marathon de l innovation Orange Healthcare 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "marathon de l innovation Orange Healthcare 2014"

Transcription

1 marathon de l innovation Orange Healthcare 2014 cahier de tendances continuum de vie, continuum de soins Quelles solutions e-santé imaginer pour améliorer le parcours santé de chacun à toutes les étapes de la vie?

2 Le présent cahier de tendances a été élaboré dans le cadre de la démarche d innovation portée par Orange Healthcare, en partenariat avec Harmonie Mutuelle. Ce document demeure la propriété d Orange et d'harmonie Mutuelle. Les destinataires de ce support s engagent à lui conférer un caractère strictement confidentiel. Ils prendront en conséquence toutes précautions utiles afin que les informations y étant contenues ne soient pas divulguées à des personnes non autorisées. Février 2014

3 introduction Environ 1 Français sur 2 surfe sur le web santé, avec un ordinateur, une tablette ou un smartphone. En parallèle de ce constat, les professionnels de santé font entrer les technologies dans leurs pratiques médicales. Chez Orange Healthcare et Harmonie Mutuelle, nous sommes intimement convaincus que le véritable potentiel de l e-santé* réside dans sa capacité à replacer l individu au cœur du débat. Soutenir et faciliter les interactions entre professionnels de santé et entre patients et acteurs de la santé doit se faire dans le respect d une relation humaine irremplaçable et essentielle. L'individu, acteur de son parcours de santé grâce aux outils numériques, pose un regard toujours plus exigeant sur la qualité de la relation avec son professionnel de santé et l efficience de l offre de soins. Jugée fragmentée et complexe, cette offre est aujourd hui repensée pour créer un continuum entre les structures de soins et le domicile mais aussi pour passer d une logique de «cure» (délivrance de soins aigus) à une logique de «care» (prise en charge globale). La gestion et le partage des données se révèlent essentiels pour catalyser ces évolutions. La prévention, notion de plus en plus concrète pour bon nombre d individus, fait aussi partie d une logique de gestion globale du capital santé. Dans le cadre du Marathon de l Innovation se tenant les 3 et 4 février 2014, nous avons choisi de partir des situations de vie amenant les individus à fréquenter le système de soins soit ponctuellement, soit plus régulièrement selon leur état de santé. Nous observerons les interactions entre les différentes personnes impliquées dans une relation de soins (malades, familles, professionnels de santé, aidants, institutions, mutualistes ) pour répondre à la problématique suivante : continuum de vie, continuum de soins Quelles solutions e-santé imaginer pour améliorer le parcours santé de chacun à toutes les étapes de la vie? Première étape dans notre démarche d innovation, le cahier d inspiration que vous tenez entre vos mains est un outil indispensable pour générer des idées hors du cadre tout en plaçant le patient au centre de la réflexion. S il ne prétend pas à l exhaustivité, ce cahier vous donne les clés pour identifier des tendances et signaux faibles ainsi que pour apprécier le caractère innovant d initiatives qui émergent ici et ailleurs. Et maintenant, à vous de jouer! Annotez, parcourez, partagez ce cahier pour vous inspirer en amont du Marathon de l Innovation. Orange Healthcare et Harmonie Mutuelle 3

4

5 sommaire bien-être et prévention La prévention et l anticipation passeront-elles par une meilleure utilisation des données de santé? p.6 maladie chronique Un parcours de soins global pour vivre mieux avec sa maladie chronique. p.12 santé au quotidien et pathologies aigües L'hôpital de demain, un centre de recours et d'expertise ouvert sur la ville. p.18 dépendance, fragilité Vieillir... oui, mais bien accompagné. p.24 Glossaire p.30 (mots indiqués par * ) Notes p.32 5

6 La prévention et l anticipation passerontelles par une meilleure utilisation des données de santé? Grâce à l évolution des comportements individuels, le rapport à la prévention et à la santé change, infléchi par une nouvelle représentation du corps et une mise à disposition d outils numériques. Les individus, mieux informés, s émancipent parfois du corps médical pour le choix et l achat de produits qu ils considèrent bénéfiques pour la santé et sont nombreux à déclarer être prêts à modifier leurs modes de vie pour rester en bonne santé. Celle-ci pourrait représenter le premier poste de dépenses dans le budget des ménages dans les années à venir. Au cœur de ce changement, la donnée. Produite par l individu ou par les acteurs de santé, de nouveaux modèles permettent de quantifier, d analyser, de croiser des données venant de sources différentes afin d anticiper l'offre de soins pour une population. Le recueil de données individuelles contribue également à produire de nouvelles connaissances médicales pour mieux guérir ou prévenir la survenue de pathologies. Il pourrait également participer à la définition d un équilibre nécessaire entre prévention et traitement, assurance individuelle et collective. L exploitation combinée des données individuelles et collectives pourrait être l un des déterminants d une offre de soins plus efficiente. 6

7 chiffres clés 56 % des Français pensent que les applications smartphone sont un progrès pour la médecine. (Groupe Pasteur Mutualité / Viavoice, 2013) 57 % des Français estiment que le développement des applications santé peut favoriser l auto-surveillance et l auto-médication. Ce chiffre atteint 63 % chez les ans. (Pew Research Center, 2012) 9/10Français pratiquent une activité physique ou sportive. (Ministère des Sports, 2010) 32 milliards d euros marché du «rester en forme» avec une croissance de 8 % par an (Deloitte, 2012) applications mobiles dédiées à la santé, dont 800 en français, existent sur l ensemble des boutiques d application pour un chiffre d affaires de 1,3 milliard de dollars en (Research2Guidance, 2012) 58 % des Français pensent qu un bilan personnel régulier permettrait de réaliser des économies sur le remboursement des soins. (BVA, 2013) La majorité des Français pensent que la prévention a un impact important sur les soins curatifs et sur l âge d entrée en dépendance. (Deloitte, 2012) 7

8 Vers une nouvelle injonction faite à l individu? Rester en bonne santé peut désormais apparaître comme un impératif sociétal. L individu est responsabilisé et informé des actions à mener pour préserver son capital santé, voire accompagné dans sa démarche. Conseils nutritionnels, programmes d entraînement sportif, partage d expérience, l individu a désormais à disposition une palette d outils accessibles via le web. Les dispositifs connectés facilitent le suivi en continu de leurs progrès et contribuent à modifier le rapport de l individu à sa santé ou son bien-être mais aussi sa relation avec son médecin, le patient réclamant le droit de participer pleinement à sa thérapie. Cette prise de conscience peut favoriser une plus grande prévention et une meilleure observance* dans le cas de protocoles thérapeutiques. Mais peut-elle aussi conduire à une attention excessive sur la santé (demande injustifiée des patients, hypocondrie, dépistages inutiles )? Les outils du bien-être deviendront-ils des outils du «mieux guérir»? Capteur optique, balance ou montre connectés, les innovations se multiplient autour du bien-être et de plus en plus d individus sont prêts à investir dans ces outils de confort. Ces équipements peuvent être sans mal intégrés à une thérapie. Dans les systèmes de santé où le reste à charge du patient est élevé, ceux-ci s équipent de solutions innovantes pour mieux prévenir ou gérer leurs pathologies... Lorsque le patient a l habitude d être pris en charge par le système de soins, l individu qui aura utilisé ces outils pour son seul bien-être sera-t-il prêt à financer des dispositifs similaires pour se soigner? Que l objectif relève de santé publique ou d une meilleure maîtrise des coûts, des programmes, basés sur ces nouveaux outils, se développent, proposés par l assurance maladie, les professionnels de santé, les clubs de sport, les assureurs ou mutualistes voire les grandes entreprises. Outre les outils numériques, pourraient apparaître de nouvelles fonctions basées sur le conseil en préservation du capital santé, portées par les assureurs et mutualistes ou encore par les pharmaciens. Les mutuelles pourraient être amenées à concevoir des offres façon bouquet de services personnalisable au fil du continuum de vie.

9 Les données de santé individuelles deviennent source de connaissances pour le bien commun. Le Quantified self* place les objets connectés au cœur d un dispositif d auto-mesure qui permet de suivre, analyser et partager ses données personnelles dans une optique de prévention. Cette tendance, illustrant la mise à disposition volontaire de données de santé personnelles, contribue à une meilleure responsabilisation des patients et une connaissance des pathologies plus fine. Dans le cadre des maladies chroniques, le suivi exercé par le patient lui-même devient source d informations précieuses pour augmenter la connaissance des professionnels de santé et, dans certains cas, permet au patient d être force de proposition dans sa thérapie. A terme, ces données pourraient-elles être exploitées par des systèmes de classification de type «Case mix*», qui constituent de grandes banques de données financières, démographiques et cliniques pour le pilotage du système de santé ou encore pour des campagnes de sensibilisation? La massification des données au service de la santé. Une meilleure analyse des nombreuses données recueillies par les établissements peut permettre d améliorer l efficience du système de santé en optimisant la prise de décision ou la gestion des établissements hospitaliers. Pourquoi dès lors ne pas imaginer une collaboration entre acteurs du numérique et instances de santé publique pour relever le défi de la prévention à partir de l exploitation secondaire et non-commerciale des données personnelles des internautes et mobinautes? Restent à trouver des modèles d analyse robustes pour tirer des conclusions exploitables à partir de populations restreintes. L effet pervers de ce gigantesque réservoir de données de santé pourrait être la traçabilité de l individu qu elle induit et l utilisation commerciale possible. Un hébergement fiable, sécurisé de ces données paraît être l incontournable condition pour éviter d éventuels dérapages et garantir l utilisation responsable et utile dans le respect de l individu. 9

10 inspirations Charite University of Medicine Berlin - 6 petabytes de données accessibles à 700 personnes La Charite University of Medicine Berlin est passée d une simple gestion financière à un pilotage centralisé et intelligent. Il permet d'améliorer la visibilité globale de l activité, la planification, la coordination, l'optimisation des ressources et de diminuer les procédures chronophages. Pour Walkmore, je cours donc je paye Une start-up américaine, Walkmore, propose des modèles d analyse à de petits établissements bancaires afin de leur permettre de mieux gérer leurs risques emprunteurs. Après avoir recueilli et analysé les transactions de plus de personnes, elle a pu établir des corrélations entre la condition physique des consommateurs et leur comportement financier. Cerebro la réalité augmentée au service de la prévention Cerebro est une application mobile d exploration cérébrale lancée par une équipe Inserm en 2012 afin de mieux comprendre et prévenir les AVC, troisième cause de mortalité au niveau mondial. Ce dispositif original exploite le potentiel de la réalité augmentée pour expliquer au public le fonctionnement du cerveau et les enjeux de la recherche en neurosciences, ainsi qu informer sur l identification des symptômes avant-coureurs des AVC. Masilukeke prévention à distance du Sida sur le continent africain Ce programme a envoyé 968 millions de messages informatifs depuis 2008 en utilisant de l espace radio inutilisé mis à disposition par l opérateur de télécoms MTN. Ces messages informent et incitent les populations à appeler un centre d appel où des opérateurs peuvent leur prodiguer des conseils, de l information de santé, et les orienter vers des cliniques locales. Il s agit d un programme non gouvernemental, soutenu par des sociétés privées dont Nokia et Frog. Ce programme a servi d'inspiration pour Text4Baby.

11 Text4Baby un service d information à distance pour femmes enceintes L application Text4Baby permet aux femmes qui envoient un SMS «BABY» de recevoir trois messages d information gratuits par semaine pendant toute leur grossesse (de façon coordonnée avec la date du terme) et jusqu au premier anniversaire du bébé. Ces messages couvrent des sujets tels que les signes de travail, les soins prénataux, les cas d urgence, les étapes de développement, les vaccins, la nutrition, la prévention des fausses couches, la sécurité pendant le sommeil, l allaitement... Depuis son lancement en 2010, Text4Baby a accompagné mères ou futures mères aux Etats-Unis. Basis B1 la montre connectée à 4 capteurs Grâce à ses capteurs (prise de température corporelle et environnementale, accéléromètre, capteur de sudation, capteur optique de flux sanguin pour mesurer l activité cardiaque), la nouvelle montre Basis B1 est source de données pour le Quantified Self *, que ce soit à des fins médicales, sportives ou plus simplement liées au bien-être. Une app permet d accéder, via web et smartphone, à un dashboard présentant ses mesures, ce qui permet de se fixer des objectifs et d en suivre la réalisation. Withings - la lampe pour un meilleur sommeil Withings a présenté, au CES 2014 de Las Vegas, une lampe destinée à améliorer le sommeil. Elle est dotée d un capteur placé sous le matelas, qui analyse les mouvements du corps et le rythme cardiaque du dormeur. La lampe crée une ambiance supposée accompagner les différentes phases de sommeil. 11

12 Un parcours de soins global pour vivre mieux avec sa maladie chronique. Les maladies chroniques ne cessent d augmenter et constituent la première cause de mortalité dans le monde. Près de 20 % de la population serait atteinte plus ou moins sévèrement. Si le vieillissement de la population est en partie responsable de cette augmentation, l évolution de la médecine a également (et heureusement) transformé certaines maladies mortelles en maladies chroniques. Au-delà de sa souffrance, le patient atteint de maladie chronique* est souvent stigmatisé dans sa vie personnelle et professionnelle. De nouveaux modes d accompagnement, plus individualisés et participatifs, émergent afin d améliorer le quotidien de ces patients en allégeant les contraintes liées au traitement. 12

13 chiffres clés cas de maladies chroniques pourraient être évités grâce à la m-santé* d ici 2017 via la sensibilisation des citoyens européens à l adoption d un mode de vie plus sain et un diagnostic précoce. (PwC, 2013) 60 % des décès avant l âge de 70 ans sont dus à une maladie chronique. (Ministère de la Santé, 2007) 9 millions des personnes atteintes de maladie chronique disposent d une prise en charge en affection longue durée. (Ministère de la Santé, 2007) 15 millions de Français, soit 20 % de la population, sont atteints plus ou moins sévèrement de maladie chronique*. (Ministère de la Santé, 2007) 13 jours durée moyenne du séjour en soins intensifs de cardiologie (Fédération Française de Cardiologie) 175,4 milliards coût engendré en 2013 par les maladies chroniques en France (Sénat, 2013) 3,5 millions de personnes sont atteintes de BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive) pour un coût de 3,5 milliards d euros par an. (Plan BPCO ) 3 millions de Français sont touchés par l IRC (Insuffisance Rénale Chronique) pour un coût de prise en charge de 4 milliards d euros. (HAS) 1 million de personnes sont touchées par les maladies cardiovasculaires, ce qui constitue la première cause d hospitalisation chez l adulte en France. (Fédération Française de Cardiologie) 13

14

15 Concevoir un parcours coordonné autour du patient. Le patient atteint d une maladie chronique* voit sa vie bouleversée et rythmée par les soins, les consultations et les difficultés sociales engendrées. Confronté aux différentes strates du système de santé, le fonctionnement en silo de celui-ci est souvent un obstacle supplémentaire à la gestion de sa maladie. La coordination entre les premiers recours, recours spécialisés et secteur médico-social est désormais une nécessité admise par tous les acteurs. Elle pourrait s appuyer sur le développement d organisations permettant une coordination pluridisciplinaire (maisons de santé, pôles de santé, centres de santé, réseaux de santé, établissements de soins ) et des alternatives à l hospitalisation. Cette organisation, réfléchie pour et autour du patient, pourrait nécessiter des dispositifs locaux venant en relais dans les territoires. De nouveaux métiers pourraient émerger : opérateurs des nouveaux centres de soins, opérateurs de télémédecine*, experts en gestion du capital santé Lorsque l expérience enrichit la connaissance. Certains malades chroniques deviennent des «patients experts» en acquérant des compétences empiriques mais aussi médicales sur leur pathologie. Source précieuse pour le développement des connaissances médicales, ils peuvent parfois être intégrés au développement d un programme d éducation thérapeutique*. Dans le cadre des associations de patients, ce sont des relais d information pour les autres malades. Les associations de patients sont d ailleurs très actives à la fois dans le soutien aux malades et dans la production d un contenu susceptible de renforcer le suivi d un traitement médicamenteux. Certains professionnels de santé (infirmières, pharmaciens ) pourraient élargir leur rôle grâce à la mise au point de protocoles de soins. Les technologies facilitent une meilleure gestion de la maladie chronique : plateformes, sites communautaires, base de données, protocoles de soins... Vers la prédiction des maladies chroniques? La médecine personnalisée et prédictive pourrait, dans les années à venir, permettre la détection de pathologies chroniques et retarder leur apparition chez les sujets identifiés à risque. Elle pourrait optimiser les choix thérapeutiques selon les prédispositions et sensibilité des individus. Elle repose sur le calcul d un ou plusieurs facteurs de risque pour un individu de développer une maladie. La médecine prédictive* pose un certain nombre de questions qui aujourd hui ne sont pas résolues et notamment : peut-elle engendrer une plus grande motivation de l individu à modifier son comportement ou au contraire risque-t-elle de provoquer un certain fatalisme? Sur un plan éthique, comment s assurer que ces informations ne seront pas utilisées à l encontre d un patient? 15

16 inspirations est une offre de diagnostic à distance qui permet aux patients souffrant de maladies cardiaques, diabétiques ou pulmonaires de mesurer leurs paramètres cliniques depuis leur domicile. Il s agit d une offre de Cloud computing proposée par Telecom Italia. Après auto-mesure, le patient transmet les résultats grâce au dispositif médical, lui-même relié à une passerelle qui télécharge automatiquement les données de la plateforme ehealth Connexion sur n importe quelle ligne fixe ou réseau mobile disponible. Programme «Bien vivre avec des maladies chroniques» Il s agit d un programme d auto-gestion destiné aux malades chroniques afin de leur donner des conseils de bien-être (nutrition, exercice physique, réduction de la douleur et du stress, communication avec ses proches et son environnement ). Ces programmes sont réalisés en petits groupes mais existent aussi en ligne pour les patients qui ne peuvent ou ne souhaitent pas se déplacer, avec une efficacité équivalente. Des études ont prouvé que ce soutien avait produit des résultats positifs avec une meilleure prise en charge de leur maladie par les patients. Be Patient, au-delà du simple réseau social BePatient propose une plateforme e-santé * destinée aux patients atteints de maladies chroniques et aux acteurs de la santé : le malade bénéficie d outils (suivi des traitements, e-learning, prévention) et de dispositifs communicants interfacés avec la plateforme (via une boutique en ligne). Les malades doivent s inscrire dans un programme et accepter l utilisation de leurs données. La plateforme de BePatient fournira également des données pour 2 études de télémédecine* pour les insuffisants cardiaques. HELPSoS, une nouvelle plateforme lancée en Inde par une équipe californienne HELPSoS permet aux familles, aux personnels soignants et aux aidants d être en relation sur une même plateforme afin de se coordonner pour le bien-être et la sécurité de leur parent ou patient. Les rendez-vous et les tâches liés à la santé du malade sont gérés au quotidien grâce à un ensemble de services (SMS de rappel, notification d urgence, services d appel automatisés pour rassurer la famille). Un espace est également dédié à des services de confort et de relation (partage de photos, blogs, calendrier ). 16

17 Patient-Centered Medical Home (PCMH) label de valorisation d un accompagnement spécifique des maladies chroniques Patient-Centered Medical Home (PCMH) est un label destiné au cabinet américain soutenant activement les patients pour qu ils se prennent en charge eux-mêmes (patient s self management). Dans ces structures, les patients sont suivis par un médecin personnel qui dirige une équipe en charge des soins, en collaboration avec les autres composantes du système (spécialités, hôpitaux, etc.) et l environnement du patient (famille, services publics ou privés locaux, etc.). CorBene télésurveillance médicale Le centre CorBene a mis en place un contrat de soins intégrés pour le suivi médical de patients atteints d insuffisance cardiaque chronique (ICC). Une télétransmission périodique (plus ou moins régulière selon la gravité de l ICC) des données du patient au médecin traitant et au spécialiste permet d adapter le traitement à l évolution de la maladie. Les médecins participant au programme sont incités par des rémunérations additionnelles de la Caisse d assurance maladie. Afridoctor a doctor in your pocket Créé par la société sud-africaine BlueWorld, Afridoctor se définit comme une clinique virtuelle. L offre consiste à réaliser un diagnostic rapide (48h) à partir de photos de symptômes envoyées par les patients puis analysées par une équipe de médecins. Le service comprend un accompagnement pour la recherche de symptômes et des conseils pour les premiers soins et propose une aide pour trouver un médecin dans les environs, lancer une alarme de détresse. My Health Avatar My Health Avatar est un projet d application qui permettra à tous les patients qui le souhaitent de pouvoir être représentés par un avatar 4D au sein d un environnement numérique et recevoir ainsi des conseils personnalisés sur leur pathologie. Les données seront collectées auprès des utilisateurs, libres de choisir quelles informations ils confieront à l appli. 17

18 L hôpital de demain, un centre de recours et d expertise ouvert sur la ville. Le système de santé actuel, dont nos établissements de soins sont des acteurs majeurs, se trouve confronté aux besoins nouveaux des patients et à l évolution des technologies. Face à une permanence de soins de ville insuffisante, l hôpital assure trop souvent les soins de premier recours. Outre l encombrement des urgences, cela implique une perte de qualité pour les patients et un surcoût pour le système de santé. L hôpital fait face, d une part, à une hospitalisation de plus en plus «technicisée» et courte, et d autre part à une demande croissante de prise en charge de patients chroniques ou souffrant de polypathologies. Il doit donc trouver sa place dans une nouvelle organisation des soins comme expert rayonnant sur son territoire, plateau technique et maillon d un parcours de soins*. Sa capacité d accueil «classique» est appelée à diminuer, pour faire place aux modes ambulatoires et à de nouvelles activités coordonnées en coopération avec les autres acteurs de santé du territoire. Cette évolution se traduit notamment par des organisations partagées et des mutualisations de ressources humaines et matérielles. 18

19 chiffres clés 19 % des possesseurs de smartphones ont au moins une application de santé et bien-être sur leur mobile, les plus populaires suivant l activité physique et la nutrition. (Pew Research Center, 2012) 30 % 94 % de la chirurgie est réalisée en ambulatoire aux USA, 85 % au Canada et 78 % au Danemark. (Cour des Comptes, 2013) 46 % de la chirurgie dans le secteur privé est représentée par la chirurgie ambulatoire*. (Cour des Comptes, 2013) des Français possèdent un dossier pharmaceutique. (CNOP, 2013) 37,7 % de l activité chirurgicale en France a été réalisée en ambulatoire en 2010 avec un objectif de 50 % pour (DGOS) 26,3 % de la chirurgie du secteur public est représentée par la chirurgie ambulatoire. (Cour des Comptes, 2013) 37 % seulement des Français sont satisfaits de la proximité des centres hospitaliers sur tout le territoire alors que les habitants des communes de à habitants sont nettement plus nombreux à être satisfaits de cette proximité. (BVA, 2012) 19

20 Les besoins de coopération entre les acteurs du système de soins impliquent de nouvelles organisations. Dans le cadre de parcours de soins*, les soins de proximité devront s appuyer sur des compétences de spécialistes hospitaliers ou libéraux. L hôpital doit également définir son positionnement dans la coordination de parcours particulièrement complexes liés aux besoins spécifiques de certaines malades chroniques. Des transferts de compétences et de responsabilité pourraient faire évoluer certaines professions médicales : les infirmiers deviendraient le premier maillon des soins de premier recours et des acteurs délégués pour le télésuivi. Les cadres de santé pourraient aussi occuper une fonction de «case management», à savoir la gestion médico-économique du parcours de soins prescrit par le médecin référent. Aux Etats-Unis, des «Accountable Care Organizations» se mettent en place pour gérer de nouvelles modalités de prise en charge organisationnelle et financière sur la base d un forfait de suivi intégré des patients, associé à une logique de paiement à la performance. Ce modèle est-il transposable en France et dans ce cas, qui le porterait? Les hôpitaux? Les assureurs? Les maisons de santé? D autres acteurs? De même, émergent de nouveaux métiers comme celui de «designer de services de télémédecine*». Ce dernier définit l organisation de services de télémédecine, structure la plateforme technique et intervient sur l organisation des ressources humaines (recrutement de ressources médicales notamment). Ce nouveau métier pourrait-il s implanter en France et couvrir un champ d action allant au-delà de la téléradiologie et de la télésurveillance médicale? La chirurgie ambulatoire implique un accompagnement du patient avant et après l intervention. Raccourcir la durée de séjour et réduire les hospitalisations complètes est désormais une priorité du système de santé. Privilégier la chirurgie ambulatoire* permet d éviter les coûts et les risques liés à une hospitalisation complète. Néanmoins, elle implique une réorganisation au sein de l établissement pour assurer une bonne sécurisation du parcours du patient : en amont pour une bonne gestion des personnes à risque, puis lors des 24 heures suivant l intervention. Elle nécessite de fluidifier l articulation entre la ville et l hôpital pour mieux encadrer le retour à domicile du patient. Des outils de coordination et de collaboration émergent ou sont déjà expérimentés sur le terrain : DMP* (Dossier Médical Personnel), rappel du lendemain, information sans délai du médecin traitant Quels modes d organisation et services e-santé* permettraient d éviter des décompensations ou des inquiétudes, sources de ré-hospitalisations ou de consultations aux urgences? 20

21 Une meilleure gestion des flux d information et une organisation optimisée pour inscrire les acteurs dans un réseau efficace. La recherche d efficience incite à optimiser les flux à chaque étape du processus de soins, qu il soit fait à l hôpital ou en ville. Il s agit de limiter les «zones de gaspillage» au profit des temps «à valeur ajoutée» (information du patient par exemple). Le partage d information et de données médicales réduit les examens redondants, aide à la mutualisation des expertises pointues et sécurise la sortie d hospitalisation complète ou ambulatoire. L hôpital numérique devient une réalité : dossier patient et imagerie médicale partagés sont des pratiques désormais bien ancrées. De même, la télé-expertise, la téléconsultation (AVC, insuffisance rénale, dermatologie, psychiatrie) et la télésurveillance en post-hospitalisation sont appelées à se développer. Pour garantir l efficacité de ces dispositifs, se pose la question de la standardisation des outils et des process. Ces facteurs replaceront-ils l hôpital, non plus au centre du système mais au cœur d un réseau? Quels moyens et quelle organisation mettre en place pour partager l information entre la ville et l hôpital? Pour une parfaite insertion des technologies dans les pratiques médicales, les hôpitaux devront-ils renforcer leurs ressources dédiées à la gestion des systèmes d informations et à l accompagnement au changement sans lequel ces projets ne peuvent se mettre en place dans de bonnes conditions?

22 inspirations Retail Clinics standardisation de l offre de soins Créées dans les années 2000 aux Etats-Unis, les Retail Clinics (ou Convenient Care Clinics) sont aujourd hui au nombre de et pourraient atteindre le chiffre de en Ces dispensaires privés, tenus par des infirmiers qualifiés, proposent un accès simplifié à un premier niveau de soins : horaires élargis, implantation dans des lieux fréquentés (galeries marchandes), prestations standardisées à moindre coût. 90 % des recours concernent des motifs de gravité mineure (maux de gorge, toux, vaccinations, etc.). CHARES en Andalousie - centres hospitaliers de haute résolution Dans la province autonome d Andalousie en Espagne, 17 nouveaux «CHARES» (Centros Hospitalarios de Alta Resolucion) sont en construction. Ces nouveaux hôpitaux, de petite taille, ont été conçus autour des principes d accessibilité, de rapidité, d efficacité, et de numérisation des informations médicales. Les CHARES proposent une alternative innovante aux hôpitaux de court séjour traditionnels, des délais d attente réduits et une logistique destinée à améliorer les consultations externes et les procédures de diagnostic. PRADO de la CNAMTS accompagner le retour à domicile A l initiative de l Assurance Maladie, le PRADO (Programme d Accompagnement du Retour à Domicile après hospitalisation) vise à fluidifier les relations ville-hôpital grâce à un accompagnement adapté et fournir les conditions optimales au patient au moment de son retour à domicile. Service en phase d expérimentation, il concerne les accouchements (visites de sages-femmes pendant 12 jours), les interventions orthopédiques (rééducation en ville et non en Soins de Suite et Rééducation) et les opérations liées aux problèmes d insuffisance cardiaque. Almere une offre centrée sur les soins primaires En 1979, lors de la création la ville d Almere (Pays-Bas), un nouveau modèle d organisation des soins reposant quasi exclusivement sur les soins primaires est expérimenté. L offre hospitalière est réduite à l essentiel : des centres de santé intégrés délivrent les soins grâce à une équipe pluri-professionnelle. Les médecins assurent un service d urgence, l ensemble de la petite chirurgie, la pédiatrie et une grande part de l ophtalmologie.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE?

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Séminaire Aristote 12 juin 2013 QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Jean-Pierre Blanchère Coordinateur Département «e-santé et domotique» Pôle TES Justifications de la télémédecine

Plus en détail

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02 FINANCÉ PAR : PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» En décembre 2013, le Commissariat général aux Investissements d Avenir a lancé un appel à projet «Territoire

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP)

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP) DOSSIER DE PRESSE Dossier Médical Personnel (DMP) 2 Sommaire Le Dossier Médical Personnel en Auvergne..5 Le DMP au service de la coordination des soins.6 Le DMP socle de la continuité des soins 7 Le DMP

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION

Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION 1 LES MAISONS REGIONALES DE LA SANTE MRS (programme 2) Enjeux et objectifs Le dispositif des «Maisons Régionales de la Santé» voté en 2010 incarne de

Plus en détail

La prévention médicalisée : des pratiques cliniques au service de la prévention

La prévention médicalisée : des pratiques cliniques au service de la prévention La prévention médicalisée : des pratiques cliniques au service de la prévention Réduction du Risque Tabac des Publics Précaires: collaboration médico sociale au sein d une structure d accueil Ou comment

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes.

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes. Pour un meilleur accompagnement de votre parcours à domicile Introduction Mutualité Française Puy-de-Dôme a développé un nouveau système d information santé favorisant la coordination des acteurs de santé

Plus en détail

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ 19 OCTOBRE 2010 Beatrice Falise Mirat Beatrice.falise-mirat@anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Département Système d Information en Santé et Télémédecine Direction de l Efficience de l Offre 5 mai 2015 1 les enjeux régionaux Enjeux régionaux

Plus en détail

La Télémédecine, un défi sociétal et économique

La Télémédecine, un défi sociétal et économique La Télémédecine, un défi sociétal et économique La télémédecine est un défi. Un défi face aux coûts croissants des consultations médicales, à la problématique des déserts médicaux, à la nécessité enfin

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS :

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : QUELS NOUVEAUX DÉFIS, QUELLES NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LES ACTEURS DE SANTÉ? :: CERTIFICAT 7 modules de mars à décembre 2015 :: Public visé Professionnel médical et

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE» QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE» Qui prévoit cette nouvelle expérimentation? Cette expérimentation figure à l article 70 de

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Actionsdes MUTUELLES

Actionsdes MUTUELLES 10 Actions des MUTUELLES POLITIQUE DE LA MUTUALITE FRANÇAISE EN FAVEUR DES SOINS DE PREMIER RECOURS FACILITER L ACCÈS AUX SOINS ET RÉDUIRE LES RESTES À CHARGE Comment rendre l accès aux soins plus facile?

Plus en détail

Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014. Alice ROUYER LISST Université Toulouse II Le Mirail/ Jean Jaurès

Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014. Alice ROUYER LISST Université Toulouse II Le Mirail/ Jean Jaurès Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014 L habitat intelligent : pourquoi? Quel contexte? Deux processus congruents : le vieillissement démographique la prolifération des dispositifs intelligents dans notre

Plus en détail

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ;

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ; SYNTHÈSE INTRODUCTION Le Programme Pluriannuel Régional de Gestion du Risque (PPR GDR) s inscrit dans le Projet Régional de Santé dont il est un des programmes obligatoires. Elaboré au cours de l été 2010,

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D ERGOTHÉRAPEUTE Référentiel d activités L ergothérapeute est un professionnel de santé. L ergothérapie s exerce dans les secteurs sanitaire et social et se fonde sur le lien qui

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF La santé est définie par l Organisation Mondiale de la santé comme un «état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution?

Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution? Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution? Enjeux et aspects économiques des soins à domicile Miloud Kaddar Économiste de la santé, Consultant International mkaddar@hotmail.com

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE klesia.fr KLESIA Une expertise plurielle au service de la protection sociale Partenaire et conseil des entreprises, des salariés et des particuliers,

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile

La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile Habitat et vieillissement La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile Diagnostic autonomie et vieillissement Colloque FREGIF Paris Page 1 Le CSTB : au service la qualité et de la sécurité de la

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

Réflexions sur l organisation des soins

Réflexions sur l organisation des soins Réflexions sur l organisation des soins Rencontres inter-régionales de l ASIP lasip Dr Y Bourgueil Directeur de recherches h IRDES Responsable équipe PROSPERE Réflexions sur l organisation des soins L

Plus en détail

Proyecto Telemedicina

Proyecto Telemedicina Seminario Internacional Desarrollo de Servicios Sociales para Personas Mayores 3-4 octubre 2013 Proyecto Telemedicina Dr Jean-Philippe Flouzat Médico geriatra, Consejero Médico Social de la Agencia Regional

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

La Mutualité Française Limousin et l offre de soins de premier recours

La Mutualité Française Limousin et l offre de soins de premier recours La Mutualité Française Limousin et l offre de soins de premier recours Mot du président Le vieillissement de la population associé à une évolution défavorable de la démographie médicale ont conduit l État

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Si le projet de loi «hôpital, patients, santé, territoires» a pour ambition

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014

DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014 DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014 La Bourgogne, territoire de soins numérique La Bourgogne fait partie des 5 régions lauréates de Territoire de Soins Numérique (TSN). La région va recevoir un soutien

Plus en détail

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Personnes âgées en risque de perte d autonomie (PAERPA) Claude JEANDEL Pôle de gérontologie CHU Montpellier Université Montpellier Inserm

Plus en détail

CONSTRUCTION DE LA VISION 2025. COMITE de pilotage et scientifique 6 mai 2010

CONSTRUCTION DE LA VISION 2025. COMITE de pilotage et scientifique 6 mai 2010 CONSTRUCTION DE LA VISION 2025 COMITE de pilotage et scientifique 6 mai 2010 LA VISION 2025 EST AU CARREFOUR DE TROIS DYNAMIQUES Industrie Sociétés savantes Flux de découvertes scientifiques et développement

Plus en détail

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Synthèse des réunions des conférences de territoire (Rouen-Elbeuf : 04 mars 2013, Dieppe : 05 mars 2013, Le Havre : 06 mars 2013, Evreux-Vernon : 08

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Le programme OMAGE dans une logique de parcours Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Quelques chiffres Les 75+ : 57% ont une ALD 33% sont hospitalisés dans l année, dont 40% en

Plus en détail

Dossier réalisé avec la participation de :

Dossier réalisé avec la participation de : Dossier réalisé avec la participation de : Paul Verdiel, Président de H2AD Jean-Loup Durousset, Directeur du Centre de l Hospitalisation Privée de la Loire (CHPL) Thierry Depois, Directeur Général d Europ

Plus en détail

AG2R PREVOYANCE ACTION SOCIALE

AG2R PREVOYANCE ACTION SOCIALE AG2R PREVOYANCE ACTION SOCIALE pour accompagner les entreprises et aider les salariés Depuis sa création en 1977, AG2R Prévoyance a développé une action sociale qui apporte des réponses aux besoins spécifiques

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Le Gouvernement a fait le choix d une loi d orientation et de programmation, inscrivant la totalité

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E Recommandations pour le dépistage du cancer du col de l utérus en France Juillet 2010 Ces recommandations s inscrivent

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale 1 L offre de soins en santé mentale dans l accord gouvernemental L accord gouvernemental du 9 octobre 2014 prévoit en

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» :

Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» : 1 Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» : Recherche et Développement dans le domaine de l utilisation des Nouvelles

Plus en détail

Malakoff Médéric, membre de l équipe «French IoT» de La Poste, au CES de Las Vegas, du 6 au 9 janvier 2016

Malakoff Médéric, membre de l équipe «French IoT» de La Poste, au CES de Las Vegas, du 6 au 9 janvier 2016 Communiqué de presse Paris, le 6 janvier 2016 Malakoff Médéric, membre de l équipe «French IoT» de La Poste, au CES de Las Vegas, du 6 au 9 janvier 2016 Malakoff Médéric est membre de l équipe de France

Plus en détail

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Juin 2015 Ce document a pour vocation à recenser les principaux services et aides proposés dans le cadre de la lutte contre l isolement il

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours Atelier 2 Stéphane Belin secours 1 La personne âgée: Contexte sociétal Augmentation des P.A. d ici à 2050 : + 62,3 % pour les > de 60 ans. + 149,9 % pour les > de 80 ans Au cours des 15 prochaines années

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA m-santé

OBSERVATOIRE DE LA m-santé OBSERVATOIRE DE LA m-santé La m-santé, de nouvelles perspectives pour le bien-être et la santé Qu il s agisse de surveiller son poids ou son alimentation, d arrêter de fumer, de mesurer son activité physique

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

TÉLÉMÉDECINE: UN PROJET MÉDICAL DE TERRITOIRE. Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux

TÉLÉMÉDECINE: UN PROJET MÉDICAL DE TERRITOIRE. Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux TÉLÉMÉDECINE: UN PROJET MÉDICAL DE TERRITOIRE Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Télémédecine Contexte: National: loi, décret (définition de 5 actes,

Plus en détail

La e-santé pour communiquer

La e-santé pour communiquer GCS e-santé BRETAGNE Professionnels de la santé, du médico-social, en structure ou en libéral... La e-santé pour communiquer Présentation des services e-santé en Bretagne BIPS², réseau très haut débit

Plus en détail

Dossier de presse. Développement de la télémédecine

Dossier de presse. Développement de la télémédecine Dossier de presse Développement de la télémédecine Signature officielle de la convention de partenariat entre le Centre Hospitalier de Béziers et le Pays Haut Languedoc et Vignobles Sommaire Sommaire...

Plus en détail

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Juin 2013 / V1

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Juin 2013 / V1 MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance Mieux comprendre MSSanté FAQ Juin 2013 / V1 FAQ MSSanté MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance sommaire 1. Le Système MSSanté 2 MSSanté :

Plus en détail

Conférence sur la commande publique. d innovation dans la e-santé

Conférence sur la commande publique. d innovation dans la e-santé Conférence sur la commande publique d innovation dans la e-santé mardi 1er octobre 2013 Hôtel de Région Salon d honneur - Marseille Conférence sur la commande publique d innovation dans la e-santé 1 Table

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les Carbet des aidants sur les Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées Dossier de presse Le réseau Gérontologie-Alzheimer organise, le 16 novembre 2013 à l Auditorium de la Mairie de Rémire-Montjoly,

Plus en détail

Un cadre juridique nouveau (HPST).

Un cadre juridique nouveau (HPST). Télémédecine Journée régionale des systèmes d information de santé 12 janvier 2012 Dominique PIERRE, chargé de mission SI et référent Télémédecine ARS du Centre 12 Janvier 2012 2 Un cadre juridique nouveau

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 ACCÈS AU SPORT ACCÈS AUX LOISIRS ET/OU À LA CULTURE 1 PRÉAMBULE Définies dans le

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail