APPEL À PROJET TSN - SYNTHESE RÉPONSE ARS AQUITAINE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "APPEL À PROJET TSN - SYNTHESE RÉPONSE ARS AQUITAINE"

Transcription

1 1

2 Les Landes, et a fortiori le Nord et l Est de ce département, concentrent une majorité des défis de santé publique auxquels certains territoires nationaux sont aussi confrontés : qu il s agisse du vieillissement marqué d une population rurale isolée et particulièrement clairsemée (42 habitants au Km²), de la raréfaction progressive des compétences professionnelles, des grandes distances pour accéder au premier recours et a fortiori au second (aucun établissement de santé dans le Nord des Landes), des indicateurs de santé (mortalité dominante des pathologies cardiovasculaires, prévalence inquiétante du diabète). L amélioration de l accès et de la coordination des soins est un défi sans cesse relevé et ce depuis des années. PRÉAMBULE Face à cela, la mobilisation des collectivités territoriales, des institutions sanitaires, médicosociales, des professionnels et de l Agence Régionale de Santé est ancienne. Ainsi, ce territoire précurseur a su anticiper le développement des Maisons de Santé Pluridisciplinaires (MSP), des Expérimentation des Nouvelles Modalités de Rémunération (ENMR), des SIH (le SIH communicant ville-hôpital du CH de Mont-de-Marsan est exemplaire). De plus, en termes d organisation professionnelle et institutionnelle, les acteurs landais ont initié en 2012 une véritable démarche de parcours afin de répondre aux difficultés liées aux réalités sanitaires, sociales et géographiques du territoire. Cet engagement collectif a été concrétisé par des contrats locaux de santé signés en 2012 et A ce jour, cette dynamique territoriale volontariste doit être poursuivie en s appuyant sur les leviers technologiques et les innovations e-santé, qui favoriseront la mutation des pratiques professionnelles et institutionnelles. Il s agit là de l un des principaux objectifs de notre projet XL ENS. Au-delà d une approche orientée vers les usages et contenus numériques innovants pour les professionnels et les patients, notre projet propose une nouvelle vision du parcours basée sur la réalité épidémiologique de pathologies majoritairement chroniques. Il est basé sur une analyse précise des besoins et une graduation des réponses, en fonction du niveau de risque (ou de vulnérabilité) auxquels patients et aidants sont exposés selon le stade ou l association des maladies dont ils souffrent. Et c est bien dans les pratiques de premier recours qu une telle réponse trouve tout son sens. Le projet XL ENS est un formidable levier pour ce territoire et son extension à d autres territoires aquitains serait plus que souhaitable. Notre engagement est d autant plus fort qu il croise et vient fédérer des ressources et des ambitions - propres à l écosystème aquitain : Présence massive de l industrie et de la e-santé en Aquitaine ; Politique volontariste du Conseil Régional Aquitaine, pour une excellence industrielle dans le domaine de l e-santé et de la «Silver economy» ; Proximité stimulante avec «Euskadi» (Pays Basque Espagnol) et son projet de refondation du système de santé. En conséquence, la direction générale de l Agence Régionale de Santé Aquitaine s engage pleinement pour favoriser la réussite et assurer la pérennité du dispositif à l issue du programme, sur son inscription durable dans l offre de soins du territoire concerné et sur sa généralisation possible, à terme, à d autres territoires de la région. Michel LAFORCADE Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Aquitaine 2

3 1. UN PROJET DE SANTÉ INNOVANT FINANCÉ ET MIS EN OEUVRE SUR LE TERRITOIRE NORD ET EST LANDES Le nom du projet XL_ENS (phonétiquement «Excellence» et sigle des Landes Espace Numérique de Santé) renvoie tout à la fois à l ancrage dans le territoire landais (XL = 40, numéro du département des Landes et logo du Conseil Général) et à l ambition d en faire un territoire d excellence. La finalité de ce projet est d améliorer la santé de la population du territoire Nord et Est Landes en facilitant l interaction des acteurs de santé. Deux objectifs soutiennent cette ambition : le soutien aux organisations et aux acteurs de premier recours, le développement massif de l usage des outils numériques indispensables à un meilleur accès aux soins et à des pratiques collaboratives, voire des co-constructions de prises en charge. Le gain attendu en termes de santé de la population de ce territoire porte principalement sur l amélioration des prises en charge des pathologies chroniques dont la complexité et la durée imposent la mobilisation de savoirs multiples, une «mémoire» des informations, une surveillance et une organisation des soins. Dans ce contexte, l apport de technologies de l information performantes apparaît primordiale. Les pathologies chroniques nécessitent une prise en charge au long court. Elles imposent la mise en place d un projet réel de vie dont le «rester chez soi» et le «vivre avec les siens» doit rester l objectif principal. Le projet XL_ENS «Landes Espace Numérique de Santé» pose donc le domicile (ou ses alternatives) comme le centre de gravité du dispositif de prise en charge ; les soins de premier recours en devenant la pièce maîtresse et le recours hospitalier une «exception». Cette translation des pratiques de santé du séjour hospitalier vers l ambulatoire devra se faire à qualité et sécurité des soins constantes, si ce n est améliorées. Le corolaire de cette «migration» est bien la mise à disposition «à domicile» d un service une organisation - de santé qui devra allier permanence, continuité, globalité et coordination. 1.1 D IMPORTANTS BESOINS DE SANTÉ PUBLIQUE UNE POPULATION TRÈS DISPERSÉE SUR UN TRÈS VASTE TERRITOIRE Ce territoire est le deuxième plus grand département de France, caractérisé par une très faible densité (42 habitants au km 2 allant jusqu à 4,7 habitants au km 2 pour le canton de Sore). La zone littorale se caractérise par une forte concentration de résidences secondaires (de 35 à 45% de l ensemble des logements) et une forte attractivité touristique, entraînant des augmentations de population aux périodes de vacances. Un territoire vaste de 25 cantons et peu densément peuplé, à forte représentation rurale, avec un défi d accès géographique aux soins DES INDICATEURS DE SANTÉ DÉFAVORABLES Le taux standardisé de mortalité générale est supérieur à celui de l Aquitaine. Ces écarts se trouvent confirmés pour la mortalité par cancer et par maladies cardiovasculaires 1, Ce territoire présente aussi les problématiques classiques de prise en charge de maladies chroniques, avec notamment des prévalences élevées pour le diabète et les maladies cardio-vasculaires. UN SOUS-ÉQUIPEMENT SANITAIRE POUR LE NORD DES LANDES Aucun lit d hospitalisation de court séjour sur le territoire, Les soins les plus lourds dépendent de 4 centres hospitaliers hors territoire, Couverture incomplète par les services d Hospitalisation à Domicile, Insuffisance d équipements pour enfants handicapés (dont autisme et déficients profonds). UNE POPULATION VIEILLISSANTE La part de population de plus de 75 ans est de 11%. Le flux migratoire entrant de personnes d âges médians augmentera ce phénomène de vieillissement pour les prochaines années, induisant des besoins de santé accrus notamment dans la prise en charge de polypathologies chroniques. 1 Les maladies cardiovasculaires constituent, contrairement au territoire national, la première cause de décès avant les cancers. 3

4 UNE OFFRE DE PREMIER RECOURS DYNAMIQUE MAIS FRAGILISÉE PAR L ÉVOLUTION DE LA DÉMOGRAPHIE DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ (Les médecins généralistes sont plus âgés que dans le reste du département - 46,8% ont plus de 55 ans contre 41,7% en territoire Sud-Landes). 1.2 UNE PRIORITÉ DONNÉE AUX PRATIQUES DE PREMIER RECOURS Alors que le système actuel fonctionne sur 3 niveaux implicites : population générale, médecine ambulatoire (générale et spécialisée) et hôpital, le projet «XL_ENS» entend développer au niveau du premier recours une classification par niveaux de risque encourus par les patients et articulés sur le parcours des affections chroniques. Cette classification fait dorénavant partie de l état de l art de ces prises en charge sous le vocable «pyramide de Kaiser». Profil de patient Chronique Descriptif dans les pratiques actuelles : segmentation des situations rencontrées Référence «Kaiser» SANITAIRE SOCIALE NIVEAU 0 NIVEAU 1 NIVEAU 2 NIVEAU 3 Malades chroniques à forte complexité Malades chroniques à haut risque Malades chroniques à faible risque Population globale A.1 Une ou plusieurs pathologie (s) chronique(s) simple(s) sans incapacité C.Polypathologie complexe et/ou avancée + incapacité lourde +/- vulnérabilité socioéconomique B.1 Polypathologie, dont 1 complexe à risque de décompensation et incapacité limitée GESTION DE CAS A.2 pathologie simple avec incapacité limitée B.2 pathologie simple + incapacité lourde ou vulnérabilité socioéconomique GESTION DE LA MALADIE ET ACCOMPAGNEMENT PRÉVENTIONS, AUTO SOINS ET ACCÈS AUX SOINS PRIMAIRES A.3 vulnérabilité socioéconomique isolée mais nécessitant une aide Gestion de cas (case management) Disease/ Care managemnt Support à l auto-traitement Prévention et promotion du bien-être Niveau 0 : Population globale du territoire qui bénéficie des actions de prévention et de promotion du bien-être Ce niveau de risque correspond à la population du territoire dite en «bonne santé». Le risque 0 est loin de la réalité de ce territoire, surtout en tenant compte des indicateurs sociaux défavorables. Cette population fragilisée doit pouvoir bénéficier d une politique de prévention primaire renforcée. Un des enjeux de ce projet est de fédérer les acteurs de la prévention pour coordonner les campagnes de dépistages et de communication. 4

5 Niveau 1 : Des malades chroniques à faible risque qui justifient une coordination clinique de proximité C est le cadre et le format des pratiques actuelles sur une zone locale de «connaissances mutuelles des professionnels». Un professionnel de santé est désigné comme référent. Il organise et supervise le parcours du patient dans ses interactions avec les autres professionnels de santé impliqués. Il définit la surveillance à mettre en place, (avec le suivi de l observance) et convient des modalités d éducation thérapeutique et de support à l autotraitement à mettre en place 2. Une des avancées du projet XL_ENS est de proposer au patient (et au professionnel référent) une inclusion dans le dispositif. La procédure d inclusion peut être simplifiée et opérée par le biais de la plateforme décrite dans le point 1.3. Niveau 2 : Des malades chroniques à haut risque qui bénéficient d une cellule territoriale d appui La cellule de soutien territorial repose sur une plateforme qui régule le parcours des patients à ce niveau de risque. Cette régulation est basée sur un Plan Personnalisé de Soins (PPS) élaboré sous l égide du médecin traitant et/ou du professionnel de santé référent. Ce dispositif prolonge le «guichet unique» tel que préconisé pour les MAIA ou la «coordination territoriale d appui». Niveau 3 : Des malades chroniques à forte complexité qui nécessitent une coordination des soins de forte intensité et l intervention d un gestionnaire de cas complexe Pour toutes les maladies chroniques «complexes», le gestionnaire de cas réalise à domicile une évaluation multidimensionnelle afin de mesurer l ensemble des besoins sanitaires et sociaux de la personne et fait le lien avec les professionnels déjà en charge de la situation. Il planifie les services nécessaires à l aide d un plan de services individualisé et est le référent pour la personne en perte d autonomie fonctionnelle. Le projet étant orienté multi-pathologies et multi-parcours, dans la mise en œuvre du projet «XL ENS», des priorités seront données à certaines pathologies : Insuffisance Cardiaque (IC), Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO), Diabète compliqué, Asthénie Altération de l Etat Général (AEG) Les parcours de ces patients seront les parcours pilotes (promoteurs) de ce dispositif. 1.3 UNE MISE À DISPOSITION DES PROFESSIONNELS ET DES PATIENTS D UNE PUISSANTE PLATEFORME TERRITORIALE Le projet s appuie sur une plateforme de services adaptés à chacun des niveaux de prise en charge évoqués. Celle-ci doit pouvoir répondre aux attentes des professionnels, mais aussi à celles des patients ou de leur entourage. La plateforme XL_ENS propose un système multimodal de soutien immédiat aux pratiques de premier recours sur le territoire Nord et Est landais, et intègre : une cellule de soutien territorial, un bouquet de services numériques (basés sur des solutions SI), des services à valeur ajoutée accessibles par téléphone, des services de proximité déclenchables par la cellule, et projetés sur le territoire. Elle intègrera aussi un système proactif qui permettra d anticiper et de prévenir, avec la contribution du patient et de son entourage, la survenue de situations de rupture. 2 A ce niveau de risque, il serait souhaitable que les professionnels élaborent un Plan Personnalisé de Soins (PPS) mais les volumes de patients concernés ne sont pas propices à un tel formalisme. 5

6 BIEN-ÊTRE ET PRISE EN CHARGE A DOMICILE DOMICILE EHPAD PLATEFORME TERRITORIALE D INFORMATION ET D ORIENTATION DROITS SOINS SERVICES Portail professionnels portail usagers/aidants plateforme telephonique Hôpital PROFESSIONNEL LIBÉRAL ISOLÉ CELLULE DE SOUTIEN TERRITORIAL MAISONS DE SANTE PLURIDISCIPLINAIRES (MSP) POLE LOCAL PLURIDISCIPLINAIRE Professionnels libéraux 1 er RECOURS Les pôles locaux pluridisciplinaires sont les cercles ou micro-réseaux d acteurs de prise en charge d un patient. S appuyant sur le système d information de la plateforme, la cellule de soutien territorial, exercera au sein d une structure de type GCSMS (groupements de coopération sanitaire et médico-social) et rassemblera diverses compétences permettant notamment : d apporter informations et réponses téléphoniques aux patients, aidants ou professionnels, de gérer et coordonner la prise en charge des cas complexes, de déclencher les services de proximité adéquats, d accompagner les acteurs du territoire dans leur appropriation des TIC. Les usagers du territoire (professionnels ou patients) pourront solliciter la plateforme par un accès web, des applications mobiles, courriel, Sms ou appel téléphonique. Ils pourront également accéder à un catalogue de services TSN sur leur territoire, le store XL_ENS (applications mobiles, serious game, ) LES SERVICES À DESTINATION DES PATIENTS ET DES AIDANTS Concernant les services aux patients et aux aidants, le portail patient rassemblera notamment : Informations utiles : prévention, droits sociaux, Cartographie offre de santé, Services logistiques : prises de rendez-vous, démarches administratives, agenda santé patient, Aide à l orientation, Outils personnalisés de santé : DMP, carnet de vaccination, résultats de laboratoires..., Objets connectés : télésurveillance et accès aux données d auto-mesure et aux éventuelles alertes remontées, dispositifs médicaux. Dans les cas les plus lourds de pathologies chroniques, ce bouquet de services e-santé et d assistance téléphonique pourra être complété par un ensemble de services de proximité, orientés vers le maintien à domicile et déclenchés par l équipe d appui territorial, en lien avec le médecin traitant. 6

7 1.3.2 LES SERVICES À DESTINATION DES PROFESSIONNELS Le bouquet de services devra être défini en tenant compte de l exigence de réponse immédiate, dans l objectif attendu d optimisation du temps du professionnel de santé. Le portail professionnel rassemblera notamment : Informations et support logistique et administratif : accès à des informations de droit sociaux (aides financières, ), offre de santé, alertes sanitaires, référentiel de bonne conduite en cas d épidémie, simplification des démarches administratives, agenda en ligne pour prise de rendez-vous par ses patients, prises de rendez-vous vers des plateaux techniques, ou vers des acteurs de second recours (en présentiel ou via les outils de la plateforme régionale de télémédecine), actions de dépistage, information et gestion des formations continues, référentiels de compétences, protocoles de soins pluridisciplinaires, Aide à l orientation du patient, Accès simplifié et intégré depuis les logiciels de cabinet médical : aux protocoles HAS de prise en charge, à la messagerie sécurisée, au Dossier Pharmaceutique, au Dossier Médical Personnel, au carnet électronique de vaccination du patient, au PPS, à la e-prescription, Aide au diagnostic : avis d experts et télé-consultations via les outils de la plateforme régionale de télémédecine, Coopération inter-professionnelle : outils accessibles en mobilité, en mode connecté et déconnecté, pour les échanges quotidiens entre acteurs de la prise en charge (transmissions multimédias, ) LES SERVICES À DESTINATION DE LA CELLULE DE SOUTIEN TERRITORIAL La cellule de soutien territorial accèdera aux informations sanitaires et sociales nécessaires à son exercice de coordination, de gestion de cas et d information des appelants. Au-delà des dispositifs précédemment cités, auxquels elle accèdera dans le respect des référentiels nationaux et des contraintes CNIL, elle disposera aussi : d un dispositif de gestion des sollicitations patients et professionnels (de type CRM Customer Relationship Management), facilitant notamment le repérage de personnes en situation de fragilité et la fluidité du suivi (dans le respect des contraintes légales et CNIL), d un outil de Case Management facilitant la gestion des cas complexes, la coordination des services de proximité et produisant le tableau de bord de suivi du protocole de soins pluridisciplinaire partagé entre acteurs, d un outil de reporting du suivi à domicile LES SERVICES TRANSVERSES Articulant services existants (DMP, DP, Télémédecine, Messagerie Sécurisée, PAACO, ) et services innovants, ce projet intègrera aussi des chantiers transverses majeurs tels que le chantier global de sécurisation du médicament (en conformité avec les grandes orientations du CNOP sur le Dossier Pharmaceutique) ainsi que des nouvelles applications du domaine de la recherche (Big Data, living Lab,...). 1.4 LES BÉNÉFICES ATTENDUS Le projet entend être ambitieux pour la santé des patients mais aussi pour les pratiques et les conditions d exercice des professionnels UNE AMÉLIORATION DU BIEN-ÊTRE ET DE LA SÉCURITÉ DES PATIENTS L ambition affichée du projet est : de garantir une proximité de services de santé matériels ou immatériels, d avoir une égalité d accès aux soins pour tous et en tout point du territoire, de rendre possible le maintien à domicile lorsque l état de santé n exige pas une hospitalisation, de réduire les durées d hospitalisation. Le principe général est de détecter, voire d anticiper, les changements d état de santé des patients pour adapter au mieux la prise en charge et éviter les ruptures de parcours. 7

