Guide de contrôle. des établissements et services sociaux et médico-sociaux. Inspection par les DRASS et les DDASS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide de contrôle. des établissements et services sociaux et médico-sociaux. Inspection par les DRASS et les DDASS"

Transcription

1 C o l l e c t i o n d e l a M A F I Guide de contrôle des établissements et services sociaux et médico-sociaux Inspection par les DRASS et les DDASS Inspection Générale des Affaires Sociales

2 Sommaire Avant-propos Protocole général de contrôle des établissements et services à caractère social et médico-social Fiches d application de la grille des s de contrôle Fiches d application : 1 La conformité des activités au régime juridique Fiches d application : 2 L environnement et les installations Fiches d application : 3 La vie de l institution : organisation et fonctionnement Fiches d application : 4 La personne accueillie : organisation et garantie de la prise en charge Fiches d application : 5 La maîtrise des risques institutionnels Fiches d application : 6 Le contrôle de la gestion des moyens Référentiel juridique en matière de contrôle administratif Introduction > Schéma 1 : le choix des dispositifs de contrôle > Schéma 2 : les conséquences des contrôles Première partie : le contrôle de référence des établissements et services à caractère social et médico-social, des lieux de vie et d accueil et des personnes privées relevant de l autorisation - articles L à L CASF > Chapitre 1 : le contrôle de l article L CASF - assurer et garantir l application de l autorisation délivrée > Chapitre 2 : le contrôle technique des habilitations à recevoir des publics spécifiques - articles L , L , L CASF

3 Sommaire Deuxième partie : les autres contrôles prévus par le CASF et applicables aux institutions et personnes accueillant des personnes vulnérables > Chapitre 1 : le contrôle complémentaire de l article L CASF > Chapitre 2 : le contrôle subsidiaire de l État applicable à l accueil familial dans le cas de menaces affectant la sûreté des personnes - article L CASF Troisième partie : les autres contrôles et procédures hors CASF intéressant tous les établissements et services accueillant des personnes vulnérables > Chapitre 1 : le contrôle de l application des lois et règlements se rapportant à la santé publique > Chapitre 2 : les procédures applicables dans le cas d établissements, services, lieux de vie, publics ou privés, en difficulté financière Membres du groupe de travail

4 Avant-propos Le guide de contrôle des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS) définit le contrôle comme une pratique des services déconcentrés de l État dans le champ du social et du médico-social qui a pour objet : > de vérifier la conformité du fonctionnement d une structure d accueil (établissement, lieu de vie ou service) ; > de s assurer de l absence de facteurs de risques spécifiques pour les personnes accueillies, susceptibles de menacer ou de compromettre leur santé, leur intégrité, leur sécurité ou leur bien-être physique et moral ; et ce, quelles que soient les techniques mises en œuvre (inspection, contrôle sur pièces, enquête ) et quelles que soient les finalités (planification, tarification, protection des personnes, activité ), un contrôle pouvant être de portée générale tout comme pouvant être spécifique et porter sur un ou plusieurs points particuliers en fonction de la problématique qui est posée. Aussi, pour chaque mission d inspection ou de contrôle, les inspecteurs doivent-ils obligatoirement connaître les motifs précis de leur intervention et son fondement juridique. Ces éléments doivent notamment figurer dans la lettre de mission. (Recommandations contenues dans le guide des bonnes pratiques d inspection des services déconcentrés IGAS-MAFI) En effet, il n y a pas de contrôle sans textes, et ce sont les textes législatifs et réglementaires qui déterminent par ailleurs les compétences et les prérogatives à mettre en œuvre dans chaque situation d inspection et de contrôle. Les références légales et réglementaires opposables aux structures contrôlées doivent ainsi encadrer et justifier en permanence les constats, les analyses et les propositions effectués par l équipe d inspection. Ce lien constant avec le droit, qui fonde la démarche d inspection au quotidien, structure donc ce guide de contrôle des établissements et services sociaux et médicosociaux et lui donne sa tonalité. Ce lien trouve sa pleine expression dans le référentiel juridique qui en constitue la troisième partie. En effet, ce n est qu à partir de ce lien qu il est possible de poser des principes, de dégager des doctrines, de renforcer le professionnalisme des inspecteurs de tout statut et d assurer ainsi la sécurité juridique des missions. 3

5 Avant-propos S agissant des contrôles effectués par les services déconcentrés, ceux-ci reposent sur trois principes de caractère légal qui les définissent et les délimitent : > la nature des populations accueillies ; > les modalités d accueil ; > l organisation spécifique des pouvoirs de contrôle. 1. Les populations accueillies : les personnes vulnérables au sens du CASF 1.1 La notion de vulnérabilité Elle ressortit des articles L , L 312-1, L , L et L du code de l action sociale et des familles (CASF). La personne est reconnue vulnérable en raison de son état physique, mental ou social. Sont ainsi considérées comme des personnes vulnérables par le CASF : > les personnes âgées ; > les personnes handicapées mineures ou adultes, (ancienne notion de «personnes infirmes») ; > les personnes en situation d exclusion (ancienne notion «d indigents») et de réinsertion sociale ; > les mineurs autres que ceux atteints d un handicap et bénéficiant d un régime de protection personnelle (A.S.E. ou P.J.J.). Sont également considérés comme vulnérables les enfants de moins de six ans, dont la protection à l occasion d un accueil en structures est définie par le Code de la santé publique (art. L et suivants). 1.2 La personne vulnérable au sens du CASF dispose de garanties légales de protection qui lui sont reconnues dès lors qu elle est accueillie dans un établissement d hébergement, un lieu de vie ou un service. Ces garanties fondent : > les régimes administratifs définissant les différents modes d accueil reconnus par la loi (voir ci-après, 2 ) ; > l organisation des pouvoirs de contrôle attribués aux autorités administratives (voir ci-après 3 ). 4

6 Avant-propos Ces garanties autorisent également les services déconcentrés, le cas échéant, à démontrer l existence d un établissement d hébergement de fait, ou d un lieu de vie de fait ou encore d un service de fait, afin de pouvoir mettre en œuvre le régime de protection des personnes. Le constat matériel d un accueil permanent de personnes vulnérables relevant de l une ou l autre des catégories mentionnées ci-dessus, proposé pour tous motifs sous forme de prestations de service, prime en effet sur le statut juridique apparent de la structure d accueil [articles L , R et R CASF]. Ces garanties peuvent être renforcées par des dispositions catégorielles spécifiques, qui viennent compléter, mais non remplacer, le régime commun de protection des personnes vulnérables «CASF». Le principal exemple est fourni par l article L du code du tourisme qui instaure un régime particulier de contrôle des personnes physiques et morales qui organisent à destination de personnes handicapées des activités de vacances avec hébergement d une durée supérieure à cinq jours. 2. Les modalités d accueil Cet accueil peut être : > soit réalisé dans des établissements d hébergement, des lieux de vie, des services, ou chez des accueillants familiaux ; > soit organisé selon deux modalités soumises à décision administrative : 2.1 Accueil soumis à autorisation Un accueil poursuivant des buts d action sociale : accompagner, soutenir, promouvoir (articles L , L et L I CASF) L appellation «Établissements et services sociaux et médico-sociaux» est réservée aux structures constituées en vue de la mise en œuvre de tels buts. (article L du CASF). Ces buts s imposent aux structures publiques et sont facultatifs pour les personnes privées Par voie d exception : les lieux de vie, (article L III CASF) 5

7 Avant-propos 2.2 Accueil soumis à déclaration préalable ou agrément : Il s agit d un accueil limité à des prestations d hébergement délivrées par des personnes privées et destinées à des personnes vulnérables. Dès lors que les buts d action sociale n ont pas été retenus par les personnes privées qui souhaitent accueillir des personnes vulnérables, cet accueil peut être réalisé sous deux formes : > un hébergement simple de mineurs ou d adultes par des personnes privées, soumis à un régime administratif simplifié la déclaration préalable d ouverture mais obligatoire a minima (articles L et L CASF). > un accueil par des accueillants familiaux (1) limité à trois personnes, âgées ou handicapées adultes. (articles L et suivants CASF). 3. L organisation spécifique des pouvoirs de contrôle Les services déconcentrés des affaires sanitaires et sociales exercent trois types de contrôle au titre du CASF : > un contrôle de référence : le contrôle de l autorisation de fonctionnement délivrée aux établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS), dès lors que l autorisation a été délivrée par le représentant de l État dans le département (article L er alinéa CASF) ; > un contrôle complémentaire : le contrôle visant à la protection des personnes vulnérables prises en charge dans toute institution, structure d accueil ou d hébergement relevant du CASF (articles L et L CASF) ; > un contrôle subsidiaire : le contrôle applicable aux accueillants familiaux (article L CASF). À l occasion de ces différents types de contrôle peuvent être mises en œuvre des dispositions légales et réglementaires relevant d autres codes que le seul CASF notamment le code de la santé publique et le code du commerce (2). (1) Cf. Remarque : du fait de l absence d accueil en première intention d une population vulnérable au sens strict défini ci-dessus, les assistants maternels, autre profession d accueil (article L à L CASF) n entrent pas dans le champ des professions et activités d accueil soumises pour tout ou partie aux contrôles exercés par les services des affaires sanitaires et sociales. (2) Voir référentiel juridique. 6

8 Avant-propos S agissant des autorités administratives compétentes en matière de contrôle (préfet de département, président du conseil général et directeur d agence régionale d hospitalisation), celles-ci se trouvent explicitées, ainsi que leurs champs de compétence respectifs, dans le référentiel juridique figurant dans le présent guide. De même, y sont également mentionnés les agents habilités à réaliser les contrôles. Le guide des bonnes pratiques d inspection (3) précise, de son côté, les différentes autorités et administrations pouvant être contactées ou pouvant faire intervenir leurs agents dans le cadre d un contrôle. Le guide indique aussi les modalités de recours à des experts (4). S agissant d un établissement ou service social ou médico-social, les autorités pouvant être associées aux missions sont le plus fréquemment les services : > du ministère de l éducation nationale (établissements d éducation spéciale) ; > du ministère de la justice (mineurs protégés justice) ; > du conseil général (personnes âgées, adultes handicapés, accueil de mineurs protégés ASE) ; > de la trésorerie générale (contrôle comptable et financier) ; > de la direction du travail (travail protégé, respect du code du travail) ; > de la direction départementale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (conformité des prestations, contrôle des marchés, contrôle des marchandises ) ; > de la direction des services vétérinaires (restauration collective) ; > des mairies (service communal d hygiène et de santé concernant l hygiène des locaux). Les organismes d assurance maladie (agents des CRAM et praticiens conseils) peuvent également y être associés. Il convient dans ce cas de bien préciser dans l introduction du rapport d inspection leur positionnement spécifique (ils «éclairent» le contrôle à raison seulement de l exercice de leurs compétences particulières). (3) Cf. guide des bonnes pratiques d inspection des services déconcentrés (IGAS/MAFI), s (4) Cf. idem

9 Avant-propos Enfin, il y a lieu de rappeler également que, dans une pratique de contrôle, en aucun cas les contrôleurs ne peuvent ni ne doivent se substituer aux gestionnaires des structures contrôlées dans l exercice de leurs responsabilités de gestion. Les contrôleurs vérifient, constatent, garantissent et proposent des sanctions ou des injonctions le cas échéant, tout ceci par référence au résultat à obtenir en fonction des dispositions de la loi. Il ne leur appartient pas de fixer le détail des modalités d application pour y parvenir. Le guide méthodologique de contrôle des établissements et services sociaux et médico-sociaux comprend ainsi les trois parties suivantes : I Protocole général de contrôle. II Fiches d application du protocole général. III Référentiel juridique. 8

10 Protocole général de contrôle des établissements et services à caractère social et médico-social

11 1

12 Protocole de contrôle Thèmes de contrôle correspondant à des points critiques des fonctionnements et des organisations Contrôle activité/ moyens Contrôle protection des personnes Remarque préliminaire Le présent protocole ne constitue pas un plan type de rapport d inspection ou de contrôle. Chaque rapport doit répondre aux objectifs particuliers de la lettre de mission et adopter le plan correspondant à la mission réalisée. 1. La conformité des activités au régime juridique 1.1 Les différents régimes juridiques d encadrement des activités des ESSMS ou assimilés > L autorisation, la déclaration préalable d activité ou l agrément : existence, contenu. > La visite de conformité (régime de l autorisation) : à utiliser comme une référence. > Les conventions d aide ou d action sociale, les agréments de toute nature : existence, validité. > L absence de régime juridique : problématique de l ESSMS ou assimilé de fait (cas de structures d accueil de toute nature répondant le cas échéant à la définition matérielle d un ESSMS ou assimilé soumis à surveillance au sens du CASF, mais non déclarées comme tel). 1.2 L activité, l admission et l accueil L activité réalisée : données pluriannuelles (entrées, sorties, journées ou autres indicateurs) Le taux d occupation La tenue du registre légal pour les établissements seulement Les procédures d admission Les procédures d accueil 11

13 Protocole de contrôle Thèmes de contrôle correspondant à des points critiques des fonctionnements et des organisations 1.3 La population accueillie Description de la population accueillie Conformité de la population accueillie à la catégorie de l ESSMS Prise en compte par l ESSMS des caractéristiques de la population accueillie 2. L environnement et les installations Contrôle activité/ moyens Contrôle protection des personnes 2.1 La situation de l établissement Localisation, desserte et accès, environnement 2.2 L organisation immobilière, les espaces Les espaces extérieurs : accessibilité, sécurité Descriptif général des bâtiments et annexes Les locaux intérieurs communs Les espaces privatifs 2.3 Les installations : entretien et sécurité Les conditions générales d entretien La sécurité des installations (incendie, électricité ) La sécurité sanitaire et environnementale (eau, air, aliments, bruit, déchets ) 3. L institution : organisation, fonctionnement 3.1 Les Instances de l organisme gestionnaire : description, fonctionnement Les statuts de l organisme gestionnaire Les instances de l organisme gestionnaire : description et fonctionnement La politique de l organisme gestionnaire Les relations de l organisme gestionnaire avec l établissement ou service inspecté 12

14 Protocole de contrôle Thèmes de contrôle correspondant à des points critiques des fonctionnements et des organisations 3.2 La fonction de direction de l établissement : directeur et équipe de direction La direction en place Les directions précédentes Les pouvoirs du directeur Le fonctionnement de l équipe de direction 3.3 Le règlement intérieur opposable au personnel Existence d un règlement intérieur Contenu Actualité du règlement intérieur 3.4 Les instances consultatives Points communs à examiner pour le contrôle de chaque instance Le conseil de la vie sociale Le comité technique d établissement Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail 3.5 L organisation de l évaluation Existence des évaluations prévues par la réglementation Modalités d élaboration de l évaluation Résultats de l évaluation Impact de l évaluation sur l établissement Contrôle activité/ moyens Contrôle protection des personnes 13

15 Protocole de contrôle Thèmes de contrôle correspondant à des points critiques des fonctionnements et des organisations Contrôle activité/ moyens 4. La personne accueillie : organisation et garantie de la prise en charge 4.1 Le projet d établissement Existence, élaboration, mise en œuvre du projet Contenu du projet, ouverture sur l extérieur, évaluation et actualisation 4.2 Le projet de vie individuel Existence, élaboration, validation et suivi du projet, Analyse du contenu du projet : la capacité d ouverture (famille, tiers, milieu extérieur), la place faite à l intéressé et à sa famille, la préparation de la sortie 4.3 Les règles de vie : le règlement de fonctionnement Existence, élaboration du règlement, analyse du contenu Modalités d application 4.4 La prise en charge de la personne Les fonctions hôtelières (restauration, entretien) Les rythmes de vie : heures majeures de la journée : lever, repas, collations, coucher Les activités : organisation, répartition dans le temps, encadrement Soutien de la personne 4.5 La prise en charge médicale Organisation et fonctionnement de la surveillance médicale Organisation des soins, de la dispensation des médicaments Respect de la personne Contrôle protection des personnes 14

16 Protocole de contrôle Thèmes de contrôle correspondant à des points critiques des fonctionnements et des organisations 5. La maîtrise des risques institutionnels 5.1 L organisation de l information interne Les supports de l information : définition, contenus, validation Les transmissions, les signalements internes Le système de réunions internes 5.2 La formalisation des pratiques d encadrement des personnels Les conditions de recrutement : vérification des titres, interdictions d exercer et casier judiciaire L existence de s de poste et règles d affectation dans les équipes L analyse des pratiques professionnelles La vigilance à l égard des signes d une «dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte aux droits et à la dignité d un salarié, d altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel». 5.3 L organisation de la surveillance Le système des permanences La surveillance des locaux et espaces La surveillance des mouvements L évaluation des facteurs de risques comportementaux Les conduites de crise Contrôle activité/ moyens Contrôle protection des personnes 15

17 Protocole de contrôle Thèmes de contrôle correspondant à des points critiques des fonctionnements et des organisations 5.4 Le service de nuit Les modes d organisation du service de nuit Les contraintes immobilières, l implantation des agents, les équipements L étendue de la marge d autonomie et d expérience des agents de nuit L existence de consignes Le regard des dirigeants : la validation au lendemain de l exécution du service, les visites inopinées 6. Le contrôle de la gestion des moyens 6.1 La gestion des moyens en personnel La gestion du personnel : CCN ou statut appliqué, tenue des dossiers, évaluation des agents, politique salariale, ratios de coût de personnel Les effectifs : nombre, qualification, recrutement, licenciement, remplacement, ratios de personnel La politique de formation L organisation et les conditions de travail : les règles de temps de travail, les roulements, l organisation du travail, l absentéisme, les instances représentatives, la médecine du travail Particularité ESAT et ateliers protégés : les conditions d emploi des personnes accueillies Contrôle activité/ moyens Contrôle protection des personnes 16

18 Protocole de contrôle Thèmes de contrôle correspondant à des points critiques des fonctionnements et des organisations 6.2 Le contrôle budgétaire et financier L organisation des responsabilités : engagement, liquidation, paiement Les règles applicables en milieu informatisé La régularité du compte d exploitation et du bilan : conditions d adoption, rapport du directeur, du commissaire aux comptes, rapport du receveur La réalisation du BP, examen des comptes administratifs, bilans, évolution des comptes sur plusieurs exercices, suivi des dépenses engagées, conditions d achat L opposabilité des charges et produits aux régimes de protection sociale : modalités agréées, approbation des emprunts, décisions de placement financier Les relations croisées entre établissements et organisme gestionnaire, les frais de siège L étude du bilan et de ses annexes : évolution, suivi de trésorerie, placements financiers Les ratios de coûts : évolution dans le temps et comparaison avec autres établissements L appréciation du risque économique au niveau de l organisme gestionnaire Contrôle activité/ moyens Contrôle protection des personnes 17

19 18

20 Fiches d application de la grille des s de contrôle

21 2

22 La conformité des activités au régime juridique Les différents régimes juridiques d encadrement des activités des ESSMS ou assimilés Les références générales : Code de l action sociale et des familles L autorisation L autorisation administrative de création, transformation ou extension > S agit-il d un établissement ou service social ou médico-social ou d un lieu de vie et d accueil soumis au régime de l autorisation? Art. L et L et suivants. > Existence et date de l arrêté d autorisation? > Vérification de la validité de l autorisation (problème de caducité). > S agit-il d un ESSMS à caractère expérimental? (procédure spécifique) Art. L > Les changements importants affectant la vie de l ESSMS ont-ils été portés à la connaissance de l autorité administrative compétente? Dossier administratif de la structure tenu soit à la DDASS soit au conseil général Dossier CROSMS conservé à la DRASS Fichier FINESS 21

23 1 La conformité des activités au régime juridique La visite de conformité La convention pluriannuelle tripartite Les conventions d aide sociale et de sécurité sociale L habilitation à recevoir des mineurs confiés par l autorité judiciaire Les contrats pluriannuels d objectifs et de moyens > La visite de conformité a-t-elle eu lieu et à quelle date? Art. L et D > Si des réserves avaient été émises, ont-elles été levées? > Dans le cas d un EHPAD, l ESSMS est-il tenu de conclure une convention pluriannuelle tripartite? Art. L 313-6, L et D > Si oui, cette convention existe-elle? > L ESSMS est-il habilité à recevoir des bénéficiaires de l aide sociale? Art. L > Une convention particulière a-elle été rédigée et publiée? Art. L > L ESSMS est-il autorisé à dispenser des prestations prises en charge par l État ou les organismes de sécurité sociale? Art. L PV de la visite de conformité Convention pluriannuelle tripartite Arrêté d autorisation Documents conventionnels > L ESSMS est-il habilité à recevoir Décision des mineurs confiés par l autorité d habilitation judiciaire soit au titre de l enfance délinquante soit au titre de l assistance éducative? Art. L > L ESSMS a-il conclu un contrat pluriannuel d objectifs et de moyens? Art. L > Si oui, vérifier que les obligations respectives des parties signataires ont été respectées. Documents contractuels 22

24 La conformité des activités au régime juridique La déclaration La déclaration préalable d activité L agrément L agrément préalable des accueillants familiaux à domicile (AFD) > S agit-il d un établissement géré par une personne physique ou morale de droit privé, soumis au régime de la déclaration préalable d activité? Art. L et R pour l accueil de mineurs Art. L et R pour l accueil d adultes > Existence et date de la déclaration? > Les changements importants affectant la vie de l établissement ont-ils été portés à la connaissance de l autorité administrative compétente? > S agit-il d une personne physique ou d un couple soumis au régime de l agrément préalable à l accueil à domicile, à titre onéreux, de personnes âgées ou handicapées adultes? Art L à L > Si oui, la personne ou le couple est-il agréé par le PCG de son département de résidence? > La capacité fixée est-elle respectée? (3 personnes accueillies au maximum). > L agrément habilite-t-il l accueillant à recevoir des bénéficiaires de l aide sociale? Dossier administratif de la structure tenu soit à la DDASS soit au conseil général Récépissé donné par l autorité administrative compétente Décision d agrément du PCG (l instruction des dossiers d agrément des AFD relève de la compétence exclusive des services des conseils généraux) 23

25 1 La conformité des activités au régime juridique La surveillance particulière des AFD > Le contrôle des AFD, de leurs remplaçants et le suivi médico-social des personnes accueillies relève exclusivement du PCG avec possibilité d injonction et procédure d urgence le cas échéant. Art. L > Lorsque l agrément n a pas été demandé préalablement ou lorsque l agrément a été refusé ou retiré, le préfet de département met fin à l accueil. Art. L L absence de régime juridique Problématique de l ESSMS ou assimilé de fait L absence de reconnaissance légale La requalification en ESSMS ou assimilé > La structure devrait-elle être autorisée, déclarée ou agréée? > Si oui, sa situation actuelle constitue un établissement ou un service social ou médico-social, ou un lieu de vie et d accueil, ou un établissement d hébergement, ou un accueil familial à domicile de fait. > Quelle est la population accueillie? > Quelle est l activité développée? > Comment s organise le séjour des personnes accueillies et sur quelle durée? Cf. les trois rubriques précédentes (1.1.1, et 1.1.3), en fonction du cas d espèce Rapports d activité de la structure s ils existent Dossiers individuels des personnes accueillies Organigramme du personnel 24

26 La conformité des activités au régime juridique Les conséquences de cette requalification > L établissement ou le service social ou médico-social, ou le lieu de vie et d accueil, relèvera du régime de l autorisation. > L établissement d hébergement d adultes, ou d hébergement ou de réception de mineurs, relèvera de la déclaration préalable d activité. > L accueillant familial à domicile relèvera de la procédure d agrément. > Il sera soumis au contrôle de l activité et au contrôle des conditions d installation, d organisation et de fonctionnement selon les procédures habituelles. Confère les trois rubriques précédentes (1.1.1, et 1.1.3), en fonction du cas d espèce 25

27 1 La conformité des activités au régime juridique Les sanctions de l absence de régime juridique La structure relève de l autorisation > La ou les autorités compétentes pour délivrer l autorisation mettent fin à l activité. Art. L > S il y a désaccord entre le PCG et le préfet dans le cas d une autorisation conjointe, le préfet décide de la fermeture en dernier ressort. Art. L La structure relève de la déclaration > L établissement d hébergement de fait est soumis au contrôle prévu aux articles L et suivants La structure relève de l agrément > L accueillant familial à domicile de fait est mis en demeure par le PCG de régulariser sa situation. Art. L > Si la mise en demeure n est pas suivie d effet, le préfet de département met fin à l accueil. Art. L

28 La conformité des activités au régime juridique L activité, l admission et l accueil Les références générales : Code de l action sociale et des familles L activité réalisée Le taux d occupation > Quelle est l activité réalisée les trois dernières années écoulées? (entrées, sorties, journées ou autres indicateurs) > Quels sont les écarts entre l activité prévisionnelle et l activité réalisée? > La capacité autorisée, déclarée ou agréée est-elle respectée? > Si non, pourquoi et quelles en sont les conséquences? > En cas de sous occupation, quelles en sont les raisons et les conséquences? Compte administratif de la structure Rapport annuel d activité Ratio : nombre de personnes accueillies/ nombre de places autorisées ou nombre de journées réalisées/ nombre de journées autorisées 27

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Alain Villez Conseiller technique Uniopss

Alain Villez Conseiller technique Uniopss Alain Villez Conseiller technique Uniopss La loi du 30 juin 1975 : une loi qui traitait peu des droits et du statut des usagers Un des motifs principaux de la réforme de cette loi Jusqu en 1997, la loi

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

Avis. Appel à projet Création de 35 places de Foyer occupationnel pour Adultes Handicapés Vieillissants (FO)

Avis. Appel à projet Création de 35 places de Foyer occupationnel pour Adultes Handicapés Vieillissants (FO) Avis Appel à projet Création de 35 places de Foyer occupationnel pour Adultes Handicapés Vieillissants (FO) 1- Objet de l appel à projet : APPEL A PROJET CRÉATION DE 35 PLACES DE FO Dans le cadre de la

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS. Bobigny, le 16 septembre 2011

PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS. Bobigny, le 16 septembre 2011 PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE DE SEINE-SAINT-DENIS ------------ Pôle Insertion Affaire suivie par : Monsieur VIGNERON Téléphone : 01.41.60.71.02 Fax

Plus en détail

CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE.

CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE. CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE. Entre : - Monsieur Claude LELOUP, Président du Centre de Gestion du CHER

Plus en détail

Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la santé

Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la santé Démarche exploratoire de formation- action Représentants des usagers du secteur social et médico-social et démocratie sanitaire Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la

Plus en détail

DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION DOCUMENT UNIQUE PRECISANT LES DEFINITIONS DE FONCTION ET LA DELEGATION DE POUVOIRS DU DIRECTEUR GENERAL DE L'association. NOM : Prénom :

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Établissement expérimental. Micro-structure Accueil de neuf enfants maximum

Établissement expérimental. Micro-structure Accueil de neuf enfants maximum Établissement expérimental Micro-structure Accueil de neuf enfants maximum Établissements expérimentaux, généralités Article R2324-47 du code de la santé publique (Décret nº 2007-230 du 20 février 2007

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL Les établissements de soutien et d aide par le travail sont des établissements et services médico-sociaux (article L312-1 du Code de l action sociale

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008 Direction des prestations familiales Circulaire n 2008-002 Paris, le 16 janvier 2008 Mesdames et Messieurs les Directeurs et Agents Comptables des Caf Certi Cnedi Mesdames et Messieurs les Conseillers

Plus en détail

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011 CATALOGUE CATALOGUE 2011 1 SOMMAIRE Professionnelle de la prévention, de l éducation et de la sécurité incendie, toute demande de formation spécifique est envisageable dès lors qu elle entre dans le cadre

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

ACCORD DU 10 MARS 2010

ACCORD DU 10 MARS 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel DIAGNOSTIC TECHNIQUE DU BÂTI ACCORD DU 10 MARS 2010 RELATIF AU CHAMP D APPLICATION DE LA CONVENTION

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE Entre les soussignées, La CAISSE D'ASSURANCE RETRAITE ET DE LA SANTE AU TRAVAIL MIDI-PYRENEES ci-dessous dénommée la «Caisse», dont le siège est actuellement

Plus en détail

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 45 - TABLEAU COMPARATIF Code de l action sociale et des familles Art. L. 121-7. Sont à la charge de l État au titre de l aide sociale : 1 Les dépenses d aide sociale engagées en faveur des personnes

Plus en détail

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO :

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO : Etat des lieux en hygiène et sécurité dans un établissement scolaire Rectorat Inspection en Hygiène et sécurité Dossier suivi par M. Gilbert ROUSSEAU Téléphone 05 57 57 39 82 Fax 05 57 57 87 40 Mél: Gilbert.rousseau@acbordeaux.fr

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

(CHSCT)? Rôle du CHSCT

(CHSCT)? Rôle du CHSCT Le Comité d'hygiène et Sécurité des Conditions de Travail (CHSCT)? Des points de repères pour y voir plus clair Attention, les échéance de renouvellement des membres du CHSCT, contrairement aux autres

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Contrat de soins / Document individuel de prise. Définition des objectifs de la prise en charge

Contrat de soins / Document individuel de prise. Définition des objectifs de la prise en charge DUREE DEFINITION CONTRAT DE SOINS Contrat de soins / Document individuel de prise en charge au SSIDPA Le contrat de soins définit les droits et les obligations de l'établissement et de l usager avec toutes

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES relatif à l appel à projet visant à autoriser un service mandataire judiciaire à la protection des majeurs dans le Morbihan

CAHIER DES CHARGES relatif à l appel à projet visant à autoriser un service mandataire judiciaire à la protection des majeurs dans le Morbihan Direction départementale de la cohésion sociale Département des politiques d Inclusion et d Insertion CAHIER DES CHARGES relatif à l appel à projet visant à autoriser un service mandataire judiciaire à

Plus en détail

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60 Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère de la ville, de la jeunesse et des

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE liant l UNCCAS et les UNIONS Départementales et Régionales de l UNCCAS «le réseau national des solidarités communales» Entre L Union

Plus en détail

QUESTIONS / REPONSES : SITE INTERNET HABILITATION ET EVALUATION EXTERNE

QUESTIONS / REPONSES : SITE INTERNET HABILITATION ET EVALUATION EXTERNE QUESTIONS / REPONSES : SITE INTERNET HABILITATION ET EVALUATION EXTERNE Thématiques : 1/ Délivrance de l habilitation 2/ Liste 3/ Les compétences 4/ Référentiels / Certification 5/ Le statut 6/ Le financement

Plus en détail

LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME

LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME Direction de la réglementation des métiers du tourisme, des classements et de la qualité 18 août 2010 SOMMAIRE PRÉSENTATION DE ATOUT FRANCE 1. LES GRANDS

Plus en détail

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique A l attention des organismes agréés au titre de l engagement de Service Civique ayant recruté des volontaires avant le

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique Version du 1 er juin 2012 Le référentiel est protégé par les dispositions du Code de la propriété intellectuelle, notamment

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN CHARGE EN HOSPITALISATION A DOMICILE DE RESIDENTS EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT SOCIAL

CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN CHARGE EN HOSPITALISATION A DOMICILE DE RESIDENTS EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT SOCIAL CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN CHARGE EN HOSPITALISATION A DOMICILE DE RESIDENTS EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT SOCIAL Vu les articles R 6121-4-1 et D 6124-311 du code de la santé publique,

Plus en détail

SANTE, HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

SANTE, HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE SAFPT INFO SANTE, HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Définition des organismes compétents : Les organismes compétents en matière d hygiène, de sécurité et

Plus en détail

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis.

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis. «CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04 http://www.clair-logis.org/ 1 CONTRAT DE SEJOUR L établissement «Maison d Enfants

Plus en détail

Contrat de séjour. Conditions d admission

Contrat de séjour. Conditions d admission Décret n 2004-1274 du 26 novembre 2004, Journal Officiel du 27 novembre 2004. Le présent contrat de séjour est conclu entre d une part, l établissement : Foyer Clairefontaine 11 impasse des Jardins 69009

Plus en détail

Bienvenue à la Réunion d information des Accueils Collectifs de Mineurs du Puy de Dôme. Vendredi 7 juin 2013. DDCS du Puy de Dôme, 07/06/13

Bienvenue à la Réunion d information des Accueils Collectifs de Mineurs du Puy de Dôme. Vendredi 7 juin 2013. DDCS du Puy de Dôme, 07/06/13 Bienvenue à la Réunion d information des Accueils Collectifs de Mineurs du Puy de Dôme Vendredi 7 juin 2013 Aménagement des rythmes éducatifs Intervention de Madame Véronique SERVE, responsable des aides

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

LE COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÈCURITÉ ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL (LE CHSCT)

LE COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÈCURITÉ ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL (LE CHSCT) CIRCULAIRE CDG90 07/15 LE COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÈCURITÉ ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL (LE CHSCT) Décret 85-603 du 10 juin 1985 relatif à l hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu à la médecine professionnelle

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de plus de 300 salariés

CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de plus de 300 salariés Formation 5 jours Méditerranée : 74 rue Paradis 13006 Marseille CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de plus de 300 salariés La formation Pour agir sur le travail et la santé en vue d une amélioration

Plus en détail

ARRÊTE N 01/0096/MINESUP DU 07 Décembre 2001 Fixant les Conditions de Création et de Fonctionnement des Institutions Privées d Enseignement Supérieur.

ARRÊTE N 01/0096/MINESUP DU 07 Décembre 2001 Fixant les Conditions de Création et de Fonctionnement des Institutions Privées d Enseignement Supérieur. ARRÊTE N 01/0096/MINESUP DU 07 Décembre 2001 Fixant les Conditions de Création et de Fonctionnement des Institutions Privées d Enseignement Supérieur. LE MINISTRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, VU la Constitution

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 31 juillet 2013 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 13 sur 122 MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Décret n o 2013-690 du 30 juillet 2013 relatif au transport de personnes avec conducteur NOR : INTA1311124D

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE)

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE) FICHE TECHNIQUE La validation des acquis de l expérience (VAE) Synthèse Reconnue par le Code du travail, la validation des acquis de l expérience (VAE) permet de faire reconnaître son expérience notamment

Plus en détail

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DU REPRESENTANT DU PERSONNEL AU CHSCT (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Annexe 8 Référentiel de formation

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Fédération Française de Canoë-Kayak 87 quai de la Marne 94340 Joinville le Pont Cedex REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Sommaire Article I. Objet...3

Plus en détail

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Référentiel des activités professionnelles Dans le cadre de l exercice et de la promotion des droits des publics, le titulaire

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER FFCV- Règlement Financier validé à l assemblée générale du 12/12/04 page 1 sur 14

REGLEMENT FINANCIER FFCV- Règlement Financier validé à l assemblée générale du 12/12/04 page 1 sur 14 REGLEMENT FINANCIER page 1 sur 14 Article 1 - Objet Le Règlement Financier est établit conformément aux directives du Ministère chargé des Sports et à l article 107 du Règlement Intérieur de la FFCV En

Plus en détail

ACCORD DU 7 AVRIL 2010

ACCORD DU 7 AVRIL 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel ENTREPRISES DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE IMMOBILIER ACCORD DU 7 AVRIL 2010 RELATIF AUX DISPOSITIONS

Plus en détail

EVALUATION EXTERNE 2014. RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean

EVALUATION EXTERNE 2014. RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean EVALUATION EXTERNE 2014 RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean 1 L évaluation externe : Rappels Le rapport d évaluation externe doit être envoyé avant le 1 er janvier 2015 aux tutelles

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

L accueil en établissement

L accueil en établissement I VOLET 3 L accueil en établissement Article L 344-5-1 du CASF, Article L. 242-4 du CASF, Article L. 131-3 du CASF 1. Définition Toute personne handicapée dont l état de santé nécessite un placement en

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation Procédure d habilitation Version 1.1 Page 1/12 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.0 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR UNION SPORTIVE FISMOISE MIS A JOUR LE [ ]

REGLEMENT INTERIEUR UNION SPORTIVE FISMOISE MIS A JOUR LE [ ] REGLEMENT INTERIEUR UNION SPORTIVE FISMOISE MIS A JOUR LE [ ] Préambule : Les statuts de l U.S. Fismoise adoptés par l Assemblée Générale du [ ] permettent de réaliser un règlement intérieur destiné à

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Document d auto-évaluation élaboré par l IHSESR avec le concours de la CPU. Document

Plus en détail

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE Ces consignes sont adaptées de l instruction générale type du 21 mai 1999. Elles seront annexées

Plus en détail

Décret n 2008-355 du 11 Février 2008, relatif à l organisation et au fonctionnement de la caisse de prévoyance Et de retraite des avocats

Décret n 2008-355 du 11 Février 2008, relatif à l organisation et au fonctionnement de la caisse de prévoyance Et de retraite des avocats Décret n 2008-355 du 11 Février 2008, relatif à l organisation et au fonctionnement de la caisse de prévoyance Et de retraite des avocats Le Président de la République; Sur proposition du ministre des

Plus en détail

Critères d éligibilité

Critères d éligibilité Ce document vous est proposé à titre d exemple pour vous faciliter la rédaction de votre accord et ne saurait être exhaustif Ce document servira à l EXONÉRATION de la contribution Agefiph Titre de l accord

Plus en détail

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés R eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés Le droit d expression des salariés Dans toutes les entreprises (associations incluses), quel

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

REFERENTIEL DE QUALIFICATION

REFERENTIEL DE QUALIFICATION REFERENTIEL Pour l attribution et le suivi d une qualification d entreprise 11, rue de la Vistule 75013 PARIS tel 01 43 21 09 27 www.qualipropre.org Date d application : Avril 2013 1/7 SOMMAIRE 1. Objet

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

Fiche pratique : Institutions Représentatives du Personnel (IRP)

Fiche pratique : Institutions Représentatives du Personnel (IRP) REPRESENTATION DU PERSONNEL La réglementation du travail permet, au personnel des entreprises qui comptent un effectif minimum, de bénéficier d une représentation sous 4 institutions distinctes : les délégués

Plus en détail

10 Dhou El Kaada 1425 22 Décembre 2004 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 82 17

10 Dhou El Kaada 1425 22 Décembre 2004 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 82 17 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 82 17 Décret exécutif n 04-415 du 8 Dhou El Kaada 1425 correspondant au 20 décembre 2004 fixant les conditions de délivrance des autorisations d exercice

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION ACCORD

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

Règlement financier de la FFTA

Règlement financier de la FFTA Règlement financier de la FFTA Préambule : Le règlement financier de la Fédération Française de Tir à l Arc (FFTA) s inscrit dans l ensemble des dispositions législatives et réglementaires s appliquant

Plus en détail

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

Atelier thématique : Se préparer à l évaluation externe Les grandes étapes - Les pistes de réflexion. 24 Mai 2012 Ardennes - Marne

Atelier thématique : Se préparer à l évaluation externe Les grandes étapes - Les pistes de réflexion. 24 Mai 2012 Ardennes - Marne Atelier thématique : Se préparer à l évaluation externe Les grandes étapes - Les pistes de réflexion 24 Mai 2012 Ardennes - Marne PROGRAMME 1) Identifier les grandes étapes de préparation à l évaluation

Plus en détail

L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers de la filiale ACOREX AUDIT, détenue à 100 % par ACOREX CONSEIL.

L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers de la filiale ACOREX AUDIT, détenue à 100 % par ACOREX CONSEIL. RAPPORT DE TRANSPARENCE Conformément à l article R823-21 du code de commerce, les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d entités faisant appel public à l épargne ou auprès d établissements

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

Première partie. La définition des fonctions

Première partie. La définition des fonctions Première partie La définition des fonctions 4. La définition du périmètre des fonctions de la secrétaire médicale varie selon son statut, salarié ou agent de la fonction publique hospitalière, et, éventuellement,

Plus en détail