Optimiser, améliorer ou pressurer?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Optimiser, améliorer ou pressurer?"

Transcription

1

2

3 La méthode Lean fait beaucoup de vagues dans le réseau public de la santé et des services sociaux. En plus des trois projets pilotes annoncés en novembre 2011 (CHU de Québec - Hôpital Saint-François d Assise, CSSS du Sud-Ouest-Verdun et CSSS Jardins-Roussillon), plusieurs établissements connaissent présentement des réorganisations visant à rationaliser les services et à améliorer leur performance. Divers procédés sont utilisés dans le réseau afin de rationaliser les services. Nous pouvons citer la méthode Lean, l optimisation des processus de travail ou les réorganisations de services dites traditionnelles, à titre d'exemple 1, mais il y a des distinctions à faire entre ces différents procédés. Cependant, l objectif qui les sous-tend reste le même : l intégration des façons de faire du privé pour transformer la gestion et l organisation du réseau public. Tous ces procédés de rationalisation ou de réorganisation des services publics sont englobés dans une théorie de gestion que nous appelons communément, la Nouvelle gestion publique (NGP). L'application de la NGP prend différents visages, mais découle toujours de la perspective des gestionnaires. Dans le cas de la méthode Lean, par exemple le personnel est impliqué dans l'optimisation des services, ce qui n est pas le cas de tous les projets d optimisation. Peu importe la forme que prennent les exercices d optimisation ou de modernisation des services, l APTS considère que la vigilance est nécessaire afin de s assurer, qu au-delà des promesses d autonomie professionnelle et de flexibilité, le personnel n en sorte pas perdant. La Nouvelle gestion publique : une vieille idée Dans les années , un modèle bien québécois d État-providence est né. C est dans une période de grande ébullition sociale que des programmes, tels que le régime d assurance maladie, le régime public d éducation supérieure et les grands projets de nationalisation (pensons à l électricité) se sont développés Toutefois, dès les années 1980, les importantes réalisations de la Révolution tranquille sont remises en question par la popularisation du discours néolibéral 2. Depuis la récession importante du début des années 80, les idées de privatisation des services publics, de déréglementation et de mise en concurrence des États font leur chemin. C est ainsi que depuis cette période, l idée même de l existence de l État-providence est contestée. L intégration de la NGP s est faite progressivement au Québec et domine, encore aujourd hui, les écoles de pensées en gestion publique. Les mots d'ordre de la NGP sont : service client, productivité, efficacité et gestion. Les différents projets d optimisation des services, de modernisation des pratiques de gestion ou de réorganisation du travail découlent directement de ces principes du management public. La NGP s est popularisée parce qu il ne s agit pas de démanteler l État-providence, mais d introduire des principes de marché dans la gestion de ses services et de ses institutions. Néanmoins, la révolution managériale portée par le mouvement de la Nouvelle Gestion publique participe clairement de la vision politique promue par les économistes néo-libéraux 3. 1 Voir l Annexe pour la définition des principales méthodes de gestion. 2 Le néolibéralisme est une doctrine de droite qui s oppose au modèle de l État-providence et à l interventionnisme. Pour les tenants du néolibéralisme, le rôle de l État se résume à assurer la libre concurrence des agents économiques et favoriser la recherche de profit. Le néolibéralisme encourage à restreindre l offre de services publics, entre autres par la privatisation et la sous-traitance. 3 François-Xavier Merrien, «La Nouvelle Gestion publique : un concept mythique», Lien social et Politiques, n 41, 1999, p

4 On peut définir la NGP à l aide de huit objectifs : Fragmenter l'état grâce à la décentralisation; Limiter le pouvoir public central; Instaurer des contrôles des coûts, des procédures de reddition de compte et la gestion axée sur les résultats; Créer des marchés privés de soins de santé et de services sociaux; Soumettre le personnel aux mesures de performance; Orienter les activités cliniques et les services aux usagers en fonction des exigences administratives plutôt qu en fonction des missions de base des établissements; Nommer les usagers «des clients» afin de les assimiler à des consommateurs; Évaluer le rendement et l'efficacité en fonction de la satisfaction de la clientèle 4. Au cours des 15 dernières années, toutes ces idées ont été testées ou appliquées dans le réseau public de la santé et des services sociaux. Moins de frontières entre le secteur public et le secteur privé Dans ce contexte néolibéral, la délimitation entre ce qui est du domaine public ou privé est de moins en moins claire dans le réseau public. L idée qui sous-tend la NGP, est d y intégrer les façons de faire du privé en ayant recours à des firmes externes privées pour la gestion. En transformant ainsi le réseau public «de l intérieur», on tend à détruire les particularités du système de soins de santé et de services sociaux de ce réseau pour ensuite le mettre en concurrence avec le système de soins de santé et de services sociaux du réseau privé qui se développe en parallèle. D ailleurs, depuis une dizaine d années, le secteur privé prend de plus en plus de place dans le réseau public de la santé et des services sociaux québécois. La réingénierie (ou modernisation) de l État mise en place par le gouvernement libéral précédent a de fâcheuses conséquences : Les partenariats public-privé (PPP) dans les établissements publics; Le recours à la main-d œuvre indépendante; Le développement d un système à deux vitesses, entre autres avec l augmentation progressive du nombre de médecins non participants au régime public. 4 Mélanie Bourque, Les nouvelles méthodes de gestion organisationnelle au sein du système de santé et des services sociaux au Québec : de la recherche de l efficacité à la satisfaction de la clientèle, présentation à la F4S-CSQ, 21 mars

5 Pourquoi la NGP est-elle si populaire? Malgré l implantation des idées néolibérales et la pratique de la NGP depuis plusieurs années, rien ne semble s améliorer dans le réseau public. On se demande donc pourquoi la NGP demeure si populaire, au point d être encore présentée comme «la» solution miracle aux défis du système public de soins de santé et de services sociaux. Une des principales idées qui plaît dans la NGP, c est la promesse de réduire la bureaucratie. Pourtant, en y regardant de plus près, le réseau public n a rien à envier au réseau privé à cet égard. Selon le chercheur Jean- François Landry de l'iris, il y a beaucoup plus de bureaucratie dans le secteur privé comparativement au secteur public. En pourcentage, les frais d administration dans le réseau public se situent entre 3 % et 10 % du budget de fonctionnement, C est une donnée comparable à pratiquement tous les pays de l Organisation de coopération et de développement économiques. Dans le secteur privé, on parle plutôt de 15 à 30 % du budget 5. Par conséquent, qu est-ce qui explique le recours à la NGP? C est le contexte d austérité budgétaire qui sous-tend cette tendance de gestion. Un contexte où la dette publique est importante et où le gouvernement pratique la politique budgétaire à court terme. De plus, les firmes privées qui appliquent la NGP proposent des réponses simples, claires et faciles aux problèmes de gestion tout en offrant des solutions toutes prêtes à vendre aux gestionnaires du réseau public 6! En bref, la Nouvelle gestion publique est d abord une vision politique néolibérale qui vise à transformer la gouvernance du réseau public de la santé et des services sociaux en y intégrant les principes et les valeurs du secteur privé. En voulant chiffrer à tout prix la performance et l efficacité, on peut pourtant en arriver à dénaturer la logique particulière liée à la prestation des soins de santé et des services sociaux. Cependant, il faut reconnaître que l implantation des principes néolibéraux est une tendance lourde de notre société qu on ne peut pas enrayer complètement du jour au lendemain. La solution n est donc pas de tout contester en bloc. Par exemple, s il est quasi impossible de rendre un projet de PPP en santé et services sociaux acceptable, il demeure réaliste d améliorer les projets d optimisation des services par l action syndicale dans les établissements. C est le défi que l APTS s est donné. 5 Jean-François Landry, Institut de recherche et d informations socio-économiques (IRIS); cité dans Normand Thériault, «À l heure des choix : la solution ne viendra pas du secteur privé», Le Devoir, 15 septembre D. Saint-Martin; cité dans Merrien, loc. cit., p

6 L optimisation des services de santé et de services sociaux : amélioration réaliste ou pensée magique Optimiser les services, c est viser le fonctionnement optimal de toutes les ramifications d un secteur d activités, d un programme ou d une unité de soins et services dans un établissement de santé et de services sociaux. Pour le ministère de la Santé et des Services sociaux, l optimisation se définit comme «la recherche de façons novatrices d améliorer l accès aux services par une utilisation encore plus judicieuse des ressources» 7. Ce qui caractérise l optimisation des services, ce n est pas tant une méthode, mais plutôt des objectifs : mieux performer, assurer la satisfaction des clientèles et mettre fin au gaspillage. Les projets découlant de la méthode Lean sont des projets d optimisation des services. Toutefois, nous retrouvons d autres types de projets d optimisation dans les établissements de santé et de services sociaux qui ne correspondent pas à l ensemble des principes, pratiques et standards des projets implantés selon la méthode Lean même si nous leur donnons fréquemment le nom de projet Lean. L optimisation des services est une pratique populaire parce qu elle s inscrit dans une période où le modèle d'organisation traditionnel du réseau public, trop centralisé et bureaucratisé, ne répond pas aux exigences de performance dictées par les tenants du néolibéralisme. De plus, le personnel professionnel et technique est plus enclin à participer aux réformes, s il fait partie de la solution en vue de renouveler l organisation du travail, et ce, dans un contexte où tous s entendent sur la nécessité d'améliorer l'accessibilité des services publics. Ainsi, au-delà des mises en garde sur les principes de base de la NGP, un fait demeure : les transformations sont en cours et, comme syndicat, il est nécessaire d être à l affût ou d y prendre part pour ne pas «regarder le train passer» Les principes de base Démystifier les processus Afin d arriver à «optimiser», «rationaliser» ou «moderniser», il faut décortiquer les différents processus, c està-dire connaître l ensemble des opérations, des étapes ou des activités qui sont réalisées. L objectif est de clarifier les rôles et les responsabilités de chaque membre du personnel, de définir les marges de manœuvre acceptables et de simplifier le fonctionnement dans l organisation des tâches. En fonction des approches préconisées, on peut avoir recours à plusieurs activités ou techniques et le choix des outils ou méthodes est déterminé par la firme privée embauchée. Pour assurer l optimisation, il faut d abord déterminer quels sont les «processus-clés», soit les activités que l on désire transformer, simplifier ou améliorer. Le choix peut se faire en fonction des actions jugées importantes pour l usager ou encore lorsque des dysfonctionnements ou des insatisfactions de la part des usagers ou du personnel sont constatés. 7 Agence de la Santé et des Services sociaux de Montréal, Entente de gestion et d imputabilité , 2011, p. 3. 6

7 Une gestion axée sur les résultats Les gestionnaires sont les acteurs clés de l optimisation des processus. Les projets d optimisation comprennent habituellement des étapes de «coaching» pour les gestionnaires et le personnel d encadrement ainsi que le développement et l implantation d outils de gestion de la performance et des opérations. Des structures de communication y sont également intégrées 8. Il y a plus de dix ans que le gouvernement du Québec préconise une gestion axée sur les résultats, entre autres par l implantation d ententes de gestion et d imputabilité. Les gestionnaires sont ainsi tenus à la définition d objectifs, au maintien de l offre de services et au respect de l équilibre budgétaire. Présentement, l optimisation est la principale priorité énoncée dans les ententes de gestion et d imputabilité. L objectif du ministère de la Santé et des Services sociaux est clair : «s assurer que chaque dollar investi dans le réseau public génère le maximum de gains au plan des services» 9. Comment calculer les résultats? Par des données quantifiables et donc l utilisation de statistiques. Le temps consacré à la réalisation de statistiques et aux rapports administratifs est souvent décrié par les membres de l APTS, surtout dans certains secteurs d activités, tel que les services psychosociaux et de réadaptation à domicile où leur utilisation est souvent problématique. En plus de ne pas toujours refléter la réalité du travail, la réalisation de ces tâches exige beaucoup de temps et d énergie. Dans le cadre d un projet d optimisation, le recours aux statistiques peut se multiplier. En effet, aux statistiques «régulières» peut s ajouter des tâches de planification et de suivi de la performance qui s avèrent à la fois très détaillées et laborieuses à réaliser. Toutes les minutes doivent être calculées, ce qui augmente la pression sur le personnel qui voit réduire l importance de son travail d intervention en une simple addition de tâches. Le principe du «juste à temps» Pour optimiser les processus, il faut réduire toutes formes de gaspillage. Développé dans le milieu industriel, le principe du «juste à temps» correspond à la réduction des inventaires. Dans le milieu de la santé et des services sociaux, l objectif est de réduire l accumulation des stocks et des équipements. Toutefois, d une démarche de «juste à temps» peut également découler la réduction des effectifs parce qu elle implique aussi de s assurer qu il n y ait pas de «sureffectifs». Dans le cas d un atelier Kaizen, associé à un projet selon la méthode Lean, le «juste à temps» peut viser à revoir les processus de production pour éliminer tous les temps morts ou les manipulations jugées inutiles. Les «5 zéros» résument ce principe : zéro panne, zéro délai, zéro papier, zéro stock et zéro défaut. 8 C est entre autres le cas des ententes avec Proaction et le CSSS Cavendish. 9 Agence de la Santé et des Services sociaux de Montréal, op. cit., p. 3. 7

8 Pour que le «juste à temps» fonctionne, il est nécessaire d ajouter de la flexibilité à la structure de fonctionnement. La flexibilité, tout comme l autonomie professionnelle, sont des denrées rares qui ont tendance à plaire au personnel. Cependant, elles peuvent avoir comme effet pervers une obligation d augmenter la polyvalence. L optimisation des services exige souvent une augmentation du travail en équipe et une reconfiguration des tâches. Dans certains cas, la flexibilité rime avec la sous-traitance ou l impartition. Par exemple, l utilisation de la maind œuvre indépendante (sous-traitance) dans un établissement ajoute de la flexibilité dans la mesure où le nombre d effectifs nécessaires pour donner les services varie en fonction des besoins plutôt que d être conventionné. Se «départir» de certaines tâches et du personnel qui les effectuent (impartition) pensons à la buanderie augmente aussi la flexibilité d un établissement. L implication du personnel Pour espérer la réussite d un projet d optimisation des services, il est nécessaire que le personnel fasse partie de la démarche et qu il y voie des avantages ou des améliorations dans la qualité de vie au travail. Pourtant, le niveau de participation requis par le personnel aux différentes étapes d implantation d un projet d optimisation varie fortement en fonction des méthodes préconisées par la firme externe sélectionnée. Dans certains cas de projets d optimisation plus «traditionnels», en ce sens qu ils s inspirent d un modèle d organisation du travail de contrôle bureaucratique, les employés doivent se soumettre aux nouvelles indications sans avoir voix au chapitre. Ne pas reconnaître le personnel professionnel et technique comme acteur de changement mine les chances de réussite et ne parvient souvent qu à attiser la résistance au changement. En ce qui concerne la méthode Lean, elle part du principe selon lequel l ensemble du personnel doit être mis à contribution pour assurer la réussite du projet. En ce sens, l expérience du CSSS de la Vallée-de-l Or semble un exemple de réussite où une réelle volonté d impliquer le personnel a permis la disponibilité des ressources, l implantation rapide des solutions retenues et une sincère mobilisation du personnel Caroline Cotnoir, «Optimisation des soins et services offerts aux personnes âgées et aux personnes en perte d autonomie» Centre de santé et de services sociaux de la Vallée-de-l Or, p. 1; cité dans Cahier des congressistes, Congrès 2012 de l APTS, 2012, p

9 Attention à la pensée magique Pour que les projets d optimisation des services fonctionnent, ils doivent répondre à plusieurs conditions. Qu il s agisse de projets d optimisation Lean ou non, il faut éviter de tomber dans le piège de la pensée magique de la NGP. Un projet d optimisation peut apporter des avancées intéressantes, mais il est nécessaire de demeurer réaliste quant aux résultats 11. Ce qui est promis (pensée magique) Gestion participative Décentralisation et délégation Réduction de la bureaucratie Meilleures pratiques de gestion Transparence dans l évaluation des coûts et de la performance Autonomie et flexibilité Utilisation des nouvelles technologies Ce que cela pourrait faire (effets pervers) Intensification du travail Dédoublement ou pouvoir diffus Délégation des tâches administratives au personnel professionnel et technique Mise en concurrence des établissements publics et privés Multiplication des évaluations statistiques et compétition entre le personnel Augmentation des tâches et de la polyvalence Réduction des contacts humains Les firmes privées : qui sont-elles? Au cours des derniers mois, les principaux problèmes qui ont ressurgi au sujet des projets d optimisation des services, sont liés au travail des firmes privées embauchées par le gouvernement ou les établissements. Les deux principales firmes qui ont obtenu de tels contrats, à ce jour, sont Fujitsu et Proaction. Ces dernières n étaient pas seules en liste, plusieurs grandes firmes ont également posé leur candidature afin d obtenir des contrats. Ces firmes tentent leur chance pour différents types de contrats gouvernementaux importants, dont entre autres des projets Lean, d optimisation des services ou de développement en PPP. Ces firmes se retrouvent dans tous les projets liés à la NGP et s arrachent des parts du marché public pour y implanter leurs pratiques du secteur privé. 11 Tableau inspiré de François-Xavier Merrien, loc. cit., p

10 Fujitsu Canada C est en juillet 2011 que DMR, aujourd hui une filiale de Fujitsu Canada, a été retenue par appel d offres pour accompagner les trois établissements choisis pour l implantation de projets pilotes Lean par le MSSS, soit le CHU de Québec - Hôpital Saint-François d Assise, le CSSS du Sud-Ouest-Verdun et le CSSS Jardins-Roussillon. Il s agit d un contrat de 2,3 millions $. Un de ses services est spécialisé dans la méthode Lean. Elle fait appel à différents outils ou concepts Lean, soit le Six Sigma, le système Toyota, l atelier Kaizen et le modèle de résolution de problèmes Définir, Mesurer, Analyser, Innover et Implanter, Contrôler (DMAIC). Son approche est réellement Lean, car elle fait participer toutes les personnes intervenantes impliquées dans un processus à tous les niveaux hiérarchiques pour l identification de solutions vraiment adaptées 12. L équipe de Fujitsu est composée de professionnels et d ingénieurs possédant les certifications Lean et Six Sigma. Fujitsu ou ses diverses filiales, dont l ancienne DMR, ont obtenu plusieurs contrats gouvernementaux et cette firme est associée à certains dérapages informatiques du gouvernement du Québec tel que: Dossier santé Québec, dont les délais d implantation se multiplient malgré l investissement de plus de 300 millions de dollars aux principaux fournisseurs (dont DMR / Fujitsu, Bell Zwave, CGI et CIM) 13. Proaction Le groupe-conseil Proaction a, pour sa part, obtenu certains contrats d optimisation des services, entre autres avec le CSSS du Sud-Ouest-Verdun, le CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord, le CSSS de Bordeaux-Cartierville- Saint-Laurent et le CSSS Cavendish, pour l amélioration de la production du service à domicile et pour le projet d amélioration de la productivité. Proaction est une société de services-conseils fondée en 2004 dont le mandat principal est de maximiser la gestion et la productivité des ressources humaines. Dans son Étude sur la productivité, Proaction calcule qu en moyenne, la productivité des travailleuses et des travailleurs n est que de 51 %. Par exemple, communiquer de façon informelle avec un collègue n'est pas une activité souhaitable qui doit être considérée dans l évaluation de la productivité d'une personne salariée 14. Cette vision de l organisation du travail se répercute dans la façon de mener les projets d optimisation des services chez Proaction. En septembre 2011, le président de Proaction vantait les résultats de la firme dans un des CSSS de Montréal: «L'objectif de ce projet était d'augmenter le nombre de patients traités par le service de soutien à domicile, sans augmenter les ressources». C est ainsi que le personnel en travail social, en 12 Fujitsu Canada, «Lean : une approche continue d amélioration de la performance», page Internet consultée le 24 octobre 2012 : 13 Michel Munger, «300 millions $ investis pour 8 pharmacies», Le Journal de Montréal, 14 janvier Proaction, Étude sur la productivité, 2008, p

11 ergothérapie et en physiothérapie, affecté au soutien à domicile, a réalisé une augmentation de ses services d environ 30 %, soit l équivalent de visites à domicile supplémentaires dans l année 15. Du côté du personnel syndiqué de l'apts qui a été confronté au style gestion de Proaction, le son de cloche est bien différent : l augmentation de la charge de travail a engendré une baisse de la qualité des services. Il déplore que les «interventions indirectes», comme la mobilisation des ressources, les suivis et l évaluation, qui sont parties prenantes du travail d intervention, ne soient pas valorisées par la méthode d optimisation de cette firme. Cette forme de dénaturation du travail de relations d aide consterne le personnel et ne peut que nuire aux usagers. En bref, Proaction mène ses projets d optimisation des services sans favoriser une réelle participation du personnel et des syndicats. L alourdissement des tâches administratives, la dévaluation des tâches propres au travail de relations d aide ainsi que la quantité plutôt que la qualité des services comme credo sont des critiques syndicales qui reviennent sans cesse concernant leurs projets. D autres firmes? L octroi de contrats publics est payant pour les firmes-conseils, elles sont donc nombreuses à se présenter comme des spécialistes de la méthode Lean ou de l optimisation des services. Voici quelques noms et expertises: Deloitte a développé une approche Lean dans les soins de santé et de services sociaux; Raymond Chabot Grant Thornton propose une stratégie-conseil «Optimisation Lean» pour aligner les organisations publiques sur des objectifs d affaires et revoir leur modèle de gouvernance et d organisation; Lean Medical combine les approches Lean et Six Sigma afin d'améliorer la performance des établissements de santé. Ses principes sont l élimination de la partie non productive du travail, l orientation «patient» plutôt que l orientation ressource ainsi que la participation des ressources humaines en cause dans l amélioration des processus. Bell Nordic se distingue par l implantation d une «démarche participative et coopérative». Cette firme promet l amélioration de la productivité et de la compétitivité grâce à des changements des processus techniques et administratifs et de la gestion des ressources opérationnelles. Les mots d ordre de celle-ci sont le respect, les résultats, le transfert des compétences et l enthousiasme. 15 Proaction, «Une solution incontournable pour le secteur de la santé», Communiqué de presse, 7 septembre

12 L optimisation des services, où en est-on à l APTS? Au printemps 2012, lors du congrès de l APTS, des orientations générales ont été adoptées. L APTS poursuit activement son travail de vigilance et de participation aux différents projets d'optimisation des services et dénonce les situations inacceptables. Des activités de sensibilisation et de dénonciation ont d ailleurs eu lieu, entre autres au CSSS du Sud-Ouest-Verdun, au CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord, au CSSS Cavendish et à l Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, en lien avec les activités de la firme Proaction. Les orientations adoptées en congrès se résument ainsi : 1. L APTS doit assurer une coordination nationale des projets Lean et de tout autre projet d optimisation des services afin de soutenir et préparer les équipes locales. 2. L APTS doit dénoncer toute façon de faire juger inacceptable dans la conduite des projets Lean et d optimisation des services en cours dans les établissements. 3. L APTS doit apporter une attention particulière aux projets Lean et d optimisation des services implantés dans les établissements et participer à ceux qui respectent les conditions suivantes : i. les personnes salariées visées par le projet doivent y adhérer; ii. l employeur doit reconnaître explicitement l APTS comme le représentant du personnel professionnel et technique dans la réalisation d un projet Lean ou tout autre projet d optimisation des services, notamment en permettant la participation aux comités décisionnels; iii. la réalisation du projet et la mise en place des mesures qui en découlent doivent respecter les dispositions nationales et locales; iv. aucune abolition de poste ne doit résulter d un projet Lean ou d optimisation des services; v. le projet ne doit pas occasionner de surcharge de travail; vi. les solutions résultant d un projet Lean ou d optimisation des services doivent respecter l autonomie professionnelle des personnes salariées. 4. L'APTS doit dénoncer les effets pervers de la gestion par statistiques dans les secteurs d'activités où ce mode de gestion n'est pas approprié, comme dans le cas des services psychosociaux et de réadaptation des programmes de soutien à domicile. 12

13 Conclusion Les membres de l APTS qui subissent les contrecoups des projets Lean ou d optimisation des services, telles que la surcharge de travail, la dénaturation des tâches ou la dévalorisation de leur travail, ne doivent pas rester isolés. La vigilance quant à ces projets, est une des priorités de l APTS, tant aux niveaux local, régional que provincial. L APTS demeure prête à participer à l implantation des projets Lean ou autre projet d optimisation des services, mais avec prudence. Si certaines conditions ne sont pas respectées, le syndicat dénoncera et contestera l implantation de ces projets à différentes instances publiques locales, régionales et provinciales. Présentement, tous les projets d'optimisation des services fonctionnent différemment dans les établissements; certains sont positifs, mais d autres semblent désastreux. Pour le syndicat, l important s avère de conserver son rôle d interlocuteur principal afin de détenir le rapport de force nécessaire pour bien représenter l ensemble de ses membres. Le contexte général dans lequel s inscrivent ces changements organisationnels n est pas facile et les méthodes de gestion ont souvent des conséquences néfastes pour l ensemble des services publics. Le recours au secteur privé coûte cher aux contribuables, il fait perdre l expertise interne et le pouvoir d administration sur nos établissements publics. Cependant, les projets Lean ou d optimisation des services qui tiennent compte des intérêts du personnel doivent être explorés. Ces projets d optimisation peuvent se traduire par des actions positives et valoriser le personnel professionnel et technique en place dans les établissements de santé et de service sociaux. Cet espoir anime l action de l APTS dans le dossier controversé de l optimisation des services liés aux soins de santé et de services sociaux. 13

14 Annexe Autres méthodes de gestion importantes TOYOTA Système de production japonais présentant un ensemble d innovations organisationnelles. Considéré comme le modèle, la grande majorité des méthodes d'optimisation s'en inspire. LEAN Qui signifie «dégraisser» : méthode de gestion qui vise à optimiser les processus en éliminant le gaspillage et en priorisant les activités à valeur ajoutée, c est-à-dire celles qui sont utiles pour l usager ou l efficacité du service à restructurer. LEAN HEALTHCARE La méthode Lean adaptée au milieu de la santé : les objectifs sont définis en fonction des besoins de l usager, de la diminution des coûts, des délais d'attente et temps de réaction, de la qualité des soins et services ainsi que de la qualité de vie au travail. SIX SIGMA Qui signifie «six fois l'écart type» : méthode de gestion statistique développée par Motorola aux États-Unis pour analyser les instabilités et la variation dans le processus de fabrication. HEALTHCARE SIX SIGMA Juxtaposition de la méthode Lean adaptée au réseau de la santé et des services sociaux ainsi que de l'analyse Six Sigma. L'objectif est de réduire ce qui provoque un frein (le gaspillage), tout en prenant en compte les variations qui sont liées à la complexité des processus. KAIZEN Fusion des mots japonais kat (changement) et zen (bon) : qui signifie «processus d'amélioration continue». Faire une activité Kaizen dans un établissement consiste à mandater une équipe de personnes dans un secteur donné afin de trouver des solutions aux problèmes qui touchent le personnel et qui sont sous son contrôle. DMAIIC Technique de résolution de problèmes en six étapes : Définir le problème, Mesurer les conditions de base et liste de cause, Analyser les causes fondamentales sélectionnées et quantifiées, Innover par l'amélioration, Implanter les solutions par leurs mises en œuvre et finalement, Contrôler les solutions partagées et maintenues. Le DMAIIC est associé au Six Sigma. 14

15 5S Les 5S sont cinq mots japonais (sein, serton, seiso, seiketsu, shifsuke) qui signifient : débarrasser, ranger, nettoyer, ordonner et être rigoureux. Les 5S sont cependant traduits en français par ORDRE : Ordonner (ou ôter l'inutile), Ranger, Dépoussiérer (ou découvrir les anomalies), Rendre évident et Être rigoureux. JUSTE À TEMPS OU 5 ZÉROS Mode de production qui vise à éliminer les stocks inutiles par une production «à mesure» où l'on réduit au minimum le temps de passage à travers les étapes de production. Les «5 zéros» sont : zéro panne, zéro délai, zéro papier, zéro stock, zéro défaut. 15

16

DÉMYSTIFIER L APPROCHE LEAN UNE MÉTHODE DE GESTION À SURVEILLER

DÉMYSTIFIER L APPROCHE LEAN UNE MÉTHODE DE GESTION À SURVEILLER UNE MÉTHODE DE GESTION À SURVEILLER En novembre 2011, le ministre de la Santé et des Services sociaux Yves Bolduc a annoncé que le Centre hospitalier universitaire de Québec Hôpital Saint-François d Assise,

Plus en détail

STRATÉGIE DE DÉPLOIEMENT DE L APPROCHE DE PERFORMANCE LEAN SANTÉ DANS LE RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

STRATÉGIE DE DÉPLOIEMENT DE L APPROCHE DE PERFORMANCE LEAN SANTÉ DANS LE RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Ministère de la Santé et des Services sociaux STRATÉGIE DE DÉPLOIEMENT DE L APPROCHE DE PERFORMANCE LEAN SANTÉ DANS LE RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX 21 novembre 2013 Gilles Le Beau ing., directeur

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC

COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC Découvrez comment la mise en place de Bonita BPM a permis d optimiser les processus au sein du secteur public, tant pour les agents que pour les usagers. Le grand

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec DANS LA PROPOSITION D APPROVISIONNEMENTS-MONTRÉAL DE MODIFIER LE MODÈLE ACTUEL D APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS MÉDICAUX ET CHIRURGICAUX

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles...

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles... POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE 2010-2015 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4 Mission... 5 Vision et engagements... 6 Valeurs organisationnelles... 7 Principes de

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu Approvisionnement en bitume prémélangé Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure Approvisionnement en bitume prémélangé Contenu Pourquoi nous avons choisi ce projet...... 293 Contexte

Plus en détail

Mémoire projet de loi no 76, Loi modifiant l organisation et la gouvernance du transport collectif dans la région métropolitaine de Montréal.

Mémoire projet de loi no 76, Loi modifiant l organisation et la gouvernance du transport collectif dans la région métropolitaine de Montréal. Mémoire projet de loi no 76, Loi modifiant l organisation et la gouvernance du transport collectif dans la région métropolitaine de Montréal. CTE - 003M C.P. P.L. 76 Transport collectif dans la région

Plus en détail

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Contexte et objectif : La Fédération canadienne des syndicats d infirmières/infirmiers (FCSII), représentant

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

Préambule. Ce faisant, l ECPAR poursuit les objectifs suivants :

Préambule. Ce faisant, l ECPAR poursuit les objectifs suivants : Préambule L Espace québécois de concertation sur les pratiques d approvisionnement responsable (ECPAR) a pour mandat d optimiser les efforts des donneurs d ordres en vue de diffuser et de mettre en œuvre

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE

M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE Adoptées par le conseil des commissaires le 25 janvier 2016 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE PRÉAMBULE

Plus en détail

Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse

Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale, Centre affilié universitaire Novembre 2010 Ce document

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Soumettre une demande

Soumettre une demande Soumettre une demande Table des matières 1. Financement de projets... 2 1.1 Les règles de financement... 3 1.2 Procédure de dépôt et phases d étude des demandes... 4 1.2.1 Volet Sécurité alimentaire...

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE Contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

Le CSSS de Chicoutimi

Le CSSS de Chicoutimi Le CSSS de Chicoutimi Le CSSS de Chicoutimi est un établissement dynamique, à l image des quelques 300 médecins et 3 300 employés et professionnels de la santé qui œuvrent, jour après jour, à transmettre

Plus en détail

LES EFFETS CONSTATES DES METHODES S INSPIRANT DU LEAN MANAGEMENT SUR LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET SUR LA SANTE DES SALARIES

LES EFFETS CONSTATES DES METHODES S INSPIRANT DU LEAN MANAGEMENT SUR LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET SUR LA SANTE DES SALARIES LES EFFETS CONSTATES DES METHODES S INSPIRANT DU LEAN MANAGEMENT SUR LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET SUR LA SANTE DES SALARIES Laurent BALAS Directeur ARAVIS Joël MALINE Directeur ARACT Basse-Normandie 1

Plus en détail

Pourquoi une fonction contrôle de gestion?

Pourquoi une fonction contrôle de gestion? Introduction Pourquoi une fonction contrôle de gestion? On constate une mutation profonde au cours des 30 dernières années dans l environnement et la pratique des entreprises, autour de deux points centraux

Plus en détail

RÉSUMÉ. Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité. Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales

RÉSUMÉ. Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité. Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales RÉSUMÉ Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales Adopté par le Bureau de l OIIQ à sa réunion extraordinaire du 21

Plus en détail

Formation en travail social - VAE

Formation en travail social - VAE ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION En raison notamment des prochains départs massifs à la retraite et de la disponibilité restreinte d une main-d œuvre qualifiée, il devient essentiel pour les entreprises du secteur du caoutchouc

Plus en détail

Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Domrémy Mauricie/Centre-du-Québec

Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Domrémy Mauricie/Centre-du-Québec Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Domrémy Mauricie/Centre-du-Québec 27 juin 2012 Note : Le masculin est utilisé pour alléger la présentation et désigne aussi bien les femmes que les

Plus en détail

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Exposé présenté à la Table ronde sur l infrastructure de la technologie de l information Mai 2015 Yves Genest, dirigeant

Plus en détail

Propositions pour des actions humanitaires de qualité. Définir un budget en cohérence avec le plan de formation élaboré

Propositions pour des actions humanitaires de qualité. Définir un budget en cohérence avec le plan de formation élaboré Définir un budget en cohérence avec le plan de formation élaboré Les éléments suivants sont à prendre en compte : 1. Le volume d heures ou de jours de formation. 2. Le volume des effectifs (pour évaluer

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

INTERVENANTS ET FOURNISSEURS DE SERVICES EXTERNES MISE EN CONTEXTE

INTERVENANTS ET FOURNISSEURS DE SERVICES EXTERNES MISE EN CONTEXTE MISE EN CONTEXTE 1. Que sont les conseils locaux de planification en matière d emploi (CLPE)? Les conseils locaux de planification en matière d emploi offriront leur expertise et de l information sur le

Plus en détail

Les employeurs et la gestion de la diversité ethno culturelle. Le rôle des organismes communautaires

Les employeurs et la gestion de la diversité ethno culturelle. Le rôle des organismes communautaires Les employeurs et la gestion de la diversité ethno culturelle Le rôle des organismes communautaires PLAN Partie 1 : Présentation et rôles des organismes communautaires oeuvrant en immigration dans le soutien

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

Politique Achats. Fournisseurs Clients Internes Conditions Achats Prix Acteurs du processus Achats. p. 1/8

Politique Achats. Fournisseurs Clients Internes Conditions Achats Prix Acteurs du processus Achats. p. 1/8 Politique Achats Fournisseurs Clients Internes Conditions Achats Prix Acteurs du processus Achats p. 1/8 Fournisseurs Objectifs Principes / Moyens Indicateurs / Preuves Améliorer le niveau de qualité fourni.

Plus en détail

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Mesdames et Messieurs ; A partir des interventions développées jusqu à présent, il me paraît

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Les affaires électroniques au service de votre entreprise

Les affaires électroniques au service de votre entreprise Les affaires électroniques au service de votre entreprise En quoi consistent les affaires électroniques? Lorsqu on évoque la notion d affaires électroniques, on pense souvent aux sites Web, qu ils soient

Plus en détail

Vers un CSSS 2 e génération. Un rendez-vous à la croisée de nos chemins 5 et 12 novembre 2014

Vers un CSSS 2 e génération. Un rendez-vous à la croisée de nos chemins 5 et 12 novembre 2014 Vers un CSSS 2 e génération Un rendez-vous à la croisée de nos chemins 5 et 12 novembre 2014 1 Notre vision À l écoute de sa population et en collaboration avec ses partenaires, le CSSS du Nord de Lanaudière

Plus en détail

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation Agissant en harmonie avec les principaux acteurs du secteur de l accompagnement des personnes âgées En phase avec les évolutions

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES Synthèse du rapport relatif au contrôle de la gestion de L Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) Janvier 2016 SYNTHESE Présentation L Office

Plus en détail

DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES SECTEUR SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL ET PRÉSENCE AU TRAVAIL

DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES SECTEUR SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL ET PRÉSENCE AU TRAVAIL DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES SECTEUR SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL ET PRÉSENCE AU TRAVAIL PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DE L EXPERTISE SUR LA GESTION DU RÉGIME D ASSURANCE SALAIRE À L INTENTION DES ÉTABLISSEMENTS

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

CAHIER DE REVENDICATIONS INFIRMIERES ELABORE PAR LE SYNDICAT NATIONAL DES PROFESSIONNELS DE SANTE AU TRAVAIL :

CAHIER DE REVENDICATIONS INFIRMIERES ELABORE PAR LE SYNDICAT NATIONAL DES PROFESSIONNELS DE SANTE AU TRAVAIL : CAHIER DE REVENDICATIONS INFIRMIERES ELABORE PAR LE SYNDICAT NATIONAL DES PROFESSIONNELS DE SANTE AU TRAVAIL : Introduction : L IST 1 a pour mission générale la promotion de la santé au travail. Celle-ci

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur de la construction Mars 2015 L International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE POUR ÉLABORER DES PROJETS CLIINIIQUES EN TENANT COMPTE DES BESOIINS ET DES PARTIICULARIITÉS DES PERSONNES D EXPRESSIION ANGLAIISE ET DU CADRE LÉGIISLATIIF EN PLACE L AIDE-MÉMOIRE SECRÉTARIAT À L ACCÈS

Plus en détail

Union Nationale des Entreprises Adaptées

Union Nationale des Entreprises Adaptées Union Nationale des Entreprises Adaptées Une valeur ajoutée humaine et sociale «La manière dont une société favorise l insertion des personnes handicapées est révélatrice de son degré d humanité» L Entreprise

Plus en détail

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Préambule : L innovation vise l appropriation d une invention technique par un milieu particulier (nouvelles pratiques des acteurs,

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES GÉNÉRAL. 1. Que signifie l acronyme CRDS? Centre de Répartition des Demandes de Service (CRDS)

QUESTIONS-RÉPONSES GÉNÉRAL. 1. Que signifie l acronyme CRDS? Centre de Répartition des Demandes de Service (CRDS) QUESTIONS-RÉPONSES GÉNÉRAL 1. Que signifie l acronyme CRDS? Centre de Répartition des Demandes de Service (CRDS) 2. Pourquoi avoir mis un tel centre de répartition en place? Le CRDS de l Ouest a été mis

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent (CSSS-06) & Hôpital Sacré-Cœur de Montréal 20

Plus en détail

Entraîner votre équipe à atteindre des résultats optimaux

Entraîner votre équipe à atteindre des résultats optimaux Entraîner votre équipe à atteindre des résultats optimaux Recrutement Professionnels Solutions RH Services en entreprise Entraîner votre équipe à atteindre des résultats optimaux L époque du travail individuel

Plus en détail

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS Direction : Direction générale Effectifs supervisés : Trois personnes Supérieur immédiat : Directrice générale 1. Sommaire de la fonction Sous

Plus en détail

PROJET D ENTENTE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC LE CONSEIL DU TRÉSOR

PROJET D ENTENTE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC LE CONSEIL DU TRÉSOR PROJET D ENTENTE à intervenir entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC représenté par LE CONSEIL DU TRÉSOR et d autre part : LE SECRÉTARIAT INTERSYNDICAL DES SERVICES PUBLICS (SISP) LA CONFÉDÉRATION

Plus en détail

Implanter le soutien aux études pour les personnes vivant avec un trouble mental

Implanter le soutien aux études pour les personnes vivant avec un trouble mental XVI e Colloque de l AQRP Rétablissement et pleine citoyenneté : du discours à l action Implanter le soutien aux études pour les personnes vivant avec un trouble mental Bernard Deschênes Agence de la santé

Plus en détail

Politique d achat responsable et solidaire

Politique d achat responsable et solidaire Politique d achat responsable et solidaire Adoptée par le Conseil d administration de la caisse d économie solidaire Desjardins le 26 septembre 2007 Préparé par Brenda Plant et Odette Dallaire Table des

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

L approche territoriale intégrée (ATI) : Un premier regard critique

L approche territoriale intégrée (ATI) : Un premier regard critique L approche territoriale intégrée (ATI) : Un premier regard critique Lorsque le gouvernement Charest a pris le pouvoir en 2003, il promettait aux Québécois et Québécoises une réingénérie de l État. Celle-ci

Plus en détail

Description de fonction

Description de fonction Description de fonction Titre de la fonction : Catégorie de fonction : travail et en santé sécurité au travail Cadre intermédiaire Code de la fonction : 599 Classe salariale : Classe 14 Titre de la supérieure

Plus en détail

- 23 - TABLEAU COMPARATIF

- 23 - TABLEAU COMPARATIF - 23 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88 4 de la Constitution, Vu le traité instituant la Communauté européenne et notamment ses articles 5 et 16, Le Sénat, Vu l article 88 4 de la Constitution,

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Éléments de réflexion et de réponses à l intérim médical à l hôpital public. II.Pourquoi les praticiens choisissent-ils l intérim médical?

Éléments de réflexion et de réponses à l intérim médical à l hôpital public. II.Pourquoi les praticiens choisissent-ils l intérim médical? I.Introduction Éléments de réflexion et de réponses à l intérim médical à l hôpital public La majorité des médecins effectueront, au cours de leur carrière professionnelle, un ou plusieurs remplacements.

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

Catalogue des formations

Catalogue des formations Catalogue des formations 23 mars 2013 Démarche qualité ISO 9001: 2008 Page 2 EN 9100 : 2009 (aéronautique) Page 3 ISO TS 16949 (automobile) Page 4 Audit interne Page 5 Audit fournisseur Page 6 Développement

Plus en détail

Formation Lean Six Sigma

Formation Lean Six Sigma Athéna Conseil Luxembourg - http://athenaconseillux.com Édition, Numéro 1 Formation Lean Six Sigma Contenu NOTRE AMBITION Contribuer à l efficience et à l efficacité de votre organisation en accompagnant

Plus en détail

Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés*

Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés* Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés* L article 36.4 du Code de déontologie des comptables professionnels agréés, entré en

Plus en détail

Première partie LE CONTEXTE

Première partie LE CONTEXTE 13 Première partie LE CONTEXTE LA LOI SUR LA SANTÉ PUBLIQUE ET LE PROGRAMME NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE 2003-2012 Le Programme national de santé publique 2003-2012 a été institué par la Loi sur la santé

Plus en détail

Déclaration du Regroupement pour la défense et la promotion de l école publique

Déclaration du Regroupement pour la défense et la promotion de l école publique Déclaration du Regroupement pour la défense et la promotion de l école publique Le gouvernement doit mettre fin au financement public des écoles privées LE REGROUPEMENT : Alliance des professeures et professeurs

Plus en détail

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au FICHE REPÈRES POUR LES CHSCT Un cadre unique pour une hétérogénéité des pratiques accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont

Plus en détail

COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE. Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020

COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE. Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020 COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020 AUTEUR Comité d éthique de santé publique RÉDACTEURS Michel Désy France Filiatrault Comité

Plus en détail

Document de réflexion sur «QU EST-CE QUE LA SOCIÉTÉ CIVILE, AUJOURD HUI, DANS LES

Document de réflexion sur «QU EST-CE QUE LA SOCIÉTÉ CIVILE, AUJOURD HUI, DANS LES Document de réflexion sur «QU EST-CE QUE LA SOCIÉTÉ CIVILE, AUJOURD HUI, DANS LES PAYS MEMBRES DE LA FRANCOPHONIE?» Proposition du Secrétariat international des infirmières et infirmiers francophones (SIDIIEF)

Plus en détail

Une approche de coaching novatrice et intégr

Une approche de coaching novatrice et intégr Une approche de coaching novatrice et intégr grée (atelier # 3) Présenté par Claude Poitras, CRHA et Lisette Bergeron 8 e colloque en gestion des ressources humaines organisé par : La conférence des CHU

Plus en détail

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Septembre 2001 : Un mois avant la mise en place «anticipée» de l ARTT, l administration n a toujours pas consulté le personnel,

Plus en détail

OPTION MIXTE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Responsable: Martine Vézina Service de l enseignement du management 19 novembre 2014

OPTION MIXTE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Responsable: Martine Vézina Service de l enseignement du management 19 novembre 2014 OPTION MIXTE DÉVELOPPEMENT DURABLE Responsable: Martine Vézina Service de l enseignement du management 19 novembre 2014 «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

POLITIQUE FÉDÉRALE D ASSISTANCE PROFESSIONNELLE

POLITIQUE FÉDÉRALE D ASSISTANCE PROFESSIONNELLE POLITIQUE FÉDÉRALE D ASSISTANCE PROFESSIONNELLE FNEEQ 22 e congrès juin 1993 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1 RE PARTIE : POLITIQUE GÉNÉRALE D ASSISTANCE PROFESSIONNELLE... 5 LES RECOMMANDATIONS...

Plus en détail

NOS FORMATIONS VEDETTES

NOS FORMATIONS VEDETTES NOS FORMATIONS VEDETTES 1. Communication interpersonnelle au bureau 2. Productivité et Efficacité Professionnelles 3. Planifier et concevoir une formation 4. Lean SixSigma 5. Communication orale et rédaction

Plus en détail

Un pôle social au côté des pôles de compétitivité

Un pôle social au côté des pôles de compétitivité Bruxelles, le 13 novembre 2015. POSITION DU BUREAU DE L IW Un pôle social au côté des pôles de compétitivité L exemple de la politique wallonne en réponse au défi du vieillissement de la population 1.

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

ÉVOLUER ENSEMBLE POUR ALLER PLUS LOIN 22 OCTOBRE 2013 RENDEZ-VOUS DE LA RÉADAPTATION

ÉVOLUER ENSEMBLE POUR ALLER PLUS LOIN 22 OCTOBRE 2013 RENDEZ-VOUS DE LA RÉADAPTATION 22 OCTOBRE 2013 RENDEZ-VOUS DE LA RÉADAPTATION ÉVOLUER ENSEMBLE POUR ALLER PLUS LOIN Vincent Dumez Directeur du Bureau facultaire de l expertise patient partenaire de l Université de Montréal Michel Themens,

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

LA SITUATION DU SERVICE D'ANIMATION SPIRITUELLE ET D'ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE DANS LES COMMISSIONS SCOLAIRES DU QUÉBEC

LA SITUATION DU SERVICE D'ANIMATION SPIRITUELLE ET D'ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE DANS LES COMMISSIONS SCOLAIRES DU QUÉBEC LA SITUATION DU SERVICE D'ANIMATION SPIRITUELLE ET D'ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE DANS LES COMMISSIONS SCOLAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTATION AU MINISTRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT MONSIEUR YVES BOLDUC

Plus en détail

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS POUR L ÉVALUATION D IMPACT DU PROGRAMME NATIONAL LEADERSHIP DE SERVICE 1. L Arche, qu est-ce que c est? ; «L'Arche rassemble des personnes, avec et sans déficience

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

Comment surveiller un changement profond :

Comment surveiller un changement profond : : présenter votre plan de basculement aux IFRS dans le rapport de gestion Le basculement des normes canadiennes d information financière aux Normes internationales d information financière (les «IFRS»)

Plus en détail