8 En plus d une meilleure prise en charge, le projet XL-ENS visera à : Rendre le patient acteur de sa santé par la mise à disposition de services d informations, de prévention, d éducation thérapeutique et par l accès à son DMP, à des dispositifs d auto-mesures, Sécuriser son environnement, Au niveau du traitement médicamenteux, A domicile : domotique, télé-suivi, dispositifs médicaux implantés, objets connectés, Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité (dispositifs de Télémédecine, ), Améliorer l environnement de vie du patient et diminuer le stress des aidants par l information et l accompagnement social et médico-social UNE AMÉLIORATION DES CONDITIONS D EXERCICE DES ACTEURS DE PREMIER RECOURS Les acteurs de premier recours sont, après la population et les patients, les principaux bénéficiaires du projet. Les gains attendus pour le professionnel sont donc : de pouvoir se recentrer sur son expertise en simplifiant ou en allégeant le temps passé sur des tâches non médicales : prise de RDV, aide à l orientation, de sécuriser ses pratiques professionnelles en lui permettant d accéder à divers services innovants : e-prescription, DP, DMP, protocoles de soins, télé-expertise, de rompre son isolement en lui faisant bénéficier de l apport d une cellule de soutien territorial, d améliorer la coopération inter-professionnelle par la mise à disposition d outils communicants et collaboratifs : PAACO, MSS, Prise de rendez-vous, d être accompagné dans l amélioration de sa pratique : formation, aide à la décision, protocoles de soins pluridisciplinaire UN RÉÉQUILIBRAGE DE L OFFRE DE SANTÉ VERS LE PREMIER RECOURS ET LE DOMICILE Sans modifier les structures en place, l ambition du projet est d opérer une véritable «révolution» du modèle d organisation de l offre de soins de premier recours. Il s agit de démontrer la faisabilité d une transformation du parcours de soin du patient basée sur : le domicile comme centre de gravité de l offre de 1 er recours, le développement de coopérations interprofessionnelles fortes, l émergence et la pérennisation de compétences nouvelles et nécessaires au développement de cette nouvelle pratique. 2. UN INVESTISSEMENT MAJEUR DANS L UTILISATION DES TECHNOLOGIES NUMÉRIQUES Techniquement le projet se traduit par la mise à disposition d une plateforme de services en ligne accessibles aux professionnels ainsi qu au grand public (patients, aidants ) tant au sein de structures, qu en ambulatoire et au domicile des patients. L espace numérique de santé territorial offrira un Cloud Privé sécurisé regroupant l ensemble des services accessibles en ligne en multi-canal : interconnecté avec les services nationaux et les services régionaux, interfacé avec les SI des établissements et des professionnels libéraux, offrant une connectivité avec les objets communicants et les applications mobiles. Le fonctionnement en mode déconnecté permettra au professionnel de partir en tournée en ayant chargé au préalable les informations nécessaires sur son dispositif mobile. Il resynchronisera les données sur la plateforme à son retour. 8

9 Point d entrée unique à l ensemble des services, cet espace numérique offre une vue spécifique pour chaque typologie d acteur en ne lui présentant que les services dont il a besoin. Ces services sont aussi disponibles sous forme d un catalogue d applications téléchargeables (Store XL_ENS) qui s enrichira progressivement au fur et à mesure que de nouveaux services seront développés. La solution technologique est constituée d une plateforme ouverte qui doit pouvoir communiquer de manière sécurisée avec les systèmes d informations externes : systèmes d informations des établissements, SI nationaux et régionaux, logiciels des acteurs libéraux, applications mobiles, objets connectés..., ce dans une logique d EAI (Enterprise Application Integration). La solution respectera les exigences spécifiques à la manipulation des données personnelles de santé et les standards du marché en termes d interopérabilité : Elle s appuiera sur une architecture modulaire et urbanisée des services pour répondre aux exigences d évolutivité et de stabilité, et ainsi proposer aux utilisateurs des services fonctionnels de la plateforme (logique de Store d applications) et personnalisables. Elle sera construite pour être nativement réplicable et transposable, afin de permettre sa généralisation à d autres territoires. Enfin, le respect de l état de l art en matière d accessibilité et de simplicité d utilisation est une exigence visant à garantir une appropriation rapide de la solution par les différents utilisateurs. 3. LES ATOUTS LANDAIS 3.1 UN TERRITOIRE PIONNIER DE NOUVELLES PRATIQUES Très tôt les acteurs de ce territoire se sont engagés dans la mise en place de nouvelles modalités d organisation de soins de premier recours et au développement de nouvelles pratiques de collaboration : les 6 maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) rassemblent, autour d un même projet de santé, plusieurs professionnels libéraux de 1er recours (médecins, infirmiers, masseurskinésithérapeutes...). Ce type d organisation, présent depuis 2010 sur le territoire de notre projet, facilite la mise en œuvre d actions de coopération dans deux domaines : > > la prise en charge directe des patients : organisation de la continuité des soins et prise en charge des actes non programmés, voire des petites urgences ; actions de prévention, de dépistage et d éducation thérapeutique ; coordination avec d autres structures du territoire (services médicosociaux, hôpital local, EHPAD) ; consultations avancées de spécialistes ; télémédecine > > la pluri-professionnalité : partage des plannings ; réunions de coordination ; système d information et dossier médical partagé ; mise en place de protocole de soins partagé ; accueil des étudiants en stage. 9

10 Le protocole ASALEE auquel 9 généralistes adhèrent, met à disposition de ces médecins du temps d infirmier pour développer un travail collaboratif en éducation thérapeutique, suivi et / ou dépistage de pathologies chroniques. L ouverture actuelle de ce protocole à de nouvelles adhésions devrait permettre d augmenter le nombre de généralistes landais participant à ce dispositif. les 2 Maisons pour l autonomie et l intégration des malades d Alzheimer (Maia), dont une, dans le Nord- Landes, a vocation à prendre en charge toutes les situations complexes, au-delà des seuls patients souffrant de la maladie d Alzheimer. Les Maia ont pour mission de fédérer, dans un guichet unique, tous les partenaires (sanitaires, sociaux et médico-sociaux) chargés de l information, de l orientation de la population et de la coordination sur le territoire. un réseau de soins palliatif, le réseau ASPAM. Il a pour mission de coordonner les différents intervenants médicaux, paramédicaux et sociaux - afin de faciliter le maintien à domicile des patients en fin de vie. Il mobilise, outre un coordinateur administratif, un médecin, une infirmière, une assistante sociale et un psychologue. 2 Centres locaux d information et de coordination (CLIC) financés par le conseil général. Situés à Morcenx et Mugron, ils favorisent une meilleure information des personnes âgées et de leur entourage, ainsi qu une meilleure accessibilité aux aides existantes (APA, PCH), notamment pour le maintien à domicile. 2 Groupements de Coopération Sociale et Médico Sociale (GCSMS) Nord Landes et ACTTE40, qui rassemblent CCAS, CLIC, EHPAD, MAIA, hôpital local, SSIAD et qui visent à coordonner le continuum de soins et de services proposés sur leur territoire. Le CH de Mont-de-Marsan, hôpital d excellence sur le plan numérique développe depuis plus de cinq ans une stratégie d ouverture vers les professionnels de ville : > > Dématérialisation des lettres de sorties à destination des correspondants de ville, > > Envoi dématérialisé des prescriptions hospitalières vers les officines de ville, > > 1 er établissement DMP engagé de la région avec une dynamique constante, > > Etablissement expérimentateur du Dossier Pharmaceutique. 3.2 DES PARTENAIRES INSTITUTIONNELS FORTEMENT IMPLIQUÉS La mobilisation effective des acteurs de territoire est dynamisée par les synergies et les apports de partenaires institutionnels territoriaux et régionaux. Ainsi, les partenaires suivants sont aujourd hui convaincus des apports du projet XL_ENS dans la réalisation de leurs missions : Le conseil général des Landes, déjà fortement impliqué dans l accompagnement social et médico-social des populations, Les organismes de protection sociale, en synergie avec leur action sanitaire et sociale : prévention et programmes d accompagnement pour les Caisses d Assurance Maladie et accompagnement du retour à domicile après hospitalisation, maintien à domicile et prévention de la dépendance pour la CARSAT, Le conseil régional d Aquitaine, particulièrement dynamique dans le soutien au développement économique de la filière e-santé : l initiative de la création du cluster TIC santé, un projet quasi finalisé de living lab en e-santé, le co-financement régulier de projets collaboratifs d innovation en e-santé, des réflexions partagées avec l Euskadi sur le vieillissement (candidature au KIC ageing) et les maladies chroniques (concept de chronocity valley), le lancement récent de la filière régionale de la silver economy, présidence du réseau européen Enrich Les usagers et leurs instances de représentation (CISS Aquitaine, Coderpa 40, ), La Nouvelle Université de Bordeaux, via l ISPED (Institut de Santé Publique, d Epidémiologie et de Développement) et son expertise avérée dans le domaine des évaluations médico-économiques, Les URPS Médecins Libéraux, Infirmiers et Pharmaciens d Aquitaine, déjà promoteurs de projets e-santé, et très concernés par les enjeux XL_ENS induits par cette nouvelle approche technologique et organisationnelle Les instances de démocratie sanitaire (CRSA, conférence de territoire). 10

11 3.3 UN TERRITOIRE À L AVANT-GARDE DANS L USAGE DU NUMÉRIQUE Le projet XL_ENS répond aux orientations des projets nationaux qui visent à la mise en place des pratiques collaboratives de premier recours appuyées sur le développement des nouvelles technologies de la e-santé. Du point de vue des Systèmes d Informations (SI), il s appuie sur les référentiels et les programmes e-santé nationaux, ainsi que sur le Programme Régional de Télémédecine. Le projet XL_ENS s articulera avec les projets ou programmes suivants : Télémédecine > > Télé-expertise AVC et Télé-radiologie en Permanence Des Soins : CH de Mont-de-Marsan, CH de DAX et CHU de Bordeaux, > > HAD Mont-de-Marsan : Télé-expertise plaies et escarres avec le CHU de Bordeaux, > > Projet e-dermato en lien avec «PAACO» sur Aire-sur-Adour, > > Urgences : télé-radiologie PDS sur CH de Mont-de-Marsan, CH de Dax et Polyclinique Les Chênes (Airesur-Adour), > > Déploiement de Télé-consultations sur les EHPAD des Landes (dermatologie, psychiatrie, gériatrie, soins palliatifs, ). PAACO : dispositif communicant en mobilité (journal de transmission multimédia), partagé entre acteurs sanitaires et médico-sociaux et articulé avec le Dossier Médical Personnel (DMP) et la Messagerie Sécurisée de Santé (MSS). La Maia ACTT40 et la Maison de santé pluridisciplinaire de Labrit seront déployés d ici la fin 2014 avec un objectif de généralisation du déploiement prévu sur l ensemble des acteurs en pratique collaborative à horizon 2015 : CCIAS Mont-de-Marsan, MSP, cabinets de groupes, infirmiers via leur URPS, DMP : Le département des Landes est très engagé dans la dynamique régionale de déploiement du DMP, avec DMP créés et 50% des DMP alimentés. Sont particulièrement impliqués : > > 5 établissements de santé, dont le CH de Mont de Marsan, 2 ème établissement DMP de la région, après le CHU de Bordeaux (3 ème établissement DMP de France), > > 5 établissements médico-sociaux, > > 186 professionnels de santé libéraux. DP : le Dossier Pharmaceutique est d ores et déjà opérationnel sur l ensemble des officines landaises. Par ailleurs, le CH de Mont-de-Marsan fait partie des établissements expérimentant l accès hospitalier au DP. Dans le cadre du projet, les orientations d extension du DP proposées par le CNOP seront déployées. La Messagerie Sécurisée > > Le CH de Mont-de-Marsan développe depuis plus de cinq ans une stratégie d ouverture de l hôpital vers les professionnels de ville : - l ensemble des lettres de sorties émanant du CH sont envoyées par Messagerie Sécurisée aux médecins traitants abonnés aux services, - 75 pharmacies de ville reçoivent les documents de suivi de patients sous chimiothérapie orale. > > Dans le cadre du projet, tous les acteurs engagés dans XL_ENS seront en capacité d émettre ou recevoir un message sécurisé. Via Trajectoire : Outils qui permet la gestion des sorties des patients du court séjour vers les structures de réadaptation et rééducation. 7 structures landaises seront déployées d ici juin 2015 (SSR, HAD et MCO) et l ouverture au médico-social est prévue à horizon 2015 et PAERPA (Personnes âgées en risque de perte d autonomie) : le territoire de Bordeaux participe à l expérimentation nationale PAERPA. Notre projet en partage à la fois la logique, fondée sur le parcours de santé et l objectif : «Faire en sorte qu une population reçoive les bons soins par les bons professionnels dans les bonnes structures au bon moment. Le tout au meilleur coût.» Il va de soi que les enseignements de cette expérimentation seront capitalisés dans le projet XL-ENS et articulés avec lui. 11

Le développement des entreprises de la e-santé : le rôle des territoires l exemple aquitain FORUM LES ECHOS. 17 septembre 2015

Le développement des entreprises de la e-santé : le rôle des territoires l exemple aquitain FORUM LES ECHOS. 17 septembre 2015 Le développement des entreprises de la e-santé : le rôle des territoires l exemple aquitain FORUM LES ECHOS 17 septembre 2015 Sur le contexte général Une politique volontariste de soutien à l innovation

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire Telecom Bretagne, Institut Telecom M@rsouin, CREM Myriam.legoff@telecom-bretagne.eu

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

TELEMEDINOV. la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée. Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique

TELEMEDINOV. la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée. Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique TELEMEDINOV la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique Présentation Michel RIOLI directeur du projet LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, DGOS. Le 03 avril 2014 Session Santé Numérique : quelle est la place de la France en Europe? Etat des lieux et comparatifs La position

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Journées de formation DMP

Journées de formation DMP Journées de formation DMP Le DMP dans l écosystème Chantal Coru, Bureau Etudes, ASIP Santé Mardi 26 juin 2012 Processus de coordination au centre des prises en charge Quelques exemples Maisons de santé

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE?

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Séminaire Aristote 12 juin 2013 QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Jean-Pierre Blanchère Coordinateur Département «e-santé et domotique» Pôle TES Justifications de la télémédecine

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014

DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014 DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014 La Bourgogne, territoire de soins numérique La Bourgogne fait partie des 5 régions lauréates de Territoire de Soins Numérique (TSN). La région va recevoir un soutien

Plus en détail

Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires

Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires Améliorer la coordination entre les professionnels et les structures de soins ambulatoires hospitaliers et médicosociaux

Plus en détail

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Département Système d Information en Santé et Télémédecine Direction de l Efficience de l Offre 5 mai 2015 1 les enjeux régionaux Enjeux régionaux

Plus en détail

Faciliter le parcours des personnes âgées en risque de perte d autonomie : les projets PAERPA

Faciliter le parcours des personnes âgées en risque de perte d autonomie : les projets PAERPA Faciliter le parcours des personnes âgées en risque de perte d autonomie : les projets PAERPA Sommaire Enjeux et objectifs Anticiper une réalité démographique et organiser le parcours de santé autour d

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

Les technologies de l information, support de la réorganisation territoriale

Les technologies de l information, support de la réorganisation territoriale Les technologies de l information, support de la réorganisation territoriale Pierre Simon Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) De quoi parlons-nous? Le cadre de la santénumérique

Plus en détail

Proyecto Telemedicina

Proyecto Telemedicina Seminario Internacional Desarrollo de Servicios Sociales para Personas Mayores 3-4 octubre 2013 Proyecto Telemedicina Dr Jean-Philippe Flouzat Médico geriatra, Consejero Médico Social de la Agencia Regional

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé. Tours

Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé. Tours Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé Tours Débat régional du 13 février 2014 Chantier n 1 du programme Gaspar : développer les conventionnements tiers payant

Plus en détail

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02 FINANCÉ PAR : PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» En décembre 2013, le Commissariat général aux Investissements d Avenir a lancé un appel à projet «Territoire

Plus en détail

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe Un éclairage pour un déploiement national Journée Télémédecine ASIP Santé 3 mai 2012 Pascale MARTIN - ANAP Agence Nationale d Appui à la Performance

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Maître de cérémonie Christian Fillatreau, Président du Cluster TIC Aquitaine

Maître de cérémonie Christian Fillatreau, Président du Cluster TIC Aquitaine Challenge start-up Maître de cérémonie Christian Fillatreau, Président du Cluster TIC Aquitaine Sanilea Régulation des transports et des soins Performance, simplicité, connectivité, intuitivité, mobilité

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

lv. Fiches de présentation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires P.16

lv. Fiches de présentation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires P.16 P.3! " P.7! # $!%& # $!# $ ' (") P.9 *$ (") +,(") a) )! " #$ %$ lv. Fiches de présentation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires P.16 & ' (()# " )2 #% * +,,,- - -$. / 0 ()./ *. 1 - -() * 2+,3+ 1 (.

