Jeunes, réseaux sociaux et citoyenneté

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Jeunes, réseaux sociaux et citoyenneté"

Transcription

1 Jeunes, réseaux sociaux et citoyenneté Synthèse des Rencontres citoyennes du 11 décembre 2013 Sous le haut patronage de Vincent Peillon, Ministre de l Éducation nationale, avec la participation de George Pau-Langevin, Ministre déléguée en charge de la Réussite éducative

2 2 Synthèse des Rencontres Citoyennes «Jeunes, réseaux sociaux et citoyenneté» Les Rencontres citoyennes «Jeunes, réseaux sociaux et citoyenneté» Le numérique a envahi notre société et a profondément modifié notre façon de vivre et d échanger. Omniprésents dans la vie des jeunes, les réseaux sociaux modifient les comportements, les rapports, et bouleversent les codes traditionnels de la citoyenneté. Également plongés au cœur de cette problématique, enseignants, experts et jeunes délégués lycéens apportent leur éclairage lors de tables tondes et partagent sur la meilleure façon d utiliser ces technologies. Mot d accueil François Weil, Recteur de l académie, chancelier des universités de Paris Introduction Andrée Sfeir, Déléguée générale de l association ÉVEIL Modération des débats Première table ronde Les réseaux sociaux, moyens de communication et d accès à l information Marie Derain, Défenseure des Enfants Laurence Bee, Journaliste, auteur et créatrice des sites Parents 3.0 et Ados 3.0 Carole Gay, Responsable affaires juridiques et réglementaires à l AFA, Association des Fournisseurs d Accès et de Services Internet Nadine Ingabire, Naomi Nzimbi Panda, Maidy Blis, Lycéennes membres des Conseils de Vie Lycéenne des lycées Langevin-Wallon de Champigny-sur-Marne et Alfred Costes de Bobigny Deuxième table ronde L impact des réseaux sociaux dans la construction de son identité et de son rapport à l autre, vers une citoyenneté numérique Divina Frau-Meigs, Sociologue des médias, professeur à la Sorbonne, experte auprès de l UNESCO, de la Commission européenne, du Conseil de l Europe Serge Tisseron, Psychiatre et psychanalyste Philippe Tournier, Secrétaire Général du SNPDEN, Syndicat National des Personnels de Direction de l Education Nationale Fanny Ayello Campos, Kalilou Sylla, lycéens membres des Conseils de Vie Lycéenne deslycées Langevin-Wallon de Champignysur-Marne et Blaise Cendrars de Sevran et du Conseil Académique de Vie Lycéenne de l académie de Créteil Conclusion Henriette Zoughebi, vice-présidente du Conseil régional Ile-de-France en charge des lycées Clôture George Pau-Langevin, Ministre déléguée à la réussite éducative Mot de remerciement Anne-Marie Burelle, Présidente de l association ÉVEIL Louise Tourret Journaliste, productrice de «Rue des écoles» à France Culture

3 3 Mot d accueil rançois Weil Recteur de l académie, chancelier des universités de Paris «Qu est-ce donc que dormir? C est une manière de penser ; dormir, c est penser peu, c est penser le moins possible. [ ] Se réveiller, c est se refuser à croire sans comprendre; c est examiner, c est chercher autre chose que ce qui se montre ; c est comparer et n accepter que des images qui se tiennent». Ces réflexions sont celles de l un des plus grands professeurs qu ait compté l académie de Paris, le philosophe Alain. Il s adressait alors à de jeunes bacheliers dans un discours resté célèbre sur Les Marchands de Sommeil. Alain y encourageait ses élèves à poursuivre leur éveil intellectuel et citoyen pour éviter de tomber un jour dans les écueils du sommeil de la pensée. Cet éveil intellectuel et citoyen auquel faisait référence Alain est plus que jamais d actualité plus d un siècle après son discours. A l heure où le numérique multiplie les accès à la connaissance et les sources d éveil, il est aussi une porte pour les marchands de sommeil et bien d autres dérives plus dangereuses encore. L école a donc un rôle fondamental à jouer dans cet éveil des élèves au numérique. Elle doit leur permettre de développer l esprit critique, seul garant d un usage raisonné de ces nouveaux territoires de la connaissance et de l échange. C est l un des grands enjeux de la priorité au numérique qui est au cœur de la refondation actuelle de l école. Je suis donc très heureux de vous accueillir aujourd hui dans ce Grand Salon de la Sorbonne pour ces rencontres citoyennes «Jeunes, réseaux sociaux et citoyenneté». Ces rencontres des délégués des conseils de la vie lycéenne d Ile-de- France sont une première étape vers l élaboration d une «Charte pour une utilisation citoyenne des réseaux sociaux». Elles sont le fruit d un partenariat entre l Éducation nationale et l association ÉVEIL qui accompagne depuis 20 ans les jeunes sur le chemin de la citoyenneté et de la responsabilité grâce à des programmes d information pratiques et concrets. Je veux remercier l ensemble des intervenants qui ont accepté d animer les deux tables rondes de cet après-midi. Je suis certain que cette très belle initiative stimulera dans les lycées franciliens la réflexion nécessaire autour de cette question. Et je vous souhaite donc à toutes et à tous d excellents travaux sous le signe de l éveil. Introduction Andrée Sfeir Déléguée générale de l association ÉVEIL, Présidente du COFRADE Nous sommes heureux de fêter les 20 ans de l association ÉVEIL à La Sorbonne. En 1993, nous étions une poignée autour d Anne-Marie Burelle et moi, à croire en ce projet, créer une association pour éveiller les jeunes à leur rôle de citoyens, pour les accompagner sur le chemin de l autonomie et de la citoyenneté. Notre ambition, leur apporter, à côté du cours du professeur, une information transversale et concrète, qui éveille leur curiosité, les aide à réfléchir et à prendre leurs responsabilités. Quelle aventure! Avec interventions en classe, pour plus d un million d élèves et leurs professeurs, sur des sujets comme la santé, l environnement, l orientation, l Europe, l égalité et la lutte contre les discriminations, les réseaux sociaux ou le vivre ensemble, que nous abordons cette année en périscolaire, nous sommes fiers de nos réalisations. Nous avions défini en 1993, les adolescents comme public prioritaire, ils le demeurent, mais nous agissons aujourd hui de la grande section de Maternelle à la formation d enseignants. Les méthodes d ÉVEIL ont évolué, les temps privilégiés avec les jeunes et les enseignants restent l écoute et la concertation. La participation des jeunes prend des formes diverses : débats argumentés en classe, enquêtes menées par les jeunes eux-mêmes, productions, de cartes postales, reportages, exposés-débats dans le cadre de forums jeunes. Nous sommes engagés auprès d organismes fédérateurs pour défendre les causes que nous portons au sein de l association, je pense particulièrement, au développement durable, avec le Comité 21, ou aux droits de l enfant, avec le COFRADE, qui veille en France à l application de la CIDE. Chaque année, l association ÉVEIL organise des Rencontres pour partager ses expériences sur la construction de la ci-

4 4 Synthèse des Rencontres Citoyennes «Jeunes, réseaux sociaux et citoyenneté» toyenneté. Aujourd hui, une nouvelle dimension de la citoyenneté se joue sur les réseaux sociaux, d où l organisation de ces Rencontres «Jeunes, réseaux sociaux et citoyenneté», placées sous le haut patronage du Ministre de l Education nationale, Vincent Peillon, que madame George Pau-Langevin, Ministre Déléguée à la Réussite Educative, vient clôturer. Le numérique a envahi notre société, modifié notre façon de vivre et d échanger. Les réseaux sociaux font partie de la vie des jeunes. Ils influent sur les comportements, les rapports et bouleversent les codes traditionnels de la citoyenneté. Les parents s inquiètent, les chefs d établissement dénoncent leur influence néfaste sur la vie scolaire. Et les jeunes, les principaux intéressés, victimes, bénéficiaires, qu en pensent-ils? Notre propos n est pas de traiter ici des mutations de la jeunesse mais de poser les problèmes ensemble, adultes et jeunes. Les réseaux sociaux nous obligent à travailler en confiance avec les jeunes, c est une chance à saisir, pour voir comment chacun à sa place, peut participer, dans un climat de bienveillance, à la réflexion et à l émergence de propositions. La participation à la vie de la société, est un droit reconnu aux jeunes depuis la ratification par la France de la CIDE en 1990, il nous appartient de le pratiquer. Janucz Korcjak peut inspirer nos travaux : «comme une vague nouvelle une jeune génération est entrain de monter ils arrivent avec leurs défauts et leurs qualités, donnons leur les conditions pour qu ils puissent devenir meilleurs.» 1 Première table ronde Les réseaux sociaux, moyens de communication et d accès à l information Pour un internet plus sûr pour les enfants Marie Derain Défenseure des Enfants La notion de réseau est ancienne et l histoire de ses usages extrêmement instructive. Elle n a été reprise que récemment dans le champ social. En informatique il s agit d un regroupement d ordinateurs et de terminaux reliés entre eux dans le but d échanger des informations numériques. En 1999 on comptabilisait millions d ordinateurs connectés à internet. Aujourd hui on recense 2,4 milliards d utilisateurs d internet dans le monde. En France une étude a récemment démontré que 80 % des français sont inscrits à un réseau social. Les réseaux sociaux sont de formidables outils de communication et d autopromotion tant du point de vue personnel que professionnel. L utilisateur n est cependant pas toujours conscient des risques divers qu il prend en dévoilant des données sur sa vie privée, ses habitudes de vie, ses loisirs, voire ses opinions politiques ou religieuses Dès l apparition des écrans, les pouvoirs publics et la société civile ont veillé à organiser la protection des enfants. Plusieurs de leur droits sont en effet concernés : droit d être protégé contre les violences (pornographie, pédophilie, harcèlement, exposition à des images violentes), droit à la protection de la vie privée, droit à l égalité de traitement (garçons/filles, origine ethnique, handicap), droit de ne pas être exploité, droit de s exprimer, de faire entendre son point de vue, droit d exercer sa citoyenneté, droit de s informer, droit à l éducation, aux loisirs, aux activités culturelles, droit à la liberté de pensée. C est ce qui nous a amené, en 2012, pour le rapport consacré aux droits de l enfant que le Défenseur des droits doit remettre chaque année le 20 novembre au Président de la République, à évoquer les rapports des enfants aux écrans, en l intitulant «Enfants et écrans : grandir dans le monde numérique», et à formuler dix propositions. Le rapport dresse un état des lieux des travaux, des systèmes de régulation et de protection et en mesure l efficacité. Il pointe l apport bénéfique de ces nouvelles technologies mais également les dangers auxquels les mineurs sont exposés. Le repérage des effets de la consommation précoce et parfois intense des écrans par les enfants, l information et la sensibilisation relatives aux enjeux de la protection de la vie privée des jeunes enfants et des adolescents sont un complément indispensable au dispositif de

5 5 5 protection juridique existant. Les efforts de protection demeurent à encourager fortement. Tous les acteurs, pouvoirs publics, secteur privé, enfants, parents et tous ceux qui sont amenés à jouer un rôle auprès des enfants, doivent prendre leur part de responsabilité afin d installer «un internet plus sûr pour les enfants». La connexion est naturelle Laurence Bee Journaliste, auteur, créatrice des sites Parents 3.0 et Ados 3.0 Aujourd hui, pour une majorité d enfants et d adolescents, la connexion est naturelle, aussi naturelle que pour nous, adultes, l est l électricité. La connexion est omniprésente, et fait partie intégrante du quotidien des familles. Il n y aura pas de retour en arrière. Problème pour les parents : accompagner cette mutation, et aider les enfants et les adolescents à grandir en ligne, sans avoir forcément la pratique, la culture, ni le recul nécessaires, le phénomène étant relativement récent. Les parents d aujourd hui peuvent rarement se servir de leur passé d adolescents blogueur ou d Instagramer roi des selfies Comment, donc, quand on est parent aujourd hui, trouver sa place dans les univers numériques? Une piste à explorer est peut-être de changer notre regard sur les écrans en général. Lorsqu ils apparaissent dans les familles, pourtant souvent à l initiative des parents, les écrans sont synonymes de crispation, voire de conflits. Il ne s agit pas de nier les dangers ou de considérer le Web social comme le pays des Bisounours, mais de porter un regard bienveillant sur les pratiques en ligne des jeunes. Accepter l idée que les adolescents n ont pas, par exemple, forcément le même rapport à l image ou à la vie privée que nous. Accepter aussi l idée que les comportements en ligne ne naissent pas ex nihilo mais découlent du réel. Bien comprendre que le numérique est une émanation du réel. Les réseaux sociaux sont vivants, ils sont la traduction, derrière les écrans, de pratiques éminemment humaines, au premier rang desquelles on trouve la conversation, premier degré de la communication. Cadre légal et bonnes pratiques Carole Gay Responsable Affaires juridiques et réglementaires à l AFA Qu est-ce qu un réseau social? C est avant tout un site Internet permettant de relier des personnes en fonction d activités ou d intérêts communs, et qui permet une interaction entre ses utilisateurs. Le réseau social est une composante du web 2.0, dont la caractéristique est de faire de l internaute un créateur et un diffuseur de contenu. La mise à disposition d un réseau social crée donc, à l égard du réseau lui-même comme de ses utilisateurs, des responsabilités. Comme tout service de communication au public en ligne, le réseau social est régi par la loi pour la confiance dans l économie numérique du 21 juin 2004 (LCEN), et est généralement considéré comme un hébergeur de contenus, se contentant de mettre à disposition des utilisateurs un espace de stockage de leurs informations. En cela, l hébergeur bénéficie d une responsabilité limitée, qui n est engagée que s il a eu effectivement connaissance du caractère manifestement illicite d un contenu et, qu à partir de cette connaissance, il n a pas agi promptement pour le retirer ou en rendre l accès impossible. L utilisateur a ainsi à sa disposition un espace de liberté, mais est pleinement responsable des contenus qu il crée et publie sur sa page ou son profil, et peut avoir à répondre de certains abus (diffamation, injure, haine raciale, contenus choquants, violence, contrefaçon, publi-

6 6 Synthèse des Rencontres Citoyennes «Jeunes, réseaux sociaux et citoyenneté» cation de photos ou de données personnelles sans autorisation ). Les mineurs peuvent eux aussi voir leur responsabilité pénale engagée dès 13 ans, même s ils bénéficient de l excuse de minorité, qui diminue par deux les peines maximales encourues. La publication de commentaires ou de photos relatifs à des enseignants peuvent également donner lieu à des sanctions disciplinaires pour violation du règlement intérieur de l établissement scolaire. Afin que ces abus cessent, l utilisateur victime des réseaux sociaux doit avoir les moyens d agir contre ces comportements. Des outils qui permettent le signalement et le retrait des contenus illicites sont mis à disposition des internautes tant par les réseaux sociaux eux-mêmes, que par l Association des Fournisseurs d Accès (AFA) via le service de signalement en ligne anonyme et gratuit soutenu par la Commission européenne et les acteurs de l internet depuis 15 ans. Des initiatives sont également en cours au niveau européen afin de simplifier le processus de signalement, et le rendre encore plus efficace (publication des «Safer Social Networking Principles for the EU» en 2009 et mise en place de la «CEO coalition» fin 2011, tous deux avec le soutien de la Commission européenne). Enfin, pour que les jeunes prennent conscience des bons comportements à adopter sur Internet, l AFA a mis en place un quizz de sensibilisation à destination des 7-15 ans, accompagnés s ils le souhaitent de leurs parents, accessible sur Utilisation des réseaux sociaux Les réseaux sociaux, c est bien car on communique beaucoup avec, beaucoup plus qu en face à face. Mais il ne faut pas en abuser car ça peut porter préjudice (au sommeil par exemple). Notre Conseil de Vie Lycéenne (CVL) les utilise, c est une nouvelle manière de communiquer et de relancer la démocratie. Naomi Nzimbi Panda et Maidy Blis, Membres du Conseil de Vie Lycéenne, lycée Alfred Costes, Bobigny Enquête au lycée réalisée par le CVL Un Conseil de Vie Lycéenne, CVL, est composé de 10 lycéens et 10 adultes. Notre CVL existe depuis 2 ans. D après notre enquête, le réseau le plus utilisé est facebook, principalement par les jeunes. Facebook est un réseau qui leur correspond car il permet de mettre beaucoup de sanctions notamment pour les parents qui ne peuvent pas surveiller. Twitter permet de raconter sa vie en direct. Snap Tchat nous sert pour envoyer des photos et des vidéos. On peut limiter le temps de présence de la photo et on est prévenu si la personne l enregistre. Linkelin, est plus utilisé par les étudiants pour communiquer avec les entreprises. D après notre enquête, les lycéens utilisent 2h30 par jour les réseaux sociaux. Les jeunes parlent de leur vie, échangent des photos mais aussi des informations scolaires. Nadine Ingabire Membre du Conseil de Vie Lycéenne, lycée Langevin-Wallon, Champigny-sur-Marne

7 7 Paricipants à la première table ronde L école est particulièrement empotée par tout ce numérique néanmoins certains professeurs font des pages facebook de leurs cours, de leur classe. Philippe Tournier page en cours de création Facebook relève du droit californien, d où l âge d inscription de 13 ans. Marie Derain Les parents doivent accompagner en posant des questions et en s intéressant à l enfant. Laurence Bee L identité vous l avez réduite à la réputation moi je préfère parler de présence. Pour moi, il n y a pas de partage, il y a une obligation de partage. Divina Frau-Meigs Avec les réseaux sociaux on mène une seconde vie qu on croit sans risque. Chacun est le centre du monde, le centre de la toile. Philippe Tournier Les jeunes ne retiennent qu une chose, c est que tout s efface. Philippe Tournier Créer un droit à l oubli c est-à-dire un déréférencement. Marie Derain

8 8 Synthèse des Rencontres Citoyennes «Jeunes, réseaux sociaux et citoyenneté» 2 Deuxième table ronde L impact des réseaux sociaux dans la construction de son identité et de son rapport à l autre, vers une citoyenneté numérique Pour que le goût du débat ne se dissolve pas dans Internet Serge Tisseron Psychiatre et psychanalyste L apprentissage citoyen repose à la fois sur le respect de la différence et sur le goût du débat. Hélas ces deux qualités sont partout battues en brèche, notamment par l environnement audiovisuel, en particulier celui de la téléréalité et de nombreux jeux vidéo. Il en résulte un danger pour l apprentissage citoyen, et donc pour la démocratie. Mais comme face à tout danger, il est essentiel d identifier des facteurs de protection. L école et le réseau associatif peuvent y prendre un rôle majeur. Cela peut se faire de deux manières complémentaires : par une éducation aux caractéristiques d Internet et en développant le goût du débat et de la controverse. Apprendre Internet dès 6 ans : Il est important d éduquer dès cet âge l enfant au droit à l image et à l intimité, puis, dès l entrée au collège au fait qu Internet obéit aux lois communes (notamment en termes de punitions des insultes et du harcèlement) et que le plagiat y est facile mais constitue une atteinte aux droits d auteur. Mais cela ne suffit pas. Il faut aussi sensibiliser les enfants à la façon dont le cerveau fonctionne avec et sans écran*, et sur le fait qu Internet suscite inévitablement chez ceux qui l utilisent certaine formes d inquiétude : - Angoisse de ne pas pouvoir se faire entendre, de ne pas pouvoir se faire comprendre, que personne ne s intéresse à ce que l on dit. - Angoisse d envahissement, une quantité considérable d informations nous arrivent du bout du monde à tout instant et nous surprennent dans des moments d intimité. - Angoisse de morcellement lié aux contenus parfois contradictoires de toutes les informations qui nous arrivent, qui nous donnent l impression d être en petits morceaux. - Et enfin, angoisse de persécution due notamment à l absence de faceà-face qui supprime le recours aux mimiques comme facteur de régulation des échanges. Il en résulte que beaucoup de débats sur Internet se transforment en joutes verbales enflammées et peu respectueuses. Comment réduire ces dangers? En préparant très tôt les enfants à penser le débat autrement. Organiser des débats et des controverses dès l école primaire : Le débat et la controverse supposent de maîtriser les articulations logiques du discours. Or beaucoup d enfants sont introduits très tôt à une culture des écrans dans laquelle, justement, les articulations logiques sont pratiquement inexistantes. Les écrans imposent un présent permanent, sans articulation temporelle d un passé, d un présent et d un avenir. L utilisation correcte des conjonctions «mais», «où», «et», «donc», «or», «ni», «car» nécessite d avoir intégré au préalable la succession d un avant, d un pendant et d un après. C est seulement ensuite qu on peut décider si l avant, le pendant et l après s articulent avec un «mais», un «car», ou un «en effet». En revanche, quand on a baigné dans une culture des écrans où règne un présent éternel, il est très difficile de concevoir ces articulations logiques. La pratique du débat et de la controverse peut y contribuer, d abord en mettant l accent sur le fait de traiter les arguments comme des objets théoriques, et ensuite en privilégiant les enchaînements logiques sur la validité des preuves, qui sont toujours relatives. Après l adolescence, il peut être intéressant aussi d introduire ce qu Aristote appelait les dissoi logoi, où chacun s entraîne à défendre alternativement deux points de vue contradictoires. *C est le projet qu a développé l Académie des sciences avec le livret pédagogique Les écrans, le cerveau et l enfant - Editions Le Pommier, 2013 **On les appelle des flame wars, du verbe anglais to flame (injurier, insulter)

9 9 L école est-elle compatible avec l univers numérique? Philippe Tournier Secrétaire général du SNPDEN S il y a construction d une identité, c est que les adolescents ne naissent pas tout formés faute de quoi ni parents, ni école ne seraient nécessaires. L adolescence est un âge de la vie dominé par le goût de la transgression, de la provocation et d une certaine violence dont l intégration a été un enjeu pour toutes les sociétés, de tout temps et en tout lieu. A ce nécessaire conflit intégrateur, s ajoute le goût du risque décuplé quand celui-ci est virtuel et que tout peut sembler pouvoir être effacé par un simple «replay». A ces caractéristiques des âges de la vie s ajoute celle de l âge démocratique qui structure nos sociétés depuis la fin du XVIII ème siècle dominé par la figure du citoyen. Or il ne faut pas se dissimuler que les formes traditionnelles d expression de la citoyenneté traversent une crise dont les nouvelles technologies de communication ne sont pas responsables même si elles peuvent accélérer le processus. La «contre démocratie» ironique, polémique et ricanante a, en effet, trouvé là des supports inespérés. Puisque nous sommes dans les âges, parlons de celui de la technique. Une des caractéristiques les plus marquantes des réseaux sociaux est bien l effacement de la séparation de la vie publique et de la vie privée. Or, cette séparation était un des fondements de la définition du citoyen libre. A celle-ci s en ajoutent au moins deux autres : le rythme accéléré, une nouveauté chassant la précédente toutes les dix minutes, et l être connecté qui peut s estimer au centre d un monde. Inutile de dire combien l école est mal à l aise dans cet univers auquel elle se rattache maladroitement. Ici, il y a six cents ans, même si les murs étaient différents, la Sorbonne condamnait l imprimerie et elle avait parfaitement raison! La vieille Sorbonne médiévale n y a pas survécu avant de renaitre sous une autre forme. L institution scolaire actuelle se sent menacée par ce nouvel univers et elle a raison de l être : la chasse à Wikipédia ou la réduction des réseaux sociaux au harcèlement témoignent d une désorientation existentielle. Le discours officiel sur le numérique, assez onirique et éludant trop facilement les tensions culturelles et sociales, cache mal une contradiction existentielle qu il serait vain de se dissimuler si on souhaite la surmonter : l école, telle que nous la connaissons aujourd hui en France, semble solidement incompatible avec ce nouvel univers! Les réseaux sociaux, quels impacts? Fanny AYELLO CAMPOS Membre du Conseil de Vie Lycéenne, lycée Langevin-Wallon, Champignysur-Marne Les élèves sont inscrits sur les réseaux sociaux dans le but de se faire connaitre ou sous l influence de quelqu un. Impacts positifs : - Créer un lien entre élèves d une même classe ou établissement avec une notion de partage, - Retrouver des personnes, - Affiner des liens entre élèves, - Usage professionnel. Impacts négatifs : - Chronophages, ils nuisent au sommeil, au travail scolaire, - Isolement de certains élèves qui se créent des jeux et communiquent avec des amis virtuels, - Peuvent générer de la violence, du cyberharcèlement : la parole libérée peut déraper. Les règlements de compte entre élèves sur les réseaux peuvent avoir des conséquences réelles au lycée. Impacts en trompe l œil : - Le nombre d amis sur les réseaux est un trompe l œil, - Les réseaux peuvent à la fois rapprocher et éloigner, - Les traces écrites sont importantes car sur un mouvement d humeur on perd le droit à l oubli alors que derrière l écran on se sent intouchable. En résumé, il y a beaucoup d impacts

10 10 Synthèse des Rencontres Citoyennes «Jeunes, réseaux sociaux et citoyenneté» négatifs des réseaux sociaux à cause des communications négatives sur facebook, une personne peut facilement s isoler et s enfermer dans un monde virtuel. Une charte du bon comportement Kalilou Sylla Membre du Conseil de Vie Lycéenne, lycée Blaise Cendars, Sevran Je suis en terminale S et élu au CVL, conseil de la vie lycéenne, du lycée Blaise Cendrars de Sevran. Avec mon CVL, on a décidé de participer à l élaboration de cette charte sur la nétiquette. Dans notre lycée nous sommes 850 élèves, c est un lycée moyen, du coup la communication passe plutôt bien entre les élèves et on utilise prioritairement les réseaux sociaux, surtout Facebook, voire que Facebook. Donc on a un groupe Facebook au lycée où le CVL met toutes les informations. Toute la communication passe par là, les élèves passent aussi par le groupe Facebook pour contacter le CVL. On a aussi une page sur le site du lycée, plus institutionnelle. Comme on était déjà impliqués, on s est dit qu on devait s engager dans ce projet, parce que justement il y a déjà eu des incidents sur la page. Quand on demande des avis, ça part en débat, et ensuite il y a des clashs et ce n est pas bon du tout. Alors on a discuté là-dessus et quand on nous a proposé le projet de l association ÉVEIL, on s est dit pourquoi pas, ça correspond à ce qu on veut. D autant plus que l administration essaie de mettre en place un intranet dans le lycée, mais ça ne marche pas, parce que les élèves sont déjà très attachés aux réseaux sociaux. C est pour ça qu on a décidé de participer au projet. Moi je pense que la solidarité c est une valeur que l on devrait retrouver dans l école, que l on retrouve d ailleurs dans l école. Le lycée est certes un lieu d étude, mais il est aussi un lieu de vie et un lieu d émancipation pour les lycéens. Par rapport au manque de relais sur le numérique entre le chef d établissement et les autres acteurs de l établissement, je pense que le relais peut être fait à travers le CVL, justement. Ses membres sont élus, ils ont une légitimité, ils sont reconnus par les autres élèves, donc il y a un rapport de confiance qui s installe entre les élèves et le chef d établissement. Le CVL, justement peut impulser ces dispositifs, comme la solidarité. Faut-il laisser le numérique au marché? Madame Divina Frau-Meigs Sociologue des médias, professeur à l université Sorbonne nouvelle J ai effectué une recherche portant sur 30 pays européens. Cette recherche a été menée par le groupe ANR TRANSLIT et ses résultats sur les translittératies seront dévoilés vendredi 13 décembre 2013 lors du colloque sur les politiques publiques d éducation aux médias et à l information en Europe. En France il n y a pas de politique publique dédiée au numérique ou très peu, ni de financement sauf pour le matériel mais pas pour la formation ni les ressources, ni d évaluation. Par contre, il y a beaucoup de ressources sur le terrain, partagées grâce au numérique et beaucoup de formations organisées par les associations. En fait, on constate un décrochage entre les décideurs et le terrain. Cela pose problème car le système français est un système de décision descendant des décideurs vers le terrain. La France est un malade bien portant, l école en tant qu institution ne bouge pas. Or ne pas s ouvrir au numérique, c est ouvrir la porte aux sociétés privées et laisser le numérique au marché. Pourtant, il y a un constat de décrochage des élèves et la formation numérique se passe en dehors de l école. On voit arriver les grands opérateurs commerciaux qui proposent de l enseignement massif en ligne et qui voient en l école un marché. Aussi, ne pas s ouvrir au numérique, c est ouvrir la porte aux services privés

11 11 du marché et non pas au service public de l école. Quant à l identité, elle a été réduite, dans les propos tenus ici, à l e-réputation, or, l identité augmentée dans le numérique est quelque chose qui doit se former. Je préfère parler de présence, d e-présence, c est à dire, à la fois cognitive, sociale et accompagnée par un réseau. Internet étant le partage, par exemple avec Wikipédia, maintenant, avec Facebook, on ne peut pas faire autre chose que partager. Il s agit donc d une obligation de partage, que je ne peux appeler autonomie ou liberté. L éducation des jeunes est à faire pour facebook : les acteurs ne sont pas français, ils sont situés aux Etats Unis, avec des valeurs américaines, ce sont des opérateurs commerciaux. Les données de la vie privée aux Etats-Unis sont des données commerciales, ce n est pas le cas chez nous. La revente à des tiers anonymes de ces données sur la vie privée est légale aux États-Unis mais totalement illégale chez nous. Cela nous amène à laminer la vie privée et donc les avancées françaises que sont les droits de l homme. Dans le domaine de la citoyenneté, c était un gain démocratique pour les femmes, par exemple pour le vote, aller voter dans l isoloir. Quand on appartient à une ethnie, on vote comme le veut le chef du clan, quand on appartient à un démos, on vote comme on le sent, pour soi, pour le projet que l on veut pour sa société. Je suis pour l éducation aux médias et aux droits de l homme, c est ce que je fais avec le Conseil de l Europe. L éducation aux médias doit être adossée aux droits de l homme. Positivons! L école fait déjà beaucoup. Les verrous à faire sauter sont l inspection et les programmes. L école doit se rendre compte que grâce au numérique, on apprend tout le temps. Dans certains pays on ne parle plus de classe. On parle de flow (flux), de MOOC, massive open online course (formation à distance pour tous en ligne). Les MOOC organisent des formations où peuvent s inscrire des jeunes et des enseignants, avec des réseaux sociaux accompagnants. Les pairs se renforcent entre eux, les pairs n ont pas forcément le même âge, ils ont les même affinités. L école si elle s approprie cette logique, va pouvoir se rénover et donner à l enseignant la possibilité de travailler dans le grain, dans le suivi et l accompagnement des étudiants. Participants à la deuxième table ronde

12 12 Synthèse des Rencontres Citoyennes «Jeunes, réseaux sociaux et citoyenneté» Conclusion Henriette Zoughebi Vice-Présidente du conseil régional d Île-de-France en charge des lycées Je suis là au nom de la région Ile-de- France, et de son Président, Jean-Paul Huchon pour vous dire tout l intérêt que nous portons au travail que mène l association Eveil auprès des jeunes. En effet pour nous, l éveil des jeunes à leur rôle de citoyens, c est une question essentielle. D ailleurs la Région accompagne l association depuis plusieurs années maintenant et j espère que ce partenariat va se poursuivre et se renforcer. Depuis le début de la mandature, j ai souhaité que la Région renforce son action pour l exercice de la citoyenneté des lycéens et des lycéennes et je parle bien d exercice de la citoyenneté et non pas d apprentissage. Depuis 2011, la Région organise régulièrement des consultations avec les lycéens. Ce dialogue nous a beaucoup appris et nombre de décisions en sont issues. Par exemple, nous avons mis en place un budget participatif dans 30 lycées pour la création de lieux de vie. Aujourd hui, la parole est donnée à tous les lycéens d Ile-de-France à travers un large questionnaire construit justement à partir du dialogue avec les élus des conseils de vie lycéenne. Ce sont ces élus des CVL qui diffusent ce questionnaire et l administrent dans le but de nous permettre de mieux connaître et mieux prendre en compte le point de vue des jeunes, leurs attentes, leurs propositions. Par ailleurs, nous avons signé avec le ministère, avec les trois académies d Ilede-France, une convention dont l un des axes est justement le développement de la démocratie lycéenne. Le thème choisi pour ces Rencontres interpelle fortement les décideurs politiques. Ces technologies en effet peuvent nous donner un nouveau rapport au savoir et à la citoyenneté. Les notions de coopération et de partage sont intéressantes pour sortir des hiérarchies. Notre pensée sur l éducation doit être révolutionnée à partir des idées de coopération. Le numérique peut aussi nous aider dans notre rapport aux jeunes. Aujourd hui les jeunes doivent prendre toute leur place dans la société, cela passe par cette confiance que nous devons leur faire. La Région a fait la proposition aux académies d aller vers un lycée virtuel, plateforme collaborative ouverte aux enseignants d une part, et sans contrôle, aux lycéens d autre part. En effet je crois que si on veut vraiment qu il y ait un laboratoire de pensées sur ces questions du numérique, il faut qu on le prenne comme un espace possible de construction nouvelle de partage et de solidarité. Le numérique ouvre aussi un espace de communication planétaire. Et si on veut lutter contre une mondialisation qui réduit les possibles, je crois qu il faut s emparer de l espace de communication planétaire pour en faire un espace de coopération, de partage et de solidarité. Clôture George Pau-Langevin Ministre déléguée à la Réussite éducative Remerciements La peur du ridicule m empêche d entonner devant vous «Joyeux anniversaire» Mais sachez que le cœur y est et que je suis très heureuse d être présente parmi vous pour célébrer, au travers de ces Rencontres citoyennes, les vingt années d existence de l association ÉVEIL. Atteindre l âge de vingt ans pour une association, ce n est pas rien. C est une longévité qui atteste que beaucoup de travail a été entrepris et accompli. Le travail que vous avez effectué depuis 1993, en allant à la rencontre des jeunes gens, en créant des espaces de réflexion et de discussion pour les responsabiliser et leur donner envie de participer à la construction de la société est un travail essentiel interventions ont été réalisées par l association dans les établissements scolaires français. Voilà qui n est certes qu un chiffre, mais qui témoigne bien de l engagement de tous ses membres et de l importance de leur action. Que tous ceux qui ont participé à cet effort soient félicités et remerciés.

13 13 La salle durant la première table ronde Les jeunes : des citoyens en devenir L association ÉVEIL a depuis sa création eu le mérite, la vigilance et le souci de ne pas considérer la jeunesse comme une classe d âge ou comme une catégorie de population parmi d autres. ÉVEIL a, au contraire, bien compris que la jeunesse est ce moment de la vie où s élabore l avenir. Concentrer nos regards sur la jeunesse, ce n est rien moins que de contribuer à façonner la génération des bâtisseurs de demain. L éducation est l une des activités les plus nécessaires à une société. Les jeunes sont à la fois de nouveaux citoyens en même temps qu ils sont entrain de devenir des citoyens. Il est de la responsabilité de l école de les amener à assumer la responsabilité qui sera la leur dans le monde de demain. La jeune génération aura la tâche, après nous, de renouveler le monde commun. C est pour cette raison que l éducation ne peut se résumer au seul fait d apprendre, mais qu elle doit également, pour ne pas rester une lettre morte, transmettre à tous ses élèves les valeurs fondatrices de la citoyenneté républicaine et démocratique. L enseignement doit prendre souffle dans une forme incarnée et vécue, qui se concrétise, chaque jour, au sein des établissements scolaires. La Vie lycéenne : une cause morale Dans cette perspective, la Vie lycéenne n est pas un vain mot. Elle est, au contraire, un principe de l éveil des citoyens éclairés que les élèves seront demain. Dans la Vie lycéenne, les valeurs morales ne sont pas de vains concepts. Elles guident et nourrissent la conduite des lycéens et donnent à leurs projets une réalité concrète. Les lycéens qui s engagent à agir pour le bien commun de la collectivité font l expérience de ce que les valeurs de dignité, de liberté, d égalité, de solidarité, de laïcité et de justice ne sont pas des principes abstraits ou des hochets risibles. Dans une période de crise de l engagement politique qui affecte l ensemble de notre société et les jeunes en particulier, cet apprentissage de la citoyenneté participative est un des meilleurs remèdes aux maux que nous connaissons. Les impasses de la Vie lycéenne : nécessité d un Acte II Malheureusement, force m a été de reconnaître, lors de ma prise de fonction, que la Vie lycéenne, qui a pourtant près d un quart de siècle, n a toujours pas atteint l âge de raison. En 1989, une loi d orientation créait pour la première fois un Conseil des délégués des élèves qui donnerait son avis et formulerait des propositions sur les questions relatives à la vie et au travail scolaires. Cette loi considérait déjà que pour devenir citoyens, les élèves devaient apprendre les principes de la vie dé-

14 14 Synthèse des Rencontres Citoyennes «Jeunes, réseaux sociaux et citoyenneté» mocratique et acquérir les compétences civiques grâce à leur participation aux instances représentatives des établissements. Aujourd hui plus encore qu hier, nous considérons que le développement de la Vie lycéenne est non seulement un facteur de progrès social, mais qu il est également un instrument indispensable pour que notre système d éducation favorise véritablement chez les élèves l esprit d initiative, le goût de la liberté et le sens de la responsabilité. Mais depuis plus de vingt ans, un écart important subsiste entre cette volonté politique et la réalité de terrain. Et de fait, la majeure partie des réformes entreprises par les gouvernements précédents l ont été dans des situations d urgence, le plus souvent au gré des manifestations lycéennes. Il s agissait alors pour nos prédécesseurs de calmer l ardeur de ces mouvements, de les faire rentrer dans le rang, plutôt que d entendre véritablement la teneur de leur revendication, d écouter avec attention et souci la parole des lycéens. C est pour remédier à cet état de fait et prendre la mesure de toute la complexité du problème qu un rapport a été commandé à Madame la député du Nord, Anne-Lise Dufour-Tonini. Pour cerner avec netteté tous les enjeux de la question, et nous tenir au plus près des attentes des élèves et de leur parole, la commission en charge de ce rapport a eu des entretiens durant plusieurs mois avec des élèves, avec leurs représentants, leurs enseignants, avec des personnels de direction, des délégués académiques de la Vie lycéenne et des parents. La Méthode pour y parvenir L Acte II de la Vie lycéenne sera l Acte II des lycéens eux-mêmes. L Acte II de la Vie lycéenne vise à renforcer chez les lycéens l aptitude à construire et à soutenir la relation à l autre, à former les élèves à la prise d initiatives et de responsabilité, à leur donner le goût de l autonomie et à aiguiser leur sens de l intérêt général. Ces valeurs qui sont l esprit de l Acte II ne doivent pas être seulement la destination à atteindre, mais également l itinéraire à suivre pour y parvenir. C est la raison pour laquelle la méthode qui sera la nôtre pour parvenir à cet Acte II épousera la forme de son objectif final. Cette méthode est celle de la démocratie participative lycéenne. Cet Acte II inaugure une donne nouvelle pour la Vie lycéenne. Les semaines de l engagement ont eu lieu au mois d octobre dernier, sur une longue période, pour que les élèves aient le temps d y prendre part et de s y investir pleinement. Ces semaines ont permis d organiser des débats et des évènements dans les académies et les établissements, et de faire des personnels éducatifs et des lycéens, les agents de cette réforme à venir. Depuis la fin du mois de novembre et jusqu à la fin du mois de janvier, une vaste consultation nationale est organisée, afin de recueillir les propositions des lycées et ainsi de proposer des pistes de développement de la Vie lycéenne. Durant cette période de huit semaines, les lycéens et les CVL sont invités à s exprimer sur quatre grandes questions qui sont au cœur de leurs préoccupations : - Comment favoriser le bien-être au lycée? - Comment faire vivre la démocratie lycéenne? - Comment promouvoir l engagement lycéen? - Comment donner sens à la laïcité? A l issue de cette grande concertation, la commission, après avoir travaillé de concert avec les représentants, nous remettra ses propositions à Vincent Peillon et moi-même, pour que nous puissions, dès le début du mois de février donner naissance à l Acte II de la Vie lycéenne. Conclusion Cet Acte II de la Vie Lycéenne, dans son exécution comme dans son processus, permettra aux jeunes hommes et aux jeunes femmes à l aube de l âge adulte de faire l apprentissage progressif de la démocratie. La Vie lycéenne est une étape importante pour former la jeunesse au plein exercice de la citoyenneté. La citoyenneté est un droit, mais c est également un don. Elle est un gain de liberté qui nous honore en même temps qu une charge dont il nous incombe d être à la hauteur. L un des plus grands hommes que notre République ait connu, Victor Hugo, dont l œuvre a contribué de manière décisive à la construction de notre école et au rayonnement de nos idéaux, le savait et le formulait mieux que tout autre. Dans Paris et Rome, il y a de cela près d un siècle et demi, en 1876, il nous faisait don de cette réflexion que je vous livre pour qu elle continue de retentir dans notre mémoire commune : «Tout ce qui augmente la liberté augmente la responsabilité». En naissant, nous entrons dans un monde qui était présent avant nous et qui est appelé à durer après nous. En sorte que, pour être ouvert à la responsabilité politique, il faut se tenir pour l obligé du monde. La Vie lycéenne doit permettre aux adultes que nous sommes de transmettre le monde aux élèves, pour leur apprendre à l aimer. Pour que demain ils aient envie d en prendre la responsabilité. Non pour qu ils le conservent tel qu ils l ont reçu. Mais au contraire pour qu ils l augmentent et l enrichissent.

15 15 Remerciements Madame Anne-Marie Burelle Présidente de l association ÉVEIL Je tiens tout spécialement à remercier Madame la ministre, qui nous a fait l honneur de venir clore ces Rencontres. Je remercie tous les participants aux tables rondes, ainsi que Louise Tourret qui a animé les débats et je remercie bien sûr les jeunes, ceux qui sont présents, ceux qui ont pris la parole après un long travail de préparation. Pour eux, la journée d aujourd hui est un point de départ car avec le soutien du Conseil régional d Ile-de-France, que je remercie, le projet va se poursuivre dans les établissements avec l appui des proviseurs et de leur équipe. Merci à tous, à tous ceux qui animent l association, à laquelle je souhaite bien évidemment un bon anniversaire. Et maintenant place aux musiciens du lycée Guillaume Apollinaire de Thiais, qui nous attendent. Dernière information et non des moindres, n hésitez pas à nous rejoindre sur la page Facebook d ÉVEIL. 3 titres : Vivaldi : Concerto pour 2 violons et violoncelle Cimarosa : Sinfonia Joseph Haydn : divertimento pour vents bas de page en cours de création L orchestre du lycée Guillaume Apolinaire de Thiais

16 page en cours de création L association ÉVEIL, dont l objet est l éveil des jeunes à leur rôle de citoyens, fête ses 20 ans. A cette occasion, l association a organisé ses rencontres citoyennes sur la thématique «Jeunes, Réseaux sociaux et Citoyenneté», mercredi 11 décembre, au Grand Salon de la Sorbonne, sous le haut patronage du Ministre de l Éducation nationale, Vincent Peillon. Association ÉVEIL Association loi 1901, agréée par le Ministère de l Education nationale 105 chemin de ronde CROISSY-SUR-SEINE Tél : Fax : : Suivez également l actualité de l association sur Facebook

Dossier de. Claude MACENO communication@ @ac-martinique.fr. Dossier de presse. 1 sur 7

Dossier de. Claude MACENO communication@ @ac-martinique.fr. Dossier de presse. 1 sur 7 Jeudi 5 novembre 2015 Mobilisation contre le harcèlement à l école Dossier de presse Dossier de presse académique complémentaire au dossier de presse national Contacts réservés à la presse : Nathalie CHAMPLONG

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer la formation Promouvoir la formation des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser»

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

LA FÉDÉRATION GÉNÉRALE DES PEP. Faire vivre des parcours civiques et citoyens

LA FÉDÉRATION GÉNÉRALE DES PEP. Faire vivre des parcours civiques et citoyens LA FÉDÉRATION GÉNÉRALE DES PEP Faire vivre des parcours civiques et citoyens La Fédération Générale des PEP met depuis son origine au cœur de son projet associatif et de son action sociétale trois grandes

Plus en détail

Table des matières. Table des sigles et des principales abréviations 9. Partie I. Les épreuves du concours externe

Table des matières. Table des sigles et des principales abréviations 9. Partie I. Les épreuves du concours externe Table des matières Remerciements 5 Préface 7 Table des sigles et des principales abréviations 9 Programme du concours externe 13 Partie I. Les épreuves du concours externe Chapitre 1 Maîtrise des savoirs

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Promouvoir des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement

Plus en détail

L usage du genre masculin inclut le genre féminin; il n est utilisé que pour alléger le texte.

L usage du genre masculin inclut le genre féminin; il n est utilisé que pour alléger le texte. COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Politique numéro 43 POLITIQUE PORTANT SUR L UTILISATION ET LE DÉVELOPPEMENT DES MÉDIAS SOCIAUX Adoptée le 23 avril 2014 CA-13-193-1612 L usage

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX. Mais, au fait! Un réseau social, qu est-ce que c est?

LES RÉSEAUX SOCIAUX. Mais, au fait! Un réseau social, qu est-ce que c est? Facebook, Twitter, MySpace, Netlog... ces noms te sont sans doute très familiers. Il s agit en effet des réseaux sociaux les plus populaires. Mais, au fait! Un réseau social, qu est-ce que c est? C est

Plus en détail

Compte Rendu : Rencontre d informations autour des dangers d Internet

Compte Rendu : Rencontre d informations autour des dangers d Internet Compte Rendu : Rencontre d informations autour des dangers d Internet Autour de l utilisation des téléphones portables Les jeunes ont, de manière générale, leur 1 er portable dès l entrée en 6 ème. 2 risques

Plus en détail

Des ressources numériques en ligne : Actions éducatives et développement personnel de l élève

Des ressources numériques en ligne : Actions éducatives et développement personnel de l élève «La citoyenneté active et participative» Des repères pour le chef d établissement novembre 2009 L espace cadre, votre service de proximité http://crdp.ac-besancon.fr/index.php?id=espace-cadres La sélection,

Plus en détail

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Service de Presse Paris, le 25 octobre 2012 ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Mesdames, Messieurs, Je suis très heureuse que les organisateurs

Plus en détail

Délégation académique à l éducation aux médias

Délégation académique à l éducation aux médias Délégation académique à l éducation aux médias 1 5 En cette rentrée de l année 2015/2016, l importance de l Éducation aux médias et à l information dans la mobilisation de l École pour les valeurs de la

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT.

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. Gérard SERVANT, Personnel de Direction, Académie d Aix-Marseille, Docteur en Sciences

Plus en détail

Les outils numériques et les jeunes Comprendre leurs usages et promouvoir une utilisation responsable

Les outils numériques et les jeunes Comprendre leurs usages et promouvoir une utilisation responsable Les outils numériques et les jeunes Comprendre leurs usages et promouvoir une utilisation responsable Alla Kulikova Responsable Prévention et Formations Association e-enfance SOMMAIRE 1/ L association

Plus en détail

Projet d Etablissement 2013-2016

Projet d Etablissement 2013-2016 Projet d Etablissement 2013-2016 L organisation pédagogique d un établissement scolaire doit être conçue en fonction d un projet d établissement. Le dernier projet (2007-2010) est arrivé à son terme. Le

Plus en détail

Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous»

Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous» Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous» 1. L internat : la réussite pour tous 2. Un recrutement des internes répondant aux orientations nationales 3. Un projet pédagogique

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Comment utiliser la vidéo en classe

Comment utiliser la vidéo en classe Comment utiliser la vidéo en classe Aujourd hui, les étudiants sont toujours «branchés» au web et aux médias sociaux, et c est afin de susciter leur intérêt que les enseignants ont recours à la technologie

Plus en détail

Guide à l intention des parents sur. 2014 ConnectSafely.org

Guide à l intention des parents sur. 2014 ConnectSafely.org Guide à l intention des parents sur 2014 ConnectSafely.org Les adolescents canadiens aiment socialiser en ligne et surtout partager des photos. L étude réalisée par MédiaSmarts en 2014, Jeunes Canadiens

Plus en détail

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Roselyne TABORISKY, chargée de formation au Centre académique d Aide aux Écoles et aux Établissements (C.A.A.E.E.) de l académie de Versailles

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Les réseaux sociaux. Genma. October 9, 2015. This work is licensed under the Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 License.

Les réseaux sociaux. Genma. October 9, 2015. This work is licensed under the Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 License. Les réseaux sociaux Genma October 9, 2015 This work is licensed under the Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 License. Introduction Comprendre les réseaux sociaux? Internet comment

Plus en détail

Réunion du réseau «Conseil Citoyen»

Réunion du réseau «Conseil Citoyen» Réunion de réseau «conseil citoyen». 15.01.2015. Compte rendu. L IREV a proposé une première réunion de réseau sur les conseils citoyens, à laquelle étaient invités les chefs de projet politique de la

Plus en détail

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement B. Charte, règlements, sanctions, encadrement «le futur citoyen n a pas seulement à apprendre à obéir à la loi mais aussi à la faire avec les autres. Dès lors, du coté de l élève, il ne s agit pas de se

Plus en détail

Livret d accompagnement

Livret d accompagnement C M J CM MJ CJ CMJ N Livret d accompagnement affiche_charte_youhou.pdf 4/03/10 15:21:38 de la charte d accueil du jeune enfant en situation de handicap Sommaire Introduction p. 3 Cadre réglementaire p.

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG)

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Description des modules Modules Module 1 Identifier le contexte de

Plus en détail

Protège ta vie privée et ta réputation COMMUNIQUER, S'EXPRIMER ET PARTAGER SES INTÉRÊTS SE CRÉER UN RÉSEAU SOCIAL RESTER EN CONTACT

Protège ta vie privée et ta réputation COMMUNIQUER, S'EXPRIMER ET PARTAGER SES INTÉRÊTS SE CRÉER UN RÉSEAU SOCIAL RESTER EN CONTACT Réseaux sociaux Les réseaux sociaux (Facebook, Myspace, Hi5, Netlog ) permettent de mettre en relation des amis ou des connaissances lointaines. Les utilisateurs se créent un profil dans lequel ils publient

Plus en détail

Internet et moi! ou comment Internet joue avec la data

Internet et moi! ou comment Internet joue avec la data cking, a r t e l, s e é n n Mes do Internet et moi! ou comment Internet joue avec la data Une édition Avec le soutien de Mes données, le tracking, Internet et moi Ça pose question! L objectif de ce petit

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

Signature des conventions «Egalité des chances» Université de Paris-Dauphine. Mercredi 01 avril 2009

Signature des conventions «Egalité des chances» Université de Paris-Dauphine. Mercredi 01 avril 2009 Allocution de M. Eric BESSON Ministre de l Immigration, de l Intégration, de l Identité nationale et du développement solidaire Signature des conventions «Egalité des chances» Université de Paris-Dauphine

Plus en détail

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné "S'il n'y avait pas l'enfant à élever, à protéger, à instruire et à transformer en homme pour demain, l'homme d'aujourd'hui deviendrait un non-sens et

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Psychologues de l éducation dans l enseignement catholique :

Psychologues de l éducation dans l enseignement catholique : Hors-série 1,50 Psychologues de l éducation dans l enseignement catholique : évolution professionnelle, éthique et place dans l institution. Texte adopté par le Comité national de l enseignement catholique

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011 L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans Juin 2011 Sommaire 1. La moitié des 8-17 ans connectés à un réseau social p. 4 2. L attitude des parents face à l utilisation des réseaux sociaux par leurs

Plus en détail

Cultiver le goût d entreprendre à l école

Cultiver le goût d entreprendre à l école DÉFI DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Guide d ateliers pédagogiques pour les élèves

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

Politique encadrant l utilisation des médias sociaux au Collège de Rosemont

Politique encadrant l utilisation des médias sociaux au Collège de Rosemont 1410 C.A.310.VI.a Politique encadrant l utilisation des médias sociaux au Collège de Rosemont Responsabilité de gestion: Direction des affaires étudiantes et des communications Date d approbation : 2015

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

CHARTE EN VUE DE LA REGULATION DE L UTILISATION DE L INTERNET, DES RESEAUX ET DES SERVICES MULTIMEDIAS DANS LE CADRE EDUCATIF

CHARTE EN VUE DE LA REGULATION DE L UTILISATION DE L INTERNET, DES RESEAUX ET DES SERVICES MULTIMEDIAS DANS LE CADRE EDUCATIF Version 201109 CHARTE EN VUE DE LA REGULATION DE L UTILISATION DE L INTERNET, DES RESEAUX ET DES SERVICES MULTIMEDIAS DANS LE CADRE EDUCATIF ENTRE : TEXTE DE LA CHARTE Le collège Notre Dame de Berck, 9

Plus en détail

GRENOBLE. Charte d utilisation des réseaux sociaux Facebook, Twitter, LinkedIn et YouTube de l Université Joseph Fourier

GRENOBLE. Charte d utilisation des réseaux sociaux Facebook, Twitter, LinkedIn et YouTube de l Université Joseph Fourier GRENOBLE Charte d utilisation des réseaux sociaux Facebook, Twitter, LinkedIn et YouTube de l Université Joseph Fourier SOMMAIRE 1. Champ d application de la Charte 2. Aspects juridiques et règles de confidentialité

Plus en détail

Nouvelle citoyenneté, nouvelles influences

Nouvelle citoyenneté, nouvelles influences Nouvelle citoyenneté, nouvelles influences Rapport 15 place de la République 75003 Paris À : De : La Rédaction de 20 Minutes Luc Balleroy MÉTHODOLOGIE La méthodologie Echantillon de 1004 personnes représentatif

Plus en détail

Les services en ligne

Les services en ligne X Les services en ligne (ressources partagées, cahier de texte numérique, messagerie, forum, blog ) Extrait de l étude «Le développement des usages des TICE dans l enseignement secondaire», 2005-2008 SDTICE

Plus en détail

www.premier-ministre.gouv.fr

www.premier-ministre.gouv.fr Portail du Gouvernement Site du Premier ministre Les Chantiers EN PERSPECTIVE Projets pour la France Tableau de bord du Gouvernement LES THÈMES Garantir la sécurité routière Les derniers titres Les dossiers

Plus en détail

GUIDE ENCADRANT L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX

GUIDE ENCADRANT L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX GUIDE ENCADRANT L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX Adopté par le comité de direction le 4 février 2014 TABLE DES MATIÈRES DÉFINITION DES MÉDIAS SOCIAUX... 3 UTILISATION FAITE PAR LE COLLÈGE... 5 Comptes

Plus en détail

Création du conseil de jeunes appaméens (conseil municipal du 29 09 11) Page 1

Création du conseil de jeunes appaméens (conseil municipal du 29 09 11) Page 1 Maison au service du public et de l action sociale- 5 rue de la maternité- 09100 Pamiers Tel : 05 34 01 09 10 email : jeunesse@ville-pamiers.fr Mairie de Pamiers - Place du Mercadal - BP167-09101 PAMIERS

Plus en détail

Bien utiliser les médias numériques. Cours sur les médias pour élèves, parents et corps enseignant.

Bien utiliser les médias numériques. Cours sur les médias pour élèves, parents et corps enseignant. Bien utiliser les médias numériques. Cours sur les médias pour élèves, parents et corps enseignant. comment puis-je guider ma fille / mon fils? Comment mes élèves réagissent-ils à cette situation? Médias

Plus en détail

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel.

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel. Discours de Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l innovation et l'economie numérique, en ouverture du colloque 2012 de l ARCEP sur «Les territoires du numérique» 25 septembre 2012 Mesdames, et

Plus en détail

POUR UNE UTILISATION CITOYENNE D INTERNET ET DES RESEAUX SOCIAUX

POUR UNE UTILISATION CITOYENNE D INTERNET ET DES RESEAUX SOCIAUX Action de Prévention POUR UNE UTILISATION CITOYENNE D INTERNET ET DES RESEAUX SOCIAUX DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-SAÔNE La Ligue de l enseignement en Franche-Comté s engage aux côtés des jeunes et des éducateurs

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

1) DES OBJECTIFS PARTAGÉS : partir d une vision commune Pour créer du lien il est essentiel d avoir une vision commune.

1) DES OBJECTIFS PARTAGÉS : partir d une vision commune Pour créer du lien il est essentiel d avoir une vision commune. Formation des enseignants et des personnels d éducation à la prévention des violences et à la résolution non-violente des conflits 10 et 11 mars 2015 à l ESEN Poitiers Titre de l intervention : CONSTRUIRE

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

La relève. Notre région

La relève. Notre région 1 Montréal est le milieu de vie de 575 000 jeunes 1, qu ils soient étudiants ou travailleurs, qu ils viennent des régions ou des quatre coins du globe, ils contribuent à leur manière au développement de

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION. Rapport d évaluation du stage probatoire

RAPPORT D ÉVALUATION. Rapport d évaluation du stage probatoire Rapport d évaluation du stage probatoire RART D ÉVALUATIN Grilles d évaluation des compétences et fiche d observations Bilan des compétences Règle de décision nseignante ou enseignant : École ou centre

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Politique Utilisation des actifs informationnels

Politique Utilisation des actifs informationnels Politique Utilisation des actifs informationnels Direction des technologies de l information Adopté le 15 octobre 2007 Révisé le 2 juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS... 3 2. DÉFINITIONS... 3

Plus en détail

CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT

CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT CONVENTION...... DES DROITS... DE L ENFANT 3 LA CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT Les articles de cette Convention ont été rédigés plus simplement pour les enfants par le Cofrade (Conseil français des

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL RELAIS DEPARTEMENTAUX JUNIOR ASSOCIATION

DOCUMENT DE TRAVAIL RELAIS DEPARTEMENTAUX JUNIOR ASSOCIATION DOCUMENT DE TRAVAIL RELAIS DEPARTEMENTAUX JUNIOR ASSOCIATION Ce document de travail (provisoire) doit vous permettre de prendre connaissance de la définition et des modalités de fonctionnement d une Junior

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

Papier politique Promotion des compétences médiatiques et protection de la jeunesse face aux médias

Papier politique Promotion des compétences médiatiques et protection de la jeunesse face aux médias Papier politique Promotion des compétences médiatiques et protection de la jeunesse face aux médias 1. Introduction a) Le développement galopant de ces dernières années dans les domaines des technologies

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif»

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» «La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» Cap Berriat est une association loi 1901. A sa création, en 1964, c est un club Léo Lagrange qui propose des

Plus en détail

La sécurité sur Internet

La sécurité sur Internet La sécurité sur Internet si on en parlait en famille? Petit guide à l usage des parents Internet pour tous Internet de demain Réalisé avec l aide du ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche

Plus en détail

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT LE CYBER-HARCÈLEMENT Avec l utilisation massive des nouvelles technologies, le harcèlement entre élèves peut se poursuivre, voire débuter, en dehors de l enceinte des établissements scolaires. On parle

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS?

A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS? A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS? Organisateur CAP COM Coordinateur Bernard DELJARRIE, Délégué général de CAP COM Animateur, Directeur de la Communication, Conseil Général du Bas-Rhin L un des

Plus en détail

Une utilisation pédagogique des réseaux sociaux?

Une utilisation pédagogique des réseaux sociaux? Une utilisation pédagogique des réseaux sociaux? Depuis septembre 2011, j expérimente une utilisation à but pédagogique de Facebook. J ai d abord ouvert un «groupe 1» destiné à mes élèves du Lycée Corneille,

Plus en détail

Charte de la page Facebook Biarritz Tourisme Conditions générales d utilisation

Charte de la page Facebook Biarritz Tourisme Conditions générales d utilisation Charte de la page Facebook Biarritz Tourisme Conditions générales d utilisation Bienvenue sur la fan page Facebook officielle de Biarritz Tourisme La page Facebook «Biarritz Tourisme» a pour objectif de

Plus en détail

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 1 Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 2 3 Bienvenue à bord On t a certainement déjà dit qu il y a des choses que tu n as pas le droit

Plus en détail

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école La FSMA (l Autorité des services et marchés financiers) est un organisme public autonome. Parmi les missions qui lui ont été confiées

Plus en détail

Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème )

Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème ) Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème ) Titre : Comme le Petit Chaperon Rouge de Perrault, apprenons à nous méfier des apparences... Pré requis de

Plus en détail

Séminaire «Quelle formation aujourd hui pour les animateurs d éducation informelle?» Prague 27 novembre 2003 Jean- François Magnin, directeur général adjoint, Ceméa Bonjour, Je voudrais d abord remercier

Plus en détail

FAIRE REUSSIR TOUS LES ELEVES

FAIRE REUSSIR TOUS LES ELEVES 18 questions réponses Jacques BOUCHER Psychopédagogue Enseignant en psychologie du développement DEFINIR LES MISSIONS DE L ECOLE 1 - Quelles devraient être les valeurs de l école en N-C Les valeurs de

Plus en détail

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE CONTEXTE PÉDAGOGIQUE Le principe L Isoloir est un dispositif participatif en ligne innovant, ludique et interactif, simple à mettre en œuvre et qui ménage une véritable place aux enseignants. Face à la

Plus en détail

ET les «amis»? le TEmps passé sur facebook? pour y faire quoi?

ET les «amis»? le TEmps passé sur facebook? pour y faire quoi? Internet et nous Le projet, mené avec des élèves de 4 ème A du collège François Mitterrand de Créon, a pour but d aborder la question de la prévention des comportements à risques sur internet par le biais

Plus en détail

Peut-on parler de ses profs dans un journal lycéen?

Peut-on parler de ses profs dans un journal lycéen? Peut-on parler de ses profs dans un journal lycéen? Peut-on parler de ses profs dans un journal lycéen? L Observatoire des pratiques de presse lycéenne s est fixé pour mission, entre autres, d organiser

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s Un Pass santé contraception pour les jeunes francilien-ne-s Mardi 26 avril 2011 Lycée Elisa Lemonnier Contacts Presse Emmanuel Georges-Picot 01.53.85.57.33 emmanuel.georges-picot@iledefrance.fr Véronique

Plus en détail

Guide pratique pour lutter contre le cyber-harcèlement entre élèves

Guide pratique pour lutter contre le cyber-harcèlement entre élèves Guide pratique pour lutter contre le cyber-harcèlement entre élèves AVANT-PROPOS A l occasion des premières Assises Nationales sur le harcèlement à l École des 2 et 3 mai 2011, Luc CHATEL, ministre de

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE

CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE CHARTE DES BONNES PRATIQUES INTERNET CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE PRÉAMBULE La Charte des bonnes pratiques

Plus en détail

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation :

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation : avec le soutien de «ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE nationale de sensibilisation : Génération Numérique Fiche technique Le cinquième baromètre et a été réalisé par Calysto dans le cadre de sensibilisation

Plus en détail

Compte- rendu de l atelier 1 :

Compte- rendu de l atelier 1 : Journée des ressources numériques et des actions pédagogiques - 19 mai 2014 Compte- rendu de l atelier 1 : De quelles ressources numériques ont besoin les enseignants? Echanges à partir d un bilan de l

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Avertissement. Le Conseil général. L association ADEJ. Les jeunes connaissent bien les dangers d Internet.

Avertissement. Le Conseil général. L association ADEJ. Les jeunes connaissent bien les dangers d Internet. 2 Le Conseil général Equiper l ensemble d une tranche d âge d ordinateurs portables et lui permettre d accéder à l informatique et aux moyens de communication : c est le pari très ambitieux fait au cours

Plus en détail

Préparez votre débat

Préparez votre débat Préparez votre débat L enjeu éducatif d un débat sur des questions portant sur le changement climatique est principalement de permettre : - d éveiller l intérêt des élèves sur le sujet en laissant la pensée,

Plus en détail

FORUM EDUCASPORT Monde

FORUM EDUCASPORT Monde FORUM EDUCASPORT Monde Paris - France PARTICIPATION ET INTERVENTION LORS DU FORUM EDUCASPORT MONDE A DESTINATION DE : ASSOCIATIONS, ONG, FONDATIONS, INSTITUTIONS, INSTANCES SPORTIVES, ETABLISSEMENTS SCOLAIRES,

Plus en détail

AGREMENTS Ministère de l Education Nationale - Ministère de la Jeunesse et des Sports - Ministère des affaires sociales - Maison familiale

AGREMENTS Ministère de l Education Nationale - Ministère de la Jeunesse et des Sports - Ministère des affaires sociales - Maison familiale AGREMENTS Ministère de l Education Nationale - Ministère de la Jeunesse et des Sports - Ministère des affaires sociales - Maison familiale Qui sommes-nous? L'AROEVEN de Reims Champagne-Ardenne, comme celle

Plus en détail

Vers une instruction civico-numérique par Monsieur Alex TÜRK, Président de la CNIL

Vers une instruction civico-numérique par Monsieur Alex TÜRK, Président de la CNIL www.innovativity.org Vers une instruction civico-numérique par Monsieur Alex TÜRK, Président de la CNIL Ouvrage collectif «La Nouvelle Renaissance Innovation et créativité» Vendu au profit de l association

Plus en détail

CHARTE DE L USAGER D ESPACE D NUMERIQUE REGISSANT L USAGE DE L INTERNET, DES RESEAUX ET DES SERVICES MULTIMEDIAS DANS LES ESPACES PUBLICS NUMERIQUES

CHARTE DE L USAGER D ESPACE D NUMERIQUE REGISSANT L USAGE DE L INTERNET, DES RESEAUX ET DES SERVICES MULTIMEDIAS DANS LES ESPACES PUBLICS NUMERIQUES CHARTE DE L USAGER D ESPACE D PUBLIC NUMERIQUE REGISSANT L USAGE DE L INTERNET, DES RESEAUX ET DES SERVICES MULTIMEDIAS DANS LES ESPACES PUBLICS NUMERIQUES Avril 2010 1 La présente charte définit les relations

Plus en détail

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE)

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) 1 CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) Préambule Les établissements scolaires membres du réseau de l enseignement français à l étranger dispensent un enseignement à programme français ouvert

Plus en détail