SOMMAIRE ALCOOL CANNABIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE ALCOOL CANNABIS"

Transcription

1 SOMMAIRE LES INFORMATIONS SUR LE PRODUIT LE PRODUIT Cannabis p 2 La consommation p 3 LES USAGERS Les différents usagers p 4-5 LA LEGISLATION Loi p 6-7 Cannabis et travail p 8 Cannabis et sécurité routière p 9 à 12 LA DOCUMENTATION Bibliographie p 13 à 17 LES SITUATIONS TYPE médecin/patient En parler et repérer, Evaluer Informer p 18 Amener à se questionner, Orienter p 19 Les phrases clé p 20 Les questions les plus fréquemment posées p 21 ABORDER LA CONSOMMATION DE CANNABIS EN CONSULTATION Schéma des étapes p 22 EN PARLER ET REPERER p 23 EVALUER Questionnaire d autoévaluatiuon p 24 Test CRAFFT p 25 Test DETC CAGE p 26 DEP-ADO P 27 INFORMER Les effets immédiats p Les effets différés p 30 à 33 AMENER A SE QUESTIONNER p 34 à 36 ORIENTER p 37 LES COORDONNEES DES CONSULTATIONS CANNABIS p

2 CANNABIS Le cannabis est la drogue illicite la plus consommée en France. Le cannabis est une plante sexuée avec des plants mâles et des plants femelles, ces derniers sont plus riches en THC (tétrahydrocannabinol). Haschich herbe huile de haschich, sont les formes les plus usuelles du cannabis en France. LE HASCHICH Résine obtenue à partir des sommités fleuries, se présentant sous forme de plaques compressées, se fumant mélangées au tabac. La concentration en 9THC varie de 2 à 10% voire 22% (laboratoire police scientifique d Ecully) L HERBE (la marijuana) comprenant feuilles, sommités fleuries et tiges séchées du chanvre. Elle est fumée fréquemment mélangée à du tabac ou pure. La concentration en 9THC varie de 0,5 à 7% voire 18% selon la variété. L HUILE DE HASCHICH (rarement utilisée) est un concentré de haschich goudronné et visqueux qui se fume mélangé à du tabac ou déposé avec une pointe d allumette sur un cigare ou sur le papier d une cigarette déjà roulée (peu répandu en France). Sa concentration en principe actif est de 10 à 30% voire 60%. L herbe et le haschich sont désignés sous 200 mots d argot différents : marijuana, ganja, pot, joint, herbe, marie-jeanne, beu, shit, bunt, kif, tosh, hakik, jaja, bedot La forte lipophilie du THC explique son passage rapide après inhalation dans la circulation sanguine (où il est véhiculé par les lipoprotéines auxquelles il se lie à près de 95 % de la concentration circulante) puis il se concentre dans le cerveau et dans les différents tissus, notamment les tissus adipeux où il est stocké. Il est ensuite lentement relargué avant d être éliminé. L importance de la diffusion du THC et de son stockage dans les lipides est reflétée par le volume de distribution apparent, qui est de 400 à 1000 litres pour un adulte, ce qui est considérable. On considère qu environ 1% de la dose de THC introduite dans l organisme parvient effectivement au cerveau. 2

3 LA CONSOMMATION DE CANNABIS EN FRANCE Principal mode de consommation est l inhalation Forme d utilisation la plus fréquente : «le joint» et le haschich QUELQUES CHIFFRES Le joint type contient 3,5 mg de THC La dose létale étant de mg. Un joint contient de 0,5 à 1 gramme de cannabis La dose «efficace» se situe entre 2 et 22 mg s il est fumé La dose «efficace» se situe entre 20 et 90 mg s il est pris par voie orale. La quantité de THC délivrée est de 20 à 70 % lors de l inhalation Lorsqu il est fumé seulement 20% du joint est consommé, le reste est pyrolysé. La biodisponibilité du THC varie entre 5 et 24%. 3

4 LES USAGERS 1 On distingue plusieurs types d usagers : LES RECREATIFS OU RECREATIONNELS Ils consomment en groupe, lors de moments de loisirs, visant la recherche de plaisir ; LES OCCASIONNELS Ils fument de temps en temps seul, et la plupart du temps une seule fois par jour ou à certains moments précis, pour dormir, se calmer, se désangoisser, dessiner, jouer de la musique LES USAGERS REGULIERS Ils consomment depuis des mois, voire des années. LES USAGERS INTENSIFS Ils consomment toute la journée en quantité, parfois associé à l alcool, ou à d autres substances médicamenteuses ou illicites (héroïne, cocaïne ) Quelle est la réalité de la consommation? D un point de vue épidémiologique 1, celle-ci concerne en majeure partie les adolescents quelque soit sa fréquence. En France, l expérimentation chez les jeunes (15-16 ans) est passée de 12 % à 35 % entre 1993 et «Cannabis : quels effets sur le comportement et la santé?», Expertise collective, Editions Inserm,

5 LES USAGERS 2 Quelle est la réalité de la consommation?(suite) A titre d exemple : 53,3% des garçons et 47,2 des filles de 17 ans déclarent avoir consommé du cannabis au moins une fois dans leur vie 2 50 % chez les hommes de 25 à 34 ans 3 30 % chez les ans 3 Parmi les drogues illicites, le cannabis est de très loin le produit le plus consommé, 21,6% des ans l ont expérimenté 3 Evolution du niveau d usage au cours de la vie (au moins 1 fois) de substances psychoactives par sexe, à 17 ans (% en ligne) ESCAPAD 200 Filles 2000 Filles 2003 Garçons 2000 Garçons 2003 alcool - 94,2-95,0 tabac 79,4 79,0 76,0 75,0 cannabis 40,1 47,2 50,1 53,3 2 Drogues et dépendances : indicateurs et tendances de l Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies. Cannabis. OFDT. ESCAPAD «Cannabis : quels effets sur le comportement et la santé?», Expertise collective, Editions Inserm,

6 LA LOI 1 CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Réglementaire) Article R Sont interdits la production, la mise sur le marché, l'emploi et l'usage : 1. Du cannabis, de sa plante et de sa résine, des préparations qui en contiennent ou de celles qui sont obtenues à partir du cannabis, de sa plante ou de sa résine ; 2. Des tétrahydrocannabinols, à l'exception du delta 9-tétrahydrocannabinol de synthèse, de leurs esters, éthers, sels ainsi que des sels des dérivés précités et de leurs préparations. Des dérogations aux dispositions énoncées ci-dessus peuvent être accordées aux fins de recherche et de contrôle ainsi que de fabrication de dérivés autorisés par le directeur général de l'agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. La culture, l'importation, l'exportation et l'utilisation industrielle et commerciale de variétés de cannabis dépourvues de propriétés stupéfiantes peuvent être autorisées, sur proposition du directeur général de l'agence, par arrêté des ministres chargés de l'agriculture, des douanes, de l'industrie et de la santé. CODE DE L'EDUCATION (Partie Législative) Article L (inséré par Loi nº du 9 août 2004 art. 51 Journal Officiel du 11 août 2004) Une information est délivrée sur les conséquences de la consommation de drogues sur la santé, notamment concernant les effets neuropsychiques et comportementaux du cannabis, dans les collèges et les lycées, à raison d'au moins une séance annuelle, par groupes d'âge homogène. Ces séances pourront associer les personnels contribuant à la mission de santé scolaire ainsi que d'autres intervenants extérieurs. 6

7 LA LA LOI LOI 2 1 CODE PENAL (Partie Législative) Article (Loi nº du 16 décembre 1992 art. 354 et 373 Journal Officiel du 23 décembre 1992 en vigueur le 1er mars 1994) (Ordonnance nº du 19 septembre 2000 art. 3 Journal Officiel du 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002) Le fait de diriger ou d'organiser un groupement ayant pour objet la production, la fabrication, l'importation, l'exportation, le transport, la détention, l'offre, la cession, l'acquisition ou l'emploi illicites de stupéfiants est puni de la réclusion criminelle à perpétuité et de euros d'amende. Les deux premiers alinéas de l'article relatifs à la période de sûreté sont applicables à l'infraction prévue par le présent article. Circulaire du Garde des Sceaux relative à la lutte contre la toxicomanie et les dépendances du 8 avril 2005 Répression accrue des infractions tendant à inciter à l usage de stupéfiants Traitement des infractions de provocation à l usage de stupéfiants Rappel de certains textes : L CSP Provocation à l usage de stupéfiants Ou présentation de l usage de stupéfiants sous un jour favorable A CP Provocation directe d un mineur à faire un usage illicite de stupéfiants Si mineur de moins de quinze ans 5 ans de prison d amende 5 ans de prison d amende 7 ans de prison d amende 7

8 CANNABIS ET TRAVAIL (Réf. : Philippe Arbouch, Avocat, intervention colloque «risques professionnels» 7 juin 05 à Lyon) Le droit Européen s imposant au droit français, il est intéressant de rappeler que la Cour Européenne des Droits de l Homme par deux arrêts du 7 novembre 2002, a précisé que l obligation pour les membres d équipage d un ferry de fournir des échantillons d urine afin de détecter l usage d alcool et de drogues, constituait certes l ingérence d une autorité publique, mais était justifiée dès lors qu elle poursuivait un objectif légitime (assurer la sécurité du ferry) et proportionnée à cet objectif (les tests pratiqués ne permettant que de détecter des substances ingérées dans les 48 heures précédentes). Il en allait de même pour les personnels d entretien d une centrale nucléaire, de fournir des échantillons d urine, cette obligation étant justifiée pour les mêmes motifs (objectif légitime et proportionné) et devant observer un caractère discret et confidentiel. La législation européenne ouvre donc la porte aux contrôles, les deux points à retenir étant la proportionnalité au regard de l objectif poursuivi et sa légitimité. Il serait intéressant de voir dans les années à venir l appréciation qui en sera faite par les tribunaux français. L introduction et la consommation sur le lieu de travail posent divers problèmes juridiques puisque la drogue est interdite pour un usage personnel et que sa consommation dans les locaux de l entreprise est bien évidemment interdite ne parlons pas de la revente dans les locaux de l entreprise Il y a donc 3 possibilités pour appréhender ces usages dans le cadre du travail : - le pouvoir disciplinaire de l employeur, - l état de santé du salarié consommateur, - la responsabilité générale qui pèse sur l employeur en matière d application des règles d hygiène et de sécurité. Bien évidemment si l introduction et la consommation de drogues dans les locaux de l entreprise pose problème, à fortiori le trafic de drogue peut incontestablement justifier une rupture immédiate du contrat de travail, pour le moins une faute grave. Le comportement délictuel du salarié et ses conséquences, peuvent également avoir une incidence sur le lien contractuel avec l entreprise, c est notamment le cas lorsqu un salarié est mis en examen et laissé en liberté provisoire pour consommation ou trafic de drogue, ou lorsqu un salarié est incarcéré pour les mêmes raisons. Le comportement du salarié hors de l entreprise ne peut, en principe, justifier des mesures disciplinaires de la part de l employeur puisqu il se rapporte à sa vie privée. Il en va bien sûr autrement selon la jurisprudence, lorsque les comportements par les échos qu ils ont suscités, sont de nature à causer un préjudice sérieux et durable à l entreprise ou lorsque ces agissements peuvent faire courir un risque à l entreprise et au personnel. S agissant du dépistage de la consommation de stupéfiants, une note du Ministère du Travail de juillet 1990 a admis que dans certaines entreprises il existait des postes pour lesquels la détermination de «l aptitude du salarié peut comporter un dépistage de la toxicomanie». L article R du code du travail précise que le médecin du travail peut prescrire des examens complémentaires nécessaires à la détermination de l aptitude médicale au poste de travail et notamment au dépistage des affections comportant une contre indication à ce poste. 8

9 CANNABIS ET SECURITE ROUTIERE 1 Les tests de dépistage Françoise Facy Directeur de recherche, Inserm Marie-Berthe Biecheler-Fretel Directeur de recherche, Inrets-Dera Myriam Rabaud Ingénieur de recherche, Inserm RAPPEL DES LOIS La loi Gayssot du 18 juin 1999 prévoyait la recherche systématique des stupéfiants chez tous les conducteurs impliqués dans un accident immédiatement mortel de la circulation. Son entrée en vigueur est devenue effective depuis le 1 er octobre La loi du 15 novembre 2001 autorise les officiers de police judiciaire à faire procéder sur tout conducteur impliqué dans un accident corporel à des épreuves de dépistage de stupéfiants. La loi Dell Agnola du 3 février 2003 institue un délit spécifique de conduite après usage de stupéfiants et étend les circonstances de dépistage de ces produits. Le fait de refuser de se soumettre aux vérifications constitue un délit. Cette loi soumet aussi au dépistage les accompagnateurs d élèves conducteurs et s applique à tout cas d accident corporel où il y a présomption d usage de stupéfiants. LES EPREUVES DE DEPISTAGE Elles consistent à détecter rapidement, à partir d un recueil urinaire, la présence d un ou plusieurs produits appartenant aux quatre familles suivantes : cannabis, amphétamines, cocaïne et opiacés. Le dépistage est demandé par un agent ou un officier de police judiciaire. La procédure doit se dérouler dans un établissement public médical accueillant des urgences ou à défaut dans un cabinet médical de ville. 9

10 CANNABIS ET SECURITE ROUTIERE 2 Les tests de dépistage LES EPREUVES DE DEPISTAGE (Suite) Les tests urinaires rapides doivent répondre à certaines spécifications techniques prédéfinies, dont notamment les seuils minima de détection. La lecture du résultat est immédiate. Une copie du résultat est remise sur le champ au conducteur pour l informer du caractère négatif ou positif du test urinaire. Lorsque le dosage urinaire est positif pour l une au moins des quatre familles de produits stupéfiants ou lorsque les épreuves de dépistage sont impossibles (décès ou refus) des analyses et examens complémentaires sont pratiqués pour établir la preuve de conduite après usage de l un de ces produits. Ils comprennent : un examen clinique, un prélèvement biologique (sanguin) suivi de la recherche et du dosage des stupéfiants et de médicaments psychoactifs subordonnés à la présence de stupéfiants. Chaque prélèvement sanguin est réparti en deux flacons conservés dans les mêmes conditions, le deuxième devant servir en cas d une demande de contrôle.les prélèvements biologiques sont analysés par des personnels compétents, dans des laboratoires équipés spécifiquement qui respectent des conditions juridiques et techniques préalablement fixées (suivies par l AFSSAPS en clair). Le résultat des analyses est ensuite transmis au procureur de la République du lieu de l accident. Le résultat ne sera connu de la personne qu en cas de poursuites, son avocat pouvant consulter le dossier. METHODES DE DEPISTAGE Pour mettre en évidence un usage de cannabis, deux méthodes sont à distinguer : Les méthodes de dépistage utilisées dans un but d orientation et celles de confirmation de dosage. Des techniques immunochimiques permettent une détection rapide du cannabis uniquement dans les urines car elles sont peu sensibles et peu spécifiques en général. Mais certains tests de dépistage commercialisés actuellement présentent une assez bonne fiabilité en termes de spécificité et de sensibilité (réf des tests que l on trouve en pharmacie) : labo ID PHARMA NARCOTEST. 10

11 CANNABIS ET SECURITE ROUTIERE 3 Les tests de dépistage N AFSSAPS NOM COMMERCIAL DISTRIBUTEURS DATE d'attestation X04953 Narcotest Opiaces* REF ID Pharma X04973 Narcotest 4 drogues* REF ID Pharma X04983 Narcotest amphétamines* REF ID Pharma X04993 Narcotest cannabis* REF ID Pharma X05003 Narcotest cocaïne* REF ID Pharma En revanche, bien que le 9 THC puisse être dépisté dans la salive et la sueur, aucun dispositif fiable pour des contrôles de routine sur route n est encore disponible. Seules des méthodes séparatives, chromatographiques telle la chromatographie en phase gazeuse avec détection par spectrométrie de masse (CPG-SM), peuvent confirmer une consommation de cannabis. Seul le sang analysé par CPG-SM permet de différencier les principes actifs des métabolites inactifs, d effectuer parallèlement une analyse quantitative, d estimer le temps écoulé entre le moment de la dernière consommation et celui de la prise de sang. C est la seule méthodologie acceptable dans tout contexte médico-légal incluant les accidents de la voie publique. L étude «SAM : stupéfiants et accidents mortels» INRETS Institut National de Recherches sur les Transports et leur Sécurité D'après Le Monde du 5 oct 2005, procédant par extrapolation, l'étude estime la prévalence du cannabis parmi les conducteurs «circulants» à 2,9% soit un chiffre légèrement supérieur à celui estimé pour l'alcool 2,7%, et elle estime par ailleurs la fraction d'accidents mortels imputables à la seule consommation du cannabis à 2,5%. Evoquant «l'effet dose», le quotidien note que pour la première fois est mise en évidence la hausse du risque d'accident en cas d'augmentation de la concentration sanguine en produit actif, pour souligner que l'enquête confirme par ailleurs que les effets de l'alcool et du cannabis se cumulent avec un risque multiplié par 14 pour les conducteurs associant les deux produits, alors qu'il est multiplié par 8,5 pour l'alcool seul (2,7 en dessous de 0,5 g/l) et par 1,8 pour le cannabis seul. Cette étude confirme le rôle majeur de l'alcool dans les accidents mortels, «loin devant le cannabis» puisque 20,9 % des conducteurs de l'étude présentaient un taux d'alcoolémie supérieur au normes légales, avec la mise en évidence d'un «effet dose massif», le sur-risque de provoquer un accident mortel progressant de 6,3 entre 0,5 et 0,8 g/l à 39,6 au-delà de 2 g/l. Remarquant que même consommé à dose légale, l'alcool s'avère plus dangereux que le cannabis avec 3,4% d'accidents attribuables aux personnes présentant une alcoolémie légale et 2,5% aux personnes ayant consommé du cannabis décès seraient imputables à l'alcool contre 180 imputables au cannabis sur 6000 accidents mortels par an. 11

12 CANNABIS ET SECURITE ROUTIERE 4 Les principales infractions et leurs sanctions Depuis juillet 2003 Amende Retrait de points Suspension ou annulation du permis Immobilisation du véhicule Prison Conduite en état d alcoolisation et après l usage de stupéfiants points Suspension ou annulation de 3 ans Immobilisation ou confiscation 3 ans Infractions* Sans circonstance «aggravante» Une circonstance «aggravante» Deux ou plusieurs circonstances «aggravantes» Homicide involontaire 5 ans de prison d amende Retrait de six points du permis de conduire 7 ans de prison d amende 10 ans de prison d amende De plein droit, annulation du permis de conduire avec interdiction de solliciter un nouveau permis pendant dix ans au plus Si récidive : interdiction de plein droit à dix ans, voire interdiction définitive Atteinte involontaire à l intégrité de la personne entraînant une ITT** de plus de trois mois Atteinte involontaire à l intégrité de la personne entraînant une ITT d une durée inférieure ou égale à trois mois 3 ans de prison d amende Retrait de six points du permis de conduire 2 ans de prison d amende Retrait de six points du permis de conduire 5 ans de prison d amende 7 ans de prison d amende De plein droit, annulation du permis de conduire avec interdiction de solliciter un nouveau permis pendant dix ans au plus 3 ans de prison d amende. 5 ans de prison d amende De plein droit, annulation du permis de conduire avec interdiction de solliciter un nouveau permis pendant dix ans au plus *Ces infractions sont considérées comme une même infraction au regard de la récidive. **ITT : incapacité totale de travail 12

13 BIBLIOGRAPHIE 1 Documents disponibles au Centre Jean Bergeret Tél. : Mail : MIDDLETON O. Sport et cannabis : bombe H ou pétard mouillé?. THS La Revue des Addictions, 1999, 1, (4), p FONTANA C., ASSOCIATION LE LIRESS, ASSOCIATION LE TIPI Des usages thérapeutiques du cannabis et de l'automédication : premier résultats de recherche, juin Psychotropes, 2000, 6, (3), p REYNAUD M., MOREL A., VILLEZ M., CAGNI G. Troubles cognitifs et dommages associés à la consommation de cannabis. Courrier des Addictions (Le), 2001, 3, (1), p OUVRY O. Quel sens donner à la consommation de cannabis d'un adolescent?. Courrier des Addictions (Le), 2001, 3, (1), p.23 BONNIN O., BOGAERTS A., AELVOET M., COUTERON J. P., BOUZIANE F. Cannabis : dépénalisation fumeuse en Belgique. La France relance le débat sur la loi de Interdépendances, 2001, (41), p.8-16 HACHET P. La guidance parentale, une réponse psycho-éducative pour améliorer les liens entre parents et adolescents consommateurs de cannabis. Dialogue, 2001, (152), p HACHET P. Consommation régulière de cannabis à l'adolescence et secret de famille. Alcoologie et Addictologie, 2001, 23, (1), p GIRARD B. Enquête 15/24 ans : alcool, tabac, cannabis, faut-il tout interdire?. Phosphore, 2001, (243), p COUTERON J. P. Accueil d'usagers de cannabis : intérêt d'une auto-évaluation. Interventions, 2001, 18, (2), p TOXI-GEN 5814 ASNAFI-FARHANG S., HATCHUEL P., BOURHIS F., DIVINE C., LAGRUE G. Prévalence de la consommation de cannabis et de tabac chez les patients d'un Centre Méthadone : évaluation par dosages urinaires. Annales de Médecine Interne, 2001, 152, (3 supplément), p.is37 IS42 13

14 BIBLIOGRAPHIE 2 TOXI-GEN 5814 SANCHEZ M., PHAN O. Causalité et évolution psychologiques dans une dépendance au cannabis. Annales de Médecine Interne, 2001, 152, (3 supplément), p.is54- IS56 ANIT 21 DUCRETTET S. L'adolescence et l'interdit de cannabis : la construction d'une citoyenneté mise à rude épreuve. XXIIe Journées nationales de l'anit "Toxicomanies et territoires urbains", ANIT, Chambéry, 8-9 juin 2001, Interventions, 2001, 18, (4), p LAGRUE G., MAUTRAIT C. Adolescents : cannabis et tabac. Courrier des Addictions (Le), 2001, 3, (3), p PLANTET J., MAESTRACCI N., HAUTEFEUILLE M. Un vrai débat sur les drogues devient incontournable! Faut-il dépénaliser le cannabis?. Lien Social, 2002, (613), p.4-9 LORENZO P., LEZA J. C. Utilité thérapeutique du cannabis et de ses dérivés. Interventions, 2001, 18, (3), p LEGLEYE S., BECK F., PERETTI-WATEL P. Consommateurs d'alcool ou de cannabis à 17 ans : quelles différences?. Alcoologie et Addictologie, 2002, 24, (2), p HACHET P. Le psychologue, l'adolescent fumant du cannabis et ses parents : analyse d'un contre-transfert. Interventions, 2002, 19, (1), p BIDARD I., ADES J., GORWOOD P. Les relations entre cannabis et schizophrénie. Alcoologie et Addictologie, 2002, 24, (3), p HOUDAYER H. Cannabis ou la métaphore du lien. Psychotropes, 2001, 7, (1), p HACHET P. Usages festifs de cannabis à l'adolescence et lien social. Adolescence, 2002, 20, (3), p DEL VOLGO J. P. Cannabis... nouvel opium adolescent. Adolescence, 2002, 20, (3), p

15 BIBLIOGRAPHIE 3 HACHET P. Mise en situation : la découverte par les parents d'une consommation adolescente de cannabis. THS La Revue des Addictions, 2003, 5, (18), p SCHORDERET M. Bienfaits et méfaits du cannabis. THS La Revue des Addictions, 2003, 5, (18), p HACHET P. "La jeune fille et le père mort : une adolescente fumant régulièrement du cannabis". THS La Revue des Addictions, 2003, 5, (18), p REYNAUD M. Le cannabis, la loi et la santé. THS La Revue des Addictions, 2003, 5, (19), p AMETEPE L. Liens entre usage de cannabis et schizophrénie. Revue Française de Psychiatrie et de Psychologie Médicale (La), 2003, 7, (70), p HACHET P. La consommation de cannabis chez les jeunes nécessite avant tout des réponses préventives et psychologiques. THS La Revue des Addictions, 2003, 5, (20), p KARILA L., DANEL T., RAIH H., BENYAMINA A., GOUDEMAND M., REYNAUD M. Consommation de cannabis et altérations des fonctions cognitives. Alcoologie et Addictologie, 2004, 26, (3), p CHABROL H., ROURA C. Le "bong", un mode fréquent et méconnu de consommation du cannabis. Une étude qualitative chez l'adolescent. Courrier des Addictions (Le), 2004, 6, (1), p BOYD S. J., TASHKIN D. P., HUESTIS M. A., HEISHMAN S. J., DERMAND J. C., SIMMONS M. S., GORELICK D. A. Stratégies de sevrage utilisées par les fumeurs de cannabis non demandeurs d'un traitement. Alcoologie et Addictologie, 2004, 26, (4), p OEDT, OBSERVATOIRE EUROPEEN DES DROGUES ET DES TOXICOMANIES, CARPENTIER C., BALLOTTA D., MONTANARI L., SCHATZ E., HEDRICH D., HILLEBRAND J., GOOSDEEL A., WALLON A., MARTEL C., VAZQUEZ MOLINI I., GEORGIADES N., HERNALSTEEN K. Le cannabis gagne-t-il en puissance?. Drugnet Europe, 2004, (47), 8 p. DELHOMMEAU L. Cannabis et psychose. Santé Mentale, 2002, (70), p

16 BIBLIOGRAPHIE 4 BEAUMANZON C. Mes enfants et le cannabis. Santé Mentale, 2002, (70), p *** Risque suicidaire et consommation de cannabis. Addictions, 2004, (7), p.15 AQUATIAS S. Stairway to heaven. Les consommations d'alcool et de cannabis dans les concerts de rock métal. Psychotropes, 2003, 9, (3-4), p QSJ 3892 / QSJ 3892 bis / QSJ 3892 ter / QSJ 3892 quat RICHARD D., SE J. L. Le cannabis. Paris : Presses Universitaires de France, 2002, 128 p. TOXI-PRO 5668 CILA, COLLEGE INTERNATIONAL DE L'ADOLESCENCE, CHOQUET M., INGOLD F. R., TASSIN J. P., BIRRAUX A., MARTY F., YVOREL J. J., PARQUET P. J. Psychopathologie de l'adolescent et usage du cannabis. Actes du Colloque, CILA, Paris, Ministère de l'emploi et de la Solidarité, 17 novembre 2000, Paris, CILA, 2001, 139 p. PEP/ADO 6030 AUDERSET M. J., HELD J. B., BLOCH-LAINE J. F. Se droguer, c'est risqué : pour connaître les effets et les dangers du tabac, de l'alcool, du cannabis et des médicaments. Paris, De La Martinière Jeunesse, 2001, (Hydrogène), 109 p. TOXI-JUS 6105 SENAT La dépénalisation de la consommation du cannabis. Paris, Sénat, 2002, (Les Documents de Travail du Sénat - Série Législation Comparée, N LC 99), 32 p. TOXI-PRO 6111 / TOXI-PRO 6111 bis INSERM, INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE MEDICALE Cannabis : quels effets sur le comportement et la santé?. Paris, INSERM, 2001, (Expertise Collective), 427 p. OFDT 42 (1) OFDT, OBSERVATOIRE FRANCAIS DES DROGUES ET DES TOXICOMANIES, CHOQUET M., LEDOUX S., HASSLER C., INSERM, INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE MEDICALE Alcool, tabac, cannabis et autres drogues illicites parmi les élèves de collège et de lycée : ESPAD 99 France. Paris, OFDT, 2002, 1, 148 p. 16

17 BIBLIOGRAPHIE 5 OFDT 42 (2) OFDT, OBSERVATOIRE FRANCAIS DES DROGUES ET DES TOXICOMANIES, BECK F., LEGLEYE S., PERETTI-WATEL P. Alcool, tabac, cannabis et autres drogues illicites parmi les élèves de collège et de lycée : ESPAD 99 France Paris, OFDT, 2002, 2, 225 p. TOXI-PRO 6386 HOSTETTMANN K. Tout savoir sur les plantes qui deviennent des drogues : pavot, coca, cannabis, peyotl, khat, psilocybe,... Lausanne, Ed. Favre, 2002, (Tout savoir sur), 140 p. TOXI-GEN 6902 HERVE F. Les drogues et addictions : réponses à 100 idées toutes faites sur l'alcool, le tabac, le cannabis... Paris, Flammarion, 2004, 125 p. PEP 6880 bis / TOXI-PRO 6880 HUERRE P., MARTY F. Cannabis et adolescence. Les liaisons dangereuses. Paris, Editions Albin Michel, 2004, 363 p. PERSEIL S. Politique, moeurs et cannabis : rétablir le droit?. Paris, Ed. Le Médiateur, 2003, (Coll. Enquête sur le Pouvoir Politique en France), 207 p. TOXI-PRO 6675 CHOLLET-PRZEDNOWED E. Cannabis : le dossier. (Paris), Gallimard, 2003, (Coll. Le Monde Actuel, N 106), 274 p. TOXI-PRO 6765 REYNAUD M. Cannabis et santé : vulnérabilité, dépistage, évaluation et prise en charge. Paris, Flammarion Médecines-Sciences, 2004, 194 p. OFDT, Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies, ORS ILE-DE-FRANCE, OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA SANTE ILE-DE-FRANCE Alcool, tabac, cannabis et autres drogues à 17 ans, en Ile-de- France : exploitation régionale de l'enquête ESCAPAD Tendances, 2004, (38), PEP/ADO 6981 PLLOUX D. Cannabis, mieux vaut être informé. Paris, De La Martinière Jeunesse, 2004, (Coll. Oxygène),

18 SITUATIONS TYPE MEDECIN/PATIENT 1 EN PARLER ET REPERER MEDECIN Question ouverte «A propos vous en êtes où avec le cannabis?» PATIENT «Je consomme Je ne consomme pas» MEDECIN Synthèse et reformulation EVALUER «En 2 mots, si je vous ai bien compris, vous» MEDECIN «Qu est-ce que vous pensez de votre consommation?» PATIENT «J ai du mal à la définir» Utilisation des questionnaires et tests MEDECIN «Pour vous aider, acceptez vous de remplir ce test?» INFORMER PATIENT «Un joint n a jamais fait de mal à personne» MEDECIN Apporter des informations objectives E MEDECIMEMMMN «le cannabis est nocif : -Il est démontré que -Les effets sont» 18

19 SITUATIONS TYPE MEDECIN/PATIENT 2 AMENER A SE QUESTIONNER MEDECIN PATIENT «En quoi vous aide votre consommation de cannabis, voyez vous un rapport avec vos difficultés?» MEDECIN ENTOURAGE «Avez vous parlé de sa consommation de cannabis avec.voyez vous un rapport avec ses difficultés?» ORIENTER MEDECIN PATIENT «Il existe des consultations où des professionnels pourront si vous le souhaiter vous aider à faire le point ou arrêter votre consommation. Ces consultations sont gratuites et garantissent si vous le désirez l anonymat, la plus proche se situe» 19

20 LES PHRASES CLE POUR ABORDER LA CONSOMMATION DE CANNABIS EN CONSULTATION EN PARLER ET REPERER EVALUER USAGER «Vous avez des difficultés (études, travail ) Vous avez du mal à dormir Vous arrive-t-il de consommer du cannabis?» ENTOURAGE «Vous êtes inquiet pour lui (elle)! Savez vous si il (elle) consomme du cannabis? En avez vous parlé avec lui (elle)?» USAGER «Je vous propose de faire le point sur votre consommation de cannabis» INFORMER ENTOURAGE «Ce serait mieux que je puisse faire le point avec lui (elle)» USAGER ou ENTOURAGE «Je peux vous donner quelques informations sur les effets du cannabis» AMENER A SE QUESTIONNER ORIENTER USAGER «En quoi vous aide votre consommation de cannabis (par rapport à vos difficultés identifiées)?» ENTOURAGE «Avez vous déjà parlé de sa consommation avec lui (elle)?» USAGER ou ENTOURAGE «Des structures spécialisées peuvent vous aider 20

DROGUES ET LOI. Dr F. PAYSANT CHU GRENOBLE

DROGUES ET LOI. Dr F. PAYSANT CHU GRENOBLE DROGUES ET LOI Dr F. PAYSANT CHU GRENOBLE contexte Drogue licite (tabac, alcool, jeu, internet, ) Organisation, ou prise en compte des effets Drogue illicite (héroïne, cannabis, cocaine,.) Production,

Plus en détail

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits ou réglementés. Cela concerne toutes les drogues illégales,

Plus en détail

Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres

Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS 1. L avis du psychologue La consommation de drogues, qu elles soient licites (alcool, tabac) ou illicites (cannabis, crack, etc.), fait partie des conduites à risques fréquemment

Plus en détail

Le cannabis en question(s)

Le cannabis en question(s) Le cannabis en question(s) Quelle nocivité présente le cannabis? Il n y a pas de réponse simple à cette question. Les risques liés à la consommation de cannabis sont en effet variables. Ils sont différents

Plus en détail

Le cannabis en question(s)

Le cannabis en question(s) Le cannabis en question(s) Quelle nocivité présente le cannabis? Il n y a pas de réponse simple à cette question. Les risques liés à la consommation de cannabis sont en effet variables. Ils sont différents

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

ALCOOL TABAC PRODUITS ILLICITES. Quelle législation et quelle prévention pour les jeunes?

ALCOOL TABAC PRODUITS ILLICITES. Quelle législation et quelle prévention pour les jeunes? ALCOOL TABAC PRODUITS ILLICITES Quelle législation et quelle prévention pour les jeunes? Le plan gouvernemental 2008/2011 et la Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie (MILDT)

Plus en détail

L intérêt de l analyse des cheveux

L intérêt de l analyse des cheveux L intérêt de l analyse des cheveux ChemTox est un laboratoire pionnier des investigations toxicologiques et plus particulièrement des analyses de cheveux. Son expertise, basée sur près de 20 années d expérience,

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes.

Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes. Drogues et loi Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes. Loi du 31 décembre 1970 Interdit et pénalise l usage de toute

Plus en détail

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Estimations des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Stanislas Spilka, Olivier Le Nézet et François Beck Note 2015-02 du 21 avril 2015 L enquête ESCAPAD Cette note présente les premières exploitations

Plus en détail

Prévenir... l alcoolisme

Prévenir... l alcoolisme Prévenir... l alcoolisme 8 Avec l alcool, faites-vous bon ménage ou mauvais usage? Vous faites bon ménage, si vous usez sans abuser (1) Consommateur ponctuel, vous ne buvez pas plus de 4 verres par occasion.

Plus en détail

FACULTÉS AFFAIBLIES NE CONDUISEZ PAS! Alcool Drogues Médicaments

FACULTÉS AFFAIBLIES NE CONDUISEZ PAS! Alcool Drogues Médicaments FACULTÉS AFFAIBLIES Alcool Drogues Médicaments NE CONDUISEZ PAS! L alcool, les drogues et certains médicaments affectent votre capacité de conduire. Si vous conduisez avec les facultés affaiblies, vous

Plus en détail

Traitements de substitution aux opiacés et travail. Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93

Traitements de substitution aux opiacés et travail. Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93 Traitements de substitution aux opiacés et travail Éric Durand Département Études et assistance médicales INRS 29 janvier 2007, CODES 93 Le contexte «politique» Politique de réduction des risques infectieux

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2015"

La santé des étudiants en 2015 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Quizz s é c u r i t é

Quizz s é c u r i t é Quizz s é c u r i t é r o u t i è r e Selon vous, le nombre de personnes tuées sur les routes dans le monde chaque année représente environ : A. La population de l Estonie B. C. Les populations des villes

Plus en détail

Les aspects législatifs

Les aspects législatifs Les aspects législatifs 9 pl. du Général Koenig, 35000 Rennes, 02.23.20.14.60 cirdd@cirdd-bretagne.fr Jeudi 12 mai 2011 DU Addictologie - Rennes DEFINITION DES DROGUES un historique international (1) Les

Plus en détail

Alcool Les dangers cachés

Alcool Les dangers cachés Alcool Les dangers cachés L alcool, dangereux ami L alcool, produit familier des soirées étudiantes, donne l'impression d'être bien, d'être capable de plus de choses et d'avoir confiance en soi. Mais tout

Plus en détail

Brochure cannabis 21/02/05 4:17 PM Page 1 cannabis au volant

Brochure cannabis 21/02/05 4:17 PM Page 1 cannabis au volant cannabis au volant Réalisation Association des intervenants en toxicomanie du Québec inc. www.aitq.com Cannabis au volant cool ou risqué? Cette brochure a pour but de t informer de l impact du cannabis

Plus en détail

N O S L I M I T E S?!

N O S L I M I T E S?! NOS LIMITES?! Cette brochure contient des informations essentielles sur l alcool et peut vous permettre de calculer votre. L alcool L alcool est une drogue licite et réglementée dont la substance psychoactive

Plus en détail

Partie du système nerveux central qui relie certains groupes de neurones à l origine de fortes sensations de plaisir et de satisfaction.

Partie du système nerveux central qui relie certains groupes de neurones à l origine de fortes sensations de plaisir et de satisfaction. avec la collaboration du Centre de vulgarisation de la connaissance, Université Paris XI LEXIQUE LE CANNABIS SOUS L ŒIL DES SCIENTIFIQUES Addiction État de besoin vis-à-vis d une drogue ou d une pratique

Plus en détail

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Condamnations et sanctions prononcées en matière de sécurité routière Année 2011 Les condamnations pour infraction

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé MGEL Depuis plus de 60 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes de

Plus en détail

concours sois intense au naturel

concours sois intense au naturel concours sois intense Tu veux participer? Rends-toi sur le site, réponds au jeu-concours et cours la chance de gagner le grand prix, d une valeur approximative de 2 000 $, ou encore l une des nombreuses

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Pour connaître le nombre de points sur votre permis, connectez-vous sur le site : www.interieur.gouv.fr les principales infractions au code de la route et leurs sanctions En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr

Plus en détail

Livret d accueil du centre de soins d accompagnement et de prévention en addictologie de l Aveyron

Livret d accueil du centre de soins d accompagnement et de prévention en addictologie de l Aveyron A.N.P.A.A. 12 8 avenue de Paris Immeuble «La Parisienne» 12000 RODEZ Tél. : 05 65 67 11 50 Fax : 05 65 42 24 96 E-mail : comite12@anpa.asso.fr Livret d accueil du centre de soins d accompagnement et de

Plus en détail

Guide. d ivresse. de gestion de la crise. en entreprise

Guide. d ivresse. de gestion de la crise. en entreprise Guide de gestion de la crise d ivresse en entreprise L IVRESSE SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Ce guide pratique se veut un outil répondant aux besoins exprimés par les entreprises. Il répond uniquement à la

Plus en détail

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE Dossier de Presse Contacts presse OFDT : Julie-Emilie Adès/ 01 53 20 95 16 / juade@ofdt.fr MILDT: Patrick Chanson / 01 44 63 20

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 317 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 28 janvier 2014 PROPOSITION DE LOI autorisant l'usage contrôlé du cannabis, PRÉSENTÉE Par Mmes Esther BENBASSA, Kalliopi

Plus en détail

Charte. Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie

Charte. Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie Charte Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie La consommation excessive d alcool et les conduites à risque associées sont des

Plus en détail

Plan gouvernemental de lutte contre la drogue et les conduites addictives

Plan gouvernemental de lutte contre la drogue et les conduites addictives PREMIER MINISTRE DOSSIER DE PRESSE Plan gouvernemental de lutte contre la drogue et les conduites addictives 2013-2017 Drogues et conduites addictives : repères chiffrés Les consommations de substances

Plus en détail

Alcool et drogues dans le trafic routier conséquences et risques www.fachstelle-asn.ch

Alcool et drogues dans le trafic routier conséquences et risques www.fachstelle-asn.ch boire ou conduire Alcool et drogues dans le trafic routier conséquences et risques www.fachstelle-asn.ch Que se passe-t-il quand on boit de l alcool? Que se passe-t-il dans le corps? Un petit pourcentage

Plus en détail

Charte Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie à destination des étudiants

Charte Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie à destination des étudiants Charte Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie à destination des étudiants La consommation excessive d alcool et les conduites

Plus en détail

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI? LA MÉTHAMPHÉTAMINE est un produit stupéfiant illicite, synthétisé à partir de substances chimiques, également connu sous le nom de «crystal» ou «crystalmet», «ice»,

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

Évolution des contrôles routiers et des infractions

Évolution des contrôles routiers et des infractions Le point sur la recherche en cours La réponse pénale à la conduite sous influence (alcool et stupéfiants) tendances Décembre 213 1 Ivana Obradovic Dans un contexte général de hausse des condamnations judiciaires

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1 SANTE DES ETUDIANTS 2015 emevia - La santé des étudiants en 2013 1 emevia - La santé des étudiants en 2013 2 1. Contexte et objectifs emevia est le premier réseau de mutuelles étudiantes de proximité EmeVia

Plus en détail

Drogues et dépendances, données essentielles

Drogues et dépendances, données essentielles Drogues et dépendances, données essentielles Sous la direction de : Jean-Michel Costes Coordination rédactionnelle : Dominique Lopez, Hélène Martineau Rédaction : Agnès Cadet-Taïrou, Dominique Lopez, Hélène

Plus en détail

Questionnaire ICA. Tout d abord nous vous prions de fournir quelques indications personnelles :

Questionnaire ICA. Tout d abord nous vous prions de fournir quelques indications personnelles : Questionnaire ICA Tout d abord nous vous prions de fournir quelques indications personnelles : Sexe : Féminin Masculin Age : ans Nombre d années d études (y compris l école obligatoire) terminées et réussies

Plus en détail

CHEZ LES ADOLESCENTS ET LES JEUNES, À DESTINATION DES ADULTES. Risques routiers et consommation de produits psychoactifs

CHEZ LES ADOLESCENTS ET LES JEUNES, À DESTINATION DES ADULTES. Risques routiers et consommation de produits psychoactifs ZAP06 Zoom Addictions Prevention 06 LETTE D INFOMATIONS PATAGÉES SU LA PÉVENTION DES ADDICTIONS CHEZ LES ADOLESCENTS ET LES JEUNES, À DESTINATION DES ADULTES isques routiers et consommation de produits

Plus en détail

CLASSIFICATION DES INFRACTIONS / ALCOOL, DROGUES ET MEDICAMENTS 14

CLASSIFICATION DES INFRACTIONS / ALCOOL, DROGUES ET MEDICAMENTS 14 CLASSIFICATION DES INFRACTIONS / ALCOOL, DROGUES ET MEDICAMENTS 14 Classification des infractions 14.1 La loi sur la circulation prévoit une catégorisation des infractions en quatre degrés, des moins graves

Plus en détail

Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière

Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière 1 Insécurité routière et délinquance routière en 2012 Observatoire national interministériel de la sécurité routière Introduction L Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR)

Plus en détail

CANNABIS, CE QU IL FAUT SAVOIR LE CANNABIS EST UNE RÉALITÉ

CANNABIS, CE QU IL FAUT SAVOIR LE CANNABIS EST UNE RÉALITÉ CANNABIS, CE QU IL FAUT SAVOIR LE CANNABIS EST UNE RÉALITÉ 2 Vous n avez jamais fumé de cannabis? Cette brochure vous donnera toutes les raisons pour ne pas commencer. Vous pensez que c est un produit

Plus en détail

LES ADDICTIONS. Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France. le 15/04/11

LES ADDICTIONS. Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France. le 15/04/11 LES ADDICTIONS Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France Du produit à l addiction Auparavant l accent était mis sur la substance alcool/drogue qui était diabolisée

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

Thème : Une histoire comme tant d autres

Thème : Une histoire comme tant d autres Thème : Une histoire comme tant d autres Situation : Un samedi soir de Janvier 2007, le frère d un jeune du LP-PJ Laurent d Aniche rentre de discothèque. A la fin de la soirée, il a consommé beaucoup de

Plus en détail

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière...

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière... Abréviations... 7 Préface... 9 Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique A. La législation routière... 12 1) Quelques mots d histoire... 12 2) Législation actuelle... 18 a) Législation nationale...

Plus en détail

Chaque personne a accès à une prise en charge individuelle, anonyme et gratuite, en fonction de ses besoins.

Chaque personne a accès à une prise en charge individuelle, anonyme et gratuite, en fonction de ses besoins. L origine de l association remonte aux années 1990 avec la création du programme de réduction des risques de Médecins du monde (MDM) à Marseille : le bus échange de seringues de MDM s est posé pour la

Plus en détail

LA LÉGISLATION ROUTIÈRE

LA LÉGISLATION ROUTIÈRE LA LÉGISLATION ROUTIÈRE LES RÈGLES À APPLIQUER ET LEURS SANCTIONS ALCOOL CONTRAVENTION Conduite avec une alcoolémie comprise entre 0,5 et 0,8 g / litre de sang (0,25 et 0,4 mg/ litre d air expiré) Amende

Plus en détail

Plan. I. Introduction a) principales innovations législatives 1-6bis b) ratio legis 7 c) entrée en vigueur 8-9

Plan. I. Introduction a) principales innovations législatives 1-6bis b) ratio legis 7 c) entrée en vigueur 8-9 1 Circulaire destinée aux parquets Conduite sous l influence de substances autres que l alcool Police de la circulation routière Loi du 16 mars 1999. 1 1 Loi du 16 mars 1999 modifiant la loi relative à

Plus en détail

Tableau de bord sur les addictions en Bretagne

Tableau de bord sur les addictions en Bretagne DU Addictologie 6 novembre 2014 Tableau de bord sur les addictions en Bretagne Les principaux chiffres clés Tableau de bord sur les addictions en Bretagne http://www.cirdd-bretagne.fr/ http://orsbretagne.typepad.fr/ors_bretagne/

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

Etude sur 310 conducteurs impliqués dans un accident de la voie publique et hospitalisés au CHU de Besançon

Etude sur 310 conducteurs impliqués dans un accident de la voie publique et hospitalisés au CHU de Besançon CONDUIITE ET SUBSTANCES PSYCHOACTIIVES Etude sur 310 conducteurs impliqués dans un accident de la voie publique et hospitalisés au CHU de Besançon Décembre 2001 Consommation de substances psychoactives

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon ACCÈS AUX SOINS La santé mentale dans le 5 e a Lyon décembre 2010 ACCÈS AUX SOINS Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e arrondissement : qu est-ce que c est? Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e

Plus en détail

http://addictologie.hug-ge.ch

http://addictologie.hug-ge.ch Jeudi 5 février 2015 Gerard Calzada http://addictologie.hug-ge.ch Trainspotting (1966) ASPECTS CINÉMATOGRAPHIQUES Wikipédia 2 http://addictologie.hug-ge.ch Trainspotting (1966) ASPECTS CINÉMATOGRAPHIQUES

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité Introduction: Être responsable de ses actes Vivre en société exige l existence et le respect de règles visant à garantir la liberté des individus qui la composent, 2 mais aussi à les protéger sur les plans

Plus en détail

Les sanctions relatives au permis de conduire

Les sanctions relatives au permis de conduire Les sanctions relatives au permis de conduire 1- Présentation des sanctions relatives au permis de conduire : Les sanctions relatives au permis de conduire peuvent être de deux ordres : Administratives

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

Addictologie. Pr Romain Moirand UF Addictologie CHU de Rennes

Addictologie. Pr Romain Moirand UF Addictologie CHU de Rennes Addictologie Pr Romain Moirand UF Addictologie CHU de Rennes Définition addiction Conduites de consommation de substances psychoactives Physiopathologie simplifiée Les différents produits Définition de

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels

I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels I.5.5. La sécurité routière et les accidents corporels Les informations qui suivent sont extraites des bilans établis par : la Gendarmerie Nationale, Groupement de Nouvelle-Calédonie, la Police Nationale,

Plus en détail

TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE

TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE DOCUMENT SUPPLÉMENTAIRE 6C TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE Points clés pour les médecins à réviser avec les adolescents et adultes atteints de TDAH: Données concernant les risques: a) Des études cliniques

Plus en détail

La dépendance et les troubles mentaux sur un même tableau

La dépendance et les troubles mentaux sur un même tableau La dépendance et les troubles mentaux sur un même tableau LES RELATIONS ENTRE L ABUS, LA DÉPENDANCE ET LES TROUBLES MENTAUX par Karen Fortin Christophe est un jeune homme de 20 ans qui éprouve des difficultés

Plus en détail

La perte de vigilance ou l'attention perturbée

La perte de vigilance ou l'attention perturbée ANNEXE F La perte de vigilance ou l'attention perturbée I Perte de vigilance II Attention perturbée ou «distraction» DGO / étude des accidents corporels 2007-2011 1 DGO / étude des accidents corporels

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

Les produits psychoactifs. Prev. Prévention des. 2 r Risques Routiers. Modèle déposé Prev2r Copyrigth 2014 - reproduction interdite

Les produits psychoactifs. Prev. Prévention des. 2 r Risques Routiers. Modèle déposé Prev2r Copyrigth 2014 - reproduction interdite Les produits psychoactifs Prev Prévention des 2 r Risques Routiers Les produits psychoactifs L alcool Les contrôles préventifs, Les contrôles lors des accidents corporels, Les contrôles lors des accidents

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Si seulement j avais su. Informations sur les effets de l alcool sur la conduite automobile.

Si seulement j avais su. Informations sur les effets de l alcool sur la conduite automobile. Si seulement j avais su Informations sur les effets de l alcool sur la conduite automobile. Chère lectrice, cher lecteur Consommation d alcool et conduite automobile ne font pas bon ménage. On le sait

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Enquête Santé des étudiants en 2011

Enquête Santé des étudiants en 2011 La santé des étudiants en 2011 1 Enquête Santé des étudiants en 2011 Les mutuelles étudiantes régionales ont trois métiers: - Elles ont une délégation de service publique pour la gestion du régime obligatoire

Plus en détail

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T À l attention du bénéficiaire : BILAN SANTÉ RETRAITE AUTO-QUESTIONNAIRE Ce questionnaire servira de fil conducteur à la consultation avec votre médecin traitant. À l issue de l entretien, vous pouvez soit

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

Cadre légal et orientations de la politique publique. Cadre légal et orientations de la politique publique

Cadre légal et orientations de la politique publique. Cadre légal et orientations de la politique publique 133 Cadre légal et orientations de la politique publique 134 135 Cadre légal en matière d alcool celui collecté. Par contre, le cannabis et l alcool sont consommés en même temps que l ecstasy par 7 consommateurs

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Suspension 3 ans (sans sursis) Annulation 3 ans. 6 Suspension 3 ans - Annulation 3 ans. 6 Suspension 3 ans. 6 Suspension 3 ans - Annulation 3 ans

Suspension 3 ans (sans sursis) Annulation 3 ans. 6 Suspension 3 ans - Annulation 3 ans. 6 Suspension 3 ans. 6 Suspension 3 ans - Annulation 3 ans Conduite en état d'ivresse ou sous l'emprise d'un état alcoolique (de 0,8 g/l de sang ou 0,4 mg/l d'air expiré Refus de se soumettre au contrôle d'alcoolémie ou de produits stupéfiants. Conduite sous l'influence

Plus en détail

Avec AlcooTel, transformez votre téléphone en éthylotest!

Avec AlcooTel, transformez votre téléphone en éthylotest! Communiqué de presse Juin 2009 Avec AlcooTel, transformez votre téléphone en éthylotest! AlcooTel, le test d alcoolémie pour mobile le plus performant du marché, simple ergonomique et gratuit est désormais

Plus en détail

Alcool. Mémento législatif. Service Documentation A.N.P.A.A. Avril 2014. Association Nationale de PRÉVENTION en ALCOOLOGIE et ADDICTOLOGIE A.N.P.A.A.

Alcool. Mémento législatif. Service Documentation A.N.P.A.A. Avril 2014. Association Nationale de PRÉVENTION en ALCOOLOGIE et ADDICTOLOGIE A.N.P.A.A. Alcool Mémento législatif Service Documentation A.N.P.A.A. Avril 2014 Association Nationale de PRÉVENTION en ALCOOLOGIE et ADDICTOLOGIE A.N.P.A.A. Alcool - Mémento législatif Avril 2014 Travail Article

Plus en détail

Les drogues au XIX et XXémé siècle

Les drogues au XIX et XXémé siècle Les drogues au XIX et XXémé siècle Définition Une drogue est un composé chimique, biochimique ou naturel. Elle permet d'altérer une ou plusieurs activités neuronales, elle peut également perturber les

Plus en détail

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel?

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? SOMMAIRE L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? L alcool peut-il être toléré dans l entreprise? Que faire face à l état d ivresse d un salarié? Un salarié en état d ébriété

Plus en détail

STUPÉFIANTS ET ACCIDENTS MORTELS (PROJET SAM)

STUPÉFIANTS ET ACCIDENTS MORTELS (PROJET SAM) F O C U S Consommations et conséquences STUPÉFIANTS ET ACCIDENTS MORTELS (PROJET SAM) ANALYSE ÉPIDÉMIOLOGIQUE Bernard LAUMON, Blandine GADEGBEKU, Jean-Louis MARTIN avec la participation du groupe SAM Avril

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

LES DROGUES ET LA LOI

LES DROGUES ET LA LOI 34 RÉPONSES AUX 34 QUESTIONS LES PLUS FRÉQUENTES SUR LES DROGUES ET LA LOI www.drogues.gouv.fr [rubrique questions / réponses] LES DROGUES ET LES LOIS : ETAT DES LIEUX, ETAT DU DROIT... 3 RAPPELS GENERAUX...

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

L Alcool et les jeunes : Prévention des risques et prise en charge des conséquences de l usage

L Alcool et les jeunes : Prévention des risques et prise en charge des conséquences de l usage L Alcool et les jeunes : Prévention des risques et prise en charge des conséquences de l usage Bibliographie sélective Documents accessibles en ligne ou consultables au CIRDD Alsace Novembre 2010 Sommaire

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

LES CONDUITES ADDICTIVES

LES CONDUITES ADDICTIVES EOM N.I LES CONDUITES ADDICTIVES I. introduction : - addiction : assuétude, asservissement, dépendance, toxicomanie. - Problème majeur de la santé publique. - Mortalité et morbidité élevées. pertes de

Plus en détail

Réponses concrètes. Le Cannabis et l Entreprise

Réponses concrètes. Le Cannabis et l Entreprise Réponses concrètes Le Cannabis et l Entreprise A propos de ce livret Ce livret prolonge le travail de la rencontre du 29 janvier 2010 «Législation et cannabis de la société à l entreprise» à Lens organisé

Plus en détail

EXEMPLE DE LETTRE DE PLAINTE

EXEMPLE DE LETTRE DE PLAINTE EXEMPLE DE LETTRE DE PLAINTE Une demande au syndicat de copropriété pour entreprendre les démarches nécessaires afin de réduire ou d'éliminer le problème d'infiltration de fumée de tabac secondaire. Cette

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

circulation routière

circulation routière La plupart des habitantes et des habitants de Suisse possèdent aujourd hui un véhicule à moteur. Dans le même temps, la consommation d alcool, de médicaments et de drogues illégales telles que le cannabis

Plus en détail

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources :

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources : 1 ALCOOL AU TRAVAIL Sources : http://www.service-public.fr/actualites/003191.html?xtor=epr-140 http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/f32177.xhtml L'employeur peut autoriser ses salariés à boire

Plus en détail