L hypothèse d efficience des marchés Marches aléatoire, matingale et transmission de l information par les prix. Philippe Bernard

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L hypothèse d efficience des marchés Marches aléatoire, matingale et transmission de l information par les prix. Philippe Bernard"

Transcription

1 L hypothèse d efficience des marchés Marches aléatoire, matingale et transmission de l information par les prix Philippe Bernard Décembre 2003

2 Table des matières 1 L incarnation du chahut continu Lechartisme Le démon de la chance La marche aléatoire des marchés La fluctuation à l équilibre Unemodélisationsimple Marche aléatoire et gestion passive 21 4 L hypothèse des marchés efficients 26 5 Information et équilibre 26 6 Efficiences faible et semi-forte des marchés Efficiencefaible Efficience semi-forte Information privée et l hypothèse d efficience forte Variancesdesmarchésetinformation L énigmedelavalueline Valeur de l information des initiés La prévisibilité des cours 48 9 La difficultédebattrelemarché 58 1

3 Fig. 1 Alfred Cowles 1 L incarnation du chahut continu Alfred Cowles ( ), membre d une riche famille patricienne de Chicago, commença à partir de 1926 à gérer les affaires financières de la famille et s abonna à plusieurs services de conseils en investissement. Cependant, le coût élevé de ces abonnements l incita à mesurer la performance des services. Aussi, commença-t-il en 1928 à suivre les 24 services les plus diffusés. Lacrisede1929vintmettreendifficulté ses finances. Aucun des services financiers auquel il était abonné n avait prévu la crise. Cette erreur résultait-elle de la malchance ou était-elle le reflet de l inefficacité de la prévision financière? Cowles débuta sa propre enquête en Il n hésita pas y investir une partie de la fortune familliale pour financer une nouvelle société, l Econometric Society, laquelle se proposait de développer les méthodes mathématiques et statistiques en économie. Il entra en contact avec l un de ses principaux animateurs, un ancien condisciple de son père à Yale, l inévitable Irving Fisher, et fonda avec lui ce qui allait devenir l une des principales institutions de la recherche économique : la Cowles Commission. Mais, Cowlesnesecontenta pasdecerôledebien- faiteur, il consacra également son propre temps. Il rassembla et exploita les données qu il avait lui même rassemblé depuis Le premier résultat de son travail fut un article en juin 1933 dans Econometrica, la revuedel Econometric Society. L introduction de cet article le résume : Are prices predictable? It is doubtful. (A. Cowles [Cow33]) Dans cet article, Alfred Cowles n analysait pas moins de 7500 recommendations des services financiers, de 3300 recommendations des services d information financière, toutes les transactions des compagnies d assurance, sur 4 ans (janvier juin 1932). Pour évaluer leurs performances, Cowles estima la 2

4 performance boursière qu aurait eu un investisseur suivant leurs conseils et la compara à celle d une sélection aléatoire des titres. Selon Cowles : les performances de l agence de prévision moyenne ont été inférieures à la moyenne des performances qui auraient pu être obtenues uniquement par chance 1. ([Cow33], cité par [Ber95] p. 40) Pire, il s attaqua à une légende du chartisme : Hamilton. 1.1 Le chartisme William Peter Hamilton avait été de 1903 à sa mort, en 1929, le rédacteur en chef du Wall Street Journal. A ce poste, il avait succédé à l un des deux fondateurs de ce journal, Charles Dow ( ), dont il avait épousé la théorie des marchés. Dans ses éditoriaux, de la fondation du journal en 1889 à sa mort en 1902, Dow n avait cessé d exprimer ses idées sur la Bourse et la prévision boursière. Selon lui : Une personne qui regarde monter la marée et qui veut savoir exactement à quel niveau arrivera la marée plante un bâton dans le sable aux points atteints par les techniques montantes, jusqu à ce que le bâton atteigne une position où lesvaguesn arrivent pasetfinalement reculent suffisamment, confirmant que la marée redescend. Cette méthode est fiable pour observer et déterminer le flux et le reflux des marées de la Bourse [...] Les vagues des prix, comme celles de la mer, ne reculent pas d un seul coup quand elles ont atteint leur point le plus élevé. La force qui les met en mouvement contrôle graduellement les arrivées, et il faut attendre quelque temps avant de pouvoir affirmer que marée a vraimment atteint son maximum. (C. Dow dans le Wall Street Journal, 1901, cité par [Ber95] p.31) Pour Dow et pour son héritier Hamilton, les cours sont suffisants en eux-mêmes pour révéler tout ce qu il y a à savoir sur la conjoncture économique pour révéler l évolution future de la Bourse. Le chartisme dont ils furent les pionniers ont poursuivi et approfondi ces idées. Reposant sur la conviction qu il existe à la fois des régularités dans l évolution des cours et que les évolutions des évolutions passées de ceux-ci sont utiles pour prédire leurs évolutions futures, il repose sur l utilisation de différents outils, notamment des moyennes mobiles (figure 2), des lignes de résistance (ou de support) (figure 3) et de figures complexes. 1 Misenitaliquesparnous. 3

5 prix moyenne mobile courte signal de vente moyenne mobile longue signal d'achat temps Fig. 2 Les signaux d achat et de vente engendrés par la comparaison des moyennes mobiles. La comparaison de moyennes mobiles différents entre elles par la longueur des retards pris en compte est un outil essentiel de l analyse chartiste. Comme par construction les moyennes mobiles les plus courtes sont plus influencées par les évolutions récentes des cours, elles ont pour propriété de fluctuer autour des moyennes longues. La convergence et la divergence des différentes moyennes sont alors utilisées, comme le montre la figure 2, comme des signaux d achat et de vente des titres. Ainsi, lorsqu une moyenne mobile courte initialement plus basse que la moyenne longue rejoint celle-ci, ceci constitue un signal d achat du titre : l évolution du titre est en effet alors anticipée être durablement à la hausse. Par contre, lorsque la moyenne mobile redescend au nivceau de la moyenne longue, ceci constitue un signal de vente du titre puisque l évolution de celui-ci est alors durablement anticipée être à la baisse. Leslignesderésistanceetdesupportsontunautre moyendedéfinir des signaux d achat et de vente. Dans le cas d une ligne de résistance, la méthode consiste alors, comme l illustre la figure 3, à repérer une droite passant par deux maximums locaux des cours sans être provisoirement dépassée par une séquence de cours. Le prolongement de cette droite définit pour le chartiste l ensemble des prix contre lequel le marché doit venir butter en l absence de fortes pressions haussières. Aussi, comme sur la figure 3, le cours tend à nouveau vers la ligne de résistance, le comportement du cours devant cette barrière 4

6 prix Ligne de résistance signal d'achat temps Fig. 3 Le principe de la ligne de résistance (ou de support). est un test déterminant la stratégie à suivre : si le cours vient à la franchir, ceci constitue un signal d achat pour le chartiste. Le principe de la ligne de support est le même : la ligne est simplement déterminée par deux minima locaux et doit constituer au moins localement un plancher pour les cours. Lorsque le cours vient à franchir cette ligne de support, alors ceci atteste pour chartiste de la force baissière du marché et donc constitue un signal de vente. Ls figures complexes constituent d autres outils d analyse. Les principales sont les M, les W, les têtes et les épaules (et sa forme inversée). Comme la figure l illustre, lorsque les cours des actifs les définissent, elles constituent des signaux d achat (pour le W et la tête et les épaules inversée) ou des signaux de vente (pour le M et la tête et les épaules ). L analyse chartiste rencontre plusieurs difficultés. D une part, la reconnaissance précise des figures complexes n est pas nécessairement un exercice aisé. D autre part, la multiplication des outils augmente la probabilité que les signaux soient contradictoires. Enfin, l analyse chartiste est économe en raisonnements économiques. Ceci n a pas empêché cependant l utilisation fréquente du chartisme sur les marchés et d y être crédités parfois de succès. Ainsi, plus heureux qu Irving Fisher, Hamilton eut même le bonheur d annoncer, le 21 octobre 1929, le retournement du marché dans un éditorial intitulé The turn in the 5

7 La figure du M La figure du W signal de vente signal d'achat Lafiguredelatêteetdesépaules signal de vente Fig. 4 Les figures complexes du chartisme. 6

8 Fig. 5 L analyse de l action peugeot par le chartisme (décembre novembre 2003). 7

9 Fig. 6 L analyse de l action Total par le chartisme (décembre novembre 2003). 8

10 Fig. 7 MauriceG.Kendall tide. 2 Cela n empêcha pas Alfred Cowles de s attaquer à la légende en s apuyant sur l analyse de 255 éditoriaux de Hamilton publiés entre 1903 et Selon Cowles, un investisseur qui aurait suivi les recommendations de Hamilton entre 1903 et 1929 aurait vu son capital multiplié par 19. Mais un investisseur se contentant d acheter l indice en 1903 aurait vu le sien multiplié deux fois plus! Après ce premier travail, pendant plus de 20 ans, Cowles continua d évaluer l efficacité de la prévision financière en en publiant les résultats [CJ37] [Cow44] [Cow60]. 1.2 Le démon de la chance L analyse de Cowles suscita peu de réactions chez les économistes. Ce furent des statisticiens qui, de fait, poursuivirent son analyse du marché boursier. Le premier d entre eux fut Holbrook Working ( ). Ce statisticien, appartenant à un institut de recherche agronomique - le Stanford Food Research Institute - non seulement fut l un des premiers à relever le problème de l identification en économétrie, mais consacra de nombreux travaux au fonctionnement des marchés à terme. Dans un des premiers travaux [Wor34], il s attacha notamment à caractériser les comportement des prix de ces marchés. Il remarqua que si en niveaux, on pouvait repérer des fluctuations présentant des tendances identifiables et répétitives, par contre, en variations, les évolutions des prix semblaient totalement aléatoires. 2 Talent ou simple chance? En faveur de cette dernière hypothèse, on peut noter qu Hamilton avait commis des éditoriaux similaires en janvier 1927, juin 1928, juillet

11 Vingt ans plus tard, un autre statisticien parvint aux mêmes conclusions. Maurice G. Kendall ( ) était déjà l un des statisticiens britanniques (et donc mondiaux) les plus réputés, auteur d un ouvrage de référence en statistique [Ken43]. En 1953, il publia un article [Ken53] résumant une analyse statistique sur plusieurs séries de cours boursiers. Il y analysait 19 groupes d actions britanniques différentes sur la période , comprenant des entreprises financières et des entreprises industrielles (chemin de fer, brasseries, pétrole, service public), mais également des moyennes hebdomadaires du prix du blé sur les marchés de Chicago sur la période (en excluant la période ), du coton à la bourse de commerce de New York de 1816 à Comme Working, Kendall fut frappé par l absence apparente de tendance des cours : le schéma des événements dans les séries de prix est beaucoup moins systématiques qu on ne le croit en général ([Ken53], cité par [Ber95] p. 100) Selon lui, la mémoire du marché boursier était au plus d une semaine. Comme le soulignera quelques années plus tard un astrophysicien éminent, M.F.M. Osborne [Osb59], les variations des prix des actions présentaient une forte analogie avec l ensemble des coordonnées d un grand nombre de molécules. La bourse semble l incarnation du chahut continu [Osb62], la prévision des prix futurs impossible. Dans son commentaire sur l évolution des 2287 variations hebdomadaires du prix de blé, Kendall résuma ainsi les leçons de son analyse statistique : La série ressemble à une série vagabonde, presque comme si une fois par semaine le démon de la chance 3 piochait au hasard [la variation du prix] dans une population symétrique de dispersion constante et l ajoutait au prix courant pour déterminer les prix de la semaine suivante. ([Ken53], cité par [Ber95]p.101) MalheureusementpourKendall,ledémondelachanceneluifutcependantpasfavorable : lorsqu il présenta ses résultats à se collègues de la très prestigieuse Royal Statistical Society, un tumulte de désapprobation l accueillit sans doute par qu [u]n tel nihilisme semblait frapper la science en plein coeur. (Paul Samuelson [Sam73]) 3 Souligné par nous. 10

12 Fig. 8 Paul A. Samuelson 2 La marche aléatoire des marchés 2.1 La fluctuation à l équilibre Le vacarme suscité par Kendall finit par atteindre le campus du MIT sur lequel règnait Paul Anthony Samuelson (1916-). Au début des années 50, Samuelson cherchait à exploiter son savoir faire d économiste et s était pris de passion pour les mécanismes boursiers. Moins par nécessité que par défi intellectuel, pour prouver comme jadis Thalès de Milet la valeur de son capital humain, il était à la recherche d une méthode lui permettant de réaliser rapidement de substantielles plus-values boursières. Pour mettre toutes les chances de son côté, il s était abonné à un service financier spécialisé sur le marché du warrant The RHM warrant and low-price stock survey. Lorsque le tumulte suscité par les résultats de Kendall arriva jusqu à lui, Samuelson eut la saugrenue idée de prendre le contre-pied de l opinion courante, d y voir le triomphe des lois économiques : Travaille de l autre côté de la rue! L impossibilité de prévoir les prix futurs à partir de prix passés et courants est le signe non pas de l échec des lois économiques, mais du triomphe de ces lois après que la concurrence ait fait de son mieux. (correspondance de Samuelson avec P.L. Bernstein, cité dans [Ber95] p.120) Dans plusieurs papiers, [Sam57] et surtout dans l article The proof that properly anticipated prices fluctuate randomly [Sam65], Samuelson proposa un cadre théorique achevant cette réconciliation. Dans celui-ci, les agents, neutres au risque, spéculent sur les titres sans cesse. Pour évaluer les titres, des prix fantômes 4 sont introduits. La concurrence 4 des prix jamais vus, sur terre ou sur mer, en dehors des bibliothèques d économie (P.A. Samuelson) 11

13 impose alors qu à l équilibre le profit espéré des spéculateurs est nul. Mais ceci impose sous certaines hypothèses uneimprévisibilitédesévolutionsfutures: On pourrait s attendre à ce que les agents de marché, qui poursuivent de manière avide et intelligente leur intérêt personnel, tiennent compte des événements futurs dont il est possible de voir, en un sens probabiliste, qu ils projettent leur ombre devant eux. (Comme on dit des événements passés qu ils projettent leur ombre derrière eux, il est possible de dire des événements futurs qu ils projettent leur ombre devant eux) ([Sam65], cité par [Ber95] p. 122) Chemin faisant, Samuelson contribua à redécouvrir la contribution du théorie tragique de la théorie financière, Louis Bachelier ( ). Mathématicien français, disciple d Henri Poincaré, celui-ci avait choisi pour sujet de sa thèse ThéoriedelaSpéculation [Bac00] [Bac64] 5 un sujet (trop) original pour un mathématicien : le fonctionnement de la Bourse. Bien avant Cowles, Working, Kendall, Bachelier eut l intuition que la dynamique des cours boursiers étaient régis par des évolutions aléatoires imprévisibles : Les événements passés, les événéments présents, et même les événements futurs actualisés se reflètentdanslesprixdemarché,mais souventilsnepré- sentent aucune relation apparente avec les variations de cours [...] Des causes artificielles interviennent également : le marché réagit à lui-même et la fluctuation actuelle est une fonction non seulement des flottements antérieures, mais aussi de l état actuel. Ces fluctuations sont déterminées par un nombre infini de facteurs ; il est donc impossible de prétendre pouvoir les prévoir mathématiquement [...] [L]a dynamique du marché ne sera jamais une science exacte. ([Bac00], introduction) Aussi, Bachelier eut l idée de représenter les variations des cours par des variables aléatoires identiquement et indépendamment distribuées de moyenne nulle. Cinq ans avant Einstein, Bachelier introduisit donc la notion de processus brownien dont Norbert Wiener devait donner la formalisation complète en Une conséquence de cette formalisation est qu [i]l semble que le marché, la collectivité des spéculateurs, àuninstantdonné, ne peut croire ni en une hausse ni en une baisse du marché, puisque, pour chaque prix coté, il y aura autant d acheteurs que de vendeurs. 5 Aux Etats-Unis, la thèse de Bachelier fut redécouverte accidentellement au début des années 50 par Leonard Savage. Celui-ci fit par de sa découverte à de nombreux économistes américains, dont Samuelson. La thèse de Bachelier fut traduite en américain et reproduite dans l ouvrage [Coo64] de 500 pages publié par Paul Cootner et reprenant, en plus de la thèse de Bachelier, les textes de Cowles, de Kendall, etc... 12

14 Fig. 9 Louis Bachelier ( ) en 1888 Bachelier introduisait ainsi l hypothèse que les cours boursiers suivent une marche aléatoire, i.e. l hypothèse que les évolutions futures ne peuvent être prédites sur la base des actions passées. Dans ce cadre, comme plus tard Samuelson, Bachelier détermina l équilibre en imposant la nullité de l espérance mathématique du spéculateur. Il développa les implications de sa modélisation pour la volatilité des marchés financiers et pour l évaluation des options. Bien avant Black & Scholes (et leurs prédécesseurs des années 60), Bachelier proposa en effet un modèle d évaluation des options qu il testa lui-même empiriquement sur les options portant sur les bonds d Etat de la période Ce modèle de valorisation oublié a été l objet d une réestimation récente [SW94] reproduite sur les figures 10, 11, 12, L hypothèse de la marche aléatoire des cours boursiers frappe de nullité l analyse financière en général, l analyse chartiste en particulier puisque comme le souligne un de ses plus fervents supporters, B. Malkiel : Si l on tire toutes ses implications logiques, elle implique qu un singe aveugle jetant des fléchettessurlespagesfinancières d un journal sélectionnerait un portefeuille qui ferait aussi bien que si celui-ci avait été soigneusement sélectionné par des experts. ([Mal96] p. 24) 7 La marche aléatoire est d ailleurs capable de répliquer qualitativement les figures du chartisme comme le démontra Harry Roberts, un statisticien de la Graduate School of Business de l Université de Chicago, en 1959 [Rob59]. Pour montrer la superficialité des analyses chartistes, Roberts calibra en effet des roulettes en adoptant les hypothèses suivantes : (i) la variation d une période à l autre sera en moyenne de +0.5% ; (ii) deux 6 Le titre utilité est le call portant sur l action d une entreprise américaine Digital Equipment. Cette entreprise fut sélectionné en raison de son absence de versement de dividendes, ce qui facilitait l estimation. La période est l année Que le lecteur se rassure, la sélection de portefeuille a été tentée. Pour conserver le mystère, les résultats ne seront dévoilés que plus tard. 13

15 Fig. 10 LemodèledeBachelier,I Fig. 11 LemodèledeBachelier,II 14

16 Fig. 12 Les erreurs de surestimation du modèle de Bachelier Fig. 13 Les erreurs comparées des modèles de Bachelier et de Black & Scholes 15

17 Fig. 14 Les évolutions du Dow Jones en 1956 Fig. 15 Simulation de Roberts en variation répliquant qualitativement les cours de l année

18 Fig. 16 Simulation de Roberts en niveau répliquant qualitativement les cours de l année 1956 tiers des variations sont comprises entre -4.5% et +5.5% ; (iii) le niveau initial, 450, des simulations était le niveau contemporain de l indice Dow Jones ; (iv) un historique de 52 semaines était simulé. Les résultats des simulations obtenue par Roberts illustre la capacité des marches aléatoires à engendrer des évolutions qualitativement similaires à celles observées (figures 14 et 15, évolution en niveaux reproduite sur la figure 16). Commelemontrelafigure 17, l hypothèse de marché aléatoire est également capable de reproduire les figures favorites de l analyse chartiste, comme la tête et les épaules. Chez Samuelson comme chez Bachelier, le marché est donc représenté comme un mécanisme s ajustant quasi-instantanément : Quand l agent de change appelle pour dire vite, vite, vite! c est ridicule. S il était certain que l action monte, elle l aurait déjà fait. (correspondance de Samuelson avec P.L. Bernstein, cité par [Ber95] p. 122) Si l économie est stationnaire : quel gain peut attendre un investisseur qui achète un actif? La réponse [...] est... zéro! Ou comme le dit Samuelson : Pas de choix faciles, pas de gains assurés. La rentabilité excédentaire sera nulle en moyenne et sur le long terme. Sur des marchés aussi sauvagement concurrentiels que les marchés financiers et les marchés de marchandises, battre les autres joueurs avec une quelconque régularité est un véritable défi. L impossibilité de prévoir les prix spéculatifs est la preuve que ces prix sont leurs propres prévisions! ([Ber95] p. 122) 17

19 Fig. 17 Une simulation obtenue par Roberts répliquant la tête et les épaules des chartistes Fig. 18 Evolution des variations des cours dans la simulation obtenue par Roberts répliquant la tête et les épaules des chartistes 18

20 ln(pt) ln(u) ln(p0) ln(d) temps Fig. 19 Un exemple de marche aléatoire des prix - l évolution effective est en trait plein, l évolution potentielle non réalisée en pointillés. 2.2 Une modélisation simple Une modélisation simple des idées de Bachelier (et partiellement de celles de Samuelson) dans un cadre discret est la suivante. L économie comprend T +1 périodes t =0, 1,..., T. 8 Le cas simple présenté, notamment l hypothèse de neutralité au risque, n est pas une hypothèse très restrictive. Dès lors que le marché est complet (ou tout au moins dynamiquement complet), la neutralité au risque des préférences des investisseurs peut être relâchées. En effet, dans un tel cadre, il existe un unique système de prix d états permettant de valoriser les actifs financiers et définissant une distribution de probabilité π 0 dite probabilité corrigée du risque. C est notamment le cas si l on suppose que le rendement (p t+1 /p t ) résumé par la variable eη peut prendre deux valeurs u et d avec des probabilités π et 1 π. Achaquepériodet, les équations de valorisation de l action considéré et de l actif certain s écrivent : ( 1=βu. (1 + r)+β d. (1 + r) 1=β u.u + β d.d et donc les solutions, les prix des états, s écrivent : β u = r d (u d)(1+r),β d = u r (u d)(1+r) (1) (2) 8 T pouvant être arbitrairement grand. En faisant T tendre vers +, etenajoutantcertaineshypothèses pour que les limites des valeurs soient définies, on rejoint le cadre d horizon infini de Samuelson et Bachelier. 19

21 Cesdeuxprixdéfinissent les variables positives suivantes 9 : π 0 u = r d u d > 0, π0 d = u r u d > 0 (3) lesquelles sont des probabilités puisque : π 0 u + π 0 d = r d u d + u r u d =1 La martingale des prix (éq. (??)) s écrit alors : p t = π0 u.p t u + π 0 d.p td 1+r = π0 u.ep t+1 (u)+π 0 d.ep t+1 (d) 1+r = E π 0 [ep t+1] 1+r où E π 0 [.] est l espérance calculée à l aide des probabilités π 0. Cette dernière approche par les marchés complets illustre le fait que la théorie de Bachelier combine plusieurs éléments qu il convient de distinguer, dont notamment les deux suivants : l hypothèse qu à l équilibre le profit d arbitrageestnul, queleprixdechaquetitre est nécessairement le reflet de sa valeur pour chaque investisseur ; l hypothèse que le processus stochastique régissant les prix est une marche aléatoire. L abandon de l hypothèse de la marche aléatoire, i.e. que les chocs {θ t } t 1 sont distribués de manière identique et indépendante rendraient possible la prévision de l évolution des prix ; notamment, celle-ci pourrait être inférée de la connaissance des prix passés. Mais tant que l absence de profit d arbitrage à l équilibre est préservé, l exploitation de cette information ne peut dégager un profit : les rendements anticipés corrigés du risque seront égalisés les uns aux autres. En effet, comme l a souligné Samuelson en 1965, si la martingale des prix est observée : p t = E π 0 [ep t+1 I t ] (4) 1+r où I t est l ensemble des variables sur lesquelles on peut conditionner l espérance, l espérance du rendement net en excès du rendement certain est nul. Le rendement net (en 9 Necessairement, si les deux actifs sont détenus à l équilibre, aucun n est dominé par le rendement. Par conséquent, on ne peut avoir ni r<d<u, nir>u>d. En conséquence, nécessairement l équilibre impose : π 0 = r d u d > 0, π0 d = u r u d > 0 20

22 excès du rendement certain) est en effet : er t+1 = ep t+1 1 r (5) p t Par conséquent, la manipulation de (4) donne : ept+1 p t E π 0 [er t+1 I t ]=E π 0 r I t =0 (6) Par itération des espérances, on a également : ept+τ p t τ >0, E π 0 [er t+τ I t ]=E π 0 r I t =0 (7) Cette nullité des espérances de profit donne une des propriétés statistiques les intéressantes : si la martingale est vérifiée à l équilibre alors il n y a aucune autocorrélation du rendement net. En effet t 0 <t: cov (er t, er t+1 I t 0 ) = E π 0 [(er t E π 0 [er t I t 0 ]) (er t+1 E π 0 [er t+1 I t 0 ]) I t 0 ] p t p t = E π 0 [er t er t+1 I t 0 ] puisque E π 0 [er t I t 0 ]=E π 0 [er t+1 I t 0 ]=0 = E π 0 [er t E π 0 [er t+1 I t ] I t 0 ] = E π 0 [er t 0 I t 0 ] = 0 Bref, sur un tel marché, la bonne performance d un gérant de portefeuille aujourd hui ne signale pas une bonne performance pour demain. Cette absence de corrélation (ou sa faiblesse) fut évidemment l une des premières relations testées par les économistes. Elle a également des conséquences importantes pour les styles de gestion souhaitables des funds. 3 Marche aléatoire et gestion passive Avant même que Samuelson ne donne en 1965 sa démonstration que des prix correctement anticipés fluctuent de manière aléatoire, cette vision avait largement acquis ledroitdeciter. Eneffet, elle permet de réconcilier la relative efficacité des gestions de portefeuille passive. Tout gérant de portefeuille, professionnel ou non, a toujours le choix entre deux types de stratégie. La première, la gestion active, est une gestion dynamique, en continue du contenu du portefeuille. Sans cesse, le gérant se tient prêt à remodeler son portefeuille, en sélectionnant de nouveaux titres, en ajustant les quantités des différents titres. L intérêt d une 21

23 telle méthode est évidemment de pouvoir exploiter sans cesse exploiter les nouvelles information, i.e. à la fois les informations publiques qui arrivent sur le marché et les informations privés que délivrent par exemple l analyse financière (chartisme, analyses fondamentalistes, etc.). La seconde grande stratégie, la gestion passive, est bien résumé par achat-conservation. Aladifférence de la première, on ne cherche donc pas forcément ici à exploiter sans cesse les nouvelles informations arrivant sur le marché. Un exemple d une telle stratégie passive est la stratégie indicielle, i.e. la stratégie consistant à s acheter un portefeuille répliquant un indice boursier (par exemple le Standard & Poor s Index 500 ou le Bekshire Index 5000) supposé représentatif du marché boursier. Ces stratégies indicielles qui se sont progressivement développés depuis le milieu des années 70 et portent aujourd hui approximativement sur 40% des actifs des funds, permettent donc d assurer une performance moyenne. Un intérêt subsidiaire de telles stratégies passives est d être économe des frais de courtage 10. Les coûts et avantages de ces deux stratégies dépendent largement du monde dans lequel nous sommes, i.e. : unmonde à la Dow-Hamilton où l analyse financière, voire le chartisme, permet de lire l évolution prochaine de la bourse ouunmonde à la Bachelier-Cowles-Samuelson oùledémonduhasardemprêche l analyse financière d être une méthode de sélectionplus efficace qu un lancer de fléchettes sur une page financière. Si cette dernière vision est une exécrable caricature 11, nécessairement une gestion passive ne peut que donner de très mauvais résultats. Par contre, si elle est (suffisamment) juste, comme le soulignait dès 1962, un partisan (pondéré) de la marché aléatoire, Paul Cootner [Coo62] : Dans un tel monde, les seules variations de prix qui peuvent avoir lieu sont celles provoquées par de nouvelles informations. Comme il n y a aucune de penser que l arrivée d information n est pas aléatoire, les variations de prix d une action d une période à l autre doivent nécessairement être aussi aléatoires, statistiquement indépendants les uns des autres. Le niveau des prix des 10 En fait ceci n est vrai que pour celui achetant le produit financier répliquant l indice. L institution, elle, subit souvent des frais relativement important car, pour répliquer l indice, il lui faut réjuster en permanence son portefeuille en fonction de l évolution des différents titres. 11 Nécessairement, toute théorie du monde concret est, en effet, nécessairement une caricature de celuici, une carte à une certaine échelle. Comme toute carte à une échelle différente de 1 :1, toute théorie appliquée ne peut donc (et doit) ignorer une partie de la réalité. 22

24 actions, sous de telles conditions, décrivent ce que les statisticiens appellent une marche aléatoire, ce que les physisciens appelent un mouvement brownien. Dans l ordre normal des choses, les prix [...] pourront sembler décrire des cycles qui n en sont pas. De l observation de séries de tels prix, rien ne peut être appris sur l avenir. Acheter une action sur la base de tels signaux, de graphiques [chartistes] ne produira donc pas de meilleurs résultats que de sélectionner en tirant à pile ou face. ([Coo62] p. 25) Si la marche aléatoire est une bonne hypothèse, une gestion passive fait donc aussi bien voire même mieux. Or, empiriquement, de nombreux travaux comparant les performances relatives des gestions passives et actives ont souvent montré que la première est loin d être le désastre attendu. Au milieu des années 60, ces recherches empiriques testant la marche aléatoire reçurent une nouvelle impulsion grâce à Eugene Fama et à ses associés. Eugene Fama (1939-) fut un des premiers économistes (avec Sharpe) à utiliser massivement la modeste puissance d un computer, un IBM 709. Il multiplia les études empiriques, les tests de la marche aléatoire et les rassembla dans sa thèse, dans un article de 70 pages [Fam65a], et dans un résumé [Fam65b] de celui-ci paru dans The Financial Analyst Journal au titre évocateur : Random walks in stock prices. Comme Samuelson avant lui, Fama y défendait l idée de l imprévisibilité des cours comme conséquence de l efficacité du marché : Si de nombreux analystes ont du talent pour ce genre de choses [...] ils contribuent à la réduction des écarts entre les prix observes et les valeurs intrinsèques et font que les prix observés, en moyenne, s ajustent instantanément aux variations des valeurs intrinsèques [...] Bien que ces analystes sophistiqués puissent obtenir des rentabilités relativement élevées, ils donnent naissance à un marché sur lequel l analyse fondamentale est une procédure plutôt inutile, aussi bien pour l analyste moyen que pour l investisseur moyen. ([Fam65b]) A la conférence annuelle de l Institutional Investor de l hiver 1968, confronté aux gestionnaires de portefeuille et aux chartistes, Fama [Fam68] réitéra sa position avec le succès que l on imagine, thèse qu il résuma encore pour le congrès annuel de l American Finance Association : Nous soutenons qu il n existe aucun résultat empirique tendant à infirmer l hypothèse [d efficience du marché] dans sa forme faible ou semi-forte [...] et 23

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

La marche aléatoire et la gestion indicielle

La marche aléatoire et la gestion indicielle La marche aléatoire et la gestion indicielle Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine mars 2013 Tout gérant de portefeuille, professionnel ou non, a toujours le choix

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 12. Théorie des options I Daniel Andrei Semestre de printemps 211 Principes de Finance 12. Théorie des options I Printemps 211 1 / 43 Plan I Introduction II Comprendre les options

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier 2003

Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier 2003 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 4 (GP) Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier

Plus en détail

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels Qu est-ce que le ratio cours/valeur comptable P/B ratio? Ce ratio sert à comparer la valeur de marché d une action à sa valeur comptable. Il se calcule en divisant le cours de clôture d une action par

Plus en détail

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE Evaluation d une Stratégie de Trading Encadré par M. Philippe Bernard Master 1 Economie Appliquée-Ingénierie Economique et Financière Taylan Kunal 2011-2012 Sommaire 1) Introduction

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

ir value.com Le Fundamental Value Indicator

ir value.com Le Fundamental Value Indicator éducatif Le Fundamental Value Indicator Le Fundamental Value Indicator (voir image en page 6) brosse en un tableau la valeur d une entreprise et de son équipe dirigeante. Il illustre en une seule image

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

ALPHA VERSUS BÊTA. Ksenya Rulik. Décembre 2008

ALPHA VERSUS BÊTA. Ksenya Rulik. Décembre 2008 Décembre 2008 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers et actifs risqués 2 3 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers et actifs risqués 2 3 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeur Matière Session A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 Date: Lundi 12 septembre 2005 Nom et prénom:... Note:... Q1 :...

Plus en détail

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 Master IMEA Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o Corrigé exercices8et9 8. On considère un modèle Cox-Ross-Rubinstein de marché (B,S) à trois étapes. On suppose que S = C et que les facteurs

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Qu est ce qui vous a amené à vous intéresser à cette technique?

Qu est ce qui vous a amené à vous intéresser à cette technique? INTERVIEW DE THIERRY CLEMENT Thierry CLEMENT (82) est l auteur du «Guide complet de l analyse technique pour la gestion de vos portefeuilles boursiers», publié aux Editions MAXIMA et parrainé par la revue

Plus en détail

Modélisation de systèmes complexes et éléments de finance computationnelle

Modélisation de systèmes complexes et éléments de finance computationnelle Professeur Olivier BRANDOUY Modélisation de systèmes complexes et éléments de finance computationnelle Master Recherche (séance 6) 2009-2010 Olivier Brandouy - 2009/10-1 Plan de la séance 1. Faits stylisés,

Plus en détail

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance ESSEC Cours FIN 260 Gestion de portefeuille Séance 8 Mesures de performance François Longin Plan Introduction Mesures de performance des fonds: développements académiques Premier niveau: la rentabilité

Plus en détail

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir?

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? 1. Pourquoi cette question Tout trader «travaillant 1» sur les indices s est, à un moment ou un autre, posé cette question : «je sais que la tendance est bien haussière

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Méthodes de prévision des ventes

Méthodes de prévision des ventes Méthodes de prévision des ventes Il est important pour toute organisation qui souhaite survivre dans un environnement concurrentiel d adopter des démarches de prévision des ventes pour anticiper et agir

Plus en détail

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE)

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE) 2 2004 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE) Dans la gestion de portefeuilles en actions, Swissca mise

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

IAE Master 2 Gestion de Portefeuille Année 2011 2012. Feuille 3 Pricing et couverture Modèles discret

IAE Master 2 Gestion de Portefeuille Année 2011 2012. Feuille 3 Pricing et couverture Modèles discret Université de Paris Est Créteil Mathématiques financières IAE Master 2 Gestion de Portefeuille Année 2011 2012 1. Le problème des partis 1 Feuille 3 Pricing et couverture Modèles discret Le chevalier de

Plus en détail

3. Evaluer la valeur d une option. 1. Arbres binomiaux 2. Modèle de Black, Scholes et Merton

3. Evaluer la valeur d une option. 1. Arbres binomiaux 2. Modèle de Black, Scholes et Merton 3. Evaluer la valeur d une option 1. Arbres binomiaux. Modèle de Black, choles et Merton 1 Les arbres binomiaux ; évaluation des options sur actions Cox, Ross, Rubinstein 1979 Hypothèse absence opportunité

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du Guide de l utilisateur du GLOBAL ANALYZER LES «RAPPORTS» 1 La partie «Signalétique» 1 La partie «Diagnostic» 1 La partie«conclusions» 1 Le profil de la société 2 Les autres mesures : 2 LA SECTION VALORISATION

Plus en détail

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Owen Williams Grenoble Ecole de Management > 2 Définitions : options sur actions Option : un contrat négociable donnant le droit d acheter ou vendre

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 3 Modèles financiers discrets Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de Franche-Comté)

Plus en détail

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles LE CERCLE INVESCO 006 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management Section 01 Section 0 Section 03 Les principaux indicateurs

Plus en détail

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Assemblée Générale des étudiants de Louvain 17 juin 2015 1 Avant-propos Depuis quelques semaines, la question de la surpopulation dans les filières

Plus en détail

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Travail de gestion des investissements internationaux Présenté Kodjovi Assoé Par Patrick Drouot Etienne Desmarais Jean-François

Plus en détail

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque,

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque, Devant des valeurs à risque, quel mode d emploi? Dans les sciences exactes, la précision est reine. Pas en économie où il est difficile de quantifier certaines variables. Notamment le risque qui n est

Plus en détail

Notes sur les rendements de actifs nanciers. Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine

Notes sur les rendements de actifs nanciers. Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine Notes sur les rendements de actifs nanciers Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine Février 2006 Table des matières 1 Correction des splits 2 2 Correction des dividendes

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

Modélisation stochastique des données à partir d essais sur matériaux. Pr. Denys Breysse Université Bordeaux 1

Modélisation stochastique des données à partir d essais sur matériaux. Pr. Denys Breysse Université Bordeaux 1 Modélisation stochastique des données à partir d essais sur matériaux Pr. Denys Breysse Université Bordeaux 1 Hasard cause fictive de ce qui arrive sans raison apparente ou explicable (Petit Robert). Ce

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines 5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines Avec toute la volatilité qui règne sur les marchés ces derniers temps, nombreux sont les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille.

Plus en détail

Chapitre 3 : l évaluation des actions

Chapitre 3 : l évaluation des actions Chapitre 3 : l évaluation des actions 11.10.2013 Plan du cours Modèle d actualisation des dividendes rendement, gain en capital et rentabilité modèle d actualisation des dividendes Application du modèle

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

4- Marché boursier, théorie des anticipations rationnelles et hypothèse d'efficience des marchés

4- Marché boursier, théorie des anticipations rationnelles et hypothèse d'efficience des marchés 4- Marché boursier, théorie des anticipations rationnelles et hypothèse d'efficience des marchés Mishkin (2007), Monnaie, Banque et marchés financiers, Pearson Education, ch. 7 1- Évaluer le prix d'une

Plus en détail

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions Cours de calculs nanciers Chapitre 7 : Evaluation des actions L2 Economie et Gestion Vincent Bouvatier vbouvatier@u-paris10.fr Université de Paris 10 - Nanterre Année universitaire 2008-2009 Modèle d actualisation

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 1. a. On considère un modèle de marché (B, S) à une étape. On suppose que S = 5 C et qu à la date t = 1 on a (S u 1 = 51, S d 1 = 48).

Plus en détail

Le marché boursier. Tour d horizon sur les thèmes théoriques.

Le marché boursier. Tour d horizon sur les thèmes théoriques. Le marché boursier Tour d horizon sur les thèmes théoriques. 1 Introduction : objectifs Têtes de chapitres : A - Coordination inter-temporelle et valorisation des actions: Aa - Valeur fondamentale : Fluctuations

Plus en détail

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold S o m m a i r e Introduction 1 1. Benjamin Graham 7 2. Philip Fisher 53 3. Warren Buffett et Charles Munger 81 4. John Templeton 133 5. George Soros 169 6. Peter Lynch 221 7. John Neff 255 8. Anthony Bolton

Plus en détail

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers?

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? Fabrice Riva House of Finance Université d été de l Asset Management Université Paris-Dauphine 27 août 2015 Fabrice Riva Liquidité et Asset

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active FÉVRIER 2015 La chute des prix du pétrole entraîne la plus importante variation des rendements des gestionnaires depuis 2008 : au Canada 65 % des gestionnaires canadiens à grande capitalisation ont devancé

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail Chapitre 25 Le financement par crédit-bail Introduction La location d actifs par une entreprise s appelle le créditbail. Celle-ci présente les mêmes caractéristiques que la location d un bien par un particulier

Plus en détail

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières La gamme de fonds «Finance Comportementale» de JPMorgan Asset Management : Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières Document réservé aux professionnels

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Stratégie de vente d options d achat couvertes

Stratégie de vente d options d achat couvertes Stratégie de vente d options d achat couvertes La stratégie de vente d options d achat couvertes, également connue sous le nom de stratégie d achat-vente, est mise en œuvre par la vente d un contrat d

Plus en détail

Introduction : Problématique de l évaluation

Introduction : Problématique de l évaluation Introduction : Problématique de l évaluation Nous évoquerons d abord les utilisateurs de l évaluation des sociétés, ensuite les méthodes classiques d évaluation que nous prolongerons par l approche générale

Plus en détail

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS Distribution MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS METTRE LES RUPTURES SOUS CONTRÔLE Introduction Tout distributeur veut que tous les produits soient bien présents dans ses rayons.

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Les options Plan Les options standards (options de 1 ère génération) Les produits de base: calls

Plus en détail

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS Journées d études 2011 Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS FRACTALES 0 Journées d études 2011 Sommaire Projet SIGMA 1 ère partie 1. Durée, duration, sensibilité 2. Sensibilité locale du BE Applications

Plus en détail

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan hapitre 14 ours à terme et futures Plan Différences entre contrat à terme et contrat de future Fonction économique des marchés de futures Rôle des spéculateurs Futures de matières premières Relation entre

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

StatEnAction 2009/10/30 11:26 page 111 #127 CHAPITRE 10. Machines à sous

StatEnAction 2009/10/30 11:26 page 111 #127 CHAPITRE 10. Machines à sous StatEnAction 2009/0/30 :26 page #27 CHAPITRE 0 Machines à sous Résumé. On étudie un problème lié aux jeux de hasard. Il concerne les machines à sous et est appelé problème de prédiction de bandits à deux

Plus en détail

Méthodes de la gestion indicielle

Méthodes de la gestion indicielle Méthodes de la gestion indicielle La gestion répliquante : Ce type de gestion indicielle peut être mis en œuvre par trois manières, soit par une réplication pure, une réplication synthétique, ou une réplication

Plus en détail

LA GESTION DE PORTEFEUILLE SPÉCIALISÉE OU DE TYPE BOUTIQUE. Benoit Brillon, CFA Chef des placements et gestionnaire de portefeuille

LA GESTION DE PORTEFEUILLE SPÉCIALISÉE OU DE TYPE BOUTIQUE. Benoit Brillon, CFA Chef des placements et gestionnaire de portefeuille LA GESTION DE PORTEFEUILLE SPÉCIALISÉE OU DE TYPE BOUTIQUE Benoit Brillon, CFA Chef des placements et gestionnaire de portefeuille 22 mai 2015 SURVOL DE LA PRÉSENTATION Qu est-ce qu une firme de gestion

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

L apport d une créance en présence d un passif net 1

L apport d une créance en présence d un passif net 1 L apport d une créance en présence d un passif net 1 Claude Janssens Expert-comptable, analyste financier et économiste d entreprises Comme dans le numéro 4/2007, nous allons vous présenter un exemple

Plus en détail

Performance creates trust

Performance creates trust Performance creates trust Vontobel Mini Futures Futures Investissement minimum, rendement maximum Vontobel Investment Banking Vontobel Mini Futures Investir un minimum pour un maximum de rendement Avec

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM 20 Erreurs les plus classiques en Bourse TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM De ne jours, la Bourse est à la portée de tous, le volume d échange et le nombre

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1)

Cours de gestion financière (M1) Cours de gestion financière (M1) Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF S&P500 vs high beta stocks 1 Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF 2 Partie 2 : Médaf, relation

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique

L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique Stéphane Gregoir (stephane.gregoir@edhec.edu) Juin 2008 Objectifs Illustrer quelques uns des problèmes que l on peut rencontrer

Plus en détail