Conjonctures congolaises 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conjonctures congolaises 2014"

Transcription

1 Conjonctures congolaises 2014 Politiques, territoires et ressources naturelles : changements et continuités Echte politieke ontwikkeling ontstaat wanneer politieke leiders en krijgsheren het geweld temmen en ze dwang en macht gebruiken, niet om te plunderen maar om het te gebruiken als bron van productiviteit. Dwang wordt productief wanneer de rijkdom van een land niet vernietigd of verspild wordt, maar aangewend om de welvaart te vergroten. De politieke wortels van ontwikkeling versterken de economische wanneer de specialisten van het geweld zich realiseren dat ze het best kunnen overleven door de economische basis te versterken. [Bates, Prosperity and Violence, 2001: (onze vertaling)]. Is de DRC die omslag aan het maken?

2 Conjonctures congolaises 2014 Politiques, territoires et ressources naturelles : changements et continuités 10u15 : Inleiding tot Conjonctures Congolaises Politiques, territoires et ressources naturelles : changements et continuités Stefaan Marysse, directeur E-CA /CRE-AC 10u20 : De la Deuxième à la Troisième République. Etat et politique : changements et continuités Gauthier de Villers 10u 40 : Croissance cloisonnée : note sur l extraversion économique en RDC" S. Marysse 11u 00 : Quel développement agricole pour la RDC? Baudouin Michel 11u 20 : Les concessions forestières des communautés locales : une avancée potentielle pour la foresterie sociale Cédric Vermeulen 11u40 : Viabilité de l exploitation artisanale de l or face à la compétition des entreprises minières internationales Gabriel Kamundala Byemba 12u00 : Autorités publiques et implication des forces armées dans la question foncière au Sud-Kivu Emery Mushagalusa Mudinga et An Ansoms 12u20 : Analyse de l évolution politique récente Jean Omasombo Tshonda 12u 40 : Vragen en antwoorden moderator Herman De Croo, voorzitter E-CA /CRE-AC

3 Croissance cloisonnée : note sur l extraversion économique en RDC Stefaan Marysse Introduction La RDC s insère dans le consensus Post Washington / Mondialisation à partir de La question de recherche est double Libéralisation économique croissance inclusive? La gouvernance économique variable clé?

4 Croissance cloisonnée : note sur l extraversion économique en RDC 1. Le crédo de la croissance inclusive 2. Croissance par les exp. de ressources naturelles/pas forcément une malédiction 3. La fragilité de cette croissance extravertie actuelle (années précédentes analyse de la responsabilité des autorités-trous noirs) 1. Les profits expatriés excèdent les entrées de capitaux 2. Autres aspects de fragilité 4. Conclusion : croissance cloisonnée

5 Croissance cloisonnée : note sur l extraversion économique en RDC 1. Le crédo de la croissance inclusive 2. Croissance par les exp. de ressources naturelles/pas forcément une malédiction 3. La fragilité de cette croissance extravertie actuelle (années précédentes analyse de la responsabilité des autorités-trous noirs) 1. Les profits expatriés excèdent les entrées de capitaux 2. Autres aspects de fragilité 4. Conclusion : croissance cloisonnée

6 Graphique 1. Croissance et Inflation (en %) Source : sur base de données IMF

7 Production : augmentation spectaculaire Les nouveaux acteurs Source: Rapport annuel d Activité. Secrétariat Général des Mines (2013)

8 Graphique 3 : Part (%) du Cuivre - Cobalt et du Pétrole brut dans les Recettes d Exportations Sources: BCC, 2014 (Rapport annuel, Condensé hebdomadaire d information statistiques et Bulletin mensuel d informations statistiques)

9 Croissance cloisonnée : note sur l extraversion économique en RDC 1. Le crédo de la croissance inclusive 2. Croissance par les exp.de ressources naturelles/pas forcément une malédiction 3. La fragilité de cette croissance extravertie actuelle (années précédentes analyse de la responsabilité des autorités-trous noirs) 1. Les profits expatriés excèdent les entrées de capitaux 2. Autres aspects de fragilité 4. Conclusion : croissance cloisonnée

10 3. La fragilité de cette croissance extravertie actuelle 1. Les profits expatriés excèdent les entrées de capitaux

11 Tableau 1. Perte de capitaux par rapatriements de profits et ventes dactifs miniers (en milliards USD) Valeur Actuelle Nette ( des raptriements des profits investissements directs) Estimation maximale de perte par la vente des actifs miniers (E. Joyce) -17,1-5,0 *Valeur Actuelle Net 1 à base d un taux d actualisation de 3% et de 5% pour VAN 2 Sources : calculs VAN1 et 2 basés sur FMI(2014), Africa Progress Panel (2013:101-4), Joyce (2011) Retour au modèle économique (néo)colonial d extraversion ou le prix de la globalisation dans un contexte d état fragile?? Après la publication des données sur les profits rapatriés - Sicomines (contrats chinois) paraissent une meilleure alternative et la stratégie FMI-BM moins crédible

12 3. La fragilité de cette croissance extravertie actuelle 3.2. Autres aspects de fragilité Qui va financer les investissements publics Le caractère enclavé et intensif en capital Freeport Mc Moran -SMTF (emploi direct 5000 personnes). Création d emplois directs et indirects du secteur extractif est de personnes (soit 23% de l emploi formel total mais seulement entre 0,2 et 0,4% de la population active) L extension de ces caractéristiques à d autres secteurs (Bukanga-Lonzo ) Une bonne idée? Les effets indirects des réformes sur l absorption de main d oeuvre «Selon la Banque Centrale du Congo (BCC), entre 2001 et 2011, le PIB et l emploi ont connu respectivement des taux réels de croissance annuelle de 5,5 et de 5,85. En RDC, de 2001 à 2011, le taux de chômage n est passé que de 90 % à plus de 70 %... En terme réel, le PIB a été à peine multiplié par 2, le PIB/tête par 1,26» ( Kyayima Muteba, économiste à l UNIKIN. En dehors du secteur minier, les bénéficiaires des réformes de l état ( bancarisation, régularité du paiement des salaires ) sont surtout les fonctionnaires cadres

13 Croissance cloisonnée : note sur l extraversion économique en RDC 1. Le crédo de la croissance inclusive 2. Croissance par les exp.de ressources naturelles/pas forcément une malédiction 3. La fragilité de cette croissance extravertie actuelle (années précédentes analyse de la responsabilité des autorités-trous noirs) 1. Les profits expatriés excèdent les entrées de capitaux 2. Autres aspects de fragilité 4. Conclusion : croissance cloisonnée

14 Certes il y a beaucoup de signes de changement, Kinshasa est moins la poubelle : nouveaux chantiers de construction, communication électronique, un secteur bancaire qui a remplacé les mamans cambistes, même les routes et le transport sont améliorés Structurellement, l insertion de la RDC dans l économie mondiale après 2001 et les (timides) réformes de politique économique ont certes fait la rupture avec les années 90, mais le choix du modèle d insertion crée un bilan mitigé au niveau économique et social

15 Le moteur de la croissance (secteur minier) à certes stabilisé le taux de change, augmenté les recettes de l état (et de certains cercles politiques et administratifs), mais de par sa nature (intensif en capital, avec peu de liens en aval et en amont de sa production, dans un contexte de faible gouvernance) crée trop peu d emplois et par le rapatriement massif de ces profits érode la base du futur développement du pays Au niveau social il y a bien amélioration des conditions de vie pour une minorité (+/- 30%) mais la précarité de la vie pour la majorité de la population reste la norme. Croissance cloisonnée Responsabilités partagées et ambiguités internationales (FMI-BMcroissance inclusive?? ITIE et les IDE)

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire Panorama de la RDC La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire La situation économique générale en RDC ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Title of presentation

Title of presentation Title of presentation Guy-Robert LUKAMA, Administrateur délégué, Ashanti Goldfields Kilo (AGK),Ituri, République Démocratique du Congo Le projet Mongbwalu, un catalyseur d investissement à long terme en

Plus en détail

CONTRIBUTION DE LA SOCIETE CIVILE DU SUD KIVU A LA DEFINITION DES INFORMATIONS CONTEXTUELLES POUR LE RAPPORT ITIE-RDC 2012

CONTRIBUTION DE LA SOCIETE CIVILE DU SUD KIVU A LA DEFINITION DES INFORMATIONS CONTEXTUELLES POUR LE RAPPORT ITIE-RDC 2012 CONTRIBUTION DE LA SOCIETE CIVILE DU SUD KIVU A LA DEFINITION DES INFORMATIONS CONTEXTUELLES POUR LE RAPPORT ITIE-RDC 2012 BUKAVU, le 28 août 2014 1 PLAN DE TRAVAIL I. Introduction II. Méthodologie III.

Plus en détail

Part de l Afrique dans les Investissements directs

Part de l Afrique dans les Investissements directs Session internationale de formation sur la Finance et l Investissement Part de l Afrique dans les Investissements directs étrangers et Perspectives d avenir Par Dr. Malick SANE Directeur du LAPOCOM Coordonnateur

Plus en détail

Annexe A : Cadrage macroéconomique en provinces 1

Annexe A : Cadrage macroéconomique en provinces 1 269 Annexe A : Cadrage macroéconomique en provinces 1 Dieudonné Nintunze, Moise Tshimenga Tshibangu, Boulel Touré et Yves Birere I. Contexte La mise en place d un système de fonctionnement de l administration

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

ADRESSE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE AU FORUM ALLEMAGNE-AFRIQUE DU 11 SEPTEMBRE 2014

ADRESSE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE AU FORUM ALLEMAGNE-AFRIQUE DU 11 SEPTEMBRE 2014 1 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Primature ADRESSE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE AU FORUM ALLEMAGNE-AFRIQUE DU 11 SEPTEMBRE 2014 L AFRIQUE LE CONTINENT DES OPPORTUNITES Kinshasa, le

Plus en détail

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance Avant - Économie congolaise caractérisée par un tissu industriel délabré - Infrastructures socio-économiques de base détruites - Inflation galopante - Monnaie chancelante Après - Ambitieux programme de

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Une Politique Economique et Financière, la Relance,, les Qualités requise pour le Premier Ministre

Une Politique Economique et Financière, la Relance,, les Qualités requise pour le Premier Ministre Une Politique Economique et Financière, la Relance,, les Qualités requise pour le Premier Ministre conférencier Hugues RAJAONSON Cercle de Réflexions des Économistes de Madagascar (CREM) Confiance Rationalité

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION

DOSSIER DE PRÉSENTATION DOSSIER DE PRÉSENTATION «Sans terre, sans droits : les creuseurs du Katanga» Web-reportage réalisé par Solidarité Socialiste, en co-production avec l Atelier Graphoui, illustrant la question de la protection

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010)

Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010) Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010) En 2010, le revenu moyen avant impôt des Français était de 33 000 par adulte et par an (2 800 par mois) Produit intérieur brut (PIB) (2010): 1

Plus en détail

NOTICE D INFORMATIONS GENERALES

NOTICE D INFORMATIONS GENERALES REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO FONDS DE PROMOTION DE L INDUSTRIE NOTICE D INFORMATIONS GENERALES Tél. : (243) 81 69 05 362-81 03 83 407 / Fax : (243) 812 616 034 E-mail : fpi@micronet.cd / Site : www.fpirdc.cd

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ UNICEF BUREAU RÉGIONAL DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE Atelier régional HHA pour le renforcement des capacités de la société civile, des parlementaires

Plus en détail

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 1 Une volonté gouvernementale réaffirmée é «Quevontfaireleschefsd entreprise de ce soutien qui n est pas une mesure ponctuelle mais

Plus en détail

Congo, Rép. dém. www.africaneconomicoutlook.org

Congo, Rép. dém. www.africaneconomicoutlook.org Congo, Rép. dém. 2012 www.africaneconomicoutlook.org République démocratique du Congo Les tensions inflationnistes au plan mondial, le climat politique tendu à l intérieur ont provoqué un ralentissement

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

VEILLE SECTORIELLE. 3 ème Trimestre 2013

VEILLE SECTORIELLE. 3 ème Trimestre 2013 VEILLE SECTORIELLE 3 ème Trimestre 213 Novembre 213 EDITORIAL VEILLE SECTORIELLE / 3 ème TRIMESTRE 213 SOMMAIRE Économie Conjoncture Internationale Maintien de la stabilité du cadre économique national

Plus en détail

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO 1 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Kinshasa, le 24 août 2009

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Le processus national REDD+ en République Démocratique du Congo : Etat d avancement

Le processus national REDD+ en République Démocratique du Congo : Etat d avancement Le processus national REDD+ en République Démocratique du Congo : Etat d avancement Victor Kabengele Coordonnateur National REDD+ Atelier national sur la méthodologie de l établissement des équations alométriques

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Occasions d'affaires au Canada

Occasions d'affaires au Canada Occasions d'affaires au Canada Richard Nesbitt Premier vice-président à la direction, Banque CIBC et chef de groupe, Services bancaires de gros, Opérations internationales et Technologie et opérations

Plus en détail

Répression financière à la pékinoise

Répression financière à la pékinoise Répression financière à la pékinoise Résumé : - La répression financière (taux d intérêt bas, réserves obligatoires élevées ) est essentielle pour comprendre le développement de la Chine - Les contrôles

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Impact of slower economic growth in major trading partners on the Congolese economy

Impact of slower economic growth in major trading partners on the Congolese economy MPRA Munich Personal RePEc Archive Impact of slower economic growth in major trading partners on the Congolese economy Jean Blaise Nlemfu Mukoko Departement d économie, Université de kinshasa, Groupe de

Plus en détail

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Résumé La France peine à conserver ses parts de marché sur la scène internationale, ce qui ne lui permet pas de trouver des relais de croissance

Plus en détail

La gouvernance des ressources naturelles en Mauritanie, le cas du secteur pétrolierp

La gouvernance des ressources naturelles en Mauritanie, le cas du secteur pétrolierp La gouvernance des ressources naturelles en Mauritanie, le cas du secteur pétrolierp Mr. Bâ Papa Amadou SECRETAIRE PERMANENT DU COMITE NATIONAL DE L INITIATIVE L POUR LA TRANSPARENCE DES INDUSTRIES EXTRACTIVES

Plus en détail

Le Programme de soutien à la sécurité des investissements dans la région méditerranéenne (ISMED)

Le Programme de soutien à la sécurité des investissements dans la région méditerranéenne (ISMED) Optimiser le cadre légal et réglementaire de l investissement dans les infrastructures en région méditerranéenne SENsibiliser aux instruments de mitigation des risques financiers Le Programme de soutien

Plus en détail

AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) Rapport mensuel sur l évolution des taux de change des monnaies de la CEDEAO : septembre 2009

AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) Rapport mensuel sur l évolution des taux de change des monnaies de la CEDEAO : septembre 2009 AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) Rapport mensuel sur l évolution des taux de change des monnaies de la CEDEAO : septembre 2009 Freetown, octobre 2009 Introduction La stabilisation des taux

Plus en détail

Casablanca finance city

Casablanca finance city Casablanca finance city Introduction : Aujourd hui les pays en vois de développement ont libéralisé leurs économies et ils ont mis en place un ensemble de mesures attractives pour attirer les investisseurs

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

LE BRAS DE FER ENTRE LA CHINE, LA RDC ET LE FMI : LA RÉVISION DES CONTRATS CHINOIS EN RDC

LE BRAS DE FER ENTRE LA CHINE, LA RDC ET LE FMI : LA RÉVISION DES CONTRATS CHINOIS EN RDC LE BRAS DE FER ENTRE LA CHINE, LA RDC ET LE FMI : LA RÉVISION DES CONTRATS CHINOIS EN RDC par Stefaan Marysse «Car on donnera à celui qui a et il sera dans l abondance, mais à celui qui n a pas, même ce

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Lubumbashi, 28-29 Octobre 2014 MIX ENERGETIQUE ET PROMOTION DES NOUVELLES SOURCES DE PRODUCTION POUR L AUGMENTATION DE L OFFRE D ENERGIE ELECTRIQUE

Lubumbashi, 28-29 Octobre 2014 MIX ENERGETIQUE ET PROMOTION DES NOUVELLES SOURCES DE PRODUCTION POUR L AUGMENTATION DE L OFFRE D ENERGIE ELECTRIQUE REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO LUBUMBASHI - RDC Lubumbashi, 28-29 Octobre 2014 MIX ENERGETIQUE ET PROMOTION DES NOUVELLES SOURCES DE PRODUCTION POUR L AUGMENTATION DE L OFFRE D ENERGIE ELECTRIQUE PAR

Plus en détail

Note d orientation 7 sur la transparence des contrats

Note d orientation 7 sur la transparence des contrats Cette note est diffusée par le Secrétariat international de l'itie pour donner des conseils aux pays mettant en œuvre l'itie sur les moyens de satisfaire aux Exigences de la Norme ITIE. Le lecteur est

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL BIBLIOGRAPHIE Lenain P., 2002, Le FMI, Repères, La découverte. (code LEA 332.15 LEN) SITE INTERNET : www.imf.org I LE FMI, INSTITUTION CENTRALE DU NOUVEL ORDRE MONETAIRE

Plus en détail

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale PR EM I ER M INI ST R E Gagner la bataille pour l emploi Un nouveau contrat : le Contrat Nouvelles

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC

TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC Contexte : La REDD+ doit être considérée comme une incitation économique pour

Plus en détail

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE CHANGE DE LA BCRG, FONDEMENTS ET OBJECTIFS 1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne La politique monétaire et de change

Plus en détail

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Septembre 2014 Sommaire I. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Les processus de gestion de la dépense publique

Les processus de gestion de la dépense publique IX e colloque annuel Direction Générale de la Comptabilité Publique et du Trésor du Sénégal DAKAR SENEGAL du 16 au 18 novembre 2015 Les processus de gestion de la dépense publique Termes de référence Le

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Perspectives de la COMIFAC sur le REDD+ et cas de la République Démocratique du Congo

Perspectives de la COMIFAC sur le REDD+ et cas de la République Démocratique du Congo 1 Perspectives de la COMIFAC sur le REDD+ et cas de la République Démocratique du Congo Nicky Kingunia Ineet Direction Développement Durable, Ministère de l Environnement, Conservation de la Nature et

Plus en détail

VERSION FINALE, KINSHASA, 22/02/08

VERSION FINALE, KINSHASA, 22/02/08 République Démocratique du Congo INITIATIVE POUR LA TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES INDUSTRIES EXTRACTIVES LE COMITE NATIONAL RAPPORT SYNTHESE DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE PROCESSUS ITIE EN

Plus en détail

Fiscalités appliquées aux activités de téléphonie mobile en Centrafrique

Fiscalités appliquées aux activités de téléphonie mobile en Centrafrique Fiscalités appliquées aux activités de téléphonie mobile en Centrafrique Séminaire sur les coûts et les tarifs SG3RG-AFR, Février 2013 - Caire (Egypte) Djallo AMADOU Chef de Service Marketing et RE Tél:

Plus en détail

MAURITANIE 2014. Marcellin Ndong Ntah / m.ndongntah@afdb.org Souleman Boukar / souleman.boukar@undp.org. www.africaneconomicoutlook.

MAURITANIE 2014. Marcellin Ndong Ntah / m.ndongntah@afdb.org Souleman Boukar / souleman.boukar@undp.org. www.africaneconomicoutlook. MAURITANIE 2014 Marcellin Ndong Ntah / m.ndongntah@afdb.org Souleman Boukar / souleman.boukar@undp.org www.africaneconomicoutlook.org Mauritanie MAURITANIE Le dynamisme de 2012 s est poursuivi en 2013

Plus en détail

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens Fiscalité 1 Le cloisonnement des revenus en différentes catégories, en fonction de l activité, ne simplifie pas l imposition des pluriactifs. Cela engendre des charges administratives lourdes (plusieurs

Plus en détail

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Le taux de marge mesure la part du profit (EBE) dans la valeur ajoutée d une entreprise. C est donc un bon indicateur de la répartition

Plus en détail

Lesseuils en Belgique pour un revenu minimum adéquat et accessible. Elke Vandermeerschen & Jonathan Devillers (BAPN)

Lesseuils en Belgique pour un revenu minimum adéquat et accessible. Elke Vandermeerschen & Jonathan Devillers (BAPN) Lesseuils en Belgique pour un revenu minimum adéquat et accessible. Elke Vandermeerschen & Jonathan Devillers (BAPN) Les seuils en Belgique pour un revenu minimum adéquat ét accessible 0: Revenu Minimum:

Plus en détail

L Allemagne et la France comparaison économique 20 Mai 2009

L Allemagne et la France comparaison économique 20 Mai 2009 Helaba Recherche L et la comparaison économique Mai 9 Auteur : Dr. Stefan Mütze Tél. : +9 () 69/9-8 research@helaba.de Rédaction: Dr. Gertrud R. Traud Chef économiste/ Direction de la recherche Landesbank

Plus en détail

pays tributaires des exportations de minéraux

pays tributaires des exportations de minéraux La viabilité de la politique budgétaire dans les pays tributaires des exportations de minéraux Kirk Hamilton Groupe de recherche sur l économie du développement Banque mondiale Séminaire de haut niveau

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Terre-Neuve-et-Labrador Mai L édition mensuelle du Bulletin sur le marché du travail fournit une analyse des résultats mensuels de l Enquête sur la population active pour

Plus en détail

Présenté par F. Breitzer MOUNZEO. Jeudi 30 mai 2013, 15h45 16h15 (30 mn)

Présenté par F. Breitzer MOUNZEO. Jeudi 30 mai 2013, 15h45 16h15 (30 mn) Présenté par F. Breitzer MOUNZEO Jeudi 30 mai 2013, 15h45 16h15 (30 mn) 1 Sommaire Introduction au système fiscal congolais Première partie: Dispositif juridique Chapitre I : Structure du système fiscal

Plus en détail

Plan bancaire : demande du gouvernement flamand

Plan bancaire : demande du gouvernement flamand Circulaire 28/03/2013 P11905 FEB177136 Published CORP 2013-002 - Offre de financement à court terme To: Banques-membres Contact: Anne-Mie Ooghe AO@febelfin.be Dans le cadre du Plan bancaire du ministre-président

Plus en détail

TABLEAUX STATISTIQUES

TABLEAUX STATISTIQUES Continentalisation Cahier de recherche 9-9 Décembre 199 ----------------------------- COMMERCE, CROISSANCE ET EMPLOI : LE CAS DU MEXIQUE TABLEAUX STATISTIQUES Afef Benessaieh et Christian Deblock Groupe

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE

COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE Pour mieux comprendre COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE LE GOUVERNEMENT S ENGAGE L agriculture est un secteur stratégique pour l économie française et dispose d atouts considérables. Avec ses 450 000

Plus en détail

L élaboration de politique et pratiques gouvernementales pour éliminer le travail des enfants dans les mines de Kolwezi, sud-katanga

L élaboration de politique et pratiques gouvernementales pour éliminer le travail des enfants dans les mines de Kolwezi, sud-katanga PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 L élaboration de politique et pratiques gouvernementales

Plus en détail

Bulletin statistique de la dette publique

Bulletin statistique de la dette publique RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL Un Peuple - Un But - Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE ET DU TRESOR DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE Bulletin statistique

Plus en détail

2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC

2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC 2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC Taux de croissance du PIB en volume (en pourcentage) 2005 2006 2007 2008 (a) Cameroun 2,3 3,2 3,9 3,5 Centrafrique 3,0 4,3 3,6

Plus en détail

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES SOMMAIRE TABLEAU 1 : Origine et emploi des ressources aux prix courants..p.188 TABLEAU 2 TABLEAU 3 TABLEAU 4 TABLEAU 5 : Répartition sectorielle du PIB aux prix courants...p.189

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Caractéristiques spécifiques des ressources naturelles

Caractéristiques spécifiques des ressources naturelles Extrait de : Ressources naturelles et croissance pro-pauvres Enjeux économiques et politiques Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264041844-fr Caractéristiques spécifiques des ressources

Plus en détail

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE L AGRICULTURE POUR LE QUÉBEC Préparée pour l Union des producteurs agricoles 31 octobre 2014 Siège social : 825, rue Raoul-Jobin, Québec (Québec) Canada, G1N 1S6

Plus en détail

Indicateurs macroéconomiques

Indicateurs macroéconomiques DEVELOPPEMENT DE L INVESTISSEMENT EN ALGERIE Atelier 2 Alger, le 11 Mai 2011 Indicateurs macroéconomiques Au vu des caractéristiques suivantes de l économie algérienne dépendante des hydrocarbures (Statistiques

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

EXCLUSION FINANCIERE AU CAMEROUN:

EXCLUSION FINANCIERE AU CAMEROUN: EXCLUSION FINANCIERE AU CAMEROUN: LE ROLE INCLUSIF DE LA POSTE BERNE, le 09 Novembre 2009 Atelier sur l inclusion l financière par les services de banques postales Vous servir est notre priorité Site web:

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Croissance et développement en Afrique subsaharienne

Croissance et développement en Afrique subsaharienne Croissance et développement en Afrique subsaharienne Thèmes La création de richesses et la croissance économique 2.1 Les finalités de la croissance Le développement économique 2.2 La dynamique de la croissance

Plus en détail

L ouverture du revenu de solidarité active aux jeunes actifs

L ouverture du revenu de solidarité active aux jeunes actifs L ouverture du revenu de solidarité active aux jeunes actifs L ouverture du RSA aux jeunes actifs L extension du RSA aux jeunes de moins de 25 ans, dès lors que ces derniers ont exercé une activité professionnelle,

Plus en détail

2. Croissance et emploi

2. Croissance et emploi 2. Croissance et emploi Concepts abordés Comment définir et mesurer la croissance économique PIB, PIB / hab, PIB / ppa, PIB mondial, Taux de croissance, Croissance potentielle et croissance effective Facteurs

Plus en détail

Quatre difficultés de la Chine dont les autorités chinoises tempèrent l importance

Quatre difficultés de la Chine dont les autorités chinoises tempèrent l importance juin 2 N. 4 Quatre difficultés de la Chine dont les autorités chinoises tempèrent l importance La Chine rencontre aujourd hui quatre difficultés que les autorités chinoises ont du mal à admettre : le ralentissement

Plus en détail

débat: Surliquidité des banques dans la CEMAC et rationnement du crédit aux PME : que faire face à ce paradoxe?

débat: Surliquidité des banques dans la CEMAC et rationnement du crédit aux PME : que faire face à ce paradoxe? Université de Ngaoundéré.. Conférence-débat débat: Surliquidité des banques dans la CEMAC et rationnement du crédit aux PME : que faire face à ce paradoxe? Présentation : J. Calvin A. (Cadre de banque;

Plus en détail