Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale"

Transcription

1 A Paris, le vendredi 07 septembre, REEXAMEN DU REGIME DE L UE APPLICABLE AU SECTEUR DES FRUITS ET LEGUMES - CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES OPTIONS PROPOSEES ET L'EVALUATION DE LEURS INCIDENCES Contribution de JEUNES AGRICULTEURS Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale Numéro d'identification de au registre de transparence :

2 Ce document s inscrit en réponse à la consultation publique lancée par la Commission européenne le 04 juin 2012, dans le cadre du réexamen du régime de l UE applicable au secteur des fruits et légumes. L Organisation Professionnelle Agricole (OPA) à vocation syndicale, (JA) saisit cette opportunité pour renforcer les propositions d évolution des soutiens au secteur F&L. Vous trouverez dans ce document les éléments de réponse portés par JA. Bien que le secteur F&L fût l objet d une réforme en 2007 récemment mise en place, certains éléments peuvent d ores et déjà venir s intégrer dans la réflexion sur la future OCM. Ainsi JA souhaite apporter plusieurs éléments ou renforcer ceux proposés dans le document de consultation de la Commission européenne : 1. Des soutiens au secteur F&L encore limités 2. Des soutiens pour les plus jeunes entrepreneurs pas assez attractifs 3. Une organisation économique indispensable, encore trop faible 4. Maintenir et renforcer les programmes opérationnels est indispensable 5. Des OP/AOP/AOPn limitées dans leurs missions et actions : plus de poids et de liberté sont indispensables 6. La nécessité de revoir un droit de la concurrence inadapté au secteur des fruits et légumes 7. Des mesures de prévention et de gestion des crises inadaptées 8. Un encadrement des marges doit être renforcé à chaque maillon de la filière 9. Un manque d harmonisation des règles européennes 10. Des produits importés en contradiction avec le cadre règlementaire européen 11. Des accords bilatéraux pénalisants 12. Renforcer le dispositif des prix d entrée 13. Une connaissance des marchés encore trop faible 14. Des producteurs indépendants toujours exclus du régime d aide 15. En conclusion, les premiers éléments de réponse apportés par aux différentes options envisagées par la commission

3 1. Des soutiens au secteur F&L encore limités Bien que l enveloppe dédiée aux programmes opérationnels ne soit pas fermée, le secteur des fruits et légumes, représentant près de 16% de la valeur de la production agricole européenne, se voit allouer moins de 2% des fonds du premier pilier au titre du FEAGA. Les filières F&L répondent à de nombreux enjeux environnementaux (durabilité), sociaux (création d emplois) et sociétaux (santé publique lié à la consommation de F&L), ce qui légitimerait en notre sens davantage de soutiens au secteur. 2. Des soutiens pour les plus jeunes entrepreneurs pas assez attractifs A l image de la bonification du taux de cofinancement dans le cadre de la pratique d une agriculture biologique (60% UE, 40% OP), à soutenir soit dit en passant, souhaiterait voir un tel ratio mis en place pour accompagner les jeunes installés dans le secteur des F&L qui sont sous le coup de lourds investissements et qui doivent encore faire face aux aléas économiques et climatiques, qui peuvent être lourds de conséquences. La mise en place d une bonification favoriserait également le renouvellement des générations dans le secteur des fruits et légumes, de plus en plus vieillissant, en raison de nombreuses contraintes liées au secteur. 3. Une organisation économique indispensable, encore trop faible L'organisation du secteur de la production de fruits et de légumes doit demeurer une priorité, d autant plus que, comme précisé par la commission, le taux d'organisation au niveau UE a augmenté de 9 points au cours de la période (de 34 % à 43 %) sans accélération significative après la réforme de Au niveau français le taux d organisation est aux alentours de 50% de la valeur commercialisée. Bien que satisfaisant, ces chiffres sont encore trop faibles, entrainant un manque de pouvoir de négociation face au secteur de la distribution qui représente actuellement près de 75% de la production commercialisée en France. Nous devons continuer sans cesse d organiser nos filières. 4. Maintenir et renforcer les programmes opérationnels est indispensable Les programmes opérationnels permettent un réel développement des OP et de leurs adhérents dans la mise en place d outils pérennisant les exploitations. Renforcer ce soutien semble pertinent pour solidifier des structures encore trop faibles dans un secteur difficile. Cependant, laisser plus de liberté et de marge de manœuvre aux OP dans la mise en place des programmes opérationnels parait indispensable pour optimiser leur développement ainsi que celui des OP. D autre part, parce que le secteur des Fruits & Légumes répond aux attentes environnementales des propositions législatives de la PAC ; parce qu il y a aussi des jeunes agriculteurs qui s installent encore dans le secteur ; parce qu il y a aussi des exploitations arboricoles et

4 maraichères dans des zones à handicaps naturels ; le secteur ne doit pas être exclu du régime général du premier pilier et de ses différentes composantes, tout en maintenant les fonds alloués aux programmes opérationnels indispensables, bien qu encore insuffisants au développement des filières F&L. 5. Des OP/AOP/AOPn limitées dans leurs missions et actions : plus de poids et de liberté sont indispensables est convaincu qu une représentation par produit, permettant d avoir des problématiques communes, faciliterait le dialogue. Dans ce sens, le point qui nous parait essentiel dans un premier temps est de donner encore plus de poids et de marges de manœuvre aux AOPn. JA avait encouragé leur création, et les a soutenues. Cependant, aujourd hui il faut clairement envisager de renforcer leurs moyens et leurs missions. Le cadre de fonctionnement de ces structures doit être amélioré, en mettant en place des outils de coordination entre producteurs, de définition de prix au niveau collectif, tout en renforçant les outils de contractualisation. En parallèle, un assouplissement, voire une modification des droits de la concurrence semblerait pertinente pour favoriser le développement des OP/AOP/AOPn, et ainsi leur permettre de travailler ensemble, donc d avoir un poids plus important dans les relations commerciales (cf. point 6.) D autre part, nous préconisons de donner aux AOPn les moyens de mettre en place de larges campagnes de promotion sur les fruits & légumes, ainsi que leur permettre d intégrer l origine France lors de ces campagnes, dans le but de favoriser la mise en avant des produits français. Nous pensons que les AOPn doivent devenir des acteurs économiques structurants et incontournables pour les filières de fruits et légumes. 6. La nécessité de revoir un droit de la concurrence inadapté au secteur des fruits et légumes Par la définition même du mécanisme des programmes opérationnels destinés uniquement aux producteurs organisés, la commission européenne incite l organisation de la production et des producteurs, en OP ou AOP. D autre part, les difficultés auxquelles doivent faire face le secteur des fruits et légumes (produits fragiles, périssables et substituables entre eux) incitent les producteurs à se renforcer et à se regrouper pour accroitre leur pouvoir de négociation face aux acheteurs. En revanche, la réglementation communautaire impose de vérifier la position dominante sur le marché pertinent pour permettre la reconnaissance d une OP. Or cette notion donne lieu à des interprétations et des blocages néfastes à l organisation des producteurs. Une clarification est nécessaire. D autre part, le marché pertinent doit être considéré comme étant communautaire de fait et non intra-communautaire.

5 Le droit de la concurrence ne doit plus être une source d insécurité juridique pour les OP et AOP, mais doit permettre une vraie organisation de la filière et un rééquilibrage des forces. L organisation économique et de marché est un facteur nécessaire mais malheureusement encore insuffisant tant que le droit de la concurrence est appliqué, tel que défini actuellement, dans le secteur des fruits et légumes. 7. Des mesures de prévention et de gestion des crises inadaptées Les outils de gestion de crise doivent être améliorés dans leur mise en œuvre, qu il s agisse du retrait, de la non-récolte ou encore de la récolte en vert. Les procédures de retrait du marché européen des produits qui ne peuvent pas être vendus doivent être maintenues pour les situations exceptionnelles, sur des critères objectifs à définir. Pour permettre une efficacité optimale de ces procédures sur l évolution du prix de la production, le retrait doit être coordonné, et à la hauteur d un prix référence défini pour chaque pays, qui tiendrait compte du coût de production au sein de ces mêmes Etats membres. Outre les mesures de retrait, une aide au stockage en cas de crise, pour les produits le permettant, favoriserait la capacité de gestion en cas de crise exceptionnelle. D autre part, il faut encourager la mise en place d un fonds de mutualisation. La mise en place de fonds de mutualisation pourrait, en cas de crise conjoncturelle, donner de la visibilité et permettre d assurer un chiffre d affaire, un revenu et une pérennité aux producteurs, et ce, d autant plus pour les jeunes sous le coup de lourds investissement. Ces fonds pourraient être également abondés par les programmes opérationnels qui ne peuvent aujourd hui uniquement prendre en charge les frais administratifs liés. Concernant l assurance récolte en tant que telle, même si le mécanisme reste positif, car tous les producteurs, individuels ou en OP, y ont accès, il faut le faire évoluer afin de proposer des produits assurantiels adaptés, encourageants et non prohibitifs, et ce au sein de tous les territoires, même les plus exposés aux différents risques climatiques. Prévenir les crises, c est gérer davantage le marché, un point essentiel qui doit être un des objectifs prioritaire de la commission. Un paquet global «prévention des risques» à tous les niveaux (sanitaire, climatiques, revenu) semble pertinent. 8. Un encadrement des marges doit être renforcé à chaque maillon de la filière Afin d éviter les dérives courantes au sein de l aval des filières, les marges pratiquées par les différents acteurs de la transformation et de la distribution doivent être bornées afin d encadrer au maximum le prix final proposé aux consommateurs. Ce mécanisme permettrait aux

6 consommateurs d acheter leurs produits au juste prix, rémunérateur à chaque maillon de la filière, et tenant compte du coup de production. Il n est pas concevable que les producteurs et les consommateurs soient pris en otage par les pratiques abusives des plus puissants. 9. Un manque d harmonisation des règles européennes Si le cadre règlementaire de l OCM Fruits et Légumes est communautaire, il n en est pas moins que son application reste diverse selon les Etats membres. Nous demandons que la commission européenne revoie sa copie et impose une harmonisation européenne sur les trois volets social, environnemental et sanitaire, afin de pouvoir évoluer sur un marché où la concurrence y est saine et loyale. 10. Des produits importés en contradiction avec le cadre règlementaire européen Allant plus loin sur ce sujet, il semble inconcevable que les produits entrants sur le territoire européen ne soient pas soumis et imposés au respect de la règlementation européenne, toujours sur l ensemble des volets social, environnemental et sanitaire. De fait une concurrence malsaine et déloyale en est le résultat inévitable. La commission européenne doit retravailler les normes que doivent respecter les produits importés, toujours avec pour objectif une harmonisation de la règlementation. 11. Des accords bilatéraux pénalisants Les accords d association entre l Union européenne et le Maroc ont permis, depuis plus de 10 ans, une quasi-libéralisation des échanges des produits agricoles et de pêche entre l Union européenne et le Royaume du Maroc Cela contribue à mettre à mal le secteur des Fruits et Légumes, et en particulier les jeunes agriculteurs qui viennent d'investir lourdement. Le manque de visibilité économique que subissent déjà les jeunes agriculteurs ne sont pas ménagés par ces accords qui ont pour conséquence une sévère déstabilisation des marchés, dans un secteur déjà fortement malmenée par les crises à répétition. La ratification de tels accords : entache les efforts des producteurs pour organiser et développer une filière de production si précieuse en matière d emplois et de développement durable qui répond aux attentes des consommateurs européens ne sert pas les plus modestes paysans marocains, écrasés par la domination de structures très importantes. 12. Renforcer le dispositif des prix d entrée Dans un contexte actuel fragile pour le secteur, il convient de renforcer les mécanismes de prix d entrée pour les produits d importation. La maitrise des flux d entrée facilitera la gestion des crises, récurrentes dans le secteur.

7 Outre le mécanisme des prix d entrée, un calendrier drastique de commercialisation des produits doit venir renforcer la périodicité des droits d entrée afin d éviter tout télescopage avec la production communautaire et française. 13. Une connaissance des marchés encore trop faible Une meilleure connaissance européenne de l offre et de l estimation de la demande est nécessaire afin d éviter le télescopage sur le marché des produits d origines différentes, et de permettre de maintenir un prix de vente équitable pour les producteurs. 14. Des producteurs indépendants toujours exclus du régime d aide Les soutiens de l'ue étant octroyés exclusivement par les organisations de producteurs, les associations d'organisations de producteurs et les groupements de producteurs, une part significative des producteurs de fruits et légumes restent exclu des soutiens octroyés au titre du FEAGA. Même si l organisation économique et le regroupement de l offre doit rester une priorité, écarter tant de producteurs du régime d aide prête à réflexion. L association des indépendants aux activités des OP serait envisageable en certains points : gestion des risques, gestion des crises. L accompagnement des investissements restant possible dans le second pilier, notamment pour le développement des circuits courts. Enfin, afin de permettre aux Marchés d Intérêt National d exister et de se développer, parce qu ils sont des plateformes publiques d intérêt général permettant aux producteurs du secteur de se développer, nous pourrions envisager une association avec les OP sur les activités de promotion et de marketing des fruits et légumes.

8 15. En conclusion, les premiers éléments de réponse apportés par aux différentes options envisagées par la Commission Option 1 Statu quo La récurrence des crises dans le secteur nous montre que les programmes opérationnels doivent évoluer en certains points pour être encore plus efficace et structurels au sein de la filière. Option 2 (A) Option 2 (B) Option 2 (C) Option 2 (D) Option 3 Option 4 Renforcer les organisations de producteurs Soutenir les nouvelles formes de coopération Encourager la coopération entre les organisations de producteurs et les producteurs individuels Soutenir les producteurs individuels dans les régions où le niveau d'organisation est faible Transférer certaines mesures vers la politique de développement rural Procéder au transfert total vers le second pilier L ensemble des options 2 semble les plus intéressantes. Nous devons maintenir les PO en les faisant évoluer pour plus d efficacité Ces deux options de transfert des soutiens vers le second pilier ne semblent pas répondre aux enjeux de la filière. Nous devons conserver des outils structurants pour la filière que sont aujourd hui les programmes opérationnels

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES Contexte et Objectifs : La commercialisation et la promotion des produits agricoles locaux dans le contexte actuel s effectuent avec plus de succès si des

Plus en détail

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon Par Florence FOREST, DRAAF Cindy SCHULTZ, Conseil Régional L-R En termes de bilan sur l année 2010, les interventions

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES -

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - RMI(11)9833:8 Bruxelles, le 20 avril 2012 LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - Réaction des agriculteurs et des coopératives agricoles de l'ue aux propositions législatives

Plus en détail

AVIS DU SECTEUR AGRICULTURE DE L EFFAT SUR LA REFORME DU SECTEUR VITIVINICOLE DANS L UNION EUROPEENNE 1

AVIS DU SECTEUR AGRICULTURE DE L EFFAT SUR LA REFORME DU SECTEUR VITIVINICOLE DANS L UNION EUROPEENNE 1 AVIS DU SECTEUR AGRICULTURE DE L EFFAT SUR LA REFORME DU SECTEUR VITIVINICOLE DANS L UNION EUROPEENNE 1 Les quelque 1,5 millions d exploitations viticoles et vinicoles de l Union européenne emploient plus

Plus en détail

La nouvelle PAC 2014-2020 et ses modalités d application en France

La nouvelle PAC 2014-2020 et ses modalités d application en France La nouvelle PAC 2014-2020 et ses modalités d application en France Gilles Bazin, Professeur AgroParisTech UFR Agriculture comparée et Développement agricole Académie d Agriculture de France 6 novembre

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020 Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Toutes les politiques

Plus en détail

Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité

Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité Auteurs : Antoine JAN Blezat Consulting Florence GALLOIS BRIDE OC2 Consultants Février 2014 Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité Synthèse Coordination

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations de Services?

Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations de Services? Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de prestations de services? 1 Note technique Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES Synthèse du rapport relatif au contrôle de la gestion de L Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) Janvier 2016 SYNTHESE Présentation L Office

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS Etude réalisée par Maître Bonnefoi Docteur d Etat en Droit Docteur en Droit Public Diplômée de Sciences Politiques Certificated of advanced European studies

Plus en détail

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT AP - Rapport n 3 3 1/10 3 PROPOSITION ASSEMBLEE PLENIERE 13 DECEMBRE 2013 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL Intégration de critères

Plus en détail

Débat de consultation sur la compétitivité à la Chambre des Députés: Luc Frieden, Ministre des Finances, Ministre des Communications et des Médias

Débat de consultation sur la compétitivité à la Chambre des Députés: Luc Frieden, Ministre des Finances, Ministre des Communications et des Médias Débat de consultation sur la compétitivité à la Chambre des Députés: Luc Frieden, Ministre des Finances, Ministre des Communications et des Médias 16 mai 2013 I. Le maintien de finances publiques saines

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

FICHE-ACTION N 2 RENFORCER LA MISE EN RÉSEAU DES ACTEURS ET DES PROFESSIONNELS DU TOURISME

FICHE-ACTION N 2 RENFORCER LA MISE EN RÉSEAU DES ACTEURS ET DES PROFESSIONNELS DU TOURISME FICHE-ACTION N 2 RENFORCER LA MISE EN RÉSEAU DES ACTEURS ET DES PROFESSIONNELS DU TOURISME Référence à la Charte de territoire AXE 1 : Conforter et développer les coopérations et les transversalités Objectif

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020 CONNAÎTRE les programmes européens Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe

Plus en détail

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Le séminaire technique international sur «Le développement rural en Méditerranée», organisé

Plus en détail

Document d orientation du Contrat de Plan RÅgional de DÅveloppement des Formations Professionnelles PrÅsentÅ par la CGT Lorraine

Document d orientation du Contrat de Plan RÅgional de DÅveloppement des Formations Professionnelles PrÅsentÅ par la CGT Lorraine 1 Document d orientation du Contrat de Plan RÅgional de DÅveloppement des Formations Professionnelles PrÅsentÅ par la CGT Lorraine C est dans un contexte particuliårement grave sur le plan Çconomique et

Plus en détail

Carnet d acteurs d A PRO BIO

Carnet d acteurs d A PRO BIO Carnet d acteurs d A PRO BIO 4 rue de Dormagen 59350 Saint-André-lez-Lille Tél. : 03.20.31.57.97 - Fax : 03.20.12.09.91 www.aprobio.fr - www.labio-presdechezmoi.fr contact@aprobio.fr A PRO BIO, Pôle de

Plus en détail

26.04.06 CHARTE EUROPÉENNE DU LOGEMENT

26.04.06 CHARTE EUROPÉENNE DU LOGEMENT 26.04.06 CHARTE EUROPÉENNE DU LOGEMENT FR FR 1 Introduction L'actualité récente et douloureuse nous a rappelé que le logement est un domaine qui demeure au cœur des problèmes de société que rencontrent

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION 1 LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION par Gilles Le Pottier 1 Alors que notre alimentation est de plus en plus

Plus en détail

La Commission européenne teste ses limites en élargissant la définition d aide d État

La Commission européenne teste ses limites en élargissant la définition d aide d État La Commission européenne teste ses limites en élargissant la définition d aide d État Réponse du CCRE à la consultation de la Commission sur le Projet de communication de la Commission relative à la notion

Plus en détail

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Annexe 4 à la délibération n 3 du 28 juillet 2008 Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Traditionnellement implantée dans le Vallespir et sur le piémont des Albères, la cerise,

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

Transition énergétique et mécanismes de capacité. Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030. Synthèse

Transition énergétique et mécanismes de capacité. Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030. Synthèse Étude Franco-Allemande Transition énergétique et mécanismes de capacité Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030 Synthèse UN PARTENARIAT INDUSTRIEL FRANCO- ALLEMAND POUR PRÉPARER

Plus en détail

Rencontre régionale céréalière Bourgogne Franche Comté Rhône Alpes

Rencontre régionale céréalière Bourgogne Franche Comté Rhône Alpes Rencontre régionale céréalière Bourgogne Franche Comté Rhône Alpes Les avancées du plan d actions 2015/2017 de la filière céréalière Le 19 janvier 2016 à Beaune Rappels sur le plan stratégique Demande

Plus en détail

Contribution de l Assemblée des Département de France. au rapport final d évaluation présenté par le cabinet AMNYOS:

Contribution de l Assemblée des Département de France. au rapport final d évaluation présenté par le cabinet AMNYOS: Contribution de l Assemblée des Département de France au rapport final d évaluation présenté par le cabinet AMNYOS: «Le FSE et l offre d insertion dans les territoires», CSE du 29 octobre 2010 L étude

Plus en détail

Étude sur la distribution de viande en Aveyron

Étude sur la distribution de viande en Aveyron Commercialisation: Étude sur la distribution de viande en Aveyron Une enquête a été réalisée en 2012 sur le fonctionnement de l aval de la filière viande aveyronnaise afin de mieux comprendre les attentes

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION Le présent projet de loi s inscrit dans le cadre des mesures d accompagnement de la nouvelle stratégie agricole baptisée «Plan Maroc Vert», qui a pour vocation d imprimer au secteur

Plus en détail

POSITION SUR LA CIBLE DE RÉDUCTION DES GAZ À EFFET DE SERRE DU QUÉBEC POUR 2030

POSITION SUR LA CIBLE DE RÉDUCTION DES GAZ À EFFET DE SERRE DU QUÉBEC POUR 2030 POSITION SUR LA CIBLE DE RÉDUCTION DES GAZ À EFFET DE SERRE DU QUÉBEC POUR 2030 Présentée au ministère du Développement durable, de l Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques OCTOBRE

Plus en détail

AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012

AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 GRAND CONSEIL D ORIENTATION DE L AGENCE BIO 12 SEPTEMBRE 2007 ALLOCUTION DE MICHEL BARNIER AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 I) INTRODUCTION Je suis très heureux d être parmi vous pour ce Grand conseil

Plus en détail

La transition énergétique pour tous!

La transition énergétique pour tous! La transition énergétique pour tous! Pour une vraie prise en compte de la question sociale et de la précarité énergétique dans la transition énergétique Document de synthèse des analyses et propositions

Plus en détail

Offre, besoins et modalités de financement des établissements et services pour personnes handicapées

Offre, besoins et modalités de financement des établissements et services pour personnes handicapées Offre, besoins et modalités de financement des établissements et services pour personnes handicapées Le contexte du rapport Ce rapport de l Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) et de l Inspection

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 23 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Réponse au livre vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail. Réf. : COM(2015) 630 final P. J. : Réponse des autorités

Plus en détail

Classement en zone de répartition des eaux (ZRE)

Classement en zone de répartition des eaux (ZRE) Classement en zone de répartition des eaux (ZRE) Janvier 2015 Quels critères quelles conséquences? Direction régionale de l Environnement, de l Aménagement du Logement Rhône-Alpes www.rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

RESUME EXECUTIF DU PLAN STRATEGIQUE

RESUME EXECUTIF DU PLAN STRATEGIQUE Evolution institutionnelle RESUME EXECUTIF DU PLAN STRATEGIQUE Créé en 1951, le CSRS a évolué institutionnellement, sur trois grandes phases : (i) de 1951 à 2001, entièrement administré par la Commission

Plus en détail

Introduction : Problématique de l évaluation

Introduction : Problématique de l évaluation Introduction : Problématique de l évaluation Nous évoquerons d abord les utilisateurs de l évaluation des sociétés, ensuite les méthodes classiques d évaluation que nous prolongerons par l approche générale

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Historique Le prêt à taux zéro renforcé, PTZ+, était entré en vigueur le 1 er janvier 2011. Il visait à favoriser l accession à la propriété. Réservé aux primo-accédants,

Plus en détail

CONVENTION D ENGAGEMENT VOLONTAIRE EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE PAR LES DISTRIBUTEURS DU SECTEUR ALIMENTAIRE

CONVENTION D ENGAGEMENT VOLONTAIRE EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE PAR LES DISTRIBUTEURS DU SECTEUR ALIMENTAIRE CONVENTION D ENGAGEMENT VOLONTAIRE EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE PAR LES DISTRIBUTEURS DU SECTEUR ALIMENTAIRE ENTRE LA MINISTRE DE L ÉCOLOGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L

Plus en détail

LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE. Synthèse. Baromètre Generali CSA. n 1100079 Avril 2011

LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE. Synthèse. Baromètre Generali CSA. n 1100079 Avril 2011 Baromètre Generali CSA LES DECIDEURS FACE AUX NOUVEAUX DEFIS DE SOCIETE Synthèse n 1100079 Avril 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40

Plus en détail

Promouvoir l'agriculture familiale pour résoudre les grands défis contemporains

Promouvoir l'agriculture familiale pour résoudre les grands défis contemporains Promouvoir l'agriculture familiale pour résoudre les grands défis contemporains MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Le secteur agricole est

Plus en détail

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES Convention de partenariat Annexe 2 (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES I - Description du projet Depuis quelques années, les mutations des entreprises font ressentir

Plus en détail

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Des acteurs mobiles et sécurisés. La mobilité économique doit s étendre à tous les abus de position dominante, quelle que soit leur origine. RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Le champ des

Plus en détail

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013 Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières Janvier 2013 Contexte et objectif Contexte Les industries agroalimentaires sont un secteur essentiel

Plus en détail

Charte béninoise des services essentiels

Charte béninoise des services essentiels Charte béninoise des services essentiels Projet 1. Préface par le Président de la République 2. Code de gestion durable des services essentiels 3. Résolution du Quadrilogue du 24 mai 2006 4. Programme

Plus en détail

CASDAR Développement et transfert en Agriculture

CASDAR Développement et transfert en Agriculture Titre : Mise en place et structuration d une filière de produits agricoles de proximité pour la restauration hors domicile. GAL : Pays du Mans Région : Pays de Loire Priorité ciblée : Prise en compte des

Plus en détail

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Pacte de stabilité et de croissance Sommet de La Haye Commission parlementaire ECON Commission parlementaire CRIS BCE SEBC Comité économique et financier L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Acte unique européen

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

Dispositif de soutien aux dynamiques de conversion en agriculture biologique en Picardie

Dispositif de soutien aux dynamiques de conversion en agriculture biologique en Picardie Dispositif de soutien aux dynamiques de conversion en agriculture biologique en Picardie 2013 1 1. Contexte et enjeux, d un dispositif complémentaire aux mesures d aide en faveur de l agriculture biologique

Plus en détail

Charte du site Internet régional sur l agriculture et l alimentation locale en Languedoc Roussillon

Charte du site Internet régional sur l agriculture et l alimentation locale en Languedoc Roussillon Charte du site Internet régional sur l agriculture et l alimentation locale en Languedoc Roussillon Pourquoi? POURQUOI UNE CHARTE? La présente charte a pour objectifs de fixer les contours et l éthique

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Pacte d Avenir pour la Bretagne. Contribution pour la compétitivité de l industrie bretonne

Pacte d Avenir pour la Bretagne. Contribution pour la compétitivité de l industrie bretonne Pacte d Avenir pour la Bretagne Contribution pour la compétitivité de l industrie bretonne Dans un contexte économique et social (international, national) qui pèse (et pèsera) lourdement sur les entreprises

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions énergie Kezako che cosa è? C est quoi donc? Qué es? Was ist das??? Hablas ENERGIE? Do you speak ENERGIE?? Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions ? Management de l énergie L ISO 50001? SOMMAIRE

Plus en détail

Enfin, l investissement public en matière de recherche et développement dans le domaine des TIC devrait passer de 5,5 à 11 milliards d Euros.

Enfin, l investissement public en matière de recherche et développement dans le domaine des TIC devrait passer de 5,5 à 11 milliards d Euros. Interf@ce Europe pour les PME En direct de Bruxelles "Une nouvelle stratégie pour le marché unique": les propositions de Mario Monti Mario Monti, ancien Commissaire européen au marché intérieur et à la

Plus en détail

Compte-rendu de l atelier l axe 4 : Créer l emploi et la richesse localement à partir des atouts et des potentiels spécifiques du territoire

Compte-rendu de l atelier l axe 4 : Créer l emploi et la richesse localement à partir des atouts et des potentiels spécifiques du territoire Evaluation Charte du pays Cœur d Hérault Séminaire/ ateliers du 30 janvier 2013 Compte-rendu de l atelier l axe 4 : Créer l emploi et la richesse localement à partir des atouts et des potentiels spécifiques

Plus en détail

La formation continue et et l évaluation des pratiques professionnelles

La formation continue et et l évaluation des pratiques professionnelles La formation continue et et l évaluation des pratiques professionnelles «Les hommes sont importants par ce qu ils font et non par ce qu ils disent» Albert Camus 1. Formation continue : Le développement

Plus en détail

Organisé par la CONFEJES, du 17 au 21 septembre 2012 RAPPORT GENERAL

Organisé par la CONFEJES, du 17 au 21 septembre 2012 RAPPORT GENERAL FORMATION DES FORMATEURS EN ENTREPRENARIAT POUR LES CADRES DU MINISTERE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA CULTURE (CADRES DE LA DIRECTION GENERALE DE LA JEUNESSE ET DE L AGENCE BURUNDAISE POUR L EMPLOI

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A :

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A : Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l enfance et de la famille Bureau Famille et parentalités Personnes chargées

Plus en détail

La régulation, une priorité pour le secteur vitivinicole. Rencontres de Droit Rural SAF-AFDR Paris Jeudi 21 novembre 2013

La régulation, une priorité pour le secteur vitivinicole. Rencontres de Droit Rural SAF-AFDR Paris Jeudi 21 novembre 2013 La régulation, une priorité pour le secteur vitivinicole Rencontres de Droit Rural SAF-AFDR Paris Jeudi 21 novembre 2013 1 La régulation qualitative est importante mais n est pas suffisante La régulation

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Mardi 1 er juillet 2014 17 heures Commission des affaires européennes Communication de la présidente Danielle Auroi sur la transposition des directives RÉPUBLIQUE

Plus en détail

Madame la Secrétaire d Etat chargée de l Enseignement Scolaire, Monsieur le Président Directeur Général de l Association Injaz al-maghrib,

Madame la Secrétaire d Etat chargée de l Enseignement Scolaire, Monsieur le Président Directeur Général de l Association Injaz al-maghrib, Madame la Secrétaire d Etat chargée de l Enseignement Scolaire, Monsieur le Président de la Fondation/Institut CDG, Monsieur le Président Directeur Général de l Association Injaz al-maghrib, Mesdames et

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE Entre : - l Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, et - les Organisations syndicales

Plus en détail

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales Groupe de travail 5 : Adéquation emploi/formation de l hospitalisation publique et privée Dijon, le mercredi 3 avril 2013 Personnes

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Mercredi 12 février 16h15 Commission des affaires européennes Communication de M me Estelle Grelier sur la consultation ouverte par la Commission européenne

Plus en détail

Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts en Ariège

Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts en Ariège Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts en Ariège Lancement d une plate-forme de distribution des produits locaux en 2011 Demande en produits locaux pour la RHD L Ariège s

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques

Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques Appel à projets «filières industrielles» - Notice simplifiée

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN RÉGION LA RÉUNION 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN RÉGION LA RÉUNION 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN RÉGION LA RÉUNION 2014-2020 Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe 2020 pour une croissance

Plus en détail

FONDS STRUCTURELS EUROPEENS Dossier de presse. Dégagement d office du 31/12/2003 & Réserve de performance de mars 2004

FONDS STRUCTURELS EUROPEENS Dossier de presse. Dégagement d office du 31/12/2003 & Réserve de performance de mars 2004 FONDS STRUCTURELS EUROPEENS Dossier de presse Dégagement d office du 31/12/2003 & Réserve de performance de mars 2004 TRAME GENERALE : Les fonds structurels européens : Rappel de ce à quoi correspondent

Plus en détail

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 «Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 Synthèse de présentation du projet Horizon 2015 approuvée par le Conseil d Administration Fédéral Gîtes de France du

Plus en détail

Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue

Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue Historique des interventions de l ICÉA en lien avec la Politique gouvernementale d éducation des adultes et

Plus en détail

LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre

LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre N 38 3 août 2012 La hausse du prix du gaz et de l'énergie Un nouveau coup dur pour le pouvoir d achat Alors que les tarifs réglementés de l'électricité viennent d augmenter

Plus en détail

CONTRIBUTION DU C.E.S.R. SUR LA COMMUNICATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LA STRATEGIE POUR LES RUP : BILAN ET PERSPECTIVES

CONTRIBUTION DU C.E.S.R. SUR LA COMMUNICATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LA STRATEGIE POUR LES RUP : BILAN ET PERSPECTIVES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL REGIONAL CONTRIBUTION DU C.E.S.R. SUR LA COMMUNICATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LA STRATEGIE POUR LES RUP : BILAN ET PERSPECTIVES Adopté à l unanimité des membres du

Plus en détail

«la politique de cohésion de l Union européenne 2007 2013 les fonds structurels et les associations»

«la politique de cohésion de l Union européenne 2007 2013 les fonds structurels et les associations» PREMIER MINISTRE Conseil National de la vie associative Avis sur «la politique de cohésion de l Union européenne 2007 2013 les fonds structurels et les associations» Avis adopté en Session Plénière le

Plus en détail

Cours 1 Le développement d un territoire ultramarin : entre Union européenne et aire régionale (étude de cas) La Guadeloupe

Cours 1 Le développement d un territoire ultramarin : entre Union européenne et aire régionale (étude de cas) La Guadeloupe GEOGRAPHIE Thème 3 L Union européenne : dynamiques et développement des territoires (11-12 heures) Question 2 Les territoires ultramarins de l Union européenne et leur développement Cours 1 Le développement

Plus en détail

- que certains des signataires appliquent d ores et déjà tout ou partie des principes de la charte ;

- que certains des signataires appliquent d ores et déjà tout ou partie des principes de la charte ; PREAMBULE L étude des dossiers soumis à la Médiation du crédit depuis sa création en novembre 2008 a révélé un certain nombre de difficultés dans la relation des PME avec leurs grands clients, donneurs

Plus en détail

Mobilisation pour l élevage français gérer l urgence et préparer l avenir

Mobilisation pour l élevage français gérer l urgence et préparer l avenir Mobilisation pour l élevage français gérer l urgence et préparer l avenir Le Gouvernement est pleinement mobilisé en faveur de l'élevage. Jeudi 3 septembre le Premier Ministre a présenté un plan en faveur

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES

ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES E20 TOG CORRIGE ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES Le présent corrigé est donné à titre indicatif. Note aux correcteurs D autres réponses sont possibles.

Plus en détail

Fiche mesure FEADER 2014-2020 Article 15 - Transfert de connaissances et actions d information

Fiche mesure FEADER 2014-2020 Article 15 - Transfert de connaissances et actions d information Fiche mesure FEADER 2014-2020 Article 15 - Transfert de connaissances et actions d information 1. Cadre et justification de la mesure 1.1 Base légale Article 15 du projet de Règlement du Parlement Européen

Plus en détail

mobilité et accessibilité dans les zones d'activités

mobilité et accessibilité dans les zones d'activités DE L ADEUS mobilité et accessibilité dans les zones d'activités 83 NOVEMBRE 2012 DéPLACEMENT De par leurs aménagements initiaux, les zones d activités restent souvent mal desservies en transport en commun

Plus en détail

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE Combattre le changement climatique pour une Europe durable: les socialistes luttent en faveur d un avenir équitable, propre, social et prospère

Plus en détail

Dossier de presse Comité de suivi des programmes européens 29 juin 2012

Dossier de presse Comité de suivi des programmes européens 29 juin 2012 ossier de presse Comité de suivi des programmes européens 29 juin 2012 ommaire Le comité de suivi... 4 es visites vertes : programme... 5 L intervention des fonds européens dans la région Nord as-de-calais

Plus en détail

PROFESSIONNELS DE SANTÉ? EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE

PROFESSIONNELS DE SANTÉ? EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE DÉLÉGATION, TRANSFERTS, NOUVEAUX MÉTIERS COMMENT FAVORISER DES FORMES NOUVELLES DE COOPÉRATION ENTRE PROFESSIONNELS DE SANTÉ? RECOMMANDATION HAS EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE 1. INTRODUCTION 1.1.

Plus en détail

Conférence européenne des familles. L inclusion sociale des familles : Où en est la dimension familiale des politiques de l UE?

Conférence européenne des familles. L inclusion sociale des familles : Où en est la dimension familiale des politiques de l UE? Conférence européenne des familles L inclusion sociale des familles : Où en est la dimension familiale des politiques de l UE? Document cadre de la Conférence européenne des familles 14-15 Octobre 2010,

Plus en détail

TITRE 1 : LES NOTIONS FONDAMENTALES DU DROIT DE LA CONCURRENCE

TITRE 1 : LES NOTIONS FONDAMENTALES DU DROIT DE LA CONCURRENCE TITRE 1 : LES NOTIONS FONDAMENTALES DU DROIT DE LA CONCURRENCE Le droit de la concurrence a notamment pour objet de maintenir le libre jeu de la concurrence. La concurrence se joue entre des entreprises

Plus en détail

LA LIBERALISATION DU SOUS-SECTEUR DE L ELECTRICITE AU KENYA

LA LIBERALISATION DU SOUS-SECTEUR DE L ELECTRICITE AU KENYA LA LIBERALISATION DU SOUS-SECTEUR DE L ELECTRICITE AU KENYA LOI DE 2006 SUR L ENERGIE POUR LE RENFORCEMENT DE L ACCES A L ELECTRICITE Par KipKirui Korir R.,Ingénieur Licencié ès Science (Specialisé en

Plus en détail