«Travailler plus pour gagner plus» : les nouvelles dispositions sur les heures supplémentaires

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Travailler plus pour gagner plus» : les nouvelles dispositions sur les heures supplémentaires"

Transcription

1 SYNTHESE Social Textes et références Loi n du 21 août 2007 (JO 22 août) en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat (article 1) Décret n du 24 septembre 2007 (JO 25 septembre) Cass. soc. 10 mai 2007, n Article L du code du travail Articles L , 6 et 7 du code du travail Article L du code du travail Articles D à 24 du code du travail Articles D à 13 du code de la sécurité sociale «Travailler plus pour gagner plus» : les nouvelles dispositions sur les heures supplémentaires septembre 2007

2

3 Heures supplémentaires Social 1 Présentation des nouvelles mesures sur les heures supplémentaires et temps assimilés Suppression du régime dérogatoire dans les entreprises de 20 salariés et moins Augmentation du taux de majoration des 4 premières heures supplémentaires Règles d imputation des heures supplémentaires sur le contingent Exonération d impôt et réduction des cotisations salariales de sécurité sociale Employeurs et salariés visés Heures et temps assimilés concernés par l exonération fiscale et la réduction de cotisations salariales Conditions d application de l exonération d impôt et de la réduction de cotisations salariales Sommes visées par l exonération d impôt et la réduction de cotisations salariales Exonération d impôt sur le revenu Réduction de cotisations salariales de sécurité sociale Déduction forfaitaire des cotisations patronales de sécurité sociale Calcul de la déduction forfaitaire Aménagement de la réduction «Fillon» Montant de la réduction «Fillon» Règles de cumul de la réduction «Fillon» Problématiques liées à la mise en œuvre de la loi Evaluation du coût ou du gain pour l employeur Entreprises dont la durée du travail est déjà supérieure à 35 h Entreprises dont la durée du travail est fixée à 35 h et qui veulent augmenter la durée du travail Avantages comparatifs pour le salarié et l employeur Complexité accrue du bulletin de paie Obligations à la charge des employeurs Synthèse d experts

4

5 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : La loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat du 21 août 2007 a notamment pour objectif de favoriser l augmentation de la durée du travail en vue de lutter contre le chômage et de relancer l économie. Cette corrélation est mise en évidence par les comparaisons européennes qui montrent que les pays qui connaissent un plein emploi sont souvent ceux dans lesquels le nombre moyen d heures travaillées par salarié est élevé. Les mesures incitatives à l augmentation de la durée du travail, prévues à l article 1 de la loi, se traduisent par la mise en œuvre de quatre dispositifs : - une exonération d impôt sur le revenu, - une réduction des cotisations salariales de sécurité sociale, - une déduction forfaitaire des cotisations patronales de sécurité sociale, - la modification du calcul de la réduction Fillon. Ces mesures entreront en vigueur au 1 er octobre 2007 : sont visées les rémunérations perçues à raison des heures de travail effectuées à compter du 1 er octobre Un décret du 24 septembre 2007 (JO 25) a apporté un certain nombre de précisions, notamment en ce qui concerne les modalités de calcul de ces mesures incitatives ainsi que le formalisme à la charge de l entreprise. Les chefs d entreprise s interrogeant déjà sur l opportunité de recourir aux heures supplémentaires afin de bénéficier des exonérations fiscales et sociales visées, il semble opportun de tenter de répondre aux principales questions qu ils se posent. Auparavant, il est nécessaire, d une part, de présenter les nouvelles mesures législatives et, d autre part, de rappeler les principes régissant le recours aux heures supplémentaires. 1 Présentation des nouvelles mesures sur les heures supplémentaires et temps assimilés Si la loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat prévoit des avantages sociaux et fiscaux en cas de recours aux heures supplémentaires, ou temps assimilés, elle modifie, dans un sens moins favorable, les règles existantes pour les petites entreprises concernant le taux de majoration des heures supplémentaires. 1.1 Suppression du régime dérogatoire dans les entreprises de 20 salariés et moins Les entreprises de 20 salariés et moins (effectif calculé au 31 mars 2005) bénéficiaient d un régime dérogatoire expirant le 31 décembre 2008 au titre duquel : - la majoration légale des 4 premières heures supplémentaires était fixée à 10% ; - les heures supplémentaires ne s imputaient sur le contingent qu au-delà de 36 heures. Synthèse d experts

6 Social Vos notes et remarques A compter du 1 er octobre 2007, le régime légal des heures supplémentaires est donc commun à toutes les entreprises quel que soit leur effectif. Il s ensuit un coût supplémentaire pour l employeur dans les entreprises de 20 salariés au plus. Cette majoration concerne tant le paiement des heures supplémentaires que la transformation en repos équivalent de la majoration. Exemple : Entreprise à 39 h appliquant un taux de majoration de 10%, taux horaire de 10 Paiement : (151 h 67 x 10 ) + (17 h 33 x 10 x 110%) = 1707,33 (151 h 67 x 10 ) + (17 h 33 x 10 x 125%) = 1733,33 Coût : 26 /mois soit 312 /an (mais majoration de la déduction de cotisations patronales) Repos compensateur remplaçant le paiement de la majoration 41 semaines x 24 minutes (10%) = 2,5 jours de repos 41 semaines x 1 h (25%) = 6 jours de repos Pour compenser ce renchérissement, la déduction forfaitaire des cotisations sociales patronales est majorée et la réduction générale des cotisations est aménagée. Si l entreprise octroie un repos compensateur, elle ne bénéficiera pas de la déduction forfaitaire sur ce repos Augmentation du taux de majoration des 4 premières heures supplémentaires Taux légal de majoration des heures supplémentaires au 1 er octobre 2007 Heures concernées Taux légal de majoration Huit premières heures supplémentaires Taux fixé par convention ou accord collectif avec un plancher de 10% A défaut d accord collectif : 25% Heures supplémentaires suivantes Taux fixé par convention ou accord collectif avec un plancher de 10% A défaut d accord collectif : 50% Il faut noter que le taux légal ne s applique qu à défaut d accord collectif fixant un taux différent, avec un plancher de 10%. Aussi, la majoration du taux, pour les petites entreprises, n affectera pas celles qui sont soumises à un taux inférieur, fixé par accord collectif. Elles bénéficieront cependant de la majoration de la 6 Synthèse d experts 2007

7 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : déduction forfaitaire des charges sociales patronales (1,50 pour les entreprises de 20 salariés et moins au lieu de 0,50 pour les autres entreprises). Exemple : La convention collective des HCR prévoit que les quatre premières heures supplémentaires sont majorées à 10%, quel que soit l effectif de l entreprise. Ces entreprises ne seront donc pas tenues d appliquer un taux de majoration de 25% au 1 er octobre Seront donc affectées par le renchérissement du taux de majoration les entreprises pour lesquelles la convention collective, soit ne fixe aucun taux de majoration, soit se réfère au taux légal Règles d imputation des heures supplémentaires sur le contingent La loi met fin à la possibilité, dans les entreprises de 20 salariés et moins, de n imputer les heures supplémentaires sur le contingent qu au-delà de la 36 ème heure. Certaines conventions collectives prévoyant que toutes les heures supplémentaires s imputent sur le contingent, ce régime dérogatoire légal n était pas toujours applicable. A partir du 1 er octobre 2007, dans toutes les entreprises, toutes les heures supplémentaires s imputent sur le contingent. Cette disposition a une portée importante. En effet, dans la mesure où, pour une entreprise à 39 heures, 4 heures supplémentaires (contre 3 précédemment) vont s imputer sur le contingent, il faut vérifier si le niveau du contingent permet de continuer de travailler 39 h/semaine (ou autre durée supérieure à 35 h). Exemple : Dans la mesure où l entreprise impute des heures supplémentaires sur le contingent pendant environ 40 semaines (partant du principe que le salarié prend 5 semaines de CP groupées + chôme tous les jours fériés), il faut un contingent d au moins 160 heures pour travailler sur la base de 39 heures. Or, nombreuses sont les conventions collectives prévoient un contingent inférieur. Attention : ce calcul est fait salarié par salarié en fonction des données propres à l entreprise. 1.2 Exonération d impôt et réduction des cotisations salariales de sécurité sociale Les avantages liés à l accomplissement d heures supplémentaires profitent principalement aux salariés par le biais d une exonération fiscale et d une réduction des cotisations. Ces différentes mesures ne visent que certaines heures et ne sont admises que dans certaines limites. Synthèse d experts

8 Social Employeurs et salariés visés Vos notes et remarques Les mesures d exonération fiscale et de réduction des cotisations salariales visent tous les employeurs du secteur privé (y compris le secteur agricole), les particuliers employeurs et le secteur public. Sont visés l ensemble des salariés, à temps plein ou à temps partiel, certains y ayant droit dans des conditions particulières (fonction publique, régimes spéciaux, etc.) Heures et temps assimilés concernés par l exonération fiscale et la réduction de cotisations salariales Les heures et temps de travail concernés sont très variés et dépendent de l aménagement du temps de travail dans l entreprise. C est pourquoi l on se réfère aux heures supplémentaires et complémentaires mais aussi aux temps assimilés. Organisation hebdomadaire du travail Il s agit des heures supplémentaires effectuées au-delà de 35 heures par semaine ou de la durée équivalente, en présence d un horaire d équivalence (art. L C.tr.). Octroi de jours RTT sur 4 semaines Si l organisation adoptée par l entreprise consiste à calculer la durée du travail sur une période de 4 semaines (art. L , I C.tr.) en gardant un horaire supérieur à 35 heures et en octroyant en contrepartie des jours ou demi-journées RTT afin que la durée du travail soit de 35 heures en moyenne sur la période de 4 semaines, les heures concernées sont : - les heures effectuées au delà de 39 h, - et les heures (à l exception de celles visées ci-dessus) excédant la moyenne de 35 heures sur la période de 4 semaines. Cycle de travail Si la durée du travail est organisée sous forme de cycles (art. L C.tr.), sont concernées les heures qui dépassent la moyenne de 35 heures sur le cycle. Modulation du temps de travail Si la durée du travail est organisée sous forme d une modulation (art. L C.tr.), consistant à calculer la durée du travail sur l année, sont concernées : - les heures effectuées au delà de la limite haute prévue par l accord de modulation, - et les heures (à l exception de celles visées ci-dessus) excédant 1607 heures sur la période annuelle de référence. 8 Synthèse d experts 2007

9 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : Il est fréquent que les accords de modulation prévoient une durée du travail inférieure à 1607 heures. Dans ce cas, les heures concernées par l exonération fiscale et la réduction de cotisation salariale ne sont que les heures excédant 1607 heures. Exemple : Si l accord de branche, conclu avant la loi créant la journée de solidarité, fixe une durée annuelle de travail de 1596 h, les heures supplémentaires se décomptent au-delà de 1601 heures, compte tenu du jour de solidarité. Mais les heures concernées par l exonération et la réduction ne sont que celles qui excèdent 1607 heures! Jours RTT sur l année Si la durée du travail est organisée dans un cadre annuel en prévoyant que la durée hebdomadaire est supérieure à 35 heures, dans la limite de 39 heures, et en attribuant en contrepartie des jours ou demi-journées RTT (art. L , II C.tr.), les heures concernées sont : - les heures excédant 1607 heures sur la période annuelle de référence, - et les heures non décomptées à ce titre effectuées au delà de 39 heures ou limite inférieure prévue par l accord. Comme en matière de modulation, les heures exonérées sont celles excédant 1607 heures. Heures choisies La loi prévoit qu un accord collectif peut prévoir la possibilité d effectuer des heures supplémentaires au-delà du contingent, sans application du régime d autorisation auprès de l inspecteur du travail et du repos compensateur obligatoire (art. L C.tr.). Un accord collectif et un accord entre l employeur et le salarié sont nécessaires pour recourir à cette disposition. Dans ce cas, les heures concernées par l exonération sont toutes les heures choisies. Convention de forfait annuel en heures En cas de conclusion d une convention de forfait annuel en heures, qui doit être prévu par accord collectif et par le contrat de travail, les heures concernées sont celles qui excèdent 1607 heures par an. Convention de forfait annuel en jours En cas de conclusion d une convention de forfait annuel en jours, qui doit être prévu par accord collectif et par le contrat de travail, sont concernés les jours excédant 218 jours par an. Il est important de noter que, pour renoncer à des jours de repos, un accord collectif doit le prévoir, dans le cadre d un accord sur le temps choisi. Cet accord fixe le montant de la majoration due au titre des jours de repos non pris. Un Synthèse d experts

10 Social Vos notes et remarques accord entre l employeur et le salarié est, de plus, obligatoire. Il existe une autre disposition permettant de renoncer à des jours de repos, qui est applicable dans les seules entreprises de 20 salariés et moins et qui ne sont pas couvertes par un compte épargne temps (CET) : dans ces entreprises, le salarié peut, en accord avec l employeur, renoncer à des jours de repos, dans la limite de 10 jours par an. Rachat de jours de repos dans les entreprises de 20 salariés et moins La loi du 31 mars 2005 a prévu que, dans les entreprises de 20 salariés et moins (effectif apprécié à la date du 31 mars 2005), à défaut d accord collectif ayant mis en place un compte épargne temps (CET) directement applicable dans l entreprise, le salarié peut renoncer, en accord avec l employeur, à des jours de repos (jours RTT et jours de repos pour les cadres au forfait jours), dans la limite de 10 par an, ainsi qu à des heures, en cas de forfait annuel en heures, dans la limite de 70 heures par an. Ces jours et heures sont concernés par l exonération et la réduction de cotisations. Salariés à temps partiel Pour rappel, les salariés à temps partiel peuvent effectuer des heures complémentaires dans les conditions suivantes : - le nombre d heures complémentaires ne peut excéder le dixième de la durée contractuelle, ou le tiers si un accord collectif le prévoit ; - les heures complémentaires ne doivent pas avoir pour effet de porter la durée légale du travail au niveau de la durée légale (art. L C.tr.). Sont concernés par l exonération et la réduction de cotisations les salaires versés au titre des heures complémentaires effectuées par les salariés à temps partiel. Les anciens contrats de travail à temps partiel annualisé sont aussi concernés. Les heures complémentaires n ouvrent pas droit à la déduction forfaitaire de charges patronales. Temps réduit pour raisons familiales Pour les salariés ayant un contrat de travail à temps réduit pour raisons de famille (périodes de travail à temps complet et périodes non travaillées), les heures concernées sont les heures effectuées au cours d une semaine au-delà de la durée légale (ou, en cas de modulation, au-delà de la durée fixée par l accord de modulation). Catégories particulières de salariés Des dispositions spécifiques sont prévues pour les salariés suivants : - Salariés des particuliers employeurs : sont concernées les heures supplémentaires au-delà de 40 heures par semaine. Ne sont pas visées les heures complémentaires. 10 Synthèse d experts 2007

11 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : - Assistants maternels : sont concernées les heures supplémentaires audelà de 45 heures par semaine et les heures complémentaires effectuées dans les conditions prévues par la convention collective. - Salariés non régis par les dispositions de droit commun sur la durée du travail : pigistes, travailleurs à domicile, concierges et employés d immeuble, marins, etc. Sont concernées par l exonération les heures supplémentaires ou complémentaires. Un décret doit préciser la mise en œuvre de cette mesure. La question se pose de savoir si les salariés qui ne sont pas soumis à la réglementation sur la durée du travail, comme par exemple les VRP (sauf s ils ont un contrat fixant une durée précise de travail) et les cadres dirigeants sont concernés par les mesures d exonération et de réduction de cotisations. La réponse devrait être négative Conditions d application de l exonération d impôt et de la réduction de cotisations salariales Pour bénéficier des mesures fiscale et sociale de faveur, la loi prévoit un certain nombre de conditions. Les mêmes conditions sont requises pour bénéficier de la déduction forfaitaire de cotisations patronales. Non substitution à un élément de rémunération Le bénéfice de l exonération et de la réduction de cotisations est conditionné au respect du principe de non substitution des heures supplémentaires, complémentaires et temps assimilés à un élément de rémunération, sauf à respecter un délai de 12 mois entre le dernier versement de l élément supprimé et le premier versement de l élément de rémunération concerné. Respect de la réglementation sur la durée du travail Pour que le salarié bénéficie de l exonération d impôt et de la réduction de cotisations, il faut que l employeur respecte les dispositions légales et conventionnelles sur la durée du travail. Il est important de sensibiliser les clients sur cette condition! Le non respect des dispositions relatives à la durée du travail peut avoir des incidences importantes! Sont visées notamment les obligations suivantes (amis attention! Il y en a bien d autres!) : - Informer au préalable le comité d entreprise (à défaut, DP) pour effectuer des heures supplémentaires dans la limite du contingent ; s il s agit d effectuer des heures supplémentaires au-delà du contingent, l avis des représentants du personnel est requis (art. L et 7 C.tr.). Synthèse d experts

12 Social Vos notes et remarques - Informer le comité d entreprise (à défaut, DP) sur les volumes et l utilisation des heures supplémentaires et complémentaires effectuées par les salariés et transmettre un bilan annuel. Il s agit d une nouvelle obligation issue de la loi du 21 août Informer l inspection du travail, l autorisation n intervenant que pour dépasser le contingent. Aucun texte ne fixe de délai mais, le contingent étant annuel (année civile), l information préalable doit intervenir en fin d année, pour l année suivante, si l entreprise a recours aux heures supplémentaires dès le 1 er janvier (art. L C.tr.). - Avertir les salariés qu ils seront tenus de faire des heures supplémentaires: affichage sur l horaire collectif (en cas d application d un horaire collectif dans l entreprise) ou demande individuelle (si les horaires sont individuels et/ou si tous les salariés ne sont pas concernés par la demande d heures supplémentaires). - Mentionner les heures sur le bulletin de paie et les payer avec leur majoration sauf à accorder un repos compensateur de remplacement. - Imputer les heures supplémentaires sur le contingent. - Octroyer le cas échéant un repos compensateur obligatoire : dans les entreprises de 20 salariés et moins, celui-ci se déclenche en cas de dépassement du contingent annuel et est fixé à 50 % ; dans les entreprises de plus de 20 salariés, le repos compensateur se déclenche au-delà de 41 heures par semaine (au taux de 50 %) et en cas de dépassement du contingent (au taux de 100 %). Ce repos s ajoute aux majorations pour heures supplémentaires. Salariés à temps partiel : intégration des heures complémentaires régulières dans le contrat de travail durant une période minimale En application de l article L , en cas d accomplissement régulier d heures complémentaires (dépassement de 2 heures par semaine sur une période de 12 semaines consécutives ou non sur une période quelconque de 15 semaines), les heures complémentaires ainsi effectuées s ajoute à l horaire contractuel sauf opposition du salarié. Si, en principe, les heures complémentaires donnent lieu à l exonération et à la réduction de cotisations salariales (mais non à la déduction forfaitaire des cotisations patronales), la loi prévoit que les heures complémentaires régulières (en application de l art. L C.tr.) ne donnent lieu aux réductions que si «elles sont intégrées à l horaire contractuel de travail pendant une durée minimale fixée par décret». Cette durée, à fixer par décret, devrait être de 6 mois, ou de la durée restant à courir du contrat de travail si celle-ci lui est inférieure (ceci vise les contrats à durée déterminée). La portée de cette disposition devrait être la suivante : les heures complémentaires bénéficient de l exonération fiscale et de la réduction de cotisations mais, si le salarié dépasse d au moins 2 heures par semaine, pendant 12 semaines, son horaire contractuel, il ne gardera le bénéfice de l exonération et 12 Synthèse d experts 2007

13 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : de la réduction que si l employeur intègre les heures en question dans le contrat de travail. A défaut, il faudra reverser le montant de la réduction salariale. Passée la période de 12 semaines, dès lors que, conformément à l article L , les heures complémentaires visées ont été intégrées au contrat de travail, elles perdent la nature d heures complémentaires et elles ne bénéficient plus des aides. Exemple : Un salarié dont la durée contractuelle est de 20 h / semaine travaille sur la base de 22 h pendant 12 semaines (semaines 1 à 12 du calendrier). - Hypothèse 1 : à partir de la 13 ème semaine, son contrat est modifié, par avenant, et prévoit une durée du travail de 22 h (pendant au moins 6 mois). Pendant les semaines 1 à 12, le salarié bénéficie des aides. A partir de la semaine 13, il ne bénéficie plus des aides. - Hypothèse 2 : à partir de la 13 ème semaine, son contrat n est pas modifié (et ce en violation de la réglementation). Si, pendant les semaines 1 à 12, l employeur a appliqué les aides, il devra reverser la réduction de cotisations salariales et régulariser le montant du net fiscal indiqué sur le bulletin de paie. Notons que l employeur n ayant pas proposé au salarié d augmenter la durée du travail court un risque important. Le salarié peut agir devant les prud hommes afin que la durée du travail soit modifiée depuis le terme de la période de 12 semaines et demander un rappel de salaire (prescription de 5 ans). Spécificité des accords calculant la durée du travail sur l année Ces mesures d exonération et de réduction pour le salarié sont subordonnées à ce que l entreprise ne révise pas à la baisse, postérieurement au 20 juin 2007, la limite haute de la modulation ou encore le plafond hebdomadaire d heures en cas d octroi de jours RTT sur l année au-delà desquelles se déclenche les heures supplémentaires. Remarque générale sur les conditions d application des aides Le non respect par l employeur des différents points cités ci-dessus entraîne la suppression de l exonération d impôt et de la réduction de cotisations dont bénéficie le salarié. On peut imaginer que, si tel était le cas, le salarié estimant être pénalisé du fait des manquements de l employeur (comme par exemple le non respect de la réglementation sur la durée du travail) pourrait se retourner contre l employeur et lui demander des dommages et intérêts Sommes visées par l exonération d impôt et la réduction de cotisations salariales La rémunération ainsi que la majoration salariale versées au titre des heures supplémentaires, complémentaires et «excédentaires» donnent lieu à une exonération d impôt et à une réduction des cotisations sociales salariales. Toutefois, la majoration de ces heures n est prise en compte que dans certaines limites. Synthèse d experts

14 Social Vos notes et remarques La loi ne vise que «la rémunération» et «la majoration salariale» afférente. Ainsi, si l employeur décide d octroyer un repos compensateur de remplacement au titre des heures supplémentaires et/ou de leurs majorations, la rémunération de ce repos compensateur ne devrait pas ouvrir droit aux mesures incitatives. En effet, par convention ou accord collectif, ou à défaut, en l absence d opposition des représentants du personnel, ou à défaut de représentants du personnel, par décision unilatérale, l employeur peut décider de remplacer le paiement de tout ou partie des heures supplémentaires et de leurs majorations en repos compensateur de remplacement. Exemple pour un salarié rémunéré au SMIC : - Si l employeur verse une majoration pour heure supplémentaire de 25%, la somme donnant lieu aux aides sera de 8,44 x 1,25 = 10,55. - Si l employeur remplace le paiement de la majoration de 25% par un repos de remplacement de 15 mn, seul le paiement de l heure supplémentaire, soit 8,44, ouvrira droit aux aides. - Si l employeur remplace le paiement de l heure supplémentaire et de sa majoration par un repos compensateur correspondant ainsi à 1h 15 mn, aucune somme n ouvrira droit aux aides. L exonération d impôt sur le revenu et la réduction de cotisations salariales s appliquent à la rémunération horaire normale de l heure supplémentaire, complémentaire ou temps assimilé ainsi qu à sa majoration éventuelle, dans certaines limites. En présence d une convention collective ou d un accord professionnel ou interprofessionnel fixant le taux de majoration Si la majoration salariale prévue pour les heures supplémentaires, complémentaires et temps assimilés est prévue par convention collective ou un accord professionnel ou interprofessionnel, la limite retenue, pour appliquer l exonération d IR et la réduction de cotisations, est celle prévue par ces textes. Exemple : Si la convention collective fixe un taux de majoration pour les heures supplémentaires de 33%, la limite retenue pour appliquer les aides est de 33%. Si le taux de majoration est fixé par accord d entreprise (et non par une convention collective), la limite de majoration salariale retenue est fixée par rapport aux dispositions légales (voir point ci-dessous). Exemple : Un accord d entreprise fixe un taux de majoration pour les heures supplémentaires de 33%, la limite retenue pour appliquer les aides n est pas de 33% mais de 25% (pour les 8 premières heures supplémentaires). En l absence d une convention collective ou d un accord professionnel ou interprofessionnel fixant le taux de majoration - Heures supplémentaires 14 Synthèse d experts 2007

15 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : A défaut d une disposition de la convention collective, de l accord professionnel ou interprofessionnel, la majoration est retenue dans la limite de 25% pour les 8 premières heures supplémentaires et 50% au-delà. - Forfaits annuels en heures Pour les heures dépassant le forfait annuel en heures de 1607 heures, la limite est de 25%. La rémunération horaire est reconstituée «à partir du rapport entre la rémunération annuelle forfaitaire et le nombre d heures de travail prévu dans le forfait, les heures au-delà de la durée légale étant pondérées en fonction des taux de majoration applicables à leur rémunération» (art. 81 quater CGI). On peut supposer que la «pondération» des heures prises en compte pour déterminer le taux horaire vise à isoler le taux horaire du salarié hors majorations pour heures supplémentaires. Exemple : Pour un forfait horaire annuel de h en contrepartie d une rémunération de , le taux horaire du salarié ne devrait pas être de / h = 16,60. Il devrait être fonction d un nombre d heures correspondant à : h 1607 h = 200 h supplémentaires majorées à 25% (par hypothèse). Soit, un nombre d heures pondéré de (200 h x 1,25%) h = h Le taux horaire du salarié sera donc de / h = 16,15. Les 200 heures supplémentaires seront donc exonérées dans la limite de 16,15 x 1,25% x 200 = 4037,5. - Forfaits annuels en jours En présence d un forfait annuel en jours, les jours travaillés au-delà de 218 jours donneront lieu à exonération et à réduction «dans la limite de la rémunération journalière déterminée à partir du rapport entre la rémunération forfaitaire et le nombre de jours de travail prévu par le forfait, majorée de 25%» (art. 81 quater CGI). Exemple : Forfait annuel de 218 jours en contrepartie d une rémunération de , le taux journalier sera de / 218 = 137,61. La limite de réduction pour chaque jour travaillé excédant 218 sera donc de 137,61 x 1,25 = 172. Comme pour les forfaits annuels en heures, on peut noter que ce mode de calcul a pour effet de surévaluer la valeur d une journée de travail dans la mesure où son calcul ne prend en compte que le nombre de jours travaillés sans prendre en considération les congés payés, les jours de repos et, le cas échéant, les jours fériés chômés auxquels la rémunération se rapporte. - Heures complémentaires Les majorations retenues sont celles fixées par la convention collective, l accord professionnel ou interprofessionnel. A défaut, la loi indique que la limite retenue est de 25%. Synthèse d experts

16 Social Vos notes et remarques Là encore, si la CCN prévoit des majorations différentes ou supérieures à 25%, ces majorations conventionnelles devront être prises en compte pour le calcul de la réduction. Exemple : La CCN des HCR prévoit une majoration de 5% des heures complémentaires effectuées dans la limite du 1/10 ème et de 25% pour celles accomplies entre le 1/10 ème et le 1/3 de la durée contractuelles. Cette majoration de 5% doit être retenue pour apprécier les exonérations. Tableau récapitulatif Heures concernées Heures supplémentaires Forfait annuel en heures Forfait annuel en jours Heures complémentaires Limite des majorations retenues pour l exonération d IR et la réduction de cotisations salariales Majorations prévues par la CCN A défaut, limitation de la majoration à 25% pour les 8 premières HS et 50% au-delà Majorations prévues par la CCN A défaut, limitation de la majoration à 25% pour les HS au-delà de 1607 h Majorations prévues par la CCN A défaut, limitation de la majoration à 25% pour les HS au-delà de 218 jours Majorations prévues par la CCN A défaut, limitation de la majoration à 25% pour les heures complémentaires Exonération d impôt sur le revenu Les heures supplémentaires, complémentaires et les temps assimilés, dans les limites et aux conditions indiquées ci-dessus, bénéficient d une exonération d impôt sur le revenu codifiée à l article 81 quater du CGI. S agissant d une exonération d IR, elle ne profitera qu aux salariés payant l impôt sur le revenu. Il est précisé que le salarié devra mentionner, sur sa déclaration annuelle de revenus, le montant des revenus exonérés d impôt (art. 81 quater et 170 CGI). Les revenus exonérés seront pris en compte dans le revenu fiscal de référence pour l établissement du montant des taxes foncières, d habitation et pour l octroi de la prime pour l emploi. Cette disposition vise notamment à éviter que les salariés deviennent éligibles à la prime pour l emploi du fait de la défiscalisation des heures supplémentaires. 16 Synthèse d experts 2007

17 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : Réduction de cotisations salariales de sécurité sociale Les heures supplémentaires, complémentaires et les temps assimilés qui bénéficient de l exonération d impôt sur le revenu bénéficient aussi d une réduction de cotisations sociales salariales, dans les conditions prévues en matière fiscale. Nature de la réduction de cotisations Selon l article L CSS, les heures supplémentaires, complémentaires et les temps assimilés exonérés d IR bénéficient d une réduction de cotisations salariales proportionnelle à la rémunération, dans la limite des cotisations légales et conventionnelles obligatoires dues au titre de ces heures, dans des conditions à fixer par décret. Il s agit d une réduction et non d une exonération. La conséquence est importante : la réduction est sans incidence sur les droits à retraite car les cotisations sont calculées sur l ensemble du salaire puis reversées aux organismes. Calcul de la réduction de cotisations La réduction s applique à l ensemble des cotisations sociales salariales. Le décret du 24 septembre 2007 indique que le taux de la réduction est fixé à 21,5%, équivalant à 2,27 au niveau du SMIC majoré de 25% (art. D CSS). Ce taux correspond au total des cotisations légales et conventionnelles obligatoires pour un salaire inférieur ou égal au plafond, à l exception des éventuelles cotisations de retraite et de prévoyance supplémentaires qui ne sont pas rendues obligatoires par la loi. Aussi, même si la réduction ne s applique qu aux cotisations de sécurité sociale, son taux entraîne une exonération presque totale des cotisations salariales pour un salaire inférieur ou égal au plafond, La réduction s impute sur le montant des cotisations salariales de sécurité sociale dues par chaque salarié au titre de l ensemble de sa rémunération (et non de la seule rémunération due au titre des heures supplémentaires). Elle s applique au moment du paiement des heures supplémentaires. La réduction ne peut s opérer que sur les cotisations salariales dues par le salarié au titre du seul mois où les heures de travail supplémentaires sont versées. Elles ne peuvent donc pas s imputer sur les cotisations dues au titre d autres mois. La réduction est plafonnée car elle ne peut dépasser le montant total des cotisations légales et conventionnelles obligatoires. Synthèse d experts

18 Social Règles de cumul Vos notes et remarques Le cumul de la réduction avec l application d une exonération de cotisations salariales de sécurité sociale ou avec l application de taux réduits, d assiettes ou de montants forfaitaires doit être autorisé par décret. Le décret du 24 septembre 2007 indique qu en cas d application de taux réduits de cotisations, la réduction s applique dans la limite du taux réduit (art. D CSS). Formalités déclaratives La loi prévoit que le bénéfice de la réduction est subordonné à la mise à disposition des agents du service des impôts et du contrôle des cotisations sociales d un document en vue du contrôle de l application de ces dispositions. Le contenu doit en être fixé par décret (art. L CSS). Selon le décret du 24 septembre 2007 (art. D CSS), il faut : - Tenir à disposition des agents de contrôle les informations prévues par les articles D à D du Code du travail. Ces articles prévoient un nombre important de documents liés à l organisation de la durée du travail. De façon schématique, il s agit des documents suivants : o Horaire collectif affiché (avec certaines spécificités en cas d organisation sur la base d un cycle, d une modulation, de l octroi de jours RTT et de travail en équipes) ; o Décompte de la durée du travail de chaque salarié, en l absence d horaire collectif (quotidien et récapitulatif hebdomadaire) ; o Décompte des jours travaillés pour les salariés au forfait jours ; o Annexe au bulletin de paie mentionnant le repos compensateur, les jours RTT pris, le cumul des heures supplémentaires effectuées depuis le début de l année ; o Total des heures de travail effectuées pendant la période de référence en cas d organisation annuelle (modulation, jours RTT). - Lorsque ces données ne sont pas immédiatement accessibles, l employeur complète, au moins une fois par an pour chaque salarié les informations fournies par un récapitulatif hebdomadaire par salarié du nombre d heures supplémentaires ou complémentaires, indiquant leur taux des majorations et le mois au cours duquel elles sont rémunérées. - Lorsque les heures supplémentaires résultent d une durée collective hebdomadaire supérieure à la durée légale et que le paiement des heures supplémentaires est mensualisé, l indication de cette durée collective suffit à satisfaire à l obligation mentionnée ci-dessus (le récapitulatif hebdomadaire n est pas nécessaire mais cela ne dispense pas l employeur de tenir à disposition les informations prévues par les articles D à D du Code du travail. 18 Synthèse d experts 2007

19 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : Il est important d alerter les chefs d entreprise sur ces nouvelles obligations. Toutes les entreprises dont la durée du travail est supérieure à 35 heures sont concernées à compter du 1 er octobre Déduction forfaitaire des cotisations patronales de sécurité sociale Les employeurs entrant dans le champ d application de la réduction Fillon bénéficient, à compter du 1 er octobre 2007 d une déduction forfaitaire des cotisations patronales sur les heures supplémentaires et temps assimilés, à l exception des heures complémentaires, afin de ne pas inciter les employeurs à recourir davantage au contrat de travail à temps partiel (art. L CSS). Sont donc concernés les employeurs soumis à l obligation d assurance contre le risque chômage. Sont exclus les particuliers employeurs, l Etat, les collectivités territoriales, etc Calcul de la déduction forfaitaire Le montant de la déduction est fixé par le décret du 24 septembre Montant de la déduction forfaitaire L employeur bénéficie d une déduction dont le montant est de 0,5 par heure supplémentaire (art. D CSS). Ce montant horaire est de 1,5 dans les entreprises de 20 salariés et moins. Il s agit de compenser la fin du régime dérogatoire pour ces entreprises. Mais, pour bénéficier de la majoration, l employeur doit s assurer que le montant de la déduction forfaitaire des cotisations patronales et des autres aides n excède pas, sur une période de 3 exercices fiscaux, le plafond des aides de «minimis». Pour rappel, le règlement 1998/2006 fixe à par entreprise ( dans les transports) sur 3 ans, le montant total des aides de même catégorie pouvant être accordées aux entreprises. De plus, ces montants devraient être multipliés par 7 (soit 3,5 ou 10,5 ) en cas de renonciation à des jours de repos pour les salariés au forfait jours. Calcul de l effectif de l entreprise et durée d application de la déduction forfaitaire majorée Le principe général, pour apprécier l effectif de l entreprise afin de savoir si elle bénéficie de la majoration de la déduction forfaitaire majorée (1,5 ), est fixé à l article D CSS. Il prévoit que l effectif se calcule dans le cadre de l entreprise, tous établissements confondus, et qu il est apprécié au 31 décembre, en fonction de la moyenne, au cours de l année civile, des effectifs déterminés conformément aux articles L et 11 C.tr. Cet effectif détermine le montant de la déduction à partir du 1 er janvier et pour l année entière. Synthèse d experts

20 Social Vos notes et remarques Des règles spécifiques sont prévues dans les cas suivants : - Si l entreprise est créée en cours d année, l effectif s apprécie à la date de création. - Pour les heures supplémentaires effectuées du 1 er octobre au 31 décembre 2007, l effectif s apprécie au 31 décembre Pour une entreprise créée entre le 1 er octobre et le 31 décembre 2007, l effectif s apprécie à la date de création. - Pour une entreprise ayant dépassé le seuil de 20 salariés depuis le 31 mars 2005 mais qui était concernée par le régime dérogatoire jusqu au 31 décembre 2008, la majoration cessera au 31 décembre Alors que le régime dérogatoire aurait dû cesser de s appliquer au 31 décembre 2008, la majoration de la déduction forfaitaire de cotisations patronales sera pérenne, à l exception toutefois du cas spécifique des entreprises dont l effectif aurait dépassé 20 salariés depuis le 31 mars Règles d imputation de la déduction forfaitaire La déduction forfaitaire est imputable sur les sommes dues par l employeur aux URSSAF (ou à la MSA) pour chaque salarié concerné au titre de l ensemble de sa rémunération mensuelle versée au moment du paiement de l heure supplémentaire et elle ne peut dépasser le montant des cotisations versées. Cette déduction s opère salarié par salarié et lors du seul versement de la rémunération mensuelle. Il est à noter que cette déduction ne peut donc pas s opérer sur le montant des cotisations dues au titre des autres salariés de l entreprise et ne peut pas non plus s opérer sur les cotisations dues au titre de plusieurs mois. Règles de cumul La loi pose le principe du droit au cumul de cette déduction forfaitaire avec les autres mesures d exonération de cotisations patronales de sécurité sociale dans la limite toutefois du montant global des cotisations patronales de sécurité sociale due au titre de l ensemble de la rémunération du salarié (contrairement à la position prise pour l exonération de cotisations salariales qui par principe n est pas cumulable sauf disposition contraire prévue par décret). Cette déduction forfaitaire est donc être cumulable avec : - la réduction Fillon, - les exonérations ZRR et ZFU, - l exonération dans les bassins d emploi à redynamiser et dans les JEI, - la réduction forfaitaire liée à l AN repas dans le secteur HCR, - l exonération dans les DOM, - l exonération liée aux contrats de professionnalisation. Le cumul est possible dans la limite des cotisations patronales de sécurité sociale et des contributions recouvrées selon les mêmes règles (versement transport, contribution de solidarité, FNAL). 20 Synthèse d experts 2007

21 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : Conditions d application de la déduction L ensemble des conditions prévues par la loi pour bénéficier de l exonération d impôt et de la réduction de cotisations salariales est aussi requis pour le bénéfice de la déduction forfaitaire de cotisations patronales (cf 1.2.3). Pour rappel, l employeur doit respecter les règles suivantes : - Principe de non substitution à un élément de rémunération ; - Respect des dispositions légales et conventionnelles relatives à la durée du travail ; - Principe de non révision à la baisse des accords d annualisation en vue de calculer les heures supplémentaires ; De plus, l employeur doit respecter les obligations déclaratives destinées aux agents de contrôle (cf 1.2.6). 1.4 Aménagement de la réduction «Fillon» La loi modifie la formule de calcul de l allégement de cotisations sociales, dit réduction Fillon, afin que le recours aux heures supplémentaires n ait pas pour effet de réduire l allégement. A compter du 1 er octobre 2007, une nouvelle formule de la réduction générale de cotisations, précisée par le décret du 24 septembre 2007, entre en vigueur Montant de la réduction «Fillon» Jusqu au 30 septembre 2007, le cœfficient était fonction de la rémunération horaire du salarié, calculée en divisant la rémunération mensuelle par le nombre d heures rémunérées au cours du mois considéré (art. L CSS). Formules de calcul au 1 er octobre 2007 Le nouveau calcul s opère en fonction du rapport entre le SMIC mensuel calculé sur la base de la durée légale et la rémunération mensuelle du salarié, hors rémunération des heures complémentaires et supplémentaires, dans la limite des taux de 25% ou de 50% de majoration. Le décret du 24 septembre 2007 fixe les modalités de calcul de l allégement qui est lié à l effectif de l entreprise, conformément à la règle applicable depuis le 1 er juillet En application de la loi, la formule de calcul est la suivante: - Entreprise de plus de 19 salariés Coefficient = [0,260/0,6] x [(1,6 SMIC mensuel base 151 h 67/ rémunération hors heures supplémentaires et complémentaires) -1] Le résultat est plafonné à 0,26. - Entreprise de 19 salariés au plus Synthèse d experts

22 Social Vos notes et remarques Coefficient = [0,281/0,6] x [(1,6 SMIC mensuel base 151 h 67/ rémunération hors heures supplémentaires et complémentaires) -1] Le résultat est plafonné à 0,281. Exclusion de la rémunération des heures supplémentaires et complémentaires La rémunération des heures supplémentaires et complémentaires est exclue de la formule dans la limite, pour ce qui concerne la majoration salariale, des taux de 25 et 50% prévus par l article L du code du travail. Il s agit de neutraliser l impact des heures supplémentaires ou complémentaires : le niveau de l allégement est identique que le salarié fasse, ou non, des heures supplémentaire (ou complémentaires). L exclusion de la majoration, dans la limite des taux légaux de majoration des heures supplémentaires (25 ou 50%) ne correspond pas à la règle prévue pour le calcul de l exonération d IR, la réduction de cotisations salariales et la déduction de cotisations patronales. En effet, le calcul de ces dernières tient compte des taux de majoration fixés par les conventions collectives. Prise en compte du seul temps de travail effectif Le calcul de la déduction dépendra de la rémunération mensuelle, base 151 h 67, et non plus des heures rémunérées. Ceci met fin à la règle antérieure qui permettait de prendre en compte, pour le calcul de la réduction, de certaines rémunérations ne correspondant pas à du temps de travail effectif comme, par exemple, les indemnités compensatrices de congés payés, la rémunération des astreintes, celle des pauses ne correspondant pas à du travail effectif, etc Règles de cumul de la réduction «Fillon» La nouvelle réduction Fillon est cumulable avec : - la nouvelle déduction forfaitaire de cotisations patronales ; - la réduction de cotisations patronales sur l avantage en nature nourriture dans les HCR. 2 Problématiques liées à la mise en œuvre de la loi Les employeurs s interrogeant sur l opportunité de recourir aux heures supplémentaire (ou complémentaires), il est nécessaire de faire une étude au cas par cas, afin de mesurer le coût ou le gain, lié à la mise en œuvre de ces nouvelles mesures et de les informer sur les obligations à la charge de l employeur. 22 Synthèse d experts 2007

23 Heures supplémentaires Vos notes et remarques : 2.1 Evaluation du coût ou du gain pour l employeur Il faut distinguer deux cas de figure, selon que l entreprise a déjà, ou non recours aux heures supplémentaires. Il faut aussi distinguer selon l effectif de l entreprise (inférieur ou égal à 20 salariés ou supérieur à 20 salariés) Entreprises dont la durée du travail est déjà supérieure à 35 h Ces entreprises rémunèrent déjà des heures supplémentaires mais, pour les petites entreprises qui appliquaient le taux légal de majoration de 10%, le coût de ces heures va être plus élevé. Attention : toutes ces entreprises vont désormais devoir gérer les documents de contrôle prévus par la loi et elles devront respecter l ensemble des dispositions relatives à la durée du travail afin que les aides (en faveur du salarié ou de l employeur) ne soient pas remises en cause. Entreprises de 20 salariés et moins qui appliquaient un taux légal de majoration de 10% A compter du 1 er octobre 2007, ces entreprises vont appliquer un taux de 25%. Ce coût supplémentaire n est guère compensé par la majoration de la déduction forfaitaire de cotisations patronales. En effet, au-delà d 1,3 SMIC, il y a un coût supplémentaire pour l employeur. De plus, ces entreprises vont devoir gérer de nouvelles obligations en terme de formalisme (documents liés au contrôle des heures supplémentaires). Entreprises de 20 salariés et moins qui, de par leur convention collective, appliquent un taux de majoration de 10% Ces entreprises vont bénéficier de la majoration de la déduction forfaitaire qui va être d 1,5, alors qu elles ne subissent pas le renchérissement du coût de la majoration pour heures supplémentaires. Exemple : Sont ainsi concernées les entreprises du secteur des HCR Entreprises appliquant déjà un taux de majoration de 25%, quel que soit leur effectif Ces entreprises bénéficient d une déduction forfaitaire qui constitue un gain supplémentaire. Elle sera de 1,5 ou de 0,5 selon l effectif Entreprises dont la durée du travail est fixée à 35 h et qui veulent augmenter la durée du travail Si l entreprise ne faisait pas d HS, les aides prévues sont-elles suffisamment incitatives pour modifier l organisation du travail? Synthèse d experts

24 Social Vos notes et remarques Dans la mesure où l entreprise, pour les périodes de surcharge, avait recours à des salariés en CDD ou en intérim, il faut alors comparer le coût lié au recours aux heures supplémentaires et le coût lié à l embauche de salariés en CDD ou en intérim. Compte tenu du coût induit par l embauche de nouveaux salariés, et du gain lié à l octroi d une déduction forfaitaire pour les heures supplémentaires, etc. les entreprises auraient intérêt à recourir aux heures supplémentaires plutôt que d embaucher en CDD ou en intérim. Notons toutefois que les nouvelles mesures ne favorisent pas l emploi. 2.2 Avantages comparatifs pour le salarié et l employeur Il ne fait aucun doute que les nouvelles mesures sont surtout destinées à inciter les salariés à faire des heures supplémentaires, car ils bénéficient d une exonération d IR et d une réduction de cotisations salariales. Ainsi, ceux qui font déjà des heures supplémentaires vont bénéficier d une augmentation du salaire net. Quant à ceux qui n en faisaient pas encore, ils vont probablement être incités à en demander. Il pourra alors y avoir un effet pervers : dans la mesure où, par le biais des heures supplémentaires, le salaire net va augmenter, il se peut que l employeur octroie des augmentations de salaire moins importantes! De plus, quelques règles doivent être rappelées : - Les mesures de faveur sont liées au respect par l employeur de nombreuses obligations (respect des dispositions légales et conventionnelles sur la durée du travail, documents de contrôle à tenir) et nécessitent la tenue de documents de contrôle. - Il appartient en principe à l employeur de décider s il veut, ou non, recourir aux heures supplémentaires. Ce ne sont pas les salariés qui décident de faire des heures supplémentaires. Mais il faut noter que la jurisprudence est assez tolérante en matière de preuve des heures supplémentaires puisqu elle admet les demandes de salariés se fondant sur des décomptes qu ils font de leur propre initiative, sans qu ils en prouvent le bien fondé (Cass. soc. 10 mai 2007, n ). Il faudra donc conseiller aux employeurs d encadrer le recours aux heures supplémentaires. Si l employeur ne veut pas recourir aux heures supplémentaires, il y a un risque que les salariés se sentent frustrés. Il semblerait en effet, selon certains sondages, que les salariés souhaitent effectuer des heures supplémentaires. On peut craindre, notamment au vu de ce qu écrit la presse, que les salariés pensent «avoir droit aux heures supplémentaires». 2.3 Complexité accrue du bulletin de paie Les nouvelles mesures rendent le bulletin de paie plus complexe, à divers titres : 24 Synthèse d experts 2007

«Travailler plus pour gagner plus» : modalités pratiques des dispositions sur les heures supplémentaires

«Travailler plus pour gagner plus» : modalités pratiques des dispositions sur les heures supplémentaires SYNTHESE Social Textes et références Loi n 2007-1233 du 21 août 2007 (JO 22 août) en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat (article 1) Décret n 2007-1380 du 24 septembre 2007 (JO 25 septembre)

Plus en détail

HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES

HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES N 123 SOCIAL n 47 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le ISSN 1769-4000 HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES L essentiel La loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur

Plus en détail

LOI DU 20 AOUT 2008 PORTANT RENOVATION DE LA DEMOCRATIE SOCIALE ET REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL L essentiel

LOI DU 20 AOUT 2008 PORTANT RENOVATION DE LA DEMOCRATIE SOCIALE ET REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL L essentiel N 113 SOCIAL n 42 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 26 septembre 2008 ISSN 1769-4000 LOI DU 20 AOUT 2008 PORTANT RENOVATION DE LA DEMOCRATIE SOCIALE ET REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL L essentiel

Plus en détail

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant :

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : BULLETIN DE SALAIRE Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : l employeur (nom, adresse, numéro d immatriculation, code

Plus en détail

Le calcul de la durée du travail

Le calcul de la durée du travail 038 Les heures supplémentaires Partie 5 La durée et le temps de travail Chapitre 1 Le calcul de la durée du travail 038 ( ) Les heures supplémentaires SOMMAIRE (voir mode d emploi page IX) Référence Page

Plus en détail

EMPLOYEURS. HEURES SUPPLÉMENTAIRES : ce qui change au 1 er octobre 2007 pour les employeurs.

EMPLOYEURS. HEURES SUPPLÉMENTAIRES : ce qui change au 1 er octobre 2007 pour les employeurs. EMPLOYEURS HEURES SUPPLÉMENTAIRES : ce qui change au 1 er octobre 2007 pour les employeurs. SURCROÎT DE TRAVAIL, commandes exceptionnelles, délais restreints pour réagir, à-coups de production Pour faire

Plus en détail

Annexe : document «Réponses aux questions techniques posées par les entreprises»

Annexe : document «Réponses aux questions techniques posées par les entreprises» Ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique Le directeur de

Plus en détail

ACTUALISATION SOCIALE. REGIME SOCIAL ET FISCAL DES HEURES SUPPLEMENTAIRES (loi du 21 août 2007)

ACTUALISATION SOCIALE. REGIME SOCIAL ET FISCAL DES HEURES SUPPLEMENTAIRES (loi du 21 août 2007) FORMATION 2007.50 ACTUALISATION SOCIALE REGIME SOCIAL ET FISCAL DES HEURES SUPPLEMENTAIRES (loi du 21 août 2007) JEUDI 6 DECEMBRE 2007 SOMMAIRE Réforme sur les heures supplémentaires (loi du 21 août 2007)

Plus en détail

Que sont les conventions de forfait? Une convention de forfait peut-elle être imposée au salarié?

Que sont les conventions de forfait? Une convention de forfait peut-elle être imposée au salarié? Que sont les conventions de forfait? Il existe plusieurs types de conventions de forfait : le forfait hebdomadaire ou mensuel en heures de travail ; le forfait annuel en heures de travail ; le forfait

Plus en détail

HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT

HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT L avenant n 2014-01 du 4 février 2014 contient des dispositions ayant pour objet de restaurer à l identique les dispositions conventionnelles dénoncées ultérieurement

Plus en détail

mode d emploi Le temps de travail

mode d emploi Le temps de travail mode d emploi Le temps de travail Dans son volet consacré au temps de travail, LA LOI DU 20 AOUT 2008 poursuit 4 objectifs principaux : p élargir l espace de la négociation collective, plus particulièrement

Plus en détail

Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique, Ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité

Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique, Ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique, Ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la

Plus en détail

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION 1. Quels sont les modes de paiement du salaire? 2. Quelle est la méthode de calcul du salaire en cas d absence non rémunérée? 3. Comment est déterminé le salaire des salariés

Plus en détail

HEURES CONCERNEES PAR LE DISPOSITIF

HEURES CONCERNEES PAR LE DISPOSITIF COMMUNICATION SUR LA LOI EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT Source : Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat. Parue au Journal Officiel

Plus en détail

Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile

Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile Bulletin URIOPSS n 12 Veille juridique et actualités régionales aide à domicile Août 2008 (Rédigé le 29 août 2008) Bonjour à toutes et à tous. La loi 2002-2 a prévu que tous les établissements sociaux

Plus en détail

- les VRP, - les dirigeants de sociétés commerciales (gérants de société à responsabilité limitée

- les VRP, - les dirigeants de sociétés commerciales (gérants de société à responsabilité limitée La Durée du travail EN BREF Fixée à 35 heures par semaine (ou 1607 heures par an), applicable à la plupart des entreprises et des salariés, la durée légale du travail n est ni un minimum (les salariés

Plus en détail

Heures supplémentaires/complémentaires ce qui change au 1 er octobre 2007

Heures supplémentaires/complémentaires ce qui change au 1 er octobre 2007 Heures supplémentaires/complémentaires ce qui change au 1 er octobre 2007 1. Le cadre législatif : - champ d application - définition des heures supplémentaires et complémentaires - durée légale et maximale

Plus en détail

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires Limoges, le 17 octobre 2007 Madame, Monsieur et Cher Client, La Loi 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du Travail,

Plus en détail

LOI TEPA : HEURES SUPPLEMENTAIRES TOUT CE QU IL VOUS FAUT SAVOIR

LOI TEPA : HEURES SUPPLEMENTAIRES TOUT CE QU IL VOUS FAUT SAVOIR LOI TEPA : HEURES SUPPLEMENTAIRES TOUT CE QU IL VOUS FAUT SAVOIR Conditions d application du dispositif de réduction et de déduction des cotisations de sécurité sociale : Doit on appliquer un taux de majoration

Plus en détail

DURÉE LÉGALE DU TRAVAIL. Document REFLEXE RH - Mis à jour Août 2011

DURÉE LÉGALE DU TRAVAIL. Document REFLEXE RH - Mis à jour Août 2011 DURÉE LÉGALE DU TRAVAIL Document REFLEXE RH - Mis à jour Août 2011 DUREE LEGALE DU TRAVAIL Depuis le 1 er janvier 2002, la durée légale du travail est de 35 heures par semaine dans toutes les entreprises.

Plus en détail

HEURES SUPPLEMENTAIRES : DEFINITION, CONTINGENT ET REPOS OBLIGATOIRE

HEURES SUPPLEMENTAIRES : DEFINITION, CONTINGENT ET REPOS OBLIGATOIRE HEURES SUPPLEMENTAIRES : DEFINITION, CONTINGENT ET REPOS OBLIGATOIRE 1. Qu est ce que les heures supplémentaires? 2. Comment décompter les heures supplémentaires? 3. Lorsque la durée collective de travail

Plus en détail

La prime TVA dans les HCR en 2014, en synthèse

La prime TVA dans les HCR en 2014, en synthèse 1/5 La prime TVA dans les HCR en 2014, en synthèse Source Objet de cette prime Art. 5 de l avenant n 6 du 15 décembre 2009 à la CCN des Hôtels, Cafés, Restaurants étendu par arrêté publié au JO du 24 février

Plus en détail

Fiche n 2 Mode de calcul de la réduction

Fiche n 2 Mode de calcul de la réduction Fiche n 2 Mode de calcul de la réduction La réduction est au plus égale à 26 % de la rémunération, maximum obtenu au niveau du salaire minimum de croissance. Ce taux d exonération décroît ensuite pour

Plus en détail

4. Paiement des heures supplémentaires

4. Paiement des heures supplémentaires 4. Paiement des heures Calcul des heures Calcul à la semaine civile... 52 Exceptions... 53 Tableau des exceptions... p. 41 Accomplissement des heures Un travail commandé... 57 Pouvoir de direction de l

Plus en détail

Les RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES de la Haute-Garonne vous informent

Les RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES de la Haute-Garonne vous informent REMUNERATION DES ASSISTANTES MATERNELLES Montant Brut Net SMIC horaire 9 (au 01/01/11) Montant minimum du salaire de base pour une journée d accueil de 8 heures: SMIC x 2,25 h (fixé par la loi de 1992)

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Calculer la réduction Fillon

Calculer la réduction Fillon Calculer les exonérations de charges Calculer la réduction Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à cette fiche actualisée

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI TEMPS DE TRAVAIL (ARTICLES 16, 17 ET 18) ET COMMENTAIRES CFDT

TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI TEMPS DE TRAVAIL (ARTICLES 16, 17 ET 18) ET COMMENTAIRES CFDT TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI TEMPS DE TRAVAIL (ARTICLES 16, 17 ET 18) ET COMMENTAIRES CFDT PROJET DE LOI Version nor : mtsx0813468l/bleue-1 CE QUI CHANGE COMMENTAIRES DE LA CFDT ARTICLE 16 I. - L article

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 1er octobre 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 1er octobre 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 1er octobre 2015 Rejeté PLF POUR 2016 - (N 3096) AMENDEMENT présenté par M. Le Fur, M. Wauquiez et Mme Dalloz ---------- ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L'ARTICLE 2, insérer l'article suivant:

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998, SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA MÉTALLURGIE MODIFIÉ PAR AVENANT DU 29 JANVIER 2000*

ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998, SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA MÉTALLURGIE MODIFIÉ PAR AVENANT DU 29 JANVIER 2000* ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998, SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA MÉTALLURGIE MODIFIÉ PAR AVENANT DU 29 JANVIER 2000* PRÉAMBULE La situation de l emploi est une préoccupation pour tous. Réduire

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2013 0000062

LETTRE CIRCULAIRE n 2013 0000062 LETTRE CIRCULAIRE n 2013 0000062 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1.028 Montreuil, le 24/09/2013 24/09/2013 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE POLE REGLEMENTATION ET SECURISATION

Plus en détail

Quelles sont les indemnités auxquelles a droit un salarié licencié?

Quelles sont les indemnités auxquelles a droit un salarié licencié? Important! Certaines indemnités peuvent être augmentées par la convention collective ou le contrat de travail. Quelles sont les indemnités auxquelles a droit un salarié licencié? L indemnité légale de

Plus en détail

LES 35 HEURES après la loi du 19 janvier 2000 et ses textes d application (Loi AUBRY II)

LES 35 HEURES après la loi du 19 janvier 2000 et ses textes d application (Loi AUBRY II) SOCIAL Le 17 avril 2000 N 35 - SOCIAL N 13 LES 35 HEURES après la loi du 19 janvier 2000 et ses textes d application (Loi AUBRY II) La seconde loi sur les 35 heures du 19 janvier 2000, publiée au Journal

Plus en détail

FICHE de SYNTHESE La réduction Fillon au 1 er janvier 2012

FICHE de SYNTHESE La réduction Fillon au 1 er janvier 2012 L Site Internet : www.propaye.net FICHE de SYNTHESE La réduction Fillon au 1 er janvier 2012 Les changements liés à la réduction Fillon au 1 er janvier 2012 Incidence de la réévaluation du SMIC Le coefficient

Plus en détail

Intervenante : Nathalie Olivier-Bichard. Déjeuner technique du 13 novembre 2007

Intervenante : Nathalie Olivier-Bichard. Déjeuner technique du 13 novembre 2007 Intervenante : Nathalie Olivier-Bichard Déjeuner technique du 13 novembre 2007 Le temps de travail effectif La durée du travail effectif est le temps pendant lequel lesalariéestàladispositiondel employeuretdoit

Plus en détail

Comptabilité approfondie de la paie

Comptabilité approfondie de la paie Comptabilité approfondie de la paie Chapitre 1 Bulletin de paie (Présentation générale de la paie méthodologie des calculs (bulletins «non cadre» - bulletins «cadre» - cotisations et autres charges ; bulletins

Plus en détail

Ce que vous devez savoir

Ce que vous devez savoir LIVRET D ACCUEIL ET D INFORMATION Salarié(e)s d entreprises sous-traitantes françaises et étrangères Ce que vous devez savoir Connaître vos droits en matière de : salaires, contrat de travail, conditions

Plus en détail

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA»

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA» SYNTHESE Social Textes et références Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 (JO 22 août) : article 1 Décret n 2007-1380 du 24 septembre 2007 (JO 25 septembre) : article D. 241-25 CSS Articles D. 212-18 à 24 du

Plus en détail

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE N 165 5 aout 2014 SOMMAIRE P. 1 et 2 p.2 Projet de loi de financement rectificatif de la sécurité sociale pour 2014 Suppression de la règlementation relative aux sommes versées

Plus en détail

ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014

ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014 ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014 Objet : travail à temps partiel dans la branche du sport Les partenaires sociaux de la branche du sport se sont mis d accord sur un aménagement conventionnel du droit

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Direction de la sécurité sociale Sous-direction

Plus en détail

Fiche tirée de sites officiels du ministère de l emploi et de : service public www.mlbs.fr Thème 3 LA REMUNERATION

Fiche tirée de sites officiels du ministère de l emploi et de : service public www.mlbs.fr Thème 3 LA REMUNERATION Thème 3 LA REMUNERATION Comment le salaire est-il fixé? Généralement déterminé en fonction de la qualification du salarié et de l emploi occupé, le salaire peut être calculé : au temps, en fonction de

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL ET DE GROS À PRÉDOMINANCE ALIMENTAIRE (GRANDE DISTRIBUTION)

COMMERCE DE DÉTAIL ET DE GROS À PRÉDOMINANCE ALIMENTAIRE (GRANDE DISTRIBUTION) COMMERCE DE DÉTAIL ET DE GROS À PRÉDOMINANCE ALIMENTAIRE (GRANDE DISTRIBUTION) Convention collective nationale N 3305 12 juillet 2001 IDCC 2216 CONVENTION COLLECTIVE LES 10 POINTS ESSENTIELS Mai 2013 SOMMAIRE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce

Plus en détail

I. DELIVRANCE OBLIGATOIRE D UN BULLETIN DE PAIE II. FORME ET CONTENU DU BULLETIN DE PAIE III. SANCTION IV. CONSERVATION DU BULLETIN DE PAIE V

I. DELIVRANCE OBLIGATOIRE D UN BULLETIN DE PAIE II. FORME ET CONTENU DU BULLETIN DE PAIE III. SANCTION IV. CONSERVATION DU BULLETIN DE PAIE V BULLETIN DE PAIE 29/01/2015 L'employeur doit délivrer à chaque salarié un bulletin de paie lors du versement de la rémunération sans que l intéressé ait à le lui demander. Cette obligation s étend à toute

Plus en détail

Avenant N 2014-01 du 04.02.2014

Avenant N 2014-01 du 04.02.2014 Avenant N 2014-01 du 04.02.2014 1 Le licenciement L Avenant n 2014-01 du 04 février 2014 permet la consolidation du socle conventionnel. Il comprend : des dispositions reprises à l identique de la CCN51

Plus en détail

Xavier Remongin/Min.agri.fr. Soutien à l emploi et au pouvoir d achat. Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires

Xavier Remongin/Min.agri.fr. Soutien à l emploi et au pouvoir d achat. Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires 2008 Xavier Remongin/Min.agri.fr Soutien à l emploi et au pouvoir d achat Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires Depuis le 1er octobre 2007, les employeurs agricoles qui ont

Plus en détail

Fédération Nationale de l Habillement Mise à jour novembre 2015

Fédération Nationale de l Habillement Mise à jour novembre 2015 Les salaires minima applicables à compter du 1 er novembre 2015 CCN n 3241 En résumé : L avenant n 22 sur les salaires minima signé le 16 avril 2015 est applicable à partir du 1 er novembre 2015, pour

Plus en détail

Incidences pratiques de la réforme de la réduction Fillon pour les agences d emploi

Incidences pratiques de la réforme de la réduction Fillon pour les agences d emploi 1 Incidences pratiques de la réforme de la réduction Fillon pour les agences d emploi La réduction générale des cotisations patronales, plus connue sous le vocable «réduction Fillon» permet aux entreprises

Plus en détail

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Textes applicables : LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Loi n 2008-111 du 8 février 2008 J.O. du 9 février 2008 Circulaire DGT / DSS n 2008-46 du 12 février 2008. Circulaire ACOSS n 2008-039 du 18 mars 2008.

Plus en détail

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION N 62 - FORMATION n 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 08 avril 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION Depuis sa création par l accord national interprofessionnel

Plus en détail

Le Droit Individuel à la Formation

Le Droit Individuel à la Formation Le Droit Individuel à la Formation S O M M A I R E : Définition Bénéficiaires Conditions Procédure Déroulement Prise en charge Portabilité du DIF CDD & DIF Le C.I.F J A N V I E R 2 0 1 3 L e Droit Individuel

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 MODALITÉS DES EXONÉRATIONS D IMPÔTS ET DE COTISATIONS SALARIALES SUR LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES

CIRCULAIRE CDG90 MODALITÉS DES EXONÉRATIONS D IMPÔTS ET DE COTISATIONS SALARIALES SUR LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES CIRCULAIRE CDG90 13/08 MODALITÉS DES EXONÉRATIONS D IMPÔTS ET DE COTISATIONS SALARIALES SUR LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES! Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives

Plus en détail

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées?

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? pratiques [comité d entreprise] Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? Les activités sociales et culturelles du comité d entreprise sont principalement financées par une contribution

Plus en détail

SOMMAIRE. Le cadre juridique Fiche 1 Le cadre juridique de la paye... 6

SOMMAIRE. Le cadre juridique Fiche 1 Le cadre juridique de la paye... 6 SOMMAIRE Le cadre juridique Fiche 1 Le cadre juridique de la paye... 6 La durée du travail Fiche 2 La durée légale du travail... 8 Fiche 3 Le travail du dimanche... 10 Fiche 4 Les heures supplémentaires...

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE. Ainsi, un salarié occupé 5 jours par semaine, pourra être en situation de télétravail au plus 3 jours par semaine.

NOTE TECHNIQUE. Ainsi, un salarié occupé 5 jours par semaine, pourra être en situation de télétravail au plus 3 jours par semaine. NOTE TECHNIQUE L accord du 4 mars 2014 est conclu à durée déterminée. Il s applique pour une durée de 3 ans à compter de sa date d agrément, soit du 3 juillet 2014 au 2 juillet 2017. 1 Définition du télétravail

Plus en détail

ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE

ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE 1- LE BULLETIN DE PAIE Document 1 : les mentions obligatoires du bulletin de paie Un bulletin de paie doit comporter les mentions obligatoires suivantes : - nom et adresse

Plus en détail

Notice : Cotisations Enseignement privé hors contrat

Notice : Cotisations Enseignement privé hors contrat Notice : Cotisations Enseignement privé hors contrat Par accord collectif en date du 10 mai 2012, la branche professionnelle de l'enseignement privé hors contrat a désigné Actalians en qualité d'opca de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON

CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON N 86 - FISCAL n 16 - SOCIAL n 31 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 2 septembre 2015 ISSN 1769-4000 CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON L essentiel Le crédit d'impôt

Plus en détail

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES QUESTIONS REPONSES sur la Convention Collective Nationale des «assistants maternels du particulier employeur» du 1 er juillet 2004 étendue par arrêté du 17 décembre 2004, la loi 2005-706 du 27 juin 2005

Plus en détail

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Date N Affaires sociales N Formation professionnelle AVENANTS N 6 ET N 10 : Questions / Réponses Pour rappel,

Plus en détail

LIRE UN BULLETIN DE PAIE. Quels sont les différents éléments qui composent une fiche de paie, et comment les lire?

LIRE UN BULLETIN DE PAIE. Quels sont les différents éléments qui composent une fiche de paie, et comment les lire? LIRE UN BULLETIN DE PAIE Quels sont les différents éléments qui composent une fiche de paie, et comment les lire? 1. L' identification de votre employeur : raison sociale, adresse et convention collective

Plus en détail

Journée de solidarité

Journée de solidarité Pégase 3 Journée de solidarité Dernière révision le 21/03/2008 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...4 Mention sur le bulletin...4 Salariés concernés...4 Particularité des

Plus en détail

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex N 202 janvier 2014 30 jours L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex Chers clients, Parce qu il n existe pas de résultat sans effort, nous mettons

Plus en détail

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL Journal officiel du 16 juin 2011 Arrêté du 15 juin 2011 portant agrément des accords relatifs aux annexes I à XII au règlement général annexé à la convention du 6 mai 2011

Plus en détail

Chapitre 4 La durée du travail

Chapitre 4 La durée du travail Chapitre 4 La durée du travail I. Le temps de travail II. Les heures supplémentaires III. L organisation du travail Chapitre 3 La durée du travail I. Le temps de travail 1. Durée légale du travail 2. Temps

Plus en détail

Accord collectif de travail relatif au Compte Épargne - Temps des salariés de l AFPA

Accord collectif de travail relatif au Compte Épargne - Temps des salariés de l AFPA Accord collectif de travail relatif au Compte Épargne - Temps des salariés de l AFPA Version consolidée 1/13 Préambule La création du Compte Epargne-Temps avait été prévue par l article 23 de l accord

Plus en détail

Nouveautés au 1er janvier 2015

Nouveautés au 1er janvier 2015 Nouveautés au 1er janvier 2015 Urssaf.fr vous propose une présentation générale des principales dispositions de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015 *, de la loi de finances pour 2015**

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3168 Convention collective nationale IDCC : 1147. PERSONNEL DES CABINETS MÉDICAUX AVENANT N 64 DU 1 ER JUILLET

Plus en détail

Newsletter Sociale Février 2016

Newsletter Sociale Février 2016 Newsletter Sociale Février 2016 Indemnité kilométrique vélo : mise en place Possibilité de prendre en charge les frais de déplacement à vélo de vos salariés entre leur résidence habituelle et leur lieu

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, du travail, et de la solidarité. Ministère de la santé, de la famille, et des personnes handicapées

Ministère des affaires sociales, du travail, et de la solidarité. Ministère de la santé, de la famille, et des personnes handicapées Ministère des affaires sociales, du travail, et de la solidarité Ministère de la santé, de la famille, et des personnes handicapées DSS SDFSS BUREAU 5B Mise en œuvre de la réduction générale de cotisations

Plus en détail

Réduction FILLON à compter du 01/01/2011

Réduction FILLON à compter du 01/01/2011 Réduction FILLON à compter du 01/01/2011 La loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 modifie le calcul de la réduction Fillon : - celle-ci est désormais annualiser. - les montants permettant

Plus en détail

Avantages en nature et frais professionnels

Avantages en nature et frais professionnels Pégase 3 Avantages en nature et frais professionnels Dernière révision le 08/01/2008 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Définitions...4 Les avantages en nature... 4 Les frais professionnels

Plus en détail

Sommaire L accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 pour la compétitivité des entreprises et la sécurisation de l emploi Comment optimiser le chômage partiel et l APLD? L externalisation de

Plus en détail

Loi TEPA - Durée du travail

Loi TEPA - Durée du travail COMMISSION OUVERTE DE DROIT SOCIAL FORMATION CONTINUE séance du 13 septembre 2007 Loi TEPA - Durée du travail Préambule : - Loi du 21 août 2007 n 2007-1223 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir

Plus en détail

Les salariés en contrat à durée déterminée (voir ci-dessous «Dispositions spécifiques aux salariés en CDD»).

Les salariés en contrat à durée déterminée (voir ci-dessous «Dispositions spécifiques aux salariés en CDD»). Le droit individuel à la formation Synthèse Le droit individuel à la formation (DIF) a pour objectif de permettre à tout salarié de se constituer un crédit d heures de formation de 20 heures par an, cumulable

Plus en détail

Projet de loi sur la sécurisation des emplois : les articles à suivre

Projet de loi sur la sécurisation des emplois : les articles à suivre Projet de loi sur la sécurisation des emplois : les articles à suivre Le projet de loi sur la sécurisation des emplois vient d être validé par le conseil des ministres et va prochainement atterrir sur

Plus en détail

Heures supplémentaires : contingent et contrepartie obligatoire en repos

Heures supplémentaires : contingent et contrepartie obligatoire en repos Éditeur scolaire BP 109 01003 BOURG EN BRESSE Cédex Tél. : 04 74 50 41 70 Fax : 04 74 23 55 75 DÉCRET DU 4/11/2008 Heures supplémentaires : contingent et contrepartie obligatoire en repos http://www.fontainepicard.com

Plus en détail

Heures supplémentaires. et complémentaires

Heures supplémentaires. et complémentaires n 164 - octobre 2007 Associations Régionales Agréées de l union des Professions Libérales, à l initiative de l UNAPL FISCAL/SOCIAL Nouveau régime fiscal et social des heures supplémentaires Heures supplémentaires

Plus en détail

PARAMETRAGE PAIE SAGE 2015

PARAMETRAGE PAIE SAGE 2015 PARAMETRAGE PAIE SAGE 2015 AVANT DE METTRE EN PLACE LE PARAMETRAGE IL EST INDISPENSABLE DE FAIRE UNE SAUVEGARDE. 1/ SMIC 2/ PLAFOND DE SECURITE SOCIALE 3/ MINIMUM GARANTI 4/ COTISATION URSSAF VIEILLESSE

Plus en détail

Loi tendant au développement, à l encadrement des stages et à l amélioration du statut des stagiaires

Loi tendant au développement, à l encadrement des stages et à l amélioration du statut des stagiaires Union Nationale des Maisons Familiales Rurales d Education et d Orientation Loi tendant au développement, à l encadrement des stages et à l amélioration du statut des stagiaires La loi 2014-788 du 10 juillet

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

Le Rachat d années en 2012, de quoi parle-t-on?

Le Rachat d années en 2012, de quoi parle-t-on? Le Rachat d années en 2012, de quoi parle-t-on? Qu est-ce que le rachat d années? Tout affilié a la possibilité de racheter toutes les années pendant lesquelles il n a pas cotisé à Préfon-Retraite entre

Plus en détail

La réduction. des cotisations patronales. À jour au 1 er janvier 2014

La réduction. des cotisations patronales. À jour au 1 er janvier 2014 Le point sur ( ) La réduction des cotisations patronales À jour au 1 er janvier 2014 Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques 2 La réduction

Plus en détail

ALERTE JURIDIQUE N 41 du 10 octobre 2014

ALERTE JURIDIQUE N 41 du 10 octobre 2014 ALERTE JURIDIQUE N 41 du 10 octobre 2014 Objet : Modifications apportées par les avenants n 148 et n 150 à la convention collective nationale de l animation relatifs au travail à temps partiel La loi n

Plus en détail

BACHELOR TOURISME Spécialisation Hébergement

BACHELOR TOURISME Spécialisation Hébergement Formations en Alternance BACHELOR TOURISME Spécialisation Hébergement Guide pratique sur les Contrats de Professionnalisation GROUPE SUP DE CO LA ROCHELLE Le Contrat de Professionnalisation Les employeurs

Plus en détail

Bienvenue au Petit Déjeuner débat. La réforme des retraites et les nouveautés paye 2014. 20 février 2014

Bienvenue au Petit Déjeuner débat. La réforme des retraites et les nouveautés paye 2014. 20 février 2014 Bienvenue au Petit Déjeuner débat La réforme des retraites et les nouveautés paye 2014 20 février 2014 Programme 9h00-10h30 Me Guyot La réforme des retraites Le contrat à temps partiel de 24 H minimum.

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2002/01 Du 09 janvier 2002

NOTE D INFORMATION 2002/01 Du 09 janvier 2002 NOTE D INFORMATION 2002/01 Du 09 janvier 2002 I. Charges sur salaires au 01/01/2002. A. Sécurité sociale 1) Taux et plafond Mis à part les cotisations d accidents du travail, dont le taux est révisé annuellement,

Plus en détail

LA DURÉE DU TRAVAIL DANS LES AMBULANCES

LA DURÉE DU TRAVAIL DANS LES AMBULANCES Fiche pratique LA DURÉE DU TRAVAIL DANS LES AMBULANCES Avril 2012 (Accord-cadre du 4 mai 2000 Avenant n 1 du 30 juin 2000 Avenant n 3 du 16 janvier 2008 Décret n 2001-679 du 30 juillet 2001 Décret n 2003-1242

Plus en détail

Le complément de main-d œuvre formé pour vos besoins

Le complément de main-d œuvre formé pour vos besoins Le complément de main-d œuvre formé pour vos besoins Nom Prénom :... Raison sociale de l exploitation :... Adresse complète :... Code Postal :... Commune :... Tél :... Fax :... Portable :... Mail : L ensemble

Plus en détail

Le SMIC au 1 er janvier 2016

Le SMIC au 1 er janvier 2016 Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 26.15 du 24/12/15 Le SMIC au 1 er janvier 2016 Publication du décret portant relèvement du SMIC et du minimum garanti I Le relèvement du SMIC

Plus en détail

Les heures supplémentaires défiscalisées et exonérées de charges sociales

Les heures supplémentaires défiscalisées et exonérées de charges sociales Pégase 3 Les heures supplémentaires défiscalisées et exonérées de charges sociales Dernière révision le 17/12/2008 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...6 Exonération pour

Plus en détail

Le coin des conventions

Le coin des conventions ACCORD 2001-01 De la branche sanitaire, sociale et médico-sociale privée à but non lucratif Loi Aubry 2 Le travail intermittent La notion de travail intermittent a été introduite par l article 14 de la

Plus en détail

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/03/2012. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/03/2012. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Cegid Business Paie Mise à jour plan de paie 01/03/2012 Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Mise à jour plan de paie 01/03/2012 Sommaire 1. NOUVELLES VALEURS AU 1 ER JANVIER 2012...4 Eléments

Plus en détail

CHARGES SOCIALES 2015

CHARGES SOCIALES 2015 CHARGES SOCIALES 2015 Plafond sécurité sociale Plafond de sécurité sociale Périodicité 2015 Année 38 040 Trimestre 9 510 Mois 3 170 Quinzaine 1 585 Semaine 732 Jour 174 Heure 24 (1) 1 24 pour une durée

Plus en détail

LE BULLETIN DE PAIE QUESTIONS

LE BULLETIN DE PAIE QUESTIONS QUESTIONS Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon). 1. Quand doit-on avoir un bulletin de paie? 2. Combien

Plus en détail

AVENANT N O 26 DU 5 NOVEMBRE 2007

AVENANT N O 26 DU 5 NOVEMBRE 2007 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 8822. SCIERIES AGRICOLES ET EXPLOITATIONS FORESTIÈRES (RHÔNE-ALPES, À L EXCEPTION DE LA LOIRE) (27 juin 1988)

Plus en détail

Salaire des apprentis

Salaire des apprentis Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 35.13 20/12/2013 Salaire des apprentis Au 1 er janvier 2014 Le relèvement du SMIC au 1 er janvier 2014 entraine également des conséquences

Plus en détail