Organisation de l Agence des aires marines protégées

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Organisation de l Agence des aires marines protégées"

Transcription

1 Organisation de l Agence des aires marines protégées Référence : Organisation de l Agence Version : V1 du 11/06/2013 Rédacteur : Cédric NEBATI Secrétariat général

2 DIFFUSION INITIALE DESTINATAIRE(S) A l ensemble de l Agence des aires marines protégées Ministère de tutelle COPIE(S) POUR INFORMATION Objet de la diffusion (facultatif) : VÉRIFICATION (V) / APPROBATION (A) Nom Date de l approbation V / A Comité technique 11/6/2013 V MAÎTRISE DOCUMENTAIRE Référence : Procédure achat Intranet/Agence/organigramme Internet/organisation de l Agence HISTORIQUE DU DOCUMENT Version du document Date de rédaction Raison de l évolution Auteur V1 11/06/2013 C.NEBATI 2

3 SOMMAIRE I- L ORGANISATION GENERALE DE L AGENCE... 4 A- LE DEPARTEMENT «PARCS NATURELS MARINS» Mission Organisation... 4 B- LE DEPARTEMENT «APPUI AUX POLITIQUES PUBLIQUES» Mission Organisation... 7 C SECRETARIAT GENERAL Mission Organisation D- L AGENCE COMPTABLE Mission Organisation E- SERVICE ET FONCTIONS RATTACHES AU DIRECTEUR DE L AGENCE II- LE MANAGEMENT DE L AGENCE A- LE DIRECTEUR DE L AGENCE B- LA DIRECTION GENERALE C- LA GOUVERNANCE DE LA DIRECTION GENERALE D- LES CHEFS DE SERVICE DE L AGENCE E- LES CHEFS D UNITE DES PARCS NATURELS MARINS F. LES CHEFS DE PROJET III- MODALITES DE CAPITALISATION, DE VALORISATION ET DE SYNERGIE

4 I- L organisation générale de l Agence La combinaison des nombreuses missions confiées à l Agence (connaissance du milieu marin et sa protection, évaluation, mise en place, gestion et animation d un réseau cohérent d aires marines protégées, contribution à la présence française à l international) illustre la volonté du législateur, dans le cadre de la loi de 2006, de créer un opérateur (établissement public national à caractère administratif ) unique au service des politiques de protection du milieu marin. Pour répondre à ces objectifs généraux et à leur déclinaison dans le cadre du contrat d objectifs de l Agence, l organisation retenue permet d assurer à la fois la gestion des moyens des aires marines protégées gérées par l Agence, les missions d appui technique aux politiques publiques concernant la protection du milieu marin et de mutualiser les fonctions supports. L Agence est ainsi une structure intégrée qui s articule autour de services et fonctions rattachés au directeur de l Agence, de deux départements «appui aux politiques publiques» (APP) et «parcs naturels marins» (PNM), du secrétariat général (SG) et d une agence comptable. Cette organisation comprend deux types d entités déconcentrées : les parcs naturels marins (PNM), rattachés au sein du département «parcs naturels marins» et les antennes de façade maritime, rattachées au sein du département «appui aux politiques publiques». Par ailleurs, cette organisation, qui repose à la fois sur une structure hiérarchique et sur une gestion par projet, présente notamment l avantage d une grande souplesse dans le cadre de l organisation intégrée de l Agence, en lui permettant notamment de mobiliser l expertise de ses agents sur l ensemble de la palette des activités de l Agence. Les éléments généraux d organisation de l Agence décrits ici sont complétés par le projet d établissement qui précise, sur un certain nombre de points clés, des objectifs pour fixer les modalités de fonctionnement et de mobilisation des personnels de l Agence. A- le département «parcs naturels marins» 1-Mission La fonction de ce département est d assurer l encadrement et l animation des missions d étude de création de parcs et du réseau des parcs naturels marins, en s appuyant fortement sur l expertise du département «appui aux politiques publiques». Ce département organise par ailleurs l animation du dialogue de gestion des parcs. 2- Organisation Sous la direction d un directeur, ce département est constitué du personnel des missions d étude et des parcs naturels marins, lesquels, n ayant pas de personnalité morale, sont du niveau d un service. Une organisation type pour l ensemble des parcs naturels marins a été définie en 2012 et approuvée au comité technique du 11 décembre Les parcs naturels marins : 1-Mission Le parc naturel marin est un outil de gestion du milieu marin. Adapté à de grandes étendues marines, il a pour objectif de contribuer à la protection, à la connaissance du patrimoine marin et de promouvoir le développement durable des activités liées à la mer. Le parc naturel marin constitue l une des 15 catégories d aires marines protégées françaises. Un parc naturel marin vise à la fois le bon état des écosystèmes, des espèces et habitats 4

5 patrimoniaux ou ordinaires, le bon état des eaux marines, mais aussi l exploitation durable des ressources, le développement durable des activités, les valeurs ajoutées (sociale, économique, scientifique, éducative) ou encore le maintien du patrimoine maritime culturel. Le conseil de gestion est l organe de gouvernance du parc. Le conseil de gestion désigne en son sein un président et des vice-présidents. Le conseil de gestion et son président ne détiennent pas de pouvoirs hiérarchiques sur les agents du parc. En revanche, le conseil de gestion donne un avis sur le choix du directeur délégué de parc. De façon collégiale, le conseil de gestion élabore le plan de gestion sur la base des travaux de l équipe du parc, décide des actions à mener et prend les décisions que met en œuvre l équipe du parc. 2- Organisation La direction d un parc est assurée par le délégué du directeur de l Agence auprès du conseil de gestion du parc naturel marin («directeur délégué»). Ses objectifs, et les moyens humains et financiers qui lui sont alloués, sont définis par le directeur de département «parcs naturels marins» en liaison avec le président du conseil de gestion. Le directeur délégué est ordonnateur secondaire des dépenses du parc dans la limite de seuils fixés par une délégation de signature du directeur de l Agence. Il convient par ailleurs de souligner que le niveau d encadrement des directeurs délégués, leurs rôles vis-à-vis du conseil de gestion du parc et leurs qualités d ordonnateur secondaire, qui les conduisent à bénéficier d une palette de délégation de signature équivalente aux membres du comité de direction de l Agence, témoignent de la spécificité de cette fonction au sein des chefs de service de l Agence. Le directeur délégué est assisté par deux adjoints qui dirigent les services «ingénierie» et «opérations». Ces adjoints ont rang de chefs de service. Le service «Ingénierie» : Sous la direction d un adjoint «Ingénierie» au directeur délégué, le service «Ingénierie» est chargé d élaborer le plan de gestion du parc (tâche principale à la création du parc) et ses évolutions, de préparer les dossiers relatifs aux avis du conseil de gestion, de préparer et de réaliser les plans d actions annuels. Il encadre l ingénierie des projets du parc. Il conduit ces actions en liaison étroite avec le service «Opérations». Il est composé principalement de chargés de mission. Les chargés de mission sont généralement responsables d une thématique particulière (patrimoine naturel, pêche, sensibilisation ). Cependant compte tenu de leurs compétences, certains chargés de mission peuvent être responsables de plusieurs thématiques. La liste des thématiques n est pas identique d un parc à l autre : elle dépend des enjeux de chaque parc. Le service «Opérations» : Sous la direction d un adjoint «Opérations» au directeur délégué, le service «Opérations» est chargé de l application du programme d action sur le terrain au sein du parc. Il assure notamment les opérations de suivi du milieu marin, de surveillance et de contrôle et contribue à la sensibilisation des usagers. Il réalise notamment les suivis nécessaires au tableau de bord du parc. Il met en œuvre les interventions sur le milieu marin et les projets pilotés par le service «ingénierie». 5

6 Il est composé principalement d agents de terrain. Selon la configuration géographique du parc, les agents peuvent être répartis en une ou plusieurs unités (une unité est une équipe opérant sur une aire géographique définie) et placés alors sous l autorité d un chef d unité, qui détient un pouvoir hiérarchique sur les agents placés sous son autorité. Les missions d études 1- Mission Une mission d étude est chargée, sous l autorité du Préfet, de conduire la concertation et les études et synthèses afin de faire émerger un projet de parc naturel marin. 2- Organisation L équipe d une mission, dont la taille est réduite (entre deux et quatre agents) est sous la direction d un chef de mission qui a rang de chef de service. B- le département «appui aux politiques publiques» 1- Mission Ce département, chargé de l appui aux politiques publiques dans les domaines d intervention de l Agence, apporte son expertise aux gestionnaires d aires marines protégées (dont les parcs naturels marins), mais également au ministère de tutelle, aux services déconcentrés de l État ainsi qu aux collectivités qui disposent de compétences sur le milieu marin. Les activités de ce département incluent notamment l appui à la création et à la gestion des aires marines protégées, la collecte de données, l évaluation (biologique, sociologique, économique) du milieu marin, la réalisation d expertises (ou la coordination des contributions permettant de les produire) sur la protection du milieu marin, l animation des réseaux de gestionnaires d aires marines protégées, l appui aux actions internationales de l État notamment auprès des conventions régionales pour les mers. Le département inscrit son action dans le cadre général de la stratégie nationale de création et de gestion des aires marines protégées ; il est significativement mobilisé pour apporter un appui aux parcs naturels marins. En métropole, il coordonne les contributions de l Agence à la mise en œuvre des Directives européennes concernant la protection du milieu marin (Natura 2000, directive cadre stratégie pour le milieu marin). Dans le cas particulier des collectivités du Pacifique, l action du département s inscrit dans le cadre de programmes de travail définis conjointement avec les collectivités locales compétentes dans ce domaine. Il organise et anime la relation entre l Agence et son Conseil scientifique. Le département «appui aux politiques publiques» veille au développement, à la capitalisation et à la diffusion de l expertise scientifique et technique sur le milieu marin et sa gestion. Pour ce faire, il noue des partenariats avec les établissements de recherche et d enseignement supérieur. Il contribue au développement des sciences participatives en ce qui concerne le milieu marin. Il favorise les échanges d expériences, le partage des compétences et la diffusion des bonnes pratiques entre les gestionnaires d aires marines protégées. Il pilote également la relation avec les réseaux nationaux et régionaux de gestionnaires d aires marines protégées. Enfin, il établit un cadre de relations avec les organismes professionnels et associatifs. Le département «appui aux politiques publiques» coordonne également les actions de l Agence entrant dans le champ de la coopération régionale ainsi que les travaux de l Agence sur la Haute mer. Il apporte également un appui aux services de l État dans le suivi des 6

7 conventions régionales sur les mers et veille à l application de leurs prescriptions dans le développement de ses projets techniques. Ces interventions dans le champ international sont coordonnées en lien étroit avec le délégué du directeur aux affaires internationales. 2- Organisation Les fonctions de ce département, sous la direction d un directeur, sont coordonnées depuis le siège à Brest, qui comprend trois services («Connaissance et information scientifique», «Protection et usages du milieu marin» et «Géomatique»), et déconcentrées au niveau des façades maritimes via sept antennes de façade. De façon générale, les interlocuteurs privilégiés des services du siège se situent au niveau des services centraux de l État ainsi que des têtes de réseau de partenaires, quand ceux des antennes se situent au niveau des composantes déconcentrées, régionales ou locales des mêmes organismes ou réseaux. Le service «Connaissance et information scientifique» : Sous la direction d un chef de service, les missions principales de ce service sont : - l élaboration et le suivi de la stratégie scientifique de l Agence ; - la veille scientifique sur les questions relatives à l écologie marine, à la conservation du patrimoine naturel marin et aux pressions et impacts des activités humaines sur le milieu ; - l organisation de campagnes d observation, d études de processus et pilotage d études scientifiques en écologie marine ; - l organisation et l analyse de suivis nationaux sur l état du milieu marin ; - l évaluation de l état du milieu (et méthodes associées) ; - la mise en place et l animation d outils d information scientifique générale (SINP, ONML, ONB ) ; - l expertise technologique et le pilotage de projets de développement technologique sur l observation du milieu et des usages ou sur la surveillance ; - la définition de l architecture des systèmes de gestion de données ; - l appui aux autres entités de l Agence sur ces questions. Le service «Connaissance et information scientifique» est chargé d animer le Conseil scientifique de l Agence. Les interlocuteurs privilégiés du service sont les établissements de recherche et d enseignement supérieur, l État au niveau central (en particulier sur les questions de connaissance et de suivi), les organismes publics chargés d animer et d organiser l expertise et le suivi du milieu marin, ainsi que les acteurs privés ou associatifs de la connaissance du milieu marin. Le service «Protection et usages du milieu marin» : Sous la direction d un chef de service, les missions principales de ce service sont : - l appui à la gestion des aires marines protégées (AMP) (documentation, animation, expertise juridique, formation, projets pilotes ) et à la gestion du milieu et de la biodiversité en général (mesures directive cadre stratégie pour le milieu marin (DCSMM), programmes d action sur les espèces ) ; - le développement d outils d aide à la gestion (y compris dans les domaines scientifiques et technologiques) ; - l évaluation du réseau d aires marines protégées ; - le développement d analyses économiques et sociales et des services rendus par les écosystèmes ; - la planification stratégique marine l appui à la mise en place (de réseaux) d AMP ; - le suivi des réseaux d acteurs nationaux ; - le développement de l éducation à l environnement ; - l appui aux autres entités de l Agence sur ces questions. 7

8 Les interlocuteurs privilégiés du service «Protection et usages du milieu marin» sont l État au niveau central (en particulier sur les questions de définition et de mise en œuvre des politiques publiques), les organismes professionnels nationaux, les têtes de réseaux de gestionnaires d aires marines protégées et d associations œuvrant pour la protection et la gestion du milieu marin. Le service «Géomatique» : Sous la direction d un chef de service, les missions principales de ce service sont : - la coordination des activités du réseau des géomaticiens ; - l appui cartographique et l analyse spatiale ; - la gestion des données à composante spatiale (notamment, échange avec les organismes extérieurs) ; - l administration de la base de données sur les aires marines protégées françaises dont les données sont consolidées via une démarche qualité ; - la participation à l architecture des systèmes de gestion de données en lien avec le service CIS, tout particulièrement pour les données à référence spatiale ; - la gestion du portail géographique Cartomer ; - l appui aux autres entités de l Agence sur ces questions. Le service «Géomatique» est constitué des géomaticiens du siège. Son chef de service anime le réseau des géomaticiens de l ensemble de l Agence, sur lequel il exerce une autorité fonctionnelle dans les domaines de compétence du service. Les interlocuteurs privilégiés du service géomatique sont les principaux producteurs de données marines (SHOM, Ifremer, services de l État, bureaux d études ) vis-à-vis desquels le service mène une action importante d harmonisation des données de référence en facilitant leur accessibilité. Les antennes de façade : Placées sous la direction de chefs de service, les antennes de l Agence sont les suivantes : - antenne Antilles ; - antenne Atlantique ; - antenne Manche mer du Nord ; - antenne Méditerranée ; - antenne Nouvelle-Calédonie ; - antenne océan Indien ; - antenne Polynésie française - antenne Guyane (en cours de définition). Les antennes sont chargées de décliner, à l échelle de leur façade et en fonction des questions particulières qui s y posent, la mission d appui aux politiques publiques de l Agence, qui s inscrivent à titre principal dans les axes de la stratégie nationale de création et de gestion des aires marines protégées. En métropole, une attention particulière est portée à la contribution à la mise en œuvre des directives Natura 2000 et DCSMM. Les actions des antennes s inscrivent principalement dans les domaines d activité 2, 3, 4 et 5 du contrat d objectif ; toutefois, il est également possible qu elles développent des projets dans le domaine d activité 1. Les antennes sont les interlocuteurs privilégiés des autorités et services déconcentrés de l État, des organismes professionnels ou associatifs locaux ou régionaux, des gestionnaires d AMP de la façade. Les antennes entretiennent également un lien avec les collectivités ; dans le cas particulier des collectivités du Pacifique, qui détiennent des compétences sur le milieu marin, le lien avec ces dernières est particulièrement développé. Les antennes sont en relation avec les parcs naturels marins de leur façade ainsi qu avec les autres catégories d aires marines protégées. Elles contribuent à assurer la cohérence des 8

9 approches dans les domaines d intervention de ces AMP (connaissance, suivi, gestion, sensibilisation...), au niveau de la façade. Elles développement pour ce faire des actions d animation et des projets techniques fédérateurs. Nonobstant un domaine d action qui couvre aussi les mers régionales (cf. infra), le domaine d intervention des antennes dans les eaux françaises est : - antenne Antilles : les eaux de la Martinique, de la Guadeloupe et des îles du nord ; - antenne Atlantique : les eaux sous la compétence du Préfet maritime de l Atlantique ; - antenne Manche mer du Nord : les eaux sous la compétence du Préfet maritime de la Manche ; - antenne Méditerranée : les eaux sous la compétence du Préfet maritime de la Méditerranée ; - antenne Nouvelle-Calédonie : les eaux néo-calédoniennes ; - antenne océan Indien : les eaux françaises du sud-ouest de l océan Indien (Mayotte, La Réunion, îles Eparses) ; - antenne Polynésie française : les eaux polynésiennes. Les activités de l Agence concernant l océan Austral sont pilotées depuis le siège ; il n existe pas à ce jour d antenne en Guyane. Concernant l antenne Manche mer du Nord et l antenne Atlantique, les projets et activités peuvent, au cas par cas, répondre à un zonage différent de celui indiqué ci-dessus, notamment dans le cadre d une logique biogéographique comme celle qui découle du découpage de la DCSMM. L organisation au sein d une antenne métropolitaine est basée sur une entrée thématique et sur une entrée géographique : chaque chargé de mission est référent pour une ou plusieurs thématiques spécifiques au sein de l antenne, en même temps qu il est l interlocuteur privilégié des acteurs d un ensemble géographiquement cohérent d aires marines protégées. Certaines antennes sont chargées d animer et de coordonner les actions de l Agence auprès des conventions régionales sur les mers et d organiser le soutien de l Agence aux services de l État sur ces conventions ; elles sont les points focaux pour l Agence auprès de ces conventions et de leurs centres d activités régionaux : - l antenne Atlantique pour la convention OSPAR ; - l antenne Méditerranée pour la convention de Barcelone ; - l antenne Antilles pour la convention de Carthagène ; - l antenne Nouvelle-Calédonie pour la convention d Apia ; - l antenne océan Indien pour la convention de Nairobi, Sans préjudice des projets et contributions des autres antennes, parcs naturels marins ou services concernant ces conventions. Les présentes missions pourront être reconsidérées au regard de l évolution des effectifs des antennes. C secrétariat général 1. Mission Le secrétariat général assiste le directeur pour la bonne mise en œuvre du fonctionnement de l Agence et veille notamment au respect des règles liées à la déontologie, à la gestion administrative et financière, à la santé et sécurité au travail. 9

10 Le secrétaire général est habilité à formuler toutes remarques ou rappels à tout agent dont les agissements seraient contraires aux règles déontologiques ou aux procédures internes de l Agence. Il met en œuvre l organisation administrative et des systèmes d information et de télécommunication de l Agence. Il assiste le directeur dans l organisation des réunions du conseil d administration, de son bureau et des instances sociales de l Agence. Il assure la préparation et le secrétariat du «CODIR Performance». Il garantit la sécurité juridique des actes administratifs de l Agence en conduisant les actions préventives et contentieuses nécessaires. Il coordonne l élaboration du programme de travail et du rapport d activité de l Agence. Il coordonne les réponses à apporter aux instances de contrôle. Il gère la relation contractuelle avec le titulaire du marché relatif à l assistance juridique. Il s assure de la mise à jour du recueil des actes administratifs de l Agence ainsi que les procédures internes et en assure la publicité et la diffusion. Il est responsable de la communication interne. 2. Organisation Le secrétaire général a sous sa direction : 1. Un service des ressources humaines 2. Un service système d information et téléphonie 3. Un service achat 4. Un service secrétariat/logistique 5. Un service pilotage de la performance par projet Il est assisté par un secrétaire général adjoint. Il assure le pilotage fonctionnel des assistants administratifs et logistiques et des contrôleurs de gestion des parcs naturels marins. Le service ressources humaines : Le service des ressources humaines crée les conditions d une contribution adaptée des ressources humaines à la stratégie et aux engagements de l Agence. Il élabore et met en œuvre une stratégie d emploi et de compétences cohérente avec les orientations stratégiques. Il assure pour l ensemble des services les recrutements, la formation et la gestion des carrières et des rémunérations. Il organise le dialogue social au travers de ses instances, négocie et met en œuvre les accords relevant de ses attributions et assure les relations avec les représentants du personnel. Il gère les dispositifs d action sociale. Il anime, en lien avec le conseiller et les assistants de prévention, les actions en matière de santé et sécurité au travail. Le service système d information et téléphonie : Sous la direction d un chef de service, le service informatique définit et met en œuvre les systèmes d'information destinés au pilotage et à la gestion des différentes activités de l'agence 10

11 et assure leur sécurité. À ce titre, il est chargé de définir, mettre en place et gérer les moyens techniques nécessaires aux systèmes d'information et de communication, de planifier leur évolution dans le cadre d'un futur schéma directeur. Il réalise et/ou accompagne l'étude et la conduite des projets liés aux systèmes d'information (gestion de base de données) et contribue également, par ses compétences et ses moyens, au développement des actions communes décidées entre l'agence et ses partenaires institutionnels. Il participe au développement d applications Web. Il prend aussi en charge toute opération particulière d'intérêt général relevant de sa compétence. Le service achat : Sous la direction du secrétaire général, le service achat centralise et met en œuvre l ensemble des stratégies d achat des services du siège, ainsi que toutes celles des parcs naturels marins qui conduisent à un contrat écrit ou à un appel d offres. Il assiste les prescripteurs dans la sélection des candidatures et des offres. Le service «pilotage de la performance par projet» : Sous la direction du secrétaire général, le service «pilotage de la performance par projet» soutient les départements de l Agence dans le pilotage de leurs projets en mettant à disposition des informations et des outils d aide au pilotage interne. Pour certains projets, dont les enjeux sont particulièrement significatifs du fait de leur coût, de leur technicité ou de leur portée, il apporte un appui technique et administratif aux chefs projets. Il coordonne l élaboration du budget de l Agence. Il assure la préparation et le secrétariat des «CODIR Performance» Ce service assure également la gestion administrative de certains programmes européens et apporte un soutien technique dans le cadre des préparations de réponse aux appels à projets internationaux. Le service secrétariat/logistique : Sous la direction du secrétaire général, le service «secrétariat/logistique» assure les fonctions de secrétariat du siège de l Agence, la gestion des moyens matériels hors informatiques et immobiliers du siège et le suivi de ceux mis à disposition des parcs naturels marins. Ce service organise le séminaire interne de l Agence. La partie logistique de ce service gère les relations avec les services de l État chargés du suivi immobilier, en lien notamment avec les assistants des parcs naturels marins chargés de la logistique. Elle contribue à la mise en place du matériel nécessaire à la sécurité des agents. Le secrétariat de direction assure la gestion du courrier, de l agenda et des déplacements du directeur, et participe à l organisation des réunions du conseil d administration. Le secrétariat chargé de l accueil assure l accueil téléphonique et physique du siège, la réception du courrier du siège et sa diffusion au sein du secrétariat général, auprès du secrétariat de direction et des départements. Il gère les déplacements des agents des sites du siège à Brest, des antennes de façades et des missions d études. 11

12 D- l Agence comptable 1- Mission L agent comptable, comptable public, est chargé des opérations décrites à l article 11 du décret du 29 décembre Dans ce cadre, l agent comptable est notamment chargé du paiement des dépenses de l Agence, de la prise en charge et du recouvrement des recettes et de la présentation du compte financier de l Agence au conseil d administration et à la cour des comptes. À ce titre, l agent comptable est tenu d exercer les contrôles prévus aux articles 12 et 13 du décret du 29 décembre 1962 en matière de recettes, de dépenses, de trésorerie et de comptabilité. 2- Organisation Sous la direction de l agent comptable, l Agence comptable de l Agence assure les fonctions mentionnées ci-dessus. Par convention avec le directeur, l Agent comptable assure également la direction de chef des services financiers de l Agence qui a en charge la gestion financière pour le compte de l ordonnateur. Il a notamment en charge la saisie et la mise en œuvre du budget et des décisions budgétaires modificatives, des saisies des engagements provisionnels et spécifiques, de la prise en charges de l ensemble des actes de liquidation et d ordonnancement. E- services et fonctions rattachés au directeur de l Agence Le service communication et le délégué aux relations internationales sont sous la direction directe du directeur de l Agence. D autres fonctions peuvent être rattachées directement au directeur de l Agence, comme c est le cas des missions relatives à la recherche de mécènes. Service communication : Sous la direction d un chef de service, le service communication a pour missions principales de : - définir et mettre en œuvre la stratégie de communication de l Agence ; - communiquer vers le monde institutionnel et les acteurs de la mer (élus, socioprofessionnels, usagers de loisirs, services de l État, partenaires ) pour développer la reconnaissance et la notoriété de l Agence, ainsi que pour accompagner le travail de création et de gestion des parcs naturels marins en France et outre-mer ; - communiquer vers le grand public en développant des partenariats et en valorisant les actions techniques et scientifiques de l Agence ; - développer des outils de communication répondant aux différentes stratégies : outils structurants et pérennes (sites internet, photo-vidéothèque, plaquettes, expositions, relations presse ). Le chef de service communication assure le pilotage fonctionnel des chargés de communication des parcs naturels marins. Le délégué aux «relations internationales», en lien avec le département «appui aux politiques publiques» et en lien avec le ministère des Affaires étrangères, a en charge de définir et entretenir les relations de l Agence avec les organisations internationales en charge de l environnement. Il tisse un réseau de relation de haut niveau avec les acteurs publics 12

13 équivalents à l Agence et les importantes organisations non gouvernementales. Il assure par ailleurs une représentation de l Agence auprès de l administration de la Commission européenne. II- Le management de l Agence A- le directeur de l Agence Le directeur exerce la direction générale de l Agence des aires marines protégées. Dans le cadre de cette fonction, il est le responsable du management global des équipes de l Agence. Il est le garant du respect des règles déontologiques, des valeurs et principes liés au service public au sein de l Agence. Le directeur est le décisionnaire final en matière de sanctions disciplinaires. Il est l ordonnateur principal des dépenses de l Agence. Avec l appui du conseiller et des assistants de prévention, des services du secrétariat général et des correspondants locaux, il s assure de la bonne application des règles de santé et sécurité, dont il rend compte trimestriellement auprès du comité hygiène et sécurité des conditions de travail. B- la direction générale Le directeur, les directeurs de département, le secrétaire général et leurs adjoints forment la direction générale de l Agence qui est chargée du pilotage de l Agence. La direction générale de l Agence prépare les orientations et décisions du conseil d administration et en définit les conditions de mise en œuvre. Elle élabore les grandes options stratégiques et les positions de l Agence sur les questions générales ; elle prend les décisions de portée générale relatives à l organisation et à la gouvernance qui sont soumises à l avis du comité technique de l Agence. Au travers d une lettre d engagement performance, le directeur fixe chaque année les objectifs et les moyens humains et financiers alloués aux directeurs de département et au secrétaire général, lesquels déterminent par la suite la ventilation des moyens financiers par projet et des moyens humains par service, dans le cadre de dialogues de gestion. Les directeurs de département et le secrétaire général sont responsables du management et de l encadrement hiérarchique des chefs de services et agents qui leur sont directement rattachés. C- la gouvernance de la direction générale Le dispositif de gouvernance de la direction générale se constitue : d un comité de direction, d un «Codir Performance» de réunions des chefs de service Présidé par le directeur, le comité de direction comprend les membres de la direction générale. Ses réunions sont hebdomadaires. Il définit la position de l Agence sur les thèmes d actualité et assure le suivi de l activité opérationnelle et des questions liées au pilotage et à la bonne gestion de l Agence. Il valide également les renouvellements de contrat des agents. Présidé par le directeur, le «Codir performance» comprend les membres de la direction, l agent comptable et le contrôleur financier. Ses réunions sont trimestrielles. Il assure le suivi global du budget et de la performance de l Agence, notamment dans le cadre du suivi du contrat d objectifs de l Agence. 13

14 Une réunion mensuelle qui réunit l ensemble des chefs de service est organisée par la direction générale de l Agence, afin d assurer le management global, la cohérence opérationnelle des activités de l Agence et de contribuer à la communication interne. D- les chefs de service de l Agence Les chefs de service veillent au bon fonctionnement du collectif de travail dont ils sont responsables et à la qualité de ses relations avec les autres services de l Agence, ainsi qu avec les partenaires externes. Ils détiennent une certaine autonomie dans le pilotage de leurs services et dans les liens qu ils tissent avec les partenaires externes de l Agence. Ils sont chargés de l encadrement hiérarchique de l ensemble des personnels au sein de leur service. Dans ce cadre, ils s assurent du respect du règlement intérieur et des procédures internes de l Agence au sein de leur service. La fixation des congés, des autorisations d absence et le contrôle du respect des horaires de travail relèvent des chefs de service, dans le cadre des principes fixés par le règlement intérieur de l Agence. Les chefs de service s assurent également au sein de leur service du respect des règles déontologiques et des principes liés aux statuts des agents publics de l État. Les chefs de service doivent s assurer que les règles internes liées à la santé et la sécurité sont correctement appliquées au sein de leur service. En cas d agissements contraires aux règles déontologiques et celles liées à la santé et la sécurité, les chefs de service doivent également informer formellement leur directeur de département et le secrétaire général. Les chefs de service ont en charge la définition des objectifs et l évaluation (par délégation) des agents placés au sein de leur service. Ils relayent auprès de leurs agents l information transmise par la direction générale et assurent également la remontée d information vers la direction générale de toute information susceptible d être utile au pilotage de l établissement (informations sur les projets, alertes diverses, propositions innovantes, dysfonctionnements, etc.). Sans être délégataire du pouvoir disciplinaire, le pouvoir hiérarchique des chefs de service leur confère ainsi la capacité d instruction (évoquer et traiter directement une affaire avec un agent), d annulation (capacité à annuler une décision prise par un agent), de substitution (agir en lieu et place de l agent) et de réformation (capacité à faire modifier une décision/action prise par un agent). Le caractère intégré de l organisation de l Agence (cf. point précédent, «organisation générale de l Agence») conduit par ailleurs à combiner pour certains services un management hiérarchique et fonctionnel, le management fonctionnel intervenant dans le cadre des «pôles métier». Cette distinction concerne notamment les fonctions «géomatique», «communication» et «administratives», où la stratégie et les procédures pour l ensemble de l Agence sont définies, depuis le siège, par les chefs de service de ces spécialités. La mise en œuvre de cette stratégie est ensuite déclinée au sein des entités déconcentrées de l Agence (antennes, missions et parcs marins) auprès des agents dédiés à ces fonctions. Ces chefs de services détiennent une autorité fonctionnelle sur ces agents. L autorité hiérarchique relève des chefs de service des entités où sont affectés les agents concernés. Dans le périmètre d un «pôle métier», le responsable «fonctionnel» a la capacité de coordonner et de contrôler le travail des agents. Il régule la charge de travail de l agent et, le cas échéant, demande au responsable hiérarchique d arbitrer les priorités de plan de charge. Le 14

15 responsable «fonctionnel» veille à ce que l agent soit bien intégré au sein du «pôle métier» concerné (bonne connaissance des procédures, et des projets en cours notamment). Les responsables «fonctionnels» participent à l évaluation des agents concernés par ce pilotage. E- les chefs d unité des parcs naturels marins Tel que défini par l organisation type des parcs naturels mains, les chefs d unité, placés au sein du service «opérations», sont chargés de l encadrement direct d une unité et assure l évaluation de premier niveau des agents de l unité. F- les chefs de projet L intégration de la gestion par projet dans le cadre de cette structure hiérarchique repose principalement sur le rôle des chefs de projet, qui agissent dans le cadre de la transversalité entre l ensemble des départements. Un projet pouvant par principe nécessiter les ressources de plusieurs départements, le chef de projet a la capacité de coordonner les tâches de plusieurs agents appartenant à d autres départements. Les missions du chef de projet sont notamment : - de décrire les objectifs du projet (résultats et productions attendues) - de planifier les ressources financières, matérielles et humaines, en lien avec les responsables hiérarchiques - de suivre l état d état d avancement technique et financier du projet III- Modalités de capitalisation, de valorisation et de synergie L organisation intégrée de l Agence doit permettre de favoriser les échanges d expériences, le partage des compétences et la diffusion des bonnes pratiques entre l ensemble des services de l Agence. Celle-ci s efforce ainsi à développer et consolider l expertise scientifique et technique, en interne, nécessaire à son action. Ces objectifs doivent permettre de capitaliser, valoriser et diffuser les travaux qu elle mène au plan national et au niveau des parcs naturels marins. Cet objectif se formalise notamment au travers le développement des réseaux thématiques qui seront effectifs au cours de l année Une note de cadrage des réseaux thématiques est élaborée. Les réseaux thématiques doivent constituer des éléments déterminants des transversalités à instaurer dans le fonctionnement de l Agence. Leur mise en place contribuera à l atteinte de plusieurs objectifs du projet d établissement, notamment «assurer la transversalité des actions de l Agence», «améliorer l information des agents», «conforter la gestion par projet», «élaborer une doctrine de mobilisation de l expertise interne», «garantir la qualité de l expertise et des avis formulés par les équipes de l Agence». Ils ont également vocation à favoriser la mise en cohérence des actions menées par l Agence. 15

16 Agence des aires marines protégées 16 Quai de la douane BP Brest cedex 2 Tél : Fax :

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE Contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

Fiche emploi-cible REN. Directeur/trice de structure associative d Education à l Environnement. Cette fiche emploi-cible a pour objectif :

Fiche emploi-cible REN. Directeur/trice de structure associative d Education à l Environnement. Cette fiche emploi-cible a pour objectif : Fiche emploi-cible REN Réseau Réseau école école et Nature et Nature L éducation à à l environnement pour comprendre pour comprendre le monde, le monde, Réseau école et Nature agir agir et vivre et vivre

Plus en détail

Formation en travail social - VAE

Formation en travail social - VAE ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

FICHE DE POSTE ASSISTANT DE DIRECTION / RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET FINANCIER

FICHE DE POSTE ASSISTANT DE DIRECTION / RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET FINANCIER FICHE DE POSTE ASSISTANT DE DIRECTION / RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET FINANCIER FONCTION Emploi repère CCN : RESPONSABLE DE SECTEUR 1. Assistance de direction : 3.1 Représenter la structure dans le cadre

Plus en détail

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS Direction : Direction générale Effectifs supervisés : Trois personnes Supérieur immédiat : Directrice générale 1. Sommaire de la fonction Sous

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 3 du 22 janvier 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 1

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 3 du 22 janvier 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 1 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 3 du 22 janvier 2015 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 1 ARRÊTÉ portant organisation de la direction générale de l office national des

Plus en détail

CONCOURS EXTERNE INRIA N RH3 ACCES AU CORPS DES ASSISTANTS INGENIEURS 1 POSTE : ASSISTANT RESSOURCES HUMAINES (H/F)

CONCOURS EXTERNE INRIA N RH3 ACCES AU CORPS DES ASSISTANTS INGENIEURS 1 POSTE : ASSISTANT RESSOURCES HUMAINES (H/F) CONCOURS EXTERNE INRIA N RH3 ACCES AU CORPS DES ASSISTANTS INGENIEURS 1 POSTE : ASSISTANT RESSOURCES HUMAINES (H/F) CENTRE DE RECHERCHE LILLE NORD EUROPE PHASE D ADMISSION : EPREUVE ECRITE DUREE : 2 HEURES

Plus en détail

RESPONSABLE D UN SERVICE DES FINANCES PUBLIQUES

RESPONSABLE D UN SERVICE DES FINANCES PUBLIQUES 422 Finances publiques Le domaine fonctionnel Finances publiques regroupe les emplois relatifs à la gestion des finances publiques, en matière de ressources, de dépenses, d établissement et de vérification

Plus en détail

Label qualité Aide en santé

Label qualité Aide en santé Label qualité Aide en santé La qualité de service rendu aux usagers des dispositifs d aide à distance Octobre 2014 2 Label qualité Aide en santé / octobre 2014 Table des matières PRÉAMBULE... 3 CONTEXTE

Plus en détail

Convention de partenariat Etat/OPPBTP. sur la prévention des risques professionnels

Convention de partenariat Etat/OPPBTP. sur la prévention des risques professionnels Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère délégué à l emploi, au travail et à l insertion professionnelle des jeunes Convention de partenariat Etat/OPPBTP sur la prévention

Plus en détail

I - Le CFA support d UFA. Encart : Mise en œuvre de la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école

I - Le CFA support d UFA. Encart : Mise en œuvre de la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école Encart : Mise en œuvre de la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école UNITÉS DE FORMATION PAR APPRENTISSAGE (UFA) C. n 2006-042 du 14-3-2006 NOR : MENE0600465C RLR : 527-3b MEN - DESCO

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Arrêté du 11 mai 2007 portant définition et classification des emplois types des agences de l eau NOR :

Plus en détail

Rapporteur : Louis VILLARET RAPPORT 1.2 ADMINISTRATION GENERALE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES : RESEAU REVMED PARTICIPATION AU RESEAU REVMED, RESEAU MEDITERRANEEN DE COLLECTIVITES POUR L EVALUATION

Plus en détail

FICHE DE DESCRIPTION DU POSTE POUR LE BRESIL

FICHE DE DESCRIPTION DU POSTE POUR LE BRESIL FICHE DE DESCRIPTION DU POSTE POUR LE BRESIL 1.1. POUR LE MINISTERE FRANÇAIS DE L EDUCATION NATIONALE Le MEN, utilisant son expertise technique et pédagogique, sélectionne et met à disposition du Centre

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Comparatif avant-après des articles 1 à 5 du décret relatif aux missions et à l organisation de l administration centrale

Comparatif avant-après des articles 1 à 5 du décret relatif aux missions et à l organisation de l administration centrale Comparatif avant-après des articles 1 à 5 du décret relatif aux missions et à l organisation de l administration centrale Remarques générales sur les modifications effectuées par les services du SGG :

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS CHEF DE SERVICE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS CHEF DE SERVICE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/ERH3/DBL/CM/12-28 Christine MERMET 01 43 93 89 46 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE GRADE : FONCTION

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

Direction des études

Direction des études Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Les ACMO : nomination, missions, règles, rôles, place, recrutement. L ACMO ET L EMPLOYEUR LES MISSIONS DE L

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie :

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie : Termes de référence du conseiller technique principal du Ministère de l Eau, de l Assainissement et de l Hydraulique Villageoise (MEAHV) 1. Contexte et justification Le principal défi du MEAHV réside dans

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2007-2018 Date: 07 février 2007

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2007-2018 Date: 07 février 2007 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Direction Générale de l Enseignement et de la Recherche Sous-direction des établissements et de la politique contractuelle Suivi par : Yves SCHENFEIGEL 1 ter avenue

Plus en détail

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 INSTITUT NATIONAL DU CANCER RAPPORT AU COMITE D AUDIT Page 1 Sommaire I. TRAVAUX DU COMITE D AUDIT EN 2012... 3 II. PLAN ANNUEL D AUDIT 2012... 3 1. CONTEXTE... 3 2.

Plus en détail

Fiches emplois communautaires. Réseau Cicas Version Collaborateurs 07/10/2015

Fiches emplois communautaires. Réseau Cicas Version Collaborateurs 07/10/2015 Fiches emplois communautaires Réseau Cicas Version Collaborateurs 07/10/2015 l[ NOTICE MÉTHODOLOGIQUE Utilisation des fiches emplois communautaires LES OBJECTIFS DES FICHES EMPLOIS COMMUNAUTAIRES Les fiches

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

ACCORD SUR LA CLASSIFICATION NATIONALE DES EMPLOIS Adopté en CPN le 28 mars 2006 Modifié en CPN le 10 juin 2008 Modifié en CPN le XX/XX/2014

ACCORD SUR LA CLASSIFICATION NATIONALE DES EMPLOIS Adopté en CPN le 28 mars 2006 Modifié en CPN le 10 juin 2008 Modifié en CPN le XX/XX/2014 ACCORD SUR LA CLASSIFICATION NATIONALE DES EMPLOIS Adopté en CPN le 28 mars 2006 Modifié en CPN le 10 juin 2008 Modifié en CPN le XX/XX/2014 PREAMBULE : OBJECTIFS DE LA CLASSIFICATION DES EMPLOIS Les Chambres

Plus en détail

PRINCIPES ORGANISATEURS 1- UN DECOUPAGE REGIONAL ET UN PARTENARIAT ACADEMIQUE. La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger

PRINCIPES ORGANISATEURS 1- UN DECOUPAGE REGIONAL ET UN PARTENARIAT ACADEMIQUE. La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger à mesdames et messieurs les chefs des postes diplomatiques et consulaires à l attention de mesdames et messieurs les conseillers de coopération

Plus en détail

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A)

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A) DIRECTION DES SERVICES FINANCIERS DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département Développement des compétences et parcours de carrière Contact Nathalie GIGOT Tél : 01 41 90 34 66 Fax : 01 41 90 34 09 E-mail

Plus en détail

VERS LES FONCTIONS SUPPORT DE L AGENCE FRANCAISE POUR LA BIODIVERSITE

VERS LES FONCTIONS SUPPORT DE L AGENCE FRANCAISE POUR LA BIODIVERSITE VERS LES FONCTIONS SUPPORT DE L AGENCE FRANCAISE POUR LA BIODIVERSITE 1- Des fonctions support organisées différemment selon les établissements Des fonctions support et/ou soutien existent dans chacun

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau de la démographie et des formations

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS SECRETARIAT D ETAT AUX SPORTS

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS SECRETARIAT D ETAT AUX SPORTS MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS SECRETARIAT D ETAT AUX SPORTS DIRECTI O N D E S SPORT S SOUS-DIRECTION DE L ACTION TERRITORIALE Bureau des fédérations multisports des activités sportives de nature

Plus en détail

La classification des salariés

La classification des salariés La classification des salariés Cette Fiche pratique vous propose de vous présenter la grille de classification des salariés introduite par le chapitre 9 de la Convention collective nationale du sport (CCNS).

Plus en détail

CIRCULAIRE SG/DICOM/C2006-9501 Date: 18 mai 2006

CIRCULAIRE SG/DICOM/C2006-9501 Date: 18 mai 2006 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE SECRETARIAT GENERAL DELEGATION A L INFORMATION ET A LA COMMUNICATION Adresse : 78, rue de varenne 75349 PARIS 07 SP Dossier suivi par : Tél. : 01.49.55.48.78 Fax

Plus en détail

PROGRAMME DE LA FORMATION

PROGRAMME DE LA FORMATION PROGRAMME DE LA FORMATION Compétences du domaine professionnel Soutien à la communication et aux relations internes et externes : Collaborer avec le(s) manager (s) - Instaurer et entretenir la relation

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

Enseignement supérieur - Recherche

Enseignement supérieur - Recherche 254 Enseignement supérieur - Recherche Le domaine fonctionnel Enseignement supérieur Recherche regroupe les emplois qui concourent à l enseignement supérieur et à la recherche. 255 CADRE DE DIRECTION EN

Plus en détail

Handicap International - Séminaire des Missions Sociales - juin 2013 - ACTES

Handicap International - Séminaire des Missions Sociales - juin 2013 - ACTES Les retours du terrain peuvent se faire par l'intermédiaire du desk au «manager de l alliance», par l'intermédiaire du RASTA, ou encore la collecte de données de bénéficiaires (noms des principaux partenaires

Plus en détail

Nos atouts pour vous accompagner

Nos atouts pour vous accompagner Formations Les effets de seuils sociaux Tableaux de bord sociaux et pilotage social Assistance à la mise en place d accords d entreprise Audit social d optimisation / de conformité / de sécurisation Rupture

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Intitulé du poste : Niveau de responsabilité dans la grille de classification Catégorie I niveau 1

FICHE DE POSTE. Intitulé du poste : Niveau de responsabilité dans la grille de classification Catégorie I niveau 1 AGENT D ENTRETIEN Catégorie I niveau 1 Formation générale : pas d exigence particulière Agence Gérant immobilier Il/ ou elle exécute des travaux d entretien dans les parties communes des immeubles (locaux

Plus en détail

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001,

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, BC 05.03.02 Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, Spécialité(s) : Toutes concernées Disciplines concernées : Toutes spécialités Titre : Guide de lecture de la norme NF

Plus en détail

Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4

Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4 Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4 L expression et la participation des personnes concernées sont des sujets consensuels, mais leur mise en œuvre effective

Plus en détail

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Règlement médical de l UFOLEP REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Adopté par le comité directeur national de l Ufolep le 11 avril 2008 1 PREAMBULE L article L. 231-5

Plus en détail

UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014

UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014 UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014 Directive ------------------------------- Règles minimales communes applicables aux GIE et associations de moyens Les CIL sont des associations régies par la

Plus en détail

COFOR SANTE. Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes)

COFOR SANTE. Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes) COFOR SANTE Des interventions* en : - Communication - Management - Relation client - Qualité - Gestion Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes) * cf. nos programmes

Plus en détail

ÉVALUATION PROFESSIONNELLE

ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES GROUPE Centre de Prestations Partagées Relations sociales et Conditions d Emploi (DRHG/CPP/RSC) C1 INTERNE Paris, le 22/06/2011 APPRÉCIATION INSTRUCTION N 013672 ÉVALUATION

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DU MINISTÈRE AVIS DE CONCOURS

FONCTIONNEMENT DU MINISTÈRE AVIS DE CONCOURS FONCTIONNEMENT DU MINISTÈRE AVIS DE CONCOURS Administration centrale Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Direction de l administration générale et de la modernisation des services

Plus en détail

Document unique de délégations EHPA et EHPAD publics non autonomes

Document unique de délégations EHPA et EHPAD publics non autonomes Direction logistique et prospective / Direction services extérieurs Conseil juridique / Etudes et formation referent.medicosocial@cdg22.fr Document unique de délégations EHPA et EHPAD publics non autonomes

Plus en détail

Charte de PI des CTI. Charte de Propriété Intellectuelle des Centres Techniques Industriels

Charte de PI des CTI. Charte de Propriété Intellectuelle des Centres Techniques Industriels Charte de Propriété Intellectuelle des Centres Techniques Industriels La présente Charte a été adoptée par le Conseil d Administration du Réseau CTI le 29 janvier 2009 1 Préambule L innovation et la recherche

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN Adoptée par le Conseil d administration Le 28 avril 1998 (résolution no 0099) et modifiée par le Conseil d administration

Plus en détail

ANNEXE 1. à la convention d adhésion. de la collectivité :... au service de MÉDECINE PRÉVENTIVE. Centre de Gestion

ANNEXE 1. à la convention d adhésion. de la collectivité :... au service de MÉDECINE PRÉVENTIVE. Centre de Gestion ANNEXE 1 à la convention d adhésion de la collectivité :... au service de MÉDECINE PRÉVENTIVE du Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Seine-Maritime MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Recrutement d un Responsable Administratif et Financier de l Unité de Coordination des Projets C2D Santé

Recrutement d un Responsable Administratif et Financier de l Unité de Coordination des Projets C2D Santé Republique de Côte d Ivoire Union Discipline Travail Le C2D, un partenariat au service du développement Côte d Ivoire Projets C2D Santé Recrutement d un Responsable Administratif et Financier de l Unité

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU DIPLOME D ETAT D INGÉNIERIE SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU DIPLOME D ETAT D INGÉNIERIE SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU DIPLOME D ETAT D INGÉNIERIE SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DE MÉTIER 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation CONSEIL D'ADMINISTRATION PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation L évaluation des politiques publiques a été introduite au sein

Plus en détail

PROJET DE NOTE RELATIVE A L ENTRETIEN PROFESSIONNEL ANNUEL

PROJET DE NOTE RELATIVE A L ENTRETIEN PROFESSIONNEL ANNUEL PROJET DE NOTE RELATIVE A L ENTRETIEN PROFESSIONNEL ANNUEL La présente note a pour objet de préciser les modalités de mise en œuvre de l entretien professionnel annuel prévu à l article 21 de la convention

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

Référentiel de la marque «Démarche T»

Référentiel de la marque «Démarche T» V7 Référentiel de la marque «Démarche T» 1 Sommaire SOMMAIRE... 2 INTRODUCTION... 3 LES CRITERES DE LA DEMARCHE T... 4 1. La direction stratégique, premier pilier...4 2. L action des services de production,

Plus en détail

Responsable du département. Production / Infrastructures

Responsable du département. Production / Infrastructures Page 1 sur 9 Nom Fonction REDACTEUR VERIFICATEUR APPROBATEUR Martine Véniard Directeur du système d information Directeur du personnel Direction générale Date 1/01/2016 Signature Sources : Répertoire des

Plus en détail

Paris, le 20 février 2004

Paris, le 20 février 2004 Paris, le 20 février 2004 Le ministre de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets de région (directions régionales des affaires culturelles) Mesdames et Messieurs les préfets

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE 25.3.2011 Journal officiel de l Union européenne C 93/17 V (Avis) PROCÉDURES ADMINISTRATIVES COMMISSION EUROPÉENNE APPEL À PROPOSITIONS EACEA/15/11 Dans le cadre du programme pour l éducation et la formation

Plus en détail

Préambule 3. Réaffirmer et promouvoir nos valeurs 3. Nos valeurs comme principes d action 3. Les PEP 71 aujourd hui 4

Préambule 3. Réaffirmer et promouvoir nos valeurs 3. Nos valeurs comme principes d action 3. Les PEP 71 aujourd hui 4 Projet associatif 2012-2017 1 Préambule 3 Réaffirmer et promouvoir nos valeurs 3 Nos valeurs comme principes d action 3 Les PEP 71 aujourd hui 4 Des orientations prioritaires de développement 7 2 Préambule

Plus en détail

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Direction Générale des Collectivités Locales Date: 01/08/2014 Réf : IC 1-08/2014 INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE Pays: Maroc Description de la mission:

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTEXTE. Qui sommes-nous?

ELEMENTS DE CONTEXTE. Qui sommes-nous? Cahier des charges - Appel à propositions Mise en œuvre de prestations d assistance technique à la mise en œuvre de la formation professionnelle dans les petites et moyennes entreprises du travail temporaire

Plus en détail

Santé - Cohésion sociale

Santé - Cohésion sociale Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 79 ASSISTANT SOCIAL Code : SCS05 Intitulé RIME : Assistant socio-éducatif FPESCS05 Il est chargé du suivi individualisé des agents. Il participe

Plus en détail

Brevet de Technicien Supérieur. Management des Unités Commerciales

Brevet de Technicien Supérieur. Management des Unités Commerciales Brevet de Technicien Supérieur Management des Unités Commerciales LE PROJET DE DÉVELOPPEMENT DE L UNITÉ COMMERCIALE 2 ème année Lycée Marie Curie - Versailles http://www.lyc-curie-versailles.ac-versailles.fr/

Plus en détail

APPEL d OFFRE AUDIT DU DISPOSITIF CHARTE DES BONNES PRATIQUES D ELEVAGE

APPEL d OFFRE AUDIT DU DISPOSITIF CHARTE DES BONNES PRATIQUES D ELEVAGE Confédération Nationale de l Elevage 149, Rue de Bercy 75 595 PARIS CEDEX 12 Tél. 01.40.04.51.10 Fax. 01.40.04.51.22 c.allo@cne.asso.fr delphine.neumeister@idele.fr simon.fourdin@idele.fr APPEL d OFFRE

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2006-2030 Date: le 6 mars 2006

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2006-2030 Date: le 6 mars 2006 Direction Générale de l'enseignement et de la Recherche MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Sous-direction des établissements et de la politique contractuelle Suivi par : 1 ter avenue Lowendal 75700

Plus en détail

Gestionnaire des ressources humaines

Gestionnaire des ressources humaines Gestionnaire des ressources humaines J4D22 Ressources humaines - T Le gestionnaire des ressources humaines réalise des actes administratifs, dans le respect des techniques, des règles et des procédures

Plus en détail

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables Le comité d audit Présentation du rapport du groupe de travail Anne Gillet Direction des affaires comptables Sommaire 1. Contexte & missions du groupe de travail 2. Les principales caractéristiques du

Plus en détail

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Mai 2007 Fiche entreprise Société Générale Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Présentation de l entreprise - Secteur d activité : Banque-Finance - Statut : Société Anonyme - Effectif

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

ACCORD SSTFP : UN ENGAGEMENT DE L ETAT ET DES AUTRES EMPLOYEURS de la FPT et de la FPH 3 AXES, 15 ACTIONS, 63 PROPOSITIONS

ACCORD SSTFP : UN ENGAGEMENT DE L ETAT ET DES AUTRES EMPLOYEURS de la FPT et de la FPH 3 AXES, 15 ACTIONS, 63 PROPOSITIONS ACCORD SSTFP : UN ENGAGEMENT DE L ETAT ET DES AUTRES EMPLOYEURS de la FPT et de la FPH 3 AXES, 15 ACTIONS, 63 PROPOSITIONS AXE 1 INSTANCES ET ACTEURS OPERATIONNELS COMPETENTS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Service du Personnel Recrutement

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Service du Personnel Recrutement Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Service du Personnel Recrutement Liège, le 30 janvier 2012 APPEL INTERNE et ETERNE AU CANDIDATURES

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

Politique Ressources Humaines

Politique Ressources Humaines Politique Ressources Humaines 1 Fondamentaux de la politique ressources humaines Une responsabilité partagée Egalité des chances et équité Un équilibre vie privée-vie le Des conditions favorables au maintien

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE INDUSTRIE, ÉNERGIE ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Décret n o 2012-279 du 28 février 2012 relatif à l Institut

Plus en détail

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 1 Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 2015-020-CTST-PRO-1 Approbation du 5 juin 2015 Annule et remplace l édition du 3 octobre 2014 2 Sommaire 1. Préambule...

Plus en détail

CONVENTION FÉDÉRATION FRANÇAISE D ATHLÉTISME LIGUE NATIONALE D ATHLÉTISME

CONVENTION FÉDÉRATION FRANÇAISE D ATHLÉTISME LIGUE NATIONALE D ATHLÉTISME CONVENTION FÉDÉRATION FRANÇAISE D ATHLÉTISME LIGUE NATIONALE D ATHLÉTISME PRÉAMBULE La Fédération Française d Athlétisme (FFA), association déclarée reconnue d utilité publique, est une Fédération sportive

Plus en détail

Dossier de demande de financement des expérimentations de services polyvalents d aide et de soins à domicile (SPASAD)

Dossier de demande de financement des expérimentations de services polyvalents d aide et de soins à domicile (SPASAD) Dossier de demande de financement des expérimentations de services polyvalents d aide et de soins à domicile (SPASAD) La Loi n 2015-1776 du 28 décembre 2015 relative à l adaptation de la société au vieillissement

Plus en détail

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au FICHE REPÈRES POUR LES CHSCT Un cadre unique pour une hétérogénéité des pratiques accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont

Plus en détail

AMBASSADEUR- CHEF DE POSTE DIPLOMATIQUE

AMBASSADEUR- CHEF DE POSTE DIPLOMATIQUE 78 Diplomatie Le domaine fonctionnel Diplomatie regroupe les emplois concourant à la définition et à la mise en œuvre de l action extérieure de la France, ainsi que ceux relatifs aux affaires consulaires

Plus en détail

Un contrat sectoriel pour l ESS en Rhône-Alpes 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009

Un contrat sectoriel pour l ESS en Rhône-Alpes 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009 1 RESUME DIAGNOSTIC : La Région Rhône Alpes a élaboré un Schéma Régional de Développement économique dans lequel il était

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION FRANCOPHONE DES AUTORITES DE PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES MODIFIES LE 22 NOVEMBRE 2013 A MARRAKECH

STATUTS DE L ASSOCIATION FRANCOPHONE DES AUTORITES DE PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES MODIFIES LE 22 NOVEMBRE 2013 A MARRAKECH STATUTS DE L ASSOCIATION FRANCOPHONE DES AUTORITES DE PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES MODIFIES LE 22 NOVEMBRE 2013 A MARRAKECH PREAMBULE Désireuses de donner effet aux déclarations adoptées lors des

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009 APAJH 78 Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés des Yvelines 11, rue Jacques Cartier 78280 GUYANCOURT 01.61.37.08.00-01.61.37.08.01 - APAJH-YVELINES@wanadoo.fr site internet : www.apajh78.org PROJET

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

Montrouge, le 3 décembre 2015

Montrouge, le 3 décembre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 3 décembre 2015 Réf. : CODEP-DCN-2015-035633 Monsieur le Directeur Direction du Parc Nucléaire et Thermique EDF Site Cap Ampère 1 place

Plus en détail

LIAISON BAC GA BTS AG PME-PMI

LIAISON BAC GA BTS AG PME-PMI Les cordées «Bac Pro/BTS» Fiche-conseils Matières professionnelles BAC GA LIAISON BAC GA BTS AG PME-PMI BTS AG PME-PMI Résultats Compétences Activités Tâches 1.1.1 Tenue des dossiers fournisseurs et sous

Plus en détail

CHARTE DE L ACTION SOCIALE

CHARTE DE L ACTION SOCIALE CHARTE DE L ACTION SOCIALE Préambule En adhérant au CNAS, votre collectivité ou établissement a choisi de mettre en place une politique d action sociale pour son personnel conformément aux dispositions

Plus en détail

Gestionnaire d applications

Gestionnaire d applications FONCTION DE LA FILIERE SI INTITULE : Gestionnaire d applications CLASSIFICATION / GROUPE : 3.3 A CODE RH :.. FAMILLE PROFESSIONNELLE : Filière SI - Exploitation et Services au client Date de mise en application

Plus en détail

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Mars 2012 Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Les huit orientations Le projet stratégique, voté en juin 2011 par les adhérents du Syneas, liste les huit orientations qui doivent guider l

Plus en détail