Colmatage des drains et matériaux filtrants

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Colmatage des drains et matériaux filtrants"

Transcription

1 CHAPITRE 12 Colmatage des drains et matériaux filtrants 12.1 INTRODUCTION Il est désastreux de constater après l installation de drains qu ils sont colmatés et que l investissementestperdu. Lecolmatagedesdrainsestinfluencéparlescaractéristiquesdusol,dudrainetles conditions d installation. Pour contrôler le colmatage des drains, il est important de comprendre les phénomènes qui y sont associés. Les matériaux filtrants sont utilisés pour contrôler l ensablement des drains et il est nécessaire de les connaître et les conditions d utilisation pour pouvoir faire des recommandations adéquates TYPES DE COLMATAGES Avant de décrire les phénomènes de colmatage des drains, il est important de connaître les formes et les origines en terme terminologique. Le colmatage des tuyaux de drainage peut revêtir deux formes: Lecolmatageexterneestl obstructiontotaleoupartielledesperforationset/oularéductionde la conductivité hydraulique du sol au voisinage du drain qui limitent la pénétration de l eau dans le drain. Le drain perd alors beaucoup de son efficacité hydraulique. Lecolmatageinterneestl obstructiontotaleoupartielledudrainpardesparticulesdesol,des racines ou des dépôts de nature chimiques ou biologiques. Ce colmatage amène une réduction delasectionhydrauliquedutuyauetdesacapacitédetransport. L origine du colmatage peut être unique ou mixte(combinant plusieurs causes). Les principales sont : Lescolmatagesminéraux:ilssontprovoquésparlamigrationdeparticulesminéralesquise déposent dans le tuyau(colmatage interne) et/ou qui sont immobilisées dans la zone autour du

2 192 COLMATAGE DES DRAINS ET MATÉRIAUX FILTRANTS drain. Ce dernier cas amène alors la formation d une zone peu perméable(colmatage externe). Ce colmatage peut survenir rapidement après la pose lors de la période de consolidation du sol dans la tranchée près du drain. Il est alors appelé colmatage primaire. Il est principalement le fait des mauvaises conditions d installation où le sol est très humide ou saturé. Le colmatage peut se produire dans les périodes subséquentes d écoulement et il est alors appelé colmatage secondaire. Ce dernier colmatage est principalement dû à la nature du sol. Le colmatage secondairedesdrainspardesparticulesdesolestaussiappeléensablementdesdrains.ilestlaprincipale forme de colmatage à laquelle les praticiens doivent faire face. Dans certains cas, l ensablement des drains peut se produire très rapidement voire dans l année qui suit l installation. Lescolmatages physico-chimiques et biologiques :ilssont dusaux modificationsdu milieu induites par la pose des drains qui provoque la prolifération d une microflore adaptée aux nouvelles conditions et/ou à des dépôts résultant de transformations chimiques. Les colmatages ferriques sontletypeleplusrépandu:ilscombinentdesdépôtsd oxydedeferobstruantles perforations et le développement d un gel bactérien à l intérieur du drain. Lescolmatagesracinaires:ilssontdusàl accumulationd uncheveluracinairedansledrain. Ils se produisent principalement dans les situations de drains transportant l eau provenant d une source. Le drain est alors un milieu privilégié pour l attraction racinaire car il constitue une réserve d eau et d air facilement utilisable. Les radicelles pénètrent dans le drain par les perforations et lorsqu elles meurent, elles créent des bouchons dans les tuyaux qui gênent alors l écoulement de l eau PROCESSUS D ENSABLEMENT Le processus d ensablement des drains commence lorsque les particules de sol sont arrachés et emportés dans le drain par le mouvement de l eau au travers des perforations. Pour comprendre le phénomène, il est important d analyser les forces que subit un volume élémentaire de sol à la surface de suintement. Dans un premier temps, nous allons analyser le cas d un volume élémentaire de sol pulvérulent(figure 12.1). L élémentestsoumisàlaforcedelagravitéetàuneforceascendantedue à l écoulement. La force de gravité correspond au poids déjaugé(poids - poussée d Archimède) : F g =(γ s γ e )(1 n) x y z [12.1] F g =Forcegravitationnelle γ s =Poidsspécifiquedesparticulesdesol(g/cm 3 ) γ e =Poidsspécifiquedesparticulesdel eau(g/cm 3 ) n =porosité La force due à l écoulement est provoquée par la différence de potentiel ou gradient hydraulique: F e =γ e 1 2 x y =γ e 1 2 z x y z =γ e i x y z [12.2] F e =Forced écoulement

3 PROCESSUS D ENSABLEMENT 193 F écoulement x F gravité y z 2 1 Figure 12.1 Bilan des forces sur un élément soumis à un écoulement ascendant. φ =Potentiel i = 1 2 z =gradienthydraulique L élémentsesoulèveralorsquelaforcedueàl écoulementseraplusgrandequelaforcedegravitéet ce phénomène est appelé boulance : F e F g γ e i (γ s γ e )(1 n)) [12.3] [12.4] Legradientquipermetl amorceduphénomèneestappelégradientcritique(i c ): i c γ s γ e γ e (1 n) [12.5] Ensupposantquelesparticulesdesolontunpoidsspécifiquede2,65g/cm 3 etquelesparticulessont desbillesarrangéesdelafaçonlapluscompacteavecuneporositéde0,35,legradientcritiqueest alorsde1,07. Danslecasd unsolidéalpossédantuneporositéde0,50,legradientcritiqueestalors de 0,83. Dans les sols pulvérulents, nous constatons que le gradient critique est de l ordre de l unité, cequiesttrèsélevé. Danslecasd unsolréel,lesforcesdecohésionetdefrictiondoivent êtreconsidéréesetellessont représentées par la résistance au cisaillement(τ)(figure 12.2): τ =F c +W sinθ f =F c +F f [12.6] τ = Résistance au cisaillement F c =Forcedecohésion W =Chargeappliquéesurlesol sinθ f =angledefrictionoucoefficientdefriction

4 194 COLMATAGE DES DRAINS ET MATÉRIAUX FILTRANTS F f =Forcedefriction (τ) Force de cisaillement Friction Cohésion sinθ f CHARGE(W) Figure 12.2 Résistance au cisaillement. Nous allons analyser le cas d une perforation située dans la partie inférieure du drain et une autre située dans la partie supérieure(figure 12.3). F écoulement F cohésion F friction DRAIN F cohésion F gravité F écoulement F gravité PERFORATION AU BASDUDRAIN PERFORATION AU HAUT DU DRAIN Figure 12.3 Bilan des forces sur un élément de sol à l entrée d un perforation. Pouruneperforationaubasdudrain,laforcedefrictionestnulle(W=0)etlebilandesforcesdonne: F e F g +F c γ e i (γ s γ e )(1 n))+f c i c γ s γ e γ e (1 n))+ F c γ e [12.7] [12.8] [12.9]

5 FORMATION DE PONTS 195 Pouruneperforationauhautdudrain,lebilandesforcesdonne: F e F c +F f F g [12.10] Laforcedefrictionestcauséeparlepoidsdelacolonnedesolau-dessusdel élément. Legradient critique est: i c F c γ e + W γ e sinθ f γ s γ e γ e (1 n)) [12.11] Comme nous le voyon,s les forces de cohésion et de gravité essaient de contrer les forces d écoulementpouruneperforationaubasdudrainalorsquelesforcesdecohésionetdefrictionmoinslaforce de gravité essaient de contrer les forces d écoulement pour une perforation au haut du drain. Au haut dudrain,lesforcesdefrictionsontimportantescomptetenudupoidsdelacolonne(w)desolau-dessus du drain FORMATION DE PONTS La section précédente analysé les forces provoquant le mouvement d un élément de sol dans une situation de stabilité beaucoup après l installation du drain. Dans la réalité, les particules de sol arrachéparlemouvementdel eauserontemportéesverslaperforation. Silaparticuleoulamotteest beaucoup plus petite que la perforation, elle entrera facilement dans le drain. Par contre, si elle est de latailledelaperforationouplusgrande,elleseraretenueparlaperforationetilsecréeraunpontà l entrée de la perforation. Le pont empêchera les particules suivantes de pénétrer dans le drain. Ce pont joue alors le rôle d un filtre. La figure 12.4 de l analyse micromorphologique de lames minces de sol à l interface avec le drain montre clairement la formation d arches par des agrégats(petites mottes de terre) ASPECTS THÉORIQUES L analyse des résultats de recherche permet de décrire théoriquement les processus se produisant suite à l installation d un drain. Après l installation du drain, le drain est recouvert plus ou moins rapidement par des mottes de sol qui laissent beaucoup de vides. Le processus de tassement du sol débutelentementavecladéformationdesmottescauséeparlapressiondelamassedesolau-dessus de celles-ci. Le tassement est influencé par la consistance du sol et son niveau s accroit avec le temps. Lorsquel eaucommenceàcoulerlelongdesmottes,ellebrisetousliensdecohésionnon permanents et les mottes s effritent. La gravité et les forces de l écoulement emportent les mottes brisées,lesagrégatsetlesparticulesdesolverslesperforationsdudrain. Silesagrégatsoulesmottes sont de l ordre de grandeur ou plus large que les perforations, elles vont former rapidement un pont face à la perforation. Si les agrégats ou les particules sont plus petites que l ouverture, elles entrerons facilement dans le drain et le processus se poursuivra jusqu à ce qu un agrégats ou groupe de particule ou d agrégats de plus grande dimension vienne former un pont au-dessus de l ouverture ou que

6 196 COLMATAGE DES DRAINS ET MATÉRIAUX FILTRANTS Figure 12.4 Formation d une arche par des petits agrégats et chemin préférentiel vers une perforation(gallaicahnd et al., 1987). le drain soit rempli. Si un pont se forme, tous les autres agrégats ou particules s accumuleront derrière le pont et le solidifieront. Lorsque ce processus, le haut du drain doit être considéré différemmentdubasdudrain. Auhautdudrain,legradienthydrauliqueetlagravités additionnepourpousserlesoldanslesondulationsdudrainfaceauxouvertures. Aubasdudrain,l écoulementestversle haut et agit contre la gravité. Dans cette situation, la pression est nécessairement plus petite qu audessus du drain. Alors, le sol sera moins bien consolidé dans les ondulations sous le drain qu au-dessusdudrainetlespontsserontplusdifficileàbâtiretserontmoinsstables. Lesolpluslâchedansles ondulationsaubasdudrainoffremoinsderésistanceàl écoulementetplusd eauvaentrerparles perforations situées au bas du drain. Si la force de traction de l eau sur les particules est suffisante pour les soulever(phénomène de boulance), les particules entrerons en grande quantité dans le drain. Lesollâchedanslesondulationsaubasdudrainpeutexpliquerpourquoiilsembleentrerplusdesol parlebasdudrainqueparlehaut. Laformationdepontsamèneàconsidéreruncasparticulier:siun agrégat ou une motte épouse exactement la forme de la perforation, celle-ci obstruera complètement la perforation et l eau ne pourra pénétrer dans le drain. Si cette situation est intéressante pour prévenir l ensablement des drains, elle l est moins en terme de drainage.

7 ASPECTS THÉORIQUES 197 Lors de l irrigation souterraine, l écoulement de l eau est inversée par rapport au drainage et il peut alors fragiliser les ponts. Les particules de sol seront plus susceptibles d entrer dans le drain lors des périodes drainage subséquentes. Figure 12.5 Évolution de la tranchée suite à l installation d un drain.

8 198 COLMATAGE DES DRAINS ET MATÉRIAUX FILTRANTS 12.6 PRÉDICTION DE LA SÉDIMENTATION Très peu d études ont essayé de prédire le niveau de sédimentation dans le drain. La première est basée sur l analyse granulométrique et l analyse des agrégats sous tamisage dans l eau(lagacé et Skaggs, 1984): ln(sed) =12,25+0,038AGR_1 0,122SM+0,144 ln AGR_25_50 0,046AGR_10_25+0,502ln AGR_100_200 0,160Argile 0,049Sable 2,964ln(Limon) +0,012CU+0,046ArgileLarg +0,848ln LimonLarg [12.12] SED = Épaisseur de sédiments(mm) AGR_1=Agrégats<0,1mm(%) SM =Sable moyen(%) AGR_25_50=Agrégats[0,25-0,50mm](%) AGR_10_25=Agrégats[0,10-0,25mm](%) AGR_100_200=Agrégats[1,00-2,00mm](%) Argile=Argile(%) Sable=Sable(%) Limon=Limon(%) CU = Coefficient d uniformité Larg = Largeur des pertuis(mm) Lecoefficientdecorrélationobtenuaétéde0,886etlafigure11.6présentelarelationentrelesépaisseurs de sédiments prédites et observées pour les cas analysés. En utilisant les résultats de plusieurs expériences Gallichand et Lagacé(1987) ont présenté une synthès présentée à la figure x. Les résultats peuvent être représntés par l équation suivante qui peut aider à prédire le niveau de sédiments dans les sols pulvérulents: CFHR+Fsol <0,5 [12.13] CF = Coefficient = 1,0(pertuis ronds), = 1,1(pertuis rectangulaires) HR = Rayon hydraulique des pertuis(mm) Fsol=Facteursol=0,68 -(1,187 D60)

9 199 Figure 12.6 Relation entre les épaisseurs de sédiments prédites et observées (Lagacé et Skaggs, 1985). FRACTION Broadhead, 1981 Broughton et al. 1982, et Lagacé, 1983 Gallichand et Lagacé, 1987 Lagacé, 1983 Trafford et Mice, 1972 Wiiardson, 1979 CFHR+FSOIL(mm) Figure 12.7 Prédiction de la fraction de sédiment occupant l espace libre en utilisant différents résultats de la littérature(adapté de Gallichand et Lagacé, 1988).

10 MEMBRANES GÉOTEXTILES Il existe différentes catégories de membranes géotextiles Les membranes tissées Les membranes tissées sont constituées de fibres orientées en deux directions perpendiculaires et qui s entrecroisent mutuellement. Comparativement aux autres méthodes de fabrication, le tissage représente une méthode plus coûteuse, mais il a l avantage de conduire à un produit ayant une structuresimple:ladistributiondelatailledesporesestjusquàuncertainpointuniforme,simpleetfacile à déterminer. D autre part, la géométrie relativement simple des membranes tissées permet de relier directement leurs propriétés mécaniques à celles des fibres. Il faut noter cependant que les caractéristiques de contrainte des membranes tissées sont presque toujoursprésentéesentermesdedirectiondechaîneoudetrame,maissilesmembranessontsoumisesà un effort dans une autre direction(diagonale), leurs propriétés sont considérablement modifiées. Dans l ensemble les membranes tissées offrent quand même des résistances moyennement fortes à très fortes et possèdent aussi une structure de pores simples Les membranes tricotées Alors que pour les membranes tissées les brins sont essentiellement rectilignes, les membranes tricotées sont constituées par des boucles de fibres reliées par des segments linéaires. Ainsi, de par cette structure, les membranes tricotées peuvent être soumises à des tensions dans une ou plusieurs directions sans augmenter de façon significative l effort sur les fibres. Leprocédédetricotageadeuxavantagessurletissage.Ilestmoinscheretiloffrelapossibilitéde fabriquer des tubes. Une des applications de ces tubes est leur utilisation comme filtres autour des drains agricoles Les membranes non tissées Oninclutdanscegroupetouteslesmembranesquinesontnitisséesnitricotées.Ellessontconstituées par des fibres reliées entre elles par différents procédés qui leur confèrent des propriétés particulières. Dans l ensemble, les membranes non tissées sont relativement bon marché et elles présentent des résistances à l effort allant de faible à moyennement forte. Elles ont également une très grande déformabilité. Elles sont largement utilisées comme filtres, comme drains, comme agent séparateur ou dans des travaux de renforcement léger Les membranes aiguillettées L aiguilletage est un procédé mécanique qui consiste à entremêler les filaments au moyen d aiguilles, ce qui confère une certaine résistance à la nappe obtenue. Pour obtenir une plus grande résistance, on peut aussi superposer plusieurs nappes qui seront aiguillettées ensemble.

11 MEMBRANES GÉOTEXTILES 201 Les membranes aiguillettées sont épaisses comparativement à leur poids(85 à 90% de vide) et la structure des pores est assez complexe. Ceci peut représenter un avantage en filtration Les membranes liées thermiquement Les fibres sont liées entre elles par passage entre deux cylindres chauffés et sous une importante pression.onobtientainsiunesouduredesfilamentslesunsauxautresauxpointsdecontact.lamembrane formée est relativement mince; la configuration et la dimension des pores sont indépendantes delacontrainteappliquéeàlamembrane.cependant,ilarrivesouventquesilanappedefibresest chauffée suffisamment pour créer une liaison solide entre les fibres, il s en suit une dégradation de leurs propriétés mécaniques ainsi qu une réduction de leur orientation Les membranes liées chimiquement Cesmembranessontproduitesparimprégnationdelanappedefibresavecunerésinequisertàles lier ensemble. L épaisseur et la structure de ces membranes sont intermédiaires entre les membranes aiguillettées et celles liées thermiquement. Cette méthode est cependant la plus coûteuse et, toutes choses égales d ailleurs, les membranes liées chimiquement ont moins de vide et une perméabilité plus faible Autres types On peut également trouver des membranes fabriquées à l aide d une combinaison de ces techniques de liaison. Ainsi, des membranes liées chimiquement sont souvent aiguillettées. D autre part, de nombreuses membranes sont produites en utilisant plus d une technique de constructionetdeliaison:parexemple.ilestcourantd aiguilletterdesfibressurunsupporttissé. Il apparaît donc qu il existe une grande variété de membranes et il est également évident qu on peut en obtenir un éventail encore plus grand avec le développement de nouvelles techniques et de nouveaux matériaux. Le domaine des caractéristiques de ces membranes est très étendu aussi bien du point de vue des caractéristiques des pores que des propriétés mécaniques. Leur durée de vie peut également être très différente. L ingénieur devra donc reconnaître ces différences et choisir les membranes qui conviennent le mieux pour chaque application particulière.

12 202

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

RÉACTION CHIMIQUE : lorsque le sol contient du fer, celui-ci migre avec l eau vers le drain et forme au contact de l air une boue d hydroxyde de fer;

RÉACTION CHIMIQUE : lorsque le sol contient du fer, celui-ci migre avec l eau vers le drain et forme au contact de l air une boue d hydroxyde de fer; L ocre ferreuse est le résultat d une réaction chimique ou d un processus biologique, les deux pouvant se produire individuellement ou simultanément : RÉACTION CHIMIQUE : lorsque le sol contient du fer,

Plus en détail

Systèmes de captage durables et sur mesure

Systèmes de captage durables et sur mesure Systèmes de captage durables et sur mesure L imperméabilisation massive des sols en milieu urbain, l accroissement du ruissellement en milieu rural et la proximité des nappes phréatiques obligent les concepteurs

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

Filtre à sable vertical

Filtre à sable vertical EPURATION Filtre à sable vertical Mai 2006 Schéma de principe Longueur du filtre (mini 4m - maxi 15m) 0,50 m ou lit filtrant drainé canalisations d amenée non perforées 0,50 m 1 m regard de bouclage ventilé

Plus en détail

ANNEXE 3 VERTE [1] [6] GÉNÉRALITÉS ANNEXE 3 : LA TOITURE VERTE LA TOITURE-JARDIN

ANNEXE 3 VERTE [1] [6] GÉNÉRALITÉS ANNEXE 3 : LA TOITURE VERTE LA TOITURE-JARDIN ANNEXE 3 LA TOITURE VERTE [1] [6] GÉNÉRALITÉS LES TYPES DE TOITURE VERTE La toiture-jardin La toiture-jardin légère La toiture végétalisée LES AVANTAGES DE LA TOITURE VERTE LES PARTICULARITÉS DE L ÉTANCHÉITÉ

Plus en détail

épandage en terrain pentu. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007.

épandage en terrain pentu. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007. Syndicat Interdépartemental de Gestion de l'alagnon et de ses affluents Mise en œuvre des dispositifs d assainissement d non collectif. Tranchées d éd épandage en terrain pentu. Ce document reprend la

Plus en détail

Isodrain Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés

Isodrain Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés Isodrain Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés Isodrain Standard Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés Notre gamme de produit à base de HDPE est de très haute qualité.

Plus en détail

CONSTRUCTION D UNE FOSSE SEPTIQUE

CONSTRUCTION D UNE FOSSE SEPTIQUE CONSTRUCTION D UNE FOSSE SEPTIQUE La construction d'une fosse septique exige habituellement l'assistance et la supervision d'un technicien ou au moins d'un contremaître compétent en la matière. Le positionnement

Plus en détail

Dossier de présentation général du Système de traitement des eaux usées

Dossier de présentation général du Système de traitement des eaux usées Dossier de présentation général du Système de traitement des eaux usées Sans électricité / Sans mécanique / Sans entretien Le Système Enviro-SepticMD Réinventer l art de distribuer, traiter et infiltrer

Plus en détail

Catégories d'environnement d'exploitation

Catégories d'environnement d'exploitation standard technique note technique Environnement d'exploitation du matériel Liste des mots-clés environnement industriel Objet Cette note donne la définition des catégories d'environnement à travers la

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

Nivellement du terrain et drainage pour des sous-sols performants

Nivellement du terrain et drainage pour des sous-sols performants Solution constructive n o 69 Nivellement du terrain et drainage pour des sous-sols performants Par M.C. Swinton et T.J. Kesik Pour éviter que l eau n endommage les sous-sols et leur contenu, il doit y

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Avis relatif à l agrément de dispositifs de traitement des eaux usées domestiques et fiches techniques

Plus en détail

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010 Exemple: Modèle numérique de terrain Photo printemps 2010 Photo : Véronique Gagnon, ing. junior. Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie Écoulement hypodermique provenant d un labour

Plus en détail

Changements de dimension

Changements de dimension Changements de dimension Le béton peut être soumis à des changements de dimension les causes principales pour ces changements sont: CHARGE MÉCANIQUE FLUAGE VARIATION D HUMIDITÉ SECHAGE VARIATION DE TEMPERATURE

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

LE CONFORT D UN SOL ISOLE

LE CONFORT D UN SOL ISOLE l isolation de sol la plus mince pour chaque niveau d isolation un format pratique de 1200 x 2500 mm une haute résistance mécanique une pose rapide et efficace LE CONFORT D UN SOL ISOLE Des sols au-dessus

Plus en détail

Catalogue des bandes BFL-Mastix

Catalogue des bandes BFL-Mastix Catalogue des bandes BFL-Mastix pour l étanchéité durable des joints type N type R NOUVEAU Profils spéciaux pour joints soumis à des mouvements et à des pressions élevées type R4 type RB Propriétés des

Plus en détail

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA Membres ASENAS Benvitec Wallonie SA Galère SA Deepgreen SA Mourik SA Ecoterres SA Sanifox SA Envisan International SA SITA Remediation SA Solaz SA OBJET DE L ASSOCIATION La promotion et la défense des

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Vous allez construire ou améliorer un habitat : traiter et évacuer vos eaux usées est une obligation. Si votre terrain

Plus en détail

Membrane élastomère PLASET

Membrane élastomère PLASET Membrane élastomère PLASET P DESCRIPTION La membrane élastomère PLASET est un composé polymérique synthétique en émulsion, constitué de deux fractions. Appliqué sous forme liquide, le produit a été spécifiquement

Plus en détail

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte»

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» «Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» Silva Cell Module d enracinement pour arbres Application : - Le module Silva Cell crée un espace souterrain permettant l enracinement des arbres en ville.

Plus en détail

ANNEXE 1: Entretien de la filie re

ANNEXE 1: Entretien de la filie re ANNEXE 1: Entretien de la filie re 1 A ) ENTRETIEN DE LA COLLECTE DES EAUX USEES : Objectif : assurer un bon écoulement des eaux usées. Vérifier le bon écoulement par les tés ou regards de visite Nettoyer

Plus en détail

Si vous n avez pas la chance que votre

Si vous n avez pas la chance que votre Équipement Le choix d une filière d assainissement individuel (fosse septique) Si vous n avez pas la chance que votre maison soit raccordée au tout-àl égout vous devez disposer d une filière d assainissement

Plus en détail

Barrage de Serre-Ponçon. Conception, surveillance et comportement

Barrage de Serre-Ponçon. Conception, surveillance et comportement Barrage de Serre-Ponçon Conception, surveillance et comportement Sommaire 1- Rappels sur la conception du barrage et son auscultation 2- Comportement récent : 2001-2013 3.1. Comportement mécanique (réversible

Plus en détail

Assainissement autonome

Assainissement autonome Accessoires 64 Tube épandage Géotextile Géofosse 125 ML Tube avec étui 125 ml STUB0125 5,24 carton de 30 pcs Regard de répartition 67 63 Pouzzolane Roche naturelle volcanique possédant une texture scoriacée

Plus en détail

LE CAPTAGE DE SOURCE PAR DRAIN

LE CAPTAGE DE SOURCE PAR DRAIN LE CAPTAGE DE SOURCE PAR DRAIN * Christophe Humbert Janvier 2003 Cette fiche technique s attache à détailler les étapes majeures du captage par drain, appliqué aux sources diffuses, en s appuyant sur l

Plus en détail

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole. Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais

Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole. Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole 1. Le sol, l eau, l air et la plante 2. Le drainage : Définition

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Assainissement Non Collectif Demande d installation d un dispositif neuf ou réhabilité

Assainissement Non Collectif Demande d installation d un dispositif neuf ou réhabilité I. Informations Générales 1- Habitation Occupant Nom : Téléphone : Prénom :. E-mail :.. Complément d adresse :.. N : Voie : Code postal : Commune :.. Référence cadastrale : N plan :. Section :.. N :..

Plus en détail

Guide de conception et d installation, d utilisation et d entretien, de dépannage et de réparation

Guide de conception et d installation, d utilisation et d entretien, de dépannage et de réparation Guide de conception et d installation, d utilisation et d entretien, de dépannage et de réparation Système Enviro-Septic MD Modèle ESP-TSA Classe III Niveau de traitement secondaire avancé Domaine d application

Plus en détail

Eaux usées Fosses septiques

Eaux usées Fosses septiques EN BREF Dans une goutte d eau Eaux usées Fosses septiques Les eaux usées sont fréquemment appelées eaux d égout. Il s agit d eau qui a été utilisée pour le lavage et le nettoyage par chasse d eau dans

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Guide Technique L Assainissement non collectif Aujourd hui, du fait de l obligation d arriver à un bon état écologique des masses d eau en 2015, il faut impérativement que

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

INFILTRA Les eaux pluviales des surfaces revêtues et des toitures s infiltrent sans soucis dans le sol du jardin

INFILTRA Les eaux pluviales des surfaces revêtues et des toitures s infiltrent sans soucis dans le sol du jardin Passage de véhicules particuliers Si il est installé suivant nos consignes, le système offrira des décennies de sécurité. Vous pouvez même l intégrer sous une allée avec un passage de véhicules particuliers.

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION Service Pubic d Assaiisseet Cectif Cuaut de Cues des Prtes du aie rad Le Bourg 72610 CHERISAY Tél : 02.33.32.86.82 EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DONT

Plus en détail

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr.

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr. Bien travailler son sol Anne Weill, agr. Pourquoi travailler le sol? Le cycle compaction-décompaction Effet du travail du sol Choix en fonction de la situation Le travail du sol profond Le travail du sol

Plus en détail

Caractéristiques du projet Installateur (si connu)

Caractéristiques du projet Installateur (si connu) Communauté de Communes de la Côte des Isles Service Public d Assainissement Non Collectif 15 rue de Becqueret 50270 BARNEVILLE CARTERET Tél : 02 33 95 96 70 ; Fax : 02 33 95 96 71 site internet : www.cotedesisles.com

Plus en détail

Guide d utilisation et d entretien de mon système d Assainissement Non Collectif

Guide d utilisation et d entretien de mon système d Assainissement Non Collectif Guide d utilisation et d entretien de mon système d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif 1, rue d Orfeuil 51000 Châlons-en-Champagne Tél : 03 26 69 38 68 Fax : 03

Plus en détail

Caractéristiques Dimensionnelles

Caractéristiques Dimensionnelles LA FOSSE GAMMA Norme NF EN 12566-1 Marquage La fosse toutes eaux reçoit l ensemble des eaux usées domestiques regroupant les eaux vannes et les eaux ménagères. Elle a deux fonctions essentielles : la rétention

Plus en détail

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol ECHANTILLONNAGE ET ANALYSE Echantillonnage : Echantillonnage et préparation des échantillons de sol en vue de l analyse (Norme X 31-100 et Normes NF X 31-101

Plus en détail

Mardi 18 juin 2013 Limoges

Mardi 18 juin 2013 Limoges Construire en terre : passé, présent futur! Pascal MAILLARD - Responsable Projets R&D Mardi 18 juin 2013 Limoges 1 Sommaire Historique et techniques de construction Construire en terre aujourd hui Caractérisation

Plus en détail

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX Fosse toutes eaux 1F O S S E Une fosse toutes eaux est un appareil destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des m a t i è res polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières

Plus en détail

Tournez la page S.V.P.

Tournez la page S.V.P. 17 Tourne la page S.V.P. Le problème est constitué de quatre parties indépendantes La mesure de l intensité d un courant électrique peut nécessiter des méthodes très éloignées de celle utilisée dans un

Plus en détail

LES FICHES DU PRETRAITEMENT

LES FICHES DU PRETRAITEMENT LES FICHES DU PRETRAITEMENT Les fiches du prétraitement Fiche : La fosse toutes eaux Définition/fonction : La fosse toutes eaux, anciennement appelée fosse septique, assure le prétraitement des eaux usées

Plus en détail

Système goutte à goutte. Système d arroseurs. Code couleur. Tête de système ( Raccords de robinets, timers, filtres, etc...)

Système goutte à goutte. Système d arroseurs. Code couleur. Tête de système ( Raccords de robinets, timers, filtres, etc...) Système goutte à goutte Code couleur Tête de système ( Raccords de robinets, timers, filtres, etc...) Corps de système (Tuyaux, raccords, embranchements etc...) Fin de système (Goutteurs, asperseurs, arroseurs,

Plus en détail

etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec mastix ms-polymer noir MASTIX MS-Polymer noir

etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec mastix ms-polymer noir MASTIX MS-Polymer noir etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec Bande BFL-Mastix type R revêtue de gravillons sur trois faces Cordon de sécurité Plan de collage MASTIX MS-Polymer noir

Plus en détail

LES NAPPES A EXCROISSANCES DE PAROIS ENTERREES (N.E.P.E.) Fonctions et caractéristiques

LES NAPPES A EXCROISSANCES DE PAROIS ENTERREES (N.E.P.E.) Fonctions et caractéristiques LES NAPPES A EXCROISSANCES DE PAROIS ENTERREES (N.E.P.E.) Fonctions et caractéristiques Le présent document a été établi à l initiative de l ANEPE Association des Nappes à Excroissances pour Parois Enterrées

Plus en détail

spanc@gde-guadeloupe.com Téléphone: 0590 89 46 25

spanc@gde-guadeloupe.com Téléphone: 0590 89 46 25 Informations générales Fiche déclarative pour examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collective Service Public de l Assainissement Collectif spanc@gde-guadeloupe.com

Plus en détail

Rénovation thermique. par l extérieur

Rénovation thermique. par l extérieur Rénovation thermique par l extérieur Enjeux des rénovations Secteur du Bâtiment : 1 er consommateur d énergie. Faire diminuer les consommations énergétiques des bâtiments en augmentant leur performance

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

Catalogue des chambres StormTech

Catalogue des chambres StormTech Catalogue des chambres StormTech (Ne pas utiliser pour la conception. Consulter plutôt le manuel de conception spécifique au modèle de chambre pour obtenir les renseignements précis sur la conception du

Plus en détail

COMMENT CHOISIR UNE FILIERE?

COMMENT CHOISIR UNE FILIERE? Plusieurs paramètres sont à considérer avant de choisir et dimensionner le dispositif d assainissement : L aptitude du sol : perméabilité, hauteur et nature de la couche rocheuse, niveau de remontée de

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement non collectif, vous devez obtenir

Plus en détail

toit verts extensifs Guide d aide À la conception 0.2

toit verts extensifs Guide d aide À la conception 0.2 toit verts extensifs Guide d aide À la conception 0.2 0 Introduction 1 conception 2 mise en oeuvre d un toit vert extensif 1.1 réglementation Marquage CE NF EN 13252 Directives pour la conception, la mise

Plus en détail

Justification des traitements anti-liquéfaction

Justification des traitements anti-liquéfaction GUIDE AFPS/CFMS «Procédés d amélioration et de renforcement de sols sous actions sismiques» Justification des traitements anti-liquéfaction Serge LAMBERT Keller Fondations Spéciales Journée Technique AFPS-CFMS

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Les toitures vertes Les Isnes 25 février 2014 Benoît Michaux ir. Chef-Adjoint de la division Enveloppe du bâtiment et

Plus en détail

Principes de fonctionnement de l assainissement

Principes de fonctionnement de l assainissement l assainissement Principes de fonctionnement de l assainissement L installation de l assainissement non collectif peut se décomposer en 5 parties : la ventilation Elle permet l évacuation des gaz de fermentation

Plus en détail

Travaux d aménagement de trois (3) galeries drainantes dans la région d Ali Sabieh

Travaux d aménagement de trois (3) galeries drainantes dans la région d Ali Sabieh Travaux d aménagement de trois (3) galeries drainantes dans la région d Ali Sabieh Lot No 1 : Aménagement de deux galeries drainantes dans la zone de Dhourreh Lot No 2 : Aménagement d une galerie drainante

Plus en détail

Profilitec Tapis d isolation, de drainage et de dilatation. Liste de prix 2011

Profilitec Tapis d isolation, de drainage et de dilatation. Liste de prix 2011 Profilitec Tapis d isolation, de drainage et de dilatation Liste de prix 2011 Natte d étanchéité, de desolidarisation et de drainage Nattes d étanchéité et desolidarisation en polyéthylène pour la pose

Plus en détail

Hôtel d Agglomération SPANC 19 rue Georges Braque CS 70854 76085 LE HAVRE Cedex Tél : 02.35.22.25.23 Port : 07.86.10.32.80 Fax : 02.35.22.25.

Hôtel d Agglomération SPANC 19 rue Georges Braque CS 70854 76085 LE HAVRE Cedex Tél : 02.35.22.25.23 Port : 07.86.10.32.80 Fax : 02.35.22.25. FICHE DECLARATIVE Examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collectif dont la charge brute de pollution organique est inférieure ou égale à 1,2 kg/j de DBO5 Demande d avis

Plus en détail

PERFORMANCE ET PROTECTION SUPÉRIEURES Couvertures pour piscine CoverLogix MD

PERFORMANCE ET PROTECTION SUPÉRIEURES Couvertures pour piscine CoverLogix MD PERFORMANCE ET PROTECTION SUPÉRIEURES Couvertures pour piscine CoverLogix MD coverlogix.com POURQUOI LES COUVERTURES DE SÉCURITÉ COVERLOGIX SONT-ELLES LE CHOIX INTELLIGENT? PERFORMANCE ET PROTECTION SUPÉRIEURES

Plus en détail

SEPTODIFFUSEUR. station. Agrément nº 2011-015

SEPTODIFFUSEUR. station. Agrément nº 2011-015 AIDE À LA MISE EN ŒUVRE Ce document est une aide à la mise en place des stations. Il détaille la composition des filières, leurs implantations et donne des conseils de pose à travers des exemples de chantier.

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHE DÉCLARATIVE Date d arrivée : N de dossier: Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement

Plus en détail

Notre solution à votre problème de graisse!

Notre solution à votre problème de graisse! Notre solution à votre problème de graisse! Suppression d odeurs et destruction des graisses de cuisson dans les systèmes de ventilation des cuisines professionnelles et des applications industrielles.

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION ET D ENTRETIEN DE VOTRE SYSTEME

GUIDE D UTILISATION ET D ENTRETIEN DE VOTRE SYSTEME SIAEPA des Sources de la Varenne et de la Béthune Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) Siège : Mairie 76680 Saint Martin Osmonville Bureau : 11 Chemin de la Varenne 76680 SAINT MARTIN

Plus en détail

DRAINER. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3. Les principes de drainage page 2&3. les réseaux de drainage page 4

DRAINER. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3. Les principes de drainage page 2&3. les réseaux de drainage page 4 60.01 DRAINER C O N S E I L C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3 Les principes de drainage page 2&3 les réseaux de drainage page 4 la pose des drains page 4&5 page 1/6 - Fiche Conseil n 60.01

Plus en détail

Comment planter un arbre *

Comment planter un arbre * Comment planter un arbre * 1. Avant la plantation Gardez la motte de racines humide. Gardez l arbre dans un endroit ombragé jusqu à la plantation. 2. Préparez le site pour la plantation Enlevez le gazon,

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

STATION D EPURATION EAUCLIN A LIT IMMERGE : TYPE 40 EH

STATION D EPURATION EAUCLIN A LIT IMMERGE : TYPE 40 EH - Traitement eaux et effluents - Maillol Grand - 81990 CAMBON D ALBI Tél. 05.63.78.92.96 - Fax. 05.63.53.06.25 E-mail. eauclin@hotmail.fr - Spécialisée dans les stations d épuration biologique à culture

Plus en détail

Vous allez construire? Protégez-vous contre le radon!

Vous allez construire? Protégez-vous contre le radon! Vous allez construire? Protégez-vous contre le radon! FICHES D INFORMATION SUR LA PRÉVENTION RADON Avant de construire, renseignez-vous sur le taux de radon dans votre région Le radon est un gaz présent

Plus en détail

SOMMAIRE. III.2.2 ) LE FILTRE A SABLE VERTICAL NON DRAINE III.2.2.1 ) Dimensionnement III.2.2.2 ) Installation

SOMMAIRE. III.2.2 ) LE FILTRE A SABLE VERTICAL NON DRAINE III.2.2.1 ) Dimensionnement III.2.2.2 ) Installation SOMMAIRE I ) L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF I.1 ) Généralités I.2 ) Le SPANC II ) PRETRAITEMENT II.1 ) Principe II.2 ) Dimensionnement II.3 ) Installation II.4 ) Entretien III ) TRAITEMENT III.1 ) L'EPANDAGE

Plus en détail

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT?

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? La fosse toutes eaux Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes

Plus en détail

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT 1- LA FOSSE TOUTES EAUX Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes et

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE FICHE DÉCLARATIVE Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement non collectif, vous devez obtenir l accord du SPANC. COMMUNAUTE DE COMMUNES DE BERNAY ET DES ENVIRONS 299,

Plus en détail

FREEDOMLIFT Flexibilité inégalée, accessibilité optimale. Capacités : 5,5 T, 7 T, 9 T

FREEDOMLIFT Flexibilité inégalée, accessibilité optimale. Capacités : 5,5 T, 7 T, 9 T PONTS 2 COLONNES V.U./P.L. Flexibilité inégalée, accessibilité optimale. Capacités : 5,5 T, 7 T, 9 T Ponts élévateurs à 2 colonnes SPF 5520 5,5 T (EFA, haute flexibilité) SPF 5522 5,5 T bras télescopiques

Plus en détail

Synthèse de l étude des pistes en gazon des hippodromes de France Galop.

Synthèse de l étude des pistes en gazon des hippodromes de France Galop. Synthèse de l étude des pistes en gazon des hippodromes de France Galop. Document élaboré à partir de l étude Labosport (Janvier 2005) et du rapport de R. Everett (Septembre 2005). Résumé et traduction

Plus en détail

LES TOITURES VERTES RÉSULTATS ET VALORISATION DE LA RECHERCHE MENÉE AU CSTC

LES TOITURES VERTES RÉSULTATS ET VALORISATION DE LA RECHERCHE MENÉE AU CSTC Avec la collaboration de la guidance technologique Eco construction et développement durable de la Région de Bruxelles Capitale subsidiée par l Institut Bruxellois pour la Recherche et l Innovation (InnovIRIS)

Plus en détail

Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols

Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols Mécanique des sols I Chapitre I Propriétés physiques des sols Chapitre II Hydraulique des sols Chapitre III Déformations des sols Chapitre IV Résistance au cisaillement des sols Chapitre III Déformations

Plus en détail

Méthodes de remédiation et de prévention du radon dans l habitat

Méthodes de remédiation et de prévention du radon dans l habitat Méthodes de remédiation et de prévention du radon dans l habitat Sante-Radon ne peut pas être tenu pour responsable des dommages directs ou indirects résultant de l utilisation des informations mises à

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux - Filtre à sable vertical drainé Rejet dans un

Plus en détail

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage Dr H. Bréquel, Responsable département Recherche 1 1 /20 CONTEXTE ET

Plus en détail

Capteur Humidité du Sol PS-2163

Capteur Humidité du Sol PS-2163 Capteur Humidité du Sol PS-2163 1 2 PS-2153 Sonde Potentiel Hydrique Equipement inclus Référence 1. Capteur PASPORT humidité du sol PS-2163 2. Sonde Humidité du Sol 514-10696 Accessoires Sonde potentiel

Plus en détail

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace JÉRÉMIE VALLÉE, agr., Attaché de recherche - IRDA Hôtel Gouverneurs, Trois-Rivières, 17 février 2015 Plan de présentation Caractérisation du

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L OCRE FERREUX

CONFÉRENCE SUR L OCRE FERREUX 1. Qu est-ce que l ocre ferreux? 2. Problèmes associés aux dépôts d ocre 3. Mesures correctives : un aperçu! 1. Qu est-ce que l ocre ferreux? En présence d eau dans le sol, le fer réduit s oxyde lorsqu

Plus en détail

«Prêt-à-pousser» pour les années à venir! Guide sur le démarrage et l utilisation de votre jardinière

«Prêt-à-pousser» pour les années à venir! Guide sur le démarrage et l utilisation de votre jardinière Des jardins sur les toits de nouveaux espaces pour la communauté www.lesjardins.ca «Prêt-à-pousser» pour les années à venir! Guide sur le démarrage et l utilisation de votre jardinière Jardinière écologique

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire!

L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire! N OUBLIEZ PAS! L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire! En entretenant régulièrement votre assainissement, vous participez

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

LES DIODES ÉLECTRO- LUMINESCENTES

LES DIODES ÉLECTRO- LUMINESCENTES Roger Cadiergues MémoCad nd43.a LES DIODES ÉLECTRO- LUMINESCENTES SOMMAIRE nd43.1. Les diodes électroluminescentes (LED) nd43.2. Les très basses tension de sécurité (TBTS) nd43.3. Le montage des appareils

Plus en détail

LA MESURE DE L HUMIDITE

LA MESURE DE L HUMIDITE LA MESURE DE L HUMIDITE La mesure de l humidité de l air s effectue à l aide d un hygromètre. Historique de l hygromètre L hygrométrie, c est-à-dire la mesure de l humidité, fait l objet d études et de

Plus en détail

Comment prévenir les inondations au sous-sol

Comment prévenir les inondations au sous-sol CF 50 Les inondations au sous-sol sont malheureusement courantes dans plusieurs régions du Canada. Heureusement, de nombreux types d inondations de sous-sol peuvent être évités. Le présent document explique

Plus en détail

ADDUCTION D EAU; ÉVACUATION DES EAUX

ADDUCTION D EAU; ÉVACUATION DES EAUX XXXX E03 ADDUCTION D EAU; ÉVACUATION DES EAUX XXXX INSTALLATIONS OU PROCÉDÉS POUR OBTENIR, RECUEILLIR OU DISTRIBUER L EAU (forage de puits, obtention de fluides en général à partir de puits E21B; systèmes

Plus en détail

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Consolidation des argiles CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Plan Introduction Argiles Phénomène de consolidation Essais de consolidation Equation de la consolidation Degré de consolidation et facteur

Plus en détail