Traitements par alpha-stimulants en urologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitements par alpha-stimulants en urologie"

Transcription

1 ARTICLE DE REVUE Progrès en Urologie (2000), 10, Traitements par alpha-stimulants en urologie Emmanuel CHARTIER-KASTLER (1), Gilberte ROBAIN (2), Gérard AMARENCO (3), François RICHARD (1), Alain DURAND (4), Pierre DENYS (5) (1) Service d urologie, G.H. Pitié-Salpêtrière, Université Paris VI, Paris, France (2) Service de rééducation et réadaptation neurologiques, Hôpital Jean Rostand, Ivry sur Seine, France (3) Service de rééducation neurologique et d explorations périnéales, Hôpital Rotschild, Paris, France (4) Faculté de Pharmacie, laboratoire de pharmacocinétique, Marseille, France (5) Service de rééducation neurologique, Hôpital Raymond Poincaré, Université Paris Ouest, Garches, France RESUME La neuro-pharmacologie est actuellement en pleine explosion du fait des découvertes régulières de nouveaux neuro-transmetteurs ou neuro-récepteurs. Des espoirs pourraient naître pour le traitement des troubles vésicosphinctériens en développant des molécules à potentiel d action clinique sélectif pour le détrusor ou l urèthre. Après un rappel neuro-anatomique et neuro-pharmacologique général du système nerveux sympathique, les indications actuelles des alpha-agonistes sont revues et discutées. Il s agit des traitements du priapisme, de l éjaculation rétrograde, de l incontinence par insuffisance sphinctérienne. L utilisation plus récente utilisant un mode d action central est également rappelée (hyperactivité vésicale du blessé médullaire). Les auteurs revoient les indications actuelles en rappelant que même si leur usage est très spécifique, restreint et peu diffusé dans cette spécialité, le concept n en est pas moins intéressant. A l instar de molécules en phase d essais cliniques pour des cibles périphériques ou centrales il paraît nécessaire de mieux comprendre le mode d action de ces molécules sur le système adrénergique sympathique. Leurs effets secondaires restent le facteur limitant d utilisation pour les cibles périphériques. Mots clés : Pharmacologie, système nerveux autonome, incontinence, troubles mictionnels, alpha-récep - teurs. L'étude des substances capables d'int eragir sur le système autonome a montré la plus grande activité des substances dites "lytiques" ou antagonistes par rapport aux substances "mimétiques" ou agonistes. Ainsi pour le système sympathique, peu de substances ont une efficacité prouvée - à effets secondaires tolérables - dans le cadre d une action agoniste. Sont surtout utilisés dans cette classe thérapeutique, les - s t i m u l a n t s pour leur action sur l'utérus gravide. Les -stimulants en urologie seront peut-être l'objet de progrès à venir grâce au clonage des récepteurs et à l amélioration, au moins pharmacologique, de la sélectivité des molécules. Les variations de mode d administration font partie intégrante des progrès cliniques accomplis, parmi lesquelles les plus innovantes, dans des indications indépendantes, sont la voie intracaverneuse et la voie intrathécale. Les principales indi cations actuelles, ou potentielles, des sympathomimétiques en urologie se résument au: - traitement du priapisme, - traitement de l'éjaculation rétrograde, - traitement de l'incontinence par insuffisance sphinctérienne, - autres modes d actions : alpha-agonistes centraux pour le traitement de l hyperactivité vésicale du traumatisé médullaire. Nous nous proposons, après un rappel de neuro-pharmacologie et de neuro-anatomie, centré sur la réception et la transmission adrénergique, de revoir l état des lieux de l utilisation des alpha-agonistes dans chacune de ces indications. Neuroanatomie générale du système vésico-sphinctérien Trois voies neurologiques font partie intégrante du contrôle de l appareil vésico-sphinctérien : Le système parasympathique dont le noyau est situé aux Manuscrit reçu : janvier 2000, accepté : avril Adresse pour correspondance : Dr. E. Chartier-Kastler, Service d Urologie, Hôpital de la Pitié, 83, boulevard de l Hôpital, Paris

2 Encéphalique Afférent Pontique Efférent T10 L 2 Sympathique S 2 S 4 Parasympathique Noyau d ONUF Nerf pudendal Figure 1. Représentation schématique du névraxe et des centres encéphaliques, pontique, sympathique thoraco-lombaire (T10- L2), somatique (noyau d Onuf) et parasympathique sacré (S2-S4). niveaux médullaires sacrés S2, S3 et S4. Les voies de cheminement des afférences et efférences sont les nerfs pelviens, formés à partir de radicelles immédiatement issues des racines sacrées. Le système sympathique dont le noyau est situé dans la moelle thoraco-lombaire entre T10 et L2. Les voies sympathiques cheminent dans les pl exus hypogastriques supérieurs et inférieurs pour donner finalement naissance au niveau pelvien aux nerfs hypogastriques qui rejoignent l appareil vésico-sphinctérien. Ainsi la voie sympathi que est très particulière dans son anatomie puisque son noyau est si tué relativement haut dans le névraxe et que les neurones postganglionnaires cheminent à part des voies somatiques c l a s s i q u e s. Le système somatique, dont l innervation assure la commande du plancher périnéal et en particulier du sphincter strié par le nerf pudendal. Les racines sacrées concernées pour l appareil vésicosphinctérien sont les racines S2 à S4, S3 étant prédominante. Le noyau d Onuf situé dans la corne ventrale d un ou plusieurs segments de la moelle sacrée contient les corps cellulaires des neurones efférents du sphincter strié qui cheminent dans les nerfs pudendaux. Tout serait simple si ce schéma était parfaitement respecté et pur. Certains faits neuro-anatomiques sont maintenant admis : - Les anastomoses entre système pelvien et hypogastrique qui s entrelacent dans le pelvis rendent compte de nombreuses interconnections sous spinales entre les deux systèmes; - Les ganglions périphériques sont nombreux et réalisent autant de sites d interconnections. Ils sont autant intrapariétaux dans le détrusor que pelviens. - L innervation du sphincter strié est considérée comme 371

3 de triple origine somatique, parasympathique et sympathique. Tout a été démontré chez l animal et est supposé chez l homme en particulier pour ce qui est de l innervation cholinergique. L ensemble est contrôlé par des centres nerveux dont le premier et le plus important est situé dans la protubérance et assure la coordination de l activité continence et miction. Ce centre dit pontique est fondamental dans la physiologie vésico-sphinctérienne. Il reçoit luimême des informations de nombreux autres noyaux centraux encéphaliques permettant le contrôle volontaire de la miction et expliquant un certain nombre de dysfonctionnements rencontrés dans des pathologies neurologiques centrales encéphaliques (Figure 1). Le système nerveux autonome a prouvé son rôle dans la fonction vésico-sphinctérienne. La connaissance des neuro-récepteurs et des neuro-médiateurs s'est élargie et, après la description classique des rôles de l'acétylcholine (système parasympathique), de l'adrénaline et de la noradrénaline (système orthosympathique), c'est un vaste catalogue de neuro-récepteurs et neuro-médiateurs qui est l'objet des travaux de recherche pharmacologique. On y trouve les médiateurs dits non adrénergiques et non cholin e rgiques (NANC) parmi lesquels le NO (monoxyde d azote) qui est l objet d une attention particulière dans la physiologie de la cellule musculaire lisse [23, 25, 28]. Le système adrénergique [33-35] Neurotransmetteurs du système nerveux sympathique Les neurotransmetteurs sont le relais de transmission de l information entre les fibres nerveuses du système nerveux autonome et le bas appareil urinaire. Ces neurotransmetteurs agissent sur les récepteurs des cellules post- et pré-synaptiques de la vessie. Cette transmission du système nerveux autonome est sous le contrôle du système nerveux central. Les neurotransmetteurs endogènes qui ont un rôle physiologique dans ce système sont : la noradrénaline, l adrénaline et la dopamine. Ces catécholamines sont libérées par les neurones centraux sympathiques. Elles sont également libérées au niveau périphérique. La noradrénaline est le neurotransmetteur des fibres post-ganglionnaires sympathiques. Elle est synthétisée à partir de la phénylalanine au niveau de la fibre postganglionnaire. Stockée dans les granules elle est libérée sous l'action d'un influx nerveux par exocytose dans l'espace synaptique situé entre fibre nerveuse et organe effecteur. Le neurotransmetteur libéré subit alors plusieurs destinées (diffusion, métabolisme, recaptage) et une faible partie va atteindre les récepteurs postsynaptiques et présynaptiques alpha et/ou bêta ( et/ou ). Les récepteurs adrénergiques [3-7, 9-12] Deux types de récepteurs alpha ont été individualisés: les récepteurs -1 divisés en récepteurs -1A, -1 B et -1D et les récepteurs -2 répartis en récepteurs -2A, -2 B et -2 C. L étude de la physiologie prostatique bien connue grâce au développement des alpha-bloquants, a démontré l importante innervation végétative du bas appareil urinaire et les particularités du système alpha adrénergique à ce niveau. Elle a été revue par MOTTET [39]. Les récepteurs bêta se répartissent en -1 (récepteurs cardiaques), -2 (récepteurs des muscles lisses) et 3 (récepteurs du métabolisme des lipides et du sucre). Localisation des récepteurs adrénergiques dans le système nerveux Ils sont localisés aussi bien au niveau du système nerveux central (SNC) que périphérique (SNP). Au niveau du SNC, les récepteurs 1 et 2 sont localisés sur des sites postsynaptiques de différents types de neurones du cerveau. Les récepteurs 2 et 2 ont été identifiés sur des sites présynaptiques dans l ensemble du système noradrénergique central, notamment médullaire. Au niveau du SNP, les récepteurs -1 sont localisés sur des sites postsynaptiques et les récepteurs -2 sur des sites présynaptiques (bien qu'une localisation postsynaptique -2 ait été décrite dans les vaisseaux sanguins, au niveau des plaquettes et dans des cellules des muscles lisses.). Les récepteurs bêta 2 ont une localisation postsynaptique (bien qu une localisation présynaptique ait été décrite). La localisation des sous types des récepteurs alpha et bêta n'est pas encore complètement élucidée. Notons que les récepteurs -1 sont plus sensible à la noradrénaline et les récepteurs -2 et -2 à l'adrénaline. Stimulation des récepteurs du système adrénergique Action générale - Les récepteurs centraux Leur stimulation provoque une diminution du tonus sympathique. Les neurotransmetteurs ont une action hypotensive. - Les récepteurs périphériques La stimulation des récepteurs post-synaptiques par les neuro-transmetteurs adrénergiques est à l'origine des e ffets physiologiques. Celle des récepteurs présynaptiques règle la libération des neurotransmetteurs au niveau de la fente synaptique et indirectement modulent les eff e t s physiologiques de la transmission adrénergique. Action spécifique par récepteur - Récepteurs : La stimulation des récepteurs -1 post synaptiques par le neurotransmetteur entraîne une activation du tonus sympathique provoquant, outre un eff e t 372

4 Tableau 1. Principales molécules agonistes et antagonistes agissant sur le système adrénergique et disponibles en France. AGONISTES adrénaline dopa ephédrine méthoxamine méthylnoadrénaline midodrine noradrénaline phényléphrine phénylpropanolamine AGONISTES adrénaline clonidine guanabenzine isoprotérénol méthyladrénaline noradrénaline oxymétazoline AGONISTES dobutamine isoprénaline nor-adrénaline salbutamol terbutaline Récepteurs -1 Récepteurs -2 Récepteurs -2 ANTAGONISTES alfuzosine dihydroergotamine doxazosine ergotamine guanéthidine indoramine moxisylyte phénoxybenzamine phentolamine prazosine réserpine tamsulosine térazosine thymoxamine yohimbine ANTAGONISTES dihydroergotamine ergotamine idazoxan indoramine mianserine phénoxybenzamine phentolamine prazosine rauxolfine yohimbine ANTAGONISTES béta-bloquants butoxamine h y p e r t e n s e u r, un effet vasoconstricteur et une réponse excitatrice de type contraction des muscles lisses. La stimulation des récepteurs alpha 2 présynaptiques règle la libération des neurotransmetteurs adrénergiques (noradrénaline, adrénaline). Elle provoque une diminution de leur libération dans la fente synaptique, entraînant une atténuation voire une inhibition des effets physiologiques. - Récepteurs : La stimulation des récepteurs -2 postsynaptiques par le neurotransmetteur, provoque une réponse inhibitrice à l'origine des effets relaxants, réponse pharmacologique opposée à celle des récepteurs -1. On note une vasodilatation et une relaxation des muscles lisses. La stimulation -1 est essentiellement en rapport avec des effets cardiaques. La stimulation des récepteurs -2 présynaptiques assure essentiellement une autorégulation de la libération des neurotransmetteurs dans la fente synaptique, à l effet inverse des récepteurs -2 présynaptiques. Il faut toutefois noter que le neurotransmetteur endogène qu est la noradrénaline n'est pas spécifique d'un seul type de récepteur. Elle active à la fois les récepteurs - 1, -2 et. La réponse physiologique de la stimulation par l'adrénaline est un effet contractile des muscles lisses conséquence de la prépondérance de l'effet -1. D'une manière générale, les différentes molécules existantes activitrices ou inhibitrices possèdent rarement, comme l'adrénaline, une sélectivité d'action sur les récepteurs adrénergiques. Cela explique la modulation des effets cliniques et des effets secondaires des médicaments et parfois les résultats contradictoires observés lors des études animales et humaines. Dans le Tableau 1, sont indiquées les principales molécules disponibles en France et ayant une activité sur le système adrénergique, qu elle soit agoniste ou antagoniste. Récepteurs de l'urèthre et modifications pharmacolo - giques dans l incontinence urinaire féminine par insuf - fisance sphinctérienne De nombreux facteurs contribuent au tonus uréthral et à la fermeture de l'urèthre. Une partie de ce tonus est liée au tonus du muscle lisse urétral. Une autre partie du tonus est liée aux muscles striés et aux facteurs vasculaires qui interviendraient pour un tiers de sa valeur. Il y a de nombreux arguments pharmacologiques pour penser qu'une part importante du tonus est liée au muscle lisse. Les mécanismes adrénergiques sont évidents dans le maintien du tonus urétral. Une partie de cette activité se fait grâce à la stimulation des alphaadrénorécepteurs situés dans le muscle lisse urétral par le biais de la noradrénaline [31]. Ceci est retrouvé de façon assez constante par l'ensemble des auteurs. EK [18] étudie chez l homme la réponse de préparations d'urètre et de vessie aux drogues du système nerveux autonome. Les préparations d'urètre réagissent aux - stimulants et aux -bloquants. La noradrénaline entraîne une contraction des préparations qui est dose dépendante. On ne retrouve pas de différence entre les réponses d'urètre féminin et masculin. Cet effet de la noradrénaline est contrebalancé par la phenoxybenzamine ( -1 et -2 antagoniste). Le rôle respectif des récepteurs alpha1 et alpha 2 a été étudié par AMARK [5]. Il étudiait l effet d'alpha-1 et alpha-2 agonistes et antagonistes adrénergiques in vitro sur des fragments de vessie et d'urètre obtenu au cours de chirurgie pour adénome de prostate par voie transuréthrale. L'action des alpha-1 agonistes sur les pressions urétrales de l'homme était modérée, mais supérieure à l action des alpha 2 agonistes Cette action a été évaluée chez des patients ne présentant pas de pathologie neurologique. Quelques études ont fait état des mesures de pressions uréthrales avant et après -agonistes utilisés per os. Un travail portant sur 23 femmes 373

5 présentant une incontinence relate l'effet de la phenylpropanolamine sur les pressions urétrales [20]. Il existait une petite augmentation des pressions uréthrales variable en fonction du remplissage vésical. Ceci était confirmé par COLLETS [15] dans une étude comparable chez 22 femmes. LOSE [32] qui a étudié l'action de la norfenefrine n a pas confirmé les résultats précédents. Il semblait donc exister une petite action des alpha stimulants sur les pressions uréthrales. Les études sont toujours restées peu nombreuses car les effets secondaires sont importants. De surcroît l'amélioration clinique des patientes était moins bonne que ne pouvaient le laisser suspecter les résultats urodynamiques. Plus intéressant, chez les patients présentant une dénervation parasympathique, le développement d'une hypersensibilité de l'urètre aux alpha stimulants a été décrit. KOYANAGI [30] étudia la réactivité uréthrale à différentes drogues chez des patients présentant une dénervation chronique de la vessie et de l'urètre. Le fonctionnement uréthral était considéré comme hypersensible, si l'augmentation des pressions de clôture uréthrale après alpha stimulant était supérieure à l'augmentation des pressions chez un sujet normal. Les patients avaient tous une mesure des pressions uréthrales, puis il leur était administré un alpha stimulant (éthylphenyléphrine) à la dose de 4 mg par voie intraveineuse. Il observait une augmentation des pressions urétrales de 13 mm de mercure. NORDLING [41] a fait de même en étudiant les variations de pressions urétrales après injection de noradrénaline chez la femme. Il s'agissait de patientes présentant dans un groupe une dénervation vésico-urétrale et dans l'autre non. La mesure de la pression urétrale était effectuée au repos puis après une perfusion de noradrenaline à la dose de 0,1µg/kg/mn pendant 5 minutes. Il existait une augmentation des pressions urétrales plus importante chez les patientes présentant une dénervat ion vésico-urét rale que chez les autres. Cependant MATTIASSON en 1984 [36] étudiait les pressions uréthrales et leurs variations après administration de noradrenaline. Seize patients (11 hommes et 5 femmes) étaient étudiés. Ils présentaient tous un tableau clinique et urodynamique d'atteinte périphérique plus ou moins complet. Ils ont été comparés à 12 volontaires (5 hommes et 7 femmes) ne présentant pas de troubles sphinctériens et ne prenant pas de traitement au moment de l'exploration. Les pressions uréthrales étaient étudiées chez des patients allongés avec une vessie contenant 100 ml de sérum physiologique. Les pressions étaient mesurées avant puis lors d'une perfusion continue de noradrenaline de 4 mg/ml à une dose de 15, 30, 45, 60, 90, 120, 150 et 180 ml/h.. Lorsque la tension artérielle augmentait de plus de 30 mm Hg l'expérimentation était int errompue (en moyenne pour des doses de ml/h). Les pressions urétrales étaient significativement plus basses chez les patients dénervés que chez les témoins. Pendant la perfusion de noradrénaline, les pressions urétrales commencent à augmenter pour de faibles doses (15 ml/h) chez les patients hommes et femmes et chez les témoins hommes. La pente d'augmentation des pressions n'était pas différente chez les patients et les volontaires de sexe masculin. Il n'y a pas eu de déplacement de la courbe dose-réponse chez les patients par rapport aux témoins. Ceci témoignait de l'absence de l'hypersensibilité de l'urèthre même si l'augmentation des pressions en valeur absolue était plus importante chez les patients que chez les témoins. L'action des alpha stimulants sur les pressions urétrales existe, mais est peu utilisée en clinique du fait des effets secondaires cardio-vasculaires de ces médicaments. L'existence d'une hypersensibilité aux drogues alpha stimulantes en cas de dénervation périphérique de l'urètre ne semble pas exister contrairement à ce qui existe au niveau vésical. Le col vésical et l'urèthre proximal contiennent de façon prépondérante des récepteurs alpha-adrénergiques qui rendent compte lors de leur stimulation de la contraction des fibres musculaires lisses (tonus sympathique de base) et participent à la continence "automatique". La pression de clôture uréthrale maximale est augmentée lors de la stimulation alpha-adrénergique à des niveaux variables selon les agents pharmacologiques utilisés. Ainsi la résistance uréthrale peut être augmentée et on peut en attendre un effet bénéfique sur la continence. Cependant des effets secondaire, liés au défaut d'uro-sélectivité clinique et au caractère ubiquitaire des récepteurs alpha, apparaissent avec toutes ces substances rendant compte de leur faible développement clinique actuel et des nécessaires précautions d'utilisation. Les effets les plus usuels sont: anxiété, insomnie, hypertension artérielle (effet vasoconstricteur périphérique), céphalées, tremblements, palpitations, arythmie cardiaque, difficultés respiratoires. Les alpha-agonistes sont potentiellement contre-indiqués en cas d'hyperthyroïdie, de pathologie coronarienne avérée et de glaucome. Substances alpha-mimétiques pouvant avoir un effet (désiré ou secondaire) sur l appareil vésicosphinctérien Les préparations commercialisées en contenant sont rappelées dans le Tableau 2. Au niveau du bas appareil urinaire, ils agissent sur le muscle lisse en provoquant la fermeture du col vésical et de l'urèthre et la relaxation du détrusor. Avant l utilisation d alpha stimulants à visée urinaire, 374

6 Tableau 2. Noms commerciaux des thérapeutiques à compo - sante alpha-stimulante de la pharmacopée française en éphédrine (vasoconstricteurs contenant) : Osmostol, Otylol Rhinamide, Rhino-sulfuryl - pseudoéphédrine Drill, Efryl, Rhinalair, Sudafed - pseudoéphédrine (associations contenant) : Actifed Broncorinol Clarinase Néocitran un interrogatoire du patient sur la prise de médicaments doit être attentif pour éviter des risques additifs ou la potentialisation des effets secondaires. En effet, nombreux médicaments à activité sympathomimétique sont utilisés comme vasoconstricteurs pour traiter différentes pathologies notamment O.R.L.. Ils sont souvent associés à d'autres principes actifs. Il s'agit de médicaments pris en automédication donc "négligés". L effet secondaire le plus redouté est la rétention aiguë d urine par contraction de l ensemble de la musculature lisse uréthro-cervicale aussi bien que par hypo-activité vésicale. UTILISATION DES ALPHA-STIMULANTS EN PRATIQUE -agonistes et priapisme Polaramine pectoral Rhinadvil Rhinoreflex Vicks rhume - phénylpropalamine (spécialités contenant) : Actifed jour nuit Thinofeb Chronotrophir Rinurel Dénoral Rinutan Efryl Rupton Fervex Triaminic Humex - oxymétazoline Aturgyl, Sinex Lachartre - phényléphrine Auristan, Néosynéphrine (de nombreuses associations contenant de la phényléphrine sont sur le marché) - midodrine Gutron Les alphastimulants peuvent être utilisés dans le traitement du priapisme. Leur indication est réservée aux priapismes de stase et dans ce cadre aux érections prolongées pharmacologiquement induites. Ils sont utilisés après la quatrième heure lorsque les petits moyens (éjaculations, effort physique ou application de froid) se sont révélés inefficaces ou insuffisants. La drogue la plus fréquemment utilisée est l étiléphrine en traitement per os. Après la sixième heure les drogues intracaverneuses alphastimulantes peuvent être utilisées soit en cas d échec de la ponction simple soit en cas de récidive précoce. Le plus souvent il s agira d étiléphrine [44, 48]. D autres drogues alphastimulantes ont été utilisées telles que l'épinéphrine ou l adrénaline [38, 47] mais ont été abandonnées du fait de leurs effets systémiques trop importants. -agonistes et éjaculation rétrograde Les causes de l éjaculation rétrograde sont nombreuses et l incompétence du col au cours du réflexe d éjaculation est le dysfonctionnement le plus souvent retrouvé. Les alpha stimulants sont utilisés dans le traitement de l éjaculation rétrograde d origine neurologique périphérique, tels que les patients jeunes opérés pour des cancers du testicule avec lymphadénectomie bilatérale mais aussi en particulier dans les neuropathies diabétiques, la sclérose en plaques et les blessés médullaires avec atteinte de niveau thoracique bas. De nombreuses drogues ont été utilisées dans cette indication telles que la phénylpropanolamine [45], la bromphérinamine [13], l imipramine [17] et la midodrine [27, 29, 43]. En France seule la midodrine par voie intraveineuse a obtenu l autorisation de mise sur la marché (AMM) pour cette indication. Les résultats des différentes études réalisées, par voie orale [43] avec une dose de 5 mg/jour dans des éjaculations partiellement rétrogrades mais aussi par voie IV (10/12 patients de la série de JONAS [27]) chez des patients avec éjaculation rétrograde ou anémission après lymphadénectomie retrouvent des résultats d environ 70% d éjaculation pour la voie intraveineuse. Plusieurs éléments sont importants à noter: une possible amélioration de la quantité et de la qualité du sperme après injection de midodrine chez des patients qui pouvaient déjà éjaculer auparavant et pour des patients souffrant d incapacité à obtenir une émission une possibilité de l obtenir. Tous ces éléments plaident pour une double action : au niveau du col vésical (occlusion), au niveau des déférents et des vésicules séminales (contraction). Il est impossible de déterminer si cet effet est lié à une action centrale ou périphérique. Des études plus systématiques dans des populations sériées et contre placebo seraient intéressantes pour valider ces effets mécaniques et qualitatifs sur le sperme (éjaculat). -agonistes et insuffisance sphinctérienne En France, aucune substance n'a d'a.m.m. dans une indication pour traitement de l'incontinence par insuffisance sphinctérienne ou autre trouble mictionnel. Certaines molécules ont pourtant été l'objet d'essais et méritent d être connues. Ephédrine, pseudoéphédrine, noréfédrine A la dose de 25 à 50 mg par jour en moyenne et per os, ces substances ont des effets urodynamiques sur la 375

7 pression de clôture uréthrale avec une amélioration clinique inconstante et variable. Elles ne sont pas utilisables eu égard aux effets secondaires. Phénylpropanolamine Cette substance a une efficacité périphérique potentielle équivalente à l'éphédrine mais à effets centraux moindres. La posologie par voie orale est de 75 à 100 mg par jour environ. On la retrouve dans de nombreuses associations pharmacologiques commercialisées dans d'autre pays dans cette indication. Les études randomisées rapportées à la dose de 50 mg deux fois par jour dans l'incontinence féminine par insuffisance sphinctérienne parlent de réduction de l'incontinence à des taux variables de 20 à 60%. Les effets secondaires notamment hypertensifs imposent des précautions d'utilisation. Il existe un effet synergique des oestrogènes et des alpha-stimulants dans leur efficacité sur l'incontinence à l'effort de la femme ménopausée. Dans une étude randomisée ouverte comparative en cross-over, BEISLAND [8] a traité 20 femmes ménopausées ayant une insuffisance sphinctérienne, par 50 mg de phénylpropanolamine deux fois par jour et des ovules vaginaux d'oestriol à 1 mg/jour; il semblait exister une amélioration de la continence et des pressions de clôture uréthrale maximale. Cependant comme pour tous les travaux étudiant les effets des oestrogènes isolés ou en association sur les troubles mictionnels féminins, des discordances apparaissent dans les effets obtenus selon les publications. Les recommandations américaines [1] concluent quand même que le traitement combiné par oestrogènes (oraux ou locaux) et phénylpropanolamine dans l'incontinence urinaire d'effort chez la femme ménopausée est recommandé quand la monothérapie n'a pas donné de résultats. Les études randomisées [8] semblent montrer l'effet synergique en termes d'efficacité du traitement combiné par rapport à l'alpha-agoniste seul. Midodrine (Gutron ) [37] Ce médicament n'a pas l'amm dans le traitement de l'incontinence urinaire liée à une insuffisance sphinctérienne. Toutefois des études expérimentales ont montré le rôle possible dans cette indication. Cette molécule a déjà été citée et détaillée dans le traitement de l éjaculation rétrograde. Il s'agit d'un alpha 1 sympathomimétique périphérique sélectif. Les effets secondaires les plus fréquents sont une sensation de froid et des fourmillements, plus rarement des mictions impérieuses, une hypertension et des exanthèmes. La posologie recommandée est de 5 mg, 3 fois par jour. Une étude expérimentale dans l incontinence urinaire a été réalisée avec une évaluation urodynamique après administration orale de 5 mg chez 26 patients [21]. Les résultats ont montré une augmentation de la pression uréthrale associée à une augmentation non significative de la durée de la miction et du flux maximum. Différentes études cliniques ont donné des résultats satisfaisants [26, 49]. L étude de JONAS [26] a été menée chez 21 patients à la dose de 5 mg, 3 fois par jour, montrant une diminution de l'incontinence liée à une insuffisance sphinctérienne. Ce résultat a également été obtenu plus récemment par WEIL [49]. Molécules à l'étude : NS-49 [46] Le NS-49 a montré in vivo chez l'animal ses possibilités d'augmentation de la pression intra-uréthrale à des doses qui ne modifiaient pas la pression artérielle. Une sélectivité uréthrale parait donc confirmée. In vitro, cette sélectivité a été retrouvée par rapport à la phényléphrine ou la noradrénaline. Ce nouvel 1-agoniste parait sélectif sur les récepteurs 1A. Son utilisation humaine fait l'objet d'une étude européenne actuellement en cours, notamment en France. D ' a u t res molécules ont fait l'objet de travaux (SDZ NVI 085, A 61603) [24]. Utilisation des -agonistes centraux HANCOCK [24] signalait en 1996 l'utilité thérapeutique potentielle des alpha agonistes par une action centrale directe. L'action des alpha-2 agonistes a été étudiée chez l'homme avec une efficacité certaine. Le premier travail sur l'action de la clonidine sur les pressions urétrales a été effectué par NO R D L I N G[40] en Cette étude a été menée chez 5 femmes présentant de petits troubles sphinctériens sans maladie neurologique. Les pressions uréthrales étaient étudiées au repos puis après l'administration de clonidine à la dose de 300µg par voie intraveineuse en 10 minutes. Les pressions urétrales étaient mesurées 15, 30, 45 et 60 minutes après le début de l'injection. Une diminution franche des pressions urétrales était observée dés la quinzième minute et la baisse des pressions était observée jusqu'à la quarante-cinquième minute. Les pressions recommençaient à augmenter ensuite. En 1981 NO R D L I N G[41] comparait l'action de la clonidine (alpha 2 stimulant) de la phentolamine (alpha1 et alpha 2 antagoniste périphérique) et de la phenoxybenzamine (alpha1 alpha2 antagoniste à action périphérique et centrale) sur les pressions urétrales et l'électromyographie du sphincter urétral et anal, au repos et lors d'une contraction réflexe ou volontaire. La clonidine et la phentolamine entraînent une diminution des pressions urétrales. La noradrenaline contrebalance les effets de la clonidine sur les pressions urétrales. D'autre part la clonidine et la phenoxybenzamine diminuent l'activité électromyographique du sphincter urétral et anal alors que la phentolamine n'a pas d'action significative sur cette activité. Il n'y a pas de modification des pressions lors d ef- 376

8 fort de toux après administration de clonidine ou de phentolamine. Cette différence d'action entre la clonidine et la phentolamine serait liée à l'absence de passage de la barrière hémato-encéphalique de la phentolamine alors que la clonidine traverse facilement cette barrière. Ceci serait confirmé par l'action identique de la clonidine et de la phénoxybenzamine qui passe aussi la barrière hémato-encéphalique. Une partie de l'action de la clonidine est liée à une diminution de l'activité du système sympathique. Ceci est un mode d'action central de la clonidine [22]. Il existe donc un mode d'action central des médicaments alpha adré n e rgiques agonistes ou antagonistes. RAZ [42] étudie l'effet de la méthyldopa (alpha 2 stimulant central) en cas de troubles vésico-sphinctériens d'origine neurologique. Il décrit une amélioration des symptômes urinaires plus fréquente en cas de d'atteinte neurologique centrale qu'en cas d'atteinte périphérique. Cette amélioration clinique existe alors que seulement 4 des 50 patients ont une baisse des pressions urétrales. Il existe donc une discordance entre les résultats cliniques et les résultats urodynamiques. Action centrale alpha-agoniste de la clonidine (Catapressan ) Les modifications de la régulation noradrénergique chez le blessé médullaire pouvaient laisser présager l'importance de l'utilisation de substances à mode d'action alpha-adrénergique cent ral. La cl onidine (Catapressan ) par voie intra-thécale inhibe la fonction vésicale [19]. Les travaux récents démontrent une nette diminution de l activité du détrusor chez des patients paraplégiques chroniques avec vessie hyperactive résistante aux traitements per os [14, 16]. Les résultats dans l'utilisation chronique à l'aide de pompes intra-thécales devront confirmer le double intérêt de cette molécule alpha-agoniste centrale et de cette voie d'administration dans le traitement de l'hyperactivité vésicale neurologique auquel s'associe celui de l'hyperréflexie autonome et de la spasticité. Tous ces éléments démontrent l'action centrale des drogues agissant sur le faisceau noradrénergique et son importance chez l'homme sur la fonction vésico-sphinctérienne. CONCLUSION Il n y a aucune indication urologique actuelle au regard de la pharmacopée française pour les molécules sympathomimétiques alpha-adrénergiques. Des molécules uro-sélectives pharmacologiquement et cliniquement sont espérées et attendues. Elles représentent dans leur concept le traitement idéal de l'incontinence par insuffisance sphinctérienne. Il est probable qu'aucune prescription de ce type ne pourra se faire sans un minimum de précautions d'ordre cardio-vasculaires (ECG d'effort avant prescription, Doppler carotidien, facteurs de risques d'infarctus du myocarde). Toute évaluation en cours ou à venir doit prendre en compte le ratio efficacité/risques qu'aucune molécule n'a actuellement pu optimiser au point d'autoriser cette prescription. L apparition de l utilisation de substances alpha-agonistes par voie centrale directe représente un potentiel considérable dans des indications sélectionnées et spécifiques pour le traitement de l hyperréflexie du détrusor [35]. Elles pourraient remplacer des traitements non conservateurs et représenter pour les patients des thérapeutiques moins invasives et pluripotente puisque prenant en compte non seulement le déséquilibre vésicosphinctérien mais ayant une action conjointe sur la spasticité neurologique et certaines douleurs. REFERENCES 1. Urinary incontinence in adults: acute and chronic management in clinical practice guideline. In:. 2nd Edition ed: U.S. Department of Health and Human Services, VIDAL, le dictionnaire, Paris: Les éditions du Vidal, ALM P.: Cholinergic innervation of the human urethra and urinary bladder. Acta Pharmacol Toxicol,1978,43, ALM P., ZYGMUNT P., ISELIN C., LARSSON B., UVELIUS B., WERNER S., ANDERSON K.: Nitric oxide synthase-immunoreactive, a d r e n e rgic, cholinergic and peptidergic nerves of the female rat urinary tract : a comparative study. Auton Nerv. Syst.,1995,5, AMARCK P., KINN A., NERGARDH A.: Receptor function studies in specimens from the proximal human urethra obtained by transurethral resection. Urol. Res., 1992, 20, ANDEM. Evaluation et état des connaissances concernant l'incontinence urinaire de l'adulte. Traitement pharmacologique. In: Paris, Andem, pp ANDERSON K., FOVEAUS M., HEDLUND H., HOLMQUIST F., SUNDLER F.: Muscarinic receptor stimulation of phosphoinositide hydrolysis in the human urinary bladder. J. Urol., 1989, 141, 324 A, abstract BEISLAND H.O., FOSSBERG E., MOER A., et al.: Urethral sphincteric insufficiency in postmenopausal females: treatment with phenylpropanolamine and estriol separately and in combination. Urol. Int., 1984, 39, BERGGREN A., DAHLSTRÖM A., RUBENSON A., SILLEN U.: Involvement of kappa opioid mechanisms in the motor control of the urinary bladder. Neurourol. Urodyn., 1990, 9, BERGGREN A., RUBENSON A., SILLEN U.: Involvement of opioid mechanisms in peripheral motor control of detrusor muscle. Pharmacol. Toxicol., 1992, 71, BHAT M., MISHRA S., RAVRIPRAKASH V.: Differential susceptibility of cholinergic and non-cholinergic neurogenic responses to calcium channel blockers and low Ca2+ medium in rat urinary bladder. Br. J. Pharmacol., 1989, 96, BONNER T.: New subtypes of acetylcholine receptors. Trends Pharmacol. Sci., 1989, BUDD H.: Brompheniramine in treatment of retrograde ejaculation. Urology, 1975, 5, C H A RTIER-KASTLER E., AZOUVI P., YAKOVLEFF A., BUSSEL B., RICHARD F., DENYS P.: Intrathecal catheter with subcutaneous port for clonidine test bolus injection: a new route and type of treatment for detrusor hyperreflexia in spinal cord injured patients. Eur. Urol., 2000, 37,

9 15. COLLETS L., LINDSKOG M.: Phenylpropanolamine in treatment of female stress urinary incontinence. Urology, 1987, 30, DENYS P., CHARTIER-KASTLER E., AZOUVI P., REMY- NERIS O., BUSSEL B.: Intrathecal clonidine for refractory detrusor hyperreflexia in spinal cord injured patients: a preliminary report. J. Urol., 1998, 160, DRAWZ B., DRAWZ G., BERNDT W.: Retrograde ejaculation from an urological point of view and the present status of possible therapies. Z. Urol. Nephrol., 1989, 82, EK A., ANDERSSON K., PERSSON C.: Adrenoreceptor and cholinoreceptor mediated responses of the isolated human urethra. Scand. J.. Urol Nephrol., 1977, 11, EVRON S., SAMUELOFF A., SIMON A., DRENGER B., MAGORA F.: Urinary function during epidural analgesia with methadone and morphine in post-caeseran section patients. Pain, 1985, 23, FOSSBERG E., BEISLAND H., LUNDGREN R.: Stress incontinence in females : treatment with phenylpropanolamine. Urol. Int., 1983,38, GAROFALO F., LALANNE G., NANNI G.: Midodrine for female incontinence: a preliminary report. Clin. Ther., 1986,9, GOODMAN and GILMAN S. The pharmacological basis of therapeutics. Ed. Hardman G., Limbird Lee E. New York, ninth ed., HALL J., FLOWERS J., MORTON IK.: A pharmacological study of NK1 and NK2 tachykinin receptors characteristics in the rat isolated urinary bladder. Br. J. Pharmacol., 1992, 107, HANCOCK A. Adrenoceptor subtypes: a synopsis of their pharmacology and molecular biology. Drug Developt. Res., 1996, 39, HOYLE C.: Non adrenergic, non cholinergic control of the urinary bladder. World J. Urol., 1994, 12, JONAS D.: Treatment of female stress incontinence with midodrine: preliminary report. J. Urol., 1977, 118, JONAS D., LINZBACH P., WEBER W.: The use of midodrin in the treatment of ejaculation disorders following lymphadenectomy. Eur. Urol., 1979, 5, KLARSKOV P., HORBY-PETERSEN J.: Vasoactive intestinal polypeptide influence on lower urinary tract smooth muscle from human and pig. J. Urol., 1984, 131, KOHN F., SCHILL W.: The alpha sympathomimetic midodrin as a tool of diagnosis ans treatment of sperm transport disturbances. Andrologia, 1994, 26, KOYANAGI T.: Further observation on the denervation supersensitivity of the urethra in patients with chronic neurogenic bladders. J. Urol., 1979, 122, LEVIN R., WEIN A.: Distribution and function of adrenergic receptors in the urinary bladder of the rabbit. Mol. Pharmacol., 1979, 16, LOSE G., RIX P., DIERNOES E., ALEXANDER N.: Norfenefrine in the treatment of female stress incontinence. A double-blind controlled trial. Urol. Int., 1988, 43, LUDDENS H., WISDEN W.: Function and pharmacology of multiple GABA A receptor subunits. Trends Pharmacol. Sci., 1991, 12, MAGGI C., GIULANI S., PATACHINI R., BARBANTI G., TURINI D., MELI A.: Contractile responses of the human urinary bladder, renal pelvis and renal artery to endothelins and sarafotoxin S6b. Br. J. Pharmacol., 1990, 21, MATTIASON A.: Management of overactive bladder - looking to the future. Urology, 1997, 50, MATTIASSON A., ANDERSSON K., SJÖGGREN C.: Urethral sensitivity to a-adrenoreceptors stimulation and blockade in patients with parasympatically decentralized lower urinary tract and in healthy volunteers. Neurourol. Urodyn.,1984, 3, McTAVISH D., GOA K.: Midodrine A review of its pharmacological properties and therapeutic use in orthostatic hypotension and secondary hypotensive disorders. Drugs, 1989, 38, MOLINA L., BEJANY D., LYNNE C., POLITA N O V.: Diluted epinephrine solution for the treatment of priapism. J. Urol., 1989, MOTTET N., COSTA P., BALI J.P.: Système nerveux végétatif et physiologie prostatique. Particularités du systême alpha adrénergique. Prog. Urol., 1999, 9, NORDLING J, MEYHOFF H, CHRISTENSEN N.: Effect of clonidine (Catapressan) on urethral pressure. Invest. Urol.,1979, 16, NORDLING J., MEYHOFF H., CHRISTENSEN N.: Influence of sympathetic tonus and plasma noradrenaline on urethral pressure. Scand. J. Urol. Nephrol., 1981, 15, RAZ S., KAUFMAN J., ELLISON G., MAY E R S L.: Methyldopa in treatment of neurogenic bladder disorders. Urology, 1977, 9, RILEY A., RILEY A.: Partial ejaculatory incompetence : the therapeutic effect of midodrine, an orally selective adrenoreceptor agonist. Eur. Urol., 1982, 8, SERRATE R., PRATS J., RÉGUE R., RUIS G.: The usefulleness of ethylephrine (Efortil-R) in the treatment of priapism and intraoperative penile erections. Int. Urol. Nephrol., 1992, 24, STEWART B., BERGANT J.: Correction of retrograde ejaculation by sympathomimetic medication : preliminary report. Fertil. Steril., 1974, 25, TANIGUCHI N., HAMADA K., OGASAWARA T., UKAI Y., YOSHIKUNI Y., KIMURA K.: NS-49: an a1a-adrenoreceptor, selectively increases intraurethral pressure in dogs. Eur. J. Pharmacol., 1996, 318, VAN DRIEL M., JOOSTEN E., MENSINK H.: Intracorporeal self injection with epinephrine as treatment for idiopathic recurrent priapism. Eur. Urol., 1990, 17, VIRAG R., BACHIR D., LEE K., GALACTEROS F.: Preventive treatment of priapism in sickle cell disease with oral and self-administred intracavernous injection of etilephrine. Urology, 1996, 47, WEIL E., EERDMANS P., DIJKMAN G., TAMUSSINO K., FEYEREISL J., VIERHOUT M., SCHMIDBAUER C., EGARTER C., KOLLE D., PLASMAN J., HEIDLER H., ABBUHL B., WEIN W.: Randomized double-blind placebo-controlled multicenter evaluation of efficacy and dose finding of midodrine hydrochloride in women with mild to moderate stress urinary incontinence: a phase II study. Int. Urogynecol. J. Pelvic Floor Dysfunct, 1998,9, SUMMARY Alpha-adrenergic treatments in urology. Neuropharmacology is a rapidly expanding field due to the regu - lar discovery of new neurotransmitters or neuroreceptors. Hopes have now been raised for the treatment of vesicosphincteric disorders by developing molecules with a potential selective cli - nical action on the detrusor or the urethra. After a brief review of the neuroanatomy and general neuropharmacology of the sym - pathetic nervous system, the current indications for alpha ago - nists are reviewed and discussed. These indications include the treatment of priapism, retrograde ejaculation, and incontinence due to sphincter incompetence. The more recent use of agents with a central mechanism of action is also discussed (detrusor hyperactivity of spinal cord injury patients). The authors review the current indications and note that, although the use of these drugs is very specific and limited in the field of urology, it is nevertheless based on an interesting concept. Like molecules at the stage of clinical trials for peripheral or central targets, the mechanism of action of these molecules on the sympathetic adre - nergic system needs to be more fully elucidated. Their adverse effects remain the limiting factor for use on peripheral targets. Key words : Pharmacology, autonomous nervous system, incon - tinence, voiding disorders, alpha-receptors. 378

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE Incontinence urinaire du sujet âgé Particularités épidémiologiques Pathologie féminine 1 femme sur 5 après 65 ans 1 femme sur 4 après 85 ans 1 / 2 à 2 / 3 en institution

Plus en détail

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO DES : Médecine physique et de réadaptation Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008 Coordonnateur : Gérard AMARENCO Titre :La rééduca)on périnéale Auteur : Gilberte Robain Cofemer 2008

Plus en détail

LE VIEILLISSEMENT DE L'APPAREIL URINAIRE

LE VIEILLISSEMENT DE L'APPAREIL URINAIRE 04.11.08 Dr Frant Gérontologie LE VIEILLISSEMENT DE L'APPAREIL URINAIRE I)Physiopathologie A)La vessie B)Les reins C)L'uretère II)La dysurie & rétention chronique d'urine A)Généralités B)Chez l'homme 1)Adénome

Plus en détail

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Troubles génitaux sphinctériens dans la SEP P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Rappel anatomique Rappel anatomique Structures anatomiques en jeux Plancher pelvien et le sphincter strié

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA CONTINENCE URINAIRE ET DE LA MICTION

PHYSIOLOGIE DE LA CONTINENCE URINAIRE ET DE LA MICTION Alisée MENEU & Jean-Baptiste HAMONIC 30/11/11 Appareil urinaire Physiologie Mr BEGUE Remarque : Les réflexes ne sont pas à connaître. Le prof à insisté en revanche sur l action des systèmes orthosympathique

Plus en détail

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3 Efficacité de la stimulation transcutanée chronique du nerf tibial postérieur dans l hyperactivité vésicale de la femme atteinte de Maladie de Parkinson ou d Atrophie Multisystématisée A. Ohannessian 1,2,4,

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA CONTINENCE URINAIRE ET DE LA MICTION

PHYSIOLOGIE DE LA CONTINENCE URINAIRE ET DE LA MICTION PHYSIOLOGIE DE LA CONTINENCE URINAIRE ET DE LA MICTION Dr Jean-Marc Bégué CHR & Faculté de Médecine de Rennes Service de Physiologie Médicale/Médecine du Sport Explorations Fonctionnelles L2 UE Reins &

Plus en détail

REEDUCATION PERINEALE G. AMARENCO, J. KERDRAON

REEDUCATION PERINEALE G. AMARENCO, J. KERDRAON REEDUCATION PERINEALE G. AMARENCO, J. KERDRAON Laboratoire d'urodynamique et de Neurophysiologie Service de Rééducation Neurologique. Hopital Rothschild La rééducation périnéale, grace à des techniques

Plus en détail

LE VIEILLISSEMENT UROLOGIQUE: INCONTINENCE URINAIRE. Dr WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX

LE VIEILLISSEMENT UROLOGIQUE: INCONTINENCE URINAIRE. Dr WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX LE VIEILLISSEMENT UROLOGIQUE: INCONTINENCE URINAIRE Dr WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX LE VIEILLISSEMENT UROLOGIQUE: INCONTINENCE URINAIRE 1. DEFINITIONS 2. LE VIEILLISSEMENT URINAIRE 3. L INCONTINENCE

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET ÂGÉ «Un syndrome gériatrique majeur» Ph. Chassagne, CHU Rouen

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET ÂGÉ «Un syndrome gériatrique majeur» Ph. Chassagne, CHU Rouen INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET ÂGÉ «Un syndrome gériatrique majeur» Ph. Chassagne, CHU Rouen Incontinence urinaire du sujet âgé 1. Epidémiologie 2. Modifications physiologiques associées à l âge altérant

Plus en détail

Modalités d'utilisation des

Modalités d'utilisation des Modalités d'utilisation des inotropes et des drogues vasoactives. Dr Daniel Pic. Urgences Médicochirurgicales Adultes. Pr J. Schmidt. CHRU Clermont-Fd. Le traitement du choc : Principaux axes thérapeutiques

Plus en détail

I. Contenu. II. Base juridique

I. Contenu. II. Base juridique Les modalités et les critères de qualification particulière permettant à la sage-femme de pratiquer la connaissance et la maîtrise du périnée: la formation de base I. Contenu Le (date à déterminer), le

Plus en détail

En juin 2013, le laboratoire a déposé un dossier de réponse à l Avis Défavorable.

En juin 2013, le laboratoire a déposé un dossier de réponse à l Avis Défavorable. JUILLET 2014 RAPPORT PUBLIC D EVALUATION BOTOX 50 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution injectable BOTOX 100 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution injectable BOTOX 200 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution

Plus en détail

Troubles Urinaires et AVC Pr. G Robain (gilberte.robain@rth.aphp.fr) Service de MPR, Hôpital Rothschild, 5 rue Santerre 75012, Paris

Troubles Urinaires et AVC Pr. G Robain (gilberte.robain@rth.aphp.fr) Service de MPR, Hôpital Rothschild, 5 rue Santerre 75012, Paris Enseignement National DES de Médecine Physique et de Réadaptation DIU de Rééducation Module : «Dysfonctionnements Pelvi-Périnéaux» Troubles Urinaires et AVC Pr. G Robain (gilberte.robain@rth.aphp.fr) Service

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe Indications du Bilan Urodynamique Béatrice LERICHE. Infirmerie protestante. 69300 CALUIRE LE BILAN URODYNAMIQUE PRINCIPES DU BILAN : Pression vésicale. Pression abdominale Pression détrusorienne Pression

Plus en détail

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor Bilan urodynamique Continence et miction = résultat d'un rapport de forces vessie/urètre: 1. Pression vésicale de remplissage (compliance): doit rester

Plus en détail

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Les Inotropes Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Inotropes un des piliers du traitement de l insuffisance cardiaque Quand mettre un patient avec CMD sous inotropes? Bonne perfusion

Plus en détail

BASES BIOLOGIQUES DU COMPORTEMENT. Sommaire. Psychologie Générale

BASES BIOLOGIQUES DU COMPORTEMENT. Sommaire. Psychologie Générale Psychologie Générale Jean Paschoud BASES BIOLOGIQUES DU COMPORTEMENT Sommaire Communication hormonale Communication neuronale Neurones Synapse Neurotransmetteurs Modificateurs de la transmission Organisation

Plus en détail

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Épidémiologie Plus de 20% des femmes de tous les âges, soit : 15% des adolescentes, 40% des femmes de plus de 50 ans Plus

Plus en détail

FUITES D URINES. Introduction

FUITES D URINES. Introduction FUITES D URINES Introduction L incontinence urinaire est la perte non contrôlée des urines. En France, on estime qu environ 3 millions de femmes sont confrontées à ce problème. L incontinence reste un

Plus en détail

Hyperactivité vésicale rebelle Définitions et évaluation

Hyperactivité vésicale rebelle Définitions et évaluation Hyperactivité vésicale rebelle Définitions et évaluation Pr. G. Amarenco Service de Rééducation Neurologique et d Explorations Périnéales Hôpital Rothschild AP HP. Unité INSERM U731 UPMC Conflits d intérêt

Plus en détail

Dossier d information sur les bêtabloquants

Dossier d information sur les bêtabloquants Dossier d information sur les bêtabloquants Septembre 2014 I. Rappel sur les récepteurs bêta-adrénergiques Il y a actuellement 3 sortes de récepteurs bêta-adrénergiques connus: - Les récepteurs 1 qui sont

Plus en détail

Incontinence urinaire

Incontinence urinaire Mise au point Incontinence urinaire R. Mahamdia, T. Cudennec Hôpital Sainte Périne, Paris L incontinence urinaire se définit comme la perte involontaire d urines par le méat urétral. C est un symptôme

Plus en détail

Traiter la vessie hyperactive :

Traiter la vessie hyperactive : Traiter la vessie hyperactive : une question de médicaments et de comportement Béchir Hage, MD et Le Mai Tu, MD, MSc Mise à Présenté dans le cadre de la conférence : Journée de gériatrie : problèmes courants

Plus en détail

(SEP) Sclérose en plaques

(SEP) Sclérose en plaques La sclérose en plaques est une maladie neurologique connue depuis le siècle dernier. Les troubles vésico-sphinctériens ont été très longtemps sousestimés et malheureusement pris en considération en phase

Plus en détail

1. Rappels anatomiques et physiologiques sur la continence urinaire et l appareil sphinctérien urétral

1. Rappels anatomiques et physiologiques sur la continence urinaire et l appareil sphinctérien urétral 1. Rappels anatomiques et physiologiques sur la continence urinaire et l appareil sphinctérien urétral 1.1. Bases anatomiques de la physiologie vésico-sphinctérienne La continence urinaire est le résultat

Plus en détail

Traitements actuels de l incontinence urinaire d effort chez la femme

Traitements actuels de l incontinence urinaire d effort chez la femme Traitements actuels de l incontinence urinaire d effort chez la femme Les principales options thérapeutiques sont la rééducation et la chirurgie. Cette dernière est proposée après échec de la rééducation

Plus en détail

Le bilan des troubles urinaires

Le bilan des troubles urinaires par le D r Anne BLANCHARD-DAUPHIN Médecin MPR, CHRU Lille DOSSIER Le bilan des troubles urinaires dans la SEP : pourquoi? quand? comment? Une vessie qui fonctionne normalement doit être capable de se laisser

Plus en détail

Définition. IUE de la femme neurologique INCONTINENCE URINAIRE : DEFINITION. Hyperactivité vésicale. Incontinence urinaire mixte 28/01/13

Définition. IUE de la femme neurologique INCONTINENCE URINAIRE : DEFINITION. Hyperactivité vésicale. Incontinence urinaire mixte 28/01/13 Définition IUE de la femme L.peyrat INCONTINENCE : perte involontaire des urines par voies naturelles, au dehors de l acte mictionnel et entraînant une gêne sociale (patient, entourage) significative INCONTINENCE

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité CARDIOCALM, comprimé,

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Généralités Perte involontaire d'urine par l'urètre. Symptôme fréquent (2,5 millions de personnes en France). Nombre sous estimé. Risque 2 fois plus élevé pour les femmes que pour

Plus en détail

OUI OUI OUI OUIOUI OUI OUI OUI OUI. adhère au GIM! OUI OUI OUI OUI. La Mutuelle Centrale des Finances. DossIER

OUI OUI OUI OUIOUI OUI OUI OUI OUI. adhère au GIM! OUI OUI OUI OUI. La Mutuelle Centrale des Finances. DossIER Revue de la Mutuelle Centrale des Finances SSN 1141-4685 Prix 1,14 Juillet 2005 DossER La Mutuelle Centrale des Finances n o 133 OU adhère au GM! O O page 10 SavOR ncontinence ou ncontinentes ou incontinents?

Plus en détail

Troubles vésico sphinctériens dans la sclérose en plaques intérêts de la toxine botulique dans l hyperactivité vésicale

Troubles vésico sphinctériens dans la sclérose en plaques intérêts de la toxine botulique dans l hyperactivité vésicale Troubles vésico sphinctériens dans la sclérose en plaques intérêts de la toxine botulique dans l hyperactivité vésicale François Lun Le fonctionnement normal de la vessie Anatomie de la vessie Phase de

Plus en détail

Mme X agée de 75 ans, autonome, G3P3, ATCD : Insuffisance cardiaque vient vous consulter pour fuites urinaires. Elle présente des pollakiuries,

Mme X agée de 75 ans, autonome, G3P3, ATCD : Insuffisance cardiaque vient vous consulter pour fuites urinaires. Elle présente des pollakiuries, Cas clinique n 2 Mme X agée de 75 ans, autonome, G3P3, ATCD : Insuffisance cardiaque vient vous consulter pour fuites urinaires. Elle présente des pollakiuries, urgenturies et des fuites urinaires à l

Plus en détail

Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées

Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées 31 èmes journées nationales d étude et de perfectionnement de l UNAIBODE V. BLONDEY IBODE S. CUENOT IBODE P. MATHIEU Chirurgien

Plus en détail

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle.

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle. Thème : Corps humain, sport et santé Chapitre : La régulation nerveuse de la pression artérielle. - La notion de pression artérielle : La pression artérielle (ou tension artérielle) correspond à la force

Plus en détail

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois :

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : De recueillir des informations en provenance de l environnement et des structures

Plus en détail

Physiopathologie des troubles mictionnels du bas appareil urinaire Mécanisme d action proposé de Tadalafil dans l HBP Pr François GIULIANO

Physiopathologie des troubles mictionnels du bas appareil urinaire Mécanisme d action proposé de Tadalafil dans l HBP Pr François GIULIANO Physiopathologie des troubles mictionnels du bas appareil urinaire Mécanisme d action proposé de Tadalafil dans l HBP Pr François GIULIANO Hôpital Raymond POINCARE Faculté de Médecine de Paris, Ile-de-France,

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

05/12/2013 de *: 14:00 à *: 18:00. EVALUATION QUALITE PHARMACEUTIQUE Antoine SAWAYA. Programme de séance. Initiales évaluateur

05/12/2013 de *: 14:00 à *: 18:00. EVALUATION QUALITE PHARMACEUTIQUE Antoine SAWAYA. Programme de séance. Initiales évaluateur Numéro document * : Date document * : N Enregistrement Audio * : Responsable du groupe de travail ou commission : GT21201331 05/12/2013 GT21201334 GT21 Médicaments à base de plantes et les médicaments

Plus en détail

Résultats de la rééducation de l incontinence urinaire de l homme après chirurgie prostatique

Résultats de la rééducation de l incontinence urinaire de l homme après chirurgie prostatique Résultats de la rééducation de l incontinence urinaire de l homme après chirurgie prostatique Résumé de communication Congrès Annecy 11-2010 G. Valancogne 85 bd des belges, Lyon Introduction La rééducation

Plus en détail

ETUDE RETROSPECTIVE DE L UTILISATION DES BALLONS ACT ET PROACT POUR LE TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE D EFFORT

ETUDE RETROSPECTIVE DE L UTILISATION DES BALLONS ACT ET PROACT POUR LE TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE D EFFORT UNIVERSITE MONTPELLIER 1 UFR DE MEDECINE SITE DE NIMES Année universitaire 2011-2012 MEMOIRE POUR L OBTENTION DU DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE DE STATIQUE PELVIENNE ET URODYNAMIQUE ETUDE RETROSPECTIVE DE

Plus en détail

L Incontinence Urinaire au FEMININ. Examen paraclinique. Résidu Post Mictionnel. Examen pelvien

L Incontinence Urinaire au FEMININ. Examen paraclinique. Résidu Post Mictionnel. Examen pelvien L Incontinence Urinaire au FEMININ Dr Isabelle Kaelin-Gambirasio Erika Vögele Dr Johanna Sommer Examen pelvien Inspection : Atrophie vulvovaginale Inflammation vaginale Pertes d urines à la toux Prolapsus

Plus en détail

Incontinence urinaire. DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris

Incontinence urinaire. DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris Incontinence urinaire DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris INCONTINENCE URINAIRE : DEFINITION 2002 ICS (Internationnal Contience Society) : perte involontaire d urine, on distingue Symptôme : élément décrit

Plus en détail

L incontinence urinaire de la femme

L incontinence urinaire de la femme L incontinence urinaire de la femme Dr Mehdi Jaidane Introduction - Définition Incontinence : symptôme, signe, pathologie Définition : «perte involontaire d urine d par l urèthre» Nouvelle définition d

Plus en détail

Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations)

Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations) Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

La vessie hyperactive. et la cystite interstitielle

La vessie hyperactive. et la cystite interstitielle La vessie hyperactive et la cystite interstitielle Un certain degré de confusion persiste quant aux manifestations cliniques de l hyperactivité vésicale et de la cystite interstitielle puisque certains

Plus en détail

4.a. incontinence par mictions impérieuses : Instabilité du détrusor (ID)

4.a. incontinence par mictions impérieuses : Instabilité du détrusor (ID) 4. Pharmacothérapie 4.a. incontinence par mictions impérieuses : Instabilité du détrusor (ID) La pratique clinique a démontré l utilité de certains agents pharmacologiques dans les cas de ID. (Force de

Plus en détail

Incontinence urinaire : trop souvent taboue

Incontinence urinaire : trop souvent taboue Incontinence urinaire : trop souvent taboue Tous concernés! De quoi s agit-il? C est une perte accidentelle ou involontaire des urines, qu il s agisse de quelques gouttes à une fuite plus conséquente :

Plus en détail

Sclérose en plaques. Nathalie MAGRO Infirmière Coordinatrice du Réseau Rhône Alpes Sclérose En Plaques Avec la participation de Maryse CELLIER

Sclérose en plaques. Nathalie MAGRO Infirmière Coordinatrice du Réseau Rhône Alpes Sclérose En Plaques Avec la participation de Maryse CELLIER Sclérose en plaques Nathalie MAGRO Infirmière Coordinatrice du Réseau Rhône Alpes Sclérose En Plaques Avec la participation de Maryse CELLIER Intervention du samedi 26 juin 2010 Introduction La sclérose

Plus en détail

Reconnaître une vessie hyperactive. Insufisamment diagnostiquée et traitée

Reconnaître une vessie hyperactive. Insufisamment diagnostiquée et traitée Reconnaître une vessie hyperactive Insufisamment diagnostiquée et traitée Cher confrère La vessie hyperactive est un trouble qui peut être traité mais qui reste actuellement insuffisamment diagnostiqué.

Plus en détail

Neuromodulation : traitement de l incontinence fécale

Neuromodulation : traitement de l incontinence fécale Neuromodulation : traitement de l incontinence fécale A.-M. Leroi La stimulation sacrée est une alternative thérapeutique pour les patients souffrant d incontinence fécale sévère, réfractaire aux traitements

Plus en détail

Rééducation du périnée en 2013

Rééducation du périnée en 2013 26/10/13 Rééducation du périnée en 2013 Congrès GEMO BPL Nantes 2013 RégineBrissot Rennes Préalable toujours un diagnostic avant le traitement notamment en matière de douleurs pelvipérinéales. métastase

Plus en détail

I. Transmission du message nerveux de neurone à neurones grâce aux synapses

I. Transmission du message nerveux de neurone à neurones grâce aux synapses PARTIE I : REPRESENTATION VISUELLE CHAPITRE 4 : LA CHIMIE DE LA PERCEPTION La prise de différentes substances peut modifier le fonctionnement du système nerveux et provoquer des hallucinations. Leur mode

Plus en détail

1 - Place de l urgenturie dans l incontinence urinaire p. 4. 2 - La prise en charge médicale de l incontinence urinaire par urgenturie p.

1 - Place de l urgenturie dans l incontinence urinaire p. 4. 2 - La prise en charge médicale de l incontinence urinaire par urgenturie p. SOMMAIRE Introduction 1 - Place de l urgenturie dans l incontinence urinaire p. 4 2 - La prise en charge médicale de l incontinence urinaire par urgenturie p. 7 4 - L urgenturie de l homme : une affaire

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Dr. René Yiou Service d urologie et département d anatomie CHU Henri Mondor 51, avenue du Maréchal de-lattre-de-tassigny 94010 Créteil Tel: 0149812559 Fax: 01.49.81.25.52 Email: rene.yiou@hmn.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mars 2010 ANTARENE CODEINE 200 mg/30 mg Boîte de 20 comprimés pelliculés (CIP : 397 555.8) ANTARENE CODEINE 400 mg/60 mg Boîte de 10 comprimés pelliculés (CIP : 397

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

L incontinence urinaire chez la personne âgée

L incontinence urinaire chez la personne âgée L incontinence urinaire chez la personne âgée Dre Michèle Morin Interniste gériatre Centre d excellence sur le vieillissement de Québec Définition Toute perte d urine involontaire, en quantité suffisante

Plus en détail

L incontinence urinaire de la femme

L incontinence urinaire de la femme L incontinence urinaire de la femme I- Introduction - Définition : Dr Mehdi Jaidane L incontinence urinaire est à la fois un symptôme dont se plaint la patiente, un signe clinique et une pathologie. L

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 mars 2015 L avis de la Commission de la transparence adopté le 18 février 2015 a fait l objet d une audition le 18 mars 2015 VITAROS 300 µg, crème B/4 (CIP : 3400927543876)

Plus en détail

Les opioïdes. Aude Ferran. Avril 2010

Les opioïdes. Aude Ferran. Avril 2010 Les opioïdes Aude Ferran Avril 2010 Introduction Analgésiques centraux = diminuent ou suppriment la douleur par un effet au niveau du système nerveux central (moelle épinière ou cerveau) Introduction Opioïdes

Plus en détail

Troubles de la continence urinaire et de la miction

Troubles de la continence urinaire et de la miction Troubles de la continence urinaire et de la miction DESC 2015 > 5ans!!!! Situations pathologiques variées, le plus souvent fonctionnelles, des plus bénignes aux plus graves! Physiopathologie vésico-sphinctérienne

Plus en détail

L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES

L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES Le Mai Tu, MD, M.Sc., urologue Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Université de Sherbrooke Octobre

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

CHAPITRE 11 MODULATION DU MESSAGE NERVEUX PAR DES MOLÉCULES EXOGÈNES EXEMPLE DE LA MORPHINE

CHAPITRE 11 MODULATION DU MESSAGE NERVEUX PAR DES MOLÉCULES EXOGÈNES EXEMPLE DE LA MORPHINE CHAPITRE 11 MODULATION DU MESSAGE NERVEUX PAR DES MOLÉCULES EXOGÈNES EXEMPLE DE LA MORPHINE Introduction La transmission du message nociceptif peut être modulée par des molécules endogènes telles que les

Plus en détail

Synapses non obligatoires :

Synapses non obligatoires : Synapses non obligatoires : Un seul PA arrivant en zone présynaptique ne peut déclencher un PA en zone post- synaptique - Un PA génère un potentiel post synaptique excitateur (PPSE) dure 15 msec; Si un

Plus en détail

MILIEU INTERIEUR ET SYSTEME NEUROVEGETATIF

MILIEU INTERIEUR ET SYSTEME NEUROVEGETATIF MILIEU INTERIEUR ET SYSTEME NEUROVEGETATIF CHAPITRE I. CHAPITRE II. CHAPITRE III. CHAPITRE IV. CHAPITRE V. CHAPITRE VI. Sommaire HOMEOSTASIE DU MILIEU INTERIEUR SYSTEMES NERVEUX SOMATIQUE ET AUTONOMES

Plus en détail

PHARMACOLOGIE DU SUJET AGÉ. Pharmacologie Clinique Sophie LIABEUF

PHARMACOLOGIE DU SUJET AGÉ. Pharmacologie Clinique Sophie LIABEUF PHARMACOLOGIE DU SUJET AGÉ Pharmacologie Clinique Sophie LIABEUF Epidémiologie q Répartition de la population par tranche d âge en France 2050 2010 Epidémiologie q Espérance de vie à la naissance en France

Plus en détail

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Incontinence Anale : Définition Absence de continence anale Continence anale Emission de

Plus en détail

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine AMINES BIOGENIQUES Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine Effets physiologiques des bioamines via le systeme nerveux autonome Cardiovasculaire: Augmentation du

Plus en détail

L élimination vésicale chez le blessé médullaire

L élimination vésicale chez le blessé médullaire L élimination vésicale chez le blessé médullaire 1 Financé par: ANABELLE DULUDE,INFIRMIÈRE FIONA STEPHENSON, INFIRMIÈRE HAITI, MAI 2011 Supporté par: Plan Processus normal de l élimination vésicale Conséquences

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE

LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE (OBSTRUCTION ET INCONTINENCE) 10, 11 et 12 octobre 2006 Dr Jacques BISERTE Urologie = pathologies des app. excréto-urinaire et génital masculin

Plus en détail

La filtration glomérulaire et sa régulation

La filtration glomérulaire et sa régulation UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 4 : La filtration glomérulaire et sa régulation Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Physiologie de la continence urinaire et anale

Physiologie de la continence urinaire et anale Physiologie de la continence urinaire et anale J.-M. Buzelin et J.-J. Labat La physiologie de la continence urinaire et anale peut être conceptualisée comme le résultat d un équilibre entre les forces

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE (épidémiologie)

INCONTINENCE URINAIRE (épidémiologie) Capacité de gériatrie - Mars 2011 Dr G. Delorme SERVICE D UROLOGIE ET TRANSPLANTATION RENALE CHU BESANCON INCONTINENCE URINAIRE (épidémiologie) Difficile à évaluer avec précision 30% des femmes présentent

Plus en détail

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure Troubles périnéaux du post-partum La déchirure T. Linet La déchirure Les risques Entre 2 et 6 % de périnée complet mais TRES sous diagnostiqué car ± rupture du sphincter interne sur périnée semblant intact

Plus en détail

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI)

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI) 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Vitalipid Novum Adult, solution à diluer pour perfusion Vitalipid Novum Infant, solution à diluer pour perfusion 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Vitalipid Novum

Plus en détail

Incontinence urinaire chez la femme

Incontinence urinaire chez la femme Incontinence urinaire chez la femme C est une perte involontaire d urine par l urètre. Elle est multifactorielle. Elle retentie sur l activités professionnelles, sociales et psychiques des patientes. Dans

Plus en détail

Incontinence Urinaire du Sujet Agé Sondage urinaire. Dr Christine LAFONT Service de Gériatrie C.H.U. TOULOUSE

Incontinence Urinaire du Sujet Agé Sondage urinaire. Dr Christine LAFONT Service de Gériatrie C.H.U. TOULOUSE Incontinence Urinaire du Sujet Agé Sondage urinaire Dr Christine LAFONT Service de Gériatrie C.H.U. TOULOUSE Définition L incontinence urinaire est définie par l International Continence Society comme

Plus en détail

Les nerfs du bassin. Nerfs du système nerveux cérébrospinal. Ce sont tous des branches ventrales des nerfs spinaux.

Les nerfs du bassin. Nerfs du système nerveux cérébrospinal. Ce sont tous des branches ventrales des nerfs spinaux. Les nerfs du bassin Dans le bassin, contre les parois musculaires, transitent d une part des nerfs mixtes du système cérébrospinal venant de trois plexus du membre inférieur, et d autre part des nerfs

Plus en détail

Chapitre 7 : Circulation : Régulation de la pression artérielle. Professeur Christophe RIBUOT

Chapitre 7 : Circulation : Régulation de la pression artérielle. Professeur Christophe RIBUOT UEMPSfO - Physiologie Chapitre 7 : Circulation : Régulation de la pression artérielle Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie?

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? 6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? Sans doute NON car la chronicisation des symptômes n est pas vécue de façon identique selon que le malade a en lui les ressources nécessaires

Plus en détail

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Informations à l intention des patients souffrant de lombosciatique AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Pour toute information complémentaire, consultez le site www.douleurnonidentifiee.com Vous êtes peut-être

Plus en détail

TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE. Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne

TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE. Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne DEFINITION! Incontinence urinaire (IU) : perte involontaire des urines par l urètre, survenant en dehors de la miction et pouvant

Plus en détail

Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats. Guy Valancogne

Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats. Guy Valancogne Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats Guy Valancogne Depuis la fin des années 90 : études pour le cas spécifique de l incontinence masculine, - certaines d entre

Plus en détail

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux!

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Définitions! Diagnostic! Score! Explorations! Traitements.! !Lʼappareil sphinctérien! Sphincter interne : continence basale!

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

BILAN URODYNAMIQUE ET INCONTINENCE URINAIRE

BILAN URODYNAMIQUE ET INCONTINENCE URINAIRE BILAN URODYNAMIQUE ET INCONTINENCE URINAIRE INTRODUCTION Ce sont l interrogatoire et l examen clinique bien conduits qui font le diagnostic d incontinence urinaire, pas le BUD L'urgenturie n est pas toujours

Plus en détail

Comment les composantes de SerEN contribuent aux effets thérapeutiques?

Comment les composantes de SerEN contribuent aux effets thérapeutiques? SerEN Qu est ce que SerEN? SerEN est un produit qui a été spécialement créé pour offrir un moyen sûr et efficace afin de profiter d un bien-être intellectuel pour les personnes qui vivent des situations

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 7 Incontinence & autres problèmes urologiques Incontinence et autres problèmes urologiques 306 Incontinence et autres problèmes urologiques J. Petermans Les pathologies

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Anatomie et physiologie sexuelle de l homme. I Koscinski DU Sexologie, Strasbourg

Anatomie et physiologie sexuelle de l homme. I Koscinski DU Sexologie, Strasbourg Anatomie et physiologie sexuelle de l homme I Koscinski DU Sexologie, Strasbourg 1. L érection est faite de sang et d esprits. «Ce qu il faut avouer ici, c est que l imagination étant frappée par le ressentiment

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Administration de l adrénaline (épinéphrine) en cas de choc anaphylactique Date de mise en vigueur :

Administration de l adrénaline (épinéphrine) en cas de choc anaphylactique Date de mise en vigueur : ORDONNANCE COLLECTIVE Référence à un protocole : oui non Titre ou numéro : PIQ Administration de l adrénaline (épinéphrine) en cas de choc anaphylactique de mise en vigueur : Janvier 2008 de révision :

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail