«EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU»"

Transcription

1 «EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU» Le journal de l Association accorde un article à chacune de ses parutions sur un métier de la Sauvegarde 56. Rencontre de Geneviève RALLE, Vice- Présidente de la Sauvegarde 56, avec deux éducatrice de la Prévention Spécialisée : Emilie et Virginie. J ai voulu faire connaître la Prévention Spécialisée aux lecteurs, mais aussi montrer que ce service est partie intégrante de la Sauvegarde 56. Il fait partie du Pôle Protection de l Enfance. Ce service est mal identifié du fait de son éloignement, de ses locaux anonymes, de son mode de fonctionnement différent des autres services, ce qui engendre une méconnaissance du travail qui est fait et peutêtre aussi une méconnaissance des autres travailleurs sociaux de la Sauvegarde 56. J ai rencontré deux éducatrices de rue : Virginie et Emilie. Je rappellerais brièvement l historique de la Prévention Spécialisée (la Prev comme on dit!). Crée en 1999 avec une première équipe sur la ville de Lanester, le service de Prévention Spécialisée bénéficie d une convention tripartite : Sauvegarde 56, Conseil Général du Morbihan et les villes de Lanester et Lorient. En 2002, création de l équipe de Lorient Sud suivie par celle de Lorient Nord.

2 GR : Les éducateurs de prévention spécialisée sont plus connus sous le vocable d éducs de rue. Pouvez vous présenter brièvement votre métier et en quoi consistent vos missions? Emilie : Pourquoi éducateur de rue? La rue est un de nos outils pour pouvoir aller sur le territoire des jeunes qui sont dans la rue.on est présents physiquement dans la rue. Peu d intervenants en travail social vont à la rencontre physiquement de leur public. Le support pour contacter une maman par exemple c est la rue. GR : Sur quels territoires intervenez vous? Virginie : On est mandaté pour un territoire donné, c est le territoire qui fait notre mandat, c est pourquoi à la Prév on parle beaucoup «d aller vers». C est notre devise. GR : C est vous qui provoquez la rencontre, vous n avez aucun nom de personne, alors comment se fait une rencontre? Emilie : En général, ils savent assez vite que nous sommes éducateurs car ils partent du principe qu un étranger qui est sur leur territoire,c est soit un éducateur, soit un flic. «Un étranger n a aucun intérêt à venir sur notre territoire». GR : C est une présence inconnue pour eux donc pas des leurs? en quoi consiste vos missions? Virginie : Nous avons une mission d aide sociale à l enfance, on cible les jeunes de 11 à 21 ans. Pour réaliser notre mission on a plusieurs outils à notre disposition, plusieurs modes d action au delà de la rue. Le jeune est au courant que nous sommes éducateurs et que nous avons des principes d intervention qui sont la libre adhésion, le mandat territorial et l anonymat. La rue est l outil le plus visible pour les habitants du quartier. Notre rôle en lien avec notre mission est de ramener ces jeunes vers des structures de droit commun par la médiation. Il y a aussi tout ce qui ressort de l accompagnement éducatif où là on est plus sur de l individuel et du familial. GR : Quel est votre public prioritaire? Virginie : Ce sont des jeunes marginalisés ou en voie de marginalisation. Ces jeunes sont éloignés de la société de part leur mode de vie, de leur vécu familial, ils s éloignent des structures de droit commun, ou ils n y vont plus ou ils mettent ces structures à mal, par exemple l école, la maison de quartier. On élargit notre mission à partir des jeunes de la famille, on sait bien que ces jeunes ont des carences affectives, surtout les plus jeunes. GR : Sur quels types de supports vous basez vous? Emilie : On ne travaille pas comme une maison de quartier qui propose une activité, c est plutôt l activité qui va faire que l on rassembles des gens, on n a pas de groupes existants sur le territoire d action, ce sont des jeunes qui se socialisent en groupes. Il nous est arrivé d avoir des groupes avec des tranches d âges très diverses. L objectif sera de scinder ce groupe afin que les plus jeunes aillent vers des structures plus adaptées.

3 Virginie : on part toujours du groupe existant même si on n est pas en adéquation avec ce groupe. Emilie : Il arrive que l on peut demander à 1 ou 2 éléments du groupe de ne pas s associer au projet et on trouvera une solution plus adaptée pour eux. On travaille sur des petits groupes. GR : Vous parlez beaucoup de groupe, c est aussi un support pour vous? Emilie : Le groupe est un prétexte de rencontre pour nous, lors d animation il nous servira pour cibler leurs préférences, travailler l éducatif et l accompagnement individuel. Quand on travaille avec un groupe notre objectif est de pouvoir appréhender les individus et mieux les connaître et d avoir une relation de confiance qui découlera vers un accompagnement individuel. Le groupe est un prétexte pour aller plus loin dans la relation. GR : Pouvez vous nous décrire une journée type d éduc de rue? Emilie : C est compliqué d y répondre car il faut sans cesse s adapter. Il y a les réunions impondérables avec les institutions, les partenaires. Virginie : C est en fonction de l ambiance du quartier. Les jeunes peuvent parfois exprimer leur ras le bol de notre présence!!! Il faut savoir faire un pas de côté pour être dans la bonne posture et qu on ne soit pas vu comme faisant une ronde. L été nous serons plus tard dans la rue. Emilie : Pour ce qui est de l accompagnement, cela dépend de la disponibilité des jeunes, des familles et de la notre aussi. On essaie de ne pas travailler dans l urgence. On peut différer les demandes. GR : Le travail en partenariat est important pour vous, quels sont vos partenaires? Virginie : Il y a les maisons de quartier, les centres sociaux, les assistants sociaux, les éducateurs de l Aide Sociale à l Enfance, la mission locale, le centre d apprentissage, les collèges et les lycées et les éducateurs de la Sauvegarde 56. GR : Pouvez vous nous décrire un territoire? Virginie : Sur Lorient on est sur une typologie de quartier avec une priorité urbaine, ce qu on nomme ici les quartiers CUCS (Contrat Urbain de Cohésion Sociale). Ici c est le quartier Nord de Lorient. Il y a des équipes Bois du Château Kerguillette. L équipe de Lorient Sud, Kervénanec, n existe plus. On est missionné sur ces quartiers mais le service est en reconventionnement actuellement. Nous avons une mission d exploration sur le quartier Frébault mais sur une mission courte. Le fait de ne plus être sur un quartier peut faire ressurgir les problèmes, il faut être vigilant. Notre présence dans la durée facilite notre intervention «il faut du temps». Emilie : La durée sur le quartier permet d avoir de l appui sur la famille et de proposer des accompagnements éducatifs individualisés. On a connu les grands frères. GR : Actuellement le service de prévention spécialisée est également engagé dans une recherche -action sur la commune de Séné? Pouvez-vous nous en dire plus? Virginie : C est une recherche action sur 2 ans sur Séné à la demande de la Mairie qui se pose la question de l avenir de la jeunesse de Séné. L a mairie a fait appel à la Sauvegarde 56 pour

4 l aider à redéfinir ses axes de politique de la jeunesse et ce avec les outils de la prévention spécialisée. Ce n est pas dans l objectif d installer une équipe de prévention spécialisée. GR : Comment êtes vous confrontés aux réseaux sociaux utilisés par les jeunes. Virginie : Pas d usage à titre personnel mais les jeunes posent la question de savoir si la prev a un site, ou un blog ou un forum L anonymat étant prioritaire, la question ne se pose pas pour l instant. On voit bien que les jeunes y passent beaucoup de temps, peutêtre que dans un temps futur «faire de la rue sur internet» sera d actualité. Notre rôle est plus dans la prévention des dangers des réseaux sociaux. C est un des sujets de leurs discussions. La prévention spécialisée fait partie de l observatoire de la jeunesse à Lorient qui informe sur les réseaux sociaux. GR : Parlez- nous un peu des chantiers? Virginie : Il y a les chantiers «contre partie» pour les ans. Le travail du jeune lui permet d ouvrir un compte qui lui donnera accès à une sortie, à un cinéma Les chantiers rémunérés pour les plus de 16 ans, plutôt l été. Il est rémunéré à l heure. Toujours sur la base du volontariat. La médiation par l objet créé du lien, les supports sont variés, leurs cages d escalier, des bancs ou des réverbères à repeindre, réalisation d une caisse à savon, etc. Actuellement une caravane est en cours de restauration et servira de support d animation pour une autre association. GR : Dans ce service les professionnels n ont pas les mêmes formations initiales Et vous Virginie et Emilie, quelle formation avez-vous? Virginie : En effet les équipes sont pluridisciplinaires, ce qui leur permet d être des «touche à tout». Pour ma part, j ai un DEFA (Diplôme d Etat aux Fonctions de l Animation) et un Master 2 en ingéniérie des interventions sociales. Je suis plus issue de l animation. Emilie : Je suis éducatrice spécialisée et j ai un BEP de menuiserie, ce qui surprend mais c est un plus car j ai pu faire de la menuiserie dans la rue à Kervénanec. GR : Pouvez vous nous dire ce que vous aimez dans votre métier? Emilie : Pour moi la libre adhésion est une valeur

5 personnelle, elle facilite le contact, le jeune est partie prenante de son projet. Virginie : Pour moi il y a une grande diversité d actions à la Prévention spécialisée, une liberté de projets et d action, c est nous qui créons notre projet. Et puis la proximité avec les jeunes. Notre local prêté par la ville de Lorient est intéressant car il permet l anonymat, les passages sont informels d où la nécessité de la proximité du local dans les quartiers

6 «EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU» Le journal de l Association accorde un article à chacune de ses parutions sur un métier de la Sauvegarde 56. Rencontre de Geneviève RALLE, Vice- Présidente de la Sauvegarde 56, avec deux éducatrice de la Prévention Spécialisée : Emilie et Virginie. J ai voulu faire connaître la Prévention Spécialisée aux lecteurs, mais aussi montrer que ce service est partie intégrante de la Sauvegarde 56. Il fait partie du Pôle Protection de l Enfance. Ce service est mal identifié du fait de son éloignement, de ses locaux anonymes, de son mode de fonctionnement différent des autres services, ce qui engendre une méconnaissance du travail qui est fait et peutêtre aussi une méconnaissance des autres travailleurs sociaux de la Sauvegarde 56. J ai rencontré deux éducatrices de rue : Virginie et Emilie. Je rappellerais brièvement l historique de la Prévention Spécialisée (la Prev comme on dit!). Crée en 1999 avec une première équipe sur la ville de Lanester, le service de Prévention Spécialisée bénéficie d une convention tripartite : Sauvegarde 56, Conseil Général du Morbihan et les villes de Lanester et Lorient. En 2002, création de l équipe de Lorient Sud suivie par celle de Lorient Nord.

7 GR : Les éducateurs de prévention spécialisée sont plus connus sous le vocable d éducs de rue. Pouvez vous présenter brièvement votre métier et en quoi consistent vos missions? Emilie : Pourquoi éducateur de rue? La rue est un de nos outils pour pouvoir aller sur le territoire des jeunes qui sont dans la rue.on est présents physiquement dans la rue. Peu d intervenants en travail social vont à la rencontre physiquement de leur public. Le support pour contacter une maman par exemple c est la rue. GR : Sur quels territoires intervenez vous? Virginie : On est mandaté pour un territoire donné, c est le territoire qui fait notre mandat, c est pourquoi à la Prév on parle beaucoup «d aller vers». C est notre devise. GR : C est vous qui provoquez la rencontre, vous n avez aucun nom de personne, alors comment se fait une rencontre? Emilie : En général, ils savent assez vite que nous sommes éducateurs car ils partent du principe qu un étranger qui est sur leur territoire,c est soit un éducateur, soit un flic. «Un étranger n a aucun intérêt à venir sur notre territoire». GR : C est une présence inconnue pour eux donc pas des leurs? en quoi consiste vos missions? Virginie : Nous avons une mission d aide sociale à l enfance, on cible les jeunes de 11 à 21 ans. Pour réaliser notre mission on a plusieurs outils à notre disposition, plusieurs modes d action au delà de la rue. Le jeune est au courant que nous sommes éducateurs et que nous avons des principes d intervention qui sont la libre adhésion, le mandat territorial et l anonymat. La rue est l outil le plus visible pour les habitants du quartier. Notre rôle en lien avec notre mission est de ramener ces jeunes vers des structures de droit commun par la médiation. Il y a aussi tout ce qui ressort de l accompagnement éducatif où là on est plus sur de l individuel et du familial. GR : Quel est votre public prioritaire? Virginie : Ce sont des jeunes marginalisés ou en voie de marginalisation. Ces jeunes sont éloignés de la société de part leur mode de vie, de leur vécu familial, ils s éloignent des structures de droit commun, ou ils n y vont plus ou ils mettent ces structures à mal, par exemple l école, la maison de quartier. On élargit notre mission à partir des jeunes de la famille, on sait bien que ces jeunes ont des carences affectives, surtout les plus jeunes. GR : Sur quels types de supports vous basez vous? Emilie : On ne travaille pas comme une maison de quartier qui propose une activité, c est plutôt l activité qui va faire que l on rassembles des gens, on n a pas de groupes existants sur le territoire d action, ce sont des jeunes qui se socialisent en groupes. Il nous est arrivé d avoir des groupes avec des tranches d âges très diverses. L objectif sera de scinder ce groupe afin que les plus jeunes aillent vers des structures plus adaptées.

8 Virginie : on part toujours du groupe existant même si on n est pas en adéquation avec ce groupe. Emilie : Il arrive que l on peut demander à 1 ou 2 éléments du groupe de ne pas s associer au projet et on trouvera une solution plus adaptée pour eux. On travaille sur des petits groupes. GR : Vous parlez beaucoup de groupe, c est aussi un support pour vous? Emilie : Le groupe est un prétexte de rencontre pour nous, lors d animation il nous servira pour cibler leurs préférences, travailler l éducatif et l accompagnement individuel. Quand on travaille avec un groupe notre objectif est de pouvoir appréhender les individus et mieux les connaître et d avoir une relation de confiance qui découlera vers un accompagnement individuel. Le groupe est un prétexte pour aller plus loin dans la relation. GR : Pouvez vous nous décrire une journée type d éduc de rue? Emilie : C est compliqué d y répondre car il faut sans cesse s adapter. Il y a les réunions impondérables avec les institutions, les partenaires. Virginie : C est en fonction de l ambiance du quartier. Les jeunes peuvent parfois exprimer leur ras le bol de notre présence!!! Il faut savoir faire un pas de côté pour être dans la bonne posture et qu on ne soit pas vu comme faisant une ronde. L été nous serons plus tard dans la rue. Emilie : Pour ce qui est de l accompagnement, cela dépend de la disponibilité des jeunes, des familles et de la notre aussi. On essaie de ne pas travailler dans l urgence. On peut différer les demandes. GR : Le travail en partenariat est important pour vous, quels sont vos partenaires? Virginie : Il y a les maisons de quartier, les centres sociaux, les assistants sociaux, les éducateurs de l Aide Sociale à l Enfance, la mission locale, le centre d apprentissage, les collèges et les lycées et les éducateurs de la Sauvegarde 56. GR : Pouvez vous nous décrire un territoire? Virginie : Sur Lorient on est sur une typologie de quartier avec une priorité urbaine, ce qu on nomme ici les quartiers CUCS (Contrat Urbain de Cohésion Sociale). Ici c est le quartier Nord de Lorient. Il y a des équipes Bois du Château Kerguillette. L équipe de Lorient Sud, Kervénanec, n existe plus. On est missionné sur ces quartiers mais le service est en reconventionnement actuellement. Nous avons une mission d exploration sur le quartier Frébault mais sur une mission courte. Le fait de ne plus être sur un quartier peut faire ressurgir les problèmes, il faut être vigilant. Notre présence dans la durée facilite notre intervention «il faut du temps». Emilie : La durée sur le quartier permet d avoir de l appui sur la famille et de proposer des accompagnements éducatifs individualisés. On a connu les grands frères. GR : Actuellement le service de prévention spécialisée est également engagé dans une recherche -action sur la commune de Séné? Pouvez-vous nous en dire plus? Virginie : C est une recherche action sur 2 ans sur Séné à la demande de la Mairie qui se pose la question de l avenir de la jeunesse de Séné. L a mairie a fait appel à la Sauvegarde 56 pour

9 l aider à redéfinir ses axes de politique de la jeunesse et ce avec les outils de la prévention spécialisée. Ce n est pas dans l objectif d installer une équipe de prévention spécialisée. GR : Comment êtes vous confrontés aux réseaux sociaux utilisés par les jeunes. Virginie : Pas d usage à titre personnel mais les jeunes posent la question de savoir si la prev a un site, ou un blog ou un forum L anonymat étant prioritaire, la question ne se pose pas pour l instant. On voit bien que les jeunes y passent beaucoup de temps, peutêtre que dans un temps futur «faire de la rue sur internet» sera d actualité. Notre rôle est plus dans la prévention des dangers des réseaux sociaux. C est un des sujets de leurs discussions. La prévention spécialisée fait partie de l observatoire de la jeunesse à Lorient qui informe sur les réseaux sociaux. GR : Parlez- nous un peu des chantiers? Virginie : Il y a les chantiers «contre partie» pour les ans. Le travail du jeune lui permet d ouvrir un compte qui lui donnera accès à une sortie, à un cinéma Les chantiers rémunérés pour les plus de 16 ans, plutôt l été. Il est rémunéré à l heure. Toujours sur la base du volontariat. La médiation par l objet créé du lien, les supports sont variés, leurs cages d escalier, des bancs ou des réverbères à repeindre, réalisation d une caisse à savon, etc. Actuellement une caravane est en cours de restauration et servira de support d animation pour une autre association. GR : Dans ce service les professionnels n ont pas les mêmes formations initiales Et vous Virginie et Emilie, quelle formation avez-vous? Virginie : En effet les équipes sont pluridisciplinaires, ce qui leur permet d être des «touche à tout». Pour ma part, j ai un DEFA (Diplôme d Etat aux Fonctions de l Animation) et un Master 2 en ingéniérie des interventions sociales. Je suis plus issue de l animation. Emilie : Je suis éducatrice spécialisée et j ai un BEP de menuiserie, ce qui surprend mais c est un plus car j ai pu faire de la menuiserie dans la rue à Kervénanec. GR : Pouvez vous nous dire ce que vous aimez dans votre métier? Emilie : Pour moi la libre adhésion est une valeur

10 personnelle, elle facilite le contact, le jeune est partie prenante de son projet. Virginie : Pour moi il y a une grande diversité d actions à la Prévention spécialisée, une liberté de projets et d action, c est nous qui créons notre projet. Et puis la proximité avec les jeunes. Notre local prêté par la ville de Lorient est intéressant car il permet l anonymat, les passages sont informels d où la nécessité de la proximité du local dans les quartiers

11 «EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU» Le journal de l Association accorde un article à chacune de ses parutions sur un métier de la Sauvegarde 56. Rencontre de Geneviève RALLE, Vice- Présidente de la Sauvegarde 56, avec deux éducatrice de la Prévention Spécialisée : Emilie et Virginie. J ai voulu faire connaître la Prévention Spécialisée aux lecteurs, mais aussi montrer que ce service est partie intégrante de la Sauvegarde 56. Il fait partie du Pôle Protection de l Enfance. Ce service est mal identifié du fait de son éloignement, de ses locaux anonymes, de son mode de fonctionnement différent des autres services, ce qui engendre une méconnaissance du travail qui est fait et peutêtre aussi une méconnaissance des autres travailleurs sociaux de la Sauvegarde 56. J ai rencontré deux éducatrices de rue : Virginie et Emilie. Je rappellerais brièvement l historique de la Prévention Spécialisée (la Prev comme on dit!). Crée en 1999 avec une première équipe sur la ville de Lanester, le service de Prévention Spécialisée bénéficie d une convention tripartite : Sauvegarde 56, Conseil Général du Morbihan et les villes de Lanester et Lorient. En 2002, création de l équipe de Lorient Sud suivie par celle de Lorient Nord.

12 GR : Les éducateurs de prévention spécialisée sont plus connus sous le vocable d éducs de rue. Pouvez vous présenter brièvement votre métier et en quoi consistent vos missions? Emilie : Pourquoi éducateur de rue? La rue est un de nos outils pour pouvoir aller sur le territoire des jeunes qui sont dans la rue.on est présents physiquement dans la rue. Peu d intervenants en travail social vont à la rencontre physiquement de leur public. Le support pour contacter une maman par exemple c est la rue. GR : Sur quels territoires intervenez vous? Virginie : On est mandaté pour un territoire donné, c est le territoire qui fait notre mandat, c est pourquoi à la Prév on parle beaucoup «d aller vers». C est notre devise. GR : C est vous qui provoquez la rencontre, vous n avez aucun nom de personne, alors comment se fait une rencontre? Emilie : En général, ils savent assez vite que nous sommes éducateurs car ils partent du principe qu un étranger qui est sur leur territoire,c est soit un éducateur, soit un flic. «Un étranger n a aucun intérêt à venir sur notre territoire». GR : C est une présence inconnue pour eux donc pas des leurs? en quoi consiste vos missions? Virginie : Nous avons une mission d aide sociale à l enfance, on cible les jeunes de 11 à 21 ans. Pour réaliser notre mission on a plusieurs outils à notre disposition, plusieurs modes d action au delà de la rue. Le jeune est au courant que nous sommes éducateurs et que nous avons des principes d intervention qui sont la libre adhésion, le mandat territorial et l anonymat. La rue est l outil le plus visible pour les habitants du quartier. Notre rôle en lien avec notre mission est de ramener ces jeunes vers des structures de droit commun par la médiation. Il y a aussi tout ce qui ressort de l accompagnement éducatif où là on est plus sur de l individuel et du familial. GR : Quel est votre public prioritaire? Virginie : Ce sont des jeunes marginalisés ou en voie de marginalisation. Ces jeunes sont éloignés de la société de part leur mode de vie, de leur vécu familial, ils s éloignent des structures de droit commun, ou ils n y vont plus ou ils mettent ces structures à mal, par exemple l école, la maison de quartier. On élargit notre mission à partir des jeunes de la famille, on sait bien que ces jeunes ont des carences affectives, surtout les plus jeunes. GR : Sur quels types de supports vous basez vous? Emilie : On ne travaille pas comme une maison de quartier qui propose une activité, c est plutôt l activité qui va faire que l on rassembles des gens, on n a pas de groupes existants sur le territoire d action, ce sont des jeunes qui se socialisent en groupes. Il nous est arrivé d avoir des groupes avec des tranches d âges très diverses. L objectif sera de scinder ce groupe afin que les plus jeunes aillent vers des structures plus adaptées.

13 Virginie : on part toujours du groupe existant même si on n est pas en adéquation avec ce groupe. Emilie : Il arrive que l on peut demander à 1 ou 2 éléments du groupe de ne pas s associer au projet et on trouvera une solution plus adaptée pour eux. On travaille sur des petits groupes. GR : Vous parlez beaucoup de groupe, c est aussi un support pour vous? Emilie : Le groupe est un prétexte de rencontre pour nous, lors d animation il nous servira pour cibler leurs préférences, travailler l éducatif et l accompagnement individuel. Quand on travaille avec un groupe notre objectif est de pouvoir appréhender les individus et mieux les connaître et d avoir une relation de confiance qui découlera vers un accompagnement individuel. Le groupe est un prétexte pour aller plus loin dans la relation. GR : Pouvez vous nous décrire une journée type d éduc de rue? Emilie : C est compliqué d y répondre car il faut sans cesse s adapter. Il y a les réunions impondérables avec les institutions, les partenaires. Virginie : C est en fonction de l ambiance du quartier. Les jeunes peuvent parfois exprimer leur ras le bol de notre présence!!! Il faut savoir faire un pas de côté pour être dans la bonne posture et qu on ne soit pas vu comme faisant une ronde. L été nous serons plus tard dans la rue. Emilie : Pour ce qui est de l accompagnement, cela dépend de la disponibilité des jeunes, des familles et de la notre aussi. On essaie de ne pas travailler dans l urgence. On peut différer les demandes. GR : Le travail en partenariat est important pour vous, quels sont vos partenaires? Virginie : Il y a les maisons de quartier, les centres sociaux, les assistants sociaux, les éducateurs de l Aide Sociale à l Enfance, la mission locale, le centre d apprentissage, les collèges et les lycées et les éducateurs de la Sauvegarde 56. GR : Pouvez vous nous décrire un territoire? Virginie : Sur Lorient on est sur une typologie de quartier avec une priorité urbaine, ce qu on nomme ici les quartiers CUCS (Contrat Urbain de Cohésion Sociale). Ici c est le quartier Nord de Lorient. Il y a des équipes Bois du Château Kerguillette. L équipe de Lorient Sud, Kervénanec, n existe plus. On est missionné sur ces quartiers mais le service est en reconventionnement actuellement. Nous avons une mission d exploration sur le quartier Frébault mais sur une mission courte. Le fait de ne plus être sur un quartier peut faire ressurgir les problèmes, il faut être vigilant. Notre présence dans la durée facilite notre intervention «il faut du temps». Emilie : La durée sur le quartier permet d avoir de l appui sur la famille et de proposer des accompagnements éducatifs individualisés. On a connu les grands frères. GR : Actuellement le service de prévention spécialisée est également engagé dans une recherche -action sur la commune de Séné? Pouvez-vous nous en dire plus? Virginie : C est une recherche action sur 2 ans sur Séné à la demande de la Mairie qui se pose la question de l avenir de la jeunesse de Séné. L a mairie a fait appel à la Sauvegarde 56 pour

14 l aider à redéfinir ses axes de politique de la jeunesse et ce avec les outils de la prévention spécialisée. Ce n est pas dans l objectif d installer une équipe de prévention spécialisée. GR : Comment êtes vous confrontés aux réseaux sociaux utilisés par les jeunes. Virginie : Pas d usage à titre personnel mais les jeunes posent la question de savoir si la prev a un site, ou un blog ou un forum L anonymat étant prioritaire, la question ne se pose pas pour l instant. On voit bien que les jeunes y passent beaucoup de temps, peutêtre que dans un temps futur «faire de la rue sur internet» sera d actualité. Notre rôle est plus dans la prévention des dangers des réseaux sociaux. C est un des sujets de leurs discussions. La prévention spécialisée fait partie de l observatoire de la jeunesse à Lorient qui informe sur les réseaux sociaux. GR : Parlez- nous un peu des chantiers? Virginie : Il y a les chantiers «contre partie» pour les ans. Le travail du jeune lui permet d ouvrir un compte qui lui donnera accès à une sortie, à un cinéma Les chantiers rémunérés pour les plus de 16 ans, plutôt l été. Il est rémunéré à l heure. Toujours sur la base du volontariat. La médiation par l objet créé du lien, les supports sont variés, leurs cages d escalier, des bancs ou des réverbères à repeindre, réalisation d une caisse à savon, etc. Actuellement une caravane est en cours de restauration et servira de support d animation pour une autre association. GR : Dans ce service les professionnels n ont pas les mêmes formations initiales Et vous Virginie et Emilie, quelle formation avez-vous? Virginie : En effet les équipes sont pluridisciplinaires, ce qui leur permet d être des «touche à tout». Pour ma part, j ai un DEFA (Diplôme d Etat aux Fonctions de l Animation) et un Master 2 en ingéniérie des interventions sociales. Je suis plus issue de l animation. Emilie : Je suis éducatrice spécialisée et j ai un BEP de menuiserie, ce qui surprend mais c est un plus car j ai pu faire de la menuiserie dans la rue à Kervénanec. GR : Pouvez vous nous dire ce que vous aimez dans votre métier? Emilie : Pour moi la libre adhésion est une valeur

15 personnelle, elle facilite le contact, le jeune est partie prenante de son projet. Virginie : Pour moi il y a une grande diversité d actions à la Prévention spécialisée, une liberté de projets et d action, c est nous qui créons notre projet. Et puis la proximité avec les jeunes. Notre local prêté par la ville de Lorient est intéressant car il permet l anonymat, les passages sont informels d où la nécessité de la proximité du local dans les quartiers

16 «EDUCATEUR DE RUE.. UN METIER MECONNU» Le journal de l Association accorde un article à chacune de ses parutions sur un métier de la Sauvegarde 56. Rencontre de Geneviève RALLE, Vice- Présidente de la Sauvegarde 56, avec deux éducatrice de la Prévention Spécialisée : Emilie et Virginie. J ai voulu faire connaître la Prévention Spécialisée aux lecteurs, mais aussi montrer que ce service est partie intégrante de la Sauvegarde 56. Il fait partie du Pôle Protection de l Enfance. Ce service est mal identifié du fait de son éloignement, de ses locaux anonymes, de son mode de fonctionnement différent des autres services, ce qui engendre une méconnaissance du travail qui est fait et peutêtre aussi une méconnaissance des autres travailleurs sociaux de la Sauvegarde 56. J ai rencontré deux éducatrices de rue : Virginie et Emilie. Je rappellerais brièvement l historique de la Prévention Spécialisée (la Prev comme on dit!). Crée en 1999 avec une première équipe sur la ville de Lanester, le service de Prévention Spécialisée bénéficie d une convention tripartite : Sauvegarde 56, Conseil Général du Morbihan et les villes de Lanester et Lorient. En 2002, création de l équipe de Lorient Sud suivie par celle de Lorient Nord.

17 GR : Les éducateurs de prévention spécialisée sont plus connus sous le vocable d éducs de rue. Pouvez vous présenter brièvement votre métier et en quoi consistent vos missions? Emilie : Pourquoi éducateur de rue? La rue est un de nos outils pour pouvoir aller sur le territoire des jeunes qui sont dans la rue.on est présents physiquement dans la rue. Peu d intervenants en travail social vont à la rencontre physiquement de leur public. Le support pour contacter une maman par exemple c est la rue. GR : Sur quels territoires intervenez vous? Virginie : On est mandaté pour un territoire donné, c est le territoire qui fait notre mandat, c est pourquoi à la Prév on parle beaucoup «d aller vers». C est notre devise. GR : C est vous qui provoquez la rencontre, vous n avez aucun nom de personne, alors comment se fait une rencontre? Emilie : En général, ils savent assez vite que nous sommes éducateurs car ils partent du principe qu un étranger qui est sur leur territoire,c est soit un éducateur, soit un flic. «Un étranger n a aucun intérêt à venir sur notre territoire». GR : C est une présence inconnue pour eux donc pas des leurs? en quoi consiste vos missions? Virginie : Nous avons une mission d aide sociale à l enfance, on cible les jeunes de 11 à 21 ans. Pour réaliser notre mission on a plusieurs outils à notre disposition, plusieurs modes d action au delà de la rue. Le jeune est au courant que nous sommes éducateurs et que nous avons des principes d intervention qui sont la libre adhésion, le mandat territorial et l anonymat. La rue est l outil le plus visible pour les habitants du quartier. Notre rôle en lien avec notre mission est de ramener ces jeunes vers des structures de droit commun par la médiation. Il y a aussi tout ce qui ressort de l accompagnement éducatif où là on est plus sur de l individuel et du familial. GR : Quel est votre public prioritaire? Virginie : Ce sont des jeunes marginalisés ou en voie de marginalisation. Ces jeunes sont éloignés de la société de part leur mode de vie, de leur vécu familial, ils s éloignent des structures de droit commun, ou ils n y vont plus ou ils mettent ces structures à mal, par exemple l école, la maison de quartier. On élargit notre mission à partir des jeunes de la famille, on sait bien que ces jeunes ont des carences affectives, surtout les plus jeunes. GR : Sur quels types de supports vous basez vous? Emilie : On ne travaille pas comme une maison de quartier qui propose une activité, c est plutôt l activité qui va faire que l on rassembles des gens, on n a pas de groupes existants sur le territoire d action, ce sont des jeunes qui se socialisent en groupes. Il nous est arrivé d avoir des groupes avec des tranches d âges très diverses. L objectif sera de scinder ce groupe afin que les plus jeunes aillent vers des structures plus adaptées.

18 Virginie : on part toujours du groupe existant même si on n est pas en adéquation avec ce groupe. Emilie : Il arrive que l on peut demander à 1 ou 2 éléments du groupe de ne pas s associer au projet et on trouvera une solution plus adaptée pour eux. On travaille sur des petits groupes. GR : Vous parlez beaucoup de groupe, c est aussi un support pour vous? Emilie : Le groupe est un prétexte de rencontre pour nous, lors d animation il nous servira pour cibler leurs préférences, travailler l éducatif et l accompagnement individuel. Quand on travaille avec un groupe notre objectif est de pouvoir appréhender les individus et mieux les connaître et d avoir une relation de confiance qui découlera vers un accompagnement individuel. Le groupe est un prétexte pour aller plus loin dans la relation. GR : Pouvez vous nous décrire une journée type d éduc de rue? Emilie : C est compliqué d y répondre car il faut sans cesse s adapter. Il y a les réunions impondérables avec les institutions, les partenaires. Virginie : C est en fonction de l ambiance du quartier. Les jeunes peuvent parfois exprimer leur ras le bol de notre présence!!! Il faut savoir faire un pas de côté pour être dans la bonne posture et qu on ne soit pas vu comme faisant une ronde. L été nous serons plus tard dans la rue. Emilie : Pour ce qui est de l accompagnement, cela dépend de la disponibilité des jeunes, des familles et de la notre aussi. On essaie de ne pas travailler dans l urgence. On peut différer les demandes. GR : Le travail en partenariat est important pour vous, quels sont vos partenaires? Virginie : Il y a les maisons de quartier, les centres sociaux, les assistants sociaux, les éducateurs de l Aide Sociale à l Enfance, la mission locale, le centre d apprentissage, les collèges et les lycées et les éducateurs de la Sauvegarde 56. GR : Pouvez vous nous décrire un territoire? Virginie : Sur Lorient on est sur une typologie de quartier avec une priorité urbaine, ce qu on nomme ici les quartiers CUCS (Contrat Urbain de Cohésion Sociale). Ici c est le quartier Nord de Lorient. Il y a des équipes Bois du Château Kerguillette. L équipe de Lorient Sud, Kervénanec, n existe plus. On est missionné sur ces quartiers mais le service est en reconventionnement actuellement. Nous avons une mission d exploration sur le quartier Frébault mais sur une mission courte. Le fait de ne plus être sur un quartier peut faire ressurgir les problèmes, il faut être vigilant. Notre présence dans la durée facilite notre intervention «il faut du temps». Emilie : La durée sur le quartier permet d avoir de l appui sur la famille et de proposer des accompagnements éducatifs individualisés. On a connu les grands frères. GR : Actuellement le service de prévention spécialisée est également engagé dans une recherche -action sur la commune de Séné? Pouvez-vous nous en dire plus? Virginie : C est une recherche action sur 2 ans sur Séné à la demande de la Mairie qui se pose la question de l avenir de la jeunesse de Séné. L a mairie a fait appel à la Sauvegarde 56 pour

19 l aider à redéfinir ses axes de politique de la jeunesse et ce avec les outils de la prévention spécialisée. Ce n est pas dans l objectif d installer une équipe de prévention spécialisée. GR : Comment êtes vous confrontés aux réseaux sociaux utilisés par les jeunes. Virginie : Pas d usage à titre personnel mais les jeunes posent la question de savoir si la prev a un site, ou un blog ou un forum L anonymat étant prioritaire, la question ne se pose pas pour l instant. On voit bien que les jeunes y passent beaucoup de temps, peutêtre que dans un temps futur «faire de la rue sur internet» sera d actualité. Notre rôle est plus dans la prévention des dangers des réseaux sociaux. C est un des sujets de leurs discussions. La prévention spécialisée fait partie de l observatoire de la jeunesse à Lorient qui informe sur les réseaux sociaux. GR : Parlez- nous un peu des chantiers? Virginie : Il y a les chantiers «contre partie» pour les ans. Le travail du jeune lui permet d ouvrir un compte qui lui donnera accès à une sortie, à un cinéma Les chantiers rémunérés pour les plus de 16 ans, plutôt l été. Il est rémunéré à l heure. Toujours sur la base du volontariat. La médiation par l objet créé du lien, les supports sont variés, leurs cages d escalier, des bancs ou des réverbères à repeindre, réalisation d une caisse à savon, etc. Actuellement une caravane est en cours de restauration et servira de support d animation pour une autre association. GR : Dans ce service les professionnels n ont pas les mêmes formations initiales Et vous Virginie et Emilie, quelle formation avez-vous? Virginie : En effet les équipes sont pluridisciplinaires, ce qui leur permet d être des «touche à tout». Pour ma part, j ai un DEFA (Diplôme d Etat aux Fonctions de l Animation) et un Master 2 en ingéniérie des interventions sociales. Je suis plus issue de l animation. Emilie : Je suis éducatrice spécialisée et j ai un BEP de menuiserie, ce qui surprend mais c est un plus car j ai pu faire de la menuiserie dans la rue à Kervénanec. GR : Pouvez vous nous dire ce que vous aimez dans votre métier? Emilie : Pour moi la libre adhésion est une valeur

20 personnelle, elle facilite le contact, le jeune est partie prenante de son projet. Virginie : Pour moi il y a une grande diversité d actions à la Prévention spécialisée, une liberté de projets et d action, c est nous qui créons notre projet. Et puis la proximité avec les jeunes. Notre local prêté par la ville de Lorient est intéressant car il permet l anonymat, les passages sont informels d où la nécessité de la proximité du local dans les quartiers

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES (Arrondissement de NICE) REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE DRAP SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007 COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 Lecture est donnée du

Plus en détail

Réunion du réseau «Conseil Citoyen»

Réunion du réseau «Conseil Citoyen» Réunion de réseau «conseil citoyen». 15.01.2015. Compte rendu. L IREV a proposé une première réunion de réseau sur les conseils citoyens, à laquelle étaient invités les chefs de projet politique de la

Plus en détail

Le cadre général du point d étape...

Le cadre général du point d étape... Le cadre général du point d étape Les objectifs du point d étape L objectif général du point d étape, à 2 ans et à 4 ans, est d apprécier l avancement du projet et la tendance générale d évolution du quartier

Plus en détail

LES FORMATIONS DU RAPeL

LES FORMATIONS DU RAPeL LES FORMATIONS DU RAPeL Cycle 2015 Cycle de formations autour de l accompagnement social en matière d habitat à destination des acteurs du secteur du logement social et logement social assimilé et tout

Plus en détail

Compte-rendu du 19 octobre 2013

Compte-rendu du 19 octobre 2013 Compte-rendu du 19 octobre 2013 Rencontre-débat «Regards croisés des familles et des professionnels sur l accueil des tout-petits en milieu ordinaire» Avec le soutien de la Fondation Orange, la MAIF, le

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par :

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : REGLEMENT INTERIEUR Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : - le Code Général des Collectivités Territoriales La plupart des règles

Plus en détail

Maman Je t aime - Askip

Maman Je t aime - Askip Maman Je t aime - Askip (Badra, Selma, Médine, Yusra) Elle est ma mère, Elle est ma flamme, Oui mon bonheur, C'est elle qui m'a donné la vie, Elle est au plus profond de moi Oui elle fait partie de moi,

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC GUIDE À L USAGE DE L EMPLOYEUR LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC un partenaire incontournable dans l intégration réussie de votre main-d œuvre immigrante Visitez-nous au desjardins.com/caissedequebec Être

Plus en détail

AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu

AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu JEUX : Jeu des paires Quelles différences? E.P.S. : - jeu Jacques a dit - Chasse au trésor - Mise en place d un parcours ÉCOUTER, MEMORISER

Plus en détail

SAVOIR SUR LES TRAVAUX

SAVOIR SUR LES TRAVAUX KERENTRECH MARS > OCTOBRE 2015 Grandir la ville TOUT SAVOIR SUR LES TRAVAUX Grandir la ville Plus d infos sur http://triskell.lorient-agglo.fr Grandir la ville TRISKELL 2017, C EST PARTI! Avec le lancement

Plus en détail

LA REQUALIFICATION DE LA RÉSIDENCE EUCLIDE A TOURCOING INTERVENANTS

LA REQUALIFICATION DE LA RÉSIDENCE EUCLIDE A TOURCOING INTERVENANTS LA REQUALIFICATION DE LA RÉSIDENCE EUCLIDE A TOURCOING INTERVENANTS Maître d ouvrage : Vilogia - Assistance à maîtrise d ouvrage : Itaq Equipe de conception-réalisation - Architecte : Atelier Charles Renard

Plus en détail

Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon)

Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon) 12/06/2013 Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon) Coop alternatives 47, rue de la Garde 69005 Lyon - 06 48 03 74 14 - contact@coop-alternatives.fr This document

Plus en détail

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises Rester dynamique dans un contexte atypique 1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises industrielles, la Saône-et-Loire est aujourd hui un département en décroissance.

Plus en détail

Les connaissances économiques des Français. Novembre 2009

Les connaissances économiques des Français. Novembre 2009 Les connaissances économiques des Français Novembre 2009 Sommaire 1. Un quizz inédit pour mesurer les connaissances économiques des Français 2. Quel est le niveau de connaissances économiques des Français?

Plus en détail

Penser l aménagement de ma maison. La sécurité affective ou l assistant maternel vu comme un phare!

Penser l aménagement de ma maison. La sécurité affective ou l assistant maternel vu comme un phare! Penser l aménagement de ma maison L aménagement des espaces réservés aux enfants est le premier regard que le parent porte sur l accueil chez un assistant maternel. Lorsqu il est réfléchi, il constitue

Plus en détail

1 Concevoir et réaliser un projet de formation

1 Concevoir et réaliser un projet de formation 1 Concevoir et réaliser un projet de formation Nous présentons, dans ce chapitre, la méthodologie générale de conception et de réalisation d un projet de formation. La caisse à outils du formateur 2 1.1

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail

Travaux. Réalisés. Bloc sanitaire du camping. Travaux rue de Beaufort. Une deuxième jeunesse pour le cinéma Rex

Travaux. Réalisés. Bloc sanitaire du camping. Travaux rue de Beaufort. Une deuxième jeunesse pour le cinéma Rex La restructuration du bloc sanitaire du camping de Beaufort a été achevée avant la saison estivale 2008. Ces travaux, réalisés sous la maîtrise d œuvre du cabinet BERGERON, ont permis le remplacement des

Plus en détail

RAPPORT D ÉTUDE MAISON BEYLIER VARCES. L étude de marché. Résultats d Etude Maison Beylier - Varces. Testez la fiabilité de votre projet.

RAPPORT D ÉTUDE MAISON BEYLIER VARCES. L étude de marché. Résultats d Etude Maison Beylier - Varces. Testez la fiabilité de votre projet. RAPPORT D ÉTUDE MAISON BEYLIER VARCES L étude de marché Testez la fiabilité de votre projet 1 Sommaire Introduction... 3 Question 1/9... 4 Depuis combien de temps résidez-vous à Varces?... 4 Question 2/9...

Plus en détail

l économie sociale et solidaire, c est

l économie sociale et solidaire, c est l économie sociale et solidaire, c est 10 % des emplois en Rhône-Alpes et en France une grande diversité de secteurs professionnels et de métiers un champ sous-estimé de débouchés une autre façon de travailler

Plus en détail

La presse en ligne au service de la démocratie locale. Sylvain Parasie (Latts) & Jean-Philippe Cointet (INRA Sens)

La presse en ligne au service de la démocratie locale. Sylvain Parasie (Latts) & Jean-Philippe Cointet (INRA Sens) La presse en ligne au service de la démocratie locale Sylvain Parasie (Latts) & Jean-Philippe Cointet (INRA Sens) Les sciences sociales critiques du rôle démocratique de la presse locale. Nouveaux espoirs

Plus en détail

Dossier de presse. La Cantine Numérique de Saint-Brieuc

Dossier de presse. La Cantine Numérique de Saint-Brieuc Dossier de presse La Cantine Numérique de Saint-Brieuc Sommaire Préambule Attentes et besoins du territoire La Cantine Numérique de Saint Brieuc by Kreizenn Dafar Un espace physique 3 AXES FONDAMENTAUX

Plus en détail

Une liste des priorités de services. Un phasage pluriannuel des actions

Une liste des priorités de services. Un phasage pluriannuel des actions Jeudi 11 septembre 2008 FREHEL Kévin GABOREAU Mélina GENELOT Emilie LACLERGUE Alexia TOURNIS Sophie XIAO Peng Présenter: Pour: Une stratégie Une liste des priorités de services Un phasage pluriannuel des

Plus en détail

LE FUNAMBULE LES PROCHAINS TOURS DE PISTE

LE FUNAMBULE LES PROCHAINS TOURS DE PISTE 1 «Je n ai pas le temps de m arrêter pour penser à ma retraite. Je dois continuer à avancer pour ne pas tomber!» LE FUNAMBULE En équilibre au-dessus du vide! Le type funambule a devant lui un rêve lointain,

Plus en détail

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le Comité Départemental d Éducation à la santé des Bouches du Rhône (Co.D.E.S 13) met en œuvre des actions de promotion et d éducation pour la

Plus en détail

2015-2016-2017. Entre,

2015-2016-2017. Entre, Convention n Relative aux contributions respectives de l association «Jeunesse et Cultures», des Communes de Charmes, Thaon-les-Vosges et du Conseil général des Vosges à des actions dites de prévention

Plus en détail

Travail comparatif des chartes de l'animation socioculturelle

Travail comparatif des chartes de l'animation socioculturelle Travail comparatif des chartes de l'animation socioculturelle Module E10 Avril 2015 Anouche Haroutunian Sara Karlen Natacha Petrocchi Laura Hernandez Seco Tableau synoptique La CESASC, Animation socioculturelle

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?...

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?... SOMMAIRE I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions 1 Quelles ont été les évolutions importantes du métier d ATSEM?... 15 2 Comment devient-on ATSEM?... 16 3 L obtention du CAP Petite Enfance

Plus en détail

Communiqué Du 25 octobre 2013

Communiqué Du 25 octobre 2013 Communiqué Du 25 octobre 2013 DÉPART D ÉLISABETH Bonjour à vous tous et toutes, Depuis février dernier, j ai eu la chance de faire de beaux apprentissages et de belles rencontres au sein du CPE-BC Québec

Plus en détail

AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER

AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER 09-11 AOUT 2011 27/10/2011 1 27/10/2011 2 Introduction

Plus en détail

Intervenir à domicile

Intervenir à domicile Union Départementale des Associa ons Familiales Loire Intervenir à domicile en faveur de l enfant et de sa famille Jeudi 14 mars 2013 Au Flore à Saint Etienne Le séminaire dans ses grandes lignes! Sommaire

Plus en détail

Intégration...quels nouveaux défis aujourd'hui? Démarche initiée sur le territoire nantais

Intégration...quels nouveaux défis aujourd'hui? Démarche initiée sur le territoire nantais Intégration...quels nouveaux défis aujourd'hui? Cycle de qualification -ORIV Strasbourg 15 janvier 2015 Démarche initiée sur le territoire nantais Intervention de P. Rigollier Contexte Organisation Positionnement

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

Baromètre 2013 des relations entre associations et collectivités locales Résultats d étude. Pôle Marketing Collectivités Locales

Baromètre 2013 des relations entre associations et collectivités locales Résultats d étude. Pôle Marketing Collectivités Locales Baromètre 2013 des relations entre associations et collectivités locales Résultats d étude Pôle Marketing Locales 1 Sommaire Objectifs et Méthodologie p.3 Structure de l échantillon p.4 Synthèse p.5 Résultats

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

quels partenariats possibles? www.iae-aquitaine.org

quels partenariats possibles? www.iae-aquitaine.org IAE et entreprises : quels partenariats possibles? www.iae-aquitaine.org Les SIAE, partenaires de votre politique RH Vous recherchez des compétences et des profils pour vos besoins en recrutement Collaborer

Plus en détail

RELEVÉ DE NOTES DU SÉMINAIRE SERVICE CIVIQUE DU 23 SEPTEMBRE 2014

RELEVÉ DE NOTES DU SÉMINAIRE SERVICE CIVIQUE DU 23 SEPTEMBRE 2014 PRÉFET DE LA RÉGION RHONE-ALPES Direction Régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale Pôle Développement Social Territorial Service Jeunesse, Éducation Populaire et Vie Associative.

Plus en détail

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité.

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. 1 vous êtes collectivité : Collectivité territoriale Administration

Plus en détail

Assemblée du 14 mars 2015

Assemblée du 14 mars 2015 Animation : Gabrielle Compte-rendu : Camille Assemblée du 14 mars 2015 au Collège de Maisonneuve 3800 rue Sherbrooke Est 5 participantes et participants, 1 observateur. Début de l assemblée à 13h20. Tour

Plus en détail

Nom de l institution... Numéro de l institution (N o FOS ou ne pas compléter) Numéro attribué au collaborateur (par l ISGF) M0.2

Nom de l institution... Numéro de l institution (N o FOS ou ne pas compléter) Numéro attribué au collaborateur (par l ISGF) M0.2 Nom de l institution... Numéro de l institution (N o FOS ou ne pas compléter) M0.1 Numéro attribué au collaborateur (par l ISGF) M0.2 Enquête 3 7 avril 2006 Questionnaire: satisfaction et épuisement des

Plus en détail

COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY

COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY Plateforme mobilité Transport et qualité de service Ce projet se construit autour de cinq dispositifs : le dispositif mobilité «IMAGINE» qui propose une plateforme mobilité,

Plus en détail

La réussite éducative

La réussite éducative La réussite éducative Sommaire Éditorial de Dominique Dubois...3 Réussir à l école...4 La réussite éducative...6 La mise en place d un projet local de réussite éducative...7 Les équipes pluridisciplinaires

Plus en détail

Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION. Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété

Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION. Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété Socotec en quelques mots 3 valeurs d engagement + 5 métiers structurants + 7 aes stratégiques

Plus en détail

Recherche qualitative : L usage des technologies de communication sur internet

Recherche qualitative : L usage des technologies de communication sur internet Recherche qualitative : L usage des technologies de communication sur internet Rolf Wipfli Juin 2007 1. Introduction Méthodologies de Recherche en Technologies Éducatives TECFA Université de Genève Le

Plus en détail

LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS

LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS Les accidents du trport routier de voyageurs Chapitre 6 LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS En 2000, le trport routier de voyageurs est une activité où le risque d'accident de travail avec

Plus en détail

QUESTIONNAIRE POUR MESURER LES ATTENTES DES FAMILLES. Enfance & Jeunesse

QUESTIONNAIRE POUR MESURER LES ATTENTES DES FAMILLES. Enfance & Jeunesse Commune en partenariat avec la CAF de Villefranche-sur-Saône QUESTIONNAIRE POUR MESURER LES ATTENTES DES FAMILLES Enfance & Jeunesse OBJECTIF : Mesurer les attentes des familles en matière d offre de service

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

Diplôme Universitaire

Diplôme Universitaire Création : Plan Créatif Corporate - Réalisation : Pellicam productions - Impression : Grenier - Avril 2013 Crédits photo : Jean Moulin, Didier Adam, Diane Grimonet. Diplôme Universitaire Le Diplôme universitaire

Plus en détail

COMPTE RENDU DE REUNION. Assises du développement des îles du Sud. Commission : Insertion par l activité économique.

COMPTE RENDU DE REUNION. Assises du développement des îles du Sud. Commission : Insertion par l activité économique. 2009 MERCREDI 06 MAI Assises du développement des îles du Sud Commission : Insertion par l activité économique COMPTE RENDU DE REUNION Présidée par Monsieur Jacques CORNANO Maire de Saint-Louis de Marie-Galante

Plus en détail

La Caf comptait, au 31 décembre 2012, 260 374 allocataires. En intégrant les personnes à charge

La Caf comptait, au 31 décembre 2012, 260 374 allocataires. En intégrant les personnes à charge L ESSENTIEL Le Système d Information Géographique de la Caf : un outil en ligne pour connaître les données les plus récentes sur la population allocataire du département La Caf comptait, au 31 décembre

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Intervention PREFAS journée CNAM 14 octobre 2011. «De la diversité et de l intérêt des PREFAS» Chantal Goyau

Intervention PREFAS journée CNAM 14 octobre 2011. «De la diversité et de l intérêt des PREFAS» Chantal Goyau Intervention PREFAS journée CNAM 14 octobre 2011 2 e table ronde : savoirs professionnels savoirs académiques «De la diversité et de l intérêt des PREFAS» Chantal Goyau La circulaire de la DGAS du 6 mars

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

IDENTITÉ NUMÉRIQUE ET E-RÉPUTATION

IDENTITÉ NUMÉRIQUE ET E-RÉPUTATION Parce qu Internet est un espace public où les données publiées non protégées sont accessibles à tous, voici des conseils pour gérer au mieux votre image sur Internet! IDENTITÉ NUMÉRIQUE ET E-RÉPUTATION

Plus en détail

Colloque Identités, Partenariats et Financements. Financements privés

Colloque Identités, Partenariats et Financements. Financements privés Colloque Identités, Partenariats et Financements Financements privés Aurore Bui, Softweb, Consultante en Innovation sociale aurore.bui@yoursoftweb.org 11 Juin 2015 Quelles attentes envers les entreprises?

Plus en détail

RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines?

RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines? RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines? Animatrice : Ancienne élève administrateur territorial INET-CNFPT,

Plus en détail

DOSSIER FLASH «ASK.FM»

DOSSIER FLASH «ASK.FM» DOSSIER FLASH «ASK.FM» Les élèves nous parlent de plus en plus de ce réseau social qui se nomme «Ask.fm», à ne pas confondre avec le moteur de recherche «Ask». Selon les dires des jeunes que nous rencontrons,

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

CALCUL DES INDEMNITES DES ELUS

CALCUL DES INDEMNITES DES ELUS CALCUL DES INDEMNITES DES ELUS INDEMNITES DE FONCTION DES MAIRES (Article L.2123-23 du Code général des collectivités territoriales) Les indemnités maximales votées par les conseils municipaux pour l exercice

Plus en détail

www.culture-a-vie.com

www.culture-a-vie.com DOSSIER DE PRÉSENTATION Une solution contre la NON-TRAITANCE des personnes âgées Voir le clip www.non-traitance.com De l ambition culturelle et de loisirs pour les aînés Contact informations Carine Jondeau,

Plus en détail

Le Codéveloppement pas n importe comment!

Le Codéveloppement pas n importe comment! La Lettre du CoDévelloppement Lettre d'information Du Centre Européen du Codéveloppement professionnel et managérial www.cecodev.fr Le Codéveloppement pas n importe comment! Les dangers du succès Le Codéveloppement

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE

EDUCATEUR SPECIALISE EDUCATEUR SPECIALISE PROTOCOLE DE DISPENSE ET D ALLEGEMENT DE FORMATION Les principes Les allègements de formation et les dispenses de domaines de formation sont définis par les articles 8, 9, 10 et 11

Plus en détail

BILAN SOCIETAL DE L ACCORD DE NOUMÉA

BILAN SOCIETAL DE L ACCORD DE NOUMÉA BILAN SOCIETAL DE L ACCORD DE NOUMÉA L accord de Nouméa à déjà 11 ans durant lesquels les mutations profondes et irréversibles ont touché ce pays. Faire le bilan de l accord c est regarder globale et lire

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Tableau récapitulatif de l analyse fréquentielle

Tableau récapitulatif de l analyse fréquentielle Tableau récapitulatif de l analyse fréquentielle Très Plutôt Quelque Ni Quelque Plutôt Très TOTAL peu ni peu 1. L utilité du d inclure le contexte dans la note de stratégie 4% 4% 4% 8% 64% 16% 100% 2.

Plus en détail

Bac Pro S.P.V.L. Services de Proximité et Vie Locale Arrêté de création du 11/05/05. diaporama réalisé par C Armagnac et S Meunier

Bac Pro S.P.V.L. Services de Proximité et Vie Locale Arrêté de création du 11/05/05. diaporama réalisé par C Armagnac et S Meunier Bac Pro S.P.V.L Services de Proximité et Vie Locale Arrêté de création du 11/05/05 diaporama réalisé par C Armagnac et S Meunier Partenaires ayant participé aux travaux de la 20ème CPC DIV division interministérielle

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

C o n s e i l L o c a l d e S é c u r i t é e t d e P r é v e n t i o n d e l a D é l i n q u a n c e V I L L E D E L Y O N

C o n s e i l L o c a l d e S é c u r i t é e t d e P r é v e n t i o n d e l a D é l i n q u a n c e V I L L E D E L Y O N C o n s e i l L o c a l d e S é c u r i t é e t d e P r é v e n t i o n d e l a D é l i n q u a n c e V I L L E D E L Y O N Assurer la complémentarité entre la prévention, la répression et la solidarité

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

MÉMOIRE DU P.A.R.I. ST-MICHEL PRÉSENTÉ DANS LE CADRE DES CONSULTATIONS PUBLIQUES DE L OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL SUR LE TRAITEMENT

MÉMOIRE DU P.A.R.I. ST-MICHEL PRÉSENTÉ DANS LE CADRE DES CONSULTATIONS PUBLIQUES DE L OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL SUR LE TRAITEMENT MÉMOIRE DU P.A.R.I. ST-MICHEL PRÉSENTÉ DANS LE CADRE DES CONSULTATIONS PUBLIQUES DE L OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL SUR LE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES. MONTRÉAL, LE 24 NOVEMBRE 2011

Plus en détail

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Observatoire de l emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Décembre 2010 Rapport sur la mise en œuvre

Plus en détail

SOMMAIRE. 4 Différentes modalités d utilisation p 19 4.1 En groupe p 19 4.2 En individuel p 20

SOMMAIRE. 4 Différentes modalités d utilisation p 19 4.1 En groupe p 19 4.2 En individuel p 20 GUIDE PEDAGOGIQUE DE L ACCOMPAGNATEUR ZOOM 2 CHOOSE 1 SOMMAIRE Qu est-ce que Zoom2Choose (Z2C)? 1. L outil p.3, 4 1.1 Quels sont les objectifs de l outil? p 5 1.2 Description de Z2C : - Parcours dans l

Plus en détail

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE Le guide INFOS PRATIQUES w Mon conseil citoyen Secteur :... w Mon co-animateur élu est :... Ses coordonnées :... w Mon co-animateur habitant est :... Ses coordonnées

Plus en détail

Questionnaire V2 : Le locatif privé dans le Grand Clermont

Questionnaire V2 : Le locatif privé dans le Grand Clermont Questionnaire V2 : Le locatif privé dans le Grand Clermont Bonjour, je m appelle Mme Intel du cabinet d études «Nouveaux Armateurs», je réalise une enquête sur les loyers privés à la demande du Grand Clermont

Plus en détail

Représentations et pratiques des éducatrices de la petite enfance face à la maltraitance infantile dans le canton de Vaud

Représentations et pratiques des éducatrices de la petite enfance face à la maltraitance infantile dans le canton de Vaud Représentations et pratiques des éducatrices de la petite enfance face à la maltraitance infantile dans le canton de Vaud Quelques réflexions issues de la recherche : «Maltraitance infantile (MI) et coordination

Plus en détail

Appel à Projet unique Contrat de ville intercommunal de Ouest Provence pour 2015

Appel à Projet unique Contrat de ville intercommunal de Ouest Provence pour 2015 Appel à Projet unique Contrat de ville intercommunal de Ouest Provence pour 2015 1 1) Le contexte institutionnel : Conformément à la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine promulguée

Plus en détail

Lignes directrices Conseil national des secteurs du SCFP

Lignes directrices Conseil national des secteurs du SCFP Lignes directrices Conseil national des secteurs du SCFP 1. But Le travail par secteur s effectue de nombreuses façons au SCFP, mais les structures des secteurs ne profitent pas d un forum national qui

Plus en détail

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Chantier à Lièpvre - Entreprise COLMAR CHARPENTES (Colmar) - MÉTIERS DE LA CHARPENTE - OCTOBRE 2012 1 1. L emploi 594 charpentiers en

Plus en détail

Solidaires face à la violence faite aux femmes

Solidaires face à la violence faite aux femmes Solidaires face à la violence faite aux femmes Femmes de la francophonie en contexte minoritaire : Solidaires face à la violence faite aux femmes Alliance de la francophonie canadienne Table des matières

Plus en détail

Fausta Genazzi, Paola Delai, Anna Morisoli, Joelle Codina

Fausta Genazzi, Paola Delai, Anna Morisoli, Joelle Codina Antonella Invernizzi, La vie quotidienne des enfants travailleurs : Stratégies de survie et socialisation dans les rues de Lima, L Harmattan 2001, Paris (extraits des chapitres 4&5) Plan de la présentation

Plus en détail

Projet de Protocole d'accord relatif au contrat de génération (Document de travail)

Projet de Protocole d'accord relatif au contrat de génération (Document de travail) UCANSS Réunion paritaire du 23 avril 2013 Projet de Protocole d'accord relatif au contrat de génération (Document de travail) 1 Entre, d une part, - l Union des caisses nationales de sécurité sociale,

Plus en détail

EMPLOI - FORMATION. Une porte s ouvre sur votre avenir. www.midipyrenees.fr

EMPLOI - FORMATION. Une porte s ouvre sur votre avenir. www.midipyrenees.fr EMPLOI - FORMATION Une porte s ouvre sur votre avenir www.midipyrenees.fr Un projet régional, un ancrage local Gourdon LOT Figeac Decazeville Rodez Auch GERS L'isle-Jourdain Tarbes Bagnèrede-Bigorre HAUTE-

Plus en détail

ça sa ÇA HOMOPHONES LES EXERCICES DE FRANÇAIS DU CCDMD www.ccdmd.qc.ca Homophones grammaticaux de catégories différentes

ça sa ÇA HOMOPHONES LES EXERCICES DE FRANÇAIS DU CCDMD www.ccdmd.qc.ca Homophones grammaticaux de catégories différentes GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES ÇA HOMOPHONES SA 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes ça sa ça : pronom démonstratif qui veut dire cela. On peut le remplacer par cela. Ça ne signifie

Plus en détail

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec

Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Enquête sur les cliniques médicales privées au Québec Annexe technique à la Note Économique «La médecine privée au Québec» publiée par l Institut économique de Montréal le 5 décembre 2013 Dans le cadre

Plus en détail

02/04/2012 23:55. Bonjour Madame Lavagne. Où en est le projet Bien-Etre? Est-ce que le CNDP l a imprimé? Je serais très heureux de voir le résultat.

02/04/2012 23:55. Bonjour Madame Lavagne. Où en est le projet Bien-Etre? Est-ce que le CNDP l a imprimé? Je serais très heureux de voir le résultat. From: ANNE LAVAGNE Sent: Friday, January 27, 2012 5:23 PM To: Cc: CHRISTINE MORRISON ; BENEDICTE ROBERT ; CATHERINE MARMIESSE ; MARTINE CARN ; ANNE REBEYROL Subject: RE: Piscine avec maître-nageur Bonjour,

Plus en détail

Contribution des Jeunes Européens-France au livre vert sur la promotion de la mobilité des jeunes à des fins d apprentissage

Contribution des Jeunes Européens-France au livre vert sur la promotion de la mobilité des jeunes à des fins d apprentissage Contribution des Jeunes Européens-France au livre vert sur la promotion de la mobilité des jeunes à des fins d apprentissage La contribution apportée par les Jeunes Européens-France se base : - D une part

Plus en détail

Projet ALPHA. Mesure des perceptions de l environnement, du transport actif et de l activité physique Version longue

Projet ALPHA. Mesure des perceptions de l environnement, du transport actif et de l activité physique Version longue Numéro de participant : Projet ALPHA Mesure des perceptions de l environnement, du transport actif et de l activité physique Version longue Nous souhaiterions en savoir un peu plus sur ce que vous pensez

Plus en détail

Bien préparer votre projet de création de site Web ou de boutique e-commerce

Bien préparer votre projet de création de site Web ou de boutique e-commerce Bien préparer votre projet de création de site Web ou de boutique e-commerce Pour aborder la création de votre site web, vous devez vous posez ces questions qui, en fin de compte, vous permettront de mieux

Plus en détail

LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION?

LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION? DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION? AVIS N 10.01 Présenté par la Commission «Citoyenneté, solidarité, mobilité» du CONSEIL

Plus en détail

Jeudi 4 juin 2015 Ville de Rennes (DQNE) / Bertrand Gaudin Participation et renouvellement urbain USH / Resoville Le Musée Ephémère du Balleroy

Jeudi 4 juin 2015 Ville de Rennes (DQNE) / Bertrand Gaudin Participation et renouvellement urbain USH / Resoville Le Musée Ephémère du Balleroy Jeudi 4 juin 2015 Ville de Rennes (DQNE) / Bertrand Gaudin Participation et renouvellement urbain USH / Resoville Le Musée Ephémère du Balleroy Un projet culturel pour faire vivre le projet urbain Le contexte

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX DES SENTIERS BOIS DU MOLLARD. Date : 18/06/2015 Evénement : Reconnaissance Lieu : Bois du Mollard Chartreuse - Isère

ÉTAT DES LIEUX DES SENTIERS BOIS DU MOLLARD. Date : 18/06/2015 Evénement : Reconnaissance Lieu : Bois du Mollard Chartreuse - Isère ÉTAT DES LIEUX DES SENTIERS BOIS DU MOLLARD Date : 18/06/2015 Evénement : Reconnaissance Lieu : Bois du Mollard Chartreuse - Isère CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES Nom de l événement : Reconnaissance de terrain

Plus en détail

3. Pouvez-vous décrire en quelques mots ce qu est, selon vous, une donnée de santé sensible? (Question ouverte non obligatoire)

3. Pouvez-vous décrire en quelques mots ce qu est, selon vous, une donnée de santé sensible? (Question ouverte non obligatoire) Parler de santé sur le web, quel(s) risque(s)? Ce sondage est destiné à recueillir l opinion des personnes publiant ou ayant publié un ou plusieurs éléments concernant leur santé ou celle d un proche sur

Plus en détail