DIAGNOSTIC ORGANISATIONNEL ET FINANCIER DU RESEAU DE LUTTE CONTRE LA TRAITE DES ENFANTS AU TOGO (RELUTET) RAPPORT FINAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIAGNOSTIC ORGANISATIONNEL ET FINANCIER DU RESEAU DE LUTTE CONTRE LA TRAITE DES ENFANTS AU TOGO (RELUTET) RAPPORT FINAL"

Transcription

1 DIAGNOSTIC ORGANISATIONNEL ET FINANCIER DU RESEAU DE LUTTE CONTRE LA TRAITE DES ENFANTS AU TOGO (RELUTET) RAPPORT FINAL Lomé, Mai 2013 J STANDARD Etudes & Consultations - Stratégie et Organisation - Innovations et Développement - Analyse financière - Plan d affaires - Renforcement des capacités - Comptabilité & Fiscalité - Ressources Humaines - Outsourcing. Tél : (+228) / BP : Lomé Togo /

2 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 2 sur 34 Sommaire RESUME... 4 I- CONTETE DU DIAGNOSTIC ORGANISATIONNEL Contexte et justification du diagnostic Objectifs du diagnostic Objectif général Objectifs spécifiques... 7 II- DEMARCHE METHODOLOGIQUE DU DIAGNOSTIC... 8 III- CONTETE INSTITUTIONNEL ET ORGANISATIONNEL DU RELUTET Présentation du RELUTET Statut juridique et les membres Les organes de gestion Assemblée Générale Conseil d Administration Coordination Vision, mission, objectifs et stratégies Vision Mission Objectifs Stratégies L organisation comptable Les ressources financières Les subventions Les cotisations Les ressources informatiques et matérielles Les réalisations La documentation, les systèmes et/ou procédures...17 IV- ANALYSE ORGANISATIONNELLE DU RELUTET...19

3 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 3 sur Vision Mission Leadership et style de management Systèmes comptables, procédures administratives et financières Ressources Ressources humaines Ressources financières Ressources matérielles et informatiques Stratégies opérationnelles Stratégie genre Les services rendus aux membres et leur perception Perception du partenaire UNICEF Partenariat et réseautage Communication Opportunités et menaces...24 V- RECOMMANDATIONS GENERALES ET SUGGESTIONS...24 CONCLUSION...25 TABLEAU...26 Tableau N 1 : Résumé de l analyse institutionnelle du RELUTET (voir Page 4)...27 Tableau N 2 : Liste du personnel pris à charge par les partenaires (voir Page 15)...27 Tableau N 3 : Liste du personnel volontaire pris à charge par les partenaires (voir page 15)...27 Tableau N 4 : Principaux projets et activités exécutés ou subventions reçues (voir page 18)...27 Tableau N 5 : Audit documentaire (voir page 19)...27 ANNEES...28 Annexe I : Liste des acronymes...29 Annexe II : Liste des personnes enquêtées...30 Annexe III : Liste des membres du Conseil d Administration...31 Annexe IV : Liste des associations/ong membres du RELUTET...32 Annexe V : Termes de référence de la mission...34

4 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 4 sur 34 RESUME Un des axes autour desquels les actions du PASCRENA s articulent est le renforcement de la société civile. Le résultat attendu lié à cet axe d intervention est de voir les organisations de la société civile renforcées et professionnalisées. Ainsi, le partenariat avec le RELUTET ne peut se concrétiser sans avoir une image de sa situation organisationnelle présente. C est dans ce cadre que le présent diagnostic a été commandé et réalisé. Notre méthodologie a consisté à effectuer des entretiens individuels et collectifs au sein du personnel, des associations membres, du CA et des partenaires pour la collecte d informations afin de procéder à une analyse. Les informations recueillies montrent que le RELUTET est un grand réseau unique au Togo en matière de lutte contre la traite des enfants. Il est doté de plusieurs organes de gestion qui sont fonctionnels. Ses partenaires techniques et financiers ont donné des appréciations positives sur sa gestion. Il mène des activités internes et transfrontalières. L analyse institutionnelle ainsi faite du RELUTET nous donne les résultats résumés dans le tableau ci-dessous. Tableau N 1 : Résumé de l analyse institutionnelle du RELUTET. Forces Faiblesses Existence d un siège Détention d un agrément / reconnaissance officielle Séparation des pouvoirs Coordination dirigée par une femme Obtention d un récépissé de reconnaissance officielle comme critère d adhésion Appartenance à d autres réseaux et plateformes Partenariat solide avec l UNICEF et Plan Togo Personnel qualifié et dévoué pour la cause des enfants Existence d une vision partagée Style de management de type participatif Existence de procédures administratives et financières Pas de politique systématique en approche genre Absence de logiciel de gestion comptable Insuffisance des capacités dans les domaines tels que : Suivi-évaluation des projets basé sur la GAR, Mobilisation des ressources financières, Pilotage d un logiciel comptable, Gestion et actualisation du site web du réseau, Utilisation de Microsoft Access comme base de données Contrat de travail à durée déterminée d un an renouvelé plus de quatre (4) fois pour le même employé Surcharge du personnel (la Coordinatrice) Absence de politique salariale Insuffisance de feedback vers la coordination

5 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 5 sur 34 Existence d un plan stratégique Bonne tenue et accessibilité des documents financiers de base (cahier de caisse, inventaires de caisse, les pièces comptables avec les justificatifs des dépenses classés, suivi des cotisations, rapprochements bancaires, relevés bancaires, etc). Opportunités Manque d autonomie financière / insuffisance des cotisations des membres Contrôle peu effectif des actions du CA dû à l inactivité d un commissaire au compte Inexistence de moyens de déplacement pour le personnel exécutif Insécurité informatique et particulièrement l inexistence d une mémoire de sauvegarde externe des données informatiques Inexistence d un compte bancaire spécial pour les fonds propres Absence d un plan comptable Non production de situation financière mensuelle Pas de stratégie claire de mobilisation de fonds Inexistence d un système de suivi-évaluation de projets basé sur la GAR Inexistence d un manuel de mobilisation des ressources. Menaces Partenariat avec Plan Togo et l UE Partenariat avec l UNICEF Partenariat avec le SCAC et le PASCRENA Partenariat avec le BIT/IPEC Partenariat avec le PROVONAT Partenariat avec Carrefour International Partenariat avec Projects Abroad L adhésion des bailleurs à la mission telle que définie Appartenance au réseau national et sous régional Présence de structures étatiques et non étatiques : BIT, Union Européenne, Etats- Unis d Amérique. Manque d autonomie financière Situation socio-économique et politique du Togo Hésitation des bailleurs à travailler avec le Togo Les recommandations et suggestions issues du diagnostic sont les suivantes :

6 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 6 sur 34 Vision du RELUTET - Poser à la salle de réception, un poster montrant les termes de la vision du RELUTET. Fonctionnement des organes de gestion - Procéder au remplacement du commissaire aux comptes désigné par l association LA COLOMBE afin que celle-ci se joigne au CENTRE KEKELI pour renforcer le contrôle du CA. Vie associative - Instaurer une journée intitulée «AUTONOMIE FINANCIERE DU RELUTET» durant laquelle il sera discuté des stratégies de mobilisation des fonds propres pour le réseau. - Elaborer un plan de communication - Installer un forum sur internet afin de faciliter la communication entre les membres - Mettre en place un espace sur le site du RELUTET accessible à tous les membres pour le dépôt des rapports d activités trimestriels pour la cause de la transparence afin d attirer les bailleurs. Systèmes comptables - Mettre en place un plan comptable conforme au SYSCOHADA - Acquérir un logiciel de comptabilité pour les besoins de sécurité et la mise à disposition des informations comptables pertinentes - Mettre en place la comptabilité basée sur le principe de la double écriture (Emploi Ressource). Ressources - Ouverture d un compte spécial pour les fonds propres en dehors des comptes dédiés aux apports des partenaires financiers - Transformer le personnel existant en personnel permanent afin d éviter toutes interprétations liées aux dispositions de la loi du travail et éviter les fuites de compétences - Recruter un Spécialiste en Suivi-Evaluation Chargé de la formation - Renforcer le personnel au niveau des insuffisances décelées dans leurs capacités à savoir : Suivi-évaluation des projets basés sur la GAR, Mobilisation des ressources financières, Pilotage d un logiciel comptable, Gestion et actualisation du site web du réseau, Utilisation de Microsoft Access comme base de données. - Elaborer un plan de mobilisation de ressources financières - Equiper la coordination d une voiture et d une moto pour les besoins de coordination - Equiper la coordination d un système de sauvegarde des informations qui peut être des CD, des DVD, ou des disques durs externes pour la sauvegarde mensuelle et sécurisé. Sécurité - Equiper le siège du RELUTET en extincteurs et procéder à la formation du personnel en sorte qu il puisse les utiliser en cas d urgence. - Procéder au recrutement d un deuxième gardien pour le relai.

7 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 7 sur 34 Genre - Intégrer la promotion du genre dans les axes stratégiques. I- CONTETE DU DIAGNOSTIC ORGANISATIONNEL 1.1. Contexte et justification du diagnostic Financé par le e FED, le Projet d Appui à la Société Civile et à la Réconciliation Nationale (PASCRENA) a pour objectif global de «promouvoir la participation de la société civile aux processus de développement, de démocratisation et de réconciliation nationale». L un des quatre axes autour desquels les actions du PASCRENA s articulent est le renforcement de la société civile. Le résultat attendu lié à cet axe d intervention est de voir les organisations de la société civile renforcées et professionnalisées. En effet, l appui du PASCRENA à une organisation de la société civile en lien avec le renforcement des capacités ne peut se faire sans faire une analyse situationnelle. En général, les organisations souffrent parfois d affections plus ou moins malignes qui peuvent se loger, entre autres, dans la structure organisationnelle, dans les communications ou dans le climat de travail. En un temps record, c est l environnement, tant physique que psychologique de tout le capital humain qui est affecté concourant ainsi à l altération de la performance de l organisation. Le diagnostic aura pour objectif de révéler les forces et les faiblesses de l organisation en vue de relancer sa performance. Ainsi, le présent audit organisationnel vient à point nommé pour le Réseau de Lutte contre la Traite des Enfants au Togo (RELUTET) qui l a d ailleurs sollicité Objectifs du diagnostic Les objectifs de l audit organisationnel du RELUTET sont de deux ordres : Objectif général L objectif général de cette étude est de contribuer au renforcement institutionnel et professionnel du RELUTET Objectifs spécifiques Les objectifs spécifiques de l étude diagnostic consistent à déterminer les capacités de gestion (forces et faiblesses), les opportunités et les menaces du RELUTET en focalisant les recherches sur les éléments suivants : - L organisation comptable ; - Le processus de prise de décision ; - La validité des mandats associatifs ; - Les ressources propres au regard de la responsabilité collective des membres ;

8 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 8 sur 34 - Les bilans passés ; - L organisation interne du point de vue gestion des ressources et la communication au sein du réseau ; - Les relations avec les partenaires. II- DEMARCHE METHODOLOGIQUE DU DIAGNOSTIC Pour atteindre les objectifs spécifiés ci-dessus, la démarche méthodologique adoptée pour le diagnostic organisationnel du RELUTET a été caractérisé par une approche participative et collaborative. Le modèle ayant servi de base à la présente étude est le modèle intégré d organisation (MIO) de MDF, une organisation néerlandaise de formation et de conseils en management dont l objectif est de contribuer à une gestion améliorée des organisations responsables du financement ou de la mise en œuvre des interventions de développement. Ce modèle MDF est schématisé comme suit : MISSION Stratégie Contexte socioéconomique et politique Ressources Structure ORGANISER Systèmes Produits / Services Style de management Culture, Personnel Relations extérieures spécifiques, (clients, bénéficiaires, fournisseurs, prestataires ) A partir de ce modèle nous déduisons les acteurs et facteurs qui affectent le fonctionnement d une organisation et avons élaboré les outils y afférents en vue de la collecte des données pour procéder à des analyses. Les techniques de collecte suivantes ont été utilisées à savoir l analyse documentaire, l analyse quantitative, l analyse qualitative et les observations. Ces différentes techniques de collecte de données auront pour supports (outils de collecte) : le questionnaire, le guide d entretien et la grille d observation. Ainsi, il y a eu une série d entretiens :

9 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 9 sur 34 - Entretiens avec la Coordinatrice pour apprécier ses capacités de gestion de projet et des ressources qui lui sont confiées, les rapports de la coordination avec les associations membres, les mandats associatifs, le partenariat et apprécier la structuration et le fonctionnement du RELUTET ; - Entretiens individuels avec les autres membres du personnel du RELUTET. Ces échanges ont permis de comprendre le leadership en place, le respect des procédures, l organisation et l exécution des activités quotidiennes en se basant sur leurs fiches de poste, les ressources déployées, les relations entre le personnel et les élus, les conditions et le climat du travail ; - Entretiens avec trois (3) associations membres du RELUTET à savoir ODIAE, CAE et RADI. Ces rencontres ont permis d apprécier les mandats associatifs, la satisfaction des membres par rapport aux services rendus par la coordination et leur vision ou l image qu ils se font de leur réseau dans les années qui viennent ; - Entretien avec le Président du CA pour apprécier le fonctionnement des organes de gestion, son appréciation sur la coordination, sa vision future du RELUTET ; - Entretien avec un des bailleurs à savoir l UNICEF sur la qualité des prestations en rapport avec les projets qu il finance de même que les conditions de continuation de son appui technique et financier au RELUTET ; La liste des personnes enquêtées se trouvent en annexe. Par ailleurs, nous avons procédé à une revue et à un audit documentaires. L audit documentaire nous a permis de vérifier l existence et la qualité des documents administratifs et financiers de même que leur organisation et l existence des manuels de procédures. Nous avons aussi parcouru les pièces comptables en vue de vérifier la mise en application des procédures, les rapports d activités et/ou bilans à l endroit des membres et/ou des bailleurs de même que les rapports de missions similaires (rapport d audit financier certifié, etc.) effectués antérieurement. Les domaines/documents audités se trouve au Tableau N 5. Les observations effectuées sur place ont été également prises en compte. III- CONTETE INSTITUTIONNEL ET ORGANISATIONNEL DU RELUTET 3.1. Présentation du RELUTET Le RELUTET est la faîtière des associations de lutte contre la traite des enfants au Togo. Son siège se trouve à Lomé au quartier Djidjolé. Son adresse est la suivante : Adresse postale : B.P. : Lomé Togo Téléphone : / Site web :

10 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 10 sur Statut juridique et les membres Le réseau a été créé à l issue d un atelier régional tenu à Grand Bassam en Côte d ivoire en décembre 2002 par un noyau d ONG à savoir WAO Afrique, Terre des Hommes, La Colombe et AHUEFA. Le RELUTET compte aujourd hui quarante-cinq (45) membres répartis sur l ensemble du territoire togolais. Ses membres sont tous des associations et/ou ONG. La liste des membres du RELUTET se trouve en annexe. En ce qui concerne son statut juridique, le RELUTET a été créé à titre d association conformément à la loi N du 1 er juillet Son récépissé le reconnaissant officiellement comme association date du 19 mars Le RELUTET est membre du FODDET et du réseau sous régional ouest-africain de lutte contre la traite des enfants Les organes de gestion Le RELUTET est administré et géré par quatre (4) organes. Il s agit d une Assemblée Générale, d un Conseil d Administration qui sont les organes d orientation, de la Coordination qui est l organe d exécution et un organe de contrôle, le Commissariat aux comptes. L organigramme schématique des organes de gestion du RELUTET est présenté ci-dessous. Assemblée Générale Commissariat aux comptes Conseil d Administration Coordination Assemblée Générale L AG est composée des associations et ONG membres. L AG se tient tous les deux (2) ans. L AG est chargée de : - Examiner, amender les politiques et orientations du RELUTET, les rapports d activités et de finance ; - Fixer les montants des cotisations ; - Entériner les nouvelles décisions du CA ;

11 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 11 sur 34 - Superviser les politiques et les orientations du RELUTET ; - Examiner et adopter les propositions du CA concernant les amendements des textes juridiques, des plans d activités et des budgets ; - Décider de l admission ou de la suspension d un membre sur proposition du CA ; - Créer d autres commissions jugées utiles ou nécessaires à l accomplissement des tâches du RELUTET ; - Discuter de toutes les questions inscrites à l ordre du jour Conseil d Administration Le CA est composé d un Président, d un Secrétaire Général, d un Trésorier Général et de deux (2) conseillers. Les membres du bureau du CA sont élus pour deux (2) ans renouvelables une fois. Le CA a le pouvoir de : - Recruter le (la) Coordinateur (trice) ; - Examiner et adopter les rapports d activités et des finances à I AG ; - Proposer des amendements statutaires ; - Préparer les réunions statutaires en collaboration avec le (la) Coordinateur (trice) ; - Superviser les activités exécutées par le Coordinateur ; - Donner au Coordinateur des orientations sur l exécution des décisions prises par l AG ; - Réviser les plans d activités adoptées par l AG si nécessaires ; - Entretenir des relations avec l extérieur ; - Organiser l évaluation du personnel en fin d année ; - Préparer les dossiers des nouveaux membres. L organigramme hiérarchique du Conseil d Administration est le suivant : Président du CA Secrétaire Général Trésorier Conseiller 1 Conseiller 2

12 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 12 sur Coordination Les organes précédents sont appuyés au quotidien par une équipe technique constituée de salariés dirigés par une Coordinatrice. La coordination est l organe d exécution des décisions prises par le CA. Son rôle est de : - Exécuter toutes les décisions prises par l AG et le CA concernant le fonctionnement du RELUTET ; - Développer de nouveaux projets ; - Gérer le personnel du RELUTET par l élaboration des cahiers de charge du personnel avec l approbation du CA ; - Rendre compte au CA des activités exécutées (rapports mensuels, trimestriels et annuels) ; - Elaborer des plans de travail annuel basés sur les propositions des membres au CA ; - Elaborer des budgets annuels et des budgets de fonctionnement trimestriels en consultation avec le Trésorier Général à l attention du CA ; - Exécuter des budgets annuels et trimestriels et compte-rendu au CA ; - Collaborer avec le Trésorier Général concernant toutes les opérations financières ; - Participer aux séances de travail de toutes les commissions statutaires et ad hoc établi par le CA ; - Mettre, à la disposition des participants aux réunions statutaires de l AG et CA, tous les documents, y compris les procès-verbaux ; - Participer aux réunions du CA. L organigramme schématique du personnel de la coordination se présente comme suit :

13 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 13 sur 34 Coordinatrice Comptable Gestionnaire Secrétaire-Caissière Volontaires Chargé de liaison et de documentation Chargé de sécurité L effectif du personnel à la date du présent audit au 30 avril 2013 est de huit (8) employés dont trois (3) volontaires. Parmi les volontaires, figurent un (1) pris à charge par le SCAC et deux (2) par le PROVONAT. La liste du personnel est présentée dans le tableau ci-dessous :

14 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 14 sur 34 Tableau N 2 : Liste du personnel pris à charge par le RELUTET Nom et prénom Fonction Qualification Date d embauche KOUBLANOU Akoko Coordinatrice Licence en Ressources Humaines Ancienneté au RELUTET (ans) Expérience antérieure (ans) 05/09/ SAMBOE Koffi Mawuéna WOME Yawa Aféfa ADJEVI Adjé AMAGNA Komlan Gestionnaire- Comptable Secrétaire- Caissière Agent de liaison et de documentation Chargé de sécurité (nuit) Licence en Gestion 12/11/ Licence professionnelle 12/11/ Assistant juridique 1 ère G2 avec formation 05/07/ en bureautique Niveau cours primaire 05/07/ Tableau N 3 : Liste du personnel volontaire pris à charge par les partenaires Nom et prénom LORILLARD Sarah Partenaire SCAC Fonction au RELUTET Volontaire internationale Qualification Master 2 pro en Théorie et Pratique des droits de l homme Date d arrivée Ancienneté au RELUTET (ans) 06/04/ KOUTOUMNA Hombana Kentiba PROVONAT Assistance juridique Maîtrise en Droit des affaires 29/05/ BATABA Makissiki N na PROVONAT Chargée de communication Maîtrise en communication Relations publiques 16/07/

15 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 15 sur Vision, mission, objectifs et stratégies Vision Le RELUTET s engage à cultiver l excellence et à travailler en équipe avec honnêteté et amour pour le plein épanouissement de l enfant Mission La mission du RELUTET est de mettre en synergie les efforts de ses membres en vue de promouvoir l épanouissement des enfants et de lutter efficacement contre la traite Objectifs Les objectifs visés par le RELUTET sont : Coordonner les activités des membres ; Renforcer les capacités des ONG en matière de lutte contre la traite des enfants ; Développer des stratégies de communication, d échanges et d information entre les membres ; Développer et appuyer les actions de plaidoyer en vue de la protection des droits de l enfant pour l application effective des textes juridiques contre la traite ; Dégager des orientations communes en matière de lutte contre la traite ; Collecter les données sur la traite des enfants au niveau national ; Echanger avec les réseaux des autres pays de la sous-région pour identifier les stratégies les plus pertinentes et harmoniser les pratiques ; Stratégies Les axes stratégiques statutaires du RELUTET sont les mêmes que celles prévues pour la période Ce sont : Renforcement des capacités institutionnelles ; Mobilisation des ressources humaines et financières ; Coordination, communication, suivi et évaluation ; Partenariat / alliance ; Recherche action et plaidoyer L organisation comptable Le RELUTET dispose d une comptabilité tenue à l aide du tableur ECEL de Microsoft. Il s agit d une comptabilité budgétaire tenue suivant les dispositions de chaque bailleur contenues dans le protocole de subventions. Le classement des pièces est effectué par bailleur. Un compte bancaire est ouvert pour le compte de chaque bailleur. Les fonds propres issus des cotisations sont automatiquement versés dans la caisse. Un brouillard de caisse est tenu manuellement par la

16 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 16 sur 34 Secrétaire-Caissière. Trois (3) personnes à savoir le Président du CA, le Trésorier du CA et la Coordinatrice sont déclarées signataires sur les comptes bancaires du RELUTET mais seules deux (2) signatures parmi elles sont nécessaires pour les paiements par chèque. La Coordinatrice est la personne qui autorise les dépenses alors que l approbation est du ressort du Président du CA. Des rapports périodiques sont produits par bailleur selon les recommandations de celui-ci, alors qu un rapport annuel global est produit pour les besoins d information des membres du réseau. Par ailleurs, la faîtière ne produit pas de comptabilité à partie double. Aucun plan comptable n est disponible. Ainsi, aucun bilan financier en termes de «ACTIF PASSIF» n est aussi disponible Les ressources financières Les ressources financières émanent soit des donateurs privés sous forme de subventions ou des associations membres sous forme de cotisations Les subventions Les partenaires financiers actuels sont Plan Togo, UNICEF, FODDET, SCAC et BIT-IPEC. Les subventions de Plan Togo, de l UNICEF et du SCAC sont souvent annuelles et couvrent à la fois les dépenses de fonctionnement et le coût de mise en œuvre de certains projets identifiés. Les autres partenaires financent les projets par appels à propositions de projet. Cependant, depuis l année 2008, le SCAC a mis à la disposition du RELUTET des Volontaires internationaux pour ses opérations. Les subventions accordées au RELUTET au cours des trois (3) dernières années sont détaillées dans le Tableau N 4 au sous-titre Les cotisations Les cotisations des associations et ONG membres constituent les ressources propres du RELUTET. Elles s élèvent à (Douze mille) francs CFA payables en fin d année ou par tranche mensuelle. Les cotisations ne rentrent pas régulièrement Les ressources informatiques et matérielles Le RELUTET dispose des ressources informatiques et matérielles à la mise en œuvre de ses activités comme les ordinateurs, les onduleurs, les imprimantes, les matériels et mobiliers de bureau, les appareils photographiques et le rétroprojecteur Les réalisations De 2010 à 2012, les projets, les activités, les partenaires financiers ainsi que les montants engagés sont présentés dans le tableau ci-dessous.

17 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 17 sur 34 Tableau n 4 : Principaux projets et activités exécutés ou subventions reçues par le RELUTET Titre du projet/objet de la subvention 2010 Plaidoyer pour la mise en application effective des dispositions relatives à la traite des enfants 2011 Nom des donateur s Montant des donateurs (F CFA) Plan Togo FODDET Appui à la protection de 500 enfants à risque contre la traite des enfants et la prise en charge éducative de 500 enfants victimes de traite dont 50% de filles à travers l amélioration des revenus de 500 familles vulnérables. BIT/IPEC Protection des enfants selon les normes juridiques Plan Togo Promotion des activités génératrices de revenus SCAC AGR) en faveur de l enfance vulnérable Meilleure protection contre les violences, abus et UNICEF exploitation : la participation des enfants Mise à disposition de fournitures de bureau (don en UNICEF nature) par l UNICEF Appui-accompagnement du RELUTET FODDET Participation des enfants et promotion de leurs droits Plan Togo Promotion des AGR en faveur de l enfance vulnérable Meilleure protection contre les violences, abus et exploitation : la participation des enfants SCAC UNICEF Total subventions (F CFA) La documentation, les systèmes et/ou procédures La vérification de la qualité, de l exhaustivité et de l'accessibilité de la documentation, et celle des systèmes et/ou procédures ont été nécessaires. La situation se présente dans le tableau cidessous. L existence ou la non existence d une rubrique du tableau peut susciter une analyse qui se trouve présentée au titre IV. Tableau N 5 : Audit documentaire Domaines/Documents Vision et stratégie Vision et mission documentées Objectifs et/ou orientations stratégiques documentés Rapports ou valeurs sur le genre et la bonne gouvernance Conseil de direction Enregistrement officiel de la faîtière et des membres Le document/système existe-t-il? Oui Non

18 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 18 sur 34 Statuts de l'organisation Procès-verbaux des réunions du Conseil d Administration et participation Procès-verbal des Assemblées Générales Liste des membres du Conseil d Administration Organigramme hiérarchique Gestion (structure organisationnelle) Système de motivation du personnel Politique salariale Liste du personnel et postes occupés Organigramme hiérarchique Codification et classification des courriers Politique de communication interne : échange d'information Procès-verbaux des réunions du personnel Politique de diversité culturelle, transparence au recrutement Gestion de Programme (Planification, mise en œuvre, Suivi & Évaluation) Preuve des approches participatives dans le cycle de planification: analyse, conception, suivi & évaluation : Documents de planification : PTA, etc. Preuve de formations exécutées antérieurement Système ou manuel de suivi-évaluation de projets Suivi/Rapport d activités et rapport d évaluation (diffusion,.) Leçons tirées, documentées et échangées Nombre et type de bénéficiaires documentés Ressources et gestion financière Système de gestion des cotisations Logiciel de comptabilité et de gestion Archivage/classification des documents comptables Archivage des documents de projets Règles ou politiques financières Bilan (Actif et Passif) Plan comptable clair Chéquiers Classement des relevés bancaires Paiements de la Caisse de sécurité sociale et des IRPP Procédures administratives et financières Rapports d audit antérieurs Rapports d activités Inventaire de caisse (périodicité) Rapprochement bancaire Situation financière (périodicité) Stratégie de collecte de fonds/plan d actions Inventaire des biens Analyse des écarts sur budget Sécurité informatique Gestion des ressources humaines Politique de gestion du personnel (recrutement, restructuration) Description des tâches claire et documentée Plaidoyer Preuve des stratégies, politiques, objectifs ou activités de plaidoyer en matière de genre Alliances stratégiques avec d'autres organisations pour la promotion du plaidoyer Réseautage

19 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 19 sur 34 Preuve de la collaboration avec d'autres organismes étatiques et non étatiques Preuve d échange de rapports/d informations (y compris financiers) avec les bénéficiaires Preuve d appartenance à des réseaux pertinents de lutte contre la traite des enfants Genre Preuve d activités ou projets prenant en compte le genre Equilibrage du genre observé dans le personnel Equilibrage du genre observé dans le Conseil d Administration Publication d ouvrage/bulletin d information Bulletin d information IV- ANALYSE ORGANISATIONNELLE DU RELUTET Après avoir exposé la situation organisationnelle du RELUTET, il convient de procéder à une analyse. L analyse qui va suivre nous présente pour chaque niveau audité les points forts et les points faibles de même que les opportunités et menaces identifiées Vision Largement documenté, la vision du RELUTET, telle qu exprimée, est réaliste. Cette vision part de l engagement à prendre par les membres vis-à-vis de leurs prestations et met en relief les répercussions qui en seront issues sur le développement de l enfant qui est la cible ultime de leur existence. De plus, les résultats de notre mission montrent que cette vision est connue individuellement et partagée par tout le personnel et les membres interrogés du RELUTET. Cependant, la vision qui constitue les valeurs chères et non négociables du RELUTET n est pas affichée au premier plan à des fins de marketing Mission La mission est bien exprimée. Tout comme la vision, la mission n est pas affichée au premier plan à des fins de marketing. Statuts, organes de gestion et fonctionnement Le RELUTET est la faîtière sur le plan national des associations de lutte contre la traite des enfants, régie par la loi togolaise N 40/484 du 1 er juillet Il est reconnu officiellement à la date du 19 mars 2009 et porte le récépissé N 00200/MATDCL-SG-DLPAP-DOGA. Il est doté des organes ordinaires reconnus suffisants pour les organisations de type associatif. L organisation hiérarchique de ses organes de gestion est convenable et prend en compte la séparation des pouvoirs nécessaire pour une bonne prise de décision. Les attributions des organes sont bien décrites. Pour être membre du RELUTET, le critère de reconnaissance officielle est primordial. Ainsi, tous les membres que nous avons pu interroger sont détenteurs d un agrément officiel et certains ont en plus un accord-programme avec le gouvernement togolais.

20 Diagnostic organisationnel et financier du RELUTET Page 20 sur 34 Les informations recueillies montrent qu alors que le RELUTET est doté de deux commissaires aux comptes que sont LE CENTRE KEKELI et LA COLOMBE, un n arrive pas actuellement à jouer son rôle. Il s agit de LA COLOMBE dont le chargé n est plus au niveau de la structure. Du point de vue fonctionnement, nous pouvons dire que le contrôle des actions du CA est peu effectif Leadership et style de management Les informations recueillies auprès du personnel de coordination montrent que la prise de décision du CA à l endroit de la Coordination et des autres membres est du style participatif ; il en est de même de la prise de décision de la Coordinatrice à l endroit du personnel exécutif. Une considération particulière est accordée aux employés. Cette situation est très motivante vis-à-vis des employés. Il s agit du meilleur style appliqué de nos jours en milieu associatif. Les leaders apprécient les initiatives des employés et ont une bonne capacité de gestion des conflits qui se présentent. Nous n avons pas de reproche à faire quant au leadership et style de management en place au RELUTET Systèmes comptables, procédures administratives et financières Les opérations du RELUTET sont réglementées par des procédures administratives et financières écrites par SAFECO un cabinet d expertise comptable de renom international. Notre lecture de ces procédures nous montre qu elles sont exhaustives et couvrent même les aspects du suiviévaluation des projets. Nous pouvons dire aussi qu il n y a pas de raté dans l application des procédures. Les pièces comptables passées en revue sont numérotées et codifiées suivant le format des bailleurs. Ces pièces sont bien classées et conservées dans un endroit sécurisé. Cependant, aucun logiciel comptable n est utilisé pour stocker les données comptables. L utilisation du tableur Excel pour la saisie des données comptables ne donne pas suffisamment de sécurité aux chiffres. Nous savons tous comment le contenu d une cellule du tableur peut être effacé par mégarde contrairement au logiciel de comptable qui comporte assez de règles de sécurité. Nous savons aussi comment les fichiers Excel sont plus exposés au risque de destruction que les données comptables supportées par un logiciel comptable. Par ailleurs, la non production d un bilan en termes d ACTIF-PASSIF, qui est le résultat de l utilisation de la comptabilité à partie double, ne permet pas d avoir une image de la faîtière à une date précise. C est ainsi qu aucune situation sur le patrimoine de la faîtière n est disponible. Le Comptable ne produit pas de situation financière à la fin du mois.

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE 1. L IMPORTANCE DE SYSTEME DE GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE Une mutuelle de santé est une organisation et de solidarité ; elle constitue un

Plus en détail

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN Introduction Initiatives pour un Développement Intégré Durable

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS Titre: Gestionnaire de projet Type de contrat: SSA Période de la consultation: 8 mois (Février Septembre 2014) Niveau proposé: NOC Section:

Plus en détail

PROJET D APPUI A LA SOCIETE CIVILE ET A LA RECONCILIATION NATIONALE

PROJET D APPUI A LA SOCIETE CIVILE ET A LA RECONCILIATION NATIONALE RÉPUBLIQUE TOGOLAISE MINISTÈRE AUPRES DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHARGE DE LA PLANIFICATION DU DEVELOPPEMENT ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE UNION EUROPÉENNE FONDS EUROPÉEN DE DÉVELOPPEMENT PROJET

Plus en détail

REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1

REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1 REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1 DECLARATION Nous, femmes parlementaires de Côte d Ivoire, Conscientes de notre rôle de représentantes des femmes et des hommes ivoiriens,

Plus en détail

1. Quelles sont les nécessités et obligations comptables. 2. Pourquoi établir un bilan, un compte de résultat, un budget?

1. Quelles sont les nécessités et obligations comptables. 2. Pourquoi établir un bilan, un compte de résultat, un budget? Sommaire 1. Quelles sont les nécessités et obligations comptables 2. Pourquoi établir un bilan, un compte de résultat, un budget? 3. Quels outils? 4. Quelle fiscalité? 5. Quels documents conserver? Introduction

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

TATE / PASCRENA (UONGTO) AUDIT ORGANISATIONNEL ET COMPTABLE

TATE / PASCRENA (UONGTO) AUDIT ORGANISATIONNEL ET COMPTABLE 1 LISTE DES SIGLES 03 LETTRE INTRODUCTIVE 05-07 I. DEMARCHE METHODOLOGIQUE 08 1.1. Objectif de l intervention 09 1.2. Approche méthodologique 09-10 a. Documentation et consultation des ressources documentaires

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT Saison 2015-2016

DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT Saison 2015-2016 VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSES Service des Sports DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT Saison 2015-2016 À retourner 1 exemplaire au service : Hôtel de Ville Place Charles De Gaulle 94107 SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS

Plus en détail

Administration de l établissement. (Ressources humaines)

Administration de l établissement. (Ressources humaines) Administration de l établissement (Ressources humaines) Chapitre 3 Administration de l établissement (Ressources humaines) Section Sujet traité Page 3000 Résumé... 3-2 3100 Qualité de la gestion. 3-3 3101

Plus en détail

Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA.

Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA. Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA. 1. INRODUCTION La page de garde reprend la signalétique de l ETA ainsi que quelques informations utiles quant au déroulement de

Plus en détail

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015.

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. ASSOCIATION GABONAISE DES EXPERTS COMPTABLES STAGIAIRES AGECS STATUTS Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. SOMMAIRE PREAMBULE 3 Article 1 : Dénomination - Durée 4 Article 2

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/SC.1/2008/1 11 août 2008 FRANÇAIS Original: FRANÇAIS ET ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS

Plus en détail

Transparence des comptes du Comité D Entreprise

Transparence des comptes du Comité D Entreprise 77 Avenue Cyrille Besset 06800 Cagnes Sur Mer Tél : 04.92.13.33.00 Fax : 04.92.13.33.01 www.vision-expertises.fr contact@vision-expertises.fr Transparence des comptes du Comité D Entreprise Spécificités

Plus en détail

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011 ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE COTON AFRICAINS BP 1799 Bamako / Mali Tel: + (223) 222 63 67 Quartier Sema 1, rue 50, Porte 1107 Email: communication@aproca.net, sp@aproca.net Site: www.aproca.net PLANIFICATION

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

1. Administration et exécution des opérations financières du programme

1. Administration et exécution des opérations financières du programme UNITED NATIONS ENTITY FOR GENDER EQUALITY AND THE EMPOWERMENT OF WOMEN DESCRIPTION DE POSTE I. Information sur le poste Titre du poste: Assistant(e) aux Opérations Type de Contrat : Contrat de Service

Plus en détail

FIDEXCO France RAPPORT DE TRANSPARENCE ETABLI EN APPLICATION DE L ARTICLE R 823-21 ET PUBLIE SUR LE SITE INTERNET LE 31 MARS 2015

FIDEXCO France RAPPORT DE TRANSPARENCE ETABLI EN APPLICATION DE L ARTICLE R 823-21 ET PUBLIE SUR LE SITE INTERNET LE 31 MARS 2015 FIDEXCO France RAPPORT DE TRANSPARENCE ETABLI EN APPLICATION DE L ARTICLE R 823-21 ET PUBLIE SUR LE SITE INTERNET LE 31 MARS 2015 FIDEXCO France Page 1 sur 11 SOMMAIRE 1. PRESENTATION DE FIDEXCO FRANCE...

Plus en détail

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Lexique de la CIMR Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Plus d informations sur 0522 424 888 ou sur www.cimr.ma - www.cimrpro.ma EDITO Pour vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

BULLETIN D ADHESION SLA SL00 SMART LIGHITING ALLIANCE. Association Loi 1901 30, place Antigone, Parc de la BAOU 83 110 SANARY / MER

BULLETIN D ADHESION SLA SL00 SMART LIGHITING ALLIANCE. Association Loi 1901 30, place Antigone, Parc de la BAOU 83 110 SANARY / MER BULLETIN D ADHESION SLA SL00 SMART LIGHITING ALLIANCE Association Loi 1901 30, place Antigone, Parc de la BAOU 83 110 SANARY / MER contact@smartlightingalliance.org www.smartlightingalliance.org [Texte]

Plus en détail

1 Chef de Cellule Centrale de Gestion Fiduciaire et de Suivi Programmatique

1 Chef de Cellule Centrale de Gestion Fiduciaire et de Suivi Programmatique MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA Projet de Renforcement des Capacités du Ministère de la Santé et de la Lutte contre le VIH/Sida Accord de financement CDC No. 5U2GPS002717 AVIS DE VACANCE

Plus en détail

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC 8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC Compte rendu Par Julie GAGOE Date : Jeudi 05-04-12 Lieu : Bureau du SE COMIFAC Agenda 1. Evaluation de la feuille de route 2011 2. Défis et priorités

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Termes de références Mission n 12INI133 Togo / ppui du CCM Togo dans le pilotage des subventions du Fonds Mondial Demandeur : CCM I. Contexte Le TOGO est, à ce jour, bénéficiaires de trois subventions

Plus en détail

VACANCES DE POSTES. I. Lieu d affectation : La préfecture de la KEMO avec des déplacements ponctuels dans la province (République centrafricaine).

VACANCES DE POSTES. I. Lieu d affectation : La préfecture de la KEMO avec des déplacements ponctuels dans la province (République centrafricaine). VACANCES DE POSTES Projet : Projet de Réhabilitation nutritionnelle d urgence au sein des populations (déplacés et autochtones) de l axe Dékoa-Sibut, préfecture sanitaire de KEMO, en RCA Postes vacants

Plus en détail

La Santé de la Famille des Chemins de Fer Français GUIDE PRATIQUE POUR LES TRESORIERS DES COMITES TERRITORIAUX

La Santé de la Famille des Chemins de Fer Français GUIDE PRATIQUE POUR LES TRESORIERS DES COMITES TERRITORIAUX Avril 2013 La Santé de la Famille des Chemins de Fer Français GUIDE PRATIQUE POUR LES TRESORIERS DES COMITES TERRITORIAUX Ce guide a pour but d'aider les Trésoriers et Présidents de comité à assurer une

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

1- PRESENTATION DE L ASSOCIATION. 1-1. Identification de l association

1- PRESENTATION DE L ASSOCIATION. 1-1. Identification de l association 1 1- PRESENTATION DE L ASSOCIATION 1-1. Identification de l association Nom de votre association : Sigle. Objet :. Activités principales :. Adresse de son siège social :.. Code Postal :. Ville :. Téléphone

Plus en détail

Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France

Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France Article 1 er : Constitution, Dénomination I DEFINITION ET OBJET L Union des Associations Suisses de France est une Union formée

Plus en détail

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar Termes de références Recrutement d un consultant Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina Version finale 15 janvier 2015 1 / 8 Sommaire I. Contexte 3 I.1. Au niveau international 3 I.2. Au niveau

Plus en détail

Passer le relais au sein de son association. Création- Fonctionnement STRUCTURER

Passer le relais au sein de son association. Création- Fonctionnement STRUCTURER Création- Fonctionnement Passer le relais au sein de son association Une association est une organisation. Et comme toute organisation humaine, elle est soumise au cours de son existence à des changements

Plus en détail

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER TITRE III REGLEMENT FINANCIER 59 Chapitre I : Les intervenants Article 1 : Le bureau Le bureau vote les budgets initiaux de fonctionnement et d investissements avant leur soumission à l accord du Comité

Plus en détail

ASSOCIATION DES DISTRICTS ET VILLE POUR L AMELIORATION DE LA SANTE

ASSOCIATION DES DISTRICTS ET VILLE POUR L AMELIORATION DE LA SANTE REPUBLIQUE DU RWANDA ASSOCIATION DES DISTRICTS ET VILLE POUR L AMELIORATION DE LA SANTE PROVINCE DE CYANGUGU ADVAS/ CYANGUGU BILAN D UNE ANNEE DE FONCTIONNEMENT DES QUATRE MUTUELLES DU DISTRICT DE SANTE

Plus en détail

Ouverture de l appel : 04 Septembre 2015 Clôture de l appel : 18 Septembre 2015 ---------- AMI N 33.2015

Ouverture de l appel : 04 Septembre 2015 Clôture de l appel : 18 Septembre 2015 ---------- AMI N 33.2015 Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE Référentiel des Activités Professionnelles A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE L assistant prend en charge l essentiel du processus administratif des ventes. Il met en place certaines actions de

Plus en détail

COMPOSANTE 3 Objectif 3.C

COMPOSANTE 3 Objectif 3.C TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA PLATEFORME DE GESTION DES CONNAISSANCES POUR LA REFORME DE LA GOUVERNANCE COMPOSANTE 3 Objectif 3.C Sous-objectif 3.C.02

Plus en détail

Management. Qualité Totale. Ressources Humaines. Finance. Marketing. Fiscalité. Environnement PROGRAMME DES FORMATIONS MODULAIRES QUALIFIANTES

Management. Qualité Totale. Ressources Humaines. Finance. Marketing. Fiscalité. Environnement PROGRAMME DES FORMATIONS MODULAIRES QUALIFIANTES AFRIQUE N CONSEIL ET FORMATION ACF ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Management.

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

Année 2016. Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle

Année 2016. Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle Année 2016 Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle Pour les subventions de fonctionnement : date limite de dépôt : 31 Octobre 2015 Pour les subventions exceptionnelles :

Plus en détail

Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré

Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré Considérations générales Ce rapport synthétique est issu de l étude d une organisation

Plus en détail

U-CH Statuts Commission suisse de validation des modules informatiques pour utilisateurs

U-CH Statuts Commission suisse de validation des modules informatiques pour utilisateurs U-CH Statuts Commission suisse de validation des modules informatiques pour utilisateurs Secrétariat U-CH J. Bertschi c/o CPLN SFC Adresse Maladière 6, 00 Neuchâtel Tél. 0/77 40 0 E-mail : jeanine.bertschi@cpln.ch

Plus en détail

Appui à l usage des technologies de l information et de la communication dans l éducation (TICE)

Appui à l usage des technologies de l information et de la communication dans l éducation (TICE) Appui à l usage des technologies de l information et de la communication dans l éducation (TICE) Thème : la formation initiale et continue des enseignants du primaire et du collège (ou du fondamental)

Plus en détail

Excellence. Technicité. Sagesse

Excellence. Technicité. Sagesse 2014 Excellence Technicité Sagesse Audit Conseil ATHENA est un cabinet de services créé en 2007 et spécialisé dans les domaines de la sécurité informatique et la gouvernance. De part son expertise, ATHENA

Plus en détail

Tableau de tri des archives des associations

Tableau de tri des archives des associations Tableau de tri des archives des associations *Durée d utilité l association : la durée de conservation de documents dans les locaux de l association avant sort final. La durée d utilité commence à la clôture

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Construction d un centre informatique à Dalifort» Quartier de Dalifort Intitulé du projet «Construction d un centre informatique à Dalifort, Sénégal» Lieu d intervention Quartier

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT ***********

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** ARTICLE 1 : CONSTITUTION, APPELLATION, DUREE. Il est constitué une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

DES RÈGLES ET PROCÉDURES DE GESTION DES PROGRAMMES/PROJETS SOUS EXÉCUTION NATIONALE

DES RÈGLES ET PROCÉDURES DE GESTION DES PROGRAMMES/PROJETS SOUS EXÉCUTION NATIONALE GOUVERNEMENT DU BURKINA FASO MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COOPÉRATION Burkina Faso DES RÈGLES ET PROCÉDURES DE GESTION

Plus en détail

Statuts de la Mutuelle Des Inspecteurs Et Officiers Des Douanes Du Cameroun TITRE I DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE I

Statuts de la Mutuelle Des Inspecteurs Et Officiers Des Douanes Du Cameroun TITRE I DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE I Statuts de la Mutuelle Des Inspecteurs Et Officiers Des Douanes Du Cameroun 1 TITRE I DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE I DE LA DENOMINATION ET DU SIEGE Article 1 : La Mutuelle créé entre les Inspecteurs

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009

RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009 RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009 Conformément à la Charte du Comité d audit, le Comité d audit doit établir chaque année un rapport dans lequel sa composition et ses compétences sont mentionnées et

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

Association. Dossier de demande de subvention

Association. Dossier de demande de subvention Association 2015 Dossier de demande de subvention Cadre réservé à l'administration THÉMATIQUE : Direction de la Vie Associative et des Quartiers Service Vie Associative / mjm_2014 ÉLU RÉFÉRENT : Dossier

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Préambule: DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée

Plus en détail

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Principes de gestion et leadership Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Sommaire Expérience du MFPMA en matière d institutionnalisation de l égalité entre

Plus en détail

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Annexe - document CA 118/9 Termes de référence Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Index 1 Description de l organisation... 3 2 Contexte de la mission... 4 3 Objet de la mission... 4 3.1 Objectif

Plus en détail

Le système d information en classe de première STMG

Le système d information en classe de première STMG Le système d information en classe de première STMG Description du thème Propriétés Description Intitulé long Formation concernée Matière Thème Question de gestion Intitulé long Données, information et

Plus en détail

Statuts d Endo-Help, association suisse d aide aux femmes souffrant d endométriose

Statuts d Endo-Help, association suisse d aide aux femmes souffrant d endométriose Statuts d Endo-Help, association suisse d aide aux femmes souffrant d endométriose Article 1. Dénomination, siège et domaine d activité L association a pour dénomination «Endo-Help». Son siège est situé

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE EXERCICE CLOS AU 30 juin 2009

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE EXERCICE CLOS AU 30 juin 2009 BASTIDE LE CONFORT MEDICAL Société Anonyme au capital de 3.303.261 EUROS Siège Social : 12, avenue de la Dame - Centre Euro 2000 30132 CAISSARGUES R.C.S. NIMES B 305 635 039 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B.

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. du 26/02/2005 modifié les 15/03/2008, 21/04/2012 et 22/02/2014 I.REGLEMENT FINANCIER PREAMBULE La Fédération Française du Sport Boules, bénéficiant d une

Plus en détail

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE Date: 10 Novembre 2014 Pays: TUNISIE Description de la consultation: RECRUTEMENT D UN CONSULTANT NATIONAL EXPERT SOCIETE CIVILE Nom du projet: JUSTICE TRANSITIONNELLE

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ;

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ; REPUBLIQUE DU BENIN -------o------- MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -------o------- LE MINISTRE -------o------- A R R E T E ANNEE 2013 N /MAEP/DC/SGM/DRH/DIP/SA PORTANT ATTRIBUTIONS,

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER FFCV- Règlement Financier validé à l assemblée générale du 12/12/04 page 1 sur 14

REGLEMENT FINANCIER FFCV- Règlement Financier validé à l assemblée générale du 12/12/04 page 1 sur 14 REGLEMENT FINANCIER page 1 sur 14 Article 1 - Objet Le Règlement Financier est établit conformément aux directives du Ministère chargé des Sports et à l article 107 du Règlement Intérieur de la FFCV En

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Subventions FM concernées NA (mission régionale) Appui à l élaboration d

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA. 9 ème FED

PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA. 9 ème FED PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA 9 ème FED TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN DEVELOPPEUR PHP/MySQL POUR LA REALISATION D UNE PLATEFORME DE GESTION DES ACTIVITES DE FORMATION

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies - - - 1 - MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies Novembre 2011 1 - - - 2 - Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 4 Domaine

Plus en détail

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DES ARCHIVES INFORMATION DOCUMENTATION ET RELATIONS PUBLIQUES TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT TECHNIQUE

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT N 0001/15/AI

AVIS DE RECRUTEMENT N 0001/15/AI ACECA INTERNATIONAL SARL SOCIETE D EXPERTISE COMPTABLE 1310 Avenue du Dr. KWAME N KRUMAH Sis Immeuble MABUCIG 01 BP 4318 Ouagadougou 01 Tél. : (226) 50-31-37-44 Fax : (226) 50-31-25-98 E-mail : aceca@fasonet.bf

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

SERVICE AU NOUVEL ARRIVANT S.N.A.

SERVICE AU NOUVEL ARRIVANT S.N.A. Union Nationale des Accueils des Villes Françaises Site Internet : http://www.avf.asso.fr SERVICE AU NOUVEL ARRIVANT S.N.A. SOMMAIRE Page Définitions propres aux AVF 2 et 3 Le SNA. 4 et 5 Organigramme.

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du Droit d Auteur (BUTODRA) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du Droit d Auteur (BUTODRA) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE MINISTERE DE LA JEUNESSE DES SPORTS ET DE LA CULTURE REPUBLIQUE TOGOLAISE Union Paix Solidarité DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC)

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Considérations stratégiques et objectifs 1. L objet du Fonds international pour la diversité

Plus en détail

Manuel Qualité du plateau de génotypage

Manuel Qualité du plateau de génotypage Manuel Qualité du plateau de génotypage Selon la Norme ISO 9001 : Version 2008 Référence : Manuel Qualité Gestionnaire : Responsable qualité Version Date de version Historique des modifications Version

Plus en détail

«PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» BROUIL

«PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» BROUIL «PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» Juin 2013 Introduction : Les parents sont parmi les principaux bénéficiaires de Paris classe numérique. Grâce à ce nouvel outil, la communication

Plus en détail

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education Educational Research Network for West and Central Africa PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles Mairie de Saint-Julien-en-Genevois Nom et coordonnées de l association Fiche d identité de l association Nom de l'association Objet Adresse de

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

Manuel des procédures Dernière MAJ : 20/06/2012

Manuel des procédures Dernière MAJ : 20/06/2012 Manuel des procédures Dernière MAJ : 20/06/2012 36 rue de Paris BP 162 97464 Saint-Denis Cedex Tél. : 0 262 90 78 52 Fax : 0 262 90 78 53 Association Territoriale Siret : 317 194 777 00031 Code APE : 8559B

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

Bilan de Santé financière Mango. La gestion financière de votre ONG est-elle saine?

Bilan de Santé financière Mango. La gestion financière de votre ONG est-elle saine? Bilan de Santé financière Mango La gestion financière de votre ONG est-elle saine? Version 3 2009 Mango Management Accounting for Non-Governmental Organisations / Gestion Comptable pour les Organisations

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Association SYNADEC Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, le décret du 16

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION TERMES DE REFERENCE DES EVALUATIONS DU PROJET D APPUI INSTITUTIONNEL AU CGAT DANS LE PROCESSUS DE STRUCTURATION DES MOUVEMENTS MUTUALISTES EN RESEAU DANS LES PROVINCES DE KINSHASA, DE L EQUATEUR ET DU

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

Documents complémentaires au PPN du DUT Carrières juridiques (CJ) Description des parcours de modules complémentaires destinés à la poursuite d étude

Documents complémentaires au PPN du DUT Carrières juridiques (CJ) Description des parcours de modules complémentaires destinés à la poursuite d étude CPN CJ Documents complémentaires au PPN du DUT Carrières juridiques (CJ) Description des parcours de modules complémentaires destinés à la poursuite d étude S'appuyant sur l'arrêté du 3 août 2005, les

Plus en détail

Cadre et Structures Organiques

Cadre et Structures Organiques 1 République Démocratique du Congo Ministère de la Santé Publique SECRETARIAT GENERAL A LA SANTE PUBLIQUE Cadre et Structures Organiques Août 2012 INTRODUCTION 2 Le présent document relatif au Cadre et

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Politique de gestion. 5. Déboursés Il doit y avoir deux signataires sur les chèques, dont au moins un membre du conseil d administration.

Politique de gestion. 5. Déboursés Il doit y avoir deux signataires sur les chèques, dont au moins un membre du conseil d administration. TROCCA Table Régionale des Organismes Communautaires Chaudière - Appalaches Politique de gestion Voici une liste de points jugés importants pour la gestion de l organisme. La plupart se rapportent à la

Plus en détail