EN SITUATION DE HANDICAP : POSSIBILITES ET LIMITES DU TELEPHONE PORTABLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EN SITUATION DE HANDICAP : POSSIBILITES ET LIMITES DU TELEPHONE PORTABLE"

Transcription

1 EN SITUATION DE HANDICAP : POSSIBILITES ET LIMITES DU TELEPHONE PORTABLE La mondialisation des Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication touche toutes les générations par leur prégnance sur notre environnement et leur constante présence dans notre quotidien. Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication ont provoqué une véritable révolution dans la société contemporaine. Aussi, fidèle à ses objectifs, l école des parents et des éducateurs de la Martinique ne pouvait faire l économie d ouvrir le vaste chantier de la réflexion sur la «génération portable liens intergénérationnels». La diversité des thèmes qui ont été et seront développés sont autant de réponses apportées au questionnement provoqué par le téléphone portable, techno-objet le plus populaire des outils communicationnels. Dans le cadre de ce séminaire, il nous est apparu opportun d orienter notre réflexion sur le rapport de la personne handicapée mentale à ce monde fortement technicisé. Les technologies modernes créent une culture nouvelle donc de nouveaux comportements. Ils redéfinissent le fonctionnement des familles, intègrent les foyers. Notre démarche revêt un caractère éducatif, mais aussi, elle participe à la reconnaissance et la promotion de la personne déficiente. Rappelons qu en 2005, a été promulguée la loi pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Acteurs de la vie sociale, ces personnes sont usagers du téléphone portable. Mais du fait de leur handicap quelles possibilités leur offre le cellulaire et quelles limites leur impose t-il pour que la personne en situation de handicap mental puisse tisser des liens sociaux facteurs d intégration incluant les rapports intergénérationnels. Nous tenterons d approcher cette problématique, dans un premier temps, par un rappel sur le handicap mental puis en présentant l enquête, base de notre contribution, conduite auprès d environ 60 Travailleurs Handicapés, dans 4 ESAT et 1 Atelier protégé de l ADAPEI, et 1 ESAT de l AAPH. Nous analyserons en seconde partie : - Les conditions d acquisition du portable - Les modes d utilisation - Le portable comme outil de socialisation. Puis, nous considèrerons en troisième partie, les interactions qui favorisent la participation des personnes handicapées au maillage qui crée les liens intergénérationnels. 1

2 PREMIERE PARTIE 1) CONNAISSANCE DU HANDICAP MENTAL Constitue un handicap au sens de la loi de février 2005 : «toute limitation d activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d une altération substantielle, durable ou définitive d une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d un polyhandicap ou d un trouble de santé invalidant» Le handicap mental est la conséquence sociale d une déficience intellectuelle. Cette déficience est mesurée par une incapacité qui entraîne un désavantage dans les activités de la vie quotidienne par rapport à l accomplissement d un rôle social normal. Une personne porteuse d une déficience intellectuelle éprouve des difficultés à effectuer les actes principaux de la vie quotidienne, dans sa vie familiale, scolaire et professionnelle. La personne handicapée mentale éprouve des difficultés plus ou moins importantes de réflexion, de conceptualisation, de communication et de décision qui doivent être compensées par un accompagnement humain. La déficience intellectuelle peut entraîner selon les personnes des difficultés de : - mémorisation des informations orales et sonores - attention et mobilisation d énergie - appréciation de l importance relative des informations à disposition - évaluation (notion de temps d espace) - communication et vocabulaire (lecture et écriture) - appréciation de la valeur de l argent - maîtrise de la lecture et de l écriture Il faut considérer le déficient mental comme une personne à part entière. Il éprouve comme tout être humain, les mêmes besoins, dispose des mêmes droits et est soumis aux devoirs. La personne atteinte d une déficience mentale est singulière puisque confrontée à plus de difficultés que les autres. La valorisation du rôle social de la Personne Handicapée Mentale doit se situer à la base de l action d intégration. Elle comporte 2 aspects : - le développement des capacités et des habiletés personnelles - l utilisation de techniques d apprentissage et d équipements appropriés. Cela signifie que la Personne Handicapée Mentale a des activités, des rôles, des possibilités identiques à ceux qui sont reconnus aux personnes non handicapées. La démarche d intégration sociale a pour fondement : - la territorialité, par le partage des lieux de vie avec tous et par tous. 2

3 - la prestation de service adaptée permettant l utilisation de services d équipement collectif mis à disposition de tous selon les mêmes modalités. 2) RESULTAT DE L ENQUETE Notre échantillon de 60 travailleurs handicapés se composait de 60 % de femmes et 40 % d hommes âgés entre 21 et 53 ans. En moyenne 95 % des TH sont en possession d un téléphone portable 18 % étaient en possession de leur 1 er portable. 82 % entre leur 2 ème et 4 ème portable. 1 Travailleur Handicap en était à son 17 ème. La date d acquisition : peu d entre eux la connaissent. CONDITIONS D ACQUISITION Cadeau 21 % Achat 79 % Abonnement 62 % Carte 38 % Durée en moyenne 2 H Opérateur Orange Only Digicel Bouyghes ne sait pas 64 % 17 % 14 % 3 % 3 % achat des mains d un tiers : 2 % Coût de la carte : entre 15 et 25 Coût du portable : entre 9 et 40 portable. 50 % des TH ne savent pas le prix de leur 1 acquisition à 200 et 1 à 400. UTILISATION Connaissan ce de son n 41 % Appeler et répondre 100 % Répertoire 80 % Messagerie 70 % SMS 10% Enregistre ment du N 22 % Jeux 90 % Réglage 15 % Autres 10 % Autres : photo, wap, bluetooth, MP3 Changement fond d écran : 23 % 3

4 Changement Musique : 10 % Photo : 6 % Téléchargement image, photo, musique : 5 % AUTRES EQUIPEMENTS Téléphone fixe Micro-ordinateur Internet Autres 40 % 22 % 12 % 10 % Ils appartiennent le plus souvent à un membre de la famille. Autres : webcame, appareil photo numérique. DEUXIEME PARTIE Possibilités et Limites du téléphone portable C est une analyse syntaxique et sémantique de la compétence sociale du Travailleur Handicapé dans son rapport avec l outil communicationnel qu est le portable, qui va être présentée. La lecture des conditions d acquisition et d utilisation du portable nous renseignera sur les possibilités et les limites qu il offre à la personne handicapée mentale. Ainsi, la démarche intellectuelle que met en œuvre la personne déficiente pour acquérir une maîtrise, ne serait-ce que partielle, du cellulaire afin de l adapter à ses besoins, sera observée; comme la perception du sens qui habite cette pratique sociale qu elle cherche à acquérir POLYSEMIE DES CONDITIONS D ACQUISITION A la question essentielle du pourquoi ce désir de posséder un téléphone portable, plusieurs raisons ont été évoquées. Car, peu de Travailleurs Handicapés sont en possession de leur premier portable. L une des raisons fondamentales qui justifie cette acquisition pour la plupart de ces travailleurs, est de pouvoir être joints par l ESAT tous moments, tant en dehors des heures de travail que sur les différents chantiers. Il est important de rappeler que la notion d intégration de l adulte handicapé par le travail a apparu dans les années Ce souci de disponibilité nous prouve que ces personnes handicapées ont 4

5 intégré la valeur que représente le travail. Conscients du fait, qu il participe à leur socialisation en développant un sentiment d appartenance à un groupe qui lui confère une vie sociale, même dans un cadre protégé. Aujourd hui, valeur bousculée par le contexte économique et social, le travail en tant que facteur d intégration, doit être re-questionné. L autre raison est motivée par un souci de sécurité. Nombreux sont les Travailleurs Handicapés qui ont évoqué leur difficulté de transport quand le taxi, en fin de journée, «est râté». Grâce au portable, ils ont la possibilité d appeler un parent pour les récupérer. Car, ils tiennent aussi à rassurer la famille. La notion d urgence est pour eux une raison importante justifiant l acquisition du portable. Il leur donne la possibilité d être joints rapidement par leurs enfants ou tout autre membre de la famille, en cas d urgence. Certains ayant des proches atteints de lourds des problèmes de santé. Puis, pour certains le portable leur offre le plaisir de «discuter» avec les amis. Pour d autres, c est un moyen qui leur permet d éviter d utiliser le téléphone des parents. Et enfin, pour faire comme tout le monde! le Travailleur handicapé est branché! Nous constatons donc que la Personne déficiente a intégré la société connexionniste non par mimétisme mais pour des raisons organisationnelles, nécessitant l intervention de l intelligence cognitive et conative Pour eux, le portable est avant tout un objet utilitaire. Outre les raisons justifiant le désir d acquisition du cellulaire, les conditions sont toutes aussi importantes puisqu elles donnent du sens à l objet selon qu il s agit d un cadeau ou du résultat d une démarche personnelle. a) Le cadeau : Nous avons relevé que peu de TH ont reçu leur cellulaire en cadeau. Ce geste peut être symbolique puisque lié à l occasion à laquelle il a été offert. Ainsi, un l a été pour la Saint-Valentin, l autre à Noël, les autres l ont reçu sans occasion précise. Dans tous les cas, l exigence du donneur quant à la demande de réponse à ses appels a été exprimée créant ainsi une étroite dépendance du receveur. Nous sommes en présence de la dialectique du don et du contre don. Dans les autres cas, nous avons noté que ces personnes était atteintes d une déficience mentale sérieuse et que les familles virtuellement réactualisaient ainsi la cellule familiale, d après A. H. Caron et L. Caronia (1). La démarche dans ce cas est sécuritaire. 5

6 b) L achat : La plupart des Travailleurs Handicapés ont fait l acquisition du portable avec leur salaire. C est l occasion d affirmer l autonomie financière dont on dispose. Pour l achat du portable, souvent ils étaient accompagnés par un membre de la famille ou quelquefois un ami. Le choix est fait en fonction du coût en priorité, du design, des fonctions qui leur paraissent essentielles ( messagerie, répertoire et accessoirement les jeux) et pour les rares high-tech un portable de haut niveau technologique. Cette démarche fait appel à divers concepts tels que le raisonnement, la capacité d abstraction et d exécution d opérations mentales. Ils permettront aux Travailleurs Handicapés de prolonger leur choix au travers d éléments indispensables pour le fonctionnement du portable à savoir : l abonnement ou la carte, la durée et l opérateur. Nous pouvons constater que l opérateur ayant le plus de succès auprès des TH est «orange». L abonnement est la formule retenue par 62 % d entre eux pour une moyenne de 2 heures. Le prélèvement est fait sur leur compte personnel. Pour ceux qui utilisent la carte, sa durée de vie peut-être de 2 jours pour une minorité d entre eux, certains se contentent alors de recevoir des appels et ne rechargent pas le portable. D autres dépensent un petit pactole puisqu ils achètent une recharge sitôt toutes leur unités consommées. La majorité demande de l aide pour recharger leur portable à partir de la carte.. Moins de 50 % des Travailleurs Handicapés affirment que la durée choisie leur suffit pour le mois. Ils savent qu ils n ont plus d unités quand ils ne peuvent plus appeler. Pour les autres, La durée prévue par l abonnement est souvent complété par une carte. La gestion du temps de communication et de la représentation de la durée du forfait restent difficiles. Ce qui confirme les limites qu impose la déficience dans le rapport espace-temps, pour la personne handicapée. Ces limites se renforcent d autant plus que par la nouvelle technologie, de nouveaux et une multitude de repères s imposent à tous. En effet, la vitesse de connexion abolit l espace et le temps. Le rapport communicationnel s instaure dans l instantanéité. Il est déspatialisé puisque réduit au cellulaire. Le monde réel et le virtuel se côtoient, s imbriquent, pouvoir les différencier est un «exercice» fondamental pour la structuration de la personne et sa capacité à se situer par rapport au monde. Sur ce point, le téléphone portable ne peut être un outil favorisant la structuration de la personne atteinte d une déficience mentale. 6

7 2.2) L UTILISATION DU PORTABLE : DES PRATIQUES DE COMMUNICATION NOUVELLES L usage du portable met en exergue les difficultés mais aussi et les performances de la Personne Handicapée mentale. Comme tout un chacun, elle a la capacité de refuser, négocier, reformuler, adapter puis s approprier toutes situations nouvelles. Comme chacun d entre nous, elle est confrontée à des limites et, du fait de son handicap, elles sont encore plus importantes. Il faut souligner que l utilisation du portable s appuie essentiellement sur de nombreuses fonctions, Ils les connaissent mais nombreux sont les Travailleurs Handicapés qui ont du mal à les utiliser. Les fonctions qu ils privilégient se limitent à 3 : Appeler/répondre, la messagerie et le répertoire. Souvent l apprentissage se fait dans la famille. Tout nouveau portable nécessite un nouvel apprentissage afin de prendre de nouveaux repères. a) Appeler/répondre : Une performance sociale Appeler et répondre au téléphone portable est considéré par les sociologues comme une performance sociale. Une performance que toutes les personnes auditionnées réalisent. Cette fonction répond au premier de leur besoin. Nous avons constaté que plus de la moitié des Travailleurs ne connaissaient pas leur propre numéro. Pour pallier cette difficulté, ils le notent ou souvent le font noter dans le répertoire du téléphone, sur un carnet ou un morceau de papier puisqu ayant du mal à le mémoriser. Quelques-uns ont pu l énoncer de mémoire chiffre après chiffre avec beaucoup de difficulté et plusieurs fois avant qu il ne soit correcte ou encore ils ont voulu l écrire. L acte le plus facile est de «répondre», ils n ont qu à appuyer sur la touche. Le rappel d un numéro reste difficile. Ainsi, les limites que leur impose une utilisation en toute autonomie cette fonction, sont liées aux difficultés de mémorisation des TH, acte qui nécessite une attention et une mobilisation d énergie qu ils ne peuvent fournir du fait de leur handicap. Nous pensons que cette difficulté est accrue par la multiplicité des dispositifs d identification que présente le portable. En effet, entre le numéro personnel, le mot de passe, souvent ils ont conservé celui qui a été donné à l achat et à tous 000, le code PIN, les codes d accès à la messagerie, au rechargement ils s y perdent. Or, l identité est liée à une situation et à une représentation de soi au monde. Leur démultiplication ne peut être que perturbante et accentuer les difficultés que rencontre la personne handicapée à se repérer. A cette difficulté s ajoute celles du tri, du classement incessant. b) Le répertoire : une aide à la mémorisation Ils sont nombreux à savoir utiliser le répertoire si non y inscrire les numéros. cette fonction est très importante pour les personnes auditionnées, elle leur permet de communiquer leur propre numéro qui y est inscrit et de repérer celui de leurs correspondants. 7

8 c) La messagerie : gestion d une communication différée La messagerie est utilisée par 70 % des Travailleurs Handicapés et pas systématiquement. C est une fonction qu ils jugent utile mais non indispensable. Leurs difficultés à apprécier l importance relative aux informations ne les incitent guère à son utilisation. d) Le SMS : une fonction qua-inaccessible C est la fonction la moins utilisée (10 %). Elle fait appel à la lecture et à l écriture un des apprentissages les plus difficiles pour la personne atteinte d une déficience mentale. Les mieux alphabétisés exercent cette compétence largement utilisée par le public jeune surtout. Néanmoins, nous constatons qu ils sont tous dans l impossibilité de s adapter au langage codé du SMS qui est consonanique, truffé d abréviations et de néologismes. Leur repère reste le code orthographique traditionnel. e) Enregistrement, réglage et jeux : Une approche ludique Ils ne jugent pas cette fonction importante. 22 % savent enregistrer les numéros et utiliser la fonction réglage. Presque tous pratiquent les jeux, attirés par cet aspect ludique du portable. f) les fonctions «gadget» Photo, wap, bluetooth, MP3 sont considérés comme des gadgets. Seuls 5 % utilisent l une de ses fonctions dont la plus prisée et accessible reste la photo. Un petit nombre grâce au wap téléchargent la musique pour leur portable, changent le fond d écran qu ils remplacent par une photo. Un seul utilise avec compétence le bluetooth et la MP3. 3.2) AUTRES EQUIPEMENTS Plus onéreux et moins mobiles, il nous a semblé intéressant de savoir si ces personnes limitées par la déficience, utilisaient équipements acquis par la famille. Notons l absence d intérêt pour les autres formes de communication. Elle est due aux difficultés d adaptation à un monde communicationnel trop rapide pour la personne en difficulté mentale. Néanmoins, elle tient à y participer, refuse d être en marge pour cela, cherche à développer sa capacité à faire un choix adapté à ses besoins. a) Le téléphone fixe 60 % des familles en possèdent. Souvent, le Travailleur Handicapé connaît le numéro mieux que celui de son propre portable. Comme dans d autres foyers, le portable a remplacé le fixe et tous les membres de la famille en possède un. b) Le micro-ordinateur Moins d un quart des familles en possèdent. 8

9 c) Internet 1/5 des familles disposent d internet que très peu d adultes handicapés l utilisent. Seuls 3 font la liaison portable-micro ordinateur. 3.3) LE TELEPHONE PORTABLE : OUTIL DE SOCIALISATION L un des éléments qui nous a permis d appréhender le degré de socialisation des Travailleurs Handicapés a été fondé, entre autres, sur leur vécu des interdits. Or, le mobile est objet d interdit. Ainsi, l interdiction d utiliser le portable dans certains espaces publics : cabinet médical, station essence, hôpitaux Très rapidement, les Travailleurs Handicapés ont fait le lien avec l interdiction de fumer. 90 % d entre eux, comprennent la nécessité de cet interdit ( risque de dérèglement des appareils, gêne imposée aux autres ) et 80 % la respectent. Les autres tiennent malgré tout à être accessibles à tout moment, dans ce cas, certains mettent leur portable sur vibreur. Avoir la capacité de comprendre puis d intégrer les interdits témoigne de l aptitude que l on possède à gérer ses frustrations et à respecter les règles sociales. Pour conclure Nous avons souhaité mesurer l impact du téléphone portable en tant qu outil communicationnel privilégié du grand public, sur les personnes déficientes intellectuelles à travers les travailleurs handicapés des structures protégés. Ainsi, nous avons pu noter que les éléments qui caractérisent le handicap intellectuel affectent la pratique et les rapports communicationnels. Déjà, le choix du portable avec la participation d un tiers, pour la plupart, montre bien les difficultés qu éprouve la personne en situation de handicap mental à prendre une décision après réflexion puis analyse d une situation. La mémorisation des informations et leur traduction sur un techno-objet fait appel à une attention trop labile dans leur cas. Leur faible capacité à gérer est un obstacle pour une évaluation du temps, de l espace donc de la durée d un acte posé. Le salaire étant contrôlé par la famille les dérapages sont limités bien que cet aspect de la vie quotidienne soit mieux maîtrisé pour bon nombre d entre eux. La faible maîtrise des connaissances scolaires de base gêne l accès à certaines fonctions offertes par le portable. 9

10 Fort heureusement, ces limites peuvent être compensées par les atouts qu offrent le cellulaire à la personne handicapée. Ce techno-objet alimente son désir de participer au monde en s appropriant lui aussi l outil communicationnel le plus répandu. Elle trouve les ressources pour le concrétiser. Nous serions tentés de dire que toute personne atteinte d un handicap mental et ayant la capacité de participer à la construction sociétale, crée aussi des liens avec son entourage. Le premier maillage se tisse dans la famille autour du membre fragilisé par les différentes formes d aide mise en place. Les composantes de la cellule familiale sont diverses : par l âge, le positionnement, l activité sociale et professionnelle, le degré de connaissance, l expérience. A ce lieu de transmission privilégié, viennent s ajouter d autres sphères : l école, la rue, le voisinage Et là encore, toutes les générations se côtoient, sans exclusive. On reçoit, on transmet par tous les moyens communicationnels dont on dispose, dont et surtout par le téléphone portable. Grâce au portable, la personne déficiente développe son réseau social. Pour le maintenir il adapte à ses compétences les fonctions qui lui sont utiles. Le portable accroît l autonomie de la personne en difficulté et préserve une forme d intimité en posant des balises rassurantes puisqu elle peut joindre et être jointe en tout temps, en tout lieu mais dans ce cas si elle le souhaite. Le portable accroît la compétence gestuelle, mentale pour intégrer les techniques pouvant améliorer le service rendu et attendu. Le désir d être branché nous booste tous! Ainsi, le cellulaire s il met en exergue la problématique du handicap mental à travers ses limites, il est aussi source de stimulation donc de progrès et fait montre de la volonté des personnes en situation de handicap mental en particulier de participer intensément à la vie. 10

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

questions/réponses sur les DYS

questions/réponses sur les DYS D Y S L E X I E, D Y S P H A S I E, D Y S P R A X I E, Les DYS, un handicap émergeant? La Dysphasie trouble du langage oral? La Dyspraxie, trouble de la coordination du geste? La Dyslexie, trouble du langage

Plus en détail

Réunion C.T.B. CNRS. Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010

Réunion C.T.B. CNRS. Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010 Réunion C.T.B. CNRS «Les 10èmes rencontres» Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010 Des chiffres clé sur l emploi dans le milieu ordinaire du travail Dans le secteur privé assujetti

Plus en détail

dans le peloton européen

dans le peloton européen 1 résultats européens La Belgique : dans le peloton européen L enquête Mediappro, menée parallèlement dans neuf pays européens (Belgique, Danemark, Estonie, France, Grèce, Italie, Pologne, Portugal et

Plus en détail

L expertise ergothérapique photographie du quotidien

L expertise ergothérapique photographie du quotidien L expertise ergothérapique photographie du quotidien Florence Collard Ergothérapeute D.I.U. Victimologie - Lyon D.I.U. Expertise Judiciaire - Nancy D.I.U. Psychopathologie et affections neurologiques -

Plus en détail

Utilisation et usage d Internet

Utilisation et usage d Internet 1 résultats Utilisation et usage d Internet Internet s est imposé Quelque soit leur âge ou leur sexe, près de neuf jeunes sur dix déclarent utiliser Internet. Cette imposante proportion indique indubitablement

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT Chaque handicap est différent. Si la classification des handicaps en grandes familles peut, au premier abord, paraître réductrice, elle a cependant

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE HANDICAP

MIEUX COMPRENDRE LE HANDICAP MIEUX COMPRENDRE LE HANDICAP CONTEXTE Selon la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées «Art. L. 114. - Constitue un

Plus en détail

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE

S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE S ONDAGE SUR LA SCOLARIS ATION E N MILIE U ORDINAIRE DES ENFANTS E N S ITUATION DE HANDICAP EN ELEMENTAIRE ET AU COLLEGE - Sondage de l'institut CSA - - Note des principaux enseignements - N 1001198 Février

Plus en détail

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Diaporama réalisé à partir des résultats du questionnaire passé par 648 lycéens du Lycée Hector Berlioz Définition des nouvelles technologies

Plus en détail

LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP)

LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP) LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP) Colloque sur la prévention des risques professionnels Mardi 9 décembre 2014 LE CADRE REGLEMENTAIRE LE STATUT

Plus en détail

TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI

TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI Novembre 2010 TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI www.mdph77.fr Maison Départementale des Personnes Handicapées de Seine et Marne 16, rue de l Aluminium 77 543 SAVIGNY LE TEMPLE Cedex

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE 2009-2010 de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires

ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE 2009-2010 de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires 1 Fiche technique Le quatrième baromètre et a été réalisé par Calysto

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

EVS ORMATIONS EVS. Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB (35)

EVS ORMATIONS EVS. Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB (35) FORMATION ORMATIONS EVS EVS Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB Des modules de deux jours pour valoriser des compétences et acquérir des connaissances complémentaires Compétences et métiers de l aide

Plus en détail

APEI La Maison du Phare Association de Parents d Enfants Inadaptés

APEI La Maison du Phare Association de Parents d Enfants Inadaptés APEI La Maison du Phare Association de Parents d Enfants Inadaptés PROJET ASSOCIATIF 2015-2020 Le présent projet associatif a été élaboré par le comité de pilotage composé des personnes ci-dessous : -

Plus en détail

Cours Informatique de base INF-B101-2. Alphabétisation

Cours Informatique de base INF-B101-2. Alphabétisation Cours Informatique de base INF-B101-2 Alphabétisation Présentation du cours Informatique de base «La curiosité mène à tout : parfois à écouter aux portes, parfois à découvrir l'amérique.» José Maria Eça

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES]

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES] Type de doc. Politique Section Administration Prochain examen Décembre 2016 [FORMAT AGRANDI DE LA ] 1. Portée La présente politique s applique à tous les services et programmes fournis par le Centre de

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES Aujourd hui, le numérique est partout. Il se retrouve principalement dans les nouvelles technologies, mais également dans l art, les livres, notre

Plus en détail

BVA / Orange / Forum d Avignon. Les Français et la culture numérique

BVA / Orange / Forum d Avignon. Les Français et la culture numérique Octobre 2010 BVA / Orange / Forum d Avignon Les Français et la culture numérique Ce sondage est réalisé par pour et le et sera présenté lors du du 4 au 6 novembre Contact BVA : Céline Bracq Directrice

Plus en détail

Charte d'usage des TIC

Charte d'usage des TIC Schéma Informatique Ministériel Groupe Chartes d usage des TIC Introduction Charte d'usage des TIC Le développement et la diffusion au sein du MINEFI des nouveaux moyens de communication et d information

Plus en détail

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles Les Actions Vie Associative Un programme de rencontres et de soutien pour les familles L Adapei-Aria de Vendée engage son action et ses activités au service de personnes qui de par leur handicap présentent

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour aider votre enfant atteint de TDAH Même si le traitement par VYVANSE peut permettre de gérer les symptômes du TDAH,

Plus en détail

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile Dans un objectif d appropriation des technologies numériques par les travailleurs d ESAT, j ai choisi de réaliser des ateliers d apprivoisement de

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de connaissances, la pratique d habilités ou le développement d

Plus en détail

Préparation au concours d aide-soignant

Préparation au concours d aide-soignant Préparation au concours d aide-soignant Le métier Il contribue à une prise en charge globale des personnes en liaison avec les autres intervenants au sein d une équipe pluridisciplinaire, en milieu hospitalier

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

BOURSE DH International

BOURSE DH International CONCOURS DE BOURSES AU MÉRITE DE L ÉTS Bourse Promotion de choix de carrière / Cycles supérieurs BOURSE DH International OBJECTIF : Encourager financièrement un étudiant aux cycles supérieurs désirant

Plus en détail

Quand vous ne. Pourrez. plus gérer vos affaires, qui le fera?

Quand vous ne. Pourrez. plus gérer vos affaires, qui le fera? Pourrez Quand vous ne plus gérer vos affaires, qui le fera? Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB) est un organisme à but non lucratif. Il a pour but

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

EN GUISE D INTRODUCTION

EN GUISE D INTRODUCTION EN GUISE D INTRODUCTION "Nous sommes ce que le regard des autres fait de nous. Quand le regard des autres nous méprise, nous devenons méprisables. Et quand le regard des autres nous rend merveilleux, eh

Plus en détail

ANNEXE 10 ADAPTATION LORS DES EXAMENS. ANNEXE 10 a) : CHAPITRE 5 DU GUIDE DE LA SANCTION DES ÉTUDES

ANNEXE 10 ADAPTATION LORS DES EXAMENS. ANNEXE 10 a) : CHAPITRE 5 DU GUIDE DE LA SANCTION DES ÉTUDES ANNEXE 10 ADAPTATION LORS DES EXAMENS ANNEXE 10 a) : CHAPITRE 5 DU GUIDE DE LA SANCTION DES ÉTUDES Troubles d apprentissage du langage écrit, CSDM Annexe 10, page 1 Annexe 10, page 2 Troubles d apprentissage

Plus en détail

LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS

LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS 1 Le Concept du handicap Une personne est handicapée quand : souffrant d'une déficience pérenne, et devant affronter un environnement inadapté, elle ne peut satisfaire

Plus en détail

Dr Marie-Anne Dumont

Dr Marie-Anne Dumont Dr Marie-Anne Dumont Bulles d espace «La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine caractérisée par une baisse des fonctions physiques, de la perte du rôle social joué comme

Plus en détail

Observatoire des ressources numériques adaptées

Observatoire des ressources numériques adaptées Observatoire des ressources numériques adaptées INS HEA 58-60 avenue des Landes 92150 Suresnes orna@inshea.fr IDENTIFIANT DE LA FICHE Reconnaissance vocale DATE DE PUBLICATION DE LA FICHE Mars 2015 MOT

Plus en détail

Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente. I. La fidélisation. A. Les enjeux de la fidélisation

Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente. I. La fidélisation. A. Les enjeux de la fidélisation Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente I. La fidélisation A. Les enjeux de la fidélisation B. La mesure de la satisfaction des clients dans les unités commerciales physiques

Plus en détail

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

Etude JAMES. Utilisation des médias électroniques par les jeunes

Etude JAMES. Utilisation des médias électroniques par les jeunes Etude JAMES 2012 Utilisation des médias électroniques par les jeunes Données privées: les jeunes plus prudents Chez les jeunes, le besoin de se présenter dans les principaux réseaux sociaux reste inchangé:

Plus en détail

Signalétique Multisensorielle

Signalétique Multisensorielle sigma systems Signalétique Multisensorielle Accessibilité pour Tous dans les Etablissements Recevant du Public sigma systems signalétique des lieux publics Siège Social : ZA de Kerourvois Nord Ergué-Gabéric

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour INTRODUCTION Je remercie la région Rhône-Alpes pour m avoir permis d effectuer ce stage dans de bonnes conditions, grâce au soutien non négligeable qu a représenté la bourse Explor

Plus en détail

environics research group

environics research group environics research group Sommaire Sondage en ligne sur les perceptions du public concernant le développement de carrière et le milieu de travail Janvier 2011 Préparé pour : Parrainé en partie par : 33,

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sommaire exécutif Préparé pour le ministère du Patrimoine canadien 4 septembre 2012 Date d attribution

Plus en détail

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca 5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 LES TECHNIQUES D INTERVENTION Accepter mes propres émotions, éviter l affrontement, respecter l image du jeune. Ce n est pas toujours évident d intervenir

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI Les ERP «ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC» Le nouveau dispositif réglementaire Première partie CONTEXTE ET POLITIQUES PUBLIQUES Le contexte Le point de départ L accessibilité

Plus en détail

Unité de formation professionnelle du Ceras

Unité de formation professionnelle du Ceras Unité de formation professionnelle du Ceras 15 novembre 2013 : Journée romande de la commission latine d intégration professionnelle (CLIP) Cette présentation, susceptible d être d distribuée e aux personnes

Plus en détail

INFORMATIONS RELATIVES À LA SÉCURITÉ

INFORMATIONS RELATIVES À LA SÉCURITÉ INFORMATIONS RELATIVES À LA SÉCURITÉ Merci de bien vouloir respecter les règles et règlementations lors de l utilisation du téléphone. Cela permettra d éviter les effets indésireux envers vous et envers

Plus en détail

Baromètre du paiement électronique Vague 2

Baromètre du paiement électronique Vague 2 pour Baromètre du paiement électronique Vague 2 Frédéric Micheau Directeur adjoint Département Opinion et Stratégies d entreprise frederic.micheau@ifop.com Janvier 2012 Laurent Houitte Directeur Marketing

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Uniquement disponible sur le site web du CELV: http//www.ecml.at Document de référence 3: ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Objet et méthode: Nous avons voulu comprendre au-delà des réponses au questionnaire

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

6 ème FONCTIONS. Pratiquer une démarche scientifique et technologique. Capacités

6 ème FONCTIONS. Pratiquer une démarche scientifique et technologique. Capacités 6 ème FONCTIONS Les exercices de ce chapitre permettent de travailler des compétences scientifiques du socle commun. Pratiquer une démarche scientifique et technologique Capacités Rechercher, extraire

Plus en détail

Tablette tactile : la nouvelle nounou?

Tablette tactile : la nouvelle nounou? Observatoire Orange - Terrafemina Tablette tactile : la nouvelle nounou? Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 13 ème vague d un baromètre

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Au 1er janvier 2005, les entreprises pourront répondre aux marchés publics sous forme électronique, et les collectivités territoriales

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

le cours des parents les jeunes et les réseaux sociaux

le cours des parents les jeunes et les réseaux sociaux le cours des parents les jeunes et les réseaux sociaux qu est-ce qu un réseau social? définition Un réseau social est un site où l on peut échanger des informations (actualités, photos, vidéos ) avec des

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

Projet d'accessibilité au multimédia.

Projet d'accessibilité au multimédia. L Adapei - les papillons blancs d Ille-et-Vilaine, une association familiale créée en 1961 autour de valeurs communes : Soutenir, rencontrer et accompagner les personnes et leur famille Promouvoir des

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

La téléassistance pour le maintien à domicile :

La téléassistance pour le maintien à domicile : La téléassistance pour le maintien à domicile : Comment dépasser une logique d offre technologique et construire les usages pertinents? Florence Charue-Duboc ; Laure Amar ; Anne-France Kogan ; Nathalie

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale

Plus en détail

Pour de plus amples renseignements sur l un ou l autre des services mentionnés, consultez notre site Web (bell.ca/prepayesansfil).

Pour de plus amples renseignements sur l un ou l autre des services mentionnés, consultez notre site Web (bell.ca/prepayesansfil). Bienvenue au service prépayé de Bell Mobilité Le service prépayé de Bell Mobilité vous permet de parler autant que vous le voulez tout en ayant à l oeil vos frais de téléphonie cellulaire. Le présent guide

Plus en détail

Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3. Alphabétisation

Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3. Alphabétisation Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3 Alphabétisation Présentation du cours Numération «L esprit de l homme a trois clés qui ouvrent tout : le chiffre, la lettre et la note.» Victor Hugo

Plus en détail

Sur la méthodologique et l organisation du travail. Difficultés d ordre méthodologique et d organisation

Sur la méthodologique et l organisation du travail. Difficultés d ordre méthodologique et d organisation PROFILS DES ELEVES Difficultés d ordre méthodologique et d organisation Les élèves commencent les exercices avant d avoir vu la leçon; ils ne savent pas utiliser efficacement les manuels. Ils ne se rendent

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

c[jjedi#bw [d fbwy[ fekh gk[ Y^WYkd LOI jhekl[ iw fbwy[ HANDICAP Contact > Le guide de la loi www.handicap.gouv.fr vril 2006 A

c[jjedi#bw [d fbwy[ fekh gk[ Y^WYkd LOI jhekl[ iw fbwy[ HANDICAP Contact > Le guide de la loi www.handicap.gouv.fr vril 2006 A > Le guide de la loi > Sommaire La loi du 11 février 2005 - les grandes avancées 3 Le droit à compensation - le financement du projet de vie 4 La scolarité - l insertion en milieu ordinaire 6 L emploi

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

Jeunes et argent. Jeunes et argent. CRIOC, mars 2011

Jeunes et argent. Jeunes et argent. CRIOC, mars 2011 Jeunes et argent Jeunes et argent CRIOC, mars 2011 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. L enfant et l argent 4. Argent de poche (montant, source, utilisation) 5. Job d étudiant (périodes, utilisation

Plus en détail

TIC et conditions de travail dans la fonction publique. Salima Benhamou Département Travail et emploi

TIC et conditions de travail dans la fonction publique. Salima Benhamou Département Travail et emploi TIC et conditions de travail dans la fonction publique. Salima Benhamou Département Travail et emploi www.strategie.gouv.fr 7 février 2014, Direction Générale de l administration et de la Fonction Publique.

Plus en détail

GUIDE DU PARRAIN. Promotion Concepteur Développeur Informatique

GUIDE DU PARRAIN. Promotion Concepteur Développeur Informatique GUIDE DU PARRAIN Promotion Concepteur Développeur Informatique 32, avenue de la République - BP 210-12102 MILLAU CEDEX Tél. 05.65.61.44.00 - Fax 05.65.61.44.99 - E-mail : info@2isa.com Editorial Je tiens

Plus en détail

Agir et s exprimer avec son corps

Agir et s exprimer avec son corps Agir et s exprimer avec son corps LES JEUX COLLECTIFS À L ÉCOLE MATERNELLE Mercredi 10 décembre 2014 ANDREU Sophie, CPC 9 ème BOTHUA Alexandre, CPC 10 ème BREYTON Maryline, CPC 9 ème Déroulé de la formation

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

Les technologies mobiles en classe : Encadrer leur utilisation pour soutenir l apprentissage des étudiants

Les technologies mobiles en classe : Encadrer leur utilisation pour soutenir l apprentissage des étudiants 2013-A0033-1061 e -050 Les technologies mobiles en classe : Encadrer leur utilisation pour soutenir l apprentissage des étudiants Conseil des études de premier cycle Rapport déposé à la Commission des

Plus en détail

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Cécile BAZIN - Jacques MALET Centre d étude et de recherche sur la Philanthropie Objectifs de l enquête L enquête s adresse exclusivement aux personnes

Plus en détail

Carnet de stage. en vue de l obtention du certificat de culture générale. Domaine socio-éducatif. Nom :... Prénom :... Classe : 3...

Carnet de stage. en vue de l obtention du certificat de culture générale. Domaine socio-éducatif. Nom :... Prénom :... Classe : 3... Ecole de culture générale Fribourg ECGF Fachmittelschule Freiburg FMSF Avenue du Moléson 17, 1700 Fribourg T +41 26 305 65 65, F +41 26 305 65 70 www.ecgffr.ch Carnet de stage en vue de l obtention du

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Septième partie. Les cartes pour personnes handicapées

Septième partie. Les cartes pour personnes handicapées Septième partie Les cartes pour personnes handicapées 151 CHAPITRE 1 LA CARTE D INVALIDITÉ La carte d invalidité est délivrée à toute personne dont le taux d incapacité permanente est au moins de 80% ou

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Dossier de candidature - Certification de personnes Opérateurs en diagnostic immobilier Procédure de

Dossier de candidature - Certification de personnes Opérateurs en diagnostic immobilier Procédure de DC- SMQ- 010 03/03/2013 V3 Page 1 sur 10 Dossier de candidature à retourner signé et accompagné des pièces demandées. Merci d en parapher chaque page. Joindre votre photo LE CANDIDAT : (Veuillez renseigner

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

ELABORER UN PROJET D ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF

ELABORER UN PROJET D ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF ELABORER UN PROJET D ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF 1 ELABORER UN PROJET D ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF I. Elaborer le projet SOMMAIRE - L accompagnement éducatif - principes généraux - les volets du projet - Identifier

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail