«EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU»

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU»"

Transcription

1 «EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU» Le journal de l Association accorde un article à chacune de ses parutions sur un métier de la Sauvegarde 56. Rencontre de Geneviève RALLE, Vice- Présidente de la Sauvegarde 56, avec deux éducatrice de la Prévention Spécialisée : Emilie et Virginie. J ai voulu faire connaître la Prévention Spécialisée aux lecteurs, mais aussi montrer que ce service est partie intégrante de la Sauvegarde 56. Il fait partie du Pôle Protection de l Enfance. Ce service est mal identifié du fait de son éloignement, de ses locaux anonymes, de son mode de fonctionnement différent des autres services, ce qui engendre une méconnaissance du travail qui est fait et peutêtre aussi une méconnaissance des autres travailleurs sociaux de la Sauvegarde 56. J ai rencontré deux éducatrices de rue : Virginie et Emilie. Je rappellerais brièvement l historique de la Prévention Spécialisée (la Prev comme on dit!). Crée en 1999 avec une première équipe sur la ville de Lanester, le service de Prévention Spécialisée bénéficie d une convention tripartite : Sauvegarde 56, Conseil Général du Morbihan et les villes de Lanester et Lorient. En 2002, création de l équipe de Lorient Sud suivie par celle de Lorient Nord.

2 GR : Les éducateurs de prévention spécialisée sont plus connus sous le vocable d éducs de rue. Pouvez vous présenter brièvement votre métier et en quoi consistent vos missions? Emilie : Pourquoi éducateur de rue? La rue est un de nos outils pour pouvoir aller sur le territoire des jeunes qui sont dans la rue.on est présents physiquement dans la rue. Peu d intervenants en travail social vont à la rencontre physiquement de leur public. Le support pour contacter une maman par exemple c est la rue. GR : Sur quels territoires intervenez vous? Virginie : On est mandaté pour un territoire donné, c est le territoire qui fait notre mandat, c est pourquoi à la Prév on parle beaucoup «d aller vers». C est notre devise. GR : C est vous qui provoquez la rencontre, vous n avez aucun nom de personne, alors comment se fait une rencontre? Emilie : En général, ils savent assez vite que nous sommes éducateurs car ils partent du principe qu un étranger qui est sur leur territoire,c est soit un éducateur, soit un flic. «Un étranger n a aucun intérêt à venir sur notre territoire». GR : C est une présence inconnue pour eux donc pas des leurs? en quoi consiste vos missions? Virginie : Nous avons une mission d aide sociale à l enfance, on cible les jeunes de 11 à 21 ans. Pour réaliser notre mission on a plusieurs outils à notre disposition, plusieurs modes d action au delà de la rue. Le jeune est au courant que nous sommes éducateurs et que nous avons des principes d intervention qui sont la libre adhésion, le mandat territorial et l anonymat. La rue est l outil le plus visible pour les habitants du quartier. Notre rôle en lien avec notre mission est de ramener ces jeunes vers des structures de droit commun par la médiation. Il y a aussi tout ce qui ressort de l accompagnement éducatif où là on est plus sur de l individuel et du familial. GR : Quel est votre public prioritaire? Virginie : Ce sont des jeunes marginalisés ou en voie de marginalisation. Ces jeunes sont éloignés de la société de part leur mode de vie, de leur vécu familial, ils s éloignent des structures de droit commun, ou ils n y vont plus ou ils mettent ces structures à mal, par exemple l école, la maison de quartier. On élargit notre mission à partir des jeunes de la famille, on sait bien que ces jeunes ont des carences affectives, surtout les plus jeunes. GR : Sur quels types de supports vous basez vous? Emilie : On ne travaille pas comme une maison de quartier qui propose une activité, c est plutôt l activité qui va faire que l on rassembles des gens, on n a pas de groupes existants sur le territoire d action, ce sont des jeunes qui se socialisent en groupes. Il nous est arrivé d avoir des groupes avec des tranches d âges très diverses. L objectif sera de scinder ce groupe afin que les plus jeunes aillent vers des structures plus adaptées.

3 Virginie : on part toujours du groupe existant même si on n est pas en adéquation avec ce groupe. Emilie : Il arrive que l on peut demander à 1 ou 2 éléments du groupe de ne pas s associer au projet et on trouvera une solution plus adaptée pour eux. On travaille sur des petits groupes. GR : Vous parlez beaucoup de groupe, c est aussi un support pour vous? Emilie : Le groupe est un prétexte de rencontre pour nous, lors d animation il nous servira pour cibler leurs préférences, travailler l éducatif et l accompagnement individuel. Quand on travaille avec un groupe notre objectif est de pouvoir appréhender les individus et mieux les connaître et d avoir une relation de confiance qui découlera vers un accompagnement individuel. Le groupe est un prétexte pour aller plus loin dans la relation. GR : Pouvez vous nous décrire une journée type d éduc de rue? Emilie : C est compliqué d y répondre car il faut sans cesse s adapter. Il y a les réunions impondérables avec les institutions, les partenaires. Virginie : C est en fonction de l ambiance du quartier. Les jeunes peuvent parfois exprimer leur ras le bol de notre présence!!! Il faut savoir faire un pas de côté pour être dans la bonne posture et qu on ne soit pas vu comme faisant une ronde. L été nous serons plus tard dans la rue. Emilie : Pour ce qui est de l accompagnement, cela dépend de la disponibilité des jeunes, des familles et de la notre aussi. On essaie de ne pas travailler dans l urgence. On peut différer les demandes. GR : Le travail en partenariat est important pour vous, quels sont vos partenaires? Virginie : Il y a les maisons de quartier, les centres sociaux, les assistants sociaux, les éducateurs de l Aide Sociale à l Enfance, la mission locale, le centre d apprentissage, les collèges et les lycées et les éducateurs de la Sauvegarde 56. GR : Pouvez vous nous décrire un territoire? Virginie : Sur Lorient on est sur une typologie de quartier avec une priorité urbaine, ce qu on nomme ici les quartiers CUCS (Contrat Urbain de Cohésion Sociale). Ici c est le quartier Nord de Lorient. Il y a des équipes Bois du Château Kerguillette. L équipe de Lorient Sud, Kervénanec, n existe plus. On est missionné sur ces quartiers mais le service est en reconventionnement actuellement. Nous avons une mission d exploration sur le quartier Frébault mais sur une mission courte. Le fait de ne plus être sur un quartier peut faire ressurgir les problèmes, il faut être vigilant. Notre présence dans la durée facilite notre intervention «il faut du temps». Emilie : La durée sur le quartier permet d avoir de l appui sur la famille et de proposer des accompagnements éducatifs individualisés. On a connu les grands frères. GR : Actuellement le service de prévention spécialisée est également engagé dans une recherche -action sur la commune de Séné? Pouvez-vous nous en dire plus? Virginie : C est une recherche action sur 2 ans sur Séné à la demande de la Mairie qui se pose la question de l avenir de la jeunesse de Séné. L a mairie a fait appel à la Sauvegarde 56 pour

4 l aider à redéfinir ses axes de politique de la jeunesse et ce avec les outils de la prévention spécialisée. Ce n est pas dans l objectif d installer une équipe de prévention spécialisée. GR : Comment êtes vous confrontés aux réseaux sociaux utilisés par les jeunes. Virginie : Pas d usage à titre personnel mais les jeunes posent la question de savoir si la prev a un site, ou un blog ou un forum L anonymat étant prioritaire, la question ne se pose pas pour l instant. On voit bien que les jeunes y passent beaucoup de temps, peutêtre que dans un temps futur «faire de la rue sur internet» sera d actualité. Notre rôle est plus dans la prévention des dangers des réseaux sociaux. C est un des sujets de leurs discussions. La prévention spécialisée fait partie de l observatoire de la jeunesse à Lorient qui informe sur les réseaux sociaux. GR : Parlez- nous un peu des chantiers? Virginie : Il y a les chantiers «contre partie» pour les ans. Le travail du jeune lui permet d ouvrir un compte qui lui donnera accès à une sortie, à un cinéma Les chantiers rémunérés pour les plus de 16 ans, plutôt l été. Il est rémunéré à l heure. Toujours sur la base du volontariat. La médiation par l objet créé du lien, les supports sont variés, leurs cages d escalier, des bancs ou des réverbères à repeindre, réalisation d une caisse à savon, etc. Actuellement une caravane est en cours de restauration et servira de support d animation pour une autre association. GR : Dans ce service les professionnels n ont pas les mêmes formations initiales Et vous Virginie et Emilie, quelle formation avez-vous? Virginie : En effet les équipes sont pluridisciplinaires, ce qui leur permet d être des «touche à tout». Pour ma part, j ai un DEFA (Diplôme d Etat aux Fonctions de l Animation) et un Master 2 en ingéniérie des interventions sociales. Je suis plus issue de l animation. Emilie : Je suis éducatrice spécialisée et j ai un BEP de menuiserie, ce qui surprend mais c est un plus car j ai pu faire de la menuiserie dans la rue à Kervénanec. GR : Pouvez vous nous dire ce que vous aimez dans votre métier? Emilie : Pour moi la libre adhésion est une valeur

5 personnelle, elle facilite le contact, le jeune est partie prenante de son projet. Virginie : Pour moi il y a une grande diversité d actions à la Prévention spécialisée, une liberté de projets et d action, c est nous qui créons notre projet. Et puis la proximité avec les jeunes. Notre local prêté par la ville de Lorient est intéressant car il permet l anonymat, les passages sont informels d où la nécessité de la proximité du local dans les quartiers

6 «EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU» Le journal de l Association accorde un article à chacune de ses parutions sur un métier de la Sauvegarde 56. Rencontre de Geneviève RALLE, Vice- Présidente de la Sauvegarde 56, avec deux éducatrice de la Prévention Spécialisée : Emilie et Virginie. J ai voulu faire connaître la Prévention Spécialisée aux lecteurs, mais aussi montrer que ce service est partie intégrante de la Sauvegarde 56. Il fait partie du Pôle Protection de l Enfance. Ce service est mal identifié du fait de son éloignement, de ses locaux anonymes, de son mode de fonctionnement différent des autres services, ce qui engendre une méconnaissance du travail qui est fait et peutêtre aussi une méconnaissance des autres travailleurs sociaux de la Sauvegarde 56. J ai rencontré deux éducatrices de rue : Virginie et Emilie. Je rappellerais brièvement l historique de la Prévention Spécialisée (la Prev comme on dit!). Crée en 1999 avec une première équipe sur la ville de Lanester, le service de Prévention Spécialisée bénéficie d une convention tripartite : Sauvegarde 56, Conseil Général du Morbihan et les villes de Lanester et Lorient. En 2002, création de l équipe de Lorient Sud suivie par celle de Lorient Nord.

7 GR : Les éducateurs de prévention spécialisée sont plus connus sous le vocable d éducs de rue. Pouvez vous présenter brièvement votre métier et en quoi consistent vos missions? Emilie : Pourquoi éducateur de rue? La rue est un de nos outils pour pouvoir aller sur le territoire des jeunes qui sont dans la rue.on est présents physiquement dans la rue. Peu d intervenants en travail social vont à la rencontre physiquement de leur public. Le support pour contacter une maman par exemple c est la rue. GR : Sur quels territoires intervenez vous? Virginie : On est mandaté pour un territoire donné, c est le territoire qui fait notre mandat, c est pourquoi à la Prév on parle beaucoup «d aller vers». C est notre devise. GR : C est vous qui provoquez la rencontre, vous n avez aucun nom de personne, alors comment se fait une rencontre? Emilie : En général, ils savent assez vite que nous sommes éducateurs car ils partent du principe qu un étranger qui est sur leur territoire,c est soit un éducateur, soit un flic. «Un étranger n a aucun intérêt à venir sur notre territoire». GR : C est une présence inconnue pour eux donc pas des leurs? en quoi consiste vos missions? Virginie : Nous avons une mission d aide sociale à l enfance, on cible les jeunes de 11 à 21 ans. Pour réaliser notre mission on a plusieurs outils à notre disposition, plusieurs modes d action au delà de la rue. Le jeune est au courant que nous sommes éducateurs et que nous avons des principes d intervention qui sont la libre adhésion, le mandat territorial et l anonymat. La rue est l outil le plus visible pour les habitants du quartier. Notre rôle en lien avec notre mission est de ramener ces jeunes vers des structures de droit commun par la médiation. Il y a aussi tout ce qui ressort de l accompagnement éducatif où là on est plus sur de l individuel et du familial. GR : Quel est votre public prioritaire? Virginie : Ce sont des jeunes marginalisés ou en voie de marginalisation. Ces jeunes sont éloignés de la société de part leur mode de vie, de leur vécu familial, ils s éloignent des structures de droit commun, ou ils n y vont plus ou ils mettent ces structures à mal, par exemple l école, la maison de quartier. On élargit notre mission à partir des jeunes de la famille, on sait bien que ces jeunes ont des carences affectives, surtout les plus jeunes. GR : Sur quels types de supports vous basez vous? Emilie : On ne travaille pas comme une maison de quartier qui propose une activité, c est plutôt l activité qui va faire que l on rassembles des gens, on n a pas de groupes existants sur le territoire d action, ce sont des jeunes qui se socialisent en groupes. Il nous est arrivé d avoir des groupes avec des tranches d âges très diverses. L objectif sera de scinder ce groupe afin que les plus jeunes aillent vers des structures plus adaptées.

8 Virginie : on part toujours du groupe existant même si on n est pas en adéquation avec ce groupe. Emilie : Il arrive que l on peut demander à 1 ou 2 éléments du groupe de ne pas s associer au projet et on trouvera une solution plus adaptée pour eux. On travaille sur des petits groupes. GR : Vous parlez beaucoup de groupe, c est aussi un support pour vous? Emilie : Le groupe est un prétexte de rencontre pour nous, lors d animation il nous servira pour cibler leurs préférences, travailler l éducatif et l accompagnement individuel. Quand on travaille avec un groupe notre objectif est de pouvoir appréhender les individus et mieux les connaître et d avoir une relation de confiance qui découlera vers un accompagnement individuel. Le groupe est un prétexte pour aller plus loin dans la relation. GR : Pouvez vous nous décrire une journée type d éduc de rue? Emilie : C est compliqué d y répondre car il faut sans cesse s adapter. Il y a les réunions impondérables avec les institutions, les partenaires. Virginie : C est en fonction de l ambiance du quartier. Les jeunes peuvent parfois exprimer leur ras le bol de notre présence!!! Il faut savoir faire un pas de côté pour être dans la bonne posture et qu on ne soit pas vu comme faisant une ronde. L été nous serons plus tard dans la rue. Emilie : Pour ce qui est de l accompagnement, cela dépend de la disponibilité des jeunes, des familles et de la notre aussi. On essaie de ne pas travailler dans l urgence. On peut différer les demandes. GR : Le travail en partenariat est important pour vous, quels sont vos partenaires? Virginie : Il y a les maisons de quartier, les centres sociaux, les assistants sociaux, les éducateurs de l Aide Sociale à l Enfance, la mission locale, le centre d apprentissage, les collèges et les lycées et les éducateurs de la Sauvegarde 56. GR : Pouvez vous nous décrire un territoire? Virginie : Sur Lorient on est sur une typologie de quartier avec une priorité urbaine, ce qu on nomme ici les quartiers CUCS (Contrat Urbain de Cohésion Sociale). Ici c est le quartier Nord de Lorient. Il y a des équipes Bois du Château Kerguillette. L équipe de Lorient Sud, Kervénanec, n existe plus. On est missionné sur ces quartiers mais le service est en reconventionnement actuellement. Nous avons une mission d exploration sur le quartier Frébault mais sur une mission courte. Le fait de ne plus être sur un quartier peut faire ressurgir les problèmes, il faut être vigilant. Notre présence dans la durée facilite notre intervention «il faut du temps». Emilie : La durée sur le quartier permet d avoir de l appui sur la famille et de proposer des accompagnements éducatifs individualisés. On a connu les grands frères. GR : Actuellement le service de prévention spécialisée est également engagé dans une recherche -action sur la commune de Séné? Pouvez-vous nous en dire plus? Virginie : C est une recherche action sur 2 ans sur Séné à la demande de la Mairie qui se pose la question de l avenir de la jeunesse de Séné. L a mairie a fait appel à la Sauvegarde 56 pour

9 l aider à redéfinir ses axes de politique de la jeunesse et ce avec les outils de la prévention spécialisée. Ce n est pas dans l objectif d installer une équipe de prévention spécialisée. GR : Comment êtes vous confrontés aux réseaux sociaux utilisés par les jeunes. Virginie : Pas d usage à titre personnel mais les jeunes posent la question de savoir si la prev a un site, ou un blog ou un forum L anonymat étant prioritaire, la question ne se pose pas pour l instant. On voit bien que les jeunes y passent beaucoup de temps, peutêtre que dans un temps futur «faire de la rue sur internet» sera d actualité. Notre rôle est plus dans la prévention des dangers des réseaux sociaux. C est un des sujets de leurs discussions. La prévention spécialisée fait partie de l observatoire de la jeunesse à Lorient qui informe sur les réseaux sociaux. GR : Parlez- nous un peu des chantiers? Virginie : Il y a les chantiers «contre partie» pour les ans. Le travail du jeune lui permet d ouvrir un compte qui lui donnera accès à une sortie, à un cinéma Les chantiers rémunérés pour les plus de 16 ans, plutôt l été. Il est rémunéré à l heure. Toujours sur la base du volontariat. La médiation par l objet créé du lien, les supports sont variés, leurs cages d escalier, des bancs ou des réverbères à repeindre, réalisation d une caisse à savon, etc. Actuellement une caravane est en cours de restauration et servira de support d animation pour une autre association. GR : Dans ce service les professionnels n ont pas les mêmes formations initiales Et vous Virginie et Emilie, quelle formation avez-vous? Virginie : En effet les équipes sont pluridisciplinaires, ce qui leur permet d être des «touche à tout». Pour ma part, j ai un DEFA (Diplôme d Etat aux Fonctions de l Animation) et un Master 2 en ingéniérie des interventions sociales. Je suis plus issue de l animation. Emilie : Je suis éducatrice spécialisée et j ai un BEP de menuiserie, ce qui surprend mais c est un plus car j ai pu faire de la menuiserie dans la rue à Kervénanec. GR : Pouvez vous nous dire ce que vous aimez dans votre métier? Emilie : Pour moi la libre adhésion est une valeur

10 personnelle, elle facilite le contact, le jeune est partie prenante de son projet. Virginie : Pour moi il y a une grande diversité d actions à la Prévention spécialisée, une liberté de projets et d action, c est nous qui créons notre projet. Et puis la proximité avec les jeunes. Notre local prêté par la ville de Lorient est intéressant car il permet l anonymat, les passages sont informels d où la nécessité de la proximité du local dans les quartiers

11 «EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU» Le journal de l Association accorde un article à chacune de ses parutions sur un métier de la Sauvegarde 56. Rencontre de Geneviève RALLE, Vice- Présidente de la Sauvegarde 56, avec deux éducatrice de la Prévention Spécialisée : Emilie et Virginie. J ai voulu faire connaître la Prévention Spécialisée aux lecteurs, mais aussi montrer que ce service est partie intégrante de la Sauvegarde 56. Il fait partie du Pôle Protection de l Enfance. Ce service est mal identifié du fait de son éloignement, de ses locaux anonymes, de son mode de fonctionnement différent des autres services, ce qui engendre une méconnaissance du travail qui est fait et peutêtre aussi une méconnaissance des autres travailleurs sociaux de la Sauvegarde 56. J ai rencontré deux éducatrices de rue : Virginie et Emilie. Je rappellerais brièvement l historique de la Prévention Spécialisée (la Prev comme on dit!). Crée en 1999 avec une première équipe sur la ville de Lanester, le service de Prévention Spécialisée bénéficie d une convention tripartite : Sauvegarde 56, Conseil Général du Morbihan et les villes de Lanester et Lorient. En 2002, création de l équipe de Lorient Sud suivie par celle de Lorient Nord.

12 GR : Les éducateurs de prévention spécialisée sont plus connus sous le vocable d éducs de rue. Pouvez vous présenter brièvement votre métier et en quoi consistent vos missions? Emilie : Pourquoi éducateur de rue? La rue est un de nos outils pour pouvoir aller sur le territoire des jeunes qui sont dans la rue.on est présents physiquement dans la rue. Peu d intervenants en travail social vont à la rencontre physiquement de leur public. Le support pour contacter une maman par exemple c est la rue. GR : Sur quels territoires intervenez vous? Virginie : On est mandaté pour un territoire donné, c est le territoire qui fait notre mandat, c est pourquoi à la Prév on parle beaucoup «d aller vers». C est notre devise. GR : C est vous qui provoquez la rencontre, vous n avez aucun nom de personne, alors comment se fait une rencontre? Emilie : En général, ils savent assez vite que nous sommes éducateurs car ils partent du principe qu un étranger qui est sur leur territoire,c est soit un éducateur, soit un flic. «Un étranger n a aucun intérêt à venir sur notre territoire». GR : C est une présence inconnue pour eux donc pas des leurs? en quoi consiste vos missions? Virginie : Nous avons une mission d aide sociale à l enfance, on cible les jeunes de 11 à 21 ans. Pour réaliser notre mission on a plusieurs outils à notre disposition, plusieurs modes d action au delà de la rue. Le jeune est au courant que nous sommes éducateurs et que nous avons des principes d intervention qui sont la libre adhésion, le mandat territorial et l anonymat. La rue est l outil le plus visible pour les habitants du quartier. Notre rôle en lien avec notre mission est de ramener ces jeunes vers des structures de droit commun par la médiation. Il y a aussi tout ce qui ressort de l accompagnement éducatif où là on est plus sur de l individuel et du familial. GR : Quel est votre public prioritaire? Virginie : Ce sont des jeunes marginalisés ou en voie de marginalisation. Ces jeunes sont éloignés de la société de part leur mode de vie, de leur vécu familial, ils s éloignent des structures de droit commun, ou ils n y vont plus ou ils mettent ces structures à mal, par exemple l école, la maison de quartier. On élargit notre mission à partir des jeunes de la famille, on sait bien que ces jeunes ont des carences affectives, surtout les plus jeunes. GR : Sur quels types de supports vous basez vous? Emilie : On ne travaille pas comme une maison de quartier qui propose une activité, c est plutôt l activité qui va faire que l on rassembles des gens, on n a pas de groupes existants sur le territoire d action, ce sont des jeunes qui se socialisent en groupes. Il nous est arrivé d avoir des groupes avec des tranches d âges très diverses. L objectif sera de scinder ce groupe afin que les plus jeunes aillent vers des structures plus adaptées.

13 Virginie : on part toujours du groupe existant même si on n est pas en adéquation avec ce groupe. Emilie : Il arrive que l on peut demander à 1 ou 2 éléments du groupe de ne pas s associer au projet et on trouvera une solution plus adaptée pour eux. On travaille sur des petits groupes. GR : Vous parlez beaucoup de groupe, c est aussi un support pour vous? Emilie : Le groupe est un prétexte de rencontre pour nous, lors d animation il nous servira pour cibler leurs préférences, travailler l éducatif et l accompagnement individuel. Quand on travaille avec un groupe notre objectif est de pouvoir appréhender les individus et mieux les connaître et d avoir une relation de confiance qui découlera vers un accompagnement individuel. Le groupe est un prétexte pour aller plus loin dans la relation. GR : Pouvez vous nous décrire une journée type d éduc de rue? Emilie : C est compliqué d y répondre car il faut sans cesse s adapter. Il y a les réunions impondérables avec les institutions, les partenaires. Virginie : C est en fonction de l ambiance du quartier. Les jeunes peuvent parfois exprimer leur ras le bol de notre présence!!! Il faut savoir faire un pas de côté pour être dans la bonne posture et qu on ne soit pas vu comme faisant une ronde. L été nous serons plus tard dans la rue. Emilie : Pour ce qui est de l accompagnement, cela dépend de la disponibilité des jeunes, des familles et de la notre aussi. On essaie de ne pas travailler dans l urgence. On peut différer les demandes. GR : Le travail en partenariat est important pour vous, quels sont vos partenaires? Virginie : Il y a les maisons de quartier, les centres sociaux, les assistants sociaux, les éducateurs de l Aide Sociale à l Enfance, la mission locale, le centre d apprentissage, les collèges et les lycées et les éducateurs de la Sauvegarde 56. GR : Pouvez vous nous décrire un territoire? Virginie : Sur Lorient on est sur une typologie de quartier avec une priorité urbaine, ce qu on nomme ici les quartiers CUCS (Contrat Urbain de Cohésion Sociale). Ici c est le quartier Nord de Lorient. Il y a des équipes Bois du Château Kerguillette. L équipe de Lorient Sud, Kervénanec, n existe plus. On est missionné sur ces quartiers mais le service est en reconventionnement actuellement. Nous avons une mission d exploration sur le quartier Frébault mais sur une mission courte. Le fait de ne plus être sur un quartier peut faire ressurgir les problèmes, il faut être vigilant. Notre présence dans la durée facilite notre intervention «il faut du temps». Emilie : La durée sur le quartier permet d avoir de l appui sur la famille et de proposer des accompagnements éducatifs individualisés. On a connu les grands frères. GR : Actuellement le service de prévention spécialisée est également engagé dans une recherche -action sur la commune de Séné? Pouvez-vous nous en dire plus? Virginie : C est une recherche action sur 2 ans sur Séné à la demande de la Mairie qui se pose la question de l avenir de la jeunesse de Séné. L a mairie a fait appel à la Sauvegarde 56 pour

14 l aider à redéfinir ses axes de politique de la jeunesse et ce avec les outils de la prévention spécialisée. Ce n est pas dans l objectif d installer une équipe de prévention spécialisée. GR : Comment êtes vous confrontés aux réseaux sociaux utilisés par les jeunes. Virginie : Pas d usage à titre personnel mais les jeunes posent la question de savoir si la prev a un site, ou un blog ou un forum L anonymat étant prioritaire, la question ne se pose pas pour l instant. On voit bien que les jeunes y passent beaucoup de temps, peutêtre que dans un temps futur «faire de la rue sur internet» sera d actualité. Notre rôle est plus dans la prévention des dangers des réseaux sociaux. C est un des sujets de leurs discussions. La prévention spécialisée fait partie de l observatoire de la jeunesse à Lorient qui informe sur les réseaux sociaux. GR : Parlez- nous un peu des chantiers? Virginie : Il y a les chantiers «contre partie» pour les ans. Le travail du jeune lui permet d ouvrir un compte qui lui donnera accès à une sortie, à un cinéma Les chantiers rémunérés pour les plus de 16 ans, plutôt l été. Il est rémunéré à l heure. Toujours sur la base du volontariat. La médiation par l objet créé du lien, les supports sont variés, leurs cages d escalier, des bancs ou des réverbères à repeindre, réalisation d une caisse à savon, etc. Actuellement une caravane est en cours de restauration et servira de support d animation pour une autre association. GR : Dans ce service les professionnels n ont pas les mêmes formations initiales Et vous Virginie et Emilie, quelle formation avez-vous? Virginie : En effet les équipes sont pluridisciplinaires, ce qui leur permet d être des «touche à tout». Pour ma part, j ai un DEFA (Diplôme d Etat aux Fonctions de l Animation) et un Master 2 en ingéniérie des interventions sociales. Je suis plus issue de l animation. Emilie : Je suis éducatrice spécialisée et j ai un BEP de menuiserie, ce qui surprend mais c est un plus car j ai pu faire de la menuiserie dans la rue à Kervénanec. GR : Pouvez vous nous dire ce que vous aimez dans votre métier? Emilie : Pour moi la libre adhésion est une valeur

15 personnelle, elle facilite le contact, le jeune est partie prenante de son projet. Virginie : Pour moi il y a une grande diversité d actions à la Prévention spécialisée, une liberté de projets et d action, c est nous qui créons notre projet. Et puis la proximité avec les jeunes. Notre local prêté par la ville de Lorient est intéressant car il permet l anonymat, les passages sont informels d où la nécessité de la proximité du local dans les quartiers

16 «EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU» Le journal de l Association accorde un article à chacune de ses parutions sur un métier de la Sauvegarde 56. Rencontre de Geneviève RALLE, Vice- Présidente de la Sauvegarde 56, avec deux éducatrice de la Prévention Spécialisée : Emilie et Virginie. J ai voulu faire connaître la Prévention Spécialisée aux lecteurs, mais aussi montrer que ce service est partie intégrante de la Sauvegarde 56. Il fait partie du Pôle Protection de l Enfance. Ce service est mal identifié du fait de son éloignement, de ses locaux anonymes, de son mode de fonctionnement différent des autres services, ce qui engendre une méconnaissance du travail qui est fait et peutêtre aussi une méconnaissance des autres travailleurs sociaux de la Sauvegarde 56. J ai rencontré deux éducatrices de rue : Virginie et Emilie. Je rappellerais brièvement l historique de la Prévention Spécialisée (la Prev comme on dit!). Crée en 1999 avec une première équipe sur la ville de Lanester, le service de Prévention Spécialisée bénéficie d une convention tripartite : Sauvegarde 56, Conseil Général du Morbihan et les villes de Lanester et Lorient. En 2002, création de l équipe de Lorient Sud suivie par celle de Lorient Nord.

17 GR : Les éducateurs de prévention spécialisée sont plus connus sous le vocable d éducs de rue. Pouvez vous présenter brièvement votre métier et en quoi consistent vos missions? Emilie : Pourquoi éducateur de rue? La rue est un de nos outils pour pouvoir aller sur le territoire des jeunes qui sont dans la rue.on est présents physiquement dans la rue. Peu d intervenants en travail social vont à la rencontre physiquement de leur public. Le support pour contacter une maman par exemple c est la rue. GR : Sur quels territoires intervenez vous? Virginie : On est mandaté pour un territoire donné, c est le territoire qui fait notre mandat, c est pourquoi à la Prév on parle beaucoup «d aller vers». C est notre devise. GR : C est vous qui provoquez la rencontre, vous n avez aucun nom de personne, alors comment se fait une rencontre? Emilie : En général, ils savent assez vite que nous sommes éducateurs car ils partent du principe qu un étranger qui est sur leur territoire,c est soit un éducateur, soit un flic. «Un étranger n a aucun intérêt à venir sur notre territoire». GR : C est une présence inconnue pour eux donc pas des leurs? en quoi consiste vos missions? Virginie : Nous avons une mission d aide sociale à l enfance, on cible les jeunes de 11 à 21 ans. Pour réaliser notre mission on a plusieurs outils à notre disposition, plusieurs modes d action au delà de la rue. Le jeune est au courant que nous sommes éducateurs et que nous avons des principes d intervention qui sont la libre adhésion, le mandat territorial et l anonymat. La rue est l outil le plus visible pour les habitants du quartier. Notre rôle en lien avec notre mission est de ramener ces jeunes vers des structures de droit commun par la médiation. Il y a aussi tout ce qui ressort de l accompagnement éducatif où là on est plus sur de l individuel et du familial. GR : Quel est votre public prioritaire? Virginie : Ce sont des jeunes marginalisés ou en voie de marginalisation. Ces jeunes sont éloignés de la société de part leur mode de vie, de leur vécu familial, ils s éloignent des structures de droit commun, ou ils n y vont plus ou ils mettent ces structures à mal, par exemple l école, la maison de quartier. On élargit notre mission à partir des jeunes de la famille, on sait bien que ces jeunes ont des carences affectives, surtout les plus jeunes. GR : Sur quels types de supports vous basez vous? Emilie : On ne travaille pas comme une maison de quartier qui propose une activité, c est plutôt l activité qui va faire que l on rassembles des gens, on n a pas de groupes existants sur le territoire d action, ce sont des jeunes qui se socialisent en groupes. Il nous est arrivé d avoir des groupes avec des tranches d âges très diverses. L objectif sera de scinder ce groupe afin que les plus jeunes aillent vers des structures plus adaptées.

18 Virginie : on part toujours du groupe existant même si on n est pas en adéquation avec ce groupe. Emilie : Il arrive que l on peut demander à 1 ou 2 éléments du groupe de ne pas s associer au projet et on trouvera une solution plus adaptée pour eux. On travaille sur des petits groupes. GR : Vous parlez beaucoup de groupe, c est aussi un support pour vous? Emilie : Le groupe est un prétexte de rencontre pour nous, lors d animation il nous servira pour cibler leurs préférences, travailler l éducatif et l accompagnement individuel. Quand on travaille avec un groupe notre objectif est de pouvoir appréhender les individus et mieux les connaître et d avoir une relation de confiance qui découlera vers un accompagnement individuel. Le groupe est un prétexte pour aller plus loin dans la relation. GR : Pouvez vous nous décrire une journée type d éduc de rue? Emilie : C est compliqué d y répondre car il faut sans cesse s adapter. Il y a les réunions impondérables avec les institutions, les partenaires. Virginie : C est en fonction de l ambiance du quartier. Les jeunes peuvent parfois exprimer leur ras le bol de notre présence!!! Il faut savoir faire un pas de côté pour être dans la bonne posture et qu on ne soit pas vu comme faisant une ronde. L été nous serons plus tard dans la rue. Emilie : Pour ce qui est de l accompagnement, cela dépend de la disponibilité des jeunes, des familles et de la notre aussi. On essaie de ne pas travailler dans l urgence. On peut différer les demandes. GR : Le travail en partenariat est important pour vous, quels sont vos partenaires? Virginie : Il y a les maisons de quartier, les centres sociaux, les assistants sociaux, les éducateurs de l Aide Sociale à l Enfance, la mission locale, le centre d apprentissage, les collèges et les lycées et les éducateurs de la Sauvegarde 56. GR : Pouvez vous nous décrire un territoire? Virginie : Sur Lorient on est sur une typologie de quartier avec une priorité urbaine, ce qu on nomme ici les quartiers CUCS (Contrat Urbain de Cohésion Sociale). Ici c est le quartier Nord de Lorient. Il y a des équipes Bois du Château Kerguillette. L équipe de Lorient Sud, Kervénanec, n existe plus. On est missionné sur ces quartiers mais le service est en reconventionnement actuellement. Nous avons une mission d exploration sur le quartier Frébault mais sur une mission courte. Le fait de ne plus être sur un quartier peut faire ressurgir les problèmes, il faut être vigilant. Notre présence dans la durée facilite notre intervention «il faut du temps». Emilie : La durée sur le quartier permet d avoir de l appui sur la famille et de proposer des accompagnements éducatifs individualisés. On a connu les grands frères. GR : Actuellement le service de prévention spécialisée est également engagé dans une recherche -action sur la commune de Séné? Pouvez-vous nous en dire plus? Virginie : C est une recherche action sur 2 ans sur Séné à la demande de la Mairie qui se pose la question de l avenir de la jeunesse de Séné. L a mairie a fait appel à la Sauvegarde 56 pour

19 l aider à redéfinir ses axes de politique de la jeunesse et ce avec les outils de la prévention spécialisée. Ce n est pas dans l objectif d installer une équipe de prévention spécialisée. GR : Comment êtes vous confrontés aux réseaux sociaux utilisés par les jeunes. Virginie : Pas d usage à titre personnel mais les jeunes posent la question de savoir si la prev a un site, ou un blog ou un forum L anonymat étant prioritaire, la question ne se pose pas pour l instant. On voit bien que les jeunes y passent beaucoup de temps, peutêtre que dans un temps futur «faire de la rue sur internet» sera d actualité. Notre rôle est plus dans la prévention des dangers des réseaux sociaux. C est un des sujets de leurs discussions. La prévention spécialisée fait partie de l observatoire de la jeunesse à Lorient qui informe sur les réseaux sociaux. GR : Parlez- nous un peu des chantiers? Virginie : Il y a les chantiers «contre partie» pour les ans. Le travail du jeune lui permet d ouvrir un compte qui lui donnera accès à une sortie, à un cinéma Les chantiers rémunérés pour les plus de 16 ans, plutôt l été. Il est rémunéré à l heure. Toujours sur la base du volontariat. La médiation par l objet créé du lien, les supports sont variés, leurs cages d escalier, des bancs ou des réverbères à repeindre, réalisation d une caisse à savon, etc. Actuellement une caravane est en cours de restauration et servira de support d animation pour une autre association. GR : Dans ce service les professionnels n ont pas les mêmes formations initiales Et vous Virginie et Emilie, quelle formation avez-vous? Virginie : En effet les équipes sont pluridisciplinaires, ce qui leur permet d être des «touche à tout». Pour ma part, j ai un DEFA (Diplôme d Etat aux Fonctions de l Animation) et un Master 2 en ingéniérie des interventions sociales. Je suis plus issue de l animation. Emilie : Je suis éducatrice spécialisée et j ai un BEP de menuiserie, ce qui surprend mais c est un plus car j ai pu faire de la menuiserie dans la rue à Kervénanec. GR : Pouvez vous nous dire ce que vous aimez dans votre métier? Emilie : Pour moi la libre adhésion est une valeur

20 personnelle, elle facilite le contact, le jeune est partie prenante de son projet. Virginie : Pour moi il y a une grande diversité d actions à la Prévention spécialisée, une liberté de projets et d action, c est nous qui créons notre projet. Et puis la proximité avec les jeunes. Notre local prêté par la ville de Lorient est intéressant car il permet l anonymat, les passages sont informels d où la nécessité de la proximité du local dans les quartiers

N 17 DEMANDE D'AIDE A L'INVESTISSEMENT A LA C.A.F. DE LA SAVOIE POUR 4 EQUIPEMENTS DE LA PETITE ENFANCE. Rapport de Françoise DORNIER

N 17 DEMANDE D'AIDE A L'INVESTISSEMENT A LA C.A.F. DE LA SAVOIE POUR 4 EQUIPEMENTS DE LA PETITE ENFANCE. Rapport de Françoise DORNIER N 17 DEMANDE D'AIDE A L'INVESTISSEMENT A LA C.A.F. DE LA SAVOIE POUR 4 EQUIPEMENTS DE LA PETITE Rapport de Françoise DORNIER Les établissements d accueil de la petite enfance accueillent en 2009, 700 enfants

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015 COMITE D ENTREPRISE ENFANCE ET FAMILLE 3, Rue de l Ancien Hôpital 44600 SAINT-NAZAIRE Tél : 02 40 22 99 33 PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015 Etaient présents : Mr O. MIRA Directeur Général

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage?

Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage? I Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage? Le milieu interne de l entreprise est un milieu où la négociation est nécessaire et permanente. On a besoin de convaincre son équipe et ses

Plus en détail

Ils participent à leurs premières rencontres

Ils participent à leurs premières rencontres Ils participent à leurs premières rencontres Après avoir voyagé pendant 10 ans à travers le monde et avoir pratiqué des métiers comme ébéniste ou photographe, le fait d avoir des enfants m a donné l envie

Plus en détail

Graphiste freelance et client, mes astuces pour une bonne collaboration.

Graphiste freelance et client, mes astuces pour une bonne collaboration. Graphiste freelance et client, mes astuces pour une bonne collaboration. Dans un contexte social où l image est importante, l image d une entreprise l est tout autant pour fidéliser vos clients, communiquer

Plus en détail

PRESENTATION DES CANDIDATS

PRESENTATION DES CANDIDATS ELECTIONS PRIMAIRES BUREAU DE CHINE DU SUD Mardi 12 mars 2013 PRESENTATION DES CANDIDATS Nombre de sièges à pourvoir : 6 No. Candidat(e) Société Fonction Historique 1 2 3 4 5 6 7 Vincent GIUGE Nicolas

Plus en détail

Premiers résultats présentés par Karinne Guilloux et Stéphanie Guillemard Chaire de recherche sur la jeunesse

Premiers résultats présentés par Karinne Guilloux et Stéphanie Guillemard Chaire de recherche sur la jeunesse Journée «jeunesse, quartier populaires et pratiques participatives» RésO Villes 6 février 2015, Angers «Jeupart : participation formelle et informelle des jeunes» Premiers résultats présentés par Karinne

Plus en détail

S informer Poser des questions Donner son opinion

S informer Poser des questions Donner son opinion Guide pratique pour aider les citoyennes et les citoyens à participer à une consultation publique S informer Poser des questions Donner son opinion Adaptation en texte simplifié Simplicom 2 L auteur a

Plus en détail

RECONNAISSANCE PROGRAMME ÉDUCATIF Document de travail pour produire une plate-forme pédagogique

RECONNAISSANCE PROGRAMME ÉDUCATIF Document de travail pour produire une plate-forme pédagogique RECONNAISSANCE PROGRAMME ÉDUCATIF Document de travail pour produire une plate-forme pédagogique Vous êtes présentement dans le processus de reconnaissance pour devenir responsable d un service de garde

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

Discours de clôture du colloque «Développer la marche en ville : mobilité, santé, sécurité du piéton» 15 septembre 2011 Paris ( Philippe Maler)

Discours de clôture du colloque «Développer la marche en ville : mobilité, santé, sécurité du piéton» 15 septembre 2011 Paris ( Philippe Maler) Discours de clôture du colloque «Développer la marche en ville : mobilité, santé, sécurité du piéton» 15 septembre 2011 Paris ( Philippe Maler) Mesdames et messieurs, Il me revient de conclure cette journée

Plus en détail

CONTINUER À TRAVAILLER ET À PROGRESSER

CONTINUER À TRAVAILLER ET À PROGRESSER En tant qu employeur de la fonction publique, vous pouvez être amené à recruter des apprentis, y compris des personnes en situation de handicap. Vous trouverez ici toutes les informations pratiques pour

Plus en détail

Mesurer l étendue des missions de l Acfi

Mesurer l étendue des missions de l Acfi Les missions et le cadre d intervention des Acfi Saisissez la Référence Internet 5611 dans le moteur de recherche du site www.weka.fr pour accéder à cette fiche Référence Internet 5611 1 outil associé

Plus en détail

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles 01 Cas n o 1 Thème : Annonce d une mauvaise nouvelle : Madame S. FICHE À REMETTRE AU «PROFESSIONNEL» Vous êtes aide-soignante dans un établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes. Mme S.

Plus en détail

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans Opération Vigilance Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans Certains parents hésitent à parler de sécurité personnelle avec leur enfant par crainte de l effrayer ou d affecter sa

Plus en détail

MIEUX PROTÉGER LES ENFANTS : QUELLES CONSÉQUENCES SUR LES PARENTS?

MIEUX PROTÉGER LES ENFANTS : QUELLES CONSÉQUENCES SUR LES PARENTS? MIEUX PROTÉGER LES ENFANTS : QUELLES CONSÉQUENCES SUR LES PARENTS? Marie-Christine Saint-Jacques Sylvie Drapeau Catherine Turbide Colloque international : Autour de l enfant : Parents, intervenant-e-s-institutions

Plus en détail

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU Observatoire de La Vie Etudiante 1. Présentation 1. Dispositif : DAEU & Pré-DAEU - DAEU : Diplôme d Accès aux Études Universitaires, un équivalent

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Séminaire des cadres de l administration centrale Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Allocution de Manuel VALLS, ministre de l Intérieur Monsieur le Secrétaire Général, Messieurs les Directeurs

Plus en détail

Le bon berger une figure de Dieu que Jésus veut nous révéler et que Jean nous rapporte dans son Evangile

Le bon berger une figure de Dieu que Jésus veut nous révéler et que Jean nous rapporte dans son Evangile 1 Le bon berger une figure de Dieu que Jésus veut nous révéler et que Jean nous rapporte dans son Evangile Je suis le bon Berger dit Jésus mais quel Berger? Du temps de Jésus, les rois étaient, assimilés

Plus en détail

Restitution des deux ateliers de travail.

Restitution des deux ateliers de travail. Restitution des deux ateliers de travail. Animés par Nicolas Camphuis, directeur du CEPRI et Louis Hubert, directeur de la stratégie territoriale Agence de l eau Seine-Normandie. Nicolas Camphuis : Il

Plus en détail

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D)

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) Durée de l entretien : 14mn C : Alors, est-ce que tu peux d abord te présenter et dire en quoi

Plus en détail

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez PRÉVOYANCE Suralia Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez Suralia pour protéger votre famille et votre patrimoine Pour vous, il n y a rien de plus important que votre famille. Vous souhaitez

Plus en détail

D autres exercent leur passion et mettent à profit de la collectivité leurs qualités mais n arrivent pas à en vivre, à pérenniser leur projet.

D autres exercent leur passion et mettent à profit de la collectivité leurs qualités mais n arrivent pas à en vivre, à pérenniser leur projet. Pourquoi un stage sur la relation à l argent? Nous sommes confrontés à l argent au quotidien et tellement peu de personnes se posent la question de son rapport l argent. Nous utilisons donc cette porte

Plus en détail

Inauguration de l EHPAD «les Jardins de Plaisance» LANOUAILLE, le samedi 4 octobre 2013. Allocution de M. Jacques BILLANT, préfet de la Dordogne

Inauguration de l EHPAD «les Jardins de Plaisance» LANOUAILLE, le samedi 4 octobre 2013. Allocution de M. Jacques BILLANT, préfet de la Dordogne Inauguration de l EHPAD «les Jardins de Plaisance» LANOUAILLE, le samedi 4 octobre 2013 Allocution de M. Jacques BILLANT, préfet de la Dordogne Permettez-moi de saluer Madame Jeanne LATASTE, votre ancien

Plus en détail

Le petit-déjeuner, un repas essentiel de plus en plus délaissé et simplifié

Le petit-déjeuner, un repas essentiel de plus en plus délaissé et simplifié Le petit-déjeuner, un repas essentiel de plus en plus délaissé et simplifié Le petit-déjeuner, un repas essentiel de plus en plus délaissé et simplifié Le petit-déjeuner n est plus un réflexe quotidien

Plus en détail

Chapitre 1. Trouver ses bases

Chapitre 1. Trouver ses bases Chapitre 1 Trouver ses bases 9 Lundi Dépendance Comme un bébé dans les bras de sa mère est impuissant, Dieu souhaite que nous (re)devenions ainsi dans ses bras à lui. Il s agit, en fait, plus de réaliser

Plus en détail

«Initiative Sfax», un modèle de gouvernance territoriale au service de la création d entreprise innovante sur les territoires

«Initiative Sfax», un modèle de gouvernance territoriale au service de la création d entreprise innovante sur les territoires «Initiative Sfax», un modèle de gouvernance territoriale au service de la création d entreprise innovante sur les territoires Anne CHATAURET anne.chatauret@orange.fr Tunis, 22-23 Octobre 2015 Le contexte

Plus en détail

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l Lettres à un auteur Madame, A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l que vous nous avez accordée. J ai beaucoup

Plus en détail

La rédaction du rapport d expérience en situations d accompagnement : Guide méthodologique

La rédaction du rapport d expérience en situations d accompagnement : Guide méthodologique La rédaction du rapport d expérience en situations d accompagnement : Guide méthodologique Ce rapport est à rédiger à la fin de votre parcours de formation. Il conditionne l obtention du diplôme. Il est

Plus en détail

L accueil d es jeunes enfants de 2 mois à 5 ans

L accueil d es jeunes enfants de 2 mois à 5 ans L accueil d es jeunes enfants de 2 mois à 5 ans Maison de la Petite Enfance 1 rue Annie Hure 02 40 80 86 28 petiteenfance@saintsebastien.fr www.saintsebastien.fr " Favorisons ensemble l épanouissement

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

Lettre d info n 11 page 2

Lettre d info n 11 page 2 FEDERATION DEPARTEMENTALE FAMILLES RURALES CHARENTE MARITIME LETTRE D INFOS De Septembre à Décembre 2011 Editorial: Edition N 11 Chers amis 2011 s est éteinte dans la nuit du 31 décembre, 2012 lui succède

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

Guide employeurs. La nouvelle plate-forme qui connecte collégiens et employeurs. http://monstagede3e.seine-saint-denis.fr

Guide employeurs. La nouvelle plate-forme qui connecte collégiens et employeurs. http://monstagede3e.seine-saint-denis.fr La nouvelle plate-forme qui connecte collégiens et employeurs. Guide employeurs http://monstagede3e.seine-saint-denis.fr Parce qu une première expérience dans l univers professionnel est souvent déterminante

Plus en détail

LYCEE SAÏDOU NOUROU TALL I ) TRANSCRIPTION DE L ENTRETIEN AVEC L ELEVE N 1

LYCEE SAÏDOU NOUROU TALL I ) TRANSCRIPTION DE L ENTRETIEN AVEC L ELEVE N 1 Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education Educational Research Network for West And Central Africa LYCEE SAÏDOU NOUROU TALL I ) TRANSCRIPTION DE L ENTRETIEN AVEC L ELEVE N 1 Légende : EV

Plus en détail

L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité

L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité FORUM N 5 Président de séance : Christine GENET, Adjointe au Maire de Metz, Vice-Présidente de l UNCCAS. Intervenants : Jean Louis HAURIE, Directeur

Plus en détail

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse,

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015 Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Rachid MADRANE Mesdames, Messieurs, Chers journalistes,

Plus en détail

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!»

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Validation des Acquis de l Expérience «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Six entretiens ont été menés par téléphone auprès d assistantes maternelles ayant suivi une VAE pour obtenir le titre professionnel

Plus en détail

NOM : Prénom : 2SPVL

NOM : Prénom : 2SPVL NOM : Prénom : 2SPVL Rapport de Période de Formation en Milieu Professionnel (PFMP) à (indiquer le nom de la structure de PFMP) du (indiquer la date de début et de fin de la PFMP) dans le cadre du BAC

Plus en détail

FETE DU PERSONNEL 31 MAI 2013 HOTEL DE VILLE

FETE DU PERSONNEL 31 MAI 2013 HOTEL DE VILLE CABINET DE FREDERIK BERNARD MAIRE DE POISSY Discours de FREDERIK BERNARD, Maire de Poissy FETE DU PERSONNEL 31 MAI 2013 HOTEL DE VILLE Fête du personnel - 31 mai 2013 Hôtel de ville 1 Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

Discours de Madame George PAU-LANGEVIN, Ministre des outre-mer. Conférence de presse «les outre-mer à la COP21» Jeudi 26 novembre 2015

Discours de Madame George PAU-LANGEVIN, Ministre des outre-mer. Conférence de presse «les outre-mer à la COP21» Jeudi 26 novembre 2015 Discours de Madame George PAU-LANGEVIN, Ministre des outre-mer Conférence de presse «les outre-mer à la COP21» Jeudi 26 novembre 2015 Mesdames et messieurs, Dans quelques jours s ouvrira la COP21, l une

Plus en détail

CQP Certificat de qualification professionnelle

CQP Certificat de qualification professionnelle CQP Certificat de qualification professionnelle Agent de service de remplacement La reconnaissance d un métier Professionnalisme Adaptabilité Savoir-faire Polyvalence Une qualification reconnue Le Certificat

Plus en détail

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT CE DOCUMENT EST VOTRE LIVRET PARTICIPANT Lisez la première partie, puis complétez la 2 e. Reportez en début de 3 e partie les éléments clés de votre stratégie de mobilité 1 CETTE PREMIERE PARTIE EST A

Plus en détail

Bonjour, Je viens vous présenter les résultats de mon projet de maîtrise terminé en août 2014. Premièrement, je me présente.

Bonjour, Je viens vous présenter les résultats de mon projet de maîtrise terminé en août 2014. Premièrement, je me présente. Bonjour, Je viens vous présenter les résultats de mon projet de maîtrise terminé en août 2014. Premièrement, je me présente. Je suis Véronique Lamontagne et j ai réalisé mon projet sous la direction de

Plus en détail

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ Quelques conseils 1 LA FINALITE, LA «PHILOSOPHIE» D UN RAPPORT D ACTIVITE Le rapport d activité a pour fonction de convaincre le jury que vous êtes

Plus en détail

Enquête Climat scolaire Questionnaire parents

Enquête Climat scolaire Questionnaire parents Enquête Climat scolaire Questionnaire parents Protocole de passation questionnaire parents lien complet : http://ppe.orion.education.fr/academie/itw/answer/j5he1yww4tzy1stg9ozhfa lien raccourci : http://goo.gl/6laokl

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Principes de management collectif Publication UNGANA 1304 CIDR Tous droits de reproduction réservés SE Séquence 1: Les stades de développement d'une

Plus en détail

2.1 J approfondis ma réflexion

2.1 J approfondis ma réflexion Je sais ce que je veux faire, mais j ai besoin de mieux savoir comment m y prendre. Quelles sont les étapes? Quelles sont les questions à se poser? Qui va pouvoir m aider? 2.1 J approfondis ma réflexion

Plus en détail

Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation. Québec, 14 octobre 2014

Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation. Québec, 14 octobre 2014 Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation Québec, 14 octobre 2014 Objectifs et déroulement Objectifs : Réfléchir sur ses pratiques et diagnostiquer le niveau d engagement

Plus en détail

Généralités 2 : Importer ses images. Points abordés: L importation L interface Où sont mes fichiers LIGHTROOM GEN2 1

Généralités 2 : Importer ses images. Points abordés: L importation L interface Où sont mes fichiers LIGHTROOM GEN2 1 Généralités 2 : Importer ses images Points abordés: L importation L interface Où sont mes fichiers LIGHTROOM GEN2 1 L importation Lightroom ne dispose pas d explorateur de fichiers. Il faut importer ses

Plus en détail

Entretien avec Richard Silver

Entretien avec Richard Silver Entretien avec Richard Silver par Claude Larivière et Sarah Boucher-Guévremont 1. Richard Silver, vous combinez deux domaines de formation professionnelle, le droit et le travail social. Pour plusieurs

Plus en détail

Directives anticipées. Conseils pour les rédiger

Directives anticipées. Conseils pour les rédiger Directives anticipées Conseils pour les rédiger Un droit inscrit dans la loi Quel objectif? Cette brochure a pour objectif de vous expliquer le sens des directives anticipées. Elle vous donne des conseils

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

LIVAROT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LIVAROT. INAUGURATION DE LA SALLE MULTISPORTS samedi 22 octobre 2011 à 11 h

LIVAROT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LIVAROT. INAUGURATION DE LA SALLE MULTISPORTS samedi 22 octobre 2011 à 11 h LIVAROT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LIVAROT INAUGURATION DE LA SALLE MULTISPORTS samedi 22 octobre 2011 à 11 h Président de la Communauté de communes du Pays de Livarot et Maire de la Commune de

Plus en détail

diversifier - Développer - Pérenniser

diversifier - Développer - Pérenniser diversifier - Développer - Pérenniser SOMMAIRE 1/ BMCE Capital Gestion Privée Mot du Directeur Général Une société issue d un groupe bancaire de dimension internationale Une gestion patrimoniale bénéficiant

Plus en détail

Comité de concertation associatif représentatif

Comité de concertation associatif représentatif Vendredi 21 Mars 2008 RENCONTRE AVEC MONSIEUR JEAN-FRANÇOIS VITOUX DIRECTEUR DE LA MAISON DÉPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPÉES DU PAS-DE-CALAIS Rencontre Monsieur VITOUX Vendredi 21 mars 2008 1 sur

Plus en détail

LE GUIDE D AUTO-ÉVALUATION. S évaluer pour progresser dans sa mise en œuvre du service civique

LE GUIDE D AUTO-ÉVALUATION. S évaluer pour progresser dans sa mise en œuvre du service civique LE GUIDE D AUTO-ÉVALUATION S évaluer pour progresser dans sa mise en œuvre du service civique Entrer dans une démarche d évaluation c est entrer dans une dynamique positive, questionnant les différents

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

Comment suis-je protégé(e)?

Comment suis-je protégé(e)? Comment suis-je protégé(e)? Comment suis-je protégé(e)? Plusieurs choses nous passent par la tête lorsqu on se demande si l on doit faire une divulgation protégée d un acte répréhensible. Bien souvent,

Plus en détail

Guide d accompagnement pour les parents : Le Plan d intervention

Guide d accompagnement pour les parents : Le Plan d intervention Guide d accompagnement pour les parents : Le Plan d intervention La meilleure façon d aider son enfant à réussir son parcours scolaire : L accompagner S informer Être présent à l école À l intention des

Plus en détail

3. Prendre RDV avec un lead généré par les actions marketing firme. Direction Marketing Clients Firme

3. Prendre RDV avec un lead généré par les actions marketing firme. Direction Marketing Clients Firme 3. Prendre RDV avec un lead généré par les actions marketing firme 48 Prendre RDV avec un lead généré par les actions marketing Firme Organisation de l atelier Durée Thème Pédagogie 15 Présentation de

Plus en détail

GARANTIE JEUNES. AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes

GARANTIE JEUNES. AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes GARANTIE JEUNES Luxembourg le 21 mars 2014 AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes INTRODUCTION Les membres de l EGMJ approuvent fortement la conception d une garantie

Plus en détail

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER DROGUES INFO SERVICE 0 800 23 13 13 WWW.DROGUES-INFO-SERVICE.FR 7 jours sur 7. De 8 à 2 heures. Appel anonyme et gratuit d un poste fixe. Appel depuis un portable au coût d un appel ordinaire : 01 70 23

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Crédit Agricole Assurances aide celles et ceux qui aident! Crédit Agricole Assurances soutient les aidants bénévoles et familiaux.

Crédit Agricole Assurances aide celles et ceux qui aident! Crédit Agricole Assurances soutient les aidants bénévoles et familiaux. C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Appel à projets 2014 Crédit Agricole Assurances aide celles et ceux qui aident! Crédit Agricole Assurances soutient les aidants bénévoles et familiaux. Dossier

Plus en détail

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits L IMPLICATION du COURTIER dans le DEVELOPPEMENT de la MICRO ASSURANCE : CONCEPTION, COMMERCIALISATION et DISTRIBUTION des PRODUITS, COLLECTE des PRIMES et COTISATIONS Présentée par Mme Hermine EKOBE NSEKE,

Plus en détail

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis»

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation La Maison d enfants Clair Logis, établissement à caractère social, est

Plus en détail

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Gard développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Le L accueil du jeune enfant en situation de handicap la Charte www.mon-enfant.fr www.caf.fr Un partenariat essentiel Selon les

Plus en détail

Comment maîtriser sa colère

Comment maîtriser sa colère Comment maîtriser sa colère La résolution de problemès Homewood Solutions Humaines MC, 2011. Ce cahier d exercices accompagne le cours électronique intitulé Comment maîtriser sa colère et est destiné à

Plus en détail

L Assemblier. L Assemblier

L Assemblier. L Assemblier L Assemblier Collectif de consultants L Assemblier Catalogue de formations pour les Conseils citoyens et leurs soutiens Faire équipe page 1 Travailler avec des tiers et monter des projets page 4 Le Conseil

Plus en détail

Observatoire du travail

Observatoire du travail Observatoire du travail Les salariés français et la mobilité 5 novembre 2015 15 place de la République 75003 Paris Présentation des résultats La méthodologie d enquête Etude réalisée auprès d un échantillon

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Analyse du projet de travail de rue : «Comète Atouts Jeunes» sur la zone quartier Decock

Analyse du projet de travail de rue : «Comète Atouts Jeunes» sur la zone quartier Decock Analyse du projet de travail de rue : «Comète Atouts Jeunes» sur la zone quartier Decock Atouts Jeunes AMO, Comète AMO, 26, avenue du Karreveld 9, rue de Soignies 1080 Molenbeek 1000 Bruxelles 02/410.93.84

Plus en détail

Informations complémentaires à la photo. Etude de cas : Banc de cour de récréation Photo prise dans la cour d une école élémentaire

Informations complémentaires à la photo. Etude de cas : Banc de cour de récréation Photo prise dans la cour d une école élémentaire Etude de cas : Banc de cour de récréation Photo prise dans la cour d une école élémentaire Vous allez considérer que vous entrez dans une école que vous n avez pas l habitude de fréquenter. Vous entrez

Plus en détail

Apprendre Twitter à l école maternelle.

Apprendre Twitter à l école maternelle. Apprendre Twitter à l école maternelle. Source : http://fragmentsdeclasse.blogspot.fr/2011/12/apprendre-twitter-lecole-maternelle.html Apprendre les réseaux sociaux à l école maternelle. Ces derniers mois

Plus en détail

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi anapec Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Des compétences pour l emploi des emplois pour les

Plus en détail

LYCEE COMMERCIAL ABDOULAYE NIASSE TRANSCRIPTION DE L ENTRETIEN AVEC L ELEVE N 2

LYCEE COMMERCIAL ABDOULAYE NIASSE TRANSCRIPTION DE L ENTRETIEN AVEC L ELEVE N 2 Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education Educational Research Network for West And Central Africa LYCEE COMMERCIAL ABDOULAYE NIASSE TRANSCRIPTION DE L ENTRETIEN AVEC L ELEVE N 2 Légende

Plus en détail

COMMENT DéVELOPPER SON CLUB?

COMMENT DéVELOPPER SON CLUB? COMMENT DéVELOPPER SON CLUB? Accompagnement dans la création d un projet de développement. LE PROJET CLUB Analyser les points forts et points faibles Définir des axes d amélioration Décliner en actions

Plus en détail

CONTENU A propos de nous Finance 2 Business support La préparation: la clé du succès Laisser une bonne impression

CONTENU A propos de nous Finance 2 Business support La préparation: la clé du succès Laisser une bonne impression GUIDE D ENTRETIEN CONTENU A propos de nous 1 Finance 2 Business support 3 La préparation: la clé du succès 4 Laisser une bonne impression 5 L entretien 7 Répondre aux questions d entretien 8 A PROPOS DE

Plus en détail

APPEL À PROJETS 2013. Le parrainage de proximité des enfants en difficulté.

APPEL À PROJETS 2013. Le parrainage de proximité des enfants en difficulté. APPEL À PROJETS 2013 Le parrainage de proximité des enfants en difficulté. Dotation : 375 000 sur trois ans. Date limite de réception des dossiers : 4 janvier 2013 en collaboration avec Argumentaire sur

Plus en détail

COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN. (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008)

COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN. (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008) COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008) 1 - Quelques considérations préliminaires sur la recherche d emploi et les

Plus en détail

Taxe d apprentissage. «Faire d une passion, son métier»

Taxe d apprentissage. «Faire d une passion, son métier» 2012 Taxe d apprentissage «Chefs d entreprises, entrepreneurs : vous possédez une fibre sociale et sportive, et vous souhaiteriez mettre en valeur l engagement citoyen de votre entreprise. Faites confiance

Plus en détail

Projet Apprendre à porter secours-cycle 3 - Séance 2 Protection-Traumatisme - Page 1 sur 5

Projet Apprendre à porter secours-cycle 3 - Séance 2 Protection-Traumatisme - Page 1 sur 5 Projet Apprendre à porter secours-cycle 3 - Séance 2 Protection-Traumatisme - Page 1 sur 5 SEANCE 2 : Partie 1 : La Protection (suite) Partie 2 : Secourir une victime suite à une chute Durée : 1h30 Mise

Plus en détail

Fiche 3. Le mentorat et l accompagnement en gestion : des atouts pour le développement de talents féminins

Fiche 3. Le mentorat et l accompagnement en gestion : des atouts pour le développement de talents féminins Fiche 3 Le mentorat et l accompagnement en gestion : des atouts pour le développement de talents féminins Chaire Claire-Bonenfant Femmes, Savoirs et Sociétés Université Laval Cette recherche a été réalisée

Plus en détail

Cycle de qualification Éducation et Territoires

Cycle de qualification Éducation et Territoires Cycle de qualification Éducation et Territoires TOURCOING Lundi 29 septembre 2008 La Ville de TOURCOING est membre du Réseau français et international des villes éducatrices. Le Projet Éducatif Local constitue

Plus en détail

LE NUMÉRIQUE AU SERVICE DU LIEN SOCIAL

LE NUMÉRIQUE AU SERVICE DU LIEN SOCIAL LE NUMÉRIQUE AU SERVICE DU LIEN SOCIAL Atomes Crochus, QU EST-CE QUE C EST? L alchimie : un fablab, des jeunes, des personnes en situation de handicap est une expérimentation financée et soutenue par le

Plus en détail

CATALOGUE DE NOS PRESTATIONS

CATALOGUE DE NOS PRESTATIONS CATALOGUE DE NOS PRESTATIONS CIBC Artois Ternois 3 rue Abbé Pierre 62000 Arras 03.21.48.17.97 cibcarras@nordnet.fr www.cibcarras.org SOMMAIRE Le Bilan de Compétences La Validation des Acquis de l Expérience

Plus en détail

BG Ingénieurs Conseil, Genève

BG Ingénieurs Conseil, Genève BG Ingénieurs Conseil, Genève Diego Salamon, employeur Sur mandat de l AI, Cadschool nous a demandé si nous serions prêts à accueillir un stagiaire pendant trois mois. Nous connaissions cet institut de

Plus en détail

Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1

Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1 Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1 Tout au long de ce récit, je vais essayer de vous faire part de quelques réflexions émanant de ma

Plus en détail

Un engagement universitaire au cœur de l évolution du système de santé

Un engagement universitaire au cœur de l évolution du système de santé Un engagement universitaire au cœur de l évolution du système de santé Université d été de la e Santé 4 juillet 2013 Technopôle Castres Mazamet Intervention du Pr Louis Lareng Directeur de l Institut Européen

Plus en détail

LE CRIME NE PAIE PAS a French reader by Huguette Zahler. Chapitre 18 : Les enfants du Montmartrobus

LE CRIME NE PAIE PAS a French reader by Huguette Zahler. Chapitre 18 : Les enfants du Montmartrobus Chapitre 18 : Les enfants du Montmartrobus Un chauffeur de bus qui travaillait sur la ligne du petit bus qui zigzague sur la Butte Montmartre 1 avait fait une étrange déclaration au commissariat de police

Plus en détail

Reportage photo. 26 I N 164 mars-avril 2015 I déclic

Reportage photo. 26 I N 164 mars-avril 2015 I déclic 26 I N 164 mars-avril 2015 I déclic Je veux vivre chez moi! Laura, 19 ans, est atteinte d une infirmité motrice cérébrale. Après des années en établissement, elle aimerait vivre seule (avec un peu d aide)

Plus en détail

LA LETTRE DE MOTIVATION

LA LETTRE DE MOTIVATION Patrick de SAINTE-LORETTE Jo MARZÉ LA LETTRE DE MOTIVATION Troisième édition Éditions d'organisation, 2003 ISBN : 2-7081-2860-4 Chapitre 2 LA MÉTHODE DES POINTS FORTS 1. Les différentes catégories de points

Plus en détail

Reprendre confiance en soi

Reprendre confiance en soi Reprendre confiance en soi Je pense ne pas avoir le niveau pour m exprimer dans cette langue... J ai un peu honte de faire le premier pas et débuter la conversation... Je n ai pas le courage de m adresser

Plus en détail