Le Grand Débat sur l avenir de l agriculture et de la pêche françaises. Synthèse des travaux du groupe «Compétitivité et revenus»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Grand Débat sur l avenir de l agriculture et de la pêche françaises. Synthèse des travaux du groupe «Compétitivité et revenus»"

Transcription

1 Le Grand Débat sur l avenir de l agriculture et de la pêche françaises Synthèse des travaux du groupe «Compétitivité et revenus» La compétitivité des exploitations agricoles et des filières agricoles et alimentaires s analyse à travers les prix et à travers la différenciation des produits dont les attributs sont valorisés par les consommateurs. Elle dépend de facteurs macroéconomiques au niveau des pays comme les taux de change, la fiscalité, les infrastructures logistiques, ou encore le système de recherche / développement et le capital humain donc la capacité de formation. Nous nous sommes de fait concentrés sur deux facteurs de compétitivité particuliers : les coûts de production et la capacité à différencier des produits. Nous avons par ailleurs évoqué l intérêt qu il y aurait à encourager une meilleure capitalisation des exploitations. Sur chaque thème, nous avons cherché à comparer lorsque cela était possible la situation nationale à celle des autres pays de l Union Européenne et à analyser les différentes filières. Cela nous a conduit à identifier au cours des séances de travail plusieurs pistes d amélioration, détaillées ci-dessous. Par ailleurs le groupe s est penché sur les revenus agricoles (en dehors des aspects conjoncturels traités par ailleurs). Ceux-ci sont très dépendants des aides communautaires ainsi que de la demande alimentaire mondiale et des aléas climatiques ou sanitaires. Des propositions ont été faites pour atténuer partiellement les effets conjoncturels en encourageant la constitution d épargne de précaution. Méthode de travail Le groupe de travail compétitivité revenu s est réuni à quatre reprises les 23 et 30 septembre, 8 et 13 octobre L ensemble des organisations professionnelles et ONG a participé aux travaux du groupe, à l exception des organisations de consommateurs. Plusieurs parlementaires ont également participé aux travaux. Toutes les organisations ont su faire abstraction du contexte conjoncturel pour s engager dans une réflexion de moyen et de long terme ; sans polémique et dans un esprit de responsabilité, de dialogue et d écoute mutuelle. Les travaux du groupe ont été enrichis, mais malheureusement un peu tardivement par 28 contributions 1 qui n ont pu faute de temps être examinées par le groupe, en séance. Afin à la fois de nourrir les débats, de s assurer autant que possible d une bonne compréhension des sujets évoqués mais aussi de veiller à un cadrage des discussions, l ensemble des sujets évoqués a été introduit à partir de présentations préparées par l INRA, le Service de Statistique et de Prospective (SSP), la DGPAAT ou le Secrétariat Général. Les travaux se sont déroulés selon la séquence suivante : la 1ère réunion a cherché dans un très large tour de table, à partir de 2 présentations de l INRA et du SSP sur les éléments d appréciation de la compétitivité et des revenus, à définir et encadrer les termes et les thématiques du débat. Les 3 1 ANIA, BPCE-Banque populaire, CGT-FNAF, FNCIVAM, Confédération paysanne, Coop de France, Coordination rurale, Crédit Mutuel, ELVEA, FGA-CFDT, FMBV-FFCB-FNA, FN3PT, FNICGV, FNPPR, FNSEA, GNIS, MEEDDEM, MODEF, ORAM, SAF, UIPP, APCA, JA 1/8

2 réunions suivantes se sont tenues dans le respect du plan de travail établi, autour de thèmes convenus à l avance. La 2 ième réunion a été consacrée aux questions relatives à l organisation économique (système interprofessionnel, organisations de producteurs, rapports contractuels/conventionnels entre acteurs d une filière) ainsi qu aux questions relatives à la transparence des marchés et des transactions. La 3 ième réunion s est focalisée sur les questions d une part de l emploi, de la formation et des questions d ordre social ; d autre part, sur les questions liées à l installation, au statut de l exploitant et de l exploitation, au contrôle des structures. Enfin, la dernière réunion du groupe s est penchée sur l ensemble des outils nationaux de gestion des risques, de stabilisation des revenus (FNGCA, systèmes assurantiels, épargne de précaution, contractualisation des débouchés) et de fiscalité. Des propositions qui ont été faites et discutées, les points majeurs suivants peuvent être retenus : 1 - Les questions relatives à la compétitivité et aux revenus posent fondamentalement la question des modèles d agriculture que les agriculteurs, les industriels, les metteurs en marchés, les consommateurs, les ONG environnementalistes, globalement la société, souhaitent favoriser dans un horizon de moyen ou long terme. Cette question essentielle qui vaut au niveau national comme au niveau communautaire, et dont la réponse doit permettre ensuite d établir et décliner les outils d une politique publique, était perceptible à travers les propositions et positions prises. Les approches en la matière, fortement divergentes, voire antagonistes, expliquent que le groupe n a pu, sur une très grande majorité de sujets, déboucher sur des propositions consensuelles. Deux visions de l agriculture se sont exprimées, de façon plus ou moins explicite, à travers les différentes propositions qui ont pu être examinées : o une agriculture qui doit résolument s engager dans la voie de la compétitivité économique dans un monde qui sera ouvert et concurrentiel. Les tenants de cette vision sont porteurs de propositions assez volontaristes sur la responsabilité des différents acteurs dans la gestion des risques, sur le rôle de l Etat qui doit définir un cadre permettant aux entreprises d exprimer leur performance, sur l adaptation de divers dispositifs o une agriculture dont la vocation première est de maintenir des actifs. Les tenants de cette vision en appellent à l Etat pour protéger, pour compenser les effets négatifs des marchés et pour garantir aux agriculteurs un niveau de revenu. 2 - Mais les tenants de ces deux visions se retrouvent sur la nécessité du maintien d une politique agricole commune solide. Ils ont estimé qu une loi de modernisation agricole n a de sens que : o si elle s appuie sur une PAC qui maintienne des outils de régulation des marchés et d orientation des productions. En particulier, aucun des outils existants ou à venir, aucune disposition en matière d organisation économique au sein des interprofessions, des organisations de producteurs, de relations contractuelles, n est de nature à se substituer 2/8

3 pleinement aux outils communautaires de régulation des marchés, o si les distorsions de concurrence existant au sein de l Union européenne et entre l Union européenne et les pays tiers sur le plan social sanitaire ou environnemental et qui pèsent sur les entreprises sont réduites ou compensées. Tous ont souhaité que la LMA inscrive dans un préambule ou dans son exposé des motifs la vision sur la PAC de l après 2013 (cf. groupe PAC 2013). De plus, la même unanimité se retrouve pour constater que les échanges internationaux de biens agricoles et alimentaires resteront indispensables et pour souhaiter leur sécurisation au niveau international ainsi qu une réglementation des marchés à terme afin de réduire les effets des spéculations sur les prix des denrées alimentaires de base. 3 - Une unanimité s est dégagée sur plusieurs points : o la nécessité pour les opérateurs de pouvoir s organiser en introduisant des dérogations aux règles générales en matière de concurrence qui prennent en compte les spécificités de l agriculture comme le rend possible l article 81.3 du traité de l Union européenne ; o le renforcement des outils de connaissance des marchés et des filières, dans un souci de transparence. Pour cela, le groupe a proposé : * de recourir plus largement au «bench marking» avec les autres pays de l UE et nos principaux concurrents dans les pays tiers ; * de mettre en place des analyses sur l efficacité des aides et outils mis en œuvre. A cet égard, il existe très peu d études et apparemment aucune en France sur les effets de l organisation économique sur la compétitivité des filières, * d inscrire dans la loi l observatoire des prix et des marges pour les produits agricoles et agroalimentaires, avec toutefois des interrogations sur les obligations à établir le cas échéant en matière de transmission d informations pour les différents opérateurs, notamment sur les marges (informations largement stratégiques) ; o l extension aux interprofessions des dispositions «CNIEL» adoptées en LFR 2008 qui permet de mettre en œuvre des indices de tendance des marchés. Il a été souligné la nécessité que ces dispositions soient sécurisées au plan juridique vis-à-vis des règles de concurrence tant au plan national que communautaire ; o la mise en place d un dispositif de couverture des aléas économiques (cf. travaux de groupe CGAER-IGF). Néanmoins, les outils pour y répondre n ont pas fait consensus. L extension des dispositions relatives aux assurances ou à l épargne de précaution approuvée majoritairement, n est pas partagée par certains qui estiment qu elle sera facteur d exclusion ; o la prorogation de la mesure de crédit d impôt qui permet de prendre en charge à hauteur de 50% le coût du service de remplacement et l octroi de 5 jours supplémentaires réservés à la formation des agriculteurs. Certains ont toutefois souhaité que l accès à ces dispositifs soit élargi aux salariés des exploitations ; o la reconnaissance des actifs dans les formes sociétaires, notamment les EARL. Un consensus s est dégagé pour ne pas se limiter à la transparence des GAEC, sous réserve de 3/8

4 pouvoir contrôler la qualité des associés dans les différentes formes de sociétés ; o le renforcement de la formation et un accès facilité pour tous les exploitants et leurs salariés. Les points soulevés ont peu de portée législative (sauf la disposition sur le service de remplacement) et relèvent plus des moyens budgétaires qui pourraient être dégagés ou encore d une amélioration des relations entre VIVEA et FAFSEA. 4 - Les autres éléments du débat n ont pas fait consensus: o le renforcement de l organisation de l offre par le transfert de propriété au sein des organisations de producteurs n a pas été consensuel. Les professionnels de la viande bovine, et les producteurs de plants de pomme de terre (FN3PT) et de betteraves (CGB) ont déclaré leur opposition à cette mesure. o la question des relations contractuelles a été largement débattue avec souvent des oppositions très réductrices entre régulation et contractualisation. Certains craignent qu à travers une contractualisation ne soit renforcée la dépendance et l intégration vis-à-vis des transformateurs ou des metteurs en marché. Le consensus s est cependant dégagé sur la nécessité de rechercher un équilibre des relations entre producteurs, transformateurs, distributeurs et d établir des lignes directrices qui ne s enferment pas dans un cadre de contractualisation rigide. o La question de la représentativité des interprofessions et en particuliers la nécessaire présence du syndicalisme agricole dans toutes ses composantes a été soulevé à plusieurs reprises. L extension systématique vers l aval aux distributeurs et consommateurs a été évoquée ainsi que le fait que ces évolutions nécessiteraient alors une évolution des règles de fonctionnement (règle d unanimité par exemple), o les questions de l installation, du contrôle des structures, du statut de l exploitant et de l exploitation avec le statut du fermage, le «fonds agricole» sont particulièrement controversées avec des équilibres particulièrement complexes à tenir. Dans ce débat s opposent d une part, les tenants de différents modèles d agriculture, d autre part, les intérêts des bailleurs et ceux des preneurs. Les dispositifs pour chacun d entre eux sont soit trop contraignants, soit liberticides, o la gouvernance dans un certain nombre d instances. Les points principaux soulevés ont porté particulièrement sur les CDOA, les SAFER, les interprofessions. o en matière sociale, des clivages tout aussi importants existent : les mesures d exonération des charges et d allègement des coûts demandées par les agriculteurs sont vivement mises en cause par les syndicats de salariés. Il en est de même sur la mise en place d une TVA sociale, très contestée. 4/8

5 En conclusion Les deux sujets confiés à ce groupe à savoir la compétitivité et les revenus, pour faire l objet de propositions fortes, auraient nécessité un consensus sur les objectifs poursuivis ce qui n était pas possible au sein d un groupe aussi diversifié. Aussi l exercice conduit n a-t-il pas porté de diagnostic partagé sur les raisons de la perte de compétitivité des filières agro-alimentaires ou sur la nécessité d aider les entreprises de l amont comme de l aval à investir pour renforcer leur outil de production et leur capacité de résistance aux aléas de toute nature (économique en premier lieu). En revanche le droit communautaire de la concurrence, appliqué aux enjeux agricoles et alimentaires parait à tous devoir être plus ouvert. Le groupe a du convenir d un objectif modeste, mais utile et partagé, à savoir le recueil et la mise en discussion des propositions mises sur la table avant la discussion programmée sur chaque grand thème. De nombreuses propositions sont arrivées a posteriori après la tenue de ces débats et n ont pas pu être examinées en séance. Elles sont jointes à cette note. 5/8

6 Annexe : Groupe de travail «Compétitivité et revenus» Points faisant l objet de consensus Organisation économique - Nécessité d une sécurisation des échanges agricoles et alimentaires au niveau international - Articulation avec la politique communautaire o la réflexion sur l organisation économique agricole nationale ne peut pas faire abstraction du niveau communautaire. Nécessité du maintien d outils de gestion et d organisation des marchés dans le cadre communautaire. o faire figurer dans l exposé des motifs de la LMA, les orientations qu adoptera la France pour la PAC après étendre les dispositions applicables à l interprofession laitière (indicateurs de tendance de marché) aux autres interprofessions avec une sécurisation juridique vis-à-vis des règles concurrence tant au plan national que communautaire - renforcer l observatoire des prix et des marges en lui donnant une assise législative ; en prévoyant par exemple un rapport annuel au Parlement (en débat : examiner la possibilité de rendre obligatoire la communication des données économiques) (réserves ANIA) Suggestions non consensuelles interprofessions - renforcer leur légitimité en améliorant leur représentativité, ce qui pourrait conduire à réviser le mode de décision au sein des collèges - sécuriser leur capacité à gérer les volumes - envisager une adaptation des interprofessions au niveau local - préciser leur articulation avec FranceAgriMer organisations de producteurs - envisager la suppression des OP non commerciales relations contractuelles, transparence des filières - afin d équilibrer les relations entre producteurs, transformateurs, distributeurs, établir des lignes directrices, sans s enfermer dans un cadre de contractualisation rigide Suggestions diverses - mieux encadrer le prix après vente (PAV) et clarifier voire interdire les remises, rabais, ristournes (3R) - prévoir un bilan annuel de la LME - relever le plafond de 25 % de transaction des coopératives avec des non-coopérateurs - faciliter la participation des agriculteurs à l actif des entreprises de transformation coopératives et privées ; - supprimer les micros taxes à faible rendement mais à gestion lourde 6/8

7 - Autorisation de camions à 44T Emploi et formation Point faisant l objet de consensus - améliorer l attractivité de l emploi par la formation initiale et professionnelle ; pas d opposition à la proposition de reconduire le crédit d impôt remplacement et de l orienter vers la formation (passage de la prise en charge de 14j à 19j) Suggestions non consensuelles - ouvrir le service de remplacement aux salariés pour la formation ou l exercice d un mandat syndical - renforcer les passerelles entre VIVEA et FAFSEA - renforcer l attractivité en améliorant les conditions de logement des salariés - extension aux CUMA du dispositif d exonération des cotisations sociales sur les travailleurs occasionnels (COOP de France) - revoir les conditions d accès au régime social agricole (cotisants solidaires) : o définir un seuil minimum d activité économique au lieu d un seuil de surface (1/2 SMI) o créer un registre de reconnaissance de l activité agricole - proposition d ouvrir à l agriculture le régime d autoentrepreneur - la réduction du coût du travail par une TVA sociale Statut de l exploitant et de l exploitation, installation, contrôle des structures Suggestions non consensuelles - imposer la prise en compte des salariés pour les CDOA dans tous les départements ; plus globalement, question de la représentativité de la société civile dans les différentes instances - libéraliser le contrôle des structures (FNPPR), notamment en relevant les seuils à compter desquels une autorisation d'exploiter est requise et en assouplissant l'encadrement des prix des fermages - reconnaître la place du conjoint dans les formes sociétaires et étendre la transparence GAEC aux autres formes sociétaires (APCA, Conf paysanne et, à quelques nuances près, FNSEA) - affirmer le principe de la priorité de l'installation sociétaire, et créer un statut permettant l'installation sociétaire à l'essai (FNSEA) - rendre le fonds agricole obligatoire (FNSEA) - rendre le bail cessible plus attractif : o en supprimant l'interdiction des pas de porte lors du bail initial o en clarifiant le montant maximal du loyer (NB : a priori déjà fait, et de toutes façons pas du niveau législatif) o en sécurisant le bailleur en ce qui concerne l'indemnité au fermier sortant (NB : à vérifier, car pas clair) 7/8

8 - recentrer le contrôle des structures sur le maintien d'exploitations viables (FNSEA) : en cas de souhait du bailleur de reprendre ses terres, la simple déclaration actuelle devrait faire l'objet d'une analyse comparative des deux projets économiques du bailleur et du fermier (afin d'éviter que le bailleur ne reprenne les terres pour les faire exploiter par une entreprise de travaux agricoles, au détriment d'un fermier véritable exploitant dont l'exploitation se retrouverait ainsi réduite) - ouvrir l'acquisition du foncier à des capitaux extérieurs (Conf paysanne) - permettre l'accès aux coopératives pour les assolements en commun (COOP de France) Gestion des risques et de stabilisation des revenus Suggestions non consensuelles FNGCA / assurances - ouvrir l assurance à tous (Confédération paysanne), rendre l assurance récolte obligatoire (MODEF) - créer une assurance économique de l exploitation (assurance revenu?) (FNSEA) - prévoir un mécanisme de réassurance (GROUPAMA) - clarifier l article L361-2 du code rural pour garantir l accès au FNGCA aux systèmes à bas intrants (agriculture biologique) (MEEDDEM) - mise en place d une contribution publique aux assurances différenciée selon le type de pratiques agronomiques mises en œuvre par les exploitants (MEEDDEM) - prise en charge du risque en cas de changement de mode de production vers des systèmes à bas intrants, bio ou qualifiés HVE (MEEDDEM) DPA / DPI - élargir la DPA aux aléas économiques (conformément à l annonce du Premier Ministre d avril 2009) - augmenter le plafond de déduction annuel, le plafond global de DPA, la durée d utilisation (jusqu à une année de chiffre d affaire sur 5 ans, utilisables sur 15 ans) - supprimer l obligation d assurance qui freine le développement du dispositif DPA - créer une «dotation d amorçage» pour la mise en place de DPA chez les jeunes - étendre la DPA à la provision des hausses de prix ou de charges sociales - permettre aux agriculteurs d opter pour une assiette de cotisations sociales ou fiscales basées sur l année en cours Marché à terme - réguler les marchés à termes pour limiter les fluctuations spéculatives 8/8

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale A Paris, le vendredi 07 septembre, REEXAMEN DU REGIME DE L UE APPLICABLE AU SECTEUR DES FRUITS ET LEGUMES - CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES OPTIONS PROPOSEES ET L'EVALUATION DE LEURS INCIDENCES Contribution

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

Les pensions dans la gouvernance économique et sociale européenne Les enjeux de la taxation

Les pensions dans la gouvernance économique et sociale européenne Les enjeux de la taxation Les pensions dans la gouvernance économique et sociale européenne Les enjeux de la taxation Dalila Ghailani, Observatoire social européen Séminaire Eurelpro Comité économique et social européen, 26 novembre

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

AAF Sections Economie & Politique Sciences humaines & Sociales

AAF Sections Economie & Politique Sciences humaines & Sociales AAF Sections Economie & Politique Sciences humaines & Sociales 18 mars 2015 Pierre Pagesse Président de momagri 1 Le constat momagri : l'exploitation agricole est au cœur de la mondialisation Constat historique

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Enquête APREF. KPMG Entreprises Paris Juillet 2008. KPMG Entreprises

Enquête APREF. KPMG Entreprises Paris Juillet 2008. KPMG Entreprises Enquête APREF KPMG Entreprises KPMG Entreprises Paris Juillet 2008 1 Approche qualitative sur les métiers de la réassurance en France 2 Contexte Dans le cadre de la réflexion du gouvernement sur l amélioration

Plus en détail

Mobilisation pour l élevage français gérer l urgence et préparer l avenir

Mobilisation pour l élevage français gérer l urgence et préparer l avenir Mobilisation pour l élevage français gérer l urgence et préparer l avenir Le Gouvernement est pleinement mobilisé en faveur de l'élevage. Jeudi 3 septembre le Premier Ministre a présenté un plan en faveur

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Conseil National du Commerce Extérieur L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Anticiper Partager Agir 2005 www.cnce.org.ma CHAPITRE I : Sommaire LES INDICATEURS DE

Plus en détail

S installer en agriculture

S installer en agriculture S installer en agriculture 13 novembre 2013 Plan de l intervention Présentation du PAI Quelques données chiffrées Enquête de suivi et abandon de projet Le statut agricole Les démarches installation La

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 150 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 décembre 2010 PROPOSITION DE LOI tendant à sécuriser le régime du portage salarial, PRÉSENTÉE Par M. Alain HOUPERT, Sénateur

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020 N de l opération 213 Développement de l accompagnement en matière de stratégie d entreprise et de l approche globale des systèmes d exploitations au service de la multiperformance Chef de projet Joel LORILLOU

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

*** INDICES DE RÉFÉRENCE POUR LES CONTRATS FINANCIERS

*** INDICES DE RÉFÉRENCE POUR LES CONTRATS FINANCIERS R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E COMMISSION DES AFFAIRES EUROPÉENNES Paris, le 28 novembre 2013 Communication de M. Richard Yung *** INDICES DE RÉFÉRENCE POUR LES CONTRATS FINANCIERS *** Depuis juin

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Grenelle de l environnement. Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative

Grenelle de l environnement. Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative Grenelle de l environnement Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative 1. Projet de loi Grenelle 1 Le Groupe Chambres d agriculture propose, concernant le projet de loi Grenelle

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Note sur la participation d INPACT aux Assises de l installation et orientations communes pour soutenir l installation de nouveaux paysans

Note sur la participation d INPACT aux Assises de l installation et orientations communes pour soutenir l installation de nouveaux paysans Note sur la participation d INPACT aux Assises de l installation et orientations communes pour soutenir l installation de nouveaux paysans 11 mars 2013 INPACT national, qui regroupe 5 têtes de réseaux

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Plus responsables, plus performants

Plus responsables, plus performants ISR Plus responsables, plus performants x4 progression des encours ISR en 4 ans (Source Novethic à fin 2011) L ISR, pourquoi? Une finance qui s engage Changer les règles du jeu Mettre les entreprises face

Plus en détail

Place des organisations professionnelles agricoles dans les dispositifs de Formation Professionnelle Agricole en France

Place des organisations professionnelles agricoles dans les dispositifs de Formation Professionnelle Agricole en France 1 Place des organisations professionnelles agricoles dans les dispositifs de Formation Professionnelle Agricole en France I. Les représentants des OPA : de qui parle-t-on? Les OPA sont représentées par

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage français

Plan de soutien à l élevage français Plan de soutien à l élevage français MEMENTO Entreprises fragilisées dans le secteur agricole : quels outils pour quelles problématiques? La présente fiche récapitule de façon synthétique les outils existants

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Paris, le 3 février 2006 Communiqué de presse «Coopératives et mutuelles : un gouvernement d entreprise original» Les 30 recommandations du rapport sur le gouvernement d entreprise des coopératives et

Plus en détail

Optimiser le dispositif des AMM

Optimiser le dispositif des AMM Avril 2010 RECONNAISSANCE MUTUELLE EUROPEENNE Optimiser le dispositif des AMM Légumes de France Légumes de France : Syndicat national majoritaire des producteurs de Légumes de France. Représente l ensemble

Plus en détail

Le présent budget maintient donc le cap de l équilibre budgétaire et les contribuables continuent de participer activement à l effort.

Le présent budget maintient donc le cap de l équilibre budgétaire et les contribuables continuent de participer activement à l effort. Pour maintenir le cap vers l équilibre budgétaire : les particuliers toujours plus sollicités Bulletin fiscal Budget provincial, 17 mars 2011 Le ministre des Finances du Québec, M. Raymond Bachand, a prononcé

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Intégration et contractualisation en agriculture au Québec. Consultation 2013 7-9 et 17 octobre Fédération de l UPA de la Montérégie

Intégration et contractualisation en agriculture au Québec. Consultation 2013 7-9 et 17 octobre Fédération de l UPA de la Montérégie Intégration et contractualisation en agriculture au Québec Consultation 2013 7-9 et 17 octobre Fédération de l UPA de la Montérégie Déroulement de la rencontre Ouverture Première partie : La démarche de

Plus en détail

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013 Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières Janvier 2013 Contexte et objectif Contexte Les industries agroalimentaires sont un secteur essentiel

Plus en détail

Le réseau des Chambres d agriculture, l installation* et la transmission

Le réseau des Chambres d agriculture, l installation* et la transmission Le réseau des Chambres d agriculture, l installation* et la transmission Un accompagnement historique! * Création ou reprise d entreprises agricoles Voyage de presse installation-transmission - 4 avril

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE

COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE Pour mieux comprendre COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE LE GOUVERNEMENT S ENGAGE L agriculture est un secteur stratégique pour l économie française et dispose d atouts considérables. Avec ses 450 000

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises Méthode d intervention du en appui aux OP béninoises Illustration par quelques expériences en cours Déroulement de la séance 1 Présentation succincte du et de son mode d intervention; 2 Illustration des

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE --------------------------------

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- Retraités agricoles: non à l injustice et à l inéquité! Confrontés à la faiblesse des retraites agricoles, à la

Plus en détail

Charte de gouvernement d entreprise du Crédit Coopératif

Charte de gouvernement d entreprise du Crédit Coopératif Charte de gouvernement d entreprise du Crédit Coopératif Adoptée par le Conseil d administration du 15 septembre 2005 1 PREAMBULE Le Groupe CREDIT COOPERATIF constitue une branche spécialisée de la coopération

Plus en détail

AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012

AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 GRAND CONSEIL D ORIENTATION DE L AGENCE BIO 12 SEPTEMBRE 2007 ALLOCUTION DE MICHEL BARNIER AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 I) INTRODUCTION Je suis très heureux d être parmi vous pour ce Grand conseil

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

3 ème réunion de l instance de concertation sur la réforme de la défiscalisation Outre-mer

3 ème réunion de l instance de concertation sur la réforme de la défiscalisation Outre-mer 3 ème réunion de l instance de concertation sur la réforme de la défiscalisation Outre-mer 11 Juillet 2013 1 avertissement Le présent document a été soumis à l instance de concertation réunie le 11 juillet

Plus en détail

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8 6 LES DIX ANS LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde 8 7 LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde À l occasion du dixième anniversaire de sa création, l ACNUSA a réuni tous ses partenaires

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Fiche de cadrage (établie avec l appui méthodologique du département évaluation du SGMAP)

Fiche de cadrage (établie avec l appui méthodologique du département évaluation du SGMAP) Intitulé de l évaluation : rôle et place du logement locatif meublé Date de la fiche : 20-mars 2015, revue le 7-avril Fiche de cadrage (établie avec l appui méthodologique du département évaluation du

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage Mise en œuvre des mesures d urgence 22/09/2015

Plan de soutien à l élevage Mise en œuvre des mesures d urgence 22/09/2015 Plan de soutien à l élevage Mise en œuvre des mesures d urgence 22/09/2015 1 Mesures d urgence du PSE Annonces du 22 juillet : 1. Prix : mobilisation de chaque filière sur le respect des engagements 2.

Plus en détail

Présentation des mesures fiscales à insérer dans le PLDF 2014

Présentation des mesures fiscales à insérer dans le PLDF 2014 1 Présentation des mesures fiscales à I- Cadre Général de la préparation des mesures fiscales du PLDF 2014 1-Le discours Royal du 30 juillet 2013 qui a annoncé la fin de l exonération pour les grands investissements

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 23 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Réponse au livre vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail. Réf. : COM(2015) 630 final P. J. : Réponse des autorités

Plus en détail

Ecotaxe poids lourds

Ecotaxe poids lourds Ecotaxe poids lourds Une exonération indispensable pour les filières bétail et viandes ARGUMENTAIRE CHIFFRE Mission d information sur l écotaxe poids lourds Audition du 16/01/14 L écotaxe poids lourds,

Plus en détail

Gestion des risques sanitaires et futurs programmes européens. ens. CROPSAV du 10 juillet 2013

Gestion des risques sanitaires et futurs programmes européens. ens. CROPSAV du 10 juillet 2013 Gestion des risques sanitaires et futurs programmes européens ens CROPSAV du 10 juillet 2013 Calendrier de la négociation PAC octobre 2011: proposition législative de la Commission Européenne 13 mars 2013

Plus en détail

Développer l Agriculture Biologique pour une protection durable et économe de votre captage

Développer l Agriculture Biologique pour une protection durable et économe de votre captage Développer l Agriculture Biologique pour une protection durable et économe de votre captage Outils et expériences À destination des maîtres d ouvrage GAB Ile-de-France Avril 2010 1/ Inviter l ensemble

Plus en détail

Info Syndicale : complémentaire Santé

Info Syndicale : complémentaire Santé Info Syndicale : complémentaire Santé La complémentaire santé des Salariés non-cadres La complémentaire santé des salariés agricoles non cadre évolue afin de répondre aux obligations mises en place par

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Mardi 7 juillet 2015 15 heures Commission des affaires européennes Communication de la Présidente Danielle Auroi sur la proposition d initiative législative

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine

Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine Pour tout renseignement complémentaire, veuillez vous rapprocher de votre cabinet comptable. 1 éléments

Plus en détail

Promouvoir l'agriculture familiale pour résoudre les grands défis contemporains

Promouvoir l'agriculture familiale pour résoudre les grands défis contemporains Promouvoir l'agriculture familiale pour résoudre les grands défis contemporains MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Le secteur agricole est

Plus en détail

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs Solutions Assurances Agriculteurs Complément de retraite Préparer sa retraite, c est essentiel. Votre retraite, c est à vous d en décider. Plus tôt vous la préparez, plus vous mettez d atouts de votre

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon Par Florence FOREST, DRAAF Cindy SCHULTZ, Conseil Régional L-R En termes de bilan sur l année 2010, les interventions

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION No 3

CIRCULAIRE D INFORMATION No 3 27 mai 1998 Dr. Hermann Walser CIRCULAIRE D INFORMATION No 3 Le rapport IDA-FiSo2 et les thèmes principaux du Conseil fédéral concernant la 1ère révision de la LPP 1. Le Conseil fédéral est en train de

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail

FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail Créé par l ANI du 05 décembre 2003, l entretien professionnel est intégré en 2014, pour la première fois, dans le Code du travail.

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Syndicat Mixte Oise-Aronde

Syndicat Mixte Oise-Aronde Syndicat Mixte Oise-Aronde Compte-rendu du Syndicat Mixte Oise-Aronde (SMOA) du 13 décembre 2012 L ordre du jour est le suivant : Approbation du compte rendu de la séance précédente 1. Modélisation de

Plus en détail

Fiche mesure FEADER 2014-2020 Article 15 - Transfert de connaissances et actions d information

Fiche mesure FEADER 2014-2020 Article 15 - Transfert de connaissances et actions d information Fiche mesure FEADER 2014-2020 Article 15 - Transfert de connaissances et actions d information 1. Cadre et justification de la mesure 1.1 Base légale Article 15 du projet de Règlement du Parlement Européen

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Principales idées et conclusions issues de l Atelier OP AgriCord organisé à Cotonou,

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

BUDGET ANNEXE DE L ASSAINISSEMENT

BUDGET ANNEXE DE L ASSAINISSEMENT BUDGET ANNEXE DE L ASSAINISSEMENT Le service de l assainissement est un service public à caractère industriel et commercial, soumis à la comptabilité M4 différente de la comptabilité M14 applicable au

Plus en détail