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

Réunion régionale. avec les établissements de santé. 4 Avril 2013

Réunion régionale. avec les établissements de santé. 4 Avril 2013 Réunion régionale avec les établissements de santé 4 Avril 2013 1 Ordre du jour Introduction par Michel LAFORCADE, Directeur Général de l ARS Aquitaine 1 ) Optimiser les parcours de santé: place des établissements

Plus en détail

Orange Healthcare vers un système de santé connecté

Orange Healthcare vers un système de santé connecté Orange Healthcare vers un système de santé connecté Orange est conscient que les grands établissements de santé doivent évoluer pour améliorer la prise en charge des patients, coordonner l ensemble des

Plus en détail

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Atelier n 11 Monter un parcours de soins sur une approche territoriale ciblée 2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Françoise ELLIEN,

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux «le pourcentage de résidents âgés nécessitant des soins pour des plaies simples ou complexes était de 8,6% selon l étude PATHOS menée en 2009

Plus en détail

PLEXUS OI, UN INNOVANT

PLEXUS OI, UN INNOVANT PLEXUS OI, UN INNOVANT UN PROJET E-SANTE PLEXUS OI Genèse du projet L innovation au cœur du parcours de prise en charge LAGENÈSE DU PROJET Favoriser l émergence de territoires d excellence Des démarches

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

RECENSEMENT DES USAGES EXPRIMÉS. De nombreux usages potentiels exprimés par les adhérents avec des degrés de maturité et de faisabilité variables

RECENSEMENT DES USAGES EXPRIMÉS. De nombreux usages potentiels exprimés par les adhérents avec des degrés de maturité et de faisabilité variables 1 RECENSEMENT DES USAGES EXPRIMÉS De nombreux usages potentiels exprimés par les adhérents avec des degrés de maturité et de faisabilité variables 2 LE PSIT A DÉFINI UN CADRE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA

Plus en détail

Note créée le 19/03/2014

Note créée le 19/03/2014 Note créée le 19/03/2014 La télémédecine : présentation générale et expérimentations 2014 Note d information réalisée par pôle santé et soins Auteure : Fanny Gaspard, Conseillère technique aide et soins

Plus en détail

Les perspectives nationales de la télémédecine Dr Pierre SIMON Président de la Société Française de Télémédecine. InnovSanté, St Denis, 26 mars 2015

Les perspectives nationales de la télémédecine Dr Pierre SIMON Président de la Société Française de Télémédecine. InnovSanté, St Denis, 26 mars 2015 Les perspectives nationales de la télémédecine Dr Pierre SIMON Président de la Société Française de Télémédecine InnovSanté, St Denis, 26 mars 2015 Quand la santé numérique vend du rêve 45 ans 65 ans 85

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Intérêts de l outil PAACO

Intérêts de l outil PAACO 12 février 2014 Colloque TIC Santé Intérêts de l outil PAACO Association «Gaves et Bidouze» - Plateforme de coordination CLIC, Réseau Gérontologique, MAIA L outil PAACO Objectifs : pourquoi cet outil dans

Plus en détail

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Introduction Réorganisation profonde nécessaire de l offre de soins Organisation hospitalière

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem 6 ème séance plénière lundi 14 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE La commission départementale de la démographie médicale : l instance incontournable en Lot-et-Garonne pour mettre en place un nouvel exercice

Plus en détail

Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé?

Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé? Guide méthodologique Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé? Octobre 2012 Direction générale de l offre de soins Sommaire Synthèse... 2 Introduction... 3 Partie

Plus en détail

Maison ou un Pôle de santé

Maison ou un Pôle de santé Les 4 points clés pour créer une Maison ou un Pôle de santé pluri-professionnel De nouveaux modes d exercice coordonné et regroupé : L exercice médical dans les villes et dans les campagnes est aujourd

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

PROJET DE CAHIER DES CHARGES DES PROJETS PILOTES PAERPA

PROJET DE CAHIER DES CHARGES DES PROJETS PILOTES PAERPA Ministère des Affaires sociales et de la Santé COMITE NATIONAL SUR LE PARCOURS DE SANTE DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE PROJET DE CAHIER DES CHARGES DES PROJETS PILOTES PAERPA Janvier

Plus en détail

TERRITOIRES ET SANTE

TERRITOIRES ET SANTE TERRITOIRES ET SANTE UNE REPONSE A L EVOLUTION DE LA DEMOGRAPHIE DES PROFESSIONNELS DE SANTE ET A L AMELIORATION DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE : LES MAISONS DE SANTE PLURIDISCIPLINAIRES GUIDE DE MISE

Plus en détail

L expérience Med Rec

L expérience Med Rec L expérience Med Rec Le processus de conciliation des traitements médicamenteux Edith DUFAY 1 La mission des High 5s de l OMS Maîtriser 5 grands problèmes de sécurité pour le patient Mettre en oeuvre 5

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain. Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL)

La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain. Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) Angers FHF 13 septembre 2012 Ce qui a changé dans l exercice

Plus en détail

Santé à domicile et autonomie : Contexte, enjeux, perspectives

Santé à domicile et autonomie : Contexte, enjeux, perspectives Rencontres INRIA Industrie : les Sciences du Numérique au Service de la Santé à Domicile et de l'autonomie Santé à domicile et autonomie : Contexte, enjeux, perspectives Jacques Duchêne, Université de

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Stratégie de déploiement

Stratégie de déploiement Messageries Sécurisées de Santé (MSSanté) Mars 2014 Page 1 La présente note vise à éclairer la démarche de mise en place d un système de messageries sécurisées de santé en concertation avec l ensemble

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Madame Laureen WELSCHBILLIG Chef de projet Système d Information de Santé ARS IDF

Madame Laureen WELSCHBILLIG Chef de projet Système d Information de Santé ARS IDF Madame Laureen WELSCHBILLIG Chef de projet Système d Information de Santé ARS IDF Système d information MAIA et stratégie régionale Journée MAIA Paris 11 mai 2015 Hôtel de Ville de Paris Systèmes d Information

Plus en détail

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Version Février 2011 HARMONIE SOINS & SERVICES Sommaire général Un groupe

Plus en détail

PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS

PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS Ateliers de prospective PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS L ORGANISATION DES SOINS : LA TÉLÉMÉDECINE PERMET-ELLE DES ORGANISATIONS DE SOINS PLUS PERFORMANTES? Dr Pierre SIMON Président de l'association nationale

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

La formation comme levier de changement des pratiques

La formation comme levier de changement des pratiques Place des pharmaciens d officine au sein du réseau Onco 94 Ouest La formation comme levier de changement des pratiques 2 ème congrès des Réseaux de cancérologie Rouen Atelier : place de la formation 3

Plus en détail

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer Evelyne Gaussens Directrice générale de l HPGM (91) 24/05/2013 Présentation de l Hôpital gériatrique

Plus en détail

MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie

MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES DE LA CNSA OCTOBRE 2014 Méthode MAIA : un modèle organisationnel national

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Cluster I care Rhône Alpes propose une rencontre professionnel / industrie en mode Living Lab

Cluster I care Rhône Alpes propose une rencontre professionnel / industrie en mode Living Lab Naissance du projet CALYDIAL, Etablissement de santé lyonnais s est lancé dans le développement d un programme de télémédecine sur tous ses domaines d activité autorisé : dialyse péritonéale, hémodialyse

Plus en détail

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon Colloque Santé et Société Quels déterminants de santé et quel système de soins pour la santé de toute

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 28 janvier 2009 Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat Le groupe Malakoff Médéric et la Caisse

Plus en détail

Cercle Lanjuinais - Rennes Jeudi 16 juin 2011

Cercle Lanjuinais - Rennes Jeudi 16 juin 2011 NTIC, territoires et santé NTIC, territoires et santé Cercle Lanjuinais - Rennes Jeudi 16 juin 2011 La télésanté : un historique Possibilités offertes par les Technologies de l Information et de la Communication

Plus en détail

«Les actions publiques en faveur de l action aux soins de proximité»

«Les actions publiques en faveur de l action aux soins de proximité» «Les actions publiques en faveur de l action aux soins de proximité» Mai 2014 La définition de territoires prioritaires : les espaces d équipes de soins fragiles et sous vigilances Enjeux des espaces d

Plus en détail

Programme régional de télémédecine

Programme régional de télémédecine e-santé Programme régional de télémédecine 2012 > Consultation réglementaire www.sante.midi-pyrenees.fr PRT > Programme régional Télémédecine Contexte p. 4 Les actions du premier Programme régional de

Plus en détail

Appel à projets «Territoire de soins numérique»

Appel à projets «Territoire de soins numérique» Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à projets «Territoire de soins numérique» Cahier des charges Appel à projets à l attention des Agences Régionales de Santé (ARS) 2013

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

GCS e-santé ARCHIPEL. Présentation du SI régional de télésurveillance. 26/06/2015 Système d'information régional de télésurveillance 1

GCS e-santé ARCHIPEL. Présentation du SI régional de télésurveillance. 26/06/2015 Système d'information régional de télésurveillance 1 GCS e-santé ARCHIPEL Présentation du SI régional de télésurveillance 26/06/2015 Système d'information régional de télésurveillance 1 UNE SOLUTION GLOBALE la santé connectée aux services des patients 26/06/2015

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD)

SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD) SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD) 1 PSAD: qui sommes nous - 1 200 000 patients toutes prestations confondues, pris en charge tous les jours à domicile en : oxygénothérapie ventilation

Plus en détail

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III de la NYHA Emmanuel ANDRES et Samy TALHA Service de Médecine Interne,

Plus en détail

= Meilleure coordination des soins

= Meilleure coordination des soins Intérêts pour l Assurance Maladie Rationalisation des soins Maitrise des dépenses de santé Intérêts pour le corps médical Meilleur suivi du patient Connaissance des antécédents du patient Connaissance

Plus en détail

L exercice pluriprofessionnel des soins primaires en Maison et Pôle de Santé

L exercice pluriprofessionnel des soins primaires en Maison et Pôle de Santé L exercice pluriprofessionnel des soins primaires en Maison et Pôle de Santé Dr Jean Jacques ANTOINE FEMALOR 14 Juin 2012 METZ 57 1 Déclara'on d intérêts J ai actuellement ou j ai eu au cours des trois

Plus en détail

SDRSIS Systèmes d information en santé

SDRSIS Systèmes d information en santé SDRSIS Systèmes d information en santé SCHÉMA DIRECTEUR RÉGIONAL DES SYSTÈMES D INFORMATION EN SANTÉ SDRSIS Systèmes d information en santé Introduction...4 La démarche...5 Le contexte des Systèmes d

Plus en détail

CV Emmanuel PAVAGEAU

CV Emmanuel PAVAGEAU Etude de télésanté sur le Pays du Haut-Languedoc et Vignobles Bédarieux, le 11 janvier 2010 Lancement du projet 1 ère réunion du Comité de pilotage 2IM Conseil 7, rue Jean Mermoz 78000 VERSAILLES Tél.

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel

Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel Colloque Tic Santé,11 février 2010 Dr France Laffisse, Orange Healthcare Plan Télésurveillance

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Dématérialisation dans le domaine du service aux personnes âgées. 24 septembre 2008 INOP 2008 page 1

Dématérialisation dans le domaine du service aux personnes âgées. 24 septembre 2008 INOP 2008 page 1 Dématérialisation dans le domaine du service aux personnes âgées 24 septembre 2008 INOP 2008 page 1 Le contexte L action sociale auprès des personnes âgées dans les Yvelines : 215 000 personnes de plus

Plus en détail

Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde

Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde Perception des systèmes de soins Retours d expérience sur les programmes de santé d Europ Assistance dans le monde 1 er décembre

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Les Systèmes d informations de santé

Les Systèmes d informations de santé Les Systèmes d informations de santé Programme ETAT DES LIEUX EVOLUTION ET CONTEXTE 1 Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées FOCUS SUR LES SYSTEMES D INFORMATION DE SANTE MESTARI Nordine RSI ONCOMIP DESC

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 Date : février 2015 Auteurs : Catherine Pourin, Jean-Luc Quenon et toute l équipe du CCECQA Le programme de travail du CCECQA est décliné selon les axes retenus en 2015 : Indicateurs

Plus en détail

Convention constitutive

Convention constitutive Convention constitutive Entre les parties signataires, Vu les textes législatifs suivants : - l article L. 6321-1 du Code de Santé Publique relatif aux réseaux de santé - la loi n 2002-303 du 4 mars 2002

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail