«Travailler plus pour gagner plus» : les nouvelles dispositions sur les heures supplémentaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Travailler plus pour gagner plus» : les nouvelles dispositions sur les heures supplémentaires"

Transcription

1 SYNTHESE Social Textes et références Loi n du 21 août 2007 (JO 22 août) en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat (article 1) Décret n du 24 septembre 2007 (JO 25 septembre) Cass. soc. 10 mai 2007, n Article L du code du travail Articles L , 6 et 7 du code du travail Article L du code du travail Articles D à 24 du code du travail Articles D à 13 du code de la sécurité sociale «Travailler plus pour gagner plus» : les nouvelles dispositions sur les heures supplémentaires septembre 2007

2

3 Heures supplémentaires Social 1 Présentation des nouvelles mesures sur les heures supplémentaires et temps assimilés Suppression du régime dérogatoire dans les entreprises de 20 salariés et moins Augmentation du taux de majoration des 4 premières heures supplémentaires Règles d imputation des heures supplémentaires sur le contingent Exonération d impôt et réduction des cotisations salariales de sécurité sociale Employeurs et salariés visés Heures et temps assimilés concernés par l exonération fiscale et la réduction de cotisations salariales Conditions d application de l exonération d impôt et de la réduction de cotisations salariales Sommes visées par l exonération d impôt et la réduction de cotisations salariales Exonération d impôt sur le revenu Réduction de cotisations salariales de sécurité sociale Déduction forfaitaire des cotisations patronales de sécurité sociale Calcul de la déduction forfaitaire Aménagement de la réduction «Fillon» Montant de la réduction «Fillon» Règles de cumul de la réduction «Fillon» Problématiques liées à la mise en œuvre de la loi Evaluation du coût ou du gain pour l employeur Entreprises dont la durée du travail est déjà supérieure à 35 h Entreprises dont la durée du travail est fixée à 35 h et qui veulent augmenter la durée du travail Avantages comparatifs pour le salarié et l employeur Complexité accrue du bulletin de paie Obligations à la charge des employeurs Synthèse d experts

4

5 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : La loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat du 21 août 2007 a notamment pour objectif de favoriser l augmentation de la durée du travail en vue de lutter contre le chômage et de relancer l économie. Cette corrélation est mise en évidence par les comparaisons européennes qui montrent que les pays qui connaissent un plein emploi sont souvent ceux dans lesquels le nombre moyen d heures travaillées par salarié est élevé. Les mesures incitatives à l augmentation de la durée du travail, prévues à l article 1 de la loi, se traduisent par la mise en œuvre de quatre dispositifs : - une exonération d impôt sur le revenu, - une réduction des cotisations salariales de sécurité sociale, - une déduction forfaitaire des cotisations patronales de sécurité sociale, - la modification du calcul de la réduction Fillon. Ces mesures entreront en vigueur au 1 er octobre 2007 : sont visées les rémunérations perçues à raison des heures de travail effectuées à compter du 1 er octobre Un décret du 24 septembre 2007 (JO 25) a apporté un certain nombre de précisions, notamment en ce qui concerne les modalités de calcul de ces mesures incitatives ainsi que le formalisme à la charge de l entreprise. Les chefs d entreprise s interrogeant déjà sur l opportunité de recourir aux heures supplémentaires afin de bénéficier des exonérations fiscales et sociales visées, il semble opportun de tenter de répondre aux principales questions qu ils se posent. Auparavant, il est nécessaire, d une part, de présenter les nouvelles mesures législatives et, d autre part, de rappeler les principes régissant le recours aux heures supplémentaires. 1 Présentation des nouvelles mesures sur les heures supplémentaires et temps assimilés Si la loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat prévoit des avantages sociaux et fiscaux en cas de recours aux heures supplémentaires, ou temps assimilés, elle modifie, dans un sens moins favorable, les règles existantes pour les petites entreprises concernant le taux de majoration des heures supplémentaires. 1.1 Suppression du régime dérogatoire dans les entreprises de 20 salariés et moins Les entreprises de 20 salariés et moins (effectif calculé au 31 mars 2005) bénéficiaient d un régime dérogatoire expirant le 31 décembre 2008 au titre duquel : - la majoration légale des 4 premières heures supplémentaires était fixée à 10% ; - les heures supplémentaires ne s imputaient sur le contingent qu au-delà de 36 heures. Synthèse d experts

6 Social Vos notes et remarques A compter du 1 er octobre 2007, le régime légal des heures supplémentaires est donc commun à toutes les entreprises quel que soit leur effectif. Il s ensuit un coût supplémentaire pour l employeur dans les entreprises de 20 salariés au plus. Cette majoration concerne tant le paiement des heures supplémentaires que la transformation en repos équivalent de la majoration. Exemple : Entreprise à 39 h appliquant un taux de majoration de 10%, taux horaire de 10 Paiement : (151 h 67 x 10 ) + (17 h 33 x 10 x 110%) = 1707,33 (151 h 67 x 10 ) + (17 h 33 x 10 x 125%) = 1733,33 Coût : 26 /mois soit 312 /an (mais majoration de la déduction de cotisations patronales) Repos compensateur remplaçant le paiement de la majoration 41 semaines x 24 minutes (10%) = 2,5 jours de repos 41 semaines x 1 h (25%) = 6 jours de repos Pour compenser ce renchérissement, la déduction forfaitaire des cotisations sociales patronales est majorée et la réduction générale des cotisations est aménagée. Si l entreprise octroie un repos compensateur, elle ne bénéficiera pas de la déduction forfaitaire sur ce repos Augmentation du taux de majoration des 4 premières heures supplémentaires Taux légal de majoration des heures supplémentaires au 1 er octobre 2007 Heures concernées Taux légal de majoration Huit premières heures supplémentaires Taux fixé par convention ou accord collectif avec un plancher de 10% A défaut d accord collectif : 25% Heures supplémentaires suivantes Taux fixé par convention ou accord collectif avec un plancher de 10% A défaut d accord collectif : 50% Il faut noter que le taux légal ne s applique qu à défaut d accord collectif fixant un taux différent, avec un plancher de 10%. Aussi, la majoration du taux, pour les petites entreprises, n affectera pas celles qui sont soumises à un taux inférieur, fixé par accord collectif. Elles bénéficieront cependant de la majoration de la 6 Synthèse d experts 2007

7 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : déduction forfaitaire des charges sociales patronales (1,50 pour les entreprises de 20 salariés et moins au lieu de 0,50 pour les autres entreprises). Exemple : La convention collective des HCR prévoit que les quatre premières heures supplémentaires sont majorées à 10%, quel que soit l effectif de l entreprise. Ces entreprises ne seront donc pas tenues d appliquer un taux de majoration de 25% au 1 er octobre Seront donc affectées par le renchérissement du taux de majoration les entreprises pour lesquelles la convention collective, soit ne fixe aucun taux de majoration, soit se réfère au taux légal Règles d imputation des heures supplémentaires sur le contingent La loi met fin à la possibilité, dans les entreprises de 20 salariés et moins, de n imputer les heures supplémentaires sur le contingent qu au-delà de la 36 ème heure. Certaines conventions collectives prévoyant que toutes les heures supplémentaires s imputent sur le contingent, ce régime dérogatoire légal n était pas toujours applicable. A partir du 1 er octobre 2007, dans toutes les entreprises, toutes les heures supplémentaires s imputent sur le contingent. Cette disposition a une portée importante. En effet, dans la mesure où, pour une entreprise à 39 heures, 4 heures supplémentaires (contre 3 précédemment) vont s imputer sur le contingent, il faut vérifier si le niveau du contingent permet de continuer de travailler 39 h/semaine (ou autre durée supérieure à 35 h). Exemple : Dans la mesure où l entreprise impute des heures supplémentaires sur le contingent pendant environ 40 semaines (partant du principe que le salarié prend 5 semaines de CP groupées + chôme tous les jours fériés), il faut un contingent d au moins 160 heures pour travailler sur la base de 39 heures. Or, nombreuses sont les conventions collectives prévoient un contingent inférieur. Attention : ce calcul est fait salarié par salarié en fonction des données propres à l entreprise. 1.2 Exonération d impôt et réduction des cotisations salariales de sécurité sociale Les avantages liés à l accomplissement d heures supplémentaires profitent principalement aux salariés par le biais d une exonération fiscale et d une réduction des cotisations. Ces différentes mesures ne visent que certaines heures et ne sont admises que dans certaines limites. Synthèse d experts

8 Social Employeurs et salariés visés Vos notes et remarques Les mesures d exonération fiscale et de réduction des cotisations salariales visent tous les employeurs du secteur privé (y compris le secteur agricole), les particuliers employeurs et le secteur public. Sont visés l ensemble des salariés, à temps plein ou à temps partiel, certains y ayant droit dans des conditions particulières (fonction publique, régimes spéciaux, etc.) Heures et temps assimilés concernés par l exonération fiscale et la réduction de cotisations salariales Les heures et temps de travail concernés sont très variés et dépendent de l aménagement du temps de travail dans l entreprise. C est pourquoi l on se réfère aux heures supplémentaires et complémentaires mais aussi aux temps assimilés. Organisation hebdomadaire du travail Il s agit des heures supplémentaires effectuées au-delà de 35 heures par semaine ou de la durée équivalente, en présence d un horaire d équivalence (art. L C.tr.). Octroi de jours RTT sur 4 semaines Si l organisation adoptée par l entreprise consiste à calculer la durée du travail sur une période de 4 semaines (art. L , I C.tr.) en gardant un horaire supérieur à 35 heures et en octroyant en contrepartie des jours ou demi-journées RTT afin que la durée du travail soit de 35 heures en moyenne sur la période de 4 semaines, les heures concernées sont : - les heures effectuées au delà de 39 h, - et les heures (à l exception de celles visées ci-dessus) excédant la moyenne de 35 heures sur la période de 4 semaines. Cycle de travail Si la durée du travail est organisée sous forme de cycles (art. L C.tr.), sont concernées les heures qui dépassent la moyenne de 35 heures sur le cycle. Modulation du temps de travail Si la durée du travail est organisée sous forme d une modulation (art. L C.tr.), consistant à calculer la durée du travail sur l année, sont concernées : - les heures effectuées au delà de la limite haute prévue par l accord de modulation, - et les heures (à l exception de celles visées ci-dessus) excédant 1607 heures sur la période annuelle de référence. 8 Synthèse d experts 2007

9 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : Il est fréquent que les accords de modulation prévoient une durée du travail inférieure à 1607 heures. Dans ce cas, les heures concernées par l exonération fiscale et la réduction de cotisation salariale ne sont que les heures excédant 1607 heures. Exemple : Si l accord de branche, conclu avant la loi créant la journée de solidarité, fixe une durée annuelle de travail de 1596 h, les heures supplémentaires se décomptent au-delà de 1601 heures, compte tenu du jour de solidarité. Mais les heures concernées par l exonération et la réduction ne sont que celles qui excèdent 1607 heures! Jours RTT sur l année Si la durée du travail est organisée dans un cadre annuel en prévoyant que la durée hebdomadaire est supérieure à 35 heures, dans la limite de 39 heures, et en attribuant en contrepartie des jours ou demi-journées RTT (art. L , II C.tr.), les heures concernées sont : - les heures excédant 1607 heures sur la période annuelle de référence, - et les heures non décomptées à ce titre effectuées au delà de 39 heures ou limite inférieure prévue par l accord. Comme en matière de modulation, les heures exonérées sont celles excédant 1607 heures. Heures choisies La loi prévoit qu un accord collectif peut prévoir la possibilité d effectuer des heures supplémentaires au-delà du contingent, sans application du régime d autorisation auprès de l inspecteur du travail et du repos compensateur obligatoire (art. L C.tr.). Un accord collectif et un accord entre l employeur et le salarié sont nécessaires pour recourir à cette disposition. Dans ce cas, les heures concernées par l exonération sont toutes les heures choisies. Convention de forfait annuel en heures En cas de conclusion d une convention de forfait annuel en heures, qui doit être prévu par accord collectif et par le contrat de travail, les heures concernées sont celles qui excèdent 1607 heures par an. Convention de forfait annuel en jours En cas de conclusion d une convention de forfait annuel en jours, qui doit être prévu par accord collectif et par le contrat de travail, sont concernés les jours excédant 218 jours par an. Il est important de noter que, pour renoncer à des jours de repos, un accord collectif doit le prévoir, dans le cadre d un accord sur le temps choisi. Cet accord fixe le montant de la majoration due au titre des jours de repos non pris. Un Synthèse d experts

10 Social Vos notes et remarques accord entre l employeur et le salarié est, de plus, obligatoire. Il existe une autre disposition permettant de renoncer à des jours de repos, qui est applicable dans les seules entreprises de 20 salariés et moins et qui ne sont pas couvertes par un compte épargne temps (CET) : dans ces entreprises, le salarié peut, en accord avec l employeur, renoncer à des jours de repos, dans la limite de 10 jours par an. Rachat de jours de repos dans les entreprises de 20 salariés et moins La loi du 31 mars 2005 a prévu que, dans les entreprises de 20 salariés et moins (effectif apprécié à la date du 31 mars 2005), à défaut d accord collectif ayant mis en place un compte épargne temps (CET) directement applicable dans l entreprise, le salarié peut renoncer, en accord avec l employeur, à des jours de repos (jours RTT et jours de repos pour les cadres au forfait jours), dans la limite de 10 par an, ainsi qu à des heures, en cas de forfait annuel en heures, dans la limite de 70 heures par an. Ces jours et heures sont concernés par l exonération et la réduction de cotisations. Salariés à temps partiel Pour rappel, les salariés à temps partiel peuvent effectuer des heures complémentaires dans les conditions suivantes : - le nombre d heures complémentaires ne peut excéder le dixième de la durée contractuelle, ou le tiers si un accord collectif le prévoit ; - les heures complémentaires ne doivent pas avoir pour effet de porter la durée légale du travail au niveau de la durée légale (art. L C.tr.). Sont concernés par l exonération et la réduction de cotisations les salaires versés au titre des heures complémentaires effectuées par les salariés à temps partiel. Les anciens contrats de travail à temps partiel annualisé sont aussi concernés. Les heures complémentaires n ouvrent pas droit à la déduction forfaitaire de charges patronales. Temps réduit pour raisons familiales Pour les salariés ayant un contrat de travail à temps réduit pour raisons de famille (périodes de travail à temps complet et périodes non travaillées), les heures concernées sont les heures effectuées au cours d une semaine au-delà de la durée légale (ou, en cas de modulation, au-delà de la durée fixée par l accord de modulation). Catégories particulières de salariés Des dispositions spécifiques sont prévues pour les salariés suivants : - Salariés des particuliers employeurs : sont concernées les heures supplémentaires au-delà de 40 heures par semaine. Ne sont pas visées les heures complémentaires. 10 Synthèse d experts 2007

11 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : - Assistants maternels : sont concernées les heures supplémentaires audelà de 45 heures par semaine et les heures complémentaires effectuées dans les conditions prévues par la convention collective. - Salariés non régis par les dispositions de droit commun sur la durée du travail : pigistes, travailleurs à domicile, concierges et employés d immeuble, marins, etc. Sont concernées par l exonération les heures supplémentaires ou complémentaires. Un décret doit préciser la mise en œuvre de cette mesure. La question se pose de savoir si les salariés qui ne sont pas soumis à la réglementation sur la durée du travail, comme par exemple les VRP (sauf s ils ont un contrat fixant une durée précise de travail) et les cadres dirigeants sont concernés par les mesures d exonération et de réduction de cotisations. La réponse devrait être négative Conditions d application de l exonération d impôt et de la réduction de cotisations salariales Pour bénéficier des mesures fiscale et sociale de faveur, la loi prévoit un certain nombre de conditions. Les mêmes conditions sont requises pour bénéficier de la déduction forfaitaire de cotisations patronales. Non substitution à un élément de rémunération Le bénéfice de l exonération et de la réduction de cotisations est conditionné au respect du principe de non substitution des heures supplémentaires, complémentaires et temps assimilés à un élément de rémunération, sauf à respecter un délai de 12 mois entre le dernier versement de l élément supprimé et le premier versement de l élément de rémunération concerné. Respect de la réglementation sur la durée du travail Pour que le salarié bénéficie de l exonération d impôt et de la réduction de cotisations, il faut que l employeur respecte les dispositions légales et conventionnelles sur la durée du travail. Il est important de sensibiliser les clients sur cette condition! Le non respect des dispositions relatives à la durée du travail peut avoir des incidences importantes! Sont visées notamment les obligations suivantes (amis attention! Il y en a bien d autres!) : - Informer au préalable le comité d entreprise (à défaut, DP) pour effectuer des heures supplémentaires dans la limite du contingent ; s il s agit d effectuer des heures supplémentaires au-delà du contingent, l avis des représentants du personnel est requis (art. L et 7 C.tr.). Synthèse d experts

12 Social Vos notes et remarques - Informer le comité d entreprise (à défaut, DP) sur les volumes et l utilisation des heures supplémentaires et complémentaires effectuées par les salariés et transmettre un bilan annuel. Il s agit d une nouvelle obligation issue de la loi du 21 août Informer l inspection du travail, l autorisation n intervenant que pour dépasser le contingent. Aucun texte ne fixe de délai mais, le contingent étant annuel (année civile), l information préalable doit intervenir en fin d année, pour l année suivante, si l entreprise a recours aux heures supplémentaires dès le 1 er janvier (art. L C.tr.). - Avertir les salariés qu ils seront tenus de faire des heures supplémentaires: affichage sur l horaire collectif (en cas d application d un horaire collectif dans l entreprise) ou demande individuelle (si les horaires sont individuels et/ou si tous les salariés ne sont pas concernés par la demande d heures supplémentaires). - Mentionner les heures sur le bulletin de paie et les payer avec leur majoration sauf à accorder un repos compensateur de remplacement. - Imputer les heures supplémentaires sur le contingent. - Octroyer le cas échéant un repos compensateur obligatoire : dans les entreprises de 20 salariés et moins, celui-ci se déclenche en cas de dépassement du contingent annuel et est fixé à 50 % ; dans les entreprises de plus de 20 salariés, le repos compensateur se déclenche au-delà de 41 heures par semaine (au taux de 50 %) et en cas de dépassement du contingent (au taux de 100 %). Ce repos s ajoute aux majorations pour heures supplémentaires. Salariés à temps partiel : intégration des heures complémentaires régulières dans le contrat de travail durant une période minimale En application de l article L , en cas d accomplissement régulier d heures complémentaires (dépassement de 2 heures par semaine sur une période de 12 semaines consécutives ou non sur une période quelconque de 15 semaines), les heures complémentaires ainsi effectuées s ajoute à l horaire contractuel sauf opposition du salarié. Si, en principe, les heures complémentaires donnent lieu à l exonération et à la réduction de cotisations salariales (mais non à la déduction forfaitaire des cotisations patronales), la loi prévoit que les heures complémentaires régulières (en application de l art. L C.tr.) ne donnent lieu aux réductions que si «elles sont intégrées à l horaire contractuel de travail pendant une durée minimale fixée par décret». Cette durée, à fixer par décret, devrait être de 6 mois, ou de la durée restant à courir du contrat de travail si celle-ci lui est inférieure (ceci vise les contrats à durée déterminée). La portée de cette disposition devrait être la suivante : les heures complémentaires bénéficient de l exonération fiscale et de la réduction de cotisations mais, si le salarié dépasse d au moins 2 heures par semaine, pendant 12 semaines, son horaire contractuel, il ne gardera le bénéfice de l exonération et 12 Synthèse d experts 2007

13 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : de la réduction que si l employeur intègre les heures en question dans le contrat de travail. A défaut, il faudra reverser le montant de la réduction salariale. Passée la période de 12 semaines, dès lors que, conformément à l article L , les heures complémentaires visées ont été intégrées au contrat de travail, elles perdent la nature d heures complémentaires et elles ne bénéficient plus des aides. Exemple : Un salarié dont la durée contractuelle est de 20 h / semaine travaille sur la base de 22 h pendant 12 semaines (semaines 1 à 12 du calendrier). - Hypothèse 1 : à partir de la 13 ème semaine, son contrat est modifié, par avenant, et prévoit une durée du travail de 22 h (pendant au moins 6 mois). Pendant les semaines 1 à 12, le salarié bénéficie des aides. A partir de la semaine 13, il ne bénéficie plus des aides. - Hypothèse 2 : à partir de la 13 ème semaine, son contrat n est pas modifié (et ce en violation de la réglementation). Si, pendant les semaines 1 à 12, l employeur a appliqué les aides, il devra reverser la réduction de cotisations salariales et régulariser le montant du net fiscal indiqué sur le bulletin de paie. Notons que l employeur n ayant pas proposé au salarié d augmenter la durée du travail court un risque important. Le salarié peut agir devant les prud hommes afin que la durée du travail soit modifiée depuis le terme de la période de 12 semaines et demander un rappel de salaire (prescription de 5 ans). Spécificité des accords calculant la durée du travail sur l année Ces mesures d exonération et de réduction pour le salarié sont subordonnées à ce que l entreprise ne révise pas à la baisse, postérieurement au 20 juin 2007, la limite haute de la modulation ou encore le plafond hebdomadaire d heures en cas d octroi de jours RTT sur l année au-delà desquelles se déclenche les heures supplémentaires. Remarque générale sur les conditions d application des aides Le non respect par l employeur des différents points cités ci-dessus entraîne la suppression de l exonération d impôt et de la réduction de cotisations dont bénéficie le salarié. On peut imaginer que, si tel était le cas, le salarié estimant être pénalisé du fait des manquements de l employeur (comme par exemple le non respect de la réglementation sur la durée du travail) pourrait se retourner contre l employeur et lui demander des dommages et intérêts Sommes visées par l exonération d impôt et la réduction de cotisations salariales La rémunération ainsi que la majoration salariale versées au titre des heures supplémentaires, complémentaires et «excédentaires» donnent lieu à une exonération d impôt et à une réduction des cotisations sociales salariales. Toutefois, la majoration de ces heures n est prise en compte que dans certaines limites. Synthèse d experts

14 Social Vos notes et remarques La loi ne vise que «la rémunération» et «la majoration salariale» afférente. Ainsi, si l employeur décide d octroyer un repos compensateur de remplacement au titre des heures supplémentaires et/ou de leurs majorations, la rémunération de ce repos compensateur ne devrait pas ouvrir droit aux mesures incitatives. En effet, par convention ou accord collectif, ou à défaut, en l absence d opposition des représentants du personnel, ou à défaut de représentants du personnel, par décision unilatérale, l employeur peut décider de remplacer le paiement de tout ou partie des heures supplémentaires et de leurs majorations en repos compensateur de remplacement. Exemple pour un salarié rémunéré au SMIC : - Si l employeur verse une majoration pour heure supplémentaire de 25%, la somme donnant lieu aux aides sera de 8,44 x 1,25 = 10,55. - Si l employeur remplace le paiement de la majoration de 25% par un repos de remplacement de 15 mn, seul le paiement de l heure supplémentaire, soit 8,44, ouvrira droit aux aides. - Si l employeur remplace le paiement de l heure supplémentaire et de sa majoration par un repos compensateur correspondant ainsi à 1h 15 mn, aucune somme n ouvrira droit aux aides. L exonération d impôt sur le revenu et la réduction de cotisations salariales s appliquent à la rémunération horaire normale de l heure supplémentaire, complémentaire ou temps assimilé ainsi qu à sa majoration éventuelle, dans certaines limites. En présence d une convention collective ou d un accord professionnel ou interprofessionnel fixant le taux de majoration Si la majoration salariale prévue pour les heures supplémentaires, complémentaires et temps assimilés est prévue par convention collective ou un accord professionnel ou interprofessionnel, la limite retenue, pour appliquer l exonération d IR et la réduction de cotisations, est celle prévue par ces textes. Exemple : Si la convention collective fixe un taux de majoration pour les heures supplémentaires de 33%, la limite retenue pour appliquer les aides est de 33%. Si le taux de majoration est fixé par accord d entreprise (et non par une convention collective), la limite de majoration salariale retenue est fixée par rapport aux dispositions légales (voir point ci-dessous). Exemple : Un accord d entreprise fixe un taux de majoration pour les heures supplémentaires de 33%, la limite retenue pour appliquer les aides n est pas de 33% mais de 25% (pour les 8 premières heures supplémentaires). En l absence d une convention collective ou d un accord professionnel ou interprofessionnel fixant le taux de majoration - Heures supplémentaires 14 Synthèse d experts 2007

15 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : A défaut d une disposition de la convention collective, de l accord professionnel ou interprofessionnel, la majoration est retenue dans la limite de 25% pour les 8 premières heures supplémentaires et 50% au-delà. - Forfaits annuels en heures Pour les heures dépassant le forfait annuel en heures de 1607 heures, la limite est de 25%. La rémunération horaire est reconstituée «à partir du rapport entre la rémunération annuelle forfaitaire et le nombre d heures de travail prévu dans le forfait, les heures au-delà de la durée légale étant pondérées en fonction des taux de majoration applicables à leur rémunération» (art. 81 quater CGI). On peut supposer que la «pondération» des heures prises en compte pour déterminer le taux horaire vise à isoler le taux horaire du salarié hors majorations pour heures supplémentaires. Exemple : Pour un forfait horaire annuel de h en contrepartie d une rémunération de , le taux horaire du salarié ne devrait pas être de / h = 16,60. Il devrait être fonction d un nombre d heures correspondant à : h 1607 h = 200 h supplémentaires majorées à 25% (par hypothèse). Soit, un nombre d heures pondéré de (200 h x 1,25%) h = h Le taux horaire du salarié sera donc de / h = 16,15. Les 200 heures supplémentaires seront donc exonérées dans la limite de 16,15 x 1,25% x 200 = 4037,5. - Forfaits annuels en jours En présence d un forfait annuel en jours, les jours travaillés au-delà de 218 jours donneront lieu à exonération et à réduction «dans la limite de la rémunération journalière déterminée à partir du rapport entre la rémunération forfaitaire et le nombre de jours de travail prévu par le forfait, majorée de 25%» (art. 81 quater CGI). Exemple : Forfait annuel de 218 jours en contrepartie d une rémunération de , le taux journalier sera de / 218 = 137,61. La limite de réduction pour chaque jour travaillé excédant 218 sera donc de 137,61 x 1,25 = 172. Comme pour les forfaits annuels en heures, on peut noter que ce mode de calcul a pour effet de surévaluer la valeur d une journée de travail dans la mesure où son calcul ne prend en compte que le nombre de jours travaillés sans prendre en considération les congés payés, les jours de repos et, le cas échéant, les jours fériés chômés auxquels la rémunération se rapporte. - Heures complémentaires Les majorations retenues sont celles fixées par la convention collective, l accord professionnel ou interprofessionnel. A défaut, la loi indique que la limite retenue est de 25%. Synthèse d experts

16 Social Vos notes et remarques Là encore, si la CCN prévoit des majorations différentes ou supérieures à 25%, ces majorations conventionnelles devront être prises en compte pour le calcul de la réduction. Exemple : La CCN des HCR prévoit une majoration de 5% des heures complémentaires effectuées dans la limite du 1/10 ème et de 25% pour celles accomplies entre le 1/10 ème et le 1/3 de la durée contractuelles. Cette majoration de 5% doit être retenue pour apprécier les exonérations. Tableau récapitulatif Heures concernées Heures supplémentaires Forfait annuel en heures Forfait annuel en jours Heures complémentaires Limite des majorations retenues pour l exonération d IR et la réduction de cotisations salariales Majorations prévues par la CCN A défaut, limitation de la majoration à 25% pour les 8 premières HS et 50% au-delà Majorations prévues par la CCN A défaut, limitation de la majoration à 25% pour les HS au-delà de 1607 h Majorations prévues par la CCN A défaut, limitation de la majoration à 25% pour les HS au-delà de 218 jours Majorations prévues par la CCN A défaut, limitation de la majoration à 25% pour les heures complémentaires Exonération d impôt sur le revenu Les heures supplémentaires, complémentaires et les temps assimilés, dans les limites et aux conditions indiquées ci-dessus, bénéficient d une exonération d impôt sur le revenu codifiée à l article 81 quater du CGI. S agissant d une exonération d IR, elle ne profitera qu aux salariés payant l impôt sur le revenu. Il est précisé que le salarié devra mentionner, sur sa déclaration annuelle de revenus, le montant des revenus exonérés d impôt (art. 81 quater et 170 CGI). Les revenus exonérés seront pris en compte dans le revenu fiscal de référence pour l établissement du montant des taxes foncières, d habitation et pour l octroi de la prime pour l emploi. Cette disposition vise notamment à éviter que les salariés deviennent éligibles à la prime pour l emploi du fait de la défiscalisation des heures supplémentaires. 16 Synthèse d experts 2007

17 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : Réduction de cotisations salariales de sécurité sociale Les heures supplémentaires, complémentaires et les temps assimilés qui bénéficient de l exonération d impôt sur le revenu bénéficient aussi d une réduction de cotisations sociales salariales, dans les conditions prévues en matière fiscale. Nature de la réduction de cotisations Selon l article L CSS, les heures supplémentaires, complémentaires et les temps assimilés exonérés d IR bénéficient d une réduction de cotisations salariales proportionnelle à la rémunération, dans la limite des cotisations légales et conventionnelles obligatoires dues au titre de ces heures, dans des conditions à fixer par décret. Il s agit d une réduction et non d une exonération. La conséquence est importante : la réduction est sans incidence sur les droits à retraite car les cotisations sont calculées sur l ensemble du salaire puis reversées aux organismes. Calcul de la réduction de cotisations La réduction s applique à l ensemble des cotisations sociales salariales. Le décret du 24 septembre 2007 indique que le taux de la réduction est fixé à 21,5%, équivalant à 2,27 au niveau du SMIC majoré de 25% (art. D CSS). Ce taux correspond au total des cotisations légales et conventionnelles obligatoires pour un salaire inférieur ou égal au plafond, à l exception des éventuelles cotisations de retraite et de prévoyance supplémentaires qui ne sont pas rendues obligatoires par la loi. Aussi, même si la réduction ne s applique qu aux cotisations de sécurité sociale, son taux entraîne une exonération presque totale des cotisations salariales pour un salaire inférieur ou égal au plafond, La réduction s impute sur le montant des cotisations salariales de sécurité sociale dues par chaque salarié au titre de l ensemble de sa rémunération (et non de la seule rémunération due au titre des heures supplémentaires). Elle s applique au moment du paiement des heures supplémentaires. La réduction ne peut s opérer que sur les cotisations salariales dues par le salarié au titre du seul mois où les heures de travail supplémentaires sont versées. Elles ne peuvent donc pas s imputer sur les cotisations dues au titre d autres mois. La réduction est plafonnée car elle ne peut dépasser le montant total des cotisations légales et conventionnelles obligatoires. Synthèse d experts

18 Social Règles de cumul Vos notes et remarques Le cumul de la réduction avec l application d une exonération de cotisations salariales de sécurité sociale ou avec l application de taux réduits, d assiettes ou de montants forfaitaires doit être autorisé par décret. Le décret du 24 septembre 2007 indique qu en cas d application de taux réduits de cotisations, la réduction s applique dans la limite du taux réduit (art. D CSS). Formalités déclaratives La loi prévoit que le bénéfice de la réduction est subordonné à la mise à disposition des agents du service des impôts et du contrôle des cotisations sociales d un document en vue du contrôle de l application de ces dispositions. Le contenu doit en être fixé par décret (art. L CSS). Selon le décret du 24 septembre 2007 (art. D CSS), il faut : - Tenir à disposition des agents de contrôle les informations prévues par les articles D à D du Code du travail. Ces articles prévoient un nombre important de documents liés à l organisation de la durée du travail. De façon schématique, il s agit des documents suivants : o Horaire collectif affiché (avec certaines spécificités en cas d organisation sur la base d un cycle, d une modulation, de l octroi de jours RTT et de travail en équipes) ; o Décompte de la durée du travail de chaque salarié, en l absence d horaire collectif (quotidien et récapitulatif hebdomadaire) ; o Décompte des jours travaillés pour les salariés au forfait jours ; o Annexe au bulletin de paie mentionnant le repos compensateur, les jours RTT pris, le cumul des heures supplémentaires effectuées depuis le début de l année ; o Total des heures de travail effectuées pendant la période de référence en cas d organisation annuelle (modulation, jours RTT). - Lorsque ces données ne sont pas immédiatement accessibles, l employeur complète, au moins une fois par an pour chaque salarié les informations fournies par un récapitulatif hebdomadaire par salarié du nombre d heures supplémentaires ou complémentaires, indiquant leur taux des majorations et le mois au cours duquel elles sont rémunérées. - Lorsque les heures supplémentaires résultent d une durée collective hebdomadaire supérieure à la durée légale et que le paiement des heures supplémentaires est mensualisé, l indication de cette durée collective suffit à satisfaire à l obligation mentionnée ci-dessus (le récapitulatif hebdomadaire n est pas nécessaire mais cela ne dispense pas l employeur de tenir à disposition les informations prévues par les articles D à D du Code du travail. 18 Synthèse d experts 2007

19 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : Il est important d alerter les chefs d entreprise sur ces nouvelles obligations. Toutes les entreprises dont la durée du travail est supérieure à 35 heures sont concernées à compter du 1 er octobre Déduction forfaitaire des cotisations patronales de sécurité sociale Les employeurs entrant dans le champ d application de la réduction Fillon bénéficient, à compter du 1 er octobre 2007 d une déduction forfaitaire des cotisations patronales sur les heures supplémentaires et temps assimilés, à l exception des heures complémentaires, afin de ne pas inciter les employeurs à recourir davantage au contrat de travail à temps partiel (art. L CSS). Sont donc concernés les employeurs soumis à l obligation d assurance contre le risque chômage. Sont exclus les particuliers employeurs, l Etat, les collectivités territoriales, etc Calcul de la déduction forfaitaire Le montant de la déduction est fixé par le décret du 24 septembre Montant de la déduction forfaitaire L employeur bénéficie d une déduction dont le montant est de 0,5 par heure supplémentaire (art. D CSS). Ce montant horaire est de 1,5 dans les entreprises de 20 salariés et moins. Il s agit de compenser la fin du régime dérogatoire pour ces entreprises. Mais, pour bénéficier de la majoration, l employeur doit s assurer que le montant de la déduction forfaitaire des cotisations patronales et des autres aides n excède pas, sur une période de 3 exercices fiscaux, le plafond des aides de «minimis». Pour rappel, le règlement 1998/2006 fixe à par entreprise ( dans les transports) sur 3 ans, le montant total des aides de même catégorie pouvant être accordées aux entreprises. De plus, ces montants devraient être multipliés par 7 (soit 3,5 ou 10,5 ) en cas de renonciation à des jours de repos pour les salariés au forfait jours. Calcul de l effectif de l entreprise et durée d application de la déduction forfaitaire majorée Le principe général, pour apprécier l effectif de l entreprise afin de savoir si elle bénéficie de la majoration de la déduction forfaitaire majorée (1,5 ), est fixé à l article D CSS. Il prévoit que l effectif se calcule dans le cadre de l entreprise, tous établissements confondus, et qu il est apprécié au 31 décembre, en fonction de la moyenne, au cours de l année civile, des effectifs déterminés conformément aux articles L et 11 C.tr. Cet effectif détermine le montant de la déduction à partir du 1 er janvier et pour l année entière. Synthèse d experts

20 Social Vos notes et remarques Des règles spécifiques sont prévues dans les cas suivants : - Si l entreprise est créée en cours d année, l effectif s apprécie à la date de création. - Pour les heures supplémentaires effectuées du 1 er octobre au 31 décembre 2007, l effectif s apprécie au 31 décembre Pour une entreprise créée entre le 1 er octobre et le 31 décembre 2007, l effectif s apprécie à la date de création. - Pour une entreprise ayant dépassé le seuil de 20 salariés depuis le 31 mars 2005 mais qui était concernée par le régime dérogatoire jusqu au 31 décembre 2008, la majoration cessera au 31 décembre Alors que le régime dérogatoire aurait dû cesser de s appliquer au 31 décembre 2008, la majoration de la déduction forfaitaire de cotisations patronales sera pérenne, à l exception toutefois du cas spécifique des entreprises dont l effectif aurait dépassé 20 salariés depuis le 31 mars Règles d imputation de la déduction forfaitaire La déduction forfaitaire est imputable sur les sommes dues par l employeur aux URSSAF (ou à la MSA) pour chaque salarié concerné au titre de l ensemble de sa rémunération mensuelle versée au moment du paiement de l heure supplémentaire et elle ne peut dépasser le montant des cotisations versées. Cette déduction s opère salarié par salarié et lors du seul versement de la rémunération mensuelle. Il est à noter que cette déduction ne peut donc pas s opérer sur le montant des cotisations dues au titre des autres salariés de l entreprise et ne peut pas non plus s opérer sur les cotisations dues au titre de plusieurs mois. Règles de cumul La loi pose le principe du droit au cumul de cette déduction forfaitaire avec les autres mesures d exonération de cotisations patronales de sécurité sociale dans la limite toutefois du montant global des cotisations patronales de sécurité sociale due au titre de l ensemble de la rémunération du salarié (contrairement à la position prise pour l exonération de cotisations salariales qui par principe n est pas cumulable sauf disposition contraire prévue par décret). Cette déduction forfaitaire est donc être cumulable avec : - la réduction Fillon, - les exonérations ZRR et ZFU, - l exonération dans les bassins d emploi à redynamiser et dans les JEI, - la réduction forfaitaire liée à l AN repas dans le secteur HCR, - l exonération dans les DOM, - l exonération liée aux contrats de professionnalisation. Le cumul est possible dans la limite des cotisations patronales de sécurité sociale et des contributions recouvrées selon les mêmes règles (versement transport, contribution de solidarité, FNAL). 20 Synthèse d experts 2007

21 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : Conditions d application de la déduction L ensemble des conditions prévues par la loi pour bénéficier de l exonération d impôt et de la réduction de cotisations salariales est aussi requis pour le bénéfice de la déduction forfaitaire de cotisations patronales (cf 1.2.3). Pour rappel, l employeur doit respecter les règles suivantes : - Principe de non substitution à un élément de rémunération ; - Respect des dispositions légales et conventionnelles relatives à la durée du travail ; - Principe de non révision à la baisse des accords d annualisation en vue de calculer les heures supplémentaires ; De plus, l employeur doit respecter les obligations déclaratives destinées aux agents de contrôle (cf 1.2.6). 1.4 Aménagement de la réduction «Fillon» La loi modifie la formule de calcul de l allégement de cotisations sociales, dit réduction Fillon, afin que le recours aux heures supplémentaires n ait pas pour effet de réduire l allégement. A compter du 1 er octobre 2007, une nouvelle formule de la réduction générale de cotisations, précisée par le décret du 24 septembre 2007, entre en vigueur Montant de la réduction «Fillon» Jusqu au 30 septembre 2007, le cœfficient était fonction de la rémunération horaire du salarié, calculée en divisant la rémunération mensuelle par le nombre d heures rémunérées au cours du mois considéré (art. L CSS). Formules de calcul au 1 er octobre 2007 Le nouveau calcul s opère en fonction du rapport entre le SMIC mensuel calculé sur la base de la durée légale et la rémunération mensuelle du salarié, hors rémunération des heures complémentaires et supplémentaires, dans la limite des taux de 25% ou de 50% de majoration. Le décret du 24 septembre 2007 fixe les modalités de calcul de l allégement qui est lié à l effectif de l entreprise, conformément à la règle applicable depuis le 1 er juillet En application de la loi, la formule de calcul est la suivante: - Entreprise de plus de 19 salariés Coefficient = [0,260/0,6] x [(1,6 SMIC mensuel base 151 h 67/ rémunération hors heures supplémentaires et complémentaires) -1] Le résultat est plafonné à 0,26. - Entreprise de 19 salariés au plus Synthèse d experts

22 Social Vos notes et remarques Coefficient = [0,281/0,6] x [(1,6 SMIC mensuel base 151 h 67/ rémunération hors heures supplémentaires et complémentaires) -1] Le résultat est plafonné à 0,281. Exclusion de la rémunération des heures supplémentaires et complémentaires La rémunération des heures supplémentaires et complémentaires est exclue de la formule dans la limite, pour ce qui concerne la majoration salariale, des taux de 25 et 50% prévus par l article L du code du travail. Il s agit de neutraliser l impact des heures supplémentaires ou complémentaires : le niveau de l allégement est identique que le salarié fasse, ou non, des heures supplémentaire (ou complémentaires). L exclusion de la majoration, dans la limite des taux légaux de majoration des heures supplémentaires (25 ou 50%) ne correspond pas à la règle prévue pour le calcul de l exonération d IR, la réduction de cotisations salariales et la déduction de cotisations patronales. En effet, le calcul de ces dernières tient compte des taux de majoration fixés par les conventions collectives. Prise en compte du seul temps de travail effectif Le calcul de la déduction dépendra de la rémunération mensuelle, base 151 h 67, et non plus des heures rémunérées. Ceci met fin à la règle antérieure qui permettait de prendre en compte, pour le calcul de la réduction, de certaines rémunérations ne correspondant pas à du temps de travail effectif comme, par exemple, les indemnités compensatrices de congés payés, la rémunération des astreintes, celle des pauses ne correspondant pas à du travail effectif, etc Règles de cumul de la réduction «Fillon» La nouvelle réduction Fillon est cumulable avec : - la nouvelle déduction forfaitaire de cotisations patronales ; - la réduction de cotisations patronales sur l avantage en nature nourriture dans les HCR. 2 Problématiques liées à la mise en œuvre de la loi Les employeurs s interrogeant sur l opportunité de recourir aux heures supplémentaire (ou complémentaires), il est nécessaire de faire une étude au cas par cas, afin de mesurer le coût ou le gain, lié à la mise en œuvre de ces nouvelles mesures et de les informer sur les obligations à la charge de l employeur. 22 Synthèse d experts 2007

23 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : 2.1 Evaluation du coût ou du gain pour l employeur Il faut distinguer deux cas de figure, selon que l entreprise a déjà, ou non recours aux heures supplémentaires. Il faut aussi distinguer selon l effectif de l entreprise (inférieur ou égal à 20 salariés ou supérieur à 20 salariés) Entreprises dont la durée du travail est déjà supérieure à 35 h Ces entreprises rémunèrent déjà des heures supplémentaires mais, pour les petites entreprises qui appliquaient le taux légal de majoration de 10%, le coût de ces heures va être plus élevé. Attention : toutes ces entreprises vont désormais devoir gérer les documents de contrôle prévus par la loi et elles devront respecter l ensemble des dispositions relatives à la durée du travail afin que les aides (en faveur du salarié ou de l employeur) ne soient pas remises en cause. Entreprises de 20 salariés et moins qui appliquaient un taux légal de majoration de 10% A compter du 1 er octobre 2007, ces entreprises vont appliquer un taux de 25%. Ce coût supplémentaire n est guère compensé par la majoration de la déduction forfaitaire de cotisations patronales. En effet, au-delà d 1,3 SMIC, il y a un coût supplémentaire pour l employeur. De plus, ces entreprises vont devoir gérer de nouvelles obligations en terme de formalisme (documents liés au contrôle des heures supplémentaires). Entreprises de 20 salariés et moins qui, de par leur convention collective, appliquent un taux de majoration de 10% Ces entreprises vont bénéficier de la majoration de la déduction forfaitaire qui va être d 1,5, alors qu elles ne subissent pas le renchérissement du coût de la majoration pour heures supplémentaires. Exemple : Sont ainsi concernées les entreprises du secteur des HCR Entreprises appliquant déjà un taux de majoration de 25%, quel que soit leur effectif Ces entreprises bénéficient d une déduction forfaitaire qui constitue un gain supplémentaire. Elle sera de 1,5 ou de 0,5 selon l effectif Entreprises dont la durée du travail est fixée à 35 h et qui veulent augmenter la durée du travail Si l entreprise ne faisait pas d HS, les aides prévues sont-elles suffisamment incitatives pour modifier l organisation du travail? Synthèse d experts

24 Social Vos notes et remarques Dans la mesure où l entreprise, pour les périodes de surcharge, avait recours à des salariés en CDD ou en intérim, il faut alors comparer le coût lié au recours aux heures supplémentaires et le coût lié à l embauche de salariés en CDD ou en intérim. Compte tenu du coût induit par l embauche de nouveaux salariés, et du gain lié à l octroi d une déduction forfaitaire pour les heures supplémentaires, etc. les entreprises auraient intérêt à recourir aux heures supplémentaires plutôt que d embaucher en CDD ou en intérim. Notons toutefois que les nouvelles mesures ne favorisent pas l emploi. 2.2 Avantages comparatifs pour le salarié et l employeur Il ne fait aucun doute que les nouvelles mesures sont surtout destinées à inciter les salariés à faire des heures supplémentaires, car ils bénéficient d une exonération d IR et d une réduction de cotisations salariales. Ainsi, ceux qui font déjà des heures supplémentaires vont bénéficier d une augmentation du salaire net. Quant à ceux qui n en faisaient pas encore, ils vont probablement être incités à en demander. Il pourra alors y avoir un effet pervers : dans la mesure où, par le biais des heures supplémentaires, le salaire net va augmenter, il se peut que l employeur octroie des augmentations de salaire moins importantes! De plus, quelques règles doivent être rappelées : - Les mesures de faveur sont liées au respect par l employeur de nombreuses obligations (respect des dispositions légales et conventionnelles sur la durée du travail, documents de contrôle à tenir) et nécessitent la tenue de documents de contrôle. - Il appartient en principe à l employeur de décider s il veut, ou non, recourir aux heures supplémentaires. Ce ne sont pas les salariés qui décident de faire des heures supplémentaires. Mais il faut noter que la jurisprudence est assez tolérante en matière de preuve des heures supplémentaires puisqu elle admet les demandes de salariés se fondant sur des décomptes qu ils font de leur propre initiative, sans qu ils en prouvent le bien fondé (Cass. soc. 10 mai 2007, n ). Il faudra donc conseiller aux employeurs d encadrer le recours aux heures supplémentaires. Si l employeur ne veut pas recourir aux heures supplémentaires, il y a un risque que les salariés se sentent frustrés. Il semblerait en effet, selon certains sondages, que les salariés souhaitent effectuer des heures supplémentaires. On peut craindre, notamment au vu de ce qu écrit la presse, que les salariés pensent «avoir droit aux heures supplémentaires». 2.3 Complexité accrue du bulletin de paie Les nouvelles mesures rendent le bulletin de paie plus complexe, à divers titres : 24 Synthèse d experts 2007

HEURES CONCERNEES PAR LE DISPOSITIF

HEURES CONCERNEES PAR LE DISPOSITIF COMMUNICATION SUR LA LOI EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT Source : Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat. Parue au Journal Officiel

Plus en détail

DURÉE LÉGALE DU TRAVAIL. Document REFLEXE RH - Mis à jour Août 2011

DURÉE LÉGALE DU TRAVAIL. Document REFLEXE RH - Mis à jour Août 2011 DURÉE LÉGALE DU TRAVAIL Document REFLEXE RH - Mis à jour Août 2011 DUREE LEGALE DU TRAVAIL Depuis le 1 er janvier 2002, la durée légale du travail est de 35 heures par semaine dans toutes les entreprises.

Plus en détail

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires Limoges, le 17 octobre 2007 Madame, Monsieur et Cher Client, La Loi 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du Travail,

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-122

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-122 PARIS, le 24/10/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-122 OBJET : Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l'emploi et

Plus en détail

Xavier Remongin/Min.agri.fr. Soutien à l emploi et au pouvoir d achat. Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires

Xavier Remongin/Min.agri.fr. Soutien à l emploi et au pouvoir d achat. Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires 2008 Xavier Remongin/Min.agri.fr Soutien à l emploi et au pouvoir d achat Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires Depuis le 1er octobre 2007, les employeurs agricoles qui ont

Plus en détail

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA»

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA» SYNTHESE Social Textes et références Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 (JO 22 août) : article 1 Décret n 2007-1380 du 24 septembre 2007 (JO 25 septembre) : article D. 241-25 CSS Articles D. 212-18 à 24 du

Plus en détail

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Textes applicables : LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Loi n 2008-111 du 8 février 2008 J.O. du 9 février 2008 Circulaire DGT / DSS n 2008-46 du 12 février 2008. Circulaire ACOSS n 2008-039 du 18 mars 2008.

Plus en détail

Heures supplémentaires

Heures supplémentaires Heures supplémentaires Présentation et évolutions des allégements Tepa La loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a créé au 1er octobre 2007, une exonération d impôt

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

Heures Supplémentaires

Heures Supplémentaires Heures Supplémentaires La loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a été définitivement adopté par le Parlement le 1 er août et validé par le Conseil constitutionnel le 16 août à l exception

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DU BUDGET,

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013.

N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013. N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013. PROPOSITION DE LOI visant à réintroduire la défiscalisation

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 4 octobre 2013 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 4 octobre 2013 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 4 octobre 2013 Rejeté PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 - (N 1395) AMENDEMENT N o I-CF52 présenté par M. Mariton, M. Carrez, M. Baroin, M. Bertrand, M. Blanc, M. Carré, M. Censi,

Plus en détail

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES Rapport présenté par Madame Claudie PAYET, au nom de la Commission de l emploi et des affaires sociales et adopté au Bureau du 28 juin 2007, selon

Plus en détail

Fiche conseil GUIDE SOCIAL DE L EMPLOYEUR. La gestion des Ressources Humaines

Fiche conseil GUIDE SOCIAL DE L EMPLOYEUR. La gestion des Ressources Humaines GUIDE SOCIAL DE L EMPLOYEUR La gestion des Ressources Humaines Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales

Plus en détail

Nom du Document : GUIDE DE L EMPLOYEUR RELATIF A LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

Nom du Document : GUIDE DE L EMPLOYEUR RELATIF A LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES GUIDE DE L EMPLOYEUR RELATIF A LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES FICHE CONSEIL Chemin d accès : METHODES/OUTILS/2.DEVELOPPER/FICHES CONSEIL/SOCIAL RH/DIVERS Page : 1/61 Vous êtes Chef d'entreprise ou

Plus en détail

Journée de solidarité

Journée de solidarité Pégase 3 Journée de solidarité Dernière révision le 21/03/2008 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...4 Mention sur le bulletin...4 Salariés concernés...4 Particularité des

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL

NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL N 51355#02 NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL I. Objectif Attribuer une allocation destinée à compenser une partie de l indemnisation versée aux

Plus en détail

Mise à jour 17/04/2012

Mise à jour 17/04/2012 Mise à jour 17/04/2012 Le maintien de salaire Incidence sur le bulletin de paye CCB 21 mai 2010 En application des dispositions de la convention collective du 21mai 2010 Note de synthèse réalisée par les

Plus en détail

12 décembre 2013 UIMM 26-07

12 décembre 2013 UIMM 26-07 12 décembre 2013 UIMM 26-07 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 2014 PROJET DE LOI DE FINANCE 2014 Le contexte Article 1 er loi sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 : Principe de généralisation

Plus en détail

Charges sociales : ce qui change pour les entreprises à partir du 1 er janvier 2015

Charges sociales : ce qui change pour les entreprises à partir du 1 er janvier 2015 Charges sociales : ce qui change pour les entreprises à partir du 1 er janvier 2015 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Avertissement : nous sommes dans l attente de plusieurs textes réglementaires

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire fiscalité cotisations de Sécurité sociale La protection sociale professionnelle est une création continue Souhaitant encourager le

Plus en détail

Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R)

Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R) Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R) Rappels et Historique Depuis le 1 er février 1974 bénéficient des garanties complémentaires

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 17 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE Supplément au N 3 Février 2012 Ce supplément

Plus en détail

Réduction dite 'Fillon'

Réduction dite 'Fillon' Réduction dite 'Fillon' La réduction générale des cotisations dite «Fillon» est calculée en fonction de la rémunération brute annuelle du salarié. Le calcul du coefficient prend en compte la valeur du

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Date : 25/05//11 N Affaires sociales : 23.11 ANNUALISATION DE LA REDUCTION DES COTISATIONS PATRONALES DE

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

EXONERATIONS. Employeur concerné

EXONERATIONS. Employeur concerné EXONERATIONS Type d exonération Intitulé de Caractéristiques de Allégements généraux sur les bas salaires et en 1. Exonération Fillon Réduction dégressive des faveur de la RTT et du temps partiel sociale

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Octobre 2007 Date de mise à jour : 8 octobre 2007 N de version : 1.09 Modifications apportées : - Modification de l allégement «Fillon» - Exonérations des heures supplémentaires

Plus en détail

La Journée de solidarité

La Journée de solidarité La Journée de solidarité En vue d assurer le financement des actions en faveur de l autonomie des personnes âgées ou handicapées, la loi du 30 juin 2004 a mis en place une journée de solidarité : les salariés

Plus en détail

Réduction de cotisations Fillon

Réduction de cotisations Fillon Récupération des heures perdues Dans ce cas, si un salarié quitte l entreprise avant l interruption du travail, l employeur n a pas de régularisation à opérer puisque les heures de récupération effectuées

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique QUESTIONS UESTIONS-REPONSES : LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Inépuisable source de polémiques, les règles qui encadrent la durée du travail et plus particulièrement les heures supplémentaires

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2004/11

NOTE D INFORMATION 2004/11 NOTE D INFORMATION 2004/11 La paie des cadres : les grandes spécificités. La première difficulté consiste à définir ce qu est un cadre. Or, la définition change selon les problématiques juridiques à trancher

Plus en détail

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties La loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail rénove les règles en matière de

Plus en détail

Vous pouvez remplacer votre déclaration au format papier par une déclaration dématérialisée.

Vous pouvez remplacer votre déclaration au format papier par une déclaration dématérialisée. Vous trouverez ci-dessous les informations nécessaires pour remplir votre formule de versement du trimestre en cours. Sommaire Partie Sécurité Sociale 1 - La contribution sociale généralisée (CSG) et la

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

Il est fixé à 6% de la masse salariale en 2014 (contre 4% en 2013) de l entreprise selon un mode de calcul présenté ci-après.

Il est fixé à 6% de la masse salariale en 2014 (contre 4% en 2013) de l entreprise selon un mode de calcul présenté ci-après. Crédit d Impôt Compétitivité et Emploi (CICE) : Base de calcul et Montant N hésitez pas à consulter la circulaire ci-jointe intitulée «CICE COMMENT L OBTENIR» celle-ci vous informant sur les modalités

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010 LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010 Version v19.00 NOUVELLES NORMES SOCIALES JUIN 2010... 4 TABLEAU RECAPITULATIF DES CHARGES SOCIALES ET FISCALES AU 01/06/2010... 4 SUPPRESSION DU RACHAT DES

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/11/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/11/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Cegid Business Paie Mise à jour plan de paie 01/11/2014 Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Mise à jour plan de paie Novembre 2014 Sommaire 1. MISE A JOUR NOVEMBRE 2014... 4 Eléments nationaux...

Plus en détail

Gratification en France

Gratification en France Gratification en France L article L. 124-6 du code de l Education précise expressément que la gratification n a pas le caractère d un salaire au sens de l article L. 3221-3 du code du travail 1. La gratification

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

CICE COMMENT SE CALCULE LE CICE?

CICE COMMENT SE CALCULE LE CICE? CICE COMMENT SE CALCULE LE CICE? SOMMAIRE Montant des rémunérations versées n excédant pas 2,5 SMIC 2 Règles applicables 2 Appréciation du seuil de 2,5 SMIC 4 Calcul du plafond en cas de réalisation d

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1688 du 29 décembre 2014 relatif à la mise en œuvre de la réduction générale des cotisations

Plus en détail

FICHE de SYNTHESE Les salariés à temps partiel

FICHE de SYNTHESE Les salariés à temps partiel L FICHE de SYNTHESE Les salariés à temps partiel Site Internet : www.propaye.net Une paie particulière : celle des salariés à temps partiel Quel employeur ne compte pas de salariés à temps partiel? Presque

Plus en détail

Le temps de travail des cadres

Le temps de travail des cadres Le temps de travail des cadres Eléments d analyse du régime juridique des différents forfaits applicables aux cadres Juin 2007 FO-Cadres, 2 rue de la Michodière 75002 Paris Tél : 01.47.42.39.69 Fax : 01.47.42.03.53

Plus en détail

Attention aux salariés à temps partiel (voir exemple ci-après) A/Pour mémoire : situation jusqu au 31/12/2012

Attention aux salariés à temps partiel (voir exemple ci-après) A/Pour mémoire : situation jusqu au 31/12/2012 1/ La contribution patronale de la garantie frais de santé est imposable sur le revenu à effet rétroactif au 1 er Janvier 2013 dès le 1 er, plus : - 0.5% de la prévoyance patronale de l ETAM ; - 0.12%

Plus en détail

Loi relative à la Sécurisation de l emploi

Loi relative à la Sécurisation de l emploi Synthèse Loi relative à la Sécurisation de l emploi 1 Santé et prévoyance (incapacité de travail, invalidité, décès) => Généralisation de la couverture complémentaire santé => Généralisation de la couverture

Plus en détail

AVENANT N 2 ET N 2 BIS A LA CCN DES HCR FAQ

AVENANT N 2 ET N 2 BIS A LA CCN DES HCR FAQ AVENANT N 2 ET N 2 BIS A LA CCN DES HCR FAQ Les réponses apportées aux questions ci-dessous sont données sous réserves des éventuelles réserves ou exclusions que le ministère du travail pourrait prendre

Plus en détail

LETTRE FISCALE. Point de vue d experts AVRIL 2013

LETTRE FISCALE. Point de vue d experts AVRIL 2013 Point de vue d experts LETTRE FISCALE AVRIL 2013 Parmi les rares mesures favorables issues des dernières lois de finances, l instauration du CICE constitue une bouffée d oxygène appréciable pour les entreprises.

Plus en détail

Le plan d épargne entreprise (ou PEE)

Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Pégase 3 Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Dernière révision le 18/05/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Versement des participants... 4 Versement de l intéressement sur le

Plus en détail

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs Réf. > CC 8812 Groupe /Rubrique > Texte(s) > Questions sociales/406 Sécurité Sociale Loi n 2010-1594 du 20 décembre 2010 de financement de la Sécurité Sociale pour 2011 Objet > Loi de financement de la

Plus en détail

FICHE PRATIQUE Le point sur les contrats aidés

FICHE PRATIQUE Le point sur les contrats aidés FICHE PRATIQUE Le point sur les contrats aidés Les employeurs peuvent conclure sous certaines conditions des contrats aidés pour lesquels l embauche et l accompagnement sont encadrés et appuyés financièrement

Plus en détail

AMENAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL MODALITES

AMENAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL MODALITES AMENAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL MODALITES SOMMAIRE Le repos compensateur de remplacement - Principe, cadre de mise en œuvre, calcul, modalités de mise en œuvre, avantages, inconvénients Page 2 - Exemples

Plus en détail

Annualisation de la réduction «Fillon»

Annualisation de la réduction «Fillon» Textes applicables - Article 12 de la LFSS pour 2011 - Décret n 2010-1779 du 31/12/2010 (JO 1 er janvier 2011) - Circulaire DSS/D5B/SG/SAFSL/SDTPS n 2011-34 du 27/01/2011 - Article 16 de la loi de financement

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

Allongement de la durée des cotisations Ainsi à partir de 2020, la durée d assurance augmentera d un trimestre tous les 3 ans.

Allongement de la durée des cotisations Ainsi à partir de 2020, la durée d assurance augmentera d un trimestre tous les 3 ans. Pour atteindre 43 ans en 2035 : augmentation des cotisations sociales création d un compte personnel de prévention de la pénibilité corrections de certaines injustices concernant notamment la situation

Plus en détail

ACTUALITES DE LA PAYE SEPTEMBRE 2012

ACTUALITES DE LA PAYE SEPTEMBRE 2012 ACTUALITES DE LA PAYE SEPTEMBRE 2012 PRECISION SUR LE NOUVEAU REGIME SOCIAL DES HEURES SUPPLEMENTAIRES... 2 PRECISION SUR LE NOUVEAU REGIME DE FORFAIT SOCIAL... 5 LES HEURES SUPPLEMENTAIRES ET COMPLEMENTAIRES

Plus en détail

La généralisation de la complémentaire santé

La généralisation de la complémentaire santé La généralisation de la complémentaire santé istya collectives 7 square Max Hymans - 75015 Paris Numéro ORIAS : 14007239 - www.orias.fr www.istyacollectives.fr Le cadre réglementaire Au plus tard le 1er

Plus en détail

LES MEMENTOS SYNTEC MEMENTO SOCIAL

LES MEMENTOS SYNTEC MEMENTO SOCIAL LES MEMENTOS SYNTEC MEMENTO SOCIAL Loi en faveur du Travail, de l Emploi et du Pouvoir d Achat (TEPA) 21 août 2007 Loi pour le Pouvoir d Achat (PA) 8 février 2008 Au regard de l accord de branche sur la

Plus en détail

Selon la Dares, les personnes handicapées connaissent un taux de chômage largement

Selon la Dares, les personnes handicapées connaissent un taux de chômage largement - N 33/2009! LSQ n 15302 HANDICAPÉS Emploi 02/09 LÉGISLATION SOCIALE Les aides à l emploi en faveur des personnes handicapées Tableau à jour au 1 er février 2009 (*) Selon la Dares, les personnes handicapées

Plus en détail

Le remboursement des frais de transport domicile lieu de travail des salariés

Le remboursement des frais de transport domicile lieu de travail des salariés Le remboursement des frais de transport domicile lieu de travail des salariés En résumé A compter du 1 er janvier 2009 : Tous les employeurs de France (et non plus seulement les employeurs employant des

Plus en détail

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! Le guide juridique www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! sommaire Contexte de l évolution de la «Loi Fillon»... 3 Comment bénéficier des avantages de la «Loi Fillon»?... La participation de

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière

Plus en détail

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2014

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2014 Bulletins de paie PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 20 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 Modèles à jour au 1-1-2014 Mis à part le premier

Plus en détail

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014.

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Les changements sur la feuille de paie en 2014 2014-01-03 00:00:00 Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Barèmes

Plus en détail

Participation des employeurs agricoles à l effort de construction (PEECA)

Participation des employeurs agricoles à l effort de construction (PEECA) Participation des employeurs agricoles à l effort de construction (PEECA) Jusqu ici les employeurs agricoles étaient exonérés de la participation obligatoire des employeurs à l effort de construction (art.53

Plus en détail

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Les organisations syndicales signataires : CFDT, SNECA-CGC, SUD AtlantiCA TABLE DES MATIERES L ACCORD INDEX TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Fédération Française de Karaté Service Juridique

Fédération Française de Karaté Service Juridique Fédération Française de Karaté Service Juridique NOTE D INFORMATION N 001 La ffrranchiise de cottiisattiion L assiietttte fforrffaiittaiirre Le rrembourrsementt de ffrraiis prroffessiionnells Le rrembourrsementt

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

LES ASSOCIATIONS SPORTIVES

LES ASSOCIATIONS SPORTIVES LES ASSOCIATIONS SPORTIVES 1.2.3. AU SOMMAIRE Les missions de l URSSAF La répartition des cotisations Les acteurs Les dispositifs Les cas particuliers Les remboursements de frais Les avantages en nature

Plus en détail

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal)

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal) Régimes social et fiscal des indemnités de rupture du contrat de travail au 1 er janvier 2012 Indemnité compensatrice de préavis, de congés payés, de RTT non pris ; indemnité de non-concurrence Assujettie

Plus en détail

Le Guide Pratique. social. d entreprise. législation TRAVAIL. Affichage obligatoire. contrat à durée déterminée. Médecine du Travail.

Le Guide Pratique. social. d entreprise. législation TRAVAIL. Affichage obligatoire. contrat à durée déterminée. Médecine du Travail. bulletin de salaire Affichage obligatoire Congés Payés Médecine du Travail Déclaration REGISTREduPERSONNEL Préalable À élections l Embauche professionnelles TRAVAIL législation social employeur contrat

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Rémunération. Références. A retenir. Introduction. N 02 10 juillet 2015

ALLOCATIONS CHOMAGE. Rémunération. Références. A retenir. Introduction. N 02 10 juillet 2015 Rémunération N 02 10 juillet 2015 ALLOCATIONS CHOMAGE Références A retenir Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation du chômage et les textes qui

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Le contrat d apprentissage Objectif du contrat d apprentissage Acquérir une formation générale à la fois théorique et pratique, reconnue par un diplôme ou un titre à finalité professionnelle enregistré

Plus en détail

Vous recevez votre déclaration des salaires à la fin de chaque trimestre.

Vous recevez votre déclaration des salaires à la fin de chaque trimestre. Attention, cette notice d information n est plus transmise sous forme papier. En cas de besoin, elle pourra vous être adressée (uniquement sur demande). 1 er trimestre 2015 Vous recevez votre déclaration

Plus en détail

CCU Aide à domicile : synthèse

CCU Aide à domicile : synthèse CCU Aide à domicile : synthèse La convention collective de branche de l aide, de l accompagnement, des soins et des services à domicile signée le 21 mai 2010 est entrée en vigueur le 1 er janvier 2012.

Plus en détail

ZONES FRANCHES URBAINES (ZFU)

ZONES FRANCHES URBAINES (ZFU) NOTICE D INFORMATION Pour tout renseignement, contacter : Tél. : 01 44 90 20 62 Fax : 01 44 90 20 68 cotisation@crpcen.fr ZONES FRANCHES URBAINES (ZFU) Les entreprises situées dans les zones franches urbaines

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

La Réduction Générale de cotisations dite «Réduction Fillon» à compter du 1 er Janvier 2012

La Réduction Générale de cotisations dite «Réduction Fillon» à compter du 1 er Janvier 2012 La Réduction Générale de cotisations dite «Réduction Fillon» à compter du 1 er Janvier 2012 A/ Préambule La loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2012 modifie le mode de calcul de la réduction

Plus en détail

La gestion des intervenants sportifs

La gestion des intervenants sportifs La gestion des intervenants sportifs Ligue de Judo Date : 28 septembre 2013 Intervenant : Maxime QUEVAL Maxime.queval@lrset.org Introduction Le secteur associatif se professionnalise de manière croissante.

Plus en détail

LE FORFAIT JOURS DANS TOUS SES ETATS INTRODUCTION : LES AUTRES FORFAITS

LE FORFAIT JOURS DANS TOUS SES ETATS INTRODUCTION : LES AUTRES FORFAITS LE FORFAIT JOURS DANS TOUS SES ETATS INTRODUCTION : LES AUTRES FORFAITS Il paraît opportun de mettre en perspective du sujet central de l intervention le forfait jours les autres catégories de forfaits

Plus en détail

Artisans, commerçants et professions libérales. L auto-entrepreneur. Édition 2010

Artisans, commerçants et professions libérales. L auto-entrepreneur. Édition 2010 Artisans, commerçants et professions libérales Édition 2010 2 Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce statut permet à toute personne de créer, avec des formalités de déclaration simplifiée, une entreprise

Plus en détail

2g - L emploi d une tierce personne

2g - L emploi d une tierce personne 2g - L emploi d une tierce personne Si vous êtes en situation de handicap et souhaitez employer un salarié à votre domicile, vous devez, en tant que particulier-employeur, respecter certaines formalités.

Plus en détail

L auto-entrepreneur. Artisans, commerçants et professions libérales. Édition 2010

L auto-entrepreneur. Artisans, commerçants et professions libérales. Édition 2010 Vous êtes artisan ou commerçant, le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. Vous exercez une profession libérale, le RSI gère votre assurance

Plus en détail

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile (Hors assistant maternel agréé) Vous recrutez un(e) salarié(e) pour vous aider à entretenir votre domicile et repasser votre linge. Vous souhaitez

Plus en détail

HÔTELS - CAFÉS RESTAURANTS

HÔTELS - CAFÉS RESTAURANTS HÔTELS - CAFÉS RESTAURANTS Édition 2014 L essentiel de la réglementation du travail Informations générales Page 3 Durée et aménagement du temps de travail Page 6 Repos hebdomadaire Page 13 Salaires Page

Plus en détail

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP CCVRP 7 et 9 rue Frédérick-Lemaître 75971 PARIS CEDEX 20 Téléphone : 01 40 33 77 77 Télécopie : 01 47 97 75 44 Site : www.ccvrp.com Mail : accueil@ccvrp.com Petit aujourd hui forcément grand demain Organisme

Plus en détail

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale.

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale. QUESTION- DU 6 DECEMBRE 2013 2. Calcul du CICE Quelles sont les règles d arrondi? Le montant du CICE, du plafond d'éligibilité et de l'assiette est arrondi à l'euro le plus proche. La fraction d'euro égale

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail