Norme générale pour les eaux potables en bouteilles/conditionnées

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Norme générale pour les eaux potables en bouteilles/conditionnées"

Transcription

1 Projet de norme tunisienne pour homologation PNT (2007) Norme générale pour les eaux potables en bouteilles/conditionnées Indice de classement : ICS : Langue : français Descripteurs : QUALITE * HYGIENE * BOISSON CARBONATEE * BOISSON GAZEIFIEE * PRODUIT ALIMENTAIRE * ALIMENT * EAU POTABLE * EAU MINERALE * EAU * EMBALLAGE * BOUTEILLES * CONDITIONNEMENT * ETIQUETAGE * COMPOSITION Prix basé sur : 10 pages Institut national de la normalisation et de la propriété industrielle - Rue 8451 n 8 par la rue Alain Savary BP 57 Cité El Khadra 1003 Tunis TUNISIE - Tél : Fax : Site web : INNORPI

2 Avant-propos Le présent projet de norme tunisienne PNT (2007) a été adopté par la commission technique de normalisation CT09 «Qualité de l eau», lors de sa réunion tenue le 23 mai Au cas où il serait homologué, le présent projet annule et remplace la norme tunisienne NT (1993), homologuée par l arrêté du ministre de l industrie du 17 juin Sommaire Page Avant-propos... ii 1. Champ d application Description Facteurs essentiels de composition et de qualité Hygiène Conditionnement Etiquetage Méthodes d analyses et d échantillonnage... 7 INNORPI ii

3 1. Champ d application La présente norme s applique à toutes les eaux consommées à des fins de boisson autres que les eaux minérales naturelles définies dans la norme tunisienne NT 09.33, qui sont préemballées /embouteillées et propres à la consommation humaine. 2. Description 2.1 définition des eaux conditionnées Les eaux conditionnées autres que les eaux minérales naturelles sont des eaux destinées à la consommation humaine qui peuvent contenir des sels minéraux, présents à l état naturel ou ajoutés intentionnellement ; elles peuvent également contenir des gaz carboniques présents à l état naturel ou ajoutés intentionnellement mais elles ne doivent pas contenir des sucres, des édulcorants, des aromatisants ou autres aliments eaux de source naturelle Les eaux de source naturelle sont des eaux provenant d une émergence naturelle ou forée, naturellement potables, de minéralisation constante, aptes à la consommation humaine par les traitements autorisés conformément aux alinéas A eaux de table Les eaux de table sont des eaux d origine souterraine, caractérisées par leur minéralisation constante et leur pureté microbiologique, aptes à la consommation humaine par des traitements autorisés conformément aux alinéas B. Ces eaux conditionnées visées par la présente norme présentent les caractéristiques suivantes : a) elles proviennent d une ressource environnementale spécifique sans passer par un système communautaire d alimentation en eau ; b) des précautions ont été prises à l intérieure de périmètres de protection ceinturant les zones de vulnérabilité afin d éviter toute pollution ou influence extérieure sur les caractéristiques microbiologiques, chimiques et physiques de l eau à l origine ; c) des conditions de captage qui garantissent leur pureté microbiologique d origine et les éléments essentiels relatifs à leur composition chimique d origine ; d) sur le plan microbiologique, elles conviennent en permanence à la consommation humaine dés leur captage et elles sont conservées dans cet état par l adoption de mesures particulières d hygiène jusqu'à leur conditionnement et au cours de celui-ci, conformément aux sections 3 et 4 ; e) elles ne sont sujettes à aucune modification ni traitement autres que ceux autorisés aux termes de la section ) définitions complémentaires 2.2.1) Eau de source naturelle non gazeuse Une "eau de source naturelle non gazeuse" est une eau de source qui, à l'état naturel et après conditionnement, ne contient pas de gaz carbonique libre en 1

4 proportion supérieure à la quantité nécessaire pour maintenir dissous les sels hydrogénocarbonatés présents dans l'eau ) Eau de source naturelle gazéifiée Une "eau de source naturelle gazéifiée" est une eau de source rendue gazeuse après conditionnement, par addition de gaz carbonique d'autre provenance ) Eau de table non gazeuse Une "eau de table non gazeuse" est une eau de table qui, à l'état naturel et après conditionnement, ne contient pas de gaz carbonique libre en proportion supérieure à la quantité nécessaire pour maintenir dissous les sels hydrogénocarbonatés présents dans l'eau ) Eau de table gazéifiée Une "eau de table gazéifiée" est une eau de table rendue gazeuse, après conditionnement, par addition de gaz carbonique d'autre provenance. 3. Facteurs essentiels de composition et de qualité 3.1) modifications physico-chimiques et traitements antimicrobiens autorisés pour les eaux conditionnées Les eaux conditionnées ne peuvent subir, avant leur conditionnement, des modifications ou traitements autres que ceux décrits aux sections ci-après à condition que ces modifications ou traitements et les procédés utilisés pour les réaliser ne modifient pas les caractéristiques essentielles de leur composition physico chimique, radiologique et microbiologique de ces eaux lorsqu elles sont conditionnées : 3.1.1) traitements sélectifs conduisant à des modifications des constituants d origine A. une eau de source, telle qu elle se présente ne peut faire l objet d aucun traitement ou adjonction autre que : la réduction et/ou l élimination des constituants instables tels que les composés du fer, du manganèse et du souffre (présent sous forme de S 0 ou S ), des carbonates excédants, dans des conditions normales de température et de pression, de l équilibre calco-carbonate ; la réduction et/ou l élimination de gaz dissous (et la variation du ph qui pourrait s en suivre) ; l incorporation de gaz carbonique (et la variation consécutive du ph) ou la réincorporation du gaz carbonique présent à l émergence ; l amélioration de la qualité microbiologique par microfiltration et/ou ultraviolet. B. Une eau de table telle qu elle se présente peut faire l objet de traitement conformément à l alinéa A, ainsi que les traitements de correction suivants : L adjonction d air ou d oxygène ; La baisse et/ou augmentation de la température ; 2

5 La réduction et/ou la séparation d éléments présents à l origine en excès des concentrations maximales ou des niveaux de rayonnement radioactifs maximums établis conformément à la section Osmose inverse, électrodialyse, résines échangeuses d ions ) traitements antimicrobiens pour les eaux conditionnées Les traitements antimicrobiens doivent être utilisés, seuls ou en combinaison, uniquement aux fins de la conservation du caractère naturel adapté à la consommation humaine, de la pureté et de l innocuité initiales des eaux conditionnées. 3.2) qualité des eaux conditionnées 3.2.1) critères de qualité chimique et radiologique Aucune eau conditionnée ne doit contenir des substances ni émettre un rayonnement radioactif en quantité telle qu ils puissent nuire à la santé. A cet effet, toutes les eaux conditionnées doivent être conformes aux spécifications suivantes : Antimoine 0,005 mg/l Arsenic 0,01 mg/l Baryum 0.7 mg/l Borate 5 mg/l exprimé en B Cadmium 0,003 mg/l Chrome 0,05 exprimé en Cr total Cuivre 1 mg/l Cyanure 0,07 mg/l Fluorures (4) (4) Plomb 0,01 mg/l Manganèse 0,5 mg/l Mercure 0,001 mg/l Nickel 0,02 mg/l Nitrate 50 mg/l exprimé en NO Nitrite 0,02 mg/l en tant que nitrites (1) Sélénium 0,01 mg/l 3

6 Les substances ci-après doivent être présentes en quantité inférieure à la limite de quantification (2) lorsqu elles sont analyseés à l aide des méthodes appropriées et conformes aux normes internationales agents tensioactifs (3) pesticides et diphényles polychlorés (3) huiles minérales (3) hydrocarbures aromatiques polycycliques (3) (1) fixé en tant que limite de qualité (sauf pour les nourrissons) (2) comme indiqué dans les méthodes d analyses conformes aux normes tunisiennes en vigueur (section 7). (3) approuvés à titre provisoire, en attendant l élaboration de méthodes d analyse appropriées. (4) lorsque le produit contient plus de 1mg/l de fluorure, l expression ci-après doit figurer sur l étiquette où elle fera partie de la dénomination ou bien sera placée à proximité de celle-ci ou encore apparaîtra en un autre endroit visible «contient du fluorure». La phrase suivante figurera en outre sur l étiquette si le produit contient plus de 2mg/l de fluorure «Ce produit ne convient pas aux nourrissons ni aux enfants de moins de sept ans» ) critères microbiologiques Au cours de sa commercialisation, l eau conditionnée : a) doit être d une qualité telle qu elle ne présente aucun risque pour la santé du consommateur (absence de microorganismes pathogènes). b) doit être en outre conforme aux spécifications microbiologiques ci-après relatives à la qualité. c) la méthode des N.P.P sera maintenue pour une durée de deux ans à partir de la date d entrée en vigueur de cette norme après quoi la méthode d analyse par la membrane filtrante sera la seule méthode reconnue. PREMIER EXAMEN DECISION E. coli ou coliformes thermo tolérantes 1 x 250 ml dans Ne doit pas être détectable acun échantillon Bactéries coliformes totales Streptococci fécaux Pseudomonas aeruginosa Bactéries anaérobies sulfitoréductrices 1 x 250 ml 1 x 250 ml 1 x 250 ml 1 x 50 ml Si 1 ou 2 Un second examen est effectué Si > 2 Rejet 4

7 SECOND EXAMEN n c ( * ) m M Bactéries coliformes totales Streptococci fécaux Anaérobies réductrices de sulfite Pseudomonas aeruginosa ( * ) Résultats des premier et second examens. Le second examen doit être effectué en utilisant les mêmes volumes que pour le premier examen. n : nombre d unités d échantillonnages prélevées dans un lot qui doit être examiné en vertu d un plan d échantillonnage donné. c : nombre maximum admissible d unités d échantillonnage pouvant dépasser le critère microbiologique m. Le dépassement de ce nombre entraîne le rejet du lot m : nombre ou niveau maximum de bactéries/g ; les valeurs supérieures à ce niveau sont soit marginalement admissibles soit inadmissibles M : quantité servant à distinguer les aliments d une qualité admissible de ceux d une qualité inadmissible. Les valeurs égales ou supérieures à M dans l un quelconque des échantillons sont inadmissibles à cause des risques qu elles présentent pour la santé, des indicateurs sanitaires ou des risques de détériorations. 4. Hygiène 4.1) Toutes les eaux visées par les dispositions de la présente norme doivent être captées, transportées, le cas échéant traitées, et conditionnées conformément à la norme tunisienne NT «Principes généraux d hygiène alimentaire» et à la réglementation en vigueur. 4.2) approbation ou inspection de la source des eaux conditionnées L approbation ou l inspection initiale de la source des eaux conditionnées devrait reposer sur une étude scientifique appropriée au type de ressource (hydrogéologie, hydrologie, etc.) et basée sur des mesures sur terrain de la source et de la zone de recharge et qui démontre l innocuité de la source et la sûreté des installations et des opérations de captage. Les résultats de l inspection initiale de la source devraient être confirmées de manière régulière par la surveillance périodique des constituants essentiels, de la température, du débit (dans le cas des émergences naturelles) et des facteurs physico-chimiques, microbiologiques et radiologiques visés à la section 3 5. Conditionnement Pour toutes les eaux conditionnées la contenance des récipients est libre seule l eau de source naturelle doit être conditionnée dans des récipients pour la vente au détail de deux litres au maximum. Les récipients doivent être hermétiquement clos, propres de façon à éviter toute possibilité d altération ou de contamination conformément à la réglementation en vigueur. 5

8 6. Etiquetage Outre la réglementation en vigueur relative à l étiquetage des denrées alimentaires préemballées, les dispositions suivantes sont applicables : 6.1) nom du produit 6.1.1) le nom du produit sera indiqué comme suit, en fonction de sa classification conformément à la section 2.1 La dénomination du produit doit être : «Eau de source naturelle» conformément à l alinéa «Eau de table» conformément à l alinéa Ces dénominations doivent être portées sur l étiquette en caractères gras, lisibles et dont la hauteur doit être égale à la moitié de celle du plus grand des caractères utilisés pour l indication de la désignation commerciale ainsi qu aux modes de traitement. Eaux conditionnées : tout nom (ou noms) approprié (s) dans le cas des eaux qui répondent aux critères de la section et aux critères supplémentaires, incluant le cas de restreindre la dénomination de ces eaux à certains noms ou à un seul. Dans le cas de mélange ou d assortiments d eaux provenant de différentes ressources environnementales, chacune des ressources devra être étiquetée. Seules les eaux conditionnées conformément à la présente norme peuvent porter des noms qui désignent cette origine ou l évoquent. Les critères supplémentaires pour définir les noms qu ils choisissent ne doivent contredire aucune des dispositions de la présente norme ) gazéification ) Les mentions respectives suivantes doivent figurer sur l étiquette conformément aux critères décrits ci-après : Dans le cas des eaux de source, la mention «naturellement gazeuse» ou «naturellement pétillante» lorsque, après conditionnement, le gaz carbonique se dégage de manière spontanée et apparente dans les conditions normales de température et de pression, et qu il provient de la source à son émergence et qu il est présent dans la même quantité qu à l émergence de la source, avec une réincorporation éventuelle de gaz provenant de la même source, compte tenu d une tolérance de l ordre de 20%. Dans le cas des eaux de source, la mention «renforcée au gaz carbonique»lorsque après conditionnement, le gaz carbonique spontanément et visiblement dégagé dans des conditions normales de température et de pression, et qu il provient de la source à son émergence mais présent dans une proportion plus élevée d au moins 20%, que la qualité constatée à l émergence, avec une réincorporation éventuelle du gaz provenant de la même source. Dans le cas de toutes les catégories d eau, la mention «gazéifiée» ou «pétillante» lorsque, après conditionnement, le gaz carbonique spontanément et visiblement dégagé dans les conditions normales de 6

9 température et de pression ne provient pas en totalité de la même source que celle de l eau à son émergence ) Les expressions «non gazeuse», «non pétillante» ou «plate» peuvent être appliquées à toute eau lorsque, après conditionnement, le produit ne présente pas une effervescence visible et spontanée à l ouverture du récipient de son conditionnement, dans les conditions normales de température et de pression. 6.2) autres dispositions d étiquetage 6.2.1) composition chimique La teneur totale en solides dissous des eaux conditionnées peut être déclarée sur l espace principal d affichage de l étiquette. Dans le cas des eaux de sources naturelles, la composition chimique conférant au produit ces caractéristiques peut également être déclarée sur l étiquette ) emplacement géographique Lorsque cela est requis par les autorités qui ont juridiction, le lieu géographique précis de la ressource spécifique et/ou de la source d une eau conditionnée, doit être déclarée sur l étiquette ) traitements Lorsque cela est requis par les autorités qui ont juridiction, si une eau conditionnée/mise en bouteille a été modifiée par un traitement autorisé, avant conditionnement, la modification ou le résultat du traitement doit être déclaré sur l étiquette selon les exigences établies dans la législation en vigueur. 6.3) mentions d étiquetage interdites 6.3.1) Aucune allégation concernant les effets médicinaux (préventifs, thérapeutiques, curatifs) ne doit être faite au sujet des propriétés du produit visé par la présente Norme. Aucune autre allégation relative à des effets bénéfiques sur la santé du consommateur ne doit être faite, à moins qu elle ne soit vraie et dépourvue d ambiguïté ) Un nom de localité, de hameau ou de lieu-dit ne peut faire partie d une marque à moins qu il ne se rapporte à une eau définie par origine exploitée à l endroit désigné par la marque ) L emploi de toute indication ou de tout signe susceptible de créer dans l esprit du public une confusion sur la nature, l origine ; la composition et les propriétés des eaux conditionnées mises en vente, est interdit. 7. Méthodes d analyses et d échantillonnage Les méthodes d analyses et d échantillonnage doivent être conformes aux normes tunisiennes en vigueur : NT NT Qualité des eaux Mesure électrométrique du ph avec l'électrode de verre Méthode de référence. Qualité des eaux Dosage du Co, Ni, Cu, Zn, Cd et Pb Méthode par spectrométrie d'absorption atomique avec flamme. 7

10 NT NT NT NT NT NT NT NT NT NT NT Qualité des eaux Dosage de l'arsenic total Méthode spectrophotométrique au diéthyldithiocarbamaté d'argent. Qualité des eaux Dosage du Ca et du Mg Méthode par spectrophotométrie d'absorption atomique. Qualité des eaux Mesure de l'indice de diffusion dite mesure de la turbidité. Qualité des eaux Mesure de la couleur par comparaison avec l'échelle HAZEN. Qualité des eaux Détermination de l'alcalinité (Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet). Qualité des eaux Dosage de l'azote ammoniacal. Qualité des eaux Mesure de la dureté au réactif complexant. Qualité des eaux Détermination des matières en suspension. Qualité des eaux Dosage du fer Méthode spectrométrique à la phénanthroline-1,10. Qualité des eaux Détermination des agents de surface anioniques et non ioniques. Qualité des eaux Détermination de l indice phénol. NT Qualité des eaux Dosage de manganèse Méthode spectrométrique à la formaldoxine. N.T NT NT N.T NT NT NT NT NT NT NT NT Qualité des eaux Dosage de l oxygène dissous méthode iodométrique. Qualité des eaux Dosage des nitrates. Qualité des eaux Dosage de l azote KJELDAHL. Qualité des eaux Eaux minérales naturelles Code d usages pour le captage l exploitation et la commercialisation Qualité des eaux Détermination de la conductivité électrique. Qualité des eaux Dosage du cadmium Méthode par spectrométrie d'absorption atomique dans la flamme. Essais des eaux Dosage spectro-photométrique du sélénium. Qualité des eaux Dosage du mercure total par spectrométrie d'absorption atomique sans flamme. Qualité des eaux Dosage des cyanures Partie 1 : Dosage des cyanures totaux. Qualité des eaux Dosage des cyanures partie 2 : Dosage des cyanures aisément libérables. Qualité des eaux Dosage des cyanures partie 3 : Dosage du chlorure de cyanogène. Qualité des eaux- Dosage des cyanures Dosage des cyanures par diffusion à ph 6. 8

11 NT NT NT Qualité des eaux Dosage de l oxygène dissous Méthode électrochimique à la sonde. Qualité des eaux Lignes directrices pour le dosage du carbone organique total (COT) et du carbone organique dissous (COD). Qualité des eaux Dosage des nitrites Méthode par spectrométrie d absorption moléculaire. NT Qualité des eaux Dosage de l ammonium Méthode potentiométrique. NT Qualité des eaux Dosage du chlore libre et du chlore total Partie 1 Méthode titrimétrique à la N,N-diéthylphénylène-1,4 diamine. NT Qualité des eaux Dosage du chlore libre et du chlore total Partie 2 Méthode colorimétrique à la N,N-diéthylphénylène-1,4 diamine, destinée aux contrôles de routine. NT Qualité des eaux Dosage du chlore libre et du chlore total Partie 3 Méthode de titrage iodométrique pour le dosage du chlore total. NT NT NT NT NT09.61 NT NT NT NT NT NT NT NT Qualité des eaux Détermination des résidus secs, du résidu calciné et du résidu sulfaté. Qualité des eaux Dosage des nitrates - Partie 1 Méthode spectrométrique au diméthyl-2,6 phénol. Qualité des eaux Dosage de l ammonium Partie 1 Méthode spectrométrique manuelle. Qualité des eaux Dosage de l ammonium Partie 2 Méthode spectrométrique automatique. Qualité des eaux Détermination de l indice de permanganate. Qualité des eaux Dosage spectrométrique du phosphore en utilisant le Molybdate d ammonium. Qualité des eaux Dosage du sodium et du potassium Méthode par spectrométrie d'émission de flamme. Qualité des eaux Dosage du sodium et du potassium Méthode par spectrophotométrie d'absorption atomique. Qualité des eaux Dosage des chlorures Titrage au nitrate d'argent avec du chromate comme indicateur (Méthode de MOHR). Qualité des eaux Dosage des sulfates Méthode gravimétrique au chlorure de baryum. Qualité des eaux Dosage de la silice. Qualité des eaux Dosage des ions fluorures, chlorures, nitrite, ortho-phosphate, bromure, nitrate et sulfate dissous par chromatographie des ions en phase liquide. Qualité de l'eau Recherche et dénombrement des spores de microorganismes anaérobies sulfito-réducteurs (clostridia) 9

12 NT NT NT NT NT Partie 1 : Méthode par enrichissement dans un milieu liquide. Qualité de l'eau Recherche et dénombrement des spores de microorganismes anaérobies sulfito-réducteurs (clostridia) Partie 2 : Méthode par filtration sur membrane. Qualité des eaux Dosage du chrome. Microbiologie Directives générales pour le dénombrement des coliformes - Technique du nombre le plus probable. Eaux Dénombrement des coliformes totaux et fécaux Méthode par filtration sur membrane. Eaux Dénombrement des streptocoques fécaux Méthode par filtration sur membrane. NT Eaux Directives générales pour le dénombrement des streptocoques fécaux. NT Qualité de l eau Détection et dénombrement de Pseudomonas aeruginosa par filtration sur membrane. 10

Arrêté du 26 juillet 2000 relatif aux spécifications des eaux de boisson et aux modalités de leur présentation.

Arrêté du 26 juillet 2000 relatif aux spécifications des eaux de boisson et aux modalités de leur présentation. Arrêté du 26 juillet 2000 relatif aux spécifications des eaux de boisson et aux modalités de leur présentation. Article 1 er.- En application des dispositions de l article 1 er du décret exécutif n 92-65

Plus en détail

AVIS 1/5. Afssa Saisine n 2001-SA-0257. Maisons-Alfort, le 2 décembre 2003

AVIS 1/5. Afssa Saisine n 2001-SA-0257. Maisons-Alfort, le 2 décembre 2003 Maisons-Alfort, le 2 décembre 2003 AVIS LE DIRECTEUR GÉNÉRAL de l'agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à la fixation de critères de qualité des eaux minérales naturelles et des eaux

Plus en détail

Normes de potabilité de l'eau selon la législation fédérale

Normes de potabilité de l'eau selon la législation fédérale Produit Paramètre microbiologiques Valeur de tolérance UFC Eau potable Salmonelles spp nd/5 l Eau potable non traitée: - à la source - dans le réseau de distribution Eau potable traitée: - après le traitement

Plus en détail

Contenu. Compétences

Contenu. Compétences Séance 2 Correction Contenu Composition chimique d une eau de consommation Compétences Analyse qualitative d une eau Exercice I Les différentes eaux L eau minérale naturelle possède des propriétés favorables

Plus en détail

Art. 2. - Conditions de commercialisation d'eaux provenant de l'étranger

Art. 2. - Conditions de commercialisation d'eaux provenant de l'étranger Règlement grand-ducal du 24 mai 1998 concernant l'exploitation et la mise dans le commerce des eaux minérales naturelles. - base juridique: L du 25 septembre 1953 (Mém. A - 62 du 10 octobre 1953, p. 1259)

Plus en détail

Les Cahiers de PRED CONSEIL

Les Cahiers de PRED CONSEIL Les Cahiers de PRED CONSEIL Série Savoir & Comprendre N 3 L eau potable Introduction Elle fait régulièrement la une des informations, mais savons-nous réellement ce qu est l eau potable, qu elles sont

Plus en détail

L'accréditation est délivrée à/ De accreditatie werd uitgereikt aan/ The accreditation is granted to/ Die akkreditierung wurde erteilt für:

L'accréditation est délivrée à/ De accreditatie werd uitgereikt aan/ The accreditation is granted to/ Die akkreditierung wurde erteilt für: Annexe au certificat d'accréditation Bijlage bij accreditatie-certificaat Annex to the accreditation certificate Beilage zur Akkreditatierungszertifikat 118-TEST Version/Versie/Version/Fassung 8 Date d'émission

Plus en détail

Fiche de recommandations alimentaires

Fiche de recommandations alimentaires Commission Nutrition Fiche de recommandations alimentaires Mai 2009 Eaux et Santé Réf. : 8119-05/09 Bialec - Nancy Gérard Gay, Philippe Hartemann (Laboratoire d Hydrologie et de Climatologie Médicale de

Plus en détail

NORMES ET DIRECTIVES SUR L ÉTIQUETAGE DE L'EAU

NORMES ET DIRECTIVES SUR L ÉTIQUETAGE DE L'EAU Sous-ministériat à santé animale et à l inspection des aliments NORMES ET DIRECTIVES SUR L ÉTIQUETAGE DE L'EAU PRÉEMBALLÉE DISTRIBUÉE AU QUÉBEC Page 1 sur 19 RÉDACTION ET CONCEPTION Steven Guenette, Direction

Plus en détail

ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES ET MICROBIOLOGIQUES. Dans les EAUX. devis@labocea.fr - http://www.labocea.fr

ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES ET MICROBIOLOGIQUES. Dans les EAUX. devis@labocea.fr - http://www.labocea.fr devis@labocea.fr - http://www.labocea.fr ANALYSES HYSICO-CHIMIQUES ET MICROBIOLOGIQUES Dans les EAUX Accréditation Site de Site de QUIMER LOUFRAGAN 1-5676 1-1826 22, ave. de la lage des Zoopôle - Le Sabot

Plus en détail

Trouvez vos interlocuteurs: www.eurofins.ch. Valable à partir du 1er juillet 2012, remplace toutes les listes de prix précédentes.

Trouvez vos interlocuteurs: www.eurofins.ch. Valable à partir du 1er juillet 2012, remplace toutes les listes de prix précédentes. Eaux potables et de baignade Page 6 Liste de prix des eaux potables et de baignade Eurofins Scientific AG Parkstrasse 0 CH-502 Schönenwerd Tel. +4 (0) 62 858 7 00 Fax +4 (0) 62 858 7 09 E-mail info@eurofins.ch

Plus en détail

ANALYSES PHYSICOCHIMIQUES

ANALYSES PHYSICOCHIMIQUES ANALYSES PHYSICOCHIMIQUES 12 Rue de l Usine Charguia II Tél : 71 940 198/081 Fax : 71 941 080 Physicochimie courante des aliments ph ph-mètre Brix Réfractométrie ABVT Distillation + dosage Azote ammoniacal

Plus en détail

L'accréditation est délivrée à/ De accreditatie werd uitgereikt aan/ The accreditation is granted to/ Die akkreditierung wurde erteilt für:

L'accréditation est délivrée à/ De accreditatie werd uitgereikt aan/ The accreditation is granted to/ Die akkreditierung wurde erteilt für: Annexe au certificat d'accréditation Bijlage bij accreditatie-certificaat Annex to the accreditation certificate Beilage zur Akkreditatierungszertifikat 118-TEST NBN EN ISO/IEC 17025:2005 Version/Versie/Version/Fassung

Plus en détail

L'accréditation est délivrée à/ De accreditatie werd uitgereikt aan/ The accreditation is granted to/ Die akkreditierung wurde erteilt für:

L'accréditation est délivrée à/ De accreditatie werd uitgereikt aan/ The accreditation is granted to/ Die akkreditierung wurde erteilt für: Annexe au certificat d'accréditation Bijlage bij accreditatie-certificaat Annex to the accreditation certificate Beilage zur Akkreditatierungszertifikat 092-TEST Version/Versie/Version/Fassung 11 Date

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

I - LES EAUX DE CONSOMMATION

I - LES EAUX DE CONSOMMATION THEME N 2 : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Ce thème est une approche à la fois individuelle et globale des problèmes de l'alimentation des hommes sur la planète. Ce thème doit permettre de poser scientifiquement

Plus en détail

Bilan annuel de la qualité de l eau potable pour la période du 1 er janvier au 31 décembre 2014

Bilan annuel de la qualité de l eau potable pour la période du 1 er janvier au 31 décembre 2014 Bilan annuel de la qualité de l eau potable pour la période du 1 er janvier au 31 décembre 2014 Nom de l installation de distribution : Système de distribution d eau potable de la Ville de Drummondville

Plus en détail

VRAI ou FAUX? De l eau, des eaux, quelles différences?

VRAI ou FAUX? De l eau, des eaux, quelles différences? VRAI ou? De l eau, des eaux, quelles différences? Sur les eaux minérales naturelles et les eaux de source Eau minérale naturelle, eau de source, eau de distribution Toutes les eaux apportent le nutriment

Plus en détail

LE MINISTRE DE l AGRICULTURE, DES RESSOURCES HYDRAULIQUES, DE l ASSAINISSEMENT ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE LE MINISTRE DE LA SANTE

LE MINISTRE DE l AGRICULTURE, DES RESSOURCES HYDRAULIQUES, DE l ASSAINISSEMENT ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE LE MINISTRE DE LA SANTE BURKINA FASO ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE Arrêté Conjoint N../MARHASA/MS portant définition des normes de potabilité de l eau destinée à la consommation humaine. Vu la constitution ; LE MINISTRE DE

Plus en détail

MPS : Eaux de consommation

MPS : Eaux de consommation Activité expérimentale n 1 M. Suet 2nd Compétences travaillées Compétences S approprier : Réaliser : Mobiliser et Exploiter ses connaissances : Mettre en œuvre une démarche expérimentale : Valider : Communiquer

Plus en détail

Avant-propos. Sommaire. Les défis. Page 02. L eau et ses constituants. Page 06. La formation de dépôts calcaires. Page 13. Page 15

Avant-propos. Sommaire. Les défis. Page 02. L eau et ses constituants. Page 06. La formation de dépôts calcaires. Page 13. Page 15 Le guide de l eau Avant-propos Sommaire L eau potable est un élément essentiel de votre quotidien et se trouve à la base d une hygiène alimentaire irréprochable. Elle s utilise dans les domaines les plus

Plus en détail

TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés

TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés Omniprésente sur Terre, l eau est l une des espèces chimiques indispensables à la vie. I. L eau sur Terre dans tous ses états La molécule d eau est formée d

Plus en détail

OBSERVATIONS SUR LA PROPOSITION RÉVISÉE DE LA NORME CODEX POUR LE SEL DE QUALITÉ ALIMENTAIRE (CODEX STAN 150-1985)

OBSERVATIONS SUR LA PROPOSITION RÉVISÉE DE LA NORME CODEX POUR LE SEL DE QUALITÉ ALIMENTAIRE (CODEX STAN 150-1985) F Point 6 de l ordre du jour PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES ADDITIFS ALIMENTAIRES Quarante troisième session Xiamen (Province de Fujian), Chine, 14-18 mars

Plus en détail

INFORMATION 2011 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU

INFORMATION 2011 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU INFORMATION 211 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU EAUSERVICE NOUS METTONS TOUT EN OEUVRE POUR PRÉSERVER L ENVIRONNEMENT ET PRÉVENIR TOUTE ÉVENTUELLE POLLUTION DE L EAU eauservice c est : Le distributeur

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

Plan de Gestion Environnementale

Plan de Gestion Environnementale Plan de Gestion Environnementale RBQ : 2951-8768-69 151 PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE INTRODUCTION Le Plan de Gestion Environnementale (PGE) regroupe un certain nombre de composantes du système de gestion

Plus en détail

Kitcisakik. Renseignement généraux sur l eau potable 3 Rendement de votre système en alimentation en eau potable 4

Kitcisakik. Renseignement généraux sur l eau potable 3 Rendement de votre système en alimentation en eau potable 4 Renseignement généraux sur l eau potable 3 Rendement de votre système en alimentation en eau potable 4 Résultats des analyses sur la qualité de l'eau effectués par l opérateur 4 Résultats des analyses

Plus en détail

Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU)

Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU) Direction de la production de l eau potable MISE AUX NORMES DES USINES DE PRODUCTION D EAU POTABLE (PROJET MNU) Mise MISE aux AUX normes NORMES des usines DES (MNU) USINES (MNU) 1.0 Présentation d ensemble

Plus en détail

Qualité de l eau distribuée par réseau

Qualité de l eau distribuée par réseau Thème: eau > public cible : consommateurs d eau potable Qualité de l eau distribuée par réseau Qualité de l eau destinée à la consommation humaine période 2005-2006-2007 Version 2010 Plus d infos : www.bruxellesenvironnement.be

Plus en détail

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales RAPPEL : LOI n 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique AFTH Balaruc-les-Bains le 16/11/2007 W. TABONEt Art. L. 1322-2. I - Toute personne qui offre au public de l eau minérale,

Plus en détail

Prairies de la série La qualité de l eau, ça compte!).

Prairies de la série La qualité de l eau, ça compte!). Agriculture and Agri-Food Canada Agriculture et Agroalimentaire Canada LE BIOLOGIQUE DE L EAU SOUTERRAINE Décembre 1997 ***-*** **-** QU EST-CE QUE LE BIOLOGIQUE DE L EAU? L eau utilisée à des fins de

Plus en détail

Qualité de l eau. I. Analyse qualitative d une eau. 1. Test de mises en évidences de quelques ions :

Qualité de l eau. I. Analyse qualitative d une eau. 1. Test de mises en évidences de quelques ions : 1 Qualité de l eau L eau potable est le produit alimentaire le plus surveillé. Les normes de qualité de l eau potable définies par le ministère de la Santé et le Parlement Européen sont très rigoureuses.

Plus en détail

Chapitre C1 : Les eaux de consommation

Chapitre C1 : Les eaux de consommation Chapitre C1 : Les eaux de consommation I) Une eau minérale est-elle de l eau pure? Activité expérimentale : 1- Peser un bécher de 150 ml à l aide de la balance. 2- Introduire 100 ml d eau minérale Hépar

Plus en détail

QUALITÉ DES SOLS ET DE L EAU

QUALITÉ DES SOLS ET DE L EAU QUALITÉ DES SOLS ET DE L EAU I. LE SOL, UN MILIEU D'ECHANGES DE MATIERE On définit le sol comme la partie supérieure et arable de l'écorce terrestre. Une plante est un organisme vivant qui a besoin d'un

Plus en détail

817.022.102 Ordonnance du DFI sur l eau potable, l eau de source et l eau minérale

817.022.102 Ordonnance du DFI sur l eau potable, l eau de source et l eau minérale Ordonnance du DFI sur l eau potable, l eau de source et l eau minérale du 23 novembre 2005 (Etat le 1 er janvier 2014) Le Département fédéral de l intérieur (DFI), vu les art. 4, al. 2, 26, al. 2 et 5,

Plus en détail

QUALITE DE L EAU EN ELEVAGE AVICOLE. Montiel Antoine

QUALITE DE L EAU EN ELEVAGE AVICOLE. Montiel Antoine QUALITE DE L EAU EN ELEVAGE AVICOLE Montiel Antoine Président du CES Eau de l AFSSA et ancien Directeur QualitéEnvironnement à Eau de Paris INTRODUCTION Dans cette intervention, sera traitée l incidence

Plus en détail

NORME CODEX POUR LE SEL DE QUALITÉ ALIMENTAIRE

NORME CODEX POUR LE SEL DE QUALITÉ ALIMENTAIRE NORME CODEX POUR LE SEL DE QUALITÉ ALIMENTAIRE CODEX STAN 150-1985 1. OBJECTIF La présente norme vise le sel utilisé en tant qu'ingrédient alimentaire destiné aussi bien à la vente directe au consommateur

Plus en détail

Un guide de traitement de l eau du puits

Un guide de traitement de l eau du puits Un guide de traitement de l eau du puits Dispositifs de traitement de l'eau à usage domestique Les problèmes relatifs à la qualité de l'eau décrits dans la présente feuille d'information pourraient être

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8659

AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8659 AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8659 EAU DE SOURCE GRAND BARBIER Allégation «convient pour la préparation des aliments des nourrissons» 4 août 2010 1. INTRODUCTION ET QUESTION Un dossier, introduit

Plus en détail

Laboratoire Départemental d Analyses 42-44 Route de Guéret 23380 AJAIN Tél. : 05-55-81-87-30 Fax : 05-55-81-87-40 DEMANDEUR de l'analyse

Laboratoire Départemental d Analyses 42-44 Route de Guéret 23380 AJAIN Tél. : 05-55-81-87-30 Fax : 05-55-81-87-40 DEMANDEUR de l'analyse LDA23 DE2501 RensAni00 Identification du prélèvement... NOM Prénom : FICHE DE RENSEIGNEMENTS POUR ANALYSES DES EAUX ALIMENTATION ANIMALE Laboratoire Départemental d Analyses 42-44 Route de Guéret 23380

Plus en détail

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques»

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques» Colloque «les eaux Souterraines du Québec» UQAC, Chicoutimi, 14 Octobre 2010. Groupe de Recherche Interuniversité sur les Eaux Souterraines. «Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière

Plus en détail

(BO. n 1076 du 9 juin 1933, page 505) ARRETE :

(BO. n 1076 du 9 juin 1933, page 505) ARRETE : Arrêté viziriel du 28 avril 1933 (3 moharrem 1352) relatif aux eaux de table, minérales, gazeuses, de Seltz, aux limonades et sodas et à la glace alimentaire (BO. n 1076 du 9 juin 1933, page 505) ARRETE

Plus en détail

RAPPORT D'ANALYSE. IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ. Conservation de vos échantillons

RAPPORT D'ANALYSE. IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ. Conservation de vos échantillons IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ RAPPORT D'ANALYSE Page 1/5 N Ech Matrice Référence échantillon Observations 001 Sol S1-0-0,5 m 002 Sol S2-0-0,5 m (116) 003 Sol S3-0-0,5

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 1-1185 rév. 5

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 1-1185 rév. 5 Convention N 790 Section s ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1185 rév. 5 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation (Cofrac)

Plus en détail

MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L ENVIRONNEMENT ET DES PARCS

MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L ENVIRONNEMENT ET DES PARCS MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L ENVIRONNEMENT ET DES PARCS 5.3 Gestion des rejets d eaux résiduaires La gestion des eaux résiduaires de rejet est un élément important à considérer au moment de

Plus en détail

Année Internationale de l Eau Douce

Année Internationale de l Eau Douce Démystifier la Qualité de l'eau Démystifier la Qualité de l'eau Jean-François Goulet, d.t.a. Groupe Horticole Ledoux inc. Ste-Hélène de Bagot. (40) 79-2222. 2003 Année Internationale de l Eau Douce Démystifier

Plus en détail

Chimie. Conductivité. Ammonium :

Chimie. Conductivité. Ammonium : Chimie Conductivité La conductivité de l'eau est l'aptitude d'une solution à permettre le passage du courant électrique. C'est à dire la capacité de l'eau à faire passer un courant électrique d'un point

Plus en détail

Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013

Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013 Administration, Quai Maria-Belgia 18 CH 1800 Vevey Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013 Ressources En 2013, la production globale du SIGE en eau de boisson s'élève à plus de 11.8 millions

Plus en détail

LES EAUX DE CONSOMMATION

LES EAUX DE CONSOMMATION 1L TP COURS Partie 2 N 1 LES EAUX DE CONSOMMATION A. LES DIFFERENTS TYPES D EAUX Existetil plusieurs types d eaux de consommation? Il existe deux types d eaux de consommation : l eau minérale et l eau

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE N 7 4ème ANNEE Mercredi 7 Rabie El Aouel 47 Correspondant au 6 avril 006 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS ARRETES,

Plus en détail

Fiche Présentation générale De la production et de la distribution en eau

Fiche Présentation générale De la production et de la distribution en eau Fiche Présentation générale De la production et de la distribution en eau Descriptif Collectivité distributrice : commune de EAUVILLE Exploitant : Régie communale Zone de distribution () : Le réseau de

Plus en détail

H.S.22D T.P. N 2 Quels sont les ions présents en solution dans les eaux minérales?

H.S.22D T.P. N 2 Quels sont les ions présents en solution dans les eaux minérales? H.S.22D T.P. N 2 Quels sont les ions présents en solution dans les eaux minérales? I) Objectif : L objectif de ce T.P. est de reconnaître les ions présents dans une eau minérale ou si possible mettre en

Plus en détail

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources.

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Frédéric LEDOUX a, Dominique COURCOT b, Emile PUSKARIC a, Antoine ABOUKAÏS b, Hélène

Plus en détail

Un ion monoatomique est formé d'un seul atome chargé. Les ions poly-atomiques sont formés de plusieurs atomes. Il s'agit d'une molécule chargée.

Un ion monoatomique est formé d'un seul atome chargé. Les ions poly-atomiques sont formés de plusieurs atomes. Il s'agit d'une molécule chargée. CHAPITRE 5 : LES IONS I. QU'EST CE QU'UN ION. Un ion est un élément qui porte une charge électrique. Il existe deux types d'ions différents les cations et les anions. Les cations sont des ions qui portent

Plus en détail

CHAPITRE 5 Dosages par précipitation

CHAPITRE 5 Dosages par précipitation CHAPITRE 5 Dosages par précipitation I- Introduction Une réaction formant un précipité peut être utilisée comme réaction de dosage, à condition qu elle soit : totale, le précipité doit être pratiquement

Plus en détail

Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge

Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 300 C 1.0 Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2011-04-14-R-0147 commune(s) : Meyzieu objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

DIRECTIVES GÉNÉRALES CODEX POUR L UTILISATION DES MATIÈRES PROTÉIQUES VÉGÉTALES (MPV) DANS LES ALIMENTS

DIRECTIVES GÉNÉRALES CODEX POUR L UTILISATION DES MATIÈRES PROTÉIQUES VÉGÉTALES (MPV) DANS LES ALIMENTS 1 CAC/GL 4-1989 DIRECTIVES GÉNÉRALES CODEX POUR L UTILISATION DES MATIÈRES PROTÉIQUES VÉGÉTALES (MPV) DANS LES ALIMENTS CAC/GL 4-1989 1. OBJET Fournir des orientations pour une utilisation appropriée et

Plus en détail

Liste des analyses éffectuées par 2DAS 2010

Liste des analyses éffectuées par 2DAS 2010 Liste des analyses éffectuées par 2DAS 2010 Paramètre Méthode Unités Limite de quantification COFRAC D R Acide isocyanurique en labo : Mélamine mg/l 10 mg/l Acide isocyanurique in situ : Mélamine mg/l

Plus en détail

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres.

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres. 1. Objet E.II.4.V1 DOSAGE DES CYANURES TOTAUX ET LIBRES : MÉTHODES D ANALYSE EN FLUX CONTINU Cette procédure a pour objet la détermination de la teneur en cyanures libres, en cyanures non oxydables au

Plus en détail

AVANT-PROJET DE NORME MAURITANIENNE APNM01-009 NOVEMBRE 2010. Huile comestible de soja raffinée enrichie en vitamine A Spécifications

AVANT-PROJET DE NORME MAURITANIENNE APNM01-009 NOVEMBRE 2010. Huile comestible de soja raffinée enrichie en vitamine A Spécifications AVANT-PROJET DE NORME MAURITANIENNE APNM01-009 NOVEMBRE 2010 Huile comestible de soja raffinée enrichie en vitamine A Spécifications AVANT- PROPOS La présente norme est en concordance avec la norme Codex

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES PETITS POIS SURGELES CODEX STAN 41-1981

NORME CODEX POUR LES PETITS POIS SURGELES CODEX STAN 41-1981 CODEX STAN 41-1981 Page 1 de 5 1. CHAMP D'APPLICATION NORME CODEX POUR LES PETITS POIS SURGELES CODEX STAN 41-1981 La présente norme s'applique aux petits pois surgelés de l'espèce Pisum sativum L. tels

Plus en détail

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY 1 Nancy, le 24 avril 2014 Délégation Territoriale de Meurthe-et-Moselle Cellule contrôle sanitaire des eaux Affaire suivie par : Stéphanie MONIOT/BR Courriel : ars-lorraine-dt54-vsse@ars.sante.fr Téléphone

Plus en détail

Roger Cadiergues. MémoCad ns04.a LES EAUX POTABLES SOMMAIRE

Roger Cadiergues. MémoCad ns04.a LES EAUX POTABLES SOMMAIRE Roger Cadiergues MémoCad ns04.a LES EAUX POTABLES SOMMAIRE ns04.1. Le cadre normatif et réglementaire ns04.2. La réglementation «eaux potables» ns04.3. Les obligations générales ns04.4. Le stockage de

Plus en détail

ANNEXE I Méthodes pour l analyse des eaux destinées à la consommation humaine

ANNEXE I Méthodes pour l analyse des eaux destinées à la consommation humaine DGS/SD7A/30-07-2003 ANNEXE I Méthodes pour l analyse des eaux destinées à la consommation humaine METHODES Paramètres microbiologiques Coliformes totaux et Escherichia coli Bactéries sulfito-réductrices,

Plus en détail

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES Novembre 2014 Le terme micropolluants désigne des substances, d origine naturelle ou synthétique, susceptibles d avoir une action toxique

Plus en détail

Eau et Santé. Études. L eau

Eau et Santé. Études. L eau Eau et Santé Études H2O L eau potable en France 2005-2006 L eau potable en France 2005-2006 Du captage au robinet du consommateur : Le présent travail a été réalisé à partir des données du contrôle sanitaire

Plus en détail

NANTES BP 52703-44327 Nantes Cedex 3 Tél. 02 51 85 44 44 - Fax 02 51 85 44 50 www.inovalys.fr

NANTES BP 52703-44327 Nantes Cedex 3 Tél. 02 51 85 44 44 - Fax 02 51 85 44 50 www.inovalys.fr BP 570-447 Nantes Cedex Tél. 0 5 85 44 44 - Fax 0 5 85 44 50 www.inovalys.fr RESULTATS PARTIELS : D400077 (Ce document n'est pas le rapport d'analyse définitif) Réf. Dossier : DEVIS 77 Bd du Rempart BP

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009)

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009) 1 MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU --------------------- LABORATOIRE NATIONAL DES EAUX REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Une Foi SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE

Plus en détail

Quelle Eau Boire? Institut Ming Men. Ecole de Médecine Traditionnelle Chinoise

Quelle Eau Boire? Institut Ming Men. Ecole de Médecine Traditionnelle Chinoise Institut Ming Men Quelle Eau Boire? Institut Ming Men 146 Grande Rue 54180 Heillecourt Tel : 03 83 96 26 20 06 09 88 02 18 Quelle Eau boire? Eau du robinet, eau en bouteille minérale ou de source, eau

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA METROPOLE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA METROPOLE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA METROPOLE DE LYON ARRETE N 2016-04-21-R-0333 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement des eaux usées autres

Plus en détail

CHAPITRE 3 ANNEXE 3.1 : EVALUATION DE LA QUALITE DE L EAU DES COURS D EAU

CHAPITRE 3 ANNEXE 3.1 : EVALUATION DE LA QUALITE DE L EAU DES COURS D EAU CHAPITRE 3 ANNEXE 3.1 : EVALUATION DE LA QUALITE DE L EAU DES COURS D EAU Les cartes de qualité des cours d eau présentées dans l état des lieux ont été réalisées à partir de grilles de qualité permettant

Plus en détail

TP : Mesure de la dureté de l eau

TP : Mesure de la dureté de l eau TP : Mesure de la dureté de l eau Mots-clés : Production d eau potable / Traitement des eaux Document 1 : Les conséquences de la dureté de l eau Une eau alimentaire ne doit pas être trop douce car l Homme

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour une eau de qualité

Les bonnes pratiques pour une eau de qualité Les bonnes pratiques pour une eau de qualité en élevages de volailles label RÉSUMÉ Les résultats d une enquête menée par l ARVOL (Association Régionale des Volailles de Chair d Aquitaine) en 2004 ont montré

Plus en détail

CH11. DES SUBSTANCES DANS L EAU DES BOISSONS.

CH11. DES SUBSTANCES DANS L EAU DES BOISSONS. CH11. DES SUBSTANCES DANS L EAU DES BOISSONS. Les exercices Tests ou " Vérifie tes connaissances " de chaque chapitre sont à faire automatiquement sur le cahier de brouillon pendant toute l année. Tous

Plus en détail

SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON

SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON LA FILTRATION PAR OSMOSE INVERSE La filtration par osmose inverse est généralement considérée comme la plus efficace des systèmes de filtration disponible. A

Plus en détail

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 ENVIRONNEMENT, HYGIENE ET SECURITE AU NIVEAU DU SECTEUR DE L ELECTRICITE ET DU GAZ DIAGNOSTIC DE L ETAT L ACTUEL ET PERSPECTIVES Par :

Plus en détail

Seconde TP1 Sciences. Mettre environ 3 ml des solutions indiquées ci-dessous dans 3 tubes à essais numérotés 1, 2 et 3. TUBE 2

Seconde TP1 Sciences. Mettre environ 3 ml des solutions indiquées ci-dessous dans 3 tubes à essais numérotés 1, 2 et 3. TUBE 2 NOM : Date : TP 1 : IDENTIFICATION DES IONS La législation impose que la composition des eaux en bouteilles soit affichée sur leur étiquette. Plusieurs ions sont généralement mentionnés, dans des quantités

Plus en détail

VERITAS TUNISIE CATALOGUE ANALYSES LABORATOIRE

VERITAS TUNISIE CATALOGUE ANALYSES LABORATOIRE VERITAS TUNISIE CATALOGUE ANALYSES LABORATOIRE Agro-alimentaire et Environnement SOMMAIRE Page Introduction 1 Analyses microbiologiques 5 Microbiologie des aliments 6 Microbiologie des eaux 7 Microbiologie

Plus en détail

Réseau National de surveillance des ports Maritimes

Réseau National de surveillance des ports Maritimes Réseau National de surveillance des ports Maritimes Sédiments 12 octobre 2007 Historique des versions du document version Auteur commentaires 1 C/QEL Affaire suivie par Jean-Yves LAMBERT & Gérard PANCRATE

Plus en détail

QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT

QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT Remplissage des eaux de chauffage et traitement d'eau QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT SA Route du Madelain 6 1753 Matran Association des techniciens en chauffage, climatisation

Plus en détail

Registre STS Numéro d accréditation : STS 0197

Registre STS Numéro d accréditation : STS 0197 Norme internationale : ISO/CEI 17025:2005 Norme suisse : SN EN ISO/CEI 17025:2005 ABL Analytics SA Rue Victor-Helg 18 2800 Delémont Responsable : Responsable SM : Blaise Allemann Lucas Costato Téléphone

Plus en détail

L eau dans le processus de lavagedésinfection. conditions de mesure des paramètres. 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti

L eau dans le processus de lavagedésinfection. conditions de mesure des paramètres. 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti L eau dans le processus de lavagedésinfection et de stérilisation: conditions de mesure des paramètres 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti Les normes Normes sur l eau purifiée (pharma, laboratoire,

Plus en détail

Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours

Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours Dr Laure BELOTTI, Praticien contractuel, Laboratoire d'hygiène hospitalière, CHU de STRASBOURG Dr. Arnaud FLORENTIN, Assistant Hospitalo-Universitaire

Plus en détail

Chloroforme ENVIRONNEMENT INDUSTRIE. Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire

Chloroforme ENVIRONNEMENT INDUSTRIE. Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire ENVIRONNEMENT INDUSTRIE Chloroforme Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire I. Description et Composés II. Origine et Présence dans l environnement III. Secteur d utilisation IV. Valeurs

Plus en détail

Potassium K + Sulfate SO 4. b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette.

Potassium K + Sulfate SO 4. b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette. 1L : Alimentation et environnement Chapitre.1 : Les eaux naturelles I. Eaux de source et eaux minérales Activité.1 : Lire le texte et répondre aux questions. Selon la définition adoptée par la Communauté

Plus en détail

DECRETS. 24 Rabie El Aouel 1427 23 avril 2006 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 26

DECRETS. 24 Rabie El Aouel 1427 23 avril 2006 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 26 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 6 4 Rabie El Aouel 47 avril 006 DECRETS Décret exécutif n 064 du 0 Rabie El Aouel 47 correspondant au 9 avril 006 définissant les valeurs limites des rejets

Plus en détail

Tarifs du SILA 2016 REDEVANCES D'ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF PARTICIPATION POUR LE FINANCEMENT DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF (PFAC)

Tarifs du SILA 2016 REDEVANCES D'ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF PARTICIPATION POUR LE FINANCEMENT DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF (PFAC) Tarifs du SILA 2016 TRAITEMENT DES DÉCHETS REDEVANCES D'ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF PARTICIPATION POUR LE FINANCEMENT DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF (PFAC) PARTICIPATION POUR LE FINANCEMENT

Plus en détail

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau 2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2 Thème 2 Utilisation des ressources naturelles L eau Problématique générale: Des millions d hommes, dans les pays défavorisés, meurent encore chaque année pour avoir

Plus en détail

Méthode d analyse Détermination de la conductivité dans les effluents; Méthode électrométrique

Méthode d analyse Détermination de la conductivité dans les effluents; Méthode électrométrique Centre d expertise en analyse environnementale du Québec MA. 115 Cond. 1.0 Édition : 1999-03-02 Révision : 2002-05-06 (2) Méthode d analyse Détermination de la conductivité dans les effluents; Méthode

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif au programme de prélèvements et d analyses du contrôle sanitaire pour les eaux fournies

Plus en détail

Laboratoire portable pour la qualité de l'eau

Laboratoire portable pour la qualité de l'eau Laboratoire portable pour la qualité de l'eau L'utilisation d'un laboratoire portable permet d avoir une gamme complète de tests à la fois physico-chimiques et microbiologiques ou microbiologiques seulement.

Plus en détail

TitroLine 6000 - idéal pour l agro-alimentaire, l eau, les eaux usées et les applications environnementales

TitroLine 6000 - idéal pour l agro-alimentaire, l eau, les eaux usées et les applications environnementales - idéal pour l agro-alimentaire, l eau, les eaux usées et les applications environnementales Grâce à sa vaste gamme d applications, le permet l accès aux titrations potentiométriques et est l appareil

Plus en détail

Choix des produits désinfectants en milieu de soins

Choix des produits désinfectants en milieu de soins Choix des produits désinfectants en milieu de soins Réunion des réseaux ARLIN Midi-Pyrénées Toulouse, 8 décembre 2015 Xavier Verdeil Equipe Opréationnelle en Hygiène CHU Toulouse Purpan 1 Les produits

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL SERIE L SESSION 2007 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE

BACCALAUREAT GENERAL SERIE L SESSION 2007 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE BACCALAUREAT GENERAL SERIE L SESSION 2007 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE Durée de l épreuve: 1 h 30 - coefficient: 2 L usage de la calculatrice n est pas autorisé. 1 / 6 PARTIE I ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Examen de Chimie des eaux septembre 2002 T. MOUTIN Licence Sciences de la Terre Durée : 1 heure Documents non autorisés, calculatrices autorisées

Examen de Chimie des eaux septembre 2002 T. MOUTIN Licence Sciences de la Terre Durée : 1 heure Documents non autorisés, calculatrices autorisées Examen de Chimie des eaux septembre 2002 T. MOUTIN Licence Sciences de la Terre Durée : 1 heure Documents non autorisés, calculatrices autorisées On considère une eau en équilibre avec le CO 2 (g) dont

Plus en détail

ENplus. Programme de Certification des Granulés de Bois. Référentiel ENplus. Partie 3: Exigences sur la qualité du granulé

ENplus. Programme de Certification des Granulés de Bois. Référentiel ENplus. Partie 3: Exigences sur la qualité du granulé ENplus Programme de Certification des Granulés de Bois Référentiel ENplus Partie 3: Exigences sur la qualité du granulé Version 3.0, Août 2015 Editeur de la version anglaise: European Pellet Council (EPC):

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE N 24 4ème ANNEE Dimanche 7 Rabie El Aouel 427 Correspondant au 6 avril 6 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS ARRETES,

Plus en détail

Les différents traitements de l eau

Les différents traitements de l eau Les différents traitements de l eau Mise à jour le 21/04/2010 Chaque français utilise 100 à 200 litres d eau potable par jour, dont 3 à 5 litres qui servent à l eau de boisson et à la préparation des repas.

Plus en détail