Mission d Information et d Evaluation sur la politique immobilière de la Collectivité parisienne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mission d Information et d Evaluation sur la politique immobilière de la Collectivité parisienne"

Transcription

1 SYNTHESE DU RAPPORT Créée par le Conseil de Paris lors de sa séance des 24 et 25 septembre 2012 et installée le 3 octobre 2012, la Mission d Information et d Evaluation (MIE) consacrée à «La politique immobilière de la Collectivité parisienne» s est attachée à explorer toutes les dimensions de ce dossier et notamment à dresser un bilan complet des acquisitions et des cessions réalisées depuis Cette mission est venue combler une lacune : jamais la politique immobilière de la Collectivité parisienne n avait fait l objet en tant que telle d une communication devant l assemblée délibérante, quand bien même les sujets évoqués dans le rapport y ont été largement débattus indépendamment les uns des autres. Il s est donc agi d apporter une information consolidée et synthétique et une mise en perspective objective de la politique conduite sur une longue période. L origine de cette politique immobilière active remonte en fait au milieu des années 90 lorsque la Ville s est interrogée sur l intérêt de conserver une partie de son patrimoine immobilier qui ne répondait plus à une mission de service public et a entrepris de vendre les logements du domaine privé. La Mission est partie du constat que la politique immobilière représentait un enjeu considérable sur le plan financier à travers le montant des cessions ou des acquisitions que nécessite sa mise en œuvre et que le temps en constituait l une des dimensions essentielles. En effet, la réalisation des projets financés s échelonne souvent sur plusieurs années tandis que les projets immobiliers et fonciers engagent l avenir de la Collectivité parisienne sur le long terme. Les Adjoints au Maire de Paris concernés et les directions chargées de la mise en œuvre de la politique immobilière ont été entendus. La Mission a également auditionné des experts et personnalités extérieurs tels que le Président du Conseil de l immobilier de l Etat ou la Chambre des notaires de Paris. Les travaux se sont conclus par un rapport adopté à l unanimité et remis au Maire de Paris le 22 mars Celui-ci a été présenté et débattu en Conseil de Paris lors de sa séance des 22 et 23 avril Il est bien précisé que ce vote unanime validait les propositions des membres de la Mission et donnait acte des auditions et des débats organisés à leur demande. Il ne saurait valoir approbation par l ensemble des membres de la Mission des objectifs arrêtés par la majorité municipale en matière de politique immobilière au cours de la période examinée. Le rapport, dense, est illustré de nombreuses cartes et données chiffrées inédites. Il s articule en 5 parties : La première présente la typologie des biens qui composent le patrimoine immobilier de la Collectivité parisienne (Ville et Département). Elle rappelle le cadre dans lequel elle s inscrit et les objectifs au service desquels elle est mise en œuvre. La deuxième partie décrit avec précision les opérations réalisées, leur localisation et leur finalité. Le volume, la localisation et le montant des transactions, ainsi que les modalités juridiques utilisées y sont retracés, ainsi que les outils financiers et opérationnels mis en œuvre. La troisième partie tente de répondre aux questions légitimes des citoyens sur l impact de cette politique : son incidence sur les prix du marché de l immobilier et son impact en termes de mixité sociale comme de coopération métropolitaine. La quatrième partie présente comment cette politique a été pilotée, c est-à-dire le mode de gouvernance adopté sur la période. Les champs de compétence respectifs du Conseil de Paris et du Maire, ainsi que les modalités d information des maires et conseillers d arrondissement y sont exposés. La cinquième partie présente les 15 propositions ayant fait l unanimité des membres de la MIE. Conseil de Paris 1/6

2 1- Le patrimoine immobilier et foncier parisien et les objectifs assignés à la politique immobilière Le patrimoine de la Ville de Paris comprend le domaine public affecté à l usage direct du public ou à un service public et le domaine privé (bureaux, logements, etc.). Le rapport ne traite que du domaine privé, qui donne lieu à transactions. Un patrimoine d une ampleur et d une diversité exceptionnelles Ce patrimoine représente 5 millions de m² bâtis, soit ha (17,4 % des ha constitués par le territoire bâti parisien, la superficie de la commune étant, quant à elle, de ha). En dehors des équipements publics (crèches, écoles, bibliothèques, musées, etc.) et de son patrimoine privé, la Ville possède un ensemble de biens atypiques qui sont pour la plupart mis à disposition d autres administrations, concédés, délégués, donnés à bail, etc. Parmi les plus emblématiques, on peut citer la Tour Eiffel, le Grand Palais, le Parc des Princes, le stade Roland Garros, le Palais omnisports de Paris-Bercy, le Parc des expositions, le Palais de justice, la Sorbonne, etc. La Ville a hérité du département de la Seine et possède encore de très nombreuses propriétés en proche et grande couronne ainsi qu en dehors de l Ile-de-France, soit une superficie totale de hectares. Il s agit pour l essentiel d emprises logistiques, de terrains utilisés pour l assainissement ou l adduction d eau, d établissement sociaux et médico-sociaux ou de colonies de vacances, de forêts et de cimetières. La cession progressive du parc de logements du domaine privé Pendant très longtemps, la Ville a notamment été propriétaire d un parc important de logements acquis en vue de la réalisation de grandes opérations d urbanisme qui n ont jamais vu le jour. Cela représentait 350 immeubles et logements au milieu des années 90, date à partir de laquelle une démarche de cession fut engagée, puis poursuivie après Ce parc ne représentait plus, fin 2011, que 139 immeubles et 173 logements. Pour conduire cette politique, la Collectivité s est entourée de l avis d experts indépendants regroupés au sein du Conseil du patrimoine de la Ville de Paris, saisi de tous les actes de la Ville concernant les ventes qu elle effectue ou les baux qu elle consent. Conformément aux recommandations de ce Conseil, la Ville a toujours favorisé le principe de mise en concurrence pour céder ses biens, à l exception des cas où la vente de gré à gré lui permettait de mieux valoriser son domaine (vente à des collectivités locales, etc.). Des objectifs pluriels au service des autres politiques In fine, la politique immobilière qui s inscrit dans le cadre du Plan local d urbanisme de Paris adopté en 2006 et du Schéma directeur de la Région d Ile-de-France s est vu assigner 4 objectifs : préserver la mixité sociale et fonctionnelle dans le cadre de l aménagement du territoire parisien en favorisant par exemple le développement d entreprises innovantes dans le cadre de pépinières ou en accroissant le parc hôtelier ; produire du logement social en mettant à la disposition des bailleurs sociaux des immeubles en vue d en accroître le parc et de lutter contre les déficits constatés entre les arrondissements ; créer de nouveaux équipements publics pour répondre aux attentes des Parisiens en veillant à leur répartition homogène sur l ensemble du territoire ; répondre aux besoins des services en mettant à leur disposition des espaces de bureau adaptés en termes de surfaces et de conditions de travail des agents. Conseil de Paris 2/6

3 2- Une politique particulièrement active pendant la période ( ) Le rapport porte essentiellement sur la période au cours de laquelle la politique immobilière a été particulièrement active avec la poursuite de la politique de cessions et la diversification de ses outils opérationnels. Une démarche de connaissance La connaissance du patrimoine constituant un préalable à toute politique immobilière en même temps qu une obligation légale, la Collectivité parisienne s est attachée à créer des outils d information indispensables. L audit du cabinet Andersen avait souligné en 2001 l absence d un véritable système d information, notamment dans le domaine patrimonial. Cela s est traduit par la mise en chantier d outils informatisés d inventaire, visant non seulement à répertorier, de manière détaillée, l ensemble des biens appartenant à la Ville, mais surtout à articuler ces données avec les différents logiciels budgétaires et comptables. Il s agit de fiabiliser les échanges avec le comptable public et permettre à la Ville de parvenir au terme de la démarche de certification des comptes dans laquelle elle s est engagée. Ce projet, compte tenu de son ampleur et de sa grande complexité, devrait s étaler sur plusieurs années. La Ville s est également attelée à mieux connaître certains types de biens de manière à pouvoir en modifier l usage lorsqu ils deviennent inutiles ou pour rationaliser l utilisation des parcelles sur lesquelles ils sont implantés (réseau d eau non potable, patrimoine scolaire, anciennes concessions à ERDF, etc.). Des flux financiers importants Les flux financiers générés par la politique immobilière de la Ville sont retracés dans le compte foncier : M de recettes entre 2001 et 2011 correspondant à des cessions de logements du domaine privé, à des ventes d immeubles à des bailleurs sociaux, à des ventes à des aménageurs, à des cessions d actifs divers, etc. Ces cessions (117 en moyenne annuelle) montent en puissance puisque le seuil des 100 M a été atteint en 2004 et celui des 150 M en Le rapport présente la répartition de ces transactions en volume et en montants ; les transactions supérieures à 5 M qui ne représentent que 3,7 % du total ont généré 58 % des recettes M de dépenses pour la même période. Les acquisitions (125 en moyenne par an) concernent très majoritairement (80 % des montants environ) des achats de logements en vue de leur cession ultérieure à des bailleurs sociaux, ainsi que la création d équipements publics, notamment dans le cadre de VEFA (ventes en l état futur d achèvement). Les 2/3 des transactions ont un montant inférieur à 1 M. En ce qui concerne le budget de fonctionnement, les recettes (loyers et redevances) sont passées de 324 M en 2001 à 470 M en 2011 alors que les dépenses (loyers et charges) évoluaient dans le même temps de 21 M à 57 M. Des modes opératoires variés Pour acquérir des terrains ou des immeubles, tous les outils juridiques à disposition de la Ville sont utilisés : acquisitions amiables, prérogatives de puissance publique (droit de préemption ou de priorité, expropriation après déclaration d utilité publique), échanges ou protocoles d accord. S agissant des immeubles acquis par préemption en vue de les transférer à des bailleurs sociaux (374 entre 2001 et 2011), le rapport montre comment la formule du bail emphytéotique permet d assurer l équilibre financier des opérations de logement social. En matière de cessions, la Ville utilise également diverses modalités d aliénation, en privilégiant la mise en concurrence, soit dans le cadre d adjudications, soit lorsqu elle recourt à des procédures de gré à gré, notamment pour mieux maîtriser l utilisation future du bien ainsi cédé et la qualité du projet architectural de l acquéreur. Conseil de Paris 3/6

4 3- Les impacts de la politique immobilière Alors qu elle avait contribué, à la fin des années 90, à travers la mise en vente par la Ville d un nombre important de logements issus de son domaine locatif privé, à la relance d un marché atone, l impact des transactions de la Ville sur le marché immobilier durant la période récente considérée a été faible, voire insignifiant, de l aveu même des experts de la Chambre des notaires. En réalité, le véritable impact de la Ville en matière immobilière peut se mesurer à l aune de sa politique d aménagement qui modifie la morphologie des quartiers (Paris Rive Gauche ou Clichy Batignolles par exemple) ou à travers les prescriptions édictées dans le PLU qui orientent la destination de certains îlots à travers la constitution de réserves. Un impact en termes d aménagement urbain et de mixité sociale L effort de la Ville de Paris a surtout permis d accroître de manière très significative l offre de logements sociaux et de lutter contre les déséquilibres de l offre entre les arrondissements. Le taux de logements SRU est ainsi passé de 13,44 % en 2001 à 17,13 % en 2011 et il devrait atteindre les 20 % dans le courant de l année 2014, permettant ainsi à la Ville de remplir cet objectif avant la date butoir de Cet effort soutenu, qui s est traduit par un rythme de production de plus de nouveaux logements sociaux par an depuis 2007, a notamment été rendu possible par le mécanisme des acquisitions conventionnement qui consiste pour la Ville a acquérir des immeubles occupés et à les transformer en logements sociaux sans les vider de leurs locataires. Trois-quarts des logements ainsi acquis par la Ville se trouvent occupés par des locataires bénéficiant, en raison de leurs ressources, d un loyer conventionné. La politique de conventionnement a ainsi permis de stabiliser une population de classes moyennes et d attirer de nouveaux locataires correspondant à ce profil. Au total, ce sont près de logements sociaux qui ont vu le jour à Paris entre 2001 et 2011 dont sont directement issus de la politique de préemption conduite par la Ville. Les opérateurs de la Ville (Paris Habitat, ses SEM d habitation comme la RIVP, la SGIM et la SIEMP, leurs filiales et quelques SEM d aménagement) ont représenté une part déterminante dans cette production de logements sociaux. Elle s élevait à 69 % en 2011 (4 323 sur 6 233). La RIVP en a représenté la même année 31,5 % à elle seule, ce qui s explique par le volume des opérations de conventionnement d anciens logements à loyer libre. Dans le même temps, la Ville a permis la réhabilitation de logements insalubres depuis 2002 parmi lesquels logements ont été conventionnés en tant que logements sociaux. Cela a permis de maintenir dans Paris une population fragilisée et de promouvoir une architecture novatrice respectueuse de l environnement. Une politique au service de l évolution des territoires métropolitains La Ville étant propriétaire de nombreux terrains en proche comme en grande couronne, elle est en mesure de peser sur des grandes opérations d aménagement se situant en dehors du territoire de la Capitale. Depuis 2001, elle s est attachée à nouer des liens avec les communes, les départements et les intercommunalités voisines, sans parler de son rôle actif au sein du Syndicat mixte d études Paris Métropole. Cette stratégie s est notamment traduite sur un plan immobilier par la cession de terrains à des collectivités ou à des opérateurs qui leur sont liés en leur apportant son expérience en matière d ingénierie urbaine et en participant, parfois directement, à des projets de construction, notamment en matière de logement social. On peut citer à titre d exemple l opération des Docks de Saint-Ouen qui devrait permettre de construire dans une ZAC de 100 ha (dont 10 % de terrains appartenant à la Ville) logements, m² de bureaux et m² de commerces. Sur les anciens terrains de la Ville, Paris Habitat construira ainsi plus de 300 logements sociaux. Dans le même esprit, on peut aussi mentionner l exemple de la plaine d Achères où sur d anciens terrains d épandage de la Collectivité parisienne devrait voir le jour une importante zone d activité et, à terme, un port fluvial sur la Seine consistant en une plateforme multimodale. Conseil de Paris 4/6

5 Un effort en matière de gestion La politique immobilière passe encore par un effort de rationalisation de la Ville en matière de baux, donnés ou consentis : La Ville s efforce de gérer au mieux son domaine intercalaire en le louant à des associations caritatives ou culturelles afin d éviter qu il ne se dégrade ou qu il ne soit occupé de manière illégale. La durée pendant laquelle la Ville conserve en gestion les immeubles devant être remis aux bailleurs sociaux est réduite au maximum : dans plus de 75 % des cas, les immeubles sont remis aux bailleurs le jour même de leur prise de possession par les services municipaux. Une doctrine a été définie pour l occupation des locaux administratifs : procéder au regroupement géographique des services centraux et privilégier les implantations dans des locaux détenus en pleine propriété, dans un souci d économie et de meilleures conditions de travail des agents. C est ainsi que 78 % des surfaces occupées par les services centraux sont situées dans des immeubles qu elle détient. Un suivi rigoureux des loyers et charges afférentes aux immeubles de bureaux pris en location pour héberger les services administratifs a été mis en place ainsi qu une renégociation des baux pour en limiter les montants. 4- Une gouvernance collective assumée Une politique très encadrée La loi encadre en effet de manière très stricte les procédures d acquisition et de cession, comme les conditions d attribution de locaux municipaux. Tous les projets d acquisition et de cession nécessitent l avis préalable de France Domaine et les ventes doivent faire l objet d une publicité adaptée. Tous les projets de cession, quel qu en soit le montant, sont décidés par le Conseil de Paris. L Exécutif a fait ce choix pour la parfaite information des Conseillers, alors même que, pour des raisons pratiques, celui-ci avait donné délégation pour conclure des ventes de très faible montant. Les projets d acquisitions relèvent de la seule décision du Conseil de Paris (à l exception de la mise en œuvre des procédures de préemption ou de l exercice du droit de priorité sur la vente des biens de l Etat). La Mission n a voulu éluder aucune des questions sensibles que les Parisiens peuvent légitimement se poser : Elle rend compte de la manière dont sont attribués les locaux aux associations. 90 associations bénéficiaient ainsi en 2011 de locaux représentant un avantage en nature s élevant à 31,48 M. La procédure mise en place a permis en 2012 de décider d accorder 34 nouvelles attributions de locaux à titre temporaire, pour 93 demandes formulées par des associations. Le rapport évoque également les locaux mis à disposition des permanences de partis politiques au sein du patrimoine immobilier de la Collectivité parisienne (2 locaux) ou de celui de ses opérateurs (7 locaux) et rappelle les règles strictes qui les régissent. Elles imposent notamment que les loyers ne soient pas inférieurs à ceux du marché. La Ville s est engagée depuis plusieurs années dans un mouvement de régularisation des situations historiques. Des instances de pilotage ou de conseil au service d une stratégie Comme l a fait Etat à partir des années 2000 à la suite de plusieurs rapports parlementaires, la Ville s est efforcée, parfois avant ce dernier, de mettre en place une gouvernance adaptée. Différentes instances de pilotage ont ainsi été créées et interviennent dans la conduite de la politique immobilière. Conseil de Paris 5/6

6 Le Conseil du patrimoine de la Ville de Paris institué en 1996, présidé par un Conseiller d Etat et composé d experts indépendants, est consulté sur toutes les cessions et les baux consentis. Depuis juillet 2012, ses avis sont systématiquement joints au projet de délibération portant cession du bien. Le Groupe de pilotage du compte foncier qui est une instance collégiale interne à la Ville chargée de suivre l exécution des recettes et des dépenses et d examiner le devenir de tout bien immobilier qui n aurait plus d utilité pour la Collectivité. La Commission d examen des déclarations d intention d aliéner qui se prononce chaque semaine sur le choix de préempter ou non tel ou tel immeuble. La Ville a le souci d inscrire sa stratégie dans le cadre métropolitain. Elle participe à l ensemble des instances qui définissent les orientations en la matière et a même créé, à travers la SOREQA, un outil métropolitain de traitement de l habitat insalubre, dont la communauté d agglomération Plaine Commune était dès l origine au capital. Enfin, sous l autorité du Secrétariat général de la Ville de Paris, une rationalisation du pilotage administratif a été engagée. C est à la Direction de l urbanisme qu il revient de définir la stratégie immobilière globale, les autres directions ayant des champs de compétences plus spécifiques. Une lisibilité qui gagnerait à être améliorée Le Conseil de Paris est à l origine de toutes les décisions majeures et il se prononce sur tous les grands dossiers concernant la politique immobilière (PLU, budget annuel, cessions, grandes opérations d aménagement, etc.). En revanche, en matière de droit de préemption et de priorité, le Maire a reçu une délégation du Conseil de Paris. C est lui qui la met en œuvre, cette procédure étant encadrée par des délais très stricts (deux mois), et qui doit en rendre compte. Enfin, c est surtout en direction des maires et des conseils d arrondissement que des progrès pourraient être apportés en termes d information. Le rapport a, en effet, montré que les maires et les conseillers n étaient pas toujours suffisamment associés, ou même informés, des grandes décisions prises dans le ressort de leur arrondissement dans le domaine immobilier. Les Conseillers de Paris, de leur côté, ne disposent pas toujours, pour arrêter leurs propres décisions, d une vision claire de la position prise par les maires d arrondissement. 5- Les principales recommandations La Mission a formulé à l unanimité de ses membres 15 propositions très concrètes, destinées à : Accroître l association des Conseillers de Paris à la conduite de la politique immobilière (6 propositions) en créant un Conseil de l immobilier de la Ville de Paris, en publiant un rapport annuel consacré à la politique immobilière, en assurant un suivi régulier des nouvelles implantations administratives, en retraçant les acquisitions et les cessions réalisées par les Sociétés d économie mixte, etc. Mieux informer les maires et les conseils d arrondissement sur les actions menées en matière immobilière sur leur territoire (4 propositions) en faisant figurer l avis des maires dans le dossier transmis aux Conseillers de Paris avec le projet de délibération sur tout projet d acquisition ou de cession, en transmettant aux maires un compte-rendu des décisions prises en commission d examen des déclarations d intention d aliéner et de la suite réservée à leurs avis, en les consultant sur tout changement d affectation d un immeuble communal dans leur arrondissement et en les informant mieux sur les opérations réalisées dans leur arrondissement au cours de l année écoulée. Poursuivre les progrès engagés en matière de qualité de la gestion du patrimoine parisien immobilier et foncier (5 propositions) en poursuivant le travail entrepris en vue d améliorer la connaissance du patrimoine immobilier de la Ville de Paris, en consultant tous les trois ans le Conseil du patrimoine sur le niveau des loyers des locaux mis à disposition des partis politiques, en achevant l évaluation du coût de l immobilier de bureau et en expérimentant le dispositif de dissociation foncier-bâti, lorsque celui-ci sera sécurisé sur le plan législatif et règlementaire. Conseil de Paris 6/6

2014 DLH 1149 Rapport d activité du Conseil du Patrimoine de la Ville de Paris Année 2013. Communication au Conseil de Paris

2014 DLH 1149 Rapport d activité du Conseil du Patrimoine de la Ville de Paris Année 2013. Communication au Conseil de Paris Direction du Logement et de l Habitat Sous-Direction de la Politique du Logement Service d administration d immeubles Bureau de la gestion locative, des ventes et transferts aux bailleurs sociaux 2014

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH ENTRE LES SOUSSIGNES La Communauté de l Agglomération Havraise (CODAH), 19 rue Georges Braque

Plus en détail

La politique foncière au service du logement social. La politique foncière au service du logement social Intervention du 26 mai 2010

La politique foncière au service du logement social. La politique foncière au service du logement social Intervention du 26 mai 2010 La politique foncière au service du logement social Intervention du 26 mai 2010 23/04/2009 La communauté Urbaine de Lyon a voté en décembre 2006 son 2 ième Programme Local de l Habitat 2007 / 2012 Rappel

Plus en détail

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature.

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. Direction des Finances Direction de l Urbanisme 2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. PROJET DE DÉLIBÉRATION

Plus en détail

de formation des prix

de formation des prix Le mécanisme m de formation des prix 1 URBANiS 24 janvier 2011 DEUX MARCHES FONCIERS URBAINS Zone AU «stricte» le droit des sols n est pas défini, il est négocié Zone AU indicée et zone U le droit des

Plus en détail

POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier

POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier BREST 28 et 29 NOVEMBRE 2013 POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier Présentation de la SPLA SOREQA SPLA à vocation métropolitaine crée

Plus en détail

CAUE 07. Les outils de l action foncière. 23 avril 2009

CAUE 07. Les outils de l action foncière. 23 avril 2009 CAUE 07 Les outils de l action foncière 23 avril 2009 Me Sébastien BOURILLON Avocat au Barreau de Lyon / 15 place Jules Ferry 69006 LYON Tél. 06 50 83 16 05 / Courriel : bourillon@bourillon-avocat.fr L

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS Direction de l'urbanisme Sous-Direction de l'action Foncière 2013 DU 367 Création d un Conseil de l Immobilier de la Ville de Paris. PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS Mes Chers Collègues, Lors de

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES (Arrondissement de NICE) REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE DRAP SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007 COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 Lecture est donnée du

Plus en détail

CONVENTIONS DE GROUPEMENTS DE COMMANDES

CONVENTIONS DE GROUPEMENTS DE COMMANDES DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES Délibération n 2010.01 Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment l'article L. 2312-1 faisant obligation aux communes de 3.500 habitants et plus de

Plus en détail

L EPF LR, EN QUELQUES MOTS

L EPF LR, EN QUELQUES MOTS 01 L EPF LR, EN QUELQUES MOTS 01 L EPF LR, EN QUELQUES MOTS ACTIVITÉ DE L EPF LR AU 31 JUILLET 2013 Tout axe du PPI confondu L EPF LR INTERVIENT SUR LES TERRAINS EN AMONT DE L AMÉNAGEMENT L EPF LR acquiert

Plus en détail

La gestion de l'institut de France

La gestion de l'institut de France LA GESTION DE L'INSTITUT DE FRANCE 103 La gestion de l'institut de France Dans son rapport public annuel publié en 2001, la Cour avait émis des observations multiples sur l Institut de France : gestion

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

AVIS DE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL

AVIS DE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE BAGNEUX (Hauts-de-Seine) ------- Exécution de l'article 56 de la Loi du 05 avril 1884 AVIS DE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Le Conseil Municipal légalement convoqué le : VENDREDI 4 DECEMBRE 2015

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS Direction de l'urbanisme Sous-Direction de l'action Foncière 2013 DU 15 Acquisition des parties communes générales dans l'ensemble immobilier en copropriété avec la Ville de Paris au 28-28 bis, rue du

Plus en détail

1 Délégation du Conseil au Maire :

1 Délégation du Conseil au Maire : CONSEIL MUNICIPAL SÉANCE DU 11 AVRIL 2014 1 Délégation du Conseil au Maire : Madame le Maire expose que l article L. 2122-22 du Code général des collectivités territoriales donne au Conseil municipal la

Plus en détail

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3 Paris, le 21 juillet 2009 Le ministre de la culture et de la communication à Mesdames et Messieurs les préfets de régions Mesdames et Messieurs les préfets de départements Mesdames et Messieurs les présidents

Plus en détail

Le modèle économique du logement social

Le modèle économique du logement social a Le modèle économique du logement social Discussion L habitat dégradé et indigne en Ile-de-France OFCE, Journée d étude Étude : ville et publiée logement, en 4 février décembre 2011 2012 1 Le modèle économique

Plus en détail

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD Page : 1 sur 5 ARTICLE 1 CREATION & COMPETENCE GEOGRAPHIQUE En vertu des dispositions de l article R 441.9 du Code de la Construction et de l Habitation, il a été créé et validé par le Conseil d Administration

Plus en détail

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT 1 Le 11 mars 2015 RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT Le groupe de travail sur la gouvernance du Sénat présidé par M. Gérard LARCHER, Président du Sénat, propose, sur

Plus en détail

DELEGATION DE Madame Elizabeth TOUTON

DELEGATION DE Madame Elizabeth TOUTON DELEGATION DE Madame Elizabeth TOUTON 453 D-2015/218 Programme d Intérêt Général métropolitain «Un logement pour tous au sein du parc privé de Bordeaux Métropole». Subvention de la Ville aux propriétaires

Plus en détail

AVIS D APPEL A PROJET. CESSION D UNE PROPRIETE IMMOBILIERE SUR LA BASE D UN PROJET DE LOGEMENTS Site Annappes Madagascar à LILLE

AVIS D APPEL A PROJET. CESSION D UNE PROPRIETE IMMOBILIERE SUR LA BASE D UN PROJET DE LOGEMENTS Site Annappes Madagascar à LILLE AVIS D APPEL A PROJET CESSION D UNE PROPRIETE IMMOBILIERE SUR LA BASE D UN PROJET DE LOGEMENTS Site Annappes Madagascar à LILLE Etablissement Organisateur de la consultation Métropole Européenne de Lille

Plus en détail

La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers

La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers De l aménagement urbain au développement économique La SEMAEST, Société d économie mixte de la Ville de Paris, spécialisée dans La SEMAEST, Société d économie

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE BOURG DE THIZY, LA CHAPELLE DE MARDORE, MARDORE, MARNAND, THIZY CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE PRINCIPES FONDATEURS Les communes de BOURG DE THIZY, LA CHAPELLE DE MARDORE, MARDORE, MARNAND et THIZY ont

Plus en détail

Clôture du lotissement «Chanteloup» à ROUILLON

Clôture du lotissement «Chanteloup» à ROUILLON n 62 1 Clôture du lotissement «Chanteloup» à ROUILLON Protocole de clôture de concession d aménagement entre Le Mans Métropole et CENOVIA. PREAMBULE Par convention publique d aménagement notifiée le 17/07/1987

Plus en détail

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE D une propriété appartenant à la ville de Vauréal située : 28 RUE DES LONGUES TERRES 95 490 VAUREAL AVIS D APPEL A CANDIDATURE I. OBJET La commune de Vauréal (95

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS. Le présent projet a pour objet de vous soumettre les conditions de cette réalisation.

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS. Le présent projet a pour objet de vous soumettre les conditions de cette réalisation. Direction du Logement et de l Habitat 2014 DLH 1324 Réalisation 105, boulevard Poniatowski (12e) d un programme de 12 logements sociaux (6 PLA-I et 6 PLUS) par la RIVP. PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Conseil général du Var, Direction des Archives départementales, version du 2 avril 2012 URBANISME

Conseil général du Var, Direction des Archives départementales, version du 2 avril 2012 URBANISME URBANISME TABLEAU DE TRI ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS PRODUITS PAR LE SERVICE DE L URBANISME Typologie des documents D.U.A Sort final Observations ADMINISTRATION GENERALE Commission de l urbanisme

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

COMPTE RENDU SOMMAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL

COMPTE RENDU SOMMAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL COMPTE RENDU SOMMAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du mercredi 10 Décembre 2014 Après avoir approuvé le compte rendu de la réunion du 12 novembre 2014, le conseil municipal a examiné les dossiers et pris

Plus en détail

CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM]

CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM] CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM] Entre La commune (ou autre collectivité) de [nom de la collectivité], propriétaire du site [nom du site] représentée par son maire

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS Confédération Nationale du Logement Sommaire Avant propos... 13 PARTIE 1 La réglementation 1. Établissement du contrat de location (article 3 de la loi n 89-462 du 6

Plus en détail

TROISIEME PARTIE : CADRE ET MODALITES D INTERVENTION

TROISIEME PARTIE : CADRE ET MODALITES D INTERVENTION TROISIEME PARTIE : CADRE ET MODALITES D INTERVENTION A. LE CADRE REGLEMENTAIRE B. LA NATURE DES INTERVENTIONS LES TROIS PHASES D UNE POLITIQUE FONCIERE LES TROIS TYPES D INTERVENTION C. UN PARTENARIAT

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN

REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN REPUBLIQUE FRANCAISE ------------------- DEPARTEMENT DU BAS-RHIN STATUTS DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA REGION DE MOLSHEIM-MUTZIG - 11 ème édition - Délibération N 11-87 du 21 Décembre 2011 SOMMAIRE

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DE L INRA...

PRESENTATION GENERALE DE L INRA... Marché à procédure adaptée (MAPA) pour l assistance à maîtrise d ouvrage afin d accompagner l Inra dans la phase de lancement de l instrumentation de ses processus sur le périmètre fonctionnel de la gestion

Plus en détail

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 Les enjeux de l accession sociale PREAMBULE DANS LE CADRE DES ORIENTATIONS DEFINIES PAR LE PROTOCOLE D ACCORD D NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ET

Plus en détail

DECISIONS A L ORDRE DU JOUR :

DECISIONS A L ORDRE DU JOUR : PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 20 SEPTEMBRE 2007 Le Bureau de la Communauté d Agglomération du Haut Val-de-Marne, légalement convoqué le 14 septembre 2007, conformément

Plus en détail

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ HONORAIRES SPECIAUX DU SYNDIC ET TRAVAUX L article 17 de la loi crée un nouvel article 18-1 A à la loi du 10 juillet 1965 qui prévoit que seuls certains travaux votés en assemblée

Plus en détail

LE PLU et l article 55 de la loi SRU

LE PLU et l article 55 de la loi SRU LE PLU et l article 55 de la loi SRU Contexte réglementaire Inventaires et bilans communaux Perspectives 1- Contexte réglementaire : les clés pour bien comprendre Naissance de la loi SRU du 13 décembre

Plus en détail

LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS

LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS 7 M d habitants en 2014 dont 1,6 millions de jeunes de moins de 20 ans LA NAISSANCE D UNE MÉTROPOLE MONDIALE UNE MÉTROPOLE ET DES TERRITOIRES UNE ARCHITECTURE À DEUX NIVEAUX

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 482 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 22 mars 2012 PROPOSITION DE LOI visant à lutter contre la pratique de la vente à la découpe, PRÉSENTÉE Par MM. Joël LABBÉ,

Plus en détail

CHARGE DE PROJETS IMMOBILIERS «INFRASTRUCTURES-RESEAU DE TRANSPORT PUBLIC» POSTE A POURVOIR : DIRECTION DES AFFAIRES DOMANIALES ET JURIDIQUES

CHARGE DE PROJETS IMMOBILIERS «INFRASTRUCTURES-RESEAU DE TRANSPORT PUBLIC» POSTE A POURVOIR : DIRECTION DES AFFAIRES DOMANIALES ET JURIDIQUES PPRS/SEC//BR/CM/SDS/DADJ/N 12-12 Christine MERMET 01 93 43 89 46 POSTE A POURVOIR : CHARGE DE PROJETS IMMOBILIERS «INFRASTRUCTURES-RESEAU DE TRANSPORT PUBLIC» DIRECTION ET SERVICE : DIRECTION DES AFFAIRES

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE (mis à jour Assemblée générale extraordinaire du 26 juin 2015) (Conseil d Administration du 8 juin 2015) Article

Plus en détail

Sommaire. Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3. Les instances de Foncière Commune.4

Sommaire. Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3. Les instances de Foncière Commune.4 Dossier de presse Sommaire La communauté d agglomération Plaine Commune, terrain d enjeux pour les acquéreurs publics et privés.2 Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3 Les

Plus en détail

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL 2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL Projet d Aménagement et de Développement Durable Dossier de PLU approuvé 13/26 Face à l augmentation du prix

Plus en détail

ATELIER CITOYEN LA CHAPELLE 19 juin 2012 Compte rendu de séance

ATELIER CITOYEN LA CHAPELLE 19 juin 2012 Compte rendu de séance ATELIER CITOYEN LA CHAPELLE 19 juin 2012 Compte rendu de séance Cette cinquième séance de travail de l atelier «la Chapelle» a été organisée dans le cadre de la co-élaboration du projet d aménagement du

Plus en détail

COMPTE RENDU DES DELIBERES DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 28 mars 2014.

COMPTE RENDU DES DELIBERES DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 28 mars 2014. DEPARTEMENT DE L ESSONNE REPUBLIQUE FRANCAISE Mairie de Leudeville COMPTE RENDU DES DELIBERES DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 28 mars 2014. L an deux mil quatorze, le vingt-huit mars à vingt heures trente

Plus en détail

Contribuer à l aménagement du territoire départemental

Contribuer à l aménagement du territoire départemental Contribuer à l aménagement du territoire départemental Point presse 16 octobre 2009 Aube Immobilier en quelques chiffres Au service des collectivités Aube Immobilier gère 9400 logements implantés sur quelque

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe supérieure affecté en service

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Plan de concertation locative de l Office Municipal d HLM de Clichy la Garenne Révision du 7 mars 2007

Plan de concertation locative de l Office Municipal d HLM de Clichy la Garenne Révision du 7 mars 2007 Plan de concertation locative de l Office Municipal d HLM de Clichy la Garenne Révision du 7 mars 2007 Préambule L article 193 de la loi 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE D UN GROUPEMENT DE COMMANDES

CONVENTION CONSTITUTIVE D UN GROUPEMENT DE COMMANDES CONVENTION CONSTITUTIVE D UN GROUPEMENT DE COMMANDES ACQUISITION D UN PROGICIEL POUR LA GESTION DEMATERIALISEE DES DELIBERATIONS ET DES ACTES ADMINISTRATIFS PREALABLEMENT, IL EST EXPOSE QUE : COMPTE TENU

Plus en détail

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales 82, bd des Batignolles - 75017 Paris - FRANCE Tél. : +33 (0)1 53 42 35 35 / Fax : +33 (0)1 42 94 06 78 Web : www.carrenoir.com N 2 Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

Plus en détail

Annexe 5 : Conséquences du transfert de la compétence voirie à un EPCI

Annexe 5 : Conséquences du transfert de la compétence voirie à un EPCI Annexe 5 : Conséquences du transfert de la compétence voirie à un EPCI Les communautés de communes penvent exercer les compétence suivantes : création et entretien de la voirie ; aménagement et entretien

Plus en détail

Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine

Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine 185000 habitants Val-de-Marne Dans le cadre de la montée en charge de la CASA Recrute par voie de mise à disposition

Plus en détail

Droit de préemption et cession de parts de SCI

Droit de préemption et cession de parts de SCI Droit de préemption et cession de parts de SCI 1 Rappel du champ d application du droit de préemption urbain... 2 2 L extension du champ d application du droit de préemption urbain... 3 3 La procédure

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME MODIFICATION SIMPLIFIEE

PLAN LOCAL D URBANISME MODIFICATION SIMPLIFIEE DEPARTEMENT DU NORD PLAN LOCAL D URBANISME MODIFICATION SIMPLIFIEE NOTICE EXPLICATIVE Approbation : Vu pour être annexé à la délibération du Conseil Municipal en date du : Ville de Valenciennes Direction

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION DE L AGGLOMERATION COTE BASQUE- ADOUR

REGLEMENT D INTERVENTION DE L AGGLOMERATION COTE BASQUE- ADOUR REGLEMENT D INTERVENTION DE L AGGLOMERATION COTE BASQUE- ADOUR RELATIF AU LOGEMENT AIDE VOLET LOGEMENT LOCATIF SOCIAL LOCATIF Janvier 2011 I- Le logement locatif social public..p.3 I-1. Les logements familiaux

Plus en détail

Elaboration du PLH 2013-2019

Elaboration du PLH 2013-2019 Elaboration du PLH 2013-2019 Présentation du projet de PLH2 Communauté de Communes du Genevois Mars 2013 Programme Le PLH : qu est-ce que c est? Principales conclusions du diagnostic Objectifs quantitatifs

Plus en détail

PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON

PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON 1 OPERATION DE RESTRUCTURATION DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE (ORAC) Depuis le 22 novembre 2010, une opération

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

Vers une gestion performante du patrimoine public local

Vers une gestion performante du patrimoine public local Programme conjoint sur le renforcement de l administration locale en Serbie Vers une gestion performante du David CARASSUS Université de Pau et des Pays de l Adour 1 Eléments introductifs 1) Le des collectivités

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

CHARTE du COMITE de DIRECTION

CHARTE du COMITE de DIRECTION CHARTE du COMITE de DIRECTION INTRODUCTION... 2 I. RÔLE... 2 II. RESPONSABILITÉS... 2 III. COMPOSITION... 3 IV. LE PRÉSIDENT DU COMITÉ DE DIRECTION & LE CEO... 4 V. FONCTIONNEMENT... 4 1. Planning, ordre

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Mai 2015 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2014 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 CHAPITRE PREMIER - DEFINITION ET COMPOSITION DU DOMAINE FONCIER RURAL Section première

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE Le présent règlement intérieur a pour objectif de fixer les modalités d organisation et de fonctionnement du fonds français pour l

Plus en détail

Démocratie Participative

Démocratie Participative Conférences à destination des Conseils de Quartier Ville de Lyon Présentation de l organisation institutionnelle de la Ville et du Grand Lyon 26 Juin 2010 / 9h-12h0 Présentation de la Ville de Lyon Budget

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

INVESTIR EN LOI DUFLOT. Optimisons ensemble votre patrimoine. Le 1 er uro à investir est celui que l on peut légalement distraire de ses impôts

INVESTIR EN LOI DUFLOT. Optimisons ensemble votre patrimoine. Le 1 er uro à investir est celui que l on peut légalement distraire de ses impôts INVESTIR EN LOI DUFLOT Le 1 er uro à investir est celui que l on peut légalement distraire de ses impôts Optimisons ensemble votre patrimoine LA LOI DUFLOT La loi de finances de 2013 définit un nouveau

Plus en détail

pour une métropole solidaire et attractive

pour une métropole solidaire et attractive pour une métropole solidaire et attractive A l origine de Paris Métropole 5 décembre 2001 : premier débat à la Maison de la RATP o 400 acteurs publics du cœur de l agglomération o réunis pour envisager

Plus en détail

CHARTE du COMITE de DIRECTION

CHARTE du COMITE de DIRECTION CHARTE du COMITE de DIRECTION INTRODUCTION... 2 I. RÔLE... 2 II. RESPONSABILITÉS... 2 III. COMPOSITION... 3 IV. LE PRÉSIDENT DU COMITÉ DE DIRECTION & LE CEO... 3 V. FONCTIONNEMENT... 4 1. Planning, ordre

Plus en détail

Le cadre général du point d étape...

Le cadre général du point d étape... Le cadre général du point d étape Les objectifs du point d étape L objectif général du point d étape, à 2 ans et à 4 ans, est d apprécier l avancement du projet et la tendance générale d évolution du quartier

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

LOI DE FINANCES 2011

LOI DE FINANCES 2011 LOI DE FINANCES 2011 LOI SCELLIER : RÉDUCTION D IMPÔT POUR INVESTISSEMENT LOCATIF NEUF Dossier de référence 2011 Téléchargement http://www.dkformation.fr/telechargement www.dkformation.fr Formation Compétence

Plus en détail

PRINCIPALES MISSIONS OPÉRATIONNELLES HABITAT

PRINCIPALES MISSIONS OPÉRATIONNELLES HABITAT Les missions de la Direction de l Habitat La Direction de l Habitat (2 services ; 9 personnes) est chargée d organiser et de mettre en œuvre la politique locale de l habitat sur le territoire de Brest

Plus en détail

ordre du jour ci-après :

ordre du jour ci-après : COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL du 28 MARS 2013 Séance ordinaire du 28 mars 2013 à 18 heures Sous la Présidence de Monsieur SCHWEIZER Christian, Maire Présents : MM. SCHWEIZER, LEONARD, HENRY, STIBLING,

Plus en détail

Réseau des acteurs de l habitat en Rhône-Alpes. Le foncier : une problématique à partager

Réseau des acteurs de l habitat en Rhône-Alpes. Le foncier : une problématique à partager Réseau des acteurs de l habitat en Rhône-Alpes Le foncier : une problématique à partager Et en Rhône-Alpes? Quelques éléments d objectivation Retour sur l évolution du prix du foncier Un prix du foncier

Plus en détail

Projet de Code de copropriété simplifié à l usage des pays émergents

Projet de Code de copropriété simplifié à l usage des pays émergents Projet de Code de copropriété à l usage des pays émergents Jean-François DALBIN FIG 18 juin 2014 UNE EQUIPE Le Conseil Supérieur du Notariat (CSN) et L'Ordre des Géomètres-Experts (OGE) accompagnés de

Plus en détail

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET STATUTAIRES DES ASSOCIATIONS ET FONDATIONS RECONNUES D UTILITE PUBLIQUE

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET STATUTAIRES DES ASSOCIATIONS ET FONDATIONS RECONNUES D UTILITE PUBLIQUE OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET STATUTAIRES DES ASSOCIATIONS ET FONDATIONS RECONNUES D UTILITE PUBLIQUE Les associations et fondations reconnues d utilité publique sont soumises à plusieurs obligations de

Plus en détail

Convention de délégation de compétence de. gestion des aides à la pierre. en application. de la loi du 13 août 2004

Convention de délégation de compétence de. gestion des aides à la pierre. en application. de la loi du 13 août 2004 ANNEXE 2 Convention de délégation de compétence de gestion des aides à la pierre en application de la loi du 13 août 2004 Passée entre L ETAT et PERPIGNAN MEDITERRANEE Communauté d Agglomération 2006-2008

Plus en détail

Mi-2004, les résidences principales représentent

Mi-2004, les résidences principales représentent 5 LOGEMENT PRÉSENTATION Mi-2004, les résidences principales représentent près de 83 % des logements bourguignons et parmi elles, près des deux tiers sont des maisons individuelles. En proportion, ces dernières

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Décret n o 2011-2008 du 28 décembre 2011 modifiant le décret n o 2006-1388 du 16 novembre 2006 portant création

Plus en détail

comité technique académique

comité technique académique CTA comité technique académique Enseignement public - 4 juillet 2012 Préparation de la rentrée 2012 Sommaire Mesures d urgence pour la rentrée 2012 : - dans le 1er degré - dans le 2nd degré Schéma d organisation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

COMMUNE DE DUPPIGHEIM

COMMUNE DE DUPPIGHEIM Département du Bas-Rhin Arrondissement de MOLSHEIM COMMUNE DE DUPPIGHEIM EXTRAIT DU PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL Nombre de Conseillers élus : 19 Conseillers en fonction : 19 Conseillers

Plus en détail

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar DECRET N 99-821 fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Vu la Constitution, Vu la Convention relative à l Aviation Civile Internationale signée

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant :

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : - une présidence confiée au préfet de la région Île-de-France et au

Plus en détail

ELABORATION DU PROJET Définition d un bilan d aménagement optimisé Décembre 2010

ELABORATION DU PROJET Définition d un bilan d aménagement optimisé Décembre 2010 CHANQUEYRAS, UNE AMBITION DE QUARTIER DURABLE ELABORATION DU PROJET Définition d un bilan d aménagement optimisé Décembre 2010 1 Sommaire 1/ LE BILAN GLOBAL D AMENAGEMENT 2 / PROGRAMMATION PRODUITS LOGEMENTS

Plus en détail