Comment aider nos patients à cicatriser

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment aider nos patients à cicatriser"

Transcription

1 Comment aider nos patients à cicatriser Dr Philippe BARRIERE LA CICATRISATION La cicatrisation se définit comme l ensemble des processus biologiques de réparation tissulaire après survenue d une plaie ou d une perte de substance. Tous les tissus vivants cicatrisent, plus ou moins rapidement suivant les cas. Nous ne parlerons ici que de la peau. Pour être qualifiée de «normale», une cicatrisation doit respecter des critères en terme d intensité d activité et de durée du processus. Une cicatrisation normale peut conduire à une cicatrice esthétique et fonctionnelle comme à une cicatrice défectueuse. Esthétique de la cicatrice et normalité de la cicatrisation sont deux notions totalement séparées. Par définition, une cicatrisation anormale se traduit par un processus pathologique en intensité et dans le temps. On parle encore d hyperplasie, la cicatrisation anormale étant toujours une cicatrisation qui construit trop. En pratique clinique, la cicatrisation pathologique prend deux formes : la cicatrice hypertrophique et la cicatrice chéloïde. Le retard de cicatrisation n est jamais du à la cicatrice elle-même. La cicatrisation est comprise dans le fonctionnement de base des êtres vivants. Le retard de cicatrisation ou l insuffisance de cicatrisation sont toujours liés à l état général du patient : pathologie annexe, iatrogénie, intoxication tabagique ou défaut qualitatif ou quantitatif de l alimentation. On distingue deux modes de cicatrisation en fonction de l atteinte de la peau : la cicatrisation de 1 ère intention et la cicatrisation de 2 ème intention. La cicatrisation de première intention : C est le phénomène de «soudure autogène de la peau». Il correspond aux situations cliniques de plaies suturées, ou de perte de substance de dimension réduite que l on aura pu suturer (par exemple après exérèse d une petite lésion cutanée). Elle demande 3 conditions : - Pas de contamination : Si on referme une plaie sans la nettoyer, on observe l évolution vers une infection. Il faut donc nettoyer les plaies avant de les suturer. Le sérum physiologique suffit pour ce nettoyage de la plaie et on évitera de déverser des antiseptiques dans la plaie. Ce nettoyage de la plaie peut nécessiter à lui seul le recours à l anesthésie générale pour réaliser un brossage de la plaie. - Parage chirurgical parfait : Les berges d une plaie sont parfois contuses, déchiquetées. Les lambeaux sur les berges ont alors une teinte violette virant sur le noir témoignant de leur mauvaise vascularisation. Il faut éliminer ces tissus abimés des berges de la plaie. La régularisation sera faite au ciseau ou au bistouri, sous anesthésie locale ou générale suivant l importance de la plaie.

2 - Affrontement bord à bord : la suture de la plaie doit respecter des critères techniques rigoureux. Chaque couche de la plaie doit être réparée séparément. Le plan profond le plus superficiel doit venir attraper le derme pour permettre un affrontement soigneux de l épiderme. On prendra garde à ne pas décaler les berges verticalement, la déformation résiduelle serait alors définitive. Lorsque ces trois conditions sont remplies, l évolution de la cicatrice se fait de la manière suivante. L épiderme est le premier à réaliser son adhésion d une berge à l autre. Cela prend entre 3 jours sur la paupière d un enfant, jusqu à 15 jours dans le dos d un trentenaire. Les cellules épidermiques de la couche basale tapissent le derme dans la plaie et le processus de multiplication-migration, déjà présent à l état normal permet de combler la fente épidermique rapidement. La date d ablation des fils coïncide avec l adhésion de l épiderme et on veillera à respecter les dates d ablation de fils pour éviter de marquer les cicatrices. En ce qui concerne le derme, nous avons vu plus haut que son mode de réparation est plus lent. Après une phase de réparation rapide, un remodelage interviendra pendant les mois qui suivent. Au total, le processus complet de cicatrisation prendra environ une année. La cicatrisation de deuxième intention ou cicatrisation dirigée C est le mode de cicatrisation habituel et naturel des pertes de substance. On la rencontre en pratique clinique dans les cas de perte de substance post traumatique ou post opératoire, dans les cas de plaies fortement contaminées, que l on préfère donc laisser ouvertes (morsures), et dans les cas où, après une intervention chirurgicale, on observerait un lâchage de suture (hématome, surinfection). La cicatrisation dirigée se déroule toujours en trois phases stéréotypées : - la détersion - le bourgeonnement accompagné de rétraction - l épithélialisation. Nous envisagerons chacune de ces phases en décrivant à chaque fois les processus naturels qui la constituent, puis les actions de soins qui sont envisageables pour aider et améliorer le phénomène. La détersion C est la phase initiale de toute cicatrisation dirigée. Elle correspond à l élimination des débris présents dans la perte de substance. De manière physiologique, une perte de substance se déterge automatiquement. Le premier mécanisme de la détersion naturelle est le suintement de la plaie. Les sérosités sécrétées par les tissus exposés dans la plaie concourent à entrainer les débris tissulaires nécrosés hors de la plaie. Des globules blancs particuliers, les macrophages, sont capables de sécréter des enzymes pour dissoudre progressivement les débris biologiques.

3 Certaines bactéries vont coloniser la plaie et se nourrir des débris biologiques. Il faut donc savoir respecter ces bactéries bénéfiques sur la plaie à ce stade. L abus d antiseptiques dans cette phase de détersion risque de retarder le processus. Des soins peuvent être réalisés sur la plaie au stade de la détersion. Pour favoriser le suintement de la plaie et l action des macrophages et des bactéries bénéfiques, il est préférable de maintenir une ambiance humide et chaude sur la plaie. On utilisera donc des pansements gras à ce stade. Leur côté occlusif participe à maintenir une bonne hydratation de la plaie. En cas de présence de volumineux débris biologiques ou de fragments de tissus nécrosés, il est préférable d en réaliser l excision chirurgicale. En fonction de l importance du geste à prévoir et du terrain, ce geste peut des fois être fait au lit du patient, sans anesthésie, ou nécessiter une anesthésie générale. La technique du jet à goutte est particulièrement adaptée à ce stade de la détersion. Elle consiste à utiliser l oxygène mural sous pression comme propulseur de sérum physiologique et constitue une sorte de Karcher de la peau. Un jet à goutte peut s installer dans un box de consultation ou au lit du patient à partir du moment ou l on dispose d oxygène sous pression, mural ou en bouteille. Le montage se fait en Y avec un flacon de sérum physiologique suspendu à la potence. Plus récemment est apparu la technique d aspiration continue de la plaie par VAC. Elle consiste à recouvrir la perte de substance d une mousse dans laquelle est plantée une tubulure. L ensemble est couvert de façon étanche par un pansement occlusif transparent. La tubulure est reliée à un moteur créant la dépression. Celui-ci exerce une dépression alternative dont on règle l intensité en fonction de la tolérance. Les phases sans aspiration permettent aux sérosités de dissoudre les débris biologiques puis l aspiration reprend automatiquement. Ces dispositifs permettent na détersion et stimulent en même temps la phase suivante de bourgeonnement. Certains dispositifs permettent aujourd hui de réaliser des phases de lavage dans le pansement en alternance avec des phases d aspiration. A l issue de la détersion naturelle ou par technique de soin, la perte de substance est désormais propre, ne contient plus de débris, ses bords sont nets et non inflammatoires. Bourgeonnement-rétraction Le bourgeonnement débute lorsque la détersion est terminée. Il ne peut commencer si la détersion n est pas achevée. Le bourgeonnement vise à combler la perte de substance. C est la phase de construction tissulaire. La base histologique du phénomène de bourgeonnement est le bourgeon charnu. Un bourgeon charnu va naitre à partir des capillaires sanguins présents dans le fond de la perte de substance. Tout se passe comme si la paroi du capillaire sanguin situé au fond de la perte de substance «savait» qu il manquait des tissus au dessus. Des médiateurs intercellulaires, molécules messagers sont impliquées dans ce phénomène. De la paroi du capillaire, va se détacher un nouveau capillaire. Celui-ci va prendre une direction verticale, perpendiculaire au fond de la perte de substance. Il va commencer à s allonger, vers la surface. Il est accompagné de jeunes fibroblastes qui se nourrissent à son contact et commencent à élaborer des fibres collagène et de la substance fondamentale.

4 Cliniquement, vous avez déjà observé ces bourgeons charnus. Ils correspondent aux petits mamelons roses luisants qui tapissent le fond d une plaie. De jour en jour, la perte de substance apparaitra moins profonde, elle se comble. Parallèlement au bourgeonnement, on observe le phénomène de rétraction. Il est constitué par une contraction centripète de la perte de substance. Cette réduction du diamètre de la perte de substance peut atteindre 50 à 70% de son diamètre initial. Ce sont des fibroblastes qui sont responsables de cette rétraction. Les fibroblastes situés en périphérie de la perte de substance se modifient dans leur architecture interne. On voit apparaitre dans le fibroblaste des fibres de protéines contractiles ressemblant beaucoup aux fibres des cellules musculaires. Les fibroblastes qui subissent cette modification sont capables de se raccourcir sur eux-mêmes. Quand ils se raccourcissent tous ensemble, ces myofibroblastes forcent la perte de substance à se refermer lentement sur elle-même. Ce phénomène est bien sur bénéfique pour la plaie et l organisme en général. Si l on diminue ainsi le diamètre de la perte de substance, il y aura moins de tissus à reconstruire pour combler la perte de substance. La rétraction est donc un phénomène «économique». Par contre, la surface de tissu cutané construite sera plus faible que la surface de la perte de substance initiale. Cela peut devenir problématique, notamment dans les zones où une importante mobilité de la peau est nécessaire. C est le cas des zones para articulaires et de la face en général. Dans ces zones autour des articulations, reconstruire plus petit peut conduire à une véritable limitation d amplitude de l articulation. La fonction de l articulation peut être compromise par un étui cutané trop «tendu». Ce phénomène de rétraction est à l origine de la constitution des brides cicatricielles. Cette phase de bourgeonnement peut être assistée et encouragée par différentes mesure : - aide au sevrage tabagique - alimentation hyper protidique et hyper calorique - pansement pro inflammatoires (Tulle gras ) - thérapie à pression négative (VAC ) Au terme du bourgeonnement et de la rétraction, la perte de substance est comblée. La phase d épithélialisation va pouvoir débuter. Epithélialisation Elle débute lorsque la perte de substance est comblée. Elle est centripète, débutant sur les berges et se terminant au centre de la perte de substance. Les kératinocytes des berges vont «ramper» sur le tissu de granulation vascularisé mis en place par le bourgeonnement et coloniser progressivement la surface de la perte de substance. Même si la perte de substance est propre, les kératinocytes ne seront pas capables de descendre dans la perte de substance pour épithélialiser le fond de la plaie. En pratique, nous pouvons retenir que «les kératinocytes ne savent ni grimper ni descendre, ils ne savent que ramper». Les déplacements verticaux leur sont impossibles. Si la perte de substance est plus superficielle, il restera parfois des annexes épidermiques dans la plaie. On observera alors une combinaison d épithélialisation centripète

5 par les berges de la plaie et centrifuge à partir des annexes résiduelles. Dans ce cas, l épithélialisation sera plus rapide. Au stade de l épithélialisation, on utilisera des pansements de type interface, qui cessent de stimuler le bourgeon charnu, et respectent le jeune épiderme par leur propriété de retrait atraumatique. Ce sont les hydrocellulaires ou les interface qui seront préférés. Une fois l épithélialisation terminée, la cicatrice est encore en évolution. Plus profondément, le derme poursuit sa maturation pendant plusieurs mois. Il sera possible de voir cliniquement cette évolution au travers de l épiderme, par le changement de couleur de la cicatrice en fonction de l activité vasculaire sous jacente. LES IMPASSES CICATRICIELLES Nous venons de voir les phénomènes normaux de la cicatrisation dirigée ainsi que les moyens de la soutenir par des soins spécifiques. Si la cicatrisation se déroulait toujours de manière simple, elle ne ferait pas l objet de ce congrès. La cicatrisation dirigée peut être bloquée à chacune des trois phases décrites plus haut. Si une phase ne se termine pas, la suivante ne peut pas commencer et bloque l ensemble du processus. La cicatrisation dirigée peut donc se bloquer en cas de : - défaut de détersion - défaut de bourgeonnement - défaut d épithélialisation Défaut de détersion : Le défaut de détersion se traduit par un pansement qui «n évolue pas assez» de jour en jour. La plaie reste sale, les débris ne s éliminent pas. Si on constate un défaut de détersion, il convient tout d abord de rechercher un facteur favorisant. Le premier d entre eux est souvent la présence d une antibiothérapie abusive. Celle-ci empêche les bactéries bénéfiques à la plaie de participer au clivage des macro débris biologiques dans la perte de substance, ce qui retarde d autant la détersion. En l absence de surinfection patente de la plaie, les antibiotiques ne seront pas utilisés. Un vieil adage de chirurgie générale du à Raymond VILAIN nous le rappelle : «Paix sur la plaie au germe de bonne volonté» En pratique, une plaie est rapidement colonisée par des bactéries saprophytes. Cellesci ne sont pas pathogènes. Une plaie colonisée reste propre, à bords calme, est indolore et ne dégage pas d odeur particulière. A l opposé, la plaie infectée se caractérise par une plaie douloureuse, à bords très inflammatoires, douloureux à la palpation, avec présence d un écoulement louche puriforme, et dégageant une odeur marquée. En cas d infection de la plaie, il conviendra de réaliser un frottis pour identification des bactéries responsables, et de traiter l infection par un antibiotique par voie générale (per os ou IV suivant les situation).

6 Le deuxième facteur qui retarde la détersion est la présence de tissus denses et mal vascularisés dans la perte de substance. L os et le tendon nécrosés sont des tissus que l organisme n arrive pas à éliminer facilement. Enfin, la présence de volumineux débris nécrotiques dans la perte de substance va retarder le processus de détersion. Face à un défaut de détersion, on pourra mettre en place les actions suivantes : - Pansements pro inflammatoires pour favoriser le travail des macrophages et des bactéries - Détersion mécanique : soin infirmier à la compresse appuyée, à la curette pour éliminer des ilots de fibrine trop adhérents, - Excision chirurgicale : en présence de volumineux secteurs nécrosés sur les berges ou le fond de la perte de substance, il sera préférable de réaliser une excision chirurgicale. - Enfin, si l excision ou la perte de substance exposent des structures nobles (articulation, nerf, artère majeure d un membre ) il pourra devenir nécessaire de réaliser une couverture en urgence par un lambeau musculo cutané avec l assistance d un chirurgien plasticien. Défaut de bourgeonnement : Dans les défauts de bourgeonnement, la perte de substance a fait sa détersion mais reste atone et ne se comble pas d un pansement à l autre. Comme dans les défauts de détersion, il convient de rechercher d abord, et avant tout, une erreur de soin ou une erreur hygiéno-diététique. Les facteurs favorisants le défaut de bourgeonnement sont : - Le tabac : certaines toxines inhalées par le fumeur sont vasoconstrictrices. Elles diminuent donc l afflux sanguin dans les capillaires sanguins. Nous avons vu plus haut que la cicatrisation est un phénomène vasculaire. Lorsque l on fume une cigarette, les vaisseaux capillaires situés en périphérie de l organisme se ferment. Il en résulte une baisse de la perfusion cutanée qui est maximum au niveau des extrémités (mains, jambes et pieds). Lorsqu on écrase sa cigarette, ces toxines circulent encore environ 20 minutes dans l organisme. Fumer un paquet par jour représente donc 400 mn d ischémie soit environ 7h 40 mn de cicatrisation perdue. Il faut donc dépister et proposer une aide au sevrage tabagique, insister pour une diminution drastique du tabagisme. En pratique clinique, il est illusoire de vouloir faire cicatriser une perte de substance de la jambe chez un fumeur actif qui n accepte pas une diminution franche de sa consommation. - Les corticoïdes : Nous avons vu plus haut la nature inflammatoire de la cicatrisation. Il sera donc difficile de faire cicatriser un patient sous corticoïdes. En pratique, il convient alors de discuter avec le médecin traitant de la nécessité absolue ou non de cette corticothérapie. Il sera parfois possible de l interrompre pour permettre une bonne cicatrisation, en prenant toujours la précaution de diminuer progressivement les doses quotidiennes pour éviter l insuffisance surrénale aigue. Ceci est de la responsabilité du médecin qui proposera au patient une alternative au traitement

7 suspendu (par exemple stopper les corticoïdes et les remplacer par des antalgiques dans le cas d une cicatrisation difficile chez une patiente porteuse d une polyarthrite rhumatoide..). - La dénutrition est à rechercher et à corriger dans ces cicatrisation dirigées. Le bourgeonnement est la phase de construction tissulaire. Le patient dénutri se retrouve un peu dans la même situation que le maçon qui a un chantier à faire avancer et qui ne reçoit pas de livraison de brique : pas de briques, pas de mur!! Les protéines sont les briques de base de la plupart des constituants de nos tissus. On les retrouve dans les viandes, les poissons, le chocolat. Une enquête alimentaire devra être faite en cas de défaut de bourgeonnement et il ne faut pas hésiter à faire appel à une diététicienne pour corriger la prescription de repas en fonction. Sur le plan biologique, il n est pas nécessaire de multiplier les bilans sanguins. Un bilan sanguin hebdomadaire comprenant NFS, plaquettes, ionogramme sanguin, protéines totales et albumine suffit amplement à suivre un patient posant un problème de cicatrisation. Construire demande de l énergie. L alimentation sera donc hyper calorique et hyper protidique. - L exposition de structures mal vascularisées est encore un obstacle au bourgeonnement. La pauvreté en vaisseaux de l os ou des tendons les rendent relativement impropres au bourgeonnement. Dans ces cas plus complexes, il faudra prendre des avis médicaux spécialisés pour envisager deux options : o Sacrifier la structure impropre au bourgeonnement si elle n est pas indispensable (certains tendons ) o Combiner un geste de propreté chirurgical avec un lambeau de couverture si l élément exposé est à conserver. En pratique, tabac, dénutrition et médicaments sont les pourvoyeurs habituels de défaut de bourgeonnement. La simple enquête clinique permettra de corriger la situation et de voir reprendre le cours de l évolution normale et favorable de la plaie. Dans les défauts de bourgeonnement, on est parfois confronté à un bourgeonnement excessif de la perte de substance. Cette situation se rencontre parfois dans l évolution des cicatrices de trachéotomie et est connu sous le nom de bourgeon hypertrophique. Le comblement achevé, le bourgeon charnu ne s est pas éteint et il poursuit son ascension. Il dépasse la surface de la peau bordant la perte de substance et réalise un aspect de tumeur inflammatoire, rose vive, suintante et saignante au contact. A la base du bourgeon hypertrophique, on observe un liseré blanc : ce sont les kératinocytes qui s accumulent à la base du bourgeon mais refusent de grimper verticalement Son traitement est simple. Il suffit d appliquer sur sa surface un crayon de Nitrate d argent : une application puis trois jours de pansement simple de type interface (évite le saignement au retrait). Une deuxième application peut être nécessaire, rarement plus.

8 Défaut d épidermisation L épidermisation est habituellement facile et sans problème. Néanmoins, on peut observer des retards à l épidermisation. Par ordre de fréquence, ces retards d apparition de l épidermisation seront dus à un défaut de bourgeonnement il faut donc avant tout reprendre l enquête clinique à ce stade. Parfois, la dimension étendue de la perte de substance retarde l épidermisation et prolonge les soins. On pourra avoir recours à une greffe de peau mince si le bourgeonnement de bonne qualité est terminé et que l on dispose alors d un sous sol bien vascularisé pour poser la greffe. CONCLUSION La compréhension des phénomènes de cicatrisation permet de surveiller cliniquement le déroulement des soins. La détection par l équipe soignante d un défaut de cicatrisation doit entrainer une enquête clinique simple qui aboutira le plus souvent à l identification d une erreur de soin ou au diagnostic de dénutrition. La mise en œuvre de mesures simples permettra de corriger le tir et de permettre la reprise du processus naturel de cicatrisation.

Mme CLEMENT Virginie : IDE pôle cardio-vasculaire DU «Prévention et traitement de l escarre» DU «Plaies et cicatrisation»

Mme CLEMENT Virginie : IDE pôle cardio-vasculaire DU «Prévention et traitement de l escarre» DU «Plaies et cicatrisation» MB3 MB4 Mme CLEMENT Virginie : IDE pôle cardio-vasculaire DU «Prévention et traitement de l escarre» DU «Plaies et cicatrisation» Diapositive 1 MB3 Mme Berthelot; 19/05/2009 MB4 Mme Berthelot; 19/05/2009

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

Brûlures de l enfant

Brûlures de l enfant Brûlures de l enfant Epidémiologie 3 e rang des accidents de l enfant 0-4 ans ; moyenne 2 ans ; garçons +++ Etiologies Brûlures thermiques : o Ebouillantage ; projection ; immersion ; flammes, incendies,

Plus en détail

Cicatrisation normale et pathologique notions sur les pansements Véronique Martinot-Duquennoy

Cicatrisation normale et pathologique notions sur les pansements Véronique Martinot-Duquennoy DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2009 - PARIS Cicatrisation normale et pathologique notions sur les pansements Véronique Martinot-Duquennoy Bien Distinguer Les phases d éd évolution d

Plus en détail

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire.

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire. L'atteinte des gencives et de l'os et est une affection qui évolue à bas bruits et ne se manifeste pour le patient que lorsque le mal est déjà fait. Ces pathologies proviennent de la prolifération bactérienne.

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

Intervention essentielle n 4 Prise en charge et amélioration des cicatrices PRINCIPAUX OBJECTIFS

Intervention essentielle n 4 Prise en charge et amélioration des cicatrices PRINCIPAUX OBJECTIFS Intervention essentielle n 4 Prise en charge et amélioration des cicatrices PRINCIPAUX OBJECTIFS Connaître les caractéristiques des tissus cicatriciels en phase de remodelage. Connaître la différence entre

Plus en détail

Cornil. Christophe. Chirurgie de la ptose Mammaire CHIR URGIE. Esthétique

Cornil. Christophe. Chirurgie de la ptose Mammaire CHIR URGIE. Esthétique HIR C Chirurgie de la ptose Mammaire C 1 rue longchamp 06000 Nice - France - Tél : +33 (0)4 93 82 82 11 - Fax : +33 (0)4 93 82 82 12 - contact@docteurcornil.com Chirurgie de la ptose mammaire ou Plastie

Plus en détail

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin ITEM 201 a LES BRULURES Pr J.P. Chavoin 1 DEFINITIONS ET CAUSES La brûlure est une destruction du revêtement cutané, voire des tissus sous-jacents, consécutive à l action d agents : - thermiques, - électriques,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PLAIES AUX URGENCES

PRISE EN CHARGE DES PLAIES AUX URGENCES PRISE EN CHARGE DES PLAIES AUX URGENCES Dr A. FREY Conférence de consensus SFMU Clermont-Ferrand décembre 2005 Introduction Plaie = effraction de la barrière cutanée : Les coupures : par agent tranchant

Plus en détail

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s Passeport C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s NOM : PRENOM : F o o t & A n k l e I n s t i t u t e Clinique du Parc Léopold 3 8, R u e F r o i s s a r t 1 0 4 0 B r u x e l l e s T é l. : +

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES DR JEAN-PAUL LEMBELEMBE GERIATRE CLINIQUE DES AUGUSTINES MALESTROIT

PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES DR JEAN-PAUL LEMBELEMBE GERIATRE CLINIQUE DES AUGUSTINES MALESTROIT PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES DR JEAN-PAUL LEMBELEMBE GERIATRE CLINIQUE DES AUGUSTINES MALESTROIT POINTS COMMUNS -La prise en charge est globale et interdisciplinaire. - La connaissance et la maîtrise

Plus en détail

PREVENTION DES ESCARRES

PREVENTION DES ESCARRES PREVENTION DES ESCARRES OBJECTIFS SEPECIFIQUES - Définir l escarre en se référant au contenu du cours - Expliquer le processus d installation d une escarre - Énumérer toutes les causes de l escarre - Citer

Plus en détail

Adénome de prostate et soins infirmiers

Adénome de prostate et soins infirmiers I Adénome de prostate Définitions, généralités Adénome de prostate et soins infirmiers Il touche plus les hommes de plus de 50 ans. On opère de plus en plus, ce qui augmente la durée de vie. Il est caractérisé

Plus en détail

CONGRES SASPAS LA PRISE EN CHARGE DE L ONGLE INCARNE EN CABINET DE MEDECINE GENERALE. Le mardi 26 mars 2013. Caroline Terris

CONGRES SASPAS LA PRISE EN CHARGE DE L ONGLE INCARNE EN CABINET DE MEDECINE GENERALE. Le mardi 26 mars 2013. Caroline Terris CONGRES SASPAS Le mardi 26 mars 2013 Caroline Terris LA PRISE EN CHARGE DE L ONGLE INCARNE EN CABINET DE MEDECINE GENERALE I/ ANATOMIE DE L APPAREIL UNGUEAL L'appareil unguéal comprend le tissu péri- unguéal

Plus en détail

MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU *************

MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU ************* REPUBLIQUE DU BENIN ********* MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU ************* COMMUNE DE SEME PODJI ***********

Plus en détail

Gestion des plaies. cicatrisation

Gestion des plaies. cicatrisation Gestion des plaies opératoires et cicatrisation Monique Malleret & Delphine Tixier Service de chirurgie maxillo-faciale Infirmières référentes au CHU de Clermont-Ferrand Titulaires du Diplôme Universitaire

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

La déchirure musculaire :

La déchirure musculaire : La déchirure musculaire : Cet accident très fréquent peut laisser des séquelles parfois définitives préjudiciables au sportif. C'est pourquoi il est important de porter rapidement un diagnostic précis

Plus en détail

Compresses / Assortiment CHUV 2016 Composition, propriétés, indications et contre-indications des différents types de pansements

Compresses / Assortiment CHUV 2016 Composition, propriétés, indications et contre-indications des différents types de pansements Centre Hospitalier Universitaire Vaudois Service de pharmacie / Groupe de prévention et traitement des plaies Rue du Bugnon 46 CH-1011 LAUSANNE Tél dir. 079.556.73.60 Fax (021) 314 42 99 E-mail Assistance.Pha@chuv.ch

Plus en détail

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Qu est que c est? pourquoi? Évolution possible et risque? Ulcération chronique de la face plantaire des pieds - Apparait aux points d appuis

Plus en détail

SOMMAIRE. 1/ Définition. Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations

SOMMAIRE. 1/ Définition. Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOMMAIRE Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations MAI 2013 2 1/ Définition o o Zone

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

CHIRURGIE DE LA PAROI ABDOMINALE

CHIRURGIE DE LA PAROI ABDOMINALE CHIRURGIE DE LA PAROI ABDOMINALE Définition et avant-propos Les disgrâces qui affectent la paroi abdominale sont particulièrement mal ressenties et mal vécues. L'apparition de la lipoaspiration a transformé

Plus en détail

Les problèmes de vue liés à l âge

Les problèmes de vue liés à l âge Les problèmes de vue liés à l âge Certaines maladies oculaires deviennent plus fréquentes avec l'âge et peuvent conduire dans certains cas à des problèmes de vue importants. Il s agit de la dégénérescence

Plus en détail

Informations et conseils

Informations et conseils MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Informations et conseils www.nephronaute.org Carte Néphronaute Mieux vivre avec une insuffisance rénale Nephronaute Card Coping better with renal failure

Plus en détail

LA CICATRISATION. I - Reconstitution tissulaire. Cicatrisation primaire - Cicatrisation secondaire

LA CICATRISATION. I - Reconstitution tissulaire. Cicatrisation primaire - Cicatrisation secondaire LA CICATRISATION I - Reconstitution tissulaire La cicatrisation d'une plaie est un phénomène biologique naturel. Les tissus humains et animaux sont capables de réparer des lésions localisées par des processus

Plus en détail

traitement de la SEP *

traitement de la SEP * 4 Le traitement de la SEP * * Sclérose en plaques Cette brochure fait partie d'une série de brochures sur la Sclérose En Plaques (SEP). Bien qu'il n'existe pas à l'heure actuelle de traitement capable

Plus en détail

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab)

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Les injections intravitréennes de médicaments sont devenues une pratique courante pour traiter certaines affections de la rétine. C'est ainsi que l'on

Plus en détail

AVIS 14 décembre 2011

AVIS 14 décembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2011 BIORGASEPT 0,5%, solution pour application cutanée Flacon de 250 ml (CIP : 360 430-7) Laboratoires BAILLEUL-BIORGA DCI Code ATC (libellé) Conditions

Plus en détail

Enoncé : Planification agile et gestion des risques

Enoncé : Planification agile et gestion des risques Enoncé : Planification agile et gestion des risques Tout projet a besoin d'être planifié. La planification est une tâche véritablement complexe pour un chef de projet et ses membres de l équipe, surtout

Plus en détail

Vous accueille et vous informe. Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés

Vous accueille et vous informe. Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés L équipe de soins Vous accueille et vous informe Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés Professeur Jean-Pierre Chavoin, Chef de Service Hôpital Rangueil -

Plus en détail

ÉVALUATION DES TRAITEMENTS DE PLAIES PAR PRESSION NÉGATIVE

ÉVALUATION DES TRAITEMENTS DE PLAIES PAR PRESSION NÉGATIVE ÉVALUATION DES TRAITEMENTS DE PLAIES PAR PRESSION NÉGATIVE 27 janvier 2010 Service évaluation des dispositifs Ce dossier est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service communication

Plus en détail

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes LES INJECTIONS DEFNINTION Une injection parentérale est l introduction dans l organisme de substances médicamenteuses par une autre voie que le tube digestif au moyen d une seringue et d une aiguille.

Plus en détail

Atelier Pansements. Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit

Atelier Pansements. Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit Atelier Pansements Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit PROCESSUS DE CICATRISATION Etapes de la cicatrisation Le traitement d une plaie n est pas standardisé mais personnalisé Quelque soit

Plus en détail

DYNAMIQUE DE LA CICATRISATION NORMALE. O DEREURE Service de Dermatologie CHRU Montpellier

DYNAMIQUE DE LA CICATRISATION NORMALE. O DEREURE Service de Dermatologie CHRU Montpellier DYNAMIQUE DE LA CICATRISATION NORMALE O DEREURE Service de Dermatologie CHRU Montpellier INTRODUCTION Processus à la fois bien et trés incomplétement connu! ensemble des phénomènes de détersion, prolifération,

Plus en détail

Peau. miel. Centre hospitalier universitaire de Limoges. 2, avenue Martin Luther King - 87042 Limoges cedex LA5_625-07/2013

Peau. miel. Centre hospitalier universitaire de Limoges. 2, avenue Martin Luther King - 87042 Limoges cedex LA5_625-07/2013 LA5_625-07/2013 Peau de miel Centre hospitalier universitaire de Limoges 2, avenue Martin Luther King - 87042 Limoges cedex Tél. : 05 05 www.chu-limoges.fr ORIGINE DU MIEL Le miel est le produit de la

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré Structure osseuse de l enfant épiphyse métaphyse Diaphyse Traumatismes de l enfant Interrogatoire Age de l enfant Antécédents

Plus en détail

Lifting du front - Endoscopique

Lifting du front - Endoscopique Lifting du front - Endoscopique Le visage et ses expressions dégagent souvent les premières impressions, envoyant des messages aux autres individus quant à l'émotion, la santé, la vitalité et l'âge. Avec

Plus en détail

Chirurgie des paupières - Paupière supérieure

Chirurgie des paupières - Paupière supérieure Chirurgie des paupières - Paupière supérieure Les yeux sont des éléments déterminants dans l'expression du visage, ils transmettent des messages d'émotion, de vitalité ainsi que l'âge. Avec les années,

Plus en détail

LES RADIOFREQUENCES EN ESTHETIQUE Murielle Sommaiy-Vandenstock Nuovolaser LA RADIOFRÉQUENCE MONO POLAIRE. Les avantages de la radio fréquence

LES RADIOFREQUENCES EN ESTHETIQUE Murielle Sommaiy-Vandenstock Nuovolaser LA RADIOFRÉQUENCE MONO POLAIRE. Les avantages de la radio fréquence LES RADIOFREQUENCES EN ESTHETIQUE Murielle Sommaiy-Vandenstock Nuovolaser LA RADIOFRÉQUENCE MONO POLAIRE La radiofréquence pour le rajeunissement et l embellissement de la peau du visage et du corps est

Plus en détail

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Editeur responsable: Gil Houins Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire WTC III 21

Plus en détail

Tout savoir sur l insuline

Tout savoir sur l insuline Tout savoir sur l insuline QU EST-CE QUE L INSULINE ET COMMENT DOIT-ON L UTILISER? (Langue Française) L ABC dell insulina Lilly Pourquoi dois-je fabriquer de l insuline? Dans la plupart des cas, le diabète

Plus en détail

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D.

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D. 2 Top Workout Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras Dr Denis Boucher, Ph.D. Denis Boucher, tous droits réservés 2014. Aucun droit de reproduction totale ou partielle sans autorisation

Plus en détail

Prise en charge des cicatrices en Kinésithérapie

Prise en charge des cicatrices en Kinésithérapie Prise en charge des cicatrices en Kinésithérapie D.U. cicatrisation Paris 7. Mai 2012 Pr Marc REVOL Plan de la présentation Pierre Ruelle Kinésithérapeute / Orthésiste 06 Antibes 1 les différentes cicatrices

Plus en détail

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception :

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception : LES ANTI DOULEURS Attention : Pour l examen le prof veut que l on se base sur les recommandations de l AFFSAPS en ce qui concerne les prescriptions et le reste ; pour être sûr qu il n y ait pas de différence

Plus en détail

BRÛLURES. Circonstances. Risques

BRÛLURES. Circonstances. Risques Les patients ne viennent consulter le généraliste que pour des brûlures limitées en étendue et douloureuses. Dans la majorité des cas, des conseils simples donnés par le généraliste sont utiles et efficaces.

Plus en détail

La mastectomie partielle consiste à enlever chirurgicalement la tumeur et une partie du tissu sain qui l'entoure.

La mastectomie partielle consiste à enlever chirurgicalement la tumeur et une partie du tissu sain qui l'entoure. Guide d enseignement Direction des soins infirmiers CHIRURGIE GÉNÉRALE MASTECTOMIE PARTIELLE Définition : La mastectomie partielle consiste à enlever chirurgicalement la tumeur et une partie du tissu sain

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

orteils ou «griffes d orteils»

orteils ou «griffes d orteils» FICHE D INFORMATION PATIENT : les déformations des orteils ou «griffes d orteils» Madame, monsieur, votre chirurgien vient de vous proposer une prise en charge chirurgicale pour votre pathologie du pied

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 22 juin 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 27 décembre 2000 (JO du 4 janvier 2000) POVIDONE IODEE

Plus en détail

Lucentis (ranibizumab)

Lucentis (ranibizumab) Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament LUCENTIS de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

Petits conseils dans le cadre d une Chirurgie Plastique

Petits conseils dans le cadre d une Chirurgie Plastique Petits conseils dans le cadre d une Chirurgie Plastique Le jour de votre consultation Vous serez accueilli(e) par ma secrétaire qui vous demandera votre nom, et si besoin votre Carte Vitale, puis elle

Plus en détail

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Vous allez être opéré(e) prochainement de votre maladie de reflux gastro-œsophagien, de votre hernie hiatale par laparoscopie. Ce document est destiné

Plus en détail

La chirurgie esthétique du nez Ou comment garder le caractère en effaçant la caricature!

La chirurgie esthétique du nez Ou comment garder le caractère en effaçant la caricature! La chirurgie esthétique du nez Ou comment garder le caractère en effaçant la caricature! Dr Frédéric BRACCINI 25 avenue Jean Médecin 06000 Nice www.braccini.net «Opération reine», la rhinoplastie est sans

Plus en détail

Stratégie pour le traitement de l hydrocéphalie Adaptation pour les pays en voie de développement - (Dr Warf s)

Stratégie pour le traitement de l hydrocéphalie Adaptation pour les pays en voie de développement - (Dr Warf s) Stratégie pour le traitement de l hydrocéphalie Adaptation pour les pays en voie de développement - (Dr Warf s) 1. Qu est-ce que l Hydrocéphalie? Au centre du cerveau se trouvent des cavités remplies de

Plus en détail

Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA)

Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA) Hôpital du Kremlin Bicêtre Service d anesthésie-réanimation LE CATHÉTER ARTÉRIEL (KTA) SOMMAIRE Points essentiels...3 Pose du KTA, contexte urgent...4 Pose du KTA, contexte non urgent...7 Pansement du

Plus en détail

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES Soins infirmiers COMPETENCE 4 Mettre en œuvre des actions à visée diagnostics et thérapeutiques Introduction Traitement en traumatologie majoritairement Quelques

Plus en détail

PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES

PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES 1 C. LAZERGES, B. COULET, M. CHAMMAS Service de chirurgie Orthopédique 2 et Chirurgie de la Main CHU Montpellier Les infections de la main se présentent soit sous

Plus en détail

INFORMATION POUR LE PATIENT

INFORMATION POUR LE PATIENT INFORMATION POUR LE PATIENT Une meilleure qualité de vie avec les implants dentaires. «UN CONCEPT SIMPLE, BIEN PENSE ET COMPLET.» DR U. GRUNDER, ZURICH-ZOLLIKON SOMMAIRE Le processus de la réussite. Quel

Plus en détail

Dermatologie Délai d'apparition des différentes toxidermies

Dermatologie Délai d'apparition des différentes toxidermies ü Délai d'apparition des différentes toxidermies Quelques minutes à quelques heures : urticaire De 24 à 48h : - Pustulose éxanthémateuse aiguë généralisée - Erythème pigmenté fixe J7-J21 : - Exanthème

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PATIENT GREFFE DE CALVARIA

LETTRE D INFORMATION PATIENT GREFFE DE CALVARIA LETTRE D INFORMATION PATIENT GREFFE DE CALVARIA Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question, n hésitez

Plus en détail

TPN thérapie? Thérapeutique pression négative

TPN thérapie? Thérapeutique pression négative TPN thérapie? Thérapeutique pression négative QU EST CE QUE LA THERAPIE V.A.C.? Vacuum Assisted Closure Le V.A.C. est une méthode de cicatrisation active, non invasive qui fait usage d une pression négative,

Plus en détail

Plaies, pansements et douleurs des soins Plaies sans douleurs: un challenge multidisciplinaire

Plaies, pansements et douleurs des soins Plaies sans douleurs: un challenge multidisciplinaire Plaies, pansements et douleurs des soins Plaies sans douleurs: un challenge multidisciplinaire Luc Téot Service Brûlés-Chirurgie Plastique Hôpital Lapeyronie - CHU Montpellier 1. Les grands types de plaies

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Dr Xavier Martinache Qu est ce que le syndrome du canal carpien? Le syndrome du canal carpien correspond à une compression d un gros nerf situé dans la paume de votre main :le

Plus en détail

BMCP Cancérogenèse vs Tumorigenèse. Cancérogenèse vs Tumorigenèse (suite)

BMCP Cancérogenèse vs Tumorigenèse. Cancérogenèse vs Tumorigenèse (suite) 14/04/2015 BOUILLOUX Elsa L2 (CR : Hamza Berguigua) BMCP Pr.OUAFIK 8 pages Cancérogenèse vs Tumorigenèse (suite) Plan A. Angiogenèse tumorale I. Sources des facteurs angiogéniques II. Régulation des facteurs

Plus en détail

Pathologies Pathologies de la Reproduction.

Pathologies Pathologies de la Reproduction. Pathologies de la Reproduction. Le but de cet article n est pas de donner un cours obstétrical mais d apporter quelques notions relatives à la reproduction chez la chienne. Règle à retenir. Oubliez le

Plus en détail

ASSOCIATION PLAIES ET CICATRISATION D ILLE ET VILAINE GUIDE DE BONNE PRATIQUE POUR LA PRISE CHARGE DES PLAIES

ASSOCIATION PLAIES ET CICATRISATION D ILLE ET VILAINE GUIDE DE BONNE PRATIQUE POUR LA PRISE CHARGE DES PLAIES APCI ASSOCIATION PLAIES ET CICATRISATION D ILLE ET VILAINE GUIDE DE BONNE PRATIQUE POUR LA PRISE CHARGE DES PLAIES 1- LES CRITERES DE CHOIX DU PANSEMENT Phase de la cicatrisation Localisation Taille de

Plus en détail

Cher Patient, Os iliaque. Bourrelet cotyloïdien. Tête fémorale. Col fémoral. Fémur

Cher Patient, Os iliaque. Bourrelet cotyloïdien. Tête fémorale. Col fémoral. Fémur CherPatient, Vous êtes de plus en plus nombreux à souffrir d une destruction progressive de vos articulations qui diminue plus ou moins votre mobilité et altère votre qualité de vie. Grâce aux progrès

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

Programme Mésolifting au PRP

Programme Mésolifting au PRP Une peau plus jeune sans chirurgie? C est possible! Programme Mésolifting au PRP (plasma riche en plaquettes autologue) Qu es-ce le Mésolifting au PRP? Il s agit d un traitement de rajeunissement naturel

Plus en détail

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite...

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une grosse jambe rouge

Plus en détail

20 e Journées Europharmat. Atelier Fermeture Dermique Bandelettes adhésives

20 e Journées Europharmat. Atelier Fermeture Dermique Bandelettes adhésives 20 e Journées Europharmat Atelier Fermeture Dermique Bandelettes adhésives Définition Dispositif médical Classe I (stérile) selon directive 9342EEC Description : bandelette adhésive stérile Caractéristiques

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES Le mal de dos OBJECTIFS Connaître les différentes pathologies liées aux accidents dorso-lombaires Déterminer les facteurs de risques Identifier et appliquer les techniques

Plus en détail

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES Risque Cardiovasculaire global Certains comportements de notre vie de tous les jours augmentent notre probabilité de faire

Plus en détail

Mon enfant a la diarrhée

Mon enfant a la diarrhée Mon enfant a la diarrhée Chers parents, Votre enfant a la diarrhée. Cette brochure répondra à la plupart de vos questions et vous donnera des conseils pratiques pour que cette mauvaise passe ne tourne

Plus en détail

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 VASECTOMIE CONTRACEPTIVE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du

Plus en détail

QUEL PANSEMENT POUR QUELLE PLAIE?

QUEL PANSEMENT POUR QUELLE PLAIE? QUEL PANSEMENT POUR QUELLE PLAIE? JOURNEE CLIN NOV.2011 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 DE QUOI DOIT-ON TENIR COMPTE pour une prise en soin de qualité d un patient en EHPAD? PERSONNE ÂGEE PANSEMENT EHPAD

Plus en détail

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Repérage et interv le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Je déclare n avoir aucun lien direct ou indirect avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT)

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) Cette fiche d information est rédigée par la Belgian Association

Plus en détail

LES ARBRES Plantation, soins et entretien

LES ARBRES Plantation, soins et entretien LES ARBRES Plantation, soins et entretien Dans le cadre de son plan de communication 2014, la Ville de Prévost publie, chaque mois, une rubrique d information sur les arbres. Éléments importants de notre

Plus en détail

un nouveau domaine d évaluation

un nouveau domaine d évaluation Identifier l innovation sdsdsdsdsdsdsdsdsdsdsscreening process for direct sales : un nouveau domaine Entretien avec Dr Achim Preuss sur la création du test de créativité sparks cut-e France 6 rue Auguste

Plus en détail

Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire

Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire La question des équipes médecins et infirmières émerge par défaut dans un contexte de pénurie de médecins qui ne touche pas seulement

Plus en détail

LES PANSEMENTS et LES BANDAGES

LES PANSEMENTS et LES BANDAGES LES PANSEMENTS et LES BANDAGES Philippe HEILÈS Clinique équine des Bréviaires (78) Toulouse T1 pro 2005 Définitions Bandage: assemblage de bandes en 3 couches 1ère couche = pansement à proprement parlé

Plus en détail

PATHOLOGIES MUSCULAIRES Dr Gérard Johann van Miltenburg, Paris, octobre 2006 Médecin Spécialiste Médecine Physique Ostéopathe Médecin du Sport

PATHOLOGIES MUSCULAIRES Dr Gérard Johann van Miltenburg, Paris, octobre 2006 Médecin Spécialiste Médecine Physique Ostéopathe Médecin du Sport PATHOLOGIES MUSCULAIRES Dr Gérard Johann van Miltenburg, Paris, octobre 2006 Médecin Spécialiste Médecine Physique Ostéopathe Médecin du Sport 1 INTRODUCTION Le sport demande au muscle : FORCE ENDURANCE

Plus en détail

Brûlures - L union fait la force.

Brûlures - L union fait la force. Bruxelles, 18 octobre 2007. Brûlures - L union fait la force. André MAGNETTE Infirmier chef d unité Centre de Brûlés CHU Sart-Tilman 4000 LIEGE La brûlure étendue est probablement la forme la plus sévère

Plus en détail

LIFTING DE LA FACE INTERNE DE LA CUISSE

LIFTING DE LA FACE INTERNE DE LA CUISSE LIFTING DE LA FACE INTERNE DE LA CUISSE «Version 2» mise à jour 2008 Information délivrée le :.. Cachet du Médecin : Au bénéfice de : NOM. Prénom. Cette fiche d'information a été conçue sous l égide de

Plus en détail

1. QU EST-CE QUE DOLIPRANE 1000 mg, comprimé effervescent sécable ET DANS QUELS CAS EST- IL UTILISÉ?

1. QU EST-CE QUE DOLIPRANE 1000 mg, comprimé effervescent sécable ET DANS QUELS CAS EST- IL UTILISÉ? NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR DOLIPRANE 1000 mg paracétamol comprimé effervescent sécable Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations

Plus en détail

La durée de votre entrainement :

La durée de votre entrainement : 1 Ex-international et champion de France du marathon. Entraîneur de nombreux athlètes internationaux et depuis près 20 ans, consultant commentateur télévision pour les grands rendez-vous mondiaux dʼathlétisme

Plus en détail

Renseignements pour les patients

Renseignements pour les patients Biopsie du ganglion lymphatique sentinelle Renseignements pour les patients Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Est-ce que ça va faire mal? Pour que chaque soin se déroule au mieux Les traitements utiles pour éviter ou diminuer la douleur 72 73 75 De nombreux

Plus en détail

ADDITIF MOTEUR DIESEL ET ADDITIF MOTEUR ESSENCE

ADDITIF MOTEUR DIESEL ET ADDITIF MOTEUR ESSENCE MODE D EMPLOI CERAMIZER ADDITIF MOTEUR DIESEL ET ADDITIF MOTEUR ESSENCE L'additif pour moteur Diesel et pour moteur essence Ceramizer est recommandé pour la restauration de moteur à combustion à 4 temps

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail