EN SITUATION DE HANDICAP : POSSIBILITES ET LIMITES DU TELEPHONE PORTABLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EN SITUATION DE HANDICAP : POSSIBILITES ET LIMITES DU TELEPHONE PORTABLE"

Transcription

1 EN SITUATION DE HANDICAP : POSSIBILITES ET LIMITES DU TELEPHONE PORTABLE La mondialisation des Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication touche toutes les générations par leur prégnance sur notre environnement et leur constante présence dans notre quotidien. Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication ont provoqué une véritable révolution dans la société contemporaine. Aussi, fidèle à ses objectifs, l école des parents et des éducateurs de la Martinique ne pouvait faire l économie d ouvrir le vaste chantier de la réflexion sur la «génération portable liens intergénérationnels». La diversité des thèmes qui ont été et seront développés sont autant de réponses apportées au questionnement provoqué par le téléphone portable, techno-objet le plus populaire des outils communicationnels. Dans le cadre de ce séminaire, il nous est apparu opportun d orienter notre réflexion sur le rapport de la personne handicapée mentale à ce monde fortement technicisé. Les technologies modernes créent une culture nouvelle donc de nouveaux comportements. Ils redéfinissent le fonctionnement des familles, intègrent les foyers. Notre démarche revêt un caractère éducatif, mais aussi, elle participe à la reconnaissance et la promotion de la personne déficiente. Rappelons qu en 2005, a été promulguée la loi pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Acteurs de la vie sociale, ces personnes sont usagers du téléphone portable. Mais du fait de leur handicap quelles possibilités leur offre le cellulaire et quelles limites leur impose t-il pour que la personne en situation de handicap mental puisse tisser des liens sociaux facteurs d intégration incluant les rapports intergénérationnels. Nous tenterons d approcher cette problématique, dans un premier temps, par un rappel sur le handicap mental puis en présentant l enquête, base de notre contribution, conduite auprès d environ 60 Travailleurs Handicapés, dans 4 ESAT et 1 Atelier protégé de l ADAPEI, et 1 ESAT de l AAPH. Nous analyserons en seconde partie : - Les conditions d acquisition du portable - Les modes d utilisation - Le portable comme outil de socialisation. Puis, nous considèrerons en troisième partie, les interactions qui favorisent la participation des personnes handicapées au maillage qui crée les liens intergénérationnels. 1

2 PREMIERE PARTIE 1) CONNAISSANCE DU HANDICAP MENTAL Constitue un handicap au sens de la loi de février 2005 : «toute limitation d activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d une altération substantielle, durable ou définitive d une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d un polyhandicap ou d un trouble de santé invalidant» Le handicap mental est la conséquence sociale d une déficience intellectuelle. Cette déficience est mesurée par une incapacité qui entraîne un désavantage dans les activités de la vie quotidienne par rapport à l accomplissement d un rôle social normal. Une personne porteuse d une déficience intellectuelle éprouve des difficultés à effectuer les actes principaux de la vie quotidienne, dans sa vie familiale, scolaire et professionnelle. La personne handicapée mentale éprouve des difficultés plus ou moins importantes de réflexion, de conceptualisation, de communication et de décision qui doivent être compensées par un accompagnement humain. La déficience intellectuelle peut entraîner selon les personnes des difficultés de : - mémorisation des informations orales et sonores - attention et mobilisation d énergie - appréciation de l importance relative des informations à disposition - évaluation (notion de temps d espace) - communication et vocabulaire (lecture et écriture) - appréciation de la valeur de l argent - maîtrise de la lecture et de l écriture Il faut considérer le déficient mental comme une personne à part entière. Il éprouve comme tout être humain, les mêmes besoins, dispose des mêmes droits et est soumis aux devoirs. La personne atteinte d une déficience mentale est singulière puisque confrontée à plus de difficultés que les autres. La valorisation du rôle social de la Personne Handicapée Mentale doit se situer à la base de l action d intégration. Elle comporte 2 aspects : - le développement des capacités et des habiletés personnelles - l utilisation de techniques d apprentissage et d équipements appropriés. Cela signifie que la Personne Handicapée Mentale a des activités, des rôles, des possibilités identiques à ceux qui sont reconnus aux personnes non handicapées. La démarche d intégration sociale a pour fondement : - la territorialité, par le partage des lieux de vie avec tous et par tous. 2

3 - la prestation de service adaptée permettant l utilisation de services d équipement collectif mis à disposition de tous selon les mêmes modalités. 2) RESULTAT DE L ENQUETE Notre échantillon de 60 travailleurs handicapés se composait de 60 % de femmes et 40 % d hommes âgés entre 21 et 53 ans. En moyenne 95 % des TH sont en possession d un téléphone portable 18 % étaient en possession de leur 1 er portable. 82 % entre leur 2 ème et 4 ème portable. 1 Travailleur Handicap en était à son 17 ème. La date d acquisition : peu d entre eux la connaissent. CONDITIONS D ACQUISITION Cadeau 21 % Achat 79 % Abonnement 62 % Carte 38 % Durée en moyenne 2 H Opérateur Orange Only Digicel Bouyghes ne sait pas 64 % 17 % 14 % 3 % 3 % achat des mains d un tiers : 2 % Coût de la carte : entre 15 et 25 Coût du portable : entre 9 et 40 portable. 50 % des TH ne savent pas le prix de leur 1 acquisition à 200 et 1 à 400. UTILISATION Connaissan ce de son n 41 % Appeler et répondre 100 % Répertoire 80 % Messagerie 70 % SMS 10% Enregistre ment du N 22 % Jeux 90 % Réglage 15 % Autres 10 % Autres : photo, wap, bluetooth, MP3 Changement fond d écran : 23 % 3

4 Changement Musique : 10 % Photo : 6 % Téléchargement image, photo, musique : 5 % AUTRES EQUIPEMENTS Téléphone fixe Micro-ordinateur Internet Autres 40 % 22 % 12 % 10 % Ils appartiennent le plus souvent à un membre de la famille. Autres : webcame, appareil photo numérique. DEUXIEME PARTIE Possibilités et Limites du téléphone portable C est une analyse syntaxique et sémantique de la compétence sociale du Travailleur Handicapé dans son rapport avec l outil communicationnel qu est le portable, qui va être présentée. La lecture des conditions d acquisition et d utilisation du portable nous renseignera sur les possibilités et les limites qu il offre à la personne handicapée mentale. Ainsi, la démarche intellectuelle que met en œuvre la personne déficiente pour acquérir une maîtrise, ne serait-ce que partielle, du cellulaire afin de l adapter à ses besoins, sera observée; comme la perception du sens qui habite cette pratique sociale qu elle cherche à acquérir POLYSEMIE DES CONDITIONS D ACQUISITION A la question essentielle du pourquoi ce désir de posséder un téléphone portable, plusieurs raisons ont été évoquées. Car, peu de Travailleurs Handicapés sont en possession de leur premier portable. L une des raisons fondamentales qui justifie cette acquisition pour la plupart de ces travailleurs, est de pouvoir être joints par l ESAT tous moments, tant en dehors des heures de travail que sur les différents chantiers. Il est important de rappeler que la notion d intégration de l adulte handicapé par le travail a apparu dans les années Ce souci de disponibilité nous prouve que ces personnes handicapées ont 4

5 intégré la valeur que représente le travail. Conscients du fait, qu il participe à leur socialisation en développant un sentiment d appartenance à un groupe qui lui confère une vie sociale, même dans un cadre protégé. Aujourd hui, valeur bousculée par le contexte économique et social, le travail en tant que facteur d intégration, doit être re-questionné. L autre raison est motivée par un souci de sécurité. Nombreux sont les Travailleurs Handicapés qui ont évoqué leur difficulté de transport quand le taxi, en fin de journée, «est râté». Grâce au portable, ils ont la possibilité d appeler un parent pour les récupérer. Car, ils tiennent aussi à rassurer la famille. La notion d urgence est pour eux une raison importante justifiant l acquisition du portable. Il leur donne la possibilité d être joints rapidement par leurs enfants ou tout autre membre de la famille, en cas d urgence. Certains ayant des proches atteints de lourds des problèmes de santé. Puis, pour certains le portable leur offre le plaisir de «discuter» avec les amis. Pour d autres, c est un moyen qui leur permet d éviter d utiliser le téléphone des parents. Et enfin, pour faire comme tout le monde! le Travailleur handicapé est branché! Nous constatons donc que la Personne déficiente a intégré la société connexionniste non par mimétisme mais pour des raisons organisationnelles, nécessitant l intervention de l intelligence cognitive et conative Pour eux, le portable est avant tout un objet utilitaire. Outre les raisons justifiant le désir d acquisition du cellulaire, les conditions sont toutes aussi importantes puisqu elles donnent du sens à l objet selon qu il s agit d un cadeau ou du résultat d une démarche personnelle. a) Le cadeau : Nous avons relevé que peu de TH ont reçu leur cellulaire en cadeau. Ce geste peut être symbolique puisque lié à l occasion à laquelle il a été offert. Ainsi, un l a été pour la Saint-Valentin, l autre à Noël, les autres l ont reçu sans occasion précise. Dans tous les cas, l exigence du donneur quant à la demande de réponse à ses appels a été exprimée créant ainsi une étroite dépendance du receveur. Nous sommes en présence de la dialectique du don et du contre don. Dans les autres cas, nous avons noté que ces personnes était atteintes d une déficience mentale sérieuse et que les familles virtuellement réactualisaient ainsi la cellule familiale, d après A. H. Caron et L. Caronia (1). La démarche dans ce cas est sécuritaire. 5

6 b) L achat : La plupart des Travailleurs Handicapés ont fait l acquisition du portable avec leur salaire. C est l occasion d affirmer l autonomie financière dont on dispose. Pour l achat du portable, souvent ils étaient accompagnés par un membre de la famille ou quelquefois un ami. Le choix est fait en fonction du coût en priorité, du design, des fonctions qui leur paraissent essentielles ( messagerie, répertoire et accessoirement les jeux) et pour les rares high-tech un portable de haut niveau technologique. Cette démarche fait appel à divers concepts tels que le raisonnement, la capacité d abstraction et d exécution d opérations mentales. Ils permettront aux Travailleurs Handicapés de prolonger leur choix au travers d éléments indispensables pour le fonctionnement du portable à savoir : l abonnement ou la carte, la durée et l opérateur. Nous pouvons constater que l opérateur ayant le plus de succès auprès des TH est «orange». L abonnement est la formule retenue par 62 % d entre eux pour une moyenne de 2 heures. Le prélèvement est fait sur leur compte personnel. Pour ceux qui utilisent la carte, sa durée de vie peut-être de 2 jours pour une minorité d entre eux, certains se contentent alors de recevoir des appels et ne rechargent pas le portable. D autres dépensent un petit pactole puisqu ils achètent une recharge sitôt toutes leur unités consommées. La majorité demande de l aide pour recharger leur portable à partir de la carte.. Moins de 50 % des Travailleurs Handicapés affirment que la durée choisie leur suffit pour le mois. Ils savent qu ils n ont plus d unités quand ils ne peuvent plus appeler. Pour les autres, La durée prévue par l abonnement est souvent complété par une carte. La gestion du temps de communication et de la représentation de la durée du forfait restent difficiles. Ce qui confirme les limites qu impose la déficience dans le rapport espace-temps, pour la personne handicapée. Ces limites se renforcent d autant plus que par la nouvelle technologie, de nouveaux et une multitude de repères s imposent à tous. En effet, la vitesse de connexion abolit l espace et le temps. Le rapport communicationnel s instaure dans l instantanéité. Il est déspatialisé puisque réduit au cellulaire. Le monde réel et le virtuel se côtoient, s imbriquent, pouvoir les différencier est un «exercice» fondamental pour la structuration de la personne et sa capacité à se situer par rapport au monde. Sur ce point, le téléphone portable ne peut être un outil favorisant la structuration de la personne atteinte d une déficience mentale. 6

7 2.2) L UTILISATION DU PORTABLE : DES PRATIQUES DE COMMUNICATION NOUVELLES L usage du portable met en exergue les difficultés mais aussi et les performances de la Personne Handicapée mentale. Comme tout un chacun, elle a la capacité de refuser, négocier, reformuler, adapter puis s approprier toutes situations nouvelles. Comme chacun d entre nous, elle est confrontée à des limites et, du fait de son handicap, elles sont encore plus importantes. Il faut souligner que l utilisation du portable s appuie essentiellement sur de nombreuses fonctions, Ils les connaissent mais nombreux sont les Travailleurs Handicapés qui ont du mal à les utiliser. Les fonctions qu ils privilégient se limitent à 3 : Appeler/répondre, la messagerie et le répertoire. Souvent l apprentissage se fait dans la famille. Tout nouveau portable nécessite un nouvel apprentissage afin de prendre de nouveaux repères. a) Appeler/répondre : Une performance sociale Appeler et répondre au téléphone portable est considéré par les sociologues comme une performance sociale. Une performance que toutes les personnes auditionnées réalisent. Cette fonction répond au premier de leur besoin. Nous avons constaté que plus de la moitié des Travailleurs ne connaissaient pas leur propre numéro. Pour pallier cette difficulté, ils le notent ou souvent le font noter dans le répertoire du téléphone, sur un carnet ou un morceau de papier puisqu ayant du mal à le mémoriser. Quelques-uns ont pu l énoncer de mémoire chiffre après chiffre avec beaucoup de difficulté et plusieurs fois avant qu il ne soit correcte ou encore ils ont voulu l écrire. L acte le plus facile est de «répondre», ils n ont qu à appuyer sur la touche. Le rappel d un numéro reste difficile. Ainsi, les limites que leur impose une utilisation en toute autonomie cette fonction, sont liées aux difficultés de mémorisation des TH, acte qui nécessite une attention et une mobilisation d énergie qu ils ne peuvent fournir du fait de leur handicap. Nous pensons que cette difficulté est accrue par la multiplicité des dispositifs d identification que présente le portable. En effet, entre le numéro personnel, le mot de passe, souvent ils ont conservé celui qui a été donné à l achat et à tous 000, le code PIN, les codes d accès à la messagerie, au rechargement ils s y perdent. Or, l identité est liée à une situation et à une représentation de soi au monde. Leur démultiplication ne peut être que perturbante et accentuer les difficultés que rencontre la personne handicapée à se repérer. A cette difficulté s ajoute celles du tri, du classement incessant. b) Le répertoire : une aide à la mémorisation Ils sont nombreux à savoir utiliser le répertoire si non y inscrire les numéros. cette fonction est très importante pour les personnes auditionnées, elle leur permet de communiquer leur propre numéro qui y est inscrit et de repérer celui de leurs correspondants. 7

8 c) La messagerie : gestion d une communication différée La messagerie est utilisée par 70 % des Travailleurs Handicapés et pas systématiquement. C est une fonction qu ils jugent utile mais non indispensable. Leurs difficultés à apprécier l importance relative aux informations ne les incitent guère à son utilisation. d) Le SMS : une fonction qua-inaccessible C est la fonction la moins utilisée (10 %). Elle fait appel à la lecture et à l écriture un des apprentissages les plus difficiles pour la personne atteinte d une déficience mentale. Les mieux alphabétisés exercent cette compétence largement utilisée par le public jeune surtout. Néanmoins, nous constatons qu ils sont tous dans l impossibilité de s adapter au langage codé du SMS qui est consonanique, truffé d abréviations et de néologismes. Leur repère reste le code orthographique traditionnel. e) Enregistrement, réglage et jeux : Une approche ludique Ils ne jugent pas cette fonction importante. 22 % savent enregistrer les numéros et utiliser la fonction réglage. Presque tous pratiquent les jeux, attirés par cet aspect ludique du portable. f) les fonctions «gadget» Photo, wap, bluetooth, MP3 sont considérés comme des gadgets. Seuls 5 % utilisent l une de ses fonctions dont la plus prisée et accessible reste la photo. Un petit nombre grâce au wap téléchargent la musique pour leur portable, changent le fond d écran qu ils remplacent par une photo. Un seul utilise avec compétence le bluetooth et la MP3. 3.2) AUTRES EQUIPEMENTS Plus onéreux et moins mobiles, il nous a semblé intéressant de savoir si ces personnes limitées par la déficience, utilisaient équipements acquis par la famille. Notons l absence d intérêt pour les autres formes de communication. Elle est due aux difficultés d adaptation à un monde communicationnel trop rapide pour la personne en difficulté mentale. Néanmoins, elle tient à y participer, refuse d être en marge pour cela, cherche à développer sa capacité à faire un choix adapté à ses besoins. a) Le téléphone fixe 60 % des familles en possèdent. Souvent, le Travailleur Handicapé connaît le numéro mieux que celui de son propre portable. Comme dans d autres foyers, le portable a remplacé le fixe et tous les membres de la famille en possède un. b) Le micro-ordinateur Moins d un quart des familles en possèdent. 8

9 c) Internet 1/5 des familles disposent d internet que très peu d adultes handicapés l utilisent. Seuls 3 font la liaison portable-micro ordinateur. 3.3) LE TELEPHONE PORTABLE : OUTIL DE SOCIALISATION L un des éléments qui nous a permis d appréhender le degré de socialisation des Travailleurs Handicapés a été fondé, entre autres, sur leur vécu des interdits. Or, le mobile est objet d interdit. Ainsi, l interdiction d utiliser le portable dans certains espaces publics : cabinet médical, station essence, hôpitaux Très rapidement, les Travailleurs Handicapés ont fait le lien avec l interdiction de fumer. 90 % d entre eux, comprennent la nécessité de cet interdit ( risque de dérèglement des appareils, gêne imposée aux autres ) et 80 % la respectent. Les autres tiennent malgré tout à être accessibles à tout moment, dans ce cas, certains mettent leur portable sur vibreur. Avoir la capacité de comprendre puis d intégrer les interdits témoigne de l aptitude que l on possède à gérer ses frustrations et à respecter les règles sociales. Pour conclure Nous avons souhaité mesurer l impact du téléphone portable en tant qu outil communicationnel privilégié du grand public, sur les personnes déficientes intellectuelles à travers les travailleurs handicapés des structures protégés. Ainsi, nous avons pu noter que les éléments qui caractérisent le handicap intellectuel affectent la pratique et les rapports communicationnels. Déjà, le choix du portable avec la participation d un tiers, pour la plupart, montre bien les difficultés qu éprouve la personne en situation de handicap mental à prendre une décision après réflexion puis analyse d une situation. La mémorisation des informations et leur traduction sur un techno-objet fait appel à une attention trop labile dans leur cas. Leur faible capacité à gérer est un obstacle pour une évaluation du temps, de l espace donc de la durée d un acte posé. Le salaire étant contrôlé par la famille les dérapages sont limités bien que cet aspect de la vie quotidienne soit mieux maîtrisé pour bon nombre d entre eux. La faible maîtrise des connaissances scolaires de base gêne l accès à certaines fonctions offertes par le portable. 9

10 Fort heureusement, ces limites peuvent être compensées par les atouts qu offrent le cellulaire à la personne handicapée. Ce techno-objet alimente son désir de participer au monde en s appropriant lui aussi l outil communicationnel le plus répandu. Elle trouve les ressources pour le concrétiser. Nous serions tentés de dire que toute personne atteinte d un handicap mental et ayant la capacité de participer à la construction sociétale, crée aussi des liens avec son entourage. Le premier maillage se tisse dans la famille autour du membre fragilisé par les différentes formes d aide mise en place. Les composantes de la cellule familiale sont diverses : par l âge, le positionnement, l activité sociale et professionnelle, le degré de connaissance, l expérience. A ce lieu de transmission privilégié, viennent s ajouter d autres sphères : l école, la rue, le voisinage Et là encore, toutes les générations se côtoient, sans exclusive. On reçoit, on transmet par tous les moyens communicationnels dont on dispose, dont et surtout par le téléphone portable. Grâce au portable, la personne déficiente développe son réseau social. Pour le maintenir il adapte à ses compétences les fonctions qui lui sont utiles. Le portable accroît l autonomie de la personne en difficulté et préserve une forme d intimité en posant des balises rassurantes puisqu elle peut joindre et être jointe en tout temps, en tout lieu mais dans ce cas si elle le souhaite. Le portable accroît la compétence gestuelle, mentale pour intégrer les techniques pouvant améliorer le service rendu et attendu. Le désir d être branché nous booste tous! Ainsi, le cellulaire s il met en exergue la problématique du handicap mental à travers ses limites, il est aussi source de stimulation donc de progrès et fait montre de la volonté des personnes en situation de handicap mental en particulier de participer intensément à la vie. 10

OBSERVATOIRE. en partenariat avec l ADAPT

OBSERVATOIRE. en partenariat avec l ADAPT OBSERVATOIRE prospectif des métiers et des qualifications de la branche de la fabrication et du commerce des produits à usage PHARMACEUTIQUE, PARAPHARMACEUTIQUE et VÉTÉRINAIRE en partenariat avec l ADAPT

Plus en détail

Information: 06.49.16.50.76

Information: 06.49.16.50.76 - LEVALLOIS PERRET - Information: 06.49.16.50.76 Ecole Bilingue Montessori Prunelle School est une école Maternelle et Primaire privée hors contrat, en lien avec l Association Montessori, et sous le contrôle

Plus en détail

Organiser une réunion accessible à tous

Organiser une réunion accessible à tous Organiser une réunion accessible à tous L accessibilité, condition indispensable à la possibilité pour les personnes en situation de handicap de se déplacer, d accéder et de participer aux activités sociales,

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE Document à destination des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE 1 Fiche pratique «Handicap»

Plus en détail

Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité

Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité p. 76-89 Définition des handicaps «Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d activité ou restriction de participation à

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

dans le peloton européen

dans le peloton européen 1 résultats européens La Belgique : dans le peloton européen L enquête Mediappro, menée parallèlement dans neuf pays européens (Belgique, Danemark, Estonie, France, Grèce, Italie, Pologne, Portugal et

Plus en détail

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE Les services à la personne désignent les activités destinées à répondre aux besoins des particuliers dans leur vie quotidienne. On distingue 3 domaines de services

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUETE «PRISON/HANDICAP»

RESULTATS DE L ENQUETE «PRISON/HANDICAP» http://banpublic.org Ban Public (adresse postale) 22,Rue Breguet 75011 Paris http://www.apf.asso.fr APF Association des Paralysés de France 17, Bd Auguste Blanqui 75013 Paris RESULTATS DE L ENQUETE «PRISON/HANDICAP»

Plus en détail

Réunion C.T.B. CNRS. Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010

Réunion C.T.B. CNRS. Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010 Réunion C.T.B. CNRS «Les 10èmes rencontres» Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010 Des chiffres clé sur l emploi dans le milieu ordinaire du travail Dans le secteur privé assujetti

Plus en détail

questions/réponses sur les DYS

questions/réponses sur les DYS D Y S L E X I E, D Y S P H A S I E, D Y S P R A X I E, Les DYS, un handicap émergeant? La Dysphasie trouble du langage oral? La Dyspraxie, trouble de la coordination du geste? La Dyslexie, trouble du langage

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Moyenne 1 er et 2d degré des élèves équipés (données nationales) Troubles de la fonction visuelle

Moyenne 1 er et 2d degré des élèves équipés (données nationales) Troubles de la fonction visuelle 28 juin 2012 Affaire suivie par : Anne MALLURET IEN Lyon ASH 3 Hélène TERRAT CPC Lyon ASH 3 Analyse qualitative du MPA attribué pour l année scolaire 2011-2012 Cette analyse s appuie sur les résultats

Plus en détail

APEI La Maison du Phare Association de Parents d Enfants Inadaptés

APEI La Maison du Phare Association de Parents d Enfants Inadaptés APEI La Maison du Phare Association de Parents d Enfants Inadaptés PROJET ASSOCIATIF 2015-2020 Le présent projet associatif a été élaboré par le comité de pilotage composé des personnes ci-dessous : -

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE HANDICAP

MIEUX COMPRENDRE LE HANDICAP MIEUX COMPRENDRE LE HANDICAP CONTEXTE Selon la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées «Art. L. 114. - Constitue un

Plus en détail

Évaluation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Évaluation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Évaluation évaluation de la situation et des besoins de la personne est au cœur du droit à compensation. Pluridisciplinaire et multidimensionnelle, elle envisage tous

Plus en détail

MDPH 48 avenue de la République BP 20351 68006 COLMAR CEDEX 03 89 60 68 10 03 89 21 93 49 mdph@cg68.fr

MDPH 48 avenue de la République BP 20351 68006 COLMAR CEDEX 03 89 60 68 10 03 89 21 93 49 mdph@cg68.fr LA PROCEDURE D ATTRIBUTION D UN AUXILIAIRE DE VIE SCOLAIRE INDIVIDUEL DANS LE HAUT-RHIN MDPH 48 avenue de la République BP 20351 68006 COLMAR CEDEX 03 89 60 68 10 03 89 21 93 49 mdph@cg68.fr PROCÉDURE

Plus en détail

Les aides du FIPHFP en matière d accessibilité des locaux professionnels aux travailleurs handicapés

Les aides du FIPHFP en matière d accessibilité des locaux professionnels aux travailleurs handicapés Centre Départemental de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Haute-Corse Pôle santé et sécurité au travail Les aides du FIPHFP en matière d accessibilité des locaux professionnels aux travailleurs

Plus en détail

ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE 2009-2010 de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires

ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE 2009-2010 de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires 1 Fiche technique Le quatrième baromètre et a été réalisé par Calysto

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT Chaque handicap est différent. Si la classification des handicaps en grandes familles peut, au premier abord, paraître réductrice, elle a cependant

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

Utilisation et usage d Internet

Utilisation et usage d Internet 1 résultats Utilisation et usage d Internet Internet s est imposé Quelque soit leur âge ou leur sexe, près de neuf jeunes sur dix déclarent utiliser Internet. Cette imposante proportion indique indubitablement

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

Aide et aidants des adultes, en ménage ordinaire, ayant une reconnaissance administrative de leur handicap

Aide et aidants des adultes, en ménage ordinaire, ayant une reconnaissance administrative de leur handicap Aide et aidants des adultes, en ménage ordinaire, ayant une reconnaissance administrative de leur handicap Nathalie Dutheil Dress, ministère de l emploi et de la solidarité Les caractéristiques socio-démographiques

Plus en détail

Changer de regard sur le handicap

Changer de regard sur le handicap Changer de regard sur le handicap Mots clés : représentations, partage, rencontre Afin de promouvoir les actions réalisées «en et hors les murs» par les institutions médico-sociales prenant en charge des

Plus en détail

L expertise ergothérapique photographie du quotidien

L expertise ergothérapique photographie du quotidien L expertise ergothérapique photographie du quotidien Florence Collard Ergothérapeute D.I.U. Victimologie - Lyon D.I.U. Expertise Judiciaire - Nancy D.I.U. Psychopathologie et affections neurologiques -

Plus en détail

EVS ORMATIONS EVS. Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB (35)

EVS ORMATIONS EVS. Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB (35) FORMATION ORMATIONS EVS EVS Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB Des modules de deux jours pour valoriser des compétences et acquérir des connaissances complémentaires Compétences et métiers de l aide

Plus en détail

Le développement du langage oral chez l enfant

Le développement du langage oral chez l enfant Le développement du langage oral chez l enfant Par Alessandra Biner, Anne Dauvin, Isabelle Pulfer, Logopédistes Cette conférence a été donnée dans le cadre de soirées de parents du secteur de la petite

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Service d accompagnement à la vie sociale

CAHIER DES CHARGES Service d accompagnement à la vie sociale CAHIER DES CHARGES Service d accompagnement à la vie sociale 20 février 2013 1 Février 2013 SOMMAIRE I. CONTEXTE 3 II. EXIGENCES REQUISES AFIN D ASSURER LA QUALITÉ DE L ACCOMPAGNEMENT 3 1) Population accompagnée

Plus en détail

2011 MasterIndex. sur les femmes et la technologie

2011 MasterIndex. sur les femmes et la technologie 2011 MasterIndex MC sur les femmes et la technologie État de la situation MasterCard: Au premier plan de l évolution de la technologie mobile Du paiement sans contact aux paiements mobiles, MasterCard

Plus en détail

Le Parrainage à la Croisée des Chemins Lundi 30 janvier 2012

Le Parrainage à la Croisée des Chemins Lundi 30 janvier 2012 Le Parrainage à la Croisée des Chemins Lundi 30 janvier 2012 Unapp - Apei de Lens et environs (www.apei-lens.org) L Apei de Lens et environs «Le Parrainage est une aventure humaine et une expérience unique»

Plus en détail

Stage Mathématiques au cycle 1 Bourgoin Mardi 7 février 2012. Evelyne Touchard - CPC Grenoble 4

Stage Mathématiques au cycle 1 Bourgoin Mardi 7 février 2012. Evelyne Touchard - CPC Grenoble 4 Stage Mathématiques au cycle 1 Bourgoin Mardi 7 février 2012 Objectifs - Proposer une réflexion sur l utilisation des coins en maternelle : quels coins? Pour faire quoi? - Identifier les coins permettant

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

Balises pour le choix d une tablette

Balises pour le choix d une tablette Balises pour le choix d une tablette Petit guide issu de nos tests et expériences sur les différents modèles de tablettes dans le cadre du handicap. N hésitez pas à approfondir le sujet sur le site http://lestactiles.be

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

Rapport de diagnostic accessibilité

Rapport de diagnostic accessibilité Crysalide Bureau : 202 Quai de Clichy 92 110 Clichy Tél : 01 47 30 77 77 Fax : 01 42 54 10 43 www.crysalide.fr CABINET 010 78 URPS N de dossier : 010 Nom du bâtiment : CABINET 010 Adresse du bâtiment :

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

INSTITUT POUR L'ÉDUCATION FINANCIÈRE DU PUBLIC. Étude sur l'argent et les problématiques financières auprès des jeunes 15-20 ans

INSTITUT POUR L'ÉDUCATION FINANCIÈRE DU PUBLIC. Étude sur l'argent et les problématiques financières auprès des jeunes 15-20 ans INSTITUT POUR L'ÉDUCATION FINANCIÈRE DU PUBLIC Étude sur l'argent et les problématiques financières auprès des jeunes 15-20 ans - Présentation du 26 juin 2007 - une étude Données techniques Etude réalisée

Plus en détail

Accessibilité. Mots-clés de l aide à l autonomie

Accessibilité. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Accessibilité L accessibilité désigne «la conception de produits, d équipements, de programmes et de services qui puissent être utilisés par tous, dans la mesure du possible,

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Mémoires & Handicaps

Mémoires & Handicaps Mémoires & Handicaps Philippe Boissière Irit Toulouse (Equipe Diamant) 1 Plan de l exposé Introduction La mémoire Le handicap Compenser le handicap communicationnel Rôle de la mémoire chez une personne

Plus en détail

Jeunes et argent Jeunes et argent CRIOC, décembre 2009 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. L enfant et l argent 4. Argent de poche (montant, source, utilisation) 5. Job d étudiant (périodes, utilisation

Plus en détail

Des stratégies individuelles de compensation à la conception pour tous. Mardi 25 Novembre 2008

Des stratégies individuelles de compensation à la conception pour tous. Mardi 25 Novembre 2008 Des stratégies individuelles de compensation à la conception pour tous Mardi 25 Novembre 2008 Handicap : de quoi parle-t-on? Origine historique liée au domaine sportif : les milieux turfistes Apparition

Plus en détail

Modèle. d accompagnement personnalisé MAP. Évaluation du besoin d accompagnement humain de la personne handicapée mentale

Modèle. d accompagnement personnalisé MAP. Évaluation du besoin d accompagnement humain de la personne handicapée mentale Modèle d accompagnement personnalisé MAP GUIDE PRATIQUE VERSION 3 Évaluation du besoin d accompagnement humain de la personne handicapée mentale Directeur de la publication : Thierry NOUVEL - Responsable

Plus en détail

Mitraillage publicitaire Séance 1

Mitraillage publicitaire Séance 1 Fiche pédagogique Thème : Choix et autonomie Niveau : Ecole (CM 1 et 2), Collège, lycée Durée : 50 Mitraillage publicitaire Séance 1 Personnes ressources : Infirmier scolaire, documentaliste, professeur

Plus en détail

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES]

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES] Type de doc. Politique Section Administration Prochain examen Décembre 2016 [FORMAT AGRANDI DE LA ] 1. Portée La présente politique s applique à tous les services et programmes fournis par le Centre de

Plus en détail

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Diaporama réalisé à partir des résultats du questionnaire passé par 648 lycéens du Lycée Hector Berlioz Définition des nouvelles technologies

Plus en détail

Document test AP-TSA

Document test AP-TSA ACADEMIE D'ORLEANS TOURS Inspection Académique d'indre et Loire Promotion de la Santé en faveur des Elèves Document test AP-TSA AMENAGEMENTS PEDAGOGOGIQUES POUR UN ELEVE PRESENTANT UN TROUBLE SPECIFIQUE

Plus en détail

Sommaire Principales conclusions

Sommaire Principales conclusions Sommaire Principales conclusions À quoi ressemble la vie en ligne des jeunes Canadiens moyens? Tout d'abord, ces enfants et ces adolescents sont très branchés, la plupart d'entre eux ayant l'habitude d'aller

Plus en détail

PROJET FORMATION. Institut de Formation d Aides-Soignants 194 Avenue Rubillard 72037 LE MANS Cedex 9. Année 2013-2014

PROJET FORMATION. Institut de Formation d Aides-Soignants 194 Avenue Rubillard 72037 LE MANS Cedex 9. Année 2013-2014 Institut de Formation d Aides-Soignants 194 Avenue Rubillard 72037 LE MANS Cedex 9 Formation financée par la Région des Pays de La Loire Tél : 02 43 43 28 14 ou poste 32814 Fax : 02 43 43 29 30 - e-mail

Plus en détail

Nous pouvons donc prétendre par expérience que les vacances peuvent être utilisées comme outil social au service de l insertion.

Nous pouvons donc prétendre par expérience que les vacances peuvent être utilisées comme outil social au service de l insertion. Le projet «partir en vacances» est né en janvier 2010 suite à un appel à projet lancé par l association Vacances Ouvertes. Cette réponse nous a permis d accompagner des familles en grande difficulté sociale

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Objectif : Donner du sens aux Enseignements d Exploration en évaluant les compétences, placer les dispositifs d évaluation

Plus en détail

HANDICAP PSYCHIQUE. Le handicap psychique est toujours associé à des soins, ses manifestations sont essentiellement variables avec le temps.

HANDICAP PSYCHIQUE. Le handicap psychique est toujours associé à des soins, ses manifestations sont essentiellement variables avec le temps. LP Jules Ferry La Colline - Montpellier Octobre 2011 Nume ro 1 HANDICAP PSYCHIQUE 1 Principales caracte ristiques 1.1 De finition (OMS) Sous le terme de handicap psychique, on entend les conséquences de

Plus en détail

Un Précepteur pour réconcilier les élèves avec l envie d apprendre PROJET EDUCATIF. Juillet 2015 COURS DU PONT DE PIERRE. Ecole Privée Hors Contrat

Un Précepteur pour réconcilier les élèves avec l envie d apprendre PROJET EDUCATIF. Juillet 2015 COURS DU PONT DE PIERRE. Ecole Privée Hors Contrat Un Précepteur pour réconcilier les élèves avec l envie d apprendre PROJET EDUCATIF Juillet 2015 COURS DU PONT DE PIERRE Ecole Privée Hors Contrat 11, rue de la Comète - 75007 PARIS TEL : 09 52 53 30 12

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Directives pour les professionnels judiciaires qui travaillent avec des prévenus ayant des troubles de l élocution et du langage

Directives pour les professionnels judiciaires qui travaillent avec des prévenus ayant des troubles de l élocution et du langage Directives pour les professionnels judiciaires qui travaillent avec des prévenus ayant des troubles de l élocution et du langage CDAC 131 Barber Greene Road Toronto ON M3C 3Y5 Email: cdac@bell.net Téléphone:

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

Groupe de travail AVS dyslexie - dysphasie

Groupe de travail AVS dyslexie - dysphasie GENERALITES : Groupe de travail AVS dyslexie - dysphasie Nous parlerons des enfants diagnostiqués dysphasiques ou présentant des troubles du langage. Il en est de même pour les enfants dyslexiques.on parle

Plus en détail

Démarche Handicap. Information et sensibilisation des managers

Démarche Handicap. Information et sensibilisation des managers Démarche Handicap Information et sensibilisation des managers Présentation de la Objectifs : Maîtriser la notion de handicap et travailleurs handicapés Informer sur les aspects de recrutement, d intégration,

Plus en détail

Document à destination. des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap.

Document à destination. des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. Document à destination des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. LE HANDICAP AUDITIF 1 Fiche pratique «Handicap» Selon la loi

Plus en détail

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Gard développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Le L accueil du jeune enfant en situation de handicap la Charte www.mon-enfant.fr www.caf.fr Un partenariat essentiel Selon les

Plus en détail

Pour de plus amples renseignements sur l un ou l autre des services mentionnés, consultez notre site Web (bell.ca/prepayesansfil).

Pour de plus amples renseignements sur l un ou l autre des services mentionnés, consultez notre site Web (bell.ca/prepayesansfil). Bienvenue au service prépayé de Bell Mobilité Le service prépayé de Bell Mobilité vous permet de parler autant que vous le voulez tout en ayant à l oeil vos frais de téléphonie cellulaire. Le présent guide

Plus en détail

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile Dans un objectif d appropriation des technologies numériques par les travailleurs d ESAT, j ai choisi de réaliser des ateliers d apprivoisement de

Plus en détail

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES Aujourd hui, le numérique est partout. Il se retrouve principalement dans les nouvelles technologies, mais également dans l art, les livres, notre

Plus en détail

La Chine reste attractive

La Chine reste attractive É t u d e La Chine reste attractive En dépit des difficultés économiques, les multinationales maintiennent et renforcent leur présence en Chine. C est ce qui résulte de la seconde enquête «China Manufacturing

Plus en détail

ÉCOLE SUPERIEURE D ÉDUCATRICES ET D EDUCATEURS DE L ENFANCE (ESEDE- CFPS)

ÉCOLE SUPERIEURE D ÉDUCATRICES ET D EDUCATEURS DE L ENFANCE (ESEDE- CFPS) ÉCOLE SUPERIEURE D ÉDUCATRICES ET D EDUCATEURS DE L ENFANCE (ESEDE- CFPS) ÉPREUVES DE SELECTION INFORMATIONS AUX CANDIDAT- S- ES* *Afin de faciliter la lecture, les termes désignant les personnes s appliquent

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

Attention et concentration

Attention et concentration Attention et concentration Service de soutien à l apprentissage Services-conseils Objectif de l atelier «Attention et concentration» : Connaître les conditions et les stratégies facilitant la mobilisation

Plus en détail

TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI

TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI Novembre 2010 TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI www.mdph77.fr Maison Départementale des Personnes Handicapées de Seine et Marne 16, rue de l Aluminium 77 543 SAVIGNY LE TEMPLE Cedex

Plus en détail

Les projets de piscine 2012-2016

Les projets de piscine 2012-2016 Les projets de piscine 2012-2016 1. Le cadre institutionnel Article L. 112-1 à L. 112-5 du code de l éducation Article L. 122-1-1 du code l éducation Article D 122-1, D 122-2, D 122-3 et article annexe

Plus en détail

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE Par Jean-Paul LANDAIS Mars 2014 1/5 LE BUT DE L ENSEIGNEMENT Le but de l enseignement de la Langue des Signes Française (L.S.F).

Plus en détail

Cours Arithmétique appliquée à la monnaie Mathématique de base 3 MAT-B211-4. Alphabétisation

Cours Arithmétique appliquée à la monnaie Mathématique de base 3 MAT-B211-4. Alphabétisation Cours Arithmétique appliquée à la monnaie Mathématique de base 3 MAT-B211-4 Alphabétisation «Une fortune est mieux protégée dans une tête que dans un sac.» Félix Leclerc Présentation du cours Arithmétique

Plus en détail

DEFINITIONS E.R.P HANDICAP

DEFINITIONS E.R.P HANDICAP DEFINITIONS E.R.P L abréviation E.R.P, établissements recevant du public, défini dans l'article R123-2 du Code de la construction et de l'habitation, nous indique en droit français les lieux privés ou

Plus en détail

LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS

LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS 1 Le Concept du handicap Une personne est handicapée quand : souffrant d'une déficience pérenne, et devant affronter un environnement inadapté, elle ne peut satisfaire

Plus en détail

L interdit & le permis

L interdit & le permis Hichem Kacem Le 07 février 2013 Réseautage social : L interdit & le permis Maîtrise RH ISG-Tunis. Titulaire d un MBA-International Paris www.espacemanger.com (plusieurs articles sur l entreprise) Participation

Plus en détail

LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP)

LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP) LES AIDES DU FONDS POUR L INSERTION DES PERSONNES HANDICAPEES DANS LA FONCTION PUBLIQUE (FIPHFP) Colloque sur la prévention des risques professionnels Mardi 9 décembre 2014 LE CADRE REGLEMENTAIRE LE STATUT

Plus en détail

56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30. Projet de vie

56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30. Projet de vie 56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30 Projet de vie PROJET DE VIE ACCUEIL DE JOUR Lorsqu il apparaît, le syndrome démentiel transforme dramatiquement

Plus en détail

Organiser sa vie professionnelle dès les premiers symptômes

Organiser sa vie professionnelle dès les premiers symptômes Organiser sa vie professionnelle dès les premiers symptômes Dr Estelle Charpy, médecin coordonnateur MDPH Dr Valérie Chipier, médecin du travail, Réseau Rhône-Alpes SEP Mlle Annabelle Bouammari, psychologue

Plus en détail

Adaptations Collège. Adaptations et aménagements possibles (non exhaustif) 1/ DIFFICULTES EN LECTURE

Adaptations Collège. Adaptations et aménagements possibles (non exhaustif) 1/ DIFFICULTES EN LECTURE Adaptations Collège Difficultés repérées Adaptations et aménagements possibles (non exhaustif) 1/ DIFFICULTES EN LECTURE - Lenteur en lecture - Erreurs de lecture - Compréhension difficile du texte lu

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

Le maintien dans l emploi

Le maintien dans l emploi Le maintien dans l emploi Aspects réglementaires Dr JM STERDYNIAK METRANEP - 30 septembre 2008 1 Le champ du sujet Défi majeur pour les services de santé au travail. Code du Travail :? «maintien dans l

Plus en détail

Etude JAMES. Utilisation des médias électroniques par les jeunes

Etude JAMES. Utilisation des médias électroniques par les jeunes Etude JAMES 2012 Utilisation des médias électroniques par les jeunes Données privées: les jeunes plus prudents Chez les jeunes, le besoin de se présenter dans les principaux réseaux sociaux reste inchangé:

Plus en détail

TROUBLES D APPRENTISSAGE ET ÉCOLE

TROUBLES D APPRENTISSAGE ET ÉCOLE TROUBLES D APPRENTISSAGE ET ÉCOLE QUEL DISPOSITIF POUR QUEL ENFANT? OCTOBRE 2014 JEAN DEVRIES IEN ASH 1 PLAN DE L INTERVENTION Service ASH 1 > Qu importe le diagnostic. 2 > Prendre en compte la diversité

Plus en détail

PETITS COURS D ESPAGNOL DES AFFAIRES POUR ÉTRANGERS

PETITS COURS D ESPAGNOL DES AFFAIRES POUR ÉTRANGERS PROPOSITION ACADÉMIQUE PROGRAMMES OUVERTS OU FERMÉS PETITS COURS D ESPAGNOL DES AFFAIRES POUR ÉTRANGERS JUSTIFICATION: Pourquoi améliorer votre niveau d espagnol dans le domaine des affaires? L apprentissage

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

DOSSIER DE PROPOSITION DE NOTATION DU CANDIDAT

DOSSIER DE PROPOSITION DE NOTATION DU CANDIDAT CAP PETITE ENFANCE Arrêté du 22 novembre 2007 CONTROLE EN COURS DE FORMATION DOSSIER DE PROPOSITION DE NOTATION DU CANDIDAT Nom : Prénom : Centre de formation: Adresse : Tél. : Ce dossier comporte les

Plus en détail

Comment organiser efficacement son concours photo

Comment organiser efficacement son concours photo Livre blanc Comment organiser efficacement son concours photo Juillet 2014 www.kontestapp.com Introduction Que vous soyez un Community Manager soucieux de l activité de votre page fan Facebook ou bien

Plus en détail

Quand vous ne. Pourrez. plus gérer vos affaires, qui le fera?

Quand vous ne. Pourrez. plus gérer vos affaires, qui le fera? Pourrez Quand vous ne plus gérer vos affaires, qui le fera? Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB) est un organisme à but non lucratif. Il a pour but

Plus en détail

Les adolescents, leur téléphone portable et l Internet mobile

Les adolescents, leur téléphone portable et l Internet mobile Les adolescents, leur téléphone portable et l Internet mobile Note de synthèse Action Innocence UNAF Auteurs TNS SOFRES Fabienne SIMON Sarah DUHAUTOIS Octobre 2009 S il est souvent commenté compte tenu

Plus en détail

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles Les Actions Vie Associative Un programme de rencontres et de soutien pour les familles L Adapei-Aria de Vendée engage son action et ses activités au service de personnes qui de par leur handicap présentent

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE Version abrégée

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE Version abrégée PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE Version abrégée 2014-2015 École : GARNIER L école et son milieu La municipalité de l Ascension-de-Notre-Seigneur est une municipalité semi-rurale au centre de laquelle

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS INTRODUCTION Elaboré en juin 2010, ce plan d études harmonise l enseignement théâtral au sein de la CEGM. Tout en respectant leurs particularités et leurs

Plus en détail

Réseaux sociaux et Blogs au service de l insertion

Réseaux sociaux et Blogs au service de l insertion Réseaux sociaux et Blogs au service de l insertion Strasbourg, CRAPT-CARRLI Le 15 octobre 2013 Monique Dagnaud CNRS/EHESS Les quatre jeunesses Il y a au moins 4 jeunesses : Filière élite (5%) : hypersélectionnée,

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail