EMPLOI ET SERVICES ELEMENTS DE COMPARAISON INTERNATIONALE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EMPLOI ET SERVICES ELEMENTS DE COMPARAISON INTERNATIONALE"

Transcription

1 EMPLOI ET SERVICES ELEMENTS DE COMPARAISON INTERNATIONALE Michel Husson, contribution à Choisir l emploi, rapport du Groupe emploi du XIème Plan, 1993 LA MONTEE DU TERTIAIRE La part du tertiaire atteint une proportion importante dans l'emploi des principaux pays industrialisés. Cette proportion représente près des deux tiers en France et se situe dans la moyenne. Les puissances industrielles, comme l'allemagne ou le Japon, se situent en-dessous de ce seuil des deux tiers. L'Italie se distingue en raison du poids de l'agriculture plus élevé dans l'emploi. Quant aux Etats-Unis, il représentent la "société de services" réalisée, avec presque trois quarts des emplois. TABLEAU 1. PART DU TERTIAIRE DANS L'EMPLOI ENSEMBLE MARCHAND NON-MARCHAND Allemagne 42,5 56,2 28,9 36,3 13,6 19,9 Danemark 53,3 66,2 34,5 35,3 18,8 30,9 Etats-Unis 64,5 73,1 47,6 58,7 16,9 14,4 France 49,4 65,1 30,5 39,8 18,9 25,3 Italie 42,9 59,9 29,0 41,7 13,9 18,2 Japon 44,5 55,7 37,3 47,2 7,2 8,5 Royaume-Uni 52,7 68,8 34,6 47,0 18,1 21,8 Suède 54,2 67,4 32,0 34,6 22,2 32, Source : OCDE - En % Les pays se distinguent beaucoup plus selon la place des services non marchands : ils occupent une place réduite au Japon et aux Etats-Unis. En Suède, au Danemark et aussi la France, les emplois non marchands occupent une place importante représentant entre un quart et un tiers de l'emploi total. Cette structure est le produit d'évolutions bien connues : - le recul de l'emploi agricole est un phénomène universel, qui s'exerce sur des structures différentes, et continue à ménager d'assez importantes différences. On peut considérer qu'avec moins de 3 % de l'emploi, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont atteint un plancher. Mais dans d'autres pays comme l'italie et le Japon un emploi sur dix se trouve encore dans l'agriculture. - le recul de l'emploi industriel est tout aussi général. Aucun pays n'y échappe, mais les puissances industrielles résistent mieux. Les emplois industriels représentent encore 40 % de l'ensemble en Allemagne, et 34 % au Japon. Aux Etats-Unis, cette proportion est passée de 32 % à 24 % entre 1970 et La France fait partie des pays où le mouvement est fortement marqué, puisque l'on passe sur la même période de 37 % à 29 %. - la montée des services est le mouvement complémentaire de ces deux tendances. Mais ses composantes peuvent varier grandement d'un pays à l'autre, selon la contribution relative du marchand et du non-marchand. On peut distinguer deux modèles : au Japon, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, la part des emplois des branches nonmarchandes augmente assez peu, et recule même dans le cas américain. Dans les autres pays, "à tradition socialdémocrate", on enregistre au contraire une montée assez nette de cette part, qui tend à s'infléchir ou à stagner au cours des années quatre-vingt. Dans le cas français, on passe de 19 % d'emplois non-marchands en 1970 à 22 % en 1980, et à 25 % en LES SECTEURS DU TERTIAIRE Pour expliquer ces différences, il est nécessaire d'introduire une distinction plus fine à l'intérieur des services marchands. La nomenclature disponible permet de raisonner sur quatre grands secteurs : - commerce (y-compris hôtels et restaurants) - transports et communications - finance (banques, assurances, immobilier) - autres services marchands 1

2 Les structures du PIB de chaque pays font apparaître les grandes tendances suivantes (voir Tableau A2 en annexe) : - la part du commerce dans le PIB total évolue peu dans le temps. En 1989, elle varie entre 11 % en Allemagne et 23 % aux Etats-Unis, la France se situant dans la moyenne avec 15 %. - la part des transports est assez stable dans le temps. Les différences sont assez peu marquées d'un pays à l'autre. - le secteur de la "finance" est celui qui introduit le plus de variation dans le temps et d'un pays à l'autre. Il se développe particulièrement vite au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis où il en arrive à représenter respectivement 11,6 % et 14,6 % de l'emploi total, contre 4,9 % et 8,4 % vingt ans plus tôt. - les autres services marchands comprennent à la fois les services aux entreprises et aux particuliers. Là encore on enregistre une grande diversité, qui est en général le reflet inversé du non-marchand. La proportion des emplois se situant dans ces services est particulièrement élevé dans les pays où les emplois non-marchands sont moins nombreux : elle s'élève ainsi à 20 % au Japon et 15 % aux Etats-Unis. OU SE CREENT LES EMPLOIS? Les données rassemblées dans le tableau A3 (en annexe) permettent de confirmer le rôle moteur du tertiaire dans les créations d'emploi. Dans tous les pays, le rythme de création des emplois dans le tertiaire marchand est supérieur au rythme global de créations d'emploi. Dans le cas français, les créations nettes d'emploi sont presque nulles sur la période , mais les emplois de services marchands augmentent en moyenne de 1,4 % l'an. Les emplois des branches non-marchandes (emplois publics pour l'essentiel) croissent également au rythme soutenu de 1,6 % l'an sur la moyenne de la période. La typologie disponible sur les services permet de mettre en lumière quelques évolutions intéressantes. - les emplois du commerce, à l'exception de l'italie, tendent à progresser à un rythme voisin de celui de l'ensemble. Il en va de même pour les transports. - le dynamisme particulier des services se trouve donc dans les autres secteurs que le commerce et les transports. Les configurations nationales sont assez diverses, et l'on peut indiquer un certain nombre de progressions particulièrement soutenues sur la décennie quatre-vingt. Dans celui de la "finance", les emplois progressent rapidement en Autriche (5,8 % l'an), au Royaume-Uni (5,7 %) et aux Etats-Unis (5,1 %). Dans les autres services marchands, la progression est particulièrement vive en Italie, avec un taux de croissance annuel moyen de 6,3 %. Quant aux services non-marchands, leur contribution à l'emploi est partout en recul, mais elle reste encore importante en Autriche et en France. LA PRODUCTIVITE DANS LE TERTIAIRE MARCHAND Les différences d'évolution d'un pays à l'autre peuvent s'expliquer en fonction de deux déterminations, qui dans la réalité se combinent, mais que l'on peut distinguer pour l'analyse. Les emplois d'un secteur peuvent progresser (reculer) relativement, parce que la part de ce secteur dans la valeur ajoutée totale augmente (baisse) ou alors parce que la productivité baisse (augmente) plus vite que la moyenne. La productivité tend à se ralentir dans la majorité des secteurs et des pays, entre les années soixante-dix et les années quatre-vingt. Les principales exceptions concernent l'agriculture (Royaume-Uni, Suède, Italie, Etats-Unis), les transports (Danemark, Japon, Royaume-Uni), la "finance" en Italie, le commerce au Royaume-Uni, et les autres services marchands en Allemagne. Les gains de productivité dans les services sont acquis de manière différente selon les pays. Il est difficile de tirer une loi générale des données disponibles (Tableau A3 en annexe). Il faut cependant souligner qu'il existe un lien entre la productivité dans les services marchands et la progression du PIB correspondant. On peut cependant distinguer trois groupes de pays, selon leurs niveaux de productivité (Tableau 2 ci-dessous). 2

3 Les trois grands pays européens (Allemagne, Royaume-Uni et France) ont réalisé, à l'instar du Japon, des gains de productivité élevés dans le tertiaire marchand. La croissance du PIB correspondant a été également plus forte, si bien que les créations d'emploi n'ont pas fait preuve d'un grand dynamisme, à l'exception du Royaume-Uni où la "finance" et les autres services où la progression de la productivité a été faible (voir Tableau A3). La Suède et le Danemark enregistrent une croissance moyenne de la productivité dans le tertiaire marchand. La croissance du PIB est elle-aussi moins dynamique de telle sorte que, l'un compensant l'autre, ces pays créent des emplois tertiaires marchands à un rythme comparable au premier groupe de pays. Enfin, l'italie et les Etats-Unis se distinguent par une quasi-stagnation de la productivité par tête, de telle sorte qu'une croissance moyenne du PIB se répercute intégralement en créations d'emplois particulièrement dynamiques. TABLEAU 2. LA DYNAMIQUE DU TERTIAIRE MARCHAND Productivité PIB Emploi PRODUCTIVITE FORTE Allemagne 2,8 4,1 1,3 Royaume-Uni 2,8 5,6 2,6 Japon 2,4 4,4 1,9 France 2,1 3,5 1,4 PRODUCTIVITE MOYENNE Suède 1,5 2,9 1,4 Danemark 1,3 2,2 0,8 PRODUCTIVITE FAIBLE Italie -0,1 3,0 3,2 USA 0,1 3,1 3,0 Source : OCDE - Taux de croissance annuel moyen en % DEUX PROBLEMES DE MESURE L'examen des données de l'ocde fait apparaître deux problèmes qui viennent nuancer cette lecture globale. On sait que la productivité dans les branches non marchandes soulève d'importants problèmes d'interprétation. Le PIB y est en gros évalué à partir des coûts, où les salaires occupent une place prépondérante, de telle sorte que la productivité apparente évolue plus comme le salaire moyen que comme une mesure du volume de produit par tête. Le Tableau 3 confirme cette intuition : dans la plupart des pays, la productivité apparente est à peu près constante (à l'exception du Japon), probablement comme le salaire moyen des fonctionnaires. Un autre problème surgit du côté de la valeur ajoutée industrielle : son évolution, notamment en Allemagne et en France, se situe largement en-dessous de celle de la production. Les données de comptabilité nationale confirment cet écart qui révèle un phénomène important : les processus d'externalisation tendent à remplacer des dépenses de salaire direct (qui font partie de la valeur ajoutée) par des achats de services décomptés comme consommations intermédiaires. Cela implique que l'on tend à sous-estimer le rôle moteur de l'industrie dans la création d'emplois, chaque fois que l'on ne considère que les emplois directs. INDUSTRIE, TERTIAIRE ET EMPLOI On ne peut s'en tenir à la représentation en secteurs où les services tendraient à se substituer progressivement à l'industrie, comme s'il s'agissait de deux secteurs étanches. Les performances relatives des différents pays ne peuvent s'interpréter comme s'ils représentaient seulement des points situés à des endroits différents d'une trajectoire commune. Il faut se munir d'une analyse au moins bi-dimensionnelle, qui distingue la productivité dans le tertiaire comme moyen de créer des emplois, et la croissance industrielle comme moyen de sous-tendre la croissance générale, avec tous ses effets d'entraînement sur l'emploi. Le Graphique 1 en annexe permet de ce point de vue de distinguer assez nettement trois groupes de pays. 3

4 Le "noyau européen" qui regroupe l'allemagne, la France et le Royaume-Uni se caractérise à la fois par une productivité forte dans le tertiaire marchand et par une faible croissance de la valeur ajoutée industrielle. Il n'est pas surprenant de constater que ces pays sont aussi ceux qui créent le moins d'emplois sur la période. Le Japon constitue un pôle spécifique où le dynamisme industriel constitue la base permettant une croissance forte de l'économie et de l'emploi et compense même une croissance élevée de la productivité dans le secteur tertiaire, qui vient à son tour étayer la compétitivité industrielle. Un troisième ensemble de pays, plus hétéroclite, rassemble des pays qui combinent une croissance moyenne de la productivité dans le tertiaire aussi bien que de la valeur ajoutée industrielle. L'Italie et les USA jouent particulièrement la carte d'une productivité à peu près constante dans le tertiaire. EMPLOI TERTIAIRE ET DEMANDE Les structures de l'emploi ne sont pas pas indépendantes de celles de la demande. Le Graphique 2 en annexe établit une forte corrélation entre la part de l'emploi tertiaire dans l'emploi total et celle de la consommation dans le PIB. A un bout de l'échelle les Etats-Unis combinent consommation et tertiaire, mais c'est d'une certaine manière l'envers d'un mode de croissance largement fondé sur le déficit. Plutôt qu'une avance dans le chemin vers la société de services, cette situation renvoie à la capacité de financement externe des Etats-Unis. A l'autre bout du graphique, on trouve d'ailleurs l'allemagne où la moindre part de la consommation renvoie en partie à un taux d'investissement plus élevé, mais surtout à une situation d'excédent commercial inverse de celle des Etats-Unis. POUR EN SAVOIR PLUS Ces quelques éléments d'appréciation montrent qu'il reste encore fort à faire pour bien comprendre les relations entre services et emplois, qui ne sont manifestement pas réglées par le seul coût du travail. Une approche cherchant à évaluer le contenu en travail direct ou indirect de la demande finale devrait être particulièrement fructueuse, dans le prolongement des travaux menés il y a quelques années à la Direction de la Prévision à l'aide du modèle DEFI. Il s'agirait d'éclairer deux interrogations : 1. Quelles sont, du point de vue des créations d'emplois, les relations entre industrie et services : y-a-t-il uniquement une substitution tendancielle en raison des modifications dans la structure de la demande finale? Ou existe-t-il aussi des effets de complémentarité et d'entraînement, une parie des emplois apparaissant dans les services étant en fait induits par l'activité industrielle? Un exercice fondé sur des tableaux entrées-sorties devrait pouvoir éclairer cette première série de questions. 2. Quel est l'impact sur l'emploi final de la composition de la demande finale? Quel est le contenu en emploi global en emploi des dépenses publiques, de la consommation privée, de l'investissement et des exportations? Il s'agit cette fois d'une approche plus "sectionelle" distinguant les grandes composantes de la demande. Un approfondissement de ces questions pourrait porter sur les effets sur l'emploi d'une modification de la répartition du revenu : la consommation des revenus les plus élevés est-elle plus ou moins riche en emplois que la moyenne? Sur ces deux points, qui supposent des traitements lourds, la mise à contribution des outils disponibles à l'insee ou au BIPE permettrait d'améliorer la connaissance de paramètres importants de l'économie française. 4

5 TABLEAU A1. STRUCTURE DE L'EMPLOI ET DU PIB EN 1989, EMPLOI ALL AUT DAN FRA ITA JAP NOR R.U SUE USA AGRICULTURE 4,0 5,7 6,0 6,4 10,4 10,4 6,5 2,1 3,8 2,7 INDUSTRIE 39,8 26,6 27,8 28,5 29,7 33,9 25,8 29,0 28,8 24,2 COMMERCE 16,1 23,8 12,8 17,8 21,5 17,6 17,2 20,2 14,3 23,1 TRANSPORT 5,6 7,0 7,0 5,8 6,3 5,4 8,3 5,8 6,6 4,2 FINANCE 3,1 11,0 10,0 9,4 1,6 4,5 7,7 11,6 8,0 14,6 A.SER.MARCH. 11,5 21,6 5,5 6,7 12,3 19,7 8,8 9,5 5,7 15,3 TERT.MARCHAND 36,3 63,4 35,3 39,8 41,7 47,2 42,0 47,0 34,6 58,7 NON MARCHAND 19,9 4,3 30,9 25,3 18,2 8,5 25,7 21,8 32,8 14,4 PUB.N.MARCH. 15,6 4,3 29,8 25,3 15,6 6,3 25,7 21,8 31,8 14,4 MARCHAND 80,1 95,7 69,1 74,7 81,8 91,5 74,3 78,2 67,2 85,6 TOTAL 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 PIB ALL AUT DAN FRA ITA JAP NOR R.U SUE USA AGRICULTURE 2,1 5,2 5,5 4,7 5,5 2,8 3,6 1,9 3,3 2,7 INDUSTRIE 39,5 34,8 29,0 31,6 37,1 42,5 44,7 31,3 34,1 32,0 COMMERCE 11,3 14,3 14,6 14,9 18,4 14,2 11,4 13,0 11,5 17,7 TRANSPORT 6,5 7,8 7,8 6,9 5,5 5,4 9,9 7,1 6,9 6,1 FINANCE 12,0 18,4 16,7 19,6 5,3 15,1 11,3 0,0 16,5 20,7 A.SER.MARCH. 14,5 15,2 4,4 5,4 16,6 11,1 4,5 4,8 3,2 8,8 TERT.MARCHAND 44,3 55,7 43,6 46,8 45,8 45,8 36,6 53,1 38,2 54,4 NON MARCHAND 14,0 4,4 22,0 16,9 11,6 8,9 15,0 13,7 24,4 10,8 PUB.N.MARCH. 11,9 4,4 21,4 16,9 10,8 7,2 15,0 12,5 23,0 10,8 MARCHAND 86,0 95,6 78,0 83,1 88,4 91,1 85,0 86,3 75,6 89,2 TOTAL 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Source : OCDE - Banque de données sectorielles internationales N.B. Dans certains cas, les données concernent

6 TABLEAU A2. STRUCTURES DE L'EMPLOI ET DU PIB ALLEMAGNE AUTRICHE DANEMARK FRANCE ITALIE EMPLOI AGRICULTURE 8,5 5,3 4,0 8,0 6,5 5,7 11,4 8,2 6,0 13,2 8,9 6,4 19,0 14,1 10,4 INDUSTRIE 48,9 43,6 39,8 36,4 31,2 26,6 35,3 29,3 27,8 37,3 34,7 28,5 38,1 35,8 29,7 COMMERCE 15,1 15,8 16,1 23,0 23,3 23,8 16,4 14,5 12,8 16,0 16,7 17,8 17,1 18,7 21,5 TRANSPORT 5,3 5,7 5,6 7,7 7,5 7,0 6,9 6,8 7,0 5,1 5,4 5,8 5,2 5,7 6,3 FINANCE 2,2 2,8 3,1 7,1 8,1 11,0 5,5 7,6 10,0 5,1 7,1 9,4 1,0 1,5 1,6 A.SER.MARCH. 6,3 9,0 11,5 14,0 19,0 21,6 5,7 5,6 5,5 4,4 5,5 6,7 5,7 7,6 12,3 TERT.MARCHAND 28,9 33,2 36,3 51,8 57,8 63,4 34,5 34,5 35,3 30,5 34,7 39,8 29,0 33,5 41,7 NON MARCHAND 13,6 17,9 19,9 3,8 4,4 4,3 18,8 28,1 30,9 18,9 21,7 25,3 13,9 16,6 18,2 PUB.N.MARCH. 11,2 14,5 15,6 3,8 4,4 4,3 16,8 26,9 29,8 18,9 21,7 25,3 11,9 14,6 15,6 MARCHAND 86,4 82,1 80,1 96,2 95,6 95,7 81,2 71,9 69,1 81,1 78,3 74,7 86,1 83,4 81,8 PIB AGRICULTURE 2,6 2,1 2,1 6,1 6,1 5,2 5,3 5,3 5,5 5,6 4,6 4,7 7,7 5,8 5,5 INDUSTRIE 48,3 45,0 39,5 37,7 36,0 34,8 31,8 28,0 29,0 37,8 36,0 31,6 38,8 38,8 37,1 COMMERCE 11,6 11,4 11,3 17,2 15,6 14,3 14,9 14,5 14,6 16,0 15,3 14,9 17,5 18,4 18,4 TRANSPORT 5,5 5,9 6,5 5,7 6,7 7,8 9,8 8,3 7,8 5,3 6,0 6,9 4,5 5,2 5,5 FINANCE 8,9 10,6 12,0 16,0 16,6 18,4 14,3 16,9 16,7 14,8 16,8 19,6 5,0 5,3 5,3 A.SER.MARCH. 9,5 11,2 14,5 12,5 14,7 15,2 5,4 5,0 4,4 3,8 4,5 5,4 13,3 14,4 16,6 TERT.MARCHAND 35,5 39,0 44,3 51,3 53,4 55,7 44,3 44,7 43,6 38,8 42,5 46,8 40,4 43,2 45,8 NON MARCHAND 13,5 13,8 14,0 4,9 4,5 4,4 18,6 22,0 22,0 17,8 16,8 16,9 13,1 12,2 11,6 PUB.N.MARCH. 11,6 12,0 11,9 4,9 4,5 4,4 17,6 21,3 21,4 17,8 16,8 16,9 12,2 11,4 10,8 MARCHAND 86,5 86,2 86,0 95,1 95,5 95,6 81,4 78,0 78,0 82,2 83,2 83,1 86,9 87,8 88,4 JAPON NORVEGE R.-UNI SUEDE USA EMPLOI AGRICULTURE 19,7 13,7 10,4 12,9 8,5 6,5 3,2 2,6 2,1 8,3 5,6 3,8 4,0 3,3 2,7 INDUSTIE 35,8 34,5 33,9 33,5 29,6 25,8 44,1 38,2 29,0 37,5 31,5 28,8 31,5 29,6 24,2 COMMERCE 16,0 17,7 17,6 15,5 16,6 17,2 16,2 18,6 20,2 14,7 14,1 14,3 20,3 21,6 23,1 TRANSPORT 5,5 5,7 5,4 10,2 9,1 8,3 6,6 6,2 5,8 6,2 6,5 6,6 4,9 4,6 4,2 FINANCE 3,1 3,9 4,5 3,7 4,8 7,7 4,9 7,0 11,6 5,0 5,7 8,0 8,4 10,6 14,6 A.SER.MARCH. 12,7 16,0 19,7 7,6 8,6 8,8 5,4 6,2 9,5 6,1 5,8 5,7 12,2 13,4 15,3 TERT.MARCHAND 37,3 43,3 47,2 37,1 39,2 42,0 34,6 38,0 47,0 32,0 32,0 34,6 47,6 51,8 58,7 NON MARCHAND 7,2 8,5 8,5 16,6 22,7 25,7 18,1 21,2 21,8 22,2 30,9 32,8 16,9 15,3 14,4 PUB.N.MARCH. 5,8 6,6 6,3 16,6 22,7 25,7 18,1 21,2 21,8 20,4 29,7 31,8 16,9 15,3 14,4 MARCHAND 92,8 91,5 91,5 83,4 77,3 74,3 81,9 78,8 78,2 77,8 69,1 67,2 83,1 84,7 85,6 PIB AGRICULTURE 6,0 4,0 2,8 5,6 4,2 3,6 1,7 1,7 1,9 4,7 3,6 3,3 3,1 2,6 2,7 INDUSTRIE 41,0 40,4 42,5 34,9 41,6 44,7 46,6 42,1 31,3 36,6 34,0 34,1 35,3 33,8 32,0 COMMERCE 10,8 13,8 14,2 13,2 13,0 11,4 13,3 12,8 13,0 11,9 11,6 11,5 15,8 16,8 17,7 TRANSPORT 7,0 5,8 5,4 10,5 10,2 9,9 6,4 6,8 7,1 5,3 6,4 6,9 5,7 6,3 6,1 FINANCE 11,5 14,4 15,1 11,4 10,7 11,3 14,4 16,8 0,0 15,1 15,4 16,5 17,4 19,4 20,7 A.SER.MARCH. 13,0 11,3 11,1 5,3 4,9 4,5 3,6 4,1 4,8 3,1 3,4 3,2 7,5 8,0 8,8 TERT.MARCHAND 42,3 45,4 45,8 46,4 39,7 36,6 37,6 40,5 53,1 35,4 36,8 38,2 47,7 51,7 54,4 NON MARCHAND 10,7 10,2 8,9 13,1 14,5 15,0 14,0 15,7 13,7 23,3 25,6 24,4 14,0 11,9 10,8 PUB.N.MARCH. 9,1 8,4 7,2 13,1 14,5 15,0 14,0 14,4 12,5 21,3 24,1 23,0 14,0 11,9 10,8 MARCHAND 89,3 89,8 91,1 86,9 85,5 85,0 86,0 84,3 86,3 76,7 74,4 75,6 86,0 88,1 89,2 Taux de croissance annuel moyen en % Source : OCDE - Banque de données sectorielles internationales 6

7 TABLEAU A3. EMPLOI, PIB ET PRODUCTIVITE : EVOLUTION PAR DECENNIE EMPLOI ALLEMAGNE AUTRICHE DANEMARK FRANCE ITALIE JAPON R.-UNI SUEDE USA I II I II I II I II I II I II I II I II I II AGRICULTURE -5,1-3,3-0,8 0,7-2,8-2,5-4,0-3,2-2,4-2,8-3,2-2,1-1,8-1,6-3,5-3,3 0,2-0,4 INDUSTRIE -1,3-0,7-0,2 0,4-1,3 0,1-0,4-1,9 0,2-1,2 0,3 0,7-1,3-2,2-1,2-0,3 1,5-0,3 COMMERCE 0,5 0,5 1,7 2,5-0,6-0,6 0,9 0,6 1,9 2,0 1,9 0,9 1,9 1,3 0,3 0,8 3,0 2,4 TRANSPORT 0,8 0,3 1,2 1,4 0,7 0,8 1,1 0,8 2,1 1,8 1,2 0,2-0,5-0,1 1,2 0,7 1,4 0,9 FINANCE 2,4 1,4 3,0 5,8 4,5 3,4 4,1 3,0 5,8 1,1 3,6 2,5 4,3 5,7 2,2 4,1 4,9 5,1 A.SER.MARCH. 4,0 3,1 5,0 3,7 0,7 0,4 3,1 2,0 4,1 6,3 3,4 3,4 2,0 4,7 0,1 0,6 3,3 3,1 TERT.MARCHAND 1,5 1,3 2,8 3,3 0,8 0,8 1,8 1,4 2,6 3,2 2,4 1,9 1,3 2,6 0,7 1,4 3,2 3,0 NON MARCHAND 3,1 1,5 3,3 2,0 5,4 1,6 1,9 1,6 2,9 1,7 2,7 1,0 2,0 0,7 4,5 1,3 1,1 1,1 PUB.N.MARCH. 2,9 1,1 3,3 2,0 6,2 1,6 1,9 1,6 3,3 1,5 2,3 0,3 2,0 0,7 5,0 1,3 1,1 1,1 MARCHAND -0,6 0,0 1,5 2,2-0,6 0,2 0,0-0,5 0,6 0,5 0,6 0,9-0,1 0,4-0,6 0,3 2,5 1,8 TOTAL 0,0 0,4 1,5 2,2 0,8 0,6 0,4 0,0 0,9 0,7 0,8 1,0 0,3 0,5 0,7 0,6 2,2 1,7 PIB ALLEMAGNE AUTRICHE DANEMARK FRANCE ITALIE JAPON R.-UNI SUEDE USA I II I II I II I II I II I II I II I II I II AGRICULTURE 0,5 1,8 3,0 1,2 2,9 3,4 1,6 1,8 0,6 1,1 0,5-0,6 1,6 3,3-0,8 1,9 1,1 3,0 INDUSTRIE 2,1 0,2 2,6 2,7 1,4 2,8 3,2 0,2 3,8 1,5 4,9 4,9 0,8 1,4 1,5 2,3 2,5 1,8 COMMERCE 2,7 1,6 2,0 2,5 2,5 2,3 3,2 1,9 4,3 2,2 8,0 4,7 1,5 2,8 2,0 2,3 3,7 3,1 TRANSPORT 3,8 3,3 5,1 5,1 1,1 2,1 5,2 4,6 5,3 3,8 3,0 3,3 2,6 3,1 4,4 3,6 4,3 2,0 FINANCE 5,0 3,1 3,5 4,5 4,8 2,3 5,2 4,1 4,3 2,3 7,8 5,0 3,7 5,2 2,5 3,3 4,3 3,3 A.SER.MARCH. 4,8 5,9 5,0 3,6 2,0 1,1 5,8 4,4 4,6 4,2 3,5 3,7 3,6 4,4 3,1 1,5 3,7 3,8 TERT.MARCHAND 4,0 4,1 3,6 3,9 3,0 2,2 4,8 3,5 4,5 3,0 5,9 4,4 2,8 5,6 2,7 2,9 4,0 3,1 NON MARCHAND 3,2 1,6 2,3 2,4 4,8 1,9 3,1 1,9 2,9 1,5 4,4 2,4 3,3 0,4 3,4 1,6 1,2 1,3 PUB.N.MARCH. 3,4 1,3 2,3 2,4 5,1 1,9 3,1 1,9 2,9 1,4 4,1 2,0 2,3 0,4 3,7 1,6 1,2 1,3 MARCHAND 2,9 2,0 3,2 3,4 2,4 2,3 3,9 2,3 3,9 2,5 5,1 4,6 1,7 2,7 1,9 2,5 3,3 2,6 TOTAL 3,0 1,9 3,1 3,4 2,9 2,2 3,8 2,2 3,8 2,4 5,1 4,4 1,9 2,4 2,3 2,3 3,0 2,5 PRODUCTIVITE ALLEMAGNE AUTRICHE DANEMARK FRANCE ITALIE JAPON R.-UNI SUEDE USA I II I II I II I II I II I II I II I II I II AGRICULTURE 5,9 5,3 3,9 0,5 5,9 6,1 5,7 5,2 3,1 4,0 3,9 1,5 3,4 4,9 2,8 5,4 0,9 3,4 INDUSTRIE 3,5 0,9 2,8 2,3 2,7 2,7 3,6 2,1 3,6 2,8 4,5 4,1 2,1 3,7 2,7 2,5 1,0 2,1 COMMERCE 2,2 1,0 0,3 0,1 3,2 3,0 2,3 1,3 2,4 0,2 6,0 3,8-0,3 1,5 1,7 1,4 0,7 0,7 TRANSPORT 2,9 3,0 3,8 3,7 0,4 1,3 4,1 3,8 3,1 1,9 1,7 3,1 3,1 3,2 3,2 2,9 2,9 1,1 FINANCE 2,5 1,7 0,5-1,3 0,3-1,1 1,0 1,1-1,4 1,2 4,0 2,5-0,5 0,5 0,3-0,8-0,6-1,7 A.SER.MARCH. 0,8 2,8 0,0-0,1 1,4 0,7 2,6 2,4 0,5-2,1 0,1 0,3 1,5-0,4 3,0 1,0 0,4 0,7 TERT.MARCHAND 2,5 2,8 0,8 0,6 2,2 1,3 2,9 2,1 1,9-0,1 3,4 2,4 1,4 2,8 2,0 1,5 0,7 0,1 NON MARCHAND 0,2 0,1-1,0 0,4-0,6 0,4 1,2 0,3-0,0-0,2 1,7 1,3 1,2-0,3-1,1 0,4 0,2 0,1 PUB.N.MARCH. 0,4 0,2-1,0 0,4-1,1 0,3 1,2 0,3-0,4-0,0 1,8 1,7 0,2-0,3-1,2 0,3 0,2 0,1 MARCHAND 3,5 1,9 1,7 1,2 2,9 2,1 3,9 2,8 3,3 2,0 4,5 3,6 1,9 2,3 2,5 2,1 0,8 0,7 TOTAL 3,0 1,5 1,6 1,1 2,0 1,6 3,4 2,2 2,8 1,8 4,3 3,4 1,7 1,9 1,5 1,6 0,8 0,7 Taux de croissance annuel moyen en % Source : OCDE - Banque de données sectorielles internationales I II

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Terre-Neuve-et-Labrador 2014 Ce Bulletin sur le marché du travail fournit une analyse des résultats de l Enquête sur la population active pour la province de Terre-Neuve-et-Labrador,

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement Dossiers Anne-Juliette Bessone Benoît Heitz Division synthèse conjoncturelle De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement plus dynamiques que les exportations françaises. Géographiquement,

Plus en détail

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013)

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1 Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1. Statut sur le marché de l'emploi de la population de 15 ans et plus en 1983 et en 2013 La

Plus en détail

Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003

Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003 Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003 La compétitivité française hypothéquée par la fiscalité Dans le transport, on a coutume de dire que la fiscalité spécifique se situe dans la moyenne européenne

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

N 51. par le PIB par emploi, y est une des plus élevées, au 5 e

N 51. par le PIB par emploi, y est une des plus élevées, au 5 e POUR L ' ALSACE N 51 JUIN 2014 Croissance économique en retrait dès l'année 2000 en Alsace Rapportée à sa population, la contribution de l'alsace à la richesse nationale la situe toujours, en 2011, dans

Plus en détail

LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE 1995-1999

LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE 1995-1999 LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE 1995-1999 Etude effectuée pour le compte de l'observatoire de l'epargne Européenne SEPTEMBRE 2000 André Babeau Mathilde Lainé Niamh Mc Cabe - 2 - LES

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2015 Synthèse Version FR

Tableau de bord de l Union de l innovation 2015 Synthèse Version FR Tableau de bord de l Union de l innovation 2015 Synthèse Version FR Marché intérieur, industrie, entrepreneuriat et PME SYNTHÈSE Tableau de bord de l Union de l innovation 2015: la performance en matière

Plus en détail

Évolution de l'inflation par classe de revenu

Évolution de l'inflation par classe de revenu Bijlage/Annexe 4 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES Évolution de l'inflation par classe de revenu. Introduction Dans le contexte des récentes fortes variations des prix des matières premières et de leurs impacts sur

Plus en détail

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 MONDE PIB 108 106 Pays développés début 2007 = 100 104 États-Unis 102 100 98 96 94 92 Japon Royaume-Uni Zone euro 90 2007 2008 2009 2010 2011 2012

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Le financement public de la recherche-développement dans les principaux pays

Le financement public de la recherche-développement dans les principaux pays ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE et MINISTÈRE DE LA RECHERCHE00.47 NOVEMBRE En 1998, les États de la zone OCDE financent un tiers de la dépense intérieure de recherche et développement.

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 26 avril 2007 L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 Ces 20 dernières années, 740.000 travailleurs sont venus grossir

Plus en détail

En Bourgogne, en 2005, 55 700 entreprises

En Bourgogne, en 2005, 55 700 entreprises Les Très Petites Entreprises en Bourgogne un rôle économique à conforter Le profil des 55 700 TPE (Très Petites Entreprises comptant moins de 20 salariés) de Bourgogne est très diversifié : commerce, médecin,

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Pour la 7 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

PÉRIMÈTRE DE L ÉCONOMIE DU SPORT LA DÉPENSE SPORTIVE EN FRANCE 1 TAB-1. EVOLUTION DE LA DÉPENSE SPORTIVE EN FRANCE DE 2005 À 2012

PÉRIMÈTRE DE L ÉCONOMIE DU SPORT LA DÉPENSE SPORTIVE EN FRANCE 1 TAB-1. EVOLUTION DE LA DÉPENSE SPORTIVE EN FRANCE DE 2005 À 2012 LE POIDS ÉCONOMIQUE DU SECTEUR SPORTIF EN FRANCE Une publication du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Direction des Sports - Bureau de l économie du sport 1 PÉRIMÈTRE DE L ÉCONOMIE DU

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Exportations des pays en développement, 2013 Pays de destination Vers

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission en Nouvelle-Calédonie entre 1999 et 26 AGENCE DE NOUMÉA Octobre 26 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 1 - SIRET 78 43 111 1 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle N 18 Septembre 20 Les grandes aires urbaines d ACAL : la croissance démographique tirée par les couronnes des grands pôles La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

Savoir-faire applicables aux données statistiques. Donnez 3 synonymes de taux de variation...

Savoir-faire applicables aux données statistiques. Donnez 3 synonymes de taux de variation... Savoir faire exigibles Lire et comprendre les taux de variation Application Savoir-faire applicables aux données statistiques Formule pour calculer un taux de croissance à partir de 2 grandeurs G 1 et

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience 3 mars 6 N 6-134 Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience On sait que les pays ont des stratégies de croissance très différentes : développement

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

Un risque de perte d emploi plus élevé

Un risque de perte d emploi plus élevé N 25 Septembre 1999 Un risque de perte d emploi plus élevé en Languedoc-Roussillon En Languedoc-Roussillon, le risque de perdre son emploi dans l année est de 7 %. Il est supérieur de deux points à celui

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Conjoncture économique en Loir-et-Cher

Conjoncture économique en Loir-et-Cher Février 0 - N Conjoncture économique en Loir-et-Cher Résultats de l enquête menée entre le er et le 8 février 0 Analyse réalisée sur la base de réponses exploitables La Chambre de et d' de Loir-et-Cher

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses novembre 13 N 73 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi et chômage des 15-29 ans en 53,7 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

Le baromètre économique des services en France

Le baromètre économique des services en France Le baromètre économique des services en France M a i 2 0 1 3 Sommaire Editorial... p. 3 L indicateur avancé de l emploi... p. 4 salarié dans les services Le chiffre d affaires des services... p. 5 La valeur

Plus en détail

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN Points 4 forts BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN 214 HAUSSE DES CRÉATIONS D ENTREPRISES INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE En 214, le des créations pures d entreprises dans les secteurs

Plus en détail

Le décrochage du PIB par habitant en France depuis 40 ans : pourquoi?

Le décrochage du PIB par habitant en France depuis 40 ans : pourquoi? n 131 Juin 214 Le décrochage du PIB par habitant en France depuis 4 ans : pourquoi? Entre 1975 et 212, la France a vu son PIB par habitant progresser moins vite que la moyenne des pays de l'ocde, en particulier

Plus en détail

Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro?

Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro? septembre 9 - N 39 Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro? La croissance potentielle et la tendance des gains de productivité sont anormalement faibles dans la zone

Plus en détail

L automobile en Languedoc Roussillon

L automobile en Languedoc Roussillon Observatoire ANFA Jocelyn GOMBAULT Juillet 2011 L automobile en Languedoc Roussillon La filière automobile en Languedoc Roussillon : Services de l automobile : 17 155 salariés (Unedic 2008) Fabrication

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL 1. L AQUITAINE Une région en croissance La région Aquitaine s inscrit depuis la fin des années quatre-vingt-dix dans le peloton de tête des régions françaises

Plus en détail

Guadeloupe : une économie en déficit... d image

Guadeloupe : une économie en déficit... d image Guadeloupe : une économie en déficit... d image -1- Table des matières Avant-propos............................................................ 3 Introduction.............................................................

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées.

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées. Vue d ensemble Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques sont, sauf mention contraire, définis sur

Plus en détail

http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe.

http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe. http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe.htm http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe.htm

Plus en détail

2.3. Les autres professionnels de santé. La santé observée dans les régions de France

2.3. Les autres professionnels de santé. La santé observée dans les régions de France La santé observée dans les régions de France Les autres professionnels de santé 2.3 Le contexte Outre les médecins, le secteur de la santé regroupe de multiples professionnels qui interviennent dans la

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

CHAPITRE 9 Le management à la japonaise : au-delà des mythes et des folklores

CHAPITRE 9 Le management à la japonaise : au-delà des mythes et des folklores CHAPITRE 9 Le management à la japonaise : au-delà des mythes et des folklores Page 336 TABLEAU 9-1 Une appréciation de la performance économique du Japon Accroissement du volume du PIB Accroissement du

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

Argumentaire sur la «TVA sociale»

Argumentaire sur la «TVA sociale» 1 Argumentaire sur la «TVA sociale» La proposition de transférer une partie des cotisations sociales sur des impositions est à nouveau au cœur du débat public. Une augmentation de la TVA, souvent dénommée

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

L année a incontestablement été marquée par l impact de

L année a incontestablement été marquée par l impact de Une année marquée par l'impact de Lille 2004 L année a incontestablement été marquée par l impact de «Lille 2004 - Capitale européenne de la culture». Cet évènement a eu des répercussions très importantes

Plus en détail

PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN

PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-40F Le 4 juin 2004 Pendant la majeure partie du XX e siècle,

Plus en détail

La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse

La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Note de discussion Date 26 mai 2011 La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse Serge Gaillard, Chef

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT LE QUATRE PAGES INSEE AQUITAINE RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT EN AQUITAINE INSEE AQUITAINE INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Souvent située à la 6 e place des régions métropolitaines,

Plus en détail

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai 2011 La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes

Plus en détail

Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne

Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne Guillaume Wemelbeke* Depuis la crise survenue à la fin 2008, la production européenne de produits agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

L ENDETTEMENT DES MENAGES A FIN 2004

L ENDETTEMENT DES MENAGES A FIN 2004 1 OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES Mars 2005 17 ème rapport annuel L ENDETTEMENT DES MENAGES A FIN 2004 2 ème partie : Les évolutions intervenues entre décembre 1989 et novembre 2004 Pr Michel

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

IMPACT DE L INSTAURATION D UNE SURTAXE DE SEJOUR REGIONALE EN ILE- DE-FRANCE. Une étude d Alliance 46.2. Entreprendre en France pour le tourisme

IMPACT DE L INSTAURATION D UNE SURTAXE DE SEJOUR REGIONALE EN ILE- DE-FRANCE. Une étude d Alliance 46.2. Entreprendre en France pour le tourisme IMPACT DE L INSTAURATION D UNE SURTAXE DE SEJOUR REGIONALE EN ILE- DE-FRANCE Une étude d Entreprendre en France pour le tourisme Données et calculs par MKG Hospitality CONTEXTE L Assemblée Nationale a

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

La productivité en France, au Japon, aux États-Unis et au Royaume-Uni au cours du XX e siècle

La productivité en France, au Japon, aux États-Unis et au Royaume-Uni au cours du XX e siècle La productivité en France, au Japon, aux États-Unis et au Royaume-Uni au cours du XX e siècle Gilbert Cette * Banque de France et Université de la Méditerranée (DEFI) Yusuf Kocoglu * Léad, Université du

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

1 Les échanges internationaux au sein des groupes : une focalisation sur quelques produits et vers l Union européenne

1 Les échanges internationaux au sein des groupes : une focalisation sur quelques produits et vers l Union européenne 1 Les échanges internationaux au sein des groupes : une focalisation sur quelques produits et vers l Union européenne Boris GUANNEL, Sylvie MABILE, Claire PLATEAU (SESSI) LES ÉCHANGES INTRAGROUPE En 1999,

Plus en détail

26ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

26ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 5 182 emplois en LR dont 80%

Plus en détail

Informations Rapides Réunion

Informations Rapides Réunion Informations Rapides Réunion N 7 - Décembre 0 Analyse Résultats comptables des entreprises réunionnaises en 00 Les entreprises marchandes dégagent 6 milliards d euros de valeur ajoutée La valeur ajoutée

Plus en détail

Le commerce extérieur du Mozambique en 2013

Le commerce extérieur du Mozambique en 2013 Le commerce extérieur du Mozambique en 2013 Résumé En 2013, les échanges extérieurs du Mozambique se sont élevés à 12,6 Mds USD, en hausse de 7,4% par rapport à 2012. Les exportations sont principalement

Plus en détail

Bilan du commerce extérieur de la Corée en 2013

Bilan du commerce extérieur de la Corée en 2013 Résumé Bilan du commerce extérieur de la Corée en 213 Malgré une croissance modeste en 213 (+,7% contre 1% en moyenne par an entre 2 et 21), les échanges commerciaux coréens se sont maintenus au-dessus

Plus en détail

>> les salariés de la production agricole

>> les salariés de la production agricole >> les salariés de la production agricole Année - N 8 - décembre 2014 ORNE - données Les salariés de la production : croissance accélérée Les données de la Mutualité Sociale Agricole permettent d'estimer

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. La productivité horaire du travail est-elle vraiment très élevée en France? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. La productivité horaire du travail est-elle vraiment très élevée en France? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 12 mai 2015 N 373 La productivité horaire du travail est-elle vraiment très élevée en France? Nous calculons les niveaux de productivité horaire du travail aux Etats-Unis,

Plus en détail

La Direction de l évaluation,

La Direction de l évaluation, Projections à l horizon 2015 Prospective emploi-formation à l horizon 2015 : derniers résultats, nouvelle approche Claude SAUVAGEOT Mission aux relations européennes et internationales Direction de l évaluation,

Plus en détail

Engagements routiers des Conseils généraux

Engagements routiers des Conseils généraux Engagements routiers des Conseils généraux Octobre 2000 PREFACE Lancée par l'assemblée des Départements de France (ADF) en liaison avec l'union des Syndicats des Industries Routières de France (USIRF),

Plus en détail

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS 6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS Le coût du travail est un élément décisif de la compétitivité. Mais il n

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR Série : BTS Tertiaires Épreuve : Economie et droit Session 2014 Durée de l épreuve : 4h PROPOSITION DE CORRIGÉ 1 PARTIE ECONOMIQUE : Afin de répondre à cette première partie

Plus en détail

Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs

Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs Rencontre Moyen Terme 2014/2018 Grégori Colin Economiste LA BALANCE COMMERCIALE (incluant les services marchands) Les flux

Plus en détail

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Économie nationale Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Le présent document définit la terminologie en vigueur

Plus en détail

L'évolution des consommations finales d'énergie

L'évolution des consommations finales d'énergie Thème : Changement climatique et maîtrise de l'énergie Orientation : Maîtriser la consommation d'énergie et développer les énergies renouvelables L'évolution des consommations finales d'énergie par région

Plus en détail

Quel est le poids de l automobile dans l économie?

Quel est le poids de l automobile dans l économie? 14 avril 29 - N 176 Quel est le poids de l automobile dans l économie? L industrie automobile mondiale connaît une crise historique et, après en avoir décrit les symptômes, nous nous attachons à en souligner

Plus en détail

Fiche France DGCIS CREDOC

Fiche France DGCIS CREDOC Fiche DGCIS CREDOC 1/ Croissance, pouvoir d achat et inégalités Evoluant au sein d une économie centrée sur sa demande intérieure, la consommation des Français est structurellement soutenue par les politiques

Plus en détail

Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale

Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale Conférence de presse 15 novembre 2011 1 Une compétitivité française qui se dégrade 2 La France a perdu des parts de marché depuis 2000 Part

Plus en détail

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

L ENDETTEMENT DES ENTREPRISES : UNE ÉTUDE SUR LONGUE PÉRIODE

L ENDETTEMENT DES ENTREPRISES : UNE ÉTUDE SUR LONGUE PÉRIODE L ENDETTEMENT DES ENTREPRISES : UNE ÉTUDE SUR LONGUE PÉRIODE Durant la dernière décennie, le taux d endettement des entreprises s est allégé en France. La présente étude, après un rappel historique, compare

Plus en détail

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX Prix Panorama Evolution générale 2010 2014 De 2010 à 2014, l indice suisse des prix à la consommation (IPC) a reculé de 0,7%. Du côté des producteurs et importateurs, l indice des prix de l offre totale

Plus en détail