Quel avenir pour le financement à long terme des entreprises non cotées?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quel avenir pour le financement à long terme des entreprises non cotées?"

Transcription

1 Quel avenir pour le financement à long terme des entreprises non cotées? Rapport de Cécile ANDRÉ-LERUSTE 6 octobre

2 Quel avenir pour le financement à long terme des entreprises non cotées? Rapport inter-commissions de Madame Cécile ANDRE-LERUSTE Présenté au nom de la Commission fiscale et de la Commission économique et financière et adopté par l'assemblée générale du 6 octobre 2011 Chambre de commerce et d'industrie de Paris 27, avenue de Friedland F Paris Cedex 8 Registre de transparence N

3 AVANT-PROPOS Dans le prolongement de ses travaux, la CCIP souhaite nourrir le débat sur le financement à long terme des entreprises non cotées dans un contexte qui connaît de profondes transformations. Cette question est depuis longtemps une source de préoccupation pour les pouvoirs publics. La faible appétence des épargnants français pour le risque, l insuffisante profitabilité des entreprises, en particulier des plus petites, l absence de fonds de pension ont concouru à créer une forte dépendance des entreprises aux financements bancaires. Bien que les réformes intervenues dans les années 1980 et 1990 aient constitué une étape importante dans la modernisation du système financier français, celui-ci reste caractérisé par l importance du financement intermédié (via les banques) au détriment d un financement direct (via les marchés financiers). La crise financière de 2008, par ses effets sur la santé du système bancaire, a suscité de fortes inquiétudes sur le financement de court terme des entreprises. Même si les craintes d un credit crunch ne se sont pas matérialisées, cette crise aura mis en évidence les inconvénients d une trop grande dépendance des entreprises aux crédits bancaires et de leur trop faible capacité à s autofinancer. Trois ans après la faillite de la banque Lehman Brothers, le système financier international s apprête à entrer dans une nouvelle phase avec l adoption de nouvelles règles prudentielles qui visent à éviter la répétition de crises financières de plus en plus coûteuses. La mise en œuvre progressive des normes Bâle III (pour le système bancaire) et Solvabilité II (pour les compagnies d assurance) vise à renforcer la solidité des acteurs financiers et la stabilité du système dans son ensemble. Elles sont donc les bienvenues. Pour autant, il ne faut pas que ces réformes conduisent les banques à réduire leurs engagements dans le financement des PME. Ce risque est à prendre avec d autant plus de considération que l investissement direct dans le capital des entreprises est faible et que la fiscalité de l épargne n incite pas les ménages à investir dans les entreprises. Aussi, l avenir du financement à long terme des entreprises ne saurait être envisagé sans une remise à plat de la fiscalité et du système public de soutien au financement des entreprises. Au-delà de ces réformes, la CCIP entend sensibiliser les chefs d entreprises à la nécessité de renforcer prioritairement leurs fonds propres et à considérer des sources alternatives de financement comme le recours aux marchés de la dette. C est pourquoi elle vient de mettre en place un programme de formation continue destiné aux dirigeants de TPE-PME sur les «techniques de financement des entreprises»

4 Les engagements de la CCIP en faveur du financement des entreprises Accès au crédit bancaire Études : Rapport de G. Soularue, «Restaurer des relations de confiance entre les réseaux bancaires et les TPE-PME» (juillet 2010). Trois axes d actions sont proposés par la CCIP : Améliorer la connaissance sur la situation du crédit aux TPE-PME. Renforcer la proximité entre les chargés d affaires bancaires et les TPE-PME. Renforcer les compétences des TPE-PME en matière financière en mobilisant les réseaux consulaires. Baromètre CCIP sur les relations banques-entreprises (publication annuelle). Mise en place en 2011 d un groupe de travail sur les conséquences de Bâle III sur le financement bancaire des entreprises. Actions : Engagement de la CCIP comme Tiers de confiance dans le cadre de la Médiation du crédit avec la mobilisation du centre de contact client au service du médiateur dès janvier Mise en place en 2010 d un programme de formation continue sur les «techniques de financement des entreprises», destiné aux dirigeants des TPE-PME. Organisation des Entretiens Friedland sur le thème : «Banques et entreprises : même combat?» avec la participation d universitaires, des représentants de la profession bancaire et des entreprises (juin 2010). Financement non bancaire Études : Rapport d A. d Hautefeuille, «Des PME aux ETI : quels financements alternatifs pour les entreprises?» (septembre 2009). Les propositions de la CCIP s articulent autour de trois grands axes : Faciliter l accès des entreprises aux marchés de titres. Favoriser l allocation de l épargne longue vers les placements en titres d entreprise. Encourager l entrée des investisseurs de long terme dans le capital des PME et des ETI. La CCIP est membre actif de l Observatoire du financement des entreprises et participe régulièrement aux travaux de cet organisme créé en mai 2010 suite aux États généraux de l industrie. La CCIP participe également aux travaux des autres instances de la Place (comité de suivi ETEBAC et SEPA ). 4

5 SOMMAIRE GLOSSAIRE...6 INTRODUCTION...8 PARTIE 1 : REPENSER UNE FISCALITÉ COHÉRENTE ET STABLE AU SERVICE DU FINANCEMENT DES ENTREPRISES...11 Proposition 1 : Inciter les PME à réinvestir leurs bénéfices dans les fonds propres...13 Proposition 2 : Ne pas obérer les fonds propres de l entreprise à l occasion de la transmission...13 Proposition 3 : Doubler le plafond du dispositif Madelin...15 Proposition 4 : Repenser la cohérence de la fiscalité de l assurance-vie selon la durée et le risque...17 Proposition 5 : Encourager l épargne salariale investie en titres d entreprises...17 PARTIE 2 : CONFORTER LE RÔLE DES INTERMÉDIAIRES FINANCIERS TRADITIONNELS...18 Proposition 6 : Développer le cautionnement mutuel pour faciliter l accès des PME au crédit...20 Proposition 7 : Relever le plafond du Livret de développement durable destiné au financement des PME...20 Proposition 8 : Solliciter un engagement des assureurs à hauteur de 40 Md de leurs actifs dans les titres de PME-ETI non cotées...22 PARTIE 3 : FAVORISER L ACCÈS DES PME-ETI AUX MARCHÉS DE LA DETTE...23 Proposition 9 : Sensibiliser via le réseau des CCI les PME-ETI à se financer sur les marchés de la dette...25 Proposition 10 : Développer un marché de la dette PME en créant une plateforme de place d émission d obligations sécurisées adossées aux prêts PME...25 PARTIE 4 : SIMPLIFIER LES DISPOSITIFS PUBLICS DE SOUTIEN AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES...26 Proposition 11 : Rationaliser le système public de soutien au financement des entreprises et mieux coordonner ses interventions...28 FAITS ET CHIFFRES...29 Fiche 1 : Une faible présence du capital-investissement dans les premiers stades de la vie de l entreprise...30 Fiche 2 : Y a-t-il une pénurie d épargne en France?...31 Fiche 3 : Tableau sur les principaux dispositifs d épargne...33 Fiche 4 : Bâle III : les nouvelles normes prudentielles des banques...36 Fiche 5 : Le cautionnement mutuel en Europe...37 LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES

6 GLOSSAIRE Assurance-vie : contrat par lequel l assureur prend l engagement, en contrepartie du versement de primes (ou cotisations), de verser à l assuré ou aux bénéficiaires que celui-ci aura désignés, un capital ou une rente, soit en cas de décès, soit en cas de survie de l assuré (ou dans les deux cas pour certains contrats), selon des modalités définies dans le contrat. Les contrats d assurance-vie sont soumis à un régime fiscal spécifique (exonération, à la sortie et dans certaines limites, des droits de succession et de l impôt sur le revenu). On distingue divers types de contrats : Contrat en unités de compte : contrat dont les garanties (les sommes assurées) sont exprimées par référence à un ou plusieurs supports (actions, obligations, parts ou actions d OPCVM, parts ou actions de sociétés immobilières, etc.). Ainsi, l épargne investie évolue en fonction des valeurs qui servent de référence. Dans ce type de contrat, le risque est assumé par l assuré car l assureur s engage uniquement sur le nombre d unités de compte et non sur leurs valeurs qui sont soumises aux fluctuations des marchés financiers. Contrat en euros : contrat dont les sommes assurées sont exprimées en euros. Le versement d un capital ou d une rente est garanti au terme du contrat et dans les conditions fixées par le contrat. Dans un contrat en euros, le risque financier est assumé par l assureur. Contrat multisupport : contrat proposant plusieurs supports d investissement appelés supports à capital variable (OPCVM, épargne immobilière) sur lesquels le souscripteur répartit son épargne en fonction de ses objectifs (rendement, durée de l épargne notamment). Ce type de contrat peut contenir également un support à taux garanti (support exprimé en euros) qui permet de sécuriser une partie de l épargne. BCE : Banque centrale européenne. BEI : Banque européenne d investissement. Business angels : particuliers investisseurs, généralement issus du monde des affaires, qui apportent, outre une mise de fonds dans le capital de nouvelles entreprises à potentiel, leurs compétences et leur tissu relationnel. Capacité d autofinancement : aussi appelée «cash-flow», elle correspond à l ensemble des ressources financières dégagées par une entreprise sur un exercice (bénéfices + amortissement et provisions). Crédit d investissement : les crédits d investissement sont des crédits à moyen terme (2 à 7 ans) ou à long terme (au-delà de 7 ans) destinés à financer les nouvelles immobilisations des entreprises. Crédit de trésorerie : les crédits de trésorerie sont des crédits bancaires à court terme (moins de 2 ans). Il s agit : - de la «facilité de caisse» : autorisation d être débiteur pendant des périodes très courtes ; - du «découvert» : autorisation d être débiteur pendant des durées de quelques semaines à quelques mois ; - et du «crédit de campagne» : pour les besoins financiers des productions à forte saisonnalité. Dette mezzanine : il s agit d une forme de dette subordonnée qui s interpose entre la dette senior (qui peut elle-même avoir plusieurs niveaux de subordination) et les capitaux propres. L investisseur en dette mezzanine ne sera donc remboursé qu après le remboursement complet de toutes les tranches de la dette senior. Compte tenu du niveau de risque encouru, il exigera une rémunération élevée généralement assortie de bons de souscription d actions qui pourront améliorer la rentabilité de son crédit. Dette senior : la dette senior est une dette bénéficiant de garanties spécifiques et dont le remboursement se fait prioritairement par rapport aux autres dettes, dites dettes subordonnées. Il s agit donc d une dette privilégiée. Dette subordonnée : une dette est dite subordonnée lorsque son remboursement dépend du remboursement initial des autres créanciers (créanciers privilégiés, créanciers chirographaires). En contrepartie du risque supplémentaire accepté, les créanciers subordonnés exigent un taux d intérêt plus élevé que les autres créanciers. ETI : entreprise de taille intermédiaire. Il s agit d entreprises qui, d une part, ont un effectif compris entre 250 et personnes et, d autre part, ont un chiffre d affaires annuel n excédant pas 1,5 milliard d euros ou un total de bilan n excédant pas 2 milliards d euros. FCPI : les fonds commun de placement dans l innovation sont une sous-catégorie des FCPR. En contrepartie de parts attribuées aux épargnants apportant leurs capitaux, les gérants de FCPI réalisent des opérations de capital-risque à concurrence au moins de 60 % de l actif du fonds dans des entreprises qualifiées d innovantes. FCPR : ce sont des fonds communs de placement à risques collectant des capitaux auprès d épargnants et les employant en opérations de capital-risque. À la différence des SCR, les FCPR n ont pas de personnalité juridique. Ce sont des copropriétés de valeurs mobilières gérées par des sociétés ad hoc (banques, entreprises d investissements agréées). FEI : Fonds européen d investissement. FIP : les fonds d investissement de proximité sont des FCPR dont l actif doit être constitué pour 60 % au moins de titres de PME non cotées (dont au moins 10% de titres d entreprises de moins de 5 ans) qui sont implantées dans des régions limitrophes. 6

7 Fonds propres : appellation générique évoquant dans une entreprise les ressources financières durables qui «appartiennent» directement ou indirectement à celle-ci : capital, réserves, bénéfice, report à nouveau, subvention d investissement, provisions réglementées, par opposition aux financements externes (provenant de tiers). En création d entreprise, les fonds propres évoquent l apport personnel ou le capital social de l entreprise. LBO (Leveraged buy-out) : montage financier de rachat d entreprise faisant intervenir un effet de levier, c est-à-dire par recours à un fort endettement bancaire. Ligne de crédit : une ligne de crédit est une forme de crédit dans lequel la banque met à disposition de son client un montant maximum sous forme de prêt, et sert à financer différentes opérations ou contrats que le client conclura ultérieurement. Livret de développement durable (LDD) : anciennement «compte pour le développement industriel» (CODEVI), c est un des produits d épargne réglementée dont le montant des dépôts est plafonné (6000 euros) et dont les intérêts sont exonérés d impôts. Marchés de la dette : par opposition aux marchés des actions, les marchés de la dette regroupent les marchés financiers où se négocient les titres de dette (obligations, titres de créances négociables) : marché monétaire pour les titres de court terme et le marché obligataire pour les dettes émises à moyen et long terme. PEC : petites entreprises communautaires de moins de 50 salariés et de moins de 10 millions de total bilan. PME : petites et moyennes entreprises. Il s agit d entreprises qui, d une part, ont un effectif inférieur à 250 personnes et, d autre part, ont un chiffre d affaires annuel n excédant pas 50 millions d euros ou un total de bilan n excédant pas 43 millions d euros. PMI : petites et moyennes entreprises industrielles. Prêt d honneur : crédit à moyen terme, généralement de 2 à 5 ans, accordé à un créateur ou repreneur d'entreprise, par une association ad hoc (organisme extra-bancaire), accordé sans prise de garantie personnelle et assorti, en règle générale, d'un taux d intérêt nul. Ratio de liquidité : il a pour objectif de rendre les établissements de crédit aptes à faire face aux demandes de remboursement des déposants. Cet objectif est atteint lorsque les liquidités (numérateur) sont égales aux exigibilités (dénominateur) ; soit un ratio de liquidité de 100% qui doit être respecté en permanence. Ratio de solvabilité : le ratio de solvabilité a pour objectif de renforcer la solidité et la stabilité du système bancaire et d atténuer les inégalités concurrentielles entre les banques. Ces objectifs sont atteints par une adéquation des fonds propres par rapport aux risques. Le ratio est donc un rapport entre un numérateur représentatif des fonds propres et un dénominateur représentatif de l ensemble des risques pondérés (risque de crédit, risque de marché et risque opérationnel). Il doit être supérieur ou égal à 8% actuellement (10,5% sous les règles de Bâle III). Quasi-fonds propres : appellation générique couvrant une palette de titres (obligations convertibles, obligations à bon de souscription d actions, obligations remboursables en actions ) qui n ont pas la nature comptable des fonds propres mais s en approchent. Ce sont des ressources stables qui peuvent, pour certains titres, être transformés en fonds propres. Société de capital-risque (SCR) : c est une société qui a pour objet social de prendre des participations minoritaires dans les sociétés non cotées au moment de leur création et pendant leur tout premier développement, dans le but de dégager à moyen terme (environ 5 ans) une plus-value substantielle en revendant ces participations. Société de caution mutuelle (SCM) : établissement de crédit spécialisé dans l octroi de garantie à l occasion d opérations engagées par un de ses membres (commerçants, industriels, artisans, sociétés commerciales et membres de professions libérales). Les SCM apportent leur caution lorsqu un cautionnement est exigé par la loi, ou en dehors de toute obligation légale pour garantir le remboursement d un emprunt bancaire pour le financement d investissements professionnels. Titre hybride : les titres hybrides sont des instruments financiers qui combinent les caractéristiques des capitaux propres et des titres de dettes : obligations convertibles en actions, obligations remboursables en actions, obligations à bons de souscription d actions TPE : très petite entreprise. Il n existe pas de définition européenne de la TPE. On l assimile généralement à la microentreprise (entreprises occupant moins de 10 salariés). La DGCIS la définit, quant à elle, comme une entreprise dont l effectif est inférieur à 20 salariés. Ce rapport exclut de son champ d étude les grandes entreprises qui ont, a priori, une plus grande latitude pour diversifier leurs sources de financement (intermédié ou non) et peuvent jouer de leur taille pour obtenir les meilleures conditions de financement aussi bien auprès des banques que sur les marchés. Cette capacité de substitution des sources de financement au gré du contexte n est pas à la portée de l immense majorité des PME-ETI non cotées, ciblées dans ce rapport. 7

8 INTRODUCTION Une baisse structurelle du taux d autofinancement des entreprises Depuis la fin des années 90, l investissement des entreprises françaises est de plus en plus financé sur ressources externes (crédits bancaires ou capitaux longs) et de moins en moins par autofinancement. Ce partage entre financement interne et financement externe a varié au gré de l évolution de la situation financière des entreprises. Mais, au-delà de ces fluctuations, la dépendance des entreprises françaises aux financements externes est de nature largement structurelle. Taux d autofinancement des entreprises non financières françaises (Epargne brute/investissement en %) Source : INSEE. Il en découle, en particulier pour les PME-ETI, une très grande sensibilité à la situation du système financier, à sa bonne santé comme aux évolutions de son environnement réglementaire. Une sous-capitalisation chronique des entreprises françaises Selon l INSEE 2, 21% des entreprises démarrent avec moins de euros de capital, et seulement 14% avec plus de euros. Or, quel que soit le secteur d activité, la pérennité de l entreprise et son développement dépendent du montant de l investissement initial du créateur. Cette sous-capitalisation de départ des PME françaises a, d une part, pour effet immédiat une moindre capacité à résister aux chocs conjoncturels, d où une mortalité importante dans les premières années. D autre part, pour les entreprises restantes, la souscapitalisation a des conséquences non négligeables sur leurs modalités de financement (recours à une palette d outils de financement plus orientés vers l endettement à court terme pénalisant à long terme leur croissance et leur pérennité). Création d entreprises et création d emplois : comparaison internationale Année 2008 France Allemagne Grande-Bretagne Etats-Unis Nombre d entreprises créées avec au moins 1 salarié Nombre d emplois créés Nombre d entreprises créées avec au moins 1 salarié (à population égale) Nombre moyen de salariés par entreprise la première année 2,7 4,3 5,6 6,6 Création d emplois par les entreprises employeuses (à population égale) Source : Fondation IFRAP & Réformateurs Libéraux, «Rapport commun sur le financement du démarrage des entreprises, pour l emploi et la justice sociale», mai INSEE PREMIERE, «Nouvelles entreprises cinq ans après : plus d une sur deux est toujours active en 2007», N Janvier

9 Les comparaisons internationales démontrent une capacité des entreprises américaines ou britanniques à croître beaucoup plus rapidement que nos entreprises françaises. Une dépendance au financement bancaire à défaut d autres ressources Contrairement aux grandes entreprises qui peuvent jouer de leur taille pour diversifier leurs sources de financement et accéder plus facilement aux financements de marché, les entreprises petites et moyennes restent très dépendantes du crédit bancaire. Le poids des dettes bancaires atteint ainsi près des deux tiers de l endettement financier des PME en général et plus des trois quarts pour les PMI en Poids des dettes bancaires dans le financement des PME/PMI Source : Banque de France, base FIBEN. Entreprises hors holdings. Cette dépendance est accentuée par la prépondérance des relations monobancaires qui limite le champ des possibles, notamment pour les petites entreprises : 86% des TPE n ont qu une seule banque, contre 43% des PME indépendantes et seulement 21% des grandes entreprises. Elle s explique également par un accès limité des petites et moyennes entreprises à des sources alternatives de financement en fonds propres ou quasi-fonds propres comme le capital-risque, le capital-développement ou le marché de la dette (obligations, titres de créances négociables ) réservé quasi-exclusivement aux entreprises d un chiffre d affaires supérieur à M. Enfin, le souci d indépendance du dirigeant qu il soit d ordre managérial ou d origine patrimoniale peut aussi être un obstacle à l ouverture du capital à des investisseurs extérieurs. Ce recours à l endettement bancaire fait ressortir la faiblesse des fonds propres des entreprises et engendre des cycles d endettement/désendettement peu adaptés aux besoins de développement des PME. Les banques sont néanmoins un partenaire incontournable du financement de long terme des entreprises. Dans ces conditions, il ne faudrait pas que la perspective d une réduction de l effet de levier et de la mise en place de ratios de liquidité dans le cadre de Bâle III ait un impact négatif sur le financement à long terme des entreprises et plus particulièrement les PME-ETI (cf. fiche 4). Des dispositifs fiscaux en faveur du financement dans les PME, instables et mal ciblés A cette problématique de règles prudentielles des banques commune à tous les pays, s ajoute une dimension spécifiquement française liée à la fiscalité. Les dispositifs de soutien au financement des entreprises sont dispersés, souvent mal ciblés et sans cohérence avec l objectif recherché. Le dispositif ISF-PME créé par la loi TEPA en 2007 a permis de drainer plus de 1 milliard d euros dans les fonds propres des entreprises. Mais la dernière réforme de la fiscalité du patrimoine portant sur l ISF a encore une fois modifié les règles du jeu. La grande instabilité de la fiscalité du patrimoine et sa complexité sont d autant plus regrettables que les entreprises françaises parviennent difficilement à attirer l épargne abondante des ménages qui demeure majoritairement 9

10 constituée d actifs très peu risqués. En 2010, plus de 81% de l encours total de placements financiers des particuliers sont placés en livrets d épargne liquides et en contrats d assurance-vie en euros, encouragés par une fiscalité quasi-nulle sur ce type de produits. Répartition du patrimoine financier des ménages par actifs de risque (Poids en % et écarts en points) (*) via l ensemble des canaux de distribution. (**) y compris celles détenues en direct dans le cadre de l épargne salariale. Source : AFG, AMF, Banque de France. Attirer l épargne des ménages français vers le financement de long terme des entreprises suppose une remise à plat de la fiscalité des produits d épargne d autant que la concurrence pour capter les capitaux disponibles s annonce sévère entre d un côté l État pour financer la dette publique et de l autre les acteurs de la finance pour satisfaire les nouvelles exigences prudentielles (Bâle III, Solvabilité II). S il est encore trop tôt pour évaluer les conséquences de ces évolutions majeures, on peut craindre que le maillon faible du financement à long terme soit de nouveau le segment des entreprises de petite taille et de taille moyenne et intermédiaire qui n ont pas les mêmes latitudes que les grandes entreprises pour accéder aux marchés financiers nationaux et internationaux. Dans ce contexte en profond changement, la CCIP avance des propositions pour pallier les risques pesant sur le financement à long terme de l économie française et, plus particulièrement, de ses entreprises. Indépendamment des mesures à prendre pour conforter le rôle des banques et des compagnies d assurance dans le financement des entreprises, la priorité doit donc être donnée à : - une redéfinition d un cadre fiscal stable et cohérent, favorable au financement direct et indirect des entreprises non cotées ; - une facilitation de l accès des PME-ETI aux marchés de la dette ; - et une rationalisation du système public de soutien au financement des entreprises. 10

11 PARTIE 1 Repenser une fiscalité cohérente et stable au service du financement des entreprises 11

12 La création et la transmission : des étapes de la vie d une PME particulièrement difficiles à financer Le cycle de la vie d une entreprise est composé de trois grandes étapes : la création, le développement et la transmission. Dans la phase de développement, la rentabilité de l entreprise ainsi que son potentiel de croissance peuvent être analysés objectivement grâce aux comptes annuels, à la connaissance du secteur dans lequel évolue l entreprise et aux capacités des dirigeants de l entreprise. Ainsi, investir dans une telle entreprise, ou simplement lui faire un prêt, représente généralement un risque rationnel que les banques, les assureurs et les investisseurs privés hésitent moins à prendre. En revanche, peu d éléments permettent d évaluer le risque encouru lors d un investissement ou d un prêt à une entreprise en création. Compte tenu de l absence d historique de leur situation financière, les jeunes entreprises de moins de trois ans sont quasiment exclues du financement bancaire. Leur capacité à financer de nouveaux projets d investissement et de développement implique de compter sur leurs propres forces et de gérer l affectation de leurs résultats dans une logique de renforcement des fonds propres. Ce problème de financement est aussi saillant au moment de la transmission à titre gratuit des PME familiales. En présence d héritiers qui n ont pas encore fait leurs preuves, les investisseurs externes refusent généralement de financer cette période de passage de relais alors que l entreprise a des besoins vitaux de fonds propres. Elles doivent en particulier se restructurer suite au changement de direction et distribuer des dividendes aux associés qui doivent s acquitter de droits de mutation très lourds. Si la mise en place du pacte Dutreil pallie en partie ces difficultés, des efforts doivent être poursuivis, notamment en matière de paiement différé et fractionné. Cette possibilité n est pas offerte aux holdings «passives» et ne peut s obtenir qu à la condition que la société octroie une garantie à l administration fiscale. Or, cette dernière refuse généralement le nantissement des titres au motif qu une telle garantie est soumise aux aléas futurs de l évolution de la valeur de la société, valeur pourtant admise pour les droits de mutation. Un taux implicite 3 d imposition sur les bénéfices en France supérieur à la moyenne européenne L impôt sur les sociétés, en taxant à l identique les bénéfices réinvestis dans l entreprise et les dividendes distribués aux actionnaires, alourdit le coût des capitaux propres et réduit la capacité d autofinancement. Selon une étude du Trésor 4, le taux implicite des sociétés non financières françaises (27,5% en 2008) est supérieur à la moyenne européenne. Les comparaisons entre entreprises au niveau national montrent, par ailleurs, des différences de taux implicites au profit des plus grandes, sur Taux implicite d imposition en Europe en 2008 Taux implicite des sociétés non financières en 2007 Source : Eurostat, Taxation trends in the European Union, Source : Liasses fiscales DGFIP ; calculs DG Trésor. Le poids de l IS explique sans doute en partie la difficulté des TPE et PME françaises indépendantes à grandir et devenir des ETI. Reconsidérer les règles de l IS est un axe prioritaire pour consolider les capitaux propres des TPE et des PME et les inciter à réinvestir leurs bénéfices. Ainsi la qualité de la structure de leur bilan en serait améliorée aux yeux des banquiers. 3 Ratio entre les recettes d impôt sur les sociétés et son assiette économique mesurée par l excédent net d exploitation. 4 Trésor-Eco, «Le taux de taxation implicite des bénéfices en France», n 88 Juin

13 PROPOSITION 1 : INCITER LES PME A REINVESTIR LEURS BENEFICES DANS LES FONDS PROPRES Devant l insuffisance des moyens de financement qui s offrent aux entreprises lors de leurs premières années de croissance, les réseaux consulaires ont naturellement vocation à jouer un rôle éminent en matière pédagogique pour sensibiliser les chefs d entreprises aux enjeux liés au renforcement des fonds propres notamment en termes d accessibilité du crédit. Dans ce cadre, ils peuvent s inspirer du programme de formation continue sur les «techniques de financement des entreprises» mis en place par la CCIP. Pour la CCIP, il est nécessaire de favoriser l investissement par autofinancement. Actuellement, seules les jeunes entreprises innovantes et certaines sociétés en raison de leur statut, de leur activité ou de leur implantation 5 bénéficient d un régime fiscal d IS avantageux. Dans un souci de simplification, la CCIP propose de rationaliser ces dispositifs et de mettre en place un seul régime fiscal cohérent et attractif dont le taux d imposition varierait selon le cycle de croissance et les besoins de financement de toute nouvelle PME juridiquement indépendante. Ce régime reviendrait à : - Exonérer d IS les bénéfices réinvestis dans le capital de l entreprise pendant les trois années suivant sa création. - Appliquer un taux réduit d IS de 15% aux bénéfices réalisés les cinq années suivantes à condition qu ils soient réinvestis dans le capital de l entreprise. A défaut de réinvestissement des bénéfices réalisés et au-delà de la 9 ème année, le taux de droit commun s appliquerait. Toutefois, pour les entreprises ayant moins de 50 salariés et un chiffre d affaires inférieur à 7,6 millions d euros, la part de bénéfice ne dépassant pas euros resterait taxée au taux réduit d IS de 15% sans aucune condition. 0 à 3 ans 4 à 8 ans 9 ans et plus Bénéfices réinvestis dans les fonds propres Exonération totale d IS Taux réduit d IS : 15% Taux d IS de droit commun Bénéfices non réinvestis Taux d IS de droit commun Taux d IS de droit commun PROPOSITION 2 : NE PAS OBERER LES FONDS PROPRES DE L ENTREPRISE A L OCCASION DE LA TRANSMISSION Forte de son expérience dans l accompagnement de l entreprise au moment de la transmission, la CCIP insiste sur la nécessité de préserver les fonds propres dans cette phase et propose de : - Élargir la possibilité d un paiement différé de 5 ans puis fractionné de 10 ans des droits de mutation aux transmissions de sociétés holdings dites «passives». - Exiger de l administration fiscale qu elle accepte systématiquement comme garantie du paiement le nantissement des titres transmis si le chef d entreprise le propose. 5 Entreprises nouvelles créées dans certaines zones du territoire (art. 44 sexies CGI), entreprises implantées ou créées dans les zones franches urbaines (art. 44 octies CGI). 13

14 Des faiblesses du capital-investissement sur les segments amont de la chaîne de financement Bien que le marché français du capital-investissement soit le deuxième marché en Europe (derrière le Royaume- Uni), les segments du capital-risque et du capital-développement sont encore peu développés. Sur la période , ces segments ont représenté respectivement 6% et 12% de l activité du secteur, contre 79% pour les opérations de LBO. Les difficultés d accompagnement en fonds propres se concentrent généralement sur les stades les plus amont du développement des TPE-PME (en phase d amorçage et premiers développements) qui mettent en jeu des petits tickets d investissement de l ordre de quelques centaines de milliers d euros. En deçà d une certaine taille d entreprise, l intervention des capitaux-investisseurs est difficile, en raison notamment du coût élevé d examen et de montage des petits dossiers et d une moindre incitation fiscale à la prise de risque dans le capital des PME pour les investisseurs externes. Investissements dans l année par le capital-risque et part des premiers stades (amorçage et création) en Europe En millions d'euros Allemagne (38,8%) 965 (36,6%) (40,0%) Espagne 481 (19,3%) (5,5%) 990 (11,3%) France (32,7%) (26,2%) (23,6%) Italie 541 (27,2%) 481 (4,7%) 294 (7,7%) Royaume-Uni (10,0%) (22,7%) (13,0%) Suède 414 (58,3%) 632 (36,7%) 738 (38,6%) Source : European Venture Capital Association. La loi de finances pour 2011 qui a modifié les règles du jeu du dispositif ISF-PME 6, ouvrant aux contribuables la possibilité d investir dans les PME et de réduire leur ISF, va à contre-courant de ce qui se pratique actuellement, notamment au Royaume-Uni. Le plafond du dispositif britannique «Enterprise Investment Scheme» permettant aux investisseurs privés d injecter des fonds dans les entreprises nouvellement créées, vient récemment d être relevé à des niveaux bien supérieurs aux plafonds français : il passe de actuellement à 1 million par personne à partir d avril Par ce dispositif, les investisseurs privés anglais contribuent au financement des entreprises à hauteur de 1 Md par an pour les 2/3 avec un investissement moyen supérieur à Par comparaison, les plafonds du dispositif Madelin sont beaucoup plus faibles ( pour une personne seule et pour un couple). 6 Les assujettis à l ISF ne peuvent plus déduire que 50% de leur dépense d investissement dans une PME, contre 75 % auparavant. La réduction d ISF en cas d investissements directs ou au travers de holdings dans une PME est ramenée de 75% à 67,5% dans la limite de euros. L avantage associé aux investissements au travers de fonds est lui ramené de 50 à 45%, dans la limite de euros. 14

15 PROPOSITION 3 : DOUBLER LE PLAFOND DU DISPOSITIF MADELIN POUR LES SOUSCRIPTIONS AU CAPITAL DES PETITES ENTREPRISES EN PHASE D AMORÇAGE, DE DEMARRAGE OU D EXPANSION La CCIP propose de doubler les plafonds des versements effectués au titre de souscription au capital de PEC (Petites Entreprises Communautaires : moins de 50 salariés et moins de 10 millions de total bilan) non cotées, sous condition de conservation des titres pendant 5 ans. Le plafond de la réduction d impôt sur le revenu de 22% serait relevé dans la limite de pour un célibataire et de pour un couple. Cette mesure favoriserait une plus grande participation des business angels au capital des PME en limitant le nombre des nouveaux entrants. L'entrepreneur qui veut créer ou développer son entreprise préfère bien souvent lever euros auprès de 2 ou 3 actionnaires plutôt qu auprès de 20 ou

16 Une préférence marquée des ménages pour des actifs financiers liquides, renforcée par un cadre fiscal incohérent Les entreprises françaises parviennent difficilement à drainer vers elles l'épargne abondante des ménages. Ces derniers ressentent une aversion marquée pour les placements en titres d entreprises jugés trop risqués. Alors même qu'ils bénéficient d'une certaine forme d'assurance en cas de perte sur l investissement (possibilité de déduire du revenu imposable le montant des pertes supportées, article 163 octodecies A du CGI, cf. infra), les investisseurs particuliers privilégient toujours les placements liquides et peu risqués (livrets d épargne disponible, contrats d assurance-vie en euros ). Patrimoine financier des ménages : Md en 2010 Source : INSEE, Banque de France, AMF. Actifs des ménages Patrimoine brut Patrimoine immobilier Patrimoine financier dont dépôts et livrets fiscalisés dont livrets défiscalisés dont épargne contractuelle (PEL) dont valeurs mobilières dont assurance-vie et épargne retraite Autres actifs Md en Poids 100% 61% 33% 5% Cette faible appétence pour les investissements risqués se trouve renforcée par un cadre réglementaire qui, quoique se voulant incitatif, s'appuie sur une multiplicité de dispositifs d épargne 7, dotés de régimes fiscaux propres ne répondant pas à une même stratégie fiscale. Ainsi, le court terme est parfois avantagé (pas de taxation du livret A), parfois pénalisé (assurance-vie retirée avant 4 ans taxée à 35 %) et la détention d actions n est pas toujours encouragée (traitement fiscal indifférencié de l assurance-vie quel que soit le support, contrats en unités de compte ou en euros). Un intérêt croissant des salariés pour les dispositifs d épargne salariale Selon l Association française de la gestion financière (AFG), les encours d épargne salariale sous gestion atteignent, en 2010, près de 90 Md (+ 4,5%), confirmant ainsi l intérêt croissant porté à ces dispositifs par les entreprises et leurs salariés notamment au sein des PME. Ils se répartissent entre les fonds d actionnariat salarié 8 à hauteur de 35,6 Md et les fonds «diversifiés» 9, eux même investis largement en actions, pour 53 Md. Au total, les fonds investis principalement en actions représentent 44,5 Md, contribuant ainsi de manière significative au financement en fonds propres des entreprises. Évolution des actifs sous gestion en épargne salariale 3% 2% 9% 13% 6% Source : AFG. 7 Cf. fiche 3 sur les principaux produits d épargne. 8 Principalement FCPE de l article L du code monétaire et financier et SICAV AS. 9 Principalement FCPE de l article L du code monétaire et financier. 16

17 PROPOSITION 4 : REPENSER LA COHERENCE DE LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE SELON LA DUREE ET LE RISQUE Orienter l épargne longue des ménages vers le renforcement des fonds propres des entreprises suppose de gagner la confiance de l investisseur au moyen d une fiscalité lisible et pérenne. Celle-ci devrait accorder aux épargnants des avantages fiscaux en fonction du risque des placements et de la durée de détention des titres. Ainsi, la CCIP propose de moduler la fiscalité des contrats d assurance-vie pour bien distinguer les contrats en euros de ceux en unités de compte, constitués essentiellement de titres d entreprises. Une telle politique encouragerait l investissement dans les PME-ETI, et particulièrement celles non cotées jugées plus risquées. PROPOSITION 5 : ENCOURAGER L EPARGNE SALARIALE INVESTIE EN TITRES D ENTREPRISES Plutôt que d envisager une "prime sur les dividendes", le développement des mécanismes d épargne salariale notamment dans les entreprises de moins de 50 salariés où ils ne sont pas obligatoires peut œuvrer au partage des fruits de la croissance de l entreprise, et au financement des entreprises. Par conséquent, il convient de mettre en place des outils simplifiés et incitatifs au niveau de entreprises comme des salariés : - Fusionner les dispositifs de participation et d intéressement en créant un dispositif unique d épargne salariale basé sur l intéressement qui se caractérise par une grande simplicité et une large souplesse dans les critères et les modalités de calcul. - Stabiliser le cadre de l épargne salariale, par exemple en évitant de modifier, à chaque loi de finances, le champ d application de ces dispositifs et le taux du forfait social Le taux est passé de 2% en 2009, 4% en 2010, à 6% puis 8% en

18 PARTIE 2 Conforter le rôle des intermédiaires financiers traditionnels 18

19 Des exigences bancaires en matière de garanties qui peuvent limiter l accès des entreprises au crédit Pour limiter le risque de crédit et diminuer sa couverture en fonds propres, les banques peuvent parfois effectuer des demandes de garanties (nantissement du fonds de commerce, hypothèque de biens immobiliers, caution personnelle ), ce qui décourage souvent les entrepreneurs et pénalise le financement de leurs projets. Face à cette situation, des systèmes de mutualisation du risque se sont développés pour faciliter l accès des PME au crédit. C est le cas d OSEO qui joue un rôle majeur dans le domaine de la garantie des financements bancaires, soutenu par les fonds régionaux et européens. Au-delà d OSEO, il existe des sociétés de caution mutuelle, comme la SIAGI ou les SOCAMA, qui gèrent des fonds de garantie mutuels alimentés par les versements des emprunteurs, dans le cadre de conventions signées avec les banques. L action de ces acteurs est soutenue par le Fonds européen d investissement, notamment à travers le «Programme cadre pour la compétitivité et l innovation (CIP)». Le champ d intervention de ces acteurs reste toutefois limité, dans la plupart des cas, à des catégories d entreprises ou des secteurs spécifiques (artisanat, commerce, professions libérales, associations, agriculture ) avec certains critères en termes de taille (TPE) et de chiffres d affaires (jusqu à 20 M pour la SIAGI). Des évolutions réglementaires porteuses de risques pour l offre de crédit aux PME-ETI Les effets des futures règles de Bâle III, dont la mise en œuvre s étalera jusqu en 2019, commencent à transformer en profondeur la gestion actif-passif des bilans des établissements de crédit et leurs choix stratégiques en matière d allocation de fonds propres aux différentes lignes de métiers. Même si l accroissement des exigences prudentielles concerne surtout la couverture des risques de marché, les contraintes de liquidité 11 imposées par les nouveaux ratios 12 vont, selon les banques, peser sur l activité de crédit, notamment aux PME- ETI. En particulier, ces nouveaux ratios risquent d amoindrir leur capacité de transformation des ressources de court terme (dépôts à vue, épargne disponible) en emplois de longue durée (prêts de long terme). Autrement dit, la mise en œuvre de ces ratios les obligerait à réduire la maturité des prêts qu elles accordent à leurs clients et/ou à rechercher des ressources longues et donc coûteuses (dépôts à terme, rapatriement de l épargne non bilantielle comme l assurance-vie ), ce qui se traduirait, en fin de compte, par une hausse du coût du crédit (effet prix) et/ou une contraction de l offre de crédit aux entreprises (effet volume). Les études du FMI ou encore de l OCDE 13 s attachent à estimer l impact à moyen terme de la mise en conformité avec les règles de Bâle III sur la croissance du PIB par grandes zones géographiques sans analyser l impact microéconomique en matière de distribution de crédit aux entreprises. Il est difficile, à ce stade, d en mesurer avec précision la portée sur le financement des PME et des ETI. Selon la CCIP, le régulateur doit veiller à une transposition des nouvelles normes dans un esprit qui préserve l accès des entreprises aux financements bancaires. Des études d impact de Bâle III sur l offre de crédit aux PME devraient être réalisées par des organismes indépendants. Par ailleurs, il conviendrait de prévenir toute éventuelle distorsion de concurrence liée à Bâle III entre l Europe et les États-Unis où seule une minorité de banques seront soumises aux règles. Il est vraisemblable que le paysage bancaire va évoluer dans les mois à venir. Certains réseaux, notamment les réseaux mutualistes et la Banque postale, vont accentuer leur positionnement sur le segment des TPE-PME qui redeviendra leur cœur de métier. 11 Bâle III introduit deux nouveaux ratios de liquidité, l un à court terme et l autre à long terme, dont l objectif est de prémunir les banques contre une nouvelle crise de liquidité comme celle de % pour les fonds propres «durs» ou core tier 1 composés des actions ordinaires et des résultats mis en réserve soit plus que le triple des exigences actuelles de 2%. 13 FMI, «Bank behavior in response to Basel III: a cross-country analysis», WP/11/119, May OCDE, «Macroeconomic impact of Basel III», Economics department working paper No.844, February

20 PROPOSITION 6 : DEVELOPPER LE CAUTIONNEMENT MUTUEL AU PROFIT DES PME Pour faciliter l accès au crédit des entreprises de taille petite et moyenne, il convient de soutenir le développement des structures de cautionnement mutuel. Certaines catégories d entreprises, notamment les jeunes entreprises en forte croissance ou les entreprises en transmission, pourraient ainsi accéder plus facilement aux concours bancaires pour financer leurs projets. Pour une plus grande efficacité, le champ des entreprises éligibles aux interventions des sociétés de caution mutuelle devra être élargi à toutes les PME financièrement saines mais sans actif à proposer en garantie. Pour ce faire, il est nécessaire de renforcer les moyens des acteurs du cautionnement mutuel : - en augmentant l enveloppe de soutien accordée par le Fonds européen d investissement dans le cadre du programme CIP 14 ; - en améliorant l articulation de leurs interventions avec celles d OSEO et des fonds régionaux de garantie pour couvrir tout le spectre des besoins des entreprises en matière de garanties. PROPOSITION 7 : RELEVER LE PLAFOND DU LIVRET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (LDD) SOUS RESERVE DE S ASSURER DU FLECHAGE DE LA COLLECTE ADDITIONNELLE VERS LE FINANCEMENT DES PME Face aux nouvelles exigences prudentielles en matière de liquidité, il est nécessaire que les banques puissent attirer dans leurs bilans une plus grande part de l épargne disponible des ménages. Le relèvement du plafond du LDD (ex-codevi), de à pourrait dynamiser ce livret d épargne réglementée destiné au financement des PME dans un contexte marqué par la baisse du rendement des autres placements financiers comme l assurance-vie. Son encours est presque trois fois inférieur à celui du livret A (69 Md contre 201 Md à fin mars 2011). Dans cette optique, l Observatoire de l épargne réglementée doit veiller au bon fléchage vers le financement des PME de la collecte additionnelle du LDD non centralisée au fonds d épargne de la Caisse des dépôts. 14 À titre d exemple, la SIAGI a bénéficié, en 2010, d un engagement du FEI d un montant de 75 M pour proposer une garantie sans caution personnelle dédiée aux opérations de transmission-reprise et de croissance d entreprise. 20

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Financement des PME Outils de la période de crise Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Un besoin de financement face à une crise financière Plan de financement de l économie 320 Mds : plafond

Plus en détail

hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité

hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité Article L214-41-1 du Code monétaire et financier Agrément AMF du 24 août 2010 Le FIP

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Camille de Rocca Serra Député de la Corse-du-Sud CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE

Camille de Rocca Serra Député de la Corse-du-Sud CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2007 Un outil moderne haut de gamme d épargne et d investissement en faveur du financement de l économie

Plus en détail

Saint Max. FCPI-FIP : Comment bénéficier de la performance et de la réduction d impôts? Lundi 15 décembre 2008-18h30

Saint Max. FCPI-FIP : Comment bénéficier de la performance et de la réduction d impôts? Lundi 15 décembre 2008-18h30 FCPI-FIP : Comment bénéficier de la performance et de la réduction d impôts? Lundi 15 décembre 2008-18h30 Saint Max Francis VENNER AVENIR CONSEIL PATRIMOINE 6 clos de la tuilerie - 54460 LIVERDUN tél :

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

GenCap Croissance FIP

GenCap Croissance FIP GenCap Croissance FIP GenCap Croissance Un fonds d investissement dédié aux PME régionales : L Aquitaine recèle des sphères d activité économique dynamiques avec des pôles industriels d excellence comme

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» -------------------------------

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- 1 2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- Alain PITHON, Secrétaire général, Paris EUROPLACE Karim ZINE-EDDINE,

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil Visa AMF n 09-064 123Ho l d i n g ISF 2009 L Autorité des Marchés financiers a apposé le visa n 09-064 en date du 20 mars 2009 sur un prospectus présentant cette opération, laquelle interviendra en une

Plus en détail

www.cercledoutremanche.com

www.cercledoutremanche.com LE FINANCEMENT DES PME : LES BUSINESS ANGELS P our placer l entreprise et l emploi au cœur de l économie de marché, du processus de plein-emploi et de justice sociale, encore faut-il avoir les moyens de

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance Des fiches pour mieux compren- dre l'actualité économique et les enjeux pour les PME Ce que la crise nous a appris, c est que le seul financement bancaire ne peut suffire pour assurer la pérennité des

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE

FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE DURÉE DE BLOCAGE & RISQUES DU PRODUIT Les parts du FCPR 123Capitalisation sont bloquées jusqu au 30 septembre 2016, cette durée

Plus en détail

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1)

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Page 1 sur 5 Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Le Plan d Epargne en Actions (PEA) est une enveloppe fiscale destinée à recevoir des placements en actions européennes. Il n impose

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

1. Garanties accordées sur les interventions en matière d innovation et d investissement

1. Garanties accordées sur les interventions en matière d innovation et d investissement Fiche N : 504 Version : 20/06/2014 Les interventions de Bpifrance en garantie des financements bancaires Mots clés : Bpifrance, financements, investissements, international, garantie Objet : présenter

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Les clés actuelles du financement de la reprise de PME : Le point de vue d OSEO

Les clés actuelles du financement de la reprise de PME : Le point de vue d OSEO Les clés actuelles du financement de la reprise de PME : Le point de vue d OSEO CRA Paris, le 22 octobre 2012 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr La transmission/

Plus en détail

RAPPORT BERGER LEFEBVRE DU 2 AVRIL 2013 L EPARGNE LONGUE

RAPPORT BERGER LEFEBVRE DU 2 AVRIL 2013 L EPARGNE LONGUE RAPPORT BERGER LEFEBVRE DU 2 AVRIL 2013 L EPARGNE LONGUE Tels les tables de la loi redescendues par Moïse du mont Sinaï, ce sont donc dix recommandations visant à «Dynamiser l épargne financière des ménages

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP

Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP Pourquoi choisir un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant? Le Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant est l interlocuteur idéal pour gérer

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

NEGOCIER AVEC UN FONDS

NEGOCIER AVEC UN FONDS REPRISE D ENTREPRISE NEGOCIER AVEC UN FONDS INTERVENANT : Laurent JULIENNE HEC ENTREPRENEURS 9 septembre 2014 A. LE MONTAGE FINANCIER Obligations convertibles A. LA STRUCTURE TYPE 1. Structure financière

Plus en détail

Midi Capital. nouvelle gamme. produits éligibles à la réduction ISF

Midi Capital. nouvelle gamme. produits éligibles à la réduction ISF Midi Capital nouvelle gamme 2011 produits éligibles à la réduction ISF Midi Capital lance sa gamme de produits éligibles à la réduction ISF 2011 Pour la campagne ISF 2011, Midi Capital, Société de Gestion

Plus en détail

Financer et accompagner les entreprises

Financer et accompagner les entreprises Financer et accompagner les entreprises EN HAUTE-NORMANDIE Créer EN HAUTE-NORMANDIE Innover Fiches pratiques Développer Transmettre Outils communs Édito des Présidents La Région Haute-Normandie et OSEO,

Plus en détail

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)?

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? M o d e d e m p l o i d e s p r ê t s a c c o r d é s a u x s t r u c t u r e s d u t i l i t é s o

Plus en détail

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Retour sur 2012 et premières tendances pour 2013 : l assurance française remplit ses deux missions, protéger et financer Les chiffres

Plus en détail

Si elle est votée, cette réforme devrait intervenir dans les semaines qui suivent (probablement début 2014).

Si elle est votée, cette réforme devrait intervenir dans les semaines qui suivent (probablement début 2014). Paris, le 14 novembre 2013 Cher(e)s fidèles client(e)s LINXEA souhaite vous informer sur la réforme de l assurance-vie qui va être examinée prochainement par les députés et les sénateurs et dont le texte

Plus en détail

ISF DIRECT 2010 RÉDUCTION ISF ASSURANCE CAPITAL. Ventures

ISF DIRECT 2010 RÉDUCTION ISF ASSURANCE CAPITAL. Ventures ISF DIRECT 2010 RÉDUCTION ISF ET ASSURANCE CAPITAL Dans le cadre de la loi TEPA, SigEx Ventures Euro Fund vous propose un placement en direct pour réduire l intégralité de votre ISF et une option pour

Plus en détail

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique La gestion financière de l assurance, clé du développement économique Grâce aux placements qu elle doit effectuer en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial

Plus en détail

fcpr 123Corporate 2018 de placement à risques

fcpr 123Corporate 2018 de placement à risques fcpr 123Corporate 2018 fonds commun de placement à risques objectif de gestion et stratégie d investissement Un fonds offrant une alternative aux placements traditionnels > 123Corporate 2018 est un fonds

Plus en détail

Radiance Humanis Vie

Radiance Humanis Vie ÉPARGNE Radiance Humanis Vie Et votre avenir prend des forces Taux du fonds en euros de Radiance Humanis Vie : 3,50 %* * Taux de rémunération 2013 du fonds en euros Apicil Euro Garanti. Taux net de frais

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

Banque P opula l ir i e r R iv i es d e P ari r s Jocelyn Allaire

Banque P opula l ir i e r R iv i es d e P ari r s Jocelyn Allaire Banque Populaire Rives de Paris Jocelyn Allaire Financer le développement de l entreprise ISEG 24 juillet 2013 Bien préparer sa demande de prêt Présentation du projet : Convaincre d abord sur le projet

Plus en détail

Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP

Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP Pourquoi choisir un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant? Le Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant est l interlocuteur idéal pour gérer

Plus en détail

Octobre 2009. Les outils de soutien au financement des entreprises

Octobre 2009. Les outils de soutien au financement des entreprises Octobre 2009 Les outils de soutien au financement des entreprises Les outils de soutien au financement des entreprises Les produits AFD et OSEO Les fonds de garantie AFD : Permettent d apporter des garanties

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ISF 2016

MANDAT DE GESTION ISF 2016 P MANDAT DE GESTION ISF 2016 OBJECTIFS DU MANDAT Le Mandat (1) est investi principalement (soit au minimum à hauteur de 75% au moment de l investissement initial) dans des PME Eligibles exerçant une activité

Plus en détail

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier FCPI Diadème Innovation Pour concilier innovation et immobilier Diadème Innovation II, défiscalisation, innovation et immobilier Diadème Innovation II, Fonds Commun de Placement dans l Innovation, a pour

Plus en détail

Présentation CD2E 26 MAI 2010. Présentation CD2E

Présentation CD2E 26 MAI 2010. Présentation CD2E Présentation CD2E 26 MAI 2010 1 1 Le Groupe Finorpa q Le groupe FINORPA, aujourd hui q Nos spécificités q Les objectifs de nos outils financiers q Les chiffres clés 2 2 Finorpa, aujourd hui Présentation

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION (FONDS FEDER)

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION (FONDS FEDER) Axe 2 La compétitivité de l économie : développer l économie réunionnaise dans l environnement international Service instructeur Conseil Régional Direction des Affaires Economiques Dates agréments CLS

Plus en détail

ETUDES SUR LES AIDES PUBLIQUES AUX ENTREPRISES PAR LES DIFFERENTES COLLECTIVITES

ETUDES SUR LES AIDES PUBLIQUES AUX ENTREPRISES PAR LES DIFFERENTES COLLECTIVITES Avant-propos ETUDES SUR LES AIDES PUBLIQUES AUX ENTREPRISES PAR LES DIFFERENTES COLLECTIVITES En France, il y a 4 500 d aides fiscales aux entreprises! Il me paraît impossible de les passer toutes en revue,

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

avec La Région s engage et pour l emploi

avec La Région s engage et pour l emploi avec La Région s engage pour le financement des PME et pour l emploi 2 Financer les projets des petites et moyennes entreprises La Banque Publique d Investissement Pays de la Loire a été inaugurée au début

Plus en détail

Nord Cap V. Fonds d Investissement de Proximité

Nord Cap V. Fonds d Investissement de Proximité Nord Cap V Fonds d Investissement de Proximité FIP Nord Cap V Points-Clefs Participer à la vie économique en accompagnant indirectement le développement et la transmission de PME diversifiées du Nord de

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Lundi 13 octobre 2008 Dossier de presse Communiqué

Plus en détail

Financer en capital les entreprises innovantes

Financer en capital les entreprises innovantes Financer en capital les entreprises innovantes CDC Entreprises, acteur majeur du capital investissement pour les PME de croissance 18 Janvier 2011 Présentation au CAS Véronique JACQ CDC Entreprises dédiée

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

Favoriser l épargne longue

Favoriser l épargne longue Favoriser l épargne longue Contexte et réglementations assurance 6è Forum International Economique et Financier de Paris, 6 juin 2013 Introduction générale et sommaire Allocation d actifs des assureurs

Plus en détail

GenCap Ave n i r FCPI

GenCap Ave n i r FCPI GenCap Avenir FCPI GenCap Avenir è Une philosophie d investissement unique grâce à : 1 Une vision européenne du capital d investissement L utilisation de techniques d investissement innovantes : le venture

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES

La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES MOSTAGANEM JEUDI 30 JUIN 2011 Mesdames Messieurs ; C est avec un réel plaisir et beaucoup d intérêt que nous participons

Plus en détail

CONTRIBUTION DE LA COMMISSION «DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE» DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL RÉGIONAL DE LA RÉUNION

CONTRIBUTION DE LA COMMISSION «DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE» DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL RÉGIONAL DE LA RÉUNION CONTRIBUTION DE LA COMMISSION «DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE» DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL RÉGIONAL DE LA RÉUNION DANS LE CADRE DE L INSTANCE DE CONCERTATION SUR LES RÉGIMES DE DÉFISCALISATION

Plus en détail

Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges

Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges 1 Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges Novembre 2011 Lorsqu une société est fortement valorisée

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne Nelly MONGOSSO O BAKANG Administrateur et Directeur Général Adjoint Allianz Cameroun Assurances Vie Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

fip hexagone patrimoine 1 ÉLIGIBLE À LA RÉDUCTION D ISF ET D IRPP PLACEMENT D UNE DURÉE DE 8 ANS

fip hexagone patrimoine 1 ÉLIGIBLE À LA RÉDUCTION D ISF ET D IRPP PLACEMENT D UNE DURÉE DE 8 ANS fip hexagone patrimoine 1 ÉLIGIBLE À LA RÉDUCTION D ISF ET D IRPP PLACEMENT D UNE DURÉE DE 8 ANS FIP hexagone patrimoine 1 Avantage fiscal à l entrée d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) d impôt

Plus en détail

PREDIVIE TRANSMISSION

PREDIVIE TRANSMISSION ASSURANCE VIE PREDIVIE TRANSMISSION L ASSURANCE VIE DÉDIÉE À LA TRANSMISSION DU CAPITAL À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous conseillons nos clients pour leur apporter une réponse adaptée à chacun

Plus en détail

Contrat individuel d assurance sur la vie libellé en euros et/ou en unités de compte

Contrat individuel d assurance sur la vie libellé en euros et/ou en unités de compte PRÉPAREZ VOTRE RETRAITE EN TOUTE LIBERTÉ Contrat individuel d assurance sur la vie libellé en euros et/ou en unités de compte Le Livret RM : la solution retraite qui s POURQUOI PRÉPARER SA RETRAITE? Choisir

Plus en détail

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Plan du guide I- LES INVESTISSEMENTS CONCERNES a) L investissement direct dans une PME b) L investissement grâce à une société holding c) L

Plus en détail

Donnez-vous toutes les chances de réussir votre reprise d entreprise : votre projet, votre accompagnement et votre financement

Donnez-vous toutes les chances de réussir votre reprise d entreprise : votre projet, votre accompagnement et votre financement Donnez-vous toutes les chances de réussir votre reprise d entreprise : votre projet, votre accompagnement et votre financement Salon des entrepreneurs de Paris Mercredi 4 février 2015 à 16 heures 30 Janvier

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

Contrat d assurance-vie Skandia Archipel

Contrat d assurance-vie Skandia Archipel Contrat d assurance-vie Skandia Archipel Pourquoi choisir un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant? Le Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant est l interlocuteur idéal pour gérer votre

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP Advance,

Plus en détail

Le système de cotation de la Banque de France

Le système de cotation de la Banque de France DGAFP D I R E C T I O N G É N É R A L E D E S A C T I V I T É S F I D U C I A I R E S ET DE P L A C E Direction des Entreprises Le système de cotation de la Banque de France Mars 2015 Sommaire 1. La cotation

Plus en détail

123CAPITAL PME II. Fonds d Investissement de Proximité

123CAPITAL PME II. Fonds d Investissement de Proximité Fonds d Investissement de Proximité 123CAPITAL PME II 123CAPITAL PME II Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve d une durée de placement comprise entre 8 et 10

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion OFFRE ISF 2013 Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion D 123Club PME 2013 UN INVESTISSEMENT PERMETTANT DE BéNEFICIER DE 50% DE RéDUCTION D ISF JUSQU à 45 000 (cf. risques

Plus en détail

Banque et Capital-Investissement Un double partenariat pour les PME. Alger, 11 et 12 mars 2009

Banque et Capital-Investissement Un double partenariat pour les PME. Alger, 11 et 12 mars 2009 11 mars2009 Banque et Capital-Investissement Un double partenariat pour les PME Alger, 11 et 12 mars 2009 Amaury Mulliez, Proparco Représentant Maroc et Capital-investissement au Maghreb RAPPEL: DIFFERENCE

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Life Insurance : Combining innovation and tax mitigation with compliance. Olivier Martinez La Mondiale Europartner Luxembourg, 27 mars 2012

Life Insurance : Combining innovation and tax mitigation with compliance. Olivier Martinez La Mondiale Europartner Luxembourg, 27 mars 2012 Life Insurance : Combining innovation and tax mitigation with compliance Olivier Martinez La Mondiale Europartner Luxembourg, 27 mars 2012 Combining innovation L assurance-vie luxembourgeoise Secteur en

Plus en détail

Médiation du crédit aux entreprises

Médiation du crédit aux entreprises Médiation du crédit aux entreprises Gérard Rameix, Médiateur du crédit > Commission système financier et financement de l économie 7 novembre 2011 Sommaire 1. La Médiation du crédit au service des entreprises

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance 2014 Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP

Plus en détail

Plan de soutien aux PME

Plan de soutien aux PME Plan de soutien aux PME Innovation Croissance International Création Transmission oseo.fr Une marque : Trois métiers : Innovation Garantie Financement Un réseau unifié Soutenir l innovation Nos missions

Plus en détail

FIP ECUREUIL N 10 IR 2014 ISF 2014 SOUTENEZ LE DÉVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET DIVERSIFIEZ VOTRE PATRIMOINE FINANCIER À LONG TERME

FIP ECUREUIL N 10 IR 2014 ISF 2014 SOUTENEZ LE DÉVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET DIVERSIFIEZ VOTRE PATRIMOINE FINANCIER À LONG TERME ligible à une réduction ISF 2014 ÉÉligible à une réduction ligible à une réduction IR 2014 ÉÉligible à une réduction FIP ECUREUIL N 10 SOUTENEZ LE DÉVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET DIVERSIFIEZ VOTRE

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

FIP ODYSSEE CONVERTIBLES & ACTIONS 2

FIP ODYSSEE CONVERTIBLES & ACTIONS 2 FIP ODYSSEE CONVERTIBLES & ACTIONS 2 STRATEGIE DE GESTION DU FONDS STRATEGIE DE GESTION DU FONDS Le fonds investira dans un portefeuille de PME, sélectionnées pour leurs perspectives de rentabilité et

Plus en détail

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Juin Mars 2009 1 Sommaire Le Médiateur du crédit Sa mission Ses objectifs Ses équipes La démarche : simple et accessible à tous Les entreprises éligibles

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

Un holding d investissement dans les PME

Un holding d investissement dans les PME Un holding d investissement dans les PME La Financière Viveris Diversifier Optimiser Capitaliser L objet de la Financière Viveris est de prendre des participations dans les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Medef Les propositions pour le développement et la compétitivité de nos TPE-PME-ETI «Exiger la PME Attitude»

Medef Les propositions pour le développement et la compétitivité de nos TPE-PME-ETI «Exiger la PME Attitude» Medef Les propositions pour le développement et la compétitivité de nos TPE-PME-ETI «Exiger la PME Attitude» Assemblée Permanente 19 juin 2012 1 I - RÉTABLIR LA COMPÉTITIVITÉ DES PME UN CONSTAT : UNE SITUATION

Plus en détail

«L investissement dans les PME» Pauline Lavaud B00310418 Valère Rames - B00188725 Antoine Seligmann - B00280926

«L investissement dans les PME» Pauline Lavaud B00310418 Valère Rames - B00188725 Antoine Seligmann - B00280926 «L investissement dans les PME» Pauline Lavaud B00310418 Valère Rames - B00188725 Antoine Seligmann - B00280926 ESSEC Gestion de Patrimoine 29 avril 2011 ETAT DES LIEUX DES PME EN FRANCE Les atouts majeurs

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail