Chap 1 : Structure interne et composition chimique du globe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chap 1 : Structure interne et composition chimique du globe"

Transcription

1 Partie III : STRUCTURE, COMPOSITION ET DYNAMIQUE DE LA TERRE. Chap 1 : Structure interne et composition chimique du globe La Terre, planète tellurique, est constituée d enveloppes concentriques externes: atmosphère, hydrosphère (étudiées en classe de 2 nde ), biosphère (comprenant tous les organismes vivants et leurs interactions) et de la lithosphère (littéralement : «la sphère des roches»), constituée d une croûte (océanique ou continentale), et de la partie superficielle du manteau supérieur. Ces enveloppes sont accessibles à l observation directe et à l échantillonnage. Mais comment connaître la structure interne du globe terrestre? Au cours de ce chapitre nous développerons dans une première partie comment les données de la sismologie (science qui étudie les séismes) ont permis de comprendre la structure interne du globe terrestre. Puis, nous aborderons dans une seconde partie, l apport des échantillonnages de roches dans la compréhension de la composition chimique de notre Terre. Enfin, nous terminerons par une approche brève des informations apportées par les météorites sur la composition du noyau et décrirons les étapes de la formation de la Terre. I- Données caractérisant la structure et la composition de la Terre (TP1 + activité 5 sur Moho) 1- Echantillons accessibles On peut connaître la composition des couches superficielles par étude des affleurements (roches sédimentaires, métamorphiques et magmatiques), mais aussi grâce aux roches profondes qui ont été remontées (enclave) lors d éruption par exemple. Cependant pour connaître la composition interne il a fallu utiliser d autres méthodes d étude. 2- Utilisation des ondes sismiques (TP1) a. Enregistrement d un séisme (doc 2 p278) Belin 1ereS 2001 Des contraintes s'exerçant en permanence sur les roches conduisent à une accumulation d énergie qui finit par provoquer leur rupture au niveau d une faille. Un séisme correspond à cette rupture des roches soumises aux tensions qui se sont accumulées dans certaines zones de l écorce terrestre pendant des années, voire des siècles. L énergie ainsi accumulée est alors brutalement libérée au foyer* du séisme. Elle est transportée sur de très grandes distances par les vibrations ou ondes sismiques* émises dans toutes les directions à partir du foyer. Les sismographes* dispersés à la surface du globe enregistrent le passage de ces ondes. Les courbes obtenues sont des sismogrammes. On retrouve 3 types d ondes P, S, L. * foyer sismique : lieu où se produit la rupture des roches, après accumulation de contraintes

2 b- La propagation des ondes sismiques (doc A = doc 4 TP1) 3 groupes de vibrations décalées dans le temps se succèdent, avec des caractéristiques vibratoires différentes : Modèle du ressort - Ondes P se propagent comme un ver de terre - Ondes S se propagent comme un serpent 1 ) Les ondes de volume. (ondes P et S) Elles sont émises simultanément à partir du foyer et se propagent à l'intérieur du globe. Les ondes P (premières, les plus rapides) sont des ondes de compression-décompression: car lors de leur passage, les particules subissent successivement une compression puis une dilatation. Ce changement de volume des particules se fait parallèlement à la direction de propagation de l'onde: on dit donc que les ondes P sont des ondes longitudinales.. Les ondes P se propagent dans les milieux solides et liquides Les ondes S (secondes) sont donc des ondes transversales de cisaillement : les particules solides se déplacent perpendiculairement par rapport à la direction de propagation de l'onde. Les ondes S se propagent uniquement dans les solides DOCUMENT A : Propagation des ondes sismiques 2 ) Les ondes de surface (ondes L) Ce sont des ondes les plus lentes qui sont responsables des principaux dégâts. Elles ne se propagent qu'en surface. DOCUMENT A : Propagation des ondes sismiques => seules les ondes P et S traversent le globe terrestre et leur étude fournit des renseignements sur la structure interne du globe terrestre c - Les propriétés des ondes sismiques et renseignements apportés par leur étude La trajectoire des ondes : Le comportement des ondes suit à peu près les lois de l optique géométrique : elles sont réfléchies ou réfractées quand les propriétés du milieu traversé changent (act3 TP1). Par analogie avec les rayons lumineux, on parle de rais sismiques* pour désigner les trajectoires suivies par les vibrations sismiques. On appelle discontinuité, la frontière (interface) entre deux milieux aux comportements sismiques différents. Il existe deux discontinuités majeures entre matériaux de compositions différentes : - L existence de zone d ombre met en évidence l hétérogénéité de la terre et son organisation concentrique en deux zones principales séparées par une surface de discontinuité majeure. Il s agit de la discontinuité de Gutenberg à 2900km de profondeur. Elle marque la limite manteau profond et noyau. - Par ailleurs, l étude du temps d arrivée des ondes directes et réfléchies a mis en évidence l existence d une autre discontinuité appelée discontinuité de Mohorovicic ou Moho (limite croûte - manteau supérieur : 7, 30 ou 70 km de profondeur) act5 TP1 La vitesse des ondes apportent différents renseignements: La vitesse des ondes varie en fonction des caractéristiques physico-chimiques des milieux traversés - physique : densité, changement d état, pression, température - chimique : changement de composition atomique (doc 6 p Hatier) ou Exo hodochrone 1- Que montre ce type de graphique? 2- Que se passe-t-il si la vitesse est constante? D après l étude des hodochrones (temps d arrivée des ondes en fonction de la distance à l épicentre), on voit que la vitesse des ondes L est constante alors que celle des ondes P et S augmente avec la distance à l épicentre (plus l épicentre est loin plus les couches traversées sont profondes) donc la vitesse des ondes P et S augmente avec la profondeur : or ce sont des ondes qui parcourent les profondeurs donc on peut supposer que densité augmente avec profondeur (augmentation pression)

3 II- La structure interne du globe : modèle sismologique 1- L existence de discontinuités majeures doc B = A p260 Bordas A l aide de ce profil de vitesse des ondes sismiques S et P, retrouver les 3 principales discontinuités Belin 1ereS 2001 a- Une première discontinuité : la limite noyau manteau La vitesse moyenne des ondes est d autant plus grande qu elles pénètrent profondément dans le manteau, ce qui est lié à l augmentation de densité, et donc de rigidité, des roches avec la profondeur. L enregistrement des ondes P et S montre une variation brusque de vitesse, signe d une interface, vers 2900km De plus existence d une large zone d ombre du globe, où les ondes S sont inexistantes et les ondes P sont atténuées. Cette discontinuité de Gutenberg marque la limite entre le manteau* profond et le noyau* terrestre : à 2900km de profondeur. Les ondes S ne traversant pas cette discontinuité => noyau terrestre se comporte comme un liquide, du moins dans sa partie externe. Le manteau représente 75 % de la masse de la Terre. b- La discontinuité moyau externe noyau interne Vers 5150km on remarque - réapparition onde S : le noyau interne est solide - et augmenattion vitesse onde P : nouvelle discontinuité qui sépare noyau externe et interne = discontinuité de Lehman c- La discontinuité croûte manteau La croûte est séparée du manteau par une discontinuité (le Moho ) liée à une différence de composition chimique des matériaux ; La profondeur du Moho est variable : 7 à 12 km sous les océans, 30 à 40 km sous les continents (jusqu à 70 km sous les chaînes de montagne). La traversée du Moho se traduit par une accélération des ondes sismique La croûte représente 1% de la masse de la Terre.

4 2- Une discontinuité au sein du manteau Observation : vitesse de sondes S sous les continents et sous les océans La vitesse des ondes P et S, entre 50 et 180 km de profondeur, montre un net fléchissement : => Il existe une discontinuité mineure au sein du manteau supérieur (vers 100km) où la vitesse des ondes diminue : c est la LVZ, Low Velocity Zone (zone de faible vitesse) qui marque la limite inférieure de la lithosphère rigide Comment l expliquer? Exercice : 1 Couleur 2- R= T C de roche/t C de fusion Pour 50km : R= 750/1300 = 0.38 comportement cassant Pour 100km : R= 750/1250 = 0.6 comportement ductile Pour 150km : R= 1150/1300 = 0.8 comportement ductile Pour 200km : R= 1300/1600 = 0.8 comportement ductile Pour 250km : R= 1350/2000 = 0.6 Pour 300km : R= 1200/2500 = 0.48 La LVZ est donc une discontinuité physique (thermique) qui sépare : - Le manteau lithosphérique (entre le Moho et environ 100km). Il est rigide et a donc un comportement cassant. Avec la croûte il constitue la lithosphère. T C<1300 C - Le manteau asthénosphérique (au dessous des 100km de profondeur) ou LVZ : les matériaux sont ductiles c est à dire moins rigide donc déformable (pâte à modeler) T C>1300 C Au niveau de la LVZ, sous l action combinée de la pression et de la température, les matériaux du manteau deviennent ductiles*, i.e. plus déformables. Cet état physique se maintient jusque vers km, puis le manteau se comporte de nouveau comme un solide vis à vis des ondes sismiques. Conclusion : les différentes couches concentriques et les discontinuités La lithosphère est formée de la croûte et la partie superficielle rigide du manteau (manteau lithosphérique). (épaisseur moyenne de 80 à 150 km : entre le Moho et environ 100km) L asthénosphère est composée o d une autre partie du manteau supérieur d abord ductile (= moins rigide donc déformable (pâte à modeler) T C > 1300 C) c est la LVZ = manteau asthénosphérique, o puis d une partie nouveau rigide (asthénosphère située entre 150 km et 670 km) Un manteau inférieur à partir de 670 km de profondeur et jusqu à la limite manteau-noyau. discontinuité profondeur Variation du milieu Mohorovicic Entre 7km et 30 km Composition chimique croûte (granite ou basalte/gabbro) manteau (péridotite) LVZ Entre 80 et 150 km Variation physique du manteau : passage rigide à ductile car augmentation de T C Gutenberg 2900 km Composition chimique : limite manteau noyau Variation physique : solide -liquide Lehman 5100 km Variation physique : liquide-solide

5 + Schéma bilan

6 Schéma Bilan Belin 1ereS 2001

7 III- Origine de la structure interne terrestre 1- Le modèle de formation de la Terre Livre Bordas p 262 doc 1 Il y a 4,6 milliard d années, sous l effet des forces de gravité, les poussières interstellaires se sont regroupées en masse formant les objets du système solaires par accrétion (croissance d un objet géologique par apports successifs de matière). Doc E : La formation de la Terre par accrétion Accrétion de gaz et de poussières qui se sont attiré par gravité et agglutinés : embryons de planète : planétoïde Les planétoïdes grossissent, la gravité augmente et les bombardements sont de plus en plus intenses et donc la planète grossit Quand la Terre a atteint sa taille actuelle, il s agissait d une sphère homogène en fusion car la chaleur libérée par les bombardements a provoqué une augmentation de la température Puis, les impacts venant percuter le globe en formation ont dégagé une chaleur considérable : lorsque la planète a acquis sa taille actuelle elle était formée de matériaux fondus. La terre primitive était une sphère de magma au sein duquel les éléments chimiques se sont progressivement séparés par gravité : on parle de différenciation planétaire. Ainsi se sont formées des enveloppes concentriques de densité croissante vers le centre. Doc 3 p 262 Document F : La différenciation de la Terre Au sein de la Terre magmatique, les éléments chimiques les plus lourds (Fe, Ni) se rassemblent par gravité vers le centre du globe pour former un noyau dense. Les plus légers (0, Si, Al, Ca, Na et K) surnagent et gagnent la surface pour former au cours du refroidissement des silicates, minéraux d'une croûte rocheuse plus légère. Entre croûte et noyau, les silicates du manteau sont formés essentiellement des éléments 0, Si, Fe et Mg. Les molécules gazeuses s'échappent du manteau (C02, H20, N2, CH4) et vont constituer l'atmosphère primitive puis, par condensation de la vapeur d'eau, les océans. Les éléments les plus légers (H et He) «s'évadent» dans l'espace car la gravité terrestre est insuffisante pour les retenir. 1- Légender le schéma 2- Représenter par des flèches vertes la migration des gaz (et des éléments peu denses) 3- Représenter par des flèches rouges la migration des éléments plus denses

8 2- Les arguments en faveur de ce modèle Les météorites sont des fragments d astéroïdes qui se sont formés en même temps que tous les autres éléments du système solaire : il y 4,5 milliards d années, et à partir des mêmes matériaux. L analyse des météorites nous renseigne sur la composition interne des planètes. On considère que les météorites ont la même composition globale que la terre. On trouve deux types principaux de météorites : - Chondrite : (85% des météorites recueillies sur Terre) Elles sont formées de globules appelés chondres (silicates + matrice de Fer et de nickel). Elles se sont formées avant la différenciation, elles possèdent une composition chimique regroupant la totalité des éléments composant une planète. - Achondrites : (15% des météorites recueillies sur Terre) Elles sont sans chondre et se sont formées après une différenciation, elles possèdent des compositions chimiques différentes indiquant le phénomène de différenciation. - achondrite pierreuse (avec silicate) - achondrite métallique (avec fer + nickel) - achondrite mixte Des données sismologiques, et l apport de météorites* différenciées, permettent donc de montrer que la composition chimique du manteau profond est la même que celle du manteau supérieur. La composition chimique du noyau est déterminée à partir de l'analyse de météorites de type sidérites ; Le noyau est essentiellement constitué de fer. Le noyau représente environ 25% de la masse de la Terre. ORIGINE DES METEORITES : p263 Bordas pierreuse mixte métallique ACHONDRITES CHONDRITES

9 IV- La composition du globe cf TP3 IV- Composition chimique des enveloppes externes du globe terrestre O 2- Les roches de la croûte et du manteau sont constituées par un petit nombre d éléments chimiques majeurs qui sont au nombre de 8, soit :... O 2- Si 4+ O 2- O 2- L organisation de la matière minérale est la suivante : - les atomes (ou les ions) s associent par des liaisons chimiques pour former des assemblages réguliers dans l espace et répétitifs appelés : - De nombreux cristaux de composition chimique donnée constituent, élément constitutif de la roche. Les silicates sont les principaux minéraux constituant les roches de la croûte et du manteau. Les minéraux de cette famille ont une structure commune : le motif élémentaire SiO C est un tétraèdre dans lequel un atome de silicium est entouré par quatre atomes d oxygène. Ces motifs tétraédriques sont reliés entre eux par d autres atomes et constituent ainsi différents minéraux (ex : l olivine de formule = (Fe,Mg)SiO 4 ). 1. Les couches accessibles du globe terrestre (TP 3) Propriétés Croûte continentale Croûte océanique Manteau Densité Roche principale Famille Texture Minéraux présents Composition chimique globale (principaux éléments chimiques présents) O, Si, Al, K, Na, Fe O, Si, Fe, Al, Ca, Mg O, Mg, Si, Fe Classés du plus abondant au mois abondant Richesse en silice Richesse en fer Richesses en magnésium Richesse en potassium et en sodium Pour les 4 dernières lignes vous montrerez par une flèche si elle diminue ou si elle augmente en comparant leur teneur dans les différentes couches du globe citées. 2. Les couches inaccessibles du globe terrestre (manteau profond et noyau) Pour le manteau profond, la vitesse de propagation des ondes sismiques ne variant pas brusquement avec la profondeur, on en déduit que la composition chimique reste la même. Seule l augmentation de la.. des matériaux (due à l augmentation de la ) est la cause de l augmentation régulière de la vitesse des ondes sismiques. La roche composant le manteau est donc... Pour le noyau : D après l étude précédente des météorites, quel semble être le principal élément constitutif du noyau?... La densité du noyau du noyau est-elle en rapport avec cet élément? Justifier. Quel autre élément compose le noyau?.

10 BILAN IV A. La croûte est essentiellement constituée de roches magmatiques (et de roches métamorphiques). La croûte continentale est essentiellement formée de roche telle que le granite. Il s agit de roches magmatiques*, dites plutoniques*, car formées en profondeur. Un granite est une roche grenue composée essentiellement de feldspaths (plagioclases et alcalins) et de quartz, et accessoirement de micas et d amphiboles. La croûte océanique est formée de basaltes (roches volcaniques, formées en surface) et de gabbros (roches plutoniques formées en profondeur). o Un basalte est une roche microlithique, avec des phénocristaux de pyroxènes, éventuellement d olivines et de feldspaths alcalins, des microlithes de plagioclases et du verre. Le verre correspond à la partie non cristallisée de la roche. o Un gabbro est une roche grenue de même composition chimique que le basalte. B. Le manteau est constitué de péridotites. Lors de leur remontée vers la surface, des magmas basaltiques peuvent inclure des enclaves de péridotites, c est ainsi que l on peut observer des roches du manteau. Ces roches renferment des minéraux d olivine et de pyroxènes et/ou du verre. Conclusion : Ce premier chapitre nous a permis de mettre en évidence la composition et la structure de la Terre. Celle-ci est faite d enveloppes concentriques aux propriétés physico-chimiques particulières. L apport des données sismiques dans cette étude n a pas été négligeable. Or la présence de séismes indique une activité interne de notre planète. Comment comprendre ce dynamisme interne? GLOSSAIRE : *Ondes sismiques : ondes élastiques qui peuvent traverser un milieu sans le modifier durablement. Leur propagation correspond à la transmission, de proche en proche, de la déformation de particules (ondes P) ou du déplacement de particules (ondes S). * sismographe : appareil enregistrant les séismes. * sismogramme : courbe obtenue par un sismographe. * rai sismique : matérialisation de la trajectoire d une onde sismique. * manteau : enveloppe de la Terre située sous la croûte continentale ou océanique. * noyau : enveloppe de la Terre située entre le manteau (2 900km ) et la graine (5100 km). * ductile : état physique d un solide qui peut être étiré sans se rompre. * roche magmatique : roche issue de la cristallisation en profondeur (plutonique) ou en surface (volcanique) d un magma (mélange liquide, gazeux et solide). * géotherme : courbe traduisant l augmentation de la température avec la profondeur. * météorites : fragment rocheux ou métallifère, venant de l espace et atteignant la Terre. * accrétion : croissance d un objet géologique par apports successifs de matière. * astéroïdes : petits corps rocheux de formes irrégulières et de dimensions variables, allant de quelques km de diamètre, jusqu à 1000 km pour le plus gros (Cérès). * chondre : petite sphère formée d une association finement cristallisé de silicates (olivines) et de globules métalliques.

INTRODUCTION - RAPPELS

INTRODUCTION - RAPPELS Thème 1B Chapitre 3 Les caractéristiques de la lithosphère continentale TermS 2012-2013 INTRODUCTION - RAPPELS L'étude de la propagation des ondes sismiques a permis d'élaborer un modèle de structure interne

Plus en détail

- La péridotite est quant à elle un cas particulier, difficile à classer. C est la roche du manteau.

- La péridotite est quant à elle un cas particulier, difficile à classer. C est la roche du manteau. Rappels de géologie de 1S. Rappel bref de la structure du globe. http://geologie-alpe-huez.1001photos.com/roches/terre.php La lithosphère est constituée de la croûte (continentale ou océanique) et de la

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE En proposant sa théorie de la mobilité horizontale des continents, Wegener s'était heurté au problème de la détermination des forces capables de déplacer

Plus en détail

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée Dès 1858, on dispose de cartes géographiques relativement précises qui ont permis à Antonio Snider- Pellegrini d

Plus en détail

LES ROCHES. 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G.

LES ROCHES. 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G. LES ROCHES 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G. Cuvelier page 1 b) Les roches, matériaux de construction : Cours de géographie

Plus en détail

Pétrographie. La pétrographie est la science qui étudie les roches. Origine des roches

Pétrographie. La pétrographie est la science qui étudie les roches. Origine des roches Pétrographie La pétrographie est la science qui étudie les roches Origine des roches L'origine des roches nous permet de les classer classiquement en trois groupes: - roches sédimentaires issues d'un sédiment

Plus en détail

Séquence 4. De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie

Séquence 4. De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie Séquence 4 De la dérive des continents à la tectonique des plaques, la naissance d une théorie Sommaire 1. Dérive des continents : la naissance de l idée 2. L interprétation actuelle des différences d

Plus en détail

La tectonique des plaques: histoire d un modèle. Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG

La tectonique des plaques: histoire d un modèle. Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG La tectonique des plaques: histoire d un modèle Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG Temps approximatif: 10 semaines Rappel des acquis de 4 e et motivation Tableau d Hokusai montrant le tsunami

Plus en détail

Les minéraux et les roches pour tous. Par Simon Auclair, géologue

Les minéraux et les roches pour tous. Par Simon Auclair, géologue Les minéraux et les roches pour tous Par Simon Auclair, géologue Journée de formation des enseignants Le vendredi 20 septembre 2013 La géologie Définition Plan de la présentation Métier de géologue Les

Plus en détail

DEFINITIONS : Comment se passe une éruption volcanique? I/ Une éruption volcanique peut être effusive ou explosive. DEFINITION :

DEFINITIONS : Comment se passe une éruption volcanique? I/ Une éruption volcanique peut être effusive ou explosive. DEFINITION : Chapitre 2 : le volcanisme Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 4 ème Chapitre 2 : le volcanisme

Plus en détail

COURS DISPONIBLE SUR INTERNET. step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours

COURS DISPONIBLE SUR INTERNET. step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours COURS DISPONIBLE SUR INTERNET Serveur step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours PLAN 1 ) ) Energie et températures dans la Terre 2 ) Eléments de dynamique 3 ) ) Champ de pesanteur 4 ) ) Mesure de la déformationd

Plus en détail

Le magmatisme à la Réunion

Le magmatisme à la Réunion GEOLOGIE 15 avril 2009 Durée : 2 heures L usage de la calculatrice est autorisé pour cette épreuve (1pt) Le magmatisme à la Réunion L île de la Réunion est située dans l océan Indien. Elle constitue la

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches

7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches 7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches A. L EAU DANS L ALTÉRATION ET L ÉROSION Quelle que soit la nature des roches à la surface du globe, elles subissent les actions conjuguées des fluides

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

Rock Mechanics Mécanique des roches

Rock Mechanics Mécanique des roches Mécanique des roches Course Lectures 2007 1 ère partie Rocheset massifs rocheux Professeur ZHAO Jian EPFL ENAC LMR 1 Informations sur le cours Enseignant: Prof ZHAO Jian, LMR Objectifs: (a) Comprendre

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE 1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE Niveau : 1 ère S - TS Extrait du programme : Divergence et phénomènes liés (durée indicative : 3 semaines)

Plus en détail

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES REVISIONS DE 1 S. Vous devez indiquer pour chaque proposition si celle-ci est vraie (V) ou fausse (F) en cochant la case correspondante ; une abstention ou une réponse trop peu lisible seront considérées

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

L'apport de la physique au diagnostic médical

L'apport de la physique au diagnostic médical L'apport de la physique au diagnostic médical L'application des découvertes de la physique à l'exploration du corps humain fournit aux médecins des informations essentielles pour leurs diagnostics. Ils

Plus en détail

Chap. 2 LES ROCHES A- INTRODUCTION

Chap. 2 LES ROCHES A- INTRODUCTION Page 1 sur 19 Chap. 2 LES ROCHES Objectifs : - Décrire les processus de formation des roches ; - Dégager les types de roches. (Voir aussi fichier «qlq notions de géologie roches»pdf A- INTRODUCTION La

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Roches métamorphiques

Roches métamorphiques Roches métamorphiques muscovite structure en feuillets grenat Structure. On observe une structure avec des feuillets ce qui est caractéristique d un faciès MP MT. Minéraux. quartz, biotite, muscovite :

Plus en détail

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état PLAN 1ère partie Chapitre 2 Changements d état 1 Généralités 1.1 Notion de phase 1.2 Passages d un état à l autre 1.3 Equilibre entre les phases 1.4 Chaleur latente de changement d état 2 Fusion-solidification

Plus en détail

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL LES LIANTS HYDRAULIQUES Hamdi Boualem ENSSMAL Le ciment Le ciment est une matière pulvérulente, formant avec l eau ou avec une solution saline une pâte plastique liante, capable d agglomérer, en durcissant,

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Observation : Quelle est la température moyenne au sol sur la terre? Comparer avec les données des documents suivants

Plus en détail

L eau, sa pollution, et son traitement. René Moletta

L eau, sa pollution, et son traitement. René Moletta L eau, sa pollution, et son traitement René Moletta «Moletta Méthanisation» 1504 Route des Bottières 73470 Novalaise (France) e mail : rene.moletta@yahoo.fr nota bene : Toute mises en œuvre de ce qui est

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

La tectonique des plaques. Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques.

La tectonique des plaques. Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques. Chapitre 3 : La tectonique des plaques Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques. A- Localisation des plaques Activité : Observation

Plus en détail

Formation Neige et Avalanche niveau 1. 9/10 Décembre 2006 Inter Clubs ASMT Montagne / Frouzins Montagne / USR Ramonville / Muret Montagne / TIS

Formation Neige et Avalanche niveau 1. 9/10 Décembre 2006 Inter Clubs ASMT Montagne / Frouzins Montagne / USR Ramonville / Muret Montagne / TIS Formation Neige et Avalanche niveau 1 9/10 Décembre 2006 Inter Clubs ASMT Montagne / Frouzins Montagne / USR Ramonville / Muret Montagne / TIS Sommaire L eau dans tous ses états : Transformation de l eau

Plus en détail

Au Grand Canyon du fleuve Colorado l érosion détruit les roches sédimentaires qu elle a contribué à créer autrefois.

Au Grand Canyon du fleuve Colorado l érosion détruit les roches sédimentaires qu elle a contribué à créer autrefois. Au Grand Canyon du fleuve Colorado l érosion détruit les roches sédimentaires qu elle a contribué à créer autrefois. La météorisation Les roches se dégradent au contact de l atmosphère (les gaz), de l

Plus en détail

continents et leur dynamique

continents et leur dynamique 100 104 114 125 133 101 2 Les continents et leur dynamique Les objectifs généraux de cette partie En classe de Première S, l attention s est portée principalement sur le domaine océanique. En classe de

Plus en détail

Examen de Géologie - GTGC3

Examen de Géologie - GTGC3 Examen de Géologie - GTGC3 Michel Dubois Année 2011-12 Questions de minéralogie 1. Citer trois familles de silicates, leur formule structurale et un exemple de minéral appartenant à chacune de ces familles.

Plus en détail

Séquence 1. Le domaine continental et sa dynamique : caractéristiques et évolution de la lithosphère continentale. Sommaire. Chapitre 1.

Séquence 1. Le domaine continental et sa dynamique : caractéristiques et évolution de la lithosphère continentale. Sommaire. Chapitre 1. Séquence 1 Le domaine continental et sa dynamique : caractéristiques et évolution de la lithosphère continentale Objectifs Cette séquence permettra de caractériser la croûte continentale du point de vue

Plus en détail

Découverte (ou redécouverte) de la station sismique du lycée franco australien de Canberra La station sismique de Canberra - CANB

Découverte (ou redécouverte) de la station sismique du lycée franco australien de Canberra La station sismique de Canberra - CANB Découverte (ou redécouverte) de la station sismique du lycée franco australien de Canberra La station sismique de Canberra - CANB Bâtiment de Sciences Google Map Antenne GPS sur le toit Data Logging Room

Plus en détail

Sciences de la vie et de la terre

Sciences de la vie et de la terre Sciences de la vie et de la terre Terminale S Corrigés des exercices Rédaction : Sylvie Bouton Michel Aguelon Marie-Laure Gueuné Yannick Gaudin Coordination : Yannick Gaudin Ce cours est la propriété du

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

UE libre UBO CLIMAT : L'océan en chiffres. Plan du chapitre. Chapitre 5 La circulation océanique. 70 % Surface : LA "PLANETE BLEUE"

UE libre UBO CLIMAT : L'océan en chiffres. Plan du chapitre. Chapitre 5 La circulation océanique. 70 % Surface : LA PLANETE BLEUE UE libre UBO CLIMAT : Passé,, présent, futur Pourquoi s intéresser à l océan dans l étude du climat? Terre := LA PLANETE BLEUE, en fait les océans couvrent 70 % Surface Chapitre 5 La circulation océanique

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes Chapitre II La formation des chaînes de montagnes -I -Les traces d un domaine océanique dans les chaînes de montagnes 1) Des roches témoins d un océan disparu 1 2 Basaltes en coussin au fond de l océan

Plus en détail

Quel est le lien entre toutes ces énergies????

Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Comment l Homme utilise l énergie lumineuse? A. Une inégale répartition de l énergie solaire en fonction de la latitude Manuel Nathan seconde Répartition

Plus en détail

L activité interne du globe

L activité interne du globe L activité interne du globe 1 - Les séismes Comment se manifeste un séisme et quelles en sont les conséquences? Activité 1 Régulièrement dans les actualités on parle de tremblements de terre ou séismes

Plus en détail

L E BILAN DES ACTIVITÉS

L E BILAN DES ACTIVITÉS L E BILAN DES ACTIVITÉS Activité 1 Des volcans en éruption Mots-clés Il existe deux types d éruptions volcaniques : les éruptions explosives, caractérisées par des explosions plus ou moins importantes,

Plus en détail

THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE

THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE Chapitre 1 : Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? Intro : Photo de l environnement du lycée : De quoi

Plus en détail

Transferts thermiques 1

Transferts thermiques 1 Transferts thermiques Introduction. Modes de transmission de la chaleur Conduction thermique. Loi de Fourier. Conductivité thermique Resistance thermique. Coefficient de transfert thermique La convection.

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Propagation des Ondes Sismiques

Propagation des Ondes Sismiques Propagation des Ondes Sismiques Jean-Arthur Olive Notes de cours de sismologie - Ecole Normale Supérieure, Département Terre-Atmosphère-Océan Table des matières 1 Equation des ondes de volume 3 1.1 Equation

Plus en détail

Un modèle pour expliquer la genèse des magmas : exemple de la fusion partielle dans une classe du secondaire

Un modèle pour expliquer la genèse des magmas : exemple de la fusion partielle dans une classe du secondaire Un modèle pour expliquer la genèse des magmas : exemple de la fusion partielle dans une classe du secondaire Patricia Schneeberger Marcelle Goix Hervé Goix Laboratoire LACES Université Bordeaux 4 IUFM

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Force de tension d une corde

Force de tension d une corde Force de tension d une corde 1.a. Deux façons de répondre à la question : 25 images 1 seconde 1 image T T = 1/25 = 0,04 s. 25 images par seconde représente la fréquence de prise de vue. Or T = 1/f donc

Plus en détail

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172)

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172) B. La datation absolue, en donnant accès à l âge des roches et des fossiles permet de mesurer les durées des phénomènes géologiques. Elle permet aussi de situer dans le temps l échelle relative des temps

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

Panorama de l astronomie

Panorama de l astronomie Panorama de l astronomie 7. Les étoiles : évolution et constitution des éléments chimiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gaël Cessateur & Gilles Theureau, Lab Phys. & Chimie de l Environnement

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires Equilibre solide-liquide des systèmes binaires I. Introduction La matière présente généralement trois états: solide, liquide et gazeux. Les phases et les structures sous lesquelles peuvent exister les

Plus en détail

Quelques notions de géologie

Quelques notions de géologie Quelques notions de géologie Qu est-ce qu une roche? Par définition, on nomme roche tout matériau constitutif de l écorce terrestre. Les matières qui composent les roches sont qualifiées de matières minérales,

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires I Introduction Activité p286 du livre Transformations nucléaires II Les transformations nucléaires II.a Définition La désintégration radioactive d un noyau est une transformation nucléaire particulière

Plus en détail

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe?

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe? Sommaire Séquence 4 Tu as constaté que les séismes et les éruptions volcaniques se déroulaient toujours aux mêmes endroits. Tu vas maintenant chercher à expliquer ce phénomène. Problématique : Comment

Plus en détail

Activité n 2 : Optimisation de la gestion et de l utilisation de l énergie Chapitre 13

Activité n 2 : Optimisation de la gestion et de l utilisation de l énergie Chapitre 13 Activité n 2 : Optimisation de la gestion et de l utilisation de l énergie Chapitre 13 Compétences attendues : Rechercher et exploiter des informations pour comprendre : la nécessité de stocker et de transporter

Plus en détail

L hélium, un gaz pour les aérostats

L hélium, un gaz pour les aérostats L hélium, un gaz pour les aérostats Document d accompagnement pour des activités pédagogiques Chacun, en fonction du niveau et de ses objectifs d enseignement, pourra sélectionner au sein des informations

Plus en détail

Copie-type Ceci n est pas une correction seulement un exemple de réponse. Partie I Le magmatisme en zone de subduction

Copie-type Ceci n est pas une correction seulement un exemple de réponse. Partie I Le magmatisme en zone de subduction Copie-type Ceci n est pas une correction seulement un exemple de réponse. Partie I Le magmatisme en zone de subduction Introduction : Les zones de subduction, domaine de convergence où la lithosphère océanique

Plus en détail

Séquence 3. Atmosphère, hydrosphère, climats : du passé à l avenir

Séquence 3. Atmosphère, hydrosphère, climats : du passé à l avenir Séquence 3 Atmosphère, hydrosphère, climats : du passé à l avenir Sommaire 1. Prérequis 2. L évolution de l atmosphère terrestre 3. L étude des changements climatiques à l échelle du million et du milliard

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Eléments de Physique Nucléaire

Eléments de Physique Nucléaire Eléments de Physique Nucléaire 1 SOMMAIRE Chapitre I : Caractéristiques générales du Noyau Chapitre II : Énergie de liaison du Noyau Chapitre III : Transformations radioactives Chapitre IV : Réactions

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Chimie des Aerosols Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) nouvelles particules dans l atmosphère. Les particules formées sont ultra-fines et par conséquent difficiles à détecter, mais

Plus en détail

L ORIGINE DU SYSTEME SOLAIRE

L ORIGINE DU SYSTEME SOLAIRE L ORIGINE DU SYSTEME SOLAIRE Nos connaissances sur le système solaire et sa formation ont énormément progressé avec l ère spatiale. C est en effet l étude comparative des planètes par des sondes qui a

Plus en détail

FUSION THERMONUCLEAIRE

FUSION THERMONUCLEAIRE FUSION THERMONUCLEAIRE Le cœur du Soleil est un plasma chaud totalement ionisé à très haute pression condition nécessaire à la réaction de fusion de l hydrogène en hélium 1 dont le bilan est : 4 1 H 4

Plus en détail

Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques

Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques Séquence 5 Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques Sommaire 1. Le recyclage de la lithosphère océanique 2. Le premier modèle de la tectonique des plaques

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Les météorites et la formation du système solaire

Les météorites et la formation du système solaire Les météorites et la formation du système solaire Marc Chaussidon, CRPG-CNRS, Vandoeuvre-lès-Nancy La formation du Soleil et du système solaire dans le contexte général de la formation des étoiles. t t

Plus en détail

SUJET : EXCURSIONS TERRESTRES ET EXTRATERRESTRE

SUJET : EXCURSIONS TERRESTRES ET EXTRATERRESTRE GEOL0901 SESSION 2009 Filière BCPST-Véto GEOLOGIE Durée : 3h30 L usage de calculatrices électroniques n est pas autorisé. SUJET : EXCURSIONS TERRESTRES ET EXTRATERRESTRE Les exercices proposés sont indépendants,

Plus en détail

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR S'approprier Analyser Réaliser Valider Communiquer Avec les progrès des techniques, l analyse qualitative organique est de moins en moins en utilisée car elle nécessite

Plus en détail

Étude et modélisation des étoiles

Étude et modélisation des étoiles Étude et modélisation des étoiles Étoile Pistol Betelgeuse Sirius A & B Pourquoi s intéresser aux étoiles? Conditions physiques très exotiques! très différentes de celles rencontrées naturellement sur

Plus en détail

LOCALISATION D UNE COUCHE ARGILO-SABLEUSE SUR UN SITE À TAOLAGNARO, MADAGASCAR,

LOCALISATION D UNE COUCHE ARGILO-SABLEUSE SUR UN SITE À TAOLAGNARO, MADAGASCAR, LOCALIATION D UNE COUCHE ARGILO-ABLEUE UR UN ITE À TAOLAGNARO, MADAGACAR, PAR LA MÉTHODE D ANALYE EN MULTICANAUX DE ONDE DE URFACE (MAW) RAMANOTOLO R.TEKA. 1, RAKOTOZAFY CLAUDINE 1, RAOLOMANANA EDDY HARILALA

Plus en détail

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques Activité 42 : Découvrir des facteurs d érosion de la roche 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Géologie externe ; évolution des paysages Notions. contenus Compétences Exemples d activités

Plus en détail

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC SVOIR Lycée français La Pérouse TS CH P6 L énergie nucléaire Exos BC - Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. - Définir et calculer l'énergie de liaison par nucléon. - Savoir

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus.

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. Matériel : - logiciels informatiques( le fichier Hawai.kmz ; le dossier TP GPS 1S) - Du papier calque - Un globe terrestre ( activité 1) Objectif

Plus en détail

ECOLE NORMALE SUPERIEURE DE LYON CONCOURS D'ADMISSION SESSION 2014. Filière universitaire: 2 nd concours

ECOLE NORMALE SUPERIEURE DE LYON CONCOURS D'ADMISSION SESSION 2014. Filière universitaire: 2 nd concours ECOLE NORMALE SUPERIEURE DE LYON CONCOURS D'ADMISSION SESSION 2014 Filière universitaire: 2 nd concours GEOSCIENCES Durée : 3 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome,

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE

CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE Contenu : Miscibilité totale Miscibilité partielle Plan du cours Objectif général Acquérir les notions de base associées à la formation des phases, de leurs

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre 4 e

Sciences de la vie et de la Terre 4 e Sciences de la vie et de la Terre 4 e Livret de corrigés Rédaction Benjamon Tello Ce cours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à ce cours sont la propriété de leurs auteurs et/ou ayants

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

technologie de séchage

technologie de séchage technologie de séchage we process the future Technologie de traitement LA TÂCHE Dans tous les domaines de l industrie, le séchage constitue une étape nécessaire du processus de traitement. Tous les produits

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Chap. V : Propriétés physiques et chimiques et tableau périodique. r anion

Chap. V : Propriétés physiques et chimiques et tableau périodique. r anion V.1. Propriétés physiques V.1.a. Le rayon atomique Dans une même colonne quand on change de période n d'une unité, le volume effectif de l atome croît brusquement dans une même colonne r quand n. Au sein

Plus en détail

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture? Thème 2 La sécurité Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?! Il faut deux informations Le temps écoulé La distance parcourue Vitesse= distance temps > Activité

Plus en détail

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT II LE RAYONNEMENT SOLAIRE Introduction : Le soleil est une étoile. La fusion thermonucléaire de l hydrogène en hélium lui fournit toute son énergie,

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail