AUTOROUTES CONCÉDÉES ET MOBILITÉ DURABLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AUTOROUTES CONCÉDÉES ET MOBILITÉ DURABLE"

Transcription

1 AUTOROUTES CONCÉDÉES ET MOBILITÉ DURABLE

2 Sommaire MAINTENIR UNE INFRASTRUCTURE SÛRE PAGE 2 DÉPLOYER DES DISPOSITIFS INNOVANTS PAGE 8 RENFORCER LA SÉCURITÉ DES PERSONNELS PAGE 12 SYSTÉMATISER LES ANALYSES ET LES ÉTUDES PAGE 16 FAIRE DE L AUTOROUTE UN TERRAIN D ÉCHANGES ET D APPRENTISSAGE PAGE 20

3 Autoroutes concédées et mobilité durable L a mobilité durable : un objectif de moyen terme ou une réalité vécue au quotidien? Si ce concept est au cœur des politiques du Grenelle comme un objectif politique majeur pour les prochaines décennies, elle est d ores et déjà une réalité pour les sociétés concessionnaires d autoroutes et d ouvrages à péage, qui en ont fait un objectif quotidien de leurs programmes d investissements et de fonctionnement. Le présent document a pour vocation de présenter certaines des actions les plus marquantes entreprises par les sociétés du secteur ; les maîtres mots en sont sécurité, service, fluidité, qualité, partenariat, tout autant de mots qui reflètent l essence même du secteur, celui d entreprises au service de l État et des utilisateurs de leurs infrastructures, dans le cadre de contrats de concession. La déclinaison en est multiple et sa diversité montre l implication des sociétés concessionnaires : au cœur de ces actions, il y a des hommes et des femmes qui mettent leur intelligence et leur dévouement pour offrir un réseau sûr et de qualité, une information en temps réel fiable et rassurante, des aires sécurisées. Le système des concessions d autoroutes et d ouvrages d art est gagnantgagnant. Il permet à la nation de posséder un réseau structurant d une qualité universellement reconnue dans le monde, sans un euro d argent public investi ; il permet à l utilisateur des réseaux de bénéficier, en contrepartie du péage qu il acquitte, d un niveau d exigence et de service parmi les mieux notés dans les enquêtes de satisfaction des usagers des services publics. Les sociétés ont à cœur de mettre à disposition de leurs clients cette exigence de mobilité durable, dont la traduction est concrète et mesurable ; elles ont formulé, dans le Grenelle de l Environnement, des propositions constructives et équilibrées qui visent à augmenter encore la qualité environnementale, en particulier pour les sections les plus anciennes du réseau. Henri STOUFF Président AUTOROUTES CONCÉDÉES ET MOBILITÉ DURABLE 1

4 Maintenir une infrastructure sûre la garantie d un haut niveau de sécurité et de confort pour les clients Constructeurs et gestionnaires d'infrastructures, les sociétés d'autoroutes et d'ouvrages à péage agissent au quotidien afin d'offrir un réseau conforme aux attentes, pour toujours plus de confort, de sécurité et de services. Un entretien permanent des infrastructures Pour maintenir la qualité de leurs infrastructures sollicitées par un trafic qui augmente régulièrement, pour répondre aux attentes des clients et du concédant quant au niveau de service, les sociétés d autoroutes et d ouvrages à péage procèdent chaque année à de grands chantiers de rénovation ou d entretien courant. Les chaussées, qui représentent plus de 50% des dépenses d entretien des infrastructures, sont un élément crucial de confort et de sécurité. Pour conserver et améliorer leur qualité d adhérence, elles sont refaites en moyenne tous les dix ans. Devant un tel enjeu, les sociétés conduisent une politique stricte de surveillance à l aide d appareils sophistiqués d auscultation.

5 L AMAC Pour mesurer les désordres des chaussées, les sociétés utilisent des appareils de plus en plus performants. Le dernier en date a été conçu et développé sur la base d un cahier des charges répondant à leurs exigences propres. Cet Appareil Multifonction d Auscultation des Chaussées -l AMAC - réalise des mesures en continu, regroupe de multiples fonctions (uni longitudinal, orniérage, bruit de roulement, relevé de dégradations ) et intègre les dernières technologies (GPS, laser, caméras numériques ). Les mesures, effectuées tous les trois ans, permettent de suivre l évolution des caractéristiques de surface de la chaussée et de déclencher un programme d entretien si les indicateurs se situent au dessous des seuils définis par chaque société. Les sociétés placent l innovation et le développement durable au cœur de leur politique de maintenance du réseau autoroutier. Elles ont l ambition de pérenniser la pratique de valorisation des matériaux à travers le recyclage et de développer de nouvelles techniques respectueuses de l environnement, telles que l emploi des enrobés tièdes ou à basse température qui ont l avantage de réduire la consommation d énergie et les émissions de CO 2 de 50 à 60%. Rénovation des chaussées de l A4 Illustration de cette démarche, la rénovation des chaussées de l A4, entre Ferrières et Meaux. Pour la première fois en France, Sanef a utilisé un Enrobé à Module Élevé à base de béton recyclé : la voie lente a été démolie sur une profondeur moyenne de 28 cm. Après traitement, le béton extrait de cette voie a été réintégré dans la composition du nouvel enrobé à haute performance qui est venu combler la partie démolie. Le premier bilan économique et écologique est positif avec notamment un taux de recyclage supérieur à 50% qui limite les apports en matériaux et la pollution liée à leur acheminement. Au total, pour la campagne de travaux 2007, plus de tonnes d enrobés recyclés à partir de ceux existants ont ainsi été utilisés. Par ailleurs, la société pratique la méthode du renforcement de chaussée par substitution. Ce procédé consiste à ne traiter structurellement que la voie lente, la plus sollicitée par le trafic poids lourds. Toutes les voies sont ensuite recouvertes d une couche de surface qui assure une chaussée uniforme et un confort pour l ensemble des clients. Ce procédé, en ne traitant que les parties qui le nécessitent, permet une économie substantielle de matériaux. À long terme, et à l inverse des chaussées, les ouvrages d art (environ sur le réseau concédé) présentent des désordres parfois invisibles et ont des vieillissements structurels mal connus. Leur maintenance est un enjeu important pour les gestionnaires qui doivent assurer leur pérennité et la sécurité des clients les empruntant. C est pourquoi ces ouvrages sont visités chaque année et subissent, en moyenne tous les cinq ans, une vérification approfondie effectuée par des experts. La part du budget d entretien annuel qui leur est consacré est de l ordre de 20%. AUTOROUTES CONCÉDÉES ET MOBILITÉ DURABLE 2-3

6 MAINTENIR UNE INFRASTRUCTURE SÛRE La Charte Innovation Avec la signature d une Charte de l innovation routière, en 1999, entre l ASFA et la Direction générale de routes, le secteur autoroutier est partenaire de la politique de promotion et de soutien à l innovation en matière de travaux routiers. Celle-ci s applique aux produits, procédés et matériels qui ne sont pas encore suffisamment éprouvés pour être soumis à une normalisation. Concrètement, les sociétés d autoroutes concluent des protocoles d accord pour réaliser des expérimentations sur leurs réseaux. Depuis le début de la Charte, 18 protocoles d accord ont été signés avec 7 sociétés concessionnaires d autoroutes pour la réalisation de 18 chantiers expérimentaux. Une sécurité renforcée dans les tunnels 10% des chaussées refaites chaque année Pour être conforme à la réglementation relative à la sécurité dans les tunnels routiers de plus de 300 m (circulaire interministérielle du 25 août 2000), les sociétés d autoroutes et d ouvrages à péage lancent d importants programmes de rénovation et de sécurisation. D une part, des travaux de génie civil sont entrepris pour permettre, la protection et l évacuation des automobilistes et l intervention des services de secours en cas d incident ou d accident : galeries inter-tubes, abris, amélioration des systèmes de désenfumage D autre part, les équipements de sécurité et d information des clients sont renforcés : vidéosurveillance, détection automatique d incidents (DAI), radio, panneaux à message variable (PMV), barrières automatiques, portiques de signalisation, capteurs de pollution, etc. Cette mise en conformité a un impact considérable sur les coûts d exploitation induits par les investissements rendus obligatoires. SFTRF et la sécurité du tunnel du Fréjus Depuis 2005, deux postes de secours fixes, installés au tiers et au deux tiers du tunnel du Fréjus, avec deux agents de sécurité présents 24h/24 et un véhicule anti-incendie, permettent de diminuer les délais d intervention en cas d incident. Par ailleurs, 241 caméras vidéo, couplées à un dispositif de détection automatique d incident, surveillent en permanence la circulation. Grâce à l optimisation de la gestion des équipements existants, le système de désenfumage a été amélioré : selon les données des stations météo situées sur les deux plates-formes et le lieu de l incendie, les possibilités de soufflage et d extraction de l ensemble du tunnel sont automatiquement utilisées pour cantonner les fumées le plus près possible de l incendie. Enfin, conformément à la directive européenne 2004/54/CE du 29/04/2004 qui prévoit la création d un exploitant unique pour la gestion des tunnels binationaux, le tunnel du Fréjus est doté depuis le 1 er mai 2007, d un exploitant unique, le Groupement Européen d Intérêt Économique dénommé Groupement d Exploitation du Fréjus (GEF).

7 Tunnels sous haute surveillance Un audit permanent des politiques de sécurité des tunnels du Mont Blanc et du Vuache est réalisé par un expert indépendant, conformément à la directive européenne d avril Sa mission consiste à vérifier la structure et les équipements de chaque tunnel, en exploitation normale et en cas d événement. Il s assure également de l efficacité des procédures en cas d incident et de la bonne coordination entre les services et avec les partenaires extérieurs. Il vérifie en outre les modalités de formation des équipes et participe aux exercices de sécurité. Chaque année, ses observations font l objet d un rapport détaillé, transmis au préfet de Haute-Savoie pour le tunnel du Vuache, et au comité de sécurité et à la commission intergouvernementale de contrôle pour le tunnel du Mont Blanc. 33 tunnels de plus de 500 m de long Duplex A86, le tunnel nouvelle génération Puits d accès de secours tous les m en moyenne, refuges, niches de sécurité et postes d appel d urgence tous les 200 m, boutons poussoirs d alarme tous les 40 m, caméras vidéo tous les 100 m en moyenne, incidents détectés en 10 secondes, panneaux à message variable tous les 400 m en moyenne, véhicules de secours et d intervention adaptés au tunnel la liste est longue de tous les dispositifs de sécurité qui équipent le Duplex A86, en Ile-de-France. Répondant en tous points aux normes adoptées après l incendie du tunnel du Mont Blanc, ce tunnel a été conçu autour d une priorité, la sécurité. Le Duplex A86, traduction symbolique de l architecture du tunnel, a pour originalité essentielle d être à deux niveaux de circulation superposés et unidirectionnels. Réservé aux seuls véhicules légers, il a été conçu pour une catégorie de véhicules homogènes, sans possibilité de croisement. Chaque niveau dispose de deux voies de circulation et d'une bande d'arrêt d'urgence par sens. En toutes circonstances, un automobiliste en difficulté a accès, à moins de 100 m, à un refuge étanche et pressurisé, relié par téléphone et vidéo au poste de contrôle et de surveillance de Rueil-Malmaison. Dans chaque refuge, un escalier d évacuation mène au second niveau de circulation qui peut servir de galerie de secours. De plus, des puits d accès de secours, tous les m en moyenne, relient directement le tunnel à la surface. Le Duplex A86 met en œuvre un système innovant de désenfumage. En cas d incendie, les fumées sont poussées dans le sens de la circulation par un apport d air frais et aspirées par les trappes d extraction situées tous les 400 m en aval de l incendie. Les fumées sont ainsi cantonnées dans une zone limitée. Un dispositif supplémentaire d aspersion par brouillard d eau est par ailleurs actionné pour limiter les effets de l incendie (température et toxicité) et faciliter l intervention des services de secours. AUTOROUTES CONCÉDÉES ET MOBILITÉ DURABLE 4-5

8 MAINTENIR UNE INFRASTRUCTURE SÛRE Des équipements de sécurité à la pointe Les sociétés poursuivent leurs programmes pluriannuels d installation et de mise en conformité des équipements de sécurité. Ces équipements doivent prévenir les accidents et limiter leurs conséquences ; ainsi, par exemple, les dispositifs de retenue : glissières de sécurité en accotement et terre-plein central, atténuateurs de chocs devant des obstacles (piles de ponts, têtes de tunnel, îlots des barrières de péage), glissières pour les motos dans les bifurcations et les échangeurs, glissières en béton pour renforcer le terre-plein central sur les axes à fort trafic poids lourds, etc. D autres équipements ont un impact immédiat sur le comportement des conducteurs. Ainsi, dans le domaine du marquage au sol, les lignes latérales vibrantes et sonores qui délimitent la bande d urgence alertent le conducteur inattentif ou en train de s endormir. De ce fait, elles permettent d agir contre la somnolence au volant, premier facteur d accident mortel sur autoroute. Des équipements et services dédiés aux poids lourds Accroître le confort sur l autoroute, c est aménager et entretenir en permanence les aires de service et de repos pour inciter les conducteurs à faire des pauses. C est aussi proposer des services adaptés à des clientèles différentes qui empruntent le même parcours et se croisent sur les aires. Ainsi, pour répondre aux attentes des transporteurs routiers, et répartir au mieux le stationnement des poids lourds sur des axes très fréquentés, les sociétés diversifient leur offre : création de places de stationnement supplémentaires sur les aires, services spécifiques (boutiques, restauration, douches ), aménagement de parkings surveillés et développement de centres routiers sécurisés. Ce concept répond à la forte demande des transporteurs, de leurs clients et des compagnies d assurances pour sécuriser le fret routier. Conçus pour protéger les marchandises, ces espaces offrent aussi des pauses sûres pour les chauffeurs. Surveillés 24h/24, 7j/7, avec des moyens technologiques à la pointe pour détecter les intrusions, ils répondent aux exigences restrictives des clauses de garantie contre le vol des contrats d assurance, permettant une meilleure couverture pour les transporteurs. Pauses en toute sécurité pour les poids lourds Actuellement, deux offres de service sont proposées. La première est un espace sécurisé, intégré dans une aire de service d autoroute, avec accès aux installations commerciales et services déjà existants. La seconde est un site de type centre routier, clos et sécurisé situé au plus près des sorties d autoroute, donc aisément accessible, avec des services spécialement développés pour les chauffeurs. Il comporte en général un bâtiment multiservices qui abrite restaurant, bar, boutiques, espaces de détente et de repos, laverie, douches, etc. Sur l axe Europe du Nord-Espagne via Lyon, les poids lourds disposent désormais d un réseau de quatre sites, distants d environ quatre heures. Le centre routier Truck Étape de Béziers servira de modèle pour une douzaine de Truck Étape prévus en France dans les six ans à venir. Celui de Valenciennes sur l A2, ouvert en 2008, est site pilote de la Commission européenne pour définir une future norme européenne en matière de parkings poids lourds sécurisés.

9 Un accès aux installations plus facile pour tous Les sociétés d autoroutes agissent au quotidien pour améliorer le confort de tous leurs clients. Elles considèrent donc l accessibilité des équipements et des services comme un véritable enjeu de qualité. Pour ce faire, un recensement des services accessibles aux personnes à mobilité réduite a été effectué par les personnels d exploitation sur les aires de repos et de service : toilettes, cabines téléphoniques, aires de pique-nique, carburant et boutiques, espaces de restauration, hôtels, mais aussi distributeurs de billets, stations de gonflage, accès à Internet, espaces clients Liber-t. Audit des installations Sur le réseau AREA, un audit a été réalisé par un bureau d études spécialisé qui a permis de visualiser la nature des obstacles auxquels les personnes, notamment en fauteuil roulant, peuvent se heurter pour accéder aux installations. Il a débouché sur un programme d actions à mener. Une démarche similaire a été conduite sur les aires de l Autoroute Blanche (ATMB). Le programme d amélioration est en cours (sanitaires, stationnements, suppression des pentes supérieures à 4% et des bordures de plus de 2 cm ). 97% des toilettes accessibles à tous sur les aires de service Accessibilité pour les personnes à mobilité réduite Afin de faciliter l accessibilité de son réseau à tous, Cofiroute élargit, d une part, les accès de quelque 660 refuges situés devant les postes d appel d urgence d ici à fin D autre part, elle équipe progressivement chacune de ses aires de repos d au moins une table de pique-nique accessible aux personnes à mobilité réduite, positionnée à proximité des places de parking réservées et accessible grâce à des cheminements piétons matérialisés par des dalles podotactiles. Guide des services accessibles Les sociétés d autoroutes ont édité un Guide des services accessibles pour vous aider à aller plus loin. Il s adresse à un public large qui peut rencontrer temporairement des difficultés d accessibilité et prend en compte le réseau routier non concédé en offrant une continuité sur l ensemble des autoroutes (A20, A75 ). AUTOROUTES CONCÉDÉES ET MOBILITÉ DURABLE 6-7

10 Déployer des dispositifs innovants des réponses aux exigences de sécurité et de mobilité durables Afin de garantir la fluidité de la circulation et la sécurité routière en toutes circonstances, les sociétés d autoroutes déploient des solutions pour optimiser l utilisation de l infrastructure existante et offrir aux clients des conditions satisfaisantes en terme de temps de parcours, de sécurité et de confort de conduite. Des organisations optimisées Les sociétés visent une meilleure efficacité opérationnelle pour relever les défis de la gestion du trafic : organisation globalisée des équipes sur des axes très fréquentés, recours aux pratiques des réseaux urbains pour limiter la gêne due aux travaux (chantiers mobiles, chantiers de nuit ), mobilisation coordonnée avec les partenaires lors des épisodes neigeux

11 Organisation des patrouilles en Vallée du Rhône Pour faire face aux difficultés d exploitation de l axe A7 en Vallée du Rhône, ASF réfléchit à de nouvelles organisations pour optimiser l utilisation de cette infrastructure dans sa configuration actuelle. La société a expérimenté un dispositif d intervention des équipes de sécurité afin d améliorer la surveillance du réseau et les délais d intervention. Il repose sur une organisation globalisée des patrouilles sur les districts de Valence, Montélimar et Orange (sur un linéaire d environ 180 km), coordonnée par un superviseur basé au PC régional d Orange. En liaison permanente avec les districts, il est chargé d orchestrer de manière optimale le déploiement des équipes d intervention en fonction des événements et des conditions de trafic du moment. Cette action a permis de réduire de 20% le délai moyen d intervention et de 50% les délais maximum. Échanges d information routière en Ile-de-France Suite à un accord, Cofiroute, le SISER (Service interdépartemental de la sécurité et de l exploitation de la route) et le CRICR (Centre régional d information et de coordination routière) se concertent régulièrement pour mieux coordonner leurs actions. La mise en commun d informations routières entre les trois gestionnaires constituent une collaboration innovante au service de l amélioration des conditions de circulation en Ile-de-France, sur l A10 entre Saint-Arnoult et les Ulis. Ayant pour objectif la continuité du service à l automobiliste, ce dispositif comprend la mise en place d itinéraires de délestage en cas de très fort trafic, la diffusion d informations en temps réel sur Autoroute FM, les PMV et le site Internet. Des dispositifs de détection et d alerte en temps réel La sécurité, point de départ de la conception même de l autoroute, mobilise les technologies les plus innovantes afin de compléter le travail des patrouilleurs, de recueillir et de traiter le maximum de données en temps réel. De nombreux équipements (stations de comptage, stations météo, radars, vidéosurveillance, dispositifs de détection automatique d incidents) permettent de détecter immédiatement tout événement sur le réseau, d affecter les moyens adéquats pour le traiter et d informer rapidement les automobilistes. Cette réactivité accrue contribue à diminuer le risque d accident et de sur-accident favorisé par un trafic dense. 4 radios FM sur8 182 Km Alerte rapide Sur l A13 (SAPN), dans un secteur sensible et à fort trafic, un système automatisé permet de réduire considérablement le délai de réaction entre l incident et le déclenchement de l alerte. Le dispositif associe la détection automatique d incident par analyse d image (DAI vidéo), des panneaux à message variable et le système de supervision du trafic. Les voies ont été équipées de caméras qui détectent automatiquement tout événement : véhicule arrêté ou à contresens, vitesse anormalement lente, piéton, etc. En moins de cinq secondes, un message d alerte s affiche sur les panneaux lumineux situés en amont de la caméra pour prévenir les automobilistes et les inciter à ralentir. Parallèlement, l alerte est envoyée au Poste Central d Information (PCI) où un opérateur vérifie sur écran le type de danger. Si nécessaire, il adapte ou précise le message et peut faire intervenir une équipe. AUTOROUTES CONCÉDÉES ET MOBILITÉ DURABLE 8-9

12 DÉPLOYER DES DISPOSITIFS INNOVANTS Le suivi des Transports de Matières Dangereuses (TMD) dans les tunnels fait l objet d expérimentations prometteuses. Des tests réalisés sur le réseau autoroutier, en concertation avec des entreprises de transport, ont démontré que 100% des véhicules sont détectés par le système de suivi mis en place. Suivi des TMD dans les tunnels Escota a mis en place un système de suivi des véhicules transportant des matières dangereuses dans des tunnels de la région niçoise (A8). Ce dispositif est basé sur l utilisation des badges de télépéage. Il permet à l opérateur de connaître en temps réel la nature exacte des marchandises transportées grâce à leurs codes danger et produit, la localisation des véhicules dans les tunnels, les distances qui les séparent, et d émettre une alerte en cas d anomalie. Si un incident se produit l opérateur peut contacter le conducteur du véhicule pour lui signaler un danger ou lui demander de s arrêter. Les sociétés d autoroutes détectent régulièrement des véhicules à contresens sur leurs réseaux. Il peut s agir soit d un demi-tour sur l autoroute, soit d un échangeur pris à contresens. Ces comportements sont liés en particulier à la prise d alcool, à l âge du conducteur ou à une moins bonne lisibilité des échangeurs la nuit. Pour prévenir ce risque, les sociétés engagent des mesures correctives sur la signalisation et la séparation physique des sens de circulation. Pour mieux le gérer, elles travaillent à la fois sur une détection rapide et automatique, et sur l alerte des conducteurs dans le périmètre du contresens. Dispositifs anti-contresens En cas d alerte, ATMB a choisi le cantonnement : des barrières, activées depuis le poste de commandement de l autoroute (PC SIERRA), ferment automatiquement tous les accès et les conducteurs sont stoppés au péage. Les automobilistes circulant dans la zone de l incident sont invités par des panneaux à message variable et la radio autoroutière à ralentir et à se réfugier sur l aire de repos la plus proche. De son côté, SAPN teste deux dispositifs. Le premier consiste en des plots à diodes rouges inclus dans le revêtement de la chaussée. Cette ligne rouge barre la route de tout conducteur en sens inverse. La deuxième solution : la surveillance d une bretelle d accès par un dispositif de détection par radar. Lorsqu une voiture s engage à contresens, elle coupe le faisceau du radar ce qui déclenche l allumage de deux panneaux lumineux sens interdit, 50 mètres plus loin. Ces derniers alertent immédiatement l automobiliste imprudent et déclenchent un enregistrement vidéo. Simultanément, le PCI reçoit une alarme radio et informe les autres conducteurs via les panneaux lumineux et la radio autoroutière. L E-call Les sociétés d autoroutes étudient une évolution de la gestion des appels d urgence en synergie avec des constructeurs automobiles qui proposent, sur certains modèles, un système embarqué avec appels géolocalisés. En cas d incident, il suffit de presser un bouton pour être relié par GSM à un centre d assistance qui, grâce au GPS, localise parfaitement l appel, dispose d informations précises sur l événement et peut donc déclencher une intervention des secours rapide et adaptée. Le système est activé automatiquement en cas de choc. La sécurité serait renforcée avec une diminution du risque de sur-accident grâce à une alerte rapide des véhicules arrivant dans la zone où l événement s est produit.

13 Une fluidité du trafic en toutes circonstances Optimiser la capacité des réseaux pour réduire les congestions et l impact du transport sur l environnement est un enjeu majeur pour les sociétés qui expérimentent et déploient de nouvelles technologies de gestion de trafic et d information routière. La régulation dynamique des vitesses, le calcul et la diffusion des temps de parcours, le développement de coopérations transfrontalières constituent des réponses d autoroutes intelligentes. Pour améliorer les conditions de circulation sur des axes à fort trafic, des sociétés d autoroutes mettent en place des dispositifs basés sur un principe simple : plus le trafic est régulier et homogène, mieux il s écoule. Récemment, des essais grandeur nature ont été réalisés : interdiction de doubler pour les poids lourds, neutralisation de la 3 e voie réservée aux véhicules lents dans les pentes, et fermeture par intermittence d un échangeur. Réguler les vitesses pour fluidifier le trafic L A7 et l A9 accueillent en moyenne véhicules par jour, avec des pics à véhicules l été. Pour améliorer l écoulement du trafic en périodes de forte circulation, ASF a conçu et mis en place entre Vienne et Orange, sur les 250 km de l A7, un dispositif de régulation dynamique des vitesses. Le système repose sur un logiciel qui détecte 30 minutes à l avance les risques de bouchon et ajuste dynamiquement les prescriptions de vitesse à la réalité du trafic : selon sa densité, les vitesses sont limitées par palier à 110, 90 ou 70 km/h. Les clients en sont informés en temps réel par des messages diffusés automatiquement sur les PMV et la radio autoroutière. Ce dispositif constitue une référence dans le domaine de la gestion optimisée du trafic par son ampleur et ses excellents résultats : respect de la limitation à 110 km/h par 90% des conducteurs, augmentation de 15 à 20% des débits pendant les heures de pointe, diminution de 20 à 30% des volumes d encombrement et du nombre d accidents. Les sociétés d autoroutes réfléchissent donc aux conditions de pérennisation du dispositif et à son extension à d autres axes à très fort trafic. ASF devrait en particulier étendre son dispositif sur l A9 (entre Montpellier et Narbonne). Un autre outil efficace de gestion des réseaux est la diffusion des temps de parcours en temps réel. Actuellement, l application la plus aboutie permet d organiser des reports de trafic d une partie de réseau sur une autre. Elle répond aussi à une attente forte des clients en terme de confort et de sécurité, avec une diminution du stress. Ils peuvent organiser leur trajet à l avance et éventuellement le modifier en cas d incident. Ce service utilise la multiplicité des moyens de diffusion de l information routière : panneaux à message variable, sites Internet, radios autoroutières, serveurs vocaux interactifs Temps de parcours diffusés sur plus de Km Optimisation du service d hiver Par sa situation géographique (axe Paris-Lyon, desserte Bourgogne-Europe du Nord, autoroutes du centre de la France et autoroutes rhônalpines), le réseau du groupe APRR est particulièrement exposé aux intempéries. Afin de limiter les conséquences d une coupure aléatoire sous précipitations neigeuses, une redéfinition du plan d intempérie de la zone Est a été entreprise pour redéfinir les zones sensibles et les mesures associées notamment celles de stockage de poids lourds et définir des points éventuels de coupures d autoroute en cas d urgence. AUTOROUTES CONCÉDÉES ET MOBILITÉ DURABLE 10-11

14 Renforcer la sécurité des personnels un enjeu quotidien pour les sociétés d autoroutes Garantir la sécurité maximum du personnel sur le réseau est un enjeu clé car ses missions l exposent directement au danger que représente la circulation sur autoroute : toute intervention mal organisée peut avoir des conséquences dramatiques. Les sociétés d autoroutes sont depuis longtemps engagées dans l analyse des risques et mettent en œuvre des procédures strictes pour prévenir et limiter l exposition au danger des équipes en intervention. Par ailleurs, elles axent leurs initiatives principalement sur la formation des personnels, l équipement de l infrastructure et l information des clients. Réduire l exposition aux risques des agents Pour éliminer les situations d exposition au risque du personnel dans les zones à fort trafic et limiter sa présence sur les voies, des dispositifs de signalisation et d alerte sont installés en terre plein central et en accotement : séquences de signalisation fixe, biseaux de rabattement automatiques, panneaux lumineux...

15 Développer la démarche de pré-séquençage Traverser les voies pour disposer ou enlever des panneaux de signalisation temporaire et des cônes reste une situation sensible pour les personnels surtout dans les virages, près d un échangeur ou de zones de végétation qui limitent parfois la visibilité. Des panneaux de signalisation automatisés, implantés à demeure sur le terre plein central, peuvent être actionnés rapidement depuis le fourgon d intervention arrêté sur la bande d urgence, et ce sans que les intervenants aient à traverser les voies : c est la démarche de pré-séquençage qu ASF développe progressivement. De son côté, Sanef a équipé l A1 de séquences complètes de panneaux réglementaires en accotement et en terre plein central, soit 114 séquences de panneaux fixes et 22 de biseaux de rabattement manuel. La séquence fixe évite le port de 600 kg de panneaux et de lests, divise par 16 le nombre de traversées de chaussée et permet de ne plus tracter de remorques et d économiser du carburant. Un nouveau marquage routier au service de la sécurité Sur une section de l A43 à très fort trafic, en entrée de Lyon, AREA a mis en œuvre un marquage routier longue durée qui permet également une mise en circulation immédiate. Ceci réduit donc l exposition des agents routiers au trafic ainsi que la gêne aux clients. Par ailleurs, ce produit éco-conçu par la société PROSIGN et labellisé NF environnement, diminue notamment de 20% les émissions de CO 2 lors de l application par rapport à un produit issu de l industrie pétrolière. Parallèlement, l équipement des véhicules d intervention s améliore : installation de flèches lumineuses de rabattement (FLR), feux bleus à éclats, système de suivi GPS Les FLR, panneaux lumineux de grande dimension, visibles à 200 m au moins, équipent les fourgons pour signaler la neutralisation d une voie en cas d opération d urgence ou de travaux. 34 flèches lumineuses de rabattement (FLR) et 64 fourgons percutés en 2007 Un dispositif de balisage novateur pour une sécurité accrue Depuis fin 2006, AREA (groupe APRR) expérimente un dispositif novateur de balisage : la flèche lumineuse de rabattement (FLR) à décalage latéral. Objectif : améliorer la sécurité des équipes d intervention, en limitant leur exposition aux dangers de la circulation. Le dispositif consiste en un panneau de signalisation qui coulisse latéralement par rapport à sa remorque porteuse. En cas de heurt par un véhicule qui tarde à se rabattre, la gravité du choc est sensiblement minimisée. Fort de son succès, cet équipement est aujourd hui largement utilisé sur le réseau AREA (un total de 12 flèches seront en service mi-2008) et le dispositif est en cours d examen par la Commission Nationale d Innovations des Matériels du ministère. AUTOROUTES CONCÉDÉES ET MOBILITÉ DURABLE 12-13

16 RENFORCER LA SÉCURITÉ DES PERSONNELS Être le plus visible possible pour le maximum de sécurité lors d une intervention d urgence c est aussi l objectif des nouveaux feux bleus à éclats installés sur les fourgons. Cet équipement, réservé jusqu à récemment aux véhicules prioritaires (pompiers, gendarmes, ambulances), est désormais autorisé pour les véhicules d intervention des services gestionnaires des autoroutes. Pour renforcer la sécurité des équipes travaillant au péage, les sociétés d autoroutes ont toutes engagé des actions de prévention spécifiques : sensibilisation du personnel, installation d atténuateurs de chocs, amélioration des cheminements piétons ou encore sécurisation des traversées de voies télépéage. Sensibiliser les clients à la sécurité des équipes Les sociétés d autoroutes lancent régulièrement des campagnes de communication pour informer leurs clients sur les comportements à avoir aux abords de chantiers ou lors d une intervention. Totem au service de la sécurité Pour inciter les conducteurs à adapter leur vitesse dans les zones de travaux et ainsi mieux protéger ses équipes intervenant sur les chantiers, Sanef a développé Totem. Il s appuie sur une technologie de lecture et de reconnaissance automatique des plaques minéralogiques, qui, couplée à un radar de mesure de vitesse, permet d afficher en temps réel un message de prévention personnalisé aux conducteurs ne respectant pas les limitations fixées aux abords des chantiers. Entièrement mobile et facile à mettre en service, le système s adapte à toutes les configurations de chantier en s intégrant au balisage existant. Les tests réalisés enregistrent une diminution d environ 20% de la vitesse moyenne sur les zones de chantier, ainsi que la disparition des vitesses supérieures à 130 km/h. Découvrez les métiers de l autoroute Chaque année, les équipes d intervention sont victimes de plus d une centaine d accidents provoqués par le trafic. Les sociétés organisent donc des journées portes ouvertes sur autoroute qui permettent aux clients de découvrir les métiers des équipes de sécurité, d entretien, de péage et des PC autoroutiers au travers de nombreuses animations : démonstrations de matériels, ateliers thématiques Ces journées sont l occasion de rappeler l importance d adapter sa vitesse et de redoubler de vigilance pour la sécurité de ceux qui travaillent à rendre l autoroute plus sûre.

17 Des plans prévention pour la sécurité des personnels Les sociétés d autoroutes s engagent dans une politique de prévention des risques routiers professionnels. Elle se formalise notamment par la signature conjointe de Chartes de sécurité routière avec la Direction de la Sécurité et de la Circulation Routières (DSCR) et la CNAMTS. Trois objectifs principaux sont fixés : faire des salariés de la société des ambassadeurs de la sécurité routière, diminuer le nombre d accidents du travail et de trajet dus à la route et réduire de 20% en trois ans le nombre de sinistres avec conducteur responsable interventions d urgence Professionalisme et sécurité routière Dans le cadre de la Charte de sécurité routière signée en 2004 avec la CNAMTS et la Délégation Interministérielle à la Sécurité Routière (DISR/DSCR), ASF a pris des mesures concrètes dans l organisation du travail : usage plus fréquent de la visioconférence pour limiter les déplacements, mise à disposition d un document temps de parcours entre les sites de l entreprise permettant aux salariés de mieux préparer leur déplacement. Sont aussi concernés l environnement du conducteur et l équipement de son véhicule : ralentisseurs de vitesse sur les sites ASF, places de parking aménagées, passages piétons, limiteur de vitesse sur les véhicules... L accent est également mis sur la formation. De 2005 à 2007, salariés ont passé un diagnostic de conduite d'une demi journée avec un moniteur professionnel. Parallèlement, salariés ont obtenu l habilitation sécurité tracé depuis Ce permis de conduire interne, requis pour pouvoir utiliser une voiture ASF, met en particulier l'accent sur les règles de conduite et les consignes de sécurité à respecter sur autoroute. 700 autres salariés seront formés en Enfin, depuis 2007, un Pass' Compétences formalise cette volonté de professionnaliser encore davantage les différents métiers. Composé d un volet pré-requis métiers et d un volet Sécurité, c est un passeport pour exercer ses fonctions au sein de l entreprise, qui atteste de la maîtrise, par chaque salarié, des pré-requis et des règles de sécurité liés à son métier. Pour créer un état d esprit sécurité et développer une prise de conscience collective, les sociétés multiplient les initiatives afin d impliquer tous leurs personnels. Ainsi elles ont créé des opérations Challenges sécurité qui mobilisent les équipes sur le terrain et récompensent leurs initiatives et leurs performances. Challenge en district Après un essai concluant, Sanef a mis en place dans tous ses districts un Challenge sécurité destiné à sensibiliser les équipes et à faire évoluer les mentalités en passant d une logique où l on ne fait pas exprès d avoir des accidents à une logique où l on fait exprès de ne pas en avoir. Des challenges sont remportés et le personnel des districts gagnants récompensés pour leur contribution à l amélioration des résultats sécurité. AUTOROUTES CONCÉDÉES ET MOBILITÉ DURABLE 14-15

18 Systématiser les analyses et les études pour apporter des réponses concrètes aux enjeux de la sécurité Les nombreuses actions entreprises par les sociétés d autoroutes pour améliorer la sécurité sur leurs réseaux portent leurs fruits : depuis 25 ans, elle ne cesse de progresser. Alliées à la politique volontariste du gouvernement, ces actions ont permis d obtenir des résultats sans précédent. Toutefois, l analyse de tous les accidents mortels sur autoroutes révèlent qu il reste encore d importantes marges d amélioration possible. L analyse détaillée de chaque accident Pour mieux comprendre les mécanismes d accidents, les comportements des conducteurs et de leurs véhicules, pour concevoir des actions plus efficaces et mieux ciblées, les sociétés d autoroutes ont mis en place une méthode pour analyser chaque accident mortel survenu sur le réseau concédé.

19 Analyse d un accident De jour sur chaussée sèche. Le conducteur s endort et perd le contrôle de son véhicule. Le véhicule ripe sur la glissière centrale, le conducteur se réveille, freine et donne un coup de volant vers la droite. Le véhicule traverse les voies de circulation ainsi que la bande d urgence, percute le talus herbeux et effectue plusieurs tonneaux avant de s immobiliser sur le toit dans le talus. Le passager arrière est éjecté. Bilan : un tué un blessé léger Cet accident a fait l objet d un travail d enquête approfondi par les analystes sécurité désignés dans chacune des sociétés. À partir des informations relevées sur le terrain et des renseignements consignés dans le procès verbal de la Gendarmerie, l analyste a pu définir le déroulement de l accident, les dysfonctionnements, et identifier le ou les facteurs qui l ont provoqué ou aggravé. Parmi ceux fréquemment relevés figurent la vitesse excessive, les interdistances trop faibles, la baisse de vigilance, les chocs sur véhicule arrêté, le sous- gonflage des pneus, etc. Autre étape essentielle du dispositif : les réunions d échanges et de synthèse entre les sociétés lui assurent notamment la cohérence des analyses, permettent d améliorer la méthodologie et d établir, chaque année, la liste des principaux facteurs relevés dans les accidents mortels sur autoroutes. Un partage des expériences Pour un meilleur partage d expériences, pour une politique homogène d équipement d un réseau, pour une évaluation de l efficacité des mesures prises, des sociétés ont créé des comités de sécurité. -38 % d accidents mortels sur le réseau autoroutier entre 2002 et 2007 Des structures pour mieux cibler les actions sécurité Initié en 1998, le Comité Sécurité AREA a pour objet de veiller à l'homogénéité et à l'optimisation des différents aménagements de sécurité réalisés sur le réseau. Il se réunit chaque mois pour analyser tous les accidents survenus et les événements à risque pour les automobilistes mais aussi pour le personnel intervenant sur l'autoroute. Escota a mis en place un comité d analyse des zones d accumulation des accidents, qui permet de comptabiliser les événements intervenus sur le réseau, de les étudier et de proposer des améliorations pour renforcer encore la sécurité. Ces comités et correspondants, en traitant les données recueillies, sont des pivots essentiels de l ensemble des actions sécurité engagées par les sociétés d autoroutes : information et sensibilisation, amélioration des équipements sur le réseau en général, et sur les zones à risques en particulier. Ces études permettent de localiser les zones d accidents et de mettre en place des dispositifs adéquats (vidéosurveillance, limitation de vitesse, panneaux d alerte ) AUTOROUTES CONCÉDÉES ET MOBILITÉ DURABLE 16-17

20 SYSTÉMATISER LES ANALYSES ET LES ÉTUDES Penser l aide à la mobilité de demain Pour rendre l autoroute encore plus sûre, plus fluide et l intégrer dans un espace européen de mobilité durable, les sociétés d autoroutes s appuient, depuis deux décennies, sur l essor des nouvelles technologies de communication et des systèmes de transport intelligents, communément appelés ITS. Leur participation active à des projets européens, tels que ARTS, CENTRICO et SERTI, a permis de déployer, avec un cofinancement de la Commission européenne, de multiples dispositifs de veille pour fluidifier la circulation, détecter rapidement toute anomalie et en informer les clients en temps réel. Des applications ITS multiples Pour gagner en fluidité, les sociétés diffusent les temps de parcours et prennent des mesures de gestion du trafic comme la régulation des vitesses. Pour plus de sécurité, elles installent des dispositifs d alerte rapide dans des secteurs sensibles, font le suivi du transport des matières dangereuses en tunnel, mettent en place, dans un but pédagogique, des dispositifs d alerte sur les vitesses et les inter-distances. Quant à la gestion de crises (épisodes neigeux ) et de grands événements, elle est facilitée par les échanges en temps réel entre opérateurs multiples et par des procédures de gestion de trafic transfrontalières. 40 millions de cartes trafic en temps réel consultées sur Internet en 2007 L autoroute concentre aujourd hui les technologies les plus innovantes pour constituer une base d informations trafic en temps réel, déjà diffusées largement sur la radio FM 107.7, les panneaux à message variable et l Internet. Ces informations sont également disponibles à bord des véhicules équipés de systèmes de navigation. En 2010, la moitié des conducteurs pourraient utiliser ce type d outil d aide à la mobilité. Demain, l information se fera aussi du véhicule à l infrastructure, voire de véhicule à véhicule. L appel d urgence depuis les véhicules est un exemple du dialogue qui s instaure. Dans ce domaine, les sociétés d autoroutes suivent avec intérêt les initiatives qui visent à équiper les véhicules d un système d appel d urgence embarqué et automatique. Grâce à une intervention plus rapide des secours, il pourrait sauver des vies et sécuriser les lieux pour réduire les sur-accidents.

La sécurité. priorité permanente 22,4 millions d euros. Sécurité

La sécurité. priorité permanente 22,4 millions d euros. Sécurité Sécurité Un audit permanent des politiques de sécurité des Tunnels du Mont Blanc et du Vuache est réalisé par un expert indépendant, conformément à la directive européenne d avril 2004. Elio Marlier, responsable

Plus en détail

Mieux sécuriser les passages à niveau : les mesures concrètes de Frédéric Cuvillier. Dossier de presse 24 septembre 2013

Mieux sécuriser les passages à niveau : les mesures concrètes de Frédéric Cuvillier. Dossier de presse 24 septembre 2013 Mieux sécuriser les passages à niveau : les mesures concrètes de Frédéric Cuvillier Dossier de presse 24 septembre 2013 1 Quelques chiffres - On dénombre 15 000 passages à niveau sur des lignes ouvertes

Plus en détail

Pascal Contremoulins. Pascal Contremoulins Colloque «Le transport interurbain et la sécurité routière» 22/06/2015

Pascal Contremoulins. Pascal Contremoulins Colloque «Le transport interurbain et la sécurité routière» 22/06/2015 22/06/2015 LE RESEAU CONCEDE Colloque «Le transport interurbain et la sécurité routière» 22/06/2015 2 LE TRAFIC Répartition du trafic VL et PL (y compris les bus) sur les autoroutes concédées en 2014:

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Vendredi 30 mai 2008 Contact presse Marion Contassot Farouka Bayon

DOSSIER DE PRESSE Vendredi 30 mai 2008 Contact presse Marion Contassot Farouka Bayon DOSSIER DE PRESSE Vendredi 30 mai 2008 Contact presse Marion Contassot Communication APRR Rhône 04 37 26 49 53 / 06 32 60 02 45 m.contassot@aprr.fr Farouka Bayon Porteur d Image pour APRR 04 50 33 98 50

Plus en détail

LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE CHANTIERS

LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE CHANTIERS Service Hygiène et sécurité VOIRIE Fiche 1 CHANTIERS Janvier 2009 LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE De nombreux travaux ou interventions réalisés au sein de la collectivité (élagage des arbres, réseaux d

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE 5 janvier 2005 Original : FRANÇAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe de travail sécurité et circulation

Plus en détail

Les travaux. Comment vont se dérouler les travaux du prolongement du Métro ligne 1?

Les travaux. Comment vont se dérouler les travaux du prolongement du Métro ligne 1? Les travaux Il est important de rappeler que la nature des nuisances liées aux travaux du projet sera précisée dans l étude d impact produite en vue de l enquête publique, dans une phase d études ultérieures

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

DFD 5.1 EXPLOITER LES DONNEES VEHICULES

DFD 5.1 EXPLOITER LES DONNEES VEHICULES DFD 5.1 EXPLOITER LES DONNEES VEHICULES 5.2.10 Elaborer les conditions de circulation pour le véhicule 5 Données véhicules 5 Périmètre fonctionnel du diagramme : Dialogue véhicule infrastructure. Traitement

Plus en détail

Situation de la congestion et de l accidentologie sur la vallée du Rhône et l arc languedocien. Débat Public VRAL Visite presse ASF

Situation de la congestion et de l accidentologie sur la vallée du Rhône et l arc languedocien. Débat Public VRAL Visite presse ASF Situation de la congestion et de l accidentologie sur la vallée du Rhône et l arc languedocien Débat Public VRAL Visite presse ASF Vedène - 17/05/2006 L A7 et l A9 en quelques chiffres Un des axes de liaison

Plus en détail

Sécurité routière et Usager

Sécurité routière et Usager Session Sécurité routière et Usager Président : Michel LABROUSSE MEDDE DIT Modérateur : Julien VICK SER Communication entre Infrastructure et véhicule pour l amélioration de la sécurité Intervenants :

Plus en détail

ATLANTIQUE. Prescriptions & Procédures. pour les. Interventions d exploitation. sur les. Routes bi-directionnelles

ATLANTIQUE. Prescriptions & Procédures. pour les. Interventions d exploitation. sur les. Routes bi-directionnelles ATLANTIQUE Prescriptions & Procédures pour les Interventions d exploitation sur les Routes bi-directionnelles septembre 2008 2 Généralités Ce document a pour objet de définir les procédures de pose et

Plus en détail

L autoroute sur-mesure

L autoroute sur-mesure L autoroute sur-mesure Salon SITL 2014 Le temps est à la nouveauté pour Axxès A l occasion du Salon International des Transports et de la Logistique (SITL), la société Axxès, leader du télépéage européen,

Plus en détail

Gamme de Logiciels Interactifs Develter

Gamme de Logiciels Interactifs Develter Gamme de Logiciels Interactifs Develter Cours interactifs selon le Concept DEVELTER Cours interactifs de Sensibilisations à la Sécurité Routière Cours interactifs de Sécurité Routière Cours interactifs

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

RISQUES ROUTIERS : POUR L USAGE PROFESSIONNEL D UN VEHICULE UTILITAIRE LEGER

RISQUES ROUTIERS : POUR L USAGE PROFESSIONNEL D UN VEHICULE UTILITAIRE LEGER RISQUES ROUTIERS : POUR L USAGE PROFESSIONNEL DUREE 2 jours soit14 heures DATES 13 et 14 mars 2013 LIEU Site Centaure A62 Echangeur de Saint-Jory 31150 BRUGUIERES FRAIS PEDAGOGIQUES 540 / stagiaire Niveau

Plus en détail

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012 Dossier de presse SOMMAIRE Présentation...3 Une étude scientifique pour dresser un état des lieux des comportements sur autoroute...4 L occupation des voies : des résultats venant confirmer l importance

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SÛRETÉ LA SALLE DE SPECTACLE

FICHE TECHNIQUE SÛRETÉ LA SALLE DE SPECTACLE Page 1/6 FICHE TECHNIQUE SÛRETÉ LA SALLE DE SPECTACLE Page 2/6 AVERTISSEMENT Le service d information du gouvernement travaille actuellement sur l élaboration d une stratégie de sensibilisation de la population

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Concours Gastounet Morbihan 2007 1 La vitesse : 1 er facteur d accident et de gravité? la preuve : Evolution en France de 1970

Plus en détail

Projet d action de prévention routière. la société xxxxxx

Projet d action de prévention routière. la société xxxxxx Projet d action de prévention routière À l attention de: Le aa/aa/ 2013 la société xxxxxx Comité du VAL D OISE CATALOGUE DES ACTIONS EN ENTREPRISE Association Prévention Routière (APR) Crée en 1949 loi

Plus en détail

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État,

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État, Département du Val-de-Marne Charte départementale de partenariat sécurité routière entre l État, la Caisse Régionale d Assurance Maladie d Ile-de-France (CRAMIF) et la profession du transport routier de

Plus en détail

ViaMichelin. Lancement du nouveau DOSSIER DE PRESSE 15 OCTOBRE 2015. ViaMichelin, acteur européen // Au cœur de la mobilité

ViaMichelin. Lancement du nouveau DOSSIER DE PRESSE 15 OCTOBRE 2015. ViaMichelin, acteur européen // Au cœur de la mobilité DOSSIER DE PRESSE Lancement du nouveau ViaMichelin 15 OCTOBRE 2015 ViaMichelin, acteur européen // Au cœur de la mobilité Service de Presse du Groupe MICHELIN julia.andre@fr.michelin.com - 01 45 66 22

Plus en détail

CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE LA PREFECTURE DE L ESSONNE ET LE SYNDICAT DES TRAVAUX PUBLICS DE L ESSONNE EN MATIERE DE SÉCURITÉ ROUTIERE

CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE LA PREFECTURE DE L ESSONNE ET LE SYNDICAT DES TRAVAUX PUBLICS DE L ESSONNE EN MATIERE DE SÉCURITÉ ROUTIERE CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE LA PREFECTURE DE L ESSONNE ET LE SYNDICAT DES TRAVAUX PUBLICS DE L ESSONNE EN MATIERE DE SÉCURITÉ ROUTIERE conclue entre Monsieur le Préfet de L Essonne et Monsieur José RAMOS,

Plus en détail

Lutter contre les contresens sur autoroutes

Lutter contre les contresens sur autoroutes Les prises à contre-sens sur routes à chaussées séparées Lutter contre les contresens sur autoroutes Pascal CONTREMOULINS Sanef 1 Les mesures prises Les dispositifs préventifs ou curatifs viennent évidemment

Plus en détail

Dossier de presse Mardi 17 novembre 2015

Dossier de presse Mardi 17 novembre 2015 «TOUS DIFFERENTS, TOUS VOYAGEURS» SMTC Tisséo s engage pour un réseau de transport pour tous 1 Sommaire Accessibilité : un réseau pour tous, la démarche ambitieuse du syndicat mixte des transports en commun

Plus en détail

Autres appellations du métier

Autres appellations du métier Le métier aujourd'hui Autres appellations du métier Conducteur(trice) livreur(euse) Livreur(euse) (en alimentation, de plats cuisinés, de biens de consommation, de pizzas ) Conducteur(trice) routier-livreur

Plus en détail

Dossier de presse Une voie dédiée aux bus et aux taxis sur l autoroute A6a

Dossier de presse Une voie dédiée aux bus et aux taxis sur l autoroute A6a SENS PROVINCE > PARIS Dossier de presse Une voie dédiée aux bus et aux taxis sur l autoroute A6a Juin 2015 Contact presse : Mission communication de la DiRIF Robin LEROY : 01 46 76 87 80 MINISTÈRE DE L

Plus en détail

Référence : code de la route articles R412-36 et R412-42

Référence : code de la route articles R412-36 et R412-42 1/ Lorsque nous marchons le long d une route avec un groupe d enfants, devons-nous le faire à gauche ou à droite de la chaussée? Quelles précautions particulières devons-nous prendre lors des déplacements

Plus en détail

Conférence de presse. du 22 avril 2014

Conférence de presse. du 22 avril 2014 Conférence de presse du 22 avril 2014 Programme 1. Bilan des accidents de la route 2013 2. Lancement de la campagne de sensibilisation «Levez le pied!» 3. Présentation du guide «Passages pour piétons en

Plus en détail

Schéma Directeur Accessibilité

Schéma Directeur Accessibilité Schéma Directeur Des services régionaux de transport de voyageurs - Deuxième concertation en Gironde - Contenu de la présentation Rappel des étapes antérieures sur le réseau ferroviaire (Maillage, référentiel

Plus en détail

100 questions sur le livre de code

100 questions sur le livre de code 100 questions sur le livre de code 1)quel poids maximum de matériel peut transporter un véhicule conduisible avec un permis B(3,5 tonnes) 2)citer 3 catégories de conducteurs soumis à une visite médicale

Plus en détail

Signature de convention AREVA - OPPBTP

Signature de convention AREVA - OPPBTP DOSSIER DE PRESSE - 26 avril 2010 Signature de convention AREVA - OPPBTP CONTACT PRESSE José NOYA tel : 04 75 50 72 08 port : 06 71 08 11 54 jose.noya@areva.com 26 avril 2010 AREVA et l OPPBTP s associent

Plus en détail

Toute intervention sur route présente des risques contre lesquels il est indispensable de se protéger.

Toute intervention sur route présente des risques contre lesquels il est indispensable de se protéger. GUIDE INTER- SERVICES 2012 MÉTHODOLOGIE DE PROTECTION LORS D INTERVENTION SUR ROUTES Toute intervention sur route présente des risques contre lesquels il est indispensable de se protéger. Ce document est

Plus en détail

Le transport actif : marcher pour se rendre à l école

Le transport actif : marcher pour se rendre à l école Le transport actif : marcher pour se rendre à l école Date : le 7 février 2005 Le transport scolaire Dans les politiques des commissions scolaires sur le transport scolaire, on établit une distance entre

Plus en détail

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 OBJECTIFS Assurer la sécurité des personnes et la sécurité incendie des biens. PUBLIC / PRE REQUIS Postulants agents de sécurité incendie en établissement recevant

Plus en détail

La politique de sécurité des infrastructures routières

La politique de sécurité des infrastructures routières La politique de sécurité des infrastructures routières La politique de sécurité des infrastructures routières Rendre l'infrastructure routière plus sûre, c'est améliorer ses caractéristiques techniques,

Plus en détail

Le véhicule électrique Une sécurité maîtrisée en vue d un déploiement pérenne de la filière

Le véhicule électrique Une sécurité maîtrisée en vue d un déploiement pérenne de la filière Le véhicule électrique Une sécurité maîtrisée en vue d un déploiement pérenne de la filière L état d avancement des travaux au 20 juin 2011 Le véhicule électrique, une des priorités de la politique de

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU VEHICULE

CHARTE D UTILISATION DU VEHICULE CHARTE D UTILISATION DU VEHICULE 1 A. MODALITÉS DE MISE A DISPOSITION DU VÉHICULE RESERVATION 1) Faire la demande auprès du CDH53, définir la date à laquelle vous viendrez chercher le véhicule (hors samedi

Plus en détail

Maîtriser sa vitesse : Premier enjeu. de la Sécurité Routière

Maîtriser sa vitesse : Premier enjeu. de la Sécurité Routière Sécurité routière Maîtriser sa vitesse : Premier enjeu de la Sécurité Routière ETE 2003 Sécurité routière Sommaire Communiqué d actualité A l occasion du second chassé croisé de l été 2003, la Sécurité

Plus en détail

LA SECURITE ROUTIERE LIVRE BLANC PRESENTE AU PREMIER MINISTRE. Pierre GIRAUDET, 1988 ETAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE JANVIER 2002

LA SECURITE ROUTIERE LIVRE BLANC PRESENTE AU PREMIER MINISTRE. Pierre GIRAUDET, 1988 ETAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE JANVIER 2002 08/07/02 LA SECURITE ROUTIERE LIVRE BLANC PRESENTE AU PREMIER MINISTRE Pierre GIRAUDET, 1988 ETAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE JANVIER 2002 MESURES ET ORIENTATIONS PROPOSEES PAR LE LIVRE BLANC SUITES

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE DOSSIER DE PRESSE

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE DOSSIER DE PRESSE MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE DOSSIER DE PRESSE Campagne de sensibilisation sur la sécurité des personnels aux abords des chantiers routiers Du 18 au 22 juin 2012 DIR

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT SUR LE THEME DE LA «SÉCURITÉ ROUTIERE»

CONVENTION DE PARTENARIAT SUR LE THEME DE LA «SÉCURITÉ ROUTIERE» CONVENTION DE PARTENARIAT SUR LE THEME DE LA «SÉCURITÉ ROUTIERE» Entre la Préfecture des Pyrénées Orientales, Sise 24, Quai Sadi Carnot à Perpignan, représentée par le Préfet Hugues BOUSIGES d une part

Plus en détail

ITS Switzerland - EPFL 29/10/2014 La stratégie d information multimodale du Grand Lyon : la coopération public/privée pour la mobilité urbaine et l

ITS Switzerland - EPFL 29/10/2014 La stratégie d information multimodale du Grand Lyon : la coopération public/privée pour la mobilité urbaine et l ITS Switzerland - EPFL 29/10/2014 La stratégie d information multimodale du Grand Lyon : la coopération public/privée pour la mobilité urbaine et l innovation Contexte de la mobilité urbaine Besoins Population

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN COMPTE DE LA PREVENTION DU RISQUE ROUTIER DANS LES ACTIVITES DE TRAVAUX PUBLICS EN SEINE-ET-MARNE

CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN COMPTE DE LA PREVENTION DU RISQUE ROUTIER DANS LES ACTIVITES DE TRAVAUX PUBLICS EN SEINE-ET-MARNE Annexe CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN COMPTE DE LA PREVENTION DU RISQUE ROUTIER DANS LES ACTIVITES DE TRAVAUX PUBLICS EN SEINE-ET-MARNE conclue entre Jean-Michel DREVET, Préfet de Seine-et-Marne,

Plus en détail

Bilan des actions août 2015

Bilan des actions août 2015 Ministère de l Intérieur Le 13 août 2015 Sécurité routière : 26 mesures pour une nouvelle mobilisation Présentées le 26 janvier 2015 par Bernard CAZENEUVE, ministre de l Intérieur. Bilan des actions août

Plus en détail

La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement ---

La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement --- La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement --- Le stationnement PMR Etat des lieux et prise en compte des évolutions réglementaires à Lille Métropole M. Courbot

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

CHARTE BLEUE D ARMATEURS DE FRANCE. Pour un transport et des services maritimes responsables

CHARTE BLEUE D ARMATEURS DE FRANCE. Pour un transport et des services maritimes responsables CHARTE BLEUE D ARMATEURS DE FRANCE Pour un transport et des services maritimes responsables PREAMBULE Véritables acteurs de la mondialisation, les armateurs français œuvrent au quotidien pour un transport

Plus en détail

Fiche 16 LES MOTARDS VUS PAR LES AUTRES

Fiche 16 LES MOTARDS VUS PAR LES AUTRES Fiche 16 LES MOTARDS VUS PAR LES AUTRES L image de motards o Parfois mal vus par population (imprudents) o Accélération violentes o Faufile entre voitures o Circule sur trottoirs, bande arrêt d urgence

Plus en détail

Plan Pluriannuel Départemental de Sécurité Routière

Plan Pluriannuel Départemental de Sécurité Routière Plan Pluriannuel Départemental de Sécurité Routière Période 2012-2014 Direction Principale des Routes Sous Direction des Politiques de l Entretien et de la Sécurité Routière CG 77 - SDPESR -SCSR Service

Plus en détail

Optimiser la mobilité durable en ville

Optimiser la mobilité durable en ville Optimiser la mobilité durable en ville inventer la mobilité durable de demain ITS La technologie au service de la mobilité urbaine Les Intelligent Transport Systems correspondent à l utilisation des Technologies

Plus en détail

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES Compétence du socle : Compétence 4 : La maîtrise des techniques usuelles de l information et de la communication Contribution

Plus en détail

Le risque routier lié au travail. Dr Martine Isnard

Le risque routier lié au travail. Dr Martine Isnard Le risque routier lié au travail Dr Martine Isnard 1 1.DEFINITION On appelle risque routier lié au travail les accidents matériels ou de personne occasionnés par un véhicule et survenus à l occasion :

Plus en détail

ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION

ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION 4 avril 2006 ATTENTION, TRAVAUX! LE THÉÂTRE, LIEU D ÉCHANGE Attention, travaux! est une pièce de théâtre, écrite, mise en scène et jouée pour les 20 000 collaborateurs

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Atelier 3 : Information de sécurité embarquée ; Systèmes coopératifs. Introduction

Atelier 3 : Information de sécurité embarquée ; Systèmes coopératifs. Introduction Atelier 3 : Information de sécurité embarquée ; Systèmes coopératifs Introduction Contexte Directive ITS (2010/40) : spécifications de l action c Priorisation et spécifications des systèmes coopératifs

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Sommaire. Jean-Luc Millard

Sommaire. Jean-Luc Millard Deuxième tirage 2005 Vous préparez votre permis de conduire et vous avez choisi cette nouvelle édition du Code de la route Codoroute : je vous en remercie. Né en 1961, ce Code a développé au fil des ans

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention ouvrages gaz Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification Le CQP est en lien

Plus en détail

Interaction véhicule-infrastructure intelligente

Interaction véhicule-infrastructure intelligente XIXème FORUM Systèmes et Logiciels pour les NTIC dans le transport Interaction véhicule-infrastructure intelligente Jean-Hubert WILBROD Interaction véhicule-infrastructure intelligente Sommaire Du contact

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Charte de partenariat Risque Routier Professionnel

Charte de partenariat Risque Routier Professionnel Charte de partenariat Risque Routier Professionnel Entre : La CRAM XXX représentée par et La Préfecture du département YY représentée d'une part, et L entreprise ZZ représentée par d autre part. Il est

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/24/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 10 JUILLET 2015 Comité du programme et budget Vingt-quatrième session Genève, 14 18 septembre 2015 RAPPORT FINAL SUR LE PROJET RELATIF AU RENFORCEMENT DES NORMES

Plus en détail

MAN TeleMatics START. Devenez le coach de votre rentabilité. Support TeleMatics % 06 % 65 % 16 % 48. ServiceCare % 16 % 88 SYSTEM % 25 % 29

MAN TeleMatics START. Devenez le coach de votre rentabilité. Support TeleMatics % 06 % 65 % 16 % 48. ServiceCare % 16 % 88 SYSTEM % 25 % 29 Downloading % 99 SYSTEM Downloading % 71 % 25 Downloading % 25 % 16 % 88 START % 29 % 06 Downloading % 34 % 16 % 48 % 65 Downloading % 75 MAN TeleMatics Devenez le coach de votre rentabilité Support TeleMatics

Plus en détail

PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE. Contrôle 2 roues-motorisés. et présentation du 2ème «Rallye sécurité moto de la gendarmerie»

PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE. Contrôle 2 roues-motorisés. et présentation du 2ème «Rallye sécurité moto de la gendarmerie» PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE Contrôle 2 roues-motorisés et présentation du 2ème «Rallye sécurité moto de la gendarmerie» le vendredi 24 mai 2013 au Grand Travers à Carnon Le Préfet de l Hérault

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

Système intelligent du BRT de Urumqi

Système intelligent du BRT de Urumqi Système intelligent du BRT de Urumqi SUN Lian, Centre de recherche des projets de trafic de la municipalité d Ürümqi Le système de BRT à Ürümqi Ürümqi est situé au nord de la région autonome Ouïgoure du

Plus en détail

Les nouveaux panneaux : principes d application

Les nouveaux panneaux : principes d application Les nouveaux panneaux : principes d application Définition d un panneau Un panneau de signalisation routière délivre une information aux usagers. Il peut s agir d une direction donnée à l usager, d une

Plus en détail

CG conseil. Qualification de PNC - MEMBRE D ÉQUIPAGE DE CABINE Hôtesse/Steward DOCUMENT DE SYNTHESE. Janvier 2009. En collaboration avec

CG conseil. Qualification de PNC - MEMBRE D ÉQUIPAGE DE CABINE Hôtesse/Steward DOCUMENT DE SYNTHESE. Janvier 2009. En collaboration avec DOCUMENT DE SYNTHESE Qualification de PNC - MEMBRE D ÉQUIPAGE DE CABINE Hôtesse/Steward Janvier 2009 En collaboration avec CG conseil Fanny Montarello 1 - Définition de la qualification Les Personnels

Plus en détail

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières pour le département de entre L'État, représenté par M.., Préfet d., et La Direction

Plus en détail

OptiFlo la solution de géo-localisation intégrale... Mieux analyser. OptiFlo. Mieux voir. Mieux décider. OptiFlo: Géolocalisation intégrale

OptiFlo la solution de géo-localisation intégrale... Mieux analyser. OptiFlo. Mieux voir. Mieux décider. OptiFlo: Géolocalisation intégrale OptiFlo la solution de géo-localisation intégrale... Mieux analyser Mieux voir Mieux décider Optimisez votre productivité avec la géolocalisation! Vous voulez faire des économies de carburant

Plus en détail

Questions et réponses sur la réforme du permis de conduire

Questions et réponses sur la réforme du permis de conduire Questions et réponses sur la réforme du permis de conduire La réforme du permis : quels objectifs? «La réforme du permis de conduire vise à réduire les délais d attente et le coût du permis pour les jeunes.»

Plus en détail

Identification des besoins : la méthode des Focus Group. Définition et descriptif de la méthode

Identification des besoins : la méthode des Focus Group. Définition et descriptif de la méthode Identification des besoins : la méthode des Focus Group Définition et descriptif de la méthode Identifier les besoins des utilisateurs Le Focus Group Le Focus Group est une activité de groupe ayant pour

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011 CATALOGUE CATALOGUE 2011 1 SOMMAIRE Professionnelle de la prévention, de l éducation et de la sécurité incendie, toute demande de formation spécifique est envisageable dès lors qu elle entre dans le cadre

Plus en détail

Propositions de Vélo Québec pour réhabiliter le Code de la sécurité routière en faveur de la mobilité durable. [Version condensée]

Propositions de Vélo Québec pour réhabiliter le Code de la sécurité routière en faveur de la mobilité durable. [Version condensée] Propositions de Vélo Québec pour réhabiliter le Code de la sécurité routière en faveur de la mobilité durable [Version condensée] 14 août 2014 NOTRE VISION : UNE CIRCULATION SÉCURITAIRE POUR TOUS Depuis

Plus en détail

Plan d action sécurité routière. Table ronde contre l insécurité routière

Plan d action sécurité routière. Table ronde contre l insécurité routière Plan d action sécurité routière Table ronde contre l insécurité routière Objectif : combattre l insécurité routière durablement Vision Zéro Zéro mort Zéro blessé grave 2 Plan d action «sécurité routière»

Plus en détail

Formations. Catalogue. Edito Octobre 2015 Management sécurité Manutention, Risque Routier Secourisme Incendie Électricité Levage et manutention

Formations. Catalogue. Edito Octobre 2015 Management sécurité Manutention, Risque Routier Secourisme Incendie Électricité Levage et manutention Catalogue 2015 Edito Octobre 2015 Management sécurité Manutention, Risque Routier Secourisme Incendie Électricité Levage et manutention Edito 2015 C est la rentrée! Période d effervescence s il en est,

Plus en détail

Dossier de presse. Contact presse : Anne Forges Tél. : + 33 (0) 1 44 38 62 58. *nous ouvrons la route

Dossier de presse. Contact presse : Anne Forges Tél. : + 33 (0) 1 44 38 62 58. *nous ouvrons la route *nous ouvrons la route Dossier de presse Contact presse : Anne Forges Tél. : + 33 (0) 1 44 38 62 58 Sommaire 1. Les 3 métiers d eurotoll 2. Une gamme de services évolutive 3. Des outils de pilotage de

Plus en détail

D I C R I M. Les principales conséquences d un accident lors du transport de matières dangereuses peuvent être :

D I C R I M. Les principales conséquences d un accident lors du transport de matières dangereuses peuvent être : LE RISQUE TMD (Transport de matières dangereuses) Une marchandise dangereuse est une matière ou un objet qui, par ses caractéristiques physicochimiques (toxicité, réactivité ) peut présenter des risques

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

Insight Revendeur exclusif des solutions Masternaut a Maurice.

Insight Revendeur exclusif des solutions Masternaut a Maurice. Insight Revendeur exclusif des solutions Masternaut a Maurice. 1. Un pionnier sur un marché à fort potentiel Depuis sa création en 1996, Masternaut fait figure de pionnier. À ses débuts, le marché balbutiant

Plus en détail

- Biométrique par badge code - Visualisation en directe - Positionnement sur des alarmes - Image haute résolution de jour comme de nuit

- Biométrique par badge code - Visualisation en directe - Positionnement sur des alarmes - Image haute résolution de jour comme de nuit Réseaux intelligent - Système d analyse de scène - Déclenchement de signal automatique ou manuel - Surveillance périphérique et périmétrique - Biométrique par badge code - Visualisation en directe - Positionnement

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

CONCOURS EXTERNE 2012 POUR LE RECRUTEMENT D'AGENTS D'EXPLOITATION SPECIALISES 19 septembre 2012

CONCOURS EXTERNE 2012 POUR LE RECRUTEMENT D'AGENTS D'EXPLOITATION SPECIALISES 19 septembre 2012 N IDENTIFICATION : CONCOURS EXTERNE 2012 POUR LE RECRUTEMENT D'AGENTS D'EXPLOITATION SPECIALISES 19 septembre 2012 AGENTS D'EXPLOITATION SPECIALISES DES TRAVAUX PUBLICS DE L'ETAT spécialité «routes, bases

Plus en détail

LE VEHICULE UTILITAIRE LEGER. Page 1

LE VEHICULE UTILITAIRE LEGER. Page 1 LE VEHICULE UTILITAIRE LEGER Page 1 Sommaire Les statistiques Une étude nationale sur les VUL Les facteurs de risques Les moyens de prévention Page 2 Les statistiques 35 millions de véhicules légers en

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE le 7 mars 2013 à 11 h 00 Préfecture de l Hérault

DOSSIER DE PRESSE le 7 mars 2013 à 11 h 00 Préfecture de l Hérault PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE le 7 mars 2013 à 11 h 00 Préfecture de l Hérault SOMMAIRE 2012 : rappel de quelques chiffres clés 3 L accidentalité dans l Hérault depuis le 1 er janvier 2013 5 Plan

Plus en détail

Dossier de presse Une voie dédiée aux bus et aux taxis sur l autoroute A1

Dossier de presse Une voie dédiée aux bus et aux taxis sur l autoroute A1 SENS ROISSY > PARIS Dossier de presse Une voie dédiée aux bus et aux taxis sur l autoroute A1 Avril 2015 Contact presse : Mission communication de la DiRIF Robin LEROY : 01 46 76 87 80 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE,

Plus en détail

Bien voir et être vu : l association Prévention Routière vous invite à tester vos feux et vos yeux!

Bien voir et être vu : l association Prévention Routière vous invite à tester vos feux et vos yeux! Communiqué de presse Paris, le 28 septembre 2009 Semaines Lumière et Vision, octobre 2009 Bien voir et être vu : l association Prévention Routière vous invite à tester vos feux et vos yeux! S'il y a moins

Plus en détail

AGENT DE VOIRIE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS

AGENT DE VOIRIE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS Direction des Ressources humaines AGENT DE VOIRIE DANS UN CENTRE D EXPLOITATION DÉPARTEMENTAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Routes Service : Centre Technique Départemental

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail