Chap 1 : Structure interne et composition chimique du globe

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chap 1 : Structure interne et composition chimique du globe"

Transcription

1 Partie III : STRUCTURE, COMPOSITION ET DYNAMIQUE DE LA TERRE. Chap 1 : Structure interne et composition chimique du globe La Terre, planète tellurique, est constituée d enveloppes concentriques externes: atmosphère, hydrosphère (étudiées en classe de 2 nde ), biosphère (comprenant tous les organismes vivants et leurs interactions) et de la lithosphère (littéralement : «la sphère des roches»), constituée d une croûte (océanique ou continentale), et de la partie superficielle du manteau supérieur. Ces enveloppes sont accessibles à l observation directe et à l échantillonnage. Mais comment connaître la structure interne du globe terrestre? Au cours de ce chapitre nous développerons dans une première partie comment les données de la sismologie (science qui étudie les séismes) ont permis de comprendre la structure interne du globe terrestre. Puis, nous aborderons dans une seconde partie, l apport des échantillonnages de roches dans la compréhension de la composition chimique de notre Terre. Enfin, nous terminerons par une approche brève des informations apportées par les météorites sur la composition du noyau et décrirons les étapes de la formation de la Terre. I- Données caractérisant la structure et la composition de la Terre (TP1 + activité 5 sur Moho) 1- Echantillons accessibles On peut connaître la composition des couches superficielles par étude des affleurements (roches sédimentaires, métamorphiques et magmatiques), mais aussi grâce aux roches profondes qui ont été remontées (enclave) lors d éruption par exemple. Cependant pour connaître la composition interne il a fallu utiliser d autres méthodes d étude. 2- Utilisation des ondes sismiques (TP1) a. Enregistrement d un séisme (doc 2 p278) Belin 1ereS 2001 Des contraintes s'exerçant en permanence sur les roches conduisent à une accumulation d énergie qui finit par provoquer leur rupture au niveau d une faille. Un séisme correspond à cette rupture des roches soumises aux tensions qui se sont accumulées dans certaines zones de l écorce terrestre pendant des années, voire des siècles. L énergie ainsi accumulée est alors brutalement libérée au foyer* du séisme. Elle est transportée sur de très grandes distances par les vibrations ou ondes sismiques* émises dans toutes les directions à partir du foyer. Les sismographes* dispersés à la surface du globe enregistrent le passage de ces ondes. Les courbes obtenues sont des sismogrammes. On retrouve 3 types d ondes P, S, L. * foyer sismique : lieu où se produit la rupture des roches, après accumulation de contraintes

2 b- La propagation des ondes sismiques (doc A = doc 4 TP1) 3 groupes de vibrations décalées dans le temps se succèdent, avec des caractéristiques vibratoires différentes : Modèle du ressort - Ondes P se propagent comme un ver de terre - Ondes S se propagent comme un serpent 1 ) Les ondes de volume. (ondes P et S) Elles sont émises simultanément à partir du foyer et se propagent à l'intérieur du globe. Les ondes P (premières, les plus rapides) sont des ondes de compression-décompression: car lors de leur passage, les particules subissent successivement une compression puis une dilatation. Ce changement de volume des particules se fait parallèlement à la direction de propagation de l'onde: on dit donc que les ondes P sont des ondes longitudinales.. Les ondes P se propagent dans les milieux solides et liquides Les ondes S (secondes) sont donc des ondes transversales de cisaillement : les particules solides se déplacent perpendiculairement par rapport à la direction de propagation de l'onde. Les ondes S se propagent uniquement dans les solides DOCUMENT A : Propagation des ondes sismiques 2 ) Les ondes de surface (ondes L) Ce sont des ondes les plus lentes qui sont responsables des principaux dégâts. Elles ne se propagent qu'en surface. DOCUMENT A : Propagation des ondes sismiques => seules les ondes P et S traversent le globe terrestre et leur étude fournit des renseignements sur la structure interne du globe terrestre c - Les propriétés des ondes sismiques et renseignements apportés par leur étude La trajectoire des ondes : Le comportement des ondes suit à peu près les lois de l optique géométrique : elles sont réfléchies ou réfractées quand les propriétés du milieu traversé changent (act3 TP1). Par analogie avec les rayons lumineux, on parle de rais sismiques* pour désigner les trajectoires suivies par les vibrations sismiques. On appelle discontinuité, la frontière (interface) entre deux milieux aux comportements sismiques différents. Il existe deux discontinuités majeures entre matériaux de compositions différentes : - L existence de zone d ombre met en évidence l hétérogénéité de la terre et son organisation concentrique en deux zones principales séparées par une surface de discontinuité majeure. Il s agit de la discontinuité de Gutenberg à 2900km de profondeur. Elle marque la limite manteau profond et noyau. - Par ailleurs, l étude du temps d arrivée des ondes directes et réfléchies a mis en évidence l existence d une autre discontinuité appelée discontinuité de Mohorovicic ou Moho (limite croûte - manteau supérieur : 7, 30 ou 70 km de profondeur) act5 TP1 La vitesse des ondes apportent différents renseignements: La vitesse des ondes varie en fonction des caractéristiques physico-chimiques des milieux traversés - physique : densité, changement d état, pression, température - chimique : changement de composition atomique (doc 6 p Hatier) ou Exo hodochrone 1- Que montre ce type de graphique? 2- Que se passe-t-il si la vitesse est constante? D après l étude des hodochrones (temps d arrivée des ondes en fonction de la distance à l épicentre), on voit que la vitesse des ondes L est constante alors que celle des ondes P et S augmente avec la distance à l épicentre (plus l épicentre est loin plus les couches traversées sont profondes) donc la vitesse des ondes P et S augmente avec la profondeur : or ce sont des ondes qui parcourent les profondeurs donc on peut supposer que densité augmente avec profondeur (augmentation pression)

