Guide de contrôle. des établissements et services sociaux et médico-sociaux. Inspection par les DRASS et les DDASS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide de contrôle. des établissements et services sociaux et médico-sociaux. Inspection par les DRASS et les DDASS"

Transcription

1 C o l l e c t i o n d e l a M A F I Guide de contrôle des établissements et services sociaux et médico-sociaux Inspection par les DRASS et les DDASS Inspection Générale des Affaires Sociales

2 Sommaire Avant-propos Protocole général de contrôle des établissements et services à caractère social et médico-social Fiches d application de la grille des s de contrôle Fiches d application : 1 La conformité des activités au régime juridique Fiches d application : 2 L environnement et les installations Fiches d application : 3 La vie de l institution : organisation et fonctionnement Fiches d application : 4 La personne accueillie : organisation et garantie de la prise en charge Fiches d application : 5 La maîtrise des risques institutionnels Fiches d application : 6 Le contrôle de la gestion des moyens Référentiel juridique en matière de contrôle administratif Introduction > Schéma 1 : le choix des dispositifs de contrôle > Schéma 2 : les conséquences des contrôles Première partie : le contrôle de référence des établissements et services à caractère social et médico-social, des lieux de vie et d accueil et des personnes privées relevant de l autorisation - articles L à L CASF > Chapitre 1 : le contrôle de l article L CASF - assurer et garantir l application de l autorisation délivrée > Chapitre 2 : le contrôle technique des habilitations à recevoir des publics spécifiques - articles L , L , L CASF

3 Sommaire Deuxième partie : les autres contrôles prévus par le CASF et applicables aux institutions et personnes accueillant des personnes vulnérables > Chapitre 1 : le contrôle complémentaire de l article L CASF > Chapitre 2 : le contrôle subsidiaire de l État applicable à l accueil familial dans le cas de menaces affectant la sûreté des personnes - article L CASF Troisième partie : les autres contrôles et procédures hors CASF intéressant tous les établissements et services accueillant des personnes vulnérables > Chapitre 1 : le contrôle de l application des lois et règlements se rapportant à la santé publique > Chapitre 2 : les procédures applicables dans le cas d établissements, services, lieux de vie, publics ou privés, en difficulté financière Membres du groupe de travail

4 Avant-propos Le guide de contrôle des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS) définit le contrôle comme une pratique des services déconcentrés de l État dans le champ du social et du médico-social qui a pour objet : > de vérifier la conformité du fonctionnement d une structure d accueil (établissement, lieu de vie ou service) ; > de s assurer de l absence de facteurs de risques spécifiques pour les personnes accueillies, susceptibles de menacer ou de compromettre leur santé, leur intégrité, leur sécurité ou leur bien-être physique et moral ; et ce, quelles que soient les techniques mises en œuvre (inspection, contrôle sur pièces, enquête ) et quelles que soient les finalités (planification, tarification, protection des personnes, activité ), un contrôle pouvant être de portée générale tout comme pouvant être spécifique et porter sur un ou plusieurs points particuliers en fonction de la problématique qui est posée. Aussi, pour chaque mission d inspection ou de contrôle, les inspecteurs doivent-ils obligatoirement connaître les motifs précis de leur intervention et son fondement juridique. Ces éléments doivent notamment figurer dans la lettre de mission. (Recommandations contenues dans le guide des bonnes pratiques d inspection des services déconcentrés IGAS-MAFI) En effet, il n y a pas de contrôle sans textes, et ce sont les textes législatifs et réglementaires qui déterminent par ailleurs les compétences et les prérogatives à mettre en œuvre dans chaque situation d inspection et de contrôle. Les références légales et réglementaires opposables aux structures contrôlées doivent ainsi encadrer et justifier en permanence les constats, les analyses et les propositions effectués par l équipe d inspection. Ce lien constant avec le droit, qui fonde la démarche d inspection au quotidien, structure donc ce guide de contrôle des établissements et services sociaux et médicosociaux et lui donne sa tonalité. Ce lien trouve sa pleine expression dans le référentiel juridique qui en constitue la troisième partie. En effet, ce n est qu à partir de ce lien qu il est possible de poser des principes, de dégager des doctrines, de renforcer le professionnalisme des inspecteurs de tout statut et d assurer ainsi la sécurité juridique des missions. 3

5 Avant-propos S agissant des contrôles effectués par les services déconcentrés, ceux-ci reposent sur trois principes de caractère légal qui les définissent et les délimitent : > la nature des populations accueillies ; > les modalités d accueil ; > l organisation spécifique des pouvoirs de contrôle. 1. Les populations accueillies : les personnes vulnérables au sens du CASF 1.1 La notion de vulnérabilité Elle ressortit des articles L , L 312-1, L , L et L du code de l action sociale et des familles (CASF). La personne est reconnue vulnérable en raison de son état physique, mental ou social. Sont ainsi considérées comme des personnes vulnérables par le CASF : > les personnes âgées ; > les personnes handicapées mineures ou adultes, (ancienne notion de «personnes infirmes») ; > les personnes en situation d exclusion (ancienne notion «d indigents») et de réinsertion sociale ; > les mineurs autres que ceux atteints d un handicap et bénéficiant d un régime de protection personnelle (A.S.E. ou P.J.J.). Sont également considérés comme vulnérables les enfants de moins de six ans, dont la protection à l occasion d un accueil en structures est définie par le Code de la santé publique (art. L et suivants). 1.2 La personne vulnérable au sens du CASF dispose de garanties légales de protection qui lui sont reconnues dès lors qu elle est accueillie dans un établissement d hébergement, un lieu de vie ou un service. Ces garanties fondent : > les régimes administratifs définissant les différents modes d accueil reconnus par la loi (voir ci-après, 2 ) ; > l organisation des pouvoirs de contrôle attribués aux autorités administratives (voir ci-après 3 ). 4

6 Avant-propos Ces garanties autorisent également les services déconcentrés, le cas échéant, à démontrer l existence d un établissement d hébergement de fait, ou d un lieu de vie de fait ou encore d un service de fait, afin de pouvoir mettre en œuvre le régime de protection des personnes. Le constat matériel d un accueil permanent de personnes vulnérables relevant de l une ou l autre des catégories mentionnées ci-dessus, proposé pour tous motifs sous forme de prestations de service, prime en effet sur le statut juridique apparent de la structure d accueil [articles L , R et R CASF]. Ces garanties peuvent être renforcées par des dispositions catégorielles spécifiques, qui viennent compléter, mais non remplacer, le régime commun de protection des personnes vulnérables «CASF». Le principal exemple est fourni par l article L du code du tourisme qui instaure un régime particulier de contrôle des personnes physiques et morales qui organisent à destination de personnes handicapées des activités de vacances avec hébergement d une durée supérieure à cinq jours. 2. Les modalités d accueil Cet accueil peut être : > soit réalisé dans des établissements d hébergement, des lieux de vie, des services, ou chez des accueillants familiaux ; > soit organisé selon deux modalités soumises à décision administrative : 2.1 Accueil soumis à autorisation Un accueil poursuivant des buts d action sociale : accompagner, soutenir, promouvoir (articles L , L et L I CASF) L appellation «Établissements et services sociaux et médico-sociaux» est réservée aux structures constituées en vue de la mise en œuvre de tels buts. (article L du CASF). Ces buts s imposent aux structures publiques et sont facultatifs pour les personnes privées Par voie d exception : les lieux de vie, (article L III CASF) 5

7 Avant-propos 2.2 Accueil soumis à déclaration préalable ou agrément : Il s agit d un accueil limité à des prestations d hébergement délivrées par des personnes privées et destinées à des personnes vulnérables. Dès lors que les buts d action sociale n ont pas été retenus par les personnes privées qui souhaitent accueillir des personnes vulnérables, cet accueil peut être réalisé sous deux formes : > un hébergement simple de mineurs ou d adultes par des personnes privées, soumis à un régime administratif simplifié la déclaration préalable d ouverture mais obligatoire a minima (articles L et L CASF). > un accueil par des accueillants familiaux (1) limité à trois personnes, âgées ou handicapées adultes. (articles L et suivants CASF). 3. L organisation spécifique des pouvoirs de contrôle Les services déconcentrés des affaires sanitaires et sociales exercent trois types de contrôle au titre du CASF : > un contrôle de référence : le contrôle de l autorisation de fonctionnement délivrée aux établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS), dès lors que l autorisation a été délivrée par le représentant de l État dans le département (article L er alinéa CASF) ; > un contrôle complémentaire : le contrôle visant à la protection des personnes vulnérables prises en charge dans toute institution, structure d accueil ou d hébergement relevant du CASF (articles L et L CASF) ; > un contrôle subsidiaire : le contrôle applicable aux accueillants familiaux (article L CASF). À l occasion de ces différents types de contrôle peuvent être mises en œuvre des dispositions légales et réglementaires relevant d autres codes que le seul CASF notamment le code de la santé publique et le code du commerce (2). (1) Cf. Remarque : du fait de l absence d accueil en première intention d une population vulnérable au sens strict défini ci-dessus, les assistants maternels, autre profession d accueil (article L à L CASF) n entrent pas dans le champ des professions et activités d accueil soumises pour tout ou partie aux contrôles exercés par les services des affaires sanitaires et sociales. (2) Voir référentiel juridique. 6

8 Avant-propos S agissant des autorités administratives compétentes en matière de contrôle (préfet de département, président du conseil général et directeur d agence régionale d hospitalisation), celles-ci se trouvent explicitées, ainsi que leurs champs de compétence respectifs, dans le référentiel juridique figurant dans le présent guide. De même, y sont également mentionnés les agents habilités à réaliser les contrôles. Le guide des bonnes pratiques d inspection (3) précise, de son côté, les différentes autorités et administrations pouvant être contactées ou pouvant faire intervenir leurs agents dans le cadre d un contrôle. Le guide indique aussi les modalités de recours à des experts (4). S agissant d un établissement ou service social ou médico-social, les autorités pouvant être associées aux missions sont le plus fréquemment les services : > du ministère de l éducation nationale (établissements d éducation spéciale) ; > du ministère de la justice (mineurs protégés justice) ; > du conseil général (personnes âgées, adultes handicapés, accueil de mineurs protégés ASE) ; > de la trésorerie générale (contrôle comptable et financier) ; > de la direction du travail (travail protégé, respect du code du travail) ; > de la direction départementale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (conformité des prestations, contrôle des marchés, contrôle des marchandises ) ; > de la direction des services vétérinaires (restauration collective) ; > des mairies (service communal d hygiène et de santé concernant l hygiène des locaux). Les organismes d assurance maladie (agents des CRAM et praticiens conseils) peuvent également y être associés. Il convient dans ce cas de bien préciser dans l introduction du rapport d inspection leur positionnement spécifique (ils «éclairent» le contrôle à raison seulement de l exercice de leurs compétences particulières). (3) Cf. guide des bonnes pratiques d inspection des services déconcentrés (IGAS/MAFI), s (4) Cf. idem

9 Avant-propos Enfin, il y a lieu de rappeler également que, dans une pratique de contrôle, en aucun cas les contrôleurs ne peuvent ni ne doivent se substituer aux gestionnaires des structures contrôlées dans l exercice de leurs responsabilités de gestion. Les contrôleurs vérifient, constatent, garantissent et proposent des sanctions ou des injonctions le cas échéant, tout ceci par référence au résultat à obtenir en fonction des dispositions de la loi. Il ne leur appartient pas de fixer le détail des modalités d application pour y parvenir. Le guide méthodologique de contrôle des établissements et services sociaux et médico-sociaux comprend ainsi les trois parties suivantes : I Protocole général de contrôle. II Fiches d application du protocole général. III Référentiel juridique. 8

10 Protocole général de contrôle des établissements et services à caractère social et médico-social

11 1

12 Protocole de contrôle Thèmes de contrôle correspondant à des points critiques des fonctionnements et des organisations Contrôle activité/ moyens Contrôle protection des personnes Remarque préliminaire Le présent protocole ne constitue pas un plan type de rapport d inspection ou de contrôle. Chaque rapport doit répondre aux objectifs particuliers de la lettre de mission et adopter le plan correspondant à la mission réalisée. 1. La conformité des activités au régime juridique 1.1 Les différents régimes juridiques d encadrement des activités des ESSMS ou assimilés > L autorisation, la déclaration préalable d activité ou l agrément : existence, contenu. > La visite de conformité (régime de l autorisation) : à utiliser comme une référence. > Les conventions d aide ou d action sociale, les agréments de toute nature : existence, validité. > L absence de régime juridique : problématique de l ESSMS ou assimilé de fait (cas de structures d accueil de toute nature répondant le cas échéant à la définition matérielle d un ESSMS ou assimilé soumis à surveillance au sens du CASF, mais non déclarées comme tel). 1.2 L activité, l admission et l accueil L activité réalisée : données pluriannuelles (entrées, sorties, journées ou autres indicateurs) Le taux d occupation La tenue du registre légal pour les établissements seulement Les procédures d admission Les procédures d accueil 11

13 Protocole de contrôle Thèmes de contrôle correspondant à des points critiques des fonctionnements et des organisations 1.3 La population accueillie Description de la population accueillie Conformité de la population accueillie à la catégorie de l ESSMS Prise en compte par l ESSMS des caractéristiques de la population accueillie 2. L environnement et les installations Contrôle activité/ moyens Contrôle protection des personnes 2.1 La situation de l établissement Localisation, desserte et accès, environnement 2.2 L organisation immobilière, les espaces Les espaces extérieurs : accessibilité, sécurité Descriptif général des bâtiments et annexes Les locaux intérieurs communs Les espaces privatifs 2.3 Les installations : entretien et sécurité Les conditions générales d entretien La sécurité des installations (incendie, électricité ) La sécurité sanitaire et environnementale (eau, air, aliments, bruit, déchets ) 3. L institution : organisation, fonctionnement 3.1 Les Instances de l organisme gestionnaire : description, fonctionnement Les statuts de l organisme gestionnaire Les instances de l organisme gestionnaire : description et fonctionnement La politique de l organisme gestionnaire Les relations de l organisme gestionnaire avec l établissement ou service inspecté 12

14 Protocole de contrôle Thèmes de contrôle correspondant à des points critiques des fonctionnements et des organisations 3.2 La fonction de direction de l établissement : directeur et équipe de direction La direction en place Les directions précédentes Les pouvoirs du directeur Le fonctionnement de l équipe de direction 3.3 Le règlement intérieur opposable au personnel Existence d un règlement intérieur Contenu Actualité du règlement intérieur 3.4 Les instances consultatives Points communs à examiner pour le contrôle de chaque instance Le conseil de la vie sociale Le comité technique d établissement Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail 3.5 L organisation de l évaluation Existence des évaluations prévues par la réglementation Modalités d élaboration de l évaluation Résultats de l évaluation Impact de l évaluation sur l établissement Contrôle activité/ moyens Contrôle protection des personnes 13

15 Protocole de contrôle Thèmes de contrôle correspondant à des points critiques des fonctionnements et des organisations Contrôle activité/ moyens 4. La personne accueillie : organisation et garantie de la prise en charge 4.1 Le projet d établissement Existence, élaboration, mise en œuvre du projet Contenu du projet, ouverture sur l extérieur, évaluation et actualisation 4.2 Le projet de vie individuel Existence, élaboration, validation et suivi du projet, Analyse du contenu du projet : la capacité d ouverture (famille, tiers, milieu extérieur), la place faite à l intéressé et à sa famille, la préparation de la sortie 4.3 Les règles de vie : le règlement de fonctionnement Existence, élaboration du règlement, analyse du contenu Modalités d application 4.4 La prise en charge de la personne Les fonctions hôtelières (restauration, entretien) Les rythmes de vie : heures majeures de la journée : lever, repas, collations, coucher Les activités : organisation, répartition dans le temps, encadrement Soutien de la personne 4.5 La prise en charge médicale Organisation et fonctionnement de la surveillance médicale Organisation des soins, de la dispensation des médicaments Respect de la personne Contrôle protection des personnes 14

16 Protocole de contrôle Thèmes de contrôle correspondant à des points critiques des fonctionnements et des organisations 5. La maîtrise des risques institutionnels 5.1 L organisation de l information interne Les supports de l information : définition, contenus, validation Les transmissions, les signalements internes Le système de réunions internes 5.2 La formalisation des pratiques d encadrement des personnels Les conditions de recrutement : vérification des titres, interdictions d exercer et casier judiciaire L existence de s de poste et règles d affectation dans les équipes L analyse des pratiques professionnelles La vigilance à l égard des signes d une «dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte aux droits et à la dignité d un salarié, d altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel». 5.3 L organisation de la surveillance Le système des permanences La surveillance des locaux et espaces La surveillance des mouvements L évaluation des facteurs de risques comportementaux Les conduites de crise Contrôle activité/ moyens Contrôle protection des personnes 15

17 Protocole de contrôle Thèmes de contrôle correspondant à des points critiques des fonctionnements et des organisations 5.4 Le service de nuit Les modes d organisation du service de nuit Les contraintes immobilières, l implantation des agents, les équipements L étendue de la marge d autonomie et d expérience des agents de nuit L existence de consignes Le regard des dirigeants : la validation au lendemain de l exécution du service, les visites inopinées 6. Le contrôle de la gestion des moyens 6.1 La gestion des moyens en personnel La gestion du personnel : CCN ou statut appliqué, tenue des dossiers, évaluation des agents, politique salariale, ratios de coût de personnel Les effectifs : nombre, qualification, recrutement, licenciement, remplacement, ratios de personnel La politique de formation L organisation et les conditions de travail : les règles de temps de travail, les roulements, l organisation du travail, l absentéisme, les instances représentatives, la médecine du travail Particularité ESAT et ateliers protégés : les conditions d emploi des personnes accueillies Contrôle activité/ moyens Contrôle protection des personnes 16

18 Protocole de contrôle Thèmes de contrôle correspondant à des points critiques des fonctionnements et des organisations 6.2 Le contrôle budgétaire et financier L organisation des responsabilités : engagement, liquidation, paiement Les règles applicables en milieu informatisé La régularité du compte d exploitation et du bilan : conditions d adoption, rapport du directeur, du commissaire aux comptes, rapport du receveur La réalisation du BP, examen des comptes administratifs, bilans, évolution des comptes sur plusieurs exercices, suivi des dépenses engagées, conditions d achat L opposabilité des charges et produits aux régimes de protection sociale : modalités agréées, approbation des emprunts, décisions de placement financier Les relations croisées entre établissements et organisme gestionnaire, les frais de siège L étude du bilan et de ses annexes : évolution, suivi de trésorerie, placements financiers Les ratios de coûts : évolution dans le temps et comparaison avec autres établissements L appréciation du risque économique au niveau de l organisme gestionnaire Contrôle activité/ moyens Contrôle protection des personnes 17

19 18

20 Fiches d application de la grille des s de contrôle

21 2

22 La conformité des activités au régime juridique Les différents régimes juridiques d encadrement des activités des ESSMS ou assimilés Les références générales : Code de l action sociale et des familles L autorisation L autorisation administrative de création, transformation ou extension > S agit-il d un établissement ou service social ou médico-social ou d un lieu de vie et d accueil soumis au régime de l autorisation? Art. L et L et suivants. > Existence et date de l arrêté d autorisation? > Vérification de la validité de l autorisation (problème de caducité). > S agit-il d un ESSMS à caractère expérimental? (procédure spécifique) Art. L > Les changements importants affectant la vie de l ESSMS ont-ils été portés à la connaissance de l autorité administrative compétente? Dossier administratif de la structure tenu soit à la DDASS soit au conseil général Dossier CROSMS conservé à la DRASS Fichier FINESS 21

23 1 La conformité des activités au régime juridique La visite de conformité La convention pluriannuelle tripartite Les conventions d aide sociale et de sécurité sociale L habilitation à recevoir des mineurs confiés par l autorité judiciaire Les contrats pluriannuels d objectifs et de moyens > La visite de conformité a-t-elle eu lieu et à quelle date? Art. L et D > Si des réserves avaient été émises, ont-elles été levées? > Dans le cas d un EHPAD, l ESSMS est-il tenu de conclure une convention pluriannuelle tripartite? Art. L 313-6, L et D > Si oui, cette convention existe-elle? > L ESSMS est-il habilité à recevoir des bénéficiaires de l aide sociale? Art. L > Une convention particulière a-elle été rédigée et publiée? Art. L > L ESSMS est-il autorisé à dispenser des prestations prises en charge par l État ou les organismes de sécurité sociale? Art. L PV de la visite de conformité Convention pluriannuelle tripartite Arrêté d autorisation Documents conventionnels > L ESSMS est-il habilité à recevoir Décision des mineurs confiés par l autorité d habilitation judiciaire soit au titre de l enfance délinquante soit au titre de l assistance éducative? Art. L > L ESSMS a-il conclu un contrat pluriannuel d objectifs et de moyens? Art. L > Si oui, vérifier que les obligations respectives des parties signataires ont été respectées. Documents contractuels 22

24 La conformité des activités au régime juridique La déclaration La déclaration préalable d activité L agrément L agrément préalable des accueillants familiaux à domicile (AFD) > S agit-il d un établissement géré par une personne physique ou morale de droit privé, soumis au régime de la déclaration préalable d activité? Art. L et R pour l accueil de mineurs Art. L et R pour l accueil d adultes > Existence et date de la déclaration? > Les changements importants affectant la vie de l établissement ont-ils été portés à la connaissance de l autorité administrative compétente? > S agit-il d une personne physique ou d un couple soumis au régime de l agrément préalable à l accueil à domicile, à titre onéreux, de personnes âgées ou handicapées adultes? Art L à L > Si oui, la personne ou le couple est-il agréé par le PCG de son département de résidence? > La capacité fixée est-elle respectée? (3 personnes accueillies au maximum). > L agrément habilite-t-il l accueillant à recevoir des bénéficiaires de l aide sociale? Dossier administratif de la structure tenu soit à la DDASS soit au conseil général Récépissé donné par l autorité administrative compétente Décision d agrément du PCG (l instruction des dossiers d agrément des AFD relève de la compétence exclusive des services des conseils généraux) 23

25 1 La conformité des activités au régime juridique La surveillance particulière des AFD > Le contrôle des AFD, de leurs remplaçants et le suivi médico-social des personnes accueillies relève exclusivement du PCG avec possibilité d injonction et procédure d urgence le cas échéant. Art. L > Lorsque l agrément n a pas été demandé préalablement ou lorsque l agrément a été refusé ou retiré, le préfet de département met fin à l accueil. Art. L L absence de régime juridique Problématique de l ESSMS ou assimilé de fait L absence de reconnaissance légale La requalification en ESSMS ou assimilé > La structure devrait-elle être autorisée, déclarée ou agréée? > Si oui, sa situation actuelle constitue un établissement ou un service social ou médico-social, ou un lieu de vie et d accueil, ou un établissement d hébergement, ou un accueil familial à domicile de fait. > Quelle est la population accueillie? > Quelle est l activité développée? > Comment s organise le séjour des personnes accueillies et sur quelle durée? Cf. les trois rubriques précédentes (1.1.1, et 1.1.3), en fonction du cas d espèce Rapports d activité de la structure s ils existent Dossiers individuels des personnes accueillies Organigramme du personnel 24

26 La conformité des activités au régime juridique Les conséquences de cette requalification > L établissement ou le service social ou médico-social, ou le lieu de vie et d accueil, relèvera du régime de l autorisation. > L établissement d hébergement d adultes, ou d hébergement ou de réception de mineurs, relèvera de la déclaration préalable d activité. > L accueillant familial à domicile relèvera de la procédure d agrément. > Il sera soumis au contrôle de l activité et au contrôle des conditions d installation, d organisation et de fonctionnement selon les procédures habituelles. Confère les trois rubriques précédentes (1.1.1, et 1.1.3), en fonction du cas d espèce 25

27 1 La conformité des activités au régime juridique Les sanctions de l absence de régime juridique La structure relève de l autorisation > La ou les autorités compétentes pour délivrer l autorisation mettent fin à l activité. Art. L > S il y a désaccord entre le PCG et le préfet dans le cas d une autorisation conjointe, le préfet décide de la fermeture en dernier ressort. Art. L La structure relève de la déclaration > L établissement d hébergement de fait est soumis au contrôle prévu aux articles L et suivants La structure relève de l agrément > L accueillant familial à domicile de fait est mis en demeure par le PCG de régulariser sa situation. Art. L > Si la mise en demeure n est pas suivie d effet, le préfet de département met fin à l accueil. Art. L

28 La conformité des activités au régime juridique L activité, l admission et l accueil Les références générales : Code de l action sociale et des familles L activité réalisée Le taux d occupation > Quelle est l activité réalisée les trois dernières années écoulées? (entrées, sorties, journées ou autres indicateurs) > Quels sont les écarts entre l activité prévisionnelle et l activité réalisée? > La capacité autorisée, déclarée ou agréée est-elle respectée? > Si non, pourquoi et quelles en sont les conséquences? > En cas de sous occupation, quelles en sont les raisons et les conséquences? Compte administratif de la structure Rapport annuel d activité Ratio : nombre de personnes accueillies/ nombre de places autorisées ou nombre de journées réalisées/ nombre de journées autorisées 27

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Les maisons d assistants maternels

Les maisons d assistants maternels GUIDE Direction de l Enfance et de la Famille Les maisons d assistants maternels Édition 2014 Sommaire Sommaire 3 Préambule 4 PARTIE 1 - DÉFINITION et PRINCIPES GÉNÉRAUX I. DÉFINITION 6 1- Les codes 6

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION DOCUMENT UNIQUE PRECISANT LES DEFINITIONS DE FONCTION ET LA DELEGATION DE POUVOIRS DU DIRECTEUR GENERAL DE L'association. NOM : Prénom :

Plus en détail

Avis. Appel à projet Création de 35 places de Foyer occupationnel pour Adultes Handicapés Vieillissants (FO)

Avis. Appel à projet Création de 35 places de Foyer occupationnel pour Adultes Handicapés Vieillissants (FO) Avis Appel à projet Création de 35 places de Foyer occupationnel pour Adultes Handicapés Vieillissants (FO) 1- Objet de l appel à projet : APPEL A PROJET CRÉATION DE 35 PLACES DE FO Dans le cadre de la

Plus en détail

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES Sommaire : Les missions page 2 Les secteurs d interventions page 2 Les contacts privilégiés page 3 Les cibles : A La restauration collective 1. Objectifs

Plus en détail

Guide pour la création d une MAM

Guide pour la création d une MAM LES MAISONS D ASSISTANTS MATERNELS Guide pour la création d une MAM Commission Départementale d Accueil du Jeune Enfant Le cadre législatif La loi n 2010-625 du 9 juin 2010 relative à la création des maisons

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM)

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) Edition 2008 2013 CDAJE 38 Commission départementale de l accueil des jeunes enfants CDAJE 38 1 Par dérogation à l article

Plus en détail

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO :

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO : Etat des lieux en hygiène et sécurité dans un établissement scolaire Rectorat Inspection en Hygiène et sécurité Dossier suivi par M. Gilbert ROUSSEAU Téléphone 05 57 57 39 82 Fax 05 57 57 87 40 Mél: Gilbert.rousseau@acbordeaux.fr

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA.

Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA. Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA. 1. INRODUCTION La page de garde reprend la signalétique de l ETA ainsi que quelques informations utiles quant au déroulement de

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

Pour la création d une maison d assistants maternels

Pour la création d une maison d assistants maternels CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Mars 2011 CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Le Code de l Action Sociale et des Familles

Plus en détail

Demande d agrément d assistant(e) maternel(le)

Demande d agrément d assistant(e) maternel(le) N 13394*03 Demande d agrément d assistant(e) maternel(le) Notice Vous allez faire une demande d agrément ou de renouvellement d agrément pour exercer la profession d assistant(e) maternel(le); ce métier

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE Direction générale de l action sociale SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX Circulaire DGAS

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Inspection sanitaire des EHPAD 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 17/11/2011 Contexte L inspection s inscrit dans le volet

Plus en détail

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis.

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis. «CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04 http://www.clair-logis.org/ 1 CONTRAT DE SEJOUR L établissement «Maison d Enfants

Plus en détail

Les textes en matière de santé et de sécurité au travail

Les textes en matière de santé et de sécurité au travail Guide pratique 2 / 6 MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, MINISTÈRE MINISTÈRE DU BUDGET, DE DU LA BUDGET, FONCTION DES COMPTES DES COMPTES PUBLIQUE PUBLICS, PUBLICS, ET DE LA RÉFORME DE L ETAT DE

Plus en détail

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées NOTE SUR LES SUBVENTIONS - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées - Les produits de la tarification ne sont pas des subventions A. Récapitulatif des obligations des associations

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

L autodiagnostic stratégique

L autodiagnostic stratégique PÔLE DE COOPERATION R H Ô N E - A L P E S LA COOPÉRATION ENTRE LES ASSOCIATIONS SANITAIRES ET SOCIALES L autodiagnostic stratégique Cadre d analyse des Etablissements & Services GUIDE PRATIQUE DE LA COOPERATION

Plus en détail

Accueil de la petite enfance. Guide pratique

Accueil de la petite enfance. Guide pratique Accueil de la petite enfance Guide pratique L évolution progressive des besoins des parents, d une part, et celle des pratiques et préconisations des professionnels, d autre part, ont généré au cours des

Plus en détail

FIDEXCO France RAPPORT DE TRANSPARENCE ETABLI EN APPLICATION DE L ARTICLE R 823-21 ET PUBLIE SUR LE SITE INTERNET LE 31 MARS 2015

FIDEXCO France RAPPORT DE TRANSPARENCE ETABLI EN APPLICATION DE L ARTICLE R 823-21 ET PUBLIE SUR LE SITE INTERNET LE 31 MARS 2015 FIDEXCO France RAPPORT DE TRANSPARENCE ETABLI EN APPLICATION DE L ARTICLE R 823-21 ET PUBLIE SUR LE SITE INTERNET LE 31 MARS 2015 FIDEXCO France Page 1 sur 11 SOMMAIRE 1. PRESENTATION DE FIDEXCO FRANCE...

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises UIDE Pratique Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Guide destiné aux entreprises P GUIDE Pratique p.2 - Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes RÉAMBULE L égalité professionnelle

Plus en détail

Livret d accueil. Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie. Livret d accueil.

Livret d accueil. Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie. Livret d accueil. 1 Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie Janvier 2014 2 NOTICE L intégration d un jeune embauché dans une entreprise et au sein d une équipe de travail est

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS?

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS? Mise à jour Septembre 2011 Un assistant maternel est agréé par le Conseil général. Il peut moyennant rémunération, accueillir habituellement et de façon non permanente des mineurs : - à son domicile (art.

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU Roger Cadiergues MémoCad ns02.a LES EAUX : LOIS, RéGLEMENTS, NORMES ET DTU SOMMAIRE ns02.1. Les cadres réglementaires et normatifs ns02.2. Lois et règlements fondamentaux ns02.3. Equipements sanitaires

Plus en détail

La formation en matière de santé et de sécurité au travail

La formation en matière de santé et de sécurité au travail Guide pratique 6 / 6 MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, MINISTÈRE MINISTÈRE DU BUDGET, DE DU LA BUDGET, FONCTION DES COMPTES DES COMPTES PUBLIQUE PUBLICS, PUBLICS, ET DE LA RÉFORME DE L ETAT DE

Plus en détail

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Pôle Culture, Sport, Santé, Associations Secteur Santé Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Nom du demandeur: Intitulé du projet : Contact

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Contrat de soins / Document individuel de prise. Définition des objectifs de la prise en charge

Contrat de soins / Document individuel de prise. Définition des objectifs de la prise en charge DUREE DEFINITION CONTRAT DE SOINS Contrat de soins / Document individuel de prise en charge au SSIDPA Le contrat de soins définit les droits et les obligations de l'établissement et de l usager avec toutes

Plus en détail

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS Appel à projet hébergement et accompagnement éducatif MIE JMIE octobre 2014 1

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

Guide d élaboration d un projet. Créer une Maison d Assistants. Maternels

Guide d élaboration d un projet. Créer une Maison d Assistants. Maternels Guide d élaboration d un projet Créer une Maison d Assistants Maternels 2 Créer une Maison d Assistants Maternels - Guide d élaboration d un projet Sommaire Les principales dispositions de la loi......................................

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain CONVENTION DE DELEGATION DE GESTION DES POMPES A MOTRICITE HUMAINE (PMH) ENTRE UNE COMMUNE ET UNE ASSOCIATION DES USAGERS DE L EAU ENTRE D UNE PART, La Commune de... (province de..) Représentée par le

Plus en détail

le guide de l adoption

le guide de l adoption développe les solidarités www.gard.fr le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

Les Maisons d Assistants Maternels (MAM)

Les Maisons d Assistants Maternels (MAM) Les Maisons d Assistants Maternels (MAM) Guide à l usage des porteurs de projets novembre Les MAM juin 2012 Sommaire 1. Présentation : 1.1 Qu est-ce qu une Maison d Assistants Maternels? 1.2 L accueil

Plus en détail

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >,

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, <AUTORITE DE GESTION> Version finale : Trame commune [FEDER/FSE] 2014-2020 Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, Entre < l

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE RAPPORT RELATIF AUX AGREMENTS DES CONVENTIONS ET ACCORDS APPLICABLES AUX SALARIES DES ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MEDICO-SOCIAUX PRIVES A BUT NON LUCRATIF POUR 2010

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat

Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat Dans certains domaines de politiques publiques, qui exigent

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

développe les solidarités le guide de l adoption

développe les solidarités le guide de l adoption développe les solidarités le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) 5 Circulaires de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse Signalisation des circulaires du 1er janvier au 31

Plus en détail

Description modifiée avril 2012 1.1 Ajout d une définition à la section 1.1. Cadre du curriculum N.-B. 2.1.1 Garderies

Description modifiée avril 2012 1.1 Ajout d une définition à la section 1.1. Cadre du curriculum N.-B. 2.1.1 Garderies Date Partie Description modifiée avril 2012 1.1 Ajout d une définition à la section 1.1 Cadre du curriculum N.-B. avril 2012 1.4 Suppression de la section 1.4, Rôle du gouvernement 2.1 Révision de la section

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Tél : 01 45 77 98 98 - Fax : 01 45 77 14 18 RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT 1. Les finalités de la prise en charge Conformément à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, l équipe de la

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

Association Bou de nature Statuts association loi 1901

Association Bou de nature Statuts association loi 1901 Association Bou de nature Statuts association loi 1901 1. Constitution-objet-siège social-durée de l association Art 1 : Forme Il est créé sous la forme d une association, régie par les principes généraux

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Questionnaire d étude pour les techniciens de la construction

Questionnaire d étude pour les techniciens de la construction Questionnaire d étude pour les techniciens de la construction Ce formulaire de déclaration de risque concerne : les architectes, les maîtres d œuvre, les économistes et les bureaux d études techniques

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Désignation d un commissaire aux comptes pour la période 2014-2019 de Lyon Tourisme & Congrès. Dossier de consultation

Désignation d un commissaire aux comptes pour la période 2014-2019 de Lyon Tourisme & Congrès. Dossier de consultation Désignation d un commissaire aux comptes pour la période 2014-2019 de Lyon Tourisme & Congrès Dossier de consultation Le dossier de consultation est constitué de 5 parties : 1. Règlement de la consultation..

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL CONTRAT DE SEJOUR CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DE PRISE EN CHARGE Accueil de Jour «Maison Bleue» Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l'etablissement

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE 1 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours SOMMAIRE LE CADRE

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

LES CONVENTIONS DE FINANCEMENT DES

LES CONVENTIONS DE FINANCEMENT DES LES CONVENTIONS DE FINANCEMENT DES MESURES FONCIERES ET DES MESURES SUPPLEMENTAIRES PRESCRITES PAR LES PLANS DE PREVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES (P.P.R.T.) GUIDE DE REDACTION MINISTERE DE L ECOLOGIE,

Plus en détail

LE DELEGUE INTERMINISTERIEL A LA SECURITE ROUTIERE A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE

LE DELEGUE INTERMINISTERIEL A LA SECURITE ROUTIERE A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE PREMIER MINISTRE Le Délégué Interministériel à la Sécurité Routière LE DELEGUE INTERMINISTERIEL A LA SECURITE ROUTIERE A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE OBJET: Agrément des

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 Préambule La Commune de Linxe, organise un service de restauration pour son groupe scolaire. Ce service est ouvert à tous

Plus en détail

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008 Direction des prestations familiales Circulaire n 2008-002 Paris, le 16 janvier 2008 Mesdames et Messieurs les Directeurs et Agents Comptables des Caf Certi Cnedi Mesdames et Messieurs les Conseillers

Plus en détail

Maison. d assistantes maternelles dans la Manche. Guide règlementaire et technique

Maison. d assistantes maternelles dans la Manche. Guide règlementaire et technique Sommaire P2 P2 P2 P4 P6 P6 P6 A] Généralités 1 DÉFINITION DE LA MAISON D ASSISTANTES MATERNELLES, MAM 2 TEXTES ET DOCUMENTATION DE RÉFÉRENCE 3 LES DIFFÉRENTS INTERLOCUTEURS B] Montage du projet L étude

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

II - ENCADREMENT. Rappel du nombre d élèves participants. Total du nombre de personnels encadrant. Nom prénom Date de naissance Observations

II - ENCADREMENT. Rappel du nombre d élèves participants. Total du nombre de personnels encadrant. Nom prénom Date de naissance Observations ACADEMIE DE LILLE INSPECTION ACADEMIQUE DU PAS-DE-CALAIS Division des écoles 20 bd de la Liberté 62021 Arras cedex DE1- Nadine Guyon Tél : 03 21 23 91 23 Fax : 03 21 23 82 27 e-mail : ce.i62dec1@ac-lille.fr

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau de la démographie et des formations initiales (RH1) SANTÉ ÉTABLISSEMENTS

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin Vu les articles L.213-2 et L.421-23 II du code de l Education qui confient aux départements la compétence

Plus en détail

S'informer sur l'adoption. Le Conseil général et vous. p3 L'adoption dans l'aube en 2000. p4 Deux modes d'adoption : simple ou plénière

S'informer sur l'adoption. Le Conseil général et vous. p3 L'adoption dans l'aube en 2000. p4 Deux modes d'adoption : simple ou plénière Sommaire p1 p2 p3 S'informer sur l'adoption Le Conseil général et vous L'adoption en France p3 L'adoption dans l'aube en 2000 p4 Deux modes d'adoption : simple ou plénière p5 Qui peut demander à adopter

Plus en détail

1/4. N de l autorisation. Le cas échéant, n de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie :

1/4. N de l autorisation. Le cas échéant, n de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie : MINISTÈRE CHARGÉ DE LA CONSTRUCTION Dossier spécifique permettant de vérifier la conformité des établissements recevant du public aux règles d accessibilité et de sécurité contre l incendie et la panique

Plus en détail

La simplification du dossier de candidature

La simplification du dossier de candidature FICHE 20 La simplification du dossier de candidature Pour de nombreux opérateurs économiques, la constitution des dossiers de candidature est trop complexe et coûteuse du fait du nombre des documents à

Plus en détail

Périgord Blanc 8 4,30 2 901 5,02. Périgord Noir 115 61,83 38 437 66,48. Périgord Vert 32 17,20 6 956 12,02

Périgord Blanc 8 4,30 2 901 5,02. Périgord Noir 115 61,83 38 437 66,48. Périgord Vert 32 17,20 6 956 12,02 FICHE 2 : CRÉER OU REPRENDRE UN TERRAIN DE CAMPING (HÔTELLERIE DE PLEIN AIR) OU UN PRL (PARC RÉSIDENTIEL DE LOISIRS) 1 - LES CHIFFRES EN DORDOGNE A / L OFFRE EN HÔTELLERIE DE PLEIN AIR AU 01/01/2014 Parc

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines

Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines Pré-requis à la mise en place d un tableau de bord des ressources humaines Le recueil de données a été le point de départ du diagnostic quantitatif des

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CONSULTATION

RÈGLEMENT DE CONSULTATION ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L EQUIPEMENT, DU TRANSPORT ET DE LA LOGISTIQUE DIRECTION DE LA STRATEGIE, DES PROGRAMMES ET DE LA COORDINATION DES TRANSPORTS RÈGLEMENT DE CONSULTATION APPEL D OFFRES OUVERT

Plus en détail

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Commission Statut et Juridique AH-HP COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Février 2010 1 Origine du code de déontologie Faisant

Plus en détail