LA CONSOLIDATION D'ÉQUIPE : ASSOCIER L ÉQUIPE À LA CONSTRUCTION D UN INSTRUMENT D ANALYSE APPROPRIÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA CONSOLIDATION D'ÉQUIPE : ASSOCIER L ÉQUIPE À LA CONSTRUCTION D UN INSTRUMENT D ANALYSE APPROPRIÉ"

Transcription

1 LA CONSOLIDATION D'ÉQUIPE : ASSOCIER L ÉQUIPE À LA CONSTRUCTION D UN INSTRUMENT D ANALYSE APPROPRIÉ Robert Lescarbeau Université de Sherbrooke RÉSUMÉ Les interventions de consolidation d équipe rapportées dans les ouvrages spécialisés laissent croire que cette méthode s applique de façon standardisée quelle que soit la situation de l équipe. L article cherche à démontrer que la démarche de consolidation d équipe s adapte aux diverses circonstances et peut être conçue afin de permettre aux équipiers de manifester leurs préoccupations dès la préparation de la démarche. INTRODUCTION Plusieurs ouvrages traitant de la consolidation d'équipe (Dyer,1977; Merry et Melvin,1977; Woodcock et Francis, 1981; Phillips et Elledge, 1989; Hackman, 1990) la présentent comme une méthode s appliquant de façon uniforme d'une équipe à l'autre et n'offrant pas beaucoup de flexibilité au niveau des outils de diagnostic employés par l'intervenant, une fois choisi le cadre conceptuel qui servira à identifier les forces et les faiblesses de l équipe. C est ce cadre conceptuel qui orientera l investigation destinée à identifier les besoins de l'équipe et les priorités d'action sur lesquelles ses membres doivent se concentrer. L utilisation de ce cadre conceptuel est donc crucial pour l identification des priorités d action. Dans la documentation identifiée plus haut, l utilisation de ce cadre conceptuel semble s effectuer d'une façon standard quel que soit le type d'équipe rencontré ou le contexte dans lequel elle évolue. Ce cadre théorique aide le consultant à développer un instrument de collecte de données qu'il utilisera de façon uniforme dans la plupart des situations d'équipe où il sera invité à intervenir. L auteur a cherché à vérifier, dans le cadre d un projet particulier, si un instrument uniforme permettait de rencontrer les besoins réels des membres de différentes équipes. Un tel instrument a été développé et appliqué auprès d une première équipe. Par la suite, pour les quatre autres équipes participant aussi à ce projet, les Vol. 2 no 2, Automne 1998 INTERACTIONS

2 310 LA CONSOLIDATION D ÉQUIPE préoccupations des équipiers en regard du fonctionnement de leur équipe ont été recueillies et l instrument initial a été adapté en conséquence. L efficacité de l instrument uniforme serait démontrée si on constatait des préoccupations relativement semblables entre les éléments de celui-ci et les thèmes obtenus auprès des quatre dernières équipes. Pour communiquer les résultats de cette vérification, les points suivants seront abordés. D'abord des précisions sur la notion de consolidation d'équipe seront apportées, suivies d'une brève présentation du contexte dans lequel ce projet s est inscrit. Ensuite, l intervention ou la démarche entreprise auprès de chacune des équipes sera exposée de même que l'adaptation de l instrument initial qui en a résulté. Enfin, pour conclure, les constats du consultant à la suite de cette intervention de consolidation d'équipe adaptée aux besoins des acteurs seront examinés. LA CONSOLIDATION D'ÉQUIPE Une démarche de consolidation auprès d'une équipe de travail consiste à affermir la santé, l'efficacité et parfois même l'efficience de l équipe en développant la cohésion entre ses membres et en améliorant ses processus de collaboration, de décision, de solution de problèmes ou de résolution de conflits. Une équipe en santé est capable d'utiliser adéquatement les ressources des équipiers, de développer et maintenir leur solidarité, leur mobilisation et de gérer ses conflits. Une équipe efficace est celle qui réalise ses objectifs et qui est en mesure d'apporter les ajustements requis à ses processus de production et de concertation. L'équipe est efficiente lorsqu'elle atteint ses objectifs avec une économie de ressources : temps, argent et matériel. Certaines interventions de consolidation se réalisent auprès d équipes naissantes pour aider ses membres à s approprier la mission du groupe et à se donner des mécanismes de fonctionnement appropriés. On retrouve dans cette catégorie d équipe aussi bien les groupes de travail ad hoc (comité de projet, groupe de pilotage d un changement) que des équipes de travail nouvellement constituées à la suite d une fusion ou d une restructuration. Toutefois, la majorité des interventions de consolidation d équipe visent à améliorer la santé, l efficacité et l efficience d équipes de travail ayant une histoire, une certaine stabilité et qui éprouvent des difficultés de fonctionnement ou du moins qui connaissent une situation qu elles désirent bonifier. Comme on le constate, et ce fait sera corroboré par la consultation d ouvrages traitant de la consolidation d équipe, le mot équipe est utilisé indifféremment dans deux INTERACTIONS Vol.2 no 2, Automne 1998

3 LA CONSOLIDATION D ÉQUIPE 311 contextes. Il désigne tout aussi bien un groupe de tâche (un comité) qu une unité organisationnelle (un secteur de production ou un service). Les interventions diffèrent toutefois selon qu'elles surviennent auprès de l un ou de l'autre. À titre d'exemple, auprès d un groupe de tâche on s'intéresse à la conduite des réunions, au partage du leadership, au processus de communication ou au processus de décision. Auprès d une unité organisationnelle, ce sont le mandat de l équipe, ses objectifs, ses méthodes de travail, le style de gestion, les mécanismes de coordination ou de circulation d information, les rôles et les responsabilités des différents acteurs qui font l objet d un examen attentif. Généralement, les interventions de consolidation d'équipe se réalisent selon les huit étapes suivantes : la prise de conscience par les membres de l'équipe qu'il faut améliorer la situation et la manifestation d'une nécessité d'agir sur cette situation; l entente avec un intervenant extérieur à l équipe; la collecte des informations qui va permettre de dresser le portrait de la situation de l'équipe et d'identifier les dimensions sur lesquelles il faut agir; l'analyse de ces informations; le partage de ces informations avec le gestionnaire et les équipiers, et le choix de priorités d'action à court, moyen et long terme; la planification des actions requises pour atteindre le résultat visé par chaque priorité; la réalisation du plan d'actions qui a été accepté par les membres de l'équipe; l'évaluation de l'efficacité de ces actions pour corriger la situation initiale. Le contexte de l'expérience L expérience a été conduite au sein d une organisation du réseau de la santé et des services sociaux. Cette organisation compte une quinzaine d unités administratives dont huit équipes de territoire en contact direct avec la clientèle. Ces huit équipes Vol. 2 no 2, Automne 1998 INTERACTIONS

4 312 LA CONSOLIDATION D ÉQUIPE étaient engagées dans un projet destiné à conduire à la mise en place d équipes de travail responsabilisées communément appelées équipes de travail semi-autonomes. Dans le cadre de ce projet, chacune de ces équipes s était vu offrir la possibilité d entreprendre une activité de consolidation d équipe. Une personne-ressource extérieure au milieu était mise à leur disposition. Chaque responsable d équipe intéressé par la proposition contactait le consultant et, au terme d un premier entretien destiné à clarifier la demande, à vérifier son contexte et à obtenir un supplément d information sur la situation de l équipe, une rencontre avec les membres de l équipe était fixée. Elle avait pour but de prendre contact, de présenter la démarche et de conclure une entente formelle avec le consultant. Toute l équipe devenait ainsi le client. Cinq équipes se sont prévalues de l offre de services. Ces équipes comptaient de 6 à 11 membres. Dans chacune, la concertation entre les membres de l équipe était nécessaire pour fournir un service adéquat à la clientèle. Les membres de ces équipes étaient hautement scolarisés. Dans trois équipes, ils avaient une formation universitaire. Les deux autres étaient constituées de personnes ayant une formation technique. Tous les responsables avaient également une formation universitaire. Misant sur son expérience et empruntant des concepts à des modèles descriptifs du fonctionnement des équipes (Richard, 1995; St-Arnaud, 1989; Varney, 1989; CSN, 1995), le consultant avait développé un instrument d identification de besoins comportant cinq dimensions. Ces dimensions sont les suivantes : existence d'un projet d'équipe; organisation du travail dans l'équipe; règles et normes de fonctionnement de l'équipe dans ses relations avec la clientèle; règles et normes de fonctionnement dans l'équipe; règles et normes de fonctionnement de l'équipe au niveau de la gestion des ressources matérielles et financières. Chacune de ces dimensions comporte ses éléments spécifiques (Annexe 1). Ce premier instrument est devenu l instrument de base. Il avait été conçu afin de permettre aux membres de l équipe de préciser leurs préoccupations et d identifier les cibles de travail qui, à leur avis, étaient susceptibles d avoir le plus d impact sur la cohésion et l efficacité de leur équipe. Par rapport à INTERACTIONS Vol.2 no 2, Automne 1998

5 LA CONSOLIDATION D ÉQUIPE 313 chacun des éléments composant une dimension, les répondants étaient invités à préciser individuellement si l élément correspondant avait déjà fait l objet d une clarification entre eux ou s il fallait s y attarder. L INTERVENTION AUPRÈS DES ÉQUIPES L intervention auprès des membres de la première équipe a divergé de celle conduite auprès des quatre autres équipes. C est le hasard, en quelque sorte, qui a déterminé quelle serait la première équipe à entreprendre la démarche; plus précisément, ce sont les dates de disponibilité de chacune des parties qui ont été déterminantes. La première équipe Avec la première équipe, le consultant a procédé de la façon suivante: il a présenté la nature et le déroulement d une intervention de consolidation d équipe, introduit l instrument de base, fourni des explications pour clarifier le sens de chacun de ses éléments et convenu d un échéancier. L instrument de base a été appliqué intégralement dans cette équipe. Après avoir recueilli les instruments complétés par chacun, les données ont été analysées et une synthèse a été présentée à l équipe; les thèmes sur lesquels il fallait se concerter en priorité ont été dégagés et ils ont été ordonnés, par l équipe, selon les résultats escomptés de chacun. Les critères de mise en priorité étaient : l effet anticipé sur la cohésion entre les membres et l effet sur l efficacité de l équipe. Puis, les étapes à entreprendre pour réaliser chaque priorité retenue ont fait l objet d une planification et d une entente en groupe. Un échéancier et une répartition des rôles entre le consultant et les membres de l équipe sont venus compléter cette partie de la démarche. Les équipes 2, 3, 4 et 5 Dans les quatre autres équipes, le consultant a rencontré, une première fois, les membres de l'équipe pour saisir les objectifs visés par cette démarche de consolidation d équipe et connaître les résultats attendus. Pour identifier les résultats attendus, la question suivante a été posée : Projetez-vous dans le temps et imaginez que la démarche de consolidation d'équipe est terminée et qu'elle s'avère un franc Vol. 2 no 2, Automne 1998 INTERACTIONS

6 314 LA CONSOLIDATION D ÉQUIPE succès. Qu'est-ce qui se serait alors passé dans l'équipe? Quels thèmes, éléments ou points cette démarche aurait-elle permis de couvrir? Dans chaque équipe, cet exercice a duré entre 90 et 120 minutes. Après avoir recueilli les commentaires de chacun des membres, le consultant s'est entendu avec l équipe pour une prochaine rencontre dans le but de : Présenter un projet d instrument qui intégrerait les préoccupations des membres de l'équipe; S'assurer que l instrument répondait à leurs besoins et attentes; Le cas échéant, s'entendre sur les ajustements requis; Convenir d un échéancier de collecte des données et de remise de l information. Par la suite, en considérant les préoccupations de chacun (traduites par sa projection des résultats obtenus), les particularités observées par le consultant sur les interactions entre les membres, l histoire de l équipe rapportée par le responsable, le consultant a développé un instrument adapté à chaque équipe. Cet outil reprenait les dimensions de l instrument de base et y intégrait les éléments significatifs à chacune. Adaptation de l instrument de base Comme on l a vu plus haut, l instrument de base n'a été proposé intégralement qu à la première équipe. Pour les quatre autres équipes, cet instrument a été adapté à leurs préoccupations. Ainsi, des éléments de cet instrument correspondaient à l instrument de base et d autres constituaient du matériel tout à fait nouveau. L équipe 2 Les éléments retenus par les membres de l équipe 2 ont été les suivants : la clarification des rôles de chacun; la clarification des rôles du chef de service et de son assistant; la clarification des valeurs professionnelles de l'équipe (couvert par l instrument de base); INTERACTIONS Vol.2 no 2, Automne 1998

7 LA CONSOLIDATION D ÉQUIPE 315 les marges de manœuvre à se donner dans l'exécution des fonctions (couvert par l instrument de base); le suivi des dossiers. Les membres de l équipe 2 ont donc presqu ignoré la première dimension (l existence d un projet d équipe) pour se concentrer sur la deuxième dimension (l organisation du travail dans l équipe) et la quatrième (mode et règles de fonctionnement dans l équipe). Plusieurs de leurs préoccupations n étaient pas couvertes par l instrument de base comme on le constate. L équipe 3 Les membres de l'équipe 3 quant à eux ont opté pour retenir les éléments suivants: les mécanismes de feed-back des clients (couvert par l instrument de base); les valeurs des membres à l'égard des services à la clientèle (couvert par l instrument de base); les politiques de l équipe; la conception du travail d'équipe; les zones de responsabilité de chacun (couvert par l instrument de base); l identification des zones grises dans l'accomplissement des tâches et l élaboration de mécanismes de régulation appropriés; les outils de travail; les modalités de suivi de dossiers; les processus de prise de décision (couvert par l instrument de base); les comportements interpersonnels facilitants; les mécanismes pour développer la confiance interpersonnelle; On constate que les membres de l équipe 3 ont retenus des éléments qui rejoignent la première dimension de l instrument de base (avec les mécanismes de feed-back), la deuxième dimension (avec les zones de responsabilité) et la quatrième dimension (avec leurs préoccupations pour le processus de décision dans l équipe). Huit des Vol. 2 no 2, Automne 1998 INTERACTIONS

8 316 LA CONSOLIDATION D ÉQUIPE éléments retenus n étaient pas couverts par l instrument de base développé par le consultant. L équipe 4 Les membres de l'équipe 4 pour leur part ont opté pour : les mécanismes à se doter pour travailler à l'amélioration continue des pratiques; l'utilisation des ressources des membres (couvert par l instrument de base); la clarification des tâches de chacun; la circulation de l'information au sein de l'équipe (couvert par l instrument de base); le style de leadership dans l'équipe (couvert par l instrument de base); les mécanismes de coordination (couvert par l instrument de base); le rôle du gestionnaire; le feed-back sur le travail (couvert par l instrument de base). Ils ont donc ignoré la première dimension pour se concentrer sur la deuxième dimension (les mécanismes de coordination), la troisième (avec l amélioration continue des pratiques) et la quatrième dimension (avec l utilisation des ressources des membres, la circulation d information, le style de leadership et le feed-back sur le travail). Trois de leurs éléments n étaient donc pas couverts par l instrument de base. L équipe 5 Les membres de l'équipe 5, quant à eux, avaient comme préoccupations : un projet d'équipe rassembleur; la complémentarité des tâches de chacun; les compétences de chacun; la limite des rôles de chacun et les mécanismes de concertation (couvert par l instrument de base); INTERACTIONS Vol.2 no 2, Automne 1998

9 LA CONSOLIDATION D ÉQUIPE 317 les règles de fonctionnement interne (couvert par l instrument de base); les processus de prise de décision lors des réunions (couvert par l instrument de base); la mise sur pied des mécanismes de soutien mutuel (couvert par l instrument de base). Le lecteur constate donc que les préoccupations des membres de l équipe 5 étaient canalisées autour de la première dimension (un projet d équipe rassembleur), la deuxième dimension (la limite des rôles et les mécanismes de concertation), la troisième dimension (les règles de fonctionnement internes) et la quatrième dimension (le processus de prise de décision, les mécanismes de soutien). Deux de leurs préoccupations ne recoupaient pas l instrument de base. Devant ces résultats, il est plausible de prétendre que si l instrument de base avait été appliqué de façon uniforme dans toutes les équipes, le consultant serait passé à côté d objets de consolidation d équipe importants, tel que le démontre le tableau 1. Quatorze éléments non couverts par l instrument de base ont été suggérés par les équipes 2, 3, 4 et 5. Seulement trois de ces éléments traduisent une préoccupation partagée par les membres de deux équipes. Aucun ne traduit une préoccupation commune. De fait, la démarche avec la première équipe a avorté assez rapidement; les membres de cette équipe ne semblaient pas y trouver leur compte. Est-ce dû au fait que l instrument de base ne traduisait pas adéquatement leurs préoccupations? Aucune donnée ne permet malheureusement de répondre à cette question. Toutefois, dans les autres équipes la démarche s est poursuivie durant plusieurs mois, à raison d une rencontre d une heure par semaine ou par deux semaines. Vol. 2 no 2, Automne 1998 INTERACTIONS

10 318 LA CONSOLIDATION D ÉQUIPE Tableau 1 Éléments retenus par les équipes 2, 3, 4 et 5 et non couverts par l instrument de base Éléments retenus Équipe 2 Équipe 3 Équipe 4 Équipe 5 Un projet d équipe rassembleur La clarification des rôles La clarification des rôles du chef de service et de son adjoint Le suivi des dossiers Les politiques de l équipe L amélioration continue des pratiques La conception du travail d équipe La complémentarité des rôles de chacun L identification des zones grises et l élaboration de mécanismes de régulation appropriés Les comportements facilitants Les compétences de chacun Les mécanismes pour développer la confiance interpersonnelle Les mécanismes de soutien mutuel Les outils de travail INTERACTIONS Vol.2 no 2, Automne 1998

11 LA CONSOLIDATION D ÉQUIPE 319 LES PRINCIPAU CONSTATS Au terme de cette expérience, le consultant retient plusieurs éléments qui l incitent à modifier sa pratique de la consolidation d équipe pour l adapter aux besoins des milieux. Un premier constat, on vient de le voir, c est l amélioration de la qualité des données sur lesquelles repose la démarche de consolidation d équipe. Cette expérience ne permet pas d établir si les préoccupations des équipiers auraient quand même pu être mises à jour par une application rigoureuse de l instrument de base dans toutes les équipes. Elle permet tout au plus de constater que les objets de préoccupations des acteurs différaient, pour la très grande partie, des éléments qui avaient été sélectionnés au préalable pour l instrument de base. Les modalités appliquées dans les équipes 2, 3, 4 et 5 ont permis de saisir les préoccupations réelles des membres de ces équipes, d'ajuster l instrument de base en conséquence et d'aborder ainsi des thèmes que les équipiers étaient désireux de considérer. De cette façon, la qualité du travail et son efficacité ont été augmentées puisque le feed-back ainsi généré était désiré par les principaux intéressés. Un deuxième constat, c est que la procédure appliquée dans ces équipes a permis de concrétiser et de démystifier ce qu'est une démarche de consolidation d'équipe. C est du moins ce que laissent entendre les propos recueillis auprès des membres des quatre dernières équipes : On savait où on s en allait. C est simple de se parler dans un cadre facilitant. La démarche c est notre démarche; c est nous qui en avons établi les paramètres. Les participants ont ainsi pu connaître précisément quels en étaient les buts et s'assurer que les efforts investis dans ce projet auraient des retombées concrètes sur l'équipe. Cette pratique a aussi permis de rassurer les membres de l'équipe face à la consolidation d'équipe. Pour la première équipe, la consolidation d'équipe est restée apparentée à de la «dynamite de groupe»; c est du moins l expression que la majorité des membres de cette équipe ont utilisée pour désigner la démarche entreprise lors des exercices de régulation ou d évaluation; ces exercices ont été plus nombreux dans cette équipe que dans les autres équipes. Cette expression a, entre autres, été utilisée pour qualifier les échanges sur le vécu des membres de l équipe à travers des sujets comme : les valeurs et les principes appliqués dans l'équipe, l'équité dans la répartition du travail, les rôles et les responsabilités de chacun, le style de leadership du responsable, la reconnaissance des ressources de chacun. Aucune des autres équipes n a utilisé cette expression pour désigner les activités de consolidation d équipe; les membres des quatre dernières équipes semblent s'être faits à l'idée Vol. 2 no 2, Automne 1998 INTERACTIONS

12 320 LA CONSOLIDATION D ÉQUIPE d'échanger sur des thèmes nécessitant une implication personnelle et un partage du vécu de chacun. Un troisième constat est relié à l énergie qui a été suscitée chez les membres des équipes 2, 3, 4 et 5. Lors des rencontres, ces personnes étaient enthousiastes et confiantes. En dépit de la charge de travail importante incombant à chacune, aucun intervenant ne s est absenté de ces rencontres qui se sont échelonnées sur près d un an. Dans la première équipe, les rencontres étaient toujours difficiles à placer à l agenda et le projet a été suspendu après deux mois, à la suite du transfert d une professionnelle et du départ d une deuxième pour des raisons de santé. En dépit des démarches entreprises par le consultant, cette équipe n a jamais repris le projet et s est même désistée du projet de changement plus global destiné à faire d elle une équipe semi-autonome. Enfin, un dernier constat est que cette concertation au sujet de l'instrument de collecte des données a fourni aux membres des équipes l'occasion d'expérimenter une première démarche de collaboration avec le consultant, permettant ainsi un apprivoisement réciproque. Cela donnait aussi l'opportunité à ce dernier d'induire, par ses comportements, des normes essentielles à la suite du travail de consolidation d équipe; ces normes étant : le respect des différences et des personnes, la tolérance, l'écoute, la concertation, l'implication personnelle de tous et chacun et la clarification des ambiguïtés. CONCLUSION Cette expérience a permis d'apprécier à sa juste valeur la contribution des équipiers à l'articulation d'un instrument de collecte de données en consolidation d'équipe. Elle encourage l intervenant à modifier son approche, lors de la négociation d'un contrat de consolidation d'équipe, pour définir avec les membres de l'équipe les paramètres qui seront utilisés pour identifier les points forts et les points faibles de l'équipe. Enfin elle démontre qu une activité de consolidation d équipe peut être adaptée aux besoins des membres tout en étant efficace. INTERACTIONS Vol.2 no 2, Automne 1998

13 LA CONSOLIDATION D ÉQUIPE 321 ANNEE I Spécimen de l instrument de base OUTIL D IDENTIFICATION DE BESOINS POUR LA DÉMARCHE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE Pour chacun des éléments présentés ci-après, indiquez, en utilisant l échelle proposée, jusqu à quel point cet élément aurait besoin d une clarification dans votre équipe afin de contribuer à l amélioration de votre cohésion ou de votre efficacité. Élément très clair ou défini Élément ambigu Existence d un projet d équipe Éléments à considérer Échelle Commentaires La philosophie de gestion de notre établissement Les priorités d action de l année en cours L évaluation de nos services par les clients et les partenaires La raison-d être, valeurs et principes de l équipe Le système client-partenaires L offre de services de l équipe Les objectifs d amélioration ou plan d action de l équipe Autres points : Vol. 2 no 2, Automne 1998 INTERACTIONS

14 322 LA CONSOLIDATION D ÉQUIPE Organisation du travail dans l équipe Éléments à considérer Échelle Commentaires La répartition du travail dans l équipe La coordination du travail Le partage des rôles et responsabilités dans l équipe Le partage des rôles et responsabilités avec les partenaires internes Le partage des rôles et responsabilités avec les partenaires externes Les horaires de travail Autres points : Relations avec la clientèle Éléments à considérer Échelle Commentaires L évaluation des résultats obtenus Les critères d attribution des dossiers Les critères de fermeture des dossiers La politique en regard de La politique en regard de YYY Autres points : INTERACTIONS Vol.2 no 2, Automne 1998

15 LA CONSOLIDATION D ÉQUIPE 323 Mode et règles de fonctionnement dans l équipe Éléments à considérer Échelle Commentaires La circulation de l information dans l équipe Les modalités de prise de décision dans l équipe Le style de leadership des membres de l équipe Le processus de décision et de solution de problème La gestion des conflits La gestion de la diversité La fréquence des rencontres d équipe La nature du feed-back attendu des membres de l équipe La nature du feed-back attendu du gestionnaire La reconnaissance des initiatives individuelles La formation des membres de l équipe Le soutien attendu des collègues Les règles de sécurité au travail Les marges de manoeuvre des intervenants Le respect entre les membres La conciliation travail et famille L utilisation des ressources des membres de l équipe Autres points : Vol. 2 no 2, Automne 1998 INTERACTIONS

16 324 LA CONSOLIDATION D ÉQUIPE Règles et normes de gestion des ressources matérielles et financières Éléments à considérer Échelle Commentaires La préparation du budget La localisation physique du personnel La localisation physique du dossier et du matériel La procédure d approvisionnement La gestion de la petite caisse Les allocations de dépenses Le coût des décisions relatives aux clientèles Le coût des décisions relatives à la gestion des ressources humaines Le coût des ressources matérielles Autres points : RÉFÉRENCES Confédération des syndicats nationaux (CSN). (1995). Travail en équipe et démocratie au travail. Montréal : Auteur. Dyer, W.G. (1977). Team building : issues and alternatives. Reading, Mass. : Addison- Wesley Publishing Co. Hackman, R. (1990). Groups that work (and those that don t). San Francisco : Jossey-Bass Publishers. Merry, U. et Melvin, E.A. (1977). Developing Teams and Organizations. Reading, Mass.: Addison-Wesley Publishing Co. Phillips, S.L. et Elledge, R.L. (1989). The Team-building Source Book.Cal. : University Associates Inc. INTERACTIONS Vol.2 no 2, Automne 1998

17 LA CONSOLIDATION D ÉQUIPE 325 Richard, B. (1995). Psychologie des groupes restreints. Cap Rouge : Presses Inter Universitaires. St-Arnaud, Y. (1989). Les petits groupes, participation et communication. Montréal : Les Presses de l Université de Montréal et Les Éditions du CIM. Varney, G.H. (1989). Building Productive Teams, An action Guide and Resource Book. San Francisco : Jossey-Bass Publishers. Woodcock M. et Francis, D. (1981). Organization Development Through Teambuilding - Planning a Cost Effective Strategy. Mansfield, Eng. : Challenge. Vol. 2 no 2, Automne 1998 INTERACTIONS

18

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

La rencontre de régulation. Robert Lescarbeau Université de Sherbrooke

La rencontre de régulation. Robert Lescarbeau Université de Sherbrooke Chronique méthodes La rencontre de régulation Robert Lescarbeau Université de Sherbrooke Les équipes de travail prennent de plus en plus d importance; le fondement de la structure des organisations est

Plus en détail

l évaluation participative

l évaluation participative l évaluation participative Mardi du RIOCM par le Centre de formation populaire Décembre 2008 Pourquoi ce thème Maîtriser la notion d évaluation Démystifier ce qu est l évaluation participative Discuter

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

SYNAXON GESTION LE QUESTIONNAIRE COACHING RESSOURCES HUMAINES

SYNAXON GESTION LE QUESTIONNAIRE COACHING RESSOURCES HUMAINES LE QUESTIONNAIRE 1. Êtes-vous conscient des effets de votre comportement sur les autres? 2. Est-ce que la motivation et le sentiment de réalisation sont des valeurs importantes pour vous? 3. Votre vie

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

LE GESTIONNAIRE LEADER : SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE

LE GESTIONNAIRE LEADER : SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE CLARIFIER SA CONTRIBUTION À SON ORGANISATION. SITUER SON RÔLE DANS SON ORGANISATION ET INVENTORIER SES RESPONSABILITÉS DE GESTION.

Plus en détail

Questionnaire de sondage: de la communication interne dans l organisation

Questionnaire de sondage: de la communication interne dans l organisation Cours 7 Audit : Exemple de questionnaire Questionnaire de sondage: de la communication interne dans 1. Votre organisation s est-elle dotée officiellement d une stratégie, d un programme ou d une politique

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL Contenu VOUS TROUVEREZ DANS CE DOCUMENT Contexte Personnel visé Admissibilité au programme Orientation du programme Compétences clés de gestion

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Carrière & Leadership

Carrière & Leadership Carrière & Leadership www.100jours.ca Carrière & Leadership est un cabinet-conseil dont la mission est d accompagner les cadres supérieurs et intermédiaires... hors de leur zone de confort. Notre service

Plus en détail

Guide des profils de responsabilités de gestion Présentation des responsabilités de gestion administrative selon les huit champs d intervention pour les niveaux d encadrement du réseau de la santé et des

Plus en détail

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles...

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles... POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE 2010-2015 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4 Mission... 5 Vision et engagements... 6 Valeurs organisationnelles... 7 Principes de

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques Plan de cours Techniques de l informatique 420.AC DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques 420-691-MA Stage en entreprise Site du stage en entreprise : http://stages.cmaisonneuve.qc.ca/evaluation/1748/

Plus en détail

Management de projet

Management de projet Management de projet 1. Résultats du training > Maîtrise de solutions s pour réduire le cycle de développement de nouveaux projets et en augmenter les performances. > Acquisition des compétences indispensables

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Hassen Ammar, consultant formateur en management PLUS CONSEIL: www.plusconseil.net PLUS CONSEIL ISO 9000 Les 8 huit principes de management Principe 1 Orientation

Plus en détail

RESPONSABILITÉS DE GESTION ADMINISTRATIVE 8 CHAMPS D INTERVENTION

RESPONSABILITÉS DE GESTION ADMINISTRATIVE 8 CHAMPS D INTERVENTION RESPONSABILITÉS DE GESTION ADMINISTRATIVE 8 CHAMPS D INTERVENTION FONCTIONS TYPES DU PERSONNEL D ENCADREMENT SECTEUR DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DIRECTEUR, COORDONNATEUR, CHEF DE SERVICE, CHEF

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Université de Montréal. La supervision pédagogique formelle à la CSDM. par Mathieu Desjardins

Université de Montréal. La supervision pédagogique formelle à la CSDM. par Mathieu Desjardins Université de Montréal La supervision pédagogique formelle à la CSDM par Mathieu Desjardins Département d administration et fondements de l éducation Faculté des sciences de l éducation Travail présenté

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Comité de concertation en entreprises (CM) 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2009-09-14 Table des matières Section 1 : p. 2 sur 7 Table des matières RÉFÉRENCE TABLE DES MATIÈRES...

Plus en détail

Référentiel projet QualiForma (AUF/Bureau Maghreb) 1/7

Référentiel projet QualiForma (AUF/Bureau Maghreb) 1/7 Annexe 1 : Référentiel des compétences L amélioration de la qualité de l enseignement supérieur et de la recherche constitue de nos jours une préoccupation majeure des différents acteurs. Cette amélioration

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES Brigitte Fillion Chargée de projets, CRLB Virtuel Nicole Beaudoin Conseillère aux affaires cliniques, AERDPQ Colloque Aides techniques 2.0 12 mai 2011

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE Sujet de discussion pour la 34 e Conférence internationale des commissaires à la protection

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets FICHE Mars ConseilOrga 2013 THÉMATIQUE Asssitance & Direction de projets Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Ces quatre derniers mois ont été très riches pour le management

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement sur les modalités d adoption et de révision des plans d intervention des usagers Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement N o 11 Adopté le 15.02.2011 Assemblée publique et conseil d administration

Plus en détail

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré La Société du Paysage de Grand- Pré Demande de propositions (DP) 13-1415 Services de recrutement d un ou d une cadre de direction Page 1 de 8 Page 2 de 8 Demande de propositions pour des services de recrutement

Plus en détail

Le 19 avril 2013 - ANGERS

Le 19 avril 2013 - ANGERS Le 19 avril 2013 - ANGERS 2 > Sommaire 1. Cadre réglementaire 2. Cadre de délégation 3. Périmètre d intervention du Comité d'audit 4. Rôle du Comité d Audit 5. Coordination et planification des travaux

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG

PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES GESTIONNAIRES PROFIL DE DÉVELOPPEMENT DU GESTIONNAIRE ET Par Gilles Vachon, M.Ed., M.A.Ps. psychologue et consultant en ressources humaines

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010)

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) 1 ère année UE 1 GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE niveau M : 180 heures 20 ECTS coefficient

Plus en détail

Réaliser un projet. Adaptation d un outil de la Fédération des parents francophones de l Alberta

Réaliser un projet. Adaptation d un outil de la Fédération des parents francophones de l Alberta Réaliser un projet Adaptation d un outil de la Fédération des parents francophones de l Alberta Objectifs Apprendre à réaliser un projet individuel ou collectif. Comprendre le processus de planification

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle Évaluation des apprentissages en formation professionnelle L évaluation des apprentissages fait partie intégrante de l enseignement. L APEQ vous propose ici un document qui devrait vous permettre de clarifier

Plus en détail

GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES. Quand? Pourquoi? Qui? Comment?

GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES. Quand? Pourquoi? Qui? Comment? 3-32 GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES La planification est indispensable pour atteindre les objectifs escomptés. Ce diagramme (figure 5) illustre quelques points clés relatifs à la gestion du

Plus en détail

GESTION DE LA PERFORMANCE

GESTION DE LA PERFORMANCE GESTION DE LA PERFORMANCE RÉDUISEZ L'ÉCART ENTRE VOTRE STRATÉGIE ET SON EXÉCUTION GESTION PERFORMANCE GESTION PROJETS GESTION RESSOURCES HUMAINES gestion PerformAnce GESTION PROJETS GESTION RESSOURCES

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

DESCRIPTION D'EMPLOI

DESCRIPTION D'EMPLOI DESCRIPTION D'EMPLOI Nom de l établissement : CENTRE DE RÉADAPTATION LA MYRIADE Titre de la fonction : Catégorie de fonction : Code de la fonction : 799 à la clientèle, volet professionnel Conseiller cadre

Plus en détail

Annexe 1 : classification des catégories d emplois des directrices adjointes

Annexe 1 : classification des catégories d emplois des directrices adjointes Annexe : classification des catégories d emplois des directrices adjointes Hausse annuelle Équité salariale 007-0 Directrice adjointe en installation de type * Responsable d une installation de moins de

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

LE PROCESSUS D ACTION EN PARTENARIAT À L ÉIJ L ÉTAPE DE LA PLANIFICATION DES SERVICES 1

LE PROCESSUS D ACTION EN PARTENARIAT À L ÉIJ L ÉTAPE DE LA PLANIFICATION DES SERVICES 1 RECHERCHE ACTION Analyse des pratiques de partenariat et de médiation intersectorielle entourant les services aux jeunes et aux familles présentant des problématiques multiples : le cas des équipes d'intervention

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES PRÉAMBULE La politique de gestion des programmes d études propose une démarche intégrée des différentes actions du Collège

Plus en détail

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives 1 Domaine et application 1.1 Objectif QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives Fournir une méthode efficace et uniforme d aborder les problèmes, les plaintes, les suggestions et les anomalies concernant

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE N o 4 POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Modifiée le 9 novembre 2010 cegepdrummond.ca Règlement n o 12 abrogé : 6 décembre 2004 (CA-04-12-06-03) Politique adoptée au conseil d administration

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

curité des TI : Comment accroître votre niveau de curité

curité des TI : Comment accroître votre niveau de curité La sécurits curité des TI : Comment accroître votre niveau de maturité en sécurits curité Atelier 315 Par : Sylvain Viau Luc Boudrias Plan de la présentation Qui sommes-nous? Pourquoi la sécurité de vos

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au PLAN D INTERVENTION Service des ressources éducatives Version finale

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 11/09/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF

Plus en détail

Guide de l employeur

Guide de l employeur L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES un partenariat entre les employeurs et le Cégep Guide de l employeur Planifiez votre relève, embauchez un stagiaire! Guide de l employeur Service de recherche et de développement

Plus en détail

C ACHING WAYS. Programme PAI

C ACHING WAYS. Programme PAI ING WAYS C ACHING WAYS COACHING WAYS Programme PAI INTRODUCTION A LA FORMATION COACHING WAYS PAI : Les clés du Coaching Cette formation conduit à devenir coach, à un niveau théorique PCC (ICF). 23 jours

Plus en détail

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies Ce dossier pourrait se situer en conclusion des différents thèmes de ce cours. En effet, on peut considérer que la performance est le résultat d une bonne pratique du management sous toutes ses déclinaisons.

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail