INTRODUCTION. Section 1 UN CADRE LÉGAL PROFONDÉMENT REMANIÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION. Section 1 UN CADRE LÉGAL PROFONDÉMENT REMANIÉ"

Transcription

1 INTRODUCTION Section 1 UN CADRE LÉGAL PROFONDÉMENT REMANIÉ 1 Longtemps demeurées à l écart des préoccupations du législateur, les assurances de personnes n ont pas échappé à la lame de fond régulatrice qui a envahi le secteur des assurances ces vingt dernières années. Pratiquement ignorées dans la loi du 11 juin 1874 sur les assurances en général (1), qui ne consacrait que trois dispositions aux assurances vie, les assurances de personnes jouissent, depuis l adoption de la loi du 25 juin 1992 sur le contrat d assurance terrestre (ci-après la «LCAT») (2), d un corps de règles structuré, qui encadre, le plus souvent de manière impérative, les prérogatives et obligations des parties concernées par le contrat. Sur les plans technique et financier, c est à l arrêté royal du 27 juin 1931 que l on doit la première réglementation propre à l exercice de l activité d assurance vie. Cette réglementation a par la suite été remplacée, successivement, par l arrêté royal du 5 juillet 1985 (3), par l arrêté royal du 17 décembre 1992 (4) et par l arrêté royal du 14 novembre 2003 (1) M.B., 14 juin (2) M.B., 20 août (3) M.B., 13 juillet Pour un commentaire détaillé de cette réglementation, cf. H. COUSY, «Recente ontwikkelingen in het verzekeringsrecht», T.P.R., 1986, pp ; C. DEVOET, «Une nouvelle réglementation en assurance vie», R.G.A.R., 1985, n (4) M.B., 31 décembre Pour une analyse approfondie de cette réglementation, cf. J.-C. ANDRÉ-DUMONT, «Les nouveaux aspects de la réglementation des activités d assurances sur la vie», Bull. ass., 1993, pp ; H. CLAASSENS et J.-M. HAUFERLIN, «Le cadre juridique général de l assurance-vie pour l an 2000 en Belgique», Bull. ass., 1994, dossier n 2, «L assurance-vie en Belgique dans un cadre européen», pp ; U.P.E.A., La nouvelle réglementation de l assurance-vie individuelle : cadre et enjeux d une réforme, coll. Les cahiers de l assurance, Bruxelles, 1993.

2 14 DROIT DES ASSURANCES DE PERSONNES relatif à l activité d assurance sur la vie (ci-après l «AV») (5), afin d adapter le droit belge au droit européen, mais aussi, et surtout, aux évolutions du marché, notamment à l apparition de nouveaux produits et formules d assurance vie. À cela s ajoute l émergence, au milieu des années 1990, d une législation sociale qui conditionne directement le régime juridique des assurances groupe. Initialement contenue dans la loi du 6 avril 1995 relative aux régimes de pensions complémentaires (6), cette législation figure aujourd hui dans la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de sécurité sociale (ci-après la «LPC») (7). Applicable à l ensemble des régimes de pensions complémentaires, elle entend conférer un label de qualité à ce qu il est convenu d appeler le deuxième pilier de la protection sociale (8). Sans oublier les soubresauts dont est coutumier le droit fiscal (qui ne sera évoqué que de manière tangentielle dans cet ouvrage) (9) et les (5) M.B., 14 novembre 2003 (rectificatifs : M.B., 23 juillet 2004). (6) M.B., 29 avril Cette loi a été modifiée par un A.R. du 25 avril 1997 (M.B., 30 avril 1997) et a fait l objet d un A.R. d exécution, daté du 10 janvier 1996 (M.B., 20 janvier 1996), et d une circ. min. interprétative du 2 août 1996 (M.B., 7 août 1996). Pour un commentaire détaillé de cette première législation sociale belge en matière de pensions complémentaires, cf. notamment J.-M. BINON, «La nouvelle législation sur les régimes de pensions complémentaires : un modèle pour l Europe?», R.G.A.R., 1996, n os et (7) Cette loi, initialement datée du 13 mars 2003, a été publiée au M.B. du 15 mai 2003 et a fait l objet d un erratum dans le M.B. du 26 mai Elle est assortie d une série d A.R. d exécution, qui seront présentés plus loin. (8) Le 9 octobre 2003, le Parlement a été saisi d une proposition de loi, déposée par M me S. CREYF, relative à l assurance complémentaire soins de santé, qui vise à doter cette catégorie d assurances d un cadre législatif inspiré de la philosophie générale de la LPC (Doc. parl., Ch. repr., S.O , n /001 ; pour un commentaire de cette initiative législative, cf. Y. STEVENS, «Assurance hospitalisation Vers une LPC en matière de soins de santé?», L & B, n 6, juin 2004, pp. 1-3). Le 17 mars 2006, le Conseil des ministres a, de son côté, approuvé un projet de loi initié par le ministre de l Économie M. VERWILGHEN et visant à protéger les malades et les personnes handicapées dans certaines assurances individuelles de personnes (assurances complémentaires hospitalisation et assurances complémentaires contre les risques d incapacité de travail ou d invalidité physiologique). Ce projet a été déposé à la Chambre des représentants le 26 septembre 2006 (Doc. parl., Ch. repr., S.O , n /001). (9) Sur le régime fiscal des assurances de personnes, cf. notamment J. ROGGE et M. ROUHART, «Le régime fiscal des assurances sur la vie et des pensions complémentaires», Bull. ass., 1993, dossier n 1, «La loi du 25 juin 1992 sur le contrat d assurance terrestre : application pratique», pp ; R. VAN GOMPEL, Manuel sur les assurances sur la vie, Centre de l information de l assurance de l U.P.E.A., 2003, pp (consultable sur

3 INTRODUCTION 15 importants changements qui, cette dernière décennie, ont affecté, à une cadence soutenue, la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances (ci-après la «LC») (10) et l arrêté royal du 22 février 1991 portant règlement général relatif au contrôle des entreprises d assurances (11) (ci-après le «RGC») en vue, notamment, de la transposition d une série de directives européennes (12), ce sont ainsi toutes les facettes du droit des assurances de personnes qui ont connu de profonds remaniements visant à garantir une meilleure justice contractuelle ou sociale, à intégrer ou à anticiper des évolutions de droit européen ou à mettre le droit en phase avec la réalité du marché. La place grandissante de l assurance privée dans notre système de protection sociale est aussi pour beaucoup dans le regain d attention des autorités publiques à l égard des assurances de personnes. (10) M.B., 29 juillet (11) M.B., 11 avril (12) Un commentaire du droit du contrôle et du droit européen des assurances de personnes sortirait du cadre de cet ouvrage. Sur les aspects de droit européen, il est renvoyé Pour des présentations récentes, cf. C. DEVOET, «Les aspects fiscaux des assurances-vie et des pensions complémentaires», in L assurance-vie et les pensions à notre contribution à paraître en 2007 dans la collection des Commentaires Mégret. Pour complémentaires (sous la dir. de B. DUBUISSON et P. JADOUL), Louvain-la-Neuve/Bruxelles, une description de quelques éléments essentiels du droit du contrôle des activités Academia-Bruylant/Bruylant, 2006, pp , et Les assurances de personnes, Bruxelles, d assurance vie, cf. notamment P. VAN EESBEECK, L. VEREYCKEN et I. VERSTREPEN, Introduction à la technique d assurance-vie, coll. Cahiers Life & Benefits, n 6, Malines, Kluwer, Anthémis, 2006, pp ; T. HOSLET, «Les assurances revenu garanti et soins de santé», in Les entreprises et leurs assurances, Malines, Kluwer, 2006, pp ; A. 2006, pp Pour une présentation détaillée de l application des règles européennes VIGNEUL, «Les pensions complémentaires», ibid., pp Sur les modifications fiscales liées au «pacte de solidarité entre générations» et aux lois de fin décembre 2005, de concurrence au secteur de l assurance, cf. J.-F. BELLIS, «Assurances et droit européen de la concurrence», For. ass., n 64, mai 2006, pp ; J.-M. BINON, «L application du cf. le n spéc. de L & B de janvier 2006 sur «L incidence du pacte de solidarité entre droit européen de la concurrence au secteur des assurances : une sévérité contenue», générations et des lois de fin d année sur les pensions et les assurances-vie», 16 p. R.E.D.B.F., 2003/4, pp ; L. SCHUERMANS et P. TEERLINCK, «Een nieuwe groepsvrijstelling (10) M.B., 29 voor juillet de verzekeringssector 1975.», in Liber Amicorum Jean-Pierre de Bandt, Bruxelles, Bruylant, (11) M.B., 2004, 11 avril pp (12) Un commentaire du droit du contrôle et du droit européen des assurances de personnes sortirait du cadre de cet ouvrage. Sur les aspects de droit européen, il est renvoyé à notre contribution à paraître en 2007 dans la collection des Commentaires Mégret. Pour une description de quelques éléments essentiels du droit du contrôle des activités d assurance vie, cf. notamment P. VAN EESBEECK, L. VEREYCKEN et I. VERSTREPEN, Introduction à la technique d assurance-vie, coll. Cahiers Life & Benefits, n 6, Malines, Kluwer, 2006, pp Pour une présentation détaillée de l application des règles européennes de concurrence au secteur de l assurance, cf. J.-F. BELLIS, «Assurances et droit européen de la concurrence», For. ass., n 64, mai 2006, pp ; J.-M. BINON, «L application du droit européen de la concurrence au secteur des assurances : une sévérité contenue», R.E.D.B.F., 2003/4, pp ; L. SCHUERMANS et P. TEERLINCK, «Een nieuwe groepsvrijstelling voor de verzekeringssector», in Liber Amicorum Jean-Pierre de Bandt, Bruxelles, Bruylant, 2004, pp

4 16 DROIT DES ASSURANCES DE PERSONNES Section 2 CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DU DROIT DES ASSURANCES DE PERSONNES 2 Tout en épousant l essentiel des caractéristiques générales du droit commun des assurances, le droit des assurances de personnes se singularise à plusieurs titres. Comme le droit des assurances de dommages, le droit des assurances de personnes est devenu, principalement sous l effet de la LCAT, un droit à forte teneur impérative et d inspiration consumériste (13). D une manière générale, il demeure toutefois moins «réglementaire» et contraignant que le cadre normatif des autres branches d assurances. Sur un certain nombre de points, il laisse en effet une place importante à l autonomie de la volonté (p. ex., en matière de paiement de la prime [cf. infra n os 165 à 170], de durée du contrat [cf. infra n os 162 et 163] ou d étendue de la garantie [cf. infra n os 279 à 299]). Il se caractérise aussi par des aspects originaux (p. ex., le régime des opérations sur la réserve mathématique [cf. infra n os 194 à 238]) ou par des questions situées au confluent de plusieurs disciplines juridiques (p. ex., le sort des assurances vie au regard du droit patrimonial [cf. infra n os 321 à 344]). Il dénote également par sa nature pluridisciplinaire. Au droit des assurances proprement dit, viennent en effet s ajouter une réglementation d ordre technique et financier ainsi qu un cadre de droit social intéressant tout spécialement les assurances groupe, sans parler de la dimension fiscale, qui imprègne cette catégorie d assurances bien davantage que toute autre. Enfin, le droit des assurances de personnes, en particulier le droit de l assurance vie, traverse pour l heure une «crise identitaire» imputable, principalement, au développement de «nouveaux» produits d assurance fort proches, dans leur conception, de produits de pur placement financier (produits de capitalisation). Il faut en effet savoir que le droit de l assurance vie se caractérise, outre par des privilèges fiscaux, par une série de règles civiles dérogatoires permettant de tenir, dans une très large mesure, les capitaux assurés à l abri des convoitises des tiers (conjoint, héritiers, créanciers du preneur) (cf. infra n os 268 à 273 et 323). À l instar de la tendance observée dans certains pays voisins (13) Cf. M. FONTAINE, Droit des Assurances (3e éd.), Précis de la Faculté de Droit de l U.C.L., Bruxelles, Larcier, 2006, pp et

5 INTRODUCTION 17 (France, notamment), l administration fiscale et la jurisprudence se refusent de plus en plus à reconnaître ces privilèges à des produits qui, à leurs yeux, n ont d assurance vie que le nom. Cette tendance à la «disqualification» ou à la «requalification» s accompagne d une remise en question plus fondamentale des avantages civils de l assurance vie en général. C est ainsi qu un arrêt de la Cour d arbitrage du 26 mai 1999 a invalidé la solution dérogatoire au droit civil général consacrée par les articles 127 et 128 de la LCAT, qui qualifient de propres, en toutes circonstances, les prestations d assurance vie (cf. infra n os 323 à 326). Section 3 RÔLES ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DES ASSURANCES DE PERSONNES 3 Comme les autres catégories d assurances, mais à des titres parfois différents, les assurances de personnes jouent un rôle de premier plan dans la vie économique et sociale contemporaine. 4 Les assurances de personnes sont d abord un mode de protection contre une série de risques liés à la personne humaine. Elles visent à se protéger ou à protéger ses proches contre les conséquences financières d un décès, d une maladie, d un accident, d une invalidité ou de l arrivée à l âge de la retraite. Elles participent à ce titre au système général de protection sociale. Leur but est la constitution d une couverture sociale complémentaire à celle du régime de base de la sécurité sociale fondé sur la solidarité (premier pilier), dans le contexte d une activité professionnelle (deuxième pilier) ou sur la base d une initiative individuelle (troisième pilier). Dans leurs formes collectives et individuelles, les assurances de personnes relèvent de ce qu il est convenu d appeler les assurances sociales complémentaires (14). Les assurances souscrites en (14) Sur la place des assurances (privées) de personnes, en particulier des assurances vie (collectives et individuelles), dans le débat sur la réforme de la sécurité sociale en Belgique, cf. notamment M. FONTAINE et S. FRÉDÉRICQ, «L assurance sur la vie en relation avec les pensions publiques et privées», R.G.A.R., 1996, n ; J.-J. GOLLIER, L avenir des retraites, Paris, L Argus, 1987 ; J. SLUYTS et P. DEVOLDER, «Assurance-vie et régimes privés de retraite», Bull. ass., 1994, dossier n 2, «L assurance-vie en Belgique dans un cadre européen», pp ; Pensioenvoorzieningen en private verzekering (H. COUSY et H. CLAASSENS ed.), actes des Zesde Leuvense Verzekeringsdagen, Anvers, Maklu, L on mentionnera également que, en 1991, a été créé un pôle d attraction interuniversitaire (P.A.I.) consacré à l assurance sociale complémentaire et regroupant des enseignants et des chercheurs de l Université catholique de Louvain, de la Katholieke

6 18 DROIT DES ASSURANCES DE PERSONNES vue de la retraite sont encouragées, dans des conditions bien définies, par des mesures fiscales offrant l attrait d une économie d impôts. 5 Les assurances de personnes relèvent d un marché devenu de plus en plus concurrentiel au fil du temps. Afin de se positionner face aux produits d assurance vie en provenance d autres marchés, mais aussi face aux produits d épargne et de placement offerts par les établissements bancaires et les entreprises d investissement, les assureurs vie ont progressivement étoffé leur gamme de services, en proposant des produits d assurance de plus en plus apparentés aux produits financiers, qui mettent l accent davantage sur la constitution d une épargne et le rendement de l investissement que sur la couverture de risques. Ainsi, depuis 1986, assurance-pension et épargne-pension, assorties d avantages fiscaux, sont en concurrence sur le marché (15). Plus récemment, les bons d assurance (cf. infra n 88) sont venus concurrencer les traditionnels bons de caisse des institutions financières dans la panoplie des formules de placement présentées aux épargnants. Le développement des assurances vie liées à un ou des fonds d investissement (cf. infra n os 80 à 85), puis des contrats d assurance prévoyant le remboursement de la réserve mathématique du contrat en cas de décès prématuré du souscripteur (cf. infra n 89), ont encore accentué ce phénomène de «déspécialisation», mieux connu sous les vocables de «bancassurance», de «bancassurfinance» ou d «assurfinance». Les assurances de soins de santé connaissent, sous une autre forme, ce même phénomène d exacerbation de la concurrence, avec l émergence, depuis quelques années, d une offre de couvertures complémentaires Universiteit Leuven et de l Universiteit Antwerpen. Les travaux de ce P.A.I. ont été axés (15) sur la Cf. problématique notamment N. générale DENOËL, des «assurances Régime d épargne sociales du complémentaires troisième âge ou et ont d épargnepension débouché, notamment,», Bull. ass., 1988, sur une pp série d ouvrages ; C. DEVOET, parus L assurance dans vie, une pp. collection spéciale «Assurances sociales complémentaires/aanvullende Sociale Verzekeringen» publiée aux éditions La Charte/die Keure (Bruges). Ces ouvrages abordent les différentes facettes (économiques, démographiques, sociales, fiscales, financières) de cette problématique. L on renverra aussi aux actes du colloque international organisé en décembre 2001 par les deux universités de Louvain, sous les auspices de la présidence belge de l Union européenne, sur le thème de La protection sociale complémentaire dans l Union européenne La problématique des pensions et des soins de santé. Ces actes, qui contiennent une série de rapports placés sous l angle du droit belge, du droit européen et international ainsi que du droit comparé, ont été publiés en 2003 aux éditions Maklu et Academia-Bruylant (C. VAN SCHOUBROECK éd.). (15) Cf. notamment N. DENOËL, «Régime d épargne du troisième âge ou d épargnepension», Bull. ass., 1988, pp ; C. DEVOET, L assurance vie. Aspects techniques et juridiques, Bruxelles, Kluwer, 2004, pp

7 INTRODUCTION 19 émanant de certaines mutualités. C est dans ce contexte qu un litige est né, début 2000, entre l Union professionnelle des entreprises d assurances (U.P.E.A.) (16) et trois de ses entreprises membres, d une part, et l aile francophone des mutualités chrétiennes, d autre part, au sujet de la conformité à la législation sur les pratiques du commerce (17) (ci-après la «LPCC») des conditions dans lesquelles ces mutualités imposent ou proposent des couvertures complémentaires des frais d hospitalisation à leurs affiliés et aux tiers disposés à acquérir cette qualité. Dans une ordonnance du 4 septembre 2002, le président du tribunal de commerce de Bruxelles, statuant comme juge de cessation, a, dans le prolongement de la réponse préjudicielle qui lui avait été fournie par la Cour d arbitrage dans un arrêt du 3 juillet 2001, déclaré irrecevable l action en cessation introduite par les assureurs privés, estimant que les mutualités chrétiennes francophones ne peuvent pas être qualifiées de vendeurs au sens de la LPCC, pas même pour leurs activités d assurance complémentaire hospitalisation (18). Cette ordonnance d irrecevabilité a été annulée par un arrêt de la cour d appel de Bruxelles du 23 mai 2003, qui a jugé que les activités litigieuses sont des actes de commerce, de sorte que, s agissant de ces activités, les mutualités doivent être considérées comme des vendeurs aux fins de l application de la LPCC. La cour d appel a toutefois rejeté en bloc les griefs des assureurs privés tirés, d une part, de l existence d une offre conjointe au sens de l article 54 de la LPCC ou d un achat forcé au sens de l article 76 de cette loi et, d autre part, du non-respect par les mutualités des obligations découlant de la législation de contrôle des entreprises d assurance. Elle n a pas jugé utile de poser à la Cour de justice des Communautés européennes (ci-après la «C.J.C.E.») les questions préjudicielles suggérées par les assureurs privés au sujet de la compatibilité avec les règles européennes sur les aides d État de certains avantages publics dont bénéficieraient les mutualités chrétiennes francophones pour l exercice de leurs activités complémentaires (19). (16) Cette association professionnelle se dénomme depuis 2004 Assuralia. (17) L. 14 juillet 1991 sur les pratiques du commerce et sur l information et la protection du consommateur (M.B., 29 août 1991). (18) Cette ordonnance a été publiée in Annuaire Pratiques du Commerce & Concurrence, 2002, p (19) L arret de la cour d appel de Bruxelles a été publié in R.D.C., 2004, p Pour un commentaire approfondi de ce contentieux, cf. notamment J.-M. BINON, «L assurance hospitalisation à la croisée des chemins», R.D.C., 2003, pp ; F. LONGFILS, «Le vendeur et le concurrent : l habit fait-il le moine?», R.D.C., 2002, pp ; Y. STE- VENS, «Assurance soins de santé complémentaire Les mutualités sont des vendeurs», L & B, n 62, octobre 2003, pp. 5-6 ; H. SWENNEN, «Verkopers van voorzorg Vier opmerkingen bij het arrest nr. 102/2001 van het Arbitragehof van 13 juli 2001», R.W., , pp

8 20 DROIT DES ASSURANCES DE PERSONNES En décembre 2006, à la suite d une plainte d Assuralia, la Commission européenne a décidé d ouvrir une procédure en constatation de manquement d État contre la Belgique, au motif que, en exonérant les mutualités, pour leurs activités d assurance maladie complémentaire, des règles prudentielles applicables aux assureurs privés offrant des couvertures analogues, la Belgique n aurait pas correctement transposé les directives européennes en matière d assurance. En cas de réponse insatisfaisante des autorités belges, l affaire pourrait être portée devant la C.J.C.E. Dans le même temps, le gouvernement belge a adopté, le 16 février 2007, un projet de loi interdisant aux mutualités de refuser une assurance complémentaire aux personnes âgées de moins de 64 ans. 6 L assurance vie peut servir à garantir la bonne fin de certaines opérations. L on songe avant tout à l assurance dite du «solde restant dû», souscrite, dans le cadre de l octroi d un crédit (hypothécaire ou à la consommation), par l emprunteur sur sa tête pour garantir l organisme prêteur contre un décès prématuré qui le placerait dans l impossibilité d honorer intégralement sa dette de remboursement de l emprunt, ainsi qu à l assurance servant à la reconstitution d un prêt hypothécaire (cf. infra n os 71 à 77). Un contrat d assurance vie peut aussi être mis en gage ou cédé à titre de garantie par le preneur au profit d un de ses créanciers (généralement un organisme de crédit) afin de prémunir celui-ci contre le risque d insolvabilité (cf. infra n os 224 à 229). 7 L assurance vie peut revêtir la fonction d un instrument de crédit, permettant d obtenir, sous certaines conditions, les liquidités nécessaires, notamment à travers le rachat du contrat (cf. infra n os 199 à 205) ou une demande d avance totale ou partielle, remboursable ou non (cf. infra n os 217 à 223). 8 Dans de nombreuses entreprises, les assurances collectives de personnes (assurances groupe, notamment) sont un élément de la politique du personnel. L existence éventuelle de telles assurances, qui relèvent de ce que l on a coutume d appeler les «avantages extralégaux», sera souvent mise en avant par l employeur désireux d attirer des candidats, chez lesquels cet élément pourra entrer en ligne de compte en cas de choix entre plusieurs offres d emploi. 9 Enfin, les placements des réserves des entreprises d assurance vie correspondant à leurs activités d assurance contribuent pour une part importante au financement de l économie. À ce titre, les assureurs sont traditionnellement rangés parmi les «investisseurs institutionnels», aux côtés des autres institutions financières (banques, fonds de pension, entreprises d investissement, organismes de placement collectif en

9 INTRODUCTION 21 valeurs mobilières [O.P.C.V.M.]). Ainsi, tandis que le montant global des encaissements de primes s est chiffré, en 2005, à euros en assurance non-vie (en ce compris les assurances accidents du travail), il s est élevé à environ euros en assurance vie (assurances individuelles et collectives confondues). Le besoin grandissant de sécurité des assurés soutient la croissance de l assurance vie. Entre 2000 et 2001, les encaissements ont ainsi progressé de 2,3 %, tandis que le rythme de progression est plus marqué depuis 2001, avec une hausse des encaissements variant, en fonction des années, de 8 % (croissance nominale 2001/2002) à plus de 26 % (croissance nominale 2004/2005). Ces dix dernières années ont été marquées par plusieurs renversements de tendance au sein même de l assurance vie. Ainsi, après avoir littéralement explosé entre 1995 et 2000, les encaissements de primes liés aux assurances vie liées à des fonds d investissement (assurances vie de la «branche 23» ; cf. infra n os 80 à 85) ont régressé, principalement en raison des mauvais résultats des marchés boursiers, de plus de 16 % entre 2000 et 2001, de plus de 30 % entre 2001 et 2002, et de près de 40 % entre 2002 et En revanche, depuis 2004, la branche 23 renoue avec le succès, avec des progressions de 23 % entre 2003 et 2004, et de près de 130 % entre 2004 et 2005 ( euros d encaissements en 2005), ce regain d intérêt étant essentiellement lié à la bonne tenue des marchés financiers et à la diversification de l offre. Parallèlement, les assurances vie à taux garanti (assurances vie de la «branche 21») ont connu, durant la période comprise entre 2001 et 2005, une croissance assez constante, tantôt légèrement inférieure, tantôt légèrement supérieure à 10 % par an ( euros d encaissements en 2005). Les premières estimations pour 2006 montrent toutefois une baisse significative (de près de 20 %) des encaissements de primes en assurance vie, que les professionnels du secteur attribuent principalement, d une part, à l introduction de la taxe de 1,1 % sur les primes d assurance vie individuelle et, d autre part, à la complexité croissante de la législation sur les pensions complémentaires, qui bride, selon eux, l envol de l assurance groupe (20). (20) Tous ces chiffres proviennent du rapport d activités publié chaque année par l association belge des assureurs et disponible sur son site web (www.assuralia.be). Pour un état statistique complet relatif à l année 2005, cf. Chiffres clés et principaux résultats de l assurance belge en 2005, édition spéciale d Assurinfo, Série Statistiques, 5 octobre Sur les estimations pour 2006, cf. Rapport d activités 2006, pp. 7 et 21 à 23. Pour une présentation chiffrée couvrant l ensemble du marché européen de l assurance vie, il est renvoyé aux publications statistiques du Comité européen des assurances (C.E.A.), l association européenne faîtière des associations nationales des assureurs (www.cea.assur.org).

Table des matières. Aperçu des produits d assurance vie et des éléments de base pour mieux les appréhender 7

Table des matières. Aperçu des produits d assurance vie et des éléments de base pour mieux les appréhender 7 Table des matières Aperçu des produits d assurance vie et des éléments de base pour mieux les appréhender 7 Jean-Christophe André-Dumont Préambule 7 Chapitre 1. L assurance vie : notions essentielles 8

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3717 Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 147, 148, 149 et 152 du Code des droits de succession, posée par le Tribunal

Plus en détail

BIBLIOGRAPHIE LEGISLATION. Dispositions internationales

BIBLIOGRAPHIE LEGISLATION. Dispositions internationales BIBLIOGRAPHIE LEGISLATION Dispositions internationales - Convention sur la compétence judiciaire, la reconnaissance et l exécution des décisions judiciaires rendues en matière civile et commerciale, signée

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23 Top Rendement 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle avec taux d intérêt garanti (branche 21). En ce qui concerne

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

Insolvabilité de l assureur: quelle responsabilité pour l employeur?

Insolvabilité de l assureur: quelle responsabilité pour l employeur? LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 décembre 2013 Numéro 10 Année 17 Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt Antwerpen X P309269 pensions complémentaires Insolvabilité de l assureur: quelle responsabilité

Plus en détail

Les assurances de responsabilité : étendue des garanties Rapport belge. Texte provisoire

Les assurances de responsabilité : étendue des garanties Rapport belge. Texte provisoire Les assurances de responsabilité : étendue des garanties Rapport belge Texte provisoire Pauline Colson Assistante au centre de droit privé de l UCL Avocat au barreau de Bruxelles Introduction 1. Initialement

Plus en détail

N 56 version française mai 2004. Vie

N 56 version française mai 2004. Vie Vie N 56 version française mai 2004 1. MODIFICATION DE LA CLAUSE BÉNÉFICIAIRE : UN COUP DE FIL SUFFIT-IL? Cour d appel de Bruxelles, 19 juin 2003, Bulletin des Assurances, 2004, p. 111 ; L Assurance au

Plus en détail

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise Employee Benefits L assurance de groupe pour la petite entreprise : l assurance de groupe pour la petite entreprise Ma petite entreprise, j en suis fier. Je l ai créée et je l ai développée avec beaucoup

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie 3 e pilier, prévoyance privée Assurance vie La prévoyance privée est facultative. Elle complète les prestations des 1 er et 2 e piliers et comble les lacunes en matière de prévoyance individuelle. Table

Plus en détail

crédit-logement prospectus n 7 le crédit-logement d application à partir du 26 février 2010

crédit-logement prospectus n 7 le crédit-logement d application à partir du 26 février 2010 crédit-logement prospectus n 7 d application à partir du 26 février 2010 le crédit-logement Prospectus Crédits-logement Ce prospectus est applicable à toutes les sociétés appartenant au Groupe AXA, soit

Plus en détail

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4043 Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 33, 2, de la loi du 22 février 2006 modifiant la loi du 25 juin 1992 sur le contrat

Plus en détail

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques 3 Atouts 7 Solutions 8 2 Caractéristique du contrat d assurance-vie Un contrat d assurance- vie est un contrat en

Plus en détail

Save Plan 1. Type d assurance-vie

Save Plan 1. Type d assurance-vie Save Plan 1 Type d assurance-vie Garanties Assurance-vie dont les primes nettes (à savoir les primes, compte non tenu des taxes sur primes, des frais d entrée et d éventuelles primes pour garanties additionnelles)

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 Chapitre 1 LES RELATIONS BANCAIRES : COMPTES, COFFRE, EMPRUNTS Le compte courant Les comptes courants

Plus en détail

Fiche info financière pour assurance vie fiscale

Fiche info financière pour assurance vie fiscale Fiche info financière pour assurance vie fiscale Valable à partir du 24/3/2015 DL Strategy Type d assurance vie Assurance vie à taux d intérêt garanti par la compagnie d assurances (Branche 21). Garanties

Plus en détail

crédit-logement prospectus n 8 d application à partir du 10 octobre 2014

crédit-logement prospectus n 8 d application à partir du 10 octobre 2014 crédit-logement prospectus n 8 d application à partir du 10 octobre 2014 Prospectus Crédits-logement Ce prospectus est applicable à toutes les sociétés appartenant au Groupe AXA, soit AXA Belgium et AXA

Plus en détail

Contrat épargne pension du type Universal Life

Contrat épargne pension du type Universal Life Contrat épargne pension du type Universal Life Conditions générales Securex A.A.M - Siège Social: Avenue de Tervueren 43, 1040 Bruxelles Entreprise Agréée par arrête royal du 5.1.1982 pour pratiquer les

Plus en détail

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance Le Capital Différé SCA Conditions Générales valant Proposition d Assurance DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. LE CAPITAL DIFFÉRÉ SCA est un contrat individuel d assurance en cas de vie à capital différé

Plus en détail

LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence IT26-05/2005 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES?

LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence IT26-05/2005 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES? LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES Référence IT26-05/2005 Article 1 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES? 1. Qu entendons-nous par «NOUS»? Les AP, une marque et un nom commercial de

Plus en détail

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Giovanni Zucchinetti GiTeC Prévoyance SA Conseil en prévoyance professionnelle Av. de l Eglise-Anglaise 6 1006 Lausanne +41 21 613

Plus en détail

Le contrat d assurance-vie luxembourgeois. Focus sur les atouts du contrat d assurance-vie

Le contrat d assurance-vie luxembourgeois. Focus sur les atouts du contrat d assurance-vie Le contrat d assurance-vie luxembourgeois Focus sur les atouts du contrat d assurance-vie L obligation déclarative des contrats d assurance-vie étrangers en Belgique A l instar des comptes bancaires étrangers,

Plus en détail

Lydian Webinar. La nouvelle Loi sur les Assurances

Lydian Webinar. La nouvelle Loi sur les Assurances Lydian Webinar La nouvelle Loi sur les Assurances Hugo Keulers & Anne Catteau 12 juin 2014 Aperçu 1. Contexte 2. Champ d application 3. Nouvelles dispositions 4. Entrée en vigueur 2 1. Contexte Nouveau

Plus en détail

En 2013, 605 organismes pratiquent

En 2013, 605 organismes pratiquent j u i n Le marché de l assurance complémentaire santé : des excédents dégagés en 2013 En 2013, 33 milliards d euros de cotisations ont été collectés sur le marché de l assurance complémentaire santé en

Plus en détail

Nouveaux défis pour les mutualités

Nouveaux défis pour les mutualités Nouveaux défis pour les mutualités Alain THIRION Trésorier Union Nationale des Mutualités Socialistes Les mutualités en Belgique Aperçu du secteur 7 organismes assureurs dont : 5 privés, regroupant +/-

Plus en détail

Update@Work Février 2014 Numéro 2 10 ème année

Update@Work Février 2014 Numéro 2 10 ème année Update@Work Février 2014 Numéro 2 10 ème année Versement des prestations décès assurées : succession ou héritiers légaux? Conséquences pour le 2e pilier. La loi du 13/01/2012 1 (aussi connue sous le nom

Plus en détail

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir La sécurité financière de votre vie future Prévoir Que nous réserve l avenir? C est une question que chacun de nous se pose de temps en temps sans pouvoir y répondre avec beaucoup d assurance. Quoi qu

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. En hommage à Roland De Valkeneer 7. Qu est-ce qu une assurance vie? 9 Jean-Christophe André-Dumont

Table des matières. Sommaire 5. En hommage à Roland De Valkeneer 7. Qu est-ce qu une assurance vie? 9 Jean-Christophe André-Dumont Table des matières Sommaire 5 En hommage à Roland De Valkeneer 7 Qu est-ce qu une assurance vie? 9 Jean-Christophe André-Dumont Introduction 9 Section 1. L assurance vie, pour quoi faire? 10 Sous-section

Plus en détail

FICHES INFO FINANCIERES

FICHES INFO FINANCIERES FICHES INFO FINANCIERES RENT LIFE - RENT FIX - RENT TEMPO Ethias SA Votre agent d assurances 1517-207 07/15 POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES FORMULES DE RENTE ET OBTENIR UN DEVIS GRATUITEMENT, INFORMEZ-VOUS

Plus en détail

Distribution de l assurance vie en LPS : Les points d attention en matière contractuelle (Lux, Bel, Fr)

Distribution de l assurance vie en LPS : Les points d attention en matière contractuelle (Lux, Bel, Fr) Distribution de l assurance vie en LPS : Les points d attention en matière contractuelle (Lux, Bel, Fr) IFE Rendez-vous annuel de l assurance vie - Hôtel Le Royal - 27/11/2012 Approche de droit comparé

Plus en détail

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles VS10052 09.03.2012 Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles Précisions pour l'application du code de bonne conduite L'objet de la présente note

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

Conférence de presse du 3 mars 2015

Conférence de presse du 3 mars 2015 Conférence de presse du 3 mars 2015 Aperçu annuel 2014 Zoom sur les assurances dommages et catastrophes naturelles L assurance de groupe dans un contexte de taux d intérêts faibles 1 03/03/2015 Ordre du

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP?

1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP? 1. Généralités 1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP? EIP. Un engagement individuel de pension est un contrat d assurance-vie souscrit par une société au profit d un dirigeant

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

Aidez vos clients à planifier leur avenir

Aidez vos clients à planifier leur avenir Aidez vos clients à planifier leur avenir L assurance en réponse aux besoins de planification personnelle de votre client Ce document est destiné aux conseillers uniquement. Il n a pas été rédigé à l intention

Plus en détail

La protection de vos données médicales chez l assureur

La protection de vos données médicales chez l assureur La protection de vos données médicales chez l assureur Brochure 2009 2 Questions & Réponses fréquentes FAQ 2009 La communication de données est le point de passage obligé pour le bon fonctionnement de

Plus en détail

Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie

Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie Annexe 4 Enquête auprès des sociétés suisses d assurance sur la vie concernant l assurance collective dans la prévoyance

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84

BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84 Prévoyance vieillesse et survivants Effingerstrasse 20, 3003 Berne tél. 031 324 06 11 fax 031 324 06 83 http://www.ofas.admin.ch BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84 12 juillet 2005 Table des

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

CAMELEON JUNIOR CAMELEON Dynamico JUNIOR

CAMELEON JUNIOR CAMELEON Dynamico JUNIOR CAMELEON JUNIOR CAMELEON Dynamico JUNIOR CAMELEON JUNIOR - CAMELEON Dynamico JUNIOR 1 TYPE D ASSURANCE-VIE GARANTIES Assurance-vie combinant un rendement garanti (branche 21) et un rendement lié à des

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2 IS 1 O 900 CA CE RT IFI BC ED FIRM 51.30.259 07/14 VITA INVEST.2 VITA INVEST.2 CONDITIONS GENERALES DEFINITIONS A. Preneur d assurance La personne qui conclut le contrat avec l entreprise d assurances.

Plus en détail

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Employee Benefits Institute 1. Quels seront les nouveaux taux d intérêt garantis par AXA Belgium

Plus en détail

AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM

AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM CCA 34 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM Bruxelles, le 20 novembre 2013 2 Avis sur des clauses relatives à la charge de

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip)

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Mars 2014 Règlementt Le présent règlement se fonde sur l art. 2 des statuts de J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (désignée ci-après

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE PRÊT «AMELIORATION DU CADRE DE VIE» Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

AMMA vous épaule en toutes circonstances.

AMMA vous épaule en toutes circonstances. L allocation gratuite de l INAMI pour médecins, dentistes, pharmaciens et kinésithérapeutes Maladie, accident, pension, AMMA vous épaule en toutes circonstances. A L L O C A T I O N I N A M I Qu est-ce

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944

assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944 entreprise d assurance mutuelle agréée par l Office de Contrôle des Assurances sous le code 0126 (A.R. 04 et 13.07.1979 M.B. 14.07.1979)

Plus en détail

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle obligatoire (LPP) en Suisse Etat: janvier 2012 Table des matières Le 2 e pilier dans le système suisse de prévoyance

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Les primes d assurances-maladie et accidents non obligatoires. La déduction est limitée au double de la prime moyenne cantonale, par tranche d âge;

Les primes d assurances-maladie et accidents non obligatoires. La déduction est limitée au double de la prime moyenne cantonale, par tranche d âge; Déductions de primes Les montants versés pour le 1 er pilier sont entièrement déductibles du revenu. Les montants versés pour le 2 ème pilier sont entièrement déductibles du revenu. Sont déduits du revenu:

Plus en détail

Credo21 Safe Dynamic (Plan)

Credo21 Safe Dynamic (Plan) le placement, c'est notre métier Credo21 Safe Dynamic (Plan) Conditions générales Credo21 version 1.0 Contenue Article 1 Définitions 3 Article 2 Cadre juridique 3 Article 3 Prise d'effet 3 Article 4 Réalisation

Plus en détail

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013 Oddo & Cie La Loi Madelin Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «Madelin» 3 2 Fipavenir TNS 13 2 3 Section 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique

EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique Nom du produit Description Engagement de Pension - EIP Un engagement individuel de pension d une société

Plus en détail

PenSIonS extralegales

PenSIonS extralegales PenSIonS extralegales Nos tuyaux pour une meilleure retraite Version mise à jour - Mai 2013 PENSION EXTRALEGALE 2013.indd 1 15/05/13 06:54 Introduction La Commission Vie de FEPRABEL a mis à votre disposition,

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement

Encouragement à la propriété du logement Encouragement à la propriété du logement Directives de la Caisse de pension (CPS) concernant l acquisition d un logement en propriété Conditions concernant l encouragement à la propriété du logement au

Plus en détail

Pierre-Olivier DE BROUX

Pierre-Olivier DE BROUX Pierre-Olivier DE BROUX Professeur à l Université Saint-Louis - Bruxelles Belge, né à Uccle le 19 juin 1978 Marié 4 enfants Boulevard du Jardin Botanique 43 B-1000 Bruxelles - Belgique Tél : +32 2 792

Plus en détail

Cadre règlementaire des Assurances de Personnes:

Cadre règlementaire des Assurances de Personnes: Cadre règlementaire des Assurances de Personnes: Le corpus juridique régissant les assurances des personnes = 41 articles législatifs dont: o 5 articles rajoutés par la loi 06-04; o 8 articles modifiés

Plus en détail

Une pension belge à l étranger

Une pension belge à l étranger LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 janvier 2014 Numéro 01 Année 18 Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt Antwerpen X P309269 fiscalité Une pension belge à l étranger 1 SEPA Domiciliation européenne

Plus en détail

Fiche info financière assurance-vie pour la branche 21

Fiche info financière assurance-vie pour la branche 21 Fiche info financière assurance-vie pour la branche 21 Type d assurance vie Garanties Secure Protect & Pension 1 La Secure Protect & Pension est une assurance vie avec rendement garanti et une participation

Plus en détail

PRODUITS DE PREVOYANCE IMPERIO. Ce document ne peut être ni communiqué ni distribué, sans l accord exprès d IMPERIO.

PRODUITS DE PREVOYANCE IMPERIO. Ce document ne peut être ni communiqué ni distribué, sans l accord exprès d IMPERIO. PRODUITS DE PREVOYANCE IMPERIO Ce document ne peut être ni communiqué ni distribué, sans l accord exprès d IMPERIO. 1 GAMME DE SOLUTIONS PREVOYANCE IMPERIO PRECISO HOSPITALIS EDUCALIA SERENITE Plus ASSURANCE

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité Garantie EPARGNE (fiscalité assurance-vie ou P.E.P. sur option) à souscription individuelle Article 1 Objet La présente garantie

Plus en détail

ASSURER VOS PROJETS PROFESSIONNELS

ASSURER VOS PROJETS PROFESSIONNELS ASSURER VOS PROJETS PROFESSIONNELS Le professionnel libéral, en qualité de chef d entreprise, se doit de couvrir sa responsabilité civile professionnelle ainsi que celle de ses collaborateurs ; il doit

Plus en détail

Séminaire du 26 Mars 2013

Séminaire du 26 Mars 2013 Séminaire du 26 Mars 2013 Les opportunités fiscales de la prévoyance professionnelle pour l entreprise et son entrepreneur Tél. +41 26 425 84 84 Fax +41 26 425 84 86 E-mail office@fidutrust.ch Présentation

Plus en détail

COMMERCIALISATION A DISTANCE DE SERVICES FINANCIERS BROCHURE D INFORMATION. Résumé

COMMERCIALISATION A DISTANCE DE SERVICES FINANCIERS BROCHURE D INFORMATION. Résumé MTH07009 COMMERCIALISATION A DISTANCE DE SERVICES FINANCIERS BROCHURE D INFORMATION Résumé La loi du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur comprend un chapitre

Plus en détail

Numéro du rôle : 1333. Arrêt n 54/99 du 26 mai 1999 A R R E T

Numéro du rôle : 1333. Arrêt n 54/99 du 26 mai 1999 A R R E T Numéro du rôle : 1333 Arrêt n 54/99 du 26 mai 1999 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives aux articles 127, 128 et 148, 3, de la loi du 25 juin 1992 sur le contrat d assurance terrestre,

Plus en détail

La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de Luxembourg

La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de Luxembourg La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de EFE Rendez-vous annuel de l assurance vie - Hôtel Westminster 13/12/2012 Marc Gouden & Pierre MOREAU Partners Avocats aux Barreaux de et de Quelques

Plus en détail

ETOILE SELECT 1. Votre sécurité nous tient à cœur. Baloise Group. Type d assurance-vie

ETOILE SELECT 1. Votre sécurité nous tient à cœur. Baloise Group. Type d assurance-vie ETOILE SELECT 1 Type d assurance-vie Garanties Les primes investies dans la partie de police Compte Etoile ont un rendement garanti (Branche 21). Pour les primes investies dans la partie de police Fonds

Plus en détail

Junior Plan 1. Type d assurance-vie

Junior Plan 1. Type d assurance-vie Junior Plan 1 Type d assurance-vie Garanties Public cible Assurance-vie dont les primes nettes (à savoir les primes, sans tenir compte des taxes sur primes, des frais d entrée et d éventuelles primes pour

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2186 Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 29bis de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire de la

Plus en détail

Concours d assurances (RC-TRC)

Concours d assurances (RC-TRC) Concours d assurances (RC-TRC) 21 avril 2015 Hugo Keulers 1. Concours d assurances: quel contexte? La personne qui a subi un dommage peut se retourner potentiellement contre plusieurs assureurs en vertu

Plus en détail

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Janvier 2015 L assurance-vie joue un rôle de plus en plus important dans la planification financière en raison du patrimoine croissant

Plus en détail

ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL

ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL PIERRE DE SOLEIL ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Accéder à une gestion financière sur mesure Optimiser la fiscalité de votre patrimoine Préparer

Plus en détail

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Jugement du 17 novembre 2004 - Rôle n 2001/15288/A Exercice d'imposition 1992 Arrêt Avocats: Maître Benoît Philippart de Foy - pour la requérante I. Objet et recevabilité

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie

Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie La Loi Verwilghen concerne principalement les contrats d'assurance maladie non liés à l'activité professionnelle mais elle impose également

Plus en détail

Les rachats de contrats d assurance-vie après 60 ans en 2012 FFSA

Les rachats de contrats d assurance-vie après 60 ans en 2012 FFSA CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

Faites le bon choix pour votre épargne

Faites le bon choix pour votre épargne Investir en 2013 Faites le bon choix pour votre épargne Dans quels produits avez-vous déjà investi? Compte d épargne % Bon de caisse Bon d état Compte à terme Obligations Branche 21 % Actions Fonds Titres

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2012/4 - Le traitement comptable des saisies dans le chef du débiteur saisi. Avis du 11 janvier 2012

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2012/4 - Le traitement comptable des saisies dans le chef du débiteur saisi. Avis du 11 janvier 2012 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2012/4 - Le traitement comptable des saisies dans le chef du débiteur saisi Introduction Avis du 11 janvier 2012 1. Conformément aux articles 7 et 8 de la loi

Plus en détail

COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR LES CONDITIONS GENERALES DES CONTRATS DE LOCATION DE VEHICULES AUTOMOBILES

COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR LES CONDITIONS GENERALES DES CONTRATS DE LOCATION DE VEHICULES AUTOMOBILES C.C.A. 17 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR LES CONDITIONS GENERALES DES CONTRATS DE LOCATION DE VEHICULES AUTOMOBILES Bruxelles, le 1 juin 2005 2 Avis sur les conditions générales des contrats

Plus en détail

Indépendant? Ne laissez pas votre argent se perdre en impôts. Transformez-le plutôt en épargne pour votre pension.

Indépendant? Ne laissez pas votre argent se perdre en impôts. Transformez-le plutôt en épargne pour votre pension. PENSION LIBRE COMPLÉMENTAIRE POUR INDÉPENDANTS Indépendant? Ne laissez pas votre argent se perdre en impôts. Transformez-le plutôt en épargne pour votre pension. Toujours à vos côtés Introduction Vous

Plus en détail

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié (Ordonnance du DFF sur les prêts hypothécaires) du 10 décembre 2001 Le Département fédéral des finances, vu l art. 116, al. 1, de l ordonnance

Plus en détail

FORTUNA di GENERALI. Fiche info financière assurance-vie pour la branche 23. FORTUNA di GENERALI 1

FORTUNA di GENERALI. Fiche info financière assurance-vie pour la branche 23. FORTUNA di GENERALI 1 FORTUNA di GENERALI 1 TYPE D ASSURANCE-VIE GARANTIES Assurance-vie dont le rendement est lié à des fonds d investissement (branche 23). Fortuna di Generali garantit des prestations en cas de vie ou en

Plus en détail

Be selective. Swiss Invest. En Suisse, votre capital évolue comme vous le souhaitez.

Be selective. Swiss Invest. En Suisse, votre capital évolue comme vous le souhaitez. Be selective. Swiss Invest En Suisse, votre capital évolue comme vous le souhaitez. Bienvenue en Suisse Depuis des décennies, la Suisse offre la stabilité et la sécurité auxquelles on aspire pour des

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit à la consommation

L essentiel sur. Le crédit à la consommation L essentiel sur Le crédit à la consommation Prêt personnel Prêt affecté Crédit renouvelable Qu est ce que c est? Le crédit à la consommation sert à financer l achat de biens de consommation (votre voiture,

Plus en détail

Le présent avis fait suite à certaines questions pratiques qui ont été posées pour pareils emprunts conclus en 2014.

Le présent avis fait suite à certaines questions pratiques qui ont été posées pour pareils emprunts conclus en 2014. Explications concernant les conditions auxquelles les emprunts conclus en 2014 doivent satisfaire pour pouvoir entrer en considération pour la réduction d impôt régionale pour l habitation unique (bonus-logement)

Plus en détail