ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL"

Transcription

1 ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL Docteur Wolff V., Docteur Bindila D., Unité Neuro-vasculaire, HUS En France, il y a nouveaux cas d accident vasculaire cérébral (AVC) par an. Avec décès, il s agit de la seconde cause de décès chez la femme et la troisième chez l homme. De plus l AVC est la première cause de handicap acquis non traumatique en France. Les AVC surviennent dans 75% des cas chez les personnes plus de 65 ans. I. DÉFINITION ET TYPES D AVC Selon OMS, l AVC est défini comme «le développement rapide de signes localisés ou globaux de dysfonction cérébrales avec des symptômes durant plus de 24 heures, pouvant conduire à la mort, sans autre cause apparente qu une origine vasculaire». Un AVC doit être suspecté en cas de déficit neurologique focal d apparition brutale. Il existe 2 types d AVC : les ischémies cérébrales ou infarctus cérébraux (IC) qui représentent 80% des cas sont liés à une occlusion artérielle et les hémorragies intracérébrales (HIC) qui représentent 20% des cas sont liées à la rupture d une artère intra-cérébrale. En raison de leur mécanisme particulier et de leur traitement spécifique, les hémorragies sous-arachnoïdiennes (ou hémorragie méningée) ne sont pas classées dans les AVC. Moins de 1% des AVC sont d origine veineuse en rapport avec une thrombose d un ou plusieurs sinus duraux et/ou de veines cérébrales. A. Infarctus cérébraux constitués La circulation cérébrale est assurée par le polygone de Willis et la clinique diffère en fonction du territoire artériel affecté.

2 On distingue les : IC territoriaux de la circulation antérieure dans un territoire carotidien ou de la circulation postérieure dans un territoire vertébro-basilaire petits infarctus profonds ou infarctus lacunaires infarctus jonctionnels aux confins de deux territoires artériels B. Accident ischémique transitoire L accident ischémique transitoire (AIT) est «un épisode bref de dysfonction neurologique dû à une ischémique focale cérébrale ou rétinienne dont les symptômes clinique durent typiquement moins d une heure sans preuve d infarctus aigu» (ANAES 2004). Cette définition signifie que l IRM cérébrale en séquence de Diffusion sera normale (cette séquence permet d objectiver un IC à la phase précoce dès les premières minutes de sa constitution). En cas d anomalie sur l IRM cérébrale malgré un déficit neurologique régressif on parle d IC régressif. Le diagnostic d AIT est un diagnostic d interrogatoire puisque le plus souvent le patient est asymptomatique au moment de sa consultation. Il s agit d un diagnostic rétrospectif. Comme cela est précisé dans les recommandations de la HAS en 2009, l AIT est une urgence absolue puisque le risque de récidive en l absence de traitement est important dans les 48 premières heures. Il convient d hospitaliser un patient suspect d AIT afin de réaliser une imagerie cérébrale, d instaurer un traitement préventif par aspirine puis en rechercher sa cause. Il s agit d un diagnostic difficile avec de nombreux diagnostics différentiels (tableau 1).

3 Tableau 1 :Diagnostics différentiels d AIT C. Hémorragie cérébrale Tout comme lors d un IC, la symptomatologie dépend de la localisation de l HIC. Il n existe aucun éléments clinique permettant de distinguer une HIC d un IC ce qui implique une réalisation systématique d une imagerie cérébrale devant tout déficit neurologique focal afin de déterminer l origine ischémique ou hémorragique du déficit voir un diagnostic différentiel. II. ÉTIOLOGIES DES AVC A. IC Les causes les plus fréquentes sont l athérome (30% des cas), les cardiopathies emboligènes (20% des cas) et la maladie des petites artères (20% des cas). a) L athérome qui touche l intima des vaisseaux de gros et moyens calibres peut se compliquer d IC par différents mécanismes : thromboembolique par fragmentation d un thrombus sur plaque et occlusion d une artère distale ; thrombotique par occlusion artérielle au contact de la plaque ; hémodynamique par chute de la perfusion cérébrale sans occlusion à l occasion d un effondrement de la pression artérielle. Les facteurs de risque d athérome sont l HTA, le tabac, le diabète, l hypercholestérolémie, l âge, le sexe masculin, la surconsommation d alcool, le surpoids, la sédentarité.

4 b) Les cardiopathies emboligènes : il existe des cardiopathies à risque embolique élevé et à risque modéré ou mal déterminé (Tableau 2). Retenons que la fibrillation auriculaire est la principale cardiopathie emboligène ce qui implique de la traquer devant un AIT ou un IC. Tableau 2 : Cardiopathies emboligènes c) La lipohyalinose ou maladie des petites artères est favorisée par l hypertension artérielle. Les conséquences sont des IC de petite taille (moins de 10 ou 15 mm de diamètre selon les définitions) d) Il existe des causes rares d IC dans 10% des cas comme le CADASIL, l artérite primitive du système nerveux central, les hémopathies, une coagulation intravasculaire disséminée, un syndrome des anticorps anti-phospholipides e) Dans 25% des cas, aucune cause n est retrouvée même lorsque le bilan étiologique est extensif. Cas particulier du sujet jeune : les causes et les facteurs de risque d IC du sujet jeune sont différents de celui du sujet âgé. La dissection des artères cervicales représente la première cause d IC du sujet jeune (25% des IC des sujets de moins de 45 ans). Les dissections résultent du clivage de la paroi artérielle par un hématome. La pathogénie des dissections est mal connue. La dissection peut être favorisée par des facteurs précipitants aigus, les mieux identifiés étant les traumatismes cranio-cervicaux et les infections ORL, mais aussi par des facteurs de risque systémiques chroniques survenant chez des sujets ayant une anomalie préexistante de la paroi artérielle impliquant la matrice extracellulaire. En cas de

5 suspicion de dissection des artères cervicales il convient de confirmer le diagnostic en visualisant l hématome de paroi que ce soit en échographie-doppler, IRM cervicale avec coupes spécifiques (voir exemple ci-dessous) ou angioscanner cervical. Le traitement repose sur les anticoagulants en cas de dissection extracrânienne ou sur l aspirine. Les thromboses veineuses cérébrales sont une cause rare d AVC. Elles ont un meilleur pronostic que les IC. Le diagnostic repose actuellement sur la visualisation du sinus ou de la veine thrombosé. L IRM cérébrale avec angio-irm en séquences veineuses est actuellement le gold standard pour faire le diagnostic mais le scanner cérébral avec angioscanner veineux peut également être utile. Le traitement doit être débuté le plus rapidement possible afin d éviter les séquelles définitives liées à l extension de la thrombose et la survenue d infarctus veineux ou d HIC. Ce traitement est fondé en premier intention sur héparine avec un relai précoce par AVK. B. HIC L HTA est au premier plan dans 50% des cas avec rupture des artérioles perforantes due à l HTA chronique. Les autres étiologies peuvent être la rupture d une malformation vasculaire (artério-veineuse/cavernome), des troubles de l hémostase : congénitale (hémophilie) ou acquise (anticoagulant, alcoolisme chronique), une angiopathie amyloïde, une thrombophlébite cérébrale. III. PRISE EN CHARGE DES AVC À LA PHASE AIGUË Un AVC récent est une urgence absolue comme cela est précisé dans les recommandations de la HAS en Il existe des traitements d autant plus efficaces qu ils sont donnés tôt comme la thrombolyse des IC. L hospitalisation en unité neuro-vasculaire a démontré son efficacité dans la prise en charge des

6 AVC en terme de pronostic. Tout retard diagnostic et thérapeutique peut conduire à des séquelles importantes voir au décès. En cas de suspicion d AVC récent, il convient d appeler le SAMU centre 15. En cas d appel direct du médecin traitant, il est recommandé que le médecin appelle le 15 pour une conférence à 3 plutôt que d adresser le patient directement vers l hôpital ou les urgences. Cette procédure permet d orienter le patient vers une filière organisée de la phase pré-hospitalière jusqu à la phase hospitalière avec des soignants et des médecins formés à la prise en charge en urgence des patients suspects d AVC. Tableau 3. Recommandations de la HAS 2009 concernant la conduite à tenir en cas d appel direct du médecin traitant : Le caractère urgent de la prise en charge est justifié par la présence de traitement par thrombolyse des IC qui doit être administré le plus tôt possible après l instauration des symptômes et dans un délai maximum de 4H30. A. Imagerie cérébrale L IRM cérébrale est l examen de référence lors d une suspicion d AVC récent. En cas d IC, l IRM permet de voir l ischémie très précocement. La séquence de Diffusion permet de mettre en évidence l IC en hypersignal (figure 2A), l angio-rm en séquence TOF (ou en temps de vol) permet de voir s il existe une occlusion artérielle (figure 2D), la séquence T2* (ou écho de gradient) permet d éliminer une hémorragie en hyposignal et dans certains cas de voir le caillot en hyposignal (figure 2C). La séquence FLAIR permet de voir si l IC est déjà constitué ou non et de voir la circulation collatérale (figure 2B). La décision de thrombolyse visant à recanaliser l artère occluse sera prise sur les données de l imagerie cérébrale (1.1) après avoir éliminé les contre-indications du rt-pa.

7 L IRM cérébrale réalisée 1 heure après le début des symptômes montre un IC récent sylvien profond gauche sur la séquence de Diffusion (A) non visible en FLAIR lié à une occlusion de l artère cérébrale moyenne gauche proximale à gauche (D). Une thrombectomie est rélisée car la patiente était sous anticoagulant à dose efficace contre-indiquant la thrombolyse IV. IRM cérébrale de contrôle post-thrombectomie à H24 : reperméabilisation de l artère cérébrale moyenne gauche (D). Récupération totale du point de vue neurologique. En cas de non-accessibilité de l IRM cérébrale un scanner peut être réalisé. Le scanner cérébral peut différentier l ischémie d une hémorragie MAIS il peut être normal dans les premières heures de l ischémie, si la lésion est de petite taille ou si l infarctus touche la fosse postérieure. En cas de suspicion d AVC le scanner cérébral peut être réalisé mais avec un angioscanner cérébral à la recherche d une occlusion artérielle responsable de l IC ou d une malformation vasculaire responsable de l hémorragie. En cas d hémorragie cérébrale le scanner cérébral sans injection permet de la visualiser très précocement.

8 B. Bilan étiologique Lors d un IC ou d un AIT il convient de rechercher la cause avec réalisation d une prise de sang à la recherche d un diabète ou d une dyslipémie, d une exploration des vaisseaux cervico-encéphaliques, un bilan cardiaque (ECG, échographies cardiaques trans-thoracique systémique et trans-oesophagienne au cas par cas, holter ECG et tensionnel). D autres examens seront plus rarement réalisés comme des recherches génétiques, un bilan immunitaire, une ponction lombaire, une artériographie en fonction du contexte. C. Prise en charge thérapeutique 1. Mesures générales alitement systématique à la phase aiguë en attendant l exploration des vaisseaux du cou et des artères cérébrales (par échodoppler et doppler transcranien ou angioscanner ou angio-irm)

9 surveillance rapprochée : neurologique, recherche de troubles de la déglutition (et dans ce cas pose de sonde naso-gastique), surveillance de la pression artérielle qui est à respecter à la phase aigüe de l AVC (traitement si TA >220/120 mm Hg pour un IC non thrombolysé et >185/110 mm Hg si HIC ou si IC thrombolysé), recherche de troubles du rythme cardiaque dont la fibrillation auriculaire, surveillance de la température (car l hyperthermie est neurotoxique), surveillance saturation oxygène (car l hypoxie est neurotoxique, traiter l hypoxémie), surveillance de la glycémie et traitement des hyper/hypoglycémies. 2. Thrombolyse La thrombolyse par rt-pa (ACTILYSE ) par voie intraveineuse est indiquée dans un délai de moins de 4H30 après l installation des symptômes. La décision de thrombolyse doit être prise par un médecin spécialisé en pathologie neurovasculaire ou un médecin titulaire du DIU neuro-vasculaire après évaluation des contreindications. L indication de thrombolyse des IC repose sur un concept qui est celui de préserver la zone de pénombre qui correspond à la zone cérébrale en souffrance qui n est pas encore nécrosée. Or, le tissu cérébral est sensible à l hypoxie ce qui implique une nécessité absolue de recanaliser l artère en cause le plus vite possible dès la constitution du déficit. Cette contrainte de temps («Time is brain»), impose de limiter des délais à chaque niveau de la prise en charge que ce soit en pré-hospitalier ou en intra-hospitalier. La première étape passe par l information du grand public sur les signes et symptômes d AVC (faiblesse d un hémicorps, difficultés d élocution, ou troubles visuels d apparition brutale) et sur la conduite à tenir qui consiste à composer le 15. Actuellement en France moins de 10% des IC ont accès au traitement par thrombolyse car les délais sont encore trop longs. Les nouvelles techniques de recanalisation par neuroradiologie interventionnelle consistant à capter le caillot par voie endovasculaire représentent une des perspectives d avenir dans la prise en charge des IC. 3. Traitement anti thrombotique L Aspirine mg/jour (ou le Clopidogrel 75 mg/j si contre-indications à l Aspirine) est indiquée dès le diagnostic d IC ou d AIT confirmé ou 24h après la thrombolyse pour prévenir une récidive précoce d IC. Le traitement par héparine non-fractionnée ou par HBPM à dose efficace n est pas un traitement de première intention à la phase aiguë de l IC mais peut être discuté au cas par cas dans des situations particulières (cardiopathie emboligène, dissection extra-crânienne par exemple en respectant les contre-indications). En cas d alitement ou de déficit

10 moteur d un membre inférieur : indication d un traitement par HBPM à dose préventive (même en cas d HIC) pour éviter les thromboses veineuses périphériques. Après la phase aiguë (au-delà de 48 heures), si l IC est d origine athéromateuse : Aspirine mg/jour ou Clopidogrel 75 mg/jour. Si l origine est cardio-embolique : les AVK sont la référence et les nouveaux anticoagulants oraux l alternative en cas de fibrillation atriale non-valvulaire. 4. Corrections des facteurs de risque cardio-vasculaires (recommandations HAS, juillet 2014) Après la phase aiguë l objectif tensionnel post-avc est une PA <140/90 (privilégier les diurétiques thiazidiques, les IEC et les inhibiteurs calciques). Un hypolipémiant sera donné en cas d IC non cardio-embolique avec un objectif de LDL<1g/l (privilégier les statines). Concernant le diabète l objectif est une HbA1c à 8% si diabète de type II et à 7% en cas de diabète de type I. Le sevrage du tabac et de l alcool sont préconisés tout comme la réduction pondérale si nécessaire.

L accident Vasculaire Cérébral «AVC»

L accident Vasculaire Cérébral «AVC» L accident Vasculaire Cérébral «AVC» Conception-Rédaction : Dr Ludovic MORIN, service de neurologie, C. H. Sainte Anne - 75 674 Paris Relecture : Pr Jean-Louis MAS, Dr Catherine LAMY, Dr Valérie DOMIGO,

Plus en détail

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie?

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? C Rodriguez-Régent¹, C Oppenheim¹, M Tisserand¹, D Calvet², AD Devauchelle¹, X Leclerc³, E Touzé², JP Pruvo³, JF Méder¹. ¹ Service de neuroradiologie,

Plus en détail

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe?

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe? Dossier 1 Il est 10 h 00 du matin. Une patiente de 42 ans, droitière, vient aux urgences de votre hôpital pour une hémiparésie gauche apparue brutalement. Elle n a pas d antécédent particulier. Depuis

Plus en détail

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consulta"on médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consultaon médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre Eléments à vérifier avant inclusion du patient dans l étude : Age 75 ans Fibrillation auriculaire (code CIM 10 : I 48) en diagnostic principal OU associé) Critère d exclusion : Patients en FA avec valve

Plus en détail

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Préparé par le Groupe de travail sur l information et l évaluation Juin 2010 Tableau 1 : Ensemble d indicateurs

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

Une imagerie cérébrale en urgence est indispensable devant une suspicion

Une imagerie cérébrale en urgence est indispensable devant une suspicion REVUES GENERALES Neurologie D. CALVET 1, C. OPPENHEIM 2, J.L. MAS 1 1 Service de Neurologie, 2 Service de Neuroradiologie, Hôpital Sainte-Anne, PARIS. Infarctus cérébral et AIT: scanner ou IRM en première

Plus en détail

Annexe 12. Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents vasculaires cérébraux (Groupe codage du COTRIM Ile de France, juin 2006)

Annexe 12. Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents vasculaires cérébraux (Groupe codage du COTRIM Ile de France, juin 2006) Annexe 12 Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents vasculaires cérébraux (Groupe codage du COTRIM Ile de France, juin 2006) A91 Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents

Plus en détail

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires?

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Pr Christian Spaulding duction 2ics ite. Département de cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011 Recommandations formalisées d experts Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire Actualisation 2011 NOM DE LA PRESENTATION 1 Facteurs de risque de MTEV Les recommandations concernant

Plus en détail

IMAGERIE DE L ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AIGU

IMAGERIE DE L ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AIGU IMAGERIE DE L ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AIGU JUIN 2002 SERVICE EVALUATION DES TECHNOLOGIES JUIN 2002 Imagerie de l accident vasculaire cérébral aigu AVANT-PROPOS La médecine connaît un développement

Plus en détail

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Référentiel : A. Définition L artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) est définie comme l obstruction

Plus en détail

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation GIT octobre 2011 Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation Dr Thomas Loeb SAMU des Hauts de Seine 92 380 Garches Douleurs thoraciques Rappel Région richement innervée Douleurs thoraciques Rappel Région

Plus en détail

LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX

LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX Dr F. ROUHART Service de Neurologie (CHU de BREST) Lundis de la santé : 30 mai 2005 Définitions Epidémiologie Rappels anatomiques Sémiologie Diagnostic différentiel

Plus en détail

SCOR inform - Décembre 2014. AVanCez avec l AVC

SCOR inform - Décembre 2014. AVanCez avec l AVC SCOR inform - Décembre 2014 AVanCez avec l AVC AVanCez avec l AVC Auteurs Dr James Kadouch Médecin-conseil Delphine Labojka Responsable d équipe en Sélection des Risques SCOR Global Life Éditeur Paolo

Plus en détail

HTA et diabète en cours de grossesse

HTA et diabète en cours de grossesse cardiologie-pratique.com http://www.cardiologie-pratique.com/journal/article/0013642-hta-et-diabete-en-cours-de-grossesse HTA et diabète en cours de grossesse F. LANSE, S. BRUN, H. MADAR, A. NITHART, M.-A.

Plus en détail

Pertes de connaissance inexpliquées

Pertes de connaissance inexpliquées De quoi parle-t-on? Pertes de connaissance inexpliquées es DC1, 2007 / 2008 Module cardio-vasculaire Terminologie populaire Malaise vagal Malaise vaso-vagal Syncope (vaso-vagale) Hypotension orthostatique

Plus en détail

Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC)

Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) Introduction/préalables Diagnostiquer un AVC Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge Argumenter l attitude thérapeutique et planifier

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

Prévention du risque d ischémie médullaire

Prévention du risque d ischémie médullaire Prévention du risque d ischémie médullaire Philippe Piquet, Jean-Michel Bartoli Services de Chirurgie Vasculaire et d imagerie médicale Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR L

Plus en détail

E09 - Thrombolytiques

E09 - Thrombolytiques E09-1 E09 - Thrombolytiques 1. Objecti f s e t mécanisme d action Les traitements thrombolytiques sont administrés pour dissoudre rapidement un thrombus occlusif artériel ou veineux. Ils agissent en activant

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Référentiels en Médecine d urgence

Référentiels en Médecine d urgence REPUBLQIUE TUNSIENNE Ministère de la Santé Publique Direction Générale de la Santé Unité de la Médecine d Urgence Stratégie Nationale de Développement des Urgences PRISE EN CHARGE DE L ACCIDENT VASCULAIRE

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE *

FIBRILLATION AURICULAIRE * FIBRILLATION AURICULAIRE * ET AVC La fibrillation auriculaire provoque UN AVC TOUTES LES 0 MINUTES 1 *ou atriale stopavc I PRENEZ VOTRE FA À CŒUR I Qu est-ce que la fibrillation auriculaire ou FA? Pourquoi

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L AVC

PRISE EN CHARGE DE L AVC PRISE EN CHARGE DE L AVC Projet de soins en équipe pluridisciplinaire Mme NEISIUS I.D.E. Neurovasculaire - CHU NICE Octobre 2007 Démarche de soins dans l AVC Généralités sur l Accident Vasculaire Cérébral

Plus en détail

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien.

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien. REPUBLIQUE FRANÇAISE Avril 2009 Questions / Réponses Traitement anticoagulant oral par anti-vitamine k (AVK) Vous recevez un traitement anticoagulant oral par antivitamine K. Ce traitement vous est indispensable

Plus en détail

Traitement endovasculaire des anévrismes intracrâniens

Traitement endovasculaire des anévrismes intracrâniens Traitement endovasculaire des anévrismes intracrâniens R Anxionnat, AL Derelle, S Bracard Service de Neuroradiologie diagnostique et thérapeutique CHU de Nancy Anévrismes artériels intracrâniens Dilatation

Plus en détail

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne CardioRanceance Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne PROTOCOLE RESEAU : CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECOUVERTE D UNE FIBRILLATION ATRIALE RECENTE Auteurs : Dr Hamonic,

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Les AVC du sujet âgé. Le 12 octobre 2006 Dr V Golfier, Neurologue Hôpital de Saint Brieuc

Les AVC du sujet âgé. Le 12 octobre 2006 Dr V Golfier, Neurologue Hôpital de Saint Brieuc Les AVC du sujet âgé Le 12 octobre 2006 Dr V Golfier, Neurologue Hôpital de Saint Brieuc Introduction AVC = problème majeur de santé publique 1ère cause de handicap physique chez l adulte 2ème cause de

Plus en détail

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Zaghouani.H, Braham.R Service d imagerie médicale CHU Fattouma Bourguiba Monastir-Tunisie Pr. Hulusi Behçet en 1937 INTRODUCTION *La myélite

Plus en détail

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES HTA ET MALADIES CARDIOVASCULAIRES

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES HTA ET MALADIES CARDIOVASCULAIRES L hypertension artérielle (HTA) est une élévation anormale de la pression artérielle au repos. Son origine est multifactorielle, faisant intervenir des facteurs individuels et des facteurs d environnement.

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Les indicateurs de pratique clinique : mode d emploi Etats généraux de l AVC 21 octobre 2010

Les indicateurs de pratique clinique : mode d emploi Etats généraux de l AVC 21 octobre 2010 Les indicateurs de pratique clinique : mode d emploi Etats généraux de l AVC 21 octobre 2010 Marie Erbault Yann L Hermitte Haute Autorité de Santé Direction de l amélioration de la qualité et de la sécurité

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Recommandations pour la. artérielle

Recommandations pour la. artérielle Recommandations pour la artérielle Marion Gilbert Shazima Vally (HAS 2005) Prise en charge diagnostique Pourquoi mesurer la TA? Augmentation du risque de morbimortalité cardiovasculaire lié à l'élévation

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

Docteur Saïda CHERGUI polyclinique de Rillieux

Docteur Saïda CHERGUI polyclinique de Rillieux Docteur Saïda CHERGUI polyclinique de Rillieux AVC : définitions? AVC = installation soudaine ou rapide d un déficit neurologique focal d origine vasculaire présumée (international) AVC = développement

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux *

Les accidents vasculaires cérébraux * D r Bertrand Brugerolle Médecin-chef, Institut régional de réadaptation de Nancy, Centre de réadaptation et de préorientation de Gondreville. Les accidents vasculaires cérébraux * Les accidents vasculaires

Plus en détail

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS Smmaire CHAPITRE 1 Bilgie et physilgie cardivasculaire et de l hémstase, par J.-J. Mercadier BASES DE LA CARDIOLOGIE MOLÉCULAIRE APPROCHES GÉNÉTIQUES DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME

Plus en détail

www.urgencemonastir.com Cas clinique

www.urgencemonastir.com Cas clinique Cas clinique Une femme de 56 ans s est présentée au SAU pour des céphalées intenses d installation brutale évoluant depuis 10 jours. Elle s est réveillée avec une douleur vive à l'arrière de son cou se

Plus en détail

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural.

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural. Embolie pulmonaire Dg positif Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural Signes cardiaques droits: Signes de gravité - Dilatation de l artère pulmonaire - Dilatation

Plus en détail

EVALUATION NORMATIVE S3

EVALUATION NORMATIVE S3 Date: dimanche 10 novembre 2013 Benjamin Beaugé PROCESSUS OBSTRUCTIF 2.8 EVALUATION NORMATIVE S3 Question 1: Expliquer le mécanisme physiopathologique de l embolie pulmonaire. /1 Question 2: Expliquer

Plus en détail

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus...

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... Sommaire Préface... V avant-propos... VII Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... X XI Programme de cardiologie... XII Liste des abréviations autorisées... XIV

Plus en détail

Guide pratique des urgences neurovasculaires

Guide pratique des urgences neurovasculaires Guide pratique des urgences neurovasculaires Springer Paris Berlin Heidelberg New York Hong Kong Londres Milan Tokyo Guillaume Saliou Marie Théaudin Claire Join-Lambert Vincent Raphaëlle Souillard-Scemama

Plus en détail

LES AVC AU CAMEROUN : «PREVENIR VAUT MIEUX QUE GUERIR» Écrit par www.camer.be Lundi, 21 Avril 2014 21:34

LES AVC AU CAMEROUN : «PREVENIR VAUT MIEUX QUE GUERIR» Écrit par www.camer.be Lundi, 21 Avril 2014 21:34 Il y a moins de 20 ans, les AVC étaient quasiment inconnus du grand public au Cameroun. Aujourd'hui, les AVC sont devenus un véritable problème de Santé Publique car tuent plus que les Accidents de la

Plus en détail

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Nous vivons dans des sociétés vieillissantes Les démences un réel problème de santé mondial. le

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

Aspects de Neuro-réanimation. Cours IDE PANACEA

Aspects de Neuro-réanimation. Cours IDE PANACEA Aspects de Neuro-réanimation. Cours IDE PANACEA Les comas non-traumatiques De causes multiples, il convient pour aborder avec rigueur le patient présentant des troubles de conscience et mettre en place

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique La douleur thoracique Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique Vendredi 28 Octobre 2011 Cause fréquente de consultation et de recours aux services de soins

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste Juin 2012 PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE DE LA DMLA EXSUDATIVE

Plus en détail

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal Neurologie.com 2009 ; 1 (8) : 1-5 Docteur qu est-ce que? Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal.... Jean Chazal Service de neurochirurgie A, CHU de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne

Plus en détail

Syndrome d Ehlers-Danlos Vasculaire

Syndrome d Ehlers-Danlos Vasculaire Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency Healthcare Card Syndrome d Ehlers-Danlos Vasculaire (Vascular Ehlers-Danlos Syndrome)

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

Cas-cliniques céphalées

Cas-cliniques céphalées Cas-cliniques céphalées Cas N 1 Un homme de 48 ans sans antécédent, présente brutalement lors d un éternuement, une céphalée diffuse et d emblée très intense, suivie de vomissements Vous le voyez 1 heure

Plus en détail

Item 236 : Fibrillation atriale

Item 236 : Fibrillation atriale Item 236 : Fibrillation atriale Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Physiopathologie

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Hypertension artérielle (item 130)

Hypertension artérielle (item 130) Cardiologie 17 Référence Hypertension artérielle (item 130) Recommandations de la Société Européenne d Hypertension Artérielle et de la Société Européenne de Cardiologie (2007). Contexte La morbi-mortalité

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux -

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux - RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects médicaux - Synthèse des recommandations SEPTEMBRE 2002 Service

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

N 131 : ARTERIOPATHIE OBLITERANTE DE L'AORTE ET DES MEMBRES INFERIEURS

N 131 : ARTERIOPATHIE OBLITERANTE DE L'AORTE ET DES MEMBRES INFERIEURS N 131 : ARTERIOPATHIE OBLITERANTE DE L'AORTE ET DES MEMBRES INFERIEURS 131A : Diagnostiquer une AOMI L AOMI est l atteinte par l athérosclérose de la paroi des artères vascularisant les membres inférieurs,

Plus en détail

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE DE L ADULTE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN 2009 COMITE DE REDACTION René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET COMITE DE RELECTURE Didier MYHIE Hervé

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

Les fistules artério-veineuse pour dialyse

Les fistules artério-veineuse pour dialyse Tél : 021 314.53.56 Document d information patient Les fistules artério-veineuse pour dialyse Madame, Monsieur Vous allez bénéficier prochainement d une intervention dans le domaine de la chirurgie vasculaire.

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

LA NEUROPATHIE DIABETIQUE

LA NEUROPATHIE DIABETIQUE LA NEUROPATHIE DIABETIQUE Cas de M. L. 64 ans, hospitalisé pour un diabète II déséquilibré Cohen Rebecca ATCD: Familiaux : aucun. Personnels: abcès de la marge anale en 1991. SAS appareillé Mode de vie:

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Juillet 2012 n 8 CORRECTION

Juillet 2012 n 8 CORRECTION DOSSIER DU MOIS Juillet 2012 n 8 CORRECTION ANNEE 2011/2012 CORRECTION DU DOSSIER DU MOIS DE JUILLET 2012 Question 1: (11 points) Maladie de Horton (3) Maladie potentiellement grave (1) Clinique : terrain,

Plus en détail

HYPERTENSION ARTÉRIELLE. École de sages-femmes - 2 ère année Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66

HYPERTENSION ARTÉRIELLE. École de sages-femmes - 2 ère année Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 HYPERTENSION ARTÉRIELLE École de sages-femmes - 2 ère année Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 I. PRESSION ARTERIELLE (PA) : RAPPELS 1. Définition La pression artérielle est la pression de

Plus en détail

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la et complète plusieurs documents sur ce thème produits

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

Cause psycho-sociale? sociale?

Cause psycho-sociale? sociale? EXAMEN CLINIQUE DU RACHIS CERVICAL R. Dupuy Introduction Cervicalgie : motif fréquent de consultation Dissociation radio-clinique fréquente Organe difficile à examiner car mobile, avec vertèbres de petite

Plus en détail

Quels examens minimaux de première intention réalisez-vous en urgence?

Quels examens minimaux de première intention réalisez-vous en urgence? Questions Dossier 1 : cas clinique Un homme de 76 ans est amené par les pompiers aux urgences de l hôpital pour malaise sur la voie publique. Il était en train de se promener à vélo lorsqu il a soudain

Plus en détail

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Qu est que c est? pourquoi? Évolution possible et risque? Ulcération chronique de la face plantaire des pieds - Apparait aux points d appuis

Plus en détail

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite...

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une grosse jambe rouge

Plus en détail

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE MINEUR MINEUR Césarienne sans facteur de risque ou 1 facteur mineur Age >35 ans ; Obésité (IMC > 30 ou poids > 80kg)

Plus en détail

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI.

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI. Diagnostic des hypersignaux de la substance blanche Publié le 14 Fév 2011 P. LABAUGE, Service de Neurologie, CHU de Nîmes La mise en évidence d hypersignaux de la substance blanche est très fréquente en

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 novembre 2011. Motif de la demande : Inscription Sécurité Sociale et Collectivités.

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 novembre 2011. Motif de la demande : Inscription Sécurité Sociale et Collectivités. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 2 novembre 2011 GINKGO BIOGARAN 40 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP: 498 213-5) Boîte de 90 (CIP: 498 214-1) Laboratoire BIOGARAN Ginkgo biloba Code ATC : N06DX01

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Syndromes de Marfan et apparentés

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Syndromes de Marfan et apparentés LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Syndromes de Marfan et apparentés Juin 2008 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service communication 2,

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

Glomérulonéphrites CIM 10: N08 Code ANAM : L101

Glomérulonéphrites CIM 10: N08 Code ANAM : L101 ΔϴΑήϐϤϟΔϜϠϤϤϟ ΔΤμϟΓέίϭ RRooyyaauumee dduu Maarroocc Mi iinni iisst tèèrree ddee llaa l SSaannt téé Recommandations de Bonnes Pratiques Médicales Affection Longue Durée ALD 25 (Selon l Arrêté Ministériel)

Plus en détail

Pas de conflit d intérêt

Pas de conflit d intérêt Pas de conflit d intérêt Actualités dans la prévention secondaire de l AVC Dr S Debiais, Dr I Bonnaud, Dr D Saudeau Service de Neurologie, CHRU de Tours FMC septembre 2008 AVC : Pourquoi les prévenir?

Plus en détail

Enseignement de Cardiologie POLYCOPIE

Enseignement de Cardiologie POLYCOPIE Collège National des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Enseignement de Cardiologie POLYCOPIE Sommaire Hémodynamique, maladie coronaire, athéromatose Item 128 - Athérome, épidémiologie

Plus en détail

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations)

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux AVC Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications Thérapeutique

Plus en détail

Néphropathies Vasculaires (134) Professeur Philippe ZAOUI, Docteur Bénédicte JANBON, Docteur Frédéric THONY Mai 2003

Néphropathies Vasculaires (134) Professeur Philippe ZAOUI, Docteur Bénédicte JANBON, Docteur Frédéric THONY Mai 2003 Néphropathies Vasculaires (134) Professeur Philippe ZAOUI, Docteur Bénédicte JANBON, Docteur Frédéric THONY Mai 2003 Pré-Requis : Module Appareil Urinaire DCEM1 Résumé : Les reins, régulateurs de l homéostasie

Plus en détail

DOULEUR THORACIQUE. Pr Martial Hamon. Service des Maladies du Cœur et des Vaisseaux Centre Hospitalier Universitaire de Caen

DOULEUR THORACIQUE. Pr Martial Hamon. Service des Maladies du Cœur et des Vaisseaux Centre Hospitalier Universitaire de Caen DOULEUR THORACIQUE Pr Martial Hamon Service des Maladies du Cœur et des Vaisseaux Centre Hospitalier Universitaire de Caen Avenue Côte de Nacre 14033 Caen cedex INTRODUCTION La douleur thoracique est une

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux : définitions L accident vasculaire cérébral () est un déficit neurologique de survenue soudaine

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Dr GONTHIER LE PNEUMOTHORAX Classification en fonction des principales étiologies Pneumothorax spontanés Pneumothorax traumatiques Pneumothorax

Plus en détail

Propositions de recommandations de la SOFMMOO. Traitement par manipulations vertébrales des rachialgies de la femme enceinte

Propositions de recommandations de la SOFMMOO. Traitement par manipulations vertébrales des rachialgies de la femme enceinte Propositions de recommandations de la SOFMMOO Traitement par manipulations vertébrales des rachialgies de la femme enceinte SOFMMOO : J. Lecocq, ME. Isner, D. Bonneau Département de Gynécologie-Obstétrique

Plus en détail