I q Droit du commerce international et droits voisins

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I q Droit du commerce international et droits voisins"

Transcription

1 [ Introduction au droit du commerce international 1 La mondialisation de l économie, la multiplication et la libéralisation des échanges internationaux, la diversification des différents acteurs économiques ont conduit à la consécration d un véritable droit du commerce international. Il s agit d une branche essentielle du droit de l entreprise et des affaires. I q Droit du commerce international et droits voisins Les règles applicables au commerce international sont d origines diverses. Cependant, une fois posées les distinctions essentielles, ce droit révèle une certaine unité. A. Les distinctions essentielles La distinction entre droit commercial et droit civil subsiste en France. Le droit civil se préoccupe de la conservation des biens, alors que le droit commercial s intéresse à leur exploitation. De façon générale, les artisans et les agriculteurs relèvent du droit civil, alors que les commerçants et les entrepreneurs individuels relèvent du droit commercial. Est commerçant celui qui accomplit des actes de commerce. Les notions de commercialité et de commercialité internationale ont évolué au fil du temps. Le droit du commerce international emprunte aux différentes branches du droit : droit civil, droit commercial, droit international privé, droit de la concurrence... Le choix est fait d utiliser l expression «droit du commerce international» et de ne pas prendre part à différentes controverses qui distinguent le droit commercial international, le droit des affaires internationales... B. La naissance du droit du commerce international Depuis longtemps, la conquête de nouveaux territoires va de pair avec le développement économique. Si l organisation des échanges est récente, le commerce international, lui, remonte à l Antiquité. Dans un premier temps, les échanges commerciaux ont été gouvernés par les usages et les pratiques. Ce n est qu après l apparition des États et la naissance d un droit international privé, qu a vu le jour le droit du commerce international. En effet, la consécration de la nation a conduit à un certain protectionnisme et le droit international avait essentiellement un rôle de coordination entre les différents droits nationaux. Aujourd hui, le droit du commerce international répond à la globalisation de l économie. L importance des échanges internationaux est donc à l origine du droit du commerce international. 8

2 Le commerce implique l échange et la circulation. Le droit du commerce international régit les opérations d échanges et tous les services indispensables à la vente (le crédit, l assurance, le transport, les brevets et la propriété industrielle). II q Éléments de définition du commerce international Le droit du commerce international a vocation à faciliter les échanges en assurant le contrôle du jeu de l offre et de la demande. Le principe demeure la liberté, qui n existe qu en présence d une réglementation adéquate. A. Les caractéristiques essentielles du commerce international Le commerce international dépasse aujourd hui les opérations d exportation et d importation. L extension du commerce et la mondialisation des échanges expliquent l émergence du droit du commerce international. Désormais, on ne se contente pas d expédier des marchandises, on va s installer à l étranger pour les produire et les vendre ailleurs. Les opérateurs économiques investissent à travers le monde pour construire des usines, pour apporter de l aide sous forme de transferts technologiques,... Ainsi, de nouveaux contrats apparaissent s exécutent sur de longues périodes et exigent la collaboration de milliers de personnes (par exemple, les accords de développement économique). 1 B. La notion de commerce international 1. La commercialité La commercialité s est donc élargie. Certains considèrent aujourd hui que la commercialité englobe également certaines activités considérées traditionnellement comme civiles (profession libérales, activités agricoles...), notamment lorsqu elles s organisent en entreprises. D ailleurs la question s est longtemps posée pour le secteur agricole et les services qui font désormais partie du système de libre échange (GATT, OMC). La notion de commerce, au niveau international, ne fait pas référence comme en droit interne aux actes de commerce ou à la notion de commerçant. Le commerce, au sens international du terme fait référence à la notion d activité économique (voir Fiche 3). Ainsi sont considérées comme des agents économiques les personnes aussi bien privées que publiques dès lors qu elles exercent une activité économique. 2. Le caractère international Compte tenu des nombreuses sources internes et d un système national de conflit de lois on pourrait douter du critère international ou de son importance. Un contrat est qualifié d «international» lorsqu il se rattache à des normes juridiques dépendant de plusieurs États. Le caractère international apparaît lorsque l opération envisagée comporte un élément d extranéité sans devenir pour autant une affaire internationale. En effet, 9

3 1 lorsqu une situation ou un rapport juridique comporte un élément d extranéité cela peut faire appel à la réglementation relative au conflit de lois qui relève du droit international privé. En ce qui concerne le droit du commerce international, ce n est pas à sa source qu il faut s intéresser, mais à son objet. La définition du caractère international peut alors dépendre d un critère économique qui est la mise en jeu des intérêts du commerce international. L opération est internationale quand elle ne se déroule pas entièrement dans la sphère économique d un seul État. En conclusion, les règles du commerce international ne comportent pas seulement un élément d extranéité, elles mettent en jeu des intérêts et des besoins propres au commerce international. Le droit du commerce international intéresse aussi bien les opérateurs privés que publics. C est l approche historique qui est riche d enseignements afin de mieux appréhender ce droit et montrer comment la notion d activité économique permet de réaliser une réelle unité afin de concilier les différents intérêts en présence. 10

4 [ La notion d activité économique Les distinctions classiques consacrent l opposition du commercial et du civil et délimitent l étendue des régimes juridiques correspondants. D autres nouvelles distinctions binaires sont d actualité, notamment celle de l activité professionnelle et non professionnelle. La notion d activité économique est retenue afin d aborder le droit du commerce international dans sa globalité. I q L intérêt de la notion d activité économique Attendues depuis longtemps, ces distinctions reconnaissent finalement l opposition entre l activité économique et non économique. L activité économique est un concept clé en droit du commerce international. En effet, cette notion permet de faire l économie de la distinction opérateurs privés et opérateurs publics et de ne faire référence qu aux opérateurs économiques. Le droit du commerce international est une matière regroupant des règles et des principes divers afin de répondre au mieux aux intérêts du commerce international. La référence à l activité économique est donc une des solutions permettant d échapper à certaines distinctions peu opportunes en la matière. 2 II q Le contenu de la notion d activité économique Il est nécessaire de s intéresser à l objet de l activité, afin de savoir si elle peut être qualifiée d économique. Dans l affirmative, cela permet de soumettre les dites activités à un ensemble homogène de règles applicables. En effet, s il est parfois fait référence à l entreprise en droit interne, en droit communautaire l activité économique gouverne l applicabilité du droit de la concurrence et c est par référence au critère décisif de l activité économique que l entreprise existe ou non. Par la suite, toute la difficulté est de savoir si des activités exercées par exemple par les professionnels libéraux ou par les associations peuvent bénéficier de l extension de cette notion. Il s agit alors d un problème de qualification qui revient à se demander si telle activité est économique ou non. L activité économique englobe toute exploitation durable qui consiste à produire, transformer, distribuer ou commercialiser un bien ou un service. Il s agit d une activité fondée sur un système de marché, c est-à-dire une logique d offres et de demandes, et exercée par une entité dotée d autonomie dans ses décisions (à titre d exemples : CJCE 13 février 1993 Poucet c/ CMR, Languedoc-Roussillon et D. Pistre c/ AGF et Camcava Aff. jtes C-159/94 et C-160/91, Rec. 93 I p. 637 et RTD Com. 93 p. 429, obs. C. Bolze. CJCE 19 janvier 1994 Sat Fluggesellschaft mbh c/ Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne (Eurocontrol), aff. C-364/92, Rec. 94, p. 43 et RTD Com. 94, p. 606, obs. C. Bolze). 11

5 2 Une activité est dite «économique» si elle permet la satisfaction de besoins économiques. De surcroît, le caractère économique de l activité est indépendant de toute idée de profit, du caractère public ou privé de l entité qui l exerce, du mode de financement, de la forme juridique de l entité... Le problème de la qualification de l activité est toujours d actualité. À cet égard, les instances communautaires ont, de longue date, adopté une définition large de l activité économique, qui a permis une extension du champ matériel du droit de la concurrence. Ainsi, les autorités communautaires rappellent que sont considérées comme économiques les activités des auteurs, des inventeurs, des artistes et artistes interprètes, la diffusion d émissions de radio et de télévision, les télécommunications, les services postaux,... Non seulement l activité économique a été admise, mais la qualification d entreprise également retenue, alors même qu il s agissait d entités dépourvues de personnalité juridique indépendante, simplement parce qu elles proposaient des biens ou des services sur un marché. III q Extension de la notion d activité économique C est également ce principe qui a été retenu par la réforme adoptée par la loi relative aux nouvelles régulations économiques (NRE) du 15 mai 2001, notamment en matière d arbitrage. En effet, les clauses compromissoires qui, jusque là, n étaient valables qu entre commerçants, sont aujourd hui admises dans les contrats conclus à raison d une activité professionnelle. Cette réforme englobe, dans le même régime juridique, le commerçant et le professionnel, alors même que ce dernier exerce une activité civile. C est une véritable perspective de droit économique qui a été retenue, similaire à celle que l on retrouve en droit de la concurrence. L activité économique est l élément matériel de l entreprise. Qualifier une activité d économique est la première démarche qui permet ensuite d identifier l agent économique, l entreprise. C est ce critère économique, qui très tôt a été consacré par la jurisprudence «Matter», le 17 mai 1927, relative au droit du commerce international : pour être qualifié (d international), il faut que le contrat produise comme un mouvement de flux et de reflux au dessus des frontières, des conséquences réciproques dans un pays et dans un autre». Ainsi, pour que l opération économique soit internationale il faut que l opération litigieuse intéresse par ses aspects économiques plus d un État. Il faut que l affaire implique un mouvement de biens ou de services à travers les frontières. 12

6 QCM 1 [ Á Fiche 01 SCORE 1 q Les artisans sont soumis : 0 1 a au droit civil b au droit commercial 2 q Est commerçant : 0 1 a celui qui est inscrit au répertoire des métiers b le dirigeant d une société commerciale c celui qui effectue des actes de commerce 3 q À l origine, les échanges commerciaux étaient gouvernés par : 0 1 a la jurisprudence b les textes c les usages et pratiques 4 q Le droit du commerce international a vocation : 0 1 a à favoriser le protectionnisme b à faciliter les échanges c à contrôler l offre et la demande d à réglementer les sociétés 5 q La commercialité englobe : 0 1 a uniquement des activités commerciales b éventuellement des activités civiles 6 q Les services : 0 1 a font partie des principes de l OMC b ne font pas partie des principes de l OMC 7 q En droit international, la notion de commerce fait référence : 0 1 a à l entreprise b à l activité économique 134 orésultats /7

7 QCM 2 [ Á Fiche 02 SCORE 1 q L activité économique est une notion clé utilisée : 0 1 a en droit civil b en droit des sociétés c en droit du commerce international 2 q La notion d activité économique gouverne l application : 0 1 a du droit civil b du droit de la concurrence c du droit commercial 3 q Un professionnel libéral : 0 1 a exerce une activité économique b n exerce pas une activité économique 4 q L activité économique est fondée : 0 1 a sur un système de marché b sur une logique d offres et de demandes c sur une notion de bénéfice d sur la satisfaction d un besoin 5 q Les clauses compromissoires sont valables : 0 1 a qu entre commerçants b pour toute activité professionnelle 6 q L activité économique est : 0 1 a l élément matériel de l entreprise b l élément structurel de l entreprise 7 q L activité économique concerne : 0 1 a les opérateurs privés b les opérateurs publics 135 orésultats /7

8 QCM 3 [ Á Fiche 03 1 q Les premières règles relatives au commerce maritime SCORE apparaissent : 0 1 a à l Antiquité b au Moyen Âge 2 q Un jus mercatorum est : 0 1 a un mélange entre le droit romain et le droit coutumier b d origine légale c d origine coutumière 3 q Le jus mercatorum est appliqué : 0 1 a par les juges b par les arbitres 4 q Les mercantilistes défendent : 0 1 a l unité nationale avec une intervention étatique b le libre échange 5 q La théorie du libre échange a été défendue par : 0 1 a les physiocrates b Smith c Ricardo 6 q Le GATT, l OMC, défendent : 0 1 a des politiques protectionnistes b des politiques de libre-échange 7 q La mondialisation concerne : 0 1 a le commerce des biens b le commerce des services 136 orésultats /7

Introduction 1 LA DÉFINITION DU DROIT COMMERCIAL. A - Le domaine du droit commercial. 1) La double conception de la commercialité

Introduction 1 LA DÉFINITION DU DROIT COMMERCIAL. A - Le domaine du droit commercial. 1) La double conception de la commercialité Introduction Le droit commercial évoque simultanément les notions de droit économique, de droit relatif à l entreprise voire de droit des affaires. Il n existe pas de définition juridique de l entreprise,

Plus en détail

L arbitrage commercial international en droit algérien (*)

L arbitrage commercial international en droit algérien (*) L arbitrage commercial international en droit algérien (*) (*)-Par Yahia AMNACHE, Avocat au Barreau de Paris. www.avocats-bah.com Pendant longtemps, le procédé de règlement des différends entre sociétés

Plus en détail

I UNE DEMARCATION DE LA CONCEPTION CLASSIQUE DU TRANSPORTEUR

I UNE DEMARCATION DE LA CONCEPTION CLASSIQUE DU TRANSPORTEUR http://www.droit.univ-nantes.fr/labos/cdmo/centre-droit-maritime-oceanique/cdmo/neptunus/volumes.php Rev électronique Neptunus, CDMO, Université de Nantes, 2007, vol. 13-3 La "déprofessionnalisation" de

Plus en détail

TITRE 1 : LES NOTIONS FONDAMENTALES DU DROIT DE LA CONCURRENCE

TITRE 1 : LES NOTIONS FONDAMENTALES DU DROIT DE LA CONCURRENCE TITRE 1 : LES NOTIONS FONDAMENTALES DU DROIT DE LA CONCURRENCE Le droit de la concurrence a notamment pour objet de maintenir le libre jeu de la concurrence. La concurrence se joue entre des entreprises

Plus en détail

Avant-propos. Dimitri UZUNIDIS

Avant-propos. Dimitri UZUNIDIS Avant-propos Dimitri UZUNIDIS Innovation : introduire des nouveautés, des changements, plus spécialement dans l industrie et, plus généralement, dans les affaires. Aussi, faire du neuf à partir de l existant

Plus en détail

Réformer le droit du travail

Réformer le droit du travail Réformer le droit du travail Par Jacques Barthélémy et Gilbert Cette Le 3 septembre 2015 Ce rapport réalisé pour Terra Nova par Gilbert Cette et Jacques Barthélémy paraît aux Editions Odile Jacob le jeudi

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

L arbitrage maritime en France

L arbitrage maritime en France Politique maritime L arbitrage maritime en France François Arradon Président de la Chambre arbitrale maritime de Paris Chacun sait que l arbitrage est un mode de règlement des litiges, mais certains ignorent

Plus en détail

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS Etude réalisée par Maître Bonnefoi Docteur d Etat en Droit Docteur en Droit Public Diplômée de Sciences Politiques Certificated of advanced European studies

Plus en détail

Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT

Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT SUR LA TRANSFORMATION DE LA CONVENTION DE ROME DE 1980 SUR LA LOI APPLICABLE AUX OBLIGATIONS CONTRACTUELLES EN INSTRUMENT COMMUNAUTAIRE AINSI QUE

Plus en détail

L objet du droit du commerce international

L objet du droit du commerce international L objet du droit du commerce international Fiche 1 Objectifs Identifier les situations juridiques objet du droit du commerce international. Prérequis Introduction au droit Droit de l entreprise Droit européen

Plus en détail

Mémoire de fin d études: Les alliances stratégiques dans le transport aérien et son impact dans la branche Cargo: Analyse et perspectives.

Mémoire de fin d études: Les alliances stratégiques dans le transport aérien et son impact dans la branche Cargo: Analyse et perspectives. I. Introduction Le ciel sera-t-il bientôt un monopole? Moyen pour les compagnies aériennes de continuer à exister, les alliances n en sont pas mois certainement qu une étape vers leur concentration en

Plus en détail

Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements

Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Texte original Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Conclu le 1 er août 1994 Entré en vigueur par échange

Plus en détail

Fiche 1. La définition et les sources du droit commercial. Les objectifs de la fiche. 1. Définition du droit commercial. Références jurisprudentielles

Fiche 1. La définition et les sources du droit commercial. Les objectifs de la fiche. 1. Définition du droit commercial. Références jurisprudentielles Fiche 1 La définition et les sources du droit commercial Les objectifs de la fiche Définir le champ d application du droit commercial Comprendre les particularités du droit commercial par rapport au droit

Plus en détail

COMITÉ DES QUESTIONS CONSTITUTIONNELLES ET JURIDIQUES. Quatre-vingt-quatrième session. Rome, 2-4 février 2009

COMITÉ DES QUESTIONS CONSTITUTIONNELLES ET JURIDIQUES. Quatre-vingt-quatrième session. Rome, 2-4 février 2009 Janvier 2009 F COMITÉ DES QUESTIONS CONSTITUTIONNELLES ET JURIDIQUES Quatre-vingt-quatrième session Rome, 2-4 février 2009 DÉLÉGATION DE POUVOIRS PAR LE DIRECTEUR GÉNÉRAL GÉNÉRALITÉS 1. Le Plan d action

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux.

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux. Statuts d une SAS [Avertissement : Les présents statuts sont proposés par les auteurs. Ils n ont qu un caractère indicatif. En aucun cas, il ne s agit de statuts types. Les personnes désirant rédiger les

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

QUELQUES REFLEXIONS SUR : L ARTICLE 21 DE LA LOI N 95-125 DU 8 FEVRIER 1995 DEFINISSANT LA NOTION DE MEDIATION.

QUELQUES REFLEXIONS SUR : L ARTICLE 21 DE LA LOI N 95-125 DU 8 FEVRIER 1995 DEFINISSANT LA NOTION DE MEDIATION. Avocat au Barreau de Paris, Médiateur Président de l IUMA Co-Directeur du D.U. Médiation (Nice) Chargé d enseignements à la Faculté de Droit et Science politique (U.N.S.) L article 21 de la loi n 95-125

Plus en détail

CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative

CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative Le système administratif français est le produit des circ o n s- tances qui ont engendré à la fin de l Ancien Régime et au début de la

Plus en détail

L interprétation du droit fiscal (cours)

L interprétation du droit fiscal (cours) L interprétation du droit fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I L interprétation du droit fiscal par le juge... 4 L absence de techniques impératives d interprétation...

Plus en détail

www.libreassurancemaladie.eu CJCE / ARRET GARCIA C 238/94 DU 26 MARS 1996 Commentaires et texte

www.libreassurancemaladie.eu CJCE / ARRET GARCIA C 238/94 DU 26 MARS 1996 Commentaires et texte CJCE / ARRET GARCIA C 238/94 DU 26 MARS 1996 Commentaires et texte Commentaires : Dans cette affaire datant de 1996, la Cour statue que : «l article 2, paragraphe 2, de la directive européenne 92/49/CEE

Plus en détail

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie Compte-rendu de la soirée-débat organisée le 20 avril 2012 par le Syndicat des Travailleurs de l Industrie et des Services du Nord (CNT-STIS 59) sur le thème «Les sociétés coopératives, une alternative

Plus en détail

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Religion- fonctionnement des services publics - Recommandation La réclamante est musulmane et porte le foulard. Elle souhaite effectuer une formation professionnelle

Plus en détail

DROIT. Le secret bancaire. Approches nationale et internationale. Jérôme Lasserre Capdeville

DROIT. Le secret bancaire. Approches nationale et internationale. Jérôme Lasserre Capdeville BANQUE FINANCE SOCIAL GESTION DROIT MARKETING Le secret bancaire Approches nationale et internationale Jérôme Lasserre Capdeville Sommaire Introduction... 13 Première partie APPROCHE NATIONALE DU SECRET

Plus en détail

Règlement des litiges-brevet par la médiation

Règlement des litiges-brevet par la médiation Règlement des litiges-brevet par la médiation L économie de l immatériel et des droits de propriété intellectuelle occupe une place de plus en plus importante. Ainsi, les droits de propriété intellectuelle

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Synthèse Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Copie notée : 15/20 Objet : Le patrimoine numérique : enjeux et perspectives

Plus en détail

Projet de programme. Baccalauréats professionnels du secteur industriel. Consultation des enseignants. Économie - gestion.

Projet de programme. Baccalauréats professionnels du secteur industriel. Consultation des enseignants. Économie - gestion. Baccalauréats professionnels du secteur industriel Consultation des enseignants Projet de programme Économie - gestion Avril 2008 eduscol.education.fr/ - D0048 Rénovation du programme d Économie - Gestion

Plus en détail

Management de l Entreprise. Manag. de l Ent.

Management de l Entreprise. Manag. de l Ent. Management de l Entreprise Manag. de l Ent. 6 161 GE04 17h GE10 GE11 Gestion des ressources humaines apprendre et utiliser les outils pertinents des ressources humaines pour comprendre les fonctionnements

Plus en détail

Titre de la communication. Le Fonds Spécial pour la Promotion des Exportations (FSPE) au service des PME exportatrices : portée et limites

Titre de la communication. Le Fonds Spécial pour la Promotion des Exportations (FSPE) au service des PME exportatrices : portée et limites Titre de la communication Le Fonds Spécial pour la Promotion des Exportations (FSPE) au service des PME exportatrices : portée et limites Proposée par Pr GUENDOUZI Brahim Laboratoire LAREMO UMMTO Mail

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

Pourquoi une fonction contrôle de gestion?

Pourquoi une fonction contrôle de gestion? Introduction Pourquoi une fonction contrôle de gestion? On constate une mutation profonde au cours des 30 dernières années dans l environnement et la pratique des entreprises, autour de deux points centraux

Plus en détail

D ans la vie d une entreprise, l accroissement de la taille est une question

D ans la vie d une entreprise, l accroissement de la taille est une question DE LA DIFFICULTÉ DE CONCILIER CONTRÔLE ET DÉMOCRATIE Le cas des groupes coopératifs et d économie sociale par François Soulage (*) (*) François Soulage est président du Groupe Esfin-Ides. S il existe des

Plus en détail

UQÀM Chaire Économie et Humanisme École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal

UQÀM Chaire Économie et Humanisme École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal UQÀM Chaire Économie et Humanisme École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Analyse comparative des Triples bilans des banques canadiennes Andrée De Serres et Corinne Gendron Chaire

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 23 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Réponse au livre vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail. Réf. : COM(2015) 630 final P. J. : Réponse des autorités

Plus en détail

Approche de la négociation commerciale et objet du livre

Approche de la négociation commerciale et objet du livre I N T R O D U C T I O N Approche de la négociation commerciale et objet du livre Depuis l achèvement de la première édition de cet ouvrage en décembre 1997, le monde a changé sous plusieurs angles et a

Plus en détail

Jean-Pierre VIENNOIS

Jean-Pierre VIENNOIS Observations communiquées conformément à la Communication de la Commission européenne «invitant les tiers à soumettre des observations sur les projets de communication de la Commission» (2003/C 243/04),

Plus en détail

Le bureau du recrutement et des concours

Le bureau du recrutement et des concours Cette brochure présente les conditions d inscription ainsi que les nouvelles épreuves applicables dès 2013 au concours d attaché d administrations parisiennes. Dans un souci pédagogique, divers indications

Plus en détail

DIVISION DE FACILITATION (FAL) DOUZIÈME SESSION. Le Caire (Égypte), 22 mars 2 avril 2004

DIVISION DE FACILITATION (FAL) DOUZIÈME SESSION. Le Caire (Égypte), 22 mars 2 avril 2004 FAL/12-WP/12 13/1/04 DIVISION DE FACILITATION (FAL) DOUZIÈME SESSION Le Caire (Égypte), 22 mars 2 avril 2004 Point 3 : 3.2 : Mise en œuvre de mesures modernes de facilitation et de sûreté dans le transport

Plus en détail

WIPO/GRTKF/IC/Q.2 JUILLET 2002 INTRODUCTION

WIPO/GRTKF/IC/Q.2 JUILLET 2002 INTRODUCTION QUESTIONNAIRE SUR LES PRATIQUES ET CLAUSES CONTRACTUELLES RELATIVES A LA PROPRIETE INTELLECTUELLE, A L ACCES AUX RESSOURCES GENETIQUES ET AU PARTAGE DES AVANTAGES COMITE INTERGOUVERNEMENTAL DE LA PROPRIETE

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION p. 1. I. L'harmonisation du droit des sociétés en Europe p. 2

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION p. 1. I. L'harmonisation du droit des sociétés en Europe p. 2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION p. 1 I. L'harmonisation du droit des sociétés en Europe p. 2 A. Les ambitions et objectifs de l'harmonisation p. 2 B. Le bilan de l'harmonisation d r p. 6 a) La coordination

Plus en détail

ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011)

ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011) ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011) Le décret n 2011-48 du 13 janvier 2011 portant réforme de l arbitrage est entré en vigueur au 1 er mai 2011 sous réserves de dispositions

Plus en détail

COMPTE RENDU DE L ATELIER «LE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNES : STRATEGIE ET POLITIQUE D IMPLANTATION»

COMPTE RENDU DE L ATELIER «LE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNES : STRATEGIE ET POLITIQUE D IMPLANTATION» COMPTE RENDU DE L ATELIER «LE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNES : STRATEGIE ET POLITIQUE D IMPLANTATION» Comment faire venir des enseignes nationales en préservant la diversité commerciale et artisanale? Participent

Plus en détail

Comprendre l Egypte 13. Données et tendances de l économie... 22

Comprendre l Egypte 13. Données et tendances de l économie... 22 Préface.......................................................................... 7 Comprendre l Egypte 13 Repères essentiels........................................................ 15 Territoire et ressources....................................................

Plus en détail

0.975.243.6. Texte original. (Etat le 1 er novembre 2001)

0.975.243.6. Texte original. (Etat le 1 er novembre 2001) Texte original 0.975.243.6 Accord entre la Confédération suisse et la République islamique d Iran concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Conclu le 8 mars 1998 Entré en

Plus en détail

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL»

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» 1 ER FORUM DE MEDIATION BEYROUTH 26, 27 ET 28 JUIN 2008 «LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» Silvestre TANDEAU

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE CONVENTION CONSTITUTIVE. Convention approuvée par arrêté préfectoral n

CONVENTION CONSTITUTIVE CONVENTION CONSTITUTIVE. Convention approuvée par arrêté préfectoral n CONVENTION CONSTITUTIVE Convention approuvée par arrêté préfectoral n Vu le Code général des collectivités territoriales, Vu les articles 98 et suivants de la loi 2011-525 du 17 mai 2011 de simplification

Plus en détail

Le travailleur indépendant

Le travailleur indépendant Le travailleur indépendant Fiche 1 Objectifs Prérequis Mots-clefs 1. Identifier les différents régimes juridiques d exercice d une activité professionnelle 2. Analyser les conditions d accès à une profession

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3

SOMMAIRE. Présentation 3 Présentation 3 Introduction La physionomie du droit commercial 15 1 La définition du droit commercial 15 Le domaine du droit commercial 15 a) Fondement du droit commercial 15 b) Les rapports entre le droit

Plus en détail

DL Avocats. A l attention de : M. Daniel FAURE. Cher Monsieur,

DL Avocats. A l attention de : M. Daniel FAURE. Cher Monsieur, DL Avocats Laurent DUCROUX Avocat associé Avocat près la Cour d Appel de Montpellier : 06.99.13.84.84 courriel : l.ducroux@dlavocats.fr Stéphane LESUEUR Avocat associé Avocat près la Cour d Appel de Grasse

Plus en détail

Table des matières. A. L embargo et les relations internationales... 24 B. L embargo et les mesures de contrainte par la force 28

Table des matières. A. L embargo et les relations internationales... 24 B. L embargo et les mesures de contrainte par la force 28 Avertissement... 5 Sommaire... 7 Remerciements... 9 Abréviations, sigles et acronymes.... 11 Préface... 17 Introduction... 23 I. Les mesures de contrainte économique : actualité de l embargo.... 24 A.

Plus en détail

La notion d État. Il existe deux formes principales d État : l État unitaire et l État fédéral.

La notion d État. Il existe deux formes principales d État : l État unitaire et l État fédéral. FICHE 1. La notion d État Les différentes formes d État Il existe deux formes principales d État : l État unitaire et l État fédéral. A. L État unitaire On appelle État unitaire celui dans lequel une volonté

Plus en détail

1 Introduction aux études de marché export

1 Introduction aux études de marché export 1 Introduction aux études de marché export Avec des marchés de plus en plus compétitifs à travers la planète, les études de marché sont à l ordre du jour d un nombre croissant d organisations, qu elles

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 13/05/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 9 mars 2010 N de pourvoi: 08-16752 Publié au bulletin Rejet Mme Favre, président M. Sémériva, conseiller apporteur M. Lacan, avocat

Plus en détail

Brochure d information cybersurveillance

Brochure d information cybersurveillance Brochure d information cybersurveillance I. Cybersurveillance : un mot d explication Le 2 mai 2012, la Commission vie privée a émis une recommandation sur le contrôle par l employeur de l utilisation de

Plus en détail

Numéro du rôle : 2670. Arrêt n 6/2004 du 14 janvier 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2670. Arrêt n 6/2004 du 14 janvier 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2670 Arrêt n 6/2004 du 14 janvier 2004 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l'article 3, 2, de la loi du 13 avril 1995 relative au contrat d'agence commerciale, avant

Plus en détail

(Etat le 15 mai 2012)

(Etat le 15 mai 2012) Accord entre la Confédération suisse et la République arabe d Egypte concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Conclu le 7 juin 2010 Approuvé par l Assemblée fédérale le 8

Plus en détail

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE M. EL AZIZI ABDOU Chef du Service Amériques Direction du Trésor et des Finances Extérieures MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

Plus en détail

Professeur : Vincent GAUTRAIS SYLLABUS

Professeur : Vincent GAUTRAIS SYLLABUS UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL FACULTÉ DE DROIT Automne 2008 DRT 2401 Droit des affaires I Deuxième année Section B Professeur : Vincent GAUTRAIS SYLLABUS I. OBJECTIFS Le cours droit des affaires 1 (DRT 2401)

Plus en détail

La notion d œuvre de magie

La notion d œuvre de magie Table des matières SOMMAIRE... ABRÉVIATIONS UTILISÉES... PRINCIPAUX SIGLES... Préface... IX XI XIII XV Introduction générale... 1 PARTIE I L œuvre de magie saisie par le droit TITRE I L aspect apparent

Plus en détail

ANNEXE I Référentiels du diplôme

ANNEXE I Référentiels du diplôme ANNEXE I Référentiels du diplôme Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Savoirs associés Unités constitutives du référentiel de certification Management des unités commerciales

Plus en détail

La rupture brutale de relations commerciales établies. Introduction

La rupture brutale de relations commerciales établies. Introduction La rupture brutale de relations commerciales établies Introduction Le contexte Le cadre de l ordonnance de 1986 L apport de la loi GALLAND du 1 juillet 1996 et sa révision en mai 2001 Dans le Livre IV

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

ARBITRAGE, CONCILIATION, MÉDIATION & PROCÉDURE PARTICIPATIVE

ARBITRAGE, CONCILIATION, MÉDIATION & PROCÉDURE PARTICIPATIVE COMPTE-RENDU DU COLLOQUE ORGANISE PAR LE CETAN EUROPE LE 18 OCTOBRE 2013 A AIX-EN-PCE, ÉTABLI PAR GILLES RACOT, LE 04 NOVEMBRE 2013 LES MODES ALTERNATIFS DE RÈGLEMENT DES CONFLITS - MARC ARBITRAGE, CONCILIATION,

Plus en détail

SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES. Introduction

SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES. Introduction SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES Introduction - Objectifs poursuivis par la loi du 26 juillet 2005 entrée en vigueur le 1 er janvier 2006 : Renforcement de la prévention (mandat ad hoc, conciliation), Anticipation

Plus en détail

Les architectes et l évolution du métier à l horizon 2030

Les architectes et l évolution du métier à l horizon 2030 Centre d accueil du Mémorial, Thiepval (80), Plan 01 arch. Plan 01 Les architectes et l évolution du métier à l horizon 2030 Nous vous présentons dans cette nouvelle livraison des Cahiers les résultats

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Section des Formations et des diplômes Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes Évaluation des diplômes de l

Plus en détail

Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation"

Synthèse de l'atelier 2 : Economie des territoires ruraux et Ressources Humaines et formation Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation" Abdel Hakim T. in Chassany J.P. (ed.), Pellissier J.-P. (ed.). Politiques de développement rural durable

Plus en détail

UE 3 - DROIT SOCIAL. Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Introduction : les sources du droit social (15 heures)

UE 3 - DROIT SOCIAL. Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Introduction : les sources du droit social (15 heures) UE 3 - DROIT SOCIAL Niveau L : 150 heures 12 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Introduction : les sources du droit social (15 heures) Cette introduction a un triple objet : -

Plus en détail

et la concurrence en droit européen des affaires A - Le concept d entreprise B - Le concept de concurrence

et la concurrence en droit européen des affaires A - Le concept d entreprise B - Le concept de concurrence section 1 L entreprise et la concurrence en droit européen des affaires A - Le concept d entreprise 1. La notion d entreprise : la qualification d activité économique 2. Le groupe d entreprise : les accords

Plus en détail

UE 3 Droit social Le programme

UE 3 Droit social Le programme UE 3 Droit social Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction : les sources

Plus en détail

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême).

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême). Isabelle Chaumont Avocate Au Barreau de Lyon Lettre d actualité Mars 2008 DROIT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE DROIT DE LA CONSOMMATION DROIT BANCAIRE RECOUVREMENT DE CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES PROCEDURES

Plus en détail

CAST Société anonyme au capital de 4 913 333.60 euros Siège social : 3 rue Marcel Allégot 92190 MEUDON 379 668 809 RCS NANTERRE

CAST Société anonyme au capital de 4 913 333.60 euros Siège social : 3 rue Marcel Allégot 92190 MEUDON 379 668 809 RCS NANTERRE CAST Société anonyme au capital de 4 913 333.60 euros Siège social : 3 rue Marcel Allégot 92190 MEUDON 379 668 809 RCS NANTERRE RAPPORT A L ASSEMBLEE GENERALE DES ACTIONNAIRES DU 25 JUIN 2014 SUR LES CONDITIONS

Plus en détail

OMPI/GRTKF/IC/1/8 ANNEXE I DIRECTIVE 98/44/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. du 6 juillet 1998

OMPI/GRTKF/IC/1/8 ANNEXE I DIRECTIVE 98/44/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. du 6 juillet 1998 ANNEXE I DIRECTIVE 98/44/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 6 juillet 1998 relative à la protection juridique des inventions biotechnologiques 30.7.98 FR Journal officiel des Communautés européennes

Plus en détail

L enseigne, tout comme le nom commercial, le droit au bail ou la clientèle, fait partie des éléments incorporels du fonds de commerce.

L enseigne, tout comme le nom commercial, le droit au bail ou la clientèle, fait partie des éléments incorporels du fonds de commerce. ENSEIGNE COMMERCIALE 18/11/2008 L enseigne, tout comme le nom commercial, le droit au bail ou la clientèle, fait partie des éléments incorporels du fonds de commerce. I. QU EST CE QU UNE ENSEIGNE? II.

Plus en détail

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité Chambre de Commerce et d industrie de Lyon Novacité [LE BUSINESS PLAN] Le Centre Européen d'entreprise et d'innovation Novacité (CEEI Novacité) est une structure animée par la Chambre de Commerce et d'industrie

Plus en détail

SOCIETE S1 Société par actions simplifiée 26, Boulevard Wilson 67000 STRASBOURG

SOCIETE S1 Société par actions simplifiée 26, Boulevard Wilson 67000 STRASBOURG SOCIETE S1 Société par actions simplifiée 26, Boulevard Wilson 67000 STRASBOURG RAPPORT DU COMMISSAIRE À LA SCISSION ET AUX APPORTS DANS LE CADRE DE L APPORT PARTIEL D ACTIF DE LA SOCIETE ELECTRICITE DE

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CONTRAT DE TRAVAIL?

QU EST-CE QU UN CONTRAT DE TRAVAIL? PARTIE 1 QU EST-CE QU UN CONTRAT DE TRAVAIL? Le droit du travail est avant tout un droit protecteur visant à définir et garantir les droits du salarié face à l entreprise. De ce fait, c est un droit impératif

Plus en détail

I. Lignes directrices relatives à la notion «d effet sur le commerce» Sur le B. La notion de «commerce entre Etats membres» (pts 19 et s )

I. Lignes directrices relatives à la notion «d effet sur le commerce» Sur le B. La notion de «commerce entre Etats membres» (pts 19 et s ) Laurence Idot Professeur Agrégé à l Université Paris I-Panthéon/Sorbonne vice-présidente de l Association Francaise d Etude de la Concurrence (AFEC) 12, place du Panthéon 75 005 Paris Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

La médiation commerciale

La médiation commerciale La médiation commerciale La médiation, tout le monde en parle mais peu la pratique. Pourtant, les modes alternatifs de règlement des confits, les MARC, connus également sous leur vocable anglais, ADR (Alternativ

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

L Imprimerie nationale

L Imprimerie nationale L Imprimerie nationale L Imprimerie nationale, qui était un service central du ministère des finances jusqu en 1993, est devenue à partir du 1er janvier 1994 une société anonyme appartenant à l Etat. La

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

Règlement des différends en Afrique: Comment améliorer l organisation et le fonctionnement de la justice commerciale?

Règlement des différends en Afrique: Comment améliorer l organisation et le fonctionnement de la justice commerciale? Règlement des différends en Afrique: Comment améliorer l organisation et le fonctionnement de la justice commerciale? INTERVENANT Bâtonnier Joachim BILE-AKA Avocat Associé BILE-AKA, BRIZOUA-BI & Associés

Plus en détail

CHAPITRE 1. DESCRIPTION GÉNÉRALE DE LA FRANCHISE... 9 Section 1. Notion et évolution... 9

CHAPITRE 1. DESCRIPTION GÉNÉRALE DE LA FRANCHISE... 9 Section 1. Notion et évolution... 9 Table des matières (avec renvoi aux pages) Liste des abréviations... 5 Sommaire... 7 CHAPITRE 1. DESCRIPTION GÉNÉRALE DE LA FRANCHISE... 9 Section 1. Notion et évolution... 9 1. Notion générale... 9 2.

Plus en détail

Le rôle du juge dans l'exécution des sentences arbitrales

Le rôle du juge dans l'exécution des sentences arbitrales Programme EuroMed Justice Séminaire : Justice et affaires commerciales Programme Athènes, du 12 au 15 Novembre 2007 Le rôle du juge dans l'exécution des sentences arbitrales Présenté par : IDRISSI AMRAOUI

Plus en détail

La stratégie de la relation client

La stratégie de la relation client La stratégie de la relation client Auteur(s) Ingénieur ESIM et MBA, spécialiste du CRM en France et chez Ernst&Young Conseil MBA, spécialiste de l application de nouvelles technologies au marketing. Directeur

Plus en détail

2.3 Les décrets et accords intergouvernementaux de libéralisation du commerce conclus par le gouvernement du Québec;

2.3 Les décrets et accords intergouvernementaux de libéralisation du commerce conclus par le gouvernement du Québec; TITRE : Politique relative aux contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction ORIGINE PAGE 1 de 20 Direction des services des ressources financières et matérielles RÉPONDANT Direction

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits L IMPLICATION du COURTIER dans le DEVELOPPEMENT de la MICRO ASSURANCE : CONCEPTION, COMMERCIALISATION et DISTRIBUTION des PRODUITS, COLLECTE des PRIMES et COTISATIONS Présentée par Mme Hermine EKOBE NSEKE,

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

DIRECTIVE 93/98/CEE DU CONSEIL

DIRECTIVE 93/98/CEE DU CONSEIL DIRECTIVE 93/98/CEE DU CONSEIL du 29 octobre 1993 relative à l harmonisation de la durée de protection du droit d auteur et de certains droits voisins LE CONSEIL DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES, vu le traité

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

TABLE RONDE. Communication et langue en navigation intérieure. Rapport succinct

TABLE RONDE. Communication et langue en navigation intérieure. Rapport succinct COMMISSION CENTRALE POUR LA NAVIGATION DU RHIN TABLE RONDE Communication et langue en navigation intérieure Rapport succinct AVANT PROPOS Le présent rapport présente les interventions, les débats et les

Plus en détail

CHARTE ÉTHIQUE NOS 7 ENGAGEMENTS. LA RENAISSANCE DE LA MATIÈRE Recycler toujours plus et mieux

CHARTE ÉTHIQUE NOS 7 ENGAGEMENTS. LA RENAISSANCE DE LA MATIÈRE Recycler toujours plus et mieux CHARTE ÉTHIQUE NOS 7 ENGAGEMENTS LA RENAISSANCE DE LA MATIÈRE Recycler toujours plus et mieux AVANT-PROPOS Fondée il y a un demi-siècle en Normandie, GDE est devenue leader du recyclage et opère aujourd

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES LIGUE de L ENSEIGNEMENT PROJET EDUCATIF CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES PARTIE I : ELEMENTS DU PROJET EDUCATIF GENERAL DE LA LIGUE DE L ENSEIGNEMENT 1/ Synthèse historique de la Ligue de l Enseignement

Plus en détail

GRIDAUH Écriture du SCOT. Note : La «territorialisation» des objectifs arrêtés dans le SCOT

GRIDAUH Écriture du SCOT. Note : La «territorialisation» des objectifs arrêtés dans le SCOT 1 >> LA «TERRITORIALISATION» DES OBJECTIFS ARRÊTÉS DANS LE SCOT Jean-Pierre Henry, Professeur émérite de l université, avocat spécialiste en droit public, droit de l urbanisme et droit de l environnement

Plus en détail