Diagnostics territoriaux et perspectives de développement. Sport Santé Bien être : La ville de Limoges

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diagnostics territoriaux et perspectives de développement. Sport Santé Bien être : La ville de Limoges"

Transcription

1 Le sport et les seniors Diagnostics territoriaux et perspectives de développement Sport Santé Bien être : La ville de Limoges Sport-Loisir : L'agglomération de Brive-La-Gaillarde Sport et Sociabilité : Le Pays de Guéret Janvier 2010

2 Edito Dans le cadre de l «Observatoire du Sport en Territoires Limousins», l Etat et la Région s attachent à étudier des thématiques sportives à fort potentiel de développement pour les territoires limousins. Le contexte démographique, le cadre de vie, l image dynamique et conviviale de la région limousin nous ont conduits après l étude sur les sports de nature, à mener une étude approfondie sur la pratique sportive des seniors. Dans ce cadre, une première publication «Point sur le sport et les seniors» mettait en exergue deux tendances lourdes : le vieillissement de la population française et la motivation des seniors à pratiquer une activité physique pour «bien vieillir». Trois problématiques se dégageaient alors de cet état des lieux : - Comment la pratique sportive peut-elle contribuer au bien être des seniors (santé physique, morale, psychique...)? - Comment le mouvement sportif fédéral peut-il s ouvrir vers une pratique loisirs adaptée aux seniors? - Comment la pratique sportive peut-elle participer à rompre l isolement des seniors? Un diagnostic territorial relatif à ces problématiques a donc été réalisé sur les territoires respectifs de la Ville de Limoges, de l agglomération de Brive-la-Gaillarde et du Pays de Guéret. Ce document «Le sport et les seniors - Diagnostics territoriaux et perspectives de développement» se veut un outil d aide à la décision pour anticiper les besoins en activités physiques des seniors et faire en sorte que ceux-ci induisent des retombées en termes de développement économique et d emploi en Limousin. Les perspectives de développement présentées dans ce document, orientées autour de l adaptation, de l accessibilité et de la convivialité des pratiques sportives, intègrent nécessairement des enjeux de formation, d aménagement territorial, de santé et d action sociale. C est pourquoi, nous souhaitons que ce document favorise le rapprochement des multiples acteurs en Limousin concernés par cette large thématique du sport et des seniors afin d en développer la pratique, non seulement nécessité de santé publique mais également opportunité de développement territorial. Jean-Paul DENANOT Président du Conseil Régional du Limousin Evelyne RATTE Préfet de la région Limousin Préfet de la Haute-Vienne

3 Observatoire du sport en territoires limousins Comité de pilotage La Direction régionale jeunesse et sports de Limoges représentée par Daniel ARRANZ, Jean-Michel MARTINET et Eric MOREAU La Région Limousin représentée par Régis FOSSATI et Vincent JANVIER L'INSEE du Limousin représenté par Fabienne LE HELLAYE et Marie-Laure MONTEIL Le CROS du Limousin représenté par Jacques MAUGEIN et Antoine MELLIER Prisme Limousin représenté par Danielle JULLIEN Le Centre de droit et d'économie du sport représenté par Sabine CHAVINIER, Jean-Jacques GOUGUET et Nathalie HENAFF Contacts Direction Régionale Jeunesse et Sports de Limoges Mr Eric Moreau Région Limousin Mr Vincent JANVIER

4 Sommaire Partie 1 : Diagnostics territoriaux A. Etat des lieux de l'offre Sport Santé Bien être 1. Au sein du réseau sanitaire et social 7 2. Au sein du mouvement sportif Au sein des collectivités territoriales Au sein d'organisations privées 38 B. Etat des lieux de l'offre Sport Loisir 1. Au sein du mouvement sportif Les autres offres de loisirs sportifs 83 C. Etat des lieux de l'offre Sport et Sociabilité 1. L'unité urbaine de Guéret : une offre plus diversifiée que la demande L'espace rural du Pays de Guéret Analyse territoriale spécifique : la ZUS de l'aurence 123 Partie 2 : Perspectives de développement A. Principales tendances lourdes 1. Données sociodémographiques Pratiques sportives Décalage entre l'offre et la demande Hétérogénéité des situations d'emploi et de formation 158 B. Préconisations 1. Adaptation Accessibilité Convivialité 183

5 Observatoire du sport en territoires limousins ETUDE DE TERRITOIRES SUR LE SPORT ET LES SENIORS Le vieillissement de la population est en train de devenir un enjeu de société du fait de son ampleur croissante : 21,3 % de la population française a plus de 60 ans (2007) et en 2030 ils représenteront près de 34 % de la population totale. Un tel phénomène se retrouve au niveau planétaire avec des variations considérables selon les pays (20 % de plus de 65 ans au Japon mais 5,5 % en Indonésie en 2005). A l échelle régionale, le Limousin fait partie des territoires qui accueillent une part importante de personnes de plus de 60 ans : 28 % (2005) et ce pourcentage devrait s approcher de 36 % en 2030, avec des variations entre espace rural et espace urbain, ainsi qu entre les départements (voir notre Point sur ). C est la Haute- Vienne qui connaîtra le plus gros afflux de seniors et principalement l aire urbaine de Limoges. A l inverse, les seniors corréziens résideront majoritairement en milieu rural (61 %). On voit ainsi apparaître une différenciation territoriale importante dans la localisation des personnes âgées ce qui devrait conditionner les politiques publiques à mettre en œuvre. Le vieillissement de la population constitue donc une tendance lourde qui va affecter le fonctionnement des territoires de demain et il ne faudra pas limiter le débat au seul problème des retraites et de leur financement : - d un point de vue économique, c est tout l enjeu du développement d une véritable économie résidentielle impliquant certainement de profondes transformations dans la structure des activités économiques des territoires d accueil des seniors du fait des spécificités des besoins de cette clientèle (commerces, services ). Il y a ici une véritable opportunité à saisir pour un certain nombre de territoires. Les retraites représentent plus de 13 % du PIB et 24 % du revenu des ménages au niveau national mais avec des différenciations territoriales importantes : 17 % en Seine et Marne mais 35 % dans les Pyrénées Orientales. Comme le rappelle le rapport Saint- Etienne (juin 2009), l économie des territoires repose à court terme sur quatre bases : les activités locales de production ; les salaires versés par le secteur public ; les prestations sociales hors retraite et l économie résidentielle (retraites, résidences secondaires, actifs travaillant à l extérieur du territoire et tourisme). - d un point de vue social, c est tout l enjeu de l avenir de l Etat Providence par rapport aux nouveaux défis posés par l afflux de seniors : prise en charge de la dépendance, financement des dépenses croissantes de santé, image de marque du territoire, solidarité entre les âges et les générations, isolement et solitude Tout cela pose fondamentalement la question de la place de la personne âgée dans les territoires et plus généralement le problème de la restauration du lien social pour toute une partie de cette population. C est cette globalité territoriale mais également cette hétérogénéité des publics qu il va falloir prendre en compte dans notre étude. Il faut tout d abord rompre avec l idée selon laquelle la vieillesse relèverait essentiellement d une prise en charge médicale. C est au contraire une approche globale qui est nécessaire pour répondre aux multiples besoins des 1 / 188

6 Observatoire du sport en territoires limousins ETUDE DE TERRITOIRES SUR LE SPORT ET LES SENIORS personnes âgées. Quand on analyse la littérature sur les seniors, les principales composantes du mode de vie de cette population concernent l habitat, la mobilité, les services à domicile, la santé, le lien social, la culture. C est une globalité qu il convient d aborder en étudiant ce que peut apporter la pratique sportive à chacune de ces composantes. Par ailleurs, loin de constituer un groupe homogène, les personnes âgées sont confrontées à des difficultés plus ou moins prononcées qui vont les handicaper dans leur vie quotidienne : dégradation de l état de santé, motricité altérée, isolement, Ainsi, suivant le capital socioculturel dont dispose la personne âgée, ces difficultés seront plus ou moins bien supportées. Dans cette double perspective de globalité territoriale et d hétérogénéité des publics, nous avons croisé une triple entrée territoriale (Limoges, Brive, Guéret) et une triple entrée thématique (santé, loisirs, lien social). Les thèmes choisis reflètent les objectifs qu assignent les seniors à une pratique sportive et qui rentrent dans un véritable cycle de vie. En premier lieu, il semblerait que le principal motif soit la recherche d un bon état de santé, qu on le considère d un point de vue préventif ou d un point de vue curatif. Dans un second temps, l activité sportive est là pour procurer de la détente, du plaisir et rentre dans la recherche d une bonne qualité de vie. Dans un troisième temps le sport permet de rompre l isolement et crée du lien social. Pour satisfaire les besoins ressentis par les seniors dans ces trois champs, les territoires concernés devront penser une approche globale incluant de multiples champs. Il s agit d une approche transversale dont les principaux besoins révélés sont les suivants : - l adaptation du logement dans une perspective de maintien à domicile ; - la proposition de formules d hébergement innovantes évitant à la fois l entrée en structure collective et le maintien à domicile inadapté ; - l approfondissement du dispositif de maintien à domicile : Quelle stratégie de service d aide? Quelle transversalité? Quelles nouvelles structures du type plateformes multiservices de dimension intercommunale? Quels nouveaux métiers? Quelles formations? - la garantie d un système de transport à la demande avec un certain nombre d obstacles à dépasser : accessibilité aux équipements pour personnes à mobilité réduite, coût du déplacement, insuffisance des services à la personne pour sécuriser le déplacement. En cas de déficience, la conséquence peut être le repliement des personnes âgées qui ont peur de se déplacer. 2 / 188

7 Observatoire du sport en territoires limousins ETUDE DE TERRITOIRES SUR LE SPORT ET LES SENIORS On constate ainsi la très grande complexité qui caractérise la relation entre besoins des personnes âgées et territoires. Afin de gagner en efficacité pour mener les enquêtes de terrain, on a affecté une fonction principale à chaque territoire : - à Limoges, la problématique santé - à Brive, la problématique loisirs - à Guéret, la problématique lien social. Néanmoins, la réalité n étant pas aussi simple, nous avons resynthétisé les résultats des enquêtes autour des trois thématiques. L essentiel de l information relative à chacune d entre elles provient du territoire de référence mais nous avons également rapporté des bonnes pratiques en provenance de territoires autres que le référent (par exemple la santé à Brive). Au final, nous structurons notre étude en deux parties : - dans une première partie, nous établissons trois diagnostics territoriaux de la relation activité physique et/ou sportive et senior. Ces diagnostics se structurent autour des trois thématiques santé, loisir, et lien social centrées sur leur territoire de référence (Limoges, Brive et Guéret). Nous présentons également des bonnes pratiques qui n appartiennent pas nécessairement au territoire de référence. C est le cas en particulier pour l analyse du lien social qui traitera de la problématique de la lutte contre l isolement des personnes âgées en Creuse mais également dans un quartier défavorisé de l aire urbaine de Limoges. Ces diagnostics issus de nos enquêtes de terrain permettront de faire un état des lieux exhaustif des structures d offre de services aux seniors et permettront également de dresser des profils types de pratiquants. - dans une deuxième partie, nous présentons des éléments de prospective tant démographique que territoriale pour essayer d anticiper ce que seront les enjeux à venir autour des pratiques sportives des seniors. En particulier, il s agit de savoir s il y a des risques de décalage entre l offre et la demande de services sportifs aux seniors. Sur ces bases, nous faisons au final un certain nombre de préconisations politiques autour de trois axes principaux : adaptation, accessibilité et convivialité. 3 / 188

8 Observatoire du sport en territoires limousins ETUDE DE TERRITOIRES SUR LE SPORT ET LES SENIORS Précisions méthodologiques Pour réaliser ces diagnostics sur l offre de services «d activités physiques ou sportives» aux seniors, nous avons mené plus de cinq cents entretiens (téléphonique ou en face à face) à partir de guides d entretien. Dans un premier temps, nous avons sollicité des interlocuteurs engagés dans des structures de coordination et/ou de centralisation de l information (voir liste en annexe 1). L échelon privilégié a été le niveau régional. En fonction de nos interlocuteurs, nous nous sommes ensuite orientés vers le niveau national, départemental et/ou local. Il s agissait ici de repérer les structures proposant des activités physiques ou sportives aux seniors. Lors de la phase d enquête auprès de ces structures, l objectif du recensement était triple : - répertorier les dispositifs et programmes existants (buts, moyens, commanditaires, partenariats, acteurs) en termes d offre d activités aux seniors mais également de formation au personnel encadrant ; - identifier et quantifier le public concerné qui pratique au sein de ces structures ; - recenser les bonnes pratiques dans les structures d offre. Compte tenu de la nature très diverse des structures d offre de services pour seniors que nous avons identifiées, nous avons choisi de les regrouper, quand cela amenait à une meilleure lisibilité de l information, à travers des catégories telles que le réseau sanitaire et social, le mouvement sportif, les organisations privées, les collectivités Nous rappelons qu étant donné l étendue du champ de la thématique «sport et senior», le comité de pilotage de l Observatoire du sport en territoires limousins a choisi d étudier trois sous-thèmes (sport-santé ; sport-loisir ; sport et insertion sociale) sur trois territoires (la ville de Limoges ; l agglomération de Brive ; le Pays de Guéret). Ainsi, par exemple, l état des lieux de l offre de services sport santé s est principalement porté sur les structures implantées sur le territoire de la ville de Limoges. Cependant, au regard de la réalité du terrain, nous avons parfois relevé certaines bonnes pratiques mises en œuvre hors du territoire de référence de l étude. Nous tenons à préciser par ailleurs que l analyse des pratiquants seniors au sein de ces diagnostics ne fait référence qu à ceux qui pratiquent une activité physique ou sportive au sein d une structure, et ne tient pas compte de la pratique informelle «non encadrée» des seniors en dehors de toute institution. Nous ferons dans la deuxième partie de cette étude l analyse des tendances lourdes de la 4 / 188

9 Observatoire du sport en territoires limousins ETUDE DE TERRITOIRES SUR LE SPORT ET LES SENIORS pratique sportive (encadrée et non encadrée) des seniors d aujourd hui et de demain de manière générale. Au-delà des différents entretiens réalisés pour les diagnostics, nous avons également réalisé trois tables rondes, une sur chaque territoire. Celles-ci ont réuni à chaque fois une quinzaine de personnes ressources identifiées lors des diagnostics. Ces tables rondes avaient pour but de créer un débat, de confronter les acteurs ainsi que de relever les forces et faiblesses du territoire concernant le développement territorial de la pratique sportive chez les seniors. Enfin, nous avons souhaité expliquer clairement le sens de certains termes utilisés fréquemment tout au long de ce document afin d en améliorer la compréhension et d éviter toute confusion. Seniors : nous avons identifié sous l appellation seniors, les personnes de 60 à 75 ans, autonomes et n ayant pas d activité professionnelle ; cette terminologie ne fait pas référence aux catégories d âge sportives utilisées dans la pratique de certaines disciplines. Sport : il s agit ici davantage d une activité physique et sportive au sens large du terme. Cela s étend de la marche à allure modérée à la pratique de certaines disciplines en compétition. La gymnastique : dans le cadre de notre état des lieux, le terme de gymnastique revient fréquemment. Pour éviter de reprendre certaines appellations labellisées ou déposées par des institutions sportives nous avons employé ce terme de façon générale pour décrire des activités gymniques d entretien qui peuvent avoir des intensités différentes selon les cas. Toutefois, en employant ce terme nous ne faisons pas référence à la gymnastique sportive, qui relève de la Fédération française de gymnastique, et qui à l heure actuelle est extrêmement peu pratiquée par des personnes de plus de 60 ans. 5 / 188

10 Partie 1 Diagnostics territoriaux

11 A. Etat des lieux de l offre Sport Santé Bien être La problématique Sport Santé Bien être chez les seniors est délicate car il est parfois difficile de la définir et la caractériser précisément. Les motivations des seniors dans la pratique d une activité physique et sportive sont multiples et induisent bien souvent une offre qui ne se limite pas à poursuivre un seul objectif: la santé par exemple. Toutefois, nous avons essayé de repérer pour cette thématique, les structures qui s adressaient à un public plus sensible parmi les seniors et dont les capacités à exercer une activité ne sont pas très grandes. En Limousin, les actions en faveur du Sport Santé ont particulièrement été favorisées, depuis 2000, par le recrutement d un médecin-conseiller au sein de la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports. Cet interlocuteur joue un véritable rôle de passeur entre les sphères médicales et sportives. De nombreuses initiatives ont ainsi été impulsées, accompagnées, encore soutenues du fait de l orientation donnée à ce poste-clé. Depuis, le rapprochement ministériel des sports et de la santé facilite encore les passerelles au service du bien être physique du plus grand nombre dont les personnes âgées. 1.Au sein du réseau sanitaire et social Au sein du mouvement sportif Au sein de collectivités territoriales Au sein d organisations privées Synthèse de l offre Sport Santé Bien être Table des matières Sport Santé Bien être...47

12 A - ETAT DES LIEUX DE L OFFRE SPORT SANTE BIEN ETRE 1. Au sein du réseau sanitaire et social Afin de bien comprendre l offre du territoire étudié, il semble important de préciser au préalable que dans le cadre du réseau sanitaire et social de nombreuses actions identifiées au plan local ou départemental relèvent de l application de politiques mises en œuvre au plan national. Trois principaux dispositifs ou actions peuvent expliquer la présence de certaines offres «sport santé» sur le territoire : Le plan national Bien vieillir Dans le cadre du Plan national «Bien Vieillir» , plusieurs axes de travail ont été définis afin de mettre en œuvre des actions et mesures concrètes visant à améliorer les conditions de vie des seniors, à maintenir une autonomie en prévenant l arrivée de certaines pathologies et enfin à favoriser un lien social. L axe 3 du plan national «Bien vieillir» se constitue d un certain nombre de mesures ayant pour objectif la promotion de l activité physique et sportive par notamment une meilleure information et communication de l offre existante, un soutien particulier aux fédérations proposant une offre à destination des seniors ou encore une adaptation de l offre de formation aux spécificités des seniors. Bien que cet axe ne contienne aucune offre de services sportifs pour les seniors, il permet toutefois une politique incitative en faveur de ce public. L axe 7 vise quant à lui à développer le «Bien Vieillir» au niveau local par le financement de projets concrets sur les territoires. Dans ce cadre, l activité physique des seniors apparaît comme un des objectifs visés par cet appel à projet. Dès lors, il est possible de retrouver au niveau régional ou local des actions à destination des seniors qui bénéficient de financements de la CNSA (Caisse nationale à la solidarité et à l autonomie) au titre du Plan Bien Vieillir. Les Ateliers Equilibre Depuis 1995, la Caisse Primaire d Assurance Maladie (CPAM) de Bourgogne a mis en place un programme de prévention des chutes chez les personnes âgées de 55 ans et plus. Ce programme, dénommé Atelier Equilibre, se présente sous forme de 10 séances hebdomadaires et est animé par un professionnel du domaine sportif ou par un soignant formé spécifiquement par la Fédération Française d Education Physique et de Gymnastique Volontaire (FFEPGV). Il s agit d un programme de santé qui «cherche à préserver, améliorer, restaurer la fonction d équilibration et l autonomie de la personne âgée». Depuis, ce programme a été repris par de nombreuses CPAM et mis en œuvre au plan local dans plusieurs départements. Il concerne plus particulièrement les personnes de plus de 60 ans «vulnérables» au plan de la santé, socialement ou financièrement. Ces programmes sont souvent financés par plusieurs dispositifs (Plan national Bien Vieillir, Groupement régional de santé publique (GRSP), ) et les coûts pour les participants sont la plupart du temps symboliques (environ de 20 ). 7 / 188

13 A - ETAT DES LIEUX DE L OFFRE SPORT SANTE BIEN ETRE Partenariat entre la MSA et la FFEPMM La Mutuelle Sociale Agricole (MSA) a développé un partenariat avec la Fédération Française pour l Entraînement Physique dans le Monde Moderne - Sports pour tous (FFEPMM) dans le cadre de la mise en œuvre du programme PIED (Programme intégré d équilibre dynamique). Ce programme vise la prévention des chutes des personnes de plus de 60 ans autonomes ne présentant pas de problèmes de santé ou d équilibre trop précaire. Il est animé sur 12 séances par atelier, soit une séance par semaine pendant 12 semaines. Ce dispositif bénéficie, au plan local dans certains cas, de financements de la CNSA dans le cadre du plan Bien Vieillir et du GRSP. La MSA finance elle-même une partie de l animation des séances et reverse 6 par participant à la fédération EPMM -Sports pour tous. La personne, qui intervient sur l encadrement des séances (diplômé de la formation fédérale EPMM), est également chargé de prospecter pour trouver des participants. Le programme n est pas réservé aux adhérents de la MSA ; il est ouvert à tous les publics pour un coût de participation d une quarantaine d euros. 8 / Les Ateliers Equilibre proposés par les Caisses primaires d assurance maladie Depuis maintenant 10 ans, les CPAM du Limousin organisent des Ateliers Equilibre. Ces ateliers s adressent à des seniors, de plus de 60 ans, «vulnérables» soit du fait de leurs antécédents de santé soit socialement ou économiquement. Ils s inscrivent dans le cadre d une démarche de santé publique complémentaire de l offre de services existante sur les territoires. Ce dispositif est principalement financé par le Groupement Régional de Santé Publique (GRSP). Les «Ateliers Equilibre» se composent de 12 séances (10 séances d exercices physiques plus 2 séances de tests avant et après) étalées sur 3 mois en général. Les séances sont assurées par des intervenants issus du mouvement sportif. Ce sont la plupart du temps des diplômés fédéraux (EPGV, EPMM ), ce qui n est pas le cas dans toutes les régions. Pour les CPAM, l association avec le mouvement sportif pour l encadrement des séances permet de disposer d un animateur qualifié et dont la formation est suivie et reconnue par la DRDJS mais aussi de bénéficier du maillage territorial (activité locale, réseau) des animateurs pour s efforcer de pérenniser l activité au-delà du cycle financé. En effet, une formation spécifique aux «Ateliers Equilibre» est dispensée par l EPGV. Elle ne permet d encadrer ces séances que dans le cadre du dispositif organisé par la CPAM. Par ailleurs, à la fin de ces séances, les personnes ayant suivi cet atelier sont souvent demandeuses d une continuité de l activité alors que le dispositif proposé par la CPAM ne le prévoit pas. Dès lors, les animateurs sportifs peuvent ainsi être amenés à proposer les activités de l association ou du réseau auquel ils appartiennent. En moyenne, les groupes sont constitués d une dizaine de personnes. Au niveau de la région, 200 ateliers ont été proposés sur l ensemble des départements, dont plus de 60% en Creuse, ce qui représente plus de participants. En ce qui concerne le territoire de la ville de Limoges, 7 ateliers ont été animés en 2007 par des animateurs de l EPGV.

14 A - ETAT DES LIEUX DE L OFFRE SPORT SANTE BIEN ETRE Avec ce dispositif, on se situe dans le cadre très particulier d une «démarche de santé publique». Par conséquent, ces acteurs du réseau sanitaire et social sont à la recherche d un public à risque et soucieux de toucher les personnes qui en ont le plus besoin. Il s agit d actions de prévention à caractère ponctuel. Pour l heure, aucune stratégie de continuité n a été mise en place si ce n est via l animateur du mouvement sportif susceptible de proposer à la fin du programme les activités de son association. Le risque est que cette offre ne réponde pas aux besoins ou demandes émis par les participants. 1.2 Investissement des kinésithérapeutes Sur le territoire limousin, plusieurs cabinets de kinésithérapeutes diversifient leur offre de soin initiale par des activités physiques inspirées du mouvement sportif. C est ainsi le cas du groupe Vithalia, à Malemort sur Corrèze qui a investi dans un bassin permettant la pratique de la gymnastique aquatique. C est également la démarche déployée par un cabinet de kinésithérapie à Objat qui s est entendu avec un coach sportif diplômé du BEESAPT et de brevets fédéraux pour proposer plusieurs créneaux de gymnastique aquatique à leur patientèle. Ainsi, le cabinet met à la disposition de ce coach leur piscine balnéo pour qu il encadre des patients souffrants de certaines pathologies (surpoids, problème d articulation ) et qui peuvent être pris en charge par l activité d aquagym. En relativement peu de temps, cette nouvelle activité a intéressé de nombreuses personnes dont des seniors. Il accueille actuellement 60 personnes par semaine dont une vingtaine de seniors. Il s agit principalement de femmes, plutôt dynamiques, ayant une vie assez active (bénévolat ) et dont les revenus sont plutôt confortables. Le coût de cette activité s élève à 45 par personne pour 6 séances. 1.3 Quelques dispositifs proposés par les mutuelles L Atelier Corps et Mémoire proposé par la Mutualité française L objectif de la Mutualité Française était de mettre en place un programme d actions incitant les seniors à adopter des attitudes positives pour un vieillissement en bonne santé. Mais il s agissait également à travers ce dispositif de valoriser les capacités psychosociales des seniors, de lutter contre leur isolement et de développer des solidarités. La Mutualité française a ainsi repris le concept du programme «Atelier Corps et Mémoire», créé par la fédération EPGV, en s associant localement avec le Comité régional EPGV pour mettre en place ce dispositif. Profession sport intervient également au niveau départemental comme partenaire de l opération en salariant les animateurs des ateliers. Ce programme se compose de 2 séances d 1 heure par semaine sur 10 semaines 9 / 188

15 A - ETAT DES LIEUX DE L OFFRE SPORT SANTE BIEN ETRE - 1 séance en salle sur un travail de développement des entrées sensorielles de la mémoire à travers la pratique d activités physiques ; - 1 séance de marche nordique. L encadrement de ces ateliers est assuré par des animateurs diplômés EPGV. Ces séances sont ouvertes à tous dans la limite de 15 personnes par atelier. Une large communication est relayée par la presse, la radio et les CLIC (Centres Locaux d Information et de Coordination). Par ailleurs, les adhérents de la mutuelle reçoivent directement un courrier les informant de ces ateliers. En 2007, 13 ateliers ont été organisés sur l ensemble du Limousin dans 8 communes différentes. Au total, 160 personnes ont participé à ce programme. Le public est principalement féminin et l âge moyen des participants s élève à 69 ans. Les ateliers ont surtout bien fonctionné en Haute-Vienne. Pour 2009, l objectif était de mettre en place trois ateliers par département. Ce programme revient à environ 150 par participant. Pour financer ces actions, la Mutualité française du Limousin a perçu en 2007 des financements de la Mutualité Française nationale et de la CNSA dans le cadre du programme Bien vieillir (9 200 ). En complément, des frais de participation ont été demandés aux seniors ayant suivi ces ateliers. A la fin de l atelier, suite aux demandes des participants, des représentants locaux de fédérations (UFOLEP, EPGV, FFRS) viennent présenter leurs activités en club pour inciter les gens à continuer leur démarche La Mutuelle Sociale Agricole (MSA) et le programme PIED Le programme PIED (Programme Intégré d Equilibre Dynamique) est un dispositif qui a été mis en place au Canada et repris en France par la Fédération EPMM. Ce programme est soutenu par l INPES (Institut National de Prévention et d Education pour la Santé). Il vise à prévenir les chutes et les fractures chez les personnes âgées autonomes vivant à domicile. Toutefois, il n est pas adapté aux personnes dont l équilibre est trop précaire ou qui présentent des problèmes de santé pouvant être aggravés par des exercices d intensité inadaptée. Deux dimensions sont visées dans ce programme : - Prévention santé - renforcement par des exercices physiques les membres supérieurs et inférieurs ; - Rupture de l isolement - discussions thématiques sur les préoccupations quotidiennes des seniors. Exemples : information sur les soins des pieds, les moyens de se relever après une chute En septembre 2008, la MSA du Limousin a ouvert ce programme en Creuse et en Haute-Vienne à ses adhérents ainsi qu aux non adhérents MSA. Les personnes isolées en milieu rural sont particulièrement ciblées. Le programme est élaboré spécialement pour les seniors dans le cadre de la prévention des chutes. Les séances sont animées par des licenciés sportifs de la fédération EPMM salariés par la MSA. La création de groupes se fait par l intermédiaire des CLIC, des écoles de grandsparents européens, des clubs des aînés ruraux et des caisses de retraite complémentaire (MEDERIC, MORNE, AGRICA). La MSA prend en charge une partie du 10 / 188

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur?

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur? Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. C est simple, il suffit de remplacer les textes grisés à compléter par votre texte. Votre cahier d acteurs sera mis en forme avant publication

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Centre Communal d Action Sociale Ville de Lannion RÉGLEMENT INTÉRIEUR. OFFICE des RETRAITÉS. CCAS de LANNION

Centre Communal d Action Sociale Ville de Lannion RÉGLEMENT INTÉRIEUR. OFFICE des RETRAITÉS. CCAS de LANNION Centre Communal d Action Sociale Ville de Lannion RÉGLEMENT INTÉRIEUR OFFICE des RETRAITÉS CCAS de LANNION CCAS 11 Bd Louis Guilloux 22300 lannion tél 02 96 46 13 22 fax 02 96 46 13 23 L office des retraités

Plus en détail

Guide méthodologique #TousPrêts

Guide méthodologique #TousPrêts Guide méthodologique pour l animation autour de l Euro 2016 de football et l ensemble des grands événements sportifs internationaux organisés en France #TousPrêts 2 1. Pourquoi l État intervient-il sur

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement d Aurillac autour du VIVRE ENSEMBLE à la Préfecture d Aurillac Vendredi 17 octobre

Plus en détail

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013 Nantes, le 11 mars 2013 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014 v Dossier de presse Contact service presse Tél. : 02 40 41 64 36 Fax : 02 40 41 64 10 presse@mairie-nantes.fr 1000

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Juin 2015 Ce document a pour vocation à recenser les principaux services et aides proposés dans le cadre de la lutte contre l isolement il

Plus en détail

Séquence 2/ Les vacances, un outil d action sociale

Séquence 2/ Les vacances, un outil d action sociale Séquence 2/ Les vacances, un outil d action sociale L ANCV utilise l intégralité de ses excédents de gestion dégagés par le Chèque Vacances pour financer des programmes d action sociale. Les vacances contribuent

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement de Saint- Flour autour du VIVRE ENSEMBLE au lycée agricole Louis MALLET Mardi 21 octobre

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2014 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES. Région Pays de la Loire

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2014 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES. Région Pays de la Loire APPEL À PROJETS 2014 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES Région Pays de la Loire Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation

Plus en détail

CONFERENCE. " Sport Santé Senior " La forme à tout âge

CONFERENCE.  Sport Santé Senior  La forme à tout âge FEDERATION FRANCAISE D EDUCATION DUCATION PHYSIQUE ET DE GYMNASTIQUE VOLONTAIRE CONFERENCE " Sport Santé Senior " La forme à tout âge La FFEPGV Une fédération dynamique 4ème fédération tous sports confondus

Plus en détail

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Rencontre presse Jeudi 12 septembre 2013 PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Plus de 4 millions de Français1

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE L EDUCATION - ENJEU ET LEVIER FONDAMENTAL DANS LA CITE - DROIT POUR TOUS LES ENFANTS un engagement à contribuer au - DEVELOPPEMENT DES POTENTIALITES DE L ENFANT

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Contexte institutionnel

Contexte institutionnel 1 Formation en protection de l autonomie des personnes âgées pour les aides à domicile Approche écologique Lucette Barthélémy Chargée d expertise en promotion de la santé Contexte institutionnel 2 L Institut

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

I. LE SPORT ADAPTE :... 2 II. LICENCES SPORTIVES - SAISON 2015/2016 : INFORMATIONS ET TARIFS... 2

I. LE SPORT ADAPTE :... 2 II. LICENCES SPORTIVES - SAISON 2015/2016 : INFORMATIONS ET TARIFS... 2 SAISON 2015/2016 Côtes d Armor pour les ETABLISSEMENTS SPECIALISES accueillant des personnes en situation de handicap mental et/ou psychique Comité Départemental du Sport Adapté des Côtes d Armor : Maison

Plus en détail

Sport. Les Dispositifs Locaux d Accompagnement :

Sport. Les Dispositifs Locaux d Accompagnement : Sport Les Dispositifs Locaux d Accompagnement : ADDEL 75 Association omnisport (1 100 adhérents) : analyse organisationnelle et appui à la valorisation des activités. Association de tennis de table : appui

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

DE LA FORME. Entreprise AMBASSADEURS FORMATIONS. Acquérir les clés pour agir sur trois facteurs du bien-être : L activité physique ou sportive

DE LA FORME. Entreprise AMBASSADEURS FORMATIONS. Acquérir les clés pour agir sur trois facteurs du bien-être : L activité physique ou sportive Entreprise FORMATIONS AMBASSADEURS DE LA FORME Acquérir les clés pour agir sur trois facteurs du bien-être : L activité physique ou sportive L alimentation La gestion du stress et de l anxiété Partenaires

Plus en détail

Les cibles de ce dispositif sont les personnes de tous les âges ayant des objectifs de loisir, de santé.

Les cibles de ce dispositif sont les personnes de tous les âges ayant des objectifs de loisir, de santé. Janvier 2012 Le dispositif COACH ATHLE SANTE Fédération Française d Athlétisme Contexte Le dispositif COACH ATHLE SANTE a été lancé en septembre 2006 par la Fédération Française d Athlétisme dans le but

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA PRATIQUE SPORTIVE DES JEUNES

QUESTIONNAIRE SUR LA PRATIQUE SPORTIVE DES JEUNES 1 QUESTIONNAIRE SUR LA PRATIQUE SPORTIVE DES JEUNES (6-20ans) en situation de handicap moteur et/ou sensoriel en Lorraine. Ce questionnaire est réalisé par le Comité Régional Handisport de Lorraine. Il

Plus en détail

APPEL A PROJET REGIONAL. Carsat Auvergne / ANCV. Aide au développement des. programmes «Séniors en Vacances» sur les micro-territoires.

APPEL A PROJET REGIONAL. Carsat Auvergne / ANCV. Aide au développement des. programmes «Séniors en Vacances» sur les micro-territoires. APPEL A PROJET REGIONAL Carsat Auvergne / ANCV Aide au développement des programmes «Séniors en Vacances» sur les micro-territoires. Le départ en vacances constitue un enjeu essentiel du «Bien vieillir».

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES APPEL À PROJETS 2015 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation administrative de

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX ANALYSE des BESOINS SOCIAUX d.soufflard-antony@laposte.net Commune de ROUSSET (13) Présentation aux Elus 29 septembre 2011 Préalable la commune de ROUSSET (13) 2 Diplômes Master² en Consultation des Organisations

Plus en détail

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE Analyse et recueil des bonnes pratiques Accès au logement social : garantir l égalité Janvier 2011 1. Nature de l action La Ville d Aubervilliers développe une politique de prévention des discriminations,

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS?

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1 I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? II. POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1. LES BESOINS SANITAIRES ET SOCIAUX IDENTIFIES 2. LA VOLONTE POLITIQUE POUR REDUIRE LES INEGALITES SOCIALES

Plus en détail

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE CHAPITRE ACTION SOCIALE L USM est depuis de nombreuses années investie dans les instances de l action sociale pour préserver et développer les dispositifs dont les magistrats peuvent bénéficier, qu ils

Plus en détail

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion Prix de l inclusion 2014 1ère édition Prix de l inclusion p.2 Sommaire Communiqué presse p.3 Le projet p.4 Les partenaires p.6 Porteur du projet p.7 Communiqué Le Prix de l inclusion souhaite encourager,

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Méthodologie des jardins d éveil

Méthodologie des jardins d éveil Méthodologie des jardins d éveil Conformément à l engagement du Président de la République, 200 000 offres d accueil du jeune enfant seront crées d ici à 2012 pour répondre aux besoins de l ensemble des

Plus en détail

La genèse et le calendrier

La genèse et le calendrier AVEC LE SOUTIEN DE La genèse et le calendrier Fin 2011-2012 : Contact entre Pierre MOLINA D ARANDA et l Agence Ecomobilité Mobilisation de la CPAM et contact de l URPS 2013 : Soirée d information aux médecins

Plus en détail

ANNEXE. Objet : Le Programme Bretagne Equilibre : Les ateliers du maintien de l équilibre

ANNEXE. Objet : Le Programme Bretagne Equilibre : Les ateliers du maintien de l équilibre ANNEXE Objet : Le Programme Bretagne Equilibre : Les ateliers du maintien de l équilibre Public cible : Personnes âgées de 65 ans et plus, primo-bénéficiaires détectées à risque modéré de chutes. Objectifs

Plus en détail

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES PROJET D AVIS N 11. 03 Présenté par la Commission «Qualité de la Ville» du CONSEIL LILLOIS de la JEUNESSE à l Assemblée

Plus en détail

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012 LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE Académie de la Réunion 2009 2012 PREFACE DE MONSIEUR L INSPECTEUR D ACADEMIE L Education Physique et Sportive, discipline d enseignement,

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

Le Projet pédagogique Secteur Adultes

Le Projet pédagogique Secteur Adultes Le Projet pédagogique Secteur Adultes I. Introduction... 2 II. Les Objectifs Généraux Statutaires Spécifiques au Secteur... 2 Le 2ème : Renforcer le lien social... 2 Le 3ème : Identifier et formaliser

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Genèse du projet Les diagnostics Le premier groupe de travail s est réuni à la suite de la restitution d un diagnostic social réalisé sur le quartier Amiraux

Plus en détail

SIGNATURE DE DEUX CONTRATS LOCAUX

SIGNATURE DE DEUX CONTRATS LOCAUX DOSSIER DE PRESSE SIGNATURE DE DEUX CONTRATS LOCAUX DE SANTE EN CREUSE -Felletin Bourganeuf-Royère Aubusson-Felletin Contact presse : 23 janvier 2012 1 CONTRAT LOCAL DE SANTE Un nouvel élan dans le développement

Plus en détail

APPEL à PROJETS. Année scolaire 2014-2015

APPEL à PROJETS. Année scolaire 2014-2015 SERVICE ENFANCE- JEUNESSE APPEL à PROJETS Année scolaire 2014-2015 POUR LA MISE EN PLACE D ATELIERS A CARACTERE SPORTIF, ARTISTIQUE ET CULTUREL DANS LE CADRE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES Pour les

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

APPEL À PROJETS 2014 MUTUALITE SOCIALE AGRICOLE GRAND SUD

APPEL À PROJETS 2014 MUTUALITE SOCIALE AGRICOLE GRAND SUD APPEL À PROJETS 2014 MUTUALITE SOCIALE AGRICOLE GRAND SUD La Mutualité Sociale Agricole (MSA), lance un appel à projets sur les départements de l Aude et des Pyrénées Orientales dans le cadre des objectifs

Plus en détail

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Françoise KERLAN GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Préface de Jean-Louis Muller Directeur à la CEGOS Ancien responsable de Formation à l Université Paris 9 Dauphine Deuxième

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Evaluateur du projet : Observatoire régional de la santé en Languedoc-Roussillon

Evaluateur du projet : Observatoire régional de la santé en Languedoc-Roussillon Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 RÉDIGÉE PAR

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Restitution des échanges en ateliers

Restitution des échanges en ateliers Premières rencontres intersectorielles sport santé social Jeudi 22 janvier 2015-19 h00 / 20 h 00 - Carquefou (44) Restitution des échanges en ateliers PROGRAMME 19 h 00 Accueil autour d un cocktail dînatoire

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur?

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur? Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. C est simple, il suffit de remplacer les textes grisés à compléter par votre texte. Votre cahier d acteurs sera mis en forme avant publication

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées»

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» ACTION TERRITORIALE 2011-2012 «Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» CAHIER DES CHARGES D ACCOMPAGNEMENT ET DE FORMATION Origine de la demande UNIFAF

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

La Région, c est votre espace!

La Région, c est votre espace! La Région, c est votre espace! Jacques Auxiette inaugure l Espace Régional du Mans Jeudi 25 janvier 2007 Communiqué de presse L Espace Régional du Mans en bref Plaquette «La Région c est votre Espace!»

Plus en détail

Direction Régionale Caisse d Allocations. des Sports

Direction Régionale Caisse d Allocations. des Sports Direction Régionale Caisse d Allocations et Départementale Familiales de la Jeunesse et du Calvados des Sports CAHIER DES CHARGES POUR LES LOISIRS DES PRÉADOLESCENT(E)S ET ADOLESCENT(E)S SOMMAIRE INTRODUCTION...

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle :

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle : ANNEXE 1 au dossier de présentation pour la presse au sujet du lancement du 2 e tour du PIC EQUAL Présentation des axes prioritaires avec une esquisse des mesures cofinancées pour l exercice 2004-2006:

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PAISES

DOSSIER DE PRESSE PAISES DOSSIER DE PRESSE PAISES Mercredi 13 mai 2009 Qu est ce que PAISES? Le projet PAISES est une Plateforme d Accompagnement, d Information et de Sensibilisation sur les Echanges Solidaires. C est un centre

Plus en détail

LE DISPOSITIF FÉDÉRAL DE FORMATION ou DFF

LE DISPOSITIF FÉDÉRAL DE FORMATION ou DFF LE DISPOSITIF FÉDÉRAL DE FORMATION ou DFF La formation constitue un outil au service du projet politique décliné au niveau local. Elle contribue au rayonnement de l USEP au sein des départements et des

Plus en détail

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Juillet 2015 - Occurrence pour CCMO mutuelle Sommaire Contexte et méthodologie 3 1. Préparation

Plus en détail

Une idée à gagner! SPORT ET HANDICAP. Samedi 1 er mars 2014 Maison Départementale des Sports_BORDEAUX

Une idée à gagner! SPORT ET HANDICAP. Samedi 1 er mars 2014 Maison Départementale des Sports_BORDEAUX Samedi 1 er mars 2014 Maison Départementale des Sports_BORDEAUX SPORT ET HANDICAP Label «Valides-Handicapés pour une pratique sportive partagée» Une idée à gagner! HISTORIQUE 2004 : Diagnostic partagé

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012 Belfort, le 30 janvier 2012 Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer La Ville de Belfort inaugure le Domicile Protégé, un lieu de vie spécifiquement adapté aux personnes atteintes

Plus en détail