Le Grand Débat sur l avenir de l agriculture et de la pêche françaises. Synthèse des travaux du groupe «Compétitivité et revenus»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Grand Débat sur l avenir de l agriculture et de la pêche françaises. Synthèse des travaux du groupe «Compétitivité et revenus»"

Transcription

1 Le Grand Débat sur l avenir de l agriculture et de la pêche françaises Synthèse des travaux du groupe «Compétitivité et revenus» La compétitivité des exploitations agricoles et des filières agricoles et alimentaires s analyse à travers les prix et à travers la différenciation des produits dont les attributs sont valorisés par les consommateurs. Elle dépend de facteurs macroéconomiques au niveau des pays comme les taux de change, la fiscalité, les infrastructures logistiques, ou encore le système de recherche / développement et le capital humain donc la capacité de formation. Nous nous sommes de fait concentrés sur deux facteurs de compétitivité particuliers : les coûts de production et la capacité à différencier des produits. Nous avons par ailleurs évoqué l intérêt qu il y aurait à encourager une meilleure capitalisation des exploitations. Sur chaque thème, nous avons cherché à comparer lorsque cela était possible la situation nationale à celle des autres pays de l Union Européenne et à analyser les différentes filières. Cela nous a conduit à identifier au cours des séances de travail plusieurs pistes d amélioration, détaillées ci-dessous. Par ailleurs le groupe s est penché sur les revenus agricoles (en dehors des aspects conjoncturels traités par ailleurs). Ceux-ci sont très dépendants des aides communautaires ainsi que de la demande alimentaire mondiale et des aléas climatiques ou sanitaires. Des propositions ont été faites pour atténuer partiellement les effets conjoncturels en encourageant la constitution d épargne de précaution. Méthode de travail Le groupe de travail compétitivité revenu s est réuni à quatre reprises les 23 et 30 septembre, 8 et 13 octobre L ensemble des organisations professionnelles et ONG a participé aux travaux du groupe, à l exception des organisations de consommateurs. Plusieurs parlementaires ont également participé aux travaux. Toutes les organisations ont su faire abstraction du contexte conjoncturel pour s engager dans une réflexion de moyen et de long terme ; sans polémique et dans un esprit de responsabilité, de dialogue et d écoute mutuelle. Les travaux du groupe ont été enrichis, mais malheureusement un peu tardivement par 28 contributions 1 qui n ont pu faute de temps être examinées par le groupe, en séance. Afin à la fois de nourrir les débats, de s assurer autant que possible d une bonne compréhension des sujets évoqués mais aussi de veiller à un cadrage des discussions, l ensemble des sujets évoqués a été introduit à partir de présentations préparées par l INRA, le Service de Statistique et de Prospective (SSP), la DGPAAT ou le Secrétariat Général. Les travaux se sont déroulés selon la séquence suivante : la 1ère réunion a cherché dans un très large tour de table, à partir de 2 présentations de l INRA et du SSP sur les éléments d appréciation de la compétitivité et des revenus, à définir et encadrer les termes et les thématiques du débat. Les 3 1 ANIA, BPCE-Banque populaire, CGT-FNAF, FNCIVAM, Confédération paysanne, Coop de France, Coordination rurale, Crédit Mutuel, ELVEA, FGA-CFDT, FMBV-FFCB-FNA, FN3PT, FNICGV, FNPPR, FNSEA, GNIS, MEEDDEM, MODEF, ORAM, SAF, UIPP, APCA, JA 1/8

2 réunions suivantes se sont tenues dans le respect du plan de travail établi, autour de thèmes convenus à l avance. La 2 ième réunion a été consacrée aux questions relatives à l organisation économique (système interprofessionnel, organisations de producteurs, rapports contractuels/conventionnels entre acteurs d une filière) ainsi qu aux questions relatives à la transparence des marchés et des transactions. La 3 ième réunion s est focalisée sur les questions d une part de l emploi, de la formation et des questions d ordre social ; d autre part, sur les questions liées à l installation, au statut de l exploitant et de l exploitation, au contrôle des structures. Enfin, la dernière réunion du groupe s est penchée sur l ensemble des outils nationaux de gestion des risques, de stabilisation des revenus (FNGCA, systèmes assurantiels, épargne de précaution, contractualisation des débouchés) et de fiscalité. Des propositions qui ont été faites et discutées, les points majeurs suivants peuvent être retenus : 1 - Les questions relatives à la compétitivité et aux revenus posent fondamentalement la question des modèles d agriculture que les agriculteurs, les industriels, les metteurs en marchés, les consommateurs, les ONG environnementalistes, globalement la société, souhaitent favoriser dans un horizon de moyen ou long terme. Cette question essentielle qui vaut au niveau national comme au niveau communautaire, et dont la réponse doit permettre ensuite d établir et décliner les outils d une politique publique, était perceptible à travers les propositions et positions prises. Les approches en la matière, fortement divergentes, voire antagonistes, expliquent que le groupe n a pu, sur une très grande majorité de sujets, déboucher sur des propositions consensuelles. Deux visions de l agriculture se sont exprimées, de façon plus ou moins explicite, à travers les différentes propositions qui ont pu être examinées : o une agriculture qui doit résolument s engager dans la voie de la compétitivité économique dans un monde qui sera ouvert et concurrentiel. Les tenants de cette vision sont porteurs de propositions assez volontaristes sur la responsabilité des différents acteurs dans la gestion des risques, sur le rôle de l Etat qui doit définir un cadre permettant aux entreprises d exprimer leur performance, sur l adaptation de divers dispositifs o une agriculture dont la vocation première est de maintenir des actifs. Les tenants de cette vision en appellent à l Etat pour protéger, pour compenser les effets négatifs des marchés et pour garantir aux agriculteurs un niveau de revenu. 2 - Mais les tenants de ces deux visions se retrouvent sur la nécessité du maintien d une politique agricole commune solide. Ils ont estimé qu une loi de modernisation agricole n a de sens que : o si elle s appuie sur une PAC qui maintienne des outils de régulation des marchés et d orientation des productions. En particulier, aucun des outils existants ou à venir, aucune disposition en matière d organisation économique au sein des interprofessions, des organisations de producteurs, de relations contractuelles, n est de nature à se substituer 2/8

3 pleinement aux outils communautaires de régulation des marchés, o si les distorsions de concurrence existant au sein de l Union européenne et entre l Union européenne et les pays tiers sur le plan social sanitaire ou environnemental et qui pèsent sur les entreprises sont réduites ou compensées. Tous ont souhaité que la LMA inscrive dans un préambule ou dans son exposé des motifs la vision sur la PAC de l après 2013 (cf. groupe PAC 2013). De plus, la même unanimité se retrouve pour constater que les échanges internationaux de biens agricoles et alimentaires resteront indispensables et pour souhaiter leur sécurisation au niveau international ainsi qu une réglementation des marchés à terme afin de réduire les effets des spéculations sur les prix des denrées alimentaires de base. 3 - Une unanimité s est dégagée sur plusieurs points : o la nécessité pour les opérateurs de pouvoir s organiser en introduisant des dérogations aux règles générales en matière de concurrence qui prennent en compte les spécificités de l agriculture comme le rend possible l article 81.3 du traité de l Union européenne ; o le renforcement des outils de connaissance des marchés et des filières, dans un souci de transparence. Pour cela, le groupe a proposé : * de recourir plus largement au «bench marking» avec les autres pays de l UE et nos principaux concurrents dans les pays tiers ; * de mettre en place des analyses sur l efficacité des aides et outils mis en œuvre. A cet égard, il existe très peu d études et apparemment aucune en France sur les effets de l organisation économique sur la compétitivité des filières, * d inscrire dans la loi l observatoire des prix et des marges pour les produits agricoles et agroalimentaires, avec toutefois des interrogations sur les obligations à établir le cas échéant en matière de transmission d informations pour les différents opérateurs, notamment sur les marges (informations largement stratégiques) ; o l extension aux interprofessions des dispositions «CNIEL» adoptées en LFR 2008 qui permet de mettre en œuvre des indices de tendance des marchés. Il a été souligné la nécessité que ces dispositions soient sécurisées au plan juridique vis-à-vis des règles de concurrence tant au plan national que communautaire ; o la mise en place d un dispositif de couverture des aléas économiques (cf. travaux de groupe CGAER-IGF). Néanmoins, les outils pour y répondre n ont pas fait consensus. L extension des dispositions relatives aux assurances ou à l épargne de précaution approuvée majoritairement, n est pas partagée par certains qui estiment qu elle sera facteur d exclusion ; o la prorogation de la mesure de crédit d impôt qui permet de prendre en charge à hauteur de 50% le coût du service de remplacement et l octroi de 5 jours supplémentaires réservés à la formation des agriculteurs. Certains ont toutefois souhaité que l accès à ces dispositifs soit élargi aux salariés des exploitations ; o la reconnaissance des actifs dans les formes sociétaires, notamment les EARL. Un consensus s est dégagé pour ne pas se limiter à la transparence des GAEC, sous réserve de 3/8

4 pouvoir contrôler la qualité des associés dans les différentes formes de sociétés ; o le renforcement de la formation et un accès facilité pour tous les exploitants et leurs salariés. Les points soulevés ont peu de portée législative (sauf la disposition sur le service de remplacement) et relèvent plus des moyens budgétaires qui pourraient être dégagés ou encore d une amélioration des relations entre VIVEA et FAFSEA. 4 - Les autres éléments du débat n ont pas fait consensus: o le renforcement de l organisation de l offre par le transfert de propriété au sein des organisations de producteurs n a pas été consensuel. Les professionnels de la viande bovine, et les producteurs de plants de pomme de terre (FN3PT) et de betteraves (CGB) ont déclaré leur opposition à cette mesure. o la question des relations contractuelles a été largement débattue avec souvent des oppositions très réductrices entre régulation et contractualisation. Certains craignent qu à travers une contractualisation ne soit renforcée la dépendance et l intégration vis-à-vis des transformateurs ou des metteurs en marché. Le consensus s est cependant dégagé sur la nécessité de rechercher un équilibre des relations entre producteurs, transformateurs, distributeurs et d établir des lignes directrices qui ne s enferment pas dans un cadre de contractualisation rigide. o La question de la représentativité des interprofessions et en particuliers la nécessaire présence du syndicalisme agricole dans toutes ses composantes a été soulevé à plusieurs reprises. L extension systématique vers l aval aux distributeurs et consommateurs a été évoquée ainsi que le fait que ces évolutions nécessiteraient alors une évolution des règles de fonctionnement (règle d unanimité par exemple), o les questions de l installation, du contrôle des structures, du statut de l exploitant et de l exploitation avec le statut du fermage, le «fonds agricole» sont particulièrement controversées avec des équilibres particulièrement complexes à tenir. Dans ce débat s opposent d une part, les tenants de différents modèles d agriculture, d autre part, les intérêts des bailleurs et ceux des preneurs. Les dispositifs pour chacun d entre eux sont soit trop contraignants, soit liberticides, o la gouvernance dans un certain nombre d instances. Les points principaux soulevés ont porté particulièrement sur les CDOA, les SAFER, les interprofessions. o en matière sociale, des clivages tout aussi importants existent : les mesures d exonération des charges et d allègement des coûts demandées par les agriculteurs sont vivement mises en cause par les syndicats de salariés. Il en est de même sur la mise en place d une TVA sociale, très contestée. 4/8

5 En conclusion Les deux sujets confiés à ce groupe à savoir la compétitivité et les revenus, pour faire l objet de propositions fortes, auraient nécessité un consensus sur les objectifs poursuivis ce qui n était pas possible au sein d un groupe aussi diversifié. Aussi l exercice conduit n a-t-il pas porté de diagnostic partagé sur les raisons de la perte de compétitivité des filières agro-alimentaires ou sur la nécessité d aider les entreprises de l amont comme de l aval à investir pour renforcer leur outil de production et leur capacité de résistance aux aléas de toute nature (économique en premier lieu). En revanche le droit communautaire de la concurrence, appliqué aux enjeux agricoles et alimentaires parait à tous devoir être plus ouvert. Le groupe a du convenir d un objectif modeste, mais utile et partagé, à savoir le recueil et la mise en discussion des propositions mises sur la table avant la discussion programmée sur chaque grand thème. De nombreuses propositions sont arrivées a posteriori après la tenue de ces débats et n ont pas pu être examinées en séance. Elles sont jointes à cette note. 5/8

6 Annexe : Groupe de travail «Compétitivité et revenus» Points faisant l objet de consensus Organisation économique - Nécessité d une sécurisation des échanges agricoles et alimentaires au niveau international - Articulation avec la politique communautaire o la réflexion sur l organisation économique agricole nationale ne peut pas faire abstraction du niveau communautaire. Nécessité du maintien d outils de gestion et d organisation des marchés dans le cadre communautaire. o faire figurer dans l exposé des motifs de la LMA, les orientations qu adoptera la France pour la PAC après étendre les dispositions applicables à l interprofession laitière (indicateurs de tendance de marché) aux autres interprofessions avec une sécurisation juridique vis-à-vis des règles concurrence tant au plan national que communautaire - renforcer l observatoire des prix et des marges en lui donnant une assise législative ; en prévoyant par exemple un rapport annuel au Parlement (en débat : examiner la possibilité de rendre obligatoire la communication des données économiques) (réserves ANIA) Suggestions non consensuelles interprofessions - renforcer leur légitimité en améliorant leur représentativité, ce qui pourrait conduire à réviser le mode de décision au sein des collèges - sécuriser leur capacité à gérer les volumes - envisager une adaptation des interprofessions au niveau local - préciser leur articulation avec FranceAgriMer organisations de producteurs - envisager la suppression des OP non commerciales relations contractuelles, transparence des filières - afin d équilibrer les relations entre producteurs, transformateurs, distributeurs, établir des lignes directrices, sans s enfermer dans un cadre de contractualisation rigide Suggestions diverses - mieux encadrer le prix après vente (PAV) et clarifier voire interdire les remises, rabais, ristournes (3R) - prévoir un bilan annuel de la LME - relever le plafond de 25 % de transaction des coopératives avec des non-coopérateurs - faciliter la participation des agriculteurs à l actif des entreprises de transformation coopératives et privées ; - supprimer les micros taxes à faible rendement mais à gestion lourde 6/8

7 - Autorisation de camions à 44T Emploi et formation Point faisant l objet de consensus - améliorer l attractivité de l emploi par la formation initiale et professionnelle ; pas d opposition à la proposition de reconduire le crédit d impôt remplacement et de l orienter vers la formation (passage de la prise en charge de 14j à 19j) Suggestions non consensuelles - ouvrir le service de remplacement aux salariés pour la formation ou l exercice d un mandat syndical - renforcer les passerelles entre VIVEA et FAFSEA - renforcer l attractivité en améliorant les conditions de logement des salariés - extension aux CUMA du dispositif d exonération des cotisations sociales sur les travailleurs occasionnels (COOP de France) - revoir les conditions d accès au régime social agricole (cotisants solidaires) : o définir un seuil minimum d activité économique au lieu d un seuil de surface (1/2 SMI) o créer un registre de reconnaissance de l activité agricole - proposition d ouvrir à l agriculture le régime d autoentrepreneur - la réduction du coût du travail par une TVA sociale Statut de l exploitant et de l exploitation, installation, contrôle des structures Suggestions non consensuelles - imposer la prise en compte des salariés pour les CDOA dans tous les départements ; plus globalement, question de la représentativité de la société civile dans les différentes instances - libéraliser le contrôle des structures (FNPPR), notamment en relevant les seuils à compter desquels une autorisation d'exploiter est requise et en assouplissant l'encadrement des prix des fermages - reconnaître la place du conjoint dans les formes sociétaires et étendre la transparence GAEC aux autres formes sociétaires (APCA, Conf paysanne et, à quelques nuances près, FNSEA) - affirmer le principe de la priorité de l'installation sociétaire, et créer un statut permettant l'installation sociétaire à l'essai (FNSEA) - rendre le fonds agricole obligatoire (FNSEA) - rendre le bail cessible plus attractif : o en supprimant l'interdiction des pas de porte lors du bail initial o en clarifiant le montant maximal du loyer (NB : a priori déjà fait, et de toutes façons pas du niveau législatif) o en sécurisant le bailleur en ce qui concerne l'indemnité au fermier sortant (NB : à vérifier, car pas clair) 7/8

8 - recentrer le contrôle des structures sur le maintien d'exploitations viables (FNSEA) : en cas de souhait du bailleur de reprendre ses terres, la simple déclaration actuelle devrait faire l'objet d'une analyse comparative des deux projets économiques du bailleur et du fermier (afin d'éviter que le bailleur ne reprenne les terres pour les faire exploiter par une entreprise de travaux agricoles, au détriment d'un fermier véritable exploitant dont l'exploitation se retrouverait ainsi réduite) - ouvrir l'acquisition du foncier à des capitaux extérieurs (Conf paysanne) - permettre l'accès aux coopératives pour les assolements en commun (COOP de France) Gestion des risques et de stabilisation des revenus Suggestions non consensuelles FNGCA / assurances - ouvrir l assurance à tous (Confédération paysanne), rendre l assurance récolte obligatoire (MODEF) - créer une assurance économique de l exploitation (assurance revenu?) (FNSEA) - prévoir un mécanisme de réassurance (GROUPAMA) - clarifier l article L361-2 du code rural pour garantir l accès au FNGCA aux systèmes à bas intrants (agriculture biologique) (MEEDDEM) - mise en place d une contribution publique aux assurances différenciée selon le type de pratiques agronomiques mises en œuvre par les exploitants (MEEDDEM) - prise en charge du risque en cas de changement de mode de production vers des systèmes à bas intrants, bio ou qualifiés HVE (MEEDDEM) DPA / DPI - élargir la DPA aux aléas économiques (conformément à l annonce du Premier Ministre d avril 2009) - augmenter le plafond de déduction annuel, le plafond global de DPA, la durée d utilisation (jusqu à une année de chiffre d affaire sur 5 ans, utilisables sur 15 ans) - supprimer l obligation d assurance qui freine le développement du dispositif DPA - créer une «dotation d amorçage» pour la mise en place de DPA chez les jeunes - étendre la DPA à la provision des hausses de prix ou de charges sociales - permettre aux agriculteurs d opter pour une assiette de cotisations sociales ou fiscales basées sur l année en cours Marché à terme - réguler les marchés à termes pour limiter les fluctuations spéculatives 8/8

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage français

Plan de soutien à l élevage français Plan de soutien à l élevage français MEMENTO Entreprises fragilisées dans le secteur agricole : quels outils pour quelles problématiques? Ce mémento récapitule de façon synthétique les outils existants

Plus en détail

Le réseau des Chambres d agriculture, l installation* et la transmission

Le réseau des Chambres d agriculture, l installation* et la transmission Le réseau des Chambres d agriculture, l installation* et la transmission Un accompagnement historique! * Création ou reprise d entreprises agricoles Voyage de presse installation-transmission - 4 avril

Plus en détail

Les sociétés agricoles

Les sociétés agricoles Les sociétés agricoles L exercice d une activité agricole peut se faire soit dans le cadre d une entreprise individuelle soit dans le cadre d une société. Dans cette dernière situation, la loi prévoit

Plus en détail

Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin

Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin Version 2008 MANUEL D'ORGANISATION Objectifs, rôle des partenaires & procédures Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Extrait de la revue Pour, décembre 2013 (http://www.grep.fr/pour/) Un essai de synthèse statistique sur le foncier agricole en France Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Maurice

Plus en détail

Formulaire de demande d un apport de trésorerie remboursable sur la fin de l année 2015

Formulaire de demande d un apport de trésorerie remboursable sur la fin de l année 2015 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Direction départementale des territoires Direction départementale des territoires et de la mer Direction de l alimentation, de l agriculture

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

Agriculture et Finances

Agriculture et Finances Agriculture et Finances Quelles régulations pour une allocation optimale des capitaux? Cahier n 12 Présentation générale du Cahier Dans les systèmes d économie de marché des pays développés comme des pays

Plus en détail

Les différentes formes juridiques de l exploitation agricole

Les différentes formes juridiques de l exploitation agricole Les différentes formes juridiques de l exploitation agricole Article juridique publié le 20/09/2015, vu 399 fois, Auteur : Portalis-25 Voici un petit résumé des différentes formes juridiques prévues pour

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 22 AVRIL 2009 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE A DIFFUSÉ LE

Plus en détail

L exploitation agricole flexible au cœur de nouveaux modes de partenariats

L exploitation agricole flexible au cœur de nouveaux modes de partenariats L exploitation agricole flexible au cœur de nouveaux modes de partenariats Le contexte agricole change profondément depuis quelques années et génère de des évolutions qui dessinent sans doute progressivement

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE MEMORANDUM MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE Novembre 2013 1. CONTEXTE DU MEMORANDUM Le Sénégal, à l image des pays de la

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)»

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Investissements d avenir Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Appel à projets «Innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires» Volet compétitif «Initiatives

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08)

Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08) Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08) Une initiative conjointe de : En association avec : A. Introduction de la notion «d alimentation durable» en restauration collective. La notion «d

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

RECOMMANDATION. Note de présentation

RECOMMANDATION. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION n 2013-02 du 7 novembre 2013 Relative aux règles d évaluation et de comptabilisation des engagements de retraite et avantages similaires pour les comptes annuels

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités Organisateurs : Partenaires : Des outils d accompagnement Des outils de financement Zoom

Plus en détail

Présentation des mesures fiscales à insérer dans le PLDF 2014

Présentation des mesures fiscales à insérer dans le PLDF 2014 1 Présentation des mesures fiscales à I- Cadre Général de la préparation des mesures fiscales du PLDF 2014 1-Le discours Royal du 30 juillet 2013 qui a annoncé la fin de l exonération pour les grands investissements

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 150 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 décembre 2010 PROPOSITION DE LOI tendant à sécuriser le régime du portage salarial, PRÉSENTÉE Par M. Alain HOUPERT, Sénateur

Plus en détail

janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE

janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE Préambule Pourquoi ce guide? Avant propos Dans le département du Rhône, l étalement urbain grandissant et les grands projets

Plus en détail

Les grands principes du statut du fermage (bail rural)

Les grands principes du statut du fermage (bail rural) Les grands principes du statut du fermage (bail rural) Le statut du fermage est le corps de règles qui encadre les droits et obligations du bailleur (propriétaire) et du preneur (locataire), parties à

Plus en détail

Agriculteurs, comptez sur votre expert-comptable

Agriculteurs, comptez sur votre expert-comptable Agriculteurs, comptez sur votre Analyser un prix de revient, établir un budget, un plan de financement permet d aider au choix et à la mise en place d un statut social, juridique, de conseiller sur le

Plus en détail

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN Groupe de recherche en économie et politique agricoles, Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation, Université Laval SOMMAIRE PRÉAMBULE Daniel-Mercier Gouin est directeur

Plus en détail

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL À RESPONSABILITÉ LIMITÉE BERCY > LE 27 JANVIER 2010 FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL Quel est l intérêt du dispositif? L EIRL permet la séparation du patrimoine de l entrepreneur,

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national GROUPEMENTS D EMPLOYEURS AGRICOLES ET RURAUX ACCORD DU 13 JUIN 2012 RELATIF AUX GROUPEMENTS

Plus en détail

LEADER/FEADER Eléments de réflexions à propos du cadrage de l appel à projets

LEADER/FEADER Eléments de réflexions à propos du cadrage de l appel à projets LEADER/FEADER Eléments de réflexions à propos du cadrage de l appel à projets Avertissement : cette note vise à préparer l échange prévu avec la Commission «Politiques Territoriales» de l ARF le 11 janvier

Plus en détail

S installer en agriculture

S installer en agriculture Les étapes : JE VEUX TESTER MON ACTIVITE Accueil Évaluation Accompagnement au test de l activité Statut cotisant de solidarité Accompagnement vers le statut d agriculteur Suivi post création 1- J ai un

Plus en détail

L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018)

L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018) L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018) Académie d agriculture de France 8 octobre 2014 La politique agricole et alimentaire américaine : quels

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

BUDGET ANNEXE DE L ASSAINISSEMENT

BUDGET ANNEXE DE L ASSAINISSEMENT BUDGET ANNEXE DE L ASSAINISSEMENT Le service de l assainissement est un service public à caractère industriel et commercial, soumis à la comptabilité M4 différente de la comptabilité M14 applicable au

Plus en détail

Clés pour choisir une société en agriculture :

Clés pour choisir une société en agriculture : Dossiers numériques Clés pour choisir une société en agriculture : aspects juridiques, fiscaux et sociaux présentation, analyse et commentaires textes et circulaires administratives formulaires et jurisprudences

Plus en détail

CALCUL DE L ASSIETTE FORFAITAIRE «NOUVEL INSTALLE» ET DES COTISATIONS PROVISOIRES

CALCUL DE L ASSIETTE FORFAITAIRE «NOUVEL INSTALLE» ET DES COTISATIONS PROVISOIRES Une assiette forfaitaire «Nouvel Installé» est appliquée provisoirement pour le calcul des cotisations et contributions des chefs d exploitation ou d entreprise agricole au début de leur activité professionnelle.

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Choc de simplification

Choc de simplification Choc de simplification Le choc de simplification souhaité par le Président de la République rejoint les besoins identifiés par le Syndicat des énergies renouvelables qui a défini six grands axes de modernisation

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement,

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement, Ministère de l emploi, du travail et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche,

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX

POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX AGRICULTEURS? ELEMENTS DE CONTEXTE L ENJEU DU RENOUVELLEMENT DE LA POPULATION ACTIVE AGRICOLE Les installations ne permettent pas aujourd hui de compenser les départs en

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER I. BILAN QUANTITATIF A. Evolution de la programmation Un taux de programmation de 73,73%, en progression forte depuis le mi parcours mais à poursuivre

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Compte-rendu de la 4 ème réunion du COPIL des assises de l'installation du 29 janvier 2013

Compte-rendu de la 4 ème réunion du COPIL des assises de l'installation du 29 janvier 2013 Compte-rendu de la 4 ème réunion du COPIL des assises de l'installation du 29 janvier 2013 Luc MAURER, conseiller technique chargé de la PAC, de l'installation des nouveaux agriculteurs et de l'agriculture

Plus en détail

Congrès national des Safer

Congrès national des Safer Congrès national des Safer Évreux 28 et 29 novembre 2013 Les différents types de propriétés Évreux 28 et 29 novembre 2013 Propriété et exploitation agricoles Evolution du lien en Europe et en France Par

Plus en détail

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université Revaloriser les métiers au service des missions de l Université PREAMBULE Le capital humain est notre richesse première. La force de l Université tient à la qualité de ses universitaires et à celle de

Plus en détail

10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010

10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010 10 ème Forum IES 2010 Enjeux et Perspectives de l Intelligence Economique Au carrefour des Pratiques REIMS 6-8 octobre 2010 Mission Chanvre pour le Cluster Beaujolais Numéro de la communication : IES-2010-28

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! Le guide juridique www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! sommaire Contexte de l évolution de la «Loi Fillon»... 3 Comment bénéficier des avantages de la «Loi Fillon»?... La participation de

Plus en détail

INAO. Contrat d objectifs et de performance 2014-2017. Origine, qualité et modernité au service des filières et des territoires

INAO. Contrat d objectifs et de performance 2014-2017. Origine, qualité et modernité au service des filières et des territoires INAO Contrat d objectifs et de performance 2014-2017 Origine, qualité et modernité au service des filières et des territoires 1 2 Institut national de l origine et de la qualité - Contrat d objectifs et

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES Réforme globale du Code Général des Impôts Fiche technique thématique Mesures Modalités pratiques Objectif poursuivi 1 Crédit d impôt pour investissement (Impôt

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS 30 JUIN 2015 N 12/2015 BÉNÉFICES NON COMMERCIAUX OBLIGATIONS DÉCLARATIVES ET DE PAIEMENT Les dates limites de déclaration et de paiement de certains impôts et taxes sont harmonisées

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Webinaire trimestriel ICCA/RBC: Tendances conjoncturelles - Options de financement de biens d'équipement

Webinaire trimestriel ICCA/RBC: Tendances conjoncturelles - Options de financement de biens d'équipement Webinaire trimestriel ICCA/RBC: Tendances conjoncturelles - Options de financement de biens d'équipement Sondage ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles T1 2012 Aperçu des résultats économiques Le niveau

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

SOCIETE CIVILE D EXPLOITATION AGRICOLE (S.C.E.A)

SOCIETE CIVILE D EXPLOITATION AGRICOLE (S.C.E.A) SOCIETE CIVILE D EXPLOITATION AGRICOLE (S.C.E.A) TEXTES CONSTITUTION GESTION Art 1845 à 1870-1 code civil Pas de capital social minimum Associés : minimum 2 associés ; associé mineur possible ; époux ou

Plus en détail

Le régime de paiement de base (RPB) Le paiement vert, Le paiement redistributif La majoration JA

Le régime de paiement de base (RPB) Le paiement vert, Le paiement redistributif La majoration JA Version 13 février 2015 DDT Yvelines Fevrier 2015 Le régime de paiement de base (RPB) Le paiement vert, Le paiement redistributif La majoration JA 1 Sommaire 1. le RPB «régime de paiement de base», paiement

Plus en détail

MISE EN APPLICATION : IMMEDIATE

MISE EN APPLICATION : IMMEDIATE DECISION DU DIRECTEUR GENERAL DE FRANCEAGRIMER DIRECTION INTERVENTIONS UNITE AIDES AUX EXPLOITATIONS ET EXPRIMENTATION 12, RUE ROL-TANGUY TSA 50005 93555 MONTREUIL CEDEX Dossier suivi par : Marion Vérité

Plus en détail

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs Solutions Assurances Agriculteurs Complément de retraite Préparer sa retraite, c est essentiel. Votre retraite, c est à vous d en décider. Plus tôt vous la préparez, plus vous mettez d atouts de votre

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Statut du fermage et Baux ruraux

Statut du fermage et Baux ruraux Dossiers numériques Statut du fermage et Baux ruraux présentation, analyse et commentaires textes et circulaires administratives formulaires et jurisprudences par Francis VARENNES Juriste-Fiscaliste Autres

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009 Royaume du Maroc PLAN MAROC VERT Mai 2009 ENJEUX Enjeux économiques Contribue pour 19 % du PIB national 15% production 4% Agro industrie Rôle capital dans la stabilité macro économique Enjeux sociaux Emploie

Plus en détail

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Formation «Mesures et indicateurs en agriculture durable» - 5 mars et 19 mai 2008- FNCIVAM Indicateurs clés socio-économiques Les indicateurs connus sont

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Introduction Dans l Union européenne, le secteur de la sécurité

Plus en détail

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE PREMIER MINISTRE HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE Avis du HCVA sur le Paquet Almunia Adopté en session plénière du 15 novembre 2012 Avis du HCVA sur le Paquet Almunia La Commission européenne a adopté

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement L'intéressement Textes de référence : Loi n 2001-152 du 19 /02/2001 Lettre circulaire Acoss n 2001-056 du 10 avril 2001 rappelant les modifications apportées aux mécanismes de l épargne salariale Circulaire

Plus en détail

Présentation de la réforme de la PAC 2014-2020

Présentation de la réforme de la PAC 2014-2020 Brief: Les perspectives de la politique agricole N 5 / Décembre 2013 Présentation de la réforme de la PAC 2014-2020 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. DÉFIS ET OBJECTIFS 3. BUDGET DE LA PAC 4. ÉVOLUTION DE LA

Plus en détail

Nous ne développerons pas ici l allègement des pactes «Dutreil», ni la définition plus large des biens professionnelles, mesures fort bienvenues.

Nous ne développerons pas ici l allègement des pactes «Dutreil», ni la définition plus large des biens professionnelles, mesures fort bienvenues. DROIT ET FINNCE DROIT ET FINNCE DROIT ET FINNCE Les Défis de mai 2011 N 3 La newsletter de DFi vocats SPECIL PROJET LOI REFORME L ISF : RIEN NE S OPPOSE L INVESTISSEMENT DNS LES PME Le projet de «loi de

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Seconde rencontre nationale des mandatés CHOMAGE CFTC les 17

Plus en détail

UNE INITIATIVE DE : ASSOCIÉS A :

UNE INITIATIVE DE : ASSOCIÉS A : UNE INITIATIVE DE : ASSOCIÉS A : Cette charte est le résultat de trois années de travaux de consultations nationales et locales menées en région Rhône-Alpes, visant à identifier et adapter les principes

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail