La plongée sous marine 2/3 : une activité hyperbare

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La plongée sous marine 2/3 : une activité hyperbare"

Transcription

1 La plongée sous marine 2/3 : une activité hyperbare Article rédigé par Pierre Letellier (Professeur Emérite à l Université Pierre et Marie Curie -Paris- & moniteur BEES 2, plongée sous-marine) - Photos sous-marines Laurence Saulnier et Jérôme Clabé -, édité par Nicolas Lévy, responsable éditorial du site CultureSciences-Chimie. Table des matières 1. Augmentation de la pression avec la profondeur. Conséquences 1. Présentation 2. Le squeeze du scaphandrier 3. De l eau à plus de 100 C qui ne bout pas 2. Compressibilité des gaz. Les gaz respiratoires. 1. Présentation 2. Variation du volume des gaz avec la pression 3. Les barotraumatismes 4. Un profondimètre judicieux, bon marché. 3. Les limites du modèle du gaz parfait 1. Présentation 2. De l'air qui coule! 3. Pourquoi en est-il ainsi? Conséquences en plongée sous-marine. 4. Des travaux pratiques en situation? 5. Annexe et Ressources en Ligne 1. Augmentation de la pression avec la profondeur. Conséquences. 1. Présentation Lorsque le plongeur s enfonce sous l eau, la pression de son environnement augmente. On admet en plongée que chaque fois que l on descend de 10 m, la pression s accroit de 1 bar. Pour des raisons de simplicité, on ne différencie généralement pas l immersion en mer et en eau douce. En cours, au lycée, on pourra bien évidemment montrer comment intervient la masse volumique du milieu en fonction de sa salinité. Figure 1. La valeur de la pression augmente avec la profondeur. Entre 0 et 10 m, on passe de 1 bar à 2 bars. C est dans cette zone que les variations de pression sont les plus importantes

2 La plongée sous-marine à l air, en France se pratiquant entre 0 m et 60 m, le plongeur est donc susceptible de passer de 1 bar à la surface à 7 bars à 60 m. Il faut se rendre compte que ces variations de pressions sont très importantes et qu elles peuvent provoquer des accidents graves, parfois mortels. Ainsi, lorsque l on passe de la surface à 10 m, la pression double, elle passe de 1 à 2 bars. Pour fixer les idées sur l importance de ce phénomène, on peut rappeler que 1 bar correspond grossièrement à la pression qu exerce une masse de 1kg posée sur une surface de 1 cm2. Parallèlement, il faut savoir que l aire corporelle d un adulte est d environ 1,5 m2. A la surface de la terre, tout se passe comme si, sur chaque cm2 de notre surface corporelle, on plaçait une masse de 1 kg. Ceci équivaut à une masse de 15 tonnes, soit l équivalent d un camion poids-lourd!! La force qui s exerce sur notre corps à la pression atmosphérique est donc énorme, mais pourquoi ne ressenton rien? Essentiellement parce que nous sommes constitués en grande partie de liquides et de solides pratiquement incompressibles et surtout parce que nous respirons de l air à la pression atmosphérique. Etant en équipression, notre corps n a aucune raison de se déformer ni de ressentir l effet de la pression. Il n en sera pas de même lors d unevariation de pression. Prenons le cas d un plongeur qui descend à 10 m. Il passe d une pression de 1 bar à 2 bars, et récupère sur son organisme 15 autres tonnes, soit l équivalent d un second camion poids-lourd. Pourquoi le plongeur n est-il pas écrasé lors de la descente? Pour la même raison que précédemment : parce qu il respire de l air à la pression du niveau où il se situe dans l eau. Cet air est comprimé. Le plongeur reste donc en permanence en équi-pression avec son environnement. La plongée sous-marine est une activité hyperbare. Le rôle du détendeur dans la plongée moderne autonome est de détendre le gaz comprimé de la bouteille (environ 200 bars en début de plongée) et de le délivrer au plongeur à la pression précise qui est celle de son niveau d évolution. Figure 2. L air comprimé dans la bouteille est détendu en deux opérations. Le détendeur «1er étage» fixé sur la sortie d air de la bouteille fait passer le gaz de la haute pression à une «moyenne pression». Celle-ci est égale à la pression ambiante augmentée d environ 8 bars (selon les constructeurs). Le «second étage» alimente le plongeur en air. Il détend l air de la «moyenne pression» à la pression ambiante. C est un matériel de précision.

3 Mais on imagine bien les conséquences dramatiques pour lui, s il n en était pas ainsi. 2. Le squeeze du scaphandrier Pour illustrer cette situation, on peut donner l exemple du «squeeze» qui fût la hantise des scaphandriers. Ces plongeurs étaient alimentés en air comprimé par un tuyau provenant d une pompe située en surface. On trouve une excellente description du matériel utilisé dans les aventures de Tintin écrites par Hergé, dans le «Trésor de Rackham le Rouge». Figure 3. Scaphandrier. Ce matériel a été utilisé couramment jusqu après la seconde guerre mondiale. Il est encore possible de l essayer dans certaines structures de plongée.

4 L air provenant de la surface devait posséder une pression égale, si ce n est légèrement supérieure, à celle du niveau où se situait le plongeur. L air en excès s éliminait par une soupape d évacuation placée sur le casque du plongeur. Celui-ci pouvait la régler à sa convenance et régler ainsi sa flottabilité en gonflant plus ou moins, ou dégonflant son vêtement sec. Cette technique d incursion sous-marine a généré des accidents parfois mortels dus à des variations brusques de pression subies par le plongeur. Rupture du tuyau d alimentation à la surface : Dans ce cas, le scaphandrier est brusquement remis

5 à la pression atmosphérique ; l air du scaphandre est alors chassé brutalement vers la surface. Un plongeur travaillant à 20 m encaisse une pression de 3 bars ce qui équivaut à une masse de 45 tonnes!! Il est littéralement broyé par le milieu. Comme le casque est le seul élément non déformable de son équipement, le plongeur est aspiré à l intérieur. Cette dépression conduit inéluctablement à la mort du plongeur. La gravité de cet accident a été en grande partie limitée par la pose de clapets anti-retour sur les tuyaux d alimentation en air. Les récits des vieux scaphandriers font état de nombreux accidents de ce type. Chute du scaphandrier : C est le cas d un plongeur qui, sur le pont d une épave, tombe accidentellement de quelques mètres dans une cale par exemple. Figure 4. Epave sous-marine en méditerranée.

6 Le système d alimentation en air possède une certaine inertie et n a pas le temps de compenser la brusque variation de pression que subit le scaphandrier dans sa chute. Même sur une petite dénivellation, le plongeur se trouve en dépression par rapport à son environnement. Il va être aspiré par le casque et subir un «coup de ventouse». Une descente non contrôlée de quelques mètres peut provoquer de graves traumatismes et hémorragies de la tête et du cou. Il s agit d un accident grave. C est la raison pour laquelle les scaphandriers étaient assurés (comme en montagne) de la surface par une corde attachée à la ceinture, maintenue tendue de manière à être retenu en cas de chute. 3. De l eau à plus de 100 C qui ne bout pas Le fait que l eau en profondeur est soumise à une pression supérieure à la pression atmosphérique, lui donne

7 des propriétés physico-chimiques particulières que le plongeur peut être conduit à observer. En 1977, on a découvert sur des endroits de fracture de la croûte terrestre, des sources chaudes hydrothermales sous-marines à plus de 2500 m de profondeur dont la température est de l ordre de C. Autour de celles-ci foisonne une vie sous-marine luxuriante. Et pourtant cette eau dont la température est supérieure à 100 C ne bout pas. Ceci est évidemment dû au fait que la température d ébullition de l eau augmente avec la pression. C est le principe des cocottes minutes. Sans entrer dans le dédale des relations de la thermodynamique, cette propriété est intéressante à signaler aux élèves car elle est caractéristique des propriétés de l eau aux fortes pressions (ce que l on peut également illustrer par le cas du geyser). Mais est-il nécessaire d aller si profond pour observer le phénomène? Pas du tout, on peut le mettre en évidence en plongée sous-marine dans des zones où le volcanisme est très présent, comme en Guadeloupe par exemple. Un certain nombre de sources sous-marines d eau chaude sortent à des températures supérieures à 100 C. On peut calculer au moyen des relations habituelles (annexe 1) qu à 10 m de profondeur, la température d ébullition de l eau est d environ 120 C. Ces sources peuvent être rencontrées par les plongeurs sous-marins. 2. Compressibilité des gaz. Les gaz respiratoires. 1. Présentation Au niveau du lycée seules les propriétés des gaz parfaits sont envisagées. Pour la classe de seconde, la loi de Boyle-Mariotte permet de décrire les variations du volume d un gaz avec la pression à température constante. Là encore la plongée sous-marine permet d illustrer un grand nombre de situations. 2. Variation du volume des gaz avec la pression En plongée autonome, le plongeur respire de l air comprimé contenu dans une bouteille en acier ou en aluminium qu il emporte avec lui. Les volumes des récipients les plus couramment utilisés pour les adultes sont de 10, 12 et 15 L. Pour les enfants, on dispose de bouteilles de 6 et 8 L. L air est comprimé à environ 200 bars à l aide d un compresseur. Ces valeurs permettent d illustrer la loi de Boyle Mariotte en supposant qu elle s applique. Ainsi une bouteille de 10 L «gonflée» à 200 bars contient 2000 L d air détendu à 1 bar, à la même température. Pour se donner une idée, c est le volume d une cabine téléphonique. Généralement, pour des raisons de sécurité, on convient que l on doit toujours remonter de plongée avec une réserve de gaz correspondant à 50 bars (500 L détendu pour une bouteille de 10 L). Il en résulte que le plongeur peut consommer l équivalent de 1500 L d air détendu. Cette remarque permet d aborder les problèmes de consommation. Un plongeur respire environ 15 L de gaz (comprimé ou non) par minute (c est en fait une donnée variable qui dépend de la morphologie du plongeur).

8 En prenant l exemple précédent, un plongeur respire 100 minutes à une pression de 1 bar (ce qui a peu d intérêt en plongée), 50 minutes à 10 m (à 2 bars) ou il respire l équivalent de 30 L d air détendu/minute et seulement 20 minutes à 40 m. Cela laisse le temps de réaliser de très belles plongées. 3. Les barotraumatismes Notre corps est constitué essentiellement de liquides et de solides. Il contient également de nombreuses cavités aériennes (poumon, sinus, oreille moyenne, intestin, estomac, etc.). Figure 5. Espaces aériens du plongeur. Les gaz doivent pouvoir circuler librement dans ces cavités.

9 En plongée les gaz sont comprimés à la descente (augmentation de pression) et détendus à la remontée (diminution de la pression). Il importe donc que ceux-ci puissent circuler librement dans l organisme du plongeur. Si ce n est pas le cas, les parois des cavités peuvent être lésées. Ces accidents, appelés «barotraumatismes», sont amplement décrits dans les ouvrages de plongée. Nous ne signalerons que le plus grave, la «surpression pulmonaire» qui touche le plus souvent les plongeurs débutants. Imaginons un plongeur à 10 m qui emplit ses poumons d air comprimé, supposons 4 L. Ces 4 L d air à 10 m tendent à devenir 8 L à la surface. Si le plongeur remonte sans expirer son air, (en bloquant sa respiration par exemple), le volume des poumons étant inférieur à 8 L, l air y sera en surpression. La paroi pulmonaire très fragile risquera d être lésée et à la limite de se déchirer. Figure 6. Espaces aériens du plongeur. Les gaz doivent pouvoir circuler librement dans ces cavités. Une partie de l air sera alors susceptible de passer dans le circuit sanguin et de provoquer une embolie. Cet accident très grave, peut conduire au décès du plongeur. Il faut toujours souffler en remontant. 4. Un profondimètre judicieux, bon marché. Le plongeur doit en permanence connaître la profondeur à laquelle il se trouve. Actuellement cette indication

10 lui est donnée en continu par son ordinateur immergeable qui interprète les données fournies par un capteur électronique de pression. Il n en a pas toujours été ainsi, et il a fallu trouver des moyens pour connaître la profondeur où l on se situait. Le plus simple et le moins onéreux des profondimètres est sans doute celui à «loi de Mariotte». Il est simplement constitué d un tube capillaire circulaire ouvert à une extrémité. Monté sur une platine il se porte au poignet. A la surface, le tube est rempli d air et vide d eau. Lorsque l on descend en profondeur, la bulle d air contenue dans capillaire se comprime. Sa taille diminue et de l eau entre dans le tube. En suivant l interface eau/air, c'est-à-dire la taille de la bulle, on suit la profondeur. Il suffit alors d étalonner le tube pour disposer d un excellent profondimètre. Figure 7. Schéma d un profondimètre à «loi de Mariotte». La bulle d air initiale est comprimée selon la pression ambiante. A 10 m, elle est réduite de moité, à 20 m des 2/3 et à 30 m des ¾. En appliquant la loi des gaz parfaits, on prévoit qu à 10 m, le volume de la bulle sera divisé par 2, à 20 m par 3, etc. Cet appareil est remarquablement précis pour les faibles profondeurs. En revanche est préférable de ne pas l utiliser au-delà de 20 m. On trouvera dans les ouvrages de plongée sous-marine d autres exemples permettant d illustrer la compressibilité des gaz en relation avec la flottabilité du plongeur. 3. Les limites du modèle du gaz parfait

11 1. Présentation Le comportement du gaz parfait correspond à un «comportement limite modèle» lorsque la pression du gaz tend vers zéro. En plongée sous-marine, l air est utilisé à des pressions qui varient entre 1 et 350 bars. Dans ces conditions, l air n est plus un gaz parfait, mais un «gaz réel». La loi des gaz parfaits ne s applique donc pas. On l enseigne cependant car elle permet de donner au plongeur une bonne idée de l amplitude des phénomènes liés à la compression et la décompression des gaz. Cela permet de le sensibiliser, entre autres, aux risques de barotraumatisme. Dans un cours de seconde, on peut très bien aborder simplement la différence de propriétés entre un gaz parfait et un gaz réel à partir du calcul suivant dont le résultat est dérangeant. 2. De l'air qui coule! Un certain nombre de sous-marins conçus pour la plongée profonde ont permis d explorer l ensemble des fonds des mers. Ainsi en 1960 le bathyscaphe du Pr Piccard a atteint la profondeur de m dans la fosse des Mariannes. On imagine utiliser ce sous-marin pour une expérience. On attache à l extérieur du bâtiment un ballon souple de 1 L contenant de l air. On suppose qu à la température considérée, la masse volumique de l air est de 1,3 g.dm-3. On descend ce ballon attaché sur le bathyscaphe à m. La pression est d environ 1000 bars. L application de la relation de Boyle Mariotte aboutit à la conclusion que la pression ayant été multipliée par 1000, le volume a été divisé également par On a toujours 1,3 g d air mais cette fois ci dans 1 cm3. La masse volumique de l air (1,3 g.cm-3) est donc plus grande que celle de l eau. La conclusion logique est que si le bathyscaphe libère une bulle d air celle-ci va couler vers le fond! Elle ne remonte pas vers la surface. Figure 8. Otarie vérifiant que ses bulles remontent à la surface

12 Ce résultat, intuitivement, dérange car on suppose toujours que les bulles remontent. Il permet d engager une discussion avec les élèves sur les propriétés des gaz comprimés. Le résultat précédent est il plausible? A cette pression, le gaz est il encore gazeux, ou liquide? et à des pressions plus fortes? D expérience, on s aperçoit que ces notions sont très vagues dans l esprit des élèves. En fait le calcul proposé est faux car on applique la loi des gaz parfaits à des gaz qui ne le sont pas. Ainsi la masse volumique de l air sous des pressions de l ordre de 1000 bars est environ de 0,6 g.cm-3, ce que l on peut constater sur un graphe reportant les valeurs de la masse volumique de l air en fonction de la pression. Figure 9. Variations de la masse volumique de l air avec la profondeur à 15,7 C, (Amagat, Ann. Chim.Phys )

13 L air ne coule pas. Au niveau d un enseignement universitaire, cette fiction permet d introduire la notion de fugacité d un gaz réel qui intervient dans l expression du potentiel chimique et dans les conditions d évolution des systèmes gazeux. Il faut donc être prudent dans les exemples sur la compressibilité des gaz proposés aux élèves. 3. Pourquoi en est-il ainsi? Conséquences en plongée sous-marine. Les gaz sous comprimés perdent leurs propriétés de gaz parfaits car sous l effet de la pression, les molécules sont en interaction réciproque. Pour comprendre ce qui se passe, on peut tout d'abord considérer un gaz dont la pression tend vers zéro. Les molécules sont alors sans interaction réciproque, il possède les propriétés du gaz parfait, Supposons que l'on augmente la pression. Le volume du gaz diminue. Sous l'effet de la diminution de volume de l'enceinte, les particules du gaz se rapprochent les unes des autres et établissent des interactions mutuelles. Dès qu'il y a apparition d'interactions entre les particules, le comportement du gaz réel s'écarte de celui du gaz parfait. Figure 10. Aux pressions moyennes, les molécules de gaz s attirent. On comprime plus d air que ne le suppose la loi de gaz parfaits pour une même pression dans un même volume. Pour l air, Amagat signale un minimum de la courbe représentative du produit PV en fonction de P pour 104 atm à 16 C.

14 Lorsque la pression n'est pas trop élevée, le fait de rapprocher les particules de gaz les unes des autres a pour conséquence que celles-ci s'attirent. Les forces d'interaction s'ajoutent alors aux forces de pression. Dans certaines conditions de température, on pourra comprimer plus d'air que ne le prévoit la loi des gaz parfaits. Si l'on augmente encore la pression, cette tendance s'inverse. En effet lorsque les particules deviennent très proches les unes des autres, il apparaît des forces de répulsion. Figure 11. Aux fortes pressions l air devient de plus en plus difficilement compressible. Ainsi à 3000 atm, à 15, 7 C, on comprime environ 4 fois moins de gaz que ne le prévoit la loi des gaz parfaits dans un volume donné. Pour des pressions très importantes, le gaz devient alors pratiquement incompressible. Son volume ne peut plus être réduit par le seul effet de la pression. On convient d'appeler ce volume minimum incompressible: le volume résiduel. Pour la plongée sous-marine, les propriétés des gaz réels ne sont généralement pas prises en compte. Elles sont cependant importantes car elles montrent par exemple qu il est illusoire de vouloir augmenter très fortement la pression de l air dans les bouteilles pour en mobiliser une plus grande quantité. Il est vrai qu aux fortes pressions, on comprimera plus d air qu à basse pression, mais cette quantité ne sera pas linéaire, et surtout sera inférieure à celle prévue par la loi des gaz parfaits. Par ailleurs, afin de pouvoir disposer de réserves d air comprimé pour remplir rapidement les bouteilles des plongeurs, on utilise dans les stations de gonflage des «rampes-tampons» constituées par plusieurs (généralement une dizaine) bouteilles en acier de 50 L reliées entre elles et gonflées jusqu à 350 bars. Nombre de responsables de stations ont été surpris de ne pas emplir autant de bouteilles qu ils l espéraient en appliquant la loi de Boyle Mariotte. On peut s en rendre compte en considérant pour une température de 15,7 C, les valeurs du rapport entre le produit PV du gaz réel et celui correspondant au gaz parfait, z=pvgaz réel/rt Figure 12. Valeurs de z d après les données de Amagat parues dans Ann. Chim.Phys , reportées par Paul Pascal dans Nouveau traité de Chimie Minérale Tome I, chez Masson On constate ainsi qu à 350 bars on comprime environ 15% de gaz en moins que l on espérait en appliquant

15 la loi des gaz parfaits, et à 1000 bars 50%. On a reporté différentes équations utilisées pour décrire les gaz réels en annexe Des travaux pratiques en situation? On peut évidemment proposer des travaux pratiques au laboratoire afin d illustrer à la fois les propriétés liées à l augmentation de pression avec la hauteur d eau et la compressibilité des gaz. Mais on peut aussi envisager de les réaliser en piscine ou en milieu naturel lors de plongées organisées au niveau du collège ou du lycée. Figure 13. Pourquoi ne pas choisir de réaliser les travaux pratiques de physique en mer? Ces activités doivent impérativement encadrées par des moniteurs reconnus par l Etat (voir Code du Sport). 5. Annexe et Ressources en Ligne Annexe 1 : de l eau qui ne bout pas à 100 C. On rappelle que la température d ébullition d un liquide correspond à la situation pour laquelle sa pression de vapeur devient égale à la pression de l environnement. Ainsi à la pression atmosphérique, la pression de vapeur de l eau devient égale à 1 bar à 100 C. Si on modifie la pression ambiante, on change la température d ébullition du liquide. C est ce qui permet d effectuer des distillations de

16 solvants fragiles à basse température avec un vide partiel par exemple en chimie organique. Au contraire, aux fortes pressions, la température d ébullition augmente. Pour l eau, on peut estimer simplement ces températures en supposant que l enthalpie d évaporation du liquide est indépendante de la température. On convient de noter que pour la pression P0 (1 bar), la température d ébullition de l eau est T0 (373,15 K). On démontre que pour la pression Px, la température d ébullition est Tx, tel que L application de cette relation avec Î?evH = J mol-1 permet de retrouver les valeurs indiquées dans le texte. Annexe 2 : d autres relations pour le comportement des gaz réels? Les propriétés des gaz réels ont été décrites au moyen de différentes relations. Van der Waals a proposé en 1873 la relation suivante où a et b sont des coefficients caractéristiques du gaz considéré. Le terme n²a/v² rend compte de l'attraction entre les particules. Le terme nb représente le volume résiduel du gaz. D'autres équations permettent également de décrire le comportement d'un gaz réel, comme celle du viriel qui correspond à une représentation polynômiale des variations du produit PV avec le volume V. Ces relations sont importantes pour l industrie. On trouvera dans la littérature ou sur Internet les valeurs des coefficients pour ces deux équations et pour différents gaz. La Plongée sous-marine 1/3 : une activité de loisir sous contrainte. La Plongée sous-marine 3/3 : dissolution des gaz dans les liquides et dans l organisme des plongeurs en immersion.

BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée. Première partie

BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée. Première partie BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée Première partie Objectifs de ce cours: 1. Introduction à la formation du 2* 2. Comprendre les lois fondamentales régissant : la flottabilité (Archimède)

Plus en détail

Notions physiques Niveau 2

Notions physiques Niveau 2 14 novembre 2011 Contenu 1. Les pressions Les différentes pressions 2. La loi de Mariotte (Autonomie en air) 2.1. Principes 2.2. Applications à la plongée 3. Le théorème d Archimède (Flottabilité) 3.1.

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

Cours théorique Plongée Niveau 1

Cours théorique Plongée Niveau 1 Cours théorique Plongée Niveau 1 Les parties encadrées en gras sont à bien connaître, ainsi que le paragraphe "déroulement d'une plongée et consignes de sécurité" Introduction La plongée est un sport technique

Plus en détail

Sommaire. Séquence 2. La pression des gaz. Séance 1. Séance 2. Séance 3 Peut-on comprimer de l eau? Séance 4 Je fais le point sur la séquence 2

Sommaire. Séquence 2. La pression des gaz. Séance 1. Séance 2. Séance 3 Peut-on comprimer de l eau? Séance 4 Je fais le point sur la séquence 2 Sommaire La pression des gaz Séance 1 Comprimer de l air Séance 2 Mesurer la pression d un gaz Séance 3 Peut-on comprimer de l eau? Séance 4 Je fais le point sur la séquence 2 24 Cned, Physique - Chimie

Plus en détail

1. Les barotraumatismes

1. Les barotraumatismes Dans le cadre de votre formation niveau 3 de plongeur subaquatique, nous allons traiter les accidents de plongée. Pourquoi commencer par ce cours? Ce n est pas pour vous faire peur, mais plutôt pour vous

Plus en détail

Livret de Certification Plongeur niveau 1

Livret de Certification Plongeur niveau 1 Livret de Certification Plongeur niveau 1 Supervised Diver 20m ISO 24801-1 Nom du stagiaire : Nom de la structure :.. Tampon PLONGEUR NIVEAU 1 Supervised Diver 20m ISO 24801-1 I DÉFINITION DU NIVEAU Plongeur

Plus en détail

Consignes de sécurité Manipulation du dioxyde de carbone CO 2

Consignes de sécurité Manipulation du dioxyde de carbone CO 2 Consignes de sécurité Manipulation du dioxyde de carbone CO 2 Le dioxyde de carbone Le dioxyde de carbone est un gaz incolore, quasiment inodore et insipide. Il est donc pratiquement indétectable par les

Plus en détail

Livret de Certification. Plongeur Niveau 2 ISO 24801-2

Livret de Certification. Plongeur Niveau 2 ISO 24801-2 Livret de Certification Plongeur Niveau 2 ISO 24801-2 Nom du stagiaire : Nom de la structure :.. Tampon PLONGEUR NIVEAU 2 CMAS** / NF-EN 14153-2 / ISO 24801-2 I DÉFINITION DU NIVEAU Plongeur confirmé qui

Plus en détail

RÉGLEMENTATION LE DIRECTEUR DE PLONGÉE (DP)

RÉGLEMENTATION LE DIRECTEUR DE PLONGÉE (DP) F I C H E DIRECTION DE PLONGÉE, ORGANISATION ET RÉGLEMENTATION FICHE N RÉGLEMENTATION LE DIRECTEUR DE PLONGÉE (DP) POUR PLUS DE DÉTAILS, voir la fiche n 116 sur l organisation des plongées. 46. Rôle et

Plus en détail

Livret de formation Niveau 1

Livret de formation Niveau 1 Livret de formation Niveau 1 1 Bienvenue au RC Arras Subaquatique! Ce livret a été rédigé par l équipe d encadrement afin de vous accompagner lors de votre formation niveau 1. Il se compose de trois parties

Plus en détail

Examen de Guide de palanquée ANMP

Examen de Guide de palanquée ANMP Examen de Guide de palanquée ANMP (Brevet de plongeur niveau 4) Epreuves et Critères techniques L organisation générale du niveau 4 ANMP est définie dans la fiche info N A07 «Organisation d une formation

Plus en détail

2 Trucs et Astuces 2

2 Trucs et Astuces 2 Trucs et Astuces 2 2 Le chauffe-eau solaire 1.Les capteurs 2.Les circuits solaires 3.Le circuit sanitaire 4.Les systèmes d appoint 5.Fiches synthèse 6.Bon à savoir Trucs et Astuces 3 1 Les capteurs Trucs

Plus en détail

Eléments de théorie du niveau 1. Emmanuel BERNIER

Eléments de théorie du niveau 1. Emmanuel BERNIER Eléments de théorie du niveau 1 Emmanuel BERNIER Mars 2001 Table des matières 1 Présentation du niveau 1... 3 2 La flottabilité... 4 3 Les effets de la pression de l'eau... 5 3.1 La pression... 5 3.2 La

Plus en détail

Chapitre 7: Dynamique des fluides

Chapitre 7: Dynamique des fluides Chapitre 7: Dynamique des fluides But du chapitre: comprendre les principes qui permettent de décrire la circulation sanguine. Ceci revient à étudier la manière dont les fluides circulent dans les tuyaux.

Plus en détail

F.M.A.S. COMITE TECHNIQUE NATIONAL MANUEL du MONITEUR PLONGEUR 1 ETOILE

F.M.A.S. COMITE TECHNIQUE NATIONAL MANUEL du MONITEUR PLONGEUR 1 ETOILE PLONGEUR 1 ETOILE ORGANISATION GENERALE - Les sessions de plongeur 1 étoile sont organisées à l échelon du club, en formation continue ou sous forme d un examen ponctuel. - L acquisition de chacune des

Plus en détail

de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur

de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur Eau chaude et confort à votre portée! La meilleure façon de

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE Les solutions solaires pour l Eau Chaude Sanitaire ou le Chauffage ficie z d'u Auréa n it Crédpôt d'imn la loi deueur Béné Solar Keymark N 011-7S841 F Chauffe-Eau Solaire selo s en vig ce finan Système

Plus en détail

THERMODYNAMIQUE: LIQUEFACTION D UN GAZ

THERMODYNAMIQUE: LIQUEFACTION D UN GAZ THERMODYNAMIQUE: LIQUEFACTION D UN GAZ B. AMANA et J.-L. LEMAIRE 2 LIQUEFACTION D'UN GAZ Cette expérience permet d'étudier la compressibilité et la liquéfaction d'un fluide en fonction des variables P,

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Variantes du cycle à compression de vapeur

Variantes du cycle à compression de vapeur Variantes du cycle à compression de vapeur Froid indirect : circuit à frigoporteur Cycle mono étagé et alimentation par regorgement Cycle bi-étagé en cascade Froid direct et froid indirect Froid direct

Plus en détail

F.F.E.S.S.M. Commission Technique Nationale Manuel du Moniteur PLONGEUR NIVEAU I

F.F.E.S.S.M. Commission Technique Nationale Manuel du Moniteur PLONGEUR NIVEAU I PLONGEUR NIVEAU I ORGANISATION GENERALE - Les sessions de plongeur de Niveau I sont organisées à l échelon des clubs ou des structures commerciales agréées, en formation continue ou sous la forme d un

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-F et P4-F 185 (Modèle standard) P2-F et P4-F 170 MODELE P2/4-F 170 P2/4-F 185 (Standard) P2/4-F 195 P2-F et P4-F 195 H 325 340 350 DH 156 171 181

Plus en détail

Qu est ce qu un gaz comprimé?

Qu est ce qu un gaz comprimé? Qu est ce qu un gaz comprimé? Il existe plusieurs produits à base de gaz ou de mélanges de gaz sous pression conservés dans des bouteilles 1. La plupart de ces gaz sont classés dans la catégorie des «gaz

Plus en détail

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-f & P4-f - 185/180 - Standard P2-f & P4-f - 170/165 - Compact P2-f & P4-f - 200/195 - Confort MODELE H DH P2f-4f - 185/180 - Standard 340 171 P2f-4f - 170/165 - Compact

Plus en détail

ALARME DE PISCINE SP - 002

ALARME DE PISCINE SP - 002 ALARME DE PISCINE SP - 002 MANUEL D INSTALLATION ET DE L UTILISATEUR i Lisez le mode d emploi Nous vous remercions d avoir choisi notre produit et que vous fassiez confiance à notre société. Pour que l

Plus en détail

ATTENTION! Après quelques mois d utilisation, un ordinateur s encrasse et surtout son ennemi mortel est la poussière.

ATTENTION! Après quelques mois d utilisation, un ordinateur s encrasse et surtout son ennemi mortel est la poussière. Après quelques mois d utilisation, un ordinateur s encrasse et surtout son ennemi mortel est la poussière. En effet, l ordinateur est un appareil qui consomme de l électricité dont une partie importante

Plus en détail

APPAREIL DE PROTECTION RESPIRATOIRE A ADDUCTION D AIR

APPAREIL DE PROTECTION RESPIRATOIRE A ADDUCTION D AIR APPAREIL DE PROTECTION RESPIRATOIRE A ADDUCTION D AIR APPAREIL DE PROTECTION RESPIRATOIRE A ADDUCTION D AIR L appareil de protection respiratoire à adduction d air est la solution idéale pour les applications

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

NIVEAU 4 www.aquadomia.com 1/111

NIVEAU 4 www.aquadomia.com 1/111 NIVEAU 4 www.aquadomia.com 1/111 LE ROLE DU GUIDE DE PLONGEE : PLAISIR ET SECURITE NIVEAU 4 www.aquadomia.com 2/111 ELEMENTS DE PHYSIQUE DE BASE Nous vivons dans un monde où la matière se présente sous

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15 Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-03) Version CT-Q 0--5 Groupe cible Collaborateurs qui doivent effectuer des mesures EX-OX-TOX sur un terrain d exploitation, les interpréter

Plus en détail

Thermostate, Type KP. Fiche technique MAKING MODERN LIVING POSSIBLE

Thermostate, Type KP. Fiche technique MAKING MODERN LIVING POSSIBLE MAKING MODERN LIVING POSSIBLE Fiche technique Thermostate, Type KP Les thermostats de type KP sont des commutateurs électriques unipolaires dont le fonctionnement est lié à la température (SPDT). Un thermostat

Plus en détail

L utilisation des tables de décompression MN90 et ordinateurs

L utilisation des tables de décompression MN90 et ordinateurs L utilisation des tables de décompression MN90 et ordinateurs cours N2 2006-2007 Jérôme Farinas jerome.farinas@irit.fr Amis de la Mer FFESSM 08 31 0184 6 décembre 2006 Jérôme Farinas (ADLM) MN90 et ordinateur

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

Mesures calorimétriques

Mesures calorimétriques TP N 11 Mesures calorimétriques - page 51 - - T.P. N 11 - Ce document rassemble plusieurs mesures qui vont faire l'objet de quatre séances de travaux pratiques. La quasi totalité de ces manipulations utilisent

Plus en détail

Notice d'utilisation. Installation solaire avec appareil de régulation KR 0106. 6302 1500 05/2002 FR Pour l'utilisateur

Notice d'utilisation. Installation solaire avec appareil de régulation KR 0106. 6302 1500 05/2002 FR Pour l'utilisateur 6302 1500 05/2002 FR Pour l'utilisateur Notice d'utilisation Installation solaire avec appareil de régulation KR 0106 Lire attentivement avant utilisation SVP Préface Remarque Les appareils répondent aux

Plus en détail

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer?

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? L effet de la fonte des glaces sur la variation du niveau de la mer est parfois source d erreur et de confusion. Certains prétendent qu elle est

Plus en détail

ZA SUD - RUE PASCAL - 14700 FALAISE - Tél. 02 31 40 80 50 - Mobile 06 30 99 78 77 Mail : info@dynapneu.fr - Site : www.dynapneu.fr

ZA SUD - RUE PASCAL - 14700 FALAISE - Tél. 02 31 40 80 50 - Mobile 06 30 99 78 77 Mail : info@dynapneu.fr - Site : www.dynapneu.fr LeTélégonflage ZA SUD - RUE PASCAL - 14700 FALAISE - Tél. 02 31 40 80 50 - Mobile 06 30 99 78 77 Mail : info@dynapneu.fr - Site : www.dynapneu.fr LeTélégonflage Qu est est-ce que le TELEGONFLAGE? C est

Plus en détail

Manuel d utilisation pour la Presse à Transfert Grand Format Pneumatique Double Poste

Manuel d utilisation pour la Presse à Transfert Grand Format Pneumatique Double Poste Manuel d utilisation pour la Presse à Transfert Grand Format Pneumatique Double Poste GF-8060P2A N de série de l appareil : ZI des Chanoux - 25, rue Louis Ampère 93330 Neuilly-sur-Marne FRANCE Tél. : +33

Plus en détail

Whitepaper. La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur. Système de régulation. Réacteur. de température

Whitepaper. La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur. Système de régulation. Réacteur. de température Whitepaper Mettre en température économiquement La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur La mise en température de réacteur dans les laboratoires et les unités pilotes de l industrie

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

Propulsion COLLÈGE. 1. Le moteur vulcain. > Expositions > Niveau 0 > CENTRE DE LANCEMENT

Propulsion COLLÈGE. 1. Le moteur vulcain. > Expositions > Niveau 0 > CENTRE DE LANCEMENT 1. Le moteur vulcain C. Expliquer le principe d action réaction aussi appelé le principe des actions réciproques qui s applique dans le moteur Vulcain. Vous pouvez-vous aider du schéma ci-dessous. A. Quels

Plus en détail

Ingrédients No cas % Contrôlé par SIMDUT. Propane 74-98-6 >90 Oui Propylène 115-07-1 <5 Oui Hydrocarbures, C4+ 68476-44-8 <2.5 Oui

Ingrédients No cas % Contrôlé par SIMDUT. Propane 74-98-6 >90 Oui Propylène 115-07-1 <5 Oui Hydrocarbures, C4+ 68476-44-8 <2.5 Oui FICHE SIGNALÉTIQUE 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA COMPAGNIE NOM COMMERCIAL : PROPANE SYNONYMES : Diméthylméthane UTILISATION DU PRODUIT : Carburant NUMÉRO DE LA FS : 251-300 NOM DU FOURNISSEUR NUMÉROS

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

Eléments mobiles du moteur Moteur 1/9

Eléments mobiles du moteur Moteur 1/9 Eléments mobiles du moteur Moteur 1/9 I Diagnostic des anomalies - Perte de compression ( par les segment ou par le piston ). - Consommation d huile ( remontée d huile dans la chambre ). - Bruits de fonctionnement

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

INSCRIPTION, CLASSEMENT ET EMBALLAGE. Communication de l expert de l Afrique du Sud

INSCRIPTION, CLASSEMENT ET EMBALLAGE. Communication de l expert de l Afrique du Sud NATIONS UNIES ST Secrétariat Distr. GÉNÉRALE ST/SG/AC.10/C.3/2005/47 13 septembre 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ D EXPERTS DU TRANSPORT DES MARCHANDISES DANGEREUSES ET DU SYSTÈME GÉNÉRAL HARMONISÉ

Plus en détail

Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu.

Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu. Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu. Auteur : Dr. Wulfran FORTIN Professeur Agrégé de Sciences Physiques TZR -

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

Réglementation. Organisation de la plongée

Réglementation. Organisation de la plongée Réglementation Organisation de la plongée Préparation du Niveau 3 Dominique STEINMETZ Janvier 2014 Des prérogatives, des droits, des obligations En tant que niveau 3 vous aurez de nouvelles prérogatives

Plus en détail

M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL

M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL OBJECTIFS Jusqu à présent, nous avons rencontré deux méthodes pour obtenir l équation du mouvement d un point matériel : - l utilisation du P.F.D. - et celle du

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Hôpital Privé d Antony APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Livret d information Hôpital Privé d Antony OPC/KINE/297 Page 1 sur 6 Intervenants Rédigé par : Nom Profession Le Visa C.DUPUY

Plus en détail

T.I.P.E. Optimisation d un. moteur

T.I.P.E. Optimisation d un. moteur LEPLOMB Romain Année universitaire 2004-2005 LE ROI Gautier VERNIER Marine Groupe Sup B, C, D Professeur accompagnateur : M. Guerrier T.I.P.E Optimisation d un moteur 1 1. Présentation du fonctionnement

Plus en détail

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» 2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE SP2-F et SP4-F 295/310 SP2-F et SP4-F 295/310 MODELE H DH SP2/4-F 295 295 163 SP2/4-F 310* 310 163 *Standard Garage avec porte frontale devant parking mécanique

Plus en détail

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable.

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. 111 39 240 1812 906 La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. La relève de chaudière, qu est ce que c est? On parle de relève de chaudière lorsqu on installe une pompe à

Plus en détail

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou Conseils aux patients* Lutter activement contre la thrombose *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou 2 Mentions légales Directeur de la publication : Bayer

Plus en détail

Chauffage à eau chaude sous pression

Chauffage à eau chaude sous pression Chauffage à eau chaude sous pression par René NARJOT Ingénieur de l École Centrale des Arts et Manufactures 1. Généralités... B 2 425-2 1.1 Domaine d utilisation de l eau chaude sous pression... 2 1.2

Plus en détail

VOITURE A REACTION. Kart à réaction réalisé par un bricoleur «fou» (Bruce Simpson)

VOITURE A REACTION. Kart à réaction réalisé par un bricoleur «fou» (Bruce Simpson) VOITURE A REACTION Kart à réaction réalisé par un bricoleur «fou» (Bruce Simpson) 1 Introduction BUT DE L ACTIVITE Fabriquer une voiture à réaction originale et sans danger Jouer avec et essayer plein

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

(Avantages réservés aux Structures Commerciales Agréées par la FFESSM)

(Avantages réservés aux Structures Commerciales Agréées par la FFESSM) LES ASSURES RESPONSABILITE CIVILE (Avantages réservés aux Structures Commerciales Agréées par la FFESSM) On entend par ASSURES : le souscripteur, ses représentants légaux s'il est une personne morale et

Plus en détail

Herrebout-Vermander N.V. S.A.

Herrebout-Vermander N.V. S.A. Pag. 1/5 Herrebout-Vermander N.V. S.A. Kuurne, mai 2002 rev. Janvier 2005 Le parquetteur est parti, et qu'est-ce qu'on fait maintenant Félicitations avec votre nouveau Le parquet est un revêtement de sol

Plus en détail

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit P-14V1 MÉTHODE DE MESURE DU DÉBIT D UN EFFLUENT INDUSTRIEL EN CANALISATIONS OUVERTES OU NON EN CHARGE 1. Domaine d application Cette méthode réglemente la mesure du débit d un effluent industriel en canalisations

Plus en détail

Compresseurs d air respirable. Intelligent Air Technology

Compresseurs d air respirable. Intelligent Air Technology Compresseurs d air respirable Intelligent Air Technology Compresseurs d air respirable Une fiabilité sans faille, offerte par le leader mondial Les compresseurs d'air respirable haute pression CompAir

Plus en détail

RUBIS. Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée. www.magnumgs.fr

RUBIS. Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée. www.magnumgs.fr RUS Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée www.magnumgs.fr Producteurs d'eau chaude instantanés RUS Le système intégré de production d'eau chaude sanitaire instantané permet, à

Plus en détail

I. Etapes du service et procédés utilisés

I. Etapes du service et procédés utilisés I. Etapes du service et procédés utilisés Réception des vêtements Détachage des vêtements Nettoyage à sec des vêtements Lavage des vêtements Essorage des vêtements Séchage des vêtements Repassage des vêtements

Plus en détail

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer Complétez le schéma de gestion des déchets nucléaires en vous aidant du panneau, les surfaces des cercles sont proportionnelles à leur importance Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ

Plus en détail

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu Extinction Choisissez votre système d extinction Qu'est-ce qu'un système d extinction? Dans un système de protection incendie, il ne suffit pas de détecter et de mettre en sécurité. Il est souvent nécessaire

Plus en détail

Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie

Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie L'air comprimé est un porteur d'énergie indispensable. A titre d exemple, environ 60.000 installations sont présentes en Allemagne.

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

MOTEURS A DEUX TEMPS Comment fonctionnent-ils?

MOTEURS A DEUX TEMPS Comment fonctionnent-ils? MOTEURS A DEUX TEMPS Comment fonctionnent-ils? Ce n est pas un hasard si, en modélisme, les moteurs à deux temps sont utilisés dans 95% des cas. Le deux temps est un moteur très simple quant à sa composition;

Plus en détail

IMPORTANT: LIRE ENTIEREMENT CETTE NOTICE ET BIEN LA COMPRENDRE. GARDER CETTE NOTICE EN LIEU SUR ET ACCESSIBLE. POOL SCOUT. Conformité à la norme ASTM

IMPORTANT: LIRE ENTIEREMENT CETTE NOTICE ET BIEN LA COMPRENDRE. GARDER CETTE NOTICE EN LIEU SUR ET ACCESSIBLE. POOL SCOUT. Conformité à la norme ASTM IMPORTANT: LIRE ENTIEREMENT CETTE NOTICE ET BIEN LA COMPRENDRE. GARDER CETTE NOTICE EN LIEU SUR ET ACCESSIBLE. POOL SCOUT Conformité à la norme ASTM MANUEL D INSTALLATION ET D UTILISATION POOL SCOUT a

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Propriétés de l atome

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Propriétés de l atome PHYSIQUE-CHIMIE Ce sujet traite de quelques propriétés de l aluminium et de leurs applications. Certaines données fondamentales sont regroupées à la fin du texte. Partie I - Propriétés de l atome I.A -

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité

Savoirs de base en sécurité routière. Vitesse et mortalité Sétra Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Vitesse et mortalité Avertissement : cette série de fiches est destinée à fournir une information rapide. La contrepartie est le risque d erreur et

Plus en détail

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT COMPTE RENDU DE VISITE ECOLE CENTRALE PARIS Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT Introduction Pour la dernière journée de notre voyage d intégration, nous avons été accueillis le vendredi

Plus en détail

LES ASCENSEURS DIV 1. GmFOR. GmFOR Mise à jour le 25 Mai 2013 (version 4) Page 1 sur 5

LES ASCENSEURS DIV 1. GmFOR. GmFOR Mise à jour le 25 Mai 2013 (version 4) Page 1 sur 5 LES ASCENSEURS DIV 1 GmFOR GmFOR Mise à jour le 25 Mai 2013 (version 4) Page 1 sur 5 BUT : LES ASCENSEURS A l issue de la séquence vous pourrez définir les types d ascenseurs ainsi que la conduite à tenir

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Matériel de laboratoire

Matériel de laboratoire Matériel de laboratoire MATERIAUX UTILISE... 1 L'APPAREILLAGE DE LABORATOIRE... 1 a) Les récipients à réaction... 2 b) La verrerie Graduée... 2 MATERIEL DE FILTRATION... 6 FILTRATION SOUS VIDE AVEC UN

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

NOTICE D INSTALLATION

NOTICE D INSTALLATION BALLON THERMODYNAMIQUE MONOBLOC EAU CHAUDE SANITAIRE NOTICE D INSTALLATION Lisez attentivement la notice d installation avant le montage de l appareil www.airtradecentre.com SOMMAIRE A. REMARQUES IMPORTANTES...

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

MINISTERE DE L INDUSTRIE ET DES MINES ACTIONS EN MILIEU DE TRAVAIL DES STRUCUTURES DE CONTROLES

MINISTERE DE L INDUSTRIE ET DES MINES ACTIONS EN MILIEU DE TRAVAIL DES STRUCUTURES DE CONTROLES MINISTERE DE L INDUSTRIE ET DES MINES ACTIONS EN MILIEU DE TRAVAIL DES STRUCUTURES DE CONTROLES I- INTRODUCTION I-1 CADRE JURIDIQUE, RATTACHEMENT HIERARCHIQUE ET ORGANISATION I-2 ATTRIBUTIONS I-3 MISSIONS

Plus en détail

Un accueil de qualité :

Un accueil de qualité : Un accueil de qualité : Mercredi 08 Juin 2011, dans l après-midi, notre classe de 3 ème de Découverte Professionnelle s est rendue sur le site de THALES ALENIA SPACE à CANNES LA BOCCA. Nous étions accompagnés

Plus en détail

Détection de fuite hélium Aspect Mesure

Détection de fuite hélium Aspect Mesure Détection de fuite hélium Aspect Mesure Préparé par : F.Rouveyre Date : 24 Octobre 2012 La détection de fuite La détection de fuite par spectrométrie de masse à gaz traceur a plus de 50 ans. Même si cette

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012 Présentation du programme de physique-chimie de Terminale S applicable en septembre 2012 Nicolas Coppens nicolas.coppens@iufm.unistra.fr Comme en Seconde et en Première, le programme mélange la physique

Plus en détail

Fiable, sûr et économique Mesure de niveau par pression différentielle électronique avec cellules métalliques ou céramiques

Fiable, sûr et économique Mesure de niveau par pression différentielle électronique avec cellules métalliques ou céramiques Products Solutions Services Fiable, sûr et économique Mesure de niveau par pression différentielle électronique avec cellules métalliques ou céramiques Pression 2 Mesure de pression différentielle traditionnelle

Plus en détail

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

Diamètres 3" 4" 6" 8" Type de Bride PN 16 PN 16 PN 16 PN 16. Orangé-rouge (RAL 2002) Agrément CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD

Diamètres 3 4 6 8 Type de Bride PN 16 PN 16 PN 16 PN 16. Orangé-rouge (RAL 2002) Agrément CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD Description En général, un poste d'alarme à eau est composé de:. Un clapet d'alarme relié à un gong hydraulique.. Un ensemble de vannes et by-pass permettant l'essai du système.. Une vanne de vidange..

Plus en détail

Manuel d utilisation du détecteur Monitox plus

Manuel d utilisation du détecteur Monitox plus Manuel d utilisation du détecteur Monitox plus 1 Table des matières Page Présentation du Monitox plus 3 1. Description du produit 3 1.1 Application 3 1.2 Test fonctionnel 3 1.3 Ecouteur 4 1.4 Stockage

Plus en détail