Les algorithmes indispensables ou utiles en stimulation DDD (R)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les algorithmes indispensables ou utiles en stimulation DDD (R)"

Transcription

1 Les algorithmes indispensables ou utiles en stimulation DDD (R) DIU Rythmologie/Stimulation cardiaque 2013 A Da Costa, CHU Saint Etienne

2 Fonctionnalités indispensables ou utiles en stimulation DDD 1. Hémodynamique : DAV et PRAPV 2. Troubles du rythme supra-ventriculaire : repli 3. Hystérésis et algorithmes de stimulation préférentielle 4. Tachycardies réentrantes électroniques 5. Autoseuils et autocapture 6. Autres algorithmes 7. Cas cliniques

3 Fonctionnalités indispensables ou utiles en stimulation DDD 1. Hémodynamique : DAV et PRAPV

4 Délai AV Équivalent électronique de l intervalle PR Valeur jusqu à 300 ms programmable: sur P détectée DAV optimal entre 80 et 120 ms sur P détectée DAV est une période réfractaire atriale qu un QRS spontané détecté peu interrompre sur P stimulée différence car DAV inclus le blancking ventriculaire et la fenêtre de sécurité

5 Différence délai AV détecté et stimulé Fonction destinée à: assurer la stabilité du DAV mécanique favoriser l émergence du QRS spontané [consommation énergieéviter la désynchronisation] Variation de 30 à 70 ms Différence minimale de 30 à 50 ms

6 Délai AV détecté / stimulé Délai électromécanique AV stimulé AV détecté Compenser le délai entre la stimulation A et la systole A proprement dite pour garantir un temps identique entre les systoles A et V, que l oreillette soit stimulée ou non DAV optimal électrique est en fait le DAV optimal mécanique

7 Délai AV hémodynamiquement optimal

8 Définitions des blanking et périodes réfractaires But: permettre un fonctionnement «physiologique» de la stimulation et éviter que des signaux «parasites» ne soient à tort entendus ou que des évènements précoces n induisent des Fréq. cardiaques trop rapides Période réfractaire: concerne des signaux de la cavité considérée Blanking: concerne des signaux de l autre cavité

9 Période réfractaire absolue N écoute pas, n enregistre pas et ne se recycle pas Évite la détection de l onde T

10 PR relative PRAPV Écoute, enregistre (arythmies) mais ne se recycle pas (pas de DAV)

11 Blanking post atrial Blanking post-atrial: intervalle de 10 à 60 ms initié après la stimulation atriale afin d éviter les écoutes croisées sur le ventricule (stimuli ou ondes P) si le blanking est trop court risque de surdétection du stimulus atrial sur le canal ventriculaire si le blanking est trop long risque de sous détection par exemple d ESV et risque de stimuler sur l onde T (pro-arythmogène) au cours du blanking pas de possibilité de détection ventriculaire PVARP Blanking AV stimulé AS = Détection auriculaire AP = Stimulation auriculaire VS = Détection ventriculaire 11 VP = Stimulation ventriculaire

12 Fenêtre de sécurité Blanking post-atrial ne prévient pas toujours l écoute croisée Fenêtre de sécurité: lorsqu un signal est détecté dans la fenêtre de sécurité va déclencher un stimulus ventriculaire de sécurité: - prévient le défaut de stimulation si écoute croisée du stimuli ou si interférence - prévient la stimulation de T sur ESV Fenêtre de sécurité: - débute au début du stimulus atrial - durée de 100 à 110 ms A S V P A P V S A P V P Blanking Fenêtre de sécurité AV stimulé AS = Détection auriculaire AP = Stimulation auriculaire VS = Détection ventriculaire 12 VP = Stimulation ventriculaire

13 Prévenir l écoute croisée 1. Meilleure prévention par la programmation des sondes en mode bipolaire 2. Si une écoute croisée est observée: diminuer l intensité du courant de sortie atrial (amplitude et/ou durée) diminuer la sensibilité sur le canal ventriculaire allonger le «blanking» ventriculaire post atrial (réglable de 10 à 60 ms) Programmer la fenêtre de sécurité 3. Tester l écoute croisée: FC au dessus de la fréquence du patient Raccourcir le DAV par rapport à celui du patient Programmer un courant de sortie atrial élevé Programmer une sensibilité ventriculaire élevée A S V P A P V S A P V P Blanking Fenêtre de sécurité AV stimulé AS = Détection auriculaire AP = Stimulation auriculaire VS = Détection ventriculaire 13 VP = Stimulation ventriculaire

14 Fenêtre de sécurité Ventricular Safety pacing Intervalle suivant une stimulation A pendant lequel tout signal enregistré sur le canal V induira une stimulation V précoce (DAV court) QRS spont ESV bruit

15 Fenêtre de sécurité exemple de mode de fonctionnement 15

16 Récapitulatif

17 PVARP = période réfractaire auriculaire postventriculaire PVARP = période réfractaire absolue + période réfractaire relative PVARP varie entre 280 ms et 350 ms période de temps après un VP ou un VS durant laquelle un évènement atrial ne peut initier un nouveau DAV PRAT= DAV + PRAPV PRAT= fréquence max de détection atriale rapide ou point de 2/1 A S V S A S V P PVARP A P V S A P V P AV stimulé PRAT PVARP AV stimulé AS = Détection auriculaire AP = Stimulation auriculaire VS = Détection ventriculaire 17 VP = Stimulation ventriculaire

18 Comportement à la fréquence de base jusqu à Fmax de suivi A V A V Blanking PRV DAV PRAPV PRAT la Période Réfractaire Atriale Totale regroupe DAV + PRAPV

19 Fonctionnement de la stimulation Intervalles en double chambre A détecté V détecté A détecté V stimulé A stimulé V détecté A stimulé V stimulé ECG Détection atriale Détection ventriculaire Intervalle AV (150 ms, nominal) PRAPV (250 ms, nominal) Blanking A après stimulation V (période de blanking atrial entre chambres de 80 ms) Intervalle VA & Allongement VA Période réfractaire ventriculaire (250 ms, nominal) Période réfractaire ventriculaire stimulée (250 ms, nominal) Blanking V après stimulation A (période de blanking ventriculaire entre chambres de 40 ms)

20 Exemples de programmation DAV+PRAPV PVARP: post ventricular atrial period Évite la détection atriale croisée [cross-talk]: stimulus ventriculaire; QRS; T DAV dynamique DAV max 150 ms DAV min 80 ms Correction DAV -30 ms PRAPV dynamique Évite la détection atriale d onde P rétrograde PRAPV max ms PRAPV min ms DAV + PRAPV = PRAT

21 Délai AV dynamique Reproduire le raccourcissement du PR à l effort comportement aux fréquences élevées amélioré (point de 2:1 dynamique) risque de survenue de TRE diminué

22 PRAPV dynamique Optimisation de l hémodynamique à l effort Surveillance du rythme auriculaire pour les arythmies rapide PRAPV fixe PRAPV dynamique

23 Délai AV Dynamique Raccourcissement PR à l effort Optimisation de l hémodynamique à l effort Prévention des TRE DAV max Correction DAV DAV min F min F max

24 Programmation DAV+PRAPV DAV dynamique DAV max DAV min Correction DAV 150 ms 80 ms -30 ms PRAPV dynamique PRAPV max PRAPV min ms ms PRAT «super dynamique»

25 Programmation DAV+PRAPV

26 Comment privilégier la conduction en 1/1? Programmer une fréquence maximale élevée Raccourcir le délai AV sans altérer le remplissage ventriculaire Réduire la PRAPV sans déclencher de TRE

27 Comportement à la Fmax programmée F MAX DAV PRAPV DAV Extension du DAV F MAX Si le rythme sinusal > Fréquence Max ventriculaire programmée=>allongement du DAV pour respecter l intervalle de F Max Comportement en Pseudo-Wenckebach

28 Fréquence atriale rapide: Wenckebach Le rythme atrial spontané est supérieur à la Fréquence maximale autorisée, allongement du DAV en pseudo Wenckebach Fréquence sinusale 140, fréquence max 125 bpm DAV PRAPV F Max

29 Fréquence atriale rapide : bloc 2/1 Le rythme atrial spontané est supérieur au point de 2:1 L'onde P n'est détectée qu'une fois sur deux Fréquence sinusale 160, fréquence max 125 P V P P V P P V P DAV PRAPV F Max

30 Point de 2:1 Bas 150 cpm Point de 2:1 140 cpm F Max 150 cpm = 150 ms de DAV ms de PVARP Wenckebach Association 1 pour 1 Association 2 pour 1 chute de fréquence de 140 à 75 cpm

31 Point de 2:1 Elevé 260 cpm = 80 ms de DAV ms de PVARP 260 cpm Point de 2:1 140 cpm F Max Wenckebach Association 1 pour 1 Association 2 pour 1 chute de fréquence de 140 à 130 cpm

32 Le DAV adaptable Objectif : simuler le raccourcissement physiologique de l intervalle PR a l effort par une diminution du deĺai AV lorsque la fre quence augmente (et son allongement lorsque la fre quence diminue).

33 Fonctionnalités indispensables ou utiles en stimulation DDD 2. Troubles du rythme supraventriculaire : repli

34 Troubles du rythme supra-ventriculaires Risque de stimulation rapide des ventricules patient âgé, cardiopathie VVI, DDI... Incidences des Arythmies Auriculaires en stimulation double chambre: 30 à 50% des patients Defaye P, Pace 98, 2003 Garrigue S, Cazeau S, Arch 96 Lévy S, Arch 94 Benjamin Ej, JAMA 94 Kalman, Pace 92

35 Critères indispensables en DDD pour le bon fonctionnement du repli Reconnaissance et détection de l arythmie - détection bipolaire - détection pendant la PRAT Sensibilité et spécificité de l algorithme - critère de passage et de sortie du repli - mémorisation précise du signal EGM

36 Objectifs du repli Discrimination rythme sinusal/ activité auriculaire pathologique (ESA, courte salve A, Arythmie Auriculaire ) Prévenir les accélérations ventriculaires même en cas d ESA et salves A Prendre en compte les défauts d écoute de l arythmie Réassociation AV rapide et appropriée dès la fin du trouble du rythme

37 Tracé DDD avec arythmie avec et sans repli Sans repli tachycardie à 112/minute Avec repli repli à 60/minute

38 Les 3 fonctions du mode repli automatique «Automatic mode switching» Discrimination rythme sinusal/ activité auriculaire pathologique (ESA, courte salve A, Arythmie Auriculaire ): Critère basé sur la fréquence ou intervalle [Critère de nombre de complexes au dessus de la fréquence] Critère basé sur la FC moyenne comparée par rapport à la fréquence atriale de base Capteur d évaluation du rythme physiologique comme référence Algorithmes complexes comme pour les DAI: «onset»; stabilité; morphologie. Mode de repli: VVIR ou VDIR mode DDIR mode Réassociation AV rapide et appropriée dès la fin du trouble du rythme: resynchronisation

39 Les modes de replis courants CRITERES Critère de fréquence Fréquence moyenne Évaluation de la fréquence sinusale moyenne par capteur Complexe EXEMPLES Pulsar/Vigor/Meridian/Discovery Inos/Logos Kappa 400/700 Marathon DR Meta DDDR (model 1254/1256) Thera DR Trilogy DR Affinity Clarity/Diamond Marathon DR Meta DR (model 1250) Living 1/Living 1 Plus Marathon DR AT 500 INDICATIONS POUR LE MODE DE REPLI Incremental/decremental counter Ratio of short/total cycles (e.g., 4 of 7 consecutive cycles) Ratio of short/total cycles (e.g., 4 of 7 consecutive cycles) Consecutive short cycles Incremental/decremental counter Matched atrial interval computed from prevailing atrial rate Filtered atrial interval Single beat outside a physiological rate band (15 or 30 beats/min) SmarTracking rate range (accelerometer sensor) Sensor-controlled PVARP Sensor-indicated rate to define tachycardia detection SmarTracking and rate cutoff Rate cutoff and PR relationship

40 Les facteurs influençant le mode repli Liés à l arythmie Pacemaker related Configuration des électrodes Sensibilité atriale Atrial blanking Sous détection (sensibilité) Flutter atrial FA avec des signaux de faible amplitude ou des signaux avec amplitude variable Surdétection (spécificité) Sinus tachycardia Tachycardie atriale lente (actual or drug-induced) Sensibilité insuffisante pour détecter la FA Réduit la fréquence de la TA Détection unipolaire (far-field sensing R wave and myopotentials) Position basse de l électrode atriale Sonde dans le sinus coronaire Détection bi atriale blanking inadapté au cours de l intervalle A V et après la stimulation ventriculaire A V interval Réduit la fréquence de la TA (some devices) PVARP Réduit la fréquence de la TA (some devices) PVARP-mediated AMS: AMS survient après une tachycardie sinusale ou une ESA VA cross-talk Fréquence détectée augmentée AMS: automatic mode switching

41 Tracé DDD avec flutter et sans repli Sans repli tachycardie à 112/minute

42 Tracé expliquant les surdétections de TA Sans repli tachycardie à 112/minute

43 Tracés de suivi Sans repli tachycardie à 112/minute

44 Algorithmes de protection Réponse à l arythmie (commutation de mode) Rythme atrial (min -1 ) > FA Mode Switching Fréq. Intervention PMSR Fréq. Fréq. De base Temps (min) De DDI à DDD PMSR : Post Mode Switching Response

45 Réponse Tachycardies Auriculaires : exemple Boston F Atriale > F RTA F RTA F Max -> DDIR ou VDIR F Base Fréquence auriculaire Fréquence ventriculaire Fréquence capteur

46 Réponse Tachycardies Auriculaires : exemple Boston F Atriale < F RTA F RTA F Max DDD ou DDDR F Base Fréquence auriculaire Fréquence ventriculaire Fréquence capteur

47 Repli : exemple St Jude Perte de la synchronisation sur l onde P si la fréquence atriale moyenne excède la valeur de fréquence maximale programmée Après 2 à 6 secondes (durée/seuil de fréquence), la fréquence atriale moyenne excède la fréquence de tachycardie Mode DDI ou DDIR, à une fréquence programmable 52

48 Repli : exemple St Jude Retour en mode synchrone de l onde P Dès que la fréquence atriale moyenne redevient inférieure à la fréquence maximum synchrone, à nouveau synchronisation sur l onde P Surveillance de la fréquence atriale moyenne (durée/seuil de fréquence) Retour au mode DDD/R 53

49 Commutation de mode : exemple Medtronic Deux critères de commutation : Détection 4/7 (FA à fréquence élevée) Commutation si 4 intervalles AA spontanés sur les 7 derniers sont plus rapides que la fréquence de commutation programmée Recherche de flutter masqué: détection des ondes de flutter auriculaire masquées par les périodes de blanking du stimulateur, grâce à une modification sur un cycle de la PVARP

50 Commutation de mode : exemple Medtronic La commutation de mode 4/7 2,8 secondes en moyenne Commutation DDDR DDIR 342 ms ms 342 ms 345 ms 335 ms 337 ms 335 ms Fréquence de commutation = 175 cpm (343 ms)

51 Stimulateur DDDR Au suivi : nombreux épisodes très brefs de repli et EGM mémorisés Expliquez le mécanisme induisant le repli 58

52 Les replis constatés s expliquent par le fait que le PM effectue une écoute croisée du ventricule dans le canal A (Cross-talk VA). Ce phénomène est confirmé grâce aux EGM et aux marqueurs endocavitaires qui après une onde P détectée As, suit une stimulation ventriculaire Vp et la fin du QRS est détectée dans la PRAPV (AS). Le PM compte donc 2 ondes P. Si la fréquence résultante dans l oreillette est supérieure à la fréquence de repli, celui-ci se met en marche. Solution : - diminuer la sensibilité auriculaire - augmenter le blanking A post V 59

53 Exemples de repli

54 Algorithme de lissage du rythme V en FA : Régulation de fréquence V Rate (bpm) Rate Interval Difference R-R Interval Difference (msec) Rate (bpm) Rate Interval Difference R-R Interval Difference (msec) Time (minutes) Time (minutes) Sans régulation Avec régulation

55 Algorithme d «overdrive» : exemple St Jude Principe La détection de 2 ondes P spontanées (consécutives ou non), parmi 16 événements, provoque l augmentation de la fréquence de stimulation. P P Augmentation de la fréquence Algorithme inutile 63

56 Algorithme d «overdrive» : exemple St Jude Overdrive F. de base Fréquence atriale spontanée Fréquence AF Suppression Algorithme inutile 64

57 Fonctionnalités indispensables ou utiles en stimulation DDD 3. Hystérésis et algorithmes de stimulation atriale préférentielle

58 Programmation des stimulateurs DDD en cas d activité spontanée Physiologie et durée de vie du PM Recherche d hystérésis de fréquence - privilégier le rythme sinusal Recherche d hystérésis de conduction AV - privilégier la conduction intrinsèque

59 Recherche d Hystérésis de fréquence Privilégie le rythme spontané Améliore la longévité Recherche de fréquence d hystérésis tous les 256 à 4096 cycles Fmin/FC S S S D D D D D D D S S Hystérésis // S Exemple Guidant

60 Recherche d hystérésis de fréquence VA VA VA VA+hys Rythme sinusal privilégié

61 Recherche d hystérésis de fréquence Recherche de rythme spontané Toutes les ou 30 minutes de stimulation atriale, le stimulateur allonge l intervalle de stimulation auriculaire, afin de rechercher un rythme spontané. la détection d une onde P spontanée permet de nouveau le fonctionnement à la fréquence d hystérésis. Exemple St Jude 69

62 Recherche d hystérésis AV BAV effort-dépendant ou intermittent Dysfonction sinusale Allongement DAV tous les x cycles de 10 à 100% Conduction AV intrinsèque privilégiée

63 Hystérésis DAV ou Préserver la Conduction Spontanée Toutes les 5 minutes, le stimulateur allonge le délai AV/PV pour rechercher un complexe ventriculaire conduit. s il détecte un complexe conduit, il poursuit avec ce délai prolongé, pour fonctionner en pseudo AAI en général le délai AV allongé pour un cycle, si V détecté DAV reste allongé Exemple St Jude 71

64 Exemple Sorin/Ela : DDD CAM DDD CAM : séquence PR Mesure de l'intervalle PR Fenêtre de surveillance ventriculaire = PR + 47 ms Extension = 47 ms

65 DDD CAM : séquence AR Mesure de l'intervalle AR Fenêtre de surveillance ventriculaire = AR + 47 ms Extension = 47 ms

66 DDD CAM : bloc AV AAI Bloc AV DDD PR + Ext.47ms Fenêtre de Surveillance Ventriculaire PV = PR mesuré Adaptation permanente du DAV en fonction du PR du patient

67 Des effets délétères de la capture ventriculaire... Création d asynchronismes: atrio-ventriculaire intraventriculaire interventriculaire Conséquences: hémodynamiques rythmiques

68 Limites des hystérésis du DAV DAV adapté au PR mesuré en AAI - L intervalle PR/AR maximum autorisé = 300 / 350 ms Algorithmes non adapté aux patients avec PR long (BAV I, LW, bloc bifasciculaire, stim A permanente, etc)

69 Mode Safe R (Sorin Ela), MVP (Medtronic), RMS (Boston), Vp suppression (Biotronik) Aucun DAV Seulement une stimulation AAI Associée À une surveillance ventriculaire Préserver au maximum l activité naturelle du ventricule par le système His-Purkinje mode double chambre à architecture AAI qui associe les avantages de la stimulation AAI analyse constante de l activité ventriculaire back-up ventriculaire en cas de BAV sévère

70 Commutation de mode (AAI<->DDD) Management Ventricular Pacing (MVP) [Medtronic] AAI SafeR [Sorin ELA] Reverse Mode Switch (RMS) [Boston] Autres: Biotronik (VIP) Saint Jude medical

71 Des effets délétères de la capture ventriculaire... Limites des modes conventionnelles Limites du mode AAI : - risque de BAV non négligeable - absence de stimulation V si passage en FA - risque de surdétection canal A => Indications de la stimulation AAI limitées Limites du mode DDD + DAV long : - réduction du pourcentage de stimulation V limitée - risque de TRE en cas de BAV - périodes réfractaires longues (DAV + PRAPV) - asynchronisme mécanique => préservation de la conduction intrinsèque limitée

72 Conséquences cliniques de la stimulation ventriculaire droite apicale par rapport à la stimulation atriale préférentielle Études n FA %/an AVC %/an IC %/an Décès %/an Sutton % Markewitz % Ebagosti % - 100% % Langelfeld % Rosenqvist % - 15% - 59% - 64% Sasaki % - 100% - 73% - 7% Bianconi % - 43% % Feuer % % Santini % - 81% % Stangl % % Sgarbossa % Total - 72% - 66% - 62% - 45% Réduction de morbi-mortalité lors de la stimulation auriculaire préférentielle par rapport à la stimulation ventriculaire droite

73 Conséquences cliniques de la stimulation ventriculaire droite apicale chez les patients avec dysfonction VG Etudes Année N VVI DDD VVI DDD p DAVID DAVID II MADIT II JAMA 2002 JACC 2009 JCE % 22.6% % 11.% ns % 30% <. OO1 INTRINSIC RV Circulation [AVSH+] 9.5% 6.4%. 07 Risque d insuffisance cardiaque dans les études randomisées entre une stimulation ventriculaire droite sentinelle et une stimulation double chambre

74 Conséquences cliniques de la stimulation ventriculaire droite apicale chez les patients sans dysfonction VG Études Andersen Connolly Kerr Lamas Nielsen Type AAI vs. VVI CTOPP Extended CTOPP MOST AAI vs. DDD n Indication DS Toute indication Toute indication Suivi [ans] Mode Pacing Réduction FA / an AAI Physio. Physio DDDR AAI. vs. VVI vs. VVIR vs. VVIR vs. VVIR vs. DDDR 46% 18% 20% 21% 73% p Risque de Fibrillation Atriale dans les études randomisées entre la stimulation auriculaire préférentielle et la stimulation VD [- 36%] DS DS

75 Meta-Analysis on Atrial-Based Versus Ventricular Pacing A meta-analysis of 5 randomized clinical trials including more than 7,000 patients compared atrial-based with ventricularbased pacing. Healey JS et al. Cardiovascular outcomes with atrial-based pacing compared with ventricular pacing: meta-analysis of randomized trials, using individual patient data Circulation 2006;114:11-17

76 Stimulation apicale délétère pour tous? Études n % de patients avec détérioration FE Suivi Facteurs Prédictifs Sweeney MO Circulation 2006 Zhang XH JCE % 20 mois FE 40% % 7.8 ans coronaropathie largeur QRS Hory H Europace 2011 Zangh Q Am Heart 2008 Gebauer R European Heart J 2009 Sagar S Circulation % 10 ans Cardiopathie FE 40% mois Stimulation > 50% FE % 7.4 ans Stimulation épicardique % 10 ans ACAN TOTAL % 6 ans FE basse

77 Exemple Safe R (Sorin Ela) Commutations AAI DDD si - 2 ondes P consécutives bloquées : critère de BAV III - 3 ondes P bloquées sur 12 cycles (auriculaires): critère de BAV II - 6 cycles consécutifs avec PR/AR long (> 350/450 ms) : critère de BAV I DDD AAI si - 12 cycles consécutifs en conduction AV spontanée - Tous les 100 cycles en mode DDD

78 SAFE R (Sorin ELA) Après 12 évènements ventriculaires consécutifs Après 100 cycles V stimulés Contrôle journalier En cas de BAV persistant et de passage en DDD «durable»

79 SAFER (Sorin ELA) 1] BAV III 2 évènements auriculaires consécutifs bloqués 2] BAV II 3 évènements auriculaires non consécutifs bloqués sur 12 cycles 3] BAV I Gestion du BAV1 personnalisée >> Pour le patient, stimulation nécessaire quand les PR * deviennent trop longs. PR * patient > PR * long, 7 fois de suite * AR

80 Fonctionnement du MVP (Medtronic) AAI(R) DDD(R) Perte soutenue de conduction AV Stimulations ventriculaires de secours Passage en mode de stimulation double chambre si absence de conduction AV sur 2 des 4 derniers intervalles AA Rétablissement de la conduction AV DDD(R) AAI(R) Après un passage en DDD(R), des tests de conduction AV réguliers : 1, 2, 4, 8 min 16 heures puis toutes les 16 h

81 Le MVP : principe de base Respect de la conduction AV spontanée Le mode AAI(R): Stimulation atriale permettant la conduction AV intrinsèque Un back Up ventriculaireune stimulation ventriculaire en cas de perte transitoire de la conduction

82 Réduction de la stimulation ventriculaire Commutation DDD(R) -> ADI(R) Biotronik, Vp suppression

83 Réduction de la stimulation ventriculaire Critères de commutation de ADI(R) DDD(R) 2 cycles consécutifs sans Vs Ou 3 * sur 8 cycles sans Vs Ou 2 secondes sans Vs Commutation DDD->ADI plus de 15 fois par heure Absence d un rythme propre DDD(R) Biotronik, Vp suppression

84 VIP Biotronik Une conduction naturelle préservée grâce à une recherche fréquente d évènement ventriculaire spontané Principe En allongeant le délai AV, le VIP laisse au ventricule le temps de s exprimer spontanément. Dans ce cas, le délai AV restera prolongé jusqu à une perte de conduction auriculo-ventriculaire. 92

85 Un bénéfice clinique validé par des diagnostics spécifiques Vérification des taux de conduction et durées des intervalles AV Délais AV programmés : spontané : 150 ms stimulé : 200 ms Programmation VIP : Extension : 100 ms Intervalle de recherche : 1 minute Nombre de cycles : 3 Une stimulation ventriculaire seulement si nécessaire: à la fin du DAV prolongé ( ms) en cas de perte de conduction spontanée aux DAV programmés après la perte de conduction (150 ms ms) lors du test de seuil ventriculaire (DAV à 170 ms ms) en réponse à une détection dans la fenêtre de sécurité (DAV 120 ms) 93

86 Un synchronisme AV maintenu cycle à cycle grâce à une capture ventriculaire dès la perte de conduction Principe A la fin du délai AV prolongé, si aucun évènement ventriculaire n a eu lieu, une stimulation ventriculaire est délivrée. Le délai AV prolongé sera maintenu durant le nombre de cycles programmé puis reviendra à une durée optimale de stimulation avant la prochaine recherche de conduction spontanée. 94

87 Une mise en œuvre rapide en quelques clics 3 paramètres permettent d affiner le fonctionnement de VIP : Extension VIP qui sera appliquée au DAV programmé (stimulé ou détecté) Intervalle de recherche : intervalle de temps entre chaque recherche de conduction spontanée Nombre de cycles : stimulation à un DAV prolongé en cas d absence de conduction, avant de revenir au DAV programmé 95

88 Fonctionnalités indispensables ou utiles en stimulation DDD 4. Tachycardies réentrantes électroniques

89 Principe de la TRE Une TRE est une boucle utilisant le PM comme voie antérograde et la jonction nodo-hissienne comme voie rétrograde.

90 Conduction rétrograde: condition nécessaire La conduction VA existe chez de nombreux patients (50%) Temps de Conduction VA : 200 à 400ms le temps de conduction VA est variable: dans le temps, la fréquence de stimulation, les catécholamines, les drogues... le temps de conduction VA est stable pour une même fréquence de stimulation

91 Les facteurs prédisposants aux TRE Temps de conduction VA long Délai AV long PVARP courte FC de base stimulée élevée

92 Tachycardie par réentrée électronique Conduction rétrograde perméable Désynchronisation AV (ESV, ESA, défaut d écoute/de stimulation) Démarrage TRE (baisse de l hémodynamique) P P P ESV Onde P rétrograde détectée déclenchant un DAV et une stimulation V

93 Association AV et conduction rétrograde P V quand le délai AV est normalement programmé, les périodes réfractaires naturelles empêchent la remontée VA

94 Dissociation AV et conduction rétrograde P P' P' V V

95 5 différents types de TRE ESV P P P' P' P' P P P' P' MYOPOT. P Défaut d écoute Perte de capture P Far field sensing de la portion terminale du QRS avec P dissocié [PVARP trop courte P P P' P' P' AV détecté AV détecté + extension AV Programmation d un délai AV trop long P P P' P'

96 Anti TRE Objectif : de tecter et interrompre une tachycardie par reéntreé électronique, c est a dire ne plus synchroniser une stimulation ventriculaire sur une onde P re trograde (elle me me dećlencheé par une stimulation ventriculaire preće dente). Crite re de de tection : pour le stimulateur, un eṕisode de TRE est caracteŕise par 8 intervalles «VP AS» consećutifs infeŕieurs a 400 ms. La PRAPV suivant la 9e me stimulation ventriculaire est alors e tendue a + de 400 ms afin de casser la TRE. La de tection de la TRE est deśactiveé pendant les 90 secondes suivant l intervention.

97 Anti TRE

98 Réduction des TRE Détection (8 cycles) Mesure du temps de conduction rétrograde (VP) Suspicion de TRE si intervalles VP stables et courts (< 450 ms) Confirmation (2 ou 4 cycles) Modulation du DAV (pour vérifier la stabilité du VP) Réduction (1 cycle) "PVARP" allongée à 500 ms sur 1 cycle Exemple Sorin

99 Réduction des TRE : exemple Sorin Ela 200 ms 140 ms phase de détection Intervalles VP courts et stables Modulation DAV 500 ms

100 Algorithme ANTI-TRE : exemple Boston/Guidant PRAPV 16 séquences V stim. P dét. consécutives à la F Max Stabilité du VP 32 ms (TRE) Extension PRAPV à 500 ms sur 1 cycle

101 Votre diagnostic?

102 Exemple de réentrée électronique après un défaut de capture auriculaire

103 Fonctionnalités indispensables ou utiles en stimulation DDD 5. Agorithmes de seuil automatique ou l autocapture

104 Algorithmes de seuil automatique Confirmation, cycle par cycle, de la capture Stimulation de secours sur perte de capture Mesure périodique du seuil de stimulation Adaptation de l amplitude en cas d élévation spontanée du seuil de stimulation: le seuil varie au cours du temps le seuil varie en fonction des patients et de leurs pathologies le seuil varie en fonction de l équilibre métabolique et ischémique le seuil varie avec certains médicaments 113

105 AutoCapture Ventriculaire ECG IEGM La réponse évoquée correspond à la dépolarisation myocardique induite par la stimulation électrique 114

106 Algorithme de l autocapture Signal de réponse évoquée (2.5 à 15 mv) Blanking de 15 ms Fenêtre de détection du signal RE : 65 ms 115

107 Stimulation de secours ms Stimulation de secours si ER non détectée: après 100 ms du V stimulus à 4,5 V / 0,5 ms Unipolaire ou Bipolaire La stimulation de secours est délivrée si la capture n est pas confirmée à la fin de la fenêtre de détection 116

108 Besoins et Avantages potentiels des algorithmes de seuils automatiques Besoins Avantages Autoseuil Augmentation longévité de la batterie Optimisation des avantages de la prothèse en utilisant les capteurs, le algorithmes de détection des arythmies, la stimulation multisite Réduction de la taille des batteries Réduction du temps de programmation des PM 117

109 Facteurs interférants avec la réponse évoquée Principaux facteurs Interface-tissu électrode Polarisation des électrodes Électrode : espacement électrode distal-anneau Type électrode Fusion et pseudo fusion Spike du pacing 118

110 Pourquoi développer des algorithmes de capture automatique 4.8 Incidence de non-capture : 1% - 5% Conséquences potentielles en cas de stimulo-dépendance Possibilité de modification des seuils de stimulation d un jour à l autre Amplitude (V) V Fixed Output Patient Threshold Changes Time 119

111 Incidence d absence de capture : 1-5% Perte de capture chez un patient dépendant (PM sans capture automatique) 120

112 Fonctionnement des algorithmes de capture automatique La capture est déterminée par la détection de la Réponse Evoquée(ER) à l extrémité de la sonde Visualisation de la Réponse Evoquée à chaque battement Si pas de Réponse Evoquée Contre-stimulation Initial Pulse Loss of Capture Back up Pulse 121

113 AutoCapture : préservation de la longévité du stimulateur L amplitude est automatiquement ajustée à +0.25V au dessus du seuil, limitant la consommation de la batterie

Les modes de stimulation bases de temps

Les modes de stimulation bases de temps Les modes de stimulation bases de temps Xavier Copie Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis Les modes de stimulation bases de temps «Toute la compréhension de l électrocardiographie des stimulateurs

Plus en détail

Comment interpréter un holter chez un patient porteur d un stimulateur cardiaque?

Comment interpréter un holter chez un patient porteur d un stimulateur cardiaque? Comment interpréter un holter chez un patient porteur d un stimulateur cardiaque? How to read a Holter in patients implanted with pacemaker? V. Algalarrondo* * Unité Inserm U 769, signalisation et physiopathologie

Plus en détail

03/02/2007 N 1 QUIZ ECG. Bernard DODINOT. Nancy DIU 2007. Bernard DODINOT DIU 2007 2007.0

03/02/2007 N 1 QUIZ ECG. Bernard DODINOT. Nancy DIU 2007. Bernard DODINOT DIU 2007 2007.0 N 1 QUIZ ECG Nancy N 2 Cadeau de Noël 2006 15 jours post-op Dysfonction sinusale «pure» Sorin Group Symphony DR sondes A bi et V uni «passives» N 3 Contrôle 15 jours post-op - AAIsafe R pour dysfonction

Plus en détail

ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014

ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 Généralités sur la stimulation cardiaque SOMMAIRE 2 Historique Rappel anatomique Stimulateur cardiaque Composants et structure Nomenclature Fonctionnement

Plus en détail

Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy

Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy La défibrillation, la cardioversion Qu est ce qu il y a dans un DAI? Une source d'énergie : la (les) pile(s)

Plus en détail

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS Voies d abord veineuses CE QUE L ON NE POURRA PAS CHANGER: L ANATOMIE DU SINUS CORONAIRE l anatomie du sinus coronaire stimulation conventionnelle droite: types de sondes

Plus en détail

Déclaration d intérêt obligatoire. je n ai aucune relation financière avec l industrie

Déclaration d intérêt obligatoire. je n ai aucune relation financière avec l industrie Déclaration d intérêt obligatoire je n ai aucune relation financière avec l industrie Comment utiliser un aimant aux urgences? Application à la stimulation cardiaque KérébelS. (1), KérébelD. (2), PauleP.

Plus en détail

Bases Théoriques. Défibrillation et de la Stimulation AntiTachycardique. F. Hidden-Lucet Pitié-Salpêtrière APHP. de la

Bases Théoriques. Défibrillation et de la Stimulation AntiTachycardique. F. Hidden-Lucet Pitié-Salpêtrière APHP. de la de la Défibrillation et de la Stimulation AntiTachycardique F. Hidden-Lucet Pitié-Salpêtrière APHP DIU Rythmologie et Stimulation Cardiaque 2013 Défibrillation VF VF therapy Thanks I needed that! Défibrillation

Plus en détail

DIU de rythmologie et stimulation cardiaque. Titre : Défibrillateur automatique implantable : comment ça marche?

DIU de rythmologie et stimulation cardiaque. Titre : Défibrillateur automatique implantable : comment ça marche? DIU de rythmologie et stimulation cardiaque Titre : Défibrillateur automatique implantable : comment ça marche? Orateur : Nicolas SADOUL Le 26 janvier 2012 Un défibrillateur: d Comment ça marche? N Sadoul,,

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011

LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011 LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011 INTRODUCTION Les stimulateurs cardiaques ou PM, ont pour fonction essentielle de prévenir les effets néfastes d une bradycardie, notamment lors de la survenue

Plus en détail

Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable

Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable Pr Julien Amour Université Pierre & Marie Curie Anesthésie-Réanimation CHU Pitié-Salpêtrière - Paris Pr Hervé Dupont Amiens

Plus en détail

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Propriétés s générales g du NAV Partie nodale du NAV Conduction lente (témoin de l intervalle PR). Conduction décrémentielle. Faisceau de His et ses branches

Plus en détail

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Le 19 novembre 2011 David HUCHETTE, Service de cardiologie et Soins Intensifs du CH de LENS INTRODUCTION La télémétrie

Plus en détail

Eric Abergel. Hôpital Européen Georges Pompidou.

Eric Abergel. Hôpital Européen Georges Pompidou. Eric Abergel. Hôpital Européen Georges Pompidou. Désynchronisation ventriculaire: facteur d aggravation (causal?) de l insuffisance cardiaque Patients avec VG dilaté/dysfonction VG ont souvent des tr de

Plus en détail

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs X. Harlé Bayonne Dr X.Harlé; Ile de la Réunion; Oct 2014 Télécardiologie Déjà une

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés (DECI) :

Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés (DECI) : 1 Les dispositifs électroniques cardiaques implantés : une «injection de rappel». Christian Bauer Hôpital de la Croix-Rousse HCL Lyon Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir Rubén Casado Arroyo LA STIMULATION CARDIAQUE Qu est-ce qu un stimulateur cardiaque? Quelles sont les

Plus en détail

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE.

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. Marie-Claude LEMPEREUR de GUERNY Urgences/SMUR Poissy novembre 2011-avril 2012 APPEL EN SMUR POUR

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

Troubles du rythme jonctionnel

Troubles du rythme jonctionnel Définition Troubles du rythme jonctionnel Nés au niveau du N.A.V.A.T. ou dans le tronc du HIS, avec : Ondes P rétrogrades, avant, pendant ou après le QRS des QRS normaux ou élargis Extrasystole jonctionnelle

Plus en détail

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service Dr ElBelghiti PH attaché coronarographiste Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service 2007 2008 2009 2010 2011 Coronarographies totales 315 982 1042 888 927 Angioplasties 87 (27,6%) 268 (27,3%) 252

Plus en détail

Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013

Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013 Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013 Pacemaker (stimulateur cardiaque) Défibrillateur automatique interne Pacemaker (stimulateur

Plus en détail

Journée d éducation thérapeutique des enfants implantés d un pacemaker (PM) et de leurs parents

Journée d éducation thérapeutique des enfants implantés d un pacemaker (PM) et de leurs parents Journée d éducation thérapeutique des enfants implantés d un pacemaker (PM) et de leurs parents OMS 1998 Programme de la journée Table ronde «cérébrale» Qualité de vie Consentement ETP «PM-DAI» Médecin

Plus en détail

«Recommandations dans le traitement électrique de l Insuffisance cardiaque»

«Recommandations dans le traitement électrique de l Insuffisance cardiaque» «Recommandations dans le traitement électrique de l Insuffisance cardiaque» DR Renaud VIDAL Clinique Saint George - NICE Resynchronisation BIVentriculaire 1. Rappels physiopathologiques Resynchronization

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

IMPLANTS CARDIAQUES ET CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES : DES EXPERIENCES EUROPÉENNES COMPARAISON DE RESULTATS EXPERIMENTAUX EN FRANCE ET EN FINLANDE

IMPLANTS CARDIAQUES ET CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES : DES EXPERIENCES EUROPÉENNES COMPARAISON DE RESULTATS EXPERIMENTAUX EN FRANCE ET EN FINLANDE IMPLANTS CARDIAQUES ET CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES : DES EXPERIENCES EUROPÉENNES COMPARAISON DE RESULTATS EXPERIMENTAUX EN FRANCE ET EN FINLANDE Isabelle Magne 1, Martine Souques 2, Leena Korpinen 3 1 EDF

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

Reliaty Appareil de mesure pour l'analyse des fonctions de la sonde durant l'implantation d'un stimulateur cardiaque ou d'un DAI

Reliaty Appareil de mesure pour l'analyse des fonctions de la sonde durant l'implantation d'un stimulateur cardiaque ou d'un DAI Reliaty Appareil de mesure pour l'analyse des fonctions de la sonde durant l'implantation d'un stimulateur cardiaque ou d'un DAI Cardiac Rhythm Management Appareils externes Guide rapide Introduction À

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES Onde ou Avec CVA P P R = ou Différent du de base Normale Rythme de base sinusal différent du de base Morphologie rsr moins élargi que le de l ESV Tachycardie

Plus en détail

L électrocardiogramme (2)

L électrocardiogramme (2) L électrocardiogramme (2) UE CV, 9 octobre 2013 ECG normal Rythme sinusal Vitesse de déroulement: 25 mm/s Amplitude: 1 cm / 1 mv ECG - Analyse du rythme 1 ère étape: 3 critères fondamentaux 1- Fréquence:

Plus en détail

Anatomie Physiologie ECG. D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr. Anatomie Physiologie

Anatomie Physiologie ECG. D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr. Anatomie Physiologie Anatomie Physiologie ECG D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr Anatomie Physiologie Les relais mettent un petit peu de temps à se mettre en place POSSIBLES SYNCOPES

Plus en détail

Organisation de la Consultation et du Suivi

Organisation de la Consultation et du Suivi Organisation de la Consultation et du Suivi DIU de Stimulation Cardiaque 2006-2007 Dr Franck HALIMI C.M.C. de Parly II, Le Chesnay Franck HALIMI Fréquence des visites de suivi 1 à 3 mois après l implantation

Plus en détail

Les tachycardies supraventriculaires

Les tachycardies supraventriculaires Les tachycardies supraventriculaires Dr Thierry Verbeet CHU Brugmann 16 avril 2013 Séminaire Iris urgence Ia Généralités Monitoriser Ne pas paniquer, amener à l hôpital 02, trendelenbourg ECG 12 dérivations

Plus en détail

Retour d expérience, Cas cliniques Téléc@rdiologie

Retour d expérience, Cas cliniques Téléc@rdiologie Retour d expérience, Cas cliniques Téléc@rdiologie Assises du CNCH 23 novembre 2013 Dr R Fouché, centre hospitalier Belfort-Montbéliard La télécardiologie en France en 2012 : où en est-on? Premières prothèses

Plus en détail

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice L ELECTROCARDIOGRAMME Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice RECUEIL Dérivations périphériques ou frontales Dérivations précordiales (plan transversal) Quand un courant se dirige vers l endroit ou il est

Plus en détail

Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS

Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS Surveillance des pace makers et des défibrillateurs Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS La stimulation cardiaque La stimulation cardiaque Historique

Plus en détail

Voies Accessoires et Jonction Nodo-Hisienne

Voies Accessoires et Jonction Nodo-Hisienne Voies Accessoires et Jonction Nodo-Hisienne Jacques MANSOURATI CHU BREST Anderson et al, 1997 Rappel anatomique (1) NAV situé dans le triangle de Koch défini par la valve septale de la tricuspide en avant,

Plus en détail

Tirer le meilleur parti des fonctions diagnostiques

Tirer le meilleur parti des fonctions diagnostiques TELECARDIOLOGIE Tirer le meilleur parti des fonctions diagnostiques Classique Suivi des porteurs de prothèses rythmiques Suivi des porteurs de prothèses rythmiques Suivi des porteurs de prothèses rythmiques

Plus en détail

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

Les stimulateurs cardiaques

Les stimulateurs cardiaques Compétences à développer Les stimulateurs cardiaques Révisé par Wendy Camacho CSI Chantal Levesque CSI Mars 2012 Effectuer un court rappel physiologique Définir un stimulateur cardiaque Connaître les différents

Plus en détail

Les pathologies cardiaques

Les pathologies cardiaques Ce chapitre décrit très sommairement les différentes pathologies cardiaques susceptibles d être repérées en étudiant un enregistrement Holter. Le but, ici, n est pas d analyser précisément leurs origines,

Plus en détail

TD : modélisation AADL d un PACEMAKER

TD : modélisation AADL d un PACEMAKER TD : modélisation AADL d un PACEMAKER L objectif de ce TD est de se confronter à un problème de modélisation difficile, qui consiste à modéliser un système à partir d une spécification réelle. Le système

Plus en détail

ECG en fonction de l Âge

ECG en fonction de l Âge Session ECG en fonction de l âge Guy Vaksmann Vendôme Cardio Clinique de la Louvière Lille Diapositive 1 ECG en fonction de l Âge Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence avril

Plus en détail

Troubles du rythme Pièges chez le sujet âgé

Troubles du rythme Pièges chez le sujet âgé Troubles du rythme Pièges chez le sujet âgé Dr Pierre Taboulet GH Saint-Louis-Lariboisière Urgences, Cardiologie 75010 Paris, France pierre.taboulet@sls.aphp.fr JNUC3 Deauville 5 décembre 2014 Conflit

Plus en détail

IRM et dispositif électronique cardiaque implantable

IRM et dispositif électronique cardiaque implantable IRM et dispositif électronique cardiaque implantable Jean-Paul BEREGI, Radiologue Liliane METGE, Radiologue Cornelia FREITAG, Radiologue Xavier BRUNET, Cardiologue Pierre WINUM, Cardiologue Mathieu GRANIER,

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006. JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante

LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006. JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006 JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante Qu est ce qu un un défibrillateurd Fonctionnement d und défibriilateur Indication en 2006

Plus en détail

Evoquer une activité. thérapeutique. sportive, même de loisir,

Evoquer une activité. thérapeutique. sportive, même de loisir, Sport et pace-maker La pratique d une activité sportive augmente chez les patients porteurs d un pace-maker. Cependant, l implantation du boîtier doit tenir compte du type de sport pratiqué et des risques

Plus en détail

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter?

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Paul Milliez, MD, PhD Service de Cardiologie CHU Cote de Nacre, Caen Définition arythmie emboligène. Arythmie caractérisée

Plus en détail

Résultats. COMPArative Follow-up Schedule with Home Monitoring

Résultats. COMPArative Follow-up Schedule with Home Monitoring Suivi à distance des stimulateurs cardiaques par télécardiologie Première étude prospective randomisée Investigateur principal: COMPAS Pr. Philippe MABO CHU Rennes, Université Rennes I, Unité Inserm 642,

Plus en détail

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences.

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Définition La Bradycardie est définie par une fréquence cardiaque inférieure à 60 battements / minute. La bradycardie est dite absolue si la fréquence cardiaque

Plus en détail

Activité électrique cardiaque

Activité électrique cardiaque ECG ED 28/02/2011 Activité électrique cardiaque Onde P= dépolarisation auriculaire Intervalle PR =temps de conduction auriculo-ventriculaire QRS= dépolarisation ventriculaire Segment ST= repolarisation

Plus en détail

IRM et Pacemaker. Prise en charge en accord avec les recommandations nationales

IRM et Pacemaker. Prise en charge en accord avec les recommandations nationales IRM et Pacemaker Prise en charge en accord avec les recommandations nationales Yohann Cruypeninck, Jean-Nicolas Dacher Radiologie Imagerie Résonnance Magnétique Hôpital Charles Nicolle - CHU de Rouen SFNR

Plus en détail

Anesthésie et Stimulateur Cardiaque

Anesthésie et Stimulateur Cardiaque Anesthésie et Stimulateur Cardiaque Diapo 1 : Après de nombreuses recherches menées sur des stimulateurs externes au début du XXème siècle, c est en 1951 que fut inventé le premier stimulateur cardiaque

Plus en détail

Rythmologie interventionnelle (ARH 2009)

Rythmologie interventionnelle (ARH 2009) Chalon sur Saône: Cardiologie interventionnelle Coronarographie Angioplastie coronarienne Cardiologie interventionnelle pédiatrique Rythmologie interventionnelle (ARH 2009) Dr Christophe Girardot 15/01/2015

Plus en détail

Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir

Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir C Decoene Pôle d anesthésie-réanimation CardioThoracique CHRU Lille Pôle de Cardiologie Pr Lablanche, Pr Kacet, Pr Rey Stimulateurs et autres

Plus en détail

Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012

Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012 Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012 Objectifs: 1. Décrire le système de conduction de base dans le coeur 2. Apprenez les bases de l'analyse bande

Plus en détail

STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE

STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE INTRODUCTION REPARTITION DES PATIENTS 2003 % 100 80 60 40 60,10% 39,90% 59,10% 40,90% 20 0 77,4 ans 80 ans 78,1 ans 80,6 ans primo-implantations

Plus en détail

L E.C.G. pour les nuls

L E.C.G. pour les nuls MODULE SOINS INTENSIFS PRISE EN CHARGE DU BDS EN SI Le monitoring cardiaque Ferron Fred version_3_2011 1 Saunders Nursing Survival Guide ECGs and the Heart Elsevier à consommer sans modération. L E.C.G.

Plus en détail

Conseiller en soins infirmiers, cardiologie, Direction des soins infirmiers (DSI)

Conseiller en soins infirmiers, cardiologie, Direction des soins infirmiers (DSI) Cardiologie 1 Olivier Bourgeois-Chabot Conseiller en soins infirmiers, cardiologie, Direction des soins infirmiers (DSI) Wendy Camacho Conseillère en soins infirmiers, soins intensifs, Direction des soins

Plus en détail

Manuel d implantation. Stimulateur cardiaque VDD

Manuel d implantation. Stimulateur cardiaque VDD Manuel d implantation Stimulateur cardiaque VDD blank blank TABLE DES MATIERES 1. Description générale... 6 2. Indications... 6 3. Contre-indications... 7 3.1. Généralités... 7 3.2. Complications éventuelles...

Plus en détail

SW012. Logiciel d installation de la fonction d alerte d intégrité de la sonde ventriculaire droite. Manuel de référence

SW012. Logiciel d installation de la fonction d alerte d intégrité de la sonde ventriculaire droite. Manuel de référence Logiciel d installation de la fonction d alerte d intégrité de la sonde ventriculaire droite Manuel de référence 0123 2008 Les dénominations suivantes sont des marques commerciales de Medtronic : CareAlert,

Plus en détail

IRM et stimulateurs ou défibrillateurs

IRM et stimulateurs ou défibrillateurs IRM et stimulateurs ou défibrillateurs S S Cas clinique S Recommandations actuelles S Problèmes théoriques S Procédure dans le service S Que faut-il retenir des constructeurs? S Recommandations actuelles

Plus en détail

LES STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES IMPLANTABLES

LES STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES IMPLANTABLES LES STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES IMPLANTABLES Charlotte Charroin (1), Emmanuelle Carré (2), Pr Chevalier (3) (1) interne en pharmacie, Hospices Civils de Lyon (2) pharmacienne, Hospices Civils

Plus en détail

Notions d ECG. Définition. Compétences à acquérir

Notions d ECG. Définition. Compétences à acquérir Notions d ECG 1 Compétences à acquérir Réaliser un ECG 12 dérivations Placer les électrodes d un monitoring Lire un ECG normal Reconnaître et d agir face aux troubles du rythme et de conduction les plus

Plus en détail

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de Fréquence 30-150-100-75-60-50-45-36-33-30... FC Normale : 50 à 100 bpm Bradycardie < 50 tachycardie > 100 Rythme régulier? Espace en 2 ondes R identiques (arythmie respiratoire normale). sinusal? Onde

Plus en détail

IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG. C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004

IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG. C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004 IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004 MATERIEL UTILISE Siemens Symphony 1.5T Antenne corps en réseau phasé couplée à l antenne rachis

Plus en détail

Causes de décès des insuffisants cardiaques

Causes de décès des insuffisants cardiaques Traitement Électrique de la Défaillance Cardiaque CHUS Sherbrooke, 30 avril 2010 Félix AYALA-PAREDES. MD PhD Conflit d intérêt Rémunération et frais de voyage comme conférencier & consultant reçu de Medtronic,

Plus en détail

TEPZZ 6845_5A_T EP 2 684 515 A1 (19) (11) EP 2 684 515 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: A61B 5/02 (2006.01) A61B 5/024 (2006.

TEPZZ 6845_5A_T EP 2 684 515 A1 (19) (11) EP 2 684 515 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: A61B 5/02 (2006.01) A61B 5/024 (2006. (19) TEPZZ 6845_5A_T (11) EP 2 684 515 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 15.01.2014 Bulletin 2014/03 (51) Int Cl.: A61B 5/02 (2006.01) A61B 5/024 (2006.01) (21) Numéro de dépôt:

Plus en détail

- Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse.

- Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse. Dr Le Loup CAS 1 - Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse. Elle présente une plaie du coude gauche hémorragique.

Plus en détail

Expériences avec les appareils de mesure - II G. Gremaud

Expériences avec les appareils de mesure - II G. Gremaud Expériences avec les appareils de mesure - II G. Gremaud ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE GW-INSTEK TTi THURLBY- THANDAR ROLINE/ METEX HAMEG a) essais des appareils a) se familiariser durant une

Plus en détail

QUELLE IMPORTANCE ACCORDER A UNE ARYTHMIE LORS D UNE VISITE D ACHAT?

QUELLE IMPORTANCE ACCORDER A UNE ARYTHMIE LORS D UNE VISITE D ACHAT? QUELLE IMPORTANCE ACCORDER A UNE ARYTHMIE LORS D UNE VISITE D ACHAT? AMORY Hélène Pôle Equin, Département des Sciences Cliniques des Animaux de Compagnie et des Equidés, Faculté de Médecine Vétérinaire,

Plus en détail

Troubles du rythme périopératoire

Troubles du rythme périopératoire Troubles du rythme périopératoire Ivan Philip Département d Anesthésie Institut Mutualiste Montsouris Troubles du rythme périopératoire Prise en charge préopératoire Survenue peropératoire Survenue postopératoire

Plus en détail

POURQUOI? COMMENT? LES QUESTIONS

POURQUOI? COMMENT? LES QUESTIONS LA TÉLÉSURVEILLANCE POURQUOI? COMMENT? LES QUESTIONS POURQUOI LA TÉLÉSURVEILLANCE? COÛTS DE SANTE PUBLIQUE ALERTES INDIVIDUELLES ALERTES CONSTRUCTEURS / ANSM DEMOGRAPHIE MEDICALE LES CARDIOLOGUES: UNE

Plus en détail

Pratique de la défibrillation cardiaque implantable

Pratique de la défibrillation cardiaque implantable Pratique de la défibrillation cardiaque implantable Springer Paris Berlin Heidelberg New York Hong Kong Londres Milan Tokyo Pierre Bordachar Wilhelm Fischer Stéphane Garrigue Sylvain Reuter Philippe Ritter

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

Signes cliniques et ECG des arythmies cardiaques

Signes cliniques et ECG des arythmies cardiaques Signes cliniques et ECG des arythmies cardiaques Nisha Arenja a, Thomas Cron a, b, Michael Kühne a a Electrophysiologie/cardiologie, Hôpital universitaire de Bâle b Cabinet de cardiologie, équipe cardiologique,

Plus en détail

L E.C.G. pour les nuls

L E.C.G. pour les nuls L E.C.G. pour les nuls Yannick GOTTWALLES La systole ventriculaire débute avec le QRS et s achève à la fin de l onde T. Elle englobe ainsi les phases de dépolarisation et de repolarisation des ventricules.

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PLAN 1/LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE Historique Principe Classification Indications Dysfonctions 2/ LES

Plus en détail

Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable. Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT

Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable. Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT Principes de fonctionnement Patient équipé au moyen: - d un stimulateur

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic?

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? Ileana Iliescu 17.09.2008 CAS CLINIQUE M CR 83 ans: : 10 hospitalisations en 12 mois!!!... pour malaise et chocs appropri ropriés

Plus en détail

Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice ROTH 1, Francine AUDRAN 2, Isabelle MAGNE 2, Mustapha NADI 1

Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice ROTH 1, Francine AUDRAN 2, Isabelle MAGNE 2, Mustapha NADI 1 Approches théorique et expérimentale en CEM des implants médicaux actifs dans la bande de fréquences 10 50 khz: cas des défibrillateurs cardiaques implantables Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice

Plus en détail

Dispositifs électroniques cardiaques implantables magnéto-compatibles : Comment s organiser dans un service d imagerie?

Dispositifs électroniques cardiaques implantables magnéto-compatibles : Comment s organiser dans un service d imagerie? Dispositifs électroniques cardiaques implantables magnéto-compatibles : Comment s organiser dans un service d imagerie? Dr Paul ARDILOUZE - Radiologue Dr Julia RIPKE - Radiologue Dr David HIGUÉ - Radiologue

Plus en détail

ENPULSE E2D 01/03 Stimulateur double chambre (DDD)

ENPULSE E2D 01/03 Stimulateur double chambre (DDD) ENPULSE E2D 01/03 Stimulateur double chambre (DDD) Manuel d implantation 2003 0123 Les dénominations suivantes sont des marques déposées de Medtronic : EnPulse, Intrinsic, Medtronic Table des matières

Plus en détail

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence 16/05/2008 Dr Bernard Jadoul 1 Comment est le patient? Recherche de signes cliniques de gravité: Bas débit cardiaque (pâleur, sudations, extrémités froides,

Plus en détail

STIMULATEURS CARDIAQUES / DAI ET INTERFERENCES ELECTROMAGNETIQUES. Michel CHAUVIN STRASBOURG

STIMULATEURS CARDIAQUES / DAI ET INTERFERENCES ELECTROMAGNETIQUES. Michel CHAUVIN STRASBOURG STIMULATEURS CARDIAQUES / DAI ET INTERFERENCES ELECTROMAGNETIQUES Michel CHAUVIN STRASBOURG INTERFÉRENCES ENDOGÈNES EXOGÈNES Myopotentiels Fonctionn. SC Courants continus Courants alternatifs Champs magnétiques

Plus en détail

Le cardiologue et les traitements électriques. Maxime GUENOUN Clinique BOUCHARD Marseille

Le cardiologue et les traitements électriques. Maxime GUENOUN Clinique BOUCHARD Marseille Le cardiologue et les traitements électriques Maxime GUENOUN Clinique BOUCHARD Marseille Le rôle du cardiologue Généralités Le point de vue du patient Le point de vue du cardiologue LE DAI / CRT AU QUOTIDIEN

Plus en détail

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème?

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème? Cas clinique n 1 Michel que vous suivez de longue date a l impression depuis quelques jours, d entendre des battements irréguliers le soir en se couchant ; il va parfaitement bien par ailleurs et rapporte

Plus en détail

325 PALPITATIONS 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE, TISSU NODAL, GENESE DES ARYTHMIES

325 PALPITATIONS 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE, TISSU NODAL, GENESE DES ARYTHMIES 325 PALPITATIONS Objectifs : chez un sujet se plaignant de palpitations, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE

Plus en détail

LE REMPLACEMENT DU PACEMAKER ET DU DÉFIBRILLATEURD

LE REMPLACEMENT DU PACEMAKER ET DU DÉFIBRILLATEURD LE REMPLACEMENT DU PACEMAKER ET DU DÉFIBRILLATEURD DIU Electrophysiologie Paris, le 25/01/07 s.boveda@clinique-pasteur.com INTRODUCTION Survie patients stimulés > 10 ans dans 60% des cas Augmentation des

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

Traitement non médicamenteux de l insuffisance cardiaque

Traitement non médicamenteux de l insuffisance cardiaque Traitement non médicamenteux de l insuffisance cardiaque C Decoene Praticien hospitalier CHRU LILLE Christophe.decoene@chru-lille.fr Introduction L insuffisance cardiaque est un syndrome clinique constitué

Plus en détail

ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE

ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 Introduction 2 Définition : La télécardiologie est une branche de la télémédecine. Elle permet de surveiller à distance le bon fonctionnement

Plus en détail

Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion

Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion UE Dispositifs médicaux Lundi 16 Février 2015 Plan Contexte

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Introduction à l ECG

Introduction à l ECG Introduction à l ECG Juan Sztajzel Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires Genève Dépolarisation et repolarisation du coeur Types de cellules cardiaques Il existe 2 types de cellules morphologiquement

Plus en détail