VILLE DE SCEAUX CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE. Séance du 21 février 2013 NOTE DE PRESENTATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VILLE DE SCEAUX CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE. Séance du 21 février 2013 NOTE DE PRESENTATION"

Transcription

1 VILLE DE SCEAUX CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Séance du 21 février 2013 NOTE DE PRESENTATION Objet : RAPPORT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2013 L article 1 er du décret du 6 mai 1995 précise que l analyse annuelle des besoins sociaux donne lieu à un rapport présenté par le président du CCAS au conseil d administration avant le débat sur les orientations budgétaires. Cette analyse résulte d une part, de l observation de phénomènes sociodémographiques de la population qui nécessitent de s interroger sur le mode d intervention le plus approprié de la Ville et du CCAS, dans le cadre des compétences et du rôle qui sont les leurs. Elle résulte d autre part des indications qui peuvent être tirées des données issues de l activité des services au cours de l année écoulée quant à l évolution des publics bénéficiaires. Nécessairement évolutive en fonction des besoins à satisfaire, l activité des services de la Ville se situe dans le cadre de la décentralisation des politiques sociales au Département qui a vocation, en qualité de chef de file en matière sociale, à définir des axes d intervention dans ce domaine, d une part et dans celui du protocole de partenariat d action sociale établi entre la Ville et le Département qui définit les compétences respectives et les modalités d intervention complémentaires entre les deux collectivités. Première partie : données sociodémographiques Deuxième partie : rappel des prestations et présentation des activités des services du CCAS en 2012 Troisième partie : perspectives d évolutions de l activité des services en 2013 Page 1 sur 27

2 I - DONNEES SOCIO DEMOGRAPHIQUES Les données statistiques ont fait l objet d une réactualisation en 2011 dans le cadre du diagnostic territorial confié pour sa réalisation à «Compas». Certaines données de l INSEE relatives à la population, au logement et aux revenus ont été actualisées. D autres n ont pu faire l objet d une mise à jour car non accessibles telles que ceux de la CPAM pour la connaissance du nombre de personnes bénéficiaires de la CMU ou du taux de chômage. L évaluation des besoins est complétée à partir de l analyse de l évolution de l activité des services et des besoins exprimés par la population en La population : La population est répartie sur un territoire de 3,6 km2 Le recensement INSEE actualisé au 1 er janvier 2013 dénombre la population municipale. Ce nombre n inclut pas la population dite comptée à part concernant par exemple des étudiants logés dans un établissement d enseignement, des personnes détenues ou des militaires. Cette population est estimée à 338. Le nombre de Scéens est en légère augmentation : habitants en 1999, en 2006, en 2007 et en Ces chiffres ont été actualisés par l INSEE au 1 er janvier 2012 comme suit : Population municipale : ( au 1 er janvier 2009) +304 Population comptée à part : 338 (363 au 1 er janvier 2009) - 25 Population totale : ( au 1 er janvier 2009) Le solde naturel est neutre : En 2012, 186 naissances (188 en 2011) et 189 décès (148 en 2011) ont été enregistrés. Le nombre des naissances est quasiment stable alors que celui des décès a augmenté. L augmentation due au solde migratoire se confirme. Pour mémoire, sur la période quinquennale 2003/2008, plus de 5000 personnes se sont installées sur la commune. La concentration des nouveaux arrivants est particulièrement élevée chez les cadres et professions intellectuelles supérieures ou intermédiaires et les employés La part la plus importante des départs est constituée des ans. Les personnes âgées : Le constat du vieillissement de la population scéenne se maintient. Le nombre de personnes âgées de plus de 75 ans est passé de en 1999 à 2290 en 2008 et à 2305 en 2009 soit 11.71% de la population (données INSEE 2012). Les habitants de 75 ans et plus sont bien plus nombreux en proportion à Sceaux qu en moyenne départementale. L estimation pour 2013 est de 2380 personnes avec une part des plus de 85 ans en augmentation en A Sceaux, plus que partout ailleurs sur la communauté d agglomération des Hauts-de-Bièvre, le département ou la France métropolitaine, le nombre de personnes de 55 à 64 ans va augmenter moins vite que celui des 85 ans ou plus. Ainsi, dans les années à venir l aide professionnelle à domicile devra se substituer à l aide informelle de l entourage. Le ratio aidants/aidés observé sur Sceaux est atypique et très largement inférieur à ceux constatés ailleurs personnes âgées de 80 ans, soit la moitié des personnes âgées qui vivent à domicile, sont seules. L implantation importante d établissements d hébergement pour personnes âgées explique en partie ces constats puisque les résidants des EHPA sont comptés comme personnes seules. Les personnes âgées sont plus nombreuses sur les quartiers du Centre et Parc de Sceaux. 9167, c est le nombre total de logements en ,1 % sont des résidences principales. 5,4% sont des logements vacants. 48% des ménages sont propriétaires de leur résidence (source INSEE ; RP 2009) Page 2 sur 27

3 Les jeunes : La population scolaire et supérieure à Sceaux est de dont soit 26,23% sont scéens. Leur répartition au 31 octobre 2012 s établit comme suit : Etablissements Effectif global SECTEUR PUBLIC SECTEUR PRIVE TOUS SECTEURS Elèves scéens % Effectif Elèves scéens % Effectif Elèves scéens % Ecoles maternelles Externat Ste Jeanne d'arc maternelle Ecoles élémentaires Externat Ste Jeanne d'arc élémentaire Collège Lakanal Collège Marie Curie Collège Ste Jeanne d'arc ,78% ,85% ,79% ,07% ,30% ,70% ,61% ,29% ,17% ,16% Lycée Lakanal ,66% Lycée Marie Curie ,88% ,59% L. P. Florian ,30% Faculté Jean Monnet * Institut universitaire de technologie de Sceaux (IUT) EPF école d'ingénieurs ,43% ,57% ,39% ,46% Lakanal Prépa ,95% Marie-Curie Prépa ,09% TOTAUX ,27% ,39% ,23% Page 3 sur 27

4 Les dernières données démographiques relatives aux jeunes font référence à l année 2007, un habitant sur 7 soit était alors âgé de 15 à 24 ans. Leur nombre a augmenté de 8,4 % soit plus que sur l ensemble du territoire de la Communauté d agglomération où leur part a augmenté de 3,1% et porte essentiellement sur les 20/24 ans, les jeunes de 15/19 ans étant moins nombreux en proportion. Ces derniers restent plus nombreux qu ailleurs sur le quartier Parc de Sceaux. Les 18/19 ans sont plus nombreux sur le secteur Robinson soit 61% d entre eux sont arrivés à Sceaux entre 2002 et 2007 avec leurs parents. La moitié d entre eux ont un logement indépendant. Les plus jeunes sont plus nombreux sur les quartiers de Robinson et Blagis. Les 15/24 ans sont au trois quart scolarisés et plus diplômés qu ailleurs. La petite enfance : Environ 550 enfants de moins de trois ans sont recensés à Sceaux en Les naissances interviennent principalement sur les secteurs des Blagis et Robinson. Le taux de fécondité est le plus bas des communes de la Communauté d agglomération. L âge de la première grossesse est retardé chez les 15/44 ans. Cette observation est en lien avec le haut niveau de formation des Scéennes. 108 enfants scéens de moins de trois ans vivaient fin 2010 au sein d une famille percevant une allocation compensatoire d une cessation d activité de l un de ses deux parents pour leur garde. 95 enfants faisaient par ailleurs l objet d une allocation pour le financement d une garde individuelle soit 17 % des enfants de moins de trois ans alors que cette proportion est de 50% des enfants alto séquanais sont gardés soit chez une assistante maternelle soit par une assistante parentale au domicile des parents. L accueil collectif prédomine à Sceaux. En 2012, la Ville propose : places en structures municipales petite enfance, reparties sur quatre établissements collectifs et un établissement d accueil familial, qui permettent l accueil simultané d environ 290 enfants du fait des accueils à temps partiel enfants scéens ont bénéficié d une place dans l un des quatre établissements associatifs subventionnés par la ville, dont deux sont situés sur la commune places d accueil sont assurées par les 31 assistantes maternelles domiciliées à Sceaux Conformément au code de l'action sociale et des familles et au décret relatif aux établissements d'accueil d'enfants de moins de 6 ans du 7 juin 2010, la ville de Sceaux au travers de ses structures petite enfance veille à répondre aux demandes d accueil des enfants présentant un handicap, des enfants à la charge de bénéficiaires de minima sociaux. Les moyens sont également mis à disposition pour répondre aux demandes d'accueil d'urgence. La participation des familles est calculée en fonction des ressources imposables et du nombre d'enfants à charge selon le barème en vigueur fixé par la Caisse nationale d allocations familiales. La participation horaire moyenne est de 2,04. Les demandes d accueil pour des enfants de familles monoparentales en structure d accueil sont deux fois moins importantes que celles pour les enfants de famille «couples». La part des admissions les concernant est pourtant proportionnellement nettement supérieure. Les places sont occupées principalement par des parents actifs occupés au 2/3 soit dans des proportions supérieures à la moyenne départementale qui est de 40%. Ces derniers sont au contraire quatre fois plus nombreux en proportion à avoir une mère salariée sous contrat précaire contre 7% sur le canton de Sceaux. Les besoins en mode de garde sont donc différents avec des temps de garde plus importants à Sceaux que sur l ensemble du département. Dans les structures municipales, la majorité des accueils sont réguliers et concernent principalement des contrats de cinq jours par semaine. L accueil occasionnel est peu demandé. Page 4 sur 27

5 La composition familiale : La tendance à la décohabitation se confirme et la taille moyenne des ménages est inférieure à celle de la France métropolitaine avec en moyenne 2,24 personnes par ménage en Cela se traduit par une augmentation du nombre de ménages due aux phénomènes de décohabitation, de séparation et de vieillissement de la population. Pour 100 ménages, 38 sont des personnes seules, 24 sont des couples sans enfant, 27 des couples avec enfant et 6 sont des familles monoparentales avec enfant(s) en 1999, ménages en 2006 et en 2007 et en Cette évolution se traduit notamment par des tensions sur le marché du logement des parcs privés et publics. 48% des résidences principales sont occupées par leur propriétaire. 5?4% de ces logements sont recensés comme vacants en Les niveaux de loyers sont élevés, notamment sur les petites surfaces et sur les grands logements. Les familles monoparentales avec enfants de moins de 25 ans sont au nombre de 3028 (soit 22 % des familles avec enfants). Leur part est plus faible à Sceaux qu en moyenne départementale ou qu en moyenne sur la Communauté d agglomération alors que la proportion de familles nombreuses y est plus importante qu ailleurs. Le nombre de familles monoparentales est stable entre 1999 et Les familles nombreuses ont vu au contraire leur part augmenter de 2,9% sur la même période alors même qu elle est stable sur les autres communes de la Communauté d agglomération. Les revenus : Quelque soit l âge des Scéens, leurs revenus mensuels fiscaux restent supérieurs à la moyenne départementale. Le revenu net déclaré moyen par foyer fiscal en 2009 est de pour une moyenne départementale de Le revenu médian des ménages par unité de consommation en 2010 est de , en comparaison le revenu médian des ménages du département est de Pour autant, l écart entre le revenu le plus élevé et le plus bas est aussi plus important qu ailleurs : contre en moyenne départementale et en moyenne nationale. 10% des ménages les moins aisés ont un revenu inférieur au SMIC. Les revenus des Scéens les plus aisés augmentent plus vite que les autres et ce d autant plus que la personne de référence est âgée. Il n y a pas de raison de penser que les éléments de diagnostic présentés en 2010 aient beaucoup évolué. Pour mémoire, les habitants des Blagis sont les plus éloignés de la moyenne communale mais restent comparables à la moyenne départementale. Sur le quartier des Blagis, 1 ménage sur 10 disposait en 2010 de revenus inférieurs au seuil de pauvreté, ce chiffre passe à un ménage sur 7 soit 240 personnes concernées en A l inverse, les habitants du lotissement du Parc de Sceaux se distinguent par un revenu plus élevé que celui de ceux des Blagis. Ce sont les ménages de moins de 30 ans qui déclarent les revenus les plus faibles. 18% d entre eux vivent sous le seuil de pauvreté fixé à 908 par mois hors prestation et par unité de consommation. Les 60/75 ans sont les plus aisés alors qu habituellement ce sont plutôt les quinquagénaires. Au-delà de 75 ans les revenus progressent moins que ceux des 60/74 ans mais plus que les quinquagénaires. Au 31 décembre 2010, 412 ménages bénéficiaires de prestations CAF sont sous le seuil de bas revenus contre 350 fin 2009 soient 788 personnes dont 254 enfants mineurs (pour 280 en 2009). Ce sont essentiellement des personnes seules (225) ou des familles monoparentales (116). Pour 283 allocataires, le revenu est constitué de 50% ou plus de prestations sociales dont 183 de 100% de prestations sociales. 132 parviennent à dépasser ce seuil grâce aux prestations familiales contre 152 en Page 5 sur 27

6 L emploi : En 2009, le nombre d emploi total est de dont 88,7% sont salariés. La variation de l emploi total entre 1999 et 2009 est de 0,7%. Le taux d activité des 15 à 64 ans en 2009 est de 71,3% (- 6% par rapport au département) et le taux de chômage des 15 à 64 ans est de 6,9% (- 3,3% par rapport au département). Sources INSEE, Pôle emploi, statistiques du marché du travail. 45% des salariés scéens sont cadres contre 32% en moyenne départementale. Les employés et ouvriers y sont représentés deux fois moins que dans le Département. La répartition par CSP des salariés est atypique sur les Blagis au regard des autres quartiers de Sceaux : deux fois moins de cadres, un salarié sur trois est employé. Les temps partiels sont occupés deux fois plus par des femmes que par des hommes. Fin 2005, 800 Scéens gagnaient moins de 960 par mois soit un salarié sur 7. Parmi eux 360 travaillent à temps complet. Au 31 décembre 2010, établissements sont implantés sur la commune principalement sur le quartier Centre ou Robinson. Ils étaient 960 en Les activités de commerce, transport et services divers représentent 74,2% des lieux d activité. Les administration publique, l enseignement, la santé et l action sociale représentent 20,4% de l Avec plus de emplois, Sceaux accueille apprenants chaque année générateurs d activités économiques. Le chômage : 350 demandeurs d emploi sont recensés en octobre 2011 soit 4% des 8786 personnes qui composent la population active. 14,35% d entre eux ont moins de 26 ans. Pour mémoire ce taux était de 6,3% en ,74% ont 50 ans et plus. 20,09% résident en zone urbaine sensible. (pas de mise à jour disponible pour 2012). La santé : Fin 2009, 205 Scéens étaient couverts par la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) soit 1,3% des habitants de moins de 65 ans. Le diagnostic «Etat des lieux et perspectives de l offre de soins libérale à Sceaux» réalisé par l association «Regroupement, Implantation, Redéploiement» d Ile-de-France à la demande de la Ville a montré que Sceaux bénéficie d une densité médicale supérieure à la moyenne francilienne et d une richesse en spécialités de premier recours. Cependant, la moyenne d âge des praticiens locaux augmente : 43% des spécialistes ont plus de 55 ans et sont amenés à cesser d exercer dans les 5 ans à venir. Les infirmiers libéraux sont également vieillissants (âge moyen de 53 ans). Page 6 sur 27

7 II -PRESTATIONS ET ACTIVITES DU CCAS A ACTION SOCIALE 1 - la commission locale d aides financières La commission locale d aides financières regroupe les représentants du CCAS, de la circonscription de la vie sociale et des associations caritatives scéennes. Elle étudie les situations des familles domiciliées à Sceaux et décide de la répartition des aides entre les participants (en dehors de la CVS), sur la base d une évaluation faite par un travailleur social, à la demande des intéressés. Chaque année, le SIPPEREC attribue de subvention au CCAS pour aider les personnes démunies à régler leurs factures d'edf. Ces demandes sont examinées en CLAF. En 2012, la CLAF s est réunie 10 fois et a étudié 29 demandes concernant 26 ménages différents. Deux dossiers ajournés ont été représentés et un demandeur a sollicité la CLAF pour une nouvelle aide, tout à fait indépendante de la première. nombre demandes * Y compris SIPPEREC montants demandés Aides demandées et décisions, en nombre et en euros * montants pourcentage pourcentage nombre totaux d accords d accords d accords accordés en nombre en montants refus et réorientations ajournements et sans suite % 50 % % 64 % % 79 % % 75 % , % 50% 6 7 Le nombre de demandes d aide connaît une baisse significative, ainsi que le pourcentage d accords en nombre comme en montant totaux accordés. Sur ce dernier point, notons qu une demande tout à fait particulière, non soutenue par le service instructeur et dont le montant était très élevé fausse les chiffres. Toutefois, la baisse du nombre de demandes reste importante. La Circonscription de la vie sociale, service instructeur de la quasi-totalité des dossiers, a connu des difficultés liées à un manque de personnel, ce qui est un élément d explication au fait qu il y ait moins de demandes. Cependant, il est plus vraisemblable que la complexité des situations rencontrées freine les possibilités de les présenter en CLAF. En effet, le budget des familles est souvent difficile à poser, la réalité de leur situation n est pas tranchée, pas stabilisée, aussi, il n est pas simple de faire un exposé clair et les ajournements pour obtenir des précisions sont proportionnellement en augmentation. D une manière générale, les familles scéennes précarisées ne sont pas forcément sans ressources mais voient un budget déséquilibré par le coût des loyers, l endettement ou le surendettement et les ruptures familiales. Page 7 sur 27

8 Croix Rouge Montants pris en charge par les différents partenaires Secours catholique Conférence St Vincent de Paul Groupe entraide des Blagis CCAS SIPPEREC Total * ,72 520, , Dans la mesure du possible, les membres de la CLAF s efforcent de limiter le nombre d intervenants pour une même famille afin que celle-ci n ait pas de multiples interlocuteurs. Les aides financières ont été attribuées à 56,25% par un seul financeur et à 43,75% par 2 ou 3 financeurs, quand le montant demandé était plus important. En ce qui concerne l objet des aides, on note que les demandes pour financer les frais d énergie arrivent en priorité avec 27,5% des demandes, suivies à 20,7% par des besoins en liquidités pour faire face aux frais quotidiens, notamment à cause d une baisse de ressources liée à une perte d emploi. Les frais de santé, d équipement du logement, de formation et de timbres administratifs arrivent à égalité pour 10,3 % des demandes et la commission a financé un bénéficiaire pour des frais d obsèques. Concernant les profils des demandeurs, le reste à vivre moyen pour les personnes ayant sollicité une aide de la CLAF se situe à 3,75 par jour et par personne, ce qui constitue une toute petite moyenne, encore en baisse cette année. Pour au moins 15% des demandeurs, la situation d endettement ou de surendettement est avérée. Une analyse de la situation professionnelle des familles dont la situation a été présentée en CLAF montre que seulement 27% des demandeurs ont un salaire et 25% sont indemnisés par le pôle emploi. La part des bénéficiaires du RSA socle reste semblable au deux dernières années et représente 23% des demandeurs d aides. Les couples, le plus souvent avec enfant, représentent 31% des demandeurs, les familles monoparentales également 31%, et les isolés 38%. 2 L allocation communale d aide à la famille L allocation communale d aide à la famille est destinée à aider les familles domiciliées à Sceaux pour assurer les frais de scolarité de leurs enfants jusqu à l âge de 25 ans. Elle s adresse aux ménages dont le budget est modeste. L allocation communale d aide à la famille vient en complément de l allocation de rentrée scolaire de la caisse d allocations familiales, des bourses attribuées par l Etat ou le Conseil général, des revenus issus de l apprentissage. Elle est calculée à partir d un quotient familial calculé par le service de la régie de la ville qui facture les prestations en fonction des ressources de la famille en fonction du cycle où est scolarisé l enfant. Page 8 sur 27

9 Années Nombre de familles bénéficiaires Nombre Total d'élèves concernés Nombre d élèves en Primaire Nombre d élèves au collège Nombre d élèves au lycée Nombre d élèves à l université Montant total accordé 2007/ / / / / , / ,97 * bilan intermédiaire au 28/01/2013 Le nombre de bénéficiaires a globalement augmenté, sauf pour les étudiants Pour l année 2012/2013, les demandes d allocation communales d aide à la famille peuvent encore être déposées jusqu au 4 juillet Années Montant de l allocation versée Montant total élémentaire collège lycée université 2007/ / / / /2012* 4 317, , , , , / , , , , ,97 * bilan intermédiaire au 28/01/2013 Les montants moyens attribués par élève, selon le cycle scolaire, sont de : - 92 par élève de classe élémentaire par collégien par lycéen par étudiant Ils sont en hausse. Cependant, le montant moyen accordé par élève, tous cycles confondus est en baisse et passe de 223 à 204,47 euros car les enfants des premiers cycles sont les plus nombreux et l allocation allouée est plus faible que pour les lycéens ou les étudiants. Le montant total accordé est lui aussi en baisse de ce fait, alors que le nombre d accords augmente. Le montant moyen accordé par famille (qui peut avoir plusieurs enfants) est de 382,5 euros. 3 L aide sociale aux personnes âgées et handicapées Les demandes d aide sociale concernent 5 grands domaines : - la perte d autonomie : l allocation personnalisée d autonomie (APA) pour les personnes âgées dont la dépendance a été évaluée en groupe iso ressource (GIR de 1 à 4), la prestation de compensation du handicap (PCH), l aide à domicile pour les personnes les plus autonomes. Pour mémoire depuis la loi du 11 février 2005 il n y a plus de nouvelles demandes d ACTP, remplacée par la prestation de compensation du handicap. Pour l ACTP, sont maintenus les Page 9 sur 27

10 renouvellements tous les 3 ans qui sont examinés par la MDPH pour la décision d attribution, tandis que les révisions annuelles sont examinées par le Conseil général pour le montant attribué. L instruction annuelle est réalisée par le CCAS. - les différentes cartes signalant cette perte d autonomie : la carte d invalidité pour les personnes ayant un handicap supérieur ou égal à 80 %, la carte de priorité qui remplace l ancienne carte dite de station debout pénible, et la carte européenne de stationnement qui est attribuée entre autres aux personnes dont le périmètre de marche est limité à 200 m. - les demandes relatives à l hébergement : les orientations vers un établissement pour personnes handicapées, les demandes d aide sociale à l hébergement pour les personnes à faibles ressources et les dossiers d obligation alimentaire, l allocation aux familles hébergeant un ascendant. - les demandes relatives aux prestations sociales et familiales : l allocation adulte handicapé (AAH), l allocation d éducation de l enfant handicapé (AEEH), l allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA). - les demandes relatives à l orientation scolaire, professionnelle pour les personnes handicapées : reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé, orientation en établissement spécialisé ou vers un service de soins à domicile, orientation en milieu de travail ordinaire ou protégé, En 2012, 397 demandes ont été faites au titre de l aide sociale (contre 373 en 2011) pour 125 demandeurs, un même dossier pouvant regrouper plusieurs demandes. Le CCAS a instruit 141 de ces demandes. Pour certaines personnes ou leur famille, cette instruction nécessite un ou plusieurs rendez-vous. Un agent du CCAS reçoit les Scéens pour aider à l orientation et la constitution de dossiers (145 rendez-vous en 2012, pour 154 en 2011). Les dossiers sont adressés à la Maison Départementale des Personnes Handicapées pour qu elle statue sur le degré de handicap et la nature de l aide à apporter. Ils sont adressés au Département pour toutes les prises en charge d aide financière et les demandes APA. Ces dernières demandes sont au nombre de 73 et font l objet d un remboursement pour l instruction par le Département. Ces organismes envoient au CCAS les notifications pour enregistrement et les différentes cartes pour transmission aux bénéficiaires. 251 réponses ont ainsi été traitées. Total des demandes connues* 397 Instruction avec RDV 36,6% Instruction sans RDV 13% Envoi direct 50,4% Cette année encore, les demandes concernent en priorité les personnes âgées (62% en 2012 et 60% en 2011) et à 38% les personnes handicapées (40% en 2010). Elles ont été instruites à 34% pour le compte du Conseil général (36% l an dernier), à 61,52% pour la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) (60,4% l an dernier). Le solde concerne les obligés alimentaires des autres communes et les dossiers ASPA. Les délais de réponse du Département sont de 2 mois en moyenne, tandis que ceux de la MDPH peuvent atteindre 8 mois. En 2012, les demandes de cartes d'invalidité ont donné lieu à un accord dans 64% des cas (25% des demandes ont donné lieu à l attribution d une carte de priorité). Des accords ont été décidés pour 58,33% des demandes de carte européenne de stationnement, et 47% des demandes d'apa dont la réponse est connue du CCAS. Au total, les demandes instruites par le CCAS ou portées à sa connaissance sont en légère augmentation et représentent 223 demandes pour l attribution des différentes cartes, 113 demandes relative à la perte d autonomie (dont 95 demandes d aide personnalisée à l autonomie, 7 pour le Page 10 sur 27

11 renouvellement de l allocation compensatrice tierce personne et 11 demandes de prestation de compensation du handicap) et 49 demandes relatives aux questions d hébergement. 85,35% des personnes venant au CCAS pour faire une demande d aide sociale vivent à leur domicile et 59,60% sont entourés par leur famille. Sur l'ensemble des demandes répertoriées par le CCAS en 2012, 58 personnes âgées ou handicapées sont en établissement situés à 82,76% en Ile-de-France, dont 63,79% dans les Hauts-de-Seine et 31,03 % à Sceaux. Personnes âgées En ce qui concerne les personnes âgées, les demandes répertoriées par le CCAS en 2012 concernent à : - 51,02% les différentes cartes d invalidité, de priorité ou de stationnement, soit 125 demandes, - 40% la perte d autonomie, soit 98 demandes, - 7,76 % l hébergement, soit 19 demandes. La part de l'apa dans les demandes faites par les personnes âgées est stable à 24%, ce qui représente 95 demandes dans l'année Type de demande Répartition des demandes d aide sociale connues Demandes instruites par le CCAS Demandes envoyées directement par les personnes Total Carte d invalidité Carte de priorité Carte européenne de stationnement All personnalisée d autonomie Aide sociale à l hébergement Aide à domicile All aux familles hébergeantes Obligation alimentaire Aide sociale aux personnes âgées (ASPA) Total Les demandes de carte européenne de stationnement, de carte d'invalidité et d APA sont à plus de 90 % des nouvelles demandes. Au 31 décembre 2012, le CCAS a pu répertorier 566 (457 en 2011) titulaires de la carte d'invalidité et 307 titulaires de la carte européenne de stationnement (216 en 2011). Page 11 sur 27

12 Les personnes handicapées En ce qui concerne les personnes handicapées, les demandes répertoriées au CCAS en 2012 se répartissent comme suit : - 68% concernent les différentes cartes d invalidité, de priorité et de stationnement, soit 98 demandes, - 9,72% la perte d autonomie, soit 14 demandes, - 15,86 % l hébergement, soit 23 demandes, - 4,17 % les prestations sociales et familiales, soit 6 demandes - 2,08 % la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé, soit 3 demandes. Répartition des demandes d aide sociale et de leurs réponses connues Personnes handicapées Type de demande Demandes Demandes instruites par le envoyées Total CCAS directement Carte européenne de stationnement Carte d invalidité Carte de priorité Allocation adulte handicapé All d éducation de l enfant handicapé Orientation en établissement Reconnaissance travailleur handicapé et orientation prof. All compensatrice pour tierce personne (renouvellement et révision) Aide sociale à l hébergement Prestation de compensation Total On peut noter que seules 49,24% des demandes de cartes d invalidité (51% en 2011) et 50% des demandes d aide sociale à l hébergement pour les personnes handicapées sont instruites par le CCAS. Une part importante des demandes concernant les adultes ou les enfants handicapés est faite par les établissements ou les services spécialisés qui en ont la charge. Page 12 sur 27

Mme Bénédicte LEFÈVRE, directrice de l Action sociale, de la santé et des solidarités

Mme Bénédicte LEFÈVRE, directrice de l Action sociale, de la santé et des solidarités Centre communal d action sociale Conseil d administration du centre communal d action sociale L an deux mille treize, le 21 février, à 18h30, les membres composant le conseil d administration du centre

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées. Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1

Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées. Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1 Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1 Prestations financières pour adultes handicapés Prestation financière

Plus en détail

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013 Centre Communal d Action Sociale Rapport d activités 2013 L action sociale du C.C.A.S. Les missions Intervention sociale auprès des personnes Accueillir, informer, orienter et accompagner le public présentant

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

Logement. Maintien à domicile. Alimentation. Transport. Budget

Logement. Maintien à domicile. Alimentation. Transport. Budget SOMMAIRE Logement Maintien à domicile Santé Alimentation Transport Budget LOGEMENT PACT Pays-Basque Le PACT vous aide à adapter votre logement : un diagnostic accessibilité réalisé par le PACT. Évaluation

Plus en détail

Qu est-ce que le CCAS?

Qu est-ce que le CCAS? Qu est-ce que le CCAS? Le centre Communal d Action Sociale est un établissement public chargé d exercer les compétences détenues par la commune en matière d action sociale. C est un établissement ayant

Plus en détail

L'APA doit être utilisée pour les dépenses prévues par le plan d'aide individuel :

L'APA doit être utilisée pour les dépenses prévues par le plan d'aide individuel : Aide à domicile des personnes âgées I n f o r m a t i o n s SOMMAIRE Exonération des charges sociales Intervenant à domicile Allocation Personnalisée d Autonomie Soins à domicile 1. Allocation Personnalisée

Plus en détail

Conseil Municipal du 04 février 2013

Conseil Municipal du 04 février 2013 CCAS MEYLAN Conseil Municipal du 04 février 2013 1 Plan de la présentation Cadre général Contexte réglementaire Indicateurs sociaux Cadre Communal Meylan en chiffres CCAS CA Organigramme Budget Missions

Plus en détail

Observatoire Landais de l aide à domicile

Observatoire Landais de l aide à domicile Observatoire Landais de l aide à domicile Bulletin n 5 Avril 2014 Analyse de L aide à domicile sur le territoire Landais entre 2010 et 2012 La DREES 1 estime que les dépenses liées à la dépendance en 2011,

Plus en détail

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Agence nationale des services à la personne Colloque régional DIRECCTE Alsace Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Strasbourg, 22 novembre 2010 La politique

Plus en détail

L accueil en établissement

L accueil en établissement I VOLET 3 L accueil en établissement Article L 344-5-1 du CASF, Article L. 242-4 du CASF, Article L. 131-3 du CASF 1. Définition Toute personne handicapée dont l état de santé nécessite un placement en

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris MAIRIE DE PARIS - DU - MCC Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2010 SEPTEMBRE 2011 L Observatoire parisien de l insertion et de la lutte contre l exclusion

Plus en détail

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) :

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) : C14 Allocation compensatrice tierce personne (ACTP) Depuis la mise en œuvre au 01/01/2006 de la loi du 11 février 2005 instaurant la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) remplaçant l Allocation

Plus en détail

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE Une année mitigée En 2008, en Poitou-Charentes, le bilan social est mitigé. Le nombre d allocataires de l ASS et de l API décline. De même, le nombre de bénéficiaires de la CMUc est en retrait. Cela peut

Plus en détail

AIDES SOCIALES 2015 NOTICE D INFORMATION. Service Action Sanitaire et Sociale VOUS SOUHAITEZ BÉNÉFICIER D UNE AIDE DE LA CRPCEN

AIDES SOCIALES 2015 NOTICE D INFORMATION. Service Action Sanitaire et Sociale VOUS SOUHAITEZ BÉNÉFICIER D UNE AIDE DE LA CRPCEN NOTICE D INFORMATION Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr

Plus en détail

Fiche 18 : L aide sociale à l hébergement

Fiche 18 : L aide sociale à l hébergement Fiche 18 : L aide sociale à l hébergement Références juridiques Code de l Action Sociale et des Familles: Article L 131-3 sur l admission d urgence Article L 231-4 et suivants concernant les modalités

Plus en détail

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES ET PERSONNES HANDICAPEES

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES ET PERSONNES HANDICAPEES C11 Hébergement par un accueillant familial à titre onéreux : Financement de l accueil Nature de la prestation : Références : Prestations légales pour le financement du coût de l'accueil familial : Décret

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

La Maison. Départementale. des Personnes. Handicapées

La Maison. Départementale. des Personnes. Handicapées La Maison Départementale des Personnes Handicapées 0 800 31 01 31 Depuis son installation en 2006, la Maison Départementale des Personnes Handicapées assure le rôle de guichet unique départemental pour

Plus en détail

LES PERSONNES HANDICAPÉES

LES PERSONNES HANDICAPÉES LES PERSONNES HANDICAPÉES - 1 - Hébergement et accompagnement de la personne handicapée Règlement départemental d aide sociale 2007 - Personnes handicapées - Personnes âgées 25 LES 1 1 - Hébergement et

Plus en détail

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES HANDICAPEES

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES HANDICAPEES C13 L aide sociale à l hébergement en établissement (foyer d hébergement, foyer de vie et foyer d accueil médicalisé, établissement pour personnes âgées) et accueil en structure occupationnelle Références

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

La prestation d accueil du jeune enfant

La prestation d accueil du jeune enfant La prestation d accueil du jeune enfant PRIME A LA NAISSANCE ALLOCATION DE BASE Complément de libre Choix d activité Complément de libre Choix du mode de garde PRESTATION D ACCUEIL DU JEUNE ENFANT La prime

Plus en détail

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant Accueil et modes de garde Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013 J adopte un enfant 1 2 J adopte ou j accueille un enfant en vue d adoption La prime à l adoption 4 J élève mon enfant L

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

Sommaire. Le champ de la dépense publique «handicap» implique l ensemble des administrations publiques

Sommaire. Le champ de la dépense publique «handicap» implique l ensemble des administrations publiques La dépense publique dans le champ du handicap : une croissance forte depuis 2005 qui traduit un engagement marqué de l Etat, des collectivités locales et de la sécurité sociale Sommaire Le champ de la

Plus en détail

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 PREAMBULE LES PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L AIDE SOCIALE Le Règlement départemental

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Les recettes de la journée de solidarité 2014

Les recettes de la journée de solidarité 2014 Dossier 20 mai 2015 Les recettes de la journée de solidarité 2014 Depuis son instauration en 2004 et jusqu en 2014, la journée de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, a rapporté au total

Plus en détail

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013 Nantes, le 11 mars 2013 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014 v Dossier de presse Contact service presse Tél. : 02 40 41 64 36 Fax : 02 40 41 64 10 presse@mairie-nantes.fr 1000

Plus en détail

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement les aides de la Caf pour le financement L investissement Depuis 2000, sept plans nationaux d investissement ont été mis en œuvre par la branche. Ils ont permis l ouverture de 66 438 places. Le dernier

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

Allocation personnalisée d autonomie (APA) L APA. Pour aider les personnes âgées à faire face à la perte d autonomie

Allocation personnalisée d autonomie (APA) L APA. Pour aider les personnes âgées à faire face à la perte d autonomie Allocation personnalisée d autonomie (APA) L APA Pour aider les personnes âgées à faire face à la perte d autonomie Edition 2011 En vieillissant, il devient parfois difficile d accomplir, seul, les gestes

Plus en détail

Cette prestation est versée aux familles ayant en charge un enfant handicapé.

Cette prestation est versée aux familles ayant en charge un enfant handicapé. SOMMAIRE SOMMAIRE LA MDPH : L Allocation d Education de l Enfant Handicapé (AEEH) : La Prestation de Compensation du Handicap (PCH) : L Allocation Journalière de Présence Parentale (AJPP) : La carte d

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail

Le Revenu de solidarité active

Le Revenu de solidarité active 1 1. Qui est concerné? Le Revenu de solidarité active Pour percevoir le RSA, il faut : résider en France de manière stable et effective, être français ou titulaire depuis plus de cinq ans d un titre autorisant

Plus en détail

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux

Plus en détail

Les prestations familiales

Les prestations familiales Les prestations familiales Les Caisses d allocations familiales, les Caf, versent une quinzaine de prestations, dont les allocations familiales. Plus de 80 milliards d euros sont ainsi distribués aux familles.

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

7Les droits sociaux. Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs)

7Les droits sociaux. Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs) 7Les droits sociaux Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs) Les droits économiques Généralement à 18 ans, et parfois pour une durée plus ou

Plus en détail

Ses missions, ses actions

Ses missions, ses actions CCAS centre communal d'action sociale Guide du CCAS de la Ville de Meylan Ses missions, ses actions www.meylan.fr le centre communal d sociale de meylan Au plus près des habitants Le CCAS (Centre communal

Plus en détail

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R.

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R. A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET 1 Diagnostic : Le projet de création d une micro halte-garderie au Centre Social repose sur des données statistiques concernant

Plus en détail

Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre

Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre Service départemental du Morbihan Cité administrative - 13 avenue Saint-Symphorien - 56020 VANNES CEDEX Tél. 02.97.47.88.88 Fax 02.97.47.84.02

Plus en détail

Rapport d activités 2013

Rapport d activités 2013 PRESENTATION DU C.C.A.S. Le Centre Communal d Action Sociale (C.C.A.S.) est un établissement public administratif ayant une personnalité juridique distincte de la commune. Il est géré par un Conseil d

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS 14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS La mise en place de la prestation d accueil du jeune enfant (PAJE) en 2004, et plus particulièrement la création du

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ ÊTRE ÉPAULÉ POUR GÉRER LES CHANGEMENTS QUI SURVIENNENT AU SEIN DE VOTRE FAMILLE?

SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ ÊTRE ÉPAULÉ POUR GÉRER LES CHANGEMENTS QUI SURVIENNENT AU SEIN DE VOTRE FAMILLE? SAVEZ-VOUS QUE VOUS POUVEZ ÊTRE ÉPAULÉ POUR GÉRER LES CHANGEMENTS QUI SURVIENNENT AU SEIN DE VOTRE FAMILLE? JANVIER 2011 QU SOMMES NOUS? Au plus près des familles Depuis plus de 60 ans, les Allocations

Plus en détail

RETRAITE PLUS RETRAITE PLUS. AUX PERSONNES AGEES en 10 questions AIDES SOCIALES

RETRAITE PLUS RETRAITE PLUS. AUX PERSONNES AGEES en 10 questions AIDES SOCIALES RETRAITE PLUS Retraite plus - Service gratuit d orientation en Maison de Retraite COMPRENDRE LES AIDES SOCIALES RETRAITE PLUS RETRAITE PLUS AUX PERSONNES AGEES en 10 questions AIDES SOCIALES service gratuit

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages Sommaire Pages.. Qu est-ce que la PAJE 02.. La prime à la naissance ou à l adoption 03.. L allocation de base 04.. Le complément de libre choix du mode de garde Vous en bénéficiez quels que soient vos

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

Les avantages fiscaux

Les avantages fiscaux Réduction d impôt sur le revenu Les avantages fiscaux La réduction ou le crédit d'impôt Toute personne ayant recours aux services d'une aide à domicile dans sa résidence principale, secondaire ou celle

Plus en détail

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE Fonds européen pour les réfugiés Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE La Convention de Genève reconnaît aux réfugiés les mêmes droits qu'aux nationaux en matière d'assistance publique et de sécurité

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. NOM : Prénom : Coordonnées : IDENTIFICATION DU OU DES BENEFICIAIRE(S) NOM : Prénom : DATE DE LA DEMANDE :

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. NOM : Prénom : Coordonnées : IDENTIFICATION DU OU DES BENEFICIAIRE(S) NOM : Prénom : DATE DE LA DEMANDE : DIRECTION DE LA SOLIDARITE 3, Rue François de Guise B.P. 504 55012 BAR LE DUC CEDEX IDENTIFICATION DE L INSTRUCTEUR NOM : Qualité : FICHE DE SAISINE SERVICE INSERTION ET DEVELOPPEMENT SOCIAL Demande de:

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par :

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : REGLEMENT INTERIEUR Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : - le Code Général des Collectivités Territoriales La plupart des règles

Plus en détail

Retraités du Régime Agricole

Retraités du Régime Agricole Retraités du Régime Agricole Des aides pour vivre à domicile 2015 www.msa49.fr Favoriser le maintien à domicile des personnes retraitées C est : Aider, à leur domicile, en foyer logement ou en MARPA *,

Plus en détail

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES C6 L aide sociale à l hébergement en établissement Références Code de l Action Sociale et des Familles Art. L 113-1 Art. L 131-1 à L 131-7 Art. L 132-1 et suivants Art. L 231-4 à L 231-6 Art. R 131-1 et

Plus en détail

Les personnes âgées en Ile de France : évolutions et perspectives de la prise en charge de la dépendance.

Les personnes âgées en Ile de France : évolutions et perspectives de la prise en charge de la dépendance. 1 Les personnes âgées en Ile de France : évolutions et perspectives de la prise en charge de la dépendance. Source : INSEE et Etude de l ORS ( Observatoire régional de santé en Ile-de-France) - janvier

Plus en détail

Les droits. et de leurs PROCHES DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES ANNEXE LES CHIFFRES

Les droits. et de leurs PROCHES DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES ANNEXE LES CHIFFRES Les droits DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES et de leurs PROCHES ANNEXE LES CHIFFRES Chiffres en vigueur au 1 er avril 2012 ANNEXE LES CHIFFRES Chiffres en vigueur au 1 er avril 2012 Les chiffres qui

Plus en détail

Repères. Caisse Commune de Sécurité Sociale de la Lozère

Repères. Caisse Commune de Sécurité Sociale de la Lozère Repères Caisse Commune de Sécurité Sociale de la Lozère Une Caisse Unique......pour un Département Unique Créée en 2009, la Caisse Commune de Sécurité Sociale de la Lozère est un organisme multi branches

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE REGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE VILLETANEUSE juin 2008 SOMMAIRE CHAPITRE I OBJET ET TYPE D AIDES...3 ARTICLE 1. OBJET...3 ARTICLE

Plus en détail

Demande d aide financière

Demande d aide financière Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre Service départemental. Demande d aide financière Dossier parrainé par NOM :. Prénom : Date et lieu de naissance :. Adresse : Email : Téléphone

Plus en détail

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 LE BAROMETRE DES EMPLOIS DE LA F AMILLE No 11 décembre 2014 TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 L activité de l emploi à domicile hors garde d enfants est en repli depuis le 1 er trimestre 2012 La dégradation

Plus en détail

BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS

BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS BAREME N 1 ALLOCATION D EDUCATION DE L ENFANT HANDICAPE ET COMPLÉMENTS DATE SALAIRE DE BASE MENSUEL A.F. AEEH 32 % * C1 24 % * C2 65 % * C3 92 % C4 142,57 %* C5 182,21 % * C6 MTP 389,20 124,54 93,41 252,98

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA)

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) 15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) Le revenu de solidarité active (RSA), mis en place depuis le 1 er juin 29 en métropole, remplace les dispositifs de minima sociaux allocation de parent isolé (API)

Plus en détail

La réalisation de ce panorama de l emploi territorial est le fruit d un travail collectif, impulsé au cours. Avant-propos

La réalisation de ce panorama de l emploi territorial est le fruit d un travail collectif, impulsé au cours. Avant-propos Avant-propos en vigueur de la loi du 19 février 2007 a confirmé et conforté les centres de gestion comme les partenaires privilégiés de l ensemble des collectivités en matière d emploi public local. Au

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Personnes âgées dépendantes : bâtir le scénario du libre choix

Personnes âgées dépendantes : bâtir le scénario du libre choix Personnes âgées dépendantes : bâtir le scénario du libre choix Présentation du second rapport de la mission «Prospective des équipements et services pour les personnes âgées dépendantes» D un rapport à

Plus en détail

PLAFONDS DE RESSOURCES 2007

PLAFONDS DE RESSOURCES 2007 PLAFONDS DE RESSOURCES 2007 PRESTATIONS FAMILIALES Revalorisation des plafonds d'attribution des prestations familiales, en métropole et en départements d'outre-mer (DOM), de 1,7 %, à compter du 1 er juillet

Plus en détail

Pouvoir bénéficier. de différents droits et prestations

Pouvoir bénéficier. de différents droits et prestations LES DOCUMENTS de la Maison Départementale des Personnes Handicapées du Fiche > 2 Pouvoir bénéficier de différents droits et prestations Sommaire A L Allocation d Education de l Enfant Handicapé (AEEH)

Plus en détail

1) Pourquoi une instruction spécifique

1) Pourquoi une instruction spécifique Préambule Ce guide d instruction a vocation à faciliter l examen des demandes étudiantes de gratuité des transports sur le réseau STAR en donnant à chaque instructeur des Centres Communaux ou Intercommunaux

Plus en détail

DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51

DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51 DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51 N de dossier :. Date de la demande :.. /.. /.. PERSONNE(S) ET STRUCTURE AYANT EFFECTUE L ENTRETIEN Travailleur social qui oriente :.. Structure :.. Référent

Plus en détail

Enjeux du développement durable. Faire reculer la pauvreté et rompre avec la précarité

Enjeux du développement durable. Faire reculer la pauvreté et rompre avec la précarité 4 Action sociale Fiche Axe 3 Garantir la cohésion sociale, l'accès à la ville pour tous, intégrer les habitants et améliorer la qualité de vie Enjeux du développement durable Faire reculer la pauvreté

Plus en détail

DEMANDE D AIDE AU MAINTIEN À DOMICILE POUR PERSONNES ÂGÉES. Quelles aides? Pour qui? > Comment et où déposer une demande?

DEMANDE D AIDE AU MAINTIEN À DOMICILE POUR PERSONNES ÂGÉES. Quelles aides? Pour qui? > Comment et où déposer une demande? DEMANDE D AIDE AU MAINTIEN À DOMICILE POUR PERSONNES ÂGÉES Quelles aides? Pour qui? Comment et où déposer une demande? Vous souhaitez une aide pour rester à votre domicile. Selon votre degré d autonomie

Plus en détail

- 4 - L aide ménagère

- 4 - L aide ménagère - 4 - L aide ménagère Règlement départemental d aide sociale 2007 - Personnes handicapées - Personnes âgées 49 LES 4 4 - L aide ménagère. Dispositions générales. Article 1.1 Objectifs. L aide ménagère

Plus en détail

Département de la Somme

Département de la Somme Fonds départemental RESTAURATION SCOLAIRE ECOLE DU PREMIER DEGRE «Maternelle et primaire» Département de la Somme Direction de la Cohésion Sociale Pôle Gestions des Allocations et des Aides Nathalie MONTJOIE

Plus en détail

SERVICES AUX PERSONNES

SERVICES AUX PERSONNES Pays du Grand Beauvaisis Fiche sectorielle Edition 2013 SERVICES AUX PERSONNES Définition du secteur Les services à la personne regroupent l ensemble des services contribuant au mieux-être des citoyens

Plus en détail

REGLEMENT APPLICABLE AU DISPOSITIF D AIDE A LA RESTAURATION SCOLAIRE

REGLEMENT APPLICABLE AU DISPOSITIF D AIDE A LA RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT APPLICABLE AU DISPOSITIF D AIDE A LA RESTAURATION SCOLAIRE Conscient des enjeux liés à la restauration, le Département de l Isère met en œuvre un schéma de la restauration scolaire selon 5 priorités

Plus en détail

Une nouvelle mission pour le Centre Local d Information et de Coordination (CLIC) du Pays de Châteaubriant

Une nouvelle mission pour le Centre Local d Information et de Coordination (CLIC) du Pays de Châteaubriant Une nouvelle mission pour le Centre Local d Information et de Coordination (CLIC) du Pays de Châteaubriant Présentation du PAP Plan d Actions Personnalisé pour les personnes âgées retraitées du régime

Plus en détail

Tarifs en EHPAD et aides financières. Les tarifs en EHPAD. (Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes)

Tarifs en EHPAD et aides financières. Les tarifs en EHPAD. (Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) Les tarifs en EHPAD (Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) Le prix journalier en EHPAD est composé du tarif Hébergement, du tarif Dépendance et du forfait Soins. Le tarif Hébergement

Plus en détail

L accueil familial en faveur des Personnes agées

L accueil familial en faveur des Personnes agées I VOLET 3 L accueil familial en faveur des Personnes agées 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux personnes âgées. Il contribue

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS I- Moyens financiers Budget 2007 : Recettes totales = 3.604.581 dont : Budget CCAS : 1.487.913 Budget annexe SSIAD : 438.284 Budget annexe MAD : 1.678.384 Dépenses

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Le Centre communal d action sociale (CCAS) de Vernillet est un établissement public autonome chargé d assurer une action générale de prévention et de développement social,

Plus en détail

HABITAT ET CADRE DE VIE

HABITAT ET CADRE DE VIE HABITAT ET CADRE DE VIE Dans le cadre de sa politique d'action sociale résolument axée vers la prévention et en faveur de la préservation de l'autonomie des retraités, l'assurance retraite apporte son

Plus en détail

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE GARDE D ENFANTS Tout savoir sur la PAJE Sommaire Qu est-ce que la PAJE? Page 2 La prime à la naissance ou à l adoption Page 3 L allocation de base Page 4 Le complément de libre choix du mode de garde Page

Plus en détail

Expertise Action sociale DONNEES LOGEMENT HABITAT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS

Expertise Action sociale DONNEES LOGEMENT HABITAT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS Expertise Action sociale DONNEES LOGEMENT HABITAT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS Décembre Sommaire PREAMBULE...p I. TYPOLOGIE DES LOGEMENTS...p.. Répartition par type de logement...p.. Répartition des

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Les Orientations Médico- Sociales Adultes

Les Orientations Médico- Sociales Adultes Les Orientations Médico- Sociales Adultes 22/10/2013 MDPH 59 1 mdph59 Compétences et Missions de la CDAPH Orientation de la personne en situation de handicap Désignation des types d établissements ou services

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail