Monitorage de l électroencéphalogramme : techniques, indications, intérêt en réanimation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Monitorage de l électroencéphalogramme : techniques, indications, intérêt en réanimation"

Transcription

1 MISE AU POINT Réanimation 2001 ; 10 : Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S /SSU Monitorage de l électroencéphalogramme : techniques, indications, intérêt en réanimation W. Szurhaj*, H. Sediri, P. Derambure, J.D. Guieu Service de neurophysiologie clinique, hôpital Roger-Salengro, centre hospitalier universitaire régional de Lille, Lille cedex, France (Reçu le 8 mars 2001 ; accepté le 12 mars 2001) Résumé Le monitorage de la fonction cérébrale par l électroencéphalogramme (EEG) est relativement récent dans les services de réanimation. Cette technique, non invasive, a tiré bénéfice de la numérisation de l EEG et du développement des méthodes d analyse semi-automatique du signal. L interprétation du tracé nécessite une connaissance parfaite des conditions d enregistrement, qui doivent être aussi rigoureuses que possible. Cette interprétation faite par un expert doit rester prudente. La principale indication actuellement bien étayée du monitorage de l EEG en service de réanimation est l état de mal épileptique, convulsif ou non, dès lors que l examen neurologique ne se normalise pas rapidement. Le monitorage de l EEG est très utile à toutes les phases de la prise en charge de l état de mal. Il peut être utile au diagnostic, notamment des crises non convulsives ; il permet d optimiser les posologies des agents anesthésiques lors de l induction du coma thérapeutique dans les états de mal réfractaires ; il permet la surveillance de l absence de récidive des crises lors de la levée de l anesthésie. La durée du monitorage peut aller de 24 heures à plusieurs semaines. De nouvelles indications commencent à émerger, notamment la surveillance des traumatismes crâniens sévères, la détection précoce d ischémies cérébrales focales et la surveillance de comas. Cette technique qui améliore la prise en charge des patients neurologiques dans certaines indications semble promise à se développer dans les années à venir Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS EEG / état de mal épileptique / monitorage / soins intensifs Summary Continuous electroencephalogram monitoring: methods and applications in the intensive care unit. Continuous electroencephalography (EEG) monitoring has only recently begun to be developed in intensive care units. Digital EEG technology and the development of new methods of automatic EEG analysis have allowed this method to become a clinically relevant tool. Analysis of the continuous EEG requires a perfect knowledge of recording conditions, which must be as rigorous as possible. The interpretation made by an expert must remain cautious. The primary current indication of continuous EEG monitoring in intensive care units is status epilepticus. EEG monitoring is very useful to all the phases of the management of status epilepticus when the clinical neurological situation does not improve rapidly. The duration of the monitoring can go from 24 hours to several weeks. It can be useful for the diagnosis of nonconvulsive seizures; it allows a better management of anaesthetic drugs during refractory status epilepticus; and it *Correspondance et tirés à part. Adresse (P. Derambure).

2 Monitorage de l EEG en réanimation 369 allows the detection of recurrent seizures after tapering of the treatment. New indications start to emerge: monitoring of severe acute head trauma, early detection of focal cerebral ischemia and monitoring of coma. This technique, which improves the management of neurological patients, promises to develop further in the future Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS continuous EEG monitoring / status epilepticus / intensive care unit Le diagnostic de souffrance d un organe doit être le plus précoce possible pour adapter la prise en charge thérapeutique afin d éviter le passage au stade de lésion irréversible. Ceci est d autant plus important pour le cerveau dont on connaît la sensibilité, que ce soit à l ischémie, à l anoxie ou aux désordres métaboliques. La surveillance du fonctionnement cérébral, jusqu à ces dernières années, ne reposait encore que sur l examen clinique, qui reste primordial. Cependant, l examen neurologique précis est souvent de réalisation difficile chez un patient sous sédation. L électroencéphalogramme (EEG) est alors intéressant : il permet d apprécier le niveau de vigilance des patients, de détecter des activités épileptiques sans traduction clinique, de déceler des signes de souffrance cérébrale en rapport notamment avec un trouble métabolique, une ischémie ou une anoxie [1]. Ces intérêts de l EEG ont poussé, il y a une vingtaine d années, quelques centres de réanimation à utiliser le monitorage de l EEG chez des patients comateux [2]. Mais l enregistrement continu de l EEG par des machines analogiques était difficile en routine. Le développement de l EEG numérisé depuis une dizaine d années a permis de pallier aux problèmes techniques et de rendre plus accessible le monitorage de l activité électrique cérébrale au lit du patient. ASPECTS TECHNIQUES DU MONITORAGE DE L ÉLECTROENCÉPHALOGRAMME Acquisition de l électroencéphalogramme Les électrodes habituellement utilisées sont des cupules en argent emplies de pâte conductrice. Elles sont collées avec du collodion après un décapage soigneux du cuir chevelu. La fixation des électrodes assure habituellement une bonne qualité de l enregistrement EEG durant 24 à 48 heures. L impédance des électrodes doit être mesurée chaque jour. Elle doit idéalement être inférieure à X. L utilisation prolongée de ces électrodes peut engendrer des lésions cutanées irritatives. Des électrodes-aiguilles en platine-iridium peuvent également être utilisées [3] ; elles ont l avantage de ne pas induire d artefacts lors des scanners, mais représentent une porte d entrée aux agents infectieux. Le nombre et le positionnement des électrodes dépendent de la finalité du monitorage. Si le but du monitorage est de localiser un foyer, le nombre d électrodes doit être plus élevé afin d améliorer la résolution spatiale ; dans ce cas, le classique système [4] doit être utilisé. Le plus souvent, un montage à huit électrodes de scalp suffit : les électrodes frontales, centrales, temporales, et occipitales bilatérales (figure 1). Dans tous les cas, l ECG doit être simultanément enregistré. Des voies supplémentaires d électromyographie peuvent parfois être utiles, notamment si l on suspecte une origine épileptique devant la survenue de mouvements anormaux. Les électrodes sont reliées à la boîte têtière au moyen de fils conducteurs de longueur suffisante pour permettre la mobilisation du patient nécessaire aux soins. L acquisition du signal EEG se fait avec une fréquence d échantillonnage d au moins 256 Hz, dans une bande de fréquence de 0,5 Hz 128 Hz, et un filtrage de la fréquence 50 Hz. Il est recommandé de disposer d un disque dur de grande capacité pour pouvoir stocker les données de plusieurs jours d enregistrement (24 heures d enregistrement EEG à 256 Hz en montage huit voies requièrent 250 Mo de mémoire). Sinon, il est important de toujours veiller à ce que la mémoire de l ordinateur soit suffisante pour permettre l acquisition des données jusqu à la relecture suivante du tracé.un caméscope S-VHS synchroniséàl EEG ou un enregistrement vidéo numérisé couplé àl EEG peuvent être utilisés si l on suspecte la présence de manifestations critiques cliniques. Pour la lecture du tracé, un écran de 17 pouces et d une résolution de x points est recommandé. Le personnel soignant doit connaître le matériel utilisé et pouvoir annoter le tracé en cours d acquisition, par exemple pour noter la réalisation de soins ou l administration de thérapeutique. Il doit être impérativement capable de repérer un dysfonctionnement du système.

3 370 W. Szurhaj et al. Figure 1. Disposition des électrodes composant le système Les traits relient les électrodes composant le montage simplifié le plus utilisé pour les monitorages : deux frontales (FP1, FP2), deux centrales (C3, C4), deux temporales (T3, T4), deux occipitales (O1, O2). Lecture de l enregistrement La durée du monitorage est variable selon l indication et l évolution de l état de santé du patient. Elle s étale de 24 heures à plusieurs semaines (jusqu à six semaines dans notre expérience). Il n est pas envisageable qu un neurophysiologiste soit présent continuellement à côté de l appareil d acquisition durant toute cette période. D un autre côté, l intérêt même du monitorage repose sur des possibilités de lecture fréquente de l EEG. Le compromis dépend de l indication de ce monitorage : il est évident qu en cas d état de mal épileptique (EME), la lecture doit se faire de manière très fréquente jusqu à l arrêt des crises ou l induction du coma ; en revanche, dans le cadre de surveillance d un patient comateux, cette surveillance peut être moins rapprochée. La connaissance par le médecin réanimateur de certains patterns EEG faciles à reconnaître (voir ci-dessous) sera utile pour le suivi continu. L analyse du tracé EEG peut se faire de deux manières : par l analyse du tracé brut. Cette analyse est importante si l on recherche des anomalies focalisées ou discrètes. Elle peut s effectuer en cours d acquisition par un moyen de visualisation de la dernière heure d enregistrement. Ce procédé est très utile pour comparer l EEG à un moment donné mais a l inconvénient d être trèscoûteux en temps médecin ; pour cette raison, des logiciels d analyse semiautomatique de l EEG ont été développés : les plus utilisés reposent sur une analyse spectrale condensée. Cette méthode [5] consiste à calculer, par la transformée de Fourier, le contenu fréquentiel du signal brut à chaque instant. Ce contenu fréquentiel, pour une ou plusieurs voies d enregistrement, est ensuite représenté par une échelle colorimétrique (figure 2). Cette représentation permet de déceler rapidement les modifications de fréquence du rythme de base ou la survenue d activités paroxystiques qui se traduiront par une barre verticale correspondant en fait à un pic de fréquence EEG. Une évaluation rapide de l évolution du tracé sur 12 ou 24 heures peut ainsi être formulée au lit du patient en attendant une lecture plus approfondie de l enregistrement. De nombreux autres algorithmes d analyse semi-automatique de l EEG ont été développés, d utilisation plus ou moins répandue, et étudiant les modifications du rythme de fond [6] ou la détection de crises [7, 8]. Les pièges du monitorage Le monitorage diffère de l EEG standard par le milieu d enregistrement, par l absence de coopération du patient, et par sa durée. Ces particularités sont à l origine d artefacts différents [9]. L agitation du patient ou sa mobilisation lors des soins peuvent causer des arrachements d électrodes, des décollements ou des déconnections de la boîte têtière;le résultat en est une augmentation d impédance au niveau de l électrode en cause, responsable d artefacts pouvant se répercuter sur l ensemble des voies EEG s il s agit de l électrode de référence ou de la terre. Par ailleurs, le milieu de réanimation produit beaucoup d artefacts exogènes, dus à la proximité d autres appareils électroniques (cardioscope, oxymètre de pouls, etc.), du lit fluidisé, ou même dus au mouvement de l eau condensée dans les tuyaux d intu

4 Monitorage de l EEG en réanimation 371 Figure 2. À gauche, tracé électroencéphalogramme brut d une crise tonique généralisée. À droite, analyse spectrale condensée du tracé. Chaque barre verticale représente l apparition de rythmes de fréquence élevée correspondant à une décharge critique. bation. De simples déplacements dans la chambre du patient peuvent causer des activités lentes diffuses artefactielles. Reconnaître ces artefacts est primordial pour éviter une interprétation erronée. Cela exige d une part une vérification régulière des impédances des électrodes et d autre part une coopération du personnel soignant, notamment pour l annotation du tracé. De plus, outre les artefacts, l interprétation n est pas toujours aisée. En effet, il peut être difficile de différencier un foyer épileptique très actif d un état de mal électrique, ou des activités épileptiques d anomalies paroxystiques épileptiformes dues par exemple aux barbituriques à fortes doses. Ceci doit inciter le médecin interprétateur à la prudence étant donné les conséquences de son interprétation sur la prise en charge des patients. INDICATIONS DE L ÉLECTROENCÉPHALOGRAMME EN RÉANIMATION Le monitorage de l EEG reste une technique récente développée essentiellement depuis ces dix dernières années. Ses intérêts potentiels ne sont pas encore tous clairement définis. Si sa principale indication en réanimation reste l EME, convulsif ou non, de nouvelles indications commencent àémerger : la surveillance de comas [10], la surveillance post-traumatisme crânien

5 372 W. Szurhaj et al. [11], et même la détection de survenue d ischémie cérébrale focale dans le cadre d hémorragies méningées [12]. État de mal épileptique L EEG est intéressant à toutes les phases de la prise en charge de l EME : il est utile au diagnostic, à la prise en charge thérapeutique et à la surveillance. Si le diagnostic de l EME tonicoclonique est évident cliniquement, environ 12 % [13] de ces EME généralisés évoluent vers un stade d EME larvé caractérisé par la persistance de décharges critiques mais l absence de transmission aux muscles (dissociation électromécanique). La persistance d un état de mal électrique est associée à une mortalité double à celle de l EME généralisé clinique [14] et nécessite l augmentation du traitement. La possible évolution d un EME clinique vers un EME larvé justifie à elle seule le monitorage EEG systématique dans la prise en charge de l EME généralisé [15, 16]. Le monitorage EEG est également fondamental dans le diagnostic des crises non convulsives (CNC), notamment dans le cadre de l EME non convulsif (EMNC) (figure 3). Leur symptomatologie est trompeuse, et souvent rapportée à tort à des états post-critiques, des troubles psychiatriques, des accidents vasculaires cérébraux, ou des encéphalopathies métaboliques. Ceci explique probablement l importance de la sousestimation de ces CNC. Jordan [17] a observé que 34 % des 124 patients d un service de réanimation neurologique présentaient des CNC. Des résultats similaires (27 %) ont été obtenus par Privitera [18]. Drislane [19] a montré que chez 89 patients de réanimation en état de mal non convulsif (EMNC), ce diagnostic n avait étéévoqué dans 77 % des cas qu au moment de l EEG. La mortalité des EMNC reste élevée. Elle dépend de l étiologie, mais également de sa durée d évolution et du retard diagnostique [20]. Il est d autant plus difficile à traiter que sa duréed évolution a été longue et que le diagnostic a été porté tardivement. Ceci rend le monitorage EEG indispensable dans la prise en charge des EMNC en l absence de disparition rapide de la symptomatologie. Le monitorage EEG est également fondamental lors du traitement de l EME réfractaire, qui passe souvent par l induction d un coma thérapeutique par des barbituriques intraveineux à fortes doses. Le but est d obtenir la disparition des crises en induisant une dépression de l activité corticale pendant 12 à 24 heures, tout en évitant les risques de iatrogénicité (notamment sur le plan cardiovasculaire) liés à l utilisation prolongée de drogues anesthésiques à fortes doses. Les doses à utiliser pour atteindre ce but sont variables d un patient à l autre. Le monitorage EEG permet d utiliser la plus faible dose de ces drogues anesthésiques nécessaire à obtenir l effet désiré. Il permet de vérifier l efficacité du traitement par l absence de décharges critiques prolongées et la visualisation de la dépression de l électrogenèse corticale, tout en s assurant que l on n arrive pas à un stade de tracé nul prolongé. Le coma induit s accompagne en effet sur le plan EEG d activités paroxystiques épileptiformes à type de pointes, pointes-ondes, ou de tracés de burst suppression (alternance de périodes de dépression intense de l électrogenèse et de bouffées de paroxysmes amples) qui sont à différencier des activités paroxystiques d origine épileptique (figure 4). Les activités critiques épileptiques s expriment le plus souvent sous la forme de décharges rythmiques qui se démarquent de l activité de fond résiduelle alors que les activités «épileptiformes» induites par l anesthésie barbiturique se mélangent à l activité de fond et ont rarement une expression rythmique. Ces dernières activités ne doivent pas amener à une majoration du traitement. Toutefois, ces deux types d anomalies ne sont pas toujours faciles à différencier, même pour un œil expert. Gan et al. [21] ont montré que l utilisation du monitorage EEG permettait de réduire les doses de propofol et de diminuer le temps de réveil après arrêtde l anesthésie. Le monitorage EEG est également nécessaire dans la surveillance et notamment lors de la levée de l anesthésie. Il permet de s assurer de l absence de récidive de l état de mal, ou, le cas échéant, de la détecter précocement, ce qui justifie à nouveau une intensification du traitement. Le monitorage est donc devenu indispensable à la prise en charge de l EME, qu il soit convulsif ou non, dès lors que l examen neurologique du patient ne se normalise pas rapidement. Il doit être initié rapidement dès que les conditions le permettent, et prolongé jusqu à la levée de l anesthésie. Dans notre expérience, c est l EMNC qui nécessite les enregistrements les plus prolongés (jusqu à six semaines chez une patiente), notamment en raison de leur caractère souvent réfractaire au traitement [22]. Enfin, il faut souligner que le monitorage EEG permet parfois de mettre en évidence des pseudo-crises diagnostiquées initialement comme un authentique EME, et d éviter ainsi une anesthésie inutile.

6 Monitorage de l EEG en réanimation 373 Figure 3. État de mal non convulsif chez une patiente de 74 ans hospitalisée pour syndrome confusionnel évoluant depuis plusieurs jours. Le tracé électroencéphalographique est dominé par des anomalies delta angulaires, des ondes aiguës, et des pointes non rythmiques mais subcontinues. Autres indications Rose et al. [23] ont montré qu une souffrance cérébrale pouvait survenir secondairement en cours d hospitalisation, pour un motif différent du motif initial d admission, par exemple au cours de la survenue de phénomènes hypotensifs, d hyperthermie, ou d hypertension intracrânienne par œdème cérébral ; cette souffrance secondaire vient grever le pronostic des patients. Or, l EEG a l avantage de détecter précocement la survenue d une souffrance cérébrale à un stade de réversibilité. Cet intérêt a poussé quelques équipes à multiplier les indications du monitorage EEG. Vespa et al. [24] ont montré que 17 % des patients admis pour lésions cérébrales traumatiques modérées ou sévères développaient dans les dix premiers jours des crises épileptiques dont la moitié étaient des CNC, ce qui justifie pour les auteurs le monitorage EEG chez ces patients. Les modifications de l EEG sont corrélées aux baisses du débit sanguin cérébral [25, 26]. La même équipe [12] a monitoré 32 patients consécutifs présentant une hémorragie sous-arachnoïdienne : 59 % d entre eux ont développé un vasospasme ; dans tous les cas, l EEG s était modifié et avait même détecté l ischémie cérébrale focale secondaire au vasospasme avant le doppler transcrânien dans 70 % des cas. Chez les patients admis pour traumatisme crânien sévère, des études commencent à apparaître [11, 24] pour souligner l intérêt du monitorage EEG dans la détection des CNC, d un vasospasme, de l hypertension intracrânienne secondaire à l œdème cérébral, et

7 374 W. Szurhaj et al. Figure 4. Aspect de suppression burst dû aux barbituriques : bouffées d activités paroxystiques survenant sur une électrogenèse déprimée. pour guider l utilisation des barbituriques à hautes doses dans l induction du coma thérapeutique. Enfin, le monitorage EEG peut améliorer la valeur pronostique de l EEG dans les comas en recherchant une réactivité de l électrogenèse cérébrale qui n est pas toujours facile à analyser sur un tracé de 20 ou 30 minutes [10]. Ces diverses applications du monitorage de l EEG restent l apanage de quelques centres de réanimation neurologique aux États-Unis, et leur intérêt mérite d être confirmé par d autres études. CONCLUSION L étude de Jordan [22] a montré que le monitorage EEG utilisé largement dans un service de réanimation neurologique américain apportait dans la majorité des cas (86 %) une aide décisive ou contributive dans la prise en charge des patients. Aujourd hui, en France, le monitorage EEG continu reste sous-utilisé. Son indication principale actuelle est celle de l EME, convulsif ou non, dès lors que l examen neurologique ne se normalise pas rapidement. Il est utile à toutes les phases de la prise en charge de l état de mal. Il est probable que ses indications en service de réanimation ne cesseront de s étendre dans les années à venir. Ceci est d autant plus probable que le monitorage de l EEG est un examen non invasif et qu il permettrait de réduire sensiblement les coûts de séjour en service de réanimation [11]. RÉFÉRENCES 1 Jordan KG. Continuous EEG and evoked potential monitoring in the neuroscience intensive care unit. J Clin Neurophysiol 1993 ; 10 : Bricolo A, Turrazzi S, Faccioli F, Odorizzi F, Sciaretta G, Erculiani P. Clinical application of compressed spectral array in long-term EEG monitoring of comatose patients. Electroenceph Clin Neurophysiol 1978 ; 45 : Guerit JM. Medical technology assessment EEG and evoked potentials in the intensive care unit. Neurophysiol Clin 1999 ; 29 : Jasper HH. The ten-twenty electrode system of the International Federation. Electroenceph Clin Neurophysiol 1958 ; 10 : Bickford R, Fleming N, Billinger TW. Compression of EEG data. Trans Am Neurol Assoc 1971 ; 96 : Agarwal R, Gotman J, Flanagan D, Rosenblatt B. Automatic

8 Monitorage de l EEG en réanimation 375 EEG analysis during long-term monitoring in the ICU. Electroenceph Clin Neurophysiol 1998 ; 107 : Gotman J. Automatic recognition of epileptic seizures in the EEG. Electroenceph Clin Neurophysiol 1982 ; 54 : Harding GW. An automated seizure monitoring system for patients with indwelling recording electrodes. Electroenceph Clin Neurophysiol 1993 ; 86 : Young GB, Campbell VC. EEG monitoring in the intensive care unit : Pitfalls and caveat. Electroenceph. Clin Neurophysiol 1999 ; 16 : Young GB, The EE. G in coma. J Clin Neurophysiol 2000 ; 17 : Jordan KG. Continuous EEG monitoring in the neuroscience intensive care unit and emergency department. J Clin Neurophysiol 1999 ; 16 : Vespa PM, Nuwer MR, Juhasz C, Alexander M, Nenov V, Martin N, et al. Early detection of vasospasm after acute subarachnoid hemorrhage using continuous EEG ICU monitoring. Electroenceph Clin Neurophysiol 1997 ; 103 : DeLorenzo RJ, Waterhouse EJ, Towne AR, Boggs JG, Ko D, DeLorenzo GA, et al. Persistent nonconvulsive status epilepticus after the control of convulsive status epilepticus. Epilepsia 1998 ; 39 : Treiman DM, Meyers PD, Walton NY, Collins JF, Colling C, Rowan AJ, et al. A comparison of four treatments for generalized convulsive status epilepticus. N Engl J Med 1998 ; 339 : Thomas P, Arzimanoglou A. Épilepsies, 2 e edition. Paris : Masson ; Treiman DM, De Giorgio CM, Salisbury SM, Wickboldt CL. Subtle generalized convulsive status epilepticus. Epilepsia 1984 ; 25 : Jordan KG. Non convulsive seizures and non convulsive status epilepticus detected by continuous EEG monitoring in the neuro ICU. Neurology 1992 ; 42 Suppl 1 : Privetera M, Hoffman M, Layne Moore J, Jester D. EEG detection of nontonic-clonic status epilepticus patients with altered consciousness. Epilepsy Res 1994 ; 18 : Drislane FW, Blum AS, Schomer DL. Unsuspected electrographic status epilepticus in intensive care units. Neurology 1998 ; 50 Suppl1:A Young GB, Jordan KG, Doig GS. An assessment of nonconvulsive seizures in the intensive care unit using continuous EEG monitoring : an investigation of variables associated with mortality. Neurology 1996 ; 47 : Gan TJ, Glass PS, Windsor A, Payne F, Rosow C, Sebel P, et al. Bispectral index monitoring allows faster emergence and improved recovery from propofol, alfentanil, and nitrous oxide anesthesia. BIS Utility Study Group. Anesthesiology 1997 ; 87 : Jordan KG. Neurophysiologic monitoring in the neuroscience intensive care unit. Neurol Clin sd ; 13 : Rose J, Valtonen S, Jennett B. Avoidable factors contributing to death after head injury. Brit Med J 1977;2: Vespa PM, Nuwer MR, Nenov V, Ronne-Engstrom E, Hovda DA, Bergsneider M, et al. Increased incidence and impact of nonconvulsive and convulsive seizures after traumatic brain injury as detected by continuous electroencephalographic monitoring. J Neurosurg 1999 ; 91 : Jordan KG, Stringer WA. Correlative xenon enhanced CT cerebral blood flow (XeCTCBF) and EEG to functionally stratify acute cerebral infarction. Neurology 1991 ; 41 Suppl 1 : Grady RE, Weglinski MR, Sharbrough FW, Perkins WJ. Correlation of regional cerebral blood flow with ischemic electroencephalographic changes during sevoflurane-nitrous oxide anesthesia for carotid endarterectomy. Anesthesiology 1998 ; 88 :

Vous êtes dans l attente d un bilan vidéo-seeg

Vous êtes dans l attente d un bilan vidéo-seeg Vous êtes dans l attente d un bilan vidéo-seeg Que devez-vous savoir? Votre médecin vous a prescrit une Vidéo-SEEG dans le cadre du bilan de votre épilepsie. C est une intervention faite sous anesthésie

Plus en détail

Prise en charge initiale de l Etat de Mal Epileptique de l adulte

Prise en charge initiale de l Etat de Mal Epileptique de l adulte Prise en charge initiale de l Etat de Mal Epileptique de l adulte CAMU 5 Février 2003 Pierre LIOT DES de Neurologie CCA, Réanimation Médicale, H. Mondor Prise en charge initiale de l Etat de Mal Epileptique

Plus en détail

JEU VIDEO : UN NOUVEAU COMPAGNON par Colette KELLER-DIDIER

JEU VIDEO : UN NOUVEAU COMPAGNON par Colette KELLER-DIDIER JEU VIDEO : UN NOUVEAU COMPAGNON par Colette KELLER-DIDIER JEU VIDEO : UN NOUVEAU COMPAGNON par Colette KELLER-DIDIER ALS (séance du 11 mai 2003) 48 Jeu video : un nouveau compagnon (Colette KELLER-DIDIER)

Plus en détail

STIMULATION MAGNETIQUE REPETITIVE TRANSCRANIENNE

STIMULATION MAGNETIQUE REPETITIVE TRANSCRANIENNE STIMULATION MAGNETIQUE REPETITIVE TRANSCRANIENNE M. LEBLANC, G. VALERO, A. COSTANTINI, G. CABELGUEN. SERVICE DE NEUROPHYSIOLOGIE CLINIQUE DR.GUEGUEN Centre Hospitalier Sainte Anne.75014 PARIS HISTORIQUE

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

CID102L8. Polysomnographe Ambulatoire

CID102L8. Polysomnographe Ambulatoire CID102L8 Polysomnographe Ambulatoire CIDELEC - 20 rue des Métiers - 49130 SAINTE GEMMES SUR LOIRE - France Tel +33 (0) 2 41 66 20 88 - Fax +33 (0) 2 41 79 07 76 - Email : service.commercial@cidelec.net

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

Etude TACT. Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique. Dominique Savary david Delgado SAMU 74

Etude TACT. Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique. Dominique Savary david Delgado SAMU 74 Etude TACT Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique Dominique Savary david Delgado SAMU 74 Arrêt cardiaque traumatique Survie

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie?

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? C Rodriguez-Régent¹, C Oppenheim¹, M Tisserand¹, D Calvet², AD Devauchelle¹, X Leclerc³, E Touzé², JP Pruvo³, JF Méder¹. ¹ Service de neuroradiologie,

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Selon une étude, l ajout de puissantes fonctions de gestion améliorerait de 20 à 40 % les mesures de performances clés.

Plus en détail

VOTRE ENFANT VA AVOIR UN EEG, QUE DEVEZ-VOUS SAVOIR?

VOTRE ENFANT VA AVOIR UN EEG, QUE DEVEZ-VOUS SAVOIR? VOTRE ENFANT VA AVOIR UN EEG, QUE DEVEZ-VOUS SAVOIR? Votre médecin a prescrit pour votre enfant un électroencéphalogramme ou EEG. Cet examen se déroule dans un laboratoire de neurophysiologie ou dans le

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Professeur Pierre CARLI D.A.R. et SAMU Hôpital Necker Paris, France 1 AC et mort subite Le sujet s effondre brutalement (éventuellement convulse ) Interruption

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

État de mal épileptique

État de mal épileptique Pr. V. Castelain Service de Réanimation Médicale Hôpital Hautepierre Les Hôpitaux Universitaires de de STRASBOURG Réan. Réan. Urg. Urg. 1995: 1995: 4; 4; 387-396 Définitions (1) : OMS Conférence de consensus

Plus en détail

Quel(s) diagnostic(s)? Quels examens? Quelle prise en charge?

Quel(s) diagnostic(s)? Quels examens? Quelle prise en charge? Cas clinique Patiente de 70 ans Pas d'antécédent Après un cours de danse : troubles du comportement, désorientation temporo-spatiale, questions répétées à son mari Examen clinique : amnésie antérograde,

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 27/03/2008 Réf.: CMUB-027 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 27 Rédacteurs Dr JM YEGUYAIAN (SAMU 21), Dr DIDIER HONNART (SRAU

Plus en détail

La prise en charge de votre épilepsie

La prise en charge de votre épilepsie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 9 ème conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 Le SUV (Standardized Uptake Value) Index caractérisant

Plus en détail

L ELECTRO-ENCEPHALOGRAMMEENCEPHALOGRAMME E.E.G

L ELECTRO-ENCEPHALOGRAMMEENCEPHALOGRAMME E.E.G L ELECTRO-ENCEPHALOGRAMMEENCEPHALOGRAMME E.E.G Mme Anita DUBUC Infirmière re Service de Neurophysiologie du Pr WEBER) Qu est-ce que L EEG? Comment recueillir le signal EEG? Les électrodes Comment placer

Plus en détail

- Prévention des chutes accidentelles chez la personne âgée (novembre 2005, éditée par l HAS)

- Prévention des chutes accidentelles chez la personne âgée (novembre 2005, éditée par l HAS) Evaluation des Pratiques Professionnelles : Evaluation de la prise en charge du risque apriori de chute des patients admis en service de soins de suite et de réadaptation. Introduction La chute n est jamais

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE

AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE Le test statique est un moyen très connu pour évaluer les moteurs électriques. Cependant, si un moteur ne peut pas être arreté,

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE TRANSPARENCE 9 mai 2001 METALYSE 10 000 unités, poudre et solvant pour solution injectable Flacon

Plus en détail

Quick Guide. Entropie

Quick Guide. Entropie Quick Guide Entropie 3 1 Qu est ce que l entropie? L entropie est un mode de surveillance innovant conçu pour fournir des informations sur l état du système nerveux central lors d une anesthésie générale.

Plus en détail

COMITE MEDICAL. Information sur la commotion cérébrale lors de la pratique du Rugby

COMITE MEDICAL. Information sur la commotion cérébrale lors de la pratique du Rugby Information sur la commotion cérébrale lors de la pratique du Rugby 1 Part.1 DÉFINITION ET PHYSIOPATHOLOGIE 2 Définition Dysfonctionnement cérébral soudain et cliniquement transitoire, secondaire à l application

Plus en détail

Etude d un phénomène périodique

Etude d un phénomène périodique Seconde Thème santé Activité n (expérimentale) Etude d un phénomène périodique Connaissances Compétences - Savoir identifier un signal périodique, en repérant l'un de ses motifs - Savoir déterminer la

Plus en détail

La sécurité des patients en video-eeg : Quels risques?

La sécurité des patients en video-eeg : Quels risques? La sécurité des patients en video-eeg : s conséquences pratiques? Sylvain Rheims Service de Neurologie Fonctionnelle et Epileptologie, Hospices Civils de Lyon Institut des Epilepsies (IDEE), Hospices Civils

Plus en détail

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé Algorithme de la RCP de base pour le public non formé La victime ne bouge pas et ne répond pas Appeler le 15* Faire chercher un DAE La victime ne respire pas ou «gaspe» 100 compressions thoraciques 1 Continuer

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Contrôle de la glycémie chez le cérébro-lésé: trop ou pas assez?

Contrôle de la glycémie chez le cérébro-lésé: trop ou pas assez? Contrôle de la glycémie chez le cérébro-lésé: trop ou pas assez? Jean-François Payen Anesthésie-Réanimation CHU Grenoble Pas de conflit d intérêt N Engl J Med 391 traumatismes crâniens Testez-vous! Vous

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des épilepsies du sujet âgé

Prise en charge thérapeutique des épilepsies du sujet âgé Prise en charge thérapeutique des épilepsies du sujet âgé Dr. Benjamin Legros Université Libre de Bruxelles-Hôpital Erasme Centre de Référence pour le Traitement de l Epilepsie Réfractaire Généralités

Plus en détail

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE ULTRASONIQUE (SYSTÈME D ÉCHOGRAPHIE PORTABLE POUR LA VESSIE) RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE DÉCEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue

Plus en détail

Evaluation DES pratiques

Evaluation DES pratiques Evaluation DES pratiques ProfessionnellES : Arrêt Cardiaque Vincent Piriou Service d Anesthésie Réanimation, Centre Hospitalier Lyon Sud, 69495 Pierre- Bénite Cedex. E.Mail : vincent.piriou@chu-lyon.fr

Plus en détail

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Les enjeux Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Fibrillation ventriculaire ACR Cause connue, non cardiaque Hémorragie cérébro - méningée

Plus en détail

SURVEILLANCE SANS FIL DES SIGNES VITAUX. Votre Système De Détection Précoce

SURVEILLANCE SANS FIL DES SIGNES VITAUX. Votre Système De Détection Précoce SURVEILLANCE SANS FIL DES SIGNES VITAUX Votre Système De Détection Précoce VOTRE SYSTÈME DE DÉTECTION PRÉCOCE Dans les unités de médecine, les signes vitaux sont généralement pris au cours des rondes de

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon)

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) Crush syndrome ou Sd des ensevelis ou Sd de Bywaters : Syndrome de compression traumatique : Définitions Rhabdomyolyse: Lyse musculaire, de cause physique ou

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Test & Diagnostic des câbles intégré

Test & Diagnostic des câbles intégré Test & Diagnostic des câbles intégré DAC 0,1 Hz Sinus 0,1 Hz CR TDS NT Deux formes de tension éprouvées dans un seul appareil Contrôle VLF des câbles selon les normes avec diagnostic DP Diagnostic DP non

Plus en détail

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1 ECHOGRAPHE ET CAPTEUR D.I.U. d Echocardiographie module 1 Plan Généralités Capteur Echographe Traitement du signal Stockage Transport Généralités Historique the blue goose 1970 180 cm Généralités Historique

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

26.8.2009 Journal officiel de l Union européenne L 223/31

26.8.2009 Journal officiel de l Union européenne L 223/31 26.8.2009 Journal officiel de l Union européenne L 223/31 DIRECTIVE 2009/113/CE DE LA COMMISSION du 25 août 2009 modifiant la directive 2006/126/CE du Parlement européen et du Conseil relative au permis

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Document illusions d optique Les illusions d'optique nous montrent que l'image que nous percevons ne correspond pas toujours à la réalité. En fait, l'œil reçoit les

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

Scores et échelles cliniques : où les trouver? N oubliez pas le label : Médimento L'aide-mémoire médical à l adresse : http://www.masef.com/freewares/medimento.htm Sur le site des Médecins Auteurs de Sharewares

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Le secteur de la santé. Votre guide SMS

Le secteur de la santé. Votre guide SMS Le secteur de la santé Votre guide SMS Pourquoi utiliser le SMS? Le secteur médical est un milieu où l information doit circuler très rapidement et où les rapports entre médecins et patients sont primordiaux.

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Modèle AED G3+ Le défibrillateur le plus fiable du marché 21/04/2011 DEFIBRILLATEUR ENTIEREMENT AUTOMATIQUE. Ref. Haléco : 036.946.

FICHE TECHNIQUE. Modèle AED G3+ Le défibrillateur le plus fiable du marché 21/04/2011 DEFIBRILLATEUR ENTIEREMENT AUTOMATIQUE. Ref. Haléco : 036.946. FICHE TECHNIQUE DEFIBRILLATEUR ENTIEREMENT AUTOMATIQUE Ref. Haléco : 036.946.93 Modèle AED G3+ Le défibrillateur le plus fiable du marché Mise en marche facile dès l ouverture du capot Electrodes simples,

Plus en détail

Neuro-MS/D Stimulateur magnétique transcranien

Neuro-MS/D Stimulateur magnétique transcranien Neuro-MS/D Stimulateur magnétique transcranien Stimulation 20 Hz à intensité de 100% Pic champ magnétique - jusqu à 4 T Refroidissement performant : jusqu à 10000 impulsions pendant 1 session Programme

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE Le schéma synoptique ci-dessous décrit les différentes étapes du traitement numérique

Plus en détail

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés.

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS EUROPE Tout savoir sur son HbA1c Réalisé avec la collaboration du

Plus en détail

Ictus amnésique: l IRM au bon moment!

Ictus amnésique: l IRM au bon moment! Ictus amnésique: l IRM au bon moment! M. Lahutte-Auboin, E. Pons, B. Ba, L. Valbousquet, A. Frison-Roche, P. Calcina. Service de Radiologie H.I.A. du Val-de-Grâce PARIS INTRODUCTION Patient âgé de 57 ans

Plus en détail

BESOINS MEDICAUX EN NEUROPHYSIOLOGIE CLINIQUE

BESOINS MEDICAUX EN NEUROPHYSIOLOGIE CLINIQUE BESOINS MEDICAUX EN NEUROPHYSIOLOGIE DR F. CHELIOUT-HERAUT (M.D. Ph.D) Université Versailles St Quentin (UVSQ) DATE 20/11/2012 Cluster and project funding partners BESOINS EN NEUROPHYSIOLOGIE ELECTROENCEPHALOGRAPHIE

Plus en détail

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient.

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient. (Traduction de la page 139) Chapitre 13 Symptômes, signes et maladies mal définies Aperçu du chapitre Beaucoup de signes et symptômes sont classés dans le chapitre 18 d ICD-10-CM s ils réfèrent à des systèmes

Plus en détail

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION Procédures en réanimation 29/10/2007 Page 1/7 Rédaction : IDE Séverine Marmilloud Vérification :IDE Thomé C. Chable J-B Approbation : Dr Sirodot Michel 1 BUT Moniteur permettant la surveillance continue

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux AVC Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications Thérapeutique

Plus en détail

Supplément théorique Inférence dans les réseaux bayésiens. Rappel théorique. Les processus aléatoires. Les réseaux bayésiens

Supplément théorique Inférence dans les réseaux bayésiens. Rappel théorique. Les processus aléatoires. Les réseaux bayésiens DÉPARTEMENT DE GÉNIE LOGICIEL ET DES TI LOG770 - SYSTÈMES INTELLIGENTS ÉTÉ 2011 Supplément théorique Inférence dans les réseaux bayésiens Rappel théorique Les processus aléatoires La plupart des processus

Plus en détail

Analyse de survie : comment gérer les données censurées?

Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Mémento biostatistique Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Méthode de Kaplan-Meier C. Alberti 1, J.-F. Timsit 2, S. Chevret 3 1 Centre d Epidémiologie Clinique, Hôpital Robert Debré,

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux : définitions L accident vasculaire cérébral () est un déficit neurologique de survenue soudaine

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015

RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015 RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015 Table des matières L engagement des HUG : réduire par deux le délai de prise en charge aux urgences... 3 Contexte général

Plus en détail

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Dr Franck Lagneau Service d anesthésie-réanimation CHU Henri MONDOR, Créteil Deux manières d aborder le sujet Apprentissage

Plus en détail

Cas clinique. Esteban L.., 6 ans et demi. ATTARD Marie

Cas clinique. Esteban L.., 6 ans et demi. ATTARD Marie Cas clinique Esteban L.., 6 ans et demi ATTARD Marie Antécédents - Personnels: aucun, enfant unique - Familiaux: retard mental chez un cousin germain de la mère Histoire de la maladie -Juin 2011: apparition

Plus en détail

Présentation préparée par: Dr: S. DIFFALLAH biophysique médicale. Dr H.IBRAHIM ORL. Service ORL,CHU Mustapha Pr DJENNAOUI

Présentation préparée par: Dr: S. DIFFALLAH biophysique médicale. Dr H.IBRAHIM ORL. Service ORL,CHU Mustapha Pr DJENNAOUI Présentation préparée par: Dr: S. DIFFALLAH biophysique médicale. Dr H.IBRAHIM ORL Service ORL,CHU Mustapha Pr DJENNAOUI Au quotidien: - enfants de différents âges. - Retard de langage. - Suspicion de

Plus en détail

Capteurs de vibration

Capteurs de vibration Capteurs de vibration Dans le monde industriel actuel, connaitre l état de santé de ses équipements offre à tout gestionnaire de maintenance la possibilité de maitriser les arrêts non-planifiés de ces

Plus en détail

Appel au secours. Gestes de secours Chapitre 5. Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire

Appel au secours. Gestes de secours Chapitre 5. Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire Gestes de secours Chapitre 5 Appel au secours Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire Ce qu il ne faut pas faire Utiliser les signes conventionnels Choisir un endroit dégagé pour être repéré.

Plus en détail

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies Communiqué La FFPSC a du Coeur Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies A Chartres, le 6 décembre 2013, la FFPSC, via son comité directeur, a rappelé toute l attention qu elle porte

Plus en détail

LABORATOIRES DE PHYSIQUE Sécurité électrique

LABORATOIRES DE PHYSIQUE Sécurité électrique LABORATOIRES DE PHYSIQUE Sécurité électrique A. Connaissance du risque électrique Le courant peut agir alors sur le corps de trois façons différentes : Par blocage des muscles, que ce soient ceux des membres

Plus en détail

Une imagerie cérébrale en urgence est indispensable devant une suspicion

Une imagerie cérébrale en urgence est indispensable devant une suspicion REVUES GENERALES Neurologie D. CALVET 1, C. OPPENHEIM 2, J.L. MAS 1 1 Service de Neurologie, 2 Service de Neuroradiologie, Hôpital Sainte-Anne, PARIS. Infarctus cérébral et AIT: scanner ou IRM en première

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA 5 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique des médicaments

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

Retard de Croissance Prépubertaire. et Retard Pubertaire Simple. Livret N 10

Retard de Croissance Prépubertaire. et Retard Pubertaire Simple. Livret N 10 Retard de Croissance Prépubertaire et Retard Pubertaire Simple Livret N 10 Guide d accompagnement du Patient Brochure : lecture moyenne 27/04/09 1 Retard de Croissance Prépubertaire et Retard Pubertaire

Plus en détail

Consultations précoces en soins palliatifs

Consultations précoces en soins palliatifs Consultations précoces en soins palliatifs 10 avril 2014 Dr Catherine LACROIX USP /EMSP Précoce tardif Soins de support Soins palliatifs SOINS DE SUPPORT «Ensemble des soins et soutiens nécessaires aux

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

StatEnAction 2009/10/30 11:26 page 111 #127 CHAPITRE 10. Machines à sous

StatEnAction 2009/10/30 11:26 page 111 #127 CHAPITRE 10. Machines à sous StatEnAction 2009/0/30 :26 page #27 CHAPITRE 0 Machines à sous Résumé. On étudie un problème lié aux jeux de hasard. Il concerne les machines à sous et est appelé problème de prédiction de bandits à deux

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail