LE BUDGET LOGICIEL : EVOLUTION DE LA PART DU LOGICIEL ACQUIS DANS LE BUDGET INFORMÀTIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE BUDGET LOGICIEL : EVOLUTION DE LA PART DU LOGICIEL ACQUIS DANS LE BUDGET INFORMÀTIQUE"

Transcription

1 :.: CLUB INFORMATIQUE DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES 21, avenue de Messine Paris. téléohone Réf. bî 321 LE BUDGET LOGICIEL : EVOLUTION DE LA PART DU LOGICIEL ACQUIS DANS LE BUDGET INFORMÀTIQUE le 5 mai 1987

2 Cette étude a été élaborée et réalisée par ".. LUGNIER (PSA) ~1. ~iattei (A IR-F'RM!C.~) ~1. lvioneger ( Ei'!P)... M TROLTVJ:: ( CC~ISA) Ont apporté leur contribution Le groupe de travail "viere- informatique", animé par M. DEL~CROIX (DGT), M. cie MARCILLAC, animateur du g roupe de travail GUIDE/CIGREF n 3 "Incidences financières",. M. BERTRANDY (Crédit Lyonnais),. Mme LE ROUX (SNECMA). Conception et réalisation du rapport Mme de CAVEVILLE (CIGREF)

3 Le Bureau du CIGREF, réuni le 20 février 1986, a décidé la constitution d'un groupe de travail sur "le budget logiciel : évolution de la part du budget logiciel dans le budget informatique", animé par rionsieur LUGNIER, analyste budgétaire, Automobiles PEUGEOT. I l lui a paru en effet utile, dans un contexte où les besoins informatiques continuent de s'accrottre fortement tandis que la tendance générale est à une limitation de l'augmentation des budgets, de pouvoir apprécier dans quelle mesure les postes "logiciels" jouaient un risle dans cet état de fait, et intéressant qu'un groupe de travai 1 s 'attachât à examiner cette question. Les participants à ce groupe ont réalisé une analyse qu1 a porté successivement sur : la constitution d'une liste des postes à considérer : logiciels de base, logiciels mtcro, logiciels de développement,., l'évolution des coûts constatés dans chacun de ces postes, la mise en évidence des facteurs expliquant cette évolution, et ont replacé cette analyse dans une perspective à court e t moyen terme. Enfin, il faut préciser que seuls les achats* et les locations de logiciels ont été pris en compte * rappelons que par achat nous entendons l'acquisition d 'un droit d'utilisation.

4 PLAN DE L'ETUDE I - DEMARCHE II - ANALYSE DES DONNEES III -FACTEURS D'AUGMENTATION IV - CONCLUSIONS DU GROUPE 0~ TRAVAIL Annexes

5 2 I - DEMARCHE SUIVIE PAR LE GROUPE DE TRAVAIL 1. ELABORATION D'UN CADRE D'ENQUETE Le cad re d ' enquê t e c i - dessous a été retenu ~ ~ ~ E T UOE C I GREF BUDGET " ',; L. ~ """ 1. :! ~ ~ ~ "' 1/) L. '0 c "',_ 0 L. en 41 :J "' Cl o; c E _ 0 0 ll 1-- "' - 41 L. - u U.u ~ ~ ~ o x x x x x x x x s x ' x x x x s i x x x s s. : x x s x s x x s s s x s x x s x s s x s x s s s s s x s s s s s x s s s s s x s s s s s s

6 3 ( 1) TYPE DE MATERIEL 1. Gros matériels. 2. Minis 3. Micros. La f rontière entre m ~n~s e c gros systèmes a été tixée à 1,5HIPS. (2) CATEGORIES DE LOGICIELS 1. Progiciels ri'application. 2. Logicie l s de base. J. Cutils de mesure e t ue contrôle. ~. Logiciels bases ae aonnées. 5. Logiciels rése aux. o. Logiciels infocentre, ~é ni e l ogicie l. 7. Autres. La c a tégorie 11 logiciels iniocentre 11 comprend tout l ogiciel qu~ est donné a ux utilisateurs s ur un infocentre. ~ n ce qu~ concerne les. logiciels micros, la nomenclature n'a pas été retenue une catégorie unique englobe tous les l ogiciels 11 tournant 11 sur micro-ordinateurs. 2. LA COLLECTE DES DONNEES La collecte des ùonnées a posé des d i ff i cultés : archivage àes années 19~4 e t 1985, r egroupement aes données brutes, postes d 'achats de l ogiciels oour lesquels la catégorie n'est pas mentionnée,... La plus grande a é té sans doute l e fait que, àans la ma j orité des e ntreprises, i l ne puisse pas y avo~r d ' exploitat ion informatisée étant donné que la présentation correspondante au cadre d'enquête n' y est pas employée. Chaque participant s ' es t donc attaché à remplir la grille dans la mesure du possible l e but étant surtout ae dégager des ordres de grandeur per me ttant d ' établir une synthèse

7 4 II - ANALYSE DES DONNEES 1. AUGMENTATION DE LA PART DU LOGICIEL ACHETE DANS LE BUDGET IN FORMATIQUE Le budget logicie l a pratiquement doublé e n 3 a n s (~ n tr ep r ise 5 : l OO en 1984, 199 en 1986). I l es t re s ponsable pour un t ier s de l' augme n t a tion du budget i nformati que a u même t i tre que le matériel e t l' entret i en. I l faut noter qu' i 1 r eprésentait en % du budget total, hors pe rs onne l e t prestations en c our s, e t qu'i l en r e présente au j ourd ' hui 12% (exemple entrepr ise 5 ). 2. AUGMENTATION DU BUDGET LOGICIEL En moyenne, le budget logiciel a doublé en trois ans : d ' une base loo e n l 9t14, i l e s t passé à une moye nne de 220 e n 1986 (gros systèmes I BM e t BULL). 3. AUGMENTATION PAR TYPE DE LOGICIELS Catégori e l : Progi c iels appl i ca t ion Cette catégor ie a été écartée de l' é t ude. En effet, il es t a ifficile a e compare r de s l ogicie l s qui r e mp l i ssen t de s miss i on s spécifiques dan s l e s entr eprises. Pour l e s a~plicatio n s communes à toutes (paie, comptabilité ), on se heurte au fai t que ce r taines util i sent un l ogiciel développé da n s l ~ u r ser vice informa tique. Catégorie 2 : Logi c i e l s de base Dans ce t t e ca t é gorie s ont r éunis les budgets a lloués à l ' achat, l a l ocation e t l a maintenance. ~ e u r importance relat ive r e s t e s table ou diminue légèr ement, cependant ils occupent toujours une grande part (de 40 à 65 % du budget total logiciel)

8 5 Catégorie 3 : Logiciels de mesures et contrôles Ce sont ouction à isques, rr.en t à la davantage, les logiciels de mesures et de contrôles oans la proinformatique (IMS, ~VS, gestion des espaces. ). Si ce poste augmente cela est dû essentiellepolitique de l'entreprise qui souhaite s'en équiper les prix restant, quant à eux, relativeme nt stables. Catégorie 4 : Logicie ls de gestion de bases de données La part de budget allouée aux logiciels de gestion de bases de données est restée stable de 7,!:! % en 1984 à 9 % en 1986 àans l'entreprise 3, de 21, 5% en 1984 à 18% en 1986 dans l'entreprise 5. Catégorie 5 : Logiciels de gestion de r éseaux La part de budget allouée aux logiciels de gestion de réseaux a légèrement augmenté dans l'entreprise 3 [ 4, 8 % en 1984 e t 4, 9 % en 1986 après des dépenses plus importantes e n 1985 ( 10,2 %)] et dans l'entreprise 5 (de 12,5% en 1984 à presque 15% e n 1986). Catégorie 6 : Infocentre Génie logiciel Sur les seules statis tiques de l'entreprise 5, on constate une très forte a ugmentation de ce poste budgétaire : représentant 7,2% du budget logiciel e n 1984, il atteint en 1986 l e s 20 %., Catégorie 7 : Autres La nature de cette catégorie demande à ~tre précisée. Elle est très importante pour l'entreprise 3 24,7 % du budget en 1984, 14,2 % e n 1985 et 19,5 % en 1986 soit un pourcentage moye n de 19,5 % du budget logiciel. Pour l' entreprise 1, cette catégorie contient des dépenses d ' expérimentation de gestion de nouve lle s t echniques ; pour l' entreprise 3, des outi l s proi essionnels pour l' entrepris e 5, tout ce qui n ' entrait pas dans les cat égories établies pour l'étude

9 6 4. AUGMENTATION PAR TYPE DE MATERIEL Les logiciels pour gros systèmes (au-dessus de 1,5 MIPS) Ils occupenc une large part àu budget logiciels -60 à 70 % avec une prépondérance des logiciels cie base 55 % en moyenne. Si l'on examine les statistiques fournies par l' entreprise 3, la part la plus importante du budget logiciel pour gros systèmes est constituée par les logiciels de base, quoiqu ' on remarque un lége r fléchissement en trois ans, de 50,8% à 42,5 %. les logiciels mini-ordinateurs ~ ous disposons de très peu de chiffres sur les logiciels pour mi ni-ordinateurs. Il appara1t en effet difficile de faire la part dans les budgets de matériels et de logiciels de la miniiniormatique. Cela est peut-~tre da au fai t que les miniordinateurs supporcent souvent des applications dédiées, ucilisant des logiciels spécialisés (frontaux, messagerie, ) e t que par conséquent l eur usage peut varier d'une entreprise à l'autre. Les logiciels pour micro-ordinateurs Les budgets de logiciels pour micro-ordinateurs augmentent sensiblement (lë,99 ~ d ' augmentacion de 84 à b6 dans i ' en c reprise 1), alors que le budget matériel correspondant baisse de 51,bb % (or le nombre de logiciels esc proportionnel a u nombre de micro-orainateurs). Dans l e budger de l ' encreprise 3, la parc des l ogiciels de base pour micro est passée de 5% à 10,6% er celle des progiciels a diminué (cac. 7) de 15, 6 en 1984 à 5, 8 en 1986 sachant que ce chiffre para1 t stabilisé puisqu'on observe 5,9 % en Remarque L'amort i s sement sur c1nq ans d'un logiciel de pale, comme de comptabilicé, sur gros systèmes, coût e trois f ois le prix d 'une configuration micro-informatique (matériel e t logiciel) remplissant: l e s mêmes fonctions

10 Nombre total de logiciels utilises o. al ~ o. 71 L o. 6! 1 r- o. 5 I i o. 4 o. 3 o. 2'. o L ----~~~""""' IC.IC~~~ruL~-"' ~~~~o.o

11 7 III - TENDANCES OBSERVEES ET FACTEURS D'EXPLICATION Pour situer le travail mené par le groupe, nous 1 'enqul!te 1986 de l'analyse Permanente de Informatique Française (Pierre Audoin Conseil/01 résultats suivants : empruntons à la Dépense - Hebdo) les "Les résultats de l'enquête 1986 en un coup d'oeil (1) La dépense informatique poursuit une croissance soutenue : + 17,5 % en 1986, nourrie en grande partie par le fort mouvement d'informatisation des petites.entreprises. ( 2) Parmi les différents postes, les dépenses consacrées aux matériels informatiques connaissent en 1986 la croissance la plus forte. Micro-informatique et besoins croissants en puissance des gros sites informatiques sont les moteurs principaux de l'expansion. (3) Les dépenses en logiciels et services informatiques progressent à un rythme moindre (10 à 11 %). Elles représentent cependant 20 % des budgets informatiques dans l'échantillon étudié." Et plus précisément, en ce qu1 concerne l'achat de pr ogiciels par les utilisateurs "Structure des dépenses informatiques des utilisateurs Pour l' ensemble de l'échantillon, la répartition en pourcentage des dépenses est la suivante Personnel 36 % Matériel 33 % Services Externes 13 % Progiciels 7 % Autres dépenses 11 %

12 ~ l 1 Il Personnel 36,0 1 ~ Materiel 33,0 1 E3 Sce exterieur 13,0 1 ~ Progiciels 7,0 1 E3 Autres depenses 1i, 0 1

13 8 "Le poste "progiciels", repr ésente 7 % de la dépense t otale de l'échantillon. Il convient de noter la forte variation relative de ce poste, faible chez les grands utilisateurs (CA supérieur à 500 MF et "non C.A."), plus fort chez les petits et moyens utilisateurs (10 à 500 MF). Ceci confir me, s'il en était besoin que le marché principal des progiciels se situe actue llement autour des minis et micros ordinateurs". 1. L'AUGMENTATION DES BUDGETS LOGICIELS SEMBLE ESSENTI ELLEMENT LIEE AUX CHOIX FAITS PAR L'ENTREPRISE EN MATIERE D' EQUIPEMENT INFORMATIQUE ET TELEMATIQUE Deux exemples dans 1 'entreprise 5, la catégorie de l'infocentre, génie logiciel passe de 7,2% du budget logiciel en 1984 à 12,67 % en 1985 et à 19 % en ,. Dans l entrepr1se 3, la part de budget alloué aux log1c1els de gestion de base de données a augmenté de 8,5 % en 1986, passant de 0,5% en 1985 à 9 % de budget en Dans ce cadre, 1 ' augmentation, la plus souvent évoquée pour 1 'avenir par le groupe de travail concerne les logiciels de COIDIDunicat i on en général (catégorie "réseaux" dans l'enquête), que ce soit dans la grosse informatique ou dans la microinformatique (cartes de communication, gestion de réseaux locaux, ). 2. L ' AUGMENTATION DES BUDGETS DEPEND EGALEMENT DE LA POLITIQUE DES FOURNI SSEURS Changements de version Sur les logiciels gros systèmes comme l e s logiciel s de base, l'exemple récent le plus célèbre est celui du passage de MVS à MVS / XA. Exemple sur un site de l'entreprise 2, une li cense MVS coatait au 01/84 9,6 KF/mo i s au 01/85 10,3 KF/mois au 01/86 12,2 KF/mois et MVS/XA au 01/86 37 KF/mois. 1

14 Cout du passage a XA ~ ~

15 9 De même àans l'entreprise 1, le passage de DOS/VSE à VSE/SPI provoque une augmentation de 1984 à 1985 de 46,89 % de la part du système d'exploitation IBM, et de 26,81 % de l'ensemble des logiciels de base IBM ; (Le passage de GCOS 3 à GCOS 8 sur DPS 8 s'est fait hors de la période étudiée par l'enquête, ce qui a pour conséquence l'indisponibilité des chiffres relatifs à ce changement). Il faut cependant souligner que le changement de version a un carac tère pl us ou moins obligatoire et que l ' augmentation des fonctionnal ités et des per f ormances ne justifie pas toujours l'augmentation imposée (vers ion 2 d'ims par exemple). En micro-informatique aussi le changement de version coate cher ; prenons l'exemple de Open Access : l a version Open Acess II coate F HT ; si on possède la ver sion Open Access I, on devr a rajouter F HT pour arriver à la version II (7 900 F HT = F HT = F HT). De plus la proposition est limitée dans le temps : le délai dépassé, il faudra acheter la nouvelle version comme une premièr e acquisiti on Augment ation des prix en géné r a l.. C 1 est surtout l e rapport ent re l e matériel e t l e logiciel micro-inf orma t ique qui a alerté le groupe de travail ~icroinformatique. Le s chéma suivant illustre cette préoccupation : Matériel (configuration de base compatible PC avec disque dur et écran couleur) Progiciel i ntégré Avant / / / Le prix du logiciel baisse tandis que le nombre de fonctionnalités augmente. Cependant, avec l'arrivée des réseaux et des réseaux l ocaux, il faudra de plus en plus de logiciels et la part du logiciel micro-informatique peut encore augmenter.. 1.

16 Evolution des couts 6 Logiciel ~1986 ~1987 micro informatique

17 10 Il ne raut pas négliger non plus, à côté du mode de commerctalisation c lassique en France, l'eft'et "BQRLAND" ou celui de la rormule "shareware" du club ABSOFT (1). 3. EVOLUTION DE LA STRUCTURE DES BUDGETS 3.1 La part d'achats (ou redevances initiales) globale paratt augmenter par rapport à celle des locations : de 32 % à 40 % dans un centre de l'entreprise 2 en un an. Cette augmentation paratt liée aux achats de logiciels micro-informatique. 3.2 On observe cependant une tendance à la disparition progressive de la redevance payable en une fois pour les logiciels sur gros systèmes (redevance initiale, redevance unique,. ) au profit de charges réparties mensuellement ou annuellement : cette tendance a été mise en évidence pour les logiciels gros systèmes BULL par l'entreprise 1, pour les logiciels sur gros systèmes IBM au cours des travaux du groupe CIGREF /GUIDE "Incidences Financières" (la redevance initiale pour DB 2 est désormais supprimée aux Etats-Unis et remplacée par 48 versements mensuels). Cette observation appelle deux remarques : la transformation d'une charge ponctuelle "lourde" en charges annuelles ou mensuelles a évidemment une i~portante incidence s ur la structure des budgets ; peut-êt re cette évolution des conditions de commercialisation sera-t-elle l'occasion d'une augmentation en valeur absolue cies charges annuelles ( 1) Concerne les l ogiciels très performants mats aussi très spécialisés ils sont utilisés et diffusés gratuitement dans l ' entreprise, a?rès paiement d 'une participation au Club.

18 Evolution des elements de cout L..i::~~~~~~L j~~~~~~ ~~~~~~ 0 Maintenance Location El i984 El 1985 El 1986 Logiciels (base 100 en 1984)

19 -. 11 IV - CONCLUSION On observe qu'en général le logiciel en lui-même n'a pas augmenté dans des proportions alarmantes, si l'on excepte les changements de version. Le prix du logiciel suit la courbe de l'augmentation générale des prix (exceptions qui confirment la règle quelques maintenances de progiciels ont augmenté à la suite de la libération des prix en 1986). Par contre, le budget d'acquisition logiciels augmente (de loo à 220 en 3 ans), mais il ne fait en cela que suivre l'évolution du budget informatique. De 1983 à 1986, la part du budget allouée à 1 'achat, la location, la maintenance des logiciels, est restée stable par rapport à celle du budget matériel. D'autre part, l'hypothèse du groupe de travail -l'augmentation du budget logiciel est dae principalement à la politique d'équipement des entreprises et aux conditions de commercialisation des constructeurs- a été vérifiée. Il faut noter que cette situation est peut-~tre appelée à se modifier (voir les résultats d'ibm en vente de matériel publiés récemment), mais s'il y a modification de la structure des achats en informatique, l'évolution sera lente sauf vraisemblablement en micro-inf ormatique connectée à un réseau. Perspectives Les auteurs de cette étude proposent à leurs collègues d'autres entreprises membres du CIGREF de continuer chaque année à mesurer l'évolution de la part de budget allouée à l'acquisition de logiciels dans les budgets informatiques. Chacun disposerait ainsi d'une base de faits tangibles lui permettant de juger de la situation, au-delà d'articles de presse alarmistes, d 'impressions optimistes ou pessimistes, sur son évolution.

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière ORGANISATION DE L ANALYSE FINANCIERE L analyse financière est l'étude de l'activité, de la rentabilité et du Financement de l entreprise : Soit a posteriori (données historiques et présentes) Soit a priori

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 22ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mardi 16 mars 2010 - Les faits marquants en 2009

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

Évolution de l'inflation par classe de revenu

Évolution de l'inflation par classe de revenu Bijlage/Annexe 4 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES Évolution de l'inflation par classe de revenu. Introduction Dans le contexte des récentes fortes variations des prix des matières premières et de leurs impacts sur

Plus en détail

Diagnostic numérique Guyane. Table des matières

Diagnostic numérique Guyane. Table des matières Diagnostic numérique Guyane Table des matières 1. Éléments de diagnostic...2 2. Avis du Conseiller Livre et Lecture de la région...3 3. Cartographie...4 4. Les dépenses informatiques...4 5. L'informatisation...4

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2012 Note semestrielle N 5 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES Une activité dynamique qui pourrait s essouffler L activité d hébergement d entreprises au premier

Plus en détail

L ENDETTEMENT DES MENAGES A FIN 2004

L ENDETTEMENT DES MENAGES A FIN 2004 1 OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES Mars 2005 17 ème rapport annuel L ENDETTEMENT DES MENAGES A FIN 2004 2 ème partie : Les évolutions intervenues entre décembre 1989 et novembre 2004 Pr Michel

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Novembre 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration

Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration 14/12/2006 Kaufman & Broad : Résultats annuels 2006 Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration Résultats 2006 supérieurs aux prévisions o Chiffre d affaires : +22% o Marge brute

Plus en détail

Diagnostic numérique La Réunion. Table des matières

Diagnostic numérique La Réunion. Table des matières Diagnostic numérique La Réunion Table des matières 1. Éléments de diagnostic...2 2. Avis du Conseiller Livre et Lecture de la région...4 3. Cartographie...5 4. Les dépenses informatiques...6 4.1 Les dépenses

Plus en détail

Thème : La consommation des ménages

Thème : La consommation des ménages Thème : La consommation des ménages Vous effectuez votre période de PFMP au sein du magasin ZARA, grande surface spécialisée dans le prêt-à-porter féminin, implantée dans le centre commercial Cap 3000

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

La perception de l'inflation par les ménages depuis le passage à l'euro

La perception de l'inflation par les ménages depuis le passage à l'euro INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable (Centre d étude des Amis de la Terre-Belgique) Rue des Fusillés, 7 B-1340 Ottignies Tél : 010.41.73.01 E-mail : idd@iddweb.be

Plus en détail

Sommaire. 3 Bilan des Inventaires Laboratoires de L ENSIACET LEEI, laboratoire de l ENSEEIHT Service Administratif de l ENSIACET

Sommaire. 3 Bilan des Inventaires Laboratoires de L ENSIACET LEEI, laboratoire de l ENSEEIHT Service Administratif de l ENSIACET Sommaire 1 Introduction 2 Présentation du projet 3 Bilan des Inventaires Laboratoires de L ENSIACET LEEI, laboratoire de l ENSEEIHT Service Administratif de l ENSIACET 4 Résultat de la simulation des coûts

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

LOGICIEL version pro Nouvelle version 2.0

LOGICIEL version pro Nouvelle version 2.0 LOGICIEL version pro Nouvelle version 2.0 Présentation : Avec le logiciel CHEVALENOR vous aurez l outil indispensable pour analyser et pour bien gérer vos mises sur les pronostiques quinté+ du site http://www.lechevalenor.fr/.

Plus en détail

Rapport de gestion pour l exercice clos Le 31 décembre 2012

Rapport de gestion pour l exercice clos Le 31 décembre 2012 Rapport de gestion pour l exercice clos Le 31 décembre 2012 Les faits caractéristiques de l exercice : L exercice 2012 a été marqué par les faits suivants : La DTN a quitté ses fonctions en septembre 2012,

Plus en détail

Revenus et dépenses des ménages en Suisse

Revenus et dépenses des ménages en Suisse Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 27.10.2014, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-1410-00 Enquête sur

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Décembre 211 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 21 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain / Evolutions et tendances

Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain / Evolutions et tendances Direction Départementale de l'equipement Ain Service Politique Ville Habitat Mars 2009 Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain Evolutions et tendances Mars 2009 www.ain.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Pourcentages et coefficients multiplicateurs

Pourcentages et coefficients multiplicateurs 3 Pourcentages et coefficients multiplicateurs Les ventes de portables d une agence sont de 220 unités en novembre. La vendeuse prévoit une augmentation de 35 % des ventes pour les fêtes de fin d année.

Plus en détail

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Dossier de presse 28 mai 2015 Sommaire Communiqué de presse 3 Les chiffres en Ile-de-France 5 Paris 7 Petite Couronne 12 Grande Couronne 15 Synthèse

Plus en détail

informations statistiques

informations statistiques indice des prix DE la construction n 62 décembre 213 INDICE GENEVOIS DES PRIX DE LA CONSTRUCTION, EN octobre 213 Dans le canton de Genève, les prix de la construction (TVA non comprise) progressent de

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

STATUTS de la Direction de l Informatique et des Systèmes d Information (DISI)

STATUTS de la Direction de l Informatique et des Systèmes d Information (DISI) STATUTS de la Direction de l Informatique et des Systèmes d Information (DISI) Article 1 : Préambule. La Direction de l Informatique et des Systèmes d Information est un service général de l Université

Plus en détail

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Présenté par : Demb Cheickysoul 1 INTRODUCTION Parfaitement adapté à l organisation de l entreprise par sa puissance de paramétrage, Sage 100 Gestion Commerciale

Plus en détail

Diagnostic numérique Corse. Diagnostic numérique Corse. Table des matières

Diagnostic numérique Corse. Diagnostic numérique Corse. Table des matières Diagnostic numérique Corse Table des matières 1 Éléments de diagnostic...3 2 Avis du Conseiller Livre et Lecture de la région...4 3 Cartographie...5 4 Les dépenses s (propres à la bibliothèque)...5 4.1

Plus en détail

Résultats de l'enquête sociale 2014-2015 au sein de l'iep de Lille

Résultats de l'enquête sociale 2014-2015 au sein de l'iep de Lille Résultats de l'enquête sociale 2014-2015 au sein de l'iep de Lille Avant propos...1 I ANALYSE GÉNÉRALE...1 II LOGEMENT ET LOYER...2 III FRAIS D'INSCRIPTION...3 IV BOURSIER-E-S, BOURSES ET AIDES...4 V SANTÉ

Plus en détail

Serveurs dédiés. Trafic et performances

Serveurs dédiés. Trafic et performances Serveurs dédiés Trafic et performances Nos services sont destinés aux entreprises et particuliers exigeants en terme de fiabilité, de sécurité et de disponibilité. Nous sommes également à même de fournir

Plus en détail

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex L'économie ouverte Dans une économie ouverte, le pays n'est pas contraint de réaliser en toute année l'équilibre entre ses dépenses et sa production de biens et services. Le pays peut dépenser plus qu'il

Plus en détail

PREAVIS N 10/2002 AU CONSEIL COMMUNAL

PREAVIS N 10/2002 AU CONSEIL COMMUNAL MUNICIPALITE PREAVIS N 10/2002 AU CONSEIL COMMUNAL Acquisition de matériel informatique pour la Bibliothèque municipale -1- Vevey, le 9 mai 2002 Madame la Présidente, Mesdames, Messieurs, 1. Objet du préavis

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Baromètre des solutions de stockage

Baromètre des solutions de stockage Baromètre des solutions de stockage Octobre Etude réalisée par pour Descriptif de l'étude L'objectif de cette étude est de disposer d'un indicateur de suivi dans le temps pour : Apprécier la vitesse de

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION - DROIT DE PRÊT DOSSIER DE PRÉSENTATION - 05/10/2001-

MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION - DROIT DE PRÊT DOSSIER DE PRÉSENTATION - 05/10/2001- MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION - DROIT DE PRÊT DOSSIER DE PRÉSENTATION - 05/10/2001- MISE EN ŒUVRE DU DROIT DE PRÊT - OCTOBRE 2001 - Plan du dossier A/ PRÉSENTATION GÉNÉRALE 1. Mise en

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE Martin Brookes Économiste senior, Goldman Sachs Je vais diviser ma présentation en

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 21ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mars 2009 - Les faits marquants en 2008 : la diffusion

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

D3 Parcours. 1 er semestre 2015. Synthèse de l étude Bilan fidélité et conquête dans l automobile. En partenariat avec

D3 Parcours. 1 er semestre 2015. Synthèse de l étude Bilan fidélité et conquête dans l automobile. En partenariat avec D3 Parcours 1 er semestre 2015 Synthèse de l étude Bilan fidélité et conquête dans l automobile En partenariat avec 1. Cadre général L étude complète D3 Parcours est réalisée à partir des données extraites

Plus en détail

- 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen, Gestion des stocks en quantité et en valeur.

- 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen, Gestion des stocks en quantité et en valeur. - 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS Objectif(s) : o o Pré requis : o o Cadence d'approvisionnement, Optimisation de la gestion des stocks. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen,

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES

L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES 18ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES présenté par le professeur Michel Mouillart - Mercredi 12 avril 2006-1 Accueil de Monsieur Pierre Cortesse, Président du Conseil Scientifique

Plus en détail

Comparatif de cou t d utilisation d une Renault ZOE vs Clio 1.2 16v

Comparatif de cou t d utilisation d une Renault ZOE vs Clio 1.2 16v Comparatif de cou t d utilisation d une Renault ZOE vs Clio 1.2 16v 2/2013 1. Introduction. L un des freins récurrent à l achat d un Véhicule Electrique réside dans le fait que l investissement initial

Plus en détail

Les séjours touristiques dans les villes wallonnes Liège, Namur, Mons, Tournai, Charleroi 2004-2012

Les séjours touristiques dans les villes wallonnes Liège, Namur, Mons, Tournai, Charleroi 2004-2012 Les séjours touristiques dans les villes wallonnes,,,, 24-212 Marchés : Belgique, Pays-Bas, France, Royaume-Uni, Allemagne Italie, Espagne OPT - Pascale Beroujon OPT - J.Jeanmart Direction Marchés, Perspectives

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

Introduction aux Principes d Economie

Introduction aux Principes d Economie Université de Rennes 1 Année 2000-2001 Examen AES 1 ère année Introduction aux Principes d Economie Session de septembre Thierry PENARD (Durée : 2 heures) Correction Exercice 1 : Le marché des téléphones

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement

Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement Chapitre 17 Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement Introduction L'objectif de ce chapitre est de faire comprendre aux élèves qu'une analyse pertinente du compte de résultat

Plus en détail

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise 14-15 octobre 2010 - Parc Expo RENNES Aéroport - Bruz Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise Animé par : Yvon SAINTILAN, Expert-Comptable Cabinet SAINTILAN à Quéven 1. Définition : ou point

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ. Variation de la valeur foncière et des transactions ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ PRIVÉ. Rôle d évaluation foncière

ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ. Variation de la valeur foncière et des transactions ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ PRIVÉ. Rôle d évaluation foncière F Variation de la valeur foncière et des transactions PRIVÉ Rôle d évaluation foncière Variation entre 2007 et 2011 2 Différence avec le prix de vente 3 Transactions 2000-2010 Vente de copropriétés et

Plus en détail

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION :

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION : BTS MUC, Gestion commerciale. GESTION BUDGETAIRE INTRODUCTION : Les outils statistiques permettent de chiffrer l activité d une entreprise (méthode Mayer, lissages, régression linéaire), la gestion budgétaire

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise Les Journées Régionales de la Création et de la Reprise d Entreprise 11 et 12 octobre 2007 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise Animé par : Philippe

Plus en détail

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements.

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements. - 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE Objectif(s) : o Choix du financement des investissements ; o Coût du financement. Pré-requis : o Modalités : Connaissance des caractéristiques

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Mars 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Téléphonie fixe Europe : en 2012, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus

Téléphonie fixe Europe : en 2012, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus Vision La newsletter de l Omsyc Téléphonie fixe Europe : en 212, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus Les données utilisées pour la rédaction de cette lettre sont issues de la Database

Plus en détail

Le Marché Publicitaire au 1 er semestre 2012 : La décroissance revient

Le Marché Publicitaire au 1 er semestre 2012 : La décroissance revient Le Marché Publicitaire au 1 er semestre 2012 : La décroissance revient Après une année 2011 stable, les recettes publicitaires des médias enregistrent, en valeur nette, une baisse significative de - 4,6%

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

Rapport annuel du rendement du portefeuille

Rapport annuel du rendement du portefeuille 2013 Rapport annuel du rendement du portefeuille Présenté à la SCHL PRÉPARÉ POUR LE SITE WEB DE L AGENCE PRINCIPALES CONCLUSIONS Principales conclusions Objectif de l accord : hausse de la conformité dans

Plus en détail

EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE

EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE 21 novembre 2003 Sommaire Objectifs de l'enquête et méthodologie Tendances des SID (Systèmes d'information Décisionnels)

Plus en détail

Chapitre 4: l'analyse de sensibilité I:génialité sur l'analyse de sensibilité I.1 La définition de l'analyse de sensibilité

Chapitre 4: l'analyse de sensibilité I:génialité sur l'analyse de sensibilité I.1 La définition de l'analyse de sensibilité Chapitre 4: l'analyse de sensibilité I:génialité sur l'analyse de sensibilité I.1 La définition de l'analyse de sensibilité Processus par lequel on évalue la robustesse d un modèle économique en examinant

Plus en détail

Financement public du spectacle vivant subventionné par l'etat en région de 2002 à 2006

Financement public du spectacle vivant subventionné par l'etat en région de 2002 à 2006 Direction de la musique de la danse du théâtre et des spectacles Financement public du spectacle vivant subventionné par l'etat en région de 2002 à 2006 REPERES DMDTS N 5 - février 2009 Conception et réalisation

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010 n 13 REPÈRES Septembre 2010 Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Les mineures mises en cause pour

Plus en détail

Fimalac. N 8 Octobre 2001. Message du Président. La lettre aux Actionnaires

Fimalac. N 8 Octobre 2001. Message du Président. La lettre aux Actionnaires N 8 Octobre 2001 Fimalac La lettre aux Actionnaires Message du Président Madame, Monsieur, Cher actionnaire, Après le drame du 11 septembre dernier, FIMALAC tient à s'associer à la douleur du peuple américain

Plus en détail

ECG 2014. Shadow Manager. Confort de Chauffe ... Simulation de gestion d entreprise d électronique industrielle. Manuel du participant

ECG 2014. Shadow Manager. Confort de Chauffe ... Simulation de gestion d entreprise d électronique industrielle. Manuel du participant Shadow Manager ECG 2014 Confort de Chauffe.......... Simulation de gestion d entreprise d électronique industrielle Manuel du participant Fernando Acosta et Georges Bessis www.simulnet.com Introduction

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

Formation Bureautique SRAL 2013-14. Choisir son micro ordinateur. Jean Pierre Dromain

Formation Bureautique SRAL 2013-14. Choisir son micro ordinateur. Jean Pierre Dromain Formation Bureautique SRAL 2013-14 Choisir son micro ordinateur Jean Pierre Dromain Avant Propos L informatique est une science ni unique ni stable Il faut vraiment faire attention pour savoir de quoi

Plus en détail

EMPLOI ET SERVICES ELEMENTS DE COMPARAISON INTERNATIONALE

EMPLOI ET SERVICES ELEMENTS DE COMPARAISON INTERNATIONALE EMPLOI ET SERVICES ELEMENTS DE COMPARAISON INTERNATIONALE Michel Husson, contribution à Choisir l emploi, rapport du Groupe emploi du XIème Plan, 1993 LA MONTEE DU TERTIAIRE La part du tertiaire atteint

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

LA CRÉATION DE LOGEMENTS PAR CHANGEMENT DE DESTINATION DE LOCAUX

LA CRÉATION DE LOGEMENTS PAR CHANGEMENT DE DESTINATION DE LOCAUX LA CRÉATION DE LOGEMENTS PAR CHANGEMENT DE DESTINATION DE LOCAUX Au sein de la construction neuve, la création de issus d'un changement de destination de locaux a progressé régulièrement entre 199 et 25

Plus en détail

Baromètre 2013 du Club de l Épargne Salariale Octobre 2013. Baromètre 2013. Club de l Epargne Salariale / Harris interactive. Harris Interactive

Baromètre 2013 du Club de l Épargne Salariale Octobre 2013. Baromètre 2013. Club de l Epargne Salariale / Harris interactive. Harris Interactive Baromètre 2013 Club de l Epargne Salariale / Harris interactive Toute diffusion de résultats tirés de cette étude doit être accompagnée de la mention suivante : "Baromètre 2013 du Club de l'epargne Salariale

Plus en détail

Tarif Public. Sage BOB 50 ASBL et Enseignement Mode Licence. Tarif valable uniquement pour une licence tenue en législation Belge

Tarif Public. Sage BOB 50 ASBL et Enseignement Mode Licence. Tarif valable uniquement pour une licence tenue en législation Belge Tarif Public Sage BOB 50 ASBL et Enseignement Mode Licence Tarif valable uniquement pour une licence tenue en législation Belge Janvier 2014 Sage BOB 50 SQL - Comptabilité et Facturation Tarifs Petite

Plus en détail

Coût du nucléaire existant et futur : critique de la note «Fiche sur les coûts du nucléaire actuel et futur» de Paul Lucchese au CNDTE

Coût du nucléaire existant et futur : critique de la note «Fiche sur les coûts du nucléaire actuel et futur» de Paul Lucchese au CNDTE Coût du nucléaire existant et futur : critique de la note «Fiche sur les coûts du nucléaire actuel et futur» de Paul Lucchese au CNDTE Benjamin Dessus 10 mars 2013 www.global-chance.org 10 mars 2013 Coût

Plus en détail

Intégrer le C2i dans le dispositif de formation

Intégrer le C2i dans le dispositif de formation Intégrer le C2i dans le dispositif de formation Mise en oeuvre du C2i à l Université Rennes 2 dans le cadre des maquettes du LMD Michel Legault Université Rennes 2 1 Un dispositif de formation adapté à

Plus en détail

LuxApps Property Solution

LuxApps Property Solution Solution LuxApps Property Solution LuxApps Property Solution ou LA.P.S. est un outil professionnel permettant la gestion complète d un patrimoine immobilier. La présentation et l ergonomie ont été étudié

Plus en détail

EUROPEENNES (EUROSTAT) EVALUATION DE LA FBCF EN LOGICIELS DANS LES COMPTES NATIONAUX BELGES. Document sollicité de la Banque Nationale de Belgique*

EUROPEENNES (EUROSTAT) EVALUATION DE LA FBCF EN LOGICIELS DANS LES COMPTES NATIONAUX BELGES. Document sollicité de la Banque Nationale de Belgique* Distr. GENERALE CES/AC.68/2002/12 5 Mars 2002 Original: FRANCAIS et ANGLAIS COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS ORGANISATION DE COOPERATION ET

Plus en détail

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française INDICATEURS n 8 Les dépenses de santé 2013 une part stable des dépenses nationales Conformément aux dispositions de l article L1432-3 du code de la santé publique, un état fi nancier est édité chaque année

Plus en détail

Calcul des coûts Information aux enseignants

Calcul des coûts Information aux enseignants 05 / Automobile Information aux enseignants 1/6 Ordre de travail A 18 ans, beaucoup d adolescents apprennent à conduire et aimeraient bientôt avoir leur propre voiture. Mais le calcul des coûts ne s arrête

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations 1 Objectif de ce TD: - Mobiliser vos connaissances de l an dernier afin de réutiliser et de maîtriser ces outils statistiques

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE

TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE Université de Metz Année Universitaire 2010/2011 UFR Droit - AES TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES Cours de Mme Corinne BOISMAIN TD de Maître Romain LANCIA TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE

Plus en détail

NOTE D INTERVENTION DE L

NOTE D INTERVENTION DE L NOTE D INTERVENTION DE L Numéro 40/Février 2015 Les fonds de travailleurs au Québec (Fonds de solidarité FTQ, Fondaction CSN) offrent un RÉER qui est assorti d un crédit d impôt en plus de la déduction

Plus en détail

LE COUT REEL DE LA VOITURE

LE COUT REEL DE LA VOITURE LE COUT REEL DE LA VOITURE Dernière mise à jour : 5 juillet 2012 Nota : une version plus courte de cet article (3 pages) peut être téléchargée sur www.adetecdeplacements.com/cout_reel_voiture_3p.pdf Quel

Plus en détail

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Des tendances stables En 2007, le périmètre de la presse tel que défini par l Observatoire comprenait 2 066 entreprises, soit 321

Plus en détail

Cahier des charges. Logiciel de GRH. Solution Ressources Humaines. Meck-Moroni

Cahier des charges. Logiciel de GRH. Solution Ressources Humaines. Meck-Moroni Cahier des charges Logiciel de GRH Meck-Moroni Solution Ressources Humaines Contexte et justification La MECK-MORONI a été créé officiellement en novembre 1998. Elle a enregistré au cours des dix dernières

Plus en détail