-Plaies particulières- -Traitement particulier- Study Overview. Ulcères qui ressemblent au pyoderma gangrenosum. Plaies de multiples origines

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "-Plaies particulières- -Traitement particulier- Study Overview. Ulcères qui ressemblent au pyoderma gangrenosum. Plaies de multiples origines"

Transcription

1 -Plaies particulières- -Traitement particulier- V del Marmol Hopital Erasme ULB- 80 à 90 % des tous les ulcères de jambes ont une origine veineuse les autres ulcères ont de multiples causes! Selon le prof. Gottrup, dans un grand hôpital de référence à Copenhague en 2003,seulement : 51 % des patients avec une plaie chronique ont eu une examen clinique à visée diagnostique 40 % des patient avec des ulcères de jambes d origine veineuses n ont pas eu de compression 34% des patients avec un mal perforant plantaire n ont pas eu une investigation de son diabète EWMA journal, VOL 3, n 1, 2003 Skin Ulcers Misdiagnosed as Pyoderma Gangrenosum Roger H. Weenig, M.D., Mark D.P. Davis, M.D., Patrick R. Dahl, M.D. and W.P. Daniel Su, M.D. N Engl J Med Volume 347;18: October 31, 2002 Study Overview It can be difficult to distinguish pyoderma gangrenosum from other causes of cutaneous ulceration In this study, the authors identified 95 patients with skin ulcers that resembled pyoderma gangrenosum The ulcers were actually caused by vascular occlusive or venous disease, vasculitis, cancer, infection, drug-induced or exogenous tissue injury, or other inflammatory disorders Most patients who received a diagnosis of pyoderma gangrenosum were treated, and 36 percent of those who were treated had exacerbation of their underlying condition or a delay in its diagnosis Pyoderma gangrenosum is a diagnosis of exclusion In patients in whom pyoderma gangrenosum is suspected, evaluation for alternative causes of cutaneous ulceration is important Ulcères qui ressemblent au pyoderma gangrenosum Pathologie vasculaire occlusive : antiphospholipides, vasulite livedoide, cryoglobulinemie,.. Vasculite inflammatoire: wegener, polyarterite noueuse, Pathologie oncologique : lymphome Infection : mycoses, cryptoc, herpes, Induit par des medicaments ou autre composé pharmaco: cocaine, hydroxyurée, halogenide, Lié à une pathologie inflamm: necrobiose, crohn, Ulceration Resembling Pyoderma Gangrenosum but Due to Antiphospholipid-Antibody Syndrome Weenig, R. et al. N Engl J Med 2002;347:

2 Frequency of Diagnostic Findings on Initial or Repeated Biopsy Conclusions The misdiagnosis of pyoderma gangrenosum is not uncommon and exposes patients to risks associated with its treatment A thorough evaluation is required in all patients suspected of having pyoderma gangrenosum in order to rule out alternative diagnoses Weenig, R. et al. N Engl J Med 2002;347: Une plaie nécessite une évaluation clinique globale avec une évaluation systémique, locale, et parfois moléculaire qui permettra un traitement plus adapté à la pathologie Apprentissage Nous apprenons qu une maladie est composée de symptômes et de signes Temps Un malade Lesions visibles Un malade avec une plaie Œil (du dermatologue) Un diagnostic Hypothèses diagnostiques Hypothèses diagnostiques Rapide et inconscient Courtesy of Prof JM BONNETBLANC DIAGNOSTIC ANALOGIQUE Plus rapide et inconscient Courtesy of Prof JM BONNETBLANC

3 Un malade avec une dermatose Lesions visibles Items discriminants Œil (du dermatologue) + contexte Un diagnostic Hypothèses diagnostiques Ulcération Contexte de la plaie Contexte medical DIAGNOSTIC ANALYTIQUE Plus rapide Plus ou moins conscient Courtesy of Prof JM BONNETBLANC Items discriminants A Ulcération Siège Nombre Douleur Taille, fond, bord Peau périphérique Pouls artériels Symptomes et/ou signes associés : neurologiques, osseux, tégument Ou absence des précédents item Courtesy of Prof JM BONNETBLANC Items discriminants B Contexte L ulcère qui ne guérit pas Age Evolution (aigüe, chronique, récidive) Peau noire Origine géographique Traumatisme Sexe Courtesy of Jm Bonnetblanc : Evaluation Histoire générale Evaluation clinique Evaluation vasculaire Evaluation biologique Evaluation bactérienne Biopsie Examen Radiologique Patch tests Histoire générale Histoire médicale personnelle, familiale Médicaments Facteurs de risque (HTA, diabète, tabac, trauma) Histoire et évolution de la plaie Effet des différents traitements

4 Histoire générale- Histoire médicale Personnelle Maladie Hématologique : leucémie, lymphome, drépanocytose, Dysproteinemies: cryoglobulinemies, agglutinines froides. Maladie systémique : périarthrite noueuse, lupus, sclérodermie,.. Métabolique: insuffisance rénale, goutte, déficience en prolidase Gastro intestinale: RCUH, Crohn,. Infectieuse: bactérienne, viral (hépatite, HIV ), parasitaire. Histoire générale Apparition, évolution, symptômes Thrombose veineuse profonde (après grossesse ou chirurgie): ulcère post phlébitique Claudication intermittente Douleur: plus sévère dans les ulcères d origine artérielle Paresthésies et/ou brulures dans le cas d atteinte neuropathique Evaluation- Examen Physique Neuropathie Pouls périphériques Pouls capillaire et temps de réplétion veineuse Ulcère : Localisation Apparence Nombre Examen cutané autour de l ulcère Lit de la plaie Ulcere de jambe Veineux Arteriel Evaluation Clinique Aspects diagnostics Localisation Apparence Peau environnante Malleolaire Surtout médian Proeminence osseuse Malleolaire lateral Dos du pied orteils Bords irréguliers debris fibrineux Granulation qui peut être extensive Suintant bord à l emporte pièce Fibrineux ou nécrotique sec Absence de granulation Neuropathique Sur zone de pression Profond, à l emporte pièce, Exsudat purulent si une osteomyelite est présente Vasculite Dos du pied Pre tibial mollet oedeme Pigmentation Purpura Eczema Sclerose Cellulite Perte de pilosité, peau brillante, atrophique Hyperkeratose autour de l ulcère hypo/ hyperesthetic Contours net, ulcères parfois Purpura Palpable multiples, confluents, débris necrotiques Examens Formule hémato, glycémie pour exclure un diabète ou une maladie hématologique Sédimentation, CRP: ostéomyélite, maladie systémique Albumine, ferritine et autres éléments : déficience nutritionnelles (zinc, vit C, vit A,.) Facteur Rhumatoïde, FAN Biopsie : vasculite, infection, ou tumeur Examen-biopsie: quand? Ulcère veineux, artériel ou escarre dont l évolution est supérieure à 3 mois Présentation atypique de l ulcère Présence de manifestations systémiques non expliquées ou antécédent de voyage dans un pays tropical

5 Vasculaire Neurologique Infectieuse Inflammatoire Traumatique Iatrogène Néoplasique Dermatologique: pemphigus, etc. Métabolique Plaie particulière : traitement particulier Traitement de la pathologie sous jacente Traitement adapté de la plaie et donc implication de contre indications ou indications particulières Plaie particulière : traitement particulier. Plaie particulière d origine neurologique: syndrome trigeminal Plaies neurologiques :ulceration trigeminale Vasculite cocaine Calcyphylaxie Plaies iatrogènes Plaie d origine neurologique: Ulcération trigeminale Triade : paresthesie Anesthesie Ulceration aile nasale Plaie d origine neurologique: Ulceration trigeminale Condition associée à une atteinte de la partie sensitive du nerf trigeminé Periode de latence entre semaines jusque plusieurs années

6 Plaie d origine neurologique: Ulceration trigeminale Donne la sensation de nez anesthésié de passage d air rendu difficile peut induire une manipulation locale qui fait apparaitre la lésion mais dans le cadre d une atteinte nerveuse initiale Le plus souvent associé à un antécédent de zona local Plaie d origine neurologique: Ulceration trigeminale plus fréquent chez la femme âgé L extrémité du nez est épargné parce que il est associé à l innervation de la branche médiane du nerf ethmoidien Apparait dans la partie non cartilagineuse, en croissant JAAD 2004;50: JAAD 2006; 55,2, On presentation, the patient had glistening erythematous, well-circumscribed ulcerations on the right side of his head THE TRIGMINALM TROPHIC SYNDROM Monrad S et al, JAAD, 50; Fredeking, A. E. et al. Arch Dermatol 2008;144: Copyright restrictions may apply. Initial presentation of 8 x 5-cm left parietal scalp lesion and numerous 5 x 5-mm plaques in V3 trigeminal dermatome distribution Plaie d origine neurologique: Ulceration trigeminale Histologie : infiltrat inflammatoire minimum, pas de cellule géante, de granulome, pas d aspect vasculitique Adams, W. B. et al. Arch Dermatol 2007;143: origine: toutes les atteintes de cette branche sensitive du nerf: vasculaire Tumeur Infection: zona, lepre Trauma Copyright restrictions may apply.

7 Plaie d origine neurologique: Ulceration trigeminale : diagnostique differentiel Plaie d origine neurologique: Ulceration trigeminale : traitement Plaies très amorphe, necessitant un effort intense, de moyens pour la faire cicatriser! Traitement local: collagène, acide hyaluronique VAC Multples therapeutiques pharmacol avec succès anecdotiques Reconstruction chirurgicale Monrad S et al,jaad, 2004, 50: Approche des ulcères avec une origine inflammatoire Pseudo vasculite induite par la cocaine Calciphylaxie Vasculite dans la polyarthite rhumatoide Necrose digitale Vasculite particulière : pseudovasdculite induite par la cocaine De multiples manifestations cutanées Cocaine: pseudo vasculite Brewer et al, JAAD, 2008

8 Pseudovasculite /cocaine Pseudovasculite /cocaine Femme de 27 ans, fatigue, lesions au niveau du visage, jambe bras, dos A reçu recemment de l erythromycine pour une pharyngite à streptocoque mais traitement sans effet Antec medicaux sp Antec chirug sp Ex clin : a febrile, signes vitaux nx, une membrasse epaisse est visdualisée sur l oropharynx et multiples lésions pustuleuses et ulcérées sur le corps y compris le visage Biol GB, PLTuée/creat nl, urine : screen pour cocaine : pos panca + Decédée après 2 ans d evolution d hemorragie gastrique d intoxication Pseudovasculite /cocaine Pseudovasculite induite par la cocaïne Levamizole : mis dans les doses de cocaine : est l inducteur de ces pseudo vasculite : Molécule connue pour induire une réponse immune entre autre dans les vaccinations Induit des réactions immunitaires granulomateuse s Pseudovasculite /cocaine Nécroses cutanées et toxicomanies Cause de plaie particulière et d évolution atypique des plaies! Y penser devant un tableau de personne jeune, avec plaie de localisation atypique, d évolution peu favorable. Examen ORL! Screening des urines! Dermo-hypodermites nécrosantes, abcès sous cutanés. Del Giudice, P. (2004). British Journal of Dermatology 150 (1), 1-10 Ulcères nécrosants post injection sous cutanées Subutex multifactoriels: toxique, pharmacologique, infectieuse Livédo nécrosant post injection intra-artérielle de méthadone cps

9 CALCIPHYLAXIE OU ARTERIOLOPATHIE CALCIFIANTE CALCIPHYLAXIE : CLINIQUE SURVENUE BRUTALE, LE PLUS SOUVENT SANS FACTEUR DECLENCHANT EVIDENT (traumatisme, thrombose, hypotension) Maladie micro occlusive (sur)aiguë essentiellement cutanée survenant sur des vaisseaux calcifiés au cours de l IRC (le plus souvent dialysée) Weenig, JAAD, 2008 ISCHEMIE DISTALE +/ GANGRENE PANNICULITE NODULAIRE ABDOMINO CRURALE (+/ SEINS) LIVEDO RETICULAIRE NECROSANT ET ASCENDANT DES MEMBRES INFERIEURS A GRANDES MAILLES FERMEES +++ Calciphylaxie : Femme de 38 ans IRC depuis 7 ans Livedo extensif des membres inf. rapidement nécrotique Weenig et al, JAAD, 2008 CALCIPHYLAXIE OU ARTERIOLOPATHIE CALCIFIANTE ÉVOLUTION Extension et aggravation initiale Amélioration secondaire après parathyroïdectomie et chirurgie des nécroses

10 CALCIPHYLAXIE : PHYSIOPATHOLOGIE DEUX PHENOMENES ASSOCIES/SEPARES CALCIFICATION PROGRESSIVE DES VAISSEAUX DE PETIT ET MOYEN CALIBRE LIEE AUX TROUBLES Ph/Ca ET A L OSTEOPONTINE MICROTHROMBOSES AIGUES DE MECANISME MAL CONNU : hyperparathyroidie,tbles hémostase (parfois induits par la dialyse), CS... CALCIPHYLAXIE : EXPLORATIONS MORPHOLOGIE : * CALCIFICATIONS VASCULAIRES DIFFUSES MUSCULO CUTANEES * HYPERTROPHIE DES PARATHYROIDES CALCIFICATIONS MEDIA ET FIBROSE PARIETALE BIOLOGIE : * AUGMENTATION PHOSPHATEMIE ET Ca x Ph sang * HYPERPARATHYROIDIE PAS CONSTANTE ET ASSEZ SOUVENT MODEREE CALCIFICATION DES VX DE MOYEN CALIBRE * TROUBLES DE COAGULATION (PROT C, S, Ac APL etc) CALCIFICATIONS PERINEURALES CALCIFICATIONS HYPODERMIQUES Image histologique hypoderme calciphylaxie CALCIPHYLAXIE SANS IR EXCEPTIONNEL!! HYPERPARATHYROIDIE I HYPOPARATHYROIDIE NEOPLASIES CANCER DU SEIN SOUS CT CIRRHOSE HEPATIQUE PR HORTON NUTRITION PARENTERALE IDIOPATHIQUE? Weenig, JAAD, 2008 ROLE D UN DEFICIT ACQUIS EN PC/S?

11 Survie et calciphylaxie dialyse, traitement, debridement Survie et calciphylaxie dialyse, traitement, debridement De 30à 70% de Décès Mortalité par sepsis Atteintes systémiques : infarctus, intestin, SNC, De 30à 70% de Décès Mortalité par sepsis Atteintes systémiques : infarctus, intestin, SNC, Survie et calciphylaxie dialyse, traitement, debridement De 30à 70% de Décès Mortalité par sepsis Atteintes systémiques : infarctus, intestin, SNC, CALCIPHYLAXIE :TRAITEMENT Symptomatique DIALYSES EN CONDITIONS PARTICULIERES DIPHOSPHONATES INFECTION, DOULEUR Parathyroidectomie rapide? PTH TRES ELEVEE A DISCUTER DANS TOUS LES CAS Chirurgie de débridement Thiosulfate de sodium Plaie iatrogènes Dermite livédoïde de Nicolau: signes cliniques Dermite livedoide Nicolau Nécroses induites par injection d interferon IM +++ (/s cut. et iv possibles) T0: Douleur intense, macule érythémateuse 24h: placard livédoïde extension dendritique 1 3s: Nécrose cutanée +/ musculaire Complications Ischémie homolatérale Compression nerveuse Surinfection Dermite de Nicolau après injection IM de sels de Bismuth

12 Dermite livédoïde de Nicolau: pathogénie Dermite livédoïde de Nicolau: étiologies Injection Thrombose vasculaire Embolisation de petites artères cutanées (ex. substances huileuses) Stimulation sympathique et vasospasme Destruction ou perforation des parois (ex. phénylbutazone) Cristallisation de substances dissoutes dans des solutions aqueuses Sels de Bismuth AINS Corticothérapie Benzathine penicilline Anesthésiques locaux Antihistaminiques Vitamines B Sulfonamide Procaïne Pyrazolone Chlorpromazine Phenobarbital Interferon α, interferon β Vaccins (varicelle, DTP) Agents sclérosants Produits de comblement Dermite livédoïde de Nicolau: traitements Nécroses cutanées après injections sous cutanées d interféron Préventif +++ IM quadrant supéroexterne Aspiration avant injection Interruption si douleur intense Vasodilatateurs, antiagrégants? +/ chirurgie Interférons β, α, α peg Non corrélés aux doses, fréquences des injections 24 48h après injection Délais après instauration: variables (Jrs ans. Moy. 2 3 mois) Mécanismes: Nicolau, autres Traitements Soins locaux Variation des sites d injection Homme, Hépatite C Ribavirine + Interféron α peg (90 μg/wk) Nécrose après 11 mois Vasculite sur polyrathite rhumatoide VASCULITE NECROSES DIGITALES Attitude therapeutiques? Septembre 2009 Patiente soignée en collaboration avec Me Taminiau VALIDA

13 VASCULITE NECROSE DIGITALE ET PLANTAIRE VASCULITE NECROSE DIGITALE ET PLANTAIRE Septembre 2009 novembre 2009 Patiente soignée avec Me Taminiau VALIDA Fevrier 2010 VASCULITE NECROSE DIGITALE ET PLANTAIRE Aout 2010 Traitements des necroses digitales Traitements symptomatiques 1/ Soins locaux Application d antiseptiques > nécrose sèche : Pansements gras Rechercher ostéite et adapter antibiothérapie Contrôler la vaccination antitétanique Traitement antalgique Traitements 2/ Améliorer perfusion Vasodilatateurs Inhibiteurs calciques Antiaggrégants plaquettaires et anticoagulants Prostaglandines Sympathectomies thoraciques Neurostimulation cordonale postérieure (Amputation ) Plaies particulières Traitements particuliers Conclusions Intégrer le patient dans le cadre de sa plaie Remettre en question le diagnostique lorsque l évolution n est pas adéquate Faire un diagnostique correct mais également un traitement adapté à la pathologie (mise à jour!)

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES Transverse : Dermatologie PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES I/- Introduction : La peau est un lieu de maladies spécifiques et le mode de révélation de nombreuses maladies internes. Au contact direct des patients

Plus en détail

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Qu est que c est? pourquoi? Évolution possible et risque? Ulcération chronique de la face plantaire des pieds - Apparait aux points d appuis

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHEZ LE DIABETIQUE

PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHEZ LE DIABETIQUE PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHEZ LE DIABETIQUE Catherine Masseron - IDE Antenne de Dermatologie du Professeur TAIEB Hôpital Pellegrin Avec la collaboration du Docteur Christine Labrèze Praticien Hospitalier

Plus en détail

Item 327 : Phénomène de Raynaud

Item 327 : Phénomène de Raynaud Item 327 : Phénomène de Raynaud Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières OBJECTIFS... 2 I Diagnostic positif... 2 II Diagnostic différentiel...

Plus en détail

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris La prise en charge du pied diabétique reste problématique

Plus en détail

Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014

Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014 Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014! Identifier les causes de lymphoedème!! Savoir investiguer un lymphoedème!! Comment traiter un lymphoedème Le lymphœdème - définition Un œdème

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

HYDRO UN DISPOSITIF SÛR ET EFFICACE POUR LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUFFRANT D ULCERES DE JAMBE D ORIGINE VEINEUSE OU MIXTE

HYDRO UN DISPOSITIF SÛR ET EFFICACE POUR LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUFFRANT D ULCERES DE JAMBE D ORIGINE VEINEUSE OU MIXTE ialuset HYDRO UN DISPOSITIF SÛR ET EFFICACE POUR LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUFFRANT D ULCERES DE JAMBE D ORIGINE VEINEUSE OU MIXTE D après la présentation du Docteur Sylvie MEAUME Dermatologue Université

Plus en détail

PEC DES PLAIES EN EHPAD

PEC DES PLAIES EN EHPAD PEC DES PLAIES EN EHPAD Dr Géraldine Martin-Gaujard HOSPICES CIVILS DE LYON HEH GENERALITES Plaies aiguës traumatiques Plaies chroniques: Escarres et ulcères Pour les escarres: Prévalence : 9% stable depuis

Plus en détail

Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements

Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements Olivier Lesens Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Clermont-Ferrand Plan Infection

Plus en détail

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Pathologies cutanées liées au froid Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Chamonix 5 septembre 2009 Multiples pathologies de gravité et d étiologie variables Pathologies

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Atelier Pansements. Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit

Atelier Pansements. Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit Atelier Pansements Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit PROCESSUS DE CICATRISATION Etapes de la cicatrisation Le traitement d une plaie n est pas standardisé mais personnalisé Quelque soit

Plus en détail

Définition d un ulcère L INSUFFISANCE VEINEUSE F. Giard, m.d., f.r.c.p.(c) Dermatologue

Définition d un ulcère L INSUFFISANCE VEINEUSE F. Giard, m.d., f.r.c.p.(c) Dermatologue Définition d un ulcère L INSUFFISANCE VEINEUSE F. Giard, m.d., f.r.c.p.(c) Dermatologue Plaie qui s étend jusque dans le derme ( full-thickness ) Guérison lente (souvent plus de 4 semaines), liée à un

Plus en détail

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Motif non rare de consultation. Urgence diagnostique et thérapeutique. Pronostic

Plus en détail

TECHNIQUES DE SOINS SUR LE PATIENT DIABÉTIQUE PORTEUR D UNE PLAIE

TECHNIQUES DE SOINS SUR LE PATIENT DIABÉTIQUE PORTEUR D UNE PLAIE TECHNIQUES DE SOINS SUR LE PATIENT DIABÉTIQUE PORTEUR D UNE PLAIE Catherine MASSERON Service de Dermatologie du Pr Taïeb-Dr Labrèze CHU- BORDEAUX PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHEZ LE DIABETIQUE Catherine

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Conduite à tenir devant une grosse jambe rouge (204) Docteur Alexandre BUCCI Mars 2004

Conduite à tenir devant une grosse jambe rouge (204) Docteur Alexandre BUCCI Mars 2004 Conduite à tenir devant une grosse jambe rouge (204) Docteur Alexandre BUCCI Mars 2004 Objectifs : Diagnostiquer une grosse jambe rouge aiguë. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise

Plus en détail

Mécanismes des plaies du pied diabétique. Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris

Mécanismes des plaies du pied diabétique. Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris Mécanismes des plaies du pied diabétique Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris Différents types de plaies chroniques du pied diabétique Le diabète favorise l infection? Les plaies c est

Plus en détail

SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE. H. de Labareyre

SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE. H. de Labareyre SYNDROMES DE LOGE DE JAMBE H. de Labareyre Définition physiopathologique Etat dans lequel une augmentation de pression dans un espace limité,, compromet la circulation et la fonction des tissus situés

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu CONDUITE A TENIR DEVANT «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu MOTIF DE RECOURS Grosse jambe rouge Fièvre Douleur du membre inférieur Altération de

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE : Le point de vue du chirurgien orthopédiste Dr Nicolas CELLIER Service de chirurgie orthopédique et traumatologique Pr Asencio CHU Carémeau - Nîmes 27 septembre 2012 - Nîmes Indispensable

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT Syndrome du canal carpien Marie-Noémie PLAT ANATOMIE Canal ostéofibreux INEXTENSIBLE Formé par: Une gouttière osseuse postérieure Le ligament annulaire antérieur en avant Contenant: Les tendons des muscles

Plus en détail

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile Pædiatric Rheumatology InterNational Trials Organisation Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile De quoi s agit-il? Le syndrome de Blau est une maladie génétique. Les patients souffrent d une combinaison entre

Plus en détail

Centre podiatrique Lambert. Dr. Keven Lambert, Podiatre

Centre podiatrique Lambert. Dr. Keven Lambert, Podiatre Centre podiatrique Lambert Dr. Keven Lambert, Podiatre Objectif de la présentation Distinguer les cors et les verrues plantaires et résumer les différents traitements utilisés par les podiatres Évaluer

Plus en détail

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

Quelle chirurgie correctrice préventive pour le pied diabétique?

Quelle chirurgie correctrice préventive pour le pied diabétique? Quelle chirurgie correctrice préventive pour le pied diabétique? Dr F.C AILLON Equipe multidisciplinaire pied diabète Boulogne sur mer Lille Lesquin 01 juin 2007 Quel bénéfice? Quoi, quand et qui corriger?

Plus en détail

Item 327 : Phénomène de Raynaud

Item 327 : Phénomène de Raynaud Item 327 : Phénomène de Raynaud COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Diagnostic

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fissure anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

B14 - CAT devant un lymphœdème

B14 - CAT devant un lymphœdème B14-1 B14 - CAT devant un lymphœdème Le lymphœdème est la conséquence d'une stase lymphatique dans le tissu interstitiel. Celle-ci peut être consécutive à une malformation constitutionnelle du système

Plus en détail

Item 114. Eczéma contact

Item 114. Eczéma contact Item 114 Eczéma contact Item 183: eczéma de contact Hypersensibilité cellulaire retardée ; Haptène Diagnostic clinique: prurit; érythème, vésicules, suintement, croutes. Recherche par interrogatoire +++,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

32 Syndrome du tunnel cubital

32 Syndrome du tunnel cubital 32. Syndrome du tunnel cubital 201 32 Syndrome du tunnel cubital SYNDROME CLINIQUE Le syndrome du tunnel cubital est une cause rare de douleur et de faiblesse de la partie latérale de l avant-bras qui

Plus en détail

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Orientation diagnostique devant une ulcération ou érosion des muqueuses orales et génitales (343) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Pré-Requis : Lésions élémentaires en dermatologie

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

Les situations «à risque»

Les situations «à risque» Les situations «à risque» âge «à risque» : le nourrisson - faible nombre de symptômes - rapidité d'aggravation de certaines affections cris, pleurs, et refus du biberon : syndromes occlusifs polypnée (+

Plus en détail

HEMANGIOMES DU NOURRISSON

HEMANGIOMES DU NOURRISSON HEMANGIOMES DU NOURRISSON DEFINITION On désigne sous le nom d'angiomes, des dysplasies intéressants les vaisseaux sanguins. Il s'agit de malformations très hétérogènes et très polymorphes de cause inconnue

Plus en détail

LUC TÉOT UNITE PLAIES ET CICATRISATIONS HOPITAL LAPEYRONIE MONTPELLIER

LUC TÉOT UNITE PLAIES ET CICATRISATIONS HOPITAL LAPEYRONIE MONTPELLIER Escarres et plaies du pied du diabétique: comment les couvrir? LUC TÉOT UNITE PLAIES ET CICATRISATIONS HOPITAL LAPEYRONIE MONTPELLIER Escarres: plan Définitions des stades Le moment chirurgical Les techniques

Plus en détail

Le pied diabétique. Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015

Le pied diabétique. Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015 1 Le pied diabétique Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015 2 Objectifs Décrire la physiopathologie de l ulcère diabétique et les déformations

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

Moi ou mon enfant sous cortisone

Moi ou mon enfant sous cortisone Moi ou mon enfant sous cortisone Quelles conséquences? Isabelle Koné-Paut Pédiatrie Générale, Rhumatologie CHU de Bicêtre 94270 Le Kremlin-Bicêtre La cortisone, une hormone H H Organe 1 Organe 2 H Sang

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par

Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par le présent site web! Un merci spécial à FatimZahra! Erythème

Plus en détail

M A D A M E Z. C R E T E N E T, D I R E C T R I C E D E S S O I N S H A D S O I N S E T S A N T É M A D A M E I

M A D A M E Z. C R E T E N E T, D I R E C T R I C E D E S S O I N S H A D S O I N S E T S A N T É M A D A M E I LE CHEMIN CLINIQUE 1 M A D A M E Z. C R E T E N E T, D I R E C T R I C E D E S S O I N S H A D S O I N S E T S A N T É M A D A M E I. I M B E R T, C A D R E D E S A N T É H A D S A N T É A D O M I C I

Plus en détail

Purpuras chez l adulte*

Purpuras chez l adulte* Examen National Classant Orientation diagnostique devant : Purpuras chez l enfant et chez l adulte Purpuras chez l adulte* B. CRICKX (Paris, Bichat), F. PIETTE (Lille), J.-C. ROUJEAU (Créteil), J.-M. BONNETBLANC

Plus en détail

PSEUDOMONAS AERUGINOSA ET INFECTIONS ORL

PSEUDOMONAS AERUGINOSA ET INFECTIONS ORL PSEUDOMONAS AERUGINOSA ET INFECTIONS ORL Béatrix Barry Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard, 75877 Paris Cedex 18 Pseudomonas aeruginosa est un germe fréquemment rencontré dans la pathologie ORL

Plus en détail

L approche mul.disciplinaire de la maladie vasculaire

L approche mul.disciplinaire de la maladie vasculaire L approche mul.disciplinaire de la maladie vasculaire L artériolopathie urémique calcifiante chez le pa.ent dialysé Robert Bell, pharmacien HMR Conflits d intérêt poten.els Je divulgue que je suis: Conférencier

Plus en détail

Expression cutanée des reactions médicamenteuses

Expression cutanée des reactions médicamenteuses Expression cutanée des reactions médicamenteuses Dr. med. Thomas Harr, MA Unité d allergologie Service d immunologie et d allergologie Département de médecine interne Hôpitaux Universitaires de Gèneve

Plus en détail

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Capacité de gérontologie clinique Vendredi 6 mai 2011 Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Dr H Gil Praticien Hospitalier Centre de Compétences des maladies systémiques et auto-immunes rares de

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il est strictement

Plus en détail

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 Plan Généralités Effets de l alcool sur la santé Autres effets Rôle du médecin

Plus en détail

LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE

LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE Qu est ce qu une Paraplégie ou Tétraplégie? - Conséquence d une lésion de la moelle épinière ou d une atteinte diffuse des nerfs périphériques. - Évaluation du caractère complet

Plus en détail

SÉMIOLOGIE VASCULAIRE. Sylvie Desmarais Interniste CSSS Pierre- Boucher

SÉMIOLOGIE VASCULAIRE. Sylvie Desmarais Interniste CSSS Pierre- Boucher SÉMIOLOGIE VASCULAIRE Sylvie Desmarais Interniste CSSS Pierre- Boucher CONFLITS D INTÉRÊTS Bayer Health Care Bristol- Myers Squibb LEO Pharma OBJECTIFS Connaître l arbre artériel périphérique : valeur

Plus en détail

11/2/2012. De la prévention au traitement chirurgical. des escarres? = plaie de pression (pressure soar)

11/2/2012. De la prévention au traitement chirurgical. des escarres? = plaie de pression (pressure soar) RARE FACIAL TUMOR De la prévention au traitement chirurgical des escarres? Dr. Ali MODARRESSI Médecin Adjoint Service de chirurgie plastique, reconstructive et esthétique Hôpitaux Universitaires de Genève

Plus en détail

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013

LES SCIATALGIES. DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 LES SCIATALGIES DR EKOUELE MBAKI HB UPR de NEUROCHIRURGIE RABAT, MAROC Avril 2013 Introduction! Motif fréquent de consultation en neurochirurgie et en rhumatologie! Elle correspond le plus souvent à une

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

UE Cardio-Vasculaire

UE Cardio-Vasculaire Année Universitaire 2012-2013 Sujet 1 Une patiente de 32 ans est hospitalisée pour une douleur thoracique. Initialement modérée, cette douleur est maintenant violente et inhibe la respiration. La patiente

Plus en détail

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Présentation du cas clinique Mr S, 73 ans Hospitalisé en août 2014 pour une récidive d endocardite

Plus en détail

Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005)

Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Pré-Requis : Lésions élémentaires en dermatologie. Résumé : L'érythème est une rougeur

Plus en détail

Situation clinique Objectifs Interventions

Situation clinique Objectifs Interventions PLAN DE SOINS PRÉVENTION DE PLAIES DE PRESSION Page 1 de 2 Situation clinique Objectifs Interventions Tous les usagers à mobilité réduite admis à l Hôtel-Dieu de Lévis dans une unité de soins Les usagers

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

TABAC et GROSSESSE. GEN 10 mai 2007

TABAC et GROSSESSE. GEN 10 mai 2007 TABAC et GROSSESSE GEN 10 mai 2007 17% à 25%des femmes fument pendant leur grossesse 125 000 à 200000 foetus /an exposés aux effets nocifs du tabac. Principaux constituants du tabac + 4 000 substances

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite)

Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite) UE Revêtement Cutané (2010-2011) Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite) Pr. Béatrice Vergier (service de pathologie, CHU Bordeaux) Lésions

Plus en détail

ALLERGIE MEDICAMENTEUSE INVESTIGATEUR : Nom :... Centre :... Date :...

ALLERGIE MEDICAMENTEUSE INVESTIGATEUR : Nom :... Centre :... Date :... ALLERGIE MEDICAMENTEUSE INVESTIGATEUR : Nom :... Centre :... Date :... PATIENT : Nom :... Date de naissance :... Age :...ans Poids :...kg Profession :... Origine ethnique:... Sexe : M F Taille :...cm PLAINTES

Plus en détail

Actualités thérapeutiques dans le VHC : les recommandations de l AFEF Vendredi 8 et samedi 9 avril 2011 à Paris

Actualités thérapeutiques dans le VHC : les recommandations de l AFEF Vendredi 8 et samedi 9 avril 2011 à Paris Actualités thérapeutiques dans le VHC : les recommandations de l AFEF Vendredi 8 et samedi 9 avril 2011 à Paris Des journées scientifiques pour accompagner l arrivée des nouvelles molécules qui vont modifier

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la et complète plusieurs documents sur ce thème produits

Plus en détail

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie Neuro-sémiologie G. Beauvalot NEUROPATHIES PERIPHERIQUES DIFFUSES Polynévrite et multinévrite La polynévrite alcoolique Terrain Physiopathologie Sémiologie Etiologies Neuro-sémiologie

Plus en détail

Traitement conservateur et chirurgical des talalgies et aponévrosites plantaires

Traitement conservateur et chirurgical des talalgies et aponévrosites plantaires Traitement conservateur et chirurgical des talalgies et aponévrosites plantaires Dr. Marino Delmi Clinique des Grangettes / Genève Suisse Médecin associé consultant Clinique Universitaire d Orthop d Orthopédie

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

DÉFINITION, DIAGNOSTIC ET MÉTHODES DE MESURE

DÉFINITION, DIAGNOSTIC ET MÉTHODES DE MESURE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 15 DÉFINITION, ET MÉTHODES DE MESURE DÉFINITION - Quand parle-t-on d hypertension

Plus en détail

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant Page 2 u Epidémiologie u Physiopathologie u Présentations Cliniques u Traitements

Plus en détail

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT Maladie inflammatoire, chronique, «démyélinisante» du système nerveux central. Décrite pour la première fois par Charcot en 1866. Apparition «successive

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI

MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI Le virus C est associé à des manifestations extra-hépatiques d origine immunologique. Certaines

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Abords vasculaires pour hémodialyse EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Albert Mouton Clinique de l Archette AIX 12,13? 14 Juin,Juin 2014 Introduction

Plus en détail

PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION PRISE EN CHARGE PALLIATIVE PRISE EN CHARGE A DOMICILE

PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION PRISE EN CHARGE PALLIATIVE PRISE EN CHARGE A DOMICILE PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION PRISE EN CHARGE PALLIATIVE PRISE EN CHARGE A DOMICILE PLAN PREVALENCE et MECANISMES CONSEQUENCES EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL QUAND ALERTER LA DIETETICIENNE ET/OU LE MEDECIN

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Définition. Physio-Pathologie. épidémiologie. Phénomène de Koebner

Définition. Physio-Pathologie. épidémiologie. Phénomène de Koebner Définition Le Psoriasis est une dermatose érythémato-squameuse chronique Formes cliniques et traitement épidémiologie Physio-Pathologie 1.5 a 6.5% Ratio homme : femme = 1:1 Association statistique Psoriasis

Plus en détail

COMMENT RECONNAÎTRE AFFECTION BÉNIGNE OU GRAVE?

COMMENT RECONNAÎTRE AFFECTION BÉNIGNE OU GRAVE? COMMENT RECONNAÎTRE LES SIGNES D UNE D AFFECTION BÉNIGNE OU GRAVE? Professeur Chantal LEFEBVRE Service de Médecine M Interne GénéraleG Cliniques Universitaires Saint-Luc (UCL) 1 A. GENERALITES I. ROLE

Plus en détail

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort)

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Motif de consultation Mr F, 38 ans, consulte aux urgences dans la nuit aux environ de 4h pour douleur dentaire avec œdème de la face.

Plus en détail

Plaies et cancer. Dr Isabelle Jaffré. Isabelle Fromentin. Chirurgien Centre René Gauducheau. IDE expert Institut Curie

Plaies et cancer. Dr Isabelle Jaffré. Isabelle Fromentin. Chirurgien Centre René Gauducheau. IDE expert Institut Curie Plaies et cancer Dr Isabelle Jaffré Chirurgien Centre René Gauducheau Isabelle Fromentin IDE expert Institut Curie Plaies tumorales Plaies induites par les traitements Radiodermite, radionécrose, post

Plus en détail

PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line: matériel. PICC-line: matériel. Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest

PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line: matériel. PICC-line: matériel. Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest PICC-line Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest PICC-line Peripheric Inserted Central Catheter PICC-line Cathéter veineux inséré dans une veine périphérique profonde du bras, PICC-line dont

Plus en détail

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané Énoncés Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané N 109 Dermatoses faciales : acné, rosacée, dermatite séborrhéique Diagnostiquer l acné, la rosacée, la dermatite séborrhéique.

Plus en détail