PHYSIQUE DES MATÉRIAUX

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PHYSIQUE DES MATÉRIAUX"

Transcription

1 PHYSIQUE DES MATÉRIAUX Laboratoire n 1 : Métallographie Diagrammes de phase Applications Henri-Michel Montrieux

2 MENU Métallographie Diagrammes de phase Applications

3 MÉTALLOGRAPHIE Définition : La métallographie est la technique consistant à déterminer la structure d un métal en observant sa microstructure Objectifs : Etablir une image significative de la microstructure «source» Avoir une vision de l organisation des différents grains et des différentes phases Trouver des informations sur la composition et le mode de fabrication Tenter de trouver une corrélation entre les propriétés macroscopiques (prop. mécaniques, électriques, magnétiques, optiques, ) et la microstructure

4 PRÉPARATION DES ÉCHANTILLONS Tronçonnage Enrobage Polissage avec papier SiC Polissage avec solution diamantée Attaque chimique pour révéler les grains et leur orientation Toujours disposer d un échantillon représentatif Eviter d endommager l échantillon (ex : fissuration suite au tronçonnage)

5 MÉTHODE DE POLISSAGE Papier SiC et Chiffon + Solution Diamantée Polissage en 2 phases : Papier SiC de plus en plus fin Chiffon et solution diamantée de plus en plus fine Polissage par abrasion

6 UTILISATION DU MICROSCOPE Simple Analyse visuelle rapide Possibilité de prendre des clichés Echantillon enrobé Mise en évidence des propriétés microstructurales Alliage Ti Acier doux

7 MICROSCOPE OPTIQUE Grossissement limité à ~1000x

8 MICROSCOPE ÉLECTRONIQUE TEM : Microscope électronique à transmission, pour objets transparents aux électrons Préparation d échantillons minces ( nm) Accélération des électrons dans un champ électrique (ddp kv) Projection sur la cible, interaction et émission d électrons Impression sur un écran fluorescent (ou capteur) Exemple d application : Mesure de la distance inter-réticulaire (entre plans d atomes) dans un réseau Nanotube, sulfure de Tungstène (TEM)

9 MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE (SUITE) SEM : Microscope électronique à balayage Préparation d échantillons Accélération des électrons dans un champ électrique + système de lentilles magnétiques Projection sur la cible, interaction et émission d électrons Un capteur scanne ligne par ligne l intensité d émission et permet l obtention d une image Des capteurs secondaires peuvent être installés (électrons secondaires, rétrodiffusés) Filament de Tungstène (SEM) Exemple d application : Détermination du type de rupture (ductile/fragile) d un échantillon avec un grossissement élevé

10 MICROSCOPIE SEM (EXEMPLE)

11 MICROSCOPIE SEM (EXEMPLE)

12 CORRÉLATIONS Dans le cas où un lien est mis en évidence entre les propriétés macroscopiques et la microstructure, l échantillon devient un outil de contrôle. Exemples : Relation entre la taille des grains et la limite élastique Influence de précipités sur les propriétés mécaniques Détection de l amorce d une fissure lors de l usure par fatigue

13 LES DIAGRAMMES DE PHASE Basé sur la thermodynamique : la (les) phase(s) conduisant à un minimum de l énergie libre G sont les phases d équilibre. Le nombre d éléments est de 2 ou plus. En pratique, on se limite à 2 ou 3. Pour 2 éléments, on construit des diagrammes T = f(composition) V = nélem + nvar Φ = Φ = 3 - Φ 1 phase V = 2 : Température et composition des phases libres 2 phases V = 1 : Température ou composition des phases libres 3 phases V = 0 : Température et compositions fixe

14 RÈGLES Un domaine de phase : maximum 2 phases en présence 2 domaines monophasés sont séparés par un domaine biphasé

15 EXEMPLE DE DIAGRAMME : AG-CU Identifier la phase riche en Cu, riche en Ag et liquide Phase(s) en présence Quelles sont les 2 phases en présence à 500 C et 50% Cu?

16 COMPOSITION DES PHASES La composition des phases se lit sur les lignes de conjugaison. A 600 C, quelles est la composition des phases en présence? Est-ce que le pourcentage global de cuivre modifie la composition de ces phases?

17 PROPORTION DES PHASES La règle des segments inverses permet de déterminer la proportion des phases en présence dans un système biphasé. Soient 2 phases A et B de proportion respective f A et f B. On a, De plus, le bilan matière impose que la concentration globale en a et en b soit donnée par Concentration de i dans la phase J

18 PROPORTION DES PHASES (SUITE) Par substitution, on résout le système d équation pour déterminer f A et f B. On obtient alors, A x y B C a,a C a C a,b

19 PROPORTION DES PHASES (SUITE) On obtient la règle des segments inverses. A x y B C a,a C a C a,b

20 EXEMPLE : DIAGRAMME AG-GE Etablir la relation entre fraction atomique et fraction massique. Déterminer les phases en présence, leur état d agrégation, leur composition ainsi que leur proportion dans les cas suivants : Cw[Ag] = 50%, T = 400 C Cw[Ag] = 30%, T = 651 C Cw[Ge] = 10%, T = 700 C Ca[Ag] = 20%, T= 800 C Pour un domaine biphasé fixé, estce que la composition des phases dépend de la concentration en Germanium?

21 LES POINTS PARTICULIERS DU DIAGRAMME D ÉQUILIBRE Les points particuliers du diagramme d équilibre sont ceux pour lesquels 3 phases coexistent. Il s agit bien d un point car la variance y est nulle (Température et composition fixes) On distingue les points respectivement eutectique, péritectique, monotectique, sintectique, eutectoïde et péritectoïde selon les phases en présence.

22 L EUTECTIQUE Caractérisé par la réaction L A + B A la solidification, une phase liquide unique donne lieu à deux phases solides. La morphologie des phases dépend de la composition du mélange. La composition de l eutectique est fixe. La température eutectique est plus basse que la température de fusion des corps purs

23 L EUTECTIQUE : 3 CAS DE SOLIDIFICATION Solidification d un mélange : à composition eutectique (26.1%) à composition différente de l eutectique (13% et 77%) Déterminer l évolution des phases en présence (composition, proportion) pour un refroidissement de 1100 C à 400 C.

24 L EUTECTIQUE : 3 CAS DE LIQUÉFACTION Liquéfaction d un mélange : à composition eutectique (26.1%) à composition différente de l eutectique (13% et 77%) Déterminer l évolution des phases en présence (composition, proportion) pour un chauffage de 400 C à 1100 C.

25 L EUTECTOÏDE Similaire à l eutectique, mais réaction entre phases solides Réaction du type A B + C T Exemples : B A + B A A + C C Transformation du fer γ en perlite B + C Composition

26 LE PÉRITECTIQUE Caractérisé par la réaction L + A B En solidification, une nouvelle phase solide prend naissance à la place de la phase liquide et de l autre phase solide. La morphologie des phases dépend de la composition du mélange. La composition du péritectique est fixe.

27 LE PÉRITECTIQUE : DIFFÉRENTS CAS DE SOLIDIFICATION Cas n 1 et n 2 : Pas de passage par le péritectique Cas n 4 : - Le mélange est liquide - Arrivé à la ligne de liquidus, les premiers cristaux de la phase α se solidifient. Cette phase est plus pauvre en B que le liquide. - En refroidissant, le liquide et la phase α s enrichissent en B. La proportion de liquide diminue. - Au point péritectique K, la phase α et la phase liquide disparaissent totalement au profit de la phase β, qui se forme. solidus liquidus - Après formation complète de β, la température baisse à nouveau. Une phase α réapparait en raison de la saturation de β en A.

28 LE PÉRITECTIQUE : DIFFÉRENTS CAS DE SOLIDIFICATION (SUITE) Cas n 3 : - Le mélange est liquide - Arrivé à la ligne de liquidus, les premiers cristaux de la phase α primaire se solidifient. Cette phase est plus pauvre en B que le liquide. - En refroidissant, le liquide et la phase α s enrichissent en B. La proportion de liquide diminue. - Au point S, la phase liquide disparaît totalement. La phase α primaire est partiellement décomposée. La phase β, à k% de B se forme. - Après formation complète de β, la température baisse à nouveau. Les phases α et β rejettent respectivement du B et du A dans de nouvelles phases α et β en raison de la baisse de la solubilité. - Les phases α primaires et secondaires sont distinguables sur micrographie.

29 LE PÉRITECTIQUE : DIFFÉRENTS CAS DE SOLIDIFICATION (SUITE) Cas n 5 : - Le mélange est liquide - Arrivé à la ligne de liquidus, les premiers cristaux de la phase α primaire se solidifient. Cette phase est plus pauvre en B que le liquide. - En refroidissant, le liquide et la phase α s enrichissent en B. La proportion de liquide diminue. - Au point R, la phase α disparaît totalement. La phase liquide est partiellement décomposée. La phase β, à k% de B se forme. - Après formation complète de β, la température baisse à nouveau. Le liquide et la phase β formée s enrichissent en B. La proportion de liquide diminue jusqu à disparition complète en Y. - La poursuite du refroidissement mène au passage de la limite de solubilité de A dans β au point Z. Une phase α est alors reformée.

30 LE PÉRITECTIQUE : LIQUÉFACTION Fonctionne en sens inverse de la solidification. Conduit à β α + L

31 LE PÉRITECTIQUE : EXEMPLE Se présente fréquemment pour les mélanges de composants à température de fusion fort différentes (ex : Fe-Zn, Cu-Zn ou Cu-Sn) Identifier 2 points péritectique Donner les réactions péritectique Expliquer le schéma de refroidissement depuis l état liquide dans l un des cas pour un mélange de composition péritectique.

32 LE PÉRITECTOÏDE Similaire à l eutectique, mais réaction entre phases solides Réaction du type A + B C B A A + B A + C C B + C

33 AUTRE CAS : LE MONOTECTIQUE Caractérisé par la réaction L1 L2 + α Moins fréquent

34 LE MONOTECTIQUE : EXEMPLE Cas du chauffage de l alliage à 37.4% Pb depuis 200 C : -Le plomb et le cuivre forment deux phases séparées quasiment pures car le plomb (resp. cuivre) est très peu soluble dans le cuivre (resp. plomb). - A 328 C, il se forme une phase liquide L2 très riche en plomb. Au-delà de cette température, la solubilité du cuivre dans la phase liquide augmente jusqu à 15%. - A 955 C, la phase liquide L2 et la phase Cu disparaissent totalement au profil d une phase liquide L1 unique. - Une fois la transformation monotectique achevée, l augmentation de température ne modifie plus la nature du liquide.

35 LE MONOTECTIQUE : EXEMPLE (SUITE) Cas du chauffage de l alliage à ~ 60% Pb depuis 800 C : - A 800 C, il existe deux phases. L une d elle est solide et très riche en cuivre. L autre est liquide (L2) et riche en plomb. - A 955 C, la phase cuivre disparaît totalement au profit d une nouvelle phase liquide L1 de composition monotectique (37.4%). Pour préserver le bilan matière, on voit par la règle des segments inverses que la proportion de phase L2 diminue. - Après la transformation, l augmentation de température conduit à un enrichissement des phases liquide L1 et L2 en leur composant minoritaire. - Il arrive un moment où les deux phases ont la même composition. A ce moment, il n existe plus qu une seule phase liquide (à 995 C).

36 LE MONOTECTIQUE : EXERCICE Sur le diagramme Cu-Pb, déterminer l évolution des phases en présence, leur composition ainsi que leur proportion lors du passage de 1200 C à 200 C d un alliage à 10% de plomb.

37 AUTRE CAS : LE SINTECTIQUE Caractérisé par la réaction L1 + L2 α Exemple : K-Zn, Na-Zn

38 APPLICATIONS Le diagramme Fer-Carbone La purification d un alliage

39 LE DIAGRAMME FER-CARBONE Diagramme métastable (Fer-Cémentite) Diagramme stable (Fer-Graphite) Présence d eutectique, de péritectique et d eutectoïde 4 phases possibles : α, γ, δ, et Fe3C ou C

40 LE DIAGRAMME MÉTASTABLE Est utilisé pour l étude des phases dans les aciers et fontes blanches Max %C (Composition Fe3C) Eutectique à 1147 C, 4.3 %C Péritectique à 1493 C, 0.16 %C Eutectoïde à 727 C, 0.76 %C

41 LE DIAGRAMME STABLE Est utilisé pour l étude des phases dans les fontes malléables Peut aller jusqu à 100 %C Eutectique à 1153 C, 4.2 %C Péritectique à 1493 C, 0.16 %C Eutectoïde à 740 C, 0.65 %C

42 DIAGRAMME FER-CARBONE Zone riche en Fer Diagramme : Stable Métastable

43 LES ACIERS DOUX Teneur en carbone < 0.02 % 1 phase «ferrite» à 727 C A 20 C, la solubilité du carbone dans le fer est de 10-5 Précipités secondaires de cémentite Propriétés Mécaniques : Très ductile (~40%) Faible limite élastique ( MPa) Ferrite Joint de grain Acier doux 200x Précipité Fe3C

44 L ACIER PERLITIQUE Composition eutectoïde, teneur en carbone de 0.76 % A 727 C, formation du composé eutectoïde appelé perlite. Alternance très fine de ferrite et de cémentite. Jusqu à 20 C, rejet par la phase ferrite de Fe3C.

45 L ACIER PERLITIQUE (SUITE) Structure lamellaire de la perlite due à la précipitation alternée de la phase ferrite et de la cémentite. Propriétés Mécaniques : Moyennement ductile (10-25 %) Haute limite élastique ( MPa)

46 LES ACIERS HYPOEUTECTOÏDES 0.02 à 0.76 %C Propriétés mécaniques variables selon la teneur en carbone et le mode de fabrication A température eutectoïde, en refroidissement, une phase ferritique proeutectoïde est présente

47 LES ACIERS HYPEREUTECTOÏDES 0.76 à 2.14 %C Propriétés mécaniques variables selon la teneur en carbone et le mode de fabrication A température eutectoïde, en refroidissement, de la cémentite a déjà précipité avant la formation de la perlite Cémentite proeutectoïde Perlite

48 PROPRIÉTÉS MÉCANIQUES Rm (MPa) Allongement (%) Résilience (J/m²) Dureté (Brinell) Ferrite Cémentite 550 Perlite Fine Moyenne Grossière

49 LES FONTES BLANCHES HYPOEUTECTIQUES Perlite (de la lédéburite) Cémentite (de la lédéburite) Perlite (de l austénite pro-eutectoïde) Cémentite (de l austénite pro-eutectoïde) L L + Fe(γ) Fe(γ)+ lédéburite perlite + cémentite + lédéburite transformée

50 LA FONTE BLANCHE EUTECTIQUE Depuis l état liquide : Solidification à 1147 C Formation de lédéburite (4.7 %C) Rejet de cémentite par la phase austénite de la lédéburite A 727 C, formation de la lédéburite transformée (perlite + cémentite) Jusqu à 20 C, la phase ferrite de la perlite rejette de la cémentite.

51 LES FONTES BLANCHES HYPEREUTECTIQUES Depuis l état liquide : Solidification à partir du liquidus Formation de cémentite (6.67 %C) A 1147 C, formation de la lédéburite (4.3 %C) Rejet de cémentite par la phase austénite de la lédéburite A 727 C, formation de la lédéburite transformée (perlite + cémentite) Jusqu à 20 C, la phase ferrite de la perlite rejette de la cémentite.

52 LES FONTES HYPEREUTECTIQUES (SUITE) Cémentite pro-eutectique Lédéburite transformée Cémentite secondaire

53 PROPRIÉTÉS & UTILISATION DES FONTES BLANCHES Module de Young inférieur à l acier (~100 GPa) Limite élastique moyenne (~ MPa) Résilience faible Allongement à la rupture faible Grande dureté Bonne coulabilité (Tf ~ C) Applications : Pièces destinées à l usure abrasive (boulet de broyeurs, mâchoires de concasseurs & plaques d usure)

54 LES FONTES MALLÉABLES But : Améliorer la déformabilité des fontes blanches Transformation : Fe3C Fe (γ) + 3 C (graphite) 2 méthodes : américaine (diag. stable) ou européenne (traitement chimique oxydant)

55 LES FONTES MALLÉABLES (SUITE) La méthode américaine consiste en un traitement volumique de la pièce en fonte Le refroidissement est lent, on est donc proche de l équilibre utilisation du diagramme (Fer Graphite) Traitement thermique à 900 C (chauffage, austénitisation, refroidissement lent 10 C/h puis 1 /h à l eutectoïde pour éviter la formation de perlite) A température ambiante, il y a une phase ferrite et des amas de graphite On obtient une fonte dite «à cœur noir»

56 LES FONTES MALLÉABLES (SUITE) La méthode européenne consiste en un traitement oxydant de la pièce en fonte. 2 C + O2 2 CO Le refroidissement est + rapide, on utilise le diagramme métastable. Il existe de la perlite à cœur après traitement. Traitement thermique à 900 C (chauffage, austénitisation, atmosphère oxydante) Réaction chimique en surface plus ductile en peau qu à cœur A température ambiante, à cœur, il reste de la ferrite, du graphite et de la perlite. En peau, il reste essentiellement de la ferrite. On obtient une fonte dite «à cœur blanc»

57 LES FONTES MALLÉABLES : QUELQUES CLICHÉS

58 LES FONTES GRISES But : Renforcer la déformabilité 2 possibilités : fonte grise lamellaire ou fonte grise nodulaire Diagramme stable à la solidification (via refroidissement lent et agents graphitisant (Cu, Al, Si)). Eviter les éléments carburigènes (W, Mo, Cr) Passage au diagramme métastable en cours de refroidissement

59 LA FONTE GRISE LAMELLAIRE Lors du passage du diagramme stable au métastable, il est possible de se retrouver à l eutectoïde avec une phase pro-eutectoïde composée soit de cémentite soit de ferrite.

60 LA FONTE GRISE NODULAIRE La fonte grise nodulaire est obtenue en ajoutant des éléments nodulisant (Mg, Ca, Be) Plusieurs avantages : - Possibilité d usinage en donnant un bon état de surface - Bonne résistance aux cycles thermiques - Excellente résistance à l usure à sec.

61 PROPRIÉTÉS MÉCANIQUES DES FONTES Fonte Malléable à cœur noir Malléable à cœur blanc Grise lamellaire Grise nodulaire Charge de rupture (MPa) Allongement (%) Résilience (J/cm²) Dureté (HB) Bonne (en surface) (à cœur) Médiocre Bonne

62 PURIFICATION D UN ALLIAGE AG-PD

UNIVERSITE de Liège. Connaissance des Matériaux Métalliques. Laboratoire 1 : Métallographie. LTAS Aérospatiale & Mécanique

UNIVERSITE de Liège. Connaissance des Matériaux Métalliques. Laboratoire 1 : Métallographie. LTAS Aérospatiale & Mécanique UNIVERSITE de Liège Métallurgie et Science des Matériaux LTAS Aérospatiale & Mécanique Connaissance des Matériaux Métalliques Laboratoire 1 : Métallographie Christine BRASSINE 04/366.91.10 C.Brassine@ulg.ac.be

Plus en détail

Etude du diagramme binaire :

Etude du diagramme binaire : Métallurgie Etude du diagramme binaire : - 1 - Quel est ce diagramme binaire, le diagramme Fer carbone ou le diagramme Fer cémentite? Diagramme Fer cémentite limité à 6.67 % de carbone. - 2 - Tracer la

Plus en détail

Diagramme D équilibre Binaire

Diagramme D équilibre Binaire Chapitre 4 : Diagramme D équilibre Binaire Objectifs spécifiques : -Connaitre les phases d une composition chimique de deux éléments en différentes températures. - maitriser la lecture d un diagramme d

Plus en détail

Techniques des matériaux

Techniques des matériaux HEH, Campus Technique Institut Supérieur Industriel de Mons Techniques des matériaux Synthèse Ce document a été rédigé en L A TEX. Le 6 mai 2014 Auteur : Corky Maigre *[*]* (FPMs 173) TB2CTM 2 ème Bachelier

Plus en détail

CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE

CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE Contenu : Miscibilité totale Miscibilité partielle Plan du cours Objectif général Acquérir les notions de base associées à la formation des phases, de leurs

Plus en détail

LES MATÉRIAUX. Les Aciers Les Fontes Les alliages d'aluminium Les alliages de Cuivre Symboles chimiques Influence des éléments d'addition

LES MATÉRIAUX. Les Aciers Les Fontes Les alliages d'aluminium Les alliages de Cuivre Symboles chimiques Influence des éléments d'addition LES MATÉRIAUX Les Aciers Les Fontes Les alliages d'aluminium Les alliages de Cuivre Symboles chimiques Influence des éléments d'addition Les Aciers Diagramme Fer-Carbone Désignation selon l'emploi Les

Plus en détail

Diagramme de phases binaire liquide-solide

Diagramme de phases binaire liquide-solide hivebench francoise PROTOCOL ENSCM_S5_INORG Diagramme de phases binaire liquide-solide https://www.hivebench.com/protocols/6885 Created by francoise (user #1271) the Tue 30 June 2015 1. Introduction Diagramme

Plus en détail

MÉLANGES BINAIRES LIQUIDE - SOLIDE

MÉLANGES BINAIRES LIQUIDE - SOLIDE MÉLANGES BNARES LQUDE - SOLDE DÉFNON Mélange constitué de deux composés A et B, pouvant chacun subir un changement d'état liquide = solide. MSCBLÉ OALE A L'ÉA SOLDE - MÉLANGE QUAS-DÉAL Supposons que fus

Plus en détail

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Page 1 sur 6 Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Introduction Un véhicule en mouvement possède une énergie cinétique, fonction de la masse et de la vitesse, soit E = 1/2 m v 2. Le

Plus en détail

Diagrammes de Phases

Diagrammes de Phases Diagrammes de Phases Société Francophone de Biomatériaux Dentaires P. MILLET Date de création du document 2009-2010 Table des matières I ENC :... 2 II Introduction et définitions... 4 III Construction

Plus en détail

Traitements thermiques des aciers. I - Traitements volumiques

Traitements thermiques des aciers. I - Traitements volumiques I - Traitements volumiques 1 Trempe C est un traitement thermique de durcissement consistant à chauffer la pièce à une température supérieure à la ligne de transformation fer α fer γ (austénisation), puis

Plus en détail

PREMIERE APPROCHE DE LA TECHNIQUE DE MISE EN FORME DES MATERIAUX PAR FORGEAGE CAS DE L ESTAMPAGE INITIATION A PARTIR D UN EXEMPLE

PREMIERE APPROCHE DE LA TECHNIQUE DE MISE EN FORME DES MATERIAUX PAR FORGEAGE CAS DE L ESTAMPAGE INITIATION A PARTIR D UN EXEMPLE PREMIERE APPROCHE DE LA TECHNIQUE DE MISE EN FORME DES MATERIAUX PAR FORGEAGE CAS DE L ESTAMPAGE INITIATION A PARTIR D UN EXEMPLE BTS Mise en Forme des Matériaux par Forgeage Lycée Marie Curie Boulevard

Plus en détail

Les mélanges : Diagrammes de phases

Les mélanges : Diagrammes de phases Les mélanges : Diagrammes de phases Chapitre 5 des Matériaux 1. Qu a-t-on vu jusqu à maintenant? 2. Les métaux purs sont généralement mous. C est pour cela que nous devons faire des alliages. 3. Peut-on

Plus en détail

GRAPHITES DE SPÉCIALITÉS POUR LA COULÉE CONTINUE DES MÉTAUX

GRAPHITES DE SPÉCIALITÉS POUR LA COULÉE CONTINUE DES MÉTAUX GRAPHITES DE SPÉCIALITÉS POUR LA COULÉE CONTINUE DES MÉTAUX INSTALLATION DE COULÉE CONTINUE HORIZONTALE Système de refroidissement Filière en graphite Front de solidification La coulée continue est un

Plus en détail

Les mélanges: Diagrammes de phase

Les mélanges: Diagrammes de phase Les mélanges: Diagrammes de phase Chapitre 5 ession 7 7-1 Motivations Comprendre la ormation des structures des matériaux. Certaines propriétés des matériaux (dureté, résistances) sont onction de leur

Plus en détail

PREMIERE PARTIE METALLURGIE

PREMIERE PARTIE METALLURGIE PREMIERE PRTIE METLLURGIE 1. GÉNÉRLITÉS... 1 2. STRUCTURE CRISTLLINE DES MÉTUX ET LLIGES... 1 2.1 Métaux purs... 1 2.1.1 Structure cubique centrée... 1 2.1.2 Structure cubique faces centrées... 2 2.1.3

Plus en détail

1- La structure des métaux. 2- Diagrammes d'équilibre: Microstructure. 3- Diagrammes d'équilibre: Alliages fer-carbone

1- La structure des métaux. 2- Diagrammes d'équilibre: Microstructure. 3- Diagrammes d'équilibre: Alliages fer-carbone 1- La structure des métaux 2- Diagrammes d'équilibre: Microstructure 3- Diagrammes d'équilibre: Alliages fer-carbone 4- Transformations isothermes et anisothermes 5-Traitements thermiques, thermo-mécaniques

Plus en détail

SCIENCES DES MATÉRIAUX 1/7

SCIENCES DES MATÉRIAUX 1/7 SCIENCES DES ATÉRIAUX / EENTO SCIENCES DES ATÉRIAUX SCIENCES DES ATÉRIAUX / Grandeur STRUCTURES CRISTALLOGRAPHIQUES ET PROPRIETES PHYSIQUES asse volumique r (g.cm - ) Température de fusion ( C) Coeficient

Plus en détail

Efficace par nature. Une très grande dureté de surface. Une exceptionnelle résistance à l abrasion. Une excellente résistance à la corrosion

Efficace par nature. Une très grande dureté de surface. Une exceptionnelle résistance à l abrasion. Une excellente résistance à la corrosion Hard to Beat Efficace par nature Les avantages commerciaux de l utilisation de l aluminium pour la fabrication de véhicules industriels sont bien connus et parfaitement indiscutables : gains de poids permettant

Plus en détail

CHAPITRES V-VI : DIAGRAMMES D EQUILIBRE (TD)

CHAPITRES V-VI : DIAGRAMMES D EQUILIBRE (TD) CHAPITRES V-VI : DIAGRAMMES D EQUILIBRE (TD) A.-F. GOURGUES-LORENZON Ce chapitre contient une série d exercices d application des concepts qui ont été présentés dans le Chapitre III. Les objectifs de cette

Plus en détail

Sommaire. Remerciements... iii. Introduction... 1

Sommaire. Remerciements... iii. Introduction... 1 Sommaire Remerciements................................. iii Introduction..................................... 1 Chapitre 1 : Concepts et outils de base 1. Introduction..................................................

Plus en détail

et alliages - Défauts de fonderie

et alliages - Défauts de fonderie MISE EN FORME DES MATERIAUX METALLIQUES FONDERIE ET SIMULATION DU MOULAGE MASTER MAM - Les diagrammes d éd équilibre de phases - Les principaux alliages de fonderie - Lois de la solidification des métaux

Plus en détail

EFFET D UN LAMINAGE SUR LE COMPORTEMENT MECANIQUE D ACIER FAIBLEMENT ALLIE

EFFET D UN LAMINAGE SUR LE COMPORTEMENT MECANIQUE D ACIER FAIBLEMENT ALLIE Projet de Physique P6 STPI/P6/2014 18 EFFET D UN LAMINAGE SUR LE COMPORTEMENT MECANIQUE D ACIER FAIBLEMENT ALLIE Etudiants : Julien CARMONA Eva MAIRE Cyril ROUSSEL Laure FERCHAUD Antoine ROBIN Enseignant-responsable

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ REMERCIEMENTS LISTE DES FIGURES LISTE DES TABLEAUX CHAPITRE 1 INTRODUCTION 1 1.1 PROBLÉMATIQUE 2 1.

TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ REMERCIEMENTS LISTE DES FIGURES LISTE DES TABLEAUX CHAPITRE 1 INTRODUCTION 1 1.1 PROBLÉMATIQUE 2 1. TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ REMERCIEMENTS TABLE DES MATIÈRES LISTE DES FIGURES LISTE DES TABLEAUX ii iv v ix xv CHAPITRE 1 INTRODUCTION 1 1.1 PROBLÉMATIQUE 2 1.2 OBJECTIF 5 CHAPITRE 2 REVUE BIBLIOGRAPHIQUE

Plus en détail

C Si Mn Ni Cr Mo N P S 0.03 0.75 1 2 5 6 22 23 2,5 3,5 0,12 0,20 0.035 0,010

C Si Mn Ni Cr Mo N P S 0.03 0.75 1 2 5 6 22 23 2,5 3,5 0,12 0,20 0.035 0,010 Température ( C) Présentation Générale Acier inoxydable austéno ferritique (DUPLEX) à forte résistance à la corrosion et hautes performances mécaniques L présente une excellente résistance à la corrosion

Plus en détail

Alliages binaires. 1 Définitions

Alliages binaires. 1 Définitions Un matériau composite est constitué de deux ou plusieurs matériaux différents et possède des propriétés mécaniques meilleures que celles de chacun de ses constituants. Alliant la légèreté à d excellentes

Plus en détail

Binaires. M (g/mol) 78,114 154,211

Binaires. M (g/mol) 78,114 154,211 1 ) Le benzène (B) et le diphényle (D) forment des solutions idéales à l état liquide, par contre les solides ne sont pas miscibles. a) Déterminer la température de fusion du mélange en fonction de la

Plus en détail

CHAPITRES XXVI-XXVII : FONCTIONNEMENT, STRUCTURE ET COMPORTEMENT D UNE CULASSE DE MOTEUR DIESEL (TD)

CHAPITRES XXVI-XXVII : FONCTIONNEMENT, STRUCTURE ET COMPORTEMENT D UNE CULASSE DE MOTEUR DIESEL (TD) CHAPITRES XXVI-XXVII : FONCTIONNEMENT, STRUCTURE ET COMPORTEMENT D UNE CULASSE DE MOTEUR DIESEL (TD) A.-F. GOURGUES-LORENZON L étude de cas constituant ce chapitre s appuie sur la thèse de Bruno Barlas,

Plus en détail

ACIER. Dr. Adamah MESSAN. École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) 25/05/2010

ACIER. Dr. Adamah MESSAN. École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) 25/05/2010 ACIER Dr. Adamah MESSAN École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) Les aciers 1. Propriétés 2. Traitement des aciers 3. Produits et utilisations LES ACIERS 1. Propriétés 1.1 Propriétés physique *Massevolumique:

Plus en détail

Les mélanges: Diagrammes de phase

Les mélanges: Diagrammes de phase Les mélanges: Diagrammes de phase Chapitre 5 des Matériaux (surtout p171-193) 8-1 Motivations Comprendre la ormation des microstructures des matériaux car les propriétés des matériaux (dureté, résistances)

Plus en détail

La technologie PIM. Exemples de pièces obtenues par le procédé PIM

La technologie PIM. Exemples de pièces obtenues par le procédé PIM La technologie PIM Le procédé PIM combine injection plastique et métallurgie des poudres. Il permet la mise en forme de pièce métallique et/ou céramique comme celle de pièce plastique. Exemples de pièces

Plus en détail

F. TRAITEMENTS THERMIQUES ET TREMPABILITÉ DES ACIERS

F. TRAITEMENTS THERMIQUES ET TREMPABILITÉ DES ACIERS Traitements thermiques des aciers F-1 F. TRAITEMENTS THERMIQUES ET TREMPABILITÉ DES ACIERS 1. Introduction Par traitement thermique, on désigne toute opération faite à chaud et destinée à modifier la microstructure

Plus en détail

Points de transformation du fer

Points de transformation du fer Points de transformation du fer θ C Courbe d analyse thermique simple Liquide Solidification 1538 Liq Sol Fe δ (CC) Transf. isotherme 1394 Fe δ Fe γ Paramagnétique Fe γ (CFC) Transf. isotherme 912 Fe γ

Plus en détail

Chapitre 4 Les alliages

Chapitre 4 Les alliages Chapitre 4 Les alliages Solutions Thermodynamique des solutions Propriétés des solutions Composés intermétalliques Thermodynamique Propriétés Quelques exemples type Application 1. Les alliages fer-carbone

Plus en détail

Exemples de Contrôles Métallurgiques sur pièces de série aprés Traitement Thermique

Exemples de Contrôles Métallurgiques sur pièces de série aprés Traitement Thermique Exemples de Contrôles Métallurgiques sur pièces de série aprés Traitement Thermique Patrick JACQUOT Laboratoire Central BODYCOTE Usine de Pusignan (69) 3ème Séminaire Bodycote Air Liquide, Lyon, 18-19

Plus en détail

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires Equilibre solide-liquide des systèmes binaires I. Introduction La matière présente généralement trois états: solide, liquide et gazeux. Les phases et les structures sous lesquelles peuvent exister les

Plus en détail

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie 4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie a) Classifications b) Microscope métallographique c) Microscope électronique à balayage d) Microscope électronique en transmission e) Diffraction des rayons

Plus en détail

Ligne de lumière Synchrotron haute énergie Pour l'expérimentation in situ et en temps réel

Ligne de lumière Synchrotron haute énergie Pour l'expérimentation in situ et en temps réel Projet «HERMeS» Ligne de lumière Synchrotron haute énergie Pour l'expérimentation in situ et en temps réel en métallurgie Etudier les Matériaux en temps réel, dans des conditions réelles 1 faisceau très

Plus en détail

Anodisation (uniquement procédé GS)

Anodisation (uniquement procédé GS) Anodisation (uniquement procédé GS) Uniquement valeurs indicatives, aucune prétention d exhaustivité. Recommandation : anodisation d échantillon. 07/2013 Étape Plaques coulées Plaques laminées / forgées

Plus en détail

Les différents types de fontes

Les différents types de fontes Nom : 1 / 9 Les matériaux ferreux Classification des métaux Métaux ferreux (magnétiques) - Base = fer + carbone + éléments d addition (nickel, chrome, ) : - Aciers: pourcentage de carbone inférieur à 1.7%

Plus en détail

Assemblage des métaux. Assemblage des métaux

Assemblage des métaux. Assemblage des métaux Assemblage des métaux La fonction principale d un assemblage est de transmettre correctement des efforts qui peuvent être très importants et qui sont le plus généralement statiques ou quasi-statiques (actions

Plus en détail

Durée : 2 h 00 (Documents non autorisés)

Durée : 2 h 00 (Documents non autorisés) UNIVERSITE DE BOURGOGNE Année : 2009-2010 U.F.R. Sciences et Techniques Date : 11 juin 2010 Licence de Chimie 3 ème année EPREUVE Physico-Chimie des Matériaux (UE5a) Durée : 2 h 00 (Documents non autorisés)

Plus en détail

CHAPITRE 5 TRAITEMENTS DE SUIRFACES. Contenu : Traitement par voie mécanique Traitement par voie thermique Traitement par voie thermochimique

CHAPITRE 5 TRAITEMENTS DE SUIRFACES. Contenu : Traitement par voie mécanique Traitement par voie thermique Traitement par voie thermochimique CHAPITRE 5 TRAITEMENTS DE SUIRFACES Contenu : Traitement par voie mécanique Traitement par voie thermique Traitement par voie thermochimique Plan du cours Objectifs généraux Etablir un processus expérimental

Plus en détail

SUPRA 50 - SP 510. ALLIAGES MAGNETIQUES DOUX FeNi

SUPRA 50 - SP 510. ALLIAGES MAGNETIQUES DOUX FeNi SUPRA 50 - SP 510 ALLIAGES MAGNETIQUES DOUX FeNi I. INTRODUCTION La gamme des alliages magnétiques vers 50% de Nickel d Imphy Alloys se compose des nuances suivantes : - SUPRA 50 / SUPRA 50 SP - SUPRA

Plus en détail

Chimie des solutions Chimie organique PCSI Diagrammes binaires

Chimie des solutions Chimie organique PCSI Diagrammes binaires PC Marcelin Berthelot Devoir surveillé 2 12 octobre 2013 : Chimie des solutions Chimie organique PCSI Diagrammes binaires Devoirs 1. Diagramme binaire solide-liquide or-argent (CCP 2013) Le diagramme binaire

Plus en détail

POLISSAGE DES ALLIAGES LEGERS ET DES METAUX PRECIEUX

POLISSAGE DES ALLIAGES LEGERS ET DES METAUX PRECIEUX POLISSAGE DES ALLIAGES LEGERS ET DES METAUX PRECIEUX M. Y. Sadallah Directeur scientifique ICERMA PARC TECHNOLOGIQUE DE SOLOGNE BATIMENT INNOVATION VIERZON Membre du : SOMMAIRE I GENERALITES 1) Définitions

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Oxydant, Réducteur, oxydation et réduction Expérience : plaque en fer Fe solution de sulfate de cuivre (, SO 4 2 ) Observations et conclusions : dépôt de cuivre sur la plaque

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1560 rév. 2

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1560 rév. 2 Convention N 150 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1560 rév. 2 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

L anodisation. en milieu sulfurique

L anodisation. en milieu sulfurique Les traitements de surface de l aluminium et de ses alliages L anodisation en milieu sulfurique A.Steyer AVANT-PROPOS. L ensemble des opérations devant concourir à l accomplissement de l anodisation en

Plus en détail

LA CORROSION SOUS CONTRAINTE (CSC) :

LA CORROSION SOUS CONTRAINTE (CSC) : 1 - Définition: COURS ENSITM LA CORROSION SOUS CONTRAINTE (CSC) : La corrosion sous contrainte résulte de l action conjuguée d une contrainte mécanique de tension et d un milieu corrosif généralement aqueux,

Plus en détail

Critères de sélection des matériaux

Critères de sélection des matériaux Critères de sélection des matériaux Quels outils pour faire le meilleur coix? Jean Colombani 04 7 44 85 70 jean.colombani@univ-lyon1.fr Laurent Joly 04 7 43 6 11 laurent.joly@univ-lyon1.fr Vittoria Piscedda

Plus en détail

OBJECTIFS DU MODULE DE FORMATION

OBJECTIFS DU MODULE DE FORMATION SKILLS LA CORROSION OBJECTIFS DU MODULE DE FORMATION Connaître le mécanisme de corrosion et ses facteurs Connaître les dispositifs de protection existants Comment adapter les protections et concevoir des

Plus en détail

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Samuel HEMERY (2 e année) Directeur de thèse: Thierry Auger (CNRS) Encadrant CEA: Jean Louis Courouau (DPC/SCCME/LECNA)

Plus en détail

M070201.05E REV 00 20/05/08

M070201.05E REV 00 20/05/08 M070201.05E REV 00 20/05/08 Aéroports: Milano Malpensa Milano Linate Bergamo Orio al Serio EURAL GNUTTI S.p.A. 25038 Rovato (Brescia) Italy Via S.Andrea, 3 Capital social - Company s capital 10.000.000

Plus en détail

VANADIS 4 Extra SUPERCLEAN 3. Acier d outillage pour travail a froid obtenu par la métallurgie des poudres. VANADIS 4 Extra

VANADIS 4 Extra SUPERCLEAN 3. Acier d outillage pour travail a froid obtenu par la métallurgie des poudres. VANADIS 4 Extra VANADIS 4 Extra SUPERCLEAN 3 Acier d outillage pour travail a froid obtenu par la métallurgie des poudres Principales propriétés des aciers d outillage pour OBTENIR DE MEILLEURES PERFORMANCES Dureté adaptée

Plus en détail

Elaboration de pièces en Inox 316L à partir d une poudre. Applications liées à l industrie alimentaire. 15 juin 2010

Elaboration de pièces en Inox 316L à partir d une poudre. Applications liées à l industrie alimentaire. 15 juin 2010 Elaboration de pièces en Inox 316L à partir d une poudre Applications liées à l industrie alimentaire 15 juin 2010 J-J. BERTRAND / A. VION BV PROTO L. DEMBINSKI / C. CODDET - LERMPS www.lermps.utbm.fr

Plus en détail

Méthodes thermiques d analyse

Méthodes thermiques d analyse UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. Méthodes thermiques d analyse Pr Khalil EL GUERMAÏ Méthodes Thermiques d Analyse 1)- Introduction 2)- Analyse

Plus en détail

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES METHODES D ETUDE DE LA CELLULE UE2 SPR 2011-2012 1 NOTIONS THÉORIQUES Un microscope est un système grossissant composé de deux lentilles convergentes: L objectif, proche

Plus en détail

Séminaire Bodycote/Air liquide

Séminaire Bodycote/Air liquide Séminaire Bodycote/Air liquide Impacts des réglementations sur les brasures de composants électroniques dans le secteur automobile Florence Le Strat, Cécile Plouzeau, Olivier Delannoye Direction de l Ingénierie

Plus en détail

Hightech by Gerster.

Hightech by Gerster. Hightech by Gerster. Hightech by Gerster: Le spécialiste. Les produits fabriqués en acier, fonte, aluminium ou métaux non ferreux, se comptent par milliers. Les exigences en matière de sécurité, de fiabilité,

Plus en détail

PROPRIETES MECANIQUES DES MATERIAUX

PROPRIETES MECANIQUES DES MATERIAUX PROPRIETES MECANIQUES DES MATERIAUX Chapitre 1 : Généralités Chapitre 2 : Propriétés élastiques Chapitre 3 : Propriétés plastiques Chapitre 4 : Modification des propriétés Chapitre 5 : Instruments de caractérisation

Plus en détail

Basalte tholéitique - texture microlithique avec olivine (tache jaunâtre), plagioclases et pyroxènes.

Basalte tholéitique - texture microlithique avec olivine (tache jaunâtre), plagioclases et pyroxènes. Enigme 10 : De la roche en poudre!! Les dorsales produisent des basaltes qualifiés de MORB (Medio Ocean Ridge Basalts) Ces basaltes sont caractérisés par leur faible quantité d alcalins (Na20 et K2O),

Plus en détail

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources.

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Frédéric LEDOUX a, Dominique COURCOT b, Emile PUSKARIC a, Antoine ABOUKAÏS b, Hélène

Plus en détail

GRANE Acier pour outils et moules

GRANE Acier pour outils et moules D ONNEES TECHNIQUES GRANE Acier pour outils et moules Partout où l on fabrique des outils Partout où l on se sert d outils Cette information est basée sur l état actuel de nos connaissances et est destinée

Plus en détail

INNOVATION LA NOUVELLE GAMME DE NUANCES CF

INNOVATION LA NOUVELLE GAMME DE NUANCES CF INNOVATION LA NOUVELLE GAMME DE NUANCES CF FR www.ceratizit.com 2 LA NOUVELLE GAMME DE NUANCES CF NUANCES RÉSISTANTES À LA CORROSION Nuances résistantes à la corrosion LA NOUVELLE GAMME DE NUANCES CF NUANCES

Plus en détail

Durcissement et renforcement des matériaux

Durcissement et renforcement des matériaux Durcissement et renforcement des matériaux Durcissement et renforcement des matériaux Ingénierie des matériaux première partie du cours : structure et propriétés des matériaux deuxième partie du cours

Plus en détail

Dispositions valides au jour de l'impression

Dispositions valides au jour de l'impression GUIDE TECHNIQUE D ACCREDITATION EN ESSAIS DES MATERIAUX METALLIQUES Document LAB GTA 16 Révision 00 Juin 2007 Section LABORATOIRES SOMMAIRE AVANT PROPOS...4 AVANT PROPOS...4 1. OBJET DU DOCUMENT...5 2.

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Cours 11-2 LES CÉRAMIQUES. Contenu

Cours 11-2 LES CÉRAMIQUES. Contenu Cours 11-2 LES CÉRAMIQUES Technologie des matériaux TTT 1 Contenu 1 Définition 2 Classification 3 Propriétés 4 Matériaux 5 Fabrication Technologie des matériaux TTT 2 1 Céramiques courantes Briques Marbres

Plus en détail

Meules CBN et diamant pour un usinage de précision

Meules CBN et diamant pour un usinage de précision 355 Meules CBN et diamant pour un usinage de précision 356 Caractéristiques techniques 359 Meules CBN/diamant, à liant vitrifié 365 Meules CBN/diamant, à liant galvanique Désignation des gammes de produits

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS SESSION 2015 ÉPREUVE : PHYSIQUE-CHIMIE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté

Plus en détail

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Notation : note globale = 50%TP + 50 % Projet MASC Projet MASC Durée estimée : 12h de travail/groupe (binôme ou trinôme) Objectif : présenter un exemple d'analyse

Plus en détail

Figure 1 Figure 2. Figure 3. Figure 4. ALUMINIUM ET ALLIAGES.doc http://joho.monsite.orange.fr/ 1

Figure 1 Figure 2. Figure 3. Figure 4. ALUMINIUM ET ALLIAGES.doc http://joho.monsite.orange.fr/ 1 NM : ALUMINIUM ET ALLIAGES PJ Fabriqués industriellement depuis 886 à partir des bauxites (Al 2 3, Al(H) 3 ) et de la cryolithe, ces métaux sont les plus utilisés juste après les fontes et les aciers.

Plus en détail

Projet NOREV. Michel Gaubil Saint Gobain CREE Nantes le 15 octobre 2013

Projet NOREV. Michel Gaubil Saint Gobain CREE Nantes le 15 octobre 2013 Projet NOREV Michel Gaubil Saint Gobain CREE Nantes le 15 octobre 2013 NOUVEAUX RÉFRACTAIRES VERRIERS ANR -06-MAPR-0014-01 Michel Gaubil Les partenaires du projet MistrasGroup NOREV : les objectifs scientifiques

Plus en détail

SAID BENSAADA TRAITEMENTS THERMIQUES, CLASSIFICATION ET DESIGNATION DES ACIERS ET FONTES

SAID BENSAADA TRAITEMENTS THERMIQUES, CLASSIFICATION ET DESIGNATION DES ACIERS ET FONTES SAID BENSAADA TRAITEMENTS THERMIQUES, CLASSIFICATION ET DESIGNATION DES ACIERS ET FONTES 1 SOMMAIRE 1. TRAITEMENTS THERMIQUES DES ACIERS...4 1.1. Définitions et procédés des traitements thermiques.4 1.2.

Plus en détail

LES ALLIAGES PRÉCIEUX ET SEMI-PRÉCIEUX

LES ALLIAGES PRÉCIEUX ET SEMI-PRÉCIEUX LES ALLIAGES PRÉCIEUX ET SEMI-PRÉCIEUX Introduction... 3 I. Caractéristiques structurales des alliages précieux... 4 1. Rappel... 4 2. Les alliages précieux... 4 2.1. Définition... 4 2.2. Rôles des métaux

Plus en détail

LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES

LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES Pr Khalil EL GUERMAÏ PROGRAMME COURS 1- Rappel sur l Analyse l Thermique

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Comportement de l austénite mère aux traitements lents au dessus de Af dans les alliages AMF à base de Cu-Al-Ni

Comportement de l austénite mère aux traitements lents au dessus de Af dans les alliages AMF à base de Cu-Al-Ni J. Phys. IV France 122 (2004) 97-101 EDP Sciences, Les Ulis DOI: 10.1051/jp4:2004122015 Comportement de l austénite mère aux traitements lents au dessus de Af dans les alliages AMF à base de Cu-Al-Ni M.

Plus en détail

Solutions aciers High Tech anti-abrasion

Solutions aciers High Tech anti-abrasion Solutions aciers High Tech anti-abrasion Abra-Ingénierie Les aciers spéciaux face à l usure par abrasion combinée NABIL AICHOUN Consultant Expert en Métallurgie Docteur Ingénieur Ecole des Mines de Nancy

Plus en détail

Lincoln Electric Europe. Le soudage à l Arc Submergé

Lincoln Electric Europe. Le soudage à l Arc Submergé Lincoln Electric Europe Le soudage à l Arc Submergé Le procédé Arc Submergé Le procédé Arc Submergé (SAW) L'arc créé entre le fil et la pièce à souder est protégé par une couche de flux. Cette couche de

Plus en détail

I Les différents états de l eau II Deux modes de vaporisation de l eau, III Echanges d énergie et changements d états

I Les différents états de l eau II Deux modes de vaporisation de l eau, III Echanges d énergie et changements d états I Les différents états de l eau II Deux modes de vaporisation de l eau, III Echanges d énergie et changements d états I Les différents états de l eau a- Les trois états de l eau. Quels sont les différents

Plus en détail

04 Cahier technique 04 Elaboration de la structure de coulée

04 Cahier technique 04 Elaboration de la structure de coulée Brütsch/ Rüegger AG Tubes acier Althardstrasse 83 CH-8105 Regensdorf Tél. 01/871 34 34 Fax 01/871 34 99 www.b-r.ch Email : info@brr.ch Certification ISO 9001:2000 04 Cahier technique 04 Elaboration de

Plus en détail

Le terme de corrosion est plus spécifiquement réservé à la dégradation des métaux.

Le terme de corrosion est plus spécifiquement réservé à la dégradation des métaux. FICHE THEMATIQUE LA CORROSION Qu est ce que la corrosion? : Le terme de corrosion est plus spécifiquement réservé à la dégradation des métaux. La corrosion peut avoir les conséquences suivantes: Dégradation

Plus en détail

Alliages. www.sid-dental.com

Alliages. www.sid-dental.com s www.sid-dental.com s Nos alliages sont élaborés à partir de métaux d une grande pureté (high grade) afin de vous garantir une qualité constante et des performances techniques irréprochables. Comme l

Plus en détail

Transformations de phase Séance d'exercices 3 - Diagramme de phases binaires et ternaires (corrigé) 29.03.2006 - D. Favez, M. Felberbaum, F.

Transformations de phase Séance d'exercices 3 - Diagramme de phases binaires et ternaires (corrigé) 29.03.2006 - D. Favez, M. Felberbaum, F. Transformations de phase Séance d'exercices 3 - Diagramme de phases binaires et ternaires (corrigé) 29.03.2006 - D. Favez, M. Felberbaum, F. Kohler Exercice 1 Diagramme de phase Fe-C 1) En considérant

Plus en détail

pour vos activités soudage

pour vos activités soudage Une gamme complète pour vos activités soudage Automatismes Postes de soudage Consommables Pourquoi le groupe METACONCEPT a choisi la marque MAGMAWELD? Les + QUALITE Les + PRODUITS Les + SERVICES Qualité

Plus en détail

Equilibres binaires. Exercices d entraînement. Thermodynamique 2 : 1. Tracé d un diagramme binaire LV. 2. Alliages or-argent

Equilibres binaires. Exercices d entraînement. Thermodynamique 2 : 1. Tracé d un diagramme binaire LV. 2. Alliages or-argent Thermodynamique 2 : Equilibres binaires Exercices d entraînement 1. Tracé d un diagramme binaire LV On considère un mélange de deux constituants A et B (A plus volatil que B). On précise que A et B sont

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMREOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère d l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMREOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère d l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMREOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère d l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou Faculté du Génie de la Construction Département

Plus en détail

Cours MP-1a : MOULAGE

Cours MP-1a : MOULAGE Cours MP-1a : MOULAGE Ce chapitre vise à l'acquisition des savoir-faire : M O U L A G E Mettre en place des simulations d obtention de pièces brutes par fonderie et injection plastique (S4222) Choisir

Plus en détail

Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages

Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages Nancy 22 mars 2013 Institut Jean Lamour UMR 7198 Historique : Utilisation de matériaux métalliques pour l élaboration

Plus en détail

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION

IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION IV. PHÉNOMÉNES DE CORROSION 1. Nature de la corrosion a. Définition La corrosion d'un métal est l'oxydation de cet élément à l'état d'ion métallique : il s'agit donc d'une réaction d'oxydo - réduction.

Plus en détail

POMPE A CHALEUR A MELANGE DE FLUIDES

POMPE A CHALEUR A MELANGE DE FLUIDES POMPE A CHALEUR A MELANGE DE FLUIDES Cette note complète la présentation pédagogique allégée de la pompe à chaleur, en traitant du cas où le fluide thermodynamique est un mélange de vapeurs. C est notamment

Plus en détail

Microscopie Electronique en Transmission

Microscopie Electronique en Transmission Microscopie Electronique en Transmission Le principe de la microscopie électronique en transmission (MET) utilise le caractère ondulatoire des électrons en mouvement : un faisceau électronique est une

Plus en détail

TECHNOLOGIE LASER. En quelques mots. À la pointe de la technologie dans l usinage laser d outils de coupe. A member of the UNITED GRINDING Group

TECHNOLOGIE LASER. En quelques mots. À la pointe de la technologie dans l usinage laser d outils de coupe. A member of the UNITED GRINDING Group Creating Tool Performance A member of the UNITED GRINDING Group À la pointe de la technologie dans l usinage laser d outils de coupe En quelques mots L usinage moderne de matériaux à l aide de la technologie

Plus en détail

CHAPITRE XV : FLUAGE

CHAPITRE XV : FLUAGE CHAPITRE XV : FLUAGE L. NAZE 1 FLUAGE : DEFORMATION A HAUTE TEMPERATURE Les propriétés en traction à température ambiante de la plupart des matériaux de structure sont peu dépendantes du temps. En effet,

Plus en détail

Comportement d alliages de cuivre pour chambres de combustion soumis à des cycles d oxydation-réduction.

Comportement d alliages de cuivre pour chambres de combustion soumis à des cycles d oxydation-réduction. Comportement d alliages de cuivre pour chambres de combustion soumis à des cycles d oxydation-réduction. Benoît LEFEZ, Béatrice Hannoyer Université de Rouen, GPM UMR 6634 CNRS CRT Analyses et Surface,

Plus en détail

Métaux non ferreux. Plus coûteux que les métaux ferreux. Avantages des métaux non ferreux

Métaux non ferreux. Plus coûteux que les métaux ferreux. Avantages des métaux non ferreux Métaux non ferreux Avantages des métaux non ferreux Grande résistance à la corrosion Grande facilité de formage, de travail à l outil et à la forge Meilleur fini de surface Meilleures propriétés mécaniques

Plus en détail

OBTENTION DES PIECES BRUTES

OBTENTION DES PIECES BRUTES A. Le moulage A.I.Moulage au sable OBTENTION DES PIECES BRUTES La pièce à obtenir le modèle en bois C) l empreinte supérieure en Sable D) l empreinte inférieure F) système de remplissage et d alimentation

Plus en détail