3 II- La structure interne du globe : modèle sismologique 1- L existence de discontinuités majeures doc B = A p260 Bordas A l aide de ce profil de vitesse des ondes sismiques S et P, retrouver les 3 principales discontinuités Belin 1ereS 2001 a- Une première discontinuité : la limite noyau manteau La vitesse moyenne des ondes est d autant plus grande qu elles pénètrent profondément dans le manteau, ce qui est lié à l augmentation de densité, et donc de rigidité, des roches avec la profondeur. L enregistrement des ondes P et S montre une variation brusque de vitesse, signe d une interface, vers 2900km De plus existence d une large zone d ombre du globe, où les ondes S sont inexistantes et les ondes P sont atténuées. Cette discontinuité de Gutenberg marque la limite entre le manteau* profond et le noyau* terrestre : à 2900km de profondeur. Les ondes S ne traversant pas cette discontinuité => noyau terrestre se comporte comme un liquide, du moins dans sa partie externe. Le manteau représente 75 % de la masse de la Terre. b- La discontinuité moyau externe noyau interne Vers 5150km on remarque - réapparition onde S : le noyau interne est solide - et augmenattion vitesse onde P : nouvelle discontinuité qui sépare noyau externe et interne = discontinuité de Lehman c- La discontinuité croûte manteau La croûte est séparée du manteau par une discontinuité (le Moho ) liée à une différence de composition chimique des matériaux ; La profondeur du Moho est variable : 7 à 12 km sous les océans, 30 à 40 km sous les continents (jusqu à 70 km sous les chaînes de montagne). La traversée du Moho se traduit par une accélération des ondes sismique La croûte représente 1% de la masse de la Terre.

4 2- Une discontinuité au sein du manteau Observation : vitesse de sondes S sous les continents et sous les océans La vitesse des ondes P et S, entre 50 et 180 km de profondeur, montre un net fléchissement : => Il existe une discontinuité mineure au sein du manteau supérieur (vers 100km) où la vitesse des ondes diminue : c est la LVZ, Low Velocity Zone (zone de faible vitesse) qui marque la limite inférieure de la lithosphère rigide Comment l expliquer? Exercice : 1 Couleur 2- R= T C de roche/t C de fusion Pour 50km : R= 750/1300 = 0.38 comportement cassant Pour 100km : R= 750/1250 = 0.6 comportement ductile Pour 150km : R= 1150/1300 = 0.8 comportement ductile Pour 200km : R= 1300/1600 = 0.8 comportement ductile Pour 250km : R= 1350/2000 = 0.6 Pour 300km : R= 1200/2500 = 0.48 La LVZ est donc une discontinuité physique (thermique) qui sépare : - Le manteau lithosphérique (entre le Moho et environ 100km). Il est rigide et a donc un comportement cassant. Avec la croûte il constitue la lithosphère. T C<1300 C - Le manteau asthénosphérique (au dessous des 100km de profondeur) ou LVZ : les matériaux sont ductiles c est à dire moins rigide donc déformable (pâte à modeler) T C>1300 C Au niveau de la LVZ, sous l action combinée de la pression et de la température, les matériaux du manteau deviennent ductiles*, i.e. plus déformables. Cet état physique se maintient jusque vers km, puis le manteau se comporte de nouveau comme un solide vis à vis des ondes sismiques. Conclusion : les différentes couches concentriques et les discontinuités La lithosphère est formée de la croûte et la partie superficielle rigide du manteau (manteau lithosphérique). (épaisseur moyenne de 80 à 150 km : entre le Moho et environ 100km) L asthénosphère est composée o d une autre partie du manteau supérieur d abord ductile (= moins rigide donc déformable (pâte à modeler) T C > 1300 C) c est la LVZ = manteau asthénosphérique, o puis d une partie nouveau rigide (asthénosphère située entre 150 km et 670 km) Un manteau inférieur à partir de 670 km de profondeur et jusqu à la limite manteau-noyau. discontinuité profondeur Variation du milieu Mohorovicic Entre 7km et 30 km Composition chimique croûte (granite ou basalte/gabbro) manteau (péridotite) LVZ Entre 80 et 150 km Variation physique du manteau : passage rigide à ductile car augmentation de T C Gutenberg 2900 km Composition chimique : limite manteau noyau Variation physique : solide -liquide Lehman 5100 km Variation physique : liquide-solide

5 + Schéma bilan

6 Schéma Bilan Belin 1ereS 2001

7 III- Origine de la structure interne terrestre 1- Le modèle de formation de la Terre Livre Bordas p 262 doc 1 Il y a 4,6 milliard d années, sous l effet des forces de gravité, les poussières interstellaires se sont regroupées en masse formant les objets du système solaires par accrétion (croissance d un objet géologique par apports successifs de matière). Doc E : La formation de la Terre par accrétion Accrétion de gaz et de poussières qui se sont attiré par gravité et agglutinés : embryons de planète : planétoïde Les planétoïdes grossissent, la gravité augmente et les bombardements sont de plus en plus intenses et donc la planète grossit Quand la Terre a atteint sa taille actuelle, il s agissait d une sphère homogène en fusion car la chaleur libérée par les bombardements a provoqué une augmentation de la température Puis, les impacts venant percuter le globe en formation ont dégagé une chaleur considérable : lorsque la planète a acquis sa taille actuelle elle était formée de matériaux fondus. La terre primitive était une sphère de magma au sein duquel les éléments chimiques se sont progressivement séparés par gravité : on parle de différenciation planétaire. Ainsi se sont formées des enveloppes concentriques de densité croissante vers le centre. Doc 3 p 262 Document F : La différenciation de la Terre Au sein de la Terre magmatique, les éléments chimiques les plus lourds (Fe, Ni) se rassemblent par gravité vers le centre du globe pour former un noyau dense. Les plus légers (0, Si, Al, Ca, Na et K) surnagent et gagnent la surface pour former au cours du refroidissement des silicates, minéraux d'une croûte rocheuse plus légère. Entre croûte et noyau, les silicates du manteau sont formés essentiellement des éléments 0, Si, Fe et Mg. Les molécules gazeuses s'échappent du manteau (C02, H20, N2, CH4) et vont constituer l'atmosphère primitive puis, par condensation de la vapeur d'eau, les océans. Les éléments les plus légers (H et He) «s'évadent» dans l'espace car la gravité terrestre est insuffisante pour les retenir. 1- Légender le schéma 2- Représenter par des flèches vertes la migration des gaz (et des éléments peu denses) 3- Représenter par des flèches rouges la migration des éléments plus denses

8 2- Les arguments en faveur de ce modèle Les météorites sont des fragments d astéroïdes qui se sont formés en même temps que tous les autres éléments du système solaire : il y 4,5 milliards d années, et à partir des mêmes matériaux. L analyse des météorites nous renseigne sur la composition interne des planètes. On considère que les météorites ont la même composition globale que la terre. On trouve deux types principaux de météorites : - Chondrite : (85% des météorites recueillies sur Terre) Elles sont formées de globules appelés chondres (silicates + matrice de Fer et de nickel). Elles se sont formées avant la différenciation, elles possèdent une composition chimique regroupant la totalité des éléments composant une planète. - Achondrites : (15% des météorites recueillies sur Terre) Elles sont sans chondre et se sont formées après une différenciation, elles possèdent des compositions chimiques différentes indiquant le phénomène de différenciation. - achondrite pierreuse (avec silicate) - achondrite métallique (avec fer + nickel) - achondrite mixte Des données sismologiques, et l apport de météorites* différenciées, permettent donc de montrer que la composition chimique du manteau profond est la même que celle du manteau supérieur. La composition chimique du noyau est déterminée à partir de l'analyse de météorites de type sidérites ; Le noyau est essentiellement constitué de fer. Le noyau représente environ 25% de la masse de la Terre. ORIGINE DES METEORITES : p263 Bordas pierreuse mixte métallique ACHONDRITES CHONDRITES

9 IV- La composition du globe cf TP3 IV- Composition chimique des enveloppes externes du globe terrestre O 2- Les roches de la croûte et du manteau sont constituées par un petit nombre d éléments chimiques majeurs qui sont au nombre de 8, soit :... O 2- Si 4+ O 2- O 2- L organisation de la matière minérale est la suivante : - les atomes (ou les ions) s associent par des liaisons chimiques pour former des assemblages réguliers dans l espace et répétitifs appelés : - De nombreux cristaux de composition chimique donnée constituent, élément constitutif de la roche. Les silicates sont les principaux minéraux constituant les roches de la croûte et du manteau. Les minéraux de cette famille ont une structure commune : le motif élémentaire SiO C est un tétraèdre dans lequel un atome de silicium est entouré par quatre atomes d oxygène. Ces motifs tétraédriques sont reliés entre eux par d autres atomes et constituent ainsi différents minéraux (ex : l olivine de formule = (Fe,Mg)SiO 4 ). 1. Les couches accessibles du globe terrestre (TP 3) Propriétés Croûte continentale Croûte océanique Manteau Densité Roche principale Famille Texture Minéraux présents Composition chimique globale (principaux éléments chimiques présents) O, Si, Al, K, Na, Fe O, Si, Fe, Al, Ca, Mg O, Mg, Si, Fe Classés du plus abondant au mois abondant Richesse en silice Richesse en fer Richesses en magnésium Richesse en potassium et en sodium Pour les 4 dernières lignes vous montrerez par une flèche si elle diminue ou si elle augmente en comparant leur teneur dans les différentes couches du globe citées. 2. Les couches inaccessibles du globe terrestre (manteau profond et noyau) Pour le manteau profond, la vitesse de propagation des ondes sismiques ne variant pas brusquement avec la profondeur, on en déduit que la composition chimique reste la même. Seule l augmentation de la.. des matériaux (due à l augmentation de la ) est la cause de l augmentation régulière de la vitesse des ondes sismiques. La roche composant le manteau est donc... Pour le noyau : D après l étude précédente des météorites, quel semble être le principal élément constitutif du noyau?... La densité du noyau du noyau est-elle en rapport avec cet élément? Justifier. Quel autre élément compose le noyau?.

10 BILAN IV A. La croûte est essentiellement constituée de roches magmatiques (et de roches métamorphiques). La croûte continentale est essentiellement formée de roche telle que le granite. Il s agit de roches magmatiques*, dites plutoniques*, car formées en profondeur. Un granite est une roche grenue composée essentiellement de feldspaths (plagioclases et alcalins) et de quartz, et accessoirement de micas et d amphiboles. La croûte océanique est formée de basaltes (roches volcaniques, formées en surface) et de gabbros (roches plutoniques formées en profondeur). o Un basalte est une roche microlithique, avec des phénocristaux de pyroxènes, éventuellement d olivines et de feldspaths alcalins, des microlithes de plagioclases et du verre. Le verre correspond à la partie non cristallisée de la roche. o Un gabbro est une roche grenue de même composition chimique que le basalte. B. Le manteau est constitué de péridotites. Lors de leur remontée vers la surface, des magmas basaltiques peuvent inclure des enclaves de péridotites, c est ainsi que l on peut observer des roches du manteau. Ces roches renferment des minéraux d olivine et de pyroxènes et/ou du verre. Conclusion : Ce premier chapitre nous a permis de mettre en évidence la composition et la structure de la Terre. Celle-ci est faite d enveloppes concentriques aux propriétés physico-chimiques particulières. L apport des données sismiques dans cette étude n a pas été négligeable. Or la présence de séismes indique une activité interne de notre planète. Comment comprendre ce dynamisme interne? GLOSSAIRE : *Ondes sismiques : ondes élastiques qui peuvent traverser un milieu sans le modifier durablement. Leur propagation correspond à la transmission, de proche en proche, de la déformation de particules (ondes P) ou du déplacement de particules (ondes S). * sismographe : appareil enregistrant les séismes. * sismogramme : courbe obtenue par un sismographe. * rai sismique : matérialisation de la trajectoire d une onde sismique. * manteau : enveloppe de la Terre située sous la croûte continentale ou océanique. * noyau : enveloppe de la Terre située entre le manteau (2 900km ) et la graine (5100 km). * ductile : état physique d un solide qui peut être étiré sans se rompre. * roche magmatique : roche issue de la cristallisation en profondeur (plutonique) ou en surface (volcanique) d un magma (mélange liquide, gazeux et solide). * géotherme : courbe traduisant l augmentation de la température avec la profondeur. * météorites : fragment rocheux ou métallifère, venant de l espace et atteignant la Terre. * accrétion : croissance d un objet géologique par apports successifs de matière. * astéroïdes : petits corps rocheux de formes irrégulières et de dimensions variables, allant de quelques km de diamètre, jusqu à 1000 km pour le plus gros (Cérès). * chondre : petite sphère formée d une association finement cristallisé de silicates (olivines) et de globules métalliques.

CHAPITRE 11 STRUCTURE ET COMPOSITION CHIMIQUE DE LA TERE INTERNE

CHAPITRE 11 STRUCTURE ET COMPOSITION CHIMIQUE DE LA TERE INTERNE CHAPITRE 11 STRUCTURE ET COMPOSITION CHIMIQUE DE LA TERE INTERNE Quelle conception avez-vous de la structure interne et de la composition chimique du globe? Représenter un modèle de la structure interne

Plus en détail

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Le chapitre précédent a montré la réalité de la tectonique des plaques et notamment la création permanente de lithosphère nouvelle dans l axe des dorsales océaniques.

Plus en détail

Problème général : Comment expliquer les différences d altitude moyenne entre continents et océans?

Problème général : Comment expliquer les différences d altitude moyenne entre continents et océans? DISTRIBUTION DES TERRES ET DES MERS Observations : Les continents sont essentiellement en relief (altitude moyenne des terres de 840 m - de 0 à 9 km environ) Les océans sont essentiellement en profondeur

Plus en détail

TP 3- Composition pétrographique et chimique de la croûte et du manteau supérieur

TP 3- Composition pétrographique et chimique de la croûte et du manteau supérieur TP 3- Composition pétrographique et chimique de la croûte et du manteau supérieur Données initiales : Parmi les enveloppes du globe terrestre, seuls les matériaux de la lithosphère sont accessibles à l

Plus en détail

Partie 1 : L activité interne du globe terrestre

Partie 1 : L activité interne du globe terrestre Partie 1 : L activité interne du globe terrestre CHAPITRE 3 LA SURFACE DE LA TERRE : DES PLAQUES EN MOUVEMENTS Situation de départ - Rappels : Les séismes et les éruptions volcaniques ne se manifestent

Plus en détail

Partie 1 Structure, composition et dynamique de la Terre. 1 Structure et composition chimique internes de la Terre. 1.1 Rappels de géologie

Partie 1 Structure, composition et dynamique de la Terre. 1 Structure et composition chimique internes de la Terre. 1.1 Rappels de géologie Première S 2/46 Partie 1 Structure, composition et dynamique de la Terre L intérieur de la Terre est inaccessible à l observation directe. Comment connaître sa constitution et son fonctionnement? 1 Structure

Plus en détail

- La péridotite est quant à elle un cas particulier, difficile à classer. C est la roche du manteau.

- La péridotite est quant à elle un cas particulier, difficile à classer. C est la roche du manteau. Rappels de géologie de 1S. Rappel bref de la structure du globe. http://geologie-alpe-huez.1001photos.com/roches/terre.php La lithosphère est constituée de la croûte (continentale ou océanique) et de la

Plus en détail

Le volcanisme. Introduction : On note au tableau les expressions, mots associés au volcanisme. Et on discute sur la pertinence de chacun!

Le volcanisme. Introduction : On note au tableau les expressions, mots associés au volcanisme. Et on discute sur la pertinence de chacun! Le volcanisme Introduction : On note au tableau les expressions, mots associés au volcanisme. Et on discute sur la pertinence de chacun! Problème : Qu est ce que le volcanisme? I. Les éruptions volcaniques

Plus en détail

Basalte tholéitique - texture microlithique avec olivine (tache jaunâtre), plagioclases et pyroxènes.

Basalte tholéitique - texture microlithique avec olivine (tache jaunâtre), plagioclases et pyroxènes. Enigme 10 : De la roche en poudre!! Les dorsales produisent des basaltes qualifiés de MORB (Medio Ocean Ridge Basalts) Ces basaltes sont caractérisés par leur faible quantité d alcalins (Na20 et K2O),

Plus en détail

deux types de croûtes

deux types de croûtes Introduction : Suess proposait l idée qu il y avait deux «éléments» à la surface du globe : les continents légers qui «flottaient» sur des matériaux plus denses constituant le plancher océanique. Il y

Plus en détail

INTRODUCTION - RAPPELS

INTRODUCTION - RAPPELS Thème 1B Chapitre 3 Les caractéristiques de la lithosphère continentale TermS 2012-2013 INTRODUCTION - RAPPELS L'étude de la propagation des ondes sismiques a permis d'élaborer un modèle de structure interne

Plus en détail

TP2 Ondes sismiques et structure interne du globe

TP2 Ondes sismiques et structure interne du globe TP2 Ondes sismiques et structure interne du globe En 1912, le sismologue allemand Beno Gutenberg est le premier à détecter une discontinuité entre le manteau inférieur et le noyau externe de la Terre à

Plus en détail

TP 8. Comment distinguer la croûte océanique de la croûte continentale?

TP 8. Comment distinguer la croûte océanique de la croûte continentale? TP 8 Comment distinguer la croûte océanique de la croûte continentale? Lycée E. Delacroix 1 ère S Programme 2011 La démarche du géologue Quelle est cette pierre? Les enveloppes abordées directement par

Plus en détail

Petite histoire du système solaire: De la nébuleuse aux planètes rocheuses. Michael Toplis DTP, Observatoire Midi-Pyrénées

Petite histoire du système solaire: De la nébuleuse aux planètes rocheuses. Michael Toplis DTP, Observatoire Midi-Pyrénées Petite histoire du système solaire: De la nébuleuse aux planètes rocheuses. Michael Toplis DTP, Observatoire Midi-Pyrénées Les corps rocheux du système solaire Mercure r = 2400km Venus r = 6050km Terre

Plus en détail

TP Formation de la croûte océanique à partir de la fusion manteau

TP Formation de la croûte océanique à partir de la fusion manteau TP Formation de la croûte océanique à partir de la fusion manteau Etape 1 Les compositions minéralogiques et chimiques du manteau et de la croûte océanique : Rappels Observer au microscope polarisant les

Plus en détail

STRUCTURE INTERNE DE LA TERRE

STRUCTURE INTERNE DE LA TERRE STRUCTURE INTERNE DE LA TERRE Eric LECOIX, Oct 2013 I Des premières représentations au modèle actuel II Apport de la sismologie III Le manteau IV Le noyau V Le magnétisme terrestre VI Planétologie comparée

Plus en détail

Découpage de la surface terrestre en plaques lithosphériques

Découpage de la surface terrestre en plaques lithosphériques Découpage de la surface terrestre en plaques lithosphériques 4 e / Comment délimiter une plaque? Qu appelle-t-on une plaque? 1 e / Comment caractériser les couches superficielles du globe? Lexique : Plaque

Plus en détail

Séisme de magnitude 8.0 aux îles Santa-Cruz Mardi 06 février 2013 à 01h12 GMT.

Séisme de magnitude 8.0 aux îles Santa-Cruz Mardi 06 février 2013 à 01h12 GMT. Séisme de magnitude 8.0 aux îles Santa-Cruz Mardi 06 février 2013 à 01h12 GMT. Fichier de données techniques pour le professeur Le séisme a été enregistré par la station sismique de Telopea Park School

Plus en détail

V. Structure interne de la Terre

V. Structure interne de la Terre Dr CHABOU Moulley Charaf Université Ferhat Abbas, Sétif Département des Sciences de la Terre LMD -Sciences de la Terre et de l Univers- Géosciences - Module : Nature des Enveloppes Terrestres. 1 ère année

Plus en détail

CE DOCUMENT EST DESTINÉ AUX ETUDIANTS DE LA FACULTÉ DES SCIENCES DE RABAT (MAROC)

CE DOCUMENT EST DESTINÉ AUX ETUDIANTS DE LA FACULTÉ DES SCIENCES DE RABAT (MAROC) CE DOCUMENT EST DESTINÉ AUX ETUDIANTS DE LA FACULTÉ DES SCIENCES DE RABAT (MAROC) LE CONTENU DE CE DOCUMENT EST COMMENTÉ DANS LE DETAIL PENDANT LES SEANCES DE COURS POUR TOUT AUTRE USAGE IL CONVIENT DE

Plus en détail

PROBLEMATIQUE, RESTITUTION DES CONNAISSANCES, EXPLOITATION DE DOCUMENTS

PROBLEMATIQUE, RESTITUTION DES CONNAISSANCES, EXPLOITATION DE DOCUMENTS 1s_cntgeol_2011_03_29.doc 1/6 DST classe de 1ère S - durée 3H00 - calculatrices interdites SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE PROBLEMATIQUE, RESTITUTION DES CONNAISSANCES, EXPLOITATION DE DOCUMENTS BUT

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Terminales S2 Correction du Devoir Surveillé de SVT n 1 02/10/2012 Le domaine continental et sa dynamique (durée 1h50)

Terminales S2 Correction du Devoir Surveillé de SVT n 1 02/10/2012 Le domaine continental et sa dynamique (durée 1h50) Terminales S2 Correction du Devoir Surveillé de SVT n 1 02/10/2012 Le domaine continental et sa dynamique (durée 1h50) N. Pidancier Exercice 1 : Introduction Le relief au niveau de la Terre se répartit

Plus en détail

Méthodes géophysiques et géochimiques

Méthodes géophysiques et géochimiques Méthodes géophysiques et géochimiques 1.3. TD Introduction Il y a 4.567 milliards d années (Ga), au moment où le nuage de gaz et de poussière qui va constituer le système solaire s effondre sur lui même,

Plus en détail

STRUCTURE DU GLOBE TERRESTRE

STRUCTURE DU GLOBE TERRESTRE Université Mohammed V Agdal, Faculté des Sciences de Rabat Département des Sciences de la Terre et de l Univers Pr. Driss FADLI Filières SVI et STU Semestre S1 (module1) (2005/2006) 1 Eléments de cour

Plus en détail

1 Activité magmatique des zones

1 Activité magmatique des zones ACTIVITÉ 1 Activité magmatique des zones de subduction Le magmatisme des zones de convergence de plaques s observe sur la plaque chevauchante. Il est situé à l aplomb des surfaces de Bénioff, là où celles-ci

Plus en détail

LE VOLCANISME. Mont St HELENS (U.S.A cote est) 1857 / 1980 : une par siècle Cendres, blocs, gaz, nuées ardentes. Dôme de lave obstruant le cratère

LE VOLCANISME. Mont St HELENS (U.S.A cote est) 1857 / 1980 : une par siècle Cendres, blocs, gaz, nuées ardentes. Dôme de lave obstruant le cratère LE VOLCANISME «Parmi les phénomènes que la nature offre à nos regards, il n en est de plus grandiose, de plus merveilleux, de plus mystérieux, de plus terrifiant qu un volcan en activité. Il tremble, gronde,

Plus en détail

A partir des informations issues de l exploitation des documents 1 à 9, établissez le contexte géodynamique de l Islande.

A partir des informations issues de l exploitation des documents 1 à 9, établissez le contexte géodynamique de l Islande. BCPST 1 vendredi 5 février 2010 DS n 4 Géologie Eléments de correction PARTIE I A partir des informations issues de l exploitation des documents 1 à 9, établissez le contexte géodynamique de l Islande.

Plus en détail

Des volcans en éruption

Des volcans en éruption Activité 1 Des volcans en éruption Les volcanologues observent les éruptions volaniques afin de découvrir leur cause et de comprendre le fonctionnement des volcans. Quelles sont les caractéristiques des

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE. n 5 GEOLOGIE. durée 3 h

DEVOIR SURVEILLE. n 5 GEOLOGIE. durée 3 h 851, 852 et 853 Lundi 14 mars 2016 DEVOIR SURVEILLE n 5 GEOLOGIE durée 3 h Le sujet comporte 12 pages, il vous est conseillé de prendre connaissance de la totalité du sujet avant de commencer. Il sera

Plus en détail

II. Les savoirs scientifiques à maîtriser A/ Volcanisme Savoir définir volcan / volcanisme

II. Les savoirs scientifiques à maîtriser A/ Volcanisme Savoir définir volcan / volcanisme UE 116 TD 1 Sciences de la Terre Les concepts mobilisés dans les explications des phénomènes volcaniques et sismiques. I. Nos représentations initiales Support Affiches/ Comparaison Travail par groupe

Plus en détail

Chapitre 2. Prospection sismique. 2.1 Sismique-réflexion

Chapitre 2. Prospection sismique. 2.1 Sismique-réflexion Chapitre 2 Prospection sismique La prospection sismique est basée sur la propagation des ondes élastiques dans le sous-sol. Nous avons indiqué dans la section précédente que l on s intéressait essentiellement

Plus en détail

LA PROSPECTION SISMIQUE

LA PROSPECTION SISMIQUE LA PROSPECTION SISMIQUE Ondes Élastiques Couches géologiques 1) Source active 2) Propagation dans le sol 3) Enregistrement à de nombreux capteurs Détection des interfaces entre deux milieux avec des propriétés

Plus en détail

LES ROCHES. 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G.

LES ROCHES. 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G. LES ROCHES 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G. Cuvelier page 1 b) Les roches, matériaux de construction : Cours de géographie

Plus en détail

Julie Perrot - U.B.O. III- Modèles de Terre sismologiques

Julie Perrot - U.B.O. III- Modèles de Terre sismologiques Julie Perrot - U.B.O. III- Modèles de Terre sismologiques p. 1 Les Ondes dans la Terre Traversant : le manteau, P or S le noyau externe, K le noyau interne, I Se réfléchissant sur: le noyau,c le noyau

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. LA FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION

1ère partie de l épreuve Dossier. LA FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION 1ère partie de l épreuve Dossier. LA FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION Niveau : 1 ère S - TS Extrait du programme : Divergence

Plus en détail

TP 1 : Détecteurs d'ondes et de particules - Correction

TP 1 : Détecteurs d'ondes et de particules - Correction TP : étecteurs d'ondes et de particules - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur des sources d'ondes et de particules et sur un dispositif de détection. Pratiquer une démarche

Plus en détail

Notice. Le modèle analogique "SISMOREFLEXION" Présentation. 1. Introduction. 2. Contenu de l'emballage. Réf. 13290

Notice. Le modèle analogique SISMOREFLEXION Présentation. 1. Introduction. 2. Contenu de l'emballage. Réf. 13290 Notice Le modèle analogique "SISMOREFLEXION" Présentation 1. Introduction Cet ensemble permet d aborder les notions de zone d ombre, surface de discontinuité, réflexion, réfraction, propagation d une onde

Plus en détail

Partie 6 : La géothermie et son utilisation.

Partie 6 : La géothermie et son utilisation. Partie 6 : La géothermie et son utilisation. La production d énergie est un défi pour l avenir. En effet la démographie explose et les humains ont besoin de plus en plus d énergie. L exploitation des énergies

Plus en détail

Composition à partir dʼun dossier

Composition à partir dʼun dossier section : sciences de la vie sciences de la terre et de l univers Composition à partir dʼun dossier Durée : 5 heures Samedi 17 octobre 2009 Modèles et modélisation dans l enseignement des sciences de la

Plus en détail

ANNEXE I QUELQUES IDEES ANCIENNES SUR LA STRUCTURE INTERNE DU GLOBE TERRESTRE. (Pr. Driss FADLI)

ANNEXE I QUELQUES IDEES ANCIENNES SUR LA STRUCTURE INTERNE DU GLOBE TERRESTRE. (Pr. Driss FADLI) ANNEXE I QUELQUES IDEES ANCIENNES SUR LA STRUCTURE INTERNE DU GLOBE TERRESTRE (Pr. Driss FADLI) Dès le 7ème siècle av. J.- C. La Terre est supposée plate, ayant la forme d'un disque, entièrement entouré

Plus en détail

Nées du feu. Nées d un magma, une masse de roche fondue. Volcans

Nées du feu. Nées d un magma, une masse de roche fondue. Volcans Nées du feu Nées d un magma, une masse de roche fondue. Volcans L origine des magmas De l eau à 90 C ne bout pas au niveau du sol parce que le poids de l air qui se trouve audessus, la pression, garde

Plus en détail

Chapitre IV La disparition des reliefs

Chapitre IV La disparition des reliefs Chapitre IV La disparition des reliefs Vestiges d anciennes chaînes de montagnes datant de plusieurs centaines de millions d années observables sur tous les continents. Quels sont les processus responsables

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE En proposant sa théorie de la mobilité horizontale des continents, Wegener s'était heurté au problème de la détermination des forces capables de déplacer

Plus en détail

4. Roches volcaniques et volcanisme

4. Roches volcaniques et volcanisme 4. Roches volcaniques et volcanisme 1ère Partie: magmas, roches et contexte géodynamique Krakatoa (Java, Indonésie) La Chaîne des Puys 4.1. Les magmas 1. Magma basaltique -- SiO 2 45-55 wt%, concentré

Plus en détail

2. L eau Structure et propriétés

2. L eau Structure et propriétés 2. L eau Structure et propriétés Structure simple aux propriétés complexes Comportement physico-chimique anormal comparé à H 2 S (structure voisine) Abondance des liaisons hydrogène Constante des milieux

Plus en détail

Activité 53 : Dynamique du volcan et structure de la roche volcanique

Activité 53 : Dynamique du volcan et structure de la roche volcanique Activité 53 : Dynamique du volcan et structure de la roche volcanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe 2. PLACE DE L ACTIVITE DANS UNE PROGRESSION Chapitre I. Les séismes

Plus en détail

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir?

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir? Nom : gr : Notes du Monastère L image du bas illustre très bien ce que cherchait à découvrir Frère Bennig. À cette époque, on voyait le ciel comme une voûte sur laquelle le soleil, les étoiles et les planètes

Plus en détail

Chapitre II Atmosphère et climat aux grandes échelles de temps

Chapitre II Atmosphère et climat aux grandes échelles de temps Chapitre II Atmosphère et climat aux grandes échelles de temps 1 - I - Atmosphère primitive, atmosphère actuelle 2 Le Soleil est donc le moteur de la dynamique de l atmosphère, du cycle de l eau et d une

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Il existe un certain nombre de volcans qui ne se trouvent pas en limite de plaque : on dit qu ils sont en contexte

Plus en détail

o 2. la dorsale médio-atlantique Une chaîne de montagnes sous-marines de nord à sud le long de l océan Atlantique

o 2. la dorsale médio-atlantique Une chaîne de montagnes sous-marines de nord à sud le long de l océan Atlantique - Comment les continents se déplacent-ils? - S il y avait une fois, tous les continents ont formé un «supercontinent», la Pangée... o Il faut conclure que les continents se déplacent - Donc, il faut poser

Plus en détail

Cours de géographie Volcanisme, 8VSB

Cours de géographie Volcanisme, 8VSB Cours de géographie Volcanisme, 8VSB PARTIE I : GEODYNAMIQUE INTERNE STRUCTURE INTRENE DE LA TERRE DERIVE DES CONTINENTS THEORIE DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES PALEOMAGNETISME SEISMES VOLCANS CHAINES DE

Plus en détail

Révision géologie correction

Révision géologie correction Révision géologie correction Exercice 1 : Les tremblements de Terre sont à l origine de la création d ondes sismiques, enregistrées à aide de sismographes. Ces ondes sismiques sont des ondes élastiques.

Plus en détail

BCPST. 1-851 et 852. Lundi 15/03/2010. DEVOIR n 5

BCPST. 1-851 et 852. Lundi 15/03/2010. DEVOIR n 5 BCPST. 1-851 et 852. Lundi 15/03/2010. DEVOIR n 5 GEOLOGIE. Durée : 3 heures. Le sujet comporte 12 pages et trois parties indépendantes et obligatoires. Il est conseillé de prendre connaissance de la totalité

Plus en détail

Tectonique des plaques et création de reliefs

Tectonique des plaques et création de reliefs PREPARATION AGREGATION INTERNE SVT TOULOUSE 27 Novembre 2013 Composition à partir d'un dossier Durée : 5 heures L'usage de tout ouvrage de référence, de tout dictionnaire et de tout matériel électronique

Plus en détail

La théorie de la dérive des continents

La théorie de la dérive des continents Géo / Fiche 16 La tectonique des plaques La théorie de la dérive des continents Jusqu'à la fin du XIX è siècle, les scientifiques pensaient que les continents n'avaient pas bougé les uns par rapport aux

Plus en détail

Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique

Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique La genèse du gaz de schistes se confond avec la genèse du pétrole, du gaz naturel et du charbon. Dans tous ce cas, ces matériaux se sont formés

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

La profondeur du Moho est donnée par l'équation :

La profondeur du Moho est donnée par l'équation : TP 11 Epaisseur de la croûte continentale au niveau des Alpes Au niveau d'une chaîne de montagnes la croûte continentale est très épaisse et supérieure à la valeur moyenne de 30 km. A partir de l'étude

Plus en détail

DST DE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE 1) RESTITUTION DES CONNAISSANCES (8 PTS)

DST DE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE 1) RESTITUTION DES CONNAISSANCES (8 PTS) 1s_cntsvt_2010_03_31_corrigé.doc 1/8 CLASSE DE 1ère S - DURÉE 3H00 DST DE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE CALCULATRICES INTERDITES 1) RESTITUTION DES CONNAISSANCES (8 PTS) Le texte ci-dessous est extrait

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

Module : Nature des enveloppes terrestres Examen écrit du 05 juin 2011 (Corrigé) Durée : 1 h 30

Module : Nature des enveloppes terrestres Examen écrit du 05 juin 2011 (Corrigé) Durée : 1 h 30 Nom et Prénom Note : UNIVERSITE FERHAT ABBAS- SETIF INSTITUT D ARCHITECTURE ET DES SCIENCES DE LA TERRE DEPARTEMENT DES SCIENCES DE LA TERRE LMD - Sciences de la Terre et de l Univers Géosciences 1 ère

Plus en détail

DEFINITIONS : Comment se passe une éruption volcanique? I/ Une éruption volcanique peut être effusive ou explosive. DEFINITION :

DEFINITIONS : Comment se passe une éruption volcanique? I/ Une éruption volcanique peut être effusive ou explosive. DEFINITION : Chapitre 2 : le volcanisme Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 4 ème Chapitre 2 : le volcanisme

Plus en détail

Méthodes thermiques d analyse

Méthodes thermiques d analyse UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. Méthodes thermiques d analyse Pr Khalil EL GUERMAÏ Méthodes Thermiques d Analyse 1)- Introduction 2)- Analyse

Plus en détail

Répondez aux questions suivantes (chaque réponse est notée 0,25 pt) :

Répondez aux questions suivantes (chaque réponse est notée 0,25 pt) : Nom et Prénom Note : 20/20 UNIVERSITE FERHAT ABBAS- SETIF FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DES SCIENCES DE LA TERRE LMD - Sciences de la Terre et de l Univers Géosciences 1 ère année Module : Nature des

Plus en détail

Introduc)on rapide à l observa)on microscopique des minéraux et roches. Pavel Pitra Géosciences Rennes

Introduc)on rapide à l observa)on microscopique des minéraux et roches. Pavel Pitra Géosciences Rennes Introduc)on rapide à l observa)on microscopique des minéraux et roches Pavel Pitra Géosciences Rennes Minéraux caractérisés (entre autres) par l arrangement ordonné des atomes (un réseau cristallin) structure

Plus en détail

Chapitre n 2. Interprétation des différences entre océans et continents.

Chapitre n 2. Interprétation des différences entre océans et continents. Chapitre n 2 Interprétation des différences entre océans et continents. Introduction À partir de la distribution bimodale des altitudes terrestres, Wegener avait supposé que la croûte terrestre était constituée

Plus en détail

Une proposition de tâche complexe

Une proposition de tâche complexe Une proposition de tâche complexe Thème 2 : le sol un patrimoine durable [ ] Un sol résulte d une longue interaction entre les roches et la biosphère, conditionnée par la présence d eau et la température.

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

V. Les roches. Les roches magmatiques

V. Les roches. Les roches magmatiques Dr CHABOU Moulley Charaf Université Ferhat Abbas, Sétif 1 Institut d'architecture et des Sciences de la Terre Département des Sciences de la Terre LMD -Sciences de la Terre et de l Univers- Licence Géosciences

Plus en détail

Le contraste océans-continents

Le contraste océans-continents Le contraste océans-continents Selon Wegener la composition des fonds océaniques est distincte de celle des continents. De nombreuses études ont contribué à démontrer ce contraste. Des documents vous présentent

Plus en détail

Technologie du béton GCI 340

Technologie du béton GCI 340 Ammar Yahia, ing., Ph.D. Génie civil. Automne 2011 Les granulats à béton - Généralités variables influençant la qualité du béton - Caractéristiques des granulats - Propriétés des granulats à béton - Essais

Plus en détail

Partie II : Pratique du raisonnement scientifique et argumentation. Exercice 2 : Histoire de la théorie de la tectonique des plaques (5 points)

Partie II : Pratique du raisonnement scientifique et argumentation. Exercice 2 : Histoire de la théorie de la tectonique des plaques (5 points) Partie II : Pratique du raisonnement scientifique et argumentation Exercice 2 : Histoire de la théorie de la tectonique des plaques (5 points) L Inde et l Asie sont actuellement en contact. Diverses méthodes

Plus en détail

Documents de Physique-Chimie M. MORIN

Documents de Physique-Chimie M. MORIN 1 I. Domaines d étude de ces deux techniques. Thème : Analyse spectrale. Partie : Spectroscopie Cours 9 : Spectroscopie I.R et R.M.N http://actions.maisondelachimie.com/outils_pedagogiques.html I.R. :

Plus en détail

Nom et Prénom : Module : Géologie II Examen du 26 mai 2015 Durée : 1 h 30

Nom et Prénom : Module : Géologie II Examen du 26 mai 2015 Durée : 1 h 30 Nom et Prénom : UNIVERSITE FERHAT ABBAS- SETIF 1 INSTITUT D ARCHITECTURE ET DES SCIENCES DE LA TERRE DEPARTEMENT DES SCIENCES DE LA TERRE LMD - Sciences de la Terre et de l Univers Géosciences 1 ère année.

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

L'évolution des reliefs

L'évolution des reliefs L'évolution des reliefs Table des matières Introduction 3 I - Retracer l'histoire des Alpes 4 II - TP : l'évolution des reliefs 5 1. Chaînes de montagnes anciennes et récentes... 5 2. Exercice : altitude

Plus en détail

Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE

Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE Forme : - sphère presque parfaite - zones sombres = mare (" mer ") = vastes plaines, lisses constituées de basaltes Elles caractérisent

Plus en détail

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée Dès 1858, on dispose de cartes géographiques relativement précises qui ont permis à Antonio Snider- Pellegrini d

Plus en détail

I. L évolution des caractéristiques des chaînes de montagnes

I. L évolution des caractéristiques des chaînes de montagnes T H E M E 1 : L A T E R R E D A N S L U N I V E R S, L A V I E, L E V O L U T I O N D U V I V A N T P A R T I E 2 : G E O D Y N A M I Q U E D U D O M A I N E C O N T I N E N T A L C H A P I T R E 11 :

Plus en détail

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien I. Etude de quelques sources de lumière Objectif : - Obtenir expérimentalement les spectres de quelques sources de lumière, et

Plus en détail

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces PARtiE 3 Manuel unique, p. 216 ( Manuel de physique, p. 102) Notion de champ séquence 1 Le programme notions et contenus Exemples de champs scalaires et vectoriels : pression, température, vitesse dans

Plus en détail

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES ÉNERGIES FOSSILES ÉNERGIE FISSILE ÉNERGIES FOSSILES Les énergies fossiles proviennent, comme leur nom l indique, de la fossilisation de grandes quantités de matière organique, provenant de la décomposition

Plus en détail

Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons

Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons Serge Haroche Collège de France et Ecole Normale Supérieure, Paris 2 Mars 2010: Atomes et Lumière Puissance et étrangeté du quantique 16 Mars

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique-chimie INTERPRETER LE SPECTRE DE LA LUMIERE EMISE PAR UNE ETOILE Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Notions et contenus Compétences

Plus en détail

LES EXOPLANETES. Les exoplanètes déjà découvertes. A quoi ressemblent-elles? Comment sont-elles détectées? Comment se forment-elles?

LES EXOPLANETES. Les exoplanètes déjà découvertes. A quoi ressemblent-elles? Comment sont-elles détectées? Comment se forment-elles? Accompagnement personnalisé - 2 nde Thème du travail de synthèse : LES EXOPLANETES Les exoplanètes déjà découvertes A quoi ressemblent-elles? Comment sont-elles détectées? Comment se forment-elles? Peuvent-elles

Plus en détail

Fiche ressource n 1b : à la découverte des roches calcaires et des roches granitiques

Fiche ressource n 1b : à la découverte des roches calcaires et des roches granitiques Fiche ressource n 1b : à la découverte des roches calcaires et des roches granitiques Les roches calcaires : Les calcaires sont des roches sédimentaires, facilement solubles dans l eau. Lorsque la roche

Plus en détail

C2. STRUCTURE INTERNE TERRESTRE

C2. STRUCTURE INTERNE TERRESTRE C2. STRUCTURE INTERNE TERRESTRE La Terre est organisée en couche. Structure, composition, température et densité varie entre ces couches concentriques. C2.a - SCHEMA GENERAL Doc 1 Film «vidéo «Deux gouttes

Plus en détail

Documents annexes Documents annexes SN12

Documents annexes Documents annexes SN12 Documents annexes Documents annexes SN12 1 Fiche 1 Reconnaissance des principaux minéraux des croûtes continentale et océanique à l œil nu Plusieurs éléments sont à décrire avant de pouvoir identifier

Plus en détail

TP 7. Comment connaître la structure interne du globe terrestre?

TP 7. Comment connaître la structure interne du globe terrestre? TP 7 Comment connaître la structure interne du globe terrestre? Lycée E. Delacroix 1 ère S Programme 2011 Activité 1: les ondes sismiques et leurs propriétés Bordas 1 ère S ed 2011 p.86 Vocabulaire de

Plus en détail

Bilan TP11 : La formation des combustibles fossiles.

Bilan TP11 : La formation des combustibles fossiles. Bilan TP11 : La formation des combustibles fossiles. Atelier 1 : La formation d'un gisement de charbon L'origine biologique du charbon est montrée par la présence de fossiles de végétaux dans les roches

Plus en détail

THEME 1B : LA TECTONIQUE DES PLAQUES HISTOIRE D UN MODELE. Lycée Jean Jaurès 8 juin 2011

THEME 1B : LA TECTONIQUE DES PLAQUES HISTOIRE D UN MODELE. Lycée Jean Jaurès 8 juin 2011 THEME 1B : LA TECTONIQUE DES PLAQUES HISTOIRE D UN MODELE Lycée Jean Jaurès 8 juin 2011 En quoi le nouveau programme de 1 ère reprend des idées des anciens programmes? En quoi en diffère-t-il? Quelles

Plus en détail

ANNEXE 1 : Les ondes Renseignements pour l'enseignant

ANNEXE 1 : Les ondes Renseignements pour l'enseignant ANNEXE 1 : Les ondes Renseignements pour l'enseignant Il existe plusieurs types d'ondes, par exemple le son, la lumière et les vagues. De plus, il existe de nombreux phénomènes que l'on peut représenter

Plus en détail

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère Réception du rayonnement solaire à la limite de l atmosphère Processus d appauvrissent du rayonnement solaire par les différentes couches atmosphérique

Plus en détail

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Ce guide est une introduction à l isolation thermique du bâtiment. Il permet de saisir les principales notions techniques entourant

Plus en détail

GYMNASE DU BUGNON LAUSANNE Mai 2008. EXAMEN D ADMISSION DE L ECOLE DE MATURITE 2 ème ANNEE OPTION SPECIFIQUE BIOLOGIE - CHIMIE EPREUVE DE CHIMIE

GYMNASE DU BUGNON LAUSANNE Mai 2008. EXAMEN D ADMISSION DE L ECOLE DE MATURITE 2 ème ANNEE OPTION SPECIFIQUE BIOLOGIE - CHIMIE EPREUVE DE CHIMIE GYMNASE DU BUGNON LAUSANNE Mai 2008 EXAMEN D ADMISSION DE L ECOLE DE MATURITE 2 ème ANNEE OPTION SPECIFIQUE BIOLOGIE - CHIMIE EPREUVE DE CHIMIE Date : mai 2008 Durée : 3 heures Matériel mis à disposition

Plus en détail