PLAN DE MAITRISE SANITAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN DE MAITRISE SANITAIRE"

Transcription

1 PLAN DE MAITRISE SANITAIRE REDACTION APPROBATION MISE EN APPLICATION MR HUGUET MR RAPHAEL CLEON MME M.GEORGES CESAR TEN RC GESTIONNAIRE CHEF DE CUISINE VALIDATION MR PATRICK GAST CHEF D ETABLISSEMENT 1

2 PLAN DE MAITRISE SANITAIRE 1 PRESENTATION DU GUIDE REFERENCES RELATIONS EXTERIEURES 2

3 Ce guide a pour référence : l arrêté du 29/09/1997, la note de service 8126 du 10/08/1998 et le projet de guide de bonnes pratiques d hygiène en cours de validation par les pouvoirs publics. Ce document n a aucune valeur réglementaire et ne dispense pas de la lecture de l arrêté du 29/09/97. Il ne s agit que d un outil méthodologique mis à disposition des établissements publics locaux d enseignement, sans caractère obligatoire. Le respect de ces procédures participera à l amélioration de la qualité du Service Restauration en matière de sécurité sanitaire des aliments, de la gestion du personnel, du matériel, et des matières premières. C est une référence interne de fonctionnement qui doit être à disposition et consultée : Par chaque nouvel arrivant ; A tout moment pour vérification ; Par la direction de l établissement ; Par les services de contrôles officiels... Ce guide n est pas figé, il doit évoluer au même rythme que le service restauration. 3

4 Relations extérieures Relations Adresses Téléphones Directions des Services Vétérinaires. Parc de Tivoli Ŕ B.P : FORT-DE-FRANCE. Quartier Place d armes Le LAMENTIN. Aérogare Ŕ Fret au Lamentin Le LAMENTIN D.S.D.S Centre d affaires AGORA ZAC de l étang ZABRICOTS Pointe des Grives B.P : D.R.C.C.R.F Hôtel des finances Route de Cluny SCHOELCHER Technicien restauration collective Urgence Maintenance F.A.I.C sa Martinique Z.A La Semair Le ROBERT E.D.F Collectivités - Administrations Laboratoire d analyses Micro biologiques Laboratoire Départemental d Hygiène 35, boulevard PASTEUR B.P 628 Ŕ FORT DE FRANCE Direction des Services Techniques du Conseil Régional Hôtel de Région Plateau ROY Ŕ Cluny FORT DE FRANCE

5 GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE II. DOCUMENTS D ORGANISATION GENERALE 5

6 SOMMAIRE 1. DESCRIPTION DE L ACTIVITE 2. PRESTATION ALIMENTAIRE 3. ORGANIGRAMME DES PRODUITS 4. ORGANIGRAMME DU PERSONNEL 5. PRINCIPE DE LA MARCHE EN AVANT DE LA CUISINE ET DU RESTAURANT 6. DEFINITION DES ZONES 7. RELEVE DES EFFECTIFS DE LA SEMAINE 8. DESCRIPTION DU FONCTIONNEMENT ET DES SURFACES 9. MATERIELS ET INSTALLATIONS EXISTANTS 6

7 DESCRIPTION DE L ACTIVITE Mode de fonctionnement de la cuisine Cuisine Centrale en liaison chaude, consommation sur place et différée dans l espace. Fonctionnement : Du lundi au jeudi (matin, midi, soir). Vendredi (matin, midi) Service en self sur une banque de distribution Nombre de repas fabriqués La cuisine fabrique 1160 repas en moyenne par jour (1100 midi, 60 soir) repas par an. Horaire de service Déjeuner : 11h40 Ŕ 13h30 Dîner : 19h00 Ŕ 19h45 Petit déjeuner : 6h45 Ŕ 7h15 7

8 PRESTATION ALIMENTAIRE DEJEUNER 1 entrée 1 plat protéinique 1 légume d accompagnement 1 dessert DINER 1 entrée 1 plat protéinique 1 légume d accompagnement 1 dessert PETIT DEJEUNER Lait, chocolat, café, thé, yaourt, confiture, miel, sucre, beurre, fruits, pain et céréales, ou ponctuellement des viennoiseries 8

9 1 Réception MP 2 Chambre froide Fruits et légumes Chambre froide Négative + congélateur Chambre froide BOF Réserve sèche Légumerie 3 Déboîtage Cuisson Découpe Préparations froides Maintien au chaud +63 C Maintien en chambre froide du jour 0 à 3 C (2) Présentation en bain marie 3 Présentation en meuble réfrigéré Distribution Consommation Les étapes colorées font l objet d une maîtrise particulière, décrite par une procédure inspirée des principes HACCP : 9

10 Procédure contrôle réception 1 Procédure contrôle températures chambre froide Procédure fiche de suivi produit 3 2 Procédure contrôle températures et fiche suivi produit Procédure contrôle micro biologique Plannings des nettoyages Tous secteurs Tous secteurs 10

11 ORGANIGRAMME Chef d établissement Monsieur GAST Gestionnaire Monsieur Raphaël CLEON Magasin alimentaire Monsieur ETIENNE Madame CESAR Chef de cuisine Madame CESAR Approvisionnement / Petit déjeuner / Préparations préliminaires / Préparations froides / Préparations chaudes / Fabrication du soir / Distribution sur une ligne de self matin, midi, soir / Plonge batterie Plonge laverie / Nettoyage et désinfection de tous les secteurs (réfectoire compris) 3 ATTEE Principaux (dont 1 à mi temps) + 4 ATTEE en production + 8 contractuels (plonge laverie) dont 5 CUI 11

12 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DE LA MARCHE EN AVANT DE LA CUISINE ET DU RESTAURANT Monte charge Denrées Réserves Alimentaires Rez-de-chaussée Légumerie Déboîtage Boucherie Poissonnerie Cuisson Chambre froide de jour Préparations froides Armoire de maintien en température Armoire Frigorifique Containers de la voirie Monte Charge sale Plonge batterie Laverie vaisselle Banque de distribution Hall d attente Salle à manger des commensaux Salle à manger Sortie 12

13 PLAN DE LA CUISINE Définition des zones propres, intermédiaires et sales : Zones sales de couleur rouge Réserves, débarrassage laverie, monte charge déchets, bureau du magasinier. Zones intermédiaires de couleur verte Vestiaires, légumerie Ŕ déboîtage, boucherie, poissonnerie, plonge batterie, bureau. Zones propres de couleur bleue Toutes les zones de préparations et de distribution, sortie lave vaisselle Définition des 3 circuits qui composent la marche en avant Circuit des denrées sales et des déchets. (rouge) Circuit personnel et élèves (vert) Circuit des denrées propres (bleu) Ces dispositions se trouvent regroupées sur les plans ci-joint. 13

14 RELEVE DES EFFECTIFS Semaine N au du MIDI Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi TOTAL SEMAINE Effectif prévu midi Effectif midi Repas passager Repas froid midi Pots TOTAL MIDI SOIR Lundi Mardi Mercredi Jeudi TOTAL SEMAINE Effectif prévu soir Effectif soir Repas passager Repas froid soir Pots TOTAL SOIR PETIT DEJEUNER Effectif petit déjeuner Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi TOTAL SEMAINE 14

15 DESCRIPTION DU FONCTIONNEMENT ET DES SURFACES LE BATIMENT COMPORTE 2 NIVEAUX : Rez-de-chaussée : - Vestiaires du personnel - Hall de réception - Réserves - Bureau du magasinier - Local déchets Etage : - Cuisine - Chaîne de distribution - Salles de restaurant des élèves et des personnels SURFACES ET FONCTIONNEMENT : Surfaces : - Vestiaires des personnels : Hommes : 18,53 m2 Femmes : 16,22 m2 - Hall de réception : 22,70 m2 - Magasin produits consommables : 17,09 m2 - Magasin produits d entretien : 9,93 m2 - Réserves sèches : Climatisée : 23,47 m2 Non climatisée : 37,21 m2 - Stockage frigorifique : 27,75 m2 - Légumerie : 26,51 m2 - Poissonnerie : 11,02 m2 - Boucherie : 11,02 m2 - Préparations froides : 36,77 m2 - Hall cuisson : 67,52 m2 - Plonge batterie : 16,54 m2 - Plonge laverie : 56,93 m2 - Bureau chef de cuisine : 12,77 m2 Fonctionnement : (rez-de-chaussée) - Vestiaires du personnel : Séparés en 2 parties, hommes et femmes, ils sont équipés de WC et douche ; - Réserves alimentaires : Equipées d étagères, la surface est suffisante ; 15

16 - Stockage frigorifique : 2 chambres froides positives et 1 négative. La capacité de stockage est suffisante ; - Montes- charges : Les 2 monte-charges permettent la marche en avant propre et sale, capacité de 300kg ; - Local déchets : Est entreposé dans ce local un nettoyeur haute pression Fonctionnement : (étage) - Cuisine : le principe de la marche en avant dans l espace est respecté ; - Préparations froides : Espace situé en relation direct avec la banque de distribution. Les produits en portions individuelles sont stockés en attente de distribution, dans l armoire frigorifique ou dans la chambre froide de jour ; - Hall cuisson : Il est équipé de matériel traditionnel installé sous hotte d extraction ; - Plonge laverie et batterie : Les déchets sont évacués par un monte-charge utilisé à cette seule fonction. ANALYSE ET MAITRISE DES DANGERS LIES A L ENTREPOSAGE DES PLATS CUISINES EN ATTENTE DE LIVRAISON 1- DEFINITIONS : Pour cette procédure, il faut entendre par : - Entreposage «des produits finis» ; le fait de stocker provisoirement en cuisine centrale des préparations culinaires élaborées à l avance (PCEA) conditionnées en parts collectives en attente de leur distribution en liaison chaude au collège TRIANON.. Les PCEA conservées sous le régime du froid positif sont entreposées dans l armoire frigorifique destinée aux produits finis dont les températures sont comprises entre 0 C et +3 C. La température à cœur des PCEA doit être comprise entre 0 C et +4 C.. Les PCEA conservées par la chaleur sont disposées dans l armoire de maintien en température. Cette enceinte permet le maintien à cœur des aliments à une température supérieure ou égale à +63 C. NB : tous les bacs sont systématiquement passés à la machines à laver avant utilisation. 2-ORIGINE DES DANGERS MICROBIOLOGIQUES : 2.1. Pendant l entreposage des produits finis - Au cours de l entreposage des préparations culinaires élaborées à l avance (PCEA) en attente de la distribution au collège TRIANON, les dangers de nature microbiologiques susceptibles de survenir sont :. la recontamination des produits finis par le personnel qui les manipule ;. les contaminations croisées, notamment si il y a absence de filmage ou de couvercles de protection ;. la multiplication des micro-organismes au sein des denrées : en liaison froide : si la température à cœur des PCEA devient supérieure à +4 C suite à une augmentation de la température de l enceinte de froid positif. 16

17 en liaison chaude : si la température à cœur des PCEA devient inférieure à +63 C suite à une diminution de la température de l enceinte de maintien au chaud. 3-MESURES PREVENTIVES : 3.1. Pendant l entreposage des PCEA en attente de distribution en liaison froide Ces mesures préventives concernent uniquement les hors-d œuvre et les desserts. - Le croisement entre le circuit souillé et le circuit des produits finis (circuit propre) doit être évité :. aucune matière première (viandes et charcuteries, légumes ) aucun emballage fournisseur (cartons, cageot ) ne doit se trouver dans l enceinte froide destinée à l entreposage des produits finis. - Les revêtements de l enceinte réservée au stockage des produits finis sont faits de matériau résistant aux chocs, imperméables aux liquides, lisses, faciles à nettoyer et à désinfecter. - La capacité de stockage de cette enceinte est suffisante. La température de cette enceinte est relevée deux fois par jour sur un document prévu à cet effet. Le plan de rangement permet une circulation facile du froid autour des aliments. - La température de cette enceinte doit toujours être comprise entre 0 C et +3 C. La température des aliments ne doit guère dépasser +4 C. Il faut éviter une ouverture fréquente des portes des enceintes réfrigérées de stockage des produits finis Pendant l entreposage des PCEA en attente de distribution en liaison chaude Ces mesures concernent les entrées chaudes et les plats de résistance. - Les aliments conditionnés en bacs gastronormes en inox sont entreposés dans des enceintes chaudes dont la température est réglée au préalable suivant des consignes bien déterminées. Ces consignes de températures permettent de garantir les qualités organoleptiques des plats ( par exemple d éviter la continuation de la cuisson des aliments) et le respect des normes hygiéniques réglementaires : la température à cœur des PCEA doit être supérieure ou égale à +63 C depuis le dernier stade de traitement jusqu au moment de leur remise au consommateur. - Les enceintes chaudes sont faciles à nettoyer et à désinfecter. 4-LIMITES CRITIQUE ET TOLERANCE : 4.1. Entreposage des PCEA en enceinte réfrigérée - Absence de PCEA non protégée dans les enceintes réfrigérées de stockage. - Nettoyage/désinfection : absence de traces de souillures diverses sur les revêtements et équipements. - Absence de matières premières et d emballage fournisseur. - Hygiène parfaite du personnel de cuisine. - Température d enceinte de stockage comprise entre 0 C et +3 C. - Température à cœur des produits finis comprise entre 0 C et +4 C (maximum). 17

18 4.2. Entreposage des PCEA en enceinte chaude - Absence d aliments non protégés dans les enceintes de conservation. - Absence de traces de souillures diverses. - Hygiène parfaite du personnel de cuisine. - Température à cœur des produits finis supérieure ou égale à +63 C depuis le dernier stade de traitement thermique jusqu au moment de la remise au consommateur. Attention : toutes les PCEA en liaison chaude doivent être servies dans les 2 heures après leur fabrication/conditionnement. 5-SURVEILLANCE DES LIMITES CRITIQUES : - Contrôle visuel des PCEA disposées sur les étagères : qualité de leur protection, absence de matières premières et d emballage fournisseur, ect - Contrôle visuel de l efficacité du nettoyage /désinfection des revêtements et équipements ; contrôle microbiologique périodique des surfaces à l aide de la gélose contact. - Contrôle régulier de la température intérieure des enceintes de stockage : thermomètre intégré, thermomètre manuel ATTENTION aux valeurs indiquées (affichage digital des températures ) qui parfois ne correspond pas exactement aux températures réelles des enceintes réfrigérées. Un étalonnage annuel des appareils de mesure de température est nécessaire. - Contrôle de la température à cœur des produits. - Contrôle de la DLC pour les aliments ayant une durée de vie déterminée. 6-ACTIONS CORRECTIVES : - En liaison chaude, une baisse légère de la température à cœur des aliments en attente de distribution en dessous de +63 C, il convient de corriger rapidement en remontant la température à la valeur réglementaire. Une maintenance des appareils et une révision des consignes de températures de maintien au chaud doivent être rapidement envisagées. - Si la chute de la température à cœur des PCEA est importante (inférieure à +60 C) et pendant plus d une heure, il doit être envisagé le retrait du produit de la consommation humaine. - En liaison froide, une remontée de la température des aliments dans l armoire frigorifique produits finis au-delà de 10 C à cœur doit entraîner leur passage en cellule de refroidissement. Une maintenance des appareils de froid doit être envisagée. 7-ENREGISTREMENT : - Fiche suivi produit 8-VERIFICATION : - Audit interne et externe. - Analyse microbiologique sur les produits finis. 18

19 ANALYSE ET MAITRISE DES DANGERS LIES A L ALLOTISSEMENT DES ALIMENTS EN CUISINE CENTRALE 1-DEFINITION : - L allotissement des aliments (ou la répartition des aliments) représente le fait de passer d un groupage des aliments par nature à un groupage en vu de l expédition. - L activité consiste en un regroupement de denrées conditionnées en multiportions et de denrées non manipulées (produits de négoce type yoghourts, portions individuelles de fromage, fruits ) avant expédition. 2-ORIGINE DES DANGERS MICROBIOLOGIQUES : 2.1. La contamination - Il existe une possibilité de contamination des produits lors de cette opération par :. Le personnel,. L étanchéité imparfaite des conditionnements : couvercles des bacs et/ou des conteneurs isothermes instables,. La structure (murs, plafond, sol),. Les réceptacles de transport (conteneurs isothermes, bacs, cagettes, chariots ),. Des denrées non alimentaires ou alimentaires «sales», destinées au point de distribution et susceptibles de contaminer la zone donc les produits la multiplication des micro-organismes au sein des PCEA devient possible :. Suite à la rupture de la chaîne du froid. Suite à la rupture de la chaîne du chaud. Suite à la durée trop longue de l opération de l allotissement ATTENTION au risque de perte de traçabilité de certains aliments (notamment de ceux issus de la négoce). L indication de la DLC peut ne figurer que sur le contenant global et être absente sur les portions individuelles. Néanmoins, celles-ci doivent pouvoir être identifiées. 3-MESURES PREVENTIVES : - Les opérations d allotissement des PCEA sont réalisées dans les zones de production, elles sont effectuées lorsque le véhicule de transport est disponible sur le site, c est à dire juste avant le départ des produits. - Les plats destinés à être servis froids sont introduits dans les conteneurs isothermes en zone de préparation froide. - Les plats destinés à être servis chauds sont chargés dans les conteneurs isothermes en zone de cuisson. - Les conteneurs sont ensuite descendus au rez-de-chaussée, ils empruntent le montecharge «denrées» qui ont subi une opération de nettoyage/désinfection juste avant cet usage. 19

20 - En zone de réception, le personnel effectue un dernier contrôle de la prestation avant le départ de la cuisine. Ceci concerne tout particulièrement les denrées de négoce qui ont simplement transité par l établissement (comptage, vérification des DLC et/ou DLUO). L état de propreté des contenants dans lesquels sont placées ces denrées est également vérifié avant utilisation. - Les opérations d allotissement et du chargement des aliments dans le véhicule de livraison doivent être réalisées rapidement. - Les manutentions des aliments conditionnés sont faites de manière à éviter les détériorations des conditionnements. - Le personnel doit respecter l hygiène corporel et vestimentaire. 4-SURVEILLANCE DES LIMITES CRITIQUES : - Contrôle visuel de l efficacité du nettoyage/désinfection des surfaces (locaux et matériels) contrôle périodique par gélose de contact lors de l audit de vérification (analyse microbiologique des surfaces). - Contrôle de la température à cœur des produits finis à l aide des thermomètres régulièrement étalonnés. - Contrôle de la température des enceintes chaudes et froides. - Contrôle des dates sur les produits périssables. 5-DISPOSITIONS PARTICULIERES : - Il existe un risque de contamination croisée entre la réception des marchandises et le départ des plats cuisinés vers le restaurant satellite. - Pour pallier à ce risque, les horaires de réception des marchandises sont limités à 11 heures du matin, le départ pour le satellite se faisant à partir de 11h30. - Un nettoyage des locaux de départ/réception est réalisé à 11heures. - Les poubelles sont vidées en fin de service uniquement. 6-ENREGISTREMENT : - Fiches de relevés des températures des préparations froides et chaudes à destination du collège TRIANON. 7-VERIFICATION : - Audit interne et externe. - Analyse microbiologique sur les produits finis. 20

21 ANALYSE ET MAITRISE DES RISQUES LIES AU TRANSPORT -LIVRAISON Ŕ RECEPTION - STOCKAGE - DES REPAS AU COLLEGE TRIANON EN LIAISON CHAUDE 1-DEFINITION : - Liaison chaude : conservation des préparations culinaires élaborées à l avance PCEA par la chaleur (la température en tout point des PCEA doit être supérieure ou égale à +63 C), depuis le dernier stade de leur élaboration jusqu au moment de leur remise au consommateur. - La liaison chaude est appliquée en générale aux plats de résistance (les viandes et les légumes d accompagnement). - Les préparations froides (hors d œuvres, desserts ) du menu, sont conservées sous régime de froid entre 0 et +4 C pour les PCEA réfrigérées et à une température inférieure ou égale à Ŕ18 C pour les produits surgelés. 2-ORIGINE DES DANGERS MICROBIOLOGIQUES : - Les danger de contamination et de multiplication microbienne au sein des PCEA en liaison chaude, restent potentiels pendant les opération de transport livraison réception. 3-MESURES PREVENTIVES : 3.1. Plats de résistance en liaison chaude : - La température en tout point des aliments doit être maintenue à +63 C au minimum. Une baisse de la température favorise la multiplication de micro-organismes. - La prévention consiste à :.choisir un moyen de transport efficace : conteneurs isothermes bien étanches dans lesquels sont disposés les PCEA conditionnées en bacs gastronormes..la durée du transport est courte (moins d une demi-heure).dès leur réception, les PCEA sont aussitôt entreposées de manière à maintenir leur température à +63 C minimum :.soit en sortant les aliments des conteneurs de transport et en les installant dans le bain-marie ou dans l étuve.soit par le maintien des aliments dans les conteneurs isothermes de livraison disposés à proximité de la ligne de self : leur consommation doit intervenir le plus rapidement possible..l intérieur du véhicule de transport est lisse et facile à nettoyer et à désinfecter..cet engin de transport est dédié au seul transport des repas. 3.2.Hors d œuvre et desserts transportés sous régime du froid : - La multiplication microbienne est possible lorsqu il il y a rupture de la chaîne du froid. - La prévention consiste à :.choisir un moyen de transport efficace : conteneurs isothermes bien étanches dans lesquels sont disposés les PCEA conditionnées en bacs gastronormes..la durée du transport est courte (moins d une demi-heure) 21

22 .dès leur réception, les PCEA sont aussitôt entreposées de manière à maintenir leur température à +10 C maximum :.en sortant les aliments des conteneurs de transport et en les installant dans l armoire frigorifique prévu à cet effet ou dans les meubles froids de la ligne de self..l intérieur du véhicule de transport est lisse et facile à nettoyer et à désinfecter..cet engin de transport est dédié au seul transport des repas. - L utilisation des conteneurs isothermes pour transporter des petits volumes simplifie la tâche. Les conteneurs chauds et les conteneurs froids sont transportés dans le même véhicule. 4-LIMITES CRITIQUES ET TOLERANCE : Moyens de livraison : -Conteneurs isothermes sans dispositif de production de chaleur ; - Le véhicule et les conteneurs de livraison sont bien entretenus, nettoyés et désinfectés après chaque utilisation ; - La température en tout point des PCEA est supérieure à +63 C ; - La propreté du personnel de livraison Livraison et réception : - Dès leurs réceptions, les PCEA sont immédiatement conservées à des températures réglementaires. 5-SURVEILLANCE DES LIMITES CRITIQUES ET TOLERANCE : - Contrôle visuel de l état de propreté et d usure du véhicule et des conteneurs de livraison des PCEA. - Contrôle microbiologique des surfaces des parois intérieures des engins de transport. - Contrôle de la température en tout point des PCEA avant le départ de la livraison et à la réception au collège TRIANON. - Contrôle visuel de la propreté corporelle et vestimentaire du personnel de livraison. 6-ACTIONS CORRECTIVES : - Formation du personnel aux règles d hygiène relatives au transport et réception des PCEA livrées en liaison chaude. - Pour les chutes importantes de température en tout point des PCEA susceptibles d avoir entraîné une multiplication des bactéries, le retrait de la consommation de ces aliments est envisagé. 7-ENREGISTREMENT : - fiches de relevé de températures des préparations froides et chaudes à destination du collège TRIANON. 22

23 MATERIELS ET INSTALLATIONS EXISTANTS PAR POSTE DE TRAVAIL Hall de réception : (quai de déchargement) 1 balance 1 transpalette Un lave mains à commande non manuelle 5 chariots de manutention (2 inox Ŕ 3 alu) Magasin produits consommables et vaisselle neuve : Rayonnage à clayettes amovibles (4 niveaux) Magasin produits d entretien : Rayonnage à clayettes amovibles (4 niveaux) Réserves alimentaires : (2 magasins dont 1 climatisé) Rayonnage à 4 niveaux en galvanisé Stockage frigorifique : 1 chambre froide BOF et charcuteries 1 chambre froide négative 1 chambre froide fruits et légumes Légumerie : 1 lave mains réglementaire 1 parmentière 1 essoreuse 1 plonge emboutie suspendue 2 bacs 2 étagères à clayettes amovibles (3 niveaux) 1 table inox adossée 1 mélangeur 1 ouvre boîte électrique sur table inox 1 support poubelle 1 balance Poissonnerie : 1 plan de découpe 1 plonge emboutie suspendue 2 bacs 3 bacs mobiles inox 100 L 2 bacs mobiles aluminium 100 L 23

24 1 lave mains réglementaire 1 centrale d hygiène (située à proximité ) Boucherie : 1 plan de découpe 1 support poubelle 1 armoire de stérilisation des couteaux (tube U.V.) 1 lave mains réglementaire 1 tue-insectes avec grille Préparations froides : 1 cutter Rayonnage à clayettes amovibles (3 niveaux) 1 trancheur sur table inox adossée 1 congélateur glacier 1 chambre froide de jour 1 armoire frigorifique 1 porte GN2/1 1 plan de travail adossé 1 support poubelle 1 lave main réglementaire Hall cuisson : 1 cellule de refroidissement 2 chariots de service 2 tables mobiles 5 friteuses 1 saloir à frites électrique 2 fours mixtes GN2/1 12 niveaux + 2 chargeurs 1 armoire chaude mobile GN2/1 20 niveaux 4 plaques électriques sur four à chaleur statique 3 sauteuses basculantes électriques 1 sauteuse basculante gaz 1 marmite bain-marie gaz et électrique 1 marmite bain-marie gaz 1 marmite chauffe direct gaz 1 support poubelle 1 hotte d extraction centrale 1 hotte d extraction adossée 1 table du chef 1 plan de travail 1 lave main réglementaire 1 centrale d hygiène Plonge batterie : 1 plonge 2 bacs avec égouttoir 2 étagères murales en inox 24

25 2 étagères à clayettes amovibles 3 niveaux 2 étagères à clayettes amovibles 4 niveaux 1 support poubelle Plonge laverie : 1 guichet 20 alvéoles pour la dépose des plateaux consommés 1 lave main réglementaire 1 table de tri 1 table d entrée de machine avec douchette de dérochage 1 machine à avance automatique 1 table de sortie de machine Environnement laverie 5 étagères à clayettes amovibles 4 niveaux 1 armoire à balai 1 étagère inox 1 centrale d hygiène Self : 1 guichet pour la présentation des plateaux 1 distributeur verres et couverts 1 lave main réglementaire 1 meuble froid sur dessous réfrigéré 1 bain-marie à eau 2 bacs GN 1/1 1 bain-marie à eau 6 bacs GN 1/1, intérieur chauffant 1 vitrine réfrigérée 1 meuble présentoir à pain Local déchets : (climatisé) 1 monte charge sale (300 kg) 1 nettoyeur haute pression 130 bars électrique 25

26 DESCRIPTION DETAILLEE DE LA NATURE DES SURFACES ET MATERIAUX UTILISES PAR SECTEUR REZ DE CHAUSSEE Hall d entrée et vestiaires : Quai de livraison: Hall réception et parties communes : Bureau : Chambres froides : Magasin sec : Sols : carrelage anti-dérapant de couleur claire Murs : peinture alimentaire Plafonds : peinture Porte d entrée : métallique Porte d entrée vestiaires : bois Porte WC et douches : PVC Jalousies : menuiseries en aluminium Sol : carrelage de couleur claire Murs : peinture alimentaire Plafond : peinture Porte : en bois renforcée par plaque en inox Autres : rideau électrique métallique Sol : carrelage anti-dérapant de couleur claire Murs : peinture alimentaire Plafonds : peinture Porte : en bois renforcée par plaque en inox Autres : rampes de protection en inox Sol : carrelage de couleur claire Murs : peinture alimentaire Plafond : faux plafond en polystyrène Porte : PVC vitrée Autres : climatiseur Sols : dalle inox - couleur claire Murs : panneaux sandwichs préfabriqués Plafond : panneaux sandwichs préfabriqués Portes : isothermiques Sol : carrelage de couleur claire Murs : peinture alimentaire Plafond : peinture Porte : en bois renforcée par plaque en inox Autres : ventilation mécanique Jalousies (menuiseries aluminium) 26

27 Magasin frais : Sol : carrelage de couleur claire Murs : peinture alimentaire Plafond : peinture Porte : en inox Autres : climatiseur Magasin produits consommables et vaisselle neuve : Magasin produits d entretien : Sol : carrelage de couleur claire Murs : peinture alimentaire Plafond : peinture Porte métallique Sol : carrelage de couleur claire Murs : peinture alimentaire Plafond : peinture Porte : porte bois Autres : jalousies (menuiseries aluminium) ETAGE Poissonnerie boucherie : Légumerie : Préparations froides : Sol : carrelage anti-glissant de couleur claire Murs : peinture alimentaire et carrelage à mi-hauteur Menuiseries aluminium : jalousies équipées de moustiquaires Plafond : faux plafond alimentaire Porte : porte inox Autres : climatiseurs appareil tue insectes monte charge revêtement sol et cloisons inox Sol : carrelage anti-glissant de couleur claire Murs : peinture alimentaire et carrelage à mi-hauteur Menuiseries aluminium : jalousies équipées de moustiquaires Plafond : faux plafond alimentaire Portes : portes inox Sol : carrelage anti-glissant de couleur claire Murs : peinture alimentaire et carrelage à mi-hauteur Menuiseries aluminium : jalousies équipées de moustiquaires Plafond : faux plafond alimentaire Portes : portes inox Autres : climatiseur 27

28 Bureau : Hall cuisson : Plonge batterie : Sol : carrelage anti-glissant de couleur claire Murs : peinture alimentaire Menuiseries aluminium : jalousies équipées de moustiquaires Plafond : faux plafond alimentaire Portes : porte en PVC vitrée Sol : carrelage anti-glissant de couleur claire Murs : peinture alimentaire et carrelage à mi-hauteur Menuiseries aluminium : fenêtres sans ouvertures Plafond : faux plafond alimentaire Sol : carrelage anti-glissant de couleur claire Murs : peinture alimentaire et carrelage à mi-hauteur Menuiseries aluminium : jalousies équipées de moustiquaires Plafond : peinture Porte : porte bois Plonge laverie : Sol : carrelage anti-glissant de couleur claire Murs : peinture alimentaire et carrelage à mi-hauteur Menuiseries aluminium : jalousies équipées de moustiquaires Plafond : peinture Portes : portes bois inox Self : Sol : carrelage anti-glissant de couleur claire Murs : peinture alimentaire et carrelage à mi-hauteur coté personnel Menuiseries aluminium : fenêtres sans ouverture Plafond : peinture Porte : porte bois Réfectoires : Sols : carrelage Murs : peinture Menuiseries aluminium : jalousies Plafond : dalles en matériaux composites 28

29 poutres béton Portes : portes bois Local déchets : Sol : carrelage de couleur claire Murs : peinture alimentaire et carrelage à mi-hauteur Menuiseries aluminium : jalousies Plafond : peinture Porte : porte métallique Autres : climatiseur 29

30 PROCEDURES GENERALES Procédure de gestion et de conservation des documents Aptitude médicale du personnel Suivi de visites médicales Procédure des tenues en cuisine Procédure de lavage simple des mains Procédure du port des gants Procédure traçabilité et étiquetage Procédure planning de nettoyage Procédure de prélèvement et de conservation du plateau témoin Procédure d analyse micro biologique Analyses micro biologique par Année Tableau d interprétation des résultats d analyses non conformes Procédure de déclaration d une TIAC Plan de lutte contre les animaux indésirables Plan de formation du personnel du service de restauration Plan de formation annuel en interne Fiche individuelle de formation Fiche collective de formation Fiche de suivi de formation du service de restauration 30

31 PROCEDURE GENERALE «Gestion et conservation des documents» Le guide d hygiène et de sécurité alimentaire est constitué de 2 exemplaires : L exemplaire original en cuisine à disposition de tous. Un exemplaire à la Direction. Il peut être extrait un ou plusieurs documents pour affichage. Gestion des mises à jour : Dans le cas de modifications, répercutez-les dans les 2 exemplaires (et les exemplaires affichés).. L ensemble du guide doit être vérifié et validé par : Chef d établissement, intendant, chef de cuisine Toutes les modifications doivent passer par : Chef d établissement, intendant, chef de cuisine Le développement de ce guide est sous la responsabilité du Chef d établissement 31

32 PROCEDURE GENERALE «Gestion et conservation des documents» Fiches de non-conformité Récapitulatif actions correctives secteur Résultats d analyses micro biologiques Documents d enregistrement Documents d organisation Etiquettes matières premières Conservation des documents : Conservation 2 ans minimum 1 an minimum 1 an minimum 2 mois minimum 2 mois minimum Archivage Disposition en matière de traçabilité Quels documents? Ou les trouver? Cahier des charges Contrôles réception Bon de livraison / Factures Feuille de consommation Sorties journalières Magasin Bureau gestion Bureau du magasinier Bureau chef de cuisine Bureau gestion Bureau du magasinier Contrôle température chambres froides Stockage Bureau chef de cuisine Menu Conservation des étiquettes Fiche de suivi produit Pré-traitement Bureau chef de cuisine Bureau chef de cuisine Fiche de suivi produit Fiche de poste Préparations froides Bureau chef de cuisine Fiche suivi produit Fiche de poste Cuisson Bureau chef de cuisine Fiche de suivi produit Contrôle température chambres froides Stockage chaud ou froid Bureau chef de cuisine Fiche de suivi produit Distribution Bureau chef de cuisine Fiche de suivi produit Consommation Bureau chef de cuisine Emploi du temps Bureau chef de cuisine Plateau témoin Chambre froide de jour 32

33 PROCEDURE GENERALE «Aptitude médicale du personnel» Nature de la visite Combien de visite Délivrance d un certificat d aptitude Archivage et suivi Visite médicale, prélèvement gorges et coproculture sur décision du médecin 1 par an Certificat remis à chaque employé Archivage secrétariat responsable de la gestion Enregistrement de la date de visite sur le document «Suivi de visites médicales» 33

34 Mme ALCINDOR Francelise Mr ALCINDOR Willy Mme AZUR Roselaine Mme BRELEUR Lucile Mme CESAR Marie Georges Mr CHEMIR Brunaël Mme CLIO Nicaise Mme ELOIDIN Marie-Claude Mr ETIENNE Joël Mme GRANDIN Stella Mme MAUZOLE Evelyne Mr MILOME Alain Mme PRUDENT Aline Mme RETORY Carole Suivi de visites médicales Nom Indiquer la date de la visite 34

35 PROCEDURE GENERALE «La tenue en cuisine» Tenue de base - Pantalon et veste blanche ou blouse blanche en fabrication avec renouvellement obligatoire de la veste ou blouse pour la distribution. - Tablier blanc ou jetable - Charlotte en fabrication et calot + masque (au besoin) + gants en distribution - Chaussure blanche de sécurité (ou bottes en laverie) Tenues particulières Tenue réception marchandises Tenue en laverie Tenue en pré-traitement Tenue de ménage Tenue visiteurs En cas de rhume Tenue autre que blanche + chaussures de sécurité Tenue de couleur claire, charlotte en sorti de machine +chaussures de sécurité Tenue de couleur claire+ tablier jetable + gants jetables + chaussures de sécurité : personnel en poste au dérochage Blouse blanche et charlotte + tablier jetable + bottes : personnel plonge batterie Blouse blanche + charlotte + tablier jetable + chaussures de sécurité Blouse de couleur claire autre que blanche Blouse, charlotte, sur chaussure (kit visiteur) Porter un masque bucco nasal Limiter la présence de personnes étrangères au service cuisine pendant les phases de préparations (entre 6 h 30 et 11 h) et ( 15h30 et 17h30). Port de la tenue visiteur obligatoire Changement aussi souvent que nécessaire de la tenue. Avec un renouvellement journalier obligatoire pour la veste ou la blouse et les tabliers 35

36 PROCEDURE GENERALE «Lavage simple des mains» Opération obligatoire pour toute personne entrant en cuisine Les mains et avant-bras doivent être exempts de bijoux, montre, gourmette (tolérance pour alliance lisse). Les ongles doivent être courts (sans vernis). Cette opération doit se faire sur un poste de lavage équipé : - Commande d eau non manuelle. - Distributeur de savon bactéricide. - Essuyage avec papier usage unique. *En cas de brossage des ongles utiliser une brosse en poils souples et nettoyer et désinfecter cette brosse * ATTENTION! les téléphones portables doivent rester dans les vestiaires. 36

37 PROCEDURE GENERALE «Lavage simple des mains» A la prise du travail. Après passage aux toilettes. Après une pause (casse-croûte, cigarettes). Vous devez vous laver les mains : Après manipulations de denrées sales. Lors d un changement d activité. Avant manipulations directes de denrées. Avant de mettre des gants à usage unique. Avant de toucher de la vaisselle propre Et aussi souvent que nécessaire Comment se laver les mains? Mouiller les mains et les poignets Insister en massant les espaces interdigitaux Mettre une dose de savon bactéricide Rincer les mains et les poignets abondamment Masser les mains et les poignets pendant 20 secondes Sécher les mains et poignets en tamponnant avec du papier à usage unique 37

38 PROCEDURE GENERALE «Port des gants» Les gants à utiliser sont à usage alimentaire Les gants sont à porter pour des manipulations directes de denrées alimentaires ne subissant pas ou plus de cuisson. Vous devez mettre un ou deux gants ou utiliser un matériel (pinces, cuillères...) pour : Tranchage viandes cuites et charcuteries. Assaisonnement d entrées. Dressage des entrées, desserts etc. Il n est pas nécessaire de porter des gants (mais de se laver les mains au début et à la fin de ces opérations) : Pour le lavage des légumes (tomates...). Pour l ouverture et l égouttage des boites. Pour le dés-ensachage des surgelés à cuire. Pour les manipulations de viandes crues. Pour la distribution Ces gants doivent être mis juste avant de toucher les denrées alimentaires, changés lors d un changement d activité, changés obligatoirement quand vous quittez la zone. 38

39 PROCEDURE GENERALE «TRACABILITE ET ETIQUETAGE» Produits entamés Indiquer la date d ouverture Cas particuliers : - Charcuteries : conserver (sur le produit) l étiquette originale et inscrire date d ouverture sur cette étiquette -Lait, crème : Inscrire date d ouverture sur la brique En aucun cas je ne peux dépasser la DLC initiale du produit Les cas particuliers doivent être utilisés dans un délai de trois jours Produits refroidis en cellule pour le lendemain Indiquer sur une fiche de suivi produit : - Nature du produit - Date de fabrication / date limite de consommation - Date et heure de début et de fin de refroidissement - Les températures de début et de fin de refroidissement ainsi que le temps écoulé DLC sur les produits invendus (fin de service) : J+1 DLC préparations culinaires élaborées à l avance : J+3 Etiquetage des plats-témoins Indiquer sur le couvercle de la boite - Nature du produit - Date de consommation - M ou S (M pour le service de Midi et S pour le soir) Produits en décongélation Indiquer sur la fiche de suivi produit : la nature du produit, la désignation commerciale, la date de mise en décongélation et jour de cuisson prévue et coller ou agrafer l étiquette initiale à cette fiche Conservation des étiquettes matières premières de produits carnés (viandes, poissons surgelés, charcuteries, œufs) Coller ou agrafer ces étiquettes de traçabilité à la fiche de suivi produit 39

40 PROCEDURE GENERALE : «Plannings nettoyages» Les plannings ont pour objet d apporter la preuve de la réflexion en matière : - De fréquence et moments auxquels les différentes opérations de nettoyage et de désinfection sont effectuées. - De mode opératoire précis comportant notamment, pour chaque produit utilisé, la dilution, la température d utilisation, le temps d application et la nécessité d un rinçage éventuel. - De responsable des opérations de nettoyages et de désinfection pour chaque secteur. - De moyens mis en place pour vérifier l efficacité du plan : * Contrôles visuels, la personne responsable du secteur qui a effectué le nettoyage marque son nom sur le document de contrôle. * Prélèvements de surface (voir procédure analyses micro biologiques). Ces plannings de nettoyage sont affichés dans chaque local. Récapitulatif de la maîtrise du risque Dangers Actions préventives Limites critiques / Surveillance Actions correctives Survie ou persistance des micro-organismes Procédure «Plannings des nettoyages» Aspect visuel Enregistrement du nettoyage Prélèvements de surfaces Planning journalier Refaire les nettoyages Rechercher causes Formation personnel 40

41 PROCEDURE PLATS TEMOINS Quoi! Entrées présentées Viandes présentées Légumes présentées Desserts fabriqués, assemblés Prélever 100 grs minimum Qui! A midi : Madame ELOIDIN, si absente, Monsieur ALCINDOR Willy Le soir : l ATTEE de cuisine selon planning, si absence, l ATTEE de service Quand! Au moment du service Comment! Le prélèvement est mis en boite type sanipousse avec le matériel de service, indiquer nature du produit, date de consommation, M ou S pour Midi ou Soir. Le stockage s effectue dans la chambre froide de jour entre 0 et +3 C, sur la structure correspondant au jour de consommation. Les plats témoins sont conservés 7 jours après le jour de consommation. Le témoin remplace celui de la semaine précédente. Se référer au tableau d interprétation des résultats d analyses non conformes. 41

42 PROCEDURE ANALYSES MICROBIOLOGIQUES Les germes sont recherchés conformément à la réglementation du 21 décembre 1979 et ses réactualisations. Prélèvements réalisés par : Laboratoire Départemental d Hygiène PRODUITS FREQUENCE RESULTATS Entrée fini (crudité, salade composée...) Charcuterie Pâtisserie maison Viande Poissons Abats Fiche de Résultats de laboratoire Préparation à base d'œufs Volaille Eau Matière première à risque SURFACES FREQUENCE RESULTATS Plans de travail tous secteurs Intérieurs chambres froides clayettes Planches à découper Couteaux, louches, Ecumoires, sondes thermique Etc. Conditionnement (dernière enveloppe du produit) Assiettes, couverts, verres Trancheuse Mains opérateurs Intérieurs bacs gastronormes Fiche de résultats du laboratoire Récapitulatif annuel Dans le cas de prélèvements Fait en interne Consigner les Résultats sur le Document Prélèvement de contact Robot, cuve batteur En cas de résultat non-conformes, une fiche de non conformité sera ouverte par le Chef de cuisine. les résultats d analyses micro biologique sont consultables et archivés 1 an minimum dans le bureau du Chef de cuisine. 42

43 ANALYSES MICROBIOLOGIQUES Année : 2014 PRODUITS DATES DES PRELEVEMENTS RESULTATS ENTREES FINIS : Salade composée crudité CHARCUTERIE PATISSERIE MAISON VIANDE POISSON ABATS PREPARATIONS A BASE D ŒUFS VOLAILLE EAU MATIERES PREMIERES A RISQUE FICHE DE RESULTATS DU LABORATOIRE 43

44 ANALYSES MICROBIOLOGIQUES Année : 2014 SURFACES DATES DES PRELEVEMENTS RESULTATS PLANS DE TRAVAIL TOUS SECTEURS INTERIEURS CHAMBRES FROIDES, CLAYETTES PLANCHES A DECOUPER COUTEAUX, LOUCHES ECUMOIRES, SONDE THERMIQUE CONDITIONNEMENT : DERNIERE ENVELOPPE DU PRODUIT ASSIETTES, COUVERTS, VERRES TRANCHEUSE ROBOT MAINS OPERATEURS INTERIEUR BACS GASTRONORMES CUVE BATTEUR FICHE DE RESULTATS DU LABORATOIRE 44

45 Tableau d interprétation des résultats d analyses non conformes Germes à l origine de la non conformité Germes aérobies mésophiles Coliformes 30 C Nettoyage insuffisant Causes les plus probables de la non conformité Chaîne du froid non respectée Mauvais refroidissement Préparation à l avance Conservation prolongée Température de maintien au chaud insuffisante Matériaux contaminants, emballages Mauvaises conditions de rangement Défaut de cuisson Coliformes thermo tolérants Défaut d hygiène du personnel Anaérobies sulfito réducteurs Salmonella Staphylocoques présumés pathogènes Défaut de désinfection des matériels Non respect du protocole de décontamination Mauvaises conditions de stockage ou de protection Défaut de cuisson Défaut de refroidissement Chaîne du froid non respectée Mauvaises conditions de stockage Préparation à l avance Conservation prolongée Défaut d hygiène du personnel Conservation de sauce ou jus de cuisson Porteur de salmonelle Défaut d hygiène du personnel Défaut de désinfection des matériels Mauvaise séparation des postes de travail Matière première contaminée Défaut de cuisson Défaut d hygiène du personnel Porteurs de staphylocoques présumés pathogènes Abcès dans une matière première 45

46 PROCEDURE DE DECLARATION D UNE TIAC PREMIERE CHOSE A FAIRE AVERTIR LE RESPONSABLE D ETABLISSEMENT MONSIEUR GAST AU POSTE 308 OU MR CLEON AU POSTE 309 OU MME LALYRE AU POSTE 353 «Article 33 de l arrêté du 29 septembre 1997 : Dès qu'il en a connaissance, le responsable d'un établissement est tenu de signaler au directeur de la santé et du développement social, conformément au décret n du 10 juin 1986 susvisé, ainsi qu'au directeur des services vétérinaires toute survenue, parmi les consommateurs fréquentant son établissement, d'au moins deux cas groupés de symptomatologie similaire qui pourraient être rapportés à une origine alimentaire commune. Afin de faciliter l'enquête des services officiels, le responsable de l'établissement tient à leur disposition les renseignements nécessaires à l'enquête épidémiologique, notamment les menus comprenant les denrées effectivement servies ainsi que les plats témoins des repas ayant précédé la survenue des symptômes.» 46

47 VOIR PAGE RELATIONS EXTERIEURS POUR LES NUMEROS DE TELEPHONE DE LA DSDS ET DE LA DSV PLAN DE LUTTE CONTRE LES ANIMAUX INDESIRABLES Fournisseur Nature du contrat Lutte contre les rongeurs Lutte contre les insectes Fréquences Tous les 2 mois Ci-joint le plan de dépose des appâts, les fiches techniques des produits et bons de passage (ces bons de passage incluront le bilan de l intervention) 47

48 PLAN DE FORMATION DU PERSONNEL Cette procédure à pour objet le recensement des actions de formation individuelle et collective, à l extérieur ou sur le site que le personnel du service restauration effectue. Ces actions sont enregistrées sur les tableaux «Suivi formation service restauration» et «Fiche formation individuelle». Ces tableaux recensent : Les thèmes de formation. Le personnel concerné. Durée et dates Joindre la feuille de présence de chaque formation. Ces tableaux sont archivés dans la partie «Plan de formation». 48

49 PLAN DE FORMATION ANNUEL EN INTERNE Conformément à l arrêté du 29/09/1997 article 29 ( ART Le responsable de l établissement veille à ce que les personnes appelées à travailler dans les locaux dans lesquels circulent des denrées alimentaires suivent des instructions précises leur permettant d appliquer les dispositions du présent arrêté. Ces personnes suivent une formation continue à l hygiène alimentaire, adaptée aux besoins de chaque catégorie de personnel et aux contraintes spécifiques des installations). Un plan de formation est proposé ; selon les possibilités des services concernés, des dates restent à définir tout au long de l année. ANALYSE DES RISQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE Ŕ (4 heures) (Diaporama et livret stagiaire ; tous les personnels intervenants en cuisine) Les composantes de la qualité d un repas ; L analyse des risques en milieu alimentaire ; Définir et reconnaître une TIAC ; Les principaux agents responsables des TIAC. MAITRISE DU RISQUE SANITAIRE Ŕ RESPECT DES DISPOSITIONS REGLEMENTAIRES Ŕ (2 heures) (Diaporama et livret stagiaire ; personnel de cuisine) Présentation du cadre réglementaire de la restauration sociale : un texte européen Ŕ une nouvelle philosophie ; Les nouveautés, les obligations, les interdictions de la nouvelle réglementation. MAITRISE DU RISQUE SANITAIRE Ŕ AUTOCONTROLES FONDES SUR LA DEMARCHE HACCP- (2 heures) - (Diaporama ; personnel de cuisine) Les 7 principes de la méthode HACCP ; Les documents de synthèse ; Les autocontrôles en découlant ; L hygiène des denrées L HYGIENE ALIMENTAIRE - (2 heures) Ŕ (Diaporama et livret stagiaire ; tous les personnels intervenants en cuisine) L hygiène du personnel ; Le plan de nettoyage et de désinfection. 49

50 Fiche individuelle formation Nom : Prénom : Poste : Dates Thèmes Observations Visa formateur 50

51 Fiche collective de formation Date : Formateur : Thème: 51

52 NOM FONCTION SIGNATURE 52

53 Suivi formation service restauration Thèmes Personnel concerné Dates Observations 53

54 GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE III - ORGANISATION DU TRAVAIL PAR POSTE 1. Tableaux de mesures préventives et procédures par local Magasin Légumerie, déboitage, déconditionnement Préparation froides Cuisson Plonge batterie Distribution Laverie self 54

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Groupe GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Rédaction Approbation Mise en application : Validation Guide d hygiène et de sécurité alimentaire CAFETERIAS / Création en septembre 2004 / Version A /

Plus en détail

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION La méthode HACCP olet 2 : Guide de mise en œuvre Constitution et réunion de l équipe HACCP 1- Définition de la méthode Année n+1 Participation active des agents 2-1.Évaluation

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

Documents du PMS. spécimen. Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H. Appelées également prérequis. chalphil-docs de travail

Documents du PMS. spécimen. Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H. Appelées également prérequis. chalphil-docs de travail 11 Documents du PMS Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H Appelées également prérequis Tenue réglementaire exigée On n'entre pas sans sa tenue Toute personne travaillant dans une zone de manutention

Plus en détail

AIDE SUR LES DOCUMENTS CONSTITUTIFS du dossier d agrément CUISINE CENTRALE

AIDE SUR LES DOCUMENTS CONSTITUTIFS du dossier d agrément CUISINE CENTRALE AIDE SUR LES DOCUMENTS CONSTITUTIFS du dossier d agrément CUISINE CENTRALE En premier lieu, faire le point sur la nature exacte de l activité de la cuisine centrale, à savoir un descriptif précis sur :

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

COMPTE RENDU CONTRÔLE HYGIENOSCOPIE

COMPTE RENDU CONTRÔLE HYGIENOSCOPIE COMPTE RENDU CONTRÔLE HYGIENOSCOPIE Client : JEAN CUISTOT TRAITEUR 31 RUE DE L 'OCEAN 17510 CHIVES jeancuistot.traiteur@club-internet.fr Tél. 05 46 33 64 21 Date de l'examen : 28-oct-2013 Technicien :

Plus en détail

b) Elaborer une notice décrivant les locaux et leur destination, l équipement, le matériel utilisé.

b) Elaborer une notice décrivant les locaux et leur destination, l équipement, le matériel utilisé. Date de mise à jour : octobre 2004 CONSEIL, AIDES ET OUTILS A LA GESTION DES ETABLISSEMENTS ASSURANT UN SERVICE DE RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL, FABRICANT DES PREPARATIONS CULINAIRES ELABOREES

Plus en détail

Mise à disposition des surplus alimentaires pour l organisme...

Mise à disposition des surplus alimentaires pour l organisme... page(s) : 1/6 Objet du mode opératoire Services destinataires Fonctions concernées Mise à disposition des excédents alimentaires Le responsable du conditionnement des plateaux repas Le responsable en qualité

Plus en détail

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements Page : 1/5 Nom du client : Adresse du client : Nom du rédacteur : Numéro téléphone : Adresse courriel : Date d envoi : Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation

Plus en détail

LES LOCAUX DE PRODUCTION ET LEURS ANNEXES

LES LOCAUX DE PRODUCTION ET LEURS ANNEXES LES LOCAUX DE PRODUCTION ET LEURS ANNEXES 1 introduction 2 la notion de complexe cuisine 3 le principe de la marche en avant 4 les différentes zones de travail Etude de cas de synthèse 1. introduction

Plus en détail

Hygiène alimentaire, formations obligatoires, législation du travail

Hygiène alimentaire, formations obligatoires, législation du travail GUIDE PRATIQUE Guide des bonnes pratiques pour les restaurateurs Hygiène alimentaire, formations obligatoires, législation du travail Restaurateurs Quelles Restaurateurs sont vos obligations? Quelles sont

Plus en détail

LA CONCEPTION DES CUISINES LES LOCAUX ET ANNEXES 1 ) Qu est-ce-qu une cuisine?.

LA CONCEPTION DES CUISINES LES LOCAUX ET ANNEXES 1 ) Qu est-ce-qu une cuisine?. LA CONCEPTION DES CUISINES LES LOCAUX ET ANNEXES 1 ) Qu est-ce-qu une cuisine?. L expression «complexe de cuisine» définit la cuisine et ses annexes. Il s agit d un ensemble fonctionnel de différents locaux

Plus en détail

HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point. Analyse des Points critiques pour leur maîtrise

HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point. Analyse des Points critiques pour leur maîtrise HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point Analyse des Points critiques pour leur maîtrise SOMMAIRE : I. HACCP II. Origine exacte des plats préparés et livrés en liaison froide III. Présentation de

Plus en détail

FICHE DE PROCEDURE Réception des marchandises

FICHE DE PROCEDURE Réception des marchandises Documents associés : Fiche de Poste : Documents d enregistrement : «Fiche mensuelle de contrôle réception des marchandises» «Constat d une non-conformité» Objectif Ce document décrit les opérations de

Plus en détail

Service Hygiène & Sécurité

Service Hygiène & Sécurité Service Hygiène & Sécurité MAI Vous présente : N 16 Les locaux des cuisines de restauration collective, les matériels qu ils contiennent et les activités pratiquées exposent les agents et les consommateurs

Plus en détail

Hygiène en structure d accueil de la petite enfance

Hygiène en structure d accueil de la petite enfance Hygiène en structure d accueil de la petite enfance Qu est ce que l hygiène? L'hygiène est un ensemble de mesures destinées à prévenir les infections. Elle se base essentiellement sur trois actions : le

Plus en détail

H A C C P. DEFINITION Hazard analysis control critical points. Analyse des dangers et maîtrise des points critiques

H A C C P. DEFINITION Hazard analysis control critical points. Analyse des dangers et maîtrise des points critiques H A C C P DEFINITION Hazard analysis control critical points Analyse des dangers et maîtrise des points critiques Pourquoi HACCP? Satisfaire à la réglementation Garantir la qualité hygiénique des aliments

Plus en détail

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

LES LOCAUX DE CUISINE

LES LOCAUX DE CUISINE LES LOCAUX DE CUISINE LES DIFFERENTES ZONES DE TRAVAIL Définition Le complexe cuisine définit la cuisine et ses annexes dans un ensemble fonctionnel de différents locaux conçus pour transformer des matières

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

Camp accueillant des mineurs

Camp accueillant des mineurs FORMATION HYGIENE 2007 Camp accueillant des mineurs 1 Les référentiels Arrêté interministériel du 29 septembre 1997 fixant les conditions d'hygiène applicables dans les établissement de restauration collective

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE Dr Erick KEROURIO DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS DE L ESSONNE Le cadre réglementaire LA RESTAURATION COLLECTIVE Notion de «clientèle» captive

Plus en détail

Produire sain, sans souffrances, sans nuisances

Produire sain, sans souffrances, sans nuisances Produire sain, sans souffrances, sans nuisances Entreposage Transport Transformation Préparation pour remise directe Production Consommation Tous les exploitants du secteur alimentaire doivent déclarer

Plus en détail

Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22

Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22 Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22 Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 2/22 Introduction L ESAT les Fourneaux de Marthe et Matthieu propose une activité restauration

Plus en détail

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M.

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. HACCP HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. du 29/09/97) Une méthode qui a pour but : - d identifier les dangers,

Plus en détail

La restauration en maison de repos

La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos! Un métier spécifique de plus en plus pointu au niveau de:! La sécurité alimentaire.! La gestion de la qualité.! L Optimisation des

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Préparation et distribution des repas 1. Objectifs La distribution des repas peut présenter des pratiques diverses et nécessite de présenter de manière synthétique

Plus en détail

COMMUNE DE DON MARCHE PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE ART. 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS RESTAURATION SCOLAIRE

COMMUNE DE DON MARCHE PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE ART. 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS RESTAURATION SCOLAIRE COMMUNE DE DON MARCHE PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE ART. 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS RESTAURATION SCOLAIRE FOURNITURE DE REPAS EN LIAISON FROIDE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP Date

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

RECEPTION Description en bois Risques

RECEPTION Description en bois Risques - INTRODUCTION Ce rapport d audit reprend l ensemble des observations faites par «intervenant» (HACCP GROUPE) les.. et... Celles ci ont été étoffées par les remarques faites par le personnel de cuisine.

Plus en détail

Livret e t d Accuei e l i

Livret e t d Accuei e l i Livret d Accueil Les Bonnes Pratiques d Hygiène Livret de présentation (Version 2012) Avoir une tenue adéquate Toute tenue personnelle doit être rangée au vestiaire Au travail = Tenue SPECIFIQUE et PROPRE!

Plus en détail

Recommandations pour une bonne hygiène alimentaire en séjour de vacances.

Recommandations pour une bonne hygiène alimentaire en séjour de vacances. Recommandations pour une bonne hygiène alimentaire en séjour de vacances. Depuis le 1er janvier 2006, les règlements 178/2002 et 852/2004 du Parlement Européen fixent les obligations réglementaires applicables

Plus en détail

SITUATION PROFESSIONNELLE N

SITUATION PROFESSIONNELLE N SITUATION PROFESSIONNELLE N 1 : Vous entrez en classe de seconde en école hôtelière et découvrez le monde professionnel. COMPETENCES : C1 1.2 PLANIFIER SON TRAVAIL ET CELUI DE SON EQUIPE DANS LE TEMPS

Plus en détail

CONSIGNES GENERALES L HYGIENE EN CUISINE

CONSIGNES GENERALES L HYGIENE EN CUISINE CONSIGNES GENERALES L HYGIENE EN CUISINE Les métiers de l hôtellerie nécessitent une tenue professionnelle spécifique pour chaque secteur du complexe hôtelier (production culinaire, service et commercialisation,

Plus en détail

Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène. Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte

Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène. Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte Plan INTRODUCTION BIBERONNERIE organisation architecturale Entretien

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

Liste de contrôle interne - Evaluation du système d autocontrôle

Liste de contrôle interne - Evaluation du système d autocontrôle I. Exigences en matière de conformité des locaux et de l environnement de travail Environnement de travail et aménagement des locaux Chapitre O N NA 1 Un courant unidirectionnel est suivi par les denrées

Plus en détail

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson 6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) 35 Cuisson 36 Fabrication culinaires maîtrisées Manger varié J aime J aime pas 37 Le respect des recettes : fiches techniques 38 Tests de dégustations

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/006-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques, biologiques, chimiques et physiques lors des opérations d épluchage, lavage et désinfection des légumes terreux,

Plus en détail

CAP Agent Polyvalent de Restauration

CAP Agent Polyvalent de Restauration CAP Agent Polyvalent de Restauration CAHIER DES CHARGES ACADEMIQUE Mise en œuvre du Contrôle en Cours de Formation Le document traite des modalités de mise en oeuvre du Contrôle en Cours de Formation au

Plus en détail

BORDEREAU DE PRIX LOT 2 - EQUIPEMENTS DE CUISINE

BORDEREAU DE PRIX LOT 2 - EQUIPEMENTS DE CUISINE 1 COULOIR ET RECEPTION C1 siphons de sol inox 150 x 150 sortie horizontale 2 C2 poste de désinfection 1 produit non caréné 1 C3 désinsectiseur à lampe 40 Watts 1 C4 siphon de sol télescopique inox 200

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016 FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL I F A S Promotion 2015/2016 Définition de la fonction restauration d'un établissement de santé Nutritionnel (en liaison avec les

Plus en détail

M. Fosse Responsable. M. Dauzou Adjoint. M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats...

M. Fosse Responsable. M. Dauzou Adjoint. M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats... M. Fosse Responsable M. Dauzou Adjoint M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats... Objectifs pédagogiques Assister à la réception et la vérification d une livraison Étudier les documents

Plus en détail

Rapport de stage ANNEE SCOLAIRE 2013/2014. Elève de 3ème Collège 35740 PACE. Restaurant scolaire du Haut Chemin. p.1

Rapport de stage ANNEE SCOLAIRE 2013/2014. Elève de 3ème Collège 35740 PACE. Restaurant scolaire du Haut Chemin. p.1 Rapport de stage ANNEE SCOLAIRE 2013/2014 Elève de 3ème Collège 35740 PACE Restaurant scolaire du Haut Chemin p.1 Sommaire Introduction L entreprise Fiche d identité Situation géographique Activité principe

Plus en détail

La restauration commerciale représente en Aquitaine, en termes d emplois, environ

La restauration commerciale représente en Aquitaine, en termes d emplois, environ Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi DIRECCTE Aquitaine PRÉFET DE LA RÉGION AQUITAINE Direction régionale de l alimentation, de l agriculture

Plus en détail

la Région Date de Réalisation : 03/11/2008 Unité Lycées

la Région Date de Réalisation : 03/11/2008 Unité Lycées la Région Date de Réalisation : 03/11/2008 Ce document a été élaboré afin de vous aider dans votre travail quotidien à mieux respecter les règles d hygiène en restauration scolaire. Il a été réalisé par

Plus en détail

LOT N 08 EQUIPEMENTS DE CUISINE

LOT N 08 EQUIPEMENTS DE CUISINE _ Ville de Metz Construction d un restaurant scolaire et accueil périscolaire à la Corchade LOT N 08 EQUIPEMENTS DE CUISINE Dossier de Consultation des Entreprises 9 mai 204_v3 Cadre de Décomposition du

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

Repas occasionnels LA SECURITE ALIMENTAIRE

Repas occasionnels LA SECURITE ALIMENTAIRE Repas occasionnels LA SECURITE ALIMENTAIRE Jean-Claude Jouguet Février 2013 Technicien Supérieur en Chef des Services Vétérinaires L élaboration et le service de préparations culinaires par des particuliers

Plus en détail

Certificat d aptitude professionnelle assistant(e) technique en milieux familial et collectif ANNEXE 1

Certificat d aptitude professionnelle assistant(e) technique en milieux familial et collectif ANNEXE 1 ANNEXE 1 Référentiel d activités et professionnelles et de certification Savoirs associés Unités 1 REFERENTIELS D ACTIVITES PROFESSIONNELLES DES EMPLOIS POLYVALENTS EN COLLECTIVITE ET DES EMPLOIS FAMILIAUX

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

HYGIENE DE LA RESTAURATION

HYGIENE DE LA RESTAURATION La direction départementale de la protection des populations du Var vous informe HYGIENE DE LA RESTAURATION Ce document d information n est qu une présentation des principales recommandations relatives

Plus en détail

BONNES PRATIQUES D HYGIENE (BPH) :

BONNES PRATIQUES D HYGIENE (BPH) : BONNES PRATIQUES D HYGIENE (BPH) : PLAN DE MAÎTRISE DES TEMPERATURES A TOUTES LES ETAPES DU MACROPROCESSUS : Programme Pré-Requis Opérationnel (PRPo) et/ou des étapes cruciales à maîtriser (CCP). Maîtrise

Plus en détail

La chaîne du froid des produits alimentaires

La chaîne du froid des produits alimentaires La chaîne du froid des produits alimentaires Le consommateur a aussi son rôle à jouer La chaîne du froid, qu est-ce que c est? C est maintenir les aliments réfrigérés à une température basse qui leur permet

Plus en détail

ALIMENTAIRE : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS

ALIMENTAIRE : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Service : Microbiologie Méthode technique ALIMENTAIRE : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Mise en service de la première version : Mise en application de cette version : Rédaction

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE)

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) 1. NOTE DE PRESENTATION DE L ENTREPRISE 1.1. Organisation générale 1.1.1. Lettre de demande d agrément

Plus en détail

3.3.5 Réception des marchandises et stockage

3.3.5 Réception des marchandises et stockage .. Réception des marchandises et stockage Danger s à observer Mesures correctives et autres mesures.. Livraison de marchandises de mauvaise qualité ou en quantités incorrectes Interruption de la chaîne

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Introduction

Hygiène alimentaire. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Hygiène alimentaire Introduction Le temps de travail ne permet pas souvent aux salariés de déjeuner chez eux

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Restaurants et commerces alimentaires. Réglementation

Hygiène alimentaire. Restaurants et commerces alimentaires. Réglementation Double Mixte - Illustration : M.-M. Bougard - Direction de la communication Ville de Nantes (2008) Hygiène alimentaire Mairie de Nantes Service Hygiène, Manifestations et Sécurité civile Secteur hygiène

Plus en détail

Sources de contamination. M1 = Milieu. +++ Respecter - les lieux de stockage - les conditions de stockage - l entretien

Sources de contamination. M1 = Milieu. +++ Respecter - les lieux de stockage - les conditions de stockage - l entretien Risque : M1 = Milieu Origine Risques Recommandations élémentaires Lieux concernés Microbes visés Déchets (emballages, cartons, détritus de fabrication ) Transformation de produits alimentaires Fortes si

Plus en détail

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS Service Santé Environnement Alain BETHEMBOS ingénieur d études Patrick MAGNEZ technicien sanitaire 1 PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Le PMS (Plan de Maîtrise Sanitaire)

Plus en détail

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION Modifiée par l avenant n 47 du 9 novembre 2011 L accès au niveau III* est lié à une exigence de qualification. * Niveau tenant compte

Plus en détail

L hygiène en restauration

L hygiène en restauration L hygiène en restauration Remise directe au consommateur Avertissement : les fiches présentées dans cette rubrique ont valeur de première information synthétique et ne tiennent pas compte des spécificités

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

Procédures d hygiène. Ces procédures nécessitent l achat de nouveau matériel et doivent être testées avant d être définitivement mises en œuvre.

Procédures d hygiène. Ces procédures nécessitent l achat de nouveau matériel et doivent être testées avant d être définitivement mises en œuvre. Note à Monsieur René HAMAITE, Directeur général, Direction générale du Sport. Via Monsieur Olivier DEGRYSE, Administrateur général de l Administration générale de l Aide à la Jeunesse, de la Santé et du

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Réglementation Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Sommaire Avant de s installer, les démarches à suivre p.3/4 Concevoir la cuisine p.5 Hygiène - Les bonnes pratiques

Plus en détail

LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION

LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION La méthode HACCP olet 3 : Ressource documentaire 1 Exemples de protocoles (A1 à A5) 2 Exemples de fiches de contrôle (B1 à B4) Année : 2005-2006 A - 1 PROTOCOLE DE FABRICATION

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES FOURNITURE ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE DESTINES AU SERVICE DE LA RESTAURATION SCOLAIRE DE LA COMMUNE DE SEMBLANÇAY N MARCHE : CANT.2009 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Personne

Plus en détail

TA LA CUISSON SOUS-VIDE

TA LA CUISSON SOUS-VIDE TA LA CUISSON SOUS-VIDE Définition Technique consistant à placer un aliment ayant subi ou non un traitement thermique préalable (raidissement, marquage, rissolage ) dans un sachet plastique étanche et

Plus en détail

Allaitement maternel en structure d'accueil. Allaitement maternel et mode d accueil

Allaitement maternel en structure d'accueil. Allaitement maternel et mode d accueil Réf. : Date : 03/07/2012 Allaitement maternel en structure d'accueil Pôle : Pilotage et coordination Thème : Alimentation Allaitement maternel et mode d accueil L allaitement maternel en crèche ou chez

Plus en détail

MARCHE DE FOURNITURE ET D INSTALLATION D EQUIPEMENTS DE RESTAURATION POUR LES LOCAUX DE LA CUISINE CENTRALE

MARCHE DE FOURNITURE ET D INSTALLATION D EQUIPEMENTS DE RESTAURATION POUR LES LOCAUX DE LA CUISINE CENTRALE ARRONDISSEMENT DE BORDEAUX REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE C E S T A S Tél. : 05 56 78 13 00 Fax : 05 57 83 59 64 MARCHE DE FOURNITURE ET D INSTALLATION D EQUIPEMENTS DE RESTAURATION POUR LES LOCAUX DE

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

Appel à concurrence Référencement de prestataires : catering, bars-restauration éphémère 2015-2017

Appel à concurrence Référencement de prestataires : catering, bars-restauration éphémère 2015-2017 Appel à concurrence Référencement de prestataires : catering, bars-restauration éphémère 2015-2017 Dans le cadre de ses activités, l Etablissement Public du Parc et de la Grande Halle de la Villette EPPGHV

Plus en détail

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440 Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d ouvrage

Plus en détail

LES INCONTOURNABLES DE L HYGIENE ALIMENTAIRE EN RESTAURANT SATELLITE

LES INCONTOURNABLES DE L HYGIENE ALIMENTAIRE EN RESTAURANT SATELLITE LES INCONTOURNABLES DE L HYGIENE ALIMENTAIRE EN RESTAURANT SATELLITE Direction Départementale de la Protection des Populations De Seine-Saint-Denis (DDPP 93) - Immeuble l Européen - 5 et 7 promenade Jean

Plus en détail

CAP CUISINE RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

CAP CUISINE RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES DÉFINITION Le titulaire du certificat d'aptitude professionnelle cuisine est apte à remplir immédiatement la fonction de commis de cuisine dans le secteur de

Plus en détail

ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX

ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX La Communauté d établissements Hôpital local Le Neubourg EHPAD: Harcourt Brionne Pont-Authou Syndicat Inter-Hospitalier

Plus en détail

Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS)

Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) Pascal PEYRONNET : ingénieur en restauration CHU Limoges formateur pour le réseau LINUT RAPPEL DE LA REGLEMENTATION Réglement

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

Recommandations pour la poursuite de l allaitement maternel de l enfant confié

Recommandations pour la poursuite de l allaitement maternel de l enfant confié Recommandations pour la poursuite de l allaitement maternel de l enfant confié Accueillir un enfant allaité, c est possible possible, pendant le temps de l accueil, par l intermédiaire des biberons Ce

Plus en détail

» : «Le paquet hygiène LES GUIDES DE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. La nouvelle réglementation r

» : «Le paquet hygiène LES GUIDES DE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. La nouvelle réglementation r «Le paquet hygiène» : La nouvelle réglementation r sur l hygi l hygiène des denrées es alimentaires» LES GUIDES DE BONNES PRATIQUES D HYGIENE - Journée Nationale des Professionnels de Palmipèdes à

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES ET VISITE D ENTREPRISE DE RESTAURATION COLLECTIVE

EVALUATION DES RISQUES ET VISITE D ENTREPRISE DE RESTAURATION COLLECTIVE EVALUATION DES RISQUES ET VISITE D ENTREPRISE DE RESTAURATION COLLECTIVE EVALUATION DES RISQUES DANS CHAQUE UNITE DE TRAVAIL Intérêt de la connaissance: Des locaux de travail Des procédés ou modalités

Plus en détail

Guide. des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers. Le nettoyage

Guide. des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers. Le nettoyage Guide des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers Le nettoyage 41 Le nettoyage Le nettoyage consiste à éliminer toute souillure visible. Attention Ne

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/004-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques durant la période de stockage en réserve sèche. Mots clés : Denrées alimentaires / HACCP / Restauration / Stockage

Plus en détail

Formation. Hygiène et HACCP en restauration

Formation. Hygiène et HACCP en restauration Pascal Lenoble Formation et conseil Page 1 sur 6 34, rue nationale - 37 150 Civray de Touraine 02 47 30 24 92-06 40 39 61 22 pascal@pascal-lenoble.fr Formation Hygiène et HACCP en restauration Définition

Plus en détail

Hygiène, sécurité et équilibre alimentaires dans les accueils collectifs de mineurs (ACM)

Hygiène, sécurité et équilibre alimentaires dans les accueils collectifs de mineurs (ACM) MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE, ET DES AFFAIRES RURALES Hygiène, sécurité et équilibre alimentaires dans les accueils collectifs de mineurs (ACM) Document aimab Document aimablement

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

BONNES PRATIQUES D HYGIENE (BPH) :

BONNES PRATIQUES D HYGIENE (BPH) : BONNES PRATIQUES D HYGIENE (BPH) : MAINTENANCE DES LOCAUX, EQUIPEMENTS, MATERIELS : Programme Pré-Requis (PRP) Curative : JOUR TRANCHES HORAIRES MOYENS D APPEL LUNDI AU VENDREDI 8 H - 12 H 13 H - 16 H

Plus en détail

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière-Charles Foix CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Christine KHAVAS, IDE Hygiéniste EOHH Charles FOIX - IFSI Les Règles R professionnelle des infirmier(e)s e)s L article

Plus en détail

Obligation de sécurité alimentaire che

Obligation de sécurité alimentaire che Obligation de sécurité alimentaire en crèche che Programme de l intervention l : 1. Contexte réglementaire r 2. Hygiène des opérations 3. Hygiène du personnel 4. PMS 5. Cas de la cuisine satellite sans

Plus en détail

I - BILAN DE L ACCUEIL

I - BILAN DE L ACCUEIL - 1 - - 2 - Depuis les années 90, Les Restos du cœur de Gisors, situés rue de L Arsenal dans un local mis à disposition par la Municipalité, distribuent des denrées alimentaires en équivalents repas et

Plus en détail

,!$!!!!,!!,%,& '!7,!$,!$! 8 $!!,#!$#!!,!!,! #!+!!7&1!7!!9:#!!! -;!!!!#!,!!!& 64445<*!))&!"#$ %!,!&'),! 63 =% >?63 =, @!.!7!+, >&!

,!$!!!!,!!,%,& '!7,!$,!$! 8 $!!,#!$#!!,!!,! #!+!!7&1!7!!9:#!!! -;!!!!#!,!!!& 64445<*!))&!#$ %!,!&'),! 63 =% >?63 =, @!.!7!+, >&! A Achat : Affermage : " #$$%# #'( Allotissement : " ) *) # '+, $-. #/01#2,$,,%, Anadémie : 3 +$$ $.)*) 4561 Analyses microbiologiques : '7,$,$ 8 $,# $#,, #+717 9:# -; #, 64445

Plus en détail

CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNELLE CUISINE ANNEXE I REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES

CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNELLE CUISINE ANNEXE I REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES ANNEXE I REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES 5 DEFINITION Le titulaire du certificat d'aptitude professionnelle CUISINE est apte à remplir immédiatement la fonction de commis de cuisine dans le

Plus en détail

- sur des mesures préventives correspondant à des Bonnes Pratiques d Hygiène.

- sur des mesures préventives correspondant à des Bonnes Pratiques d Hygiène. Les tableaux suivants ont pour objectifs de définir les moyens de maîtrise à chaque étape du processus de l abattage jusqu au conditionnement et à la livraison, en fonction des dangers sanitaires identifiés

Plus en détail

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE Risque infectieux et psychiatrie - Jeudi 15 novembre 2012 - Rennes. Christelle MORINIERE IDE hygiéniste CH saint Jean de Dieu-Dinan-St Brieuc Pôle

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE DDPP85 La Roche sur Yon 1 La DDPP de la Vendée Direction Départementale de la Protection des Populations Regroupe les anciens services vétérinaires

Plus en détail