LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN"

Transcription

1 Ministério das Obras Públicas, Transportes e Comunicações E FLUVIAIS LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN Maria Luísa Nunes Teresa Sousa Présentation au Séminaire Le Secteur des Transports Routiers dans les pays Membres de la CEMT Moscou, 21 Septembre 2007

2 2 1. Introduction Nous allons essayer de faire une brève analyse du secteur des transports routiers portugais à partir des années 1990 jusqu'à Pour évaluer le comportement du secteur face aux défis présentés par l entrée en vigueur des règles communes d accès au marché et à la profession, nous avons décidé de commencer par analyser la structure et la dimension moyenne des entreprises portugaises dédiées au transport routier international de marchandises. En ce qui concerne le nombre d entreprises et leurs véhicules, aussi bien que les employés -- chauffeurs et autres -- nous avons utilisé les données disponibles à la Direction Générale des Transports Terrestres/Institut de la Mobilité et des Transports, quant à l évolution du trafic international de marchandises, soit au niveau global, soit au niveau du trafic routier. On a aussi recueilli les données publiées par l Institut National de Statistiques. L analyse intégrée des données permet de découvrir certaines caractéristiques de l évolution de la structure des entreprises de transport international, qui illustrent aussi bien la manière avec laquelle elles se sont adaptées aux changements du cadre réglementaire que leurs réactions au contexte global du marché européen lui-même. 2. Caractéristiques de l évolution des entreprises de transport international de marchandises Vers les années 90, le marché portugais du transport international de marchandises était assuré par un petit nombre d entreprises de taille moyenne, avec un parc de véhicules de plus ou moins 20 voitures par entreprise et de plus ou moins 30 employés par entreprise.

3 3 En réfléchissant sur les données du tableau ci-dessous, on constate que l indicateur employé/véhicule (1,44 dans les années 1990) montre une certaine préoccupation des entreprises d utiliser leur parc de manière efficace. Évolution des taux de croissance des entreprises, véhicules et personel Tx crois. entrep Tx crois.vehic Tx Crois. pers Avec le renforcement de l intégration européenne, notamment en ce qui concerne l institution du marché unique en 1993 et la libéralisation du transport de marchandises en 1998, le nombre d entreprises a enregistré une augmentation très prononcée qui a atteint en 1993, un taux de croissance de 177%. Ce nombre reflète la réponse des entrepreneurs portugais aux possibilités qui leur sont données d élargissement des opportunités d affaires. Plus faible, bien que toujours significative, a été la réponse à la libéralisation de 1998, avec un taux de croissance du nombre des entreprises de 52% en Pendant toute la période analysée ( ), la croissance moyenne annuelle du nombre d entreprises, qui a été de 28%, s est toujours montrée dynamique.

4 4 Plus récemment, une tendance s est dessinée vers la stabilisation de l offre de transport, ce qui indique un marché mur et stable mais avec un rythme de croissance annuelle durable (±4%), sans réduction évidente. Cette croissance du nombre d entreprises n a pas été faite sans signes négatifs. En effet, il y a eu une réduction graduelle du nombre moyen de véhicules et d employés. Mais ce n est pas seulement la diminution de la taille moyenne qui a pu être observée. C est aussi l inversion de la tendance d utilisation intensive de l équipement qui est visible aujourd hui, avec la réduction de l indicateur employé/véhicule, - de 1,44 dans les années 90 à 1,13 actuellement. Ce dernier indicateur nous permet de conclure que les entreprises portugaises, en réduisant leur capacité logistique et compétitive dans un marché assez concurrentiel, comme celui du transport de marchandises, risquent de perdre leur capacité de réponse aux défis de ce même marché. 3. La part de la route dans le transport international de marchandises En ce qui concerne la demande, les données nous indiquent un accroissement significatif de la part du transport routier dans le transport de marchandises. En effet, tandis qu en 1990 le secteur routier était responsable pour 13,7% de l ensemble des tonnes de marchandises transportées, avec l institution du marché unique et de la libéralisation, le secteur routier a presque multiplié par trois sa participation, laquelle représentait déjà 35% du tonnage global de l ensemble des modes en Année Parts du marché ,7% ,4%

5 % ,1% Ces valeurs sont encore plus significatives en ce qui concerne les exportations, puisqu à partir de l année 2000 la route représente plus de 50% de l ensemble des tonnes de marchandises exportées. En effet, si on analyse séparément les données concernant le total des importations et des exportations portugaises de marchandises, pendant la période d analyse ( ), on constate que l augmentation de l importance du secteur routier est encore plus significative, puisqu en ce qui concerne les importations, la route est passée de 9,5% en 1990 à 26,2% en 2005, ce qui signifie «grosso modo» 2,8 fois plus qu en Par rapport aux exportations, la route qui, en 1990, représentait 24,6%, représentait 55,1% en 2005, soit un accroissement de 2,24 sur la période. Apparemment cet accroissement ne serait pas aussi significatif que celui des importations, mais il faut quand même avoir en tête que le point de départ se situait à un niveau bien supérieur. Quand on analyse, en valeur, le commerce extérieur portugais de marchandises, on s aperçoit que le transport routier représente ici un poids encore supérieur à celui qu il a en tonnes transportées. En effet, en 1990, la route chargeait 54,6% de la valeur totale des marchandises importées et, en 2005, ce chiffre était de 63%. Dans les exportations, le transport routier représentait, en 1990, 61,5% du total et en 2005, il représentait 67,3% de la valeur des marchandises exportées. 4. Conclusions D après notre étude, on peut constater que les petites et moyennes entreprises jouent un rôle dominant dans le marché portugais des transports routiers internationaux de marchandises.

6 6 On peut conclure aussi que le secteur du transport routier a répondu de façon positive aux opportunités qui lui ont été offertes, avec l entrée en vigueur du marché unique en 1993 et avec le mouvement de libéralisation des échanges commerciaux en Mais cette réponse positive, comme on l a vu, s est traduite par une augmentation considérable de l offre du secteur des transports routiers et par un accroissement significatif de sa part de marché. Cette réponse, bien que positive, a toutefois conduit à un changement de la structure des entreprises telle qu elle existait en 1990, avec un effet négatif sur la capacité concurrentielle des entrepreneurs, étant donné que le marché s est atomisé, en perdant en capacité logistique et organisationnelle, ayant comme objectif le marché européen dont il fait partie. Nous pouvons cependant conclure sur un mot d espoir puisque, comme cela a aussi été démontré, le secteur continue à présenter des rythmes de croissance significatifs, avec quelques entreprises de grande taille et de structure adéquate au marché européen. Les autres entreprises, bien que sous-dimensionnées, s avèrent extrêmement dynamiques, ce qui permet de croire à leur capacité à répondre de façon positive aux nouvelles mesures que la protection environnementale impose et imposera encore davantage aux transports routiers. Maria Luísa Nunes Teresa Sousa

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Campagne 2013 Sommaire I. Présentation de l étude et de ses données 2 II. Rendements globaux 4 1. Rendement AOC et IGP/VDF 4 2. Rendements

Plus en détail

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Exportations des pays en développement, 2013 Pays de destination Vers

Plus en détail

Indice sage de confiance des entreprises

Indice sage de confiance des entreprises Indice sage de confiance des entreprises Tendances mondiales L indice Sage de confiance des entreprises est une mesure annuelle effectuée auprès des PME dans le monde, afin de présenter une image claire

Plus en détail

Le processus et le contexte d achat des appliances de sécurité dans les PME. Juin 2009

Le processus et le contexte d achat des appliances de sécurité dans les PME. Juin 2009 des appliances de sécurité dans les PME Juin 2009 Copyright inficiences 2009 Table des matières 1 Présentation de l étude... 3 2 Une informatique à usage métier... 3 3 Une ouverture sur l extérieur limitée...

Plus en détail

II. Les délais de paiement

II. Les délais de paiement -17- II. Les délais de paiement 1/ La négociation des délais de paiement Une bonne maîtrise du délai client impose une bonne compréhension du délai réel de crédit qui est accordé au client. Une condition

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

Tableau de Bord Mobile

Tableau de Bord Mobile Instance Nationale des Télécommunications Tableau de Bord Mobile Suivi des principaux indicateurs du marché de la téléphonie mobile en Tunisie Sommaire 1. Parc global......... 2 2. Taux de pénétration......

Plus en détail

La gestion des archives de la Caixa Económica de. Cabo Verde: de la création à l élimination ou. archivage définitif.

La gestion des archives de la Caixa Económica de. Cabo Verde: de la création à l élimination ou. archivage définitif. La gestion des archives de la Caixa Económica de Cabo Verde: de la création à l élimination ou archivage définitif. Par Raquel MONTEIRO chef du service archives Caixa Económica de Cabo Verde 1. Historique

Plus en détail

Enquête de satisfaction 2015

Enquête de satisfaction 2015 Dans le cadre de sa démarche qualité, la société SADP met en place une enquête de satisfaction chaque année depuis 2012. Elle permet aux usagers de donner leur avis sur l organisation et la qualité de

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 AVRIL 2012 Les questions liées à l application de l étalement seront traitées

Plus en détail

Analyse : La taxation des voitures de société

Analyse : La taxation des voitures de société Les Analyses du Centre Jean Gol Analyse : La taxation des voitures de société Olivier Colin Novembre 2015 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique :

Plus en détail

Devoir de contrôle n 1

Devoir de contrôle n 1 Lycée: El Hrairia Prof: Mme Manaâ. K Matière : économie Devoir de contrôle n 1 Durée : 2 heures Classe: 4 ème E&G 2 Année scolaire: 2010/2011 Partie I : (10 points) Question n 1 : (4 points) Comment un

Plus en détail

République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement

République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement Cadre et objectifs La stratégie de la gestion du stationnement est un des éléments clé de la problématique

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE Bruxelles, le 28 mars 2013 Le marché du travail en Belgique en 2012 Nouveaux chiffres de l enquête sur les forces de travail Combien de personnes ont exercé un travail rémunéré? Combien

Plus en détail

PLAN I - INTRODUCTION II - DEVELOPPEMENT IV - REFERENCES. Chapitre 1 : GENERALITES I-INTRODUCTION

PLAN I - INTRODUCTION II - DEVELOPPEMENT IV - REFERENCES. Chapitre 1 : GENERALITES I-INTRODUCTION PLAN I - INTRODUCTION II - DEVELOPPEMENT Chapitre 1 : GENERALITES 1.2 - Définition 1.2- Mission et objectifs Chapitre2 : LE METIER DE COMPTABLE 2.1- Le comptable 2.1-1 : Description 2.1-2 : Qualités requises

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Évolution du marché du travail québécois :

Évolution du marché du travail québécois : ISSN 178-918 Volume 1, numéro 7 7 février Évolution du marché du travail québécois : De forts gains qui profitent aux jeunes et aux femmes Sommaire 1. Depuis 198, le marché du travail au a fait des progrès

Plus en détail

Bilan de référencement. http://www.ledracy.com

Bilan de référencement. http://www.ledracy.com http://www.ledracy.com TABLE DES MATIERES 1. RAPPORT DE POSITIONNEMENT... 0 A. GOOGLE... 0 B. YAHOO... 1 C. BING... 1 2. SYNTHESE DES POSITIONNEMENTS DES MOTS CLÉS... 2 A. Synthèse des positionnements

Plus en détail

Tableau de Bord Mobile

Tableau de Bord Mobile Instance Nationale des Télécommunications Tableau de Bord Mobile Suivi des principaux indicateurs du marché de la téléphonie mobile en Tunisie Sommaire 1. Parc global......... 2 2. Taux de pénétration......

Plus en détail

Chapitre I : Annuité et Rente

Chapitre I : Annuité et Rente Chapitre I : Annuité et Rente I. Généralités On appelle annuité une suite de règlements effectuée à intervalle de temps égaux. On dit que cette suite de règlements constitue une rente pour celle ou celui

Plus en détail

LES PERSPECTIVES MONDIALES DES TECHNOLOGIES ENERGETIQUES A L'HORIZON 2050 (WETO-H2) MESSAGES CLES

LES PERSPECTIVES MONDIALES DES TECHNOLOGIES ENERGETIQUES A L'HORIZON 2050 (WETO-H2) MESSAGES CLES LES PERSPECTIVES MONDIALES DES TECHNOLOGIES ENERGETIQUES A L'HORIZON 2050 (WETO-H2) MESSAGES CLES L étude WETO-H2 a permis d élaborer une projection de référence du système énergétique mondial ainsi que

Plus en détail

Bilan de la pratique du coaching exécutif dans un échantillon d organisations du Québec et de la Colombie-Britannique

Bilan de la pratique du coaching exécutif dans un échantillon d organisations du Québec et de la Colombie-Britannique Bilan de la pratique du coaching exécutif dans un échantillon d organisations du Québec et de la Colombie-Britannique par Joëlle Bellavance, M.Sc. avril 2004 HEC MONTREAL Trois questions principales sont

Plus en détail

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue.

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue. FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 4 heures. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment

Plus en détail

COLLOQUE INTERNATIONAL sur le congé parental, défi pour l économie et l égalité entre les femmes et les hommes

COLLOQUE INTERNATIONAL sur le congé parental, défi pour l économie et l égalité entre les femmes et les hommes COLLOQUE INTERNATIONAL sur le congé parental, défi pour l économie et l égalité entre les femmes et les hommes Intervention de PricewaterhouseCoopers Luxembourg LE CONGE PARENTAL, UNE GAGEURE ORGANISATIONNELLE

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Novembre 2009 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management de l innovation

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL Dans le cadre du projet d aménagement de la liaison routière RN126 Castres-Soual, la Direction Départementale de l Equipement

Plus en détail

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Cette étude visait à dresser un état des lieux précis qui prenne en compte la diversité (âge, situation géographique,

Plus en détail

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants Baromètre FCIQ Le du marché résidentiel Région métropolitaine de Trois-Rivières Faits saillants Rebond des ventes sur le marché immobilier résidentiel de Trois-Rivières au premier trimestre de 2014 record

Plus en détail

Business Process Analysis (BPA)

Business Process Analysis (BPA) Information engineering since 1989 conception développement intégration optimisation Business Process Analysis (BPA) LIVRE BLANC Introduction à «La Démarche Processus» 1 Pourquoi adopter une démarche processus?

Plus en détail

L interconnexion de batteries.

L interconnexion de batteries. L interconnexion de batteries. Le présent article (largement inspiré de la théorie publiée dans le site WEB http://www.smartgauge.co.uk) a pour but de présenter les différentes méthodes d interconnexion

Plus en détail

Statistique suisse du film et du cinéma Les multiplexes dans le paysage cinématographique suisse

Statistique suisse du film et du cinéma Les multiplexes dans le paysage cinématographique suisse Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 16 Culture et médias Octobre 2007 Statistique suisse du film et du cinéma Les multiplexes dans le paysage cinématographique suisse

Plus en détail

Le 20 mai 2016. Le président de l ICA, Robert H. Stapleford, FICA, FSA

Le 20 mai 2016. Le président de l ICA, Robert H. Stapleford, FICA, FSA Le 20 mai 2016 L honorable David Orazietti, député provincial Ministre Ministère des Services gouvernementaux et des Services aux consommateurs 777, rue Bay, 5 e étage Toronto (Ontario) M7A 2J3 Monsieur

Plus en détail

L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SUR LE TERRITOIRE ARDECHE CENTRE. Document intermédiaire. Version Avril 2015

L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SUR LE TERRITOIRE ARDECHE CENTRE. Document intermédiaire. Version Avril 2015 Document intermédiaire Sciences Po Grenoble L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SUR LE TERRITOIRE ARDECHE CENTRE Document intermédiaire Version Avril 2015 Rédigé par Amélie Artis et Elise Chagot, Sciences

Plus en détail

La méthode avant la notoriété

La méthode avant la notoriété La méthode avant la notoriété Proxica, fraîchement lancé en licence de marque, souhaite s imposer dans l univers déjà très concurrentiel des agences immobilières. Plusieurs arguments plaident en sa faveur,

Plus en détail

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes *

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers individuels, y compris

Plus en détail

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION CENTRE LORRAIN DE GESTION Des Métiers et Professions Indépendantes COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION Siège : 1, Avenue Foch 57000 METZ Tel : 03.87.74.20.51 - Fax : 03.87.36.52.73 * Site Internet : www.cglor.fr

Plus en détail

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 )

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Le taux de change donne le prix des monnaies entre elles. Comment se fixe ce prix? Pourquoi peut- il

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Le logiciel Aplusix Standard comme environnement d'apprentissage du raisonnement par équivalence dans le cas des équations et systèmes d équations

Le logiciel Aplusix Standard comme environnement d'apprentissage du raisonnement par équivalence dans le cas des équations et systèmes d équations Le logiciel Aplusix Standard comme environnement d'apprentissage du raisonnement par équivalence dans le cas des équations et systèmes d équations Hamid Chaachoua, Laboratoire LEIBNIZ - Institut IMAG,

Plus en détail

Sup management CAS SOTRACE Bavila bramcy

Sup management CAS SOTRACE Bavila bramcy CAS DE SOTRACE RAPPORT DE SYNTHESE : Il nous a été demandé d établir une planification stratégique de l entreprise SOTRACE pour les 3 prochaines années. L apport stratégique de notre cabinet ne cherchera

Plus en détail

A. Plusieurs mots, une même réalité? B. Comment lire un texte? C. Comment lire une courbe? D. Des verbes utilisés en dissertation

A. Plusieurs mots, une même réalité? B. Comment lire un texte? C. Comment lire une courbe? D. Des verbes utilisés en dissertation SE20 Seconde Sciences économiques et sociales Approfondissement 1. Quelques définitions et explications A. Plusieurs mots, une même réalité? B. Comment lire un texte? C. Comment lire une courbe? D. Des

Plus en détail

Seuil d accès à l aide sociale Résultats de l évaluation partielle. Theres Egger, bureau d'études de politique du travail et de politique sociale BASS

Seuil d accès à l aide sociale Résultats de l évaluation partielle. Theres Egger, bureau d'études de politique du travail et de politique sociale BASS Mise en œuvre des nouvelles normes CSIAS dans le canton de Berne: évaluation partielle concernant le seuil d accès à l aide sociale Conférence de presse du 11 mai 2006 Seuil d accès à l aide sociale Résultats

Plus en détail

Dossier de Presse du 9 juin 2015

Dossier de Presse du 9 juin 2015 Dossier de Presse du 9 juin 2015 La FABI Fédération belge d associations d ingénieurs civils et bioingénieurs, l UFIIB Union Francophone des associations d ingénieurs industriels de Belgique et trois fédérations

Plus en détail

AFFICHES À CARACTÈRE SOCIAL

AFFICHES À CARACTÈRE SOCIAL AFFICHES À CARACTÈRE SOCIAL ÉTUDE PAR CAROL-ANN RIOUX ET JEAN-PHILIPPE BEAUMONT SOUS LA DIRECTION DE LUC SAINT-HILAIRE, CHARGÉ DE COURS DES-1008 - SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE 12/12/2011 - UNIVERSITÉ

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013)

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) 1 «Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) ANALYSE DES RESULTATS : DOCUMENT DE TRAVAIL Enquête INJEP, réalisée en 2013 1 : questionnaire en ligne auprès de 130 répondants (dont

Plus en détail

L OIN et la zone commerciale d Orgeval

L OIN et la zone commerciale d Orgeval L OIN et la zone commerciale d Orgeval En 2007, Orgeval a choisi d adhérer à l Opération d Intérêt National (qui regroupe 51 communes), pour sa zone commerciale. L OIN Seine Aval n intervient donc que

Plus en détail

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Écarts entre les salaires : les politiques peuvent et doivent agir Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l USS/fq

Plus en détail

Approche de la négociation commerciale et objet du livre

Approche de la négociation commerciale et objet du livre I N T R O D U C T I O N Approche de la négociation commerciale et objet du livre Depuis l achèvement de la première édition de cet ouvrage en décembre 1997, le monde a changé sous plusieurs angles et a

Plus en détail

LES PHASES DE LA LUNE

LES PHASES DE LA LUNE LES PHASES DE LA LUNE Il est d abord nécessaire de tirer des conclusions claires de l OBSERVATION d un cycle de Lune : Nous sommes habitués à voir la Lune changer d aspect de jour en jour, voici ce que

Plus en détail

Règlement sur la liquidation partielle.

Règlement sur la liquidation partielle. Règlement sur la liquidation partielle. 2 Sommaire 1 But 2 Liquidation partielle de la Fondation 2.1 Conditions 2.2 Jour de référence 2.3 Détermination des fonds libres/ 2.4 Répartition des fonds libres

Plus en détail

Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante?

Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante? Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante? Introduction : Les chômeurs se sont les personnes qui n ont pas d emploi et qui en recherchent un. Nous avons vu que

Plus en détail

La durée de service des conducteurs routiers de fret poids lourds en 2010

La durée de service des conducteurs routiers de fret poids lourds en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 273 Décembre 2011 La durée de service des conducteurs routiers de fret poids lourds en 2010 OBSERVATION ET STATISTIQUES TRANSPORT En 2010, le temps de service

Plus en détail

Conférence régionale sur l économie informelle en Afrique

Conférence régionale sur l économie informelle en Afrique Conférence régionale sur l économie informelle en Afrique Les causes et les origines de l expansion de l économie informelle en Afrique : Propos introductifs Par B. Kouglo LAWSON BODY Centre de Formation

Plus en détail

TP statistiques : Analyses en Composantes Principales (ACP)

TP statistiques : Analyses en Composantes Principales (ACP) TP statistiques : Analyses en Composantes Principales (ACP) Introduction Nous allons, à partir données du ministère de l intérieur et l INSEE, étudier les divers facteurs liés aux accidents de la route.

Plus en détail

RAPPORT DE DEPISTAGE DU VIH- SIDA Au sein des FEMMES VICTIMES DE VIOL

RAPPORT DE DEPISTAGE DU VIH- SIDA Au sein des FEMMES VICTIMES DE VIOL RAPPORT DE DEPISTAGE DU VIH- SIDA Au sein des FEMMES VICTIMES DE VIOL EN TERRITOIRE DE MWENGA/SUD-KIVU REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO DECEMBRE 2005 1 INTRODUCTION En marge des activités générales de

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

Mémoire de fin d études: Les alliances stratégiques dans le transport aérien et son impact dans la branche Cargo: Analyse et perspectives.

Mémoire de fin d études: Les alliances stratégiques dans le transport aérien et son impact dans la branche Cargo: Analyse et perspectives. I. Introduction Le ciel sera-t-il bientôt un monopole? Moyen pour les compagnies aériennes de continuer à exister, les alliances n en sont pas mois certainement qu une étape vers leur concentration en

Plus en détail

Les entreprises du CAC 40 et les entrepreneurs

Les entreprises du CAC 40 et les entrepreneurs Les entreprises du CAC 40 et les entrepreneurs Sondage réalisé par pour en partenariat avec Publié le 23 juin 2016 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés par

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 3 décembre 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 3 décembre 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 3 décembre 2015 Statistiques des accidents de la circulation 2014 La Direction générale Statistique Statistics Belgium publie aujourd'hui les chiffres les plus récents

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Sommaire. Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Jendouba... 5. Analyse descriptive... 5. 1. Infrastructure... 5

Sommaire. Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Jendouba... 5. Analyse descriptive... 5. 1. Infrastructure... 5 Sommaire Sommaire... 2 Introduction... 4 Présentation de Jendouba... 5 Analyse descriptive... 5 1. Infrastructure... 5 1.1. Part des routes classées... 5 1.2. Taux de raccordement au réseau d assainissement...

Plus en détail

Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens. Rapport final

Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens. Rapport final Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens Rapport final Septembre 2008 Sommaire 1.! Synthèse...4! 2.! Trente établissements de santé ont été analysés...5! 3.! Analyse

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL L ADAPTATION D UN PROGRAMME D ÉTUDES EN ALTERNANCE (ÉTUDE DE FAISABILITÉ) 3

GUIDE ORGANISATIONNEL L ADAPTATION D UN PROGRAMME D ÉTUDES EN ALTERNANCE (ÉTUDE DE FAISABILITÉ) 3 L ADAPTATION D UN PROGRAMME D ÉTUDES EN ALTERNANCE (ÉTUDE DE FAISABILITÉ) 3 30 La décision d adapter un programme en alternance travail-études repose sur une analyse approfondie de la pertinence, des possibilités

Plus en détail

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008 Au 1 er janvier 2008, 600 000 commerces, sur un total de 830 000, peuvent être qualifiés de «commerces de proximité». Leur nombre a légèrement augmenté depuis 2002. Ces points de vente emploient la moitié

Plus en détail

L accès des structures d insertion par l activité économique (SIAE) aux marchés publics

L accès des structures d insertion par l activité économique (SIAE) aux marchés publics ENQUÊTE 2012 L accès des structures d insertion par l activité économique (SIAE) aux marchés publics Chiffres clés 2011 L enquête, réalisée en 2012, porte sur les chiffres 2010 et 2011 42% des SIAE ont

Plus en détail

Questionnaire satisfaction microfinance

Questionnaire satisfaction microfinance Synthèse des réponses au questionnaire de satisfaction adressé aux partenaires de la Fondation Avril 2013 Au 31 décembre 2012, la Fondation finançait 28 institutions de microfinance partenaires dans 16

Plus en détail

Étude sur l absentéisme dans l économie sociale et solidaire SYNTHÈSE

Étude sur l absentéisme dans l économie sociale et solidaire SYNTHÈSE Étude sur l absentéisme dans l économie sociale et solidaire SYNTHÈSE Une étude sur les absences au travail dans l ESS : pourquoi, pour qui? Les salariés de l économie sociale et solidaire exercent des

Plus en détail

Claire DUFAY-LEENAERT

Claire DUFAY-LEENAERT Claire DUFAY-LEENAERT Réduction de la consommation de viande : Analyse des steaks végétaux comme alternative à la consommation de viande en Belgique. Impacts environnementaux et durabilité. TRAVAIL INDIVIDUEL

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE Version abrégée. 2015-2016 Centre de formation générale des adultes

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE Version abrégée. 2015-2016 Centre de formation générale des adultes PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE Version abrégée 2015-2016 Centre de formation générale des adultes 1 L école et son milieu Tous les services d enseignement offerts à plus de 2000 adultes; Clientèle répartie

Plus en détail

LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE.

LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE. LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE. INTRODUCTION. La France connaît une évolution favorable au plan sanitaire : record français des gains annuels d espérance de vie à la naissance. Elle fait partie

Plus en détail

«Comment être adaptés localement et intégrés globalement?»

«Comment être adaptés localement et intégrés globalement?» D) CONCLUSION Ce mémoire de fin d études a eu pour objectif de répondre à la question de recherche, «Peut-on transférer la culture organisationnelle d une société mère aux filiales situées à l étranger

Plus en détail

Taux de croissance Compléments de cours au chapitre 1

Taux de croissance Compléments de cours au chapitre 1 Taux de croissance Compléments de cours au chapitre 1 Caroline De Paoli Cours de TQF - février 2009 Un des objectifs principaux lorsqu on a une série de données qui varient dans le temps est de comprendre

Plus en détail

OFI AM PUBLIE UNE ÉTUDE

OFI AM PUBLIE UNE ÉTUDE OFI AM PUBLIE UNE ÉTUDE SUR LA PRISE EN COMPTE DES CRITÈRES ESG DANS LE CAPITAL INVESTISSEMENT Les PME ETI financées par le capital investissement en Europe sont de bons élèves en matière d intégration

Plus en détail

Connaissances. laude Duplessis

Connaissances. laude Duplessis Connaissances laude Duplessis Chapitre 1 Connaissances En astronomie, tant pour l amateur que pour le professionnel, des termes ou des notions d astronomie sont régulièrement énoncés pour décrire des événements.

Plus en détail

AMÉNAGEMENT D UN GARAGE EN ESPACE HABITABLE

AMÉNAGEMENT D UN GARAGE EN ESPACE HABITABLE AMÉNAGEMENT D UN GARAGE EN ESPACE HABITABLE DATE DE LIVRAISON DES TRAVAUX : 2 MAI 2008 Préparé pour : Simon Lévesque Enseignant Préparé par : Suzanne Brisebois Chargée de projet Julie Labrosse Luc Rainville

Plus en détail

L Excellence Opérationnelle au sein des PME

L Excellence Opérationnelle au sein des PME Ecole Supérieure d Administration et de Management (ESAM) L Excellence Opérationnelle au sein des PME Mémoire de recherche appliquée, présenté et soutenu par OPHELIE VANNIEUWENHUYSE Tuteur de l ESAM :

Plus en détail

ANALYSE DES PROBLEMES PRIORITAIRES RETENUS PAR POPULATION

ANALYSE DES PROBLEMES PRIORITAIRES RETENUS PAR POPULATION ANALYSE DES PROBLEMES PRIORITAIRES RETENUS PAR POPULATION Après la définition des priorités pour chaque population, des fiches d analyse de chaque problème sont établies. Ces fiches mentionnent : - Une

Plus en détail

Epreuve n 2 : Série de six à neuf questions à réponse courte portant sur l'option "Comptabilité et finances" Meilleure copie

Epreuve n 2 : Série de six à neuf questions à réponse courte portant sur l'option Comptabilité et finances Meilleure copie Concours externe de secrétaire administratif de classe normale de l'intérieur et de l'outre mer Région Rhône-Alpes Session 2011 Epreuve n 2 : Série de six à neuf questions à réponse courte portant sur

Plus en détail

de la fréquentation du théâtre par les élèves du primaire et du secondaire au Québec dans le cadre des sorties scolaires

de la fréquentation du théâtre par les élèves du primaire et du secondaire au Québec dans le cadre des sorties scolaires PORTRAIT GÉNÉRAL de la fréquentation du théâtre par les élèves du primaire et du secondaire au Québec dans le cadre des sorties scolaires Enquête menée par le Conseil québécois du théâtre JUIN 2009 Portrait

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la Sûreté de Fonctionnement

Chapitre 1 : Introduction à la Sûreté de Fonctionnement Note de cours : Sûreté de fonctionnement des installations industrielles ENICarthage, M.P CSSA Chapitre 1 : Introduction à la Sûreté de Fonctionnement L une des évolutions essentielles dans la conception

Plus en détail

Introduction : Croissance, développement et changement social.

Introduction : Croissance, développement et changement social. Introduction : Croissance, développement et changement social. Amorce : Le dessous des cartes, Le basculement de la richesse, Vidéo Arte + Questionnaire Questionnaire : 1 ) Les 3 catégories de pays définies

Plus en détail

Révision stratégique de votre régime d assurance collective : il est temps!

Révision stratégique de votre régime d assurance collective : il est temps! ARTICLES PROFESSIONNELS PROFESSIONAL ARTICLES Assurances et gestion des risques, vol. 76(2), juillet 2008, 283-287 Insurance and Risk Management, vol. 76(2), July 2008, 283-287 Révision stratégique de

Plus en détail

Le cumul emploi retraite au RSI, un an et demi après sa libéralisation. Caroline Gaudemer - RSI, Zoom n 52

Le cumul emploi retraite au RSI, un an et demi après sa libéralisation. Caroline Gaudemer - RSI, Zoom n 52 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

Un outil pour suivre une démarche communautaire

Un outil pour suivre une démarche communautaire Paule Simard avec la collaboration de Ginette Paré et Diane Champagne Un outil pour suivre une démarche communautaire Outil développé dans le cadre de la recherche «Évaluation d initiatives de développement

Plus en détail

INSTITUT UNIVERSITAIRE DE GESTION DU MALI (IUG) ATELIER SUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES POUR LE DEVELOPPEMENT DES FILIERES AGRICOLES ET HORTICOLES

INSTITUT UNIVERSITAIRE DE GESTION DU MALI (IUG) ATELIER SUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES POUR LE DEVELOPPEMENT DES FILIERES AGRICOLES ET HORTICOLES INSTITUT UNIVERSITAIRE DE GESTION DU MALI (IUG) ATELIER SUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES POUR LE DEVELOPPEMENT DES FILIERES AGRICOLES ET HORTICOLES Ouagadougou, 12-15 décembre 2006 Offre de formation

Plus en détail

Comprendre la dette publique en quelques minutes

Comprendre la dette publique en quelques minutes http://www.youtube.com/watch?v=aayyp_zewte Comprendre la dette publique en quelques minutes Depuis plusieurs décennies, la dette publique à laquelle sont confrontés des pays développés n a cessé de croitre

Plus en détail

Utiliser les outils de suivi des stocks 1

Utiliser les outils de suivi des stocks 1 Utilisation de l historique 1. A quoi sert un stock? Un stock est une quantité de produits immobiles, dans l attente d être consommés, c est à dire soit transformés, soit vendus. Ce stock provient de la

Plus en détail

08-072 08-073 PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-FRANÇOIS-DE-L ÎLE-D ORLÉANS M.R.C. DE L ÎLE D ORLÉANS PROCÈS-VERBAL

08-072 08-073 PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-FRANÇOIS-DE-L ÎLE-D ORLÉANS M.R.C. DE L ÎLE D ORLÉANS PROCÈS-VERBAL PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-FRANÇOIS-DE-L ÎLE-D ORLÉANS M.R.C. DE L ÎLE D ORLÉANS PROCÈS-VERBAL À la séance ordinaire du conseil municipal de Saint-François-de-l'Île-d'Orléans tenue le lundi

Plus en détail

AXEL VICARD SI5. Understanding End-User Development of Context-Dependent Applications in Smartphones

AXEL VICARD SI5. Understanding End-User Development of Context-Dependent Applications in Smartphones AXEL VICARD SI5 Understanding End-User Development of Context-Dependent Applications in Smartphones Contenu I. Introduction... 2 II. Des modèles de tâches différents... 2 1. Tasker... 2 2. Atooma... 4

Plus en détail

ASSEMBLEE DE CORSE 26 ET 27 MAI RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DE L ASSEMBLEE DE CORSE

ASSEMBLEE DE CORSE 26 ET 27 MAI RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DE L ASSEMBLEE DE CORSE COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE RAPPORT N 2011/E3/ ASSEMBLEE DE CORSE 3 EME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011 26 ET 27 MAI RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DE L ASSEMBLEE DE CORSE OBJET : ADOPTION DU REGLEMENT

Plus en détail

RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS. Qui sont les clients de

RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS. Qui sont les clients de RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Qui sont les clients de fonds distincts? Qui sont les clients de fonds distincts? Comme presque tous les conseillers en sécurité financière, vous avez des clients qui s attendent

Plus en détail