STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE"

Transcription

1 STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE

2 STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE INTRODUCTION

3 REPARTITION DES PATIENTS 2003 % ,10% 39,90% 59,10% 40,90% ,4 ans 80 ans 78,1 ans 80,6 ans primo-implantations remplacements Ages médians CFSC - JJT - Tours 2004

4 EVOLUTION DES GROUPES D AGE % < > 85 ans CFSC - JJT - Tours 2004

5 Nb patients EVOLUTION DU FICHIER DEPUIS SA CREATION EN CFSC - JJT - Tours 2004

6 STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE LES DIFFERENTS MODES DE STIMULATION

7 Nomenclature de la stimulation cardiaque 1 ére lettre = Cavité stimulée 2 ème lettre = Cavité détectée 3 ème lettre = Réponse à l écoute 4 ème lettre Optionnelle A = Oreillette A = Oreillette I = Inhiber Soit rien V = ventricule D = A + V O = Rien V = ventricule D = A + V O = Rien T = Trigger D = I + T O = Asynchrone Soit R = Rate control = Asservissement

8 Stimulation VVI Stimulation ventriculaire inhibée si rythme ventriculaire spontané Programmation VVI 60/min = compteur ventriculaire de 1000 ms 800 ms 800 ms 1000 ms 1000 ms IE IS IE = intervalle d échappement IS = intervalle de stimulation

9 Stimulation AAI Stimulation auriculaire inhibée si rythme auriculaire spontané Programmation AAI 60/min = compteur de 1000 ms 800 ms 800 ms 1000 ms 1000 ms IE IS IE = intervalle d échappement IS = intervalle de stimulation

10 Stimulation VVT Stimulation ventriculaire déclenchée par l écoute ventriculaire Programmation VVT 60/min = compteur de 1000 ms 800 ms 800 ms 1000 ms 1000 ms IE IS IE = intervalle d échappement IS = intervalle de stimulation

11 Stimulation DDD Programmation DDD 60/120 DAV 160 ms Rythme initial Résultat de la stimulation RS 70/min PR = 120 ms PM sentinelle RS 70/min PR = 240 ms Sti VDD RS 50/min PR = 120 ms Sti AAI RS 50/min PR = 240 ms Sti DDD

12 STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE PRINCIPE D IMPLANTATION D UN STIMULATEUR CARDIAQUE

13 Evolution du matériel

14 Modèles de stimulateurs Mono-chambre VVI / VVIR AAI / AAIR Double chambre DDD / DDDR Bi-Ventriculaire

15 PREALABLE AVANT IMPLANTATION D UN PM Respect des indications auprès d un avis spécialisé Arrêt des anticoagulants et anti-aggrégants Vérifier perméabilité des axes veineux supérieurs +/- consultation d anesthésie Radiographie de thorax +/- ETT En dehors de l urgence consentement éclairé du patient

16 Technique d Implantation Salle d électrophysiologie interventionnelle ou bloc Voie endocavitaire veineuse (céphalique, sous clavière, jugulaire) Anesthésie locale +/-neuro lept Boîtier pré-pectorale Durée 30 à 45 min

17 Suivi post opératoire immédiat 24 heure d alitement ECG post op puis 2 à 3 dans la semaine post op Une Rx de thorax post op Surveillance clinique loge et cicatrice Un contrôle complet du PM dans la sem post op Reprise progressive anticoagulants et anti-aggrégants

18 Complications liées à l implantation Pneumo/hemothorax : 0.9 % Tamponade perforation VD : 0.6 % Deplacement de sonde : 2 % Fièvre et infection : 0.8 % Complication thrombo-embolique : 0.5 %

19 Contrôle d un PM Chronologie : Post implantation puis au 2 éme mois Tous les 6 mois Buts Analyse des mémoires et compteur holters Analyse des fonctions de stimulation/détection Surveillance de la batterie et des sondes Durée de vie moyenne : 7 à 8 ans Coût du matériel : 3500 à 4000 Euros

20 PM et INTERFERENCES CI absolues avec IRM et radiothérapie locale Bistouri électrique : Risque d inhibition de la stimulation Utilisation de bistouri bipolaire Champs électromagnétiques professionnels Précautions avec : Portable, plaque à induction (distance de sécurité) Portique anti-vol Cardioversion (choc antéro-postérieur)

21 STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE INDICATIONS

22 STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE Les dysfonctions sinusales

23 Classification électrocardiographique des dysfonctions sinusales. Bloc sino auriculaire du premier dégré. Allongement isolé et fixe du temps de conduction sino-atrial. Pas de traduction ECG. Bloc sino auriculaire du deuxième dégré. Type I de Blumberger : Allongement progressif du tps de conduction sino-atrial jusqu à une onde P manquantes. Type II de Blumberger Onde P inopinée manquante sans allongement préalable de la conduction sino-atriale. Bloc sino auriculaire du troisième dégré. Dysfonction sinusale complète, pas d onde P visible.

24 BSA du premier degré Nœud sinusal JSA Oreillette

25 BSA deuxième degré type I

26 Dysfonction sinusale complète, BSA 3 Nœud sinusal Bloc sino atrial JSA Oreillette NAV Ventricule Paralysie atriale Nœud sinusal JSA Oreillette NAV Ventricule

27 Exploration de la fonction sinusale (étude électrophysiologique 1) Intérêt théorique car permet de distinguer les troubles de l automatisme sinusal, des troubles de conduction sino auriculaire. Mais - Peu d intérêt pratique à distinguer les trouble de l automatisme et de la conduction sino-atriale. Test finalement peu physiologique. Sensibilité faible 50 à 60% spécificité moyenne 70 à 90% Beaucoup moins rentable que le holter.

28 Exploration de la fonction sinusale (HOLTER ECG) Examen le plus sensible et spécifique. Test non invasif et physiologique. Permet de rechercher : Episodes de bradycardie, pause sinusale et pause post tachycardique. Analyse de la variabilité sinusale Existence d une insuffisance chronotrope. Recherche de troubles du rythme supra-ventriculaire dans le cadre d une MRA.

29 Etiologies des dysfonctions sinusales Causes intrinsèques Causes extrinsèques. Age (fibrose) +++ Maladie rythmique auriculaire ++ Maladie coronaire, HTA. Cardiomyopathies. Péricardites. Amylose, vascularites. Post chirurgicale (CIA). Tumeur et irradiation médiastinale. Désordres électrolytiques. Médicamenteuses +++ Hypothermie. Hypothyroïdie. Anomalies du système nerveux autonomes.

30 INDICATION DE STIMULATION DANS LES DYSFONCTIONS SINUSALES BSA 2 ou 3 symptomatique Pause sinusale diurne > 3 sec ou nocturne > 5 sec Choix du stimulateur AAI ou DDD si conduction AV intègre DDD si conduction AV altérée Au mieux avec possibilité d asservissement car insuffisance chronotrope souvent associée au BSA

31 Dysfonction sinusale et écho auriculaire p p p

32 ESA bigéminées

33 STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE LA MALADIE RYTHMIQUE AURICULAIRE (alternance FA et BSA)

34 Epidémiolgie Prévalence augmente avec l age : 50% des patients de 90 ansonteuau moinsun épisodede FA 20% des patients présentent des arythmies atriales à l implantation d un stimulateur cardiaque 30% des patients présentent des arythmies atriales à l implantation d un DAI 50% des patients atteints d insuffisance cardiaque souffrent de FA Références: HCIA Hospital Discharge Data, 1992, and Medtronic Device Registration System Schmitt C, Montero M, Melicherick J. PACE: 1994;17: Maisel WH and Stevenson LW. Am J Cardiol 2003; 91(Suppl 6A):2D-8D

35 Prévalence de la FA en Bradycardie Evolution de la maladie BSA 57% 31% BSA avec FA 52% 57% FA 26% An 1 An 6 An 10 BAV avec FA BAV 10% 22% 26% An 1 An 6 An 10 Feinberg WM. Arch Int Med 155:469; 1995

36 STIMULATION CARDIAQUE DU SUJET AGE Troubles de conduction auriculo-ventriculaire

37 Anatomie du nœud auriculo-ventriculaire

38 Propriétés générales du NAV Partie nodale du NAV Conduction lente (témoin de l intervalle PR). Conduction décrémentielle. Faisceau de His et ses branches Conduction rapide. Conduction non décrémentielle (loi du tout ou rien).

39 Classification électrocardiographique des blocs auriculo-ventriculaires BAV du premier dégré PR fixe et constant supérieur à 200ms. BAV du deuxième degré BAV II type mobitz I = Lucchiani Wenckebach Allongement progressif du PR jusqu à une onde P bloquée. Intervalle PP constant, plus d ondes P que de QRS. BAV II type Mobitz II Onde P bloquée inopinée mais PR fixe quand il conduit. Intervalle PP constant, plus d ondes P que de QRS. BAV du troisième degré Dissociation auriculo-ventriculaire. Intervalle PP et RR régulier, plus d ondes P que de QRS.

40 Orientation ECG en faveur de la localisation du bloc En faveur d un bloc nodal En faveur d un bloc infra-nodal. PR long > 300ms. Période de lucchiani Wenckebach. En cas de BAV III échappement à QRS fins et > à 40/min. Peu symptomatique. Correction sous ATROPINE. Majorer par médicaments bradycardisants. Période de Mobitz II. En cas de BAV III échappement à QRS large et < à 40/min. Symptomatique : PC de type stock Addams. Absence de correction sous atropine. Existence préalable de trouble conductif ventriculaire.

41 Troubles conductifs ventriculaires présomptifs de BAV infra hissien Chez des patients symptomatiques, indication directe de PM : Bloc de branche alternant. PR long, BBD complet, et HPG. Sont présomptifs de BAV mais nécessitent un His de contrôle : PR long, BBD complet et HAG. PR long, BBG complet et axe gauche (< -30 ).

42 Moyens d exploration de la conduction AV Exploration électrophysiologique Mesure des délai de conduction Délai AH (conduction nodale) compris entre 60 et 130 ms, patho si > 150ms. Durée du H (conduction hissienne) nle si < à 25ms, patho si > 30ms ou H1 H2. Délai HV (conduction infra-hissienne) nle entre 35 et 55ms, Patho si > 70ms. Détermination des périodes réfractaires Périodes réfractaire fonctionnelle déterminer par le point de lucchiani Wenckebach. Période réfractaire effective déterminée par le première extrastimuli bloqué sur rythme imposé fixe. Tests pharmacologiques Intérêt des antiarythmique de classe Ic (AJMALINE) qui allonge la conduction hissienne et infrahissienne. Pathologique si augmentation du HV de plus de 100% ou HV > 100ms. Intérêt de l atropine pour lever un éventuel bloc nodal

43 Délai de conduction P QRS Nœud sinusal Nœud AV A H V Branche droite His Branche gauche

44 Etiologies des BAV Les causes aiguës transitoires Les causes chroniques et définitives - Iatrogènes (médicamenteuse ou traumatique). IdM en particulier inf. BAV post op transitoire < 3sem. Infectieuse (abcès septal, maladie de Lyme). BAV dégénératif = maladie de Lenègre. BAV congénital symptomatique. IdM en particulier antérieur. Cardiomyopathie. BAV post op > à 3 sem. Complication d ablation.

45 INDICATION DE STIMULATION DANS LES BAV BAV II Mobitz II BAV III en l absence de causes réversibles BAV tronculaire ou infra hissien quelque soit leur degré I, II ou III BAV nodal de haut degré, symptomatique sans causes réversibles Dans tous les cas choix du stimulateur DDD rarement VVI

46 AUTRES INDICATIONS RYTHMIQUE (CLASSIQUE) DE STIMULATION CARDIAQUE FA lente PM VVI Hypersensibilité sino-carotidienne PM DDD Sd du QT long congénital PM DDD +/- certaine FA, syncope vaso vagale, SAS PM DDD

47 INDICATION DE PM Caractéristiques propres au sujet âgés Etiologies domininées par la fibrose du tissus conjonctif Etiologies iatrogène très fréquente Sensibilité forte au traitement anti-arythmique et bradycardisant Causes de syncopes plus diverses Rentabilité diagnostic des syncopes environ 65 % (intérêt potentiel des holters implantables) Faut il se donner une limite d age d implantation

48 Autres causes cardio vasculaires de syncopes Hypotension orthostatique. Syncopes vaso-vagales (tilt test). Troubles du rythme rapide en particulier ventriculaire. Hypersensibilité sino-carotidienne. Syncopes mictionnelles. Ictus laryngé. Obstacle mécanique à gauche (RAC serré, CMO, myxome de l oreilette). Obstacle mécanique à droite ( EP massive, HTAP sévère, tamponade). Autres : Angor syncopal, dissection aortique.

49 Nouvelles indications de la stimulation cardiaque. CMO symptomatique sous traitement médical et avec persistance d un gradient intra ventriculaire gauche. PM DDD. CMD avec troubles conductifs intra-ventriculaire et symptomatique sous traitement médical maximal. PM DDD biventriculaire. Fibrillation auriculaire paroxystique récidivante sous traitement anti-arythmique et avec présence de troubles conductifs intra-auriculaire. PM DDD biatrial.

50 INDICATION DE STIMULATION DANS l INSUFFISANCE CARDIAQUE Patient éligible Patient en classe III ou IV NYHA malgré traitement optimal FEVG < 35 % QRS large > 130 ms en particulier BBG

51 ETUDE CARE HF Mortalité globale

52 PR long masqué et délai interventriculaire du BBG ECG de surface VD VG DIV PR long

53 Conséquences de l asynchronisme auriculo ventriculaire ( PR long) Diminution du temps de remplissage mitral Trouble de la fonction diastolique

54 Conséquences de l asynchronisme interventriculaire Allongement du temps de pré ejection aortique Allongement des temps de contraction et relaxation Isovolumétrique Apparition d un délai interventriculaire mécanique

55 Conséquences de l asynchronisme intraventriculaire gauche Cinétique septale paradoxale Retard d activation latérale et possible contraction post systolique Majoration de l IM et possible IM diastolique

56 Conséquences cliniques de l asynchronisme ventriculaire Mouvement anormal du septum interventriculaire Grines C, et al. (1989) Temps de remplissage diastolique diminué Grines, et al. (1989); Xiao, et al. (1991) Altération de la fonction du ventricule gauche (dp/dt réduite) Xiao H, et al Régurgitation mitrale Grines, et al. (1989); Xiao, et al. (1991) Une hémodynamique altérée

57 CONSEQUENCES DE LA RESYNCHRONISATION CARDIAQUE Mécanismes d action

58 Réduction de l asynchronisme électrique QRS = 200 ms basal QRS = 150 ms BiV

59 Temps de remplissage mitral après optimisation du DAV 330 msec 440 msec BASAL BiV

60 RC : diminution de la fuite mitrale

61 Mécanismes d action de la resynchronisation cardiaque Click to Start/Stop

62 Mise en place de la sonde VG

63 Stimulation triple chambre Sonde VG Sonde atriale Sonde VD

64 INDICATION DE STIMULATION DANS LES CARDIOMYOPATHIES OBSTRUCTIVES Patient éligible : Patient symptomatique malgré très médical maximal Persistance d un gradient intra VG au repos ou effort malgré traitement Bénéfice fonctionnel inconstant Pas d amélioration de la mortalité globale ou cardiovasculaire A distinguer des cardiopathies hypertensives avec gradient intra VG, du sujet âgés

65 Stimulation dans les CMO Principe Stimulation apicale du VD septum paradoxal diminution du gradient intra VG

66 BACK UP

67 Schéma de l'implantation d'un pacemaker double chambre avec sonde auriculaire et sonde ventriculaire. Représentation schématique d'un pacemaker avec sa source d'énergie, ses circuits électroniques et son système de connexion.

68 EVOLUTION DES MODES DE STIMULATION EN PRIMO-IMPLANTATION % 80% 60% 40% 20% SSIC SSIR VDD/R DDDC DDDR 0% CFSC - JJT - Tours 2004

69 MODES 2003 VDDC/R 5,4% SSIC 5,5% SSIR 18,3% remplacements VDDC/R 4,6% SSIC 5,3% DDDC 9,0% SSIR 27,2% DDDR 61,9% primoimplantations DDDR 55,5% DDDC 7,4% CFSC - JJT - Tours 2004

70 REGISTRE MULTISITE 2003 Nombre de centres Nombre de patients Centres < 5 patients / an Centres > 20 patients / an pour 105 patients 19 pour 550 patients CFSC - JJT - Tours 2004

71 REPARTITION PATIENTS MULTISITES 2003 % ,80% 82,30% ,20% 17,70% 0 71,4 ans 72,5 ans 74,8 ans 76,5 ans primo-implantations remplacements Ages médians CFSC - JJT - Tours 2004

72 MULTISITES PRIMO-IMPLANTATIONS & REMPLACEMENTS vs STATUT DU CENTRE Nb patients remplacements primos privé public CFSC - JJT - Tours 2004

73 Indications classiques de la stimulation cardiaque (1) Dysfonction sinusale ou pause sinusale symptomatique. Troubles conductifs auriculo-ventriculaires : BAV III paroxystique ou permanent. BAV II symptomatique, en particulier bloc infra-hissien. Hypersensibilité sino-carotidienne symptomatique. Syncopes vaso-vagales maligne avec bradycardie.

74 Indications classiques de la stimulation cardiaque (2) Maladie rythmique auriculaire. Fibrillation auriculaire vagale. Fibrillation auriculaire chronique lente symptomatique. Syndrome du QT long avec trouble du rythme ventriculaire.

75

76 Exemple de stimulation avec pacemaker double chambre asservi sur l'oreillette. La séquence auriculo-ventriculaire est rétabli par le pacemaker.

77 Stimulation double chambre

78

79 Nomenclature de la stimulation cardiaque

80 Mise en place de la sonde VG

81 Technique d Implantation Salle d électrophysiologie interventionnelle ou bloc Voie endocavitaire veineuse (céphalique, sous clavière, jugulaire) Anesthésie locale +/-neuro lept Boîtier pré-pectorale Durée 30 à 45 min

82 Modèles de DAI Mono-chambre VVI / VVIR Double chambre DDD / DDDR Bi-Ventriculaire Double DAI

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Propriétés s générales g du NAV Partie nodale du NAV Conduction lente (témoin de l intervalle PR). Conduction décrémentielle. Faisceau de His et ses branches

Plus en détail

ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014

ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 Généralités sur la stimulation cardiaque SOMMAIRE 2 Historique Rappel anatomique Stimulateur cardiaque Composants et structure Nomenclature Fonctionnement

Plus en détail

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences.

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Définition La Bradycardie est définie par une fréquence cardiaque inférieure à 60 battements / minute. La bradycardie est dite absolue si la fréquence cardiaque

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

Rythmologie interventionnelle (ARH 2009)

Rythmologie interventionnelle (ARH 2009) Chalon sur Saône: Cardiologie interventionnelle Coronarographie Angioplastie coronarienne Cardiologie interventionnelle pédiatrique Rythmologie interventionnelle (ARH 2009) Dr Christophe Girardot 15/01/2015

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PLAN 1/LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE Historique Principe Classification Indications Dysfonctions 2/ LES

Plus en détail

Troubles du rythme jonctionnel

Troubles du rythme jonctionnel Définition Troubles du rythme jonctionnel Nés au niveau du N.A.V.A.T. ou dans le tronc du HIS, avec : Ondes P rétrogrades, avant, pendant ou après le QRS des QRS normaux ou élargis Extrasystole jonctionnelle

Plus en détail

Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable

Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable Pr Julien Amour Université Pierre & Marie Curie Anesthésie-Réanimation CHU Pitié-Salpêtrière - Paris Pr Hervé Dupont Amiens

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011

LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011 LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011 INTRODUCTION Les stimulateurs cardiaques ou PM, ont pour fonction essentielle de prévenir les effets néfastes d une bradycardie, notamment lors de la survenue

Plus en détail

Les modes de stimulation bases de temps

Les modes de stimulation bases de temps Les modes de stimulation bases de temps Xavier Copie Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis Les modes de stimulation bases de temps «Toute la compréhension de l électrocardiographie des stimulateurs

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS Voies d abord veineuses CE QUE L ON NE POURRA PAS CHANGER: L ANATOMIE DU SINUS CORONAIRE l anatomie du sinus coronaire stimulation conventionnelle droite: types de sondes

Plus en détail

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Le 19 novembre 2011 David HUCHETTE, Service de cardiologie et Soins Intensifs du CH de LENS INTRODUCTION La télémétrie

Plus en détail

Anatomie Physiologie ECG. D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr. Anatomie Physiologie

Anatomie Physiologie ECG. D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr. Anatomie Physiologie Anatomie Physiologie ECG D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr Anatomie Physiologie Les relais mettent un petit peu de temps à se mettre en place POSSIBLES SYNCOPES

Plus en détail

Les anomalies de la conduction cardiaque. R. Grolleau (Montpellier)

Les anomalies de la conduction cardiaque. R. Grolleau (Montpellier) Les anomalies de la conduction cardiaque R. Grolleau (Montpellier) Le rythme cardiaque normal naît dans des cellules dites automatiques (spontanément dépolarisées) du noeud sinusal. Ces cellules sous l

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice L ELECTROCARDIOGRAMME Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice RECUEIL Dérivations périphériques ou frontales Dérivations précordiales (plan transversal) Quand un courant se dirige vers l endroit ou il est

Plus en détail

MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT. 3) Interrogatoire minutieux du patient et des témoins.

MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT. 3) Interrogatoire minutieux du patient et des témoins. MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS : 1) Définition d une syncope et d une lipothymie. 2) Différencier une syncope ou une lipothymie d un vertige, d une hypoglycémie,

Plus en détail

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...4 SPECIFIQUE :...4 I

Plus en détail

Troubles du rythme périopératoire

Troubles du rythme périopératoire Troubles du rythme périopératoire Ivan Philip Département d Anesthésie Institut Mutualiste Montsouris Troubles du rythme périopératoire Prise en charge préopératoire Survenue peropératoire Survenue postopératoire

Plus en détail

SYNCOPE PRISE EN CHARGE ACTUELLE QUI HOSPITALISER??

SYNCOPE PRISE EN CHARGE ACTUELLE QUI HOSPITALISER?? SYNCOPE PRISE EN CHARGE ACTUELLE QUI HOSPITALISER?? Dr Mathieu LEMERCIER OCTOBRE 2013 EPIDEMIOLOGIE LA SYNCOPE AFFECTE 3.5% POPULATION GENERALE RECIDIVE DANS 30% CAS 1 A 6% DES ADMISSIONS AUX URGENCES

Plus en détail

Journée d éducation thérapeutique des enfants implantés d un pacemaker (PM) et de leurs parents

Journée d éducation thérapeutique des enfants implantés d un pacemaker (PM) et de leurs parents Journée d éducation thérapeutique des enfants implantés d un pacemaker (PM) et de leurs parents OMS 1998 Programme de la journée Table ronde «cérébrale» Qualité de vie Consentement ETP «PM-DAI» Médecin

Plus en détail

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Définition Une arythmie est définie comme une anomalie de fréquence, une irrégularité de rythme ou

Plus en détail

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax.

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax. Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M,1940, 2 ans près son infarctus malaise lors d une marche, syncope et choc électrique Infarctus antérieur : FEVG 30% Coro:Recanalisation / l IVA ECG: sinusal QRS 0.10, inf.

Plus en détail

Troubles du rythme. Changer leur évolution. Arythmies Tachycardies Fibrillations Extrasystoles Bradycardies

Troubles du rythme. Changer leur évolution. Arythmies Tachycardies Fibrillations Extrasystoles Bradycardies Arythmies Tachycardies Fibrillations Extrasystoles Bradycardies Quelques repères comprendre éditorial Jean-Claude Daubert Quelques repères Le cœur au repos bat normalement entre 60 et 80 fois par minute,

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Troubles du rythme Pièges chez le sujet âgé

Troubles du rythme Pièges chez le sujet âgé Troubles du rythme Pièges chez le sujet âgé Dr Pierre Taboulet GH Saint-Louis-Lariboisière Urgences, Cardiologie 75010 Paris, France pierre.taboulet@sls.aphp.fr JNUC3 Deauville 5 décembre 2014 Conflit

Plus en détail

Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir

Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir C Decoene Pôle d anesthésie-réanimation CardioThoracique CHRU Lille Pôle de Cardiologie Pr Lablanche, Pr Kacet, Pr Rey Stimulateurs et autres

Plus en détail

CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA)

CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA) CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA) F. Hidden-Lucet Pitié-Salpétrière francoise.hidden-lucet@psl.aphp.fr Avril 2015

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

Comment interpréter un holter chez un patient porteur d un stimulateur cardiaque?

Comment interpréter un holter chez un patient porteur d un stimulateur cardiaque? Comment interpréter un holter chez un patient porteur d un stimulateur cardiaque? How to read a Holter in patients implanted with pacemaker? V. Algalarrondo* * Unité Inserm U 769, signalisation et physiopathologie

Plus en détail

Arythmies : la crainte du pilote? P Héno, service de Cardiologie et de Médecine Aéronautique, HIA Percy

Arythmies : la crainte du pilote? P Héno, service de Cardiologie et de Médecine Aéronautique, HIA Percy Arythmies : la crainte du pilote? P Héno, service de Cardiologie et de Médecine Aéronautique, HIA Percy Mise à jour février 2013 Les arythmies cardiaques: la crainte du pilote? Arythmie: impact sur la

Plus en détail

ECG en fonction de l Âge

ECG en fonction de l Âge Session ECG en fonction de l âge Guy Vaksmann Vendôme Cardio Clinique de la Louvière Lille Diapositive 1 ECG en fonction de l Âge Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence avril

Plus en détail

Eric Abergel. Hôpital Européen Georges Pompidou.

Eric Abergel. Hôpital Européen Georges Pompidou. Eric Abergel. Hôpital Européen Georges Pompidou. Désynchronisation ventriculaire: facteur d aggravation (causal?) de l insuffisance cardiaque Patients avec VG dilaté/dysfonction VG ont souvent des tr de

Plus en détail

Item 236 : Fibrillation atriale

Item 236 : Fibrillation atriale Item 236 : Fibrillation atriale Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Physiopathologie

Plus en détail

Anesthésie et Stimulateur Cardiaque

Anesthésie et Stimulateur Cardiaque Anesthésie et Stimulateur Cardiaque Diapo 1 : Après de nombreuses recherches menées sur des stimulateurs externes au début du XXème siècle, c est en 1951 que fut inventé le premier stimulateur cardiaque

Plus en détail

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE.

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. Marie-Claude LEMPEREUR de GUERNY Urgences/SMUR Poissy novembre 2011-avril 2012 APPEL EN SMUR POUR

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés (DECI) :

Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés (DECI) : 1 Les dispositifs électroniques cardiaques implantés : une «injection de rappel». Christian Bauer Hôpital de la Croix-Rousse HCL Lyon Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés

Plus en détail

Mécanismes physiopathologiques des troubles du rythme cardiaque. Dr Traullé 03 février 2010

Mécanismes physiopathologiques des troubles du rythme cardiaque. Dr Traullé 03 février 2010 Mécanismes physiopathologiques des troubles du rythme cardiaque Dr Traullé 03 février 2010 Plan 1. Rappel anatomique 2. Electrophysiologie cellulaire la cellule myocardique les propriétés des myocytes

Plus en détail

LIVRET DU PORTEUR DE STIMULATEUR CARDIAQUE

LIVRET DU PORTEUR DE STIMULATEUR CARDIAQUE LIVRET DU PORTEUR DE STIMULATEUR CARDIAQUE DEPARTEMENT DE RYTHMOLOGIE ET STIMULATION CARDIAQUE CLINIQUE DU PONT DE CHAUME ANATOMIE DU COEUR Oreillette droite Oreillette gauche «frontière électrique» Ventricule

Plus en détail

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de Fréquence 30-150-100-75-60-50-45-36-33-30... FC Normale : 50 à 100 bpm Bradycardie < 50 tachycardie > 100 Rythme régulier? Espace en 2 ondes R identiques (arythmie respiratoire normale). sinusal? Onde

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize **

Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize ** Fibrillation auriculaire 1 Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize ** * Service de Cardiologie, CHU Nord, 13015 Marseille Tél : 0491968682 Fax : 0491962162 E-mail : levy@aix.pacwan.net **

Plus en détail

Notions d ECG. Définition. Compétences à acquérir

Notions d ECG. Définition. Compétences à acquérir Notions d ECG 1 Compétences à acquérir Réaliser un ECG 12 dérivations Placer les électrodes d un monitoring Lire un ECG normal Reconnaître et d agir face aux troubles du rythme et de conduction les plus

Plus en détail

Séminaire des Urgences IRIS, 16 Avril 2002. Prise en charge des Troubles du Rythme aux Urgences SEMINAIRES IRIS

Séminaire des Urgences IRIS, 16 Avril 2002. Prise en charge des Troubles du Rythme aux Urgences SEMINAIRES IRIS Séminaire des Urgences IRIS, 16 Avril 2002 Prise en charge des Troubles du Rythme aux Urgences Lusadusu Daniel MD Mols Pierre MD PhD SUS CHU Saint Pierre, ULB Avertissement: cette présentation n est pas

Plus en détail

- Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse.

- Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse. Dr Le Loup CAS 1 - Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse. Elle présente une plaie du coude gauche hémorragique.

Plus en détail

Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy

Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy La défibrillation, la cardioversion Qu est ce qu il y a dans un DAI? Une source d'énergie : la (les) pile(s)

Plus en détail

03/02/2007 N 1 QUIZ ECG. Bernard DODINOT. Nancy DIU 2007. Bernard DODINOT DIU 2007 2007.0

03/02/2007 N 1 QUIZ ECG. Bernard DODINOT. Nancy DIU 2007. Bernard DODINOT DIU 2007 2007.0 N 1 QUIZ ECG Nancy N 2 Cadeau de Noël 2006 15 jours post-op Dysfonction sinusale «pure» Sorin Group Symphony DR sondes A bi et V uni «passives» N 3 Contrôle 15 jours post-op - AAIsafe R pour dysfonction

Plus en détail

Déclaration d intérêt obligatoire. je n ai aucune relation financière avec l industrie

Déclaration d intérêt obligatoire. je n ai aucune relation financière avec l industrie Déclaration d intérêt obligatoire je n ai aucune relation financière avec l industrie Comment utiliser un aimant aux urgences? Application à la stimulation cardiaque KérébelS. (1), KérébelD. (2), PauleP.

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

Rythmologie pédiatrique (I)

Rythmologie pédiatrique (I) Rythmologie pédiatrique (I) Particularités de l ECG pédiatrique Trouble du rythme supra-ventriculaire Syndrome de WPW Urgences rythmologiques Tachycardie ventriculaire de l enfant (hors trouble du rythme

Plus en détail

L électrocardiogramme (2)

L électrocardiogramme (2) L électrocardiogramme (2) UE CV, 9 octobre 2013 ECG normal Rythme sinusal Vitesse de déroulement: 25 mm/s Amplitude: 1 cm / 1 mv ECG - Analyse du rythme 1 ère étape: 3 critères fondamentaux 1- Fréquence:

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

Cardiomyopathie hypertrophique

Cardiomyopathie hypertrophique Titre du document (En-tête) LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiomyopathie hypertrophique Protocole national de diagnostic et de soins pour les maladies rares Août 2011 HAS/Nom

Plus en détail

LES STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES IMPLANTABLES

LES STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES IMPLANTABLES LES STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES IMPLANTABLES Charlotte Charroin (1), Emmanuelle Carré (2), Pr Chevalier (3) (1) interne en pharmacie, Hospices Civils de Lyon (2) pharmacienne, Hospices Civils

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Prise en charge des troubles du rythme Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Cas clinique Patient âgé de 65 ans Infarctus du myocarde ancien, FeVG = 30 % Traitement médical

Plus en détail

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service Dr ElBelghiti PH attaché coronarographiste Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service 2007 2008 2009 2010 2011 Coronarographies totales 315 982 1042 888 927 Angioplasties 87 (27,6%) 268 (27,3%) 252

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

Fibrillation auriculaire

Fibrillation auriculaire Primary 2003;3:695 699 Fibrillation auriculaire J. Sztajzel, H. Stalder Introduction La fibrillation auriculaire (FA) est une arythmie supraventriculaire fréquente avec une prévalence dans la population

Plus en détail

Les pathologies cardiaques

Les pathologies cardiaques Ce chapitre décrit très sommairement les différentes pathologies cardiaques susceptibles d être repérées en étudiant un enregistrement Holter. Le but, ici, n est pas d analyser précisément leurs origines,

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Actualisation avril 2012 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr. RILLIARD N. IDE Octobre 2010

Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr. RILLIARD N. IDE Octobre 2010 Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr RILLIARD N. IDE Octobre 2010 Physiopathologie Le cœur: Muscle creux qui, par sa contraction rythmique, assure la progression du sang à l intérieur

Plus en détail

Potentiel d action cardiaque

Potentiel d action cardiaque Potentiel d action cardiaque.2.4.6 sec Potentiel rapide - oreillette - faisceau de His -ventricule Potentiel lent - noeud sinusal - noeud a-v I Na I Ca-L I Ca-L I to I K1 I K I K1 I K If I Ca-T Arythmies:

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 Marie-Christine Delattre, Elodie Flahaut, Florence L Hostis Consultation de Rythmologie et Cardio A PrKacet Hôpital Cardiologique,

Plus en détail

fréquence - Stimulateur chambre ventriculaire Indications retenues : est normale Service Attendu (SA) : Comparateu retenu : Amélioration Nom de marque

fréquence - Stimulateur chambre ventriculaire Indications retenues : est normale Service Attendu (SA) : Comparateu retenu : Amélioration Nom de marque COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 01 juillet 2014 CONCLUSIONS ELUNA 8 SR-T, stimulateur cardiaque implantable simple s chambre

Plus en détail

Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012

Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012 Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012 Objectifs: 1. Décrire le système de conduction de base dans le coeur 2. Apprenez les bases de l'analyse bande

Plus en détail

Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013

Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013 Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013 Pacemaker (stimulateur cardiaque) Défibrillateur automatique interne Pacemaker (stimulateur

Plus en détail

Activité électrique cardiaque

Activité électrique cardiaque ECG ED 28/02/2011 Activité électrique cardiaque Onde P= dépolarisation auriculaire Intervalle PR =temps de conduction auriculo-ventriculaire QRS= dépolarisation ventriculaire Segment ST= repolarisation

Plus en détail

Les tachycardies supraventriculaires

Les tachycardies supraventriculaires Les tachycardies supraventriculaires Dr Thierry Verbeet CHU Brugmann 16 avril 2013 Séminaire Iris urgence Ia Généralités Monitoriser Ne pas paniquer, amener à l hôpital 02, trendelenbourg ECG 12 dérivations

Plus en détail

Bases de la cardiologie

Bases de la cardiologie Bases de la cardiologie Date de création du document : 2008-2009 Table des matières 1 Anatomie du coeur... 1 1. 1 Introduction... 1 1. 2 Anatomie externe...1 1. 3 Anatomie interne... 1 1. 3. 1 Circulation

Plus en détail

DIU de rythmologie et stimulation cardiaque. Titre : Défibrillateur automatique implantable : comment ça marche?

DIU de rythmologie et stimulation cardiaque. Titre : Défibrillateur automatique implantable : comment ça marche? DIU de rythmologie et stimulation cardiaque Titre : Défibrillateur automatique implantable : comment ça marche? Orateur : Nicolas SADOUL Le 26 janvier 2012 Un défibrillateur: d Comment ça marche? N Sadoul,,

Plus en détail

Prise en charge d une lipothymie ou syncope. Dr Raybaud Florence CHU Nice

Prise en charge d une lipothymie ou syncope. Dr Raybaud Florence CHU Nice Prise en charge d une lipothymie ou syncope Dr Raybaud Florence CHU Nice Définition Syncope : perte de connaissance complète, brutale et brève avec chute par suppression du tonus postural et récupération

Plus en détail

Organisation de la Consultation et du Suivi

Organisation de la Consultation et du Suivi Organisation de la Consultation et du Suivi DIU de Stimulation Cardiaque 2006-2007 Dr Franck HALIMI C.M.C. de Parly II, Le Chesnay Franck HALIMI Fréquence des visites de suivi 1 à 3 mois après l implantation

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Traitement non médicamenteux de l insuffisance cardiaque

Traitement non médicamenteux de l insuffisance cardiaque Traitement non médicamenteux de l insuffisance cardiaque C Decoene Praticien hospitalier CHRU LILLE Christophe.decoene@chru-lille.fr Introduction L insuffisance cardiaque est un syndrome clinique constitué

Plus en détail

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations)

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Vous voyez en consultation un patient de 71 ans en bon état général qui se plaint de dyspnée

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients FIBRILLATION AURICULAIRE Informations destinées aux patients INTRODUCTION Votre médecin a constaté que vous présentez une arythmie cardiaque appelée fibrillation auriculaire. Mais qu est-ce qu une arythmie

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES Onde ou Avec CVA P P R = ou Différent du de base Normale Rythme de base sinusal différent du de base Morphologie rsr moins élargi que le de l ESV Tachycardie

Plus en détail

RAPPEL PHYSIOLOGIQUE et MONITORAGE ECG Dassier P, HEGP 2006

RAPPEL PHYSIOLOGIQUE et MONITORAGE ECG Dassier P, HEGP 2006 RAPPEL PHYSIOLOGIQUE et MONITORAGE ECG Dassier P, HEGP 2006 LA GENESE DU SIGNAL ECG Le myocarde à comme particularité de présente une dépolarisation spontanée. Cette activité électrique va générer une

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Pertes de connaissance inexpliquées

Pertes de connaissance inexpliquées De quoi parle-t-on? Pertes de connaissance inexpliquées es DC1, 2007 / 2008 Module cardio-vasculaire Terminologie populaire Malaise vagal Malaise vaso-vagal Syncope (vaso-vagale) Hypotension orthostatique

Plus en détail

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs X. Harlé Bayonne Dr X.Harlé; Ile de la Réunion; Oct 2014 Télécardiologie Déjà une

Plus en détail

325 PALPITATIONS 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE, TISSU NODAL, GENESE DES ARYTHMIES

325 PALPITATIONS 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE, TISSU NODAL, GENESE DES ARYTHMIES 325 PALPITATIONS Objectifs : chez un sujet se plaignant de palpitations, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE

Plus en détail

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 ICM-01-01-2012-09 Connaître l'anatomie du système de conduction

Plus en détail

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle UEMPSfO - Physiologie Chapitre 4 : La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

TROUBLES DU RYTHME VENTRICULAIRE (Docteur J.C. KAHN)

TROUBLES DU RYTHME VENTRICULAIRE (Docteur J.C. KAHN) TROUBLES DU RYTHME VENTRICULAIRE (Docteur J.C. KAHN) Tous les troubles du rythme naissant au-dessous de la bifurcation du faisceau de His. Ils comprennent : les extra-systoles ventriculaires, les tachycardies

Plus en détail

Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion

Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion UE Dispositifs médicaux Lundi 16 Février 2015 Plan Contexte

Plus en détail

«Recommandations dans le traitement électrique de l Insuffisance cardiaque»

«Recommandations dans le traitement électrique de l Insuffisance cardiaque» «Recommandations dans le traitement électrique de l Insuffisance cardiaque» DR Renaud VIDAL Clinique Saint George - NICE Resynchronisation BIVentriculaire 1. Rappels physiopathologiques Resynchronization

Plus en détail

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence 16/05/2008 Dr Bernard Jadoul 1 Comment est le patient? Recherche de signes cliniques de gravité: Bas débit cardiaque (pâleur, sudations, extrémités froides,

Plus en détail

Electrocardiogramme : Indications et interprétation (309) Nicolas Amabile Octobre 2005 (mise à jour 2007-2008)

Electrocardiogramme : Indications et interprétation (309) Nicolas Amabile Octobre 2005 (mise à jour 2007-2008) Electrocardiogramme : Indications et interprétation (309) Nicolas Amabile Octobre 2005 (mise à jour 2007-2008) 1. L électrocardiogramme normal 1.1. Rappel d electrophysiologie cardiaque 1.1.1. Activité

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Ces exigences de formation s appliquent aux candidats qui commencent leur formation à partir du 1 er juillet 2012.

Ces exigences de formation s appliquent aux candidats qui commencent leur formation à partir du 1 er juillet 2012. Exigences en matière de formation de compétences du domaine de compétence ciblée (DCC) en électrophysiologie cardiaque de l adulte 2012 VERSION 1.0 Ces exigences de formation s appliquent aux candidats

Plus en détail

AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013

AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013 CONCLUSIONS CARELINK, système de télésurveillance

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme chez la personne âgée

Prise en charge des troubles du rythme chez la personne âgée Prise en charge des troubles du rythme chez la personne âgée Arrhythmias in the elderly S. Dinanian* Modifications physiopathologiques liées au vieillissement L allongement de l espérance de vie est un

Plus en détail

Voies Accessoires et Jonction Nodo-Hisienne

Voies Accessoires et Jonction Nodo-Hisienne Voies Accessoires et Jonction Nodo-Hisienne Jacques MANSOURATI CHU BREST Anderson et al, 1997 Rappel anatomique (1) NAV situé dans le triangle de Koch défini par la valve septale de la tricuspide en avant,

Plus en détail