LICENCIEMENT, CÔTÉ PSY

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LICENCIEMENT, CÔTÉ PSY"

Transcription

1 Mélusine Harlé LICENCIEMENT, CÔTÉ PSY Comment faire face Apec, 2003, Éditions d Organisation, 2003 ISBN :

2 Première période LE CHOC DU LICENCIEMENT

3 ENTRE ANTICIPATION ET RÉSILIENCE Le risque de perte d emploi se situe au premier rang des préoccupations des salariés. Pour autant, lorsqu une entreprise licencie un salarié, ce dernier n en connaît pas toujours les raisons. Une ignorance qui pèse lourd dans le cœur de tous ceux qui sont «virés», «débarqués» «jetés» Car découvrir puis «accepter» les motifs qui amènent un employeur à se séparer d un salarié, constitue pour ce dernier le plus sûr atout pour retrouver un travail. Et, avant cela, accepter son statut de demandeur d emploi.

4 L ICENCIEMENT, COTÉ PSY LICENCIÉ, POURQUOI MOI? Si, plus que les autres, les seniors redoutent de se voir prématurément mis à la retraite, les plus jeunes, qui sont nombreux à avoir vu un parent «balancé comme un mouchoir jetable», savent désormais que tout parcours professionnel peut comporter au moins une période de chômage. Ils se sont donc jurés de tout faire pour ne «jamais en passer par là», ou «pas comme ça». C est que, depuis la crise de 1993, les comportements ont changé. Au fur et à mesure de l amélioration du marché, la peur du licenciement s est trouvée reléguée au troisième ou quatrième rang des préoccupations des salariés, qui ont privilégié, et continuent de le faire, l intérêt du travail, les responsabilités, un équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Ils ont même acquis et développé certains réflexes de mobilité, notamment les plus jeunes. Une mobilité qui constitue désormais «si ce n est dans les faits, du moins dans les têtes» relativiseront les professionnels des ressources humaines, l une des composantes essentielles d un parcours professionnel réussi. Mais cette volonté de mobilité, cette démarche «proactive», comme la qualifient certains consultants en ressources humaines, peut passer par une période de chômage. Y compris dans le cas d un départ volontaire. Bien sûr, lorsque l on quitte une entreprise de son propre chef, c est, généralement, pour un «mieux» en termes de poste, de mission, de salaire. En revanche, la quitter parce qu on se fait «virer», «bouler», «lourder», «jeter», «dégraisser», c est devoir se préparer à vivre une séparation que les consultants en recrutement et/ou en outplacement n hésitent pas à comparer au divorce, voire à la perte d un être cher : n évoquent-ils pas le nécessaire travail de deuil de son entreprise? D ailleurs, la violence du vocabulaire utilisé pour qualifier le licenciement en dit long sur 4

5 L E CHOC DU LICENCIEMENT l état dans lequel celui ou celle qui est licencié(e) va devoir partir à la conquête d un nouveau job! Si le licenciement est définitivement un choc qui «vous laisse sur le carreau», la difficulté à le vivre tient d abord aux motifs invoqués par l entreprise et à la relation qu entretient le salarié avec son employeur. Un départ négocié, en bons termes, étant l issue la plus souhaitable et la plus répandue : quelle que soit la cause réelle de la séparation, employeur et employé trouvent généralement une raison acceptable au regard de la loi (motif non disciplinaire) sans affecter les droits du partant. «Mon entreprise a quitté la région parisienne pour s installer dans le Nord. Mon mari ne pouvait pas me suivre, j ai été licenciée pour motif personnel et j ai pu bénéficier des allocations de chômage» raconte Elsa, ancienne responsable marketing d une société de cosmétiques. Pour elle, pas de souci, si ce n est, tout de même, celui de devoir rechercher un nouvel emploi. Pour François, l issue est différente mais également positive. Il avait accepté un poste temporaire dans l attente de pouvoir remplacer définitivement un chef comptable encore en place : «Lorsque l on m a engagé, on m a dit que j assurerais rapidement la fonction de chef comptable, l actuel occupant étant très malade depuis des années. Mais quand ce denier m a vu arriver, il s est senti beaucoup mieux! Du coup, mes perspectives d évolution se sont évanouies. Heureusement, j ai pu négocier, sans difficulté, mon départ dans de bonnes conditions». Si, quand la conjoncture est favorable, ce type de négociation a de fortes chances de pouvoir aboutir, il devient cependant beaucoup plus aléatoire quand les indicateurs virent au rouge. Pour tout licencié, la première et principale question à laquelle il faut absolument pouvoir répondre, est la suivante : qu est-ce 5

6 L ICENCIEMENT, COTÉ PSY qui pousse mon entreprise à se séparer de moi, à me licencier? La réponse n est pas toujours facile à trouver. Et cette ignorance pèse parfois très lourd dans le cœur de ceux qui ont été «virés», sans jamais avoir compris pourquoi. Regrettable. Car découvrir puis tenter d accepter les raisons qui ont amené un employeur à se séparer d un salarié, constitue pour ce dernier le plus sûr atout pour commencer dans les meilleures conditions la recherche d un nouveau job. Et, avant cela, accepter son statut de demandeur d emploi. Mais pourquoi moi? Inévitablement, la question se pose. Elle est même systématique. Et la réponse dépend en fait du moment ou intervient la séparation entre l employeur et le salarié. Si la rupture a lieu avant la fin de la période d essai, il est plus aisé d en rechercher les causes. Et de les trouver : erreur de recrutement, changement de stratégie, contexte de travail différent autant de raisons objectives qui ne mettent pas en cause le candidat. Il peut également s agir d une question de personne : le collaborateur n est pas celui que l on pensait, il n est pas en phase avec sa hiérarchie Cela apparaît vite, et il est assez facile d être clair là-dessus. De tels motifs de séparation peuvent intervenir aussi bien durant la période d essai que des années après avoir été recruté. Il est à noter que dans tous ces cas, comme la causalité apparaît, alors la situation s en ressent souvent dédramatisée ; le salarié licencié comprend que ce n est pas lui qui est en question, mais une relation de cause à effet plus ou moins indépendante de lui. Cependant, cela ne suffit pas toujours à dissiper un sentiment de culpabilité ; si l on ne saisit pas les causes du licenciement, 6

7 L E CHOC DU LICENCIEMENT que l on a déjà connu plusieurs périodes d essai infructueuses ou un premier licenciement, on comprendra peut-être alors encore moins, même si les causes de la séparation sont indépendantes de soi. Dans ce genre de situation, la séparation est perçue comme un coup de la colère des dieux. cela ressemble à de la fatalité. Voilà le type de ressentiment que peut engendrer un manque d explication. Le raisonnement n a alors plus sa place, il n explique plus rien puisque nous entrons dans le domaine de la fatalité, du mauvais sort. La prise de distance et le travail de reconstruction n en seront que plus difficiles. Et pourtant, bon nombre de licenciements ne tiennent ni à la personnalité du salarié ni à ses compétences mais s inscrivent dans une logique économique. Il faut être capable de le comprendre. JE DÉVELOPPE MA RÉSILIENCE Marks and Spencer, Hewlett-Packard, Danone, Vivendi, Moulinex, Whirpool, Gemplus, Atofina, Michelin, Daewoo, Muji, France Télécom, Giat pour ne citer que ceux-là ; les plans sociaux n ont cessé de se multiplier. On sait que les salariés concernés ne partent pas tous dans des conditions acceptables. Certes, les entreprises veillent d autant plus à assurer le reclassement des licenciés et à tirer leur épingle du jeu, que les médias se font les relais de ces «charrettes». Le Japonais Muji a, par exemple, proposé aux cinquante salariés concernés par le plan social, une indemnité de deux mois de salaire en plus du minimum légal, un préavis payé et non effectué, trois mois de cabinet 7

8 L ICENCIEMENT, COTÉ PSY d outplacement et une prime de pour ceux qui retrouveraient un emploi dans les trois mois. Partir avec un chèque Sans parler des «golden parachute» qui se chiffrent en millions d euros, d heureuses transactions peuvent exister pour qui est viré brutalement et avec maladresse après des années de bons et loyaux services! Six mois de salaire au bout de deux ans d activité, c est le «tarif prud hommal», celui que les deux parties, le salarié et le DRH ont en référence. Les jugements les plus favorables n octroient guère plus de deux années de salaire. Vous estimez devoir obtenir plus? De quels atouts pouvez-vous jouer pour faire monter l addition? : Votre entreprise est «en faute» : vices de procédure, motif de licenciement non valable, faute de votre hiérarchique (passible du pénal pour harcèlement moral, par exemple) sont autant d atouts pour négocier de belles indemnités. Vous êtes senior : difficile de retrouver un emploi à plus de 55 ans. Parce que leur reclassement est difficile, les seniors licenciés se verront reconnaître un préjudice moral plus conséquent et seront plus enclins à se voir accorder des indemnités. C est l effet, notamment, de la contribution Delalande, pénalité financière destinée à protéger ces salariés âgés du licenciement. Vous êtes déjà un collaborateur très regretté : tous vous apprécient. Et votre licenciement, qui va en surprendre plus d un, risque de porter un coup à la cohésion de l équipe voire de créer un embryon de contestation. Qui sait, une telle ferveur de la part de vos ex-collègues peut peser dans la balance 8

9 L E CHOC DU LICENCIEMENT La conjoncture est mauvaise Si le marché de l emploi recèle des opportunités, si la mobilité externe est forte, si vous êtes quasi certain de vous reclasser très vite, il y a fort peu de chances que votre entreprise vous accorde une faveur. En revanche, si les offres sont rares, les perspectives de recrutement maussades, les plans sociaux à la une des journaux, vous pouvez espérer que votre entreprise qui vous apprécie se montre plus généreuse. D autant plus que vos charges familiales sont importantes. Mauvaise pioche : last in, first out les derniers entrés risquent d être les premiers sortis et donc de ne pouvoir bénéficier de l atout ancienneté qui est à la base (prud homme et convention collective) de l indemnité de licenciement. Selon les conventions, deux années d ancienneté peuvent vous permettre d obtenir six mois de salaire. En deçà D autres employeurs choisissent de proposer à certains de leurs salariés de quitter l entreprise sur la base d un volontariat. Béatrice, chef de projet Internet, s est ainsi présentée au «guichet départ» : «Notre PDG nous a expliqué que la situation financière de l entreprise ne lui permettait plus de nous garder tous. Il a alors demandé s il y avait parmi nous, des candidats au départ. Cela faisait quelques mois que j avais envie de changer de travail, j ai saisi l occasion». Une solution qui peut faire le bonheur des uns mais pas celui des autres. Olivier Labarre, consultant chez BPI, considère que ce «volontariat» a ses limites : «J aurais tendance à préférer la désignation, car le volontariat perturbe l ensemble de la population des salariés. Imaginez un volontaire à qui l on refuse le départ. Son futur contexte de travail risque de s en ressentir». Bien sûr, les salariés licenciés dans le cadre de ces plans sociaux sont désignés sur des critères précis qui n ont aucun rapport avec leur personnalité. 9

10 L ICENCIEMENT, COTÉ PSY «On ne se sépare pas de quelqu un mais d un poste» explique un DRH. Et, en règle générale, des critères d âge, d ancienneté ou de nombre d enfants à charge peuvent, à compétences égales, désigner celui qui pourra rester et celui qui devra partir. Difficile de pouvoir prétendre échapper aux cataclysmes économiques et à leurs conséquences sur l emploi. Difficile aussi de se protéger des plans sociaux (encore que, on le verra, il y a toujours possibilité d anticiper). Difficile enfin de changer, tout seul, la donne du marché. Mais peut-on, sous prétexte d éléments «indépendants de notre volonté», se contenter de dire, par exemple, à une cohorte de jeunes diplômés qui peinent à trouver un premier emploi : «vous êtes arrivés sur le marché au mauvais moment»? Sommes-nous totalement impuissants et contraints de subir de plein fouet les impacts de tout accident de conjoncture? N y a-t-il que des «chocs» imprévisibles? On pourrait penser qu il en va différemment des licenciements individuels (ces derniers représentent approximativement les deux tiers de l ensemble des licenciements en France. Il faut savoir que la perte d emploi est plus difficile à vivre dans le cadre du licenciement individuel. L effet nombre dans le cas du plan social diminue le sentiment de culpabilité, très fort en cas de licenciement individuel.). Et pourtant : lorsqu un salarié est licencié, son premier réflexe est de se demander «pourquoi moi?», de dire qu il n a «rien vu venir», qu il était «à mille lieues de penser que» ; que «c est injuste», que l entreprise «manque de reconnaissance», qu elle agit «en traître» ; que «désormais, rien ne sera plus comme avant» C est dire avec quelle violence, à quelle profondeur, à quel degré d intimité, le licenciement peut nous toucher. Quelles armes fourbir, quels réflexes développer pour, le cas échéant, «encaisser» ce choc du licenciement? 10

11 L E CHOC DU LICENCIEMENT Anticipez En entretien de recrutement, on peut vous demander : «Vous avez été licencié Mais, dites-moi, vous n aviez rien vu venir?» Eh bien, non. On ne voit pas toujours venir. Pourtant, les conseils en carrière, les consultants en bilans de compétences ne cessent de le rappeler : aujourd hui, de nombreux salariés sont et seront touchés par des restructurations d entreprise (parfois même des réorganisations internes). Certains y perdront leur emploi. Cette nouvelle donne est à prendre en compte dans le gestion de sa carrière. Mieux vaut prévenir que guérir. Mais comment? Vous pouvez prévenir de deux manières : en tentant de saisir le bien-fondé de certaines rumeurs (n hésitez pas à questionner votre hiérarchique, votre DRH, votre DG), en lisant la presse économique (notamment si vous travaillez dans un secteur à risque comme les télécoms), en échangeant avec d autres collègues, d autres entreprises du même secteur, pour vérifier les rumeurs (ne paniquez pas dès le premier «on dit», mais ne restez pas non plus inactif) mais aussi pour commencer à prospecter. Vous pouvez également prévenir en re-dynamisant votre réseau et en faisant le point sur vos compétences : connaissez-vous, par exemple, vos homologues dans d autres entreprises, connaissez-vous les entreprises de votre secteur qui recrutent, les reconversions possibles compte tenu de vos compétences «passerelles» et «transférables» c est-à-dire celles qui vous permettront, le cas échéant, de changer de secteur d activité, etc. Anticiper, c est aussi vous préparer à vous repositionner en interne. Dans le cas d une fusion par exemple : pensez-vous que votre fonction serait particulièrement menacée, quelles opportunités pensez-vous pouvoir trouver dans d autres entités, d autres services en cas de reclassement? Si plan social il 11

12 L ICENCIEMENT, COTÉ PSY doit y avoir, accepterez-vous ou non un outplacement? Serez-vous, êtes-vous prêt à changer de région, à voir baisser votre rémunération, à saisir une proposition de départ en préretraite, un temps partiel? Le cas échéant, serez-vous suffisamment informé pour vous défendre si votre employeur tente de vous licencier de manière plus ou moins frauduleuse? Savez-vous, par exemple, que tant que vous êtes dans l entreprise, vous pouvez bénéficier d un Congé Individuel de Formation et changer d orientation? Si le plan social est mis en application, consultez la cellule d information mise en place en amont par le cabinet conseil qui a pour mission de suivre ensuite les salariés licenciés. Ce type de cellule est généralement située hors des murs de l entreprise afin de donner une liberté d expression plus grande aux salariés partants. Vous pouvez donc vous informer en toute confidentialité. Vous pouvez également soumettre aux consultants de cette cellule votre nouveau projet professionnel s il est au point. Enfin, n oubliez pas que si l employeur a pour obligation de mettre tout en œuvre pour reclasser les salariés visés par un plan social (cette obligation de moyens a été légalement renforcée : en cas de conflit ultérieur, l employeur devra justifier de ses démarches de reclassement, démarches qui, bien sûr, doivent avoir été entreprises bien en amont et non pas la veille du licenciement), les salariés doivent, de leur côté, s être préparés à saisir les opportunités proposées (ou à les refuser si l état du marché, leur profil, leur expérience, leur réseau, le leur permettent) ou à en détecter de nouvelles à l extérieur. Mais pour que cela devienne possible, il faut y avoir pensé avant! 12

13 L E CHOC DU LICENCIEMENT et favorisez la résilience Daniel F., directeur administratif et financier, a dû licencier plus d une fois dans sa carrière. S il n est pas un «nettoyeur», comme il dit, il sait bien que l on est parfois obligé d accepter de faire le «sale boulot» : «Le licenciement est un échec pour les deux parties, chacune ayant investi dans l autre. De l argent, côté entreprise ; du temps et du travail, côté salarié. En ce sens, le licenciement ne peut être qu une solution ultime». Aussi est-il est un fervent défenseur de la «gestion intelligente» des ressources humaines : «Cela passe d abord par le développement de la polyvalence de chacun des salariés. Par la suite, cette multi-compétence permettra aux salariés amenés à quitter l entreprise, volontairement ou non, de rebondir plus facilement. Idem s ils sont amenés à devoir se repositionner dans le cadre d une mobilité interne». Concrètement, Daniel F. encourage l avancée professionnelle de ses collaborateurs au quotidien : «Je teste les compétences, je propose des formations J investis du temps et de l énergie dans chaque personne qui travaille avec moi». MON ÂGE CONSTITUE-T-IL UNE MENACE? Officiellement, l âge ne compte pas parmi les motifs de licenciement. Et si les seniors sont plus absents des entreprises que d autres salariés moins âgés, c est en raison de leur relativement faible taux d activité (les préretraites et autres dispositifs ont contribué à ce qu aujourd hui, en France, un senior sur trois 13

14 L ICENCIEMENT, COTÉ PSY soit inactif). En revanche, il est vrai que plus on avance en âge, plus on risque d avoir connu une période de chômage : en 2000, selon l étude APEC Mobilité, 31 % des 50 ans et plus ont connu une période de chômage. Il est également vrai que les femmes sont plus exposées à la perte d emploi. Mais les plus jeunes ne sont pas en reste qui risquent plus facilement de se faire débarquer lors d un plan social («last in first out»), mais aussi et tout simplement en période de préavis ou en fin de CDD ou de période d essai En fait, on reste concerné par le chômage à tout âge. Ainsi cet informaticien qui, après avoir travaillé 30 ans chez un grand nom du secteur, est jugé «plus très rentable». On le remplace par un plus jeune, moins cher, plus diplômé. Difficile à «avaler»! Dans ce genre de situation, la gestion, inadaptée, des compétences, peut être pointée du doigt. Mais pas seulement : ce qui est en cause c est aussi et surtout l extrême rapidité de la transformation des techniques mises en œuvre dans l informatique. Et l obsolescence des compétences qui en résulte pour ceux qui n ont pas veillé à les actualiser. Aussi, les plus jeunes mieux formés, maîtrisant davantage ces nouvelles techniques que leurs aînés relèguent-ils de facto ces derniers au second plan voire les poussent vers la sortie. À leur tour, tout au long de leur parcours professionnel, ces jeunes sauront-ils veiller à ce que leurs compétences ne deviennent obsolètes? Beaucoup plus jeune, la trentaine, Jean-Paul est un «habitué» du licenciement. Même s il le vit plutôt bien, il se pose parfois des questions sur son adaptabilité au monde de l entreprise. Dernièrement recruté chez un distributeur pour prendre une direction de magasin, il démarre au bas de l échelle, en guise, lui explique-ton, de formation : «J ai été tour à tour, cariste, vendeur, chef de 14

15 L E CHOC DU LICENCIEMENT rayon. Après six mois de «formation», j ai été convoqué par le Directeur de la région Île-de-France. Je pensais que j allais enfin accéder au poste attendu. Eh bien non! Il me convoquait pour me dire qu il se posait un certain nombre de questions sur mon profil de poste. Attendre six mois pour en arriver là! Trois mois plus tard, on m informait que je disposais d un mois pour trouver un autre boulot, faute de quoi je serais licencié». Mais pour Jean- Paul, les choses se passent plutôt bien : l entreprise le soutient et lui offre les services d un cabinet d outplacement. Pas de ressentiment. Juste quelques questions, quand même : Jean-Paul détonnet-il par rapport aux critères habituels de recrutement de l entreprise? A-t-il commis une faute en laissant transparaître que le travail n est pas, pour lui, une fin en soi, mais un moyen de vivre? Et puis - il n en a jamais parlé au travail- il dirige une association et fait de la musique : «Ils ont dû penser que je n avais pas le profil d un commercial, j ai sans doute trop de personnalité» imaginet-il. Malgré ces questions sans réponse, Jean-Paul vit plutôt bien cette séparation. Un changement qui lui permettra de démarrer ailleurs de nouvelles aventures, plus motivantes. Il en est certain : «À chaque fois que je quitte une entreprise, je finis toujours par trouver mieux. Par «mieux», je n entends pas nécessairement mieux payé, mais plus passionnant, plus formateur... Et jusqu à présent, j ai toujours gagné au change!» Le licenciement vécu comme un coup de booster, on n ose y croire. Le cas est rare et le réflexe loin d être répandu. Mais il traduit cependant, à sa façon, la profonde mutation des rapports de travail entre un salarié et son entreprise. Les vagues de licenciements qui ont plombé les premières années de la décennie 1990 (en revanche, les années ont été marquées par une forte croissance de l emploi cadre) ont poussé les salariés à prendre une réelle distance avec leur employeur. On ne 15

16 L ICENCIEMENT, COTÉ PSY s implique plus de la même manière, on prend du temps pour soi, pour sa famille. On joue la carte de l efficacité jusque dans le changement volontaire d entreprise. Si ce changement de mentalité se révèle positif, il doit, pour perdurer, devenir contagieux, pouvoir se nourrir des opportunités du marché. Aussi suffit-il que les indicateurs repassent au rouge pour que la frilosité se réinstalle. C est bien connu : quand le marché de l emploi est au beaux fixe, les salariés n ont en tête qu une préoccupation : gagner en responsabilité, quitte à changer d entreprise. Que le marché de l emploi fasse grise mine et cette préoccupation première devient : éviter le licenciement! Économique, déguisé, forcé le licenciement est l étape de carrière la plus difficile à vivre. La confiance en soi, voire l insouciance qu affiche Jean-Paul reste un cas isolé. Si, de surcroît, on se sent accusé de fautes que l on a pas commises, si l on ne comprend pas pourquoi on est licencié, on peut vivre la séparation d avec son entreprise, ses collègues, comme une injustice, une souffrance. Le «bon» entretien de licenciement Licencier, c est toujours douloureux, expliquent ceux qui ont eu à le faire. Aussi, tant que faire se peut, «il faut que l entretien individuel de licenciement soit bon», explique Olivier Labarre, consultant chez BPI. Un bon entretien de licenciement? Pourquoi pas. Certains cabinets conseils ne proposent-ils pas au management des formations pour «bien licencier»? Un bon entretien de licenciement, du côté de ceux qui vous remercient, c est d abord un manager «calme et bien préparé. Ferme sans être odieux. Il a listé tout ce qu il va dire à son collaborateur. Et il dira le maximum sans rien cacher» explique Antoine, directeur des ventes d une société 16

17 L E CHOC DU LICENCIEMENT de textile, qui a dû licencier à plusieurs reprises. Mais quel «maximum»? Dire toute la vérité n est pas toujours nécessaire ni utile, bien sûr. Cependant, consultants et managers estiment que l équipe dirigeante qui licencie doit donner au partant toutes les chances de comprendre pourquoi il a été licencié. «Concrètement, il faut expliquer le déroulement du licenciement : les étapes, les droits du partant et pourquoi l entreprise le licencie» avance Joëlle Bianchini, chef de mission reclassement à la Sodie, un cabinet d outplacement. Et d ajouter : «Si le partant comprend le pourquoi et le comment de son licenciement, il se sentira plus rassuré. Surtout, il pourra en parler autour de lui, notamment à sa famille». Cette dernière remarque est importante. On sait la nécessité -et la difficulté- qu il y a à pouvoir parler de son licenciement. Mais cela ne suffit pas toujours à dépasser le sentiment d échec, répandu. Antoine considère, par exemple, que le manager doit pouvoir guider son salarié vers le futur. «À chaque licenciement que j ai dû effectuer, j ai questionné le salarié sur ses attentes pour le futur. Il faut pouvoir mettre en place un dialogue constructif.» Même en cas d échec réel de la collaboration, le manager peut aider son collaborateur à y voir plus clair : «Ce n est pas parce que je n ai pas pu travailler avec untel que ce dernier n est pas bon. Cette difficulté peut tout simplement résulter de points de vue divergents. Même les conflits de pouvoir, dont on parle rarement, peuvent être clairement identifiés» ajoute Antoine. Enfin, quel que soit le motif du licenciement, l équipe managériale ne doit pas cultiver le sentiment d échec du collaborateur partant. «Bien au contraire!» s exclame Antoine. «Les managers sont ceux qui connaissent le mieux les qualités et les défauts de leurs collaborateurs. Ils doivent les aider à discerner les atouts des handicaps, à gommer leurs défauts, à cultiver leurs qualités et les guider jusqu au bout pour qu ils puissent repartir du bon pied.» 17

18 L ICENCIEMENT, COTÉ PSY Même dans le cas d un plan social qui concerne plusieurs centaines de personnes et qui obéit à une décision politique ou financière, les salariés licenciés se sentent souvent fautifs, incompétents, nuls. Est-il besoin de répéter, comme le Comte de Valmont dans Les liaisons dangereuses, «ce n est pas ma faute»? Il existe des raisons extérieures, objectives, qui n ont absolument rien à voir avec vos compétences, votre savoir-faire, votre savoir-être. Encore faut-il cerner ces raisons, écarter la fausse certitude qui consiste à croire que : «s ils vous avaient vraiment apprécié, ils vous auraient gardé». Car ce n est jamais aussi simple. CONSEILS PRATIQUES Informez-vous Pour toute information sur une procédure de licenciement, contactez : les représentants du personnel dans votre entreprise ; une organisation syndicale de votre choix ; l inspection du travail ; la Direction Départementale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle (DDTEFP) ; les services info-emploi du Ministère des affaires sociales, de l emploi et de la solidarité. 18

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

A Absence lors de la journée de solidarité... 3

A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Partie 1 - L actualité 2011.... 1 A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Absence pour maladie sans justification... 9 Absences répétées pour maladie et évolution professionnelle.... 10 Accident

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs?

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? Fournir du personnel intérimaire spécialisé dans le domaine de la comptabilité et des finances, c est notre métier. Mais

Plus en détail

Chapitre 5 Le départ du salarié

Chapitre 5 Le départ du salarié Chapitre 5 Le départ du salarié Introduction Le départ du salarié entraine une rupture du contrat de travail, prise à l initiative soit - de l employeur : licenciement pour motif personnel ou économique

Plus en détail

www.cercledoutremanche.com

www.cercledoutremanche.com SOUPLESSE DU DROIT DU TRAVAIL : LE DIVORCE ECONOMIQUE SANS FAUTE En France, 10 000 emplois sont détruits et 10 000 emplois sont créés chaque jour. L économie de marché est donc bien là. Or il n est possible

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL La rupture met un terme définitif aux obligations des parties. La suspension entraîne un arrêt momentané à l'issu duquel le contrat reprend son cours. La rupture

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 3 Droit social 2 e ÉDITION Marie-Paule Schneider Maryse Ravat Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

La subordination est le critère de qualification du contrat de travail La subordination économique constitue un indice de la subordination juridique

La subordination est le critère de qualification du contrat de travail La subordination économique constitue un indice de la subordination juridique Travaux dirigés de droit du travail, 3 ème année de Licence de droit, année 2011-2012 1 ère séance - Le lien de subordination Cass. Soc. 13 novembre 1996, n 94-13187 Cass. Soc. 19 décembre 2000, n 98-40572

Plus en détail

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» Julie.coquille@tns-sofres.com / 01 40 92 66 03 Mathilde.tommy-martin@tns-sofres.com 01

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Aujourd hui, il est consultant dans les domaines de Paie, Déclarations et Ressources Humaines.

Aujourd hui, il est consultant dans les domaines de Paie, Déclarations et Ressources Humaines. Emploi Salarié Retraité Document réalisé par Albert CREPALDI, septembre 2008 Présentation : Albert CREPALDI a passé toute sa carrière depuis 1970 dans le monde du service paie et RH, au sein d une grande

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 FAUTE LOURDE Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 Constitue une faute lourde le fait pour le salarié d'un hôtel de supprimer les comptes Facebook et Twitter de l'établissement, l'impossibilité

Plus en détail

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Développer, Optimiser, Maintenir la Performance de lhomme et de lentreprise PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Le «Risque Social» doit être pris en charge comme nimporte quel autre type

Plus en détail

Marie-Dominique PUJOL. Ressources humaines. La boîte à outils de l entrepreneur. Deuxième édition

Marie-Dominique PUJOL. Ressources humaines. La boîte à outils de l entrepreneur. Deuxième édition Marie-Dominique PUJOL Ressources humaines La boîte à outils de l entrepreneur Deuxième édition, 2000, 2003 ISBN : 2-7081-2897-3 La recherche de compétences Chapitre 1 «En dernière analyse, l art de diriger

Plus en détail

Questions sociales : Droit du travail

Questions sociales : Droit du travail Université Montesquieu-Bordeaux IV Institut d Etudes politiques de Bordeaux Prép ENA 2004-2005 O. PUJOLAR, Maître de conférences Questions sociales : Droit du travail Répartition des Fiches - Exposés 2004-2005

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) indemnisation L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus Pour qui? Pour vous si : vous n avez pas atteint

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Le présent protocole d accord crée un Compte Epargne Temps au sein de SGS et en définit les règles de fonctionnement et de gestion. Ce dispositif s

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence Justice alternative Lac-Saint-Jean Printemps 2013 OBJECTIFS Démystifier la problématique violence. Promouvoir les solutions pacifiques en matière de résolution de

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC SOUTIEN, DÉVELOPPEMENT, REPRÉSENTATION L APER EST LA

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations 11ème Université Interprofessionnelle Mercredi 25 septembre 2013 Espace Tête d Or - Villeurbanne Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations Atelier n 1 Audit social et diagnostic

Plus en détail

A LA UNE JANVIER 2015

A LA UNE JANVIER 2015 JANVIER 2015 Toute notre équipe vous souhaite une belle et heureuse année 2015 et vous remercie, toutes et tous, pour votre fidélité sans laquelle nous ne serions pas là. Nous voici donc repartis pour

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

La mutation et. la mobilité géographique. Ce que dit l accord signé chez Maaf. Principes généraux

La mutation et. la mobilité géographique. Ce que dit l accord signé chez Maaf. Principes généraux La mutation et la mobilité géographique Mise à jour septembre 2014 Ce que dit l accord signé chez Maaf Principes généraux (Accord sur la mobilité professionnelle du 5 décembre 2002) La mobilité constitue

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Le contrat de travail. ... en survol

Le contrat de travail. ... en survol Le contrat de travail... en survol AVERTISSEMENT Cette brochure de vulgarisation expose des réglementations parfois complexes. Dès lors, il se pourrait que certains cas spécifiques n y soient pas traités.

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/04/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 mars 2014 N de pourvoi: 12-21136 ECLI:FR:CCASS:2014:SO00660 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Lacabarats (président),

Plus en détail

Un cadre peut critiquer les choix stratégiques de son employeur. CA Rennes 29 mars 2011 n 09/07914, 5e ch. prud., Sarl Dimail c/ L.

Un cadre peut critiquer les choix stratégiques de son employeur. CA Rennes 29 mars 2011 n 09/07914, 5e ch. prud., Sarl Dimail c/ L. Un cadre peut critiquer les choix stratégiques de son employeur CA Rennes 29 mars 2011 n 09/07914, 5e ch. prud., Sarl Dimail c/ L. Il ne saurait être reproché à un cadre d'exprimer son désaccord avec la

Plus en détail

Vacances, j oublie rien! Partie 2/2

Vacances, j oublie rien! Partie 2/2 Vacances, j oublie rien! Partie 2/2 Ce mois-ci, nous présentons d abord les régimes spécifiques de vacances annuelles : plus précisément le droit aux vacances européennes, vacances jeunes et vacances seniors.

Plus en détail

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm. Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.com Accord national du 13 novembre 2014 relatif à la formation

Plus en détail

BTS CE1 DROIT EVALUATION N 3 Cas de synthèse /Thème 1/L individu au travail

BTS CE1 DROIT EVALUATION N 3 Cas de synthèse /Thème 1/L individu au travail BTS CE1 DROIT EVALUATION N 3 Cas de synthèse /Thème 1/L individu au travail MISE EN SITUATION La SA IMPRESSIONS COULEURS est une imprimerie, fondée par M. Pierreta, qui réalise des travaux d impression

Plus en détail

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal)

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal) Régimes social et fiscal des indemnités de rupture du contrat de travail au 1 er janvier 2012 Indemnité compensatrice de préavis, de congés payés, de RTT non pris ; indemnité de non-concurrence Assujettie

Plus en détail

Guide Compte-Epargne-Temps

Guide Compte-Epargne-Temps Juillet 2000 Guide Compte-Epargne-Temps - Nos analyses et positions - Les textes et nos commentaires. Un peu d'histoire... La création du Compte Epargne-Temps remonte à la loi du 25 juillet 1994, le compte

Plus en détail

Etude de Rémunérations

Etude de Rémunérations 2014 Finance & Comptabilité Etude de Rémunérations Sommaire La tendance du marché de l emploi en Finance & Comptabilité...3 A propos de notre étude de rémunérations...5 La fidélisation et le recrutement

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL La FGTB a mené une enquête auprès de 4947 personnes (réponses valides) entre le 10 mars et le 3 avril sur la base d un questionnaire établi

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) INDEMNISATION L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les moins de 50 ans L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les moins de 50 ans Pour qui? Pour vous si : vous avez travaillé

Plus en détail

Mes droits aux vacances. ... en survol

Mes droits aux vacances. ... en survol Mes droits aux vacances... en survol AVERTISSEMENT Cette brochure de vulgarisation expose des réglementations parfois complexes. Dès lors, il se pourrait que certains cas spécifiques n y soient pas traités.

Plus en détail

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Anne Kolasinski Coach de Vie certifiée Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Prendre vos fonctions Atteindre vos objectifs Améliorer vos performances Renforcer

Plus en détail

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

L importance de la fonction RH dans les organisations

L importance de la fonction RH dans les organisations ENSAIA, 2ème année - RH L importance de la fonction RH dans les organisations Organisation de la présentation I. Introduction : la fonction RH dans l organisation II. Présentation des missions de la GRH

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

AMUNDI Les Jeunes actifs et la retraite - Vague 3-2010

AMUNDI Les Jeunes actifs et la retraite - Vague 3-2010 AMUNDI Les Jeunes actifs et la retraite - Vague 3-2010 Résultats de l étude TNS Sofres / Présentation Frédéric Chassagne 7 juin 2010 FICHE TECHNIQUE Étude barométrique réalisée pour AMUNDI Échantillon

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

AVENANT DU 6 AVRIL 2006

AVENANT DU 6 AVRIL 2006 Direction des Ressources Humaines et des Relations Sociales Direction du Développement Social Compte Epargne Temps AVENANT DU 6 AVRIL 2006 13/04/06 1 Sommaire PREAMBULE...3 ARTICLE 1 : CHAMP D APPLICATION...3

Plus en détail

ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS (7BB) ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS Entre les parties L UNITE ECONOMIQUE ET SOCIALE UES du GROUPE MALAKOFF représentée par Monsieur Stéphane ROSTAND Directeur des Ressources Humaines Et Les représentants

Plus en détail

L ordinateur et votre enfant

L ordinateur et votre enfant L ordinateur et votre enfant Nous nous trouvons présentement dans une ère où les appareils électroniques font partie intégrante de la vie des enfants. Cela a mené beaucoup d effets positifs au plan des

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL I. Introduction Le contrat de travail définit les conditions de travail et de rémunération du salarié. Il ne peut être contraire à la loi, aux conventions collectives ou aux usages

Plus en détail

Support de documentation

Support de documentation RENCONTRE THÉMATIQUE Management, Objectifs et Evaluation Support de documentation L un des 1 ers enjeux dans la gestion des hommes réside dans une meilleure approche de la fixation d objectifs et de l

Plus en détail

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB Coordination intérim Ensemble, on est plus fort contenu au travail p. 5 le contrat de travail p. 6 salaire et avantages p. 7 primes p. 8 durée du travail p. 10 santé

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DE MODIFICATION DES LOIS EN VUE DE L ADOPTION DU PROJET DE LOI 77, LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

La recherche d'une entreprise d'accueil

La recherche d'une entreprise d'accueil La recherche d'une entreprise d'accueil Comment faire ses démarches par téléphone! Ce document vous apporte quelques conseils ainsi que la démarche générale pour prendre contact avec les entreprises et

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

L essentiel. de nos solutions

L essentiel. de nos solutions L essentiel vous propose des solutions globales de conseil en développement des ressources humaines. Notre équipe, de consultants seniors, seniors met ses compétences au service de vos ambitions avec un

Plus en détail

Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifi que afi n de

Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifi que afi n de Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifique afin de vérifier mes compétences. Est-ce possible? Cette mise en situation est-elle rémunérée? 1 Oui,

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr Fiche à jour au MATIERE : Droit du travail Auteur :Stéphanie ARIAGNO PRACCA I. Cas pratique

Plus en détail

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel?

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? SOMMAIRE L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? L alcool peut-il être toléré dans l entreprise? Que faire face à l état d ivresse d un salarié? Un salarié en état d ébriété

Plus en détail

Vous êtes à nouveau à la recherche d un emploi? Vous vous posez probablement un tas de questions : Votre inscription

Vous êtes à nouveau à la recherche d un emploi? Vous vous posez probablement un tas de questions : Votre inscription Vous êtes à nouveau à la recherche d un emploi? Vous vous posez probablement un tas de questions : > Comment m inscrire en tant que chercheur d emploi? > Où trouver des offres d emploi appropriées? > Comment

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA CAISSE D EPARGNE DE BOURGOGNE FRANCHE COMTE

ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA CAISSE D EPARGNE DE BOURGOGNE FRANCHE COMTE ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA CAISSE D EPARGNE DE BOURGOGNE FRANCHE COMTE 1 Entre La Caisse d Epargne de Bourgogne, dont le siège social est situé 1, Rond-Point de la Nation

Plus en détail

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 28 JUIN 2012 A 0H01 Les études de l emploi cadre juin 2012 Bilan de la mobilité des cadres en 2011 Perspectives

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle les infos DAS - n 035 12 février 2015 La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle Le 26 janvier 2015, les partenaires sociaux ont conclu une nouvelle convention relative

Plus en détail

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts Sommaire Préface...p.3 Définition et types de conflit d intérêts...p.4 Comment identifier un conflit d intérêts...p.6 Exemples

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage

Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage Quand on est senior et qu on perd son emploi, on sait que le parcours pour regagner le monde du travail en tant que salarié, sera un parcours

Plus en détail

Maître Laetitia CANTOIS AVOCAT au Barreau de Caen 6 rue Samuel Bochard 14000 CAEN Tel : 02,31,23,96,26 Port : 06,87,193,293 Fax : 02,31,23,96,26 Site

Maître Laetitia CANTOIS AVOCAT au Barreau de Caen 6 rue Samuel Bochard 14000 CAEN Tel : 02,31,23,96,26 Port : 06,87,193,293 Fax : 02,31,23,96,26 Site Maître Laetitia CANTOIS AVOCAT au Barreau de Caen 6 rue Samuel Bochard 14000 CAEN Tel : 02,31,23,96,26 Port : 06,87,193,293 Fax : 02,31,23,96,26 Site internet: www,avocat-cantois,fr Mail : avocat_cantois@yahoo.fr

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

- Dossier de presse -

- Dossier de presse - - Dossier de presse - Janvier 2014 Sommaire I. Valérie Moissonnier & l Institut du Selfcoaching 1. Valérie Moissonnier : son parcours et son blog RadioCoaching 2. L équipe de l Institut du Selfcoaching

Plus en détail

Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014

Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014 Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014 Cela n a rien de nouveau : depuis longtemps, vous cherchez à améliorer les performances de l entreprise en collectant des données, en les recoupant et

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes Date limite de renvoi des dossiers complétés : 6 novembre 2013, par mail à l adresse contact@grandprix-distributionresponsable.com Nom de l initiative:

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA,

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 06/00232 Président : M. THIBAULT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 20 Avril 2007 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : -

Plus en détail

L union fait la force

L union fait la force L union fait la force faire la différence Vous faites la différence Vous faites la différence En tant que membre, vous êtes toujours au cœur de nos préoccupations. Ensemble, nous unissons nos efforts pour

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Bernard Gomel. Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi?

Bernard Gomel. Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi? Bernard Gomel Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi? Pour Bernard Gomel, le marché de l emploi en général est confronté à un risque d individualisation de la relation d

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail