 CONSTATS En France, les particuliers ont montré depuis 1997 une grande appétence pour les PME, renforcée récemment par l engouement pour les actifs «tangibles». Créés dans des contextes économiques fondamentalement

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

NEGOCIER AVEC UN FONDS

NEGOCIER AVEC UN FONDS REPRISE D ENTREPRISE NEGOCIER AVEC UN FONDS INTERVENANT : Laurent JULIENNE HEC ENTREPRENEURS 9 septembre 2014 A. LE MONTAGE FINANCIER Obligations convertibles A. LA STRUCTURE TYPE 1. Structure financière

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

Résultat net 2008 : - 2 milliards. Retraité des éléments exceptionnels, le résultat avant impôt s élève à + 2,2 milliards d euros.

Résultat net 2008 : - 2 milliards. Retraité des éléments exceptionnels, le résultat avant impôt s élève à + 2,2 milliards d euros. COMMUNIQUE DE PRESSE Année 2008 : une perte exceptionnelle de 2 milliards d euros dans un contexte de crise aggravé Un Groupe qui reste solide avec un ratio Tier 1 satisfaisant Résultat net 2008 : - 2

Plus en détail

FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE

FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE DEFINITION Le contrat d assurance-vie est une «enveloppe fiscale» sur laquelle on verse des fonds, destinés à un bénéficiaire uniquement en cas de décès du souscripteur. LES

Plus en détail

Saint Max. FCPI-FIP : Comment bénéficier de la performance et de la réduction d impôts? Lundi 15 décembre 2008-18h30

Saint Max. FCPI-FIP : Comment bénéficier de la performance et de la réduction d impôts? Lundi 15 décembre 2008-18h30 FCPI-FIP : Comment bénéficier de la performance et de la réduction d impôts? Lundi 15 décembre 2008-18h30 Saint Max Francis VENNER AVENIR CONSEIL PATRIMOINE 6 clos de la tuilerie - 54460 LIVERDUN tél :

Plus en détail

GenCap Croissance FIP

GenCap Croissance FIP GenCap Croissance FIP GenCap Croissance Un fonds d investissement dédié aux PME régionales : L Aquitaine recèle des sphères d activité économique dynamiques avec des pôles industriels d excellence comme

Plus en détail

L évolution des placements financiers des ménages français en 2011

L évolution des placements financiers des ménages français en 2011 L évolution des placements financiers des ménages français en 11 Adeline BACHELLERIE et Daniel GABRIELLI Direction générale des Statistiques Direction des Statistiques monétaires et fi nancières Olivier

Plus en détail

hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité

hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité Article L214-41-1 du Code monétaire et financier Agrément AMF du 24 août 2010 Le FIP

Plus en détail

S informer sur. Capital investissement:

S informer sur. Capital investissement: S informer sur Capital investissement: les fonds communs de placement à risques destinés au grand public Qu est-ce que le capital investissement? Quels sont les segments d intervention du capital investissement?

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas!

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Apériodique n 13/24 19 mars 2013 Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Le taux d endettement des sociétés non financières (SNF), défini comme l endettement rapporté

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

PLFR 2013 - Projet de loi de finances rectificative

PLFR 2013 - Projet de loi de finances rectificative 1 PLFR 2013 - Projet de loi de finances rectificative ARTICLES DU PROJET DE LOI ET EXPOSÉ DES MOTIFS PAR ARTICLE TITRE III : DISPOSITIONS PERMANENTES I. - MESURES FISCALES NON RATTACHÉES Article 7 :- Réforme

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES Réforme globale du Code Général des Impôts Fiche technique thématique Mesures Modalités pratiques Objectif poursuivi 1 Crédit d impôt pour investissement (Impôt

Plus en détail

Banque P opula l ir i e r R iv i es d e P ari r s Jocelyn Allaire

Banque P opula l ir i e r R iv i es d e P ari r s Jocelyn Allaire Banque Populaire Rives de Paris Jocelyn Allaire Financer le développement de l entreprise ISEG 24 juillet 2013 Bien préparer sa demande de prêt Présentation du projet : Convaincre d abord sur le projet

Plus en détail

NextStage. Un placement bloqué jusqu au 31/12/2019 (et au 31/12/2022 maximum sur décision de la société de gestion)

NextStage. Un placement bloqué jusqu au 31/12/2019 (et au 31/12/2022 maximum sur décision de la société de gestion) NextStage Un placement bloqué jusqu au 31/12/2019 (et au 31/12/2022 maximum sur décision de la société de gestion) FIP éligible à la réduction d ISF ou d IR Code ISIN : FR0011429505 NextStage soutient

Plus en détail

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1)

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Page 1 sur 5 Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Le Plan d Epargne en Actions (PEA) est une enveloppe fiscale destinée à recevoir des placements en actions européennes. Il n impose

Plus en détail

LBO et Business Angels

LBO et Business Angels Mardi 26 novembre 2013 LBO et Business Angels Laurent Simon et Jérôme Loisy Alcyaconseil Définition de l opération de LBO Définition traditionnelle : «LBO» Leveraged buy-out : terme anglais pour acquisition

Plus en détail

NextStage FIP. FIP NextStage Rendement 2021. Code ISIN : FR0011780691. Agrément AMF du 28 mars 2014 sous le numéro FNS20140017

NextStage FIP. FIP NextStage Rendement 2021. Code ISIN : FR0011780691. Agrément AMF du 28 mars 2014 sous le numéro FNS20140017 FIP NextStage FIP NextStage Rendement 2021 Code ISIN : FR0011780691 Agrément AMF du 28 mars 2014 sous le numéro FNS20140017 FIP éligible à la réduction d ISF* ou IR* NextStage soutient Document non contractuel

Plus en détail

Une fiscalité sur mesure : ISF & Impôt sur le revenu Sous réserve d une durée de placement comprise entre 8 et 10 ans

Une fiscalité sur mesure : ISF & Impôt sur le revenu Sous réserve d une durée de placement comprise entre 8 et 10 ans FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE FIP Pr e m i u m PME II Une fiscalité sur mesure : ISF & Impôt sur le revenu Sous réserve d une durée de placement comprise entre 8 et 10 ans FIP Pr e m i u m PME II

Plus en détail

FCPI. FCPI NextStage CAP 2020. Code ISIN : FR0012086601. Agrément AMF du 23/09/2014 sous le numéro FCI20140033

FCPI. FCPI NextStage CAP 2020. Code ISIN : FR0012086601. Agrément AMF du 23/09/2014 sous le numéro FCI20140033 FCPI FCPI NextStage CAP 2020 Code ISIN : FR0012086601 Agrément AMF du 23/09/2014 sous le numéro FCI20140033 Durée de blocage des parts : 6 ans (sans prolongation) FCPI éligible à la réduction d IR* ou

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation

La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation Jones Day Paris, le 10 février 2011 SOMMAIRE Introduction générale I. Rappel des règles de sous-capitalisation

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

Midi Capital. nouvelle gamme. produits éligibles à la réduction ISF

Midi Capital. nouvelle gamme. produits éligibles à la réduction ISF Midi Capital nouvelle gamme 2011 produits éligibles à la réduction ISF Midi Capital lance sa gamme de produits éligibles à la réduction ISF 2011 Pour la campagne ISF 2011, Midi Capital, Société de Gestion

Plus en détail

Les Moyens de financement d une transmission d entreprise. jeudi 2 décembre 2010

Les Moyens de financement d une transmission d entreprise. jeudi 2 décembre 2010 Les Moyens de financement d une transmission d entreprise jeudi 2 décembre 2010 1ère table ronde : les banques Avec les interventions de : Michel BOUTIN, Caisse d Epargne de Maine-et-Loire Jean-Philippe

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

3. JAPON - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole - Entrée en vigueur

3. JAPON - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole - Entrée en vigueur Lettre d'information - Janvier 2008 ENTREPRISES 1. LUXEMBOURG - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole 2. UE - FRANCE - Procédure en manquement - Taxation de l'électricité et de l'énergie

Plus en détail

FIP Axe Croissance. FIP Axe Croissance investira dans des PME industrielles, commerciales ou de services présentant les caractéristiques suivantes :

FIP Axe Croissance. FIP Axe Croissance investira dans des PME industrielles, commerciales ou de services présentant les caractéristiques suivantes : Souscription ouverte jusqu au 21 juin 2012 sous certaines conditions* (pour les parts A1) Souscription ouverte jusqu au 31 décembre 2012 (pour les parts A2) Diversifiez votre patrimoine financier avec

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée

Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée Paris, le 26 février 2015 Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée Résultats au 31 décembre 2014 Produit net bancaire 4 410 M Un PNB stable 1 (-0,8%) Résultat net comptable

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil Visa AMF n 09-064 123Ho l d i n g ISF 2009 L Autorité des Marchés financiers a apposé le visa n 09-064 en date du 20 mars 2009 sur un prospectus présentant cette opération, laquelle interviendra en une

Plus en détail

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Le point de vue du particulier L assurance vie est bien connue pour sa capacité de procurer des liquidités qui permettent de

Plus en détail

FIP Avantage ISF F O N D S D I N V E S T I S S E M E N T D E P R OX I M I T E (F I P)

FIP Avantage ISF F O N D S D I N V E S T I S S E M E N T D E P R OX I M I T E (F I P) FIP Avantage ISF F O N D S D I N V E S T I S S E M E N T D E P R OX I M I T E (F I P) Un Placement sur 8 ans minimum, Dynamique et Diversifié La réduction d ISF dépend du quota d investissement dans les

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 26 DU 23 FEVRIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 A-2-10 INSTRUCTION DU 12 FEVRIER 2010 DISPOSITIONS DIVERSES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES). RACHAT DE

Plus en détail

ATELIER DE TRAVAIL. Atelier de travail, Aspects juridiques et financiers de l entreprise familiale, sur le thème : «Accès au capital privé»

ATELIER DE TRAVAIL. Atelier de travail, Aspects juridiques et financiers de l entreprise familiale, sur le thème : «Accès au capital privé» ATELIER DE TRAVAIL Mardi 27 mars 2012 Atelier de travail, Aspects juridiques et financiers de l entreprise familiale, sur le thème : «Accès au capital privé» Animé par Valérie Tandeau de Marsac, Avocat-

Plus en détail

Médiation du crédit aux entreprises

Médiation du crédit aux entreprises Médiation du crédit aux entreprises Gérard Rameix, Médiateur du crédit > Commission système financier et financement de l économie 7 novembre 2011 Sommaire 1. La Médiation du crédit au service des entreprises

Plus en détail

7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts?

7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts? 7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts? P.S. Des solutions sortant des sentiers battus! 7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE De vraies optimisations fiscales facilement applicables!

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

FIP Entreprises familiales exportatrices II

FIP Entreprises familiales exportatrices II Entreprises familiales exportatrices II Fonds d investissement de proximité IR 2014 Entreprises familiales exportatrices II Points-Clefs Participer à la vie économique en accompagnant indirectement le

Plus en détail

PRÉSENTATION D EXTENDAM

PRÉSENTATION D EXTENDAM MANDAT DE GESTION ISF 2015 PRÉSENTATION D EXTENDAM Un métier : l investissement pour compte de tiers Extendam est une société de gestion indépendante qui réalise des investissements pour le compte de clients,

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier + Management Packages Qu ils soient négociés à l occasion d un changement de contrôle ou, dans les

Plus en détail

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC RESTRUCTURATION FINANCIERE Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC 14-15 Octobre 2010 LA RESTRUCTURATION FINANCIERE N est pas un nouveau concept. Une procédure qui a capté

Plus en détail

Création de Fonds Communs de Placement à Risque

Création de Fonds Communs de Placement à Risque LA RÉGION SOUTIENT LES ENTREPRISES LOCALES Création de Fonds Communs de Placement à Risque Pour mieux accompagner la création d entreprise, pour soutenir sa croissance et faciliter sa reprise DOSSIER DE

Plus en détail

Toutes les facettes de l assurance vie

Toutes les facettes de l assurance vie Toutes les facettes de l assurance vie Les avantages de l assurance vie Que vous ayez ouvert votre contrat d assurance vie en vue d épargner pour un projet futur, de vous constituer un complément de revenu

Plus en détail

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12 LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12 juin 2013 Introduction Les chiffres clés du capital-investissement

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

ISF DIRECT 2010 RÉDUCTION ISF ASSURANCE CAPITAL. Ventures

ISF DIRECT 2010 RÉDUCTION ISF ASSURANCE CAPITAL. Ventures ISF DIRECT 2010 RÉDUCTION ISF ET ASSURANCE CAPITAL Dans le cadre de la loi TEPA, SigEx Ventures Euro Fund vous propose un placement en direct pour réduire l intégralité de votre ISF et une option pour

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Études Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 7

Plus en détail

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME création oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6522-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME création oser pour gagner! Que la création porte sur une activité traditionnelle avec un

Plus en détail

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 4

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 4 Votre Conseiller Newsletter d informations juridiques et fiscales N 63 Nov 2014 ELEPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 MAGNY LE HONGRE 01 64 63 69 81 g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES 1 Numéro 190, novembre 2012 Une collecte nette globale historiquement basse depuis 2000, du fait d une baisse drastique de la collecte nette en assurancevie, et malgré des excédents sur les produits bancaires

Plus en détail

Le Club de Gestion. Le prêt participatif. www.club-gestion.fr. Le prêt participatif

Le Club de Gestion. Le prêt participatif. www.club-gestion.fr. Le prêt participatif J ai récemment rencontré Jérôme PRIGENT, Responsable de la région grand ouest de la société ISODEV ; il nous présente, dans ce dossier thématique, le prêt participatif. SOMMAIRE : Partie 1 : Description

Plus en détail

Banque et Capital-Investissement Un double partenariat pour les PME. Alger, 11 et 12 mars 2009

Banque et Capital-Investissement Un double partenariat pour les PME. Alger, 11 et 12 mars 2009 11 mars2009 Banque et Capital-Investissement Un double partenariat pour les PME Alger, 11 et 12 mars 2009 Amaury Mulliez, Proparco Représentant Maroc et Capital-investissement au Maghreb RAPPEL: DIFFERENCE

Plus en détail

édition 2009 / 2010 Les essentiels 50 conseils Guide pratique hors-série pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE.

édition 2009 / 2010 Les essentiels 50 conseils Guide pratique hors-série pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE. édition 2009 / 2010 Les essentiels Guide pratique hors-série 50 conseils pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE. Avant-Propos Déductions, réductions et crédits d impôt de

Plus en détail

Les mutations de l offre Epargne Retraite

Les mutations de l offre Epargne Retraite Les mutations de l offre Epargne Retraite Forum International de Paris sur la Gestion de l Epargne Retraite Monique TEZENAS du MONTCEL 10 Avril 2012 BANQUE - FINANCE - ASSURANCE PROTECTION SOCIALE 10,

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

123CAPITAL PME. Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum

123CAPITAL PME. Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum FIP / FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ 123CAPITAL PME Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum QUI EST 123VENTURE?

Plus en détail

LES DIFFICULTÉS D ACCÈS AU CRÉDIT

LES DIFFICULTÉS D ACCÈS AU CRÉDIT LES DIFFICULTÉS D ACCÈS AU CRÉDIT Journée d étude «La gestion de la dette des collectivités et établissements publics locaux» Patrick Barbaste vendredi 9 novembre 2012 IEP de Strasbourg-CRC d'alsace PREMIERE

Plus en détail

Optimiser la transmission d entreprise dans le cadre familial

Optimiser la transmission d entreprise dans le cadre familial Optimiser la transmission d entreprise dans le cadre familial Thierry de Chambure, Directeur Exécutif d UBS Wealth Management, en charge des activités Produits & Services Mai Trinh, Directeur Exécutif

Plus en détail

Rapport Analyse Financière

Rapport Analyse Financière BLANC Michaël DEBYSER Antoine L3 Promo 2008 Groupe C Rapport Analyse Financière 1. Bilan de la société LAFIN : Le bilan décrit l état et la répartition du patrimoine de l entreprise à une date donnée.

Plus en détail

Camille de Rocca Serra Député de la Corse-du-Sud CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE

Camille de Rocca Serra Député de la Corse-du-Sud CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2007 Un outil moderne haut de gamme d épargne et d investissement en faveur du financement de l économie

Plus en détail

espace horizon 8 Capitalisez sur l avenir

espace horizon 8 Capitalisez sur l avenir espace horizon 8 Capitalisez sur l avenir Avec Espace Horizon 8, Donnez du sens à votre stratégie patrimoniale Espace Horizon 8 est un contrat d assurance vie multisupport et multigestionnaire. Il est

Plus en détail