Référence bibliographique. "Normes et taxes : réflexions exploratoires" Gérard, Marcel

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Référence bibliographique. "Normes et taxes : réflexions exploratoires" Gérard, Marcel"

Transcription

1 "Normes et taxes : réflexions exploratoires" Gérard, Marcel Abstract Appuyé sur notre autre contribution à ce volume, et les faits stylisés qu elle présente, ce texte suggère quelques pistes politiques susceptibles d aider à sortir de la crise financière. Ces pistes vont dans deux directions : la première recourt à des normes, la seconde à l impôt. Plus concrètement, nous invitons à réfléchir sur la subordination de la mise sur le marché d un nouveau produit financier à l agrément de ce produit par un organisme expert qui en testerait les propriétés et les risques et déterminerait le segment de clientèle et d opérateurs qui pourraient l acquérir ou le proposer à la vente. Nous questionnons également le niveau de pouvoir auquel cette forme de régulation devrait opérer. En ce qui concerne les taxes, que ce soit sur les transactions financières ou sur les activités financières, nous nous penchons notamment sur leur justification et, à nouveau, sur l aire optimale de leur implémentation. Document type : Contribution à ouvrage collectif (Book Chapter) Référence bibliographique Gérard, Marcel. Normes et taxes : réflexions exploratoires. In: Réseau Financement Alternatif (éd), Crise financière et modèles bancaires, Réseau Financement Alternatif : Namur 2012, p Available at: [Downloaded 2016/07/02 at 22:09:16 ]

2 Normes et taxes : re flexions exploratoires Marcel Gérard Economiste, Université catholique de Louvain Ancien administrateur du RFA 1. Introduction Appuyé sur notre autre contribution à ce volume, et les faits stylisés qu elle présente, ce texte suggère quelques pistes politiques susceptibles d aider à sortir de la crise financière. Ces pistes vont dans deux directions : la première recourt à des normes, la seconde à l impôt. Plus concrètement, nous invitons à réfléchir sur la subordination de la mise sur le marché d un nouveau produit financier à l agrément de ce produit par un organisme expert qui en testerait les propriétés et les risques et déterminerait le segment de clientèle et d opérateurs qui pourraient l acquérir ou le proposer à la vente. Nous questionnons également le niveau de pouvoir auquel cette forme de régulation devrait opérer. En ce qui concerne les taxes, que ce soit sur les transactions financières ou sur les activités financières, nous nous penchons notamment sur leur justification et, à nouveau, sur l aire optimale de leur implémentation. 2. Pistes politiques Comment empêcher le retour de situations catastrophiques comme celles que nous avons connues, voire que nous connaissons? Comment donc, et à quel niveau de pouvoir (la Belgique, la zone Euro, l Union européenne, l OCDE), réguler le secteur bancaire? Deux instruments méritent notre attention, la régulation par les normes d une part, la régulation par l incitation fiscale d autre part. 1

3 2.1. Réguler les activités du secteur bancaire par des normes Beaucoup de ces normes sont bien connues. On peut en rappeler certaines, telles que séparer les activités de banque de dépôts de celles de banque d affaires, ou imposer des normes quant à la composition du portefeuille des institutions financières, l actif des banques, ou la composition de leur passif, ou encore la structure des groupes bancaires, ou les bonus des dirigeants et plus généralement le mode de rémunération du personnel. Dans la même ligne se situe aussi la régulation des produits financiers que les banques peuvent proposer à leurs clients. Certes, déjà, via l obligation de déterminer avec chaque client son profil d investisseur, les banques ne peuvent pas vendre tout produit à tout client. Elles se doivent, par exemple, de respecter le profil défensif choisi par certains. Cependant, mettre dans les mains d un client, fut-il flambeur, un produit non encore expérimenté ou, surtout, pour une banque, investir pour elle-même dans un tel produit, peut se révéler dangereux. Non seulement pour la banque qui prend le risque, mais aussi pour ses clients, et par effet de débordement, pour les autres institutions financières. Ne serait-il pas judicieux dans ce cas, de soumettre la mise sur le marché de nouveaux produits financiers à un contrôle strict, tant quant à l usage de ces produits qu à leur distribution à des segments ciblés de la clientèle? Ne pourrait-on pas, en cette matière, s inspirer de ce qui se fait pour les médicaments? La mise sur le marché d un médicament nouveau est sujette à toute une batterie de tests avec groupes traités et groupes de contrôle. Et la mise en vente libre est également sujette à autorisation. Tant qu elle n est pas permise, la prescription est de rigueur et ne peut porter que sur une patientèle ciblée. Pourtant, dans ce secteur fortement encadré, le risque systémique n est pas aussi évident que pour le secteur bancaire : la faillite d une société pharmaceutique n entraîne pas celle de ses concurrentes. Au contraire, dans le monde financier, les institutions sont créditrices et débitrices les unes des autres : la déconfiture de l une peut mettre à mal les autres et entraîner une chaîne de faillites ou à tout le moins, de situations périlleuses. Si l on admet que le recours à des normes renforcées s impose, survient la question du niveau de pouvoir auquel les mettre en place. En effet les investisseurs n hésitent pas à franchir les frontières et les banques opèrent aujourd hui dans le monde entier au sein d un maillage dense d interrelations. Dans ces conditions, des opérations interdites ici peuvent être passées dans un làbas où les autorités ont une vision plus accommodante du risque ou des intérêts des diverses parties en cause. 2

4 Les normes doivent dès lors être établies au niveau d opération des acteurs financiers. On imagine donc volontiers que ce soit au niveau du FMI, du G20 ou de l OCDE qu elles le soient. Mais si monter la compétence de régulation du secteur à ce niveau se comprend, on comprend aussi qu un accord à ce niveau sur ce qui est désirable est difficile, tant les préférences des pays et de leurs dirigeants peuvent être hétérogènes. Ceci pourrait nourrir un argument pour que, à côté de la régulation globale, soient développées des institutions financières de proximité qui, non seulement, collecteraient l épargne dans une aire déterminée, mais l investiraient principalement dans cette même aire ; les Etats-Unis notamment ont connu pareil système Réguler les activités du secteur bancaire par des taxes Deux raisons au moins sont de nature à introduire une fiscalité spécifique au secteur bancaire, soit qu elle frappe les transactions financières la taxe dite «Tobin» ou taxe sur les transactions financières, FTT en anglais ou les activités financières taxe sur les activités financières ou FAT en anglais 1. La première de ces raisons est la faible contribution des banques aux recettes de l Etat alors qu elles ont largement profité de celui-ci, tant comme client majeur d une part, que comme principal sauveteur actuel ou potentiel d autre part. En effet, les activités des banques ne sont pas soumises à la perception de la TVA ; aussi d aucuns préconisent de soumettre les institutions financières à une taxe compensatoire. Comme la valeur ajoutée est constituée de la rémunération du travail et du capital, et que les rémunérations du secteur bancaire ne sont pas des moindres, l idée vient de mettre un impôt spécifique sur la rémunération du travail ou partie de celle-ci dans le secteur bancaire. C est une forme possible de taxe sur les activités financières. La taxe sur les transactions financières peut aussi trouver une justification de ce côté. Par ailleurs le mécanisme fiscal de la quotité forfaitaire d impôt étranger, la QFIE, permet, dans une large mesure, aux banques résidentes de la Belgique, de déduire de leur charge d impôt à l égard de l Etat belge, les retenues à la source prélevées à l étranger sur les intérêts qu elles reçoivent. Une simple inspection des résultats financiers des banques permet en effet de constater la faible hauteur du taux effectif d imposition dans le secteur. 1 Le lecteur désireux d approfondir le sujet consultera utilement European Commission (2010), Financial Sector Taxation, Commission Staff Working Document accompanying the Communication from the Commission to the European Parliament, the Council, the European Economic and Social Committee and the Committee of the Regions, Taxation of the Financial Sector, COM(2010) 549 final. 3

5 La seconde de ces raisons est que les banques font courir un risque systémique à l économie : la faillite d une banque a non seulement des conséquences pour ses dirigeants, son personnel et sa clientèle, mais aussi pour les autres banques et l ensemble de l économie. Les banques génèrent donc un sous-produit qui est un «mal», un risque, une externalité négative. Or ce risque est d autant plus élevé que les banques sont grandes : on connait l expression célèbre «too big to fail» signifiant que si la banque est de grande taille, sa faillite peut faire tellement de dégâts collatéraux que l Etat interviendra pour la renflouer, ce qui, en soi, est un incitant à la prise de risque privativement rémunérateur par ses dirigeants. L imposition des banques, par exemple sur le montant de leur bilan, est alors une forme de taxe pigouvienne ou environnementale : elle vise à réduire la pollution par le risque systémique que les banques font potentiellement endurer à la société dans son ensemble. On peut aussi voir cet impôt comme une prime d assurance que les banques paient pour contribuer à un fonds public destiné à couvrir les calamités qui peuvent résulter de leur comportement. La question de l aire géographique idéale se pose aussi lorsqu il est question de l application d une taxe sur les transactions ou les activités financières. Ainsi l expérience suédoise s est avérée malheureuse : ce pays avait institué unilatéralement une taxe sur les transactions financières. Assez vite, ces transactions se délocalisèrent vers la place de Londres et la Suède dut faire marche arrière. Le Royaume-Uni a une «stamp duty» mieux dessinée et qui ne génère pas ce genre de fuite. L idéal serait l aire géographique de la mobilité des capitaux mais, alors, on se heurte à nouveau à l hétérogénéité au sein du G20. L Union européenne veut prendre le risque de se lancer seule dans l aventure d une taxe sur les transactions financières en donnant à la taxe un caractère bilatéral elle est due par les deux parties à la transaction si toutes deux sont résidentes de L Union européenne et autrement elle est due par la partie située sur le territoire de l Union et en appliquant le principe de la résidence la taxe est due dans l Etat de résidence de chacun de ses débiteurs. 3. Conclusion En nous appuyant sur la lecture ramassée de l évolution récente du secteur bancaire proposée dans notre autre contribution à ce volume, nous avons tenté dans ce texte de suggérer des pistes politiques. Ces dernières vont dans deux directions qui visent l une et l autre à réguler davantage le secteur. La première recourt à des normes, la seconde à l impôt. Pour ce qui est des normes, nous invitons, à côté de ce qui existe déjà ou est en discussion, à réfléchir sur la subordination de la mise sur le marché de nouveaux produits financiers à l agrément 4

6 de ces produits par un organisme expert qui en testerait les propriétés et les risques et déterminerait le segment de clientèle et les opérateurs qui pourraient les acquérir ou les proposer à la vente. Nous questionnons également le niveau de pouvoir auquel cette forme de régulation du secteur bancaire devrait opérer. En ce qui concerne les taxes, sur les transactions comme sur les activités financières, nous nous penchons notamment sur leur justification et, à nouveau, sur l aire optimale de leur implémentation. Nous regarderions volontiers ces deux instruments comme complémentaires. Le premier est définitivement normatif, le second davantage incitatif. Il suit que se fier seulement à ce dernier n est sans doute pas suffisant. Dans le domaine proche de la lutte contre la pollution ou le risque environnemental on recourt aux deux instruments. Marcel Gérard

RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT

RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 20.10.2009 SEC(2009) 1390 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la COMMUNICATION

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité INTRODUCTION Dans le débat sur la publicité qui oppose adversaires et partisans, il est une question essentielle, celle de son contrôle.

Plus en détail

MiFID en pratique Ou quels changements pour le wholesale?

MiFID en pratique Ou quels changements pour le wholesale? MiFID en pratique Ou quels changements pour le wholesale? Introduction L Agenda de Lisbonne élaboré par la Commission européenne en 1999 formule l ambitieux objectif de faire de l Union européenne, d ici

Plus en détail

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur,

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur, Politique prudentielle banques et assurances PB Bruxelles, 18 décembre 2007. CIRCULAIRE PPB-2007-15-CPB-CPA aux établissements de crédit et entreprises d investissement indiquant certaines attentes prudentielles

Plus en détail

LES DÉRIVES DES BANQUES UNIVERSELLES

LES DÉRIVES DES BANQUES UNIVERSELLES LES DÉRIVES DES BANQUES UNIVERSELLES Par Nathalie Pipart, chargée d études à PAC L institution bancaire telle que nous la connaissons aujourd hui n a pas toujours opéré et été bâtie sur le même modèle.

Plus en détail

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE?

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS AUX ÉTATS-UNIS, FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? PATRICK ARTUS* Les entreprises aux États-Unis sont

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois Sommaire: 1. Introduction page 1 2. Constitution de la SPF page 1 3. Surveillance et contrôle de la SPF page 3 4. Activité et

Plus en détail

Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial?

Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial? Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial? Ce mémoire avait pour objectif de s inscrire dans l actualité qui entourait la modernisation du droit comptable

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Enfin, l investissement public en matière de recherche et développement dans le domaine des TIC devrait passer de 5,5 à 11 milliards d Euros.

Enfin, l investissement public en matière de recherche et développement dans le domaine des TIC devrait passer de 5,5 à 11 milliards d Euros. Interf@ce Europe pour les PME En direct de Bruxelles "Une nouvelle stratégie pour le marché unique": les propositions de Mario Monti Mario Monti, ancien Commissaire européen au marché intérieur et à la

Plus en détail

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION?

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? Norbert Gaillard* La crise financière qui a éclaté en 2007 et la grave récession économique qui a suivi ont conduit les principaux dirigeants politiques

Plus en détail

1.2. Comment tirer parti de votre société?

1.2. Comment tirer parti de votre société? Des taux réduits s appliquent cependant à certaines PME, et ce, selon le même dispositif par tranches qu en matière d impôt des personnes physiques. Les taux réduits se présentent comme suit : Tr a n c

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

Fairness Tax Liste des problèmes en suspens

Fairness Tax Liste des problèmes en suspens Fairness Tax Liste des problèmes en suspens Les problèmes posés par la loi du 30 juillet 2013 peuvent être classés en 4 catégories : - confirmations souhaitées - précisions souhaitées - modifications souhaitées

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Le 15 mars 2012 Redevances minières : réflexion sur un mécanisme de perception qui risque de nous faire rater la cible Depuis que le gouvernement

Plus en détail

L influence de l Union européenne dans les politiques de logement

L influence de l Union européenne dans les politiques de logement L influence de l Union européenne dans les politiques de logement Bénédicte Heindrichs, chercheuse-associée Etopia, 2009 centre d animation et de recherche en écologie politique www.etopia.be Page 2 Conformément

Plus en détail

AMENDEMENT N 1 déposé par MM. Dimitri Fourny, Jacques Gennen et Bernard Wesphael Commission parlementaire «Affaires générales» du 19 février 2008

AMENDEMENT N 1 déposé par MM. Dimitri Fourny, Jacques Gennen et Bernard Wesphael Commission parlementaire «Affaires générales» du 19 février 2008 PROPOSITION DE RÉSOLUTION RELATIVE À LA LIBÉRALISATION DES SERVICES POSTAUX DANS L UNION EUROPÉENNE (DOC. 622 (2006-2007) N 1) déposée par MM. D. Fourny et Consorts AMENDEMENT N 1 déposé par MM. Dimitri

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document. Proposition de directive du Conseil

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document. Proposition de directive du Conseil COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 28.9.2011 SEC(2011) 1103 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT Accompagnant le document Proposition de directive du Conseil

Plus en détail

Janvier 2011 *** - 1 -

Janvier 2011 *** - 1 - REPONSE DES AUTORITES FRANÇAISES A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE EN VUE DE NOUVELLES MESURES D ENCADREMENT DES AGENCES DE NOTATION DE CREDIT Les autorités françaises saluent la consultation

Plus en détail

Analyse : La taxation des voitures de société

Analyse : La taxation des voitures de société Les Analyses du Centre Jean Gol Analyse : La taxation des voitures de société Olivier Colin Novembre 2015 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique :

Plus en détail

LE PROJET DE PRELEVEMENT KILOMETRIQUE

LE PROJET DE PRELEVEMENT KILOMETRIQUE Avis de l Union Wallonne des Entreprises UNION WALLONNE DES ENTREPRISES Chemin du Stockoy, 1-3 à 1300 WAVRE Tél. + 32 (0) 10 47.19.41 - Fax : + 32 (0) 10 45 33 43- E-mail : samuel.saelens@uwe.be 1. Introduction

Plus en détail

Les principales causes d échec d une création d entreprise

Les principales causes d échec d une création d entreprise CHAPITRE 1 Les principales causes d échec d une création d entreprise Introduction «[ ] Échouer, c est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente [ ]» Henry Ford Depuis ces dix dernières

Plus en détail

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation?

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? 1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? En France, la crise n a fait qu accentuer une tendance récente, suscitée par les débats sur l avenir de l État-providence,

Plus en détail

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013)

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) 1 CONCERTATION POUR LE PROJET DE RECONSTRUCTION DE LA LIGNE DE GRAND TRANSPORT D ELECTRICITE ENTRE ARRAS ET LILLE RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) RAPPEL Le débat public pour ce projet dont

Plus en détail

Fiche. Introduction. Fiche 1. Introduction

Fiche. Introduction. Fiche 1. Introduction Introduction Fiche 1 Il est nécessaire de distinguer entre le droit fiscal interne, le droit fiscal international et le droit fiscal international comparé. Le premier s applique à des agents (personnes

Plus en détail

FÉDÉRATION DE RUSSIE

FÉDÉRATION DE RUSSIE FÉDÉRATION DE RUSSIE AM053f-Y 1 Déclaration du gouverneur suppléant représentant la Fédération de Russie, M. Sergueï Stortchak Assemblée annuelle de la BERD Londres, 11-12 mai 2016 Depuis maintenant un

Plus en détail

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»):

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»): CE Cour de Justice, le 23 janvier 2014 * Affaire C-296/12 Commission européenne contre Royaume de Belgique 1. Par sa requête, la Commission européenne demande à la Cour de constater que, en adoptant et

Plus en détail

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT 2 rue André Pascal, F-75775 PARIS CEDEX 16 TEL. 33 (0)1 45 24 97 10 / FAX: 33 (0)1 45 24 97 42 ecmt.contact@oecd.org

Plus en détail

Le rapport à l'apprentissage en formation continue. Résultats d'une étude de cas d'une formation de formateurs de l'université de Genève

Le rapport à l'apprentissage en formation continue. Résultats d'une étude de cas d'une formation de formateurs de l'université de Genève Book Chapter Le rapport à l'apprentissage en formation continue. Résultats d'une étude de cas d'une formation de formateurs de l'université de Genève BOSSET, Isabelle Anne Reference BOSSET, Isabelle Anne.

Plus en détail

Réglementation, prêteur en dernier ressort et garantie de dépôt. Kerkour, Regouli, Baranes. Magistère d Economie Ecole d Economie de Paris

Réglementation, prêteur en dernier ressort et garantie de dépôt. Kerkour, Regouli, Baranes. Magistère d Economie Ecole d Economie de Paris Le filet européen de sécurité financière Réglementation, prêteur en dernier ressort et garantie de dépôt Kerkour, Regouli, Baranes Magistère d Economie Ecole d Economie de Paris Kerkour, Regouli, Baranes

Plus en détail

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque.

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. Crédit Agricole (A+ / Aa3) Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Crédit Agricole CIB est une obligation émise en livre turque (TRY) par Crédit

Plus en détail

2, rue Nicolas Bové L-1253 Luxembourg. Tel +352 26 25 44-1 www.iwi.lu

2, rue Nicolas Bové L-1253 Luxembourg. Tel +352 26 25 44-1 www.iwi.lu 2, rue Nicolas Bové L-1253 Luxembourg Tel +352 26 25 44-1 www.iwi.lu 00 Sommaire 01 IWI... 03 1.1. Nos activités...04 1.2. Notre histoire...04 1.3. Notre philosophie d entreprise...05 02 Nos solutions

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Jurisprudence récente en matière d application des conventions internationales

Jurisprudence récente en matière d application des conventions internationales Jurisprudence récente en matière d application des conventions internationales Introduction Nous avons relevé trois domaines dans lesquels la jurisprudence s est affirmée récemment : - La charge de la

Plus en détail

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Circulaire _2009_34 du 26 novembre 2009 Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Champ d'application: Les principes énoncés dans la

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION 20.3.2007 Journal officiel de l Union européenne L 79/11 DIRECTIVES DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION du 19 mars 2007 portant application de la directive 85/611/CEE du Conseil portant coordination

Plus en détail

2008/01. La fiscalité PHILIPPE ITSCHERT, HENRI SIMONS ARTICLE PUBLIÉ DANS «LE JOURNAL DU MARDI» Un outil pertinent de l écologie sociale

2008/01. La fiscalité PHILIPPE ITSCHERT, HENRI SIMONS ARTICLE PUBLIÉ DANS «LE JOURNAL DU MARDI» Un outil pertinent de l écologie sociale La fiscalité Un outil pertinent de l écologie sociale 2008/01 PHILIPPE ITSCHERT, HENRI SIMONS ARTICLE PUBLIÉ DANS «LE JOURNAL DU MARDI» Nos modes de vie, de production et de consommation exercent une pression

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Informatique de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et

Plus en détail

Modernisation du régime juridique français de la titrisation

Modernisation du régime juridique français de la titrisation Modernisation du régime juridique français de la titrisation Au cours des derniers mois, une importante réforme du régime juridique français en matière de titrisation a été entreprise, dans le prolongement

Plus en détail

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106)

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) FR ECB-PUBLIC AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) Introduction et fondement juridique Le 15 novembre 2012, la Banque centrale

Plus en détail

SOMMAIRE. Chapitre 1 Les risques financiers de l entreprise internationale 17. Présentation 5. 1 Le risque de crédit (creditrisk) 17

SOMMAIRE. Chapitre 1 Les risques financiers de l entreprise internationale 17. Présentation 5. 1 Le risque de crédit (creditrisk) 17 Présentation 5 Chapitre 1 Les risques financiers de l entreprise internationale 17 1 Le risque de crédit (creditrisk) 17 Le risque de crédit des banques 17 a) La norme IFRS 18 b) Les instruments de transfert

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA DÉPENSE, HISTORIQUE ET RÔLE

L IMPÔT SUR LA DÉPENSE, HISTORIQUE ET RÔLE Partie 1 L IMPÔT SUR LA DÉPENSE, HISTORIQUE ET RÔLE L imposition de la dépense, si l on se place du côté du consommateur ou sur le chiffre d affaires, si l on retient les entreprises imposables, dans son

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/GE.3/2014/3 Distr. générale 18 février 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

Rôle du dépositaire. Directive OPCVM V - Directive 2014/91/UE du 23 juillet 2014- Directive AIFM - Directive 2011/61/UE du 8 juin 2011- Désignation

Rôle du dépositaire. Directive OPCVM V - Directive 2014/91/UE du 23 juillet 2014- Directive AIFM - Directive 2011/61/UE du 8 juin 2011- Désignation Rôle du dépositaire Désignation Déontologie Art.22 ( 1.2) Désignation Les sociétés d investissement et, pour chacun des fonds communs de placement qu elles gèrent, les sociétés de gestion veillent à ce

Plus en détail

Saisine : Ministre des Finances (5 septembre 2007) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre des Finances (5 septembre 2007) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 30 novembre 2007. Objet: Projet de loi modifiant la loi du 23 décembre 2005 portant introduction d une retenue à la source libératoire sur certains intérêts produits par l épargne mobilière

Plus en détail

La lettre UNE BOÎTE DE PANDORE REFONTE DE LA FISCALITÉ L AFFAIRE DU DVD VOLÉ À UNE FILIALE D UNE BANQUE LIECHTENSTEINOISE, PUIS ACHETÉ À

La lettre UNE BOÎTE DE PANDORE REFONTE DE LA FISCALITÉ L AFFAIRE DU DVD VOLÉ À UNE FILIALE D UNE BANQUE LIECHTENSTEINOISE, PUIS ACHETÉ À M AI 2008 La lettre G R O U P E M E N T D E S B A N Q U I E R S P R I V É S G E N E V O I S REFONTE DE LA FISCALITÉ UNE BOÎTE DE PANDORE Xavier Oberson, Professeur à l Université de Genève, avocat L AFFAIRE

Plus en détail

II.Foire aux questions

II.Foire aux questions Questions et réponses sur Marguerite, Fonds européen 2020 pour l énergie, le changement climatique et les infrastructures II.Foire aux questions 1. Quelles sont les spécificités du fonds Marguerite, et

Plus en détail

EP UNEP/OzL.Pro.WG.1/30/3

EP UNEP/OzL.Pro.WG.1/30/3 NATIONS UNIES EP UNEP/OzL.Pro.WG.1/30/3 Programme des Nations Unies pour l environnement Distr. : Générale 23 avril 2010 Français Original : Anglais Groupe de travail à composition non limitée des Parties

Plus en détail

nouveau produit Tax Shelter :

nouveau produit Tax Shelter : PREMIUM FILMS FOR FAST & SECURE RETURNS nouveau produit Tax Shelter : le meilleur scénario pour vos investissements. Avertissement L attention des Investisseurs est particulièrement attirée sur les points

Plus en détail

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Textes de référence : articles L.225-38, L.225-39, L.225-40, L.225-96, L.225-98, L.225-100, L.225-102-1 L.225-105,

Plus en détail

Le concept du bilan fiscal

Le concept du bilan fiscal COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE Analyses et politiques fiscales Analyse et coordination des politiques fiscales Bruxelles, le 7 septembre 2005 Taxud E1 RD CCCTB\WP\016\doc\en

Plus en détail

INTRODUCTION. Constat: diversité des organisations et surtout faiblesses de l expertise juridique territoriale

INTRODUCTION. Constat: diversité des organisations et surtout faiblesses de l expertise juridique territoriale 26 Novembre 2015 Groupe partenarial «Expertise juridique et contrôle de légalité» Intervention de M.ANDRIEU, Directeur des libertés publiques et des affaires juridiques 1 INTRODUCTION Dresser un constat

Plus en détail

1) Une évaluation forfaitaire dans certains cas très précis ; 2) Une évaluation sur base de l avantage réel obtenu dans les autres cas.

1) Une évaluation forfaitaire dans certains cas très précis ; 2) Une évaluation sur base de l avantage réel obtenu dans les autres cas. Définition : Qu est-ce qu un avantage en nature? Le salarié ou le dirigeant d entreprise qui bénéficie, sans qu il intervienne personnellement dans les frais, d une mise à disposition d un véhicule, d

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre 1999

FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre 1999 FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL Code de bonnes pratiques pour la transparence des politiques monétaire et financière : Déclaration de principes Introduction Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre

Plus en détail

RÉSOLUTION EUROPÉENNE

RÉSOLUTION EUROPÉENNE N 93 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mars 2014 RÉSOLUTION EUROPÉENNE sur le Mécanisme de résolution unique : nouvelle étape de l Union bancaire. Est devenue résolution du Sénat, conformément

Plus en détail

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Il n'y a pas d'économie dynamique sans banques fortes. Pour restaurer la compétitivité, il faut être capable d'accompagner les

Plus en détail

L ENREGISTREMENT DANS LA COMPTABILITÉ NATIONALE DES PERMIS D ÉMISSION DÉLIVRÉS AU TITRE DE DISPOSITIFS DE PLAFONNEMENT ET D ÉCHANGE

L ENREGISTREMENT DANS LA COMPTABILITÉ NATIONALE DES PERMIS D ÉMISSION DÉLIVRÉS AU TITRE DE DISPOSITIFS DE PLAFONNEMENT ET D ÉCHANGE Numéro 32/33 Mars 2012 L ENREGISTREMENT DANS LA COMPTABILITÉ NATIONALE DES PERMIS D ÉMISSION DÉLIVRÉS AU TITRE DE DISPOSITIFS DE PLAFONNEMENT ET D ÉCHANGE Mise à jour de, numéro 30/31 (février 2011) L

Plus en détail

Lexique. En Belgique, l éventail des méthodes de transfert de propriété et les droits afférents comprend principalement :

Lexique. En Belgique, l éventail des méthodes de transfert de propriété et les droits afférents comprend principalement : 59 Aedifica Rapport financier annuel 2012/2013 Aedifica Rapport financier annuel 2012/2013 167 1. Définitions Actif net par action Lexique Total des capitaux propres divisé par le nombre d actions en circulation

Plus en détail

Evaluation des diplômes Masters Vague B. Présentation de la mention. Indicateurs ACADEMIE : CAEN. Etablissement : Université de Caen Basse-Normandie

Evaluation des diplômes Masters Vague B. Présentation de la mention. Indicateurs ACADEMIE : CAEN. Etablissement : Université de Caen Basse-Normandie Evaluation des diplômes Masters Vague B ACADEMIE : CAEN Etablissement : Université de Caen BasseNormandie Demande n S3MA120000016 Domaine : Droit, économie, gestion Mention : Banque, finance, assurance

Plus en détail

4. LA NOUVELLE ORGANISATION DU CONTRÔLE PRUDENTIEL AU ROYAUME-UNI ET AUX PAYS-BAS

4. LA NOUVELLE ORGANISATION DU CONTRÔLE PRUDENTIEL AU ROYAUME-UNI ET AUX PAYS-BAS 4. LA NOUVELLE ORGANISATION DU CONTRÔLE PRUDENTIEL AU ROYAUME-UNI ET AUX PAYS-BAS Les rapides évolutions auxquelles est confronté le monde financier (désintermédiation, internationalisation, progrès technologiques,

Plus en détail

Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT

Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT SUR LA TRANSFORMATION DE LA CONVENTION DE ROME DE 1980 SUR LA LOI APPLICABLE AUX OBLIGATIONS CONTRACTUELLES EN INSTRUMENT COMMUNAUTAIRE AINSI QUE

Plus en détail

Point sur la situation en Espagne. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles - 75008 Paris

Point sur la situation en Espagne. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles - 75008 Paris Point sur la situation en Espagne LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles - 75008 Paris 13 avril 2012 Depuis trois semaines, les marges de crédit de l Espagne sont sous pression Plusieurs événements

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 23 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Réponse au livre vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail. Réf. : COM(2015) 630 final P. J. : Réponse des autorités

Plus en détail

2001/24/CE, 2002/47/CE, 2004/25/CE, 2005/56/CE, 2007/36/CE

2001/24/CE, 2002/47/CE, 2004/25/CE, 2005/56/CE, 2007/36/CE D É C I S I O N Le Bundestag allemand, réuni en sa 229 e séance plénière du 15 mars 2013, a adopté, sur la base de l impression 17/12686 du Bundestag, relative à la proposition de directive du Parlement

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2015/XX - Traitement comptable du tax shelter dans le chef de la société de production (conventions-cadres conclues à partir du 1 er janvier 2015) Projet d avis

Plus en détail

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite SOMMAIRE

Plus en détail

Bruxelles, le 6 novembre 2007. Madame, Monsieur, Introduction

Bruxelles, le 6 novembre 2007. Madame, Monsieur, Introduction Politique prudentielle banques et assurances Bruxelles, le 6 novembre 2007 Communication de la CBFA sur sa politique concernant les questions d externalisation de services de gestion de portefeuille de

Plus en détail

l avant-projet d arrêté relatif aux certificats et labels de garantie d origine pour les gaz issus de renouvelables

l avant-projet d arrêté relatif aux certificats et labels de garantie d origine pour les gaz issus de renouvelables COMMISSION WALLONNE POUR L ENERGIE AVIS CD-10g07-CWaPE-284 concernant l avant-projet d arrêté relatif aux certificats et labels de garantie d origine pour les gaz issus de renouvelables rendu en application

Plus en détail

1. Droit applicable. 2. Le contrat

1. Droit applicable. 2. Le contrat L agence commerciale est, en Italie comme en France, une typologie contractuelle largement utilisée par les entreprises qui souhaitent structurer et développer la commercialisation de leurs produits à

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Question 1 : Soit un marché du travail initialement en équilibre et on observe une vague d'immigration

Plus en détail

«Les marqueurs de relation»

«Les marqueurs de relation» «Les marqueurs de relation» www.colvir.net/prof/michel.durand On appelle "marqueurs de relation" ou "charnières du discours" tous les mots ou expressions auxquels on peut avoir recours pour indiquer les

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2005-2006 2 DÉCEMBRE 2005 PROJETS DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2005-2006 2 DÉCEMBRE 2005 PROJETS DE DÉCRET 273 (2005-2006) N 2 274 (2005-2006) N 2 273 (2005-2006) N 2 274 (2005-2006) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2005-2006 2 DÉCEMBRE 2005 PROJETS DE DÉCRET portant assentiment à l Accord de coopération entre

Plus en détail

Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015

Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015 L honorable Céline Hervieux-Payette, c.p. Sénateur Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015 Nécessité d'une action nationale Préparé par : David E. Hamilton 9/15/2015

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

Assemblée Générale des étudiants de Louvain

Assemblée Générale des étudiants de Louvain Assemblée Générale des étudiants de Louvain Rue des Wallons, 67 1348 Louvain-la-Neuve 010/450888 www.aglouvain.be Note sur les possibilités d'échelonnement de payement des droits d'inscription ordinaires

Plus en détail

Discours de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Déjeuner du forum international de Paris Europlace

Discours de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Déjeuner du forum international de Paris Europlace MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Discours de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Déjeuner du forum international de Paris Europlace prononcé par Claire WAYSAND,

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE DES FONDS DE DOTATION

RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE DES FONDS DE DOTATION Le comité constate que les statuts des fonds de dotation sont d une grande diversité. Certains recopient dans le détail le statut type des fondations ou des associations reconnues d utilité publique. D

Plus en détail

Focus n 7 11 octobre 2012

Focus n 7 11 octobre 2012 Focus n 7 11 octobre 2012 Infrastructures des marchés fi nanciers : La crise fi nancière a mis en évidence l importance du rôle joué par les transactions sur produits dérivés 1, notamment en matière de

Plus en détail

ALERTE budget provincial 2011

ALERTE budget provincial 2011 Mars 2011 présence locale portée mondiale ALERTE budget provincial 2011 Contrairement à ce qui est fait habituellement, le ministre des Finances Raymond Bachand a déposé le budget 2011-2012 de son gouvernement

Plus en détail

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 28 octobre 2012 Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive Les statistiques de la semaine passée devraient avoir levé les derniers

Plus en détail

*** INDICES DE RÉFÉRENCE POUR LES CONTRATS FINANCIERS

*** INDICES DE RÉFÉRENCE POUR LES CONTRATS FINANCIERS R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E COMMISSION DES AFFAIRES EUROPÉENNES Paris, le 28 novembre 2013 Communication de M. Richard Yung *** INDICES DE RÉFÉRENCE POUR LES CONTRATS FINANCIERS *** Depuis juin

Plus en détail

captage stockage carbone Garantir une utilisation en toute sécurité du et du du en Europe Agir pour le climat

captage stockage carbone Garantir une utilisation en toute sécurité du et du du en Europe Agir pour le climat Garantir une utilisation en toute sécurité du captage stockage carbone en Europe et du du Agir pour le climat Le captage et le stockage du carbone (CSC) est une nouvelle technologie susceptible d apporter

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs

du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs 2381 Message N o 28 18 septembre 2012 du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs Nous avons l honneur de vous soumettre un projet

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

Etude d impact du Projet de Loi «Croissance et Activité» Argumentaire

Etude d impact du Projet de Loi «Croissance et Activité» Argumentaire Etude d impact du Projet de Loi «Croissance et Activité» Argumentaire Sommaire Introduction 3 Un impact variable suivant la nature de la mesure 4 Prises séparément des mesures qui ne sont pas sans impact

Plus en détail

Réseau des experts francophones des finances

Réseau des experts francophones des finances Ministère de l Economie, des Finances et du Plan de la République du Sénégal Réseau des experts francophones des finances ATELIER DE PARTAGE D EXPERIENCES ET D ECHANGES SUR LES POLITIQUES FISCALES POUR

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1/6 NOTE JURIDIQUE LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1. Les enjeux. En principe, les associations relevant de la loi du 1er juillet 1901, et plus généralement les organismes à but non

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

Appréciation de la qualité de l Etude d Impact. accompagne le Projet de loi de «Nouvelle Organisation du Marché de l Electricité - NOME»

Appréciation de la qualité de l Etude d Impact. accompagne le Projet de loi de «Nouvelle Organisation du Marché de l Electricité - NOME» 1 Institut Européen pour la Gestion Raisonnée de l Environnement (IEGRE) 83 boulevard de Courcelles, 75008 Paris 06 78 05 09 88 garrigues@iegre.net 4 mai 2010 Appréciation de la qualité de l Etude d Impact

Plus en détail

Encadrement de la déductibilité des redevances de concession de brevets

Encadrement de la déductibilité des redevances de concession de brevets Analyse Encadrement de la déductibilité des redevances de concession de brevets On sait que le régime des plus-values à long terme est applicable aux plus-values de cession de brevets, d inventions brevetables

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT DU REGIME FISCAL DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS EN CHINE

L ASSAINISSEMENT DU REGIME FISCAL DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS EN CHINE Au début des années 80, le gouvernement chinois, désireux d accueillir les investissements étrangers sur son territoire, leur offrait des incitations fiscales, mettait en place des mesures d encouragement

Plus en détail

Les Web Conférences Cortal Consors

Les Web Conférences Cortal Consors Les Web Conférences Cortal Consors Des formations gratuites! Échangez en direct avec des experts un large choix de formations accessibles et interactives tout au long de l'année Comment diversifier ses

Plus en détail

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 113. Réunion du mardi 8 février 2005 à 17 heures. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 113. Réunion du mardi 8 février 2005 à 17 heures. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 113 Réunion du mardi 8 février 2005 à 17 heures Présidence de M. Pierre Lequiller, Président SOMMAIRE Communication de M. Pierre Forgues sur la proposition

Plus en détail