Les brûlures en phase aiguë

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les brûlures en phase aiguë"

Transcription

1 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Les brûlures en phase aiguë Plan (menu) Dr Captier, Dr Lebreton, Dr Griffe Centre des brûlés, Hôpital Lapeyronie, Montpellier Navigation : Menu Page suivante Page précédente Retour texte Figure/tableau Épidémiologie Physiopathologie Traitement d urgence des brûlures Traitement des brûlures graves Traitement des brûlures bénignes Traitement chirurgical Cas particuliers Annexes Iconographie Références navigation Lien 1 2 Épidémiologie 1/Incidence et gravité 2/Facteurs épidémiologiques 3/Agents de la brûlure 4/Prévention 1/Incidence et gravité Incidence en France : nouveaux cas par ans nécessitent des soins 7500 cas nécessitent une hospitalisation 3000 cas sont hospitalisés en centre des brûlés Gravité Facteur de gravité : l âge, l étendue, la profondeur et la localisation de la brûlure 0,2% de la mortalité totale annuelle en France 10% des morts accidentelles (accident = ignorance, négligence, imprudence) 3 4

2 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire /Facteurs épidémiologiques Âge: 2 pics Enfants : 0-4 ans, prédominance chez le garçon Adultes : ans Siège: les mains sont atteintes dans 40 à 50% des cas Circonstances : 68% surviennent à domicile 3,3% des accidents domestiques sont des brûlures 5 3/Agents de la brûlure Les liquides chauds représentent 50% et les flammes de 30 à 40% Causes des brûlures domestiques Chez l enfant: 0-4 ans : liquide chaud ++ (eau, boisson ), contact (appareil de chauffage, fer à repasser, plat chaud) 5-15 ans : flammes ++ (liquide enflammé, feu, pétard), contact (pot d échappement), dermabrasion, coup de soleil 6 4/Prévention Primaire = diminuer l incidence Campagne d information Augmenter la sécurité (contrôle de l eau sanitaire < 60 C, détecteur de fumée, tuyaux de gaz, circuit électrique ) Secondaire = diminuer la gravité initiale Enseignement au grand public («stopper, tomber, rouler», refroidissement par l eau de la brûlure) enseignement au professionnels de santé Tertiaire= diminuer les séquelles et la mortalité Centre de brûlés Rééducation spécialisée et chirurgie réparatrice 7 Physiopathologie «La brûlure est un traumatisme initialement local (plaie) avec des conséquences générales (troubles de l homéostasie)» 1/ Les mécanismes Constitution de la lésion l locale 2/ Conséquences locales 3/ Évolution et cicatrisation 4/ Conséquences générales 8

3 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire /Les mécanismes Brûlures thermiques (90% des brûlures) Par contact Solide : braises, fer chaud, pot d échappement, etc. Liquide : eau bouillante, café, huile chaude, etc. Par flammes Hydrocarbures enflammés Explosion de gaz, ou vapeur d essence Par rayonnement = ultraviolet (SOLEIL), rayon X Brûlures électriques (voir cas particulier) Brûlures chimiques (voir cas particulier) 9 2/Conséquences locales Transfert d énergie : Si absorption > dissipation = augmentation de la chaleur intracellulaire = destruction cellulaire La profondeur de la brûlure Structure de la peau et de l épiderme Les trois degrés de la brûlure Aspect clinique Classification chirurgicale 10 Structure de la peau Structure de l épiderme 11 12

4 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Les 3 degrés de la brûlure 1 er degré = atteinte des couches superficielles de l épiderme 2 e degré Superficiel = atteinte de tout l épiderme Profond = atteinte de la jonction dermoépidermique +++ (stade intermédiaire) 3 e degré = atteinte de l épiderme et du derme +/- l hypoderme 13 couleur Phlyctènes Douleur Évolution Séquelles 1 er degré Rouge +++ Absentes ++ Cicatrisation < à 5 jours Non Aspect clinique 2 e degré superficiel Rosée Recoloration Cicatrisation < à 10 jours Non 2 e degré profond * Pâle Recoloration +/- +/- +/- Exsudation + Cicatrisation lente possible Oui * Diagnostic difficile +++, évolution incertaine, peut nécessiter une greffe 3 e degré Blanc ou Noir (carbonisation, suie) Non, aspect cartonné Insensible Pas de cicatrisation Oui Classification chirurgicale 3/Évolution et cicatrisation Brûlures superficielles Brûlures profondes Guérison Sans séquelle En 10 jours Cicatrisation > 15 jours avec séquelles Greffe de peau Chirurgie réparatrice Évolution des brûlures superficielles Évolution des brûlures profondes Les séquelles cicatricielles Hypertrophie Rétraction Dyschromie Destruction tissulaire 15 16

5 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Brûlures superficielles Cicatrisation de type épidermique par réépidermisation. Absence de prolifération conjonctive du derme. La cicatrisation se fait à partir de la couche basale qui est intact. La restitution se fait «ad integrum»sans séquelle (= pas de cicatrice visible) 1 er degré : Cicatrisation par épidermisation en 3 à 4 jours. 2 e degré superficiel : Brûlures profondes(1) Cicatrisation de type conjonctive ou dermique: évolution en trois phases Détersion = élimination des tissus nécrosés et de la fibrine +/- long(nettoyage) Bourgeonnement = prolifération conjonctive à partir des fibroblastes du derme et de l hypoderme. Formation d un tissu de granulation vascularisé. Réaction inflammatoire +++ Épithélialisation = réparation de l épiderme possible dans le 2 e profond, impossible dans le 3 e degré Cicatrisation < à 10 jours, Brûlures profondes(2) Brûlures du 2 e degré profond ou intermédiaires 2 possibilités d évolution Épidermisation spontanée lente : à partir d îlots épidermique et des annexes pilosebacées (cas le plus fréquent) Conversion en 3 e degré = approfondissement secondaire les jours suivants Brûlures profondes(3) Brûlures du 3 e degré Cicatrisation impossible car destruction de la couche basale et des annexes pilo-sébacées. Possibilité d épidermisation uniquement par la périphérie (pour les brûlures localisées de très petite taille) sinon greffe de peau 19 20

6 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Les séquelles cicatricielles Hypertrophie Résultat d une prolifération conjonctive abondante en zone peu mobile. Évolue en deux phases Phase inflammatoire ou proliférative (3 à 6 mois) Phase de maturation (18 à 24 mois) Rétraction cutané Mise en tension des fibres de collagènes en zone mobile Même évolution Les destructions Amputations, destruction tissulaires etc.. Les dyschromies 21 Volume de la cicatrice Phase proliférative Les séquelles cicatricielles Compression précoce Phase de maturation Cicatrice chéloïde Cicatrice hypertrophique 6 mois 1 an 18 mois 2 ans Cicatrice normale Séquelles définitives temps 22 4/Conséquence générales Phase de choc : 24 à 48H Par Hyper-perméabilité capillaire Retentissement respiratoire Si brûlure respiratoire Phase secondaire > 48H Réaction inflammatoire généralisée +++ Risque de complications infectieuses et métaboliques. Phase de choc 24 à 48 H Mouvement de fluides Hypovolémie par Plasmorragie = déficit en protéines Hypoperfusion périphérique Acidose métabolique (acide lactique ) Hypotension : risque de choc +++ Diminution du débit cardiaque Oedèmes généralisé+++ (augmentation du poids > 20%) Altération neuroendocrine rénale Sécrétion d aldostérone : rétention du sodium Sécrétion d ADH : résorption tubulaire rénale d eau 23 24

7 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Retentissement respiratoire Lésions directes par inhalation +++ : De vapeurs chaudes = lésions thermiques du nasopharynx et oropharynx De Fumées = brûlures chimiques de l arbre bronchique secondaires à des produits toxiques dégager par la fumée Lésions indirectes secondaires à la libération précoce de médiateurs vaso-actifs et broncho-constricteurs (médiateurs de l inflammation) issus de la brûlure. Cette réaction est directement proportionnelle à la surface cutané brûlée et la profondeur 25 Phase secondaire > 48 h Résorption vasculaire du 3 e secteur Début d élimination de l eau et du sodium Augmentation du débit cardiaque Élimination nitrés urinaire Hypermétabolisme à prédominance catabolique tissulaire rapide Altération du métabolisme glucidique Augmentation du métabolisme de base Persiste jusqu à la fin de la cicatrisation 26 Phase secondaire > 48 h Réaction inflammatoire généralisée Dépression immunitaire et risque infectieux Traitement d urgence des brûlures 1/Premiers secours 2/Estimation de la gravité 3/Classification des brûlés 4/Mise en condition Il est effectué sur le lieu de l accident avant le transfert en centre de brûlé pour avis et prise en charge thérapeutique 27 28

8 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire /Premier secours Alerter (centre 15) Contrôle des fonctions vitales Recherche des lésions associées Premiers soins locaux En cas de vêtement enflammé! Stopper (ne pas paniquer et ne pas courir) Tomber (se mettre à terre en s allongeant) Rouler (pour éteindre les flammes) 29 Contrôle des fonctions vitales Respiratoires Assurer la liberté des voies aériennes Oxygénothérapie au masque Évaluation des risques de lésions respiratoires Hémodynamique - choc Traiter immédiatement l hypovolémie +++ Les brûlures ne saignent pas, vérifier lésions associées Neurologique La brûlure seule n altère pas la conscience Température centrale 30 Recherche de lésions associées En cas de chute, accident de la voie publique: traumatisme, fracture Lésions de blast Hémorragie associée : attention car les brûlures ne font pas saigner 31 Premiers soins locaux(1) Enlever les vêtements non adhérent Refroidir la brûlure immédiatement Eau du robinet ou Douche (8 C à 25 C), 5 à 15 minutes minimum «cooling» Ou Hydrogel type «brulstop» (Sauf si : État de choc, Hypothermie, Brûlure de plus d 1 heure.) Le refroidissement par l'eau diminue la douleur et la profondeur de la brûlure. Il doit être interrompu en cas de sensation de froid. 32 Règle des «15» = 15 premières minutes, pendant 15 minutes, eau à 15!

9 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Premiers soins locaux(2) Ils ne doivent être entrepris qu'une fois les perturbations générales contrôlées. Si transfert immédiat vers le centre des brûlés Champs stériles et couverture de survie, éviter le refroidissement Si transfert différé Nettoyage et désinfection locale : bétadine, chlorexidine Pansement occlusif stérile 33 2/Estimation de la gravité Étendue de la brûlure Profondeur de la brûlure Localisation Le terrain 34 Étendue de la brûlure Elle est calculée en pourcentage de surface corporelle brûlées (SCB) Règle des neuf de wallace : règle simple mais peu précise (adulte) Table de Lund et Browder : plus précise pour les adultes et les enfants (schéma ) Pour les zones disséminées : se rappeler que la Face palmaire de la main représente 1% de la surface corporelle quelque soit l âge 35!! Profondeur de la brûlure Brûlures superficielles = bénignes 1 er degré 2 e degré superficiel Brûlures profondes = graves 2 e degré profond = brûlure intermédiaire. A réévaluer car risque d approfondissement 3 e degré et carbonisation La profondeur doit toujours être réévaluée à au moins 24 H d intervalle (aggravation + œdème locale) 36

10 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Localisations «graves» Zones fonctionnelles La face et le cou, en particulier les zones périorificielles (destruction nez, oreilles, rétraction palpébrale, microstomie) Les mains Pli de flexion articulaire : fosse axillaire, pli du coude, poignet, fosse poplité, dos du pied Le périnée, les organes génitaux externes Les seins chez la femme, en particulier chez l enfant avec risque de destruction Brûlures des voies aériennes 37 Âge +++ : > 60 ans Terrain < 3 ans Règle de Baux = âge + surface brûlée (%), Estimation initiale du pronostic vital chez l adulte. Décès = 100% si Baux 100 en 1950, actuellement si Baux 120 Pathologies associées Insuffisance respiratoire, cardiaque, rénale antérieure Tabagisme, éthylisme Diabète Hémophilie et trouble de la coagulation (insuffisance hépatique) 38 3/Classification des brûlés 4/Mise en condition Brûlés graves : Brûlure > 10% SCB chez l adulte Brûlure > 5% SCB chez l enfant de moins de 3 ans Brûlures graves : Même lorsque la surface est petite une brûlure est grave si elle profonde et localisée dans une zone fonctionnelle Critères d hospitalisation 39 Voie d abord vasculaire Intubation NT Sonde urinaire SNG Sonde thermique Remplissage Analgésie/anesthésie Oxygénation Réchauffement (lutte contre l hypothermie) 40

11 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Traitement des brûlures graves 1/ Réanimation hydroélectrolytique 2/ Réanimation respiratoire 3/ Examens de laboratoires 4/ Traitements associés 5/ Soins locaux 6/ Urgences chirurgicales 41 1/Réanimation hydro électrolytique Remplissage précoce et rapide : la moitié des volumes prévus pour les 24 H doivent être perfusés en moins de 8 H. Formule Evans (adulte et enfants) Formule de Parkland (adulte) Formule de Carjaval (enfant) Objectifs: Hématocrite < 50 Diurèse > 1 ml / kg / h TA systolique > 120 mmhg fréquence cardiaque < /Réanimation respiratoire Indications d intubation trachéale Suspicion de lésions d inhalation : évoquer en cas d incendie en milieu clos, brûlure de la face, présence de suie dans les narines, ou d expectorations noires Brûlures cervico-faciales par flammes : risque d œdème rapide et important, mieux vaut une intubation «préventive» qu une intubation en catastrophe 3/Examens de laboratoires Dés l arrivée NFS, hématocrite, groupage Bilan de coagulation Ionogramme, protidémie Gaz du sang et dosage du CO Répéter NFS et iono toutes les 6 heures 43 44

12 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire /Traitements associés Prévention antitétanique Prévention de la douleur : morphine en titration (I.V), paracétamol 1g I.V. Pas d'antibiothérapie systématique Maintenir une ambiance thermique chaude Élévation des extrémités brûlées : l'œdème aggrave les lésions Position proclive dans les brûlures cervico-faciales Position surélevée des membres Lit fluidisés ou à air 45 5/Soins locaux (1) Premier pansement Condition stérile: casaque, calot, masque, gant Nettoyage Antiseptique Rinçage : pansement à la baignoire Rasage Excision des phlyctènes Pansement occlusif stérile 46 Topiques antiseptique Flammazine= Sulfadiazine argentique (brûlures superficielles) Flammacerium = Sulfadiazine argentique + ion cerium (brûlures profondes) 5/Soins locaux (2) 6/Urgences chirurgicales Incisions de décharge Brûlure circulaire profonde des membres ou cou : Risque d ischémie distale, aggravation des brûlures Syndrome des loges (lésions musculaires) Thorax Défaut de l ampliation thoracique 47 48

13 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Traitement des brûlures bénignes 1/Traitement local 1/Traitement local: cicatrisation dirigée Premier degré Deuxième degré superficielle Deuxième degré profond Troisième degré 2/Traitement général 3/Soins après la brûlure 49 Cicatrisation dirigée Objectif = «cicatrisation sans retard» Surveillance des pansements jusqu à cicatrisation Quotidiens les premiers jours Puis tous les 2 jours Pansements : objectifs Indolores (traitement antalgique adapté) Atraumatiques (pansement non adhérent) Antiseptiques incolores 50 Premier degré Deuxième degré superficiel Crèmes hydradantes neutres Flammazine pendant 24H éventuellement Exposition à l air rapide = tannage de la peau Évolution: Guérison sans séquelle en 3 à 4 jours Flammazine en couche épaisse. Hydrocolloïde en première intention ou en relais de la Flammazine (Duoderm, Duoderm mince) Corticotulle: au stade de la réépidermisation il diminue l inflammation Exposition à l air et tannage à l éosine après cicatrisation. Évolution : guérison en 10 à 15 jours 51 52

14 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Deuxième degré profond Avis chirurgical devant toute brûlure n ayant pas cicatrisée en 15 jours Flammazine : sulfadiazine argentique. Petite surface, visage Flammacerium: sulfadiazine argentique + ion cerium. En couche épaisse Évolution Cicatrisation spontanée possible en 15 jours à 3 semaines avec des séquelles Si non greffe de peau à 3 semaines 53 Troisième degré Flammazine : sulfadiazine argentique. Petite surface, visage Flammacerium: sulfadiazine argentique + ion cerium. En couche épaisse Évolution : pas de cicatrisation spontanée Greffe de peau 54 2/Traitement général Antalgique: Niveau 2 : codéine, tramadol (Topalgic, Contramal) Niveau 3 : antalgiques morphiniques (Nubain, morphine..) Antiprurigineux Polaramine, ATARAX Antipyrétique: (risque de convulsion hyperthermique chez les nourrissons) AINS (Ibuprofène), 55 3/ Soins après la brûlure Protection solaire Pendant 12 à 24 mois après la brûlure Crème solaire : indice maximal Hydratation quotidienne de la peau Crème hydratante Vêtements compressifs: prévention de l hypertrophie après une greffe de peau En cas de cicatrisation supérieure à 15 jours 56

15 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Traitement chirurgical 1/ Principes chirurgicaux 1/Principes chirurgicaux 2/Excision-greffe 3/ Reconstruction cutanée 4/ Indications Toute brûlure n ayant pas cicatrisée en 3 semaines doit être greffée 57 Objectifs: Couvrir les brûlures profondes Raccourcir le temps de la détersion Prévention des séquelles 2 temps Préparation du site brûlé pour obtenir un sous-sol viable. Cicatrisation dirigée et excision chirurgicale Couverture de la perte de substance: le plus souvent avec la peau du malade (autogreffe) 58 2/Excision-greffe Excision Excision = résection de la nécrose (escarrotomie) Greffe Autogreffe : prélever sur le malade. Seul solution définitive Homogreffe: prélèvement chez un donneur Hétérogreffe : prélever chez l animal (substitut cutané temporaire) 59 Excision tangentielle Dermatome de Lagrot ou Watson Résection du tissu brûlé en tranches successives jusqu en tissu sain (derme ou hypoderme) Excision par dissection Bistouri froid ou électrique Excision par avulsion Temps opératoire très hémorragique 60

16 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Autogreffe Greffe dermo-épidermique mince Prélèvement au dermatome électrique Zones donneuses Cuisse, scalp (enfant ++), Cicatrise en 10 jours environs Utilisation : Peau expansé en filet : multiplie la surface Peau pleine: couverture des zones fonctionnelles (mains, visage +++) 61 Homogreffe Prélèvement sur cadavre Frais Banque de tissu Utilisation Seule: couverture de la plaie, préparation du sous-sol En association avec l autogreffe. Couverture puis substitution progressive de l homogreffe par l autogreffe 62 3/ Reconstruction cutanée Derme artificiel Matrice collagénique + couche de silicone Couverture de grande surface Greffe dermo-épidermique mince 3 semaines après Risque infectieux +++ Excision précoce Culture d épiderme 4/ Indications Excision greffe classique Vers la fin de la 3 e semaine Excision greffe précoce : dans la première semaine pour les brûlures de 3 e degré De sauvetage : principe = diminuer les conséquences générales de la brûlure Fonctionnelle : principe = améliorer le pronostic fonctionnel (main face cou) À quel moment 63 64

17 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Cas particuliers 1/Brûlures électriques 2/Brûlures chimiques 3/Brûlures par produits adhérents (goudron, cire, ) 1/Brûlures électriques Définition: Électrisation = ensemble des manifestations et lésions provoquées par le passage du courant électrique à travers le corps. Électrocution = désigne la mort immédiate consécutive à l électrisation Effet du courant électrique Mécanismes de la brûlure Exito-moteur (stimulation de nerfs ou muscles) Au niveau musculaire contractures (>20mA) Fléchisseurs de la main la main colle au conducteur Muscles respiratoires asphyxie Au niveau cardiaque arrêt circulatoire (>50mA) asystolie ou fibrillation ventriculaire Au niveau du système nerveux troubles de la conscience et neurovégétatifs Brûlures Par passage du courant brûlures électriques vraies Par arc électrique (Flash) brûlures thermiques Par ignition des vêtements brûlures thermiques Association de 2 ou 3 de ces mécanismes 67 68

18 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Physiopathologie Les brûlures électriques vraies sont liées au passage du courant à travers le corps. Tous les tissus et organes situés sur le trajet du courant peuvent être atteints Leur gravité est fonction l intensité du courant qui est régit par la loi d Ohm : I=V/R Les lésions tissulaires sont dues : au dégagement de chaleur par effet joule : Q=RI 2 T au champ électrique responsable de lésions des membranes cellulaires (Lee et Kolodney) Quel que soit le mécanisme initial: on aboutit à des Diagnostic : brûlures électriques vraies Brûlures superficiellement peu étendues Elles sont profondes, pouvant intéresser tous les tissus situés sur le trajet du courant : muscle, nerfs, vaisseaux, os, périoste, viscères. Elles sont caractérisées par Une extension secondaire des nécroses (thrombose) une évolution et une cicatrisation spontanée longues Elles peuvent être responsables d un choc par translocation liquidienne (réaction inflammatoire) réanimation hydroélectrolytique Nécroses tissulaires extensives (72-96 h) Manifestations générales Arrêt cardiaque et respiratoire (réanimation cardio-respiratoire) Troubles du rythme (ECG) (Xylocaïne 1mg/kg) Nécrose myocardique (troponine) Troubles neurologiques périphériques et centraux (EEG) Rhadomyolyse: myoglobinémie +++ si électrisation sévère (alcalinisation), hyperkalièmie, insuffisance rénale aiguë Fractures osseuses et luxations (10% des électrisations sévères) (radiographie notamment vertébrale). Lésions viscérales abdominales (laparatomie) Traitement Traitement chirurgical de la brûlure Rapidement débridement : escarrotomie, aponévrotomie, décompression des nerfs (médian) Après le 4 e jour : débridement définitif et fermeture par greffes, lambeaux vascularisés Traitement local : éviter l infection Désinfection : Bétatine, Chlorexidine Flammacerium 71 72

19 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire /Brûlure chimique Produits chimiques Classification difficile Destruction des protéines et productions de chaleur En urgence quelque soit le produit Lavage prolongé à grande eau (30 minutes) Objectif = diluer l agent responsable Diagnostic Latence des premiers symptômes surveillance Gravité tardive des lésions Accidents domestique: soude caustique, Destop Accidents professionnels: ciments, acide fluorhydrique(décapants, antirouille) Brûlure par acide fluorhydrique* Toujours profondes et douloureuses, risque létal par hypocalcémie si brûlure de plus de 2% de la surface corporelle. Traitement spécifique local : Gel de gluconate de calcium à 2,5% Hexafluorhydrine dont le pouvoir de captation de l'ion fluor est 100 fois plus élevé que celui du gluconate de calcium L'injection en sous-cutané de gluconate de calcium à 10% (0,5 ml/cm2 SB) reste très discutée en raison de la douleur à l'injection et du risque de nécrose. Dans les cas graves : injection intra-artérielle de gluconate de calcium 3/Brûlures par produits adhérents Ne pas chercher à enlever les produits adhérents. Ils tomberont spontanément par desquamation de la peau. Il faut seulement immédiatement refroidir par de l'eau. Exemple = goudron * Ébénisterie 75 76

20 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Annexes Répartition des brûlures selon l âge Répartition des brûlures selon l âge Brûlure chez l enfant Circonstances des brûlures Agents de la brûlure Causes des brûlures domestiques Caractéristiques des brûlures thermiques Transfert d énergie Conversion des brûlures intermédiaires Substances toxiques contenues dans les fumées Hypermétabolisme Mouvements de fluides Mouvements de protéines Règle des neuf de Wallace Table de Lund et Browder Schéma de Lund et Browder Zones fonctionnelles Critères d hospitalisation Réanimation hydroélectrolytique Incision de décharge 77 35,0% 30,0 25,0 20,0 15,0 10,0 5,0 0,0 32,7% 19,6% 14,5% 15,8% 9,3% 8,1% 0 à 4 5 à à à à Âge en année Retour annexe n= < 1 Brûlure chez l enfant Consultation externe du centre des brûlés de Montpellier de 1987 à âge en année Retour annexe Garçon Fille Circonstances des brûlures 68,4% Cuisine = danger 19,5% 1,1% 0,8% Autolyse Maltraitance 7,1% 3,1% Domicile Travail AVP Ecole Autres Inconnu enquête OMS/ISBI, février 1989, Communauté Européenne Retour annexe 80

21 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Agents de la brûlure Causes des brûlures domestiques % 24,2% 12,7% 3,9% 5% 4,3% Liquide Flamme Contact Electrique Chimique Autres enquête OMS/ISBI, février 1989, Communauté Européenne Liquides chauds 34,5% Réchaud alcool ou gaz 15% Barbecue 10,3% Huile de friture 5,5% Produits d entretien caustiques 4,8% Feu de chéminée 2,8% Matériel à fondue 1,4% Retour annexe 81 Retour annexe 82 Surface Profondeur Caractéristiques des brûlures thermiques Contact Liquide Étendue Peu profond Solide Limitée Profond Hydrocarbure Enflammé Étendue Profond Intensité de la source et temps de contact : Flamme Explosion gaz Étendue en mosaïque Profond et superficiel Rayon soleil Étendue superficiel 83 Moritz AR, Ann J Pathol 1947, 23: seconde à 70 C = brûlure grave Retour annexe Transfert d énergie Temp. < 44 C : pas de lésion Temp. = 44 C : équilibre instable, lésions en cas d exposition prolongée (plusieurs H) 44 C < temp. < 51 C : les lésions cellulaires doubles pour chaque degré Temp. > 51 C : destruction très rapide Temps. > 60 C : coagulation immédiate des protéines Retour annexe

22 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Conversion des brûlures intermédiaires Facteur de conversion Défaut de pression en O2 Thrombose Hypovolémie, défaut de perfusion local Infection locale 1/ zone de nécrose 2/ zone d ischémie 3/ zone d inflammation et d hyperhémie (d après Jackson et Lawrence 1953) Retour annexe 85 Polyvinyl Résines Substances toxiques contenues dans la fumée Produits d origine Polyurethane Hydrocarbures Bois, papier, coton Nitrocellulose Substances toxiques Isocyanate, cyanure d hydrogène Acroléine, acide acétique, acide formique CIH, Chlore, phosgène Cyanure d hydrogène, ammoniac Acroléine, acétaldéhyde, formaldéhyde, acide acétique, acide formique Dioxydes d azote, acide acétique, acide formique J Strongin, C Hales. Pulmonary disorders in the burn patient in «acute management of burned patient» JAJ. Martyn ed. Saunders, p Retour annexe 86 Métabolisme de repos (consommation en O2) Glucides Hypermétabolisme Augmentation Hyperglycémie X 1,5 pour 25% de surface brûlée X 2 pour 50% de surface brûlée Substrat énergétique exogène préférentiel utilisé (augmentation de la néoglucogenèse et diminution de la glycolyse) Mouvements de fluides Lipides Protéines Lipolyse Balance azotée négative Substrat énergétique endogène préferentiel (orientation des métabolismes oxydatifs) Catabolisme > anabolisme, Transfert des Acides aminés des muscles vers les viscères Température centrale Hyperthermie Élévation du point de régulation thermique (hypothalamus antérieur), inflammation 87 Retour annexe Valeurs moyennes en ml/minute des transfert de liquides du secteur vasculaire vers le secteur interstitiel (Romero et coll.) 88

23 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Mouvements de protéines Règle des neuf de Wallace Tête = 9% Membre supérieur = 9% (X2) Membre inférieur = 18% (X2) Face antérieure du tronc = 18% Face postérieure du tronc = 18% Organe génitaux = 1% Total = 100% Valeurs moyennes en gr/minute des transfert de protéines du secteur vasculaire vers le secteur interstitiel (Romero et coll.) 89 Retour annexe 90 Table de Lund et Browder Table de Lund et Browder % 0-12 mois 1-4 ans 5-9 ans ans 15 ans Adulte Tête Cou Tronc Ant Tronc Post Fesse Organe génitaux Bras (X2) Avant-bras (X2) Main (X2) Cuisse (X2) Jambe (X2) Pied (X2) Retour annexe 91 Retour annexe 92

24 2 e cycle MIF Urgences Item 201 Les brûlures en phase aiguë Année Universitaire Face et cou Pli de flexion Mains Périnée Zones fonctionnelles Retour annexe 93 Critères d hospitalisation en centre des grands brûlés Brûlures > 10% de SCB Présence d 1 ou + facteurs de gravités Âge < 3 ans Âge > 60 ans Pathologie grave préexistante Localisation : face, main, pieds, cou, périnée, articulations Toutes brûlures profondes Brûlures électriques et chimiques Brûlures associée a un autre traumatisme : explosion, A.V.P. Incendie en milieu clos = inhalation de Fumée Soins à domicile impossibles Suspicion de sévices ou de toxicomanie D après J Burn Care Rehab 1990, 11: (Am Burn Association) Retour annexe 94 Réanimation hydro électrolytique Incisions de décharges Formule d Evans (1952) 1ml / kg / %SCB / 24h de RINGER LACTATE + 1ml / kg / %SCB / 24h de colloïdes (albumine de préférence) ml / 24h de besoins de base Formule de Parkland 4ml / kg/ %SCB / 24h de RINGER LACTATE Formule de Carjaval (1980) 5000 ml / m2 SCB / 24h ml / m2 SCB / 24h de besoins de base Retour annexe 95 Retour annexe 96

25 Iconographie 1 1 er er degré Micro phlyctènes (J3) Coup de soleil 2

26 2 e degré superficiel (1) Phlyctène 3 2 e degré superficiel (2) En cours de détersion Aspect initial Fin de cicatrisation 4

27 2 e degré profond (1) Aspect rosé/blanc Aspect hémorragique et pétéchial 5 2 e degré profond (2) 6

28 3 e degré (1) carbonisation 7 3 e degré (2) Coagulation du réseau vasculaire sous dermique 8

29 3 e degré (3) Brûlure thermique par contact (pot d échappement) 9 3 e degré (3) 10

30 Lit à coussins d air 11 Baignoire pour pansement 12

31 Incisions de décharge de la main 13 Incisions de décharge de la main et doigts Pansement hémostatique avec Surgicel Incision Bord radial Incision bord ulnaire 14

32 Incisions de décharge après traitement par Flammacérium 15 Incisions de décharge membre supérieur 16

33 Incisions de décharge après greffe de peau 17 Incisions de décharge thoraciques 18

34 Traitement par Flammacérium (1) 19 Aspect d une brûlure profonde après 3 semaines de traitement avec FLAMMACERIUM (2) 20

35 Traitement par Flammacérium (3) 21 brûlure de la face (1) 22

36 brûlure de la face(2) 23 brûlure de la face(3) 24

37 brûlure de la face (4): 1 er pansement après greffe de peau pleine 25 Brûlure face palmaire (1) 26

38 Loge thénar Face dorsale 27 Pli de flexion 28

39 Brûlure des seins 29 Brûlure du périnée 30

40 Excision tangentielle au dermatome de Lagrot 31 Dermatome électrique de Davis 32

41 Zone de prélèvement d un greffe dermo-épidermique 33 Expendeur : multiplie la surface par 2,4 ou 6 Greffe dermo-épidermique en filet X2 (1) 34

42 Greffe dermo-épidermique en filet x2 35 Greffe dermo-épidermique pleine en zones fonctionnelles 36

43 Autogreffe dermo-épidermique X4 couverte par une homogreffe 37 J0 J3 Brûlure 3ième dégre Excision précoce + derme artificiel J21 J18 Ablation du silicone + greffe de peau mince 38

44 Brûlure électrique intéressant les 4 extrémités 39 Brûlure électrique 40

45 Brûlure chimique par automutulation récidivante avec du Destop 41 Brûlure par acide fluorhydrique àj3 42

46 Séquelles hypertrophiques Hypertrophie mature Fosse poplité (traitement par vêtement compressif) 43 Séquelles rétractiles r (1) Bride du membre supérieur avec palmure du pli du coude Brides axillaires bilatérales 44

47 Séquelles rétractiles r (2) Rétraction péri-orificielle (microstomie) 45 Séquelles : destruction (1) Destruction de l oreille Destruction aile du nez Séquelle alopécique 46

48 Séquelles : destruction (2) Amputations distales multiples 47 Séquelles rétractiles r + destruction (3) Destruction oreille Rétraction cervicale 48

49 Séquelles dyschromiques 49 Références Livres Les Brûlures. Ch Echinard & J Latarjet. Masson Internet : Site de la Société Française d étude et de traitement des brûlures (SFETB) EMC Les brûlures de l enfant, EMC pédiatrie Chirurgie des brûlures graves au stade aigu, EMC chirurgie plastique reconstructrice et esthétique Traitement des séquelles de brûlures : généralités EMC chirurgie plastique reconstructrice et esthétique 50

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin ITEM 201 a LES BRULURES Pr J.P. Chavoin 1 DEFINITIONS ET CAUSES La brûlure est une destruction du revêtement cutané, voire des tissus sous-jacents, consécutive à l action d agents : - thermiques, - électriques,

Plus en détail

Les Brûlures. Dr. P. QUERUEL. Service de Réhabilitation des Brûlés Hôpital Léon BERARD - HYERES

Les Brûlures. Dr. P. QUERUEL. Service de Réhabilitation des Brûlés Hôpital Léon BERARD - HYERES Les Brûlures Dr. P. QUERUEL Service de Réhabilitation des Brûlés Hôpital Léon BERARD - HYERES En France 23 Centres de Traitement des Brûlés 18 Centres civils (6 centres adultes ; 5 enfants ; 7 adultes/enfants

Plus en détail

Brûlures de l enfant

Brûlures de l enfant Brûlures de l enfant Epidémiologie 3 e rang des accidents de l enfant 0-4 ans ; moyenne 2 ans ; garçons +++ Etiologies Brûlures thermiques : o Ebouillantage ; projection ; immersion ; flammes, incendies,

Plus en détail

Les brûlures en phase aiguë

Les brûlures en phase aiguë Les brûlures en phase aiguë Dr Captier, Dr Lebreton, Dr Griffe Centre des brûlés, Hôpital Lapeyronie, Montpellier Navigation : Menu Page suivante Page précédente Retour texte Figure/tableau Lien Plan (menu)

Plus en détail

D 0 S_20 Sommaire : Anatomie de la peau II. Epidémiologie des brûlures III. Etiologie des brûlures IV. Estimation de la gravité Complications

D 0 S_20 Sommaire : Anatomie de la peau II. Epidémiologie des brûlures III. Etiologie des brûlures IV. Estimation de la gravité Complications Référence Référence : : Version : Date : Les brûlures DOSSIER Sommaire : I. Anatomie de la peau II. III. IV. Epidémiologie des brûlures Etiologie des brûlures Estimation de la gravité V. Complications

Plus en détail

Brûlures - L union fait la force.

Brûlures - L union fait la force. Bruxelles, 18 octobre 2007. Brûlures - L union fait la force. André MAGNETTE Infirmier chef d unité Centre de Brûlés CHU Sart-Tilman 4000 LIEGE La brûlure étendue est probablement la forme la plus sévère

Plus en détail

LA BRULOLOGIE CTB : QUELQUES CHIFFRES. Epidémiologie. Gravité d une brûlure, Quand hospitaliser un brûlé?

LA BRULOLOGIE CTB : QUELQUES CHIFFRES. Epidémiologie. Gravité d une brûlure, Quand hospitaliser un brûlé? SERVICE DE CHIRURGIE PLASTIQUE H.I.A. PERCY Définition LA BRULOLOGIE Epidémiologie CENTRE DE TRAITEMENT DES BRULES Gravité d une brûlure, Quand hospitaliser un brûlé? Dr. BEY Eric Chirurgien plasticien

Plus en détail

Les catégories T20 à T32 sont attribuées pour toutes les brûlures et corrosions excepté les brûlures dues au soleil ou à des frictions.

Les catégories T20 à T32 sont attribuées pour toutes les brûlures et corrosions excepté les brûlures dues au soleil ou à des frictions. Chapitre 31: Brûlures (Traduction de la p503) Aperçu du chapitre Les catégories T20 à T32 sont attribuées pour toutes les brûlures et corrosions excepté les brûlures dues au soleil ou à des frictions.

Plus en détail

Les thèmes. Les conséquences d un incendie. L hyperthermie et sa prise en charge. Les brûlures et leurs prise en charge

Les thèmes. Les conséquences d un incendie. L hyperthermie et sa prise en charge. Les brûlures et leurs prise en charge Les thèmes Les conséquences d un incendie L hyperthermie et sa prise en charge Les brûlures et leurs prise en charge Protocole check des P.A.R Explications: Pourquoi leur demander «comment il se sente»,

Plus en détail

Le bilan lésionnel comprend : a. Le calcul de la Surface Corporelle Brûlée (SCB)

Le bilan lésionnel comprend : a. Le calcul de la Surface Corporelle Brûlée (SCB) 1 Brulures ITEM 329 : Prise en charge immédiate pré-hospitalière et à l arrivée à l hôpital, évaluation des complications chez : un brûlé. - Evaluer les signes de gravité d un brûlé - Connaitre les éléments

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré Structure osseuse de l enfant épiphyse métaphyse Diaphyse Traumatismes de l enfant Interrogatoire Age de l enfant Antécédents

Plus en détail

Urgences en traumatologie. Koceila Bouferrache Julien Josserand

Urgences en traumatologie. Koceila Bouferrache Julien Josserand Urgences en traumatologie Koceila Bouferrache Julien Josserand ITEM 329(A) (ITEM 201) Prise en charge immédiate pré-hospitalière et à l'arrivée à l'hôpital, évaluation des complications chez un brûlé OBJECTIF

Plus en détail

La prise en charge des brûlures de l enfant dans les 48 premières heures

La prise en charge des brûlures de l enfant dans les 48 premières heures La prise en charge des brûlures de l enfant dans les 48 premières heures Dr Erpicum Céline Debouche 4 ème pédiatrie 2005-2006 La prise en charge des brûlures de l enfant dans les 48 premières heures. 1.

Plus en détail

Prise en charge des brûlures aux urgences. Anne - Carole GRUNY Novembre 2007 Avril 2008

Prise en charge des brûlures aux urgences. Anne - Carole GRUNY Novembre 2007 Avril 2008 Prise en charge des brûlures aux urgences Anne - Carole GRUNY Novembre 2007 Avril 2008 Plan Épidémiologie Physiopathologie Classification des brûlures Brûlures mineures : soins locaux Critères de transfert

Plus en détail

MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU *************

MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU ************* REPUBLIQUE DU BENIN ********* MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU ************* COMMUNE DE SEME PODJI ***********

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PLAIES AUX URGENCES

PRISE EN CHARGE DES PLAIES AUX URGENCES PRISE EN CHARGE DES PLAIES AUX URGENCES Dr A. FREY Conférence de consensus SFMU Clermont-Ferrand décembre 2005 Introduction Plaie = effraction de la barrière cutanée : Les coupures : par agent tranchant

Plus en détail

BRULURES GRAVES A LA PHASE INITIALE

BRULURES GRAVES A LA PHASE INITIALE BRULURES GRAVES A LA PHASE INITIALE Ayant à plusieurs reprises été confrontée à des victimes de brûlures diverses (thermique, électrique et chimique), j ai assisté à cette conférence qui s est déroulée

Plus en détail

Traumatologie. Les brûlures. Dr LABLANCHE Service Accueil Urgences. H.I.A.Desgenettes

Traumatologie. Les brûlures. Dr LABLANCHE Service Accueil Urgences. H.I.A.Desgenettes Traumatologie Les brûlures Dr LABLANCHE Service Accueil Urgences H.I.A.Desgenettes Définition : La destruction tissulaire dépend de 2 facteurs : 1) Température 2) Durée d exposition La chaleur agit soit

Plus en détail

BRÛLURES & SANTE EN SERVICE: QUEL AVENIR POUR UN SAPEUR-POMPIER BRÛLE?

BRÛLURES & SANTE EN SERVICE: QUEL AVENIR POUR UN SAPEUR-POMPIER BRÛLE? BRÛLURES & SANTE EN SERVICE: QUEL AVENIR POUR UN SAPEUR-POMPIER BRÛLE? Dr Laure DROIN Dr Céline ROBERJOT SDIS 69 Service de Santé et de Secours Médical UN BREF RAPPEL Structure anatomique de la peau Types

Plus en détail

QCM / Q. OUVERTES PREMIERS SECOURS NIVEAU 1 ET 2

QCM / Q. OUVERTES PREMIERS SECOURS NIVEAU 1 ET 2 QCM / Q. OUVERTES PREMIERS SECOURS NIVEAU 1 ET 2 Les atteintes liées aux circonstances 1. En cas de morsure de serpent, quelle est la conduite à tenir avant de demander un avis médical? a) Aspirer le venin

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

Vous accueille et vous informe. Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés

Vous accueille et vous informe. Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés L équipe de soins Vous accueille et vous informe Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés Professeur Jean-Pierre Chavoin, Chef de Service Hôpital Rangueil -

Plus en détail

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire.

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire. L'atteinte des gencives et de l'os et est une affection qui évolue à bas bruits et ne se manifeste pour le patient que lorsque le mal est déjà fait. Ces pathologies proviennent de la prolifération bactérienne.

Plus en détail

Pharmacie et protocoles d urgence

Pharmacie et protocoles d urgence Pharmacie et protocoles d urgence SOMMAIRE Fiche.0 : Composition de la trousse de secours Fiche. : Soin d une petite plaie Fiche. : Soin d une petite brûlure thermique ou chimique Fiche. : Conduite à tenir

Plus en détail

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS Dérèglement thermique Hypothermie Hyperthermie Hyperthermie Hyperthermie Production de chaleur corporelle Exercice intense Elimination de chaleur corporelle Vague de chaleur Cadre iatrogène (syndr malin

Plus en détail

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS =

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = Effets biologiques des rayonnements et voies d atteinte. Irradiation localisée : Radiodermites. Service de chirurgie plastique-h.i.a. PERCY RAYONNEMEMTS IONISANTS

Plus en détail

Sommaire. 1. Pré-requis. 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications

Sommaire. 1. Pré-requis. 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications Sommaire 1. Pré-requis 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications 3. Le plâtre 3.1. Buts: 3.2. Types de plâtres 3.3. Matériel 3.4. Confection / enlèvement d un plâtre

Plus en détail

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES Soins infirmiers COMPETENCE 4 Mettre en œuvre des actions à visée diagnostics et thérapeutiques Introduction Traitement en traumatologie majoritairement Quelques

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES

PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES 1 C. LAZERGES, B. COULET, M. CHAMMAS Service de chirurgie Orthopédique 2 et Chirurgie de la Main CHU Montpellier Les infections de la main se présentent soit sous

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

MEMENTO DU SAUVETEUR SOMMAIRE

MEMENTO DU SAUVETEUR SOMMAIRE MEMENTO DU SAUVETEUR Prévention et Secours Civiques niveau 1 MEMENTO DU SAUVETEUR SOMMAIRE 1-Alerte des populations. 3 2-Protection.... 4 3-Alerter les secours.... 5 4-Obstruction des voies aériennes..

Plus en détail

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90.

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90. Lésions des parties nobles de la moelle épinière Eléments osseux : corps vertébral articulaires lames épineuses transverses pédicules vertébraux Eléments non osseux (sagittal) : disques ligaments capsules

Plus en détail

PSE1 Premiers Secours en Equipe Niveau 1

PSE1 Premiers Secours en Equipe Niveau 1 PSE1 Premiers Secours en Equipe Niveau 1 Objectif : La formation a pour objet l'acquisition des connaissances nécessaires à la bonne exécution des gestes de secours seul ou au côté d'un équipier secouriste,

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

Lésion traumatique des nerfs périphériques

Lésion traumatique des nerfs périphériques Lésion traumatique des nerfs périphériques Classification, Principes et indications des techniques réparation nerveuse Emmanuel MASMEJEAN Unité de Chirurgie de la Main & des nerfs périphériques Hôpital

Plus en détail

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire.

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire. LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE MICHEL EID, MASSOTHÉRAPEUTE CLINIQUE DU LYMPHOEDÈME DU QUÉBEC ET PHYSIO EXTRA Plan de la présentation Définition de différents types de lymphoedème.

Plus en détail

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Qu est que c est? pourquoi? Évolution possible et risque? Ulcération chronique de la face plantaire des pieds - Apparait aux points d appuis

Plus en détail

Objectifs. Atelier réparation de plaies. À l urgence. Biopsie punch. Ellipse 2014-03-26

Objectifs. Atelier réparation de plaies. À l urgence. Biopsie punch. Ellipse 2014-03-26 Atelier réparation de plaies Guylaine Proulx, UMF de Gatineau Mars 2014 Objectifs Connaître les différentes techniques utilisées en petites procédures Savoir choisir son fil Pratiquer les fermetures de

Plus en détail

LIVRET RAPPEL PSC1. Validé par l équipe académique de Formateur de formateur à partir du document de MR BEAUGRAND Christophe.

LIVRET RAPPEL PSC1. Validé par l équipe académique de Formateur de formateur à partir du document de MR BEAUGRAND Christophe. LIVRET RAPPEL PSC1 Validé par l équipe académique de Formateur de formateur à partir du document de MR BEAUGRAND Christophe. L ALERTE ET PROTECTION DES POPULATIONS Signal National d'alerte Réaction Immédiate

Plus en détail

SOMMAIRE. 1/ Définition. Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations

SOMMAIRE. 1/ Définition. Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOMMAIRE Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations MAI 2013 2 1/ Définition o o Zone

Plus en détail

ADIPOCYTE ET LASER. Dominique Boineau Bordeaux

ADIPOCYTE ET LASER. Dominique Boineau Bordeaux ADIPOCYTE ET LASER Dominique Boineau Bordeaux L adipocyte Cellule vivante Contient plus de 80% d eau Lieu de stockage des triglycérides Principale réserve d énergie Véritable glande endocrine capable de

Plus en détail

BRÛLURES. Circonstances. Risques

BRÛLURES. Circonstances. Risques Les patients ne viennent consulter le généraliste que pour des brûlures limitées en étendue et douloureuses. Dans la majorité des cas, des conseils simples donnés par le généraliste sont utiles et efficaces.

Plus en détail

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes LES INJECTIONS DEFNINTION Une injection parentérale est l introduction dans l organisme de substances médicamenteuses par une autre voie que le tube digestif au moyen d une seringue et d une aiguille.

Plus en détail

Formation des sauveteurs secouristes du travail. Aide-mémoire. Sauvetage secourisme du travail

Formation des sauveteurs secouristes du travail. Aide-mémoire. Sauvetage secourisme du travail Formation des sauveteurs secouristes du travail Aide-mémoire Sauvetage secourisme du travail Plan d intervention SST Protéger > Examiner > Moins de trois minutes 2 Faire alerter > Secourir pour agir Dans

Plus en détail

FRACTURE DE POUTEAU COLLE

FRACTURE DE POUTEAU COLLE FRACTURE DE POUTEAU COLLE 1/ Définition C est la fracture de l extrémité inférieure du radius, sus articulaire. (généralement suite à un traumatisme direct) C est la fracture la plus fréquente chez l adulte

Plus en détail

Formation SST (Initiale):

Formation SST (Initiale): Formation SST (Initiale): Sauveteurs Secouristes du Travail Selon la Circulaire CNAMTS/DRP n -Cir-32/2010 du 3 décembre 2010 abrogeant la circulaire n -Cir. 53/2007. Public Concerné Toute personne motivée

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Ne jamais prendre de bain de pied chaud et ne jamais appliquer de pommade chauffante!

Ne jamais prendre de bain de pied chaud et ne jamais appliquer de pommade chauffante! CONDUITE A TENIR SUR LE TERRAIN DANS LES SITUATIONS LES PLUS URGENTES. Toutes les équipes n'ont pas un kinésithérapeute ou un médecin dans leur staff. Les dirigeants d'équipe amateur, mais surtout les

Plus en détail

Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous

Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Classification selon le type de l atteinte

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

Mme CLEMENT Virginie : IDE pôle cardio-vasculaire DU «Prévention et traitement de l escarre» DU «Plaies et cicatrisation»

Mme CLEMENT Virginie : IDE pôle cardio-vasculaire DU «Prévention et traitement de l escarre» DU «Plaies et cicatrisation» MB3 MB4 Mme CLEMENT Virginie : IDE pôle cardio-vasculaire DU «Prévention et traitement de l escarre» DU «Plaies et cicatrisation» Diapositive 1 MB3 Mme Berthelot; 19/05/2009 MB4 Mme Berthelot; 19/05/2009

Plus en détail

Tableau récapitulatif

Tableau récapitulatif Tableau récapitulatif Définition spécifique Injection intra dermique Injection sous cutanée Injection intra musculaire Injection intra veineuse Introduction d une solution concentrée Introduction d une

Plus en détail

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite...

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une grosse jambe rouge

Plus en détail

LA CICATRISATION. I - Reconstitution tissulaire. Cicatrisation primaire - Cicatrisation secondaire

LA CICATRISATION. I - Reconstitution tissulaire. Cicatrisation primaire - Cicatrisation secondaire LA CICATRISATION I - Reconstitution tissulaire La cicatrisation d'une plaie est un phénomène biologique naturel. Les tissus humains et animaux sont capables de réparer des lésions localisées par des processus

Plus en détail

TOXICITE DES FUMEES D INCENDIE. Pr Frédérique GRIMALDI Laboratoire de Toxicologie Aix-Marseille Université

TOXICITE DES FUMEES D INCENDIE. Pr Frédérique GRIMALDI Laboratoire de Toxicologie Aix-Marseille Université TOXICITE DES FUMEES D INCENDIE Pr Frédérique GRIMALDI Laboratoire de Toxicologie Aix-Marseille Université Ecole thématique du CNRS sur la Science des Incendies et ses Applications Porticcio, 30/05 04/06

Plus en détail

CHAPITRE 8 LES IMMOBILISATIONS

CHAPITRE 8 LES IMMOBILISATIONS CHAPITRE 8 LES IMMOBILISATIONS Objectifs Indiquer les principes généraux d une immobilisation Equipement nécessaire à une immobilisation Réaliser les techniques suivantes : - Réaliser une immobilisation

Plus en détail

Les fistules artério-veineuse pour dialyse

Les fistules artério-veineuse pour dialyse Tél : 021 314.53.56 Document d information patient Les fistules artério-veineuse pour dialyse Madame, Monsieur Vous allez bénéficier prochainement d une intervention dans le domaine de la chirurgie vasculaire.

Plus en détail

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 L ARRET CARDIAQUE Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 INTRODUCTION On ne peut pas faire face à une situation que l on n a pas correctement évaluée L approche du malade en situation d urgence

Plus en détail

ESCARRES. Dr A KHELIFA

ESCARRES. Dr A KHELIFA ESCARRES Dr A KHELIFA L escarre est un ulcère de pression résultant d une nécrose ischémique d un territoire cutané trop longtemps soumis à une pression entre le support sur lequel repose le patient et

Plus en détail

MASSAGE ET CYCLISME. De la théorie... à la pratique

MASSAGE ET CYCLISME. De la théorie... à la pratique MASSAGE ET CYCLISME De la théorie...... à la pratique PLAN I.Préambule sur le massage sportif II.Théorie du massage - Anatomie - Physiologie - Installation et précautions III.Techniques de base du massage

Plus en détail

Le processus traumatique. 2012/2015 Sg

Le processus traumatique. 2012/2015 Sg Le processus traumatique 2012/2015 Sg 1 définitions Définitions processus Processus enchainement d étapes en lien les une avec les autres Peut être déclenché par des facteurs favorisants et / ou un contexte

Plus en détail

Entorses et luxations digitales Pr. Philippe PELISSIER

Entorses et luxations digitales Pr. Philippe PELISSIER digitales Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Anatomie Conduite à tenir Pouce - Luxation du pouce - Entorse du pouce / testing -

Plus en détail

Compresses / Assortiment CHUV 2016 Composition, propriétés, indications et contre-indications des différents types de pansements

Compresses / Assortiment CHUV 2016 Composition, propriétés, indications et contre-indications des différents types de pansements Centre Hospitalier Universitaire Vaudois Service de pharmacie / Groupe de prévention et traitement des plaies Rue du Bugnon 46 CH-1011 LAUSANNE Tél dir. 079.556.73.60 Fax (021) 314 42 99 E-mail Assistance.Pha@chuv.ch

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

3. Analyse exploratoire

3. Analyse exploratoire Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de

Plus en détail

B05 - CAT devant une artériopathie des membres in férieurs chez le diabétique

B05 - CAT devant une artériopathie des membres in férieurs chez le diabétique B05-1 B05 - CAT devant une artériopathie des membres in férieurs chez le diabétique 1. Données d u problème Le diabète est la première cause d amputation non accidentelle dont il multiplie le risque par

Plus en détail

Dermatologie Délai d'apparition des différentes toxidermies

Dermatologie Délai d'apparition des différentes toxidermies ü Délai d'apparition des différentes toxidermies Quelques minutes à quelques heures : urticaire De 24 à 48h : - Pustulose éxanthémateuse aiguë généralisée - Erythème pigmenté fixe J7-J21 : - Exanthème

Plus en détail

Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE. Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion

Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE. Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion Source : www.ansm.sante.fr V1 10/2013 1/6 Sommaire - Qu est-ce

Plus en détail

Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel

Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel Auteur: Dr Thomas Castner AGAN, Institute de médecine d urgenc Hochwaldstraße 6 88677 Markdorf, Allemagne E-mail: info@agan.de

Plus en détail

Solutés de perfusion. IFSI Saint-Antoine. Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt

Solutés de perfusion. IFSI Saint-Antoine. Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt Solutés de perfusion IFSI Saint-Antoine Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt Troubles hydro-électrolytiques Déséquilibres acido-basiques États de choc Véhicules pour apports de médicaments Nutrition

Plus en détail

CPR Réanimation cardio-pulmonaire

CPR Réanimation cardio-pulmonaire Thème 04 CPR Réanimation cardio-pulmonaire N d article 1401 CSauv Thème 04 Séquence 01 Page 01 Version 200610f Schéma ABCD Respiration artificielle Contexte initial / Position du patient Si au point A

Plus en détail

10 Novembre 2010. Nathalie PERON pn.peron@laposte.net

10 Novembre 2010. Nathalie PERON pn.peron@laposte.net Froid, noyade 10 Novembre 2010 Nathalie PERON pn.peron@laposte.net Le froid Le froid L homme = homéotherme : Thermostat pour le maintien de la température centrale T centrale 37 C normalement T cutanée

Plus en détail

2ème Journée Européenne des Infirmiers exerçant en Anesthésie, Réanimation et Urgences Le concept du Pre Hospital Trauma Life Support

2ème Journée Européenne des Infirmiers exerçant en Anesthésie, Réanimation et Urgences Le concept du Pre Hospital Trauma Life Support 2ème Journée Européenne des Infirmiers exerçant en Anesthésie, Réanimation et Urgences Le concept du Pre Hospital Trauma Life Support Steve Greisch coordinateur national PHTLS Luxembourg Définition Concept

Plus en détail

Health & beauty Network ltd Cellu Smooth. Notice d utilisation

Health & beauty Network ltd Cellu Smooth. Notice d utilisation Health & beauty Network ltd Cellu Smooth Notice d utilisation 1 Le Cellu Smooth est un appareil thérapeutique qui utilise des ultrasons. Il aide à traiter les migraines, l arthrite, les rhumatismes, les

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

Hémorragie, choc et blessures aux tissus mous en milieu de travail

Hémorragie, choc et blessures aux tissus mous en milieu de travail Hémorragie, choc et blessures aux tissus mous en milieu de travail À réviser Lisez le chapitres 9, 10 et 12 de Soins d urgence et faites les exercices suivants. Termes clés En vous référant à Soins d urgence,

Plus en détail

Traumatologie: Brûlures

Traumatologie: Brûlures Traumatologie: Brûlures Module 1 Notion de base Premier secours Bilan Gestes Transport Cas particuliers Notions de base Définition C'est la destruction d'une partie ou de la totalité de la peau ou des

Plus en détail

Registre d accidents, d incidents et de premiers secours

Registre d accidents, d incidents et de premiers secours Registre d accidents, d incidents et de premiers secours Premiers secours Nom de l entreprise Service ou unité Adresse N o de téléphone Ambulance Police Service d incendie Appels d urgence 911 (Si le service

Plus en détail

Mémento Formation PSC 1

Mémento Formation PSC 1 Mémento Formation PSC 1 (Formation Prévention et Secours Civiques de niveau 1) Document réalisé à partir du Référentiel National de compétences de Sécurité Civile défini par l arrêté du Ministère de l

Plus en détail

Procédure: L acces aux espaces confines

Procédure: L acces aux espaces confines Table des matières 1 Objectif...1 2 Champ d application...1 3 Définitions...1 4 Flowchart...1 5 Procére...1 5.1 Méthode...1 5.2 Mesures de gaz...2 5.3 Surveillance au trou d homme...3 5.4 Le soudage, le

Plus en détail

Plaies, pansements et douleurs des soins Plaies sans douleurs: un challenge multidisciplinaire

Plaies, pansements et douleurs des soins Plaies sans douleurs: un challenge multidisciplinaire Plaies, pansements et douleurs des soins Plaies sans douleurs: un challenge multidisciplinaire Luc Téot Service Brûlés-Chirurgie Plastique Hôpital Lapeyronie - CHU Montpellier 1. Les grands types de plaies

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Dr Xavier Martinache Qu est ce que le syndrome du canal carpien? Le syndrome du canal carpien correspond à une compression d un gros nerf situé dans la paume de votre main :le

Plus en détail

Veuillez faire parvenir vos commentaires ou suggestions à Dr Sasha Dubrovsky à sasha.dubrovsky@mcgill.ca.

Veuillez faire parvenir vos commentaires ou suggestions à Dr Sasha Dubrovsky à sasha.dubrovsky@mcgill.ca. Lignes directrices pour la prise en charge des fractures à l urgence de L Hôpital de Montréal pour enfants Le présent document a été conçu pour aider les médecins de notre département d urgence de soins

Plus en détail

Chirurgie du rachis. Rééducation post-opératoire immédiate. Centre des Massues

Chirurgie du rachis. Rééducation post-opératoire immédiate. Centre des Massues Chirurgie du rachis Rééducation post-opératoire immédiate Centre des Massues Service chirurgie : Dr Roussouly Dr Nouvel Kinésithérapie : N.Zeizig, M.Pagés, P.Pommerol Lyon Octobre 2003 Différents types

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail

Conseils généraux avant de réaliser une infiltration

Conseils généraux avant de réaliser une infiltration Conseils généraux avant de réaliser une infiltration Références Ayral X. Les infiltrations. Les techniques. Ed JBH santé, 001. Baron D. Les gestes en rhumatologie. Montpellier, Sauramps Médical, 00. Bardin

Plus en détail

Programme et Méthodes Formation des S.S.T

Programme et Méthodes Formation des S.S.T OBJECTIF PEDAGOGIQUE Sécurité - Environnem ent - Form ation Programme et Méthodes Formation des S.S.T Face à une situation d accident, le Sauveteur Secouriste du Travail doit être capable de : - Rechercher

Plus en détail

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant Dossier 1 N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte Complications : Diagnostiquer un diabète chez l enfant et l adulte. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise

Plus en détail

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel).

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). LES OEDEMES I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). = infiltration séreuse d'eau et de sodium, dans

Plus en détail

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008 Caroline GILBERT Infirmière Le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 DEFINITION C Gilbert - le 19 Novembre 2008 Un malade grabataire est incapable de façon temporaire

Plus en détail

Dr.Bernhard STEIN Anesthésie-Réanimation-SAMU HVEA. 02/05/2003 Grand Brûlé 04/03 STB 1

Dr.Bernhard STEIN Anesthésie-Réanimation-SAMU HVEA. 02/05/2003 Grand Brûlé 04/03 STB 1 Le Grand Brûlé La prise en charge et le traitement initial Dr.Bernhard STEIN Anesthésie-Réanimation-SAMU HVEA 02/05/2003 Grand Brûlé 04/03 STB 1 Epidémiologie Brûlures légères: 600 / 100.000 Brûlures graves

Plus en détail

Le paracétamol. Antalgique

Le paracétamol. Antalgique Le paracétamol Antalgique La douleur Présentation La douleur est un mécanisme physiologique ayant pour fonction principale l alerte. Elle informe le cerveau de l existence d une menace. La peau, les muscles

Plus en détail

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations)

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Monsieur Julien C. 74 ans est admis pour «difficultés respiratoires». Les

Plus en détail

SURVEILLANCE D UN MALADE SOUS PLATRE

SURVEILLANCE D UN MALADE SOUS PLATRE SURVEILLANCE D UN MALADE SOUS PLATRE POINTS IMPORTANTS Le respect des règles de confection des appareils plâtrés assure la prévention d un grand nombre de complications. La surveillance d un patient plâtré

Plus en détail

Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou

Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou Pascal Bizot Département de chirurgie osseuse Université d Angers CRIOGO CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D'ANGERS Infection des PTH et PTG Tableaux

Plus en détail

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes 1) Techniques endoscopiques 1.1) Bronchoscopie rigide 1.2) Thermocoagulation de haute fréquence 1.3) Cryothérapie

Plus en détail

20 e Journées Europharmat. Atelier Fermeture Dermique Bandelettes adhésives

20 e Journées Europharmat. Atelier Fermeture Dermique Bandelettes adhésives 20 e Journées Europharmat Atelier Fermeture Dermique Bandelettes adhésives Définition Dispositif médical Classe I (stérile) selon directive 9342EEC Description : bandelette adhésive stérile Caractéristiques

Plus en détail

Dr: Hamdi BOUBAKER Urgences Monastir

Dr: Hamdi BOUBAKER Urgences Monastir Dr: Hamdi BOUBAKER Urgences Monastir L'application externe d'un tissu de forme et de dimension Variables, disposé en fonction de la région et des buts de son application. Les bandages sont une technique

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail