LES ENGRAIS VERTS. Un outil pour le bon fonctionnement du sol

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ENGRAIS VERTS. Un outil pour le bon fonctionnement du sol"

Transcription

1 LES ENGRAIS VERTS Un outil pour le bon fonctionnement du sol Un engrais vert est un couvert végétal constitué d une ou plusieurs espèces, de croissance généralement rapide, cultivé pour être incorporé au sol (donc non récolté) afin d en augmenter la fertilité. Il permet d améliorer la structure du sol et de restituer des éléments nutritionnels pour la culture suivante. Il peut s intégrer en rotation dans différents systèmes de cultures : grandes cultures, maraîchage, Ce guide technique a pour objectifs de : faire le point sur les avantages et limites des engrais verts connaître les critères de choix suivant les objectifs fixés détailler des points techniques depuis son implantation jusqu à sa destruction. Il se destine à tout producteur qui s interroge sur l introduction d engrais vert dans son système et qui veut être au clair sur les bénéfices, les limites et les erreurs à éviter. Ces données sont basées sur les formations dispensées par Dominique MASSENOT, consultant spécialisé dans l optimisation de la fertilité des sols, et sur de la bibliographie. sommaire > Pourquoi implanter un engrais vert? > Comment réfléchir la mise en place d un engrais vert > Les limites > Les erreurs à éviter Bonne lecture! Edition Décembre 2014 Rédaction : AGROBIO 47 Association de développement de l Agriculture Biologique de Lot et Garonne

2 Pourquoi implanter un engrais vert? Le fonctionnement du sol est grandement influencé par les caractéristiques physico-chimiques du profil cultural : un milieu poreux et aéré est aussi important pour le fonctionnement microbien que pour l absorption des nutriments par ses racines. Or la structure d un sol et sa porosité sont issues de 2 phénomènes complémentaires : la fragmentation, phénomène physique dû au gel, au sec et au travail du sol l agrégation, phénomène biologique dû à l activité microbienne intense du sol. FRAGMENTATION (action physique) Structure fragmentaire Structure du sol Structure grumeleuse AGREGATION (activité biologique) L activité microbienne «intense» a besoin d azote organique et de sucres rapides pour vivre et se développer ; ce «bol alimentaire» ne peut être amené que par un engrais vert détruit jeune et/ou par l apport d un compost jeune. Aussi, le travail du sol et l engrais vert sont des outils complémentaires dans la construction et l entretien de la porosité d un sol. Exemple : si un sol est trop tassé, il est conseillé de faire un travail du sol de fissuration puis d entretenir la structure par un engrais vert. COMMENT REFLECHIR LA MISE EN PLACE D UN ENGRAIS VERT? PRINCIPES FONDAMENTAUX L engrais vert doit faire partie de la rotation. En maraichage, il peut être introduit dès la 1 ère année (et même en préparation de la parcelle pour éviter un précédent friche ou vieille prairie favorable notamment aux taupins). L engrais vert se cultive, avec un itinéraire technique maîtrisé comme une culture normale. L engrais vert sert à «nourrir le sol pour nourrir la plante». Page 2

3 LES OBJECTIFS POSSIBLES POUR LES ENGRAIS VERTS Les engrais verts ont divers effets sur le sol. Le choix de leur implantation dans la rotation peut répondre à un ou plusieurs objectifs : Effet physique : améliore la porosité du sol Participe à maintenir une structure grumeleuse dans le temps Participe à lutter contre la battance et le tassement Améliore le ressuyage et le réchauffement du sol Améliore l enracinement profond des plantes cultivées Effet chimique : améliore la mobilisation des éléments minéraux Facilite la nutrition de la culture suivante en éléments minéraux. Dans les sols sains, la décomposition de la matière organique très fermentescible (peu lignifiée) consomme de l oxygène et crée un phénomène de réduction qui déstabilise les minéraux sous forme oxydée et les rend plus facilement assimilables pour la culture suivante. Effet biologique : améliore l activité biologique intense du sol Nourrit les micro-organismes du sol Quand les engrais verts sont détruits tôt (avant floraison), la matière organique, abondante et très fermentescible, apportée par l enfouissement de jeunes tissus végétaux favorise la vie microbienne du sol. Cette matière est essentiellement composée de sucres et d azote organique, facilement utilisables par les micro-organismes du sol (notamment les champignons et bactéries). permettant un bon fonctionnement du sol Par leur activité biologique intense, les micro-organismes du sol vont synthétiser du «mucus» microbien qui joue le rôle de «colle» organique. Cette colle va permettre l agrégation des particules minérales (sable, limon, argile) et donc favoriser une structure grumeleuse caractéristique d un bon fonctionnement du sol propice au bon développement des cultures. Effet adventices : Concoure à une meilleure maîtrise du salissement des parcelles : les engrais verts limitent le développement des adventices, d autant plus si leur croissance est rapide et leur pouvoir couvrant important. Par exemple, une culture de seigle ou d avoine peut être envisagée sur des terres très envahies par le chiendent. De plus, certaines plantes, comme le sarrasin, la navette, semblent avoir un pouvoir désherbant (effet éliciteur) et laissent des terres propres. Effet sanitaire : Allonge la rotation et diminue la pression des maladies et parasites si les engrais verts choisis ne font pas partie des mêmes familles que les cultures de vente. Page 3

4 LE CHOIX VARIETAL Les grands critères de choix sont : Croissance rapide Risque faible de repousses : préférer des annuelles Efficace, c est-à-dire répondant à/aux objectif(s) fixé(s) Adapté à la saison Econome : en effet, les engrais verts multi espèces proposés dans le commerce ont souvent un coût très élevé ; on privilégiera de préférence les mélanges graminées/légumineuses (qui apportent de l azote et des sucres) Choisir en fonction de l objectif visé Structure du sol Stimulation de l activité microbienne Apports d azote Gestion des adventices Poacées - céréales - Graminées fourragères Brassicacées - crucifères - (notamment en sol calcaire/ argilocalcaire*) Fabacées à grosses graines ** (ex : pois, féverole, ) - légumineuses - Cultures étouffantes (sorgho, sarrasin, seigle) ou cultures de la même famille que les adventices*** * En sol calcaire et/ou argilo-calcaire, la présence de calcaire bloque souvent la disponibilité des autres éléments ou oligo-éléments du sol ; les brassicacées, riches en soufre, ont un effet acidifiant supérieur et contribuent à lutter contre les blocages dû au calcaire actif. Cette famille de plantes contribue à stimuler l activité microbienne par amélioration du ratio azote/soufre, qui doit être plus élevé en sol calcaire qu en sol non calcaire. ** Parmi les légumineuses, celles à grosses graines fixent plus rapidement l azote que celles à petites graines (luzerne, mélilot, ). *** La culture de crucifères en engrais vert telle que la moutarde peut empêcher la venue des ravenelles De même, une culture d avoine va concurrencer la présence de folle avoine. Choisir en fonction de la saison Ci-dessous quelques exemples de familles possibles en fonction de la saison : Implantation Familles Fabacées Graminées/Poacées Autres Avant le 15 Juin Trèfle d Alexandrie Vesce d été Sorgho (à partir de mai, à utiliser seul) Sarrasin Du 1 er Juillet au 20 Août Du 20 Août au 30 Septembre Trèfle incarnat Vesce Phacélie Pois fourrager Seigle Avoine Triticale Seigle Moutarde Radis Colza Après le 30 Septembre Féverole d hiver Seigle NB : Ce tableau est non exhaustif ; il est possible d ajouter beaucoup d espèces et évidemment de faire beaucoup de mélanges! Page 4

5 Quelques remarques sur le choix variétal : Les graminées et les poacées amènent du sucre (énergie) L avoine et le seigle sont les plus rustiques. Les fabacées amènent de l azote Mais la pousse est faible en hiver, en jours courts surtout pour la vesce ; la féverole pousse mieux. Les fabacées ne sont pas un précédent idéal pour les brassicacées. Le sarrasin (Polygonacées) est une plante nettoyante par son effet allélopathique qui peut parfois se poursuivre sur la culture suivante. Il faut en tenir compte pour les délais avant plantation. En maraîchage, éviter les brassicacées car c est une famille botanique déjà très cultivée. Engrais vert composé d un mélange triticale+vesce+gesce 4 L IMPLANTATION Ne pas faire de la terre trop fine sensible au tassement (le vibroculteur suffit) Pour un mélange : prévoir 2/3 de graminées ou poacées et 1/3 de fabacées Recouvrir légèrement la graine ou la rappuyer Éviter une période trop sèche ou irriguer avant Possibilité d amener des engrais organiques déshydratés à l implantation d un engrais vert de poacées 5 LA DESTRUCTION Le stade de destruction Si l engrais vert doit participer à nourrir les microbes du sol, il doit IMPERATIVEMENT être détruit au stade jeune, là où il est le plus riche en azote et sucres rapides. Cela signifie une destruction avant floraison. Au-delà, il fera surtout de la biomasse nécessitant davantage de temps (et d azote) pour se décomposer. Aussi, il faut veiller à ce qu il ne se lignifie pas afin d éviter un effet dépressif au printemps suivant (phénomène de faim d azote). Pour que l engrais vert ait un effet starter sur la culture suivante, c est-à-dire capable de stimuler les micro organismes du sol au printemps, il doit amener au minimum 300 kg de sucres et 30 unités d azote à l hectare, soit une biomasse entre 500 kg et 1 tonne de matière sèche par hectare. Aussi, il n y a donc pas de hauteur standard de coupe de cet engrais vert, mais il s agit de calculer la biomasse pour savoir à quelle hauteur optimale le détruire. Remarques : - Pour un ordre de grandeur, concernant les céréales ou le sorgho, cela correspond environ à une hauteur de plante de 10 cm. - L azote apporté par l engrais vert est de l azote organique beaucoup moins lessivable que l azote minéral car capté par les micro-organismes du sol. Page 5

6 Les étapes de la destruction Deux options sont possibles : Engrais vert de seigle-vesce (environ 15 cm de haut) prêt à être détruit Engrais vert à courte durée : le girobroyer (le plus fin possible) ou disquer (covercrop, néodéchaumeur, ) et l incorporer en suivant sur les premiers centimètres du sol pour une plantation ou un semis 3 à 4 semaines après. Il est notamment conseillé de girobroyer dans le cas de l implantation de cultures maraichères. Dans le cas de grandes cultures, une incorporation peut suffire. Engrais vert un peu plus long en saison ou plus développé : Si l engrais vert se développe plus rapidement que prévu, il est possible de le tondre, girobroyer, faucher ou disquer pour calmer sa pousse et éviter qu il ne devienne trop ligneux et ne monte à fleur. Cette opération peut être effectuée au moment où la plante atteint le stade bourgeon ou première fleur. Ainsi, il repoussera et il sera possible de le girobroyer ou disquer (covercrop, néodéchaumeur, ) de nouveau avant de l incorporer en suivant sur les premiers centimètres pour une plantation ou un semis 3 à 4 semaines après. Suivant les types de sol, et notamment dans les cas où il est difficile d intervenir au printemps, si l engrais vert est assez développé, il sera peut-être judicieux de le détruire tôt (ex : courant Janvier) plutôt que de le laisser se développer davantage et ne pas réussir à le détruire par la suite. Remarques importantes Avant sa destruction et suivant les types de sol, passer un décompacteur dans l engrais vert peut permettre au sol de ne pas se refermer trop vite. Il peut être intéressant de profiter du moment de la destruction de l engrais vert pour amener la fertilisation organique : fientes, fumier composté ou engrais organiques hydratés. Les engrais organiques déshydratés sont plutôt à amener à l implantation d un engrais vert de céréales. Sous tunnel, il est conseillé de continuer à arroser pendant la phase de décomposition. Vérifier la décomposition totale de l engrais vert avant l implantation de la culture suivante pour ne pas risquer un effet dépressif de type gley (teinte verdâtre ou bleuâtre). Semis d un engrais vert triticale/féverole avant plantation de la vigne ; à girobroyer ou disquer au stade jeune puis à incorporer en surface. Page 6

7 LES LIMITES DES ENGRAIS VERTS La culture d un engrais vert occupe en général le sol sur 2 à 3 mois, ce qui peut être contraignant dans certains systèmes (ex : maraichage). Il est conseillé de respecter un délai d attente minimal de 1 à 2 ans avant la culture d une même famille. La biomasse incorporée au sol lors de la destruction de l engrais vert peut attirer les nuisibles à la culture suivante tels que limaces et tipules. L engrais vert ne fournira d azote à la culture suivante que s il contient des légumineuses. La difficulté majeure réside dans la possibilité de destruction de l engrais vert, notamment au printemps : il s agit de trouver un créneau pour rentrer dans les terres sans détruire la structure créée par cet engrais vert. Il est par exemple souvent difficile dans des parcelles argileuses de le détruire notamment en présence de graminées car elles forment un tapis très aqueux qui empêche le sol de se ressuyer et donc de pouvoir pénétrer dans les terres avec des outils. Aussi, de manière générale, mieux vaut le détruire trop tôt plutôt que trop tard. LES ERREURS A EVITER! Ne pas semer sur un sol tassé (risque de non germination Mélange graminées, durable) fabacées, brassicacées Ne pas détruire un engrais vert trop tard : détruit jeune, il participe à la fertilisation azotée, mais détruit à un stade floraison/épiaison, il peut consommer de l azote. Ne pas détruire un engrais vert au dernier moment, mais lui laisser le temps nécessaire pour sa décomposition en surface : compter 3 à 4 semaines pour du maraîchage en plein champ ou des grandes cultures et 10 à 20 jours en maraîchage sous abri. En effet, si ce temps n est pas respecté, il peut se former du gley entraînant un risque d effet dépressif sur les cultures suivantes. Ne pas enfouir l engrais vert en profondeur dans une couche avec moins d oxygène, où il va mal se décomposer et putréfier (formation de gley). Cela engendre notamment : - une consommation d azote entraînant une faim d azote sur la culture suivante - un développement préférentiel d organismes ravageurs des cultures tels que les taupins, vers gris, scuttigerelles et des champignons pathogènes (sclérotinia, phytophtora.) L incorporer juste après sa destruction sur les premiers centimètres du sol : sinon, il risque de sécher, entraînant une décomposition plus lente et un risque de perte de valeur alimentaire. Mauvaise décomposition des matières organiques Page 7

8 UN RESEAU POUR VOUS ACCOMPAGNER Agrobio47 peut répondre à vos questions (techniques, réglementaires,..) concernant l agriculture biologique. De plus, Agrobio47 met en place : Des réunions d échange entre les producteurs Des formations sur les diverses productions du Lot-et-Garonne Un réseau de fermes de démonstration à disposition de tous les agriculteurs ayant un projet de conversion ou débutant en agriculture biologique. N hésitez pas à nous solliciter! QUELQUES REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES Ce guide reprend des informations contenues dans les documents suivants : - Formations et écrits de Dominique Massenot, Amisol - Fiche technique «Les engrais verts en agriculture biologique», Bio d Aquitaine Si vous recherchez des références bibliographiques sur ce sujet, nous pouvons vous aider à en trouver. Guide Engrais Vert Imprimé et réalisé par nos soins avec le concours financier de l Europe, du Conseil Régional d Aquitaine, du Conseil Général de Lot et Garonne. AGROBIO rue Victor Michaut Villeneuve sur Lot Tel : Mail : ou

Les ravageurs du sol : causes, dégâts, solutions agronomiques. Année 2015

Les ravageurs du sol : causes, dégâts, solutions agronomiques. Année 2015 Les ravageurs du sol : causes, dégâts, solutions agronomiques Année 2015 Liens entre état du sol et développement de certains ravageurs et champignons pathogènes Les sols en Pays-Basque Battance des limons/argiles

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail

Adapter les techniques d implantation à chaque situation

Adapter les techniques d implantation à chaque situation Adapter les techniques d implantation à chaque situation Jérôme LABREUCHE Damien BRUN Pôle Agro-équipement Les techniques d implantation ont souvent un impact limité sur le rendement Les techniques d implantation

Plus en détail

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Mercredi 2 juillet 2014 14 h - Ittenheim Edouard Cholley Félix Meyer Gérald Huber Introduction Voir les couverts végétaux, comme un outil agronomique

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Club CDA CONFÉRENCE Grande culture biologique et semis direct Les essais Rodale Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Projet 12-INNO2-04 Jeff Moyer1, Denis La France 2, Fin

Plus en détail

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

Diagnostic et évolution de la fertilité du sol

Diagnostic et évolution de la fertilité du sol MARAICHAGE 2005 Fiche action 3 02 02 18 AB L05 PACA/13 Diagnostic et évolution de la fertilité du sol H.VEDIE L. ROMET (GRAB) 1- BUT ET CONTEXTE : Depuis 2001, le Groupe de Recherche en Agriculture Biologique

Plus en détail

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Chambre d Agriculture des Vosges Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Une culture

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

COMPTE RENDU. Journée semis direct dans le Béarn

COMPTE RENDU. Journée semis direct dans le Béarn COMPTE RENDU Journée semis direct dans le Béarn 26/07/12 1. L exploitation de Christophe Cassoulong Lieux: Lalonquette Elevage: 60 mères blondes d Aquitaine Cultures: 67ha : 2/3 Prairie 1/3 Cultures Maïs

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Bilan de 10 années d expérimentation en Lorraine

Bilan de 10 années d expérimentation en Lorraine GUIDE PRATIQUE POUR LES AGRICULTEURS JUIN 2012 Couverture du sol en interculture : Choisir un couvert adapté à ses besoins Bilan de 10 années d expérimentation en Lorraine Pourquoi implanter un couvert?

Plus en détail

GESTION DE LA FERTILITE DES SOLS :

GESTION DE LA FERTILITE DES SOLS : GESTION DE LA FERTILITE DES SOLS : DIAPORAMAS DES INTERVENTIONS 35 36 B.Feschet, avec la collaboration de JP.Cohan, A.Bouthier, I.Félix, M.Mangin (Arvalis), L.Fourrié (Itab) MO non visible à l œil nu :

Plus en détail

SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2. La création d une pelouse page 3. L entretien exceptionnel page 6

SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2. La création d une pelouse page 3. L entretien exceptionnel page 6 60.02 SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE C O N S E I L C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2 La création d une pelouse page 3 L entretien normal page 5 L entretien exceptionnel page 6 page 1/6 OUTILLAGE

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr.

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr. Bien travailler son sol Anne Weill, agr. Pourquoi travailler le sol? Le cycle compaction-décompaction Effet du travail du sol Choix en fonction de la situation Le travail du sol profond Le travail du sol

Plus en détail

D après l enquête 2011 sur les pratiques culturales, environ 230 000 ha étaient semés en semis-direct, essentiellement dans des résidus de culture.

D après l enquête 2011 sur les pratiques culturales, environ 230 000 ha étaient semés en semis-direct, essentiellement dans des résidus de culture. Sommaire De quoi parle t-on? Intérêts et points de vigilance Du concept à la technique Regards croisés De quoi parle-t-on? Le Semis-Direct sous Couverture Végétale (SDCV) consiste à associer arrêt du travail

Plus en détail

Comment choisir son terreau et son fertilisant

Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Entretenez la qualité de la terre Votre sol joue principalement 2 rôles. Il contient les substances nutritives

Plus en détail

«Prêt-à-pousser» pour les années à venir! Guide sur le démarrage et l utilisation de votre jardinière

«Prêt-à-pousser» pour les années à venir! Guide sur le démarrage et l utilisation de votre jardinière Des jardins sur les toits de nouveaux espaces pour la communauté www.lesjardins.ca «Prêt-à-pousser» pour les années à venir! Guide sur le démarrage et l utilisation de votre jardinière Jardinière écologique

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Théme 1: matière organique et biodiversité

Théme 1: matière organique et biodiversité Théme 1: matière organique et biodiversité Jan Valckx Provincie Limburg (B) Union européenne - Europese Unie Fonds Européen de Développement Régional Europees Fonds voor Regionale Ontwikkeling Interreg

Plus en détail

Le verdissement de la Politique agricole commune

Le verdissement de la Politique agricole commune Jean Claude VAN SCHINGEN Direction des surfaces agricoles Département des Aides Le verdissement de la Politique agricole commune en Région wallonne Présentations Septembre octobre 2014 1. Limite de l exposé

Plus en détail

Adapter les Apports Organiques au sol

Adapter les Apports Organiques au sol Adapter les Apports Organiques au sol Différents mécanismes entrent en jeu dans l assimilation des matières organiques dans le sol : - Les éléments végétaux grossiers sont fragmentés par l action des insectes

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES : LES CONTRAINTES SUR LA GESTION DE L INTERCULTURE

DIRECTIVE NITRATES : LES CONTRAINTES SUR LA GESTION DE L INTERCULTURE CHOISIR ET REUSSIR SON COUVERT VEGETAL PENDANT L INTERCULTURE EN AB Cameline (S.Minette, CRA PC) Moutarde, phacélie, avoine, trèfles mais aussi, sarrasin, navette, lentille, moha Tous ces couverts végétaux

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

Un petit compte-rendu d'un tour de plaine chez Sylvain et Jérôme Rétif, en Loir et Cher.

Un petit compte-rendu d'un tour de plaine chez Sylvain et Jérôme Rétif, en Loir et Cher. {{Et voici les notes de Guillaume Bodovillé}} Un petit compte-rendu d'un tour de plaine chez Sylvain et Jérôme Rétif, en Loir et Cher. Sylvain et Jérôme exploitent 270 ha en propre et 50 ha à façon. Sur

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ Lundi 12 mai 2014 Villedieu sur Indre (36) Retrouvez les supports présentés

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions Novembre 2010 CHAMBRE D AGRICULTURE 47 4ème Programme d Actions ZONE VULNERABLE Quelle zone? 93 communes 2466 exploitations 94425 ha 4ème Programme

Plus en détail

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho GUIde sorgho 2015 La Gamme sorgho 2015 17 % Besoins en eau limités Diversité de culture dans la rotation 46 % 6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho Besoins en intrants faibles 12 % 10 % Dégâts sur la

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface.

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface. COMMENT OBTENIR UNE BONNE PELOUSE? Tout le monde souhaite avoir un superbe gazon. Pour pouvoir profiter d'un espace de verdure impeccable, il ne suffit pas de le rêver. Il faut procéder étape par étape

Plus en détail

Midi-Pyrénées POIS PROTEAGINEUX

Midi-Pyrénées POIS PROTEAGINEUX Bulletin technique Grandes Cultures Bio Midi-Pyrénées Janvier 2014 POIS PROTEAGINEUX Intérêt des protéagineux C est une culture adaptée aux rotations en sec et qui laisse un bon reliquat azoté pour la

Plus en détail

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries)

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Introduction : Bien qu'elle porte le même nom, la carie (Tilletia Caries) n'a rien à voir avec la carie dentaire qui est connu par le grand publique. La

Plus en détail

Formation «Compost & Co»

Formation «Compost & Co» Formation «Compost & Co» Techniques de valorisation des déchets organiques chez soi Mercredi 08 avril 2015 Le sol : un milieu vivant dont il faut profiter Pas simplement un support «éponge» pour nos plantes.

Plus en détail

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Louis Robert, agronome MAPAQ Centre de services de Ste-Marie Dans notre région, l agriculture est basée pour une forte proportion

Plus en détail

Gazon semé Gazon plaqué Pose en toute saison - + Rapidité d'utilisation - + Moins de problèmes de levée liés au climat (sec, froid)

Gazon semé Gazon plaqué Pose en toute saison - + Rapidité d'utilisation - + Moins de problèmes de levée liés au climat (sec, froid) GAZONS Un gazon, ou pelouse, est une surface semée de graminées sélectionnées. Cette sélection se fait en fonction de la qualité ornementale du gazon, de sa résistance (au piétinement, à la sécheresse,

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

Réussir votre gazon JARDIN 02

Réussir votre gazon JARDIN 02 Réussir votre gazon JARDIN 02 1 Choisir un gazon a) Vérifier que le type de gazon souhaité correspond : à l'utilisation sport et jeux gazon anglais gazon rustique (usage intensif) résistance esthétique

Plus en détail

compostage individuel

compostage individuel 1 Le guide du compostage individuel ENSEMBLE VALORISONS NOS DECHETS 2 Des avantages tout terrain Epluchures de légumes, marc de café, coquilles d oeufs ou fleurs fânées,..., les déchets biodégradables

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

Cultures de couverture

Cultures de couverture Les pratiques agricoles de conservation 2 4 6 12 Construire la structure du sol Habiter le sol par les racines Les différentes plantes disponibles Cultures de couverture dans une rotation 14 Caractéristiques

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

Broyage des végétaux à domicile

Broyage des végétaux à domicile Broyage des végétaux à domicile Dans le cadre de son plan de prévention des déchets avec le Conseil Général de l Ain, le SIVOM du Bas-Bugey décide de lancer un nouveau service : Le broyage consiste à réduire,

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

nourrir, employer, préserver

nourrir, employer, préserver nourrir, employer, préserver Historique du projet Une ferme, un projet La Corbière est le nom d une ferme située au Sud du Maine-et-Loire, dans le pays des Mauges, où la terre à été transmise de père à

Plus en détail

Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter

Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter En 2007, un groupe d experts réunis par l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO) a publié un rapport soulignant

Plus en détail

Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP. www.staehler.ch

Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP. www.staehler.ch Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP www.staehler.ch Pourquoi est-ce que les rumex sont des plantes à problèmes? Les rumex forment jusqu à 80'000 graines

Plus en détail

Comment planter un arbre *

Comment planter un arbre * Comment planter un arbre * 1. Avant la plantation Gardez la motte de racines humide. Gardez l arbre dans un endroit ombragé jusqu à la plantation. 2. Préparez le site pour la plantation Enlevez le gazon,

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

L assèchement des sols saturés d eau

L assèchement des sols saturés d eau L assèchement des sols saturés d eau L assèchement des sols saturés d eau Si la sécheresse est un problème qu affrontent fréquemment de nombreux agriculteurs canadiens, les terres agricoles inondées t

Plus en détail

TRAVAIL DU SOL ET IMPLANTATION DES MAÏS

TRAVAIL DU SOL ET IMPLANTATION DES MAÏS TRAVAIL DU SOL ET IMPLANTATION DES MAÏS -Etat des connaissances -Approche comparée d indicateurs par rapport au labour Gilles ESPAGNOL Arvalis-Institut du Végétal Station de Montardon 64 1-Les techniques

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE

FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE Maïs FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE - 2013 La plante Le maïs est cultivé pour : - le grain, qui est intéressant notamment pour son apport énergétique dans la ration biologique des animaux mono

Plus en détail

Les références pour calculer la "juste" dose d azote à apporter. Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies

Les références pour calculer la juste dose d azote à apporter. Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies Les références pour calculer la "juste" dose d azote à apporter Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies Référentiel Zones Vulnérables de Picardie pour 2013 Contexte

Plus en détail

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE Konrad Schreiber Institut de l Agriculture Durable 1 2 LA MISE À NU DES SOLS POSE D ÉNORMES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

La bio : un choix. pour une eau de qualité!

La bio : un choix. pour une eau de qualité! La bio : un choix pour une eau de qualité! Actuellement, en France, avoir de l eau potable au robinet est considéré comme normal et ordinaire. Pourtant, soumise aux pollutions industrielles, agricoles

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Implantation de colza au Strip till Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Objectifs de l essai Comparer différentes techniques d implantation simplifiée en colza Mono-graine

Plus en détail

Le CETIOM s implique dans les réseaux d agriculteurs innovants

Le CETIOM s implique dans les réseaux d agriculteurs innovants Le CETIOM s implique dans les réseaux d agriculteurs innovants Gilles Sauzet CETIOM La recherche de systèmes de production doublement performants, d un point de vue économique et environnemental, doit

Plus en détail

Acquérir des références techniques en Agriculture Biologique GRANDES CULTURES

Acquérir des références techniques en Agriculture Biologique GRANDES CULTURES Acquérir des références techniques en Agriculture Biologique GRANDES CULTURES Synthèse des expérimentations 2010-2011 Région Lorraine Le Mot du Président : 2012, 3 ème année du Schéma de Développement

Plus en détail

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Isabelle Chaillet, ARVALIS Judith Burstin, Gérard Duc, INRA UMR LEG Dijon Avec le concours de JM. Retailleau, GEVES Place des

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

Tout ce que vous devez savoir pour bien composter... Le Compostage

Tout ce que vous devez savoir pour bien composter... Le Compostage Tout ce que vous devez savoir pour bien composter... Le Compostage LE COMPOSTAGE : QU EST-CE QUE C EST? C est le cycle naturel de dégradation des matières organiques en présence d air. Le compostage permet

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir!

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! Les principaux objectifs et avantages L agronomie En étudiant scientifiquement les critères biologiques, physiques et chimiques, elle joue un rôle

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France

Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France Association Française pour la Production Fourragère Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France - 2014 - PRÉAMBULE Les préconisations fournies ici constituent un guide

Plus en détail

Semis direct: de l essai à la pratique

Semis direct: de l essai à la pratique Travail du sol - Semis direct 2.4.3 Semis direct: de l essai à la pratique Expériences acquises dans un système de semis direct en continu A. Chervet 1, L. Gubler 1, P. Hofer 1, C. Maurer-Troxler 1, M.

Plus en détail

Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines

Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines Guide Technique 2015 Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines Pour s affranchir du risque de sécheresse estivale OBJECTIF Cette pratique sécurise les stocks fourragers en diversifiant les

Plus en détail

Fiche conseil. Comment planter et entretenir vos bulbes à floraison printanière

Fiche conseil. Comment planter et entretenir vos bulbes à floraison printanière Comment planter et entretenir vos bulbes à floraison printanière Comment planter et entretenir vos bulbes à floraison printanière Les messagers du Printemps Plantés à l automne ces bulbes annoncent les

Plus en détail

Un nouveau modèle d agriculture

Un nouveau modèle d agriculture Un nouveau modèle d agriculture Produire plus avec moins Guide à l intention des décideurs sur l intensification durable de l agriculture paysanne L intensification durable des cultures peut se résumer

Plus en détail

légumineuses, seigle, épeautre, pomme de terre, légumes de plein champ. orge, triticale, prairie temporaire, luzerne, oignons.

légumineuses, seigle, épeautre, pomme de terre, légumes de plein champ. orge, triticale, prairie temporaire, luzerne, oignons. Maïs Culture 4.5.11 Généralité Le maïs : est gourmand en éléments fertilisants; met bien en valeur l azote organique; est un fourrage de qualité. Type de sol, climat Sol Favorables Profond; bien structuré;

Plus en détail

Essai d implantation de colza

Essai d implantation de colza Essai d implantation de colza Selon divers technique de semis Et en association CUMA des Deux Fonds BASE 72 (Bretagne Agriculture Sol et Environnement Sarthe) Cette fois-ci, nous avons fait un essai visant

Plus en détail

Réunion Publique Opération Compostage Individuel

Réunion Publique Opération Compostage Individuel Réunion Publique Opération Compostage Individuel Introduction : 1) mettre nos déchets dans le composteur et non à la poubelle? 2) transformer nos déchets en compost? 3) utiliser le compost? 4) Le paillage,

Plus en détail

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Animateur : Sylvie Dulenc - Chambre d agriculture de l Hérault Intervenants

Plus en détail

Synthèse de l étude des pistes en gazon des hippodromes de France Galop.

Synthèse de l étude des pistes en gazon des hippodromes de France Galop. Synthèse de l étude des pistes en gazon des hippodromes de France Galop. Document élaboré à partir de l étude Labosport (Janvier 2005) et du rapport de R. Everett (Septembre 2005). Résumé et traduction

Plus en détail

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010 Exemple: Modèle numérique de terrain Photo printemps 2010 Photo : Véronique Gagnon, ing. junior. Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie Écoulement hypodermique provenant d un labour

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Lutte contre les mauvaises herbes

Lutte contre les mauvaises herbes Chapitre 26 Lutte contre les mauvaises herbes Dans ce chapitre Mots-clés Mauvaises herbes Après avoir étudié la matière de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Définir ce qu est une mauvaise herbe.

Plus en détail

Rotations pratiquées en grandes cultures biologiques en France : état des lieux par région

Rotations pratiquées en grandes cultures biologiques en France : état des lieux par région Programme RotAB Connaître, caractériser et évaluer les rotations en systèmes de grandes cultures biologiques Rotations pratiquées en grandes cultures biologiques en France : état des lieux par région CA

Plus en détail

informations actuelles

informations actuelles Info printemps 2015 avril 2015 CHABLAIS-LAVAUX SA Entretien du gazon au printemps Gazon de placage et semence de gazon Nouveautés Fleurs sauvages Adresse de contact: Sujets traités Chères lectrices et

Plus en détail

La compaction des sols : Les causes et les solutions

La compaction des sols : Les causes et les solutions -1- La compaction des sols : Les causes et les solutions No : 05-C01 Novembre 05 Par: Georges Erick Tsague, CCA GGAEO, Alfred, ON Remerciements: Sylvie Denis, Agr etsague@cropadvisers.com, etsague@yahoo.fr

Plus en détail

Agnès Gedda Le potager bio

Agnès Gedda Le potager bio Agnès Gedda Le potager bio Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3544-9 Table des matières Introduction...................................................... 7 Chapitre 1 : Ce qu il faut avoir, ce qu il faut

Plus